Version classiqueVersion mobile

La cité des réseaux

 | 
Paulin Ismard

Chapitre I. Les associations athéniennes et la définition de la citoyenneté de Solon à Lycurgue

Chapitre I. Les associations athéniennes et la définition de la citoyenneté de Solon à Lycurgue

Texte intégral

1À en croire le chapitre quarante-deux de l’Athenaiôn Politeia, c’est au terme de trois étapes que le jeune Athénien, avant d’accomplir son service éphébique, intégrait la communauté civique. Né de père et de mère athéniens, âgé de dixhuit ans, le jeune éphèbe, pour être inscrit dans le registre du dème, devait tout d’abord subir un vote d’approbation des démotes confirmant qu’il était bien « de condition libre et de naissance légitime ». Rejeté, il pouvait faire appel devant un tribunal civique. L’inscription dans le registre du dème n’était toutefois définitive qu’après la docimasie pratiquée par la Boulè.

  • 1 Un consensus s’est progressivement dégagé pour identifier une date de rédaction de l'ouvrage dans (...)

2On a déjà noté à plusieurs reprises les difficultés qu’une telle présentation, qui inaugure la minutieuse exposition des institutions civiques, pose à l’historien de la citoyenneté athénienne. En insistant sur le rôle du dème, l’auteur de l’Athenaiôn Politeia ignore délibérément celui que d’autres communautés, parallèlement ou sur le mode de la complémentarité, sont susceptibles de jouer. Par ailleurs, si les procédures de contrôle des instances civiques à l’égard des dèmes sont précisément décrites, il est impossible de restituer l’évolution historique y conduisant jusque dans la décennie 3201.

  • 2 Les études de Whitehead, Demes, et Lambert, Phratries, sur les dèmes et les phratries de l’âge cla (...)
  • 3 N. Jones, Public Organizations in Ancient Greece. A Documentary Study, Philadelphie, 1987.
  • 4 Μ. H. Hansen, « 95 Theses about the Greek Polis in the Archaic and Clasical Periods », Historia, 5 (...)

3Aussi n’est-il peut-être pas excessif d’imputer à l’influence de l’ouvrage la construction d’un paradigme qui, sous la double dimension de la permanence et de la centralité, commande encore une grande partie des études sur la citoyenneté de l’âge classique. D’une part, la citoyenneté athénienne aurait été définie au début ou à la fin du vie siècle et ses formes n’auraient guère évolué jusqu’aux premiers temps de l’époque hellénistique2. D’autre part, les dèmes ou les phratries sont avant tout envisagés comme des subdivisions civiques ou des « unités d’organisation publique3 ». Selon une perspective « centraliste », les instances civiques détiendraient le monopole de la définition de la citoyenneté et les associations ne seraient que des corps passifs d’enregistrement des citoyens4.

4Or, tout indique que les définitions théoriques de la citoyenneté athénienne, ainsi que ses procédures d’attestation, ont connu des évolutions sensibles depuis le vie siècle jusqu’au ive siècle, et il est fort probable que les modernes qui considèrent que Clisthène a créé de toutes pièces une citoyenneté aux formes invariables durant l’ensemble de l’époque classique ne se distinguent guère, en réalité, des Atthidographes lorsqu’ils attribuaient à Solon la fondation démiurgique de l’identité civique athénienne. Le contrôle des instances civiques sur les procédures de dévolution de la citoyenneté par les associations, tout comme le rôle prédominant que jouent à l’époque classique les dèmes et les phratries sont le fruit d’un processus qu’il convient d’éclairer. Par ailleurs, il suffit de rappeler qu’il n’existait pas de listes centralisées de citoyens dans l’Athènes classique pour apprécier le gain que peut représenter l’étude de la citoyenneté envisagée du point de vue des communautés de l’Attique archaïque et classique, et de l’évolution de leur statut au sein de la politeia athénienne.

  • 5 Voir par exemple A. L. Boegehold et A. C. Scafuro éd., Athenian Identity and Civic Ideology, Londr (...)

5Nous chercherons donc à mettre en lumière le rôle évolutif que jouent les différentes communautés attiques (dèmes, phratries, genê, orgéons) dans les procédures d’intégration au corps civique et l’attestation de la citoyenneté. Toutefois, dans la perspective générale de notre étude, il conviendra surtout d’examiner la façon dont, selon les périodes, de telles fonctions dévolues aux associations s’articulent à celles reconnues aux instances civiques. Cela implique de récuser préalablement les démarches d’inspiration holistique qui, en souhaitant identifier les formes d’expression de l’identité civique au-delà de l’espace des institutions, s’interdisent le plus souvent d’examiner les lieux précis et les articulations concrètes entre les différentes instances qui définissent la citoyenneté5.

6Notre étude distinguera trois étapes. Nous tenterons tout d’abord d’examiner le rôle des associations dans la progressive construction de la cité athénienne à l’époque archaïque. Nous verrons comment, au vie siècle, par l’affiliation à un ensemble de communautés, étaient reconnus les droits élémentaires définissant une citoyenneté encore largement inachevée. À la fin du vie siècle, autour des dèmes et des phratries, la réforme clisthénienne hiérarchisait et articulait les différentes identités communautaires de la cité en les intégrant dans une structure civique commune. À partir du ive siècle, des formes de contrôle des instances civiques à l’égard des associations voient le jour, témoignant d’une évolution profonde, de nature institutionnelle et culturelle, quant à la place des associations au sein de la politeia athénienne.

Notes

1 Un consensus s’est progressivement dégagé pour identifier une date de rédaction de l'ouvrage dans les années 320 : voir notamment G. Mandoli éd., L’Athenaion Politeia di Aristotele 1891-1991. Per un bilancio di cento anni di studi, Pérouse, 1994.

2 Les études de Whitehead, Demes, et Lambert, Phratries, sur les dèmes et les phratries de l’âge classique, s’inscrivent pleinement dans cette démarche.

3 N. Jones, Public Organizations in Ancient Greece. A Documentary Study, Philadelphie, 1987.

4 Μ. H. Hansen, « 95 Theses about the Greek Polis in the Archaic and Clasical Periods », Historia, 52.3, 2003, p. 257-282.

5 Voir par exemple A. L. Boegehold et A. C. Scafuro éd., Athenian Identity and Civic Ideology, Londres, 1994, et V. Hunter et J. Edmonson, Law and Social Status in Classical Athens, Oxford, 2000.

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search