Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux XVIe et XVIIe siècles

 | 
Laurent Bourquin

Deuxième partie. La noblesse seconde au pouvoir (1560-1635)

Chapitre V. Fidélité et raison d’état (1610-1635)

Texte intégral

1. Une haute noblesse en quête d’influence

  • 1 Voir chapitre IV, p. 131-132.
  • 2 Père Anselme, op. cit., t. VII, p. 167-170.
  • 3 Ibid, t. III, p. 721-738.
  • 4 C. Buirette, op. cit., p. 275.
  • 5 M. Poinsignon, op. cit., t. II, p. 444.

1À la mort d’Henri IV, le pouvoir provincial ne s’exerce plus de la même manière qu’un demi-siècle plus tôt. D’abord parce que les guerres de Religion ont permis à la noblesse seconde de conforter son assise territoriale, sa fortune et son autorité dans la plupart des régions de Champagne : désormais, toutes les garnisons importantes sont commandées par des nobles du pays qui ne doivent leur carrière qu’à la seule confiance que leur accorde le roi de France depuis qu’il s’est appuyé sur eux pour maîtriser la situation dans le nord-est du royaume. Ensuite parce que la haute noblesse apparaît comme la grande perdante de ces quarante années de conflits. Charles de Guise, malgré les avantages qui lui ont été consentis au traité de 1594, se trouve pourvu contre son gré du gouvernement de la Provence, ce qui l’éloigne de ses terres et de ses réseaux champenois1. Charles-Robert de La Marck a été largement discrédité par la brêve campagne du printemps 1606, qui a permis à Henri IV de mettre la main sur la garnison de Sedan. En outre, ayant pris le titre de duc de Bouillon après la mort de sa nièce Charlotte, en 1594, il est obligé d’engager de longs et coûteux procès afin de défendre ses droits face à ceux du veuf de celle-ci, Henri de La Tour, vicomte de Turenne2. Quant aux Luxembourg, leur descendance mâle s’éteint au début du xviie siècle, avec la mort de Charles, comte de Brienne, en 1608, et celle d’Henri, duc de Piney, en 1616. Ainsi, malgré sa constante fidélité à Henri IV, ce lignage qui part en quenouille ne profite guère des bienfaits de la paix royale3. Charles de Gonzague, duc de Nevers, qui reste pourvu du gouvernement de la province à la mort de son père en 1595, semblerait à première vue avoir conservé une certaine influence. En fait, son pouvoir a perdu beaucoup de sa substance sous le règne d’Henri IV. Par exemple, malgré ses demandes réitérées, il ne peut faire évincer Germain Godet du gouvernement de Sainte-Menehould et ce n’est qu’après la mort du roi, en 1610, qu’il parvient finalement à placer dans la ville l’un de ses fidèles, Christophe de Pradine de Bouconville4. Seule la faiblesse momentanée du pouvoir royal au temps de la minorité de Louis XIII lui permet donc de retrouver péniblement une petite influence sur les affaires militaires de la province. Surtout, la faillite de ses finances le rend de plus en plus dépendant des largesses de la couronne, notamment après le lancement de sa dispendieuse construction de Charleville, en 16065.

2Ces nouveaux rapports de force entre la monarchie, la noblesse seconde et les grands permettent d’expliquer dans une très large mesure les enjeux politiques et militaires qui se dessinent en Champagne au cours des années 1610-1620.

3En janvier 1614, lorsque Condé, Bouillon, Longueville, Mayenne, Nevers et Vendôme prennent les armes contre Marie de Médicis afin de s’opposer à la réduction drastique de leurs pensions et à l’accaparement du pouvoir par Concini, ils tentent avant tout de rééditer l’opération menée par Henri de Guise trente ans plus tôt. Certes, leur objectif est bien différent, car il ne s’agit plus de remettre en question la succession au trône, mais leur tactique est parfaitement similaire : comme le Balafré, ils cherchent à prendre le contrôle de plusieurs places en Champagne, afin d’apparaître en position de force lors de futures négociations avec la couronne. Logiquement, ils concentrent donc leurs efforts sur une province dont l’intérêt stratégique pour l’État n’est plus à démontrer, et dans laquelle Nevers et Bouillon peuvent espérer des complicités locales.

  • 6 Discours de ce qui s’est passé à Mézière, slnd [1614], p. 4-5.

4Mais depuis 1585, le pouvoir a changé de mains. À la mi-février 1614, lorsque Nevers et Condé se présentent devant Mézières pour s’assurer de la ville, la garnison refuse de leur ouvrir ses portes, conformément aux ordres qu’elle a reçus du gouverneur de la ville, Charles de La Vieuville. Il faut que le duc de Nevers jette dans la balance tout ce qui lui reste d’autorité pour que les officiers de la citadelle décident enfin de capituler face à celui qui est encore le gouverneur de la province. Quelques semaines plus tard, il fait publier un violent libelle, dans lequel il demande à la reine de « considérer l’offence particulière que le Marquis de La Vieville luy avoit faite, ayant commandé à son lieutenant de commettre ceste désobéissance en son endroit en la charge qu’il a pleu au Roy luy donner en la Province de Champagne et en une place qui despend non seulement de son gouvernement, mais de laquelle comme seigneur le fonds luy appartient, et de vouloir commander que la Justice en soit faite, tant pour l’intérest du public que pour le sien en particulier »6. De fait, cette affaire montre à quel point la puissance locale de sa famille s’est dégradée depuis l’époque où aucun capitaine ne pouvait être nommé dans le Rethelois sans avoir reçu l’aval des Nevers. Le grand-père de Charles de La Vieuville n’avait-il pas été pourvu du même commandement que son petit-fils par la grâce du propre père de Charles de Gonzague ?

  • 7 Ibid., p. 7.

5Partout en Champagne, la noblesse seconde reste fidèle à la régente. Malgré les accusations de Nevers, selon lesquelles les principaux gouverneurs de places se rendent coupables de trahison en refusant de composer avec lui, il ne parvient pas à les intimider comme la garnison de Mézières. Charles de Choiseul-Praslin y est même dépêché rapidement avec des troupes fraîches afin de récupérer la ville. Les conjurés n’ont d’autre ressource que de s’enfermer à Sainte-Menehould, dont le gouverneur, Christophe de Pradine, est le seul officier de la Champagne à avoir été nommé par Nevers. Le libelle que le duc publie à cette occasion dresse un amer réquisitoire contre la noblesse seconde, qui est devenue selon lui l’instrument « de la haine et passion extraordinaire de ceux qui en ont donné les conseils, marris de voir ce grand respect, ceste obéyssance volontaire tesmoignée de la Royne avec tant de franchise par Monsieur de Nevers »7. En plaçant ainsi la noblesse seconde sur le même plan que Concini, le favori détesté, Nevers tente de faire passer sa prise d’armes pour une œuvre de salubrité publique, destinée à nettoyer un pouvoir local aussi vicié que l’autorité du gouvernement royal. En se présentant comme un exemple de loyauté et de probité, il essaie de restaurer une image de marque et une influence provinciale que son lignage et ceux des autres rebelles ont perdues depuis des décennies.

6Malgré sa victoire, le pouvoir monarchique choisit le compromis lors de la négociation qui a lieu à Sainte-Menehould au mois de mai 1614. Les grands retrouvent leurs pensions, les États généraux seront convoqués et le duc de Nevers obtient la survivance du gouvernement de Champagne pour son fils – sachant que cette dernière concession est finalement de pure forme, au vu des événements qui viennent de se dérouler.

  • 8 M. Poinsignon, op. cit., t. II, p. 499.
  • 9 Discours de ce qui s’est passé en la province de Champagne, soubs la conduite de M. d’Andelot, lie (...)
  • 10 Description de tout ce qui s’est passé en Champagne depuis le partement du Roy, et spécialement so (...)
  • 11 A. Jouanna, Le devoir de révolte..., p. 224.

7C’est sans doute cette reconnaissance royale de son autorité – même si elle est devenue plus ou moins factice – qui dissuade Charles de Gonzague de participer à la nouvelle prise d’armes de Condé et Bouillon, à l’automne 1615. Echaudés par l’échec de leur première tentative, les rebelles emploient cette fois plus de moyens et surprennent Château-Thierry (le 30 septembre) et Épernay (le 6 octobre), sans que l’armée de dix mille hommes envoyée par Marie de Médicis sous les ordres de Choiseul-Praslin et Boisdauphin puisse les en empêcher8. Mais après ces quelques flottements, la noblesse seconde prend encore une fois le contrôle de la situation. Dans le Bassigny, les compagnies d’infanterie de Claude de Lenoncourt et le régiment de Louis de Clermont, gouverneur de Chaumont, forment le gros des troupes qui rétablissent l’ordre dans la région9. Entre Reims et Troyes, Charles de La Vieuville assume la direction des opérations, en reprenant notamment Méry-sur-Seine le 5 décembre, grâce à l’aide matérielle fournie par la ville de Troyes et les gentilshommes du voisinage10. Du coup, la rébellion s’effiloche à nouveau, et c’est en position de force que la régente peut négocier le traité de Loudun les 3-8 mai 1616, une paix nettement moins avantageuse pour les grands que celle qui avait été conclue à Sainte-Menehould deux ans plus tôt11.

  • 12 M. Poinsignon, op. cit., t. II, p. 504.
  • 13 B.N. Fr. 3658 (5).
  • 14 Ibid. (16).
  • 15 M. Poinsignon, op. cit., t. II, p. 504.

8Le 31 août 1616, l’arrestation de Condé remet le feu aux poudres, car tous les autres rebelles l’interprètent immédiatement comme un brutal avertissement et une menace potentielle à leur égard. Nevers lui-même, malgré sa prudence de l’année précédente, se retire encore une fois dans son gouvernement de Champagne et reprend les armes. Mais dès le mois de novembre, le dispositif militaire de la noblesse seconde, désormais bien rodé, se remet en place. La Vieuville ferme les portes de Reims à la duchesse de Nevers, qui est alors enceinte, et Charles de Choiseul-Praslin se fait livrer Sainte-Menehould en soudoyant son gouverneur, Pradine de Bouconville, qu’il incite à trahir le duc en échange de 10 000 écus, d’une charge de capitaine aux gardes et d’un meilleur gouvernement12. Privé de son principal appui en Champagne, Nevers est contraint de se retrancher à Mézières, dont la garnison lui ouvre une nouvelle fois les portes, et publie avec les autres rebelles, le 15 janvier 1617, un manifeste dans lequel il s’en prend violemment à Concini13. Le gouverneur de Champagne est néanmoins dans l’impossibilité de tenter quoi que ce soit dans sa province, car toutes les places fortes sont tenues plus fermement que jamais par la noblesse seconde. Il ne lui reste plus qu’à tenter de se réconcilier avec le souverain à la fin janvier : « Je me suys aicheminé en ce lieu, prest d’aller trouver Votre Majesté pour luy rendre l’obéyssance et le très humble service que je luy doibs, et de licencier les gens de guerre que j’ay mis dans mes maisons pour les deffendre et empescher les entreprinses secrettes qu’on y projecte tous les jours, dont l’exemple d’ycelles qui ont desjà esté exécutées me donne un juste subject de deffence »14. En fait, sa prise d’armes est en train de tourner pour lui à l’humiliation, d’autant que Concini use de tout son crédit auprès de la régente pour empêcher une éventuelle réconciliation entre les conjurés et le roi. Le 17 janvier, Charles de Gonzague est déclaré criminel de lèse-majesté et déchu de toutes ses charges et dignités. Le 10 mars est proclamée la confiscation de tous ses biens, ainsi que ceux de Bouillon, Mayenne et Vendôme15. Au même moment, une armée pénètre en Champagne, avec à sa tête Charles de Choiseul-Praslin, qui en est à sa troisième expédition en Champagne, et le duc de Guise, qui tente de rentrer en faveur afin de récupérer le pouvoir que son lignage a perdu dans le Nord-Est. Ils s’emparent sans coup férir de Richecourt, Rosoy, Château-Porcien et Rethel, resserrant leur étreinte sur Mézières, qui se prépare à subir un siège.

  • 16 B.N. Fr. 15616 (20).

9C’est en décidant brutalement de se débarrasser de Concini, le 24 avril, que Louis XIII permet aux rebelles de sauver leur mise et la face. Cet événement n’a pas seulement l’importance politique que l’on sait pour le pouvoir central. Vu depuis la Champagne, il évite surtout un total démantèlement de la puissance des principaux féodaux de la province, il intervient comme une tardive satisfaction de leur principale exigence : une promesse qu’à l’avenir, les bienfaits de la couronne ne seront plus monopolisés par la faveur d’un seul. Mais il survient un peu tard pour eux. Leur autorité locale s’est irrémédiablement discréditée, en venant se briser sur l’alliance inconditionnelle qui unit désormais la noblesse seconde et le pouvoir central. Certes, d’une certaine manière, cette union entre les nobles seconds et la monarchie en est venue à jouer paradoxalement contre l’autorité du jeune roi au cours des années 1614-1617, car elle a aussi contribué à renforcer la position de Concini : en s’offrant sans état d’âme comme l’instrument militaire du pouvoir central, quel que soit celui qui en tient effectivement les rênes, la noblesse seconde a passé une alliance objective avec un favori dont la puissance gêne Louis XIII. Cette obéissance aveugle à tous les ordres qui émanent de Paris s’explique sans aucun doute par la dépendance très étroite qui les lie depuis des générations à l’État pour avancer dans le monde – d’autant que la lutte avec les grands qui se déroule sous la régence ressemble beaucoup à celle qu’ils ont déjà menée au cours des guerres de Religion contre le duc de Guise. Mais le carriérisme n’explique peut-être pas tout. En effet, les liens affectifs très forts qu’Henri IV a noués avec certains d’entre eux semblent s’être reportés sur la personne de son fils mineur, qu’ils considèrent comme un devoir sacré de défendre contre leurs vieux adversaires de la haute noblesse. Ce n’est certes qu’une hypothèse qu’il est difficile d’étayer très solidement, mais peut-être ces quelques lignes, écrites par Choiseul-Praslin au sujet d’Henri IV dans des Mémoires inachevés et jamais publiés, offrent-elles une ébauche de piste. « J’ay receu cette grâce de Sa Majesté d’avoir esté plusieurs fois employé de luy en ses affaires les plus secrettes et celles qui luy touchoient le plus le cœur. Je le pourrois faire paroistre par lettres de sa propre main, où il me favorise tant de me dire que s’il avoit à mettre sa femme et ses enfans en dépost, que j’aurais cet honneur et qu’il s’en fierait de moy... Mes pensées n’ayant jamais esté autres que de le servir, mes Espérances furent aussy toutes perdues lors que je le perdis. Je ne laisse en mon cœur de conserver le respect que je devois à sa mémoire, me proposant que je ne luy en pouvois rendre une plus grande qu’en conservant la mesme affection et fidélité au Roy son fils, qui aujourd’huy règne glorieusement, que celle que je luy ay tousjours rendue »16.

  • 17 M. Poinsignon, op. cit., t. II, p. 507-508.
  • 18 Récit véritable de ce qui s’est passé en la frontière de Champagne, depuis que l’armée du Comte de (...)

10La prise du pouvoir par Louis XIII permet à la noblesse seconde de confirmer davantage encore cette loyauté. Lors de la quatrième prise d’armes menée par les grands, à l’été 1620, le roi réagit immédiatement en renforçant les effectifs des garnisons en Champagne. Mouzon, Chaumont, Troyes, Châlons, Reims, Sens, Vitry sont ainsi préventivement mises en défense, ne serait-ce que pour éviter toute réédition des coups de force un peu vains des années passées17. Deux ans plus tard, lorsque le duc de Bouillon tente de profiter de l’arrivée des troupes allemandes de Mansfeld pour desserrer l’étau des places fortes qui entourent ses terres, le dispositif militaire local fait encore la preuve de sa fiabilité. L’armée protestante met le siège devant Mouzon, dont la garnison est tenue par Antoine-François de Joyeuse-Grandpré, mais la manœuvre se solde vite par un échec18. La stabilité de l’autorité royale en Champagne dépend plus que jamais de ses officiers issus de la noblesse seconde.

  • 19 B.N. Fr. 3805 (96).
  • 20 B.N. Fr. 3846 (2).
  • 21 B.N. Fr. 3802 (32).
  • 22 B.N. Fr. 3814 (70).
  • 23 Ibid. (2).
  • 24 Ibid. (98).

11Selon un effet presque mécanique, les pouvoirs réels du gouverneur se dégradent de plus en plus à mesure que les rébellions scandent ces années 1610-1620. En septembre 1615, la régente ne juge pas nécessaire de passer par Charles de Gonzague pour nommer quelqu’un au gouvernement de Châlons. Elle préfère en expédier la commission au lieutenant général, Charles de Choiseul-Praslin, afin qu’il y pourvoie comme bon lui semble. Pour le duc de Nevers, c’est un véritable outrage, qu’il exprime en ces termes au roi : « la commission me doit estre envoyée, puisque ledit sieur de Praslin n’est en son département dans ladite province, et d’ailleurs plus empêché que moy, qui n’ay maintenant autre occupation pendant l’absence de vos Majestés qu’à rechercher les occasions de les biens et utilement servir... [Votre Majesté] voudra aussy conserver entière la dignité de ma charge, en laquelle mes pères et moy avons tousjours servy avec quelque honeur et beaucoup de fidélité les roys vos prédécesseurs, lors qu’ils en ont eu le plus de besoin, ce que j’espère de continuer »19. Pour ne pas s’aliéner le duc de Nevers au moment précis où Bouillon et Condé viennent d’entrer en rébellion ouverte, le pouvoir central fait marche arrière, mais ce repli ne remet pas fondamentalement en question le grignotage des attributions du gouverneur par la noblesse seconde20. En novembre de la même année, la reine envoie à Charles de Gonzague une simple lettre pour l’avertir qu’elle a décidé de maintenir Louis II de Clermont, marquis de Reynel, dans toutes les charges et pensions que possédait son père, Louis Ier, qui vient de mourir. Certes, le duc avait recommandé de ne pas supprimer les pensions que la couronne payait au défunt, mais il n’avait rien dit au sujet des gouvernements de Chaumont et Montéclair. La reine prend donc le soin de mentionner que tous les pouvoirs locaux de Louis Ier sont transférés à son fils, « ainsy que nous voulons faire pour tous ceux qui mourront comme luy pour le service du Roy »21. De ce fait, la noblesse seconde peut s’enraciner au fil des générations dans ses places fortes, échapper à l’emprise du gouverneur et dialoguer directement avec le souverain. En septembre 1620, voulant réduire les effectifs en surnombre de la garnison de Montéclair, le roi en avertit directement Louis de Clermont, sans passer par la voie hiérarchique qui aurait consisté à faire transmettre ses ordres par Charles de Gonzague22. En 1619, Louis XIII ne fait toujours pas appel à lui pour lever les troupes dont il a besoin en Champagne. Il préfère laisser ce soin à Jean de Nettancourt, le gouverneur de Beaulieu-en-Argonne et se contente d’en avertir le duc par une lettre sèche23. Ce dernier semble même parfois privé des moyens militaires qui étaient ceux de tous ses prédécesseurs. En juillet 1621 par exemple, il doit utiliser les troupes de Nettancourt afin de satisfaire à la volonté royale de désarmer les protestants de Vitry-le-François24.

  • 25 N.A.F. 2808 (2 v°).
  • 26 Ars. Ms. 4485 (164 v°).
  • 27 Ibid. (164).

12En choisissant délibérément la noblesse seconde comme son interlocutrice privilégiée pour la gestion des affaires militaires de la province, le pouvoir central ne tire pas seulement les leçons de l’expérience douloureuse des années 1614-1617. Louis XIII et sa mère reprennent en fait une tradition qui s’était particulièrement affirmée sous le règne d’Henri III – lorsque l’agitation des grands semblait tout aussi dangereuse pour la couronne – et perpétuée sous Henri IV, qui avait trouvé là un moyen commode pour se faire obéir à l’issue des guerres de Religion. De plus, en confortant ainsi l’autorité de la noblesse seconde, au besoin contre le gouverneur lui-même, la monarchie répond à un vœu latent des nobles du pays, qui réaffirment avec constance depuis le milieu du xvie siècle la nécessité de ne confier les affaires de la province qu’à des gentilshommes champenois. Ainsi, à l’occasion des États généraux de 1614, le cahier de la noblesse du bailliage de Chaumont-en-Bassigny réclame « qu’aux charges de gouverneur et lieutenans généraulx n’y puissent estre pourveuz que gentilshommes signaléz originaires françois habituéz aux mesmes provinces et ayans en icelles moyens suffisans pour respondre de leurs dictes charges ». Les mêmes dispositions sont réclamées pour les charges de capitaines des villes et citadelles, dont les détenteurs doivent dépendre entièrement du monarque, afin d’éviter qu’ils ne puissent les vendre ou les laisser en survivance sans l’accord du roi25. Cette revendication est reprise quasiment terme à terme dans le cahier général de la noblesse provinciale, qui est destiné à servir de base de travail pour l’assemblée qui se tient à Paris au mois d’octobre 161426. Elle s’accompagne d’ailleurs d’une clause relative aux charges de gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, dont la noblesse est très friande car elles lui permettent de vivre dans l’entourage du monarque et d’obtenir plus facilement un commandement local. « Et par ce moyen, plusieurs de la noblesse, participans à l’honneur d’aprocher Sa personne, qui leur est si chère, [se contenteront] à moings de charges pour ses finances que de tant diminuer les pentions, que la pluspart exigent de sadite majesté »27. Le service idéal que ces nobles voudraient ainsi rendre au souverain correspond trait pour trait à celui qu’effectue la noblesse seconde depuis longtemps : des emplois de cour qui les introduiraient dans la familiarité du roi et des gouvernements locaux qu’ils pourraient exercer avec d’autant plus d’efficacité qu’ils se situeraient dans leur province d’origine.

13Ainsi, la réaffirmation des compétences militaires de la noblesse seconde au début du règne personnel de Louis XIII procède d’une triple volonté. Endiguer fermement la puissance de la haute noblesse à l’issue des prises d’armes de la Régence. Satisfaire des lignages dont la fidélité a constamment besoin d’être entretenue par des signes de reconnaissance. Répondre aux vœux des nobles de la province, qui voient dans ce système un modèle idéal de promotion et de collaboration avec le pouvoir central. Au début des années 1620, la monarchie est ainsi parvenue à sauvegarder le statu quo issu des guerres de Religion. Lorsqu’en 1624 Richelieu arrive au pouvoir, il trouve donc en Champagne un pouvoir militaire stable, bien rodé et sûr. Jusqu’en 1635, il va travailler à son perfectionnement, renforcer la domination de certains, en oublier d’autres, promouvoir l’ascension de quelques nouveaux venus, afin de préparer la frontière à subir un nouvel affrontement avec les Habsbourg.

2. Entrer et sortir de la noblesse seconde

  • 28 Lettres du cardinal de Richelieu, t. I, p. 404-405.

14Il n’est pas surprenant qu’un homme comme Richelieu, si méfiant à l’égard des grands, ait fort bien admis la domination militaire de la noblesse seconde en Champagne. Dès son premier passage au conseil du roi, sous la Régence, il s’efforce par exemple de communiquer directement avec Charles de Choiseul-Praslin, qu’il félicite de son action à la tête de l’armée envoyée contre les rebelles, en mars 1617. « Le contentement qu’ont leurs majestéz, ayans sceu de quelle façon vous vous estes comporté à effectuer leurs volontéz, est plus grand que je ne vous le puis dire, et que vous ne pourriez vous-mesme le penser. Il n’y a poinct de doubte que tesmoignant, comme vous faictes, n’avoir passion que pour leur service, elles ne se portent à vous traicter de sorte que vous aurez occasion d’en estre satisfait »28. Après 1624 et son retour aux affaires, Richelieu ne cherche pas à inverser l’évolution qui a placé la noblesse seconde aux commandes militaires de la province. Bien au contraire, il en renforce l’emprise.

  • 29 B.N. DB. 486.
  • 30 B.N. Mel. Col. 86 (164).
  • 31 B.N. N.A.F. 2825 (167). Cette source est cependant erronée, car elle confond Louis et Jean de Choi (...)
  • 32 Voir p. 140.
  • 33 B.N. DB. 371.

15Au début des années 1630, Jean de Nettancourt, qui s’est affirmé pendant les troubles de la Régence comme l’un des piliers du pouvoir monarchique, est pourvu du gouvernement de Châlons et d’une charge de maréchal des camps et armées du roi en Champagne. En 1633, il fait partie de la nouvelle promotion des chevaliers du Saint-Esprit29. En 1630, Charles de Livron, baron de Bourbonne, retrouve les pouvoirs locaux que son père Erard avait perdus après sa rébellion contre Henri IV pendant la Ligue. Il récupère en effet les commandements de Coiffy et Montigny-le-Roi, que presque tous ses ascendants, depuis la fin du xve siècle, avaient exercés avant lui, et devient chevalier du Saint-Esprit la même année que Jean de Nettancourt. Dans la foulée, il prend la place de François de Coligny à la lieutenance générale du Bassigny : celle-ci était la seule des quatre à ne pas avoir été dévolue à un noble second après la mort de Dinteville30. Toujours au début des années 1630, Louis de Choiseul, marquis de Francières, succède à son père Jean comme gouverneur de Langres31. Louis II de Clermont, marquis de Reynel, n’est pas inquiété dans la jouissance de son gouvernement de Chaumont et Montéclair, qu’il a pu obtenir à la mort de son père, en 161532. Antoine-François de Joyeuse-Grandpré, neveu de Claude, succède sans problème à son oncle dans les villes de Mouzon et Beaumont-en-Argonne33. Tous conservent des attributions intactes dans leur province d’origine et continuent de graviter avec aisance dans l’entourage de Louis XIII. Ils ne font que recueillir les fruits de la loyauté qu’ils ont témoignée à l’égard du pouvoir central pendant les rébellions de la Régence.

  • 34 B.N. DB. 237.
  • 35 B.N. DB. 23.
  • 36 B.N. DB. 389.
  • 37 B.N. CBH. 36, DB. 659, 318, 224.

16Toutes les familles de la noblesse seconde ne profitent cependant pas au même degré de cette confiance. Certaines, parfois les plus puissantes, disparaissent même du petit groupe qui s’était organisé en Champagne depuis les années 1530-1540. C’est le cas par exemple des Dinteville, qui s’éteignent purement et simplement avec la mort de Joachim34. C’est aussi le cas des Anglure, qui ne font pas partie non plus des principaux officiers locaux du roi de France en Champagne dans les années 1620-1635, bien que cette famille ne soit en aucune manière en voie d’extinction35. Les Lenoncourt également, pour la première fois depuis un siècle, sont privés de tous leurs commandements dans la province36. Ce phénomène semble frapper tout particulièrement quelques unes des familles dont l’ascension avait été la plus récente, celles qui devaient toute leur fortune et toutes leurs reponsabilités au développement du clientélisme royal au cours des guerres de Religion. Les Saint-Belin, les Vaudrey, les Godet, les La Croix sont privés de toutes leurs charges locales37, comme si la stabilisation du pouvoir monarchique dans le premier tiers du xviie siècle avait rendu leur rôle inutile, comme si le monarque et Richelieu n’avaient plus besoin d’eux désormais pour faire appliquer leurs volontés. Tous ces individus semblent avoir perdu le crédit qui leur avait permis d’exercer de façon inéluctable, pendant plusieurs générations, un pouvoir solide dans une charge locale qu’ils se transmettaient de père en fils, d’oncle en neveu.

  • 38 B.N. DB. 224.
  • 39 Lettres missives de Henri IV, t. IV, p. 872-873, 950-954, 1005.

17Il faut bien avouer que ces disgrâces sont très énigmatiques. Certes, les Saint-Belin n’avaient pas brillé par leur fidélité lors de la rébellion guisarde de 1585, mais ils n’en avaient pas moins été récupérés par Henri IV, qui les avait couverts de récompenses jusqu’en 1610. Antoine de Lenoncourt, seigneur de Marolles, avait bien été bailli de Bar-sur-Seine pour la Ligue, mais son exemple n’avait été suivi par aucun de ses cousins. Philippe d’Anglure, seigneur de Guyonvelle, avait tenu Chaumont contre Henri IV, mais l’écrasante majorité de ses parents était restée acquise au souverain. Et que dire des Godet, dont la fidélité avait été si importante pour maintenir Sainte-Menehould dans l’obéissance dès 1589 ? Que dire des La Croix, dont la loyauté n’avait jamais été prise en défaut depuis les années 156038 ? Seul le cas des Vaudrey semble à peu près clair, car on trouve les traces d’une grave querelle entre Duplessis-Mornay et Georges de Vaudrey, survenue à Angers en 1597. Le roi ayant pris fait et cause pour le premier, les Vaudrey sont dès lors systématiquement exclus des faveurs monarchiques, que ce soit dans les emplois de cour, les pensions ou les charges locales39. Ce seul cas mis à part, la perte d’influence et de crédit de tous ces lignages pose un réel problème, que les sources ne permettent pas de résoudre de manière satisfaisante. La faillite de leur pouvoir en Champagne n’est même pas compensée par l’exercice de quelques tâches d’encadrement dans les armées du roi.

  • 40 B.N. DB. 23.
  • 41 B.N. DB. 389.
  • 42 B.N. DB. 23.
  • 43 B.N. DB. 389.
  • 44 B.N. DB. 186. Le cas des seigneur d’Isché est particulier, car c’est la seule branche de la famill (...)
  • 45 B.N. DB. 399.
  • 46 B.N. DB. 389.

18Certains semblent réagir vigoureusement à la dégradation de leurs perspectives de carrière en tournant à nouveau leurs regards vers une région qu’ils avaient délaissée depuis un siècle : la Lorraine. Ainsi, quelques familles modifient en profondeur leur stratégie matrimoniale. Elles ne tentent plus de s’allier dans une noblesse seconde dont elles sont désormais écartées, mais cherchent à contracter leurs unions à la cour de Nancy. Le phénomène est particulièrement net pour les plus anciennes familles et affecte en priorité les aînés de chaque lignage. Jean-François d’Anglure de Guyonvelle épouse par exemple Françoise de L’Eglise, fille d’un maître des comptes du Barrois. Son cousin Gaspard, seigneur d’Autricourt, épouse Catherine de Savigny, fille d’un chambellan du duc. René-Saladin, marquis de Coublanc, épouse comme son père, François-Saladin, une fille de la maison de Chastellet. Chez les Anglure, seules les branches d’Étoges et de Bourlemont restent à l’écart de cette évolution en cherchant toujours à se marier en Champagne40. Les Lenoncourt adoptent un même comportement, ce qui est une moindre surprise, dans la mesure où certains de leurs rameaux, malgré la fortune acquise en France, avaient continué à tisser de solides relations avec la noblesse du duché. Charles de Lenoncourt, seigneur de Colombey, est le seul membre de la famille à s’allier encore en Champagne, avec Antoinette Le Genevois. Toutes les alliances de ses parents – du moins celles qui ont pu être identifiées avec assez de précision – se pratiquent en Lorraine41. Ces deux familles ont ainsi conservé suffisamment d’appuis dans le duché pour réorienter rapidement toute leur politique matrimoniale. Ils peuvent même en venir parfois à exercer des emplois au service des ducs. Gaspard II d’Anglure de Bonnecourt, dont le père avait anticipé le mouvement en s’alliant dès la seconde moitié du xvie siècle avec deux filles issues de la maison de Ligneville – l’une des plus puissantes de Lorraine – devient grand-maître et chef des finances du duché. Son frère Henri obtient des emplois de conseiller d’État et de gentilhomme de la chambre d’Henri de Lorraine, dès 161642. Théodore de Lenoncourt, seigneur de Gondrecourt et marquis de Blainville, redevient, après son grand-père, bailli de Saint-Mihiel43. Mais ces reconversions sont loin d’être systématiques. Malgré leurs nouvelles alliances lorraines, ces individus n’obtiennent pas mécaniquement un emploi dans le duché. Rien ne prouve non plus qu’ils cherchent par dépit à relancer leurs carrières en passant avec leurs relations et leurs biens au service de la cour de Nancy. En effet, certains personnages, bien qu’ils soient toujours comblés par les faveurs monarchiques, bien que leurs plus proches parents soient maintenus dans la noblesse seconde, n’hésitent pas, eux non plus, à réorienter leurs alliances et leurs carrières en direction de la Lorraine. Par exemple François de Choiseul-Meuze, dont la mère est une Chastellet, devient colonel d’infanterie pour le duc44. C’est aussi le cas de Charles-Henri de Livron, marquis de Ville, le propre frère du lieutenant général du Bassigny, qui est fait général des armées de Lorraine45. De même, Jean de Nettancourt, comte de Vaubecourt, bien qu’il fasse toute sa carrière en Champagne, épouse dès 1599 Catherine de Savigny, la fille d’un gouverneur et bailli de Bar. Son cousin Charles, seigneur de Bettancourt, épouse en 1630 la fille d’un maître des requêtes du duché46.

19Tous ces itinéraires traduisent plutôt une tendance qui ne saurait être interprétée comme un revirement global. Qu’ils soient délaissés par le monarque ou qu’ils continuent à bénéficier de sa confiance, ces hommes semblent désormais saisir toutes les chances qui peuvent s’offrir à eux, si besoin en offrant leurs services à d’autres qu’à lui. Il faut cependant souligner avec force l’aspect encore très exceptionnel et fragmentaire de ces phénomènes d’osmose avec la Lorraine. Ceux qui n’ont ni les relations, ni les moyens de parvenir à se faire un nom dans le duché suivent une autre trajectoire. En effet, la plupart de ceux qui sont exclus de leurs charges sous Richelieu ne bénéficient pas du tout des mêmes opportunités. Ils semblent plutôt retrouver le statut de gentilshommes locaux qui avait été celui de leurs grands-parents avant leur exceptionnelle ascension des années 1560-1610. C’est ce qui se produit chez les La Croix, les Saint-Belin, les Vaudrey et les Godet, qui continuent à vivre sur leurs terres, à en surveiller la gestion et à s’allier parmi la noblesse du voisinage. Toutes ces familles retrouvent l’assise locale un peu étriquée qui était la leur voilà un siècle.

3. Serviteurs et victimes de la raison d’État

20La noblesse seconde n’en est pourtant pas réduite à la seule alternative qui consisterait à conserver une influence renforcée en Champagne ou à subir une irrémédiable dégradation de son pouvoir local. D’autres voies peuvent s’ouvrir aux plus habiles ou aux plus chanceux, même si elles sont étroites.

  • 47 B.N. Fr. 25197 (534-552, 689-693).
  • 48 B.N. Fr. 25198 (388-403, 406-424).

21Nicolas et François de L’Hospital en fournissent un premier exemple. On sait quel avait été le rôle de leur père Louis, marquis de Vitry, dans la pacification de la province en 1593-1594. À l’extrême fin du siècle, il avait ainsi pu pénétrer dans le cercle des principaux officiers du roi dans la province, d’autant plus facilement que son cousin Jacques, marquis de Choisy, avait rallié dès 1589 le parti d’Henri IV. Louis et Jacques avaient ainsi été gratifiés chacun d’un collier de l’ordre du Saint-Esprit, le premier en 1597, le second en 159947. Dans les années 1610, tandis que la branche des marquis de Choisy semble se mettre à végéter malgré la réussite de Jacques, les enfants de Louis continuent l’ascension entamée par leur père et lui donnent même une impulsion nouvelle. D’abord en exerçant des fonctions plus étendues en Champagne : Nicolas, l’aîné, devient lieutenant général en Brie à la mort de Dinteville. Mais aussi et surtout en sortant des frontières de la province. Nicolas obtient dès 1611 la charge de capitaine aux gardes qu’occupait son père ; à ce titre, c’est lui qui organise l’attentat voulu par le roi contre Concini, le 24 avril 1617. Le soir même, Louis XIII lui donne le titre de maréchal de France, tandis que son frère François est pourvu de sa charge de capitaine aux gardes. Tous deux entrent dans l’ordre du Saint-Esprit en 161948.

  • 49 Ibid.
  • 50 B.N. Fr. 25198 (400).

22Dès lors, les frères L’Hospital sont de toutes les campagnes menées par le roi de France au cours des années 1620. En 1622, ils participent tous deux à la prise de Royan. François se voit confier en 1626 une mission du même genre que celle que Nicolas avait exécutée en 1617, en procédant à l’arrestation du duc de Vendôme et de son frère, le grand prieur de France. L’année suivante, on le retrouve à la défense de l’île de Ré et en 1628 au siège de La Rochelle. Après un passage de deux ans dans les troupes qui combattent en Dauphiné (1629-1630), il est pourvu en 1632 d’une charge de maréchal de camp pendant la campagne de Lorraine. À la même date, Nicolas devient gouverneur de Provence49. En une vingtaine d’années, les frères L’Hospital sont ainsi sortis de la noblesse seconde champenoise. En se chargeant de l’arrestation de quelques individus gênants, en parcourant le royaume à la tête de leurs régiments, ils se sont affirmés comme des officiers d’un nouveau genre, individus sûrs et prêts dans certains cas à exécuter les basses besognes du pouvoir afin de préserver l’autorité d’un monarque auquel ils doivent tout. Leur profil n’est pas sans rappeler celui de la noblesse seconde, dont ils sont issus, mais leurs charges ne s’exercent plus dans le cadre strict de la province. Leur expérience militaire et leurs missions sont transposées à l’échelle du royaume tout entier, comme si le pouvoir essayait désormais d’utiliser leurs compétences pour les tâches les plus sensibles touchant à sa puissance. En contrepartie, ils ne peuvent plus exercer l’influence locale qui était la caractéristique première de la noblesse seconde. Leur fortune, seulement liée au crédit dont ils jouissent à la cour, semble dès lors plus fragile, incertaine, périssable que celle de leurs parents. Presque du jour au lendemain ils peuvent tomber en disgrâce et tout perdre, comme Nicolas de L’Hospital, qui est embastillé en 1637 sur ordre de Richelieu50.

  • 51 B.N. Fr. 32868 (243-244).
  • 52 B.N. DB. 667-668.

23Charles de La Vieuville fournit un autre exemple de promotion, mais sur un mode quelque peu différent. Son père Robert était sans conteste l’un de ceux qui avaient le plus profité des guerres de Religion. Rallié à Henri IV dès 1589, farouchement hostile à Saint-Paul et au clergé ligueur qui le soutenait à Rethel et Mézières, il avait pu contrôler une bonne partie du nord de la province, un peu comme Charles de Choiseul-Praslin, dont l’autorité s’était déployée en Champagne méridionale. En 1599, il avait été récompensé de ses efforts par le collier du Saint-Esprit – une promotion tout à fait exceptionnelle pour celui qui n’était encore, trente ans plus tôt, qu’un gentilhomme local comme bien d’autres. En 1609, il avait logiquement fait partie des quatre lieutenants généraux destinés à remplacer Dinteville51. Avant sa mort, survenue en 1612, il avait tiré les ultimes conséquences de son ascension en mariant son fils Charles à Marie Bouhier, la fille de Vincent, trésorier de l’Épargne – une alliance qui introduisait la famille dans le milieu de la haute finance parisienne52.

  • 53 B.N. Fr. 25198 (427-439).

24Avec un tel mariage, Charles aurait peut-être pu faire à Paris un début de carrière bien différent de son père. Au contraire, toujours enraciné en Champagne, il assure sa succession comme lieutenant général de Reims, Rocroi, Sainte-Menehould, Villefranche, Maubert-Fontaine et Mézières dès 1611. À ce titre, son rôle est, nous l’avons vu, décisif dans la lutte contre les rébellions qui ont lieu sous la Régence. Dans le même temps, il complète ses fonctions provinciales en acquérant une charge de premier capitaine des gardes du corps du roi. 1619 est pour lui l’année décisive. Il est fait chevalier du Saint-Esprit et il obtient, sans doute avec l’appui de son beau-père, le poste de surintendant des Finances en remplacement du comte de Schomberg. Dès lors, Charles de La Vieuville est sorti de la noblesse seconde. Certes, il conserve ses fonctions de lieutenant général en Champagne, mais il séjourne désormais à Paris, car la paix dont bénéficie la province au début des années 1620 n’y rend pas sa présence indispensable53.

  • 54 Ibid.

25Malgré cette belle réussite, sa situation se révèle néanmoins très fragile, car des problèmes de trésorerie l’obligent à faire des coupes sombres dans les pensions attribuées par la couronne à la haute noblesse. Surtout, il entre très rapidement en conflit avec Richelieu, dès le retour de ce dernier aux affaires. En 1626, accusé de malversations, il est disgrâcié et emprisonné au château d’Amboise. Il s’en évade en 1631 et s’enfuit en Flandres. Ses biens sont alors confisqués, et en 1633, il est dégradé de l’ordre du Saint-Esprit54.

  • 55 Voir chapitre II, p. 45.

26Son ascension et sa chute brutale me paraissent tout à fait révélatrices des opportunités nouvelles qui peuvent se présenter à la noblesse seconde dans le premier tiers du xviie siècle, mais aussi des obstacles qui peuvent la faire trébucher. Sa carrière est le fruit d’une époque révolue, d’un moment où la minorité du roi avait contraint le pouvoir central à favoriser des individus qui lui étaient liés par une tradition de fidélité familiale. Cependant, en permettant à Marie de Médicis de tenir la province contre les rebelles, Charles de La Vieuville ne s’était pas seulement conformé à l’attitude que son père et son grand-père avaient suivie avant lui. Il avait pu ensuite se dégager un temps des attributions strictement provinciales dans lesquelles sa famille s’était cantonnée jusqu’alors. Ses services et ses alliances lui avaient permis d’évoluer dans un cercle de relations et de pouvoir tout autre, auquel il était finalement assez étranger, dans lequel il était mal implanté, peu préparé à subir des intrigues de cour. Peut-être sa disgrâce est-elle un peu du même ordre que celle qu’avait dû subir Gaucher de Dinteville sous François Ier55.

  • 56 Voir p. 146.
  • 57 B.N. Fr. 25197 (378-391).
  • 58 Voir chapitre III, p. 80.
  • 59 B.N. Fr. 25198 (681-682, 729-730).

27Avec l’affirmation du pouvoir de Richelieu, les perspectives de carrière des nobles seconds champenois ne sont plus aussi limpides qu’à la fin du règne d’Henri IV. Certes, le cardinal contribue à l’épanouissement de l’influence locale de plusieurs individus, voire de quelques lignages entiers, mais il en néglige d’autres sans que les raisons de ces disgrâces puissent être à première vue clairement élucidées. Dans le même temps, l’ascension exceptionnelle qui permet à certains d’étendre leur champ d’action à d’autres domaines que le pouvoir provincial ne semble pas aller de soi non plus. Si les L’Hospital en viennent à devenir des spécialistes de l’action armée au service de la raison d’État, ils sont liés au roi de France et à son ministre par leur seule fidélité : qu’elle vienne à faire défaut et toute leur fortune peut s’effondrer56. Si Charles de La Vieuville peut briguer une charge de surintendant des Finances qui le propulse à un poste de responsabilité exceptionnel pour un homme de son origine, il peut du jour au lendemain se briser contre la toute-puissance du cardinal. Jusqu’à la fin des guerres de Religion, les nobles seconds avaient été largement ménagés par un pouvoir central affaibli et soucieux de les utiliser pour faire appliquer ses volontés. Dès lors qu’au début des années 1620 l’autorité de l’État en Champagne n’est plus vraiment remise en question, dès lors qu’il dispose de meilleures rentrées d’impôts et d’une armée plus structurée, il n’a plus autant besoin que par le passé de favoriser inéluctablement la noblesse seconde – même si elle reste malgré tout un vivier d’officiers irremplaçables pour leur connaissance du terrain. Surtout, dès lors que ces individus quittent leur province d’origine pour se lancer dans une carrière d’envergure nationale, ils perdent leur principal attrait, ce qui faisait leur prix quelques décennies plus tôt : leur influence locale. Les parcours accomplis par Charles de La Vieuville et les frères L’Hospital ne sont en fin de compte que très marginaux dans la noblesse seconde. Même un individu aussi puissant que Charles de Choiseul-Praslin, qui est pourtant gratifié d’un titre de maréchal de France en 1619, ne parvient jamais à exercer des responsabilités qui sortent du strict cadre militaire. Certes, il participe jusqu’à sa mort, en 1626, à des opérations qui l’éloignent de ses terres champenoises – les sièges de Saint-Jean-d’Angely, Clairac, Montauban, Royan, Toulouse57 – mais après tout, un tel glissement vers des tâches d’encadrement plus diversifiées dans les armées royales avait été déjà observé au cours du règne de Charles IX58. La même remarque est valable pour des hommes tels que Charles de Livron et Jean de Nettancourt, qui sont utilisés comme bien d’autres officiers au siège de La Rochelle en 1628, à un moment où la Champagne reste suffisamment calme pour qu’ils se permettent de déléguer temporairement leurs pouvoirs locaux59.

4. Les destins nobiliaires dans les mains de Richelieu

28Peut-être cette restructuration de la noblesse seconde procède-t-elle d’une volonté d’en renouveler les cadres. Peut-être le roi de France et son ministre cherchent-ils à éloigner de l’exercice du pouvoir local des familles dont la monarchie a trop dépendu au cours des guerres de Religion, celles qu’elle a été contrainte de favoriser à un moment critique mais désormais lointain. Peut-être cherchent-ils à promouvoir de nouveaux personnages, qui ne devraient pas leur fortune à l’un des prédécesseurs de Louis XIII, à un État somme toute abstrait, mais à la personne même de l’actuel souverain. Les recoupements que l’on peut effectuer entre plusieurs sources – les pièces généalogiques, les rôles d’officiers de la maison du roi et la correspondance administrative pour les affaires militaires de Champagne – permettent en effet de dégager quelques personnages nouveaux qui bénéficient des faveurs de la couronne au cours du premier tiers du xviie siècle et qui, dans certains cas, sont même intégrés à la noblesse seconde.

29Cette période est toujours propice à la diffusion du clientélisme monarchique, qui reste l’outil le plus efficace pour s’assurer de la fidélité des nobles locaux. Le tableau 19 permet d’en mesurer l’impact.

  • 60 B.N. PO. 480 et B.N. Fr. 32870 (166).
  • 61 La vénalité de ce genre d’emplois, qui se met en place à l’époque, a sans doute joué également un (...)
  • 62 B.N. Fr. 32870 (546).

30La comparaison de cette liste avec celle du tableau 17 révèle que de nombreux individus appartiennent à des familles qui bénéficiaient déjà des faveurs de la couronne entre 1579 et 1610. Ainsi, malgré les changements intervenus à la tête de l’État, la noblesse champenoise peut jouir d’une réelle stabilité dans l’attribution des emplois de cour et des récompenses diverses dont elle réclamait la généralisation lors des États généraux de 1614. Une famille d’envergure assez modeste comme celle de Boutillac peut ainsi se maintenir encore, au bout de la troisième génération, au sein des bénéficiaires de la faveur monarchique et dans son petit gouvernement de Maubert-Fontaine60. Mais cette observation doit tout de suite être nuancée. En effet, quelques lignages, jusqu’alors habitués à évoluer dans l’entourage des souverains depuis longtemps, en sont désormais exclus, comme les Anglure, les Saint-Belin, les La Croix, les Vaudrey. Comme nous l’avons vu, tous sont simultanément privés de leurs pouvoirs locaux dans la province à la même époque, ce qui ne fait que renforcer l’impression de disgrâce qui semble les frapper sous le règne de Louis XIII61. Seuls les Lenoncourt, qui ont les mêmes difficultés à sauvegarder leur autorité locale, parviennent malgré tout à s’immiscer dans cette liste, mais leur présence est bien moins massive qu’au xvie siècle : seule la branche de Chauffour réussit encore à s’y maintenir62. La noblesse seconde se définit donc bien encore par le couplage de la faveur royale et d’une charge locale importante : que l’une vienne à disparaître, et c’est l’autre qui fait défaut dans le même temps.

  • 63 B.N. DB. 658.

31Parmi les nouveaux élus des années 1610-1635, rares sont ceux qui font partie de la clientèle des grands féodaux. Depuis son élaboration au début des troubles religieux, sous François II, ce type de promotions semble désormais périmé, car il n’y a guère que Jean de Vassignac, seigneur de Valigny, qui en profite encore. Gouverneur du jeune Turenne, il est attiré en Champagne à la suite du père de ce dernier – qui cherche au début du xviie siècle à reprendre le duché de Bouillon et la principauté de Sedan à Charles-Robert de La Marck. Désireux de trouver des appuis dans le réseau de cette grande famille du Rouergue, qui pourrait être amenée à jouer un rôle de plus en plus important en Champagne, le souverain cède à Vassignac une charge de gentilhomme ordinaire de sa chambre et d’officier de la grande fauconnerie63. En cherchant ainsi à l’attirer dans sa propre clientèle, Louis XIII procède de la même façon que ses prédécesseurs. Mais il ne s’agit que d’une exception. Globalement, les bénéficiaires des faveurs royales au cours de cette période n’entretiennent pas de relations approfondies avec la haute noblesse, dont l’influence provinciale, à l’issue des guerres de Religion, est assez affaiblie pour qu’il soit devenu inutile d’en favoriser les derniers fidèles.

  • 64 B.N. Fr. 32869 (411) et 32870 (110).
  • 65 B.N. Fr. 32870 (110).

32En revanche, deux individus ont un profil plus original : Gabriel des Réaulx et Henri L’Hoste. Tous deux ont acquis une charge de lieutenant des gardes du corps du roi dans les années 161064. Sans doute sont-ils liés à Louis de L’Hospital et à son fils Nicolas, qui sont tous deux leurs supérieurs hiérarchiques à cette époque. En tout cas, de par leurs fonctions, ils font partie des officiers sur lesquels le roi a pu compter pour se débarrasser de Concini, le 24 avril 1617. À ce titre, il apparaissent avant tout comme des fidèles du monarque, des individus sur lesquels le roi ne compte pas vraiment pour exercer un pouvoir local, mais qu’il récompense plutôt pour les services directs qu’ils rendent auprès de sa personne. Henri L’Hoste meurt trop tôt – en 1621 – pour profiter pleinement de cette faveur, mais son collègue des Réaulx, lui, connaît une ascension solide. Chevalier de l’ordre en 1620, maître d’hôtel ordinaire en 1621, il devient mestre de camp d’un régiment de 600 hommes la même année et participe à la campagne menée par le roi contre les huguenots du Languedoc. En 1622, ses effectifs sont portés à 800, puis à 1 000 hommes en 1627. En 1630, il est chargé de la garde du maréchal de Marillac, tombé dans la même disgrâce que son frère, le chancelier, après la journée des Dupes. À cette occasion, il est gratifié d’une pension de 1 800 L.65. Gabriel des Réaulx apparaît ici comme un officier comparable aux frères L’Hospital – quoique sur un mode mineur. Un demi-siècle plus tôt, il se serait certainement vu confier un commandement en Champagne, pour tenir le terrain pendant les guerres de Religion. Avec le renforcement du pouvoir central, ses qualités sont utilisées d’une autre manière, car la priorité de l’État n’est plus la stabilisation de son autorité locale, désormais acquise dans ses grandes lignes. Sans passer par l’exercice d’une charge provinciale qui l’aurait fait entrer dans la noblesse seconde, il s’affirme plutôt comme un agent de l’absolutisme, un individu dont les compétences militaires seules – et non plus l’influence locale – sont employées par une monarchie qui cherche plus à imposer son autorité par la voie des armes que par la conciliation.

33Au vu d’un itinéraire aussi novateur et de la sélection qui conduit à l’effacement ou au déracinement de quelques unes des plus anciennes familles de la noblesse seconde, il ne faudrait pas en conclure hâtivement à un abandon total de cette pratique qui contribuait si bien à assurer l’exécution des volontés monarchiques dans la province au cours du xvie siècle. Bien au contraire, le roi de France et son ministre, malgré l’épuration qu’ils pratiquent au sein du groupe issu des guerres de Religion, semblent toujours très attachés à ce mode de pouvoir. C’est en tout cas ce qui ressort de l’étude du profil de trois personnages, que les sources militaires et généalogiques permettent de dégager comme de nouveaux venus au sein de la noblesse seconde.

  • 66 B.N. PO. 1652.

34Le poste de bailli de Troyes, qui avait été tenu successivement par les Dinteville, les Vaudrey et les Choiseul-Praslin, est confié en 1615 à Louis L’Argentier, qui ne souffre d’aucune remise en cause de son pouvoir sous Richelieu, malgré l’itinéraire familial tout à fait inédit qui lui a permis d’accéder à la noblesse seconde. Il est en effet le fils aîné d’un riche bourgeois de Troyes, Nicolas L’Argentier, qui n’avait pas ménagé ses deniers pour Henri IV et qui en avait été récompensé, entre autres choses, par une charge de notaire et secrétaire du roi en 1602 – ce qui signifiait la noblesse pour lui et ses descendants. À la mort de son père, en 1610, Louis se trouve à la tête d’un patrimoine énorme : la baronnie de Chapelaines, les marquisats de Bel val et L’Esguillon, la vicomté de Neufchâtel et une poussière de seigneuries disséminées dans toute la province. Une fortune écornée cependant par les 300 000 L. accordées à chacune de ses deux sœurs pour leur mariage avec d’anciens nobles seconds : Georges de Vaudrey et Claude de La Croix66.

  • 67 Et non en 1614, comme l’écrit d’Hozier in Fr. 32870 (46). Cf A.D. Marne E 715 (3).
  • 68 B.N. Mel. Col. 86 (172).
  • 69 B.N. Fr. 32870 (46).

35Peut-être ces alliances ont-elles poussé Louis à ne pas rester dans la robe à la suite de son père. Très tôt en effet, il adopte un profil de carrière qui le pousse vers la noblesse d’épée. Dès 1608, il est pourvu du collier de Saint-Michel par Charles de Choiseul-Praslin en personne67. Sept ans plus tard, il le remplace comme bailli de Troyes – un poste qui fait de lui, en l’absence de tout gouverneur, le responsable de la sauvegarde de cette ville et le chef des nobles du bailliage68. Jusqu’à la fin de sa vie, vers 1640, Louis L’Argentier va utiliser sa fortune pour racheter des charges militaires prestigieuses et gravir de cette manière les échelons de la considération sociale du monde nobiliaire ; c’est ainsi qu’il acquiert de Théodore d’Agrippa d’Aubigné une charge de vice-amiral en Poitou, Guyenne et Saintonge69. Malgré les origines roturières de son père – il est le seul à être dans ce cas parmi tous les nobles seconds – Louis L’Argentier mène donc sa carrière selon les règles propres à la noblesse d’épée et parvient surtout à se maintenir au pouvoir à Troyes pendant plus de vingt ans. Un tel parcours, qui conduit en deux générations une famille de marchands à la finance, puis à la robe et enfin à l’épée, ne peut avoir été rendu possible que par une certaine souplesse des mécanismes de promotion internes à la notabilité de la province, et surtout par une réelle volonté manifestée par l’État pour renouveler les cadres militaires de la Champagne.

36Toute la question est alors de savoir sur quels critères le pouvoir décide de choisir des individus tels que Louis L’Argentier afin de remplacer une partie de la noblesse seconde héritée du siècle précédent. Deux personnages, qui se distinguent très nettement du tout-venant nobiliaire pendant cette période, permettent de résoudre ce problème. Il s’agit de Bertrand de Vignolles, nommé lieutenant général en 1627, et de François de Baradat, pourvu du gouvernement de Châlons et de la conduite des armées royales en Champagne, en 1626.

  • 70 B.N. Fr. 25198 (326-337).
  • 71 B.N. Mel. Col. 86 (163v°).

37Toute la fortune de Bertrand de Vignolles s’enracine dans la fidélité qu’il a manifestée dès ses vingt ans à Henri IV. Huguenot comme le roi de Navarre, il l’a suivi à Coutras, en 1587, puis aux sièges de Chartres et de Rouen, en 1591, avant d’assurer en son nom le gouvernement d’Épernay. Peu après la conversion de son maître au catholicisme, il l’a imité en 1595 et a acquis un brevet de capitaine aux gardes, tout en conservant ses fonctions en Champagne. La mort du roi aurait pu bloquer irrémédiablement un individu dont la carrière dépendait si étroitement de ses relations avec le souverain, car ses charges locales – somme toute encore modestes – et les maigres biens de sa famille ne le plaçaient pas au premier rang de ceux qui pouvaient prétendre à la pérennité des récompenses royales après 1610. Ainsi, pour éviter sans doute de tomber dans l’oubli, il s’attache à Richelieu dès son premier passage au conseil du roi, à tel point qu’il doit le suivre quelque temps dans sa disgrâce, en 1617. Mais il parvient à relancer très vite sa carrière, car il se trouve gratifié dès 1619 par un collier de l’ordre du Saint-Esprit. Deux ans plus tard, il participe à la répression du Béarn et, en 1622, au siège de Tonneins70. Avec le retour de Richelieu aux affaires, cet homme de soixante ans obtient enfin la consécration : il est nommé en 1627 au poste de lieutenant général en Champagne méridionale qu’occupait Roger de Choiseul-Praslin, le fils de Charles, tombé en disgrâce à la mort de son père71.

  • 72 B.N. Fr. 25198 (326-337).

38Il est vrai que jusqu’à la fin de sa vie, Bertrand de Vignolles ne passe que très peu de temps en Champagne : dès 1628, il est chargé de la démolition des fortifications de La Rochelle, puis de la pacification du Poitou ; en 1630, il est nommé maréchal de camp dans l’armée de Savoie ; en 1632, il commande les armées royales en Nivernais, Berry, Bourbonnais, Touraine, Poitou, Aunis, Saintonge, Angoumois, Haute et Basse Marche, Limousin et Auvergne72. Mais ce phénomène, comme je l’ai déjà souligné, affecte tous les nobles seconds encore en place, qui peuvent délaisser quelque peu leur province d’origine au cours de ces campagnes menées contre les huguenots, dans la mesure où les problèmes religieux y ont été réglés dès 1606, avec la prise de Sedan par Henri IV. L’originalité du parcours de Vignolles est ailleurs, dans l’attachement profond qui le lie à Richelieu, dans cette fidélité qu’il semble vouer davantage au ministre qu’au souverain. À contrario, peut-être est-ce pour la même raison que les rangs de la noblesse seconde s’éclaircissent à cette époque. Peut-être les Lenoncourt, les Anglure, les Godet, les La Croix, les Saint-Belin n’ont-ils pas la même chance que Vignolles, celle d’entrer dans le nouveau réseau qui se met en place un peu partout en France : celui des propres agents du cardinal.

  • 73 B.N. PO. 185 et B.N. DB. 55.
  • 74 Les frères de François profitent largement de sa réussite. Henri est nommé en août 1626 à l’évêché (...)
  • 75 B.N. DB. 55.

39L’ascension spectaculaire et surtout la chute de François de Baradat sont de nature à confirmer cette hypothèse. Ce gentilhomme briard ne doit rien à ses compétences militaires, ni à celles de son père Joachim – qui avait cependant servi dans les armées d’Henri IV avant d’être envoyé en ambassade auprès d’Elisabeth d’Angleterre, en 1590. Sa carrière foudroyante résulte plutôt de la vive affection que Louis XIII ressent en 1624 à l’égard de ce beau jeune homme qui n’est encore que page de la petite écurie. Dès lors, promu favori en titre, les récompenses pleuvent sur François, qui devient premier écuyer en 1625 et premier gentilhomme ordinaire de la chambre en 162673. À la même époque, il est nommé gouverneur de Châlons et lieutenant général des armées du roi en Champagne, ce qui permet au monarque d’étoffer du même coup la noblesse seconde de la province, en y intégrant un individu supplémentaire, qui lui doit tout74. À ce moment de sa vie, Baradat apparaît comme l’exacte antithèse de Vignolles. Autant ce dernier n’avait pu entrer dans la noblesse seconde qu’au terme d’une longue et laborieuse carrière commencée pendant les guerres de Religion, autant Baradat fait-il figure de parvenu, comblé de charges à moins de trente ans. Autant Vignolles ne devait-il sa réussite qu’à son attachement au service de Richelieu, autant Baradat ne doit-il sa fortune qu’à la seule faveur de Louis XIII. C’est justement parce que le jeune homme ne fait pas partie de son réseau et qu’il ne lui est lié en aucune sorte que le cardinal ressent Baradat comme une menace. C’est pour cette raison et elle seule qu’il s’emploie vite à lui couper les ailes en obtenant du roi sa disgrâce, en décembre 1626 – sa tâche étant alors facilitée par la séduction que commence à exercer sur le souverain Claude de Rouvroy, le futur duc de Saint-Simon75.

  • 76 Une note laissée dans le dossier généalogique des Baradat, au Cabinet des Titres, indique que Fran (...)

40Pour Richelieu, le pouvoir militaire est sans doute trop précieux pour qu’il soit confié à un simple favori qui pourrait reprendre la place qu’un homme comme Concini occupait sous la Régence. Certes, les affaires de Champagne ne sont pas des plus brûlantes en 1626, mais la province n’en reste pas moins frontalière avec le Saint-Empire, qui se débat en pleine guerre de Trente Ans. Toute charge militaire d’envergure revêt donc une importance stratégique de premier ordre, ce qui nécessite d’y employer des hommes dont Richelieu soit sûr. Baradat ne faisait pas partie de ceux-là76.

41Sans doute les Anglure, les Lenoncourt, les Godet, les Saint-Belin, les La Croix ne sont-ils pas assez fiables, eux non plus, pour qu’ils soient autorisés à perpétuer leurs pouvoirs locaux. Peut-être le cardinal rechigne-t-il à consolider durablement la puissance de quelques lignages dont l’influence provinciale pourrait se révéler à terme dangereuse pour l’État. De fait, ne serait-ce que par leur élimination des charges militaires exercées en Champagne, ces individus ne font certainement pas partie du réseau que Richelieu entretient un peu partout en France pour relayer ses volontés. Arrivés au pouvoir à la faveur de troubles civils graves, ils ne doivent rien au ministre de Louis XIII, qui ne semble alors maintenir dans leurs emplois que ceux qui lui plaisent. Selon quels critères ? Pourquoi la branche de Choiseul-Francières est-elle confirmée dans ses fonctions à Langres alors que Roger de Choiseul-Praslin est démis de son poste de lieutenant général en 1627 ? Pourquoi Richelieu prend-il le risque, certainement calculé, de restituer à Charles de Livron les pouvoirs que son père, pourtant rebelle, avait détenus avant 1589 ? Pourquoi favorise-t-il la famille de Nettancourt, longtemps marquée par le protestantisme, alors qu’il délaisse de bons catholiques, comme les Lenoncourt ? Les mécanismes de la promotion ou de l’éviction sont beaucoup moins transparents qu’au xvie siècle. Ils procèdent d’une autre logique, que l’on peut qualifier au choix d’arbitraire ou de raison d’État. Une logique assez implacable en tout cas pour qu’elle en vienne à affecter profondément les perspectives de carrière de la noblesse seconde dans son ensemble. Peut-être est-ce d’ailleurs pour pallier cette insécurité permanente que quelques individus tentent de se ménager une voie de sortie en allant chercher alliances et emplois en Lorraine.

42Vers 1635, au terme d’une bonne décennie de pouvoir, Richelieu a donc profondément modifié les enjeux et les modalités du fonctionnement de la noblesse seconde. Désormais, l’État n’est plus contraint, comme au siècle précédent, de couvrir de récompenses ces barons locaux qui lui avaient permis de sauver sa mise en Champagne. C’est lui qui est maintenant en position de force, c’est lui qui peut dicter ses conditions et employer comme bon lui semble des personnages qui sont forcés de lui obéir pour ne pas perdre des emplois encore rémunérateurs. La guerre qui s’ouvre en 1635 contre les Habsbourg va contribuer, pendant plus de vingt ans, à faire évoluer davantage encore leurs liens de dépendance.

Notes

1 Voir chapitre IV, p. 131-132.

2 Père Anselme, op. cit., t. VII, p. 167-170.

3 Ibid, t. III, p. 721-738.

4 C. Buirette, op. cit., p. 275.

5 M. Poinsignon, op. cit., t. II, p. 444.

6 Discours de ce qui s’est passé à Mézière, slnd [1614], p. 4-5.

7 Ibid., p. 7.

8 M. Poinsignon, op. cit., t. II, p. 499.

9 Discours de ce qui s’est passé en la province de Champagne, soubs la conduite de M. d’Andelot, lieutenant général pour le Roy en lad. province... Troyes, 1616, p. 2.

10 Description de tout ce qui s’est passé en Champagne depuis le partement du Roy, et spécialement sous la conduicte de Mr. le marquis de La Vieuville... Paris, 1615, p. 6.

11 A. Jouanna, Le devoir de révolte..., p. 224.

12 M. Poinsignon, op. cit., t. II, p. 504.

13 B.N. Fr. 3658 (5).

14 Ibid. (16).

15 M. Poinsignon, op. cit., t. II, p. 504.

16 B.N. Fr. 15616 (20).

17 M. Poinsignon, op. cit., t. II, p. 507-508.

18 Récit véritable de ce qui s’est passé en la frontière de Champagne, depuis que l’armée du Comte de Mansfeld est partie du Palatinat pour venir en France..., Paris, 1622.

19 B.N. Fr. 3805 (96).

20 B.N. Fr. 3846 (2).

21 B.N. Fr. 3802 (32).

22 B.N. Fr. 3814 (70).

23 Ibid. (2).

24 Ibid. (98).

25 N.A.F. 2808 (2 v°).

26 Ars. Ms. 4485 (164 v°).

27 Ibid. (164).

28 Lettres du cardinal de Richelieu, t. I, p. 404-405.

29 B.N. DB. 486.

30 B.N. Mel. Col. 86 (164).

31 B.N. N.A.F. 2825 (167). Cette source est cependant erronée, car elle confond Louis et Jean de Choiseul.

32 Voir p. 140.

33 B.N. DB. 371.

34 B.N. DB. 237.

35 B.N. DB. 23.

36 B.N. DB. 389.

37 B.N. CBH. 36, DB. 659, 318, 224.

38 B.N. DB. 224.

39 Lettres missives de Henri IV, t. IV, p. 872-873, 950-954, 1005.

40 B.N. DB. 23.

41 B.N. DB. 389.

42 B.N. DB. 23.

43 B.N. DB. 389.

44 B.N. DB. 186. Le cas des seigneur d’Isché est particulier, car c’est la seule branche de la famille qui a maintenu toute sa stratégie matrimoniale en Lorraine, même au siècle précédent. C’est aussi la seule branche qui fait toute sa carrière dans le duché depuis les années 1500.

45 B.N. DB. 399.

46 B.N. DB. 389.

47 B.N. Fr. 25197 (534-552, 689-693).

48 B.N. Fr. 25198 (388-403, 406-424).

49 Ibid.

50 B.N. Fr. 25198 (400).

51 B.N. Fr. 32868 (243-244).

52 B.N. DB. 667-668.

53 B.N. Fr. 25198 (427-439).

54 Ibid.

55 Voir chapitre II, p. 45.

56 Voir p. 146.

57 B.N. Fr. 25197 (378-391).

58 Voir chapitre III, p. 80.

59 B.N. Fr. 25198 (681-682, 729-730).

60 B.N. PO. 480 et B.N. Fr. 32870 (166).

61 La vénalité de ce genre d’emplois, qui se met en place à l’époque, a sans doute joué également un grand rôle dans ce phénomène, dans la mesure où ces individus n’ont peut-être pas toujours les moyens de les acheter.

62 B.N. Fr. 32870 (546).

63 B.N. DB. 658.

64 B.N. Fr. 32869 (411) et 32870 (110).

65 B.N. Fr. 32870 (110).

66 B.N. PO. 1652.

67 Et non en 1614, comme l’écrit d’Hozier in Fr. 32870 (46). Cf A.D. Marne E 715 (3).

68 B.N. Mel. Col. 86 (172).

69 B.N. Fr. 32870 (46).

70 B.N. Fr. 25198 (326-337).

71 B.N. Mel. Col. 86 (163v°).

72 B.N. Fr. 25198 (326-337).

73 B.N. PO. 185 et B.N. DB. 55.

74 Les frères de François profitent largement de sa réussite. Henri est nommé en août 1626 à l’évêché de Noyon et Pierre obtient un canonicat laissé vacant à Notre-Dame de Paris par la promotion d’Henri. Lettres du cardinal de Richelieu, op. cit., t. II, p. 270-271

75 B.N. DB. 55.

76 Une note laissée dans le dossier généalogique des Baradat, au Cabinet des Titres, indique que François est rentré momentanément en grâce en 1635. Louis XIII séjournant à Baye-en-Brie, son ancien favori « fit dire au Roy qu’il estoit bien malheureux d’estre le seul de la Province qui fût privé de luy faire la révérence ». Le roi l’ayant accepté, Baradat « fut fort bien veu du Roy, qui sentit renouveller l’inclination naturelle qu’il avoit pour luy. L’ancienne amitié se réveilla. Ce Prince ne parla [qu’avec] luy tant qu’il fut à Baye et il luy permit de le suivre à Saint-Germain ». Mais ce moment fut de courte durée, Richelieu ayant de nouveau réussi à l’éliminer. La note s’achève en racontant que « le Roy Louis XIII étant malade l’envoya chercher pour le voir, reconnaissant qu’il l’avoit persécuté (1643) et luy donna une abbaye. Il obtint le domaine de Château-Thierry (1645) ». François meurt vers 1680. B.N. DB. 55.

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540