Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux XVIe et XVIIe siècles

 | 
Laurent Bourquin

Deuxième partie. La noblesse seconde au pouvoir (1560-1635)

Chapitre IV. La recomposition des relais locaux (1579-1610)

Texte intégral

1. Dinteville ou les bases d’une autorité nouvelle

  • 1 Ms. Sor. 377 (4).

1Chaumont-en-Bassigny, 2 février 1580. Toute la noblesse de la province est venue répondre à l’appel de Joachim de Dinteville, le nouveau lieutenant général pour le roi en Champagne et Brie. Il y a là les Anglure, les Choiseul, les Nicey, les Livron, les Saint-Belin, les Chastenay, les Lantages, les Eltouf et beaucoup d’autres, en tout cent quatorze personnes. Rares sont ceux qui ont décliné la convocation. Ils ne sont qu’une dizaine à ne pas avoir fait le voyage, soit parce qu’ils sont en train de préparer le mariage d’un fils, soit parce que leurs occupations les retiennent loin de là, en Bourgogne ou en Beaujolais. Ils sont venus écouter ce que veut leur dire celui que le roi vient de nommer pour exercer son autorité dans la province, « en l’absence du [duc de Guise], gouverneur d’icelle »1.

2Joachim de Dinteville est l’héritier d’une longue lignée de serviteurs de l’État dont il a déjà été souvent question dans ces pages, une famille qui fut l’une des premières à intégrer la noblesse seconde en entrant dès la fin du xve siècle dans l’entourage des rois, en exerçant un pouvoir d’envergure dans la province, en organisant la défense des frontières du Nord-Est entre 1530 et 1560. De génération en génération, les Dinteville ont su tisser des liens ténus, denses, solides avec les souverains successifs qui sont devenus leurs patrons, à l’écart de toute tutelle provinciale, à l’écart des allégeances qui poussent les plus petits gentilshommes à dépendre des grands féodaux pour avancer dans le monde. Comme les Choiseul, les Anglure, les Livron, les Lenoncourt, les Clermont d’Amboise, ils font partie de ceux qui occupent maintenant une place à part dans la noblesse champenoise, qui assurent de façon effective la transmission des volontés monarchiques dans la province, à Coiffy, à Langres, à Troyes, à Nogent, à Montigny.

  • 2 B.N. Fr. 32867 (1294-1296).
  • 3 B.N. Dup. 537 (119-122).
  • 4 B.N. Dup. 537 (123-128) et Fr. 32867 (1294-1296).
    « La reyne mère du Roy n’eust peu recepvoir plus (...)

3Par sa naissance, Joachim de Dinteville est donc un familier du pouvoir. Du pouvoir provincial, bien sûr, mais aussi et peut-être d’abord et surtout du pouvoir central. Il est fait chevalier de l’ordre de Saint-Michel en 1572, gentilhomme ordinaire de la chambre en 1575, conseiller du roi en son conseil privé et capitaine d’une compagnie de cinquante hommes d’armes2. Dès lors, grâce à la faveur dont il bénéficie auprès de la reine mère, il se voit attribuer des missions délicates, des missions de confiance que seuls quelques nobles de son origine, les plus fidèles, peut-être les plus habiles, parviennent à obtenir. Le 13 décembre 1578, il est envoyé aux Pays-Bas pour empêcher François d’Anjou, le frère du roi, de compromettre la France dans la guerre civile qui fait alors rage contre la domination espagnole3. Il s’acquitte si bien de sa mission qu’Henri III l’envoie en Guyenne un mois plus tard, pour aider Catherine de Médicis dans ses négociations avec Henri de Navarre. Jusqu’au traité de Nérac, signé le 28 février 1579, il passe son temps à faire la navette entre les protestants, la reine mère, le roi de France et le duc d’Anjou, afin de convaincre les différentes parties que le désir royal de déposer les armes est bien sincère4.

4Ainsi, à la fin des années 1570, Dinteville a donc été conduit bien loin de sa terre d’origine. Petit à petit, il en est venu à se distinguer très sensiblement de l’ensemble de la noblesse seconde, dont les fonctions sont restées éminemment militaires. Après de tels voyages, il pourrait donc être assez surprenant de le voir accéder, le 20 décembre 1579, à la charge de lieutenant général en Champagne et Brie, un poste qui constitue un véritable retour aux sources pour un homme qui avait été habitué à de plus larges horizons. Pourtant, cette nouvelle mission s’inscrit bien dans le prolongement de ce qu’il a accompli jusqu’ici, pour peu qu’elle soit interprétée à la lumière du contexte provincial de cette époque.

  • 5 Ms. Sor. 377 (3).

5On peut saisir à quel point la situation s’est détériorée en Champagne depuis quelques années en lisant le rapport que Dinteville envoie au souverain le 18 janvier 1580. Le nouveau lieutenant général répète en effet, dans le préambule de ce mémoire, les instructions que le roi lui a confiées avant sa prise de fonctions. D’abord faire la chasse aux gens de guerre qui se sont « acoustuméz de vivre aux despens et ruyne du peuple... et lever compaignyes sans en avoir aucune charge ny commission de sad. majesté, chose qui redonde à l’entière désolation de son peuple et qu’elle a veu cy devant avec beaucoup de regret et desplaisir ». Dinteville doit donc en priorité restaurer la crédibilité du pouvoir central, malmenée par les exactions de quelques individus qui se servent de son autorité pour piller le plat pays et rançonner les villes. En cas de besoin, il peut « les faire rompre et deffaire avec l’ayde de la noblesse et des communes qu’il pourra assembler à cest effect »5. Il s’agit donc tout autant de les mettre au pas que de rassembler les nobles autour d’une idée simple : la défense de la société provinciale.

  • 6 Ibid.

6Ensuite, Dinteville doit veiller à « ne donner jalousie à ceulx de la nouvelle oppinion, et n’estre veu faire chose qui soit contraire aud. dernier eedict de pacification, pour l’establissement duquel, s’il reste quelque chose à faire, il y pourvoiera suivant icelluy eedict que sa majesté désire estre estroictement observé »6. Tout en neutralisant les fauteurs de troubles en Champagne, le nouveau lieutenant général doit rendre à la monarchie le rôle d’arbitre qu’elle aspire à récupérer, en se posant en conciliateur face aux extrémistes des deux bords – et tout particulièrement du parti catholique. Il s’agit bien là des deux versants d’une même idée : la répression pour ceux qui portent atteinte à l’autorité royale et la reconnaissance de facto d’une minorité religieuse dont la protection doit être assurée par un État qui veut se soustraire à la pression des ultra-catholiques. Le succès de cette politique ambitieuse passe par la réaffirmation du pouvoir éminent de la couronne sur toutes les composantes de la société champenoise, de façon à y souder l’ensemble de la population autour d’une volonté de défense commune. En se posant en pacificateur armé, Henri III entend ainsi retrouver ce qui pour lui est l’essentiel : l’exacte application de ses volontés dans la province.

  • 7 Sur les orientations politiques du duc de Guise, voir J.-M. Constant, Les Guise, p. 78-85 et A. Jo (...)

7Or ce n’est plus le roi de France qui commande réellement la province à la fin des années 1570, mais son gouverneur, Henri de Guise, dont la puissance a largement profité des troubles. Appuyé sur une assise territoriale énorme, disposant d’un puissant réseau de clients dont il a conforté l’étendue, auréolé par la réputation militaire que son clan a construite depuis trois générations, Henri de Guise s’est affirmé comme le vrai détenteur des rênes du pouvoir en Champagne, surtout depuis qu’en 1576-1577 il a démontré la solidité de son influence lors de l’éclosion et la mise au pas des premières ligues. Il apparaît en fait comme le principal obstacle à la mise en œuvre de la politique royale, car il entend, au contraire d’Henri III, prendre la tête d’une croisade destinée à détruire définitivement une minorité protestante qui représente pour son autorité provinciale un continuel affront7. La densité des ramifications du réseau guisard en Champagne a été suffisamment mise en relief dans les chapitres précédents pour qu’il soit inutile d’y revenir. Il me semble plus intéressant de comprendre en quoi les ambitions politiques et religieuses de Guise ont pu se conjuguer avec la fragilisation des relais locaux du pouvoir central, au point de gêner l’action du nouveau lieutenant général. Pour saisir les tenants et les aboutissants de cette évolution, il est nécessaire de commencer par l’étude détaillée de la ligue nobiliaire qui voit le jour le 5 octobre 1579 dans le Bassigny. Les revendications qu’elle exprime permettent en effet de mesurer le désarroi d’une partie de la noblesse de cette province et de cerner les enjeux sur lesquels Henri III et Dinteville sont décidés à ne pas lâcher prise. Les moyens employés pour la juguler montrent de quelle façon les agents de la monarchie peuvent espérer jouer de leur influence locale pour la traduire en termes de loyauté et de fiabilité militaires.

  • 8 B.N. Dup. 537 (131).
  • 9 Le texte ne fait même pas allusion au roi de France.
  • 10 Rien ne permet d’affirmer que le duc de Guise ait pu être ce chef, puisqu’il n’a jamais été élu, n (...)

8Le 18 janvier 1580, Antoine d’Amoncourt, seigneur de Piépape, présente à Henri III les articles d’une ligue nobiliaire qui vient de naître dans le Bassigny. Ce phénomène n’est certes pas une nouveauté : il s’inscrit dans le droit fil des associations d’autodéfense qui ont fleuri dans le royaume voilà quelques années. De fait, les confédérés font le serment « d’employer leurs vies et moyens à l’honneur et gloire de dieu et à leur salut... [et] de maintenir la liberté et franchise publicque de la patrie de leurs vies et de leurs droictz et le légitime establissement de police »8. Placer ainsi sur le même plan le combat pour Dieu et celui pour le droit correspond tout à fait aux intentions qui étaient celles de 1576-1577. Rien de bien neuf, donc. Ce qui l’est plus, c’est que la ligue est créée pour la défense des nobles qui y ont adhéré « envers et contre tous ceulx qui ne seront comprins en la présente association, de façon que s’il survient quelques querelles, débat ou procès entre quelques ungs des confédérés et aultres qui ne le seront, le commung desd. confédérés y employra touttes ses facultés pour la conservation du confédéré et de son droict pour quelques causes et occasion que le différent soit meuz ». Cette phrase porte une atteinte grave à tous les principes de la justice royale, qui se définit toujours comme une émanation de la volonté divine, applicable à tous les corps de la société, quels qu’ils soient. Le risque est ici de voir l’édifice social – surtout dans des pays lointains et difficiles d’accès comme le Bassigny – se fractionner en de multiples blocs qui ne reconnaîtraient plus que de manière très théorique l’autorité de la couronne. À partir d’une revendication d’autodéfense somme toute assez habituelle à l’époque, cette ligue glisse donc vers la contestation d’un pouvoir royal discrédité et l’affirmation d’une justice nouvelle, débarrassée de toute tutelle étatique, reprise en main par une noblesse désireuse de renouer avec les bases mythiques de l’organisation féodale de la société. Elle en vient ainsi à proposer l’élection de « quattre personnaiges, plus ou moings selon l’exigence du cas, non suspectz ny favorables à l’une ou à l’aultre des parties, qui auront touttes puissance de devers le différent, à laquelle décision lesd. parties acquiesseront comme à ung arrest et jugement souverain à peine de l’honneur et de la vie ». Afin de coiffer cet édifice rudimentaire, les confédérés éliront à la pluralité des voix « ung chiefz pour le maniement et conduicte des armes,... quelques aultres ydoines et suffisans pour ung bon et légitime conseil,... [et d’] aultres qui seront délégués par la communaulté de tous les confédérés, qui seront tenuz s’assembler quant l’ocasion et la nécéssité le requerant par le mandement et ordonnance dud. chief ». Par cette dernière résolution, les associés reconstituent un espoir qui s’exprimait déjà, sous une forme il est vrai atténuée, en 1576 : la collaboration de la noblesse à un vrai conseil, conformément à leur vision d’un juste partage des décisions entre la tête et les membres du corps social. Ce désir procède sans doute des frustrations d’une noblesse qui a le sentiment de ne plus participer aussi activement que par le passé au mystère du pouvoir avec un souverain lointain9. Elle tente par ce moyen de recomposer son influence sur des bases locales régénérées, de mettre en œuvre ses aspirations politiques dans un cadre local où elle se sent chez elle, de se regrouper autour d’un chef qui cristalliserait à la fois ses ambitions et ses idéaux politiques10.

  • 11 B.N. Dup. 537 (132).

9Henri III est parfaitement lucide sur les dangers que cette ligue fait courir à son pouvoir. Il écrit ainsi à Dinteville que le mémoire qui lui a été transmis est « non seullement contraire directement à l’aucthorité qui m’est deue, mais aussy à toute police humaine, qu’il devroyt estre quasi estimé hors de vraysemblance, n’estoyt que l’on s’aperçoyt les espritz des hommes s’adonner en cette saison à toutes sortes des plus énormes perversitéz qui se puissent imaginer »11 Le nouveau lieutenant général de Champagne va donc devoir, dès sa prise de fonctions, s’assurer que l’ensemble de la noblesse provinciale ne souscrit pas à ces revendications d’autonomie.

10C’est surtout pour cela que Dinteville a convoqué toute la noblesse à Chaumont-en-Bassigny pour le 2 février 1580.

  • 12 Ms. Sor. 377 (5).
  • 13 B.N. PO. 1004 et DB. 237.

11Une telle assemblée est avant tout un moyen de tester son influence. Qu’une écrasante majorité ait ainsi répondu à son appel représente pour lui un réel succès, d’autant plus net que son nom et son passé font pourtant de lui l’homme du roi en Champagne. Il peut donc tabler sur l’aide ou du moins la neutralité bienveillante de ceux qui voient d’abord en lui un noble de leur province. Le discours qu’il prononce devant eux s’articule d’ailleurs tout entier autour de cette idée de familiarité, de complicité qui doit les unir à un nouveau lieutenant général qui se présente surtout comme leur voisin, leur ami, leur parent. « Je me promectz tant de vostre bonne affection que cette ellection vous a esté et sera agréable, premièrement pour estre du pays et avoir esté nourry parmy vous et en dernier chef pour appartenir quasy à ung chacun de vous de sang et parentaige, qui m’oblige aussy d’emploïer ce que je pourray en ceste charge au bénéfice et contentement de chacun de vous en particulier »12. En insistant sur ces liens, Dinteville présente sa nomination comme le résultat d’une revendication que la noblesse du pays a si souvent exprimée dans ses cahiers de doléances : que le pouvoir local, à son plus haut niveau, soit confié à la noblesse du pays et à elle seule. De plus, tout en reprenant à son compte ce malaise nobiliaire, il se présente comme l’interlocuteur privilégié de la couronne, celui par qui la grâce du souverain peut désormais atteindre une noblesse toujours friande des signes de la reconnaissance royale. Or la famille Dinteville est suffisamment bien implantée en Champagne pour que ces arguments ne puissent pas être interprétés comme une simple manœuvre rhétorique ; c’est en tout cas ce qui ressort du tableau 16, qui présente les principales alliances de Joachim13.

  • 14 Sa belle-mère est une Coligny, ainsi que le mari de sa cousine Gabrielle. Par ailleurs, il compte (...)

12L’extrême densité du réseau familial dont peut se prévaloir en Champagne le nouveau lieutenant général lui permet de se poser très facilement comme l’émanation d’une bonne partie de la noblesse provinciale – catholique, bien sûr, mais aussi protestante14. Au-delà, il peut compter sur une mouvance plus ou moins lâche de voisins et d’amis, qui prolongent son influence en dehors de sa famille au sens strict. Il peut espérer ainsi calmer les plus chauds partisans de l’autonomie nobiliaire, ceux qui sont sans doute les inspirateurs de la ligue du Bassigny, ceux qui conçoivent les dysfonctionnements actuels de la société provinciale comme la conséquence de l’intrusion abusive et incompétente de la monarchie dans les affaires internes de la province.

13Du coup, il convie l’assemblée à passer outre les haines qui se sont développées depuis une vingtaine d’années, en retrouvant les liens individuels, familiaux, affectifs qui doivent unir tous ces nobles les uns aux autres. C’est à une véritable régénération morale qu’il les invite, en les appelant à vivre dans « une concorde mutuelle, attendu que les querelles que nous aurions à démesler s’adresseroient à l’encontre de noz propres frères, cousins, parens et compatriotes, chose inhumaine et du tout à rejecter ». Par le biais de cette nouvelle alliance, Dinteville présente son action future et celle du roi comme une restauration de l’influence nobiliaire, non plus seulement à l’échelon local, mais aussi et surtout dans les plus hautes instances décisionnelles de l’État. Concrètement, il leur propose ainsi de rédiger un mémoire contenant toutes leurs suggestions et doléances, de façon à les transmettre au souverain « qui y pourvoiera selon le besoing et cognoistra d’aultant plus vostre dévotion au bien de son service ».

14Parachevant le tout, Dinteville rappelle l’assemblée à son devoir de protection des frontières, « parce que le Bassigny est à la teste de l’estranger qui a tant faict son proffict de nostre dommaige et sur lequel il luy est plus à main que nul des autres de faire quelque desseing ». La reprise de ces thèmes militaires est tout à fait logique dans ce contexte, même si ce sont surtout les dissensions internes du pays qui inquiètent le roi. Elle intervient comme un ultime prolongement de la restauration nobiliaire, après le rétablissement de la paix entre les individus et les réseaux, l’union de tous les nobles champenois autour de l’un des leurs et la fidèle transmission au souverain de leurs doléances et de leurs ambitions.

  • 15 L’assemblée de Chaumont est à cet égard de très bon augure : elle se sépare à la fin de la journée (...)

15Le discours de Chaumont est comme le manifeste tardif de la politique qui est menée par le pouvoir central dans les réseaux champenois depuis le déclenchement des guerres de Religion. Il s’agit toujours en effet de transcender les conflits et les rancœurs en rassemblant la noblesse autour du service exclusif de l’État. Cependant, les moyens dont disposait le monarque pour y parvenir – les dons, les emplois de cour, les pensions, les distinctions les plus prestigieuses – semblaient insuffisants pour lui assurer des fidélités exploitables en termes de relais locaux. En deux longues décennies, seuls cinq individus avaient pu intégrer la noblesse seconde, sans que le roi puisse malgré tout se fier complètement à eux, tant ils étaient redevables à leurs patrons d’avoir appuyé leur ascension. La promotion de Joachim de Dinteville à la charge de lieutenant général intervient comme le constat d’échec de cette politique, tout en la reprenant sur des bases nouvelles. Avec cet homme, qui se situe au cœur du petit groupe nobiliaire dans lequel il a le plus confiance, le souverain a trouvé enfin l’intermédiaire qui lui manquait : celui par lequel il peut contrôler des nobles qui suivent plus facilement l’un des leurs qu’un roi toujours bien lointain. Henri III semble avoir enfin trouvé celui qui pourrait faire pièce à l’influence de Guise en Champagne15.

  • 16 B.N. N.A.F. 8633 (39, 103, 111) et Clair. 278 (5325).
  • 17 B.N. Clair. 278 (5305).
  • 18 François de Choiseul-Meuze est l’époux de Barbe de Chastenay, cousine de Joachim de Chastenay, le (...)

16En pleine conformité avec ses déclarations du 2 février 1580, Joachim de Dinteville va jouer à fond de ses solidarités locales pour raffermir le pouvoir de son maître. Et d’abord y en recrutant les hommes d’armes de sa compagnie. Quatre montres, dressées en 1581, 1583 et 1584, permettent ainsi de mesurer à quel point le lieutenant général a pu compter sur une alliance militaire effective avec une bonne partie de la noblesse16. Dans chacune d’elles, les effectifs champenois représentent plus de 42 % du total – avec un maximum de 59,1 %, atteint à Ervy le 16 août 1583. Ces chiffres traduisent à leur manière l’interdépendance accrue qui s’opère entre Dinteville et de nombreux nobles provinciaux. À titre de comparaison, la compagnie du duc de Guise qui séjourne le 15 juin 1581 à Vitry-le-François ne rassemble « que » 38,9 % de Champenois17. Jamais les rôles de montres n’ont jusqu’à présent livré de chiffres aussi élevés, même au temps des succès militaires de Claude et François de Guise, dans les années 1530-1560. En outre, l’examen attentif de l’identité des officiers fait apparaître que le lieutenant général confie la quasi-totalité des postes de commandement à des membres de sa famille, non pas à des Dinteville – car il est le dernier survivant de son clan – mais à ses cousins par alliance : François de Choiseul-Meuze (le lieutenant), Claude de Joyeuse-Tourteron (l’enseigne), Claude de Lenoncourt-Marolles (le guidon)18. La source de sa puissance militaire directe dépend donc étroitement de son réseau champenois, mais celui-ci fonctionne sur un autre mode que celui des grands féodaux. Il ne s’agit pas en effet d’entretenir une vaste clientèle de petits nobles en leur promettant de la gloire, du butin et des pensions, mais de compter sur les profondes solidarités qui l’unissent à ses parents, ses alliés, ses égaux.

  • 19 Ms. Sor. 377 (28 v°).

17Mais une compagnie de cinquante hommes d’armes, même fidèles, ne saurait être suffisante pour tenir une province dans un contexte aussi dangereux. C’est la raison pour laquelle les relations de Dinteville lui servent également, pour exercer de manière plus diffuse une autorité que les armes seules ne sauraient imposer. Séjournant à Troyes en avril 1580, alors que des rumeurs lui font craindre que la ville soit assiégée, il écrit ainsi à Henri III : « Je me suis gecté dedans ceste ville comme la principalle de la province et que je sçay estre la plus envyée, y aïant mandé plusieurs de mes amys des gentilzhommes du pays qui s’y sont trouvez, lesquelz j’ay départiz de mesler parmy les habitans de lad. ville pour y faire la garde tant de jour que de nuict et les disposer à ce que y est nécessaire pour la seureté et conservation d’icelle »19.

  • 20 Ms. Sor. 377 (41 v°).

18Les relations de Dinteville lui sont également précieuses pour obtenir des renseignements. Dans une lettre qu’il envoie le 8 juin 1580 à Brûlart, il écrit « qu’un des [siens]... rencontra à une lieue d’icy ung gentilhomme qu’il recongneu pour estre de ce pays et l’ayant autrefois fréquenté familièrement, qui luy dist après s’estre enquis d’où il venoit et quel chemin il tiroit, qu’il s’en retournoit en sa maison, qu’il venoit d’avec Monsieur le Prince ». L’homme raconte alors sans méfiance à son ami tous les pourparlers que le prince de Condé est en train de mener avec le duc Casimir pour obtenir de lui une armée de reîtres20. Des informations du plus haut intérêt, que Dinteville s’empresse de communiquer à Paris. En s’appuyant sur ses propres amis, il peut ainsi déboucher sur les relations que ceux-ci entretiennent dans toute la noblesse du pays, car les liens d’estime et d’amitié qui unissent certains gentilshommes par-delà les fractures religieuses ne favorisent pas le secret des préparatifs militaires.

  • 21 Et même au-delà de la Champagne, grâce à ses alliances avec les Coligny.
  • 22 Ms. Sor. 377 (42 v°).

19N’oublions pas que Dinteville lui-même compte parmi ses alliances familiales des nobles protestants21, autant d’individus qu’il sait influencer pour mettre un pied dans leurs propres réseaux. C’est ce qui ressort d’une lettre qu’il écrit le 8 juin 1580 à François de Choiseul-Précigny, l’un des huguenots les plus notoires du Bassigny. « Monsieur mon Cousin, je doubte fort que nous ne soïons pour rentrer bien tost en noz premières misères pour le mauvais conseil que quelques ungs prennent de ne se contanter de la grâce et bénéfice que le Roy faict à ung chacun de voulloir en tout observer son dernier édict de pacification, dont Sa Majesté est si mal contante qu’elle... [a] délibéré de commencer par faire saisir les biens de tous ceulx qui se trouveront portant les armes contre luy. Et parce qu’il s’en pourroit trouver quelques ungs de ce nombre qui vous sont en recommandation et serois marry pour le bien que je leur désire en votre considération qu’ilz receussent quelque incommodité, j’ay bien voullu vous en advertir de bonne heure, afin que, avant que aucun de ceulx que vous aimez se trouve détracqué, vous le puissiez retenir par votre auctorité, le faire vivre soubz led. édict et l’asseurer qu’il sera conservé comme ung bon et loïal subject peult désirer »22.

20La tactique déployée par Joachim de Dinteville au début des années 1580 fait donc de lui un homme d’influence. Dès sa prise de fonctions, il a compris que pour apaiser la noblesse de Champagne, il lui fallait jouer des désirs de pouvoir local qu’elle exprimait depuis longtemps. Il s’est donc présenté devant elle comme son porte-parole auprès du roi, de façon à canaliser vers le souverain le plus de fidélités nobiliaires qu’il lui serait possible de rassembler. En contrepartie, il a fait appel aux relations que les Dinteville entretiennent depuis des générations dans la province, en les exploitant sur le terrain militaire, certes, mais aussi dans le domaine de l’espionnage. En outre, grâce au crédit qu’il possède dans quelques uns des plus puissants lignages huguenots, il a pu maintenir avec eux des relations assez stables pour se permettre de les encourager à ne rien commettre d’irréparable. L’efficacité de cette politique est-elle à la hauteur de son habileté ?

21La tournure que prennent les événements au cours des années 1580 invite à en dresser un bilan plutôt contrasté.

2. L’impossible statu quo

  • 23 Ms. Sor. 377 (37). Rappelons qu’il s’agit des cousins de Dinteville, François de Choiseul-Précigny (...)
  • 24 Ms. Sor. 377 (7).
  • 25 Ibid.
  • 26 Ms. Sor. 377 (22 v°).

22Sans doute faut-il porter à son actif un apaisement réel du parti huguenot champenois. En effet, dès le mois d’avril 1580, Dinteville signale à Henri III que, contrairement à ce qu’il craignait, ses principaux chefs restent chez eux. Il fait même état d’un courrier qu’il vient de recevoir, dans lequel « ilz disent porter telle révérence au service et obéissance qu’ils doibvent à vostred. Majesté, que s’ilz sçavoient qu’il se feist aucune entreprise et conjuration au préjudice d’icelle, qu’ilz s’y opposeroient par tous les moïens à eulx possibles, ne désirans rien plus que la tranquilité publicque »23. Ce succès de Dinteville est tout autant le résultat des contacts qu’il a préservés chez les Réformés que celui d’une véritable politique de conciliation, menée dès son arrivée en Champagne. Fin janvier 1580, faisant le tour des villes de son nouveau gouvernement, il assure les protestants de Nogent-sur-Seine qu’ils peuvent compter sur lui pour appliquer à la lettre l’édit de pacification24. Il donne les mêmes assurances aux huguenots de Troyes quelques jours plus tard25. Le 8 avril 1580, il est chargé par le roi de donner un lieu de culte aux protestants de Vitry-le-François, l’une des plus fortes communautés de Champagne26. Tous ces gages de bonne volonté ont dû peser très lourd, surtout lorsqu’il a fallu résoudre un épineux problème militaire créé par des questions successorales internes à la maison de Clermont.

  • 27 Il l’avait notamment suivi aux Pays-Bas en 1578.
  • 28 B.N. Dup. 537 (155).
  • 29 Ibid.
  • 30 Ms Sor. 377 (65).

23En effet, en 1579, Louis de Clermont, baron de Bussy, est tué en duel par Charles de Chambes, comte de Montsoreau, dont il avait séduit la femme. Pendant toute sa vie, le baron de Bussy avait tenté de tirer le plus de profit possible des guerres civiles, d’abord en assassinant à la Saint-Barthélémy Antoine de Clermont d’Amboise, son cousin huguenot, afin de mettre la main sur son marquisat de Reynel, puis en suivant le duc d’Anjou dans tous ses actes de rébellion contre Henri III27. Sa mort survenant en 1579, Georges II de Clermont-Gallerande, l’un de ses cousins, met aussitôt la main sur son château de La Fauche28, en espérant que l’origine douteuse des biens de Louis lui permettrait de s’en faire attribuer une partie. Très rapidement, le roi de France sent que la prise de cette forteresse est porteuse de dangers : il fait part à Dinteville de « la juste craincte que l’on peult avoir qu’il ne s’en servist à favoriser les affaires de ceulx de la Religion prétendue Réfformée, au party desquelz il est du tout attaché »29. Il est vrai que La Fauche apparaît, à la lecture d’un rapport du lieutenant général, comme l’une des plus solides places fortes du Bassigny, « n’aïant qu’une seulle advenue pour l’aborder, fort estroicte et flanquée de deux puissantes tours qui soustiendroient tousjours deux mil coups de canon, le surplus inaccessible et favorisé des bois et forêts qui couvrent lad. maison »30. En laissant faire Georges de Clermont, Dinteville risque donc de voir s’anéantir tous les efforts de conciliation qu’il a déployés depuis plus de six mois.

  • 31 Le 17 janvier 1581, Dinteville annonce en outre à Henri III que « les parents et amis du feu marqu (...)

24Il en aurait peut-être été réduit à entamer un siège éprouvant et incertain au plus fort de l’hiver, s’il n’avait bénéficié d’un réel crédit au sein de la noblesse protestante de Champagne. En effet, il lui suffit de se présenter à La Fauche, le 23 décembre, pour que Georges de Clermont lui concède sans résistance la garde du château, qui est attribuée provisoirement au lieutenant de Dinteville, François de Choiseul-Meuze, avant d’être confiée à Christophe de Choiseul-Chamarandes, le gouverneur de Coiffy31.

  • 32 Ms Sor. 377 (220 v°-221).
  • 33 Charles Ier de Clermont d’Amboise.
  • 34 Georges de Nettancourt-Vaubecourt.
  • 35 Le sieur de Saint-Mards-en-Othe : Thimothée de Piedefer. La Nerville : La Neuville-aux-Bois, N... (...)

25Cette affaire démontre à quel point la politique d’influence et de conciliation de Dinteville peut être payante lorsqu’elle s’exerce en direction du parti huguenot. Elle permet d’éviter une confrontation militaire directe à laquelle personne n’a intérêt, elle se conforme aux soucis d’économie du roi de France, elle favorise enfin et surtout le développement d’un certain loyalisme monarchique au sein de la noblesse protestante. Celle-ci semble en effet comprendre tout l’intérêt qu’elle peut avoir à épauler le lieutenant général dans ses efforts de pacification, surtout lorsque les ligues catholiques remettent en cause la paix civile, en 1584-1585. En avril 1585, Dinteville voit ainsi affluer à Troyes plusieurs nobles huguenots qui lui proposent immédiatement de lui procurer des troupes fraîches32. Il y a là « le sieur de Bussy le Jeune », marquis de Reynel33, qui dispose d’une centaine de chevau-légers, « le sieur de Bethoncourt »34, qui en promet cinquante, « les sieurs de Chevroche ( ?), Saint-mards et La Nerville »35, qui peuvent fournir cent cinquante bons arquebusiers à cheval. Certes, cette aide est paradoxalement encombrante, car elle lui arrive au moment précis où il tente de calmer les ardeurs ultra-catholiques du petit peuple de la capitale provinciale. Mais elle est aussi le signe évident que son crédit est devenu immense dans une noblesse protestante qui le voit désormais comme un protecteur, voire un allié, en tout cas comme le garant du statu quo voulu par Henri III.

26Cependant, malgré l’audience considérable dont il peut se prévaloir au sein de la noblesse protestante, le lieutenant général, précisément en ce printemps 1585, va se heurter à un obstacle majeur : Henri de Guise. C’est en effet le 30 mars 1585 que celui-ci rend public le programme de la Ligue appelant l’ensemble des catholiques à s’unir contre l’avènement prochain d’Henri de Navarre, l’héritier hérétique de la couronne de France. Les réseaux nobiliaires de Champagne ne vont pas manquer d’être fortement perturbés par cette nouvelle radicalisation des affrontements religieux.

27Dès ce mois de mars 1585, afin de faire preuve de sa puissance, Guise adopte une tactique de repli sur son gouvernement et ses réseaux champenois. Cette manœuvre est logique. Guise est chez lui dans cette province, d’où son clan tire d’immenses revenus domaniaux depuis des décennies, où de nombreux nobles lui sont redevables d’un emploi ou d’une gratification, où il sait que ses informateurs lui feront facilement connaître les mouvements des troupes adverses. À lire les rapports de Dinteville, on a le sentiment que tout est allé très vite. Les objectifs de Guise sont simples : pour exercer une pression efficace, il lui faut obtenir des gages territoriaux, des châteaux, des bourgs, même des villes importantes, bref tenir un maximum d’espace pour se présenter en position de force lors des négociations qui ne manqueront pas de survenir. Tout de suite, il se lance donc dans une prise de contrôle extrêmement rapide du pays, aidé en cela par une bonne partie de la noblesse catholique locale.

  • 36 Ms. Sor. 377 (194 v°-195 v°).
  • 37 Ms. Sor. 377 (197) et B.N. Dup. 537 (259).
  • 38 Ms. Sor. 377 (199-202 v°).
  • 39 Le gouverneur de Joinville dont il a été question p. 75.
  • 40 B.N. PO. 2106 (16).
  • 41 Fils d’un commissaire des guerres promu à l’ordre de Saint-Michel, Piépape a commencé sa carrière (...)
  • 42 B.N. CBH. 36, Fr. 32867 (970) et 32868 (235).

28Dès le 12 mars, Henri III envoie à Dinteville un courrier lui ordonnant de s’assurer des principales villes et d’aller trouver « aucuns gentilshommes dud. gouvernement de Champagne,... les eschortant et admonestant de se tenir et monstrer tousjours aultant affectionnéz à son service comme ilz ont faict par le passé sans se laisser aller aux faulx bruictz et associations,... et que si d’adventure ilz savent quelques ungs de leurs amys qui par surplus ( ?) se fussent mis et joinctz esd. associations, qu’ilz facent en sorte qu’ilz les quictent et s’en retirent de bonne heure, d’aultant que c’est chose périlleuse et dangereuse, si comme il est dict cy-devant le meilleur et plus seur est tousjours de servir le Roy et luy obéyr, oultre que le debvoir de naturelz subjectz qu’ilz luy sont les y oblige »36. Mais l’heure n’est plus aux pressions discrètes. Une semaine plus tard, Dinteville ne contrôle presque plus rien en Champagne. Pris de court par la vitesse avec laquelle Guise s’est assuré du soutien de la plupart des capitaines et gouverneurs de places, le lieutenant général se retrouve enfermé à Troyes, devant y faire face à une montée en puissance de l’agitation ultra-catholique. Seules les villes de Rocroi, Maubert-Fontaine et Sainte-Menehould sont encore fidèles37. Son autorité s’est effondrée comme un château de cartes. C’est donc en position de faiblesse qu’il rencontre Guise à Châlons le 21 mars. Ceux qui entourent le duc lors de cette entrevue sont bien connus de Dinteville38. Il n’est pas étonnant d’y retrouver quelques uns des plus vieux clients du duc, comme Antoine de Chaumont, seigneur de Saint-Chéron39, ou Ferry de Nicey, seigneur de Romilly-sur-Seine, enseigne de sa compagnie40. Il est en revanche plus surprenant d’y trouver Antoine d’Amoncourt, seigneur de Piépape, celui-là même qui avait fourni à Henri III le texte de la ligue du Bassigny. Rien ne semblait pourtant prédisposer ce fils d’un commissaire des guerres, comblé par les faveurs royales, à se rallier au duc41. Il est tout aussi étrange d’y voir Jean II de Saint-Belin, seigneur de Thivets, qui fut maître d’hôtel de Charles IX, chevalier de l’ordre en 1569 et gouverneur de Montéclair. De même que son frère cadet Georges, seigneur de Bielles, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, promu chevalier de l’ordre en 158042. Pour quelle raison de tels individus, choyés par le pouvoir central, habitués depuis plusieurs décennies à bénéficier des plus belles distinctions de l’État, ont-ils pu se compromettre dans cette rébellion ?

  • 43 Cf. p. 85-87.
  • 44 A. Jouanna, Le devoir de révolte, p. 192-200.

29L’explication la plus plausible tient à des facteurs religieux. En effet, pour que ces personnages aient ainsi trahi le service de la couronne au péril de leurs carrières, il ne suffit pas de faire appel à ce que l’on pourrait connaître de leurs liens avec le duc de Guise. Contrairement à Anne de Vaudrey, le bailli de Troyes, qui avait obéi à son ancien patron en faisant exécuter les huguenots de la ville malgré les directives royales43, Amoncourt et les frères Saint-Belin ne peuvent être soupçonnés d’appartenir à la clientèle du duc. Rien dans leur passé, rien dans leur tradition familiale ne permet d’indiquer qu’ils lui soient redevables d’une manière ou d’une autre. Ils font indéniablement partie de ceux qui ont la plus grosse dette envers l’État, surtout les Saint-Belin, qui ont été agrégés à la noblesse seconde depuis une dizaine d’années déjà. Ainsi, pour qu’ils aient suivi un homme à qui ils doivent si peu, il faut qu’ils aient adhéré à son idéal, à son combat, à son image. Or en ce printemps 1585, Guise est maintenant le chef une croisade dirigée contre tous les huguenots, une lutte à mort destinée à empêcher l’avènement d’un souverain hérétique. Seul un levier aussi puissant peut avoir incité ces nobles à s’y rallier, à faire jouer ce qu’ils considèrent comme leur devoir de révolte, leur façon de préserver la monarchie malgré elle, et au besoin contre elle44. Peut-être même la politique conciliatrice que Dinteville mène depuis cinq ans envers les réseaux protestants les incite-t-elle à se méfier du pouvoir central, qui n’a pas dû manquer de leur apparaître comme un allié objectif de l’hérésie. Toujours est-il que la radicalisation religieuse et politique opérée par Guise ne manque pas de miner de l’intérieur la noblesse seconde qui est apparue pendant les années 1560-1570.

  • 45 B.N. Dup. 537 (231).
  • 46 Mémoire des choses plus notables advenues en Champagne, p.p. Georges Hérelle, Reims 1882, p. 17.

30En regardant agir Henri de Guise au cours de ce printemps 1585, on a le sentiment que ces ralliements, malgré leur importance, ne lui suffisent pas. En effet, tous les agents du roi n’ont pas les mêmes cas de conscience que les frères Saint-Belin. Sans parler de Joachim de Dinteville, qui est loin d’être convaincu par ses arguments lors de leur entrevue de Châlons45, la plupart des nobles seconds de Champagne ne semblent pas bouger – même s’ils ouvrent leurs portes à celui qui, après tout, est encore leur supérieur hiérarchique. C’est certainement pour cette raison que Guise accentue tout particulièrement sa pression sur le Rethelois, en chassant de Mézières Robert de La Vieuville, le gouverneur, et en le remplaçant par Claude de Joyeuse-Grandpré46. Il s’agit là d’une affaire très intéressante, car les différentes personnes qui y sont mêlées sont suffisamment bien connues des sources pour que l’on puisse en déduire beaucoup de renseignements sur les enjeux du pouvoir local champenois en ce printemps 1585.

  • 47 B.N. Fr. 32866 (277).
  • 48 B.N. Fr. 32868 (243-244).

31Robert de La Vieuville fait partie de ces quelques hommes que le roi de France a choisis depuis le début des troubles pour étoffer la noblesse seconde champenoise. Son père, Pierre, avait commencé sa carrière dans le réseau d’Antoine de Bourbon, avant d’obtenir des Clèves-Nevers le gouvernement de Mézières. Gentilhomme ordinaire de la chambre du roi en 1556, chevalier de l’ordre en 1564, il s’était vu confier à la fin de sa vie, vers 1573-1574, le commandement de la garnison de Reims47. Son fils Robert lui avait succédé dès 1569 à Mézières. À la mort de son père, il avait été pourvu par les Clèves-Nevers d’une charge de lieutenant général en Rethelois, mais il n’avait pas abandonné pour autant les perspectives d’ascension qu’offrait le service d’Henri III : en 1577, il avait obtenu une compagnie de cinquante hommes d’armes, puis un titre de conseiller d’État d’épée et le collier de l’ordre (1580)48. En 1585, La Vieuville ne doit donc rien à Guise : toute sa fortune résulte de sa fidélité aux Clèves-Nevers et des services qu’il peut rendre au roi dans cette partie de la Champagne. Alors que presque tous les pouvoirs locaux de sa province viennent de lui tomber dans la main, Guise peut en profiter pour placer un homme à lui dans cette ville de Mézières, dont la position quasi frontalière en fait une place de premier ordre.

  • 49 B.N. Fr. 3336 (92).
  • 50 B.N. Fr. 3413 (26).
  • 51 M. de Sars, La ville et le comté de Grandpré, Laon, 1937, p. 32. On trouve le nom de Foucault dans (...)
  • 52 B.N. Fr. 32867 (1210).
  • 53 Les apparences sont néanmoins sauvegardées, car les Joyeuse-Grandpré sont malgré tout clients du d (...)
  • 54 Lettres de Catherine de Médicis, t. VIII, p. 320.
  • 55 Dans une lettre adressée à son fils le 13 septembre 1586, Catherine de Médicis reprend en partie à (...)

32C’est ainsi qu’il écrit à Henriette de Clèves-Nevers : « Ayant esté averty comme l’on vouloit entrer une grosse garnison en vostre ville de Mézières, je l’ay fait entendre auz abitans, lesquels pour leur conservation m’ont demandé le june Conte de Grand Pré pour les garder... comme princypal du païs aïant charge de la compagnie de monsieur mon neveu »49. Non content de cette recommandation, il écrit à Louis de Gonzague, le mari d’Henriette et à ce titre duc de Rethel : « Monsieur le Comte de Gran Pré vous allant trouver pour ser-tenes gratifications qu’il désire de vous, je vous supplieray très humblement l’en vouloir gratifier. J’ay reconnu ceux de Mézières et tous voz vassaux l’aymer tant et luy porter si grande affection, pour s’y estre comporté sy bien et à leur contentement, que j’estime à la vérité estre un bien très grand pour le païs »50. Le bénéficiaire de la sollicitude d’Henri est Claude de Joyeuse, comte de Grandpré. Lointain cousin d’Anne de Joyeuse, le favori du roi, il n’appartient pas à l’ancienne clientèle des Guise en Champagne : ses terres ne sont pas dans leur zone d’influence et son père, Foucault, avait même fait partie un temps des gentilshommes ardennais huguenots alliés aux La Marck51. Pour une raison obscure, Foucault avait abandonné le protestantisme et le service du duc de Bouillon vers 1560, avant d’entrer dans le réseau des Clèves et d’obtenir un collier de l’ordre de Saint-Michel en 157152. En 1585, son fils Claude n’est donc pas lié aux Clèves par une fidélité ancestrale et exclusive. Il s’offre comme une recrue de choix, riche et influente, pour le duc de Guise, qui cherche par ses lettres à s’en attacher la reconnaissance. S’il pouvait le placer à Mézières, il en tirerait un double avantage : écarter La Vieuville, qui est beaucoup trop lié aux intérêts de la monarchie, et disposer dans cette ville stratégique d’un gouverneur qu’il peut espérer docile53. Au mois de juin 1585, lors des négociations menées à Épernay avec Catherine de Médicis, Guise va se montrer très ferme sur cette question de Mézières54, mais sans résultat : la monarchie ne peut se permettre de laisser le pouvoir local de sa noblesse seconde lui échapper. La Vieuville conservera son poste55.

  • 56 Ms. Sor. 377 (233 v°).
  • 57 Ms. Sor. 377 (238).
  • 58 Ms. Sor. 377 (224).

33Pendant que Guise tente ainsi de dicter ses conditions à la couronne, Joachim de Dinteville, toujours enfermé dans Troyes, assiste impuissant à la décomposition de son influence. En juin, fidèle à la tactique qui lui avait pourtant si bien réussi jusqu’à présent, il envoie une lettre pathétique à quelques unes de ses relations, pour les exhorter à venir le rejoindre. « Estant bien asseuré qu’advenant ung siège devant cette ville vous serez bien ayse d’estre de bonne heure adverty et préparé pour ne laisser passer une si belle et advantageuse occasion de faire paroistre l’affection que vous avez tousjours eue au service du Roy,... je vous y attendray en bonne dévotion, pour ensemble nous acquicter aultant qu’il nous sera possible du debvoir dont tous les gens de bien se recongnoissent tenuz envers Dieu, leur Roy et leur patrye »56. La moisson est bien maigre. Seuls cinq individus répondent à son appel au secours. Mais il a néanmoins la satisfaction de voir arriver Claude de Joyeuse-Grandpré, qui se rallie à sa cause malgré les avances de Guise57. Il dispose bien sûr de l’appui déclaré du réseau huguenot, mais Henri III le dissuade de l’utiliser, autant pour ne pas jeter de l’huile sur le feu que par manque d’argent58.

  • 59 Ms Sor. 377 (244 v°).

34Les pourparlers d’Epernay s’achèvent le 7 juillet 1585 à l’avantage du duc de Guise. Le 18 juillet, le Parlement enregistre un nouvel édit de pacification qui interdit l’exercice du culte réformé et qui retire au roi de Navarre tous ses droits à la couronne. Le lendemain, Henri III adresse une lettre à Dinteville, lui enjoignant de « tenir la main et donner tout l’ordre qu’il sera requis en l’estendue de [son] gouvernement pour faire entièrement exécuter, maintenir et observer [sond.] eedict en faisant proccéder contre ceulx qui y contreviendront par les peines qui y sont déclarées »59. La Champagne est bien aux mains du réseau guisard ; le roi de France n’a plus le pouvoir d’y imposer sa volonté propre.

3. L’échec de la croisade guisarde

  • 60 B.N. Fr. 4734 (61,71).
  • 61 Ibid. (85).
  • 62 Ibid. (133).

35Dès lors, Guise se sent assez puissant pour faire appliquer les dispositions draconiennes du dernier édit de pacification. Pendant l’hiver, malgré le mauvais temps, il entreprend ainsi de détruire définitivement le réseau huguenot dans son gouvernement. Du 3 au 24 décembre, il commande le siège de Rocroi, qui se solde par la reddition de la garnison protestante60. Sans faire hiverner ses troupes, il poursuit son offensive en concentrant ses efforts sur les terres des La Marck, qu’il considère – à juste titre – comme le principal refuge de ses ennemis. Dès la fin du mois de décembre, il réclame au duc de Bouillon que lui soient livrés les principaux officiers de ses troupes, « pour avoir entrepris contre le service de Sa Majesté en sond. gouvernement »61. En janvier et février 1586, malgré « les pluyes et le temps plus mauvais en ce pays qu’ailleurs »62, il s’acharne à combattre un adversaire qui lui échappe cependant de plus en plus, favorisé par une meilleure connaissance du terrain et de nombreux points d’appui fortifiés. Pendant toutes ces semaines, Henri III est obligé de cautionner un conflit qu’il n’a pas voulu. Privé de nombreux relais locaux, soit parce qu’ils l’ont trahi, soit parce qu’ils se cantonnent dans une prudente neutralité, la marge de manœuvre dont il dispose pour faire pièce à la puissance provinciale de Guise est bien mince. Cependant, petit à petit, il va parvenir à l’endiguer en se servant des deux seuls atouts qui lui restent : l’argent et la noblesse seconde.

  • 63 Le 18 février 1580, Dinteville informe le roi que le capitaine de Châlons n’a pas été payé depuis. (...)
  • 64 Le 13 décembre 1586 (B.N. Fr. 4734 (89)) et le 22 janvier 1587 (B.N. Fr. 4734 (109)).
  • 65 Rappelons que les montres sont normalement trimestrielles.
  • 66 B.N. Fr. 4734 (131).
  • 67 A. Jouanna, Le devoir de révolte, p. 388-390.

36Dire que l’argent est l’un de ses atouts peut sembler paradoxal, tant la politique du roi de France s’est enlisée depuis des années dans ses difficultés à rémunérer les troupes régulièrement63. Mais c’est précisément grâce à l’état lamentable de ses finances qu’Henri III va progressivement asphyxier l’armée catholique. Le 27 février 1587, après avoir déjà réclamé par deux fois des fonds64, Guise lui envoie un appel pressant, presque une supplique : « le mauvais traictement, tant des garnisons (lesquelles en vingt moys n’ont receu que quatre monstres65) que des compagnies de Gens de pied, qui n’ont aussy receu meilleur traictement comme je l’ay tant de foys représenté à V.M., m’oste entièrement le pouvoir et le moyen d’y donner l’ordre qui est nécessaire pour son service,... pour la conservation de ses places et seureté de ceste province, à quoy jusques icy j’ay advancé tout ce que j’ay peu, n’y ayant espargné mon bien aussy peu que je feray la vie »66. Cette lettre, qui ne représente pas un cas d’espèce, est tout à fait révélatrice des obstacles contre lesquels le duc de Guise vient buter lorsqu’il s’agit pour lui de mener une politique de longue haleine qui ne réponde pas à la volonté monarchique. Elle confirme à sa manière les conclusions énoncées par A. Jouanna67 au sujet des profonds liens de dépendance qui unissent désormais le Trésor royal et une haute noblesse aux abois. Elle pose clairement les limites de toute rébellion contre la corne d’abondance étatique.

  • 68 B.N. Fr. 4734 (194).
  • 69 B.N. Dup. 537 (306). Mémoire du 24 août 1587.
  • 70 Ibid. (298).

37Confronté à un manque d’argent chronique, Guise doit également compter avec les réseaux de la noblesse seconde qui sont toujours contrôlés par Dinteville. Malgré son humiliation du printemps 1585, il reste en effet à la tête d’un groupe de nobles qui n’ont jamais fait partie de la clientèle guisarde et qui n’ont aucun avantage à s’y rallier imprudemment, en se privant des postes de commandement qui leur ont été confiés dans les troupes du lieutenant général. Fort de leur soutien, Dinteville peut donc se ménager une certaine liberté d’action malgré l’écrasante puissance de son supérieur hiérarchique. Ainsi, plusieurs indices font apparaître nettement que désormais, il ne reçoit plus ses ordres que du roi, et qu’il évite soigneusement de rendre des comptes au gouverneur. Dans une lettre que Catherine de Médicis envoie à son fils le 25 mai 1587, après qu’elle eut rencontré Guise à Reims, elle lui fait état des conflits qui pourraient naître de cette situation, le duc lui ayant expliqué « que led. sr. de D’Inteville escript et commande aux villes et aultres lieux de ced. gouvernement, sans luy en rien communicquer ny donner advis en quelque façon que ce soit. Bref, il dict qu’il faict entièrement sa charge, et qu’il n’est pas déllibéré de le souffrir. Cecy est en tel estat, que s’il n’y est bien tost remédyé, je veoy qu’il en adviendra quelque désordre »68. Sans doute Henri III a-t-il vu sans déplaisir Dinteville conforter ainsi son indépendance à l’égard de son principal adversaire. Il ne semble d’ailleurs pas avoir fait grand chose pour l’en dissuader, car Guise se plaint encore du lieutenant général en août, au moment où il doit faire face à une invasion de reîtres venus prêter main forte aux protestants français. Le gouverneur lui ayant reproché d’avoir tardé à venir le rejoindre pour les combattre, Dinteville lui répond « qu’il portoit ung extrême regret de n’avoir aultant de suffisance et de capacité que de bonne volunté de faire service au Roy. Que ce n’estoit à luy de faire choix et élection de ce qu’il aura à faire, mais de recevoir les commandements de Sa Majesté telz que son bon plaisir seroit de les luy faire »69. Peu après, il reçoit d’ailleurs les félicitations du secrétaire d’Henri III : « fort franchement, [vous] n’eussiez sceu luy respondre plus saigement comme il me semble et faire fort bien de ne mectre poinct votre compaignie aux champs, que n’en ayez particulier commandement du Roy »70.

  • 71 500 Colbert, 10 (277).
  • 72 Voir les ordres d’Henri III à ce sujet, in B.N. Fr. 4734 (223), 11 juillet 1587.
  • 73 À Vimory, le 26 octobre, et à Auneau, le 24 novembre.

38Derrière Dinteville, tous ses parents et amis de la noblesse seconde semblent faire défaut à Guise. D’après ce que l’on peut tirer des rôles de montres, des pièces généalogiques et de l’abondante correspondance échangée à cette époque entre le duc et le roi de France, aucun Choiseul, aucun Livron, aucun Lenoncourt, aucun Clermont d’Amboise ne participe à la croisade guisarde contre les huguenots champenois. Les compagnies de Clermont-d’Amboise, La Vieuville et Lenoncourt ne reçoivent l’ordre de se joindre aux troupes de Guise qu’en octobre 1587, pour faire face à l’invasion des reîtres71. Ces capitaines avaient tous adopté jusqu’à cette date une stricte position attentiste, privant le duc d’un groupe nobiliaire influent qui lui aurait pourtant été d’un grand secours pour lui fournir des troupes fraîches pendant une campagne éprouvante. Peut-être est-ce l’une des raisons pour lesquelles Guise se garde bien d’affronter immédiatement les reîtres qui pénètrent en Champagne au mois de juillet 158772. Disposant d’une armée fatiguée et minée par de nombreuses défections, il est obligé de les suivre à bonne distance pendant des mois, attendant qu’ils s’épuisent à battre la campagne, pour finalement les écraser loin de sa province, en Beauce, à l’approche de l’hiver73.

  • 74 Voir p. 104.
  • 75 M. Orléa, La noblesse aux États généraux de 1576 et 1588, Paris, 1980, p. 124-125.
  • 76 M. Orléa, op. cit., p. 99.
  • 77 Claude de Buz à Meaux, Charles du Biez à Sézanne, Eustache de Saint-Phalle à Sens, Guy de Piedefer (...)
  • 78 M. Orléa, op. cit., p. 153-154.
  • 79 J.-M. Constant a émis une hypothèse semblable pour expliquer l’attitude des nobles beaucerons, Nob (...)

39Au total, la noblesse seconde de Champagne semble avoir assez bien résisté à l’offensive guisarde des années 1585-1587. Certes, la rébellion du printemps 1585 en avait révélé certaines faiblesses, car l’influence de Dinteville n’avait pas suffi à empêcher le duc de contrôler l’essentiel du pays en quelques jours. Mais son offensive ultérieure contre le réseau protestant ne remporte pas le même succès. En outre, il semble que les Guise, pour les États généraux de 1588, aient eu bien du mal à faire élire parmi la noblesse du pays des députés dévoués à leur cause. Seuls deux d’entre eux sont à coup sûr des partisans de la Ligue : Georges de Saint-Belin, à Chaumont – celui-là même qui s’était rallié à la rébellion de 1585 avec son frère74 – et François de La Rouère à Troyes — l’un des organisateurs de la journée des Barricades75. Ce dernier ne parvient d’ailleurs à se faire élire qu’au prix de l’intervention personnelle du cardinal de Guise76. Dans tous les autres bailliages, la noblesse préfère choisir des royalistes bon teint – comme Jacques d’Anglure, vicomte d’Étoges, à Vitry – ou, plus fréquemment, des gentilshommes du pays dont la personnalité soit peu compromettante77. Sans aucun doute faut-il expliquer cette réserve par l’évolution de plus en plus anti-nobiliaire de la Ligue78, qui va certainement à l’encontre de la volonté de Guise, car elle contribue à déstabiliser son influence dans ses réseaux. En effet, même si les nobles provinciaux sont prêts à le suivre dans son combat contre l’avènement prochain d’un souverain hérétique, même si certains d’entre eux peuvent être réceptifs à sa croisade contre les huguenots, ils ne sauraient néanmoins cautionner une propagande ultra-catholique qui remet en cause la légitimité de leurs privilèges79.

40Toujours est-il qu’en cet hiver 1588, l’audience d’Henri de Guise semble avoir atteint ses limites dans la noblesse de Champagne. Malgré tous ses efforts, les protestants continuent à narguer sa puissance depuis leur refuge de Sedan. Joachim de Dinteville et ses relations ont plus que jamais la confiance du roi. Même ses clients pourraient à terme se détourner de lui à force de subir les attaques d’une Ligue dont il a pourtant été le principal initiateur. Du coup, la décision prise par Henri III de l’exécuter – ou de l’assassiner – le 23 décembre va considérablement clarifier la situation en Champagne. En décapitant ainsi son réseau, le roi de France va disloquer un pouvoir qu’il ne pouvait plus se contenter d’endiguer à l’aide d’une poignée de fidèles. Le vide laissé par sa mort va permettre à la noblesse seconde de recomposer les relais locaux du monarque.

4. Antoine de Saint-Paul et les « rieurs »

  • 80 M. Poinsignon, op. cit., t. II, p. 306.
    C. Buirette, op. cit. p. 237.
    Mémoires des choses plus notab (...)

41La disparition du duc de Guise, par l’onde de choc qu’elle provoque dans les populations urbaines de la province, réduit à néant la politique d’endiguement pratiquée par le roi de France depuis trois ans. Presque toutes les villes de Champagne, dès le mois de janvier 1589, ferment leurs portes au pouvoir royal et se rangent aux côtés de Paris dans sa lutte contre un souverain qui passe maintenant pour l’Antéchrist. Seules trois d’entre elles restent fidèles : Langres, qui cherche ainsi à se démarquer de Chaumont, sa voisine et rivale ; Châlons, qui expulse Chrétien de Savigny de Rosne, le gouverneur que Guise lui avait donné ; enfin Sainte-Menehould, où le lieutenant général du bailliage, Germain Godet de Renneville, fait arrêter le capitaine de la garnison, Lamothe80. Pourtant, ce bilan désastreux mérite d’être nuancé en observant ce qui se passe au sein des réseaux nobiliaires qu’entretenait le duc dans la province. Sa mort les prive en effet d’un patron charismatique dont la puissance était sans égale. Seuls son fils Charles ou son frère Mayenne pourraient légitimement assurer sa succession, mais le premier est retenu dans une prison à Tours et le second passe l’essentiel de son temps en Bourgogne, la province dont il avait été nommé gouverneur. La disparition de Guise crée ainsi une vacance énorme du pouvoir au sein de sa clientèle champenoise, un vide béant dont un petit noble ambitieux, Antoine de Saint-Paul, va tenter de tirer profit.

  • 81 B.N. PO. 2771 et O. de Gourjault, « Notes sur le maréchal de Saint-Paul », Revue de Champagne et d (...)
  • 82 B.N. PO. 2771.
  • 83 Ibid., O. de Gourjault, art. cit. et B.N. Fr. 32867 (1261).
  • 84 « Ce petit compagnon était fils d’un fermier qui faisant du tiercelet de noble, avait receu bonne (...)
  • 85 Il n’a aucun lien de parenté avec la famille d’Anglure, dont il a seulement acheté la baronnie qui (...)

42Saint-Paul fait partie de ces gentilshommes qui doivent toute leur carrière au duc de Guise, ceux qui sont désignés avec une pointe de mépris comme ses « créatures », ceux qui sont pourtant devenus, à force de loyauté, ses principaux lieutenants. Ses origines sont assez énigmatiques, non seulement à cause des lacunes de la documentation, mais aussi parce que la propagande royaliste s’est très tôt acharnée à remettre en cause sa noblesse. D’après les renseignements parcellaires que l’on peut glaner à la Bibliothèque Nationale81, Antoine de Saint-Paul ne semble pas être parti de rien. Son grand-père, Antoine Ier, seigneur de Villers-Templon, fut peut-être gouverneur de Mézières dans la première moitié du xvie siècle ; une note laissée dans les Pièces originales du Cabinet des Titres fait même de lui un chevalier de l’ordre de Saint-Michel, mais il n’y en a aucune trace dans le Catalogue établi par d’Hozier82. La carrière de son père, Antoine II, nous est complètement obscure. Quelques indications éparses nous apprennent simplement qu’il a considérablement agrandi le patrimoine familial – il était seigneur de Danneron, Bussy, Hourry, Chercotte, Bourlandouin – et qu’il a épousé vers le milieu du siècle Jeanne de Pradines, peut-être une parente de Jacques d’Eltouf de Pradines, chevalier de l’ordre en 157183. Leur fils Antoine III n’est donc pas le parvenu dénoncé par la propagande royaliste84. Il apparaît plutôt comme le dépositaire d’une ascension modeste, mais réelle, qui soutient son lignage depuis au moins deux générations. Lui-même parvient à faire une magnifique alliance, en épousant au début des années 1580 Gabrielle de Poisieu, fille de Michel, baron d’Anglure, chevalier de l’ordre du roi et gentilhomme ordinaire de sa chambre85.

  • 86 Michaud, Biographie universelle.
  • 87 Ms. Sor. 377 (211 v°).
  • 88 B.N. PO. 2771.
  • 89 B.N. Fr. 3977 (27).

43Antoine entre au service de Guise à une date inconnue, mais qui doit probablement se situer vers 1575. En 1583, son maître le nomme lieutenant général de Reims, un poste-clef qui fait de lui l’un des principaux rouages du pouvoir guisard en Champagne86. On retrouve ses traces dans les rapports que Dinteville adresse à Henri III en 1585, au moment où Guise se sert de lui et de quelques autres pour mettre la province sous son contrôle87. Au cours de l’hiver 1586-1587, il commande des troupes avec un titre de « mestre de camp du régiment de Champagne », avant de suivre son patron jusqu’à la bataille d’Auneau88. En quelques années, Antoine de Saint-Paul est ainsi devenu l’un des plus fidèles lieutenants du duc. La disparition de celui-ci le propulse donc au premier rang de ceux qui peuvent prétendre à continuer la lutte contre le roi de France. C’est pour cette raison que Mayenne, dès le 8 janvier 1589, lui accorde le pouvoir de commander la province conjointement avec Chrétien de Savigny de Rosne, en attendant que le fils aîné de Guise sorte de sa prison89.

  • 90 B.N. Fr. 4018. Publié en extraits par O. de Gourjault, Revue de Champagne et de Brie, t. XX, XXI, (...)

44En quelques semaines, Antoine de Saint-Paul devient la bête noire de tous les royalistes de Champagne, non seulement parce qu’il s’affirme très vite comme le chef militaire le plus talentueux de la province, mais aussi parce qu’il permet à la Ligue de présenter ses exploits comme une lutte manichéenne entre les soldats du Christ et les suppôts de Satan, un modèle d’alliance entre les vertus nobiliaires et l’ultra-catholicisme du clergé parisien. La Bibliothèque Nationale conserve un manuscrit qui se présente comme les Mémoires de Saint-Paul90. L’auteur de ce document est inconnu, mais il s’agit certainement d’un individu qui a suivi Saint-Paul dans toutes ses guerres, car la description des opérations militaires est si fine que seul un professionnel pouvait l’écrire. Sans doute ce travail était-il destiné à servir de base à un ouvrage apologétique qui n’a jamais vu le jour. Grâce à lui et à quelques libelles, il est possible de comprendre comment s’organisent les axes de la propagande ligueuse lorsqu’il s’agit pour elle de glorifier la noblesse catholique.

  • 91 B.N. Fr. 4018 (19 v°-20).
  • 92 La deffaicte des trouppes huguenottes et politiques en Champagne par le sieur de Saint-Paul. Ensem (...)
  • 93 B.N. Fr. 4018 (54-54 v°).
  • 94 La deffaicte des ennemis en Champagne par le sieur de Saint-Paul, avec le discours de tout ce qui (...)
  • 95 B.N. Fr. 4018 (16).

45L’hagiographie ligueuse fait d’abord de Saint-Paul le rempart des valeurs chrétiennes, celui par lequel les idéaux de croisade dont Guise était déjà porteur peuvent encore se perpétuer. Par exemple, lorsqu’en 1589 il se présente à Verdun pour décider la ville à prendre parti pour lui, les Mémoires lui font tenir des propos dont les accents ultra-catholiques sont très proches des sermons que le peuple parisien peut entendre à la même époque : « Il leur feit entendre ses conceptions, leur disant... qu’il y alloit de la manutention de la religion, laquelle sembloit fondre en ténèbres et submerger au fond de la mer par le labirinthe où elle estoit plongée..., leurs enfans nourriz parmi le faict de l’hérésie humeroient bien tost l’air d’une religion nouvelle, les ames desquels par ce moyen s’enseve-liroyent aux cavernes de Sathan, frustrant leurs âmes par leur faulte de la béatitude éternelle en laquelle ils estoient appelléz »91. Les adversaires de Saint-Paul sont les agents du Mal, les rejetons d’une noblesse indigne de son rang92. Les royalistes ont perdu jusqu’à la conscience de leur humanité et surtout les valeurs chevaleresques que devraient partager tous les nobles vertueux. Les Mémoires décrivent ainsi comment le duc de Nevers, en 1590, aurait massacré à Poix la garnison qu’y avait laissée Saint-Paul. « Il feit faire ung ban à tous soldatz de luy mener tous les prisonniers pour en disposer, lesquelz y allans furent par son commandement jusques au nombre de deux cens tuéz de froid sang sans que ceulx qui les tenoient s’y osassent opposer. Cruaulté trop grande et inhumaine entre chrestiens, que le barbare mesme de froid sang n’exécuteroit jamais... Mais le duc de Nevers, estant chrestien, ne debvoit razasier sa faim ny sa veue d’un misérable spectacle de monceau de morts qu’il feit avec trop d’animosité brutallement priver de vie »93. Par opposition, la stratégie de Saint-Paul est comme une œuvre de régénération morale, une façon pour la noblesse de retrouver son rôle de protectrice de la société contre les bandits et les pillards — qui ne seraient autres que les principaux royalistes de la province. Ainsi, dans une lettre qu’il aurait écrite à la duchesse de Guise, publiée sous forme de plaquette en 1589, il déclare : « [Je] m’en vais essayer de reprendre les maisons de Hellemaure, de Vaircey, de Marestres, Aillencelles et l’abbaye de Beaulieu, que lesdits ennemis tiennent, et où ils font infinis maux et pillemens en ces quartiers, principalement en vos terres »94. Cette propagande s’adresse en priorité aux élites urbaines, auxquelles la coopération entre Saint-Paul et les principales villes de Champagne est présentée comme un modèle d’ordre et de stabilité sociale95. Mais il ne fait aucun doute qu’en plaçant l’action de Saint-Paul sur le terrain moral et religieux, la Ligue cherche aussi à gagner l’audience de la noblesse provinciale, en l’appelant implicitement à s’engager dans une lutte visant à réhabiliter ses propres valeurs. Pourtant, tous ses efforts vont être vains.

  • 96 C’est son fils mineur, Charles, qui est gouverneur en titre.
  • 97 B.N. Fr. 3979 (160).
  • 98 Par exemple Advis de la deffaicte des trouppes de Sainct-Pol par M. le duc de Nevers, gouverneur d (...)
  • 99 « Mémoire ou journalier de Jean Pussot (1568-1626), charpentier rémois », pub. in Travaux de l’Aca (...)
  • 100 Ibid, p. 25.
  • 101 « Les trésors qu’il avait là, que l’on estime avoir esté très grands, comme je ne sais combien de (...)
  • 102 Saint-Paul était « impudent et sy hault eslevé [qu’il] se disoit le quatriesme pillier de la Ligue (...)
  • 103 « Le sieur de Saint-Paul, que le duc avoit tiré de la pauvreté et eslevé en crédit et autorité par (...)

46D’abord parce que les royalistes savent utiliser les mêmes arguments que les ligueurs pour les retourner contre Saint-Paul. Dans une déclaration qu’il rend publique le 7 novembre 1590, Louis de Gonzague, le nouveau gouverneur de la Champagne pour Henri IV96, dénonce l’armée « d’un nommé Saint-Pol, [qui] s’est monstrée si desnaturée et a tellement effacé en elle les marques et traictz d’humanité que d’une rage bestiale, furieuse et desbordée, elle a commencé à mectre le feu en plusieurs bourgs, villages et jusques aux maisons particulières de ceulx de la noblesse et autres, n’espargnans mesmes les églises et tous lieux saints et sacréz »97. Les pamphlets royalistes, tout aussi nombreux que ceux de la Ligue, reprennent avec insistance les mêmes accusations, pour ne pas abandonner à l’adversaire le terrain de la défense sociale et de la restauration des valeurs nobiliaires98. Par ailleurs, d’après plusieurs éléments qui n’appartiennent pas au registre de la polémique pamphlétaire, il apparaît que Saint-Paul s’est montré incapable d’ajuster ses actes pour les faire un tant soit peu correspondre à l’image flatteuse qu’en donne la propagande ultra-catholique. Il semble au contraire qu’il se soit servi de son pouvoir et de ses qualités d’homme de guerre pour satisfaire ses propres besoins d’argent et accélérer l’ascension sociale entamée par son grand-père. Il est ainsi troublant de voir comment évolue à son sujet le jugement d’un ligueur rémois tel que le charpentier Jean Pussot. En 1589, Saint-Paul est à ses yeux un formidable espoir, un héros conforme à ce qu’en dit la propagande de l’Union, le premier défenseur de la ville contre les « meschans volleurs »99. Cinq ans plus tard, il le voit au contraire comme un tyran, « ayant accumulé grands trésors et richesses, tant de trafiques de marchandise que des pillages de la guère, rançons, tailles, subsides, péages que pentions, le tout aux despens des pauvres gens... saisy d’une ambition, avarice et cupidité, [il] oublioit le deu de sa charge et ne se soucioit que de sa grandeur. Se donnant du bon temps aux jeux de paulmes et autres exercices mondains, faisant journellement reluyre sa superfluyté d’habits, festins excessifs, paré ordinairement, luy, sa femme et ses enfants, d’or, d’argent, pierres précieuses, et de toutes telles vanités »100. Cette description correspond bien aux arguments développés par la propagande d’Henri IV pour détruire l’image de marque de Saint-Paul101, mais Pussot ne peut être soupçonné d’avoir été influencé par elle, car la ville de Reims est toujours sous la domination de la Ligue au moment où il écrit ces lignes. Son portrait est en outre similaire à ce que l’on peut trouver sous la plume de Jacques Carorguy, le greffier de Bar-sur-Seine102, ou dans le manuscrit anonyme des Mémoires des choses plus notables advenues en Champagne103.

  • 104 B.N. Fr. 4715 (10-14, 16-17) et 4716 (114, 121).
  • 105 B.N. Fr. 3979 (245), 16 décembre 1590 : contribution de 8 écus par semaine à Mareuil. Ibid. (252), (...)
  • 106 B.N. Fr. 3980(101).
  • 107 B.N. Fr. 3615 (49). D’après la Biographie universelle, le duc de Nevers proclamait qu’il ferait pe (...)

47Plusieurs indices permettent d’en affiner le trait : par exemple la rapacité avec laquelle Saint-Paul réclame à Robert de La Vieuville une rançon en avril-mai 1589, alors que ce dernier n’est même pas son prisonnier, mais celui des Rethélois qui viennent de se soulever contre leur gouverneur104 ; l’insistance qu’il met à réclamer aux plus petites localités des contributions parfois très lourdes pour entretenir ses troupes et leur éviter des représailles105 ; et encore le fait qu’en février 1591, Mayenne lui fasse don de tous les « usufruictz, rentes, prousfictz et revenuz des duchés, terres et seigneuries de Rethel et Maizières appartenans et déppendances appartenans au sieur de Nevers »106. Il semble d’ailleurs que Saint-Paul se soit particulièrement intéressé au duché de Rethel, dont le propriétaire n’est autre que Louis de Gonzague, le gouverneur de Champagne pour Henri IV. En mars 1591, le roi prend même la peine de transmettre au duc les quelques informations qu’il vient d’obtenir sur le sort de ses terres : « le cappitaine Saint-Pol a esté à Mézières, où il s’est faict déclarer par cry public Duc de Rethellois, en vertu du don qu’il dit en avoir eu du Pape, et publie partout que vous estiez mort. Il a faict publier ses hommages, et encores que je croye que vous en avez eu advis d’ailleurs, je n’ay voulu laisser de le vous mander et vous tesmoigner combien je treuve estrange l’outrecuydance dud. Saint-Paul... Je participe du tort qu’il vous faict, sy tant est que vous en puissiez recevoir d’un tel homme que luy »107.

  • 108 B.N. Fr. 4018 (86).

48Le mépris que ressent Henri IV est sans doute partagé par la plupart des nobles de la province, pour lesquels il est inacceptable de transgresser avec un tel aplomb les règles qui sous-tendent la propriété seigneuriale. Que Saint-Paul soit en outre élevé à la dignité de maréchal de France pour la Ligue, à la fin juillet 1593, constitue une nouvelle violation des principes hiérarchiques auxquels la société nobiliaire dans son ensemble reste très attachée108. Ainsi, malgré les textes apologétiques qui sont élaborés à son sujet, il semble qu’il soit plutôt ressenti par la noblesse de Champagne comme un dangereux parvenu, un perturbateur de l’édifice social.

  • 109 « [II] y avoit plusieurs gentilshommes qui, estans logés en maisons fortes, regar-doient tomber la (...)
  • 110 H. Drouot, op. cit., t. I, p. 308.
  • 111 B.N. Fr. 4558 (35) p.p. G. Hérelle, Documents sur la Réforme... op. cit., t. II, p. 440-445.
  • 112 B.N. Fr. 3624(12).
  • 113 B.N. Fr. 3615 (102), p.p. G. Hérelle, op. cit., t. II, p. 341.
  • 114 G. Hérelle, op. cit., t. I, p. 296.
  • 115 La personnalité des nobles qui sont élus en 1593 pour siéger aux États généraux de la Ligue confir (...)

49Par conséquent, Saint-Paul a vite souffert d’un cruel manque d’influence au sein des familles nobles de Champagne. Nombre d’entre elles, plutôt que de suivre celui qui passe à leurs yeux pour un aventurier, préfèrent attendre des jours meilleurs sans se risquer à prendre fait et cause pour une lutte dont le chef n’a pas la crédibilité requise. Deux textes du temps les désignent comme des « rieurs »109 – un terme qu’Henri Drouot a aussi rencontré en Bourgogne110. Ce phénomène semble assez massif pour qu’Henri IV reçoive un rapport à ce sujet en août 1592, lequel fait état d’une centaine de « gentilzhommes de la Champaigne qui sont demouréz et demeurent oysifz en leurs maisons »111. Quelques uns appartiennent à la noblesse seconde : Jean d’Anglure, baron de Bourlemont, Philibert de Choiseul, baron d’Aigremont, Christophe de Saint-Belin, seigneur de Thivets, Antoine de Choiseul, baron de Clefmont, Joachim de Chastenay, seigneur de Lanty et Jacques d’Anglure, vicomte d’Étoges. La plupart cependant sont de petits nobles qui n’ont peut-être plus les moyens de s’engager dans un conflit interminable, ou qui n’osent pas se décider pour un parti par crainte des représailles. Ces défections sont si répandues qu’elles apparaissent aux nobles royalistes comme de nature à compromettre tous leurs efforts. C’est ainsi que Charles de Choiseul-Praslin, le 29 janvier 1593, fait part de ses inquiétudes au duc de Nevers, car « plusieurs de la noblesse et aultres ce sont accordéz et fait des tresves avec les villes ennemyes, qu’il ne se trouve presque aucun qui se veuille mettre en campagne pour faire un bon service au Roy »112. Pour Louis de Gonzague, qui ne cesse de remontrer à Henri IV la faiblesse des moyens dont il dispose, la diffusion de cette neutralité est une vraie menace. Selon lui, cette attitude provient surtout de « la craincte qu’ilz ont d’estre habandonnéz dans trois ou quatre mois et laisséz en la proye de leurs voisins, et pour ce ne désirent se partializer, ains plustost de s’accommoder, qui est le plus grand mal qui sçauroit venir en ceste province »113. Il est vrai que la Champagne n’est pas à cette époque la priorité stratégique du roi de France, qui préfère concentrer ses efforts sur la région parisienne et la Normandie. Cet éloi-gnement du souverain n’est sans doute pas étranger aux hésitations qui retiennent la noblesse provinciale de se battre pour lui114. Ces réflexes neutralistes procèdent certainement aussi des bouleversements qui affectent la noblesse de Champagne depuis la disparition de Guise. Qu’un petit noble ambitieux comme Saint-Paul puisse impunément profiter des conflits pour transgresser tous les codes nobiliaires ne peut manquer d’avoir de profondes répercussions sur la légitimité même de l’engagement, quel qu’il soit. Que ses actes soient glorifiés par une propagande ultra-catholique qui prône toujours la remise en cause des privilèges de la noblesse royaliste ne peut que les rebuter, même si, après tout, défendre la couronne d’un souverain hérétique ne va pas de soi non plus115. Que la brutalité des combats soit telle que les lois de la guerre volent en éclat ne peut que les inciter à une prudente réserve afin de protéger leurs biens.

5. Clientélisme royal et sécurité collective

  • 116 Ms. Sor. 377 (84) 29 mai 1581. lbid. (101), 11 juillet, lbid. (106 v°), 22 juillet. lbid. (108), 4 (...)
  • 117 B.N. Dup. 537 (185). Mémoire du 12 février 1582.
  • 118 B.N. Fr. 3620 (82) : Mr. de Remyremont au duc de Nevers, au sujet des exactions du sieur de Mérign (...)
  • 119 B.N. Fr. 3414 (50) : Dinteville rassemble la noblesse locale pour défendre Épernay (16 avril 1589) (...)

50La monarchie n’est pourtant pas avare de ses efforts pour répondre aux craintes diffuses qui paralysent les nobles provinciaux, d’autant que de multiples doléances touchant au maintien de l’ordre public s’exprimaient déjà dans les cahiers de 1576. Henri III et son successeur insistent beaucoup sur ce point dans leur correspondance avec Dinteville, car il en va de la crédibilité du pouvoir royal, qui doit redevenir avant tout le garant fondamental des lois de la société. Cette volonté pacificatrice passe surtout par le démantèlement des troupes qui ont été levées sans l’agrément du souverain, une véritable obsession au vu de l’abondance des documents qui en font état. Ainsi, dès le mois de mai 1581, Dinteville interdit à Claude de Bauffremont, lieutenant général en Bourgogne, de lever en Champagne trois compagnies de chevau-légers pour le compte du duc d’Anjou, le propre frère du roi. Obligé de les disperser par la force le 11 juillet, il reçoit peu après deux lettres, l’une du duc d’Anjou, courroucé par cet affront, et l’autre d’Henri III, qui le félicite de sa fermeté116. L’année suivante, les ordres sont les mêmes : repérer les gens de guerre, « les rompre et tailler en pièces..., ne voullant sad. majesté que telles choses soient souffertes en sorte du monde, tant pour le grand mespris que reçoit en cela son authorité, que pour la juste commissération qu’elle ressent en son cueur du mal, foulle et opression que en porte son peuple »117. Il serait monotone de reprendre toutes les instructions, tous les mémoires, tous les rapports qui disent la même chose en employant souvent le même vocabulaire et qui jalonnent les quinze dernières années des guerres de Religion118. Leur inlassable répétition semble tout autant venir d’une réelle préoccupation de la monarchie que d’une totale incapacité à régler une fois pour toutes un problème endémique. Cet enlisement des directives royales est d’autant plus grave qu’il s’agit souvent, faute d’argent, de faire prendre en charge la sécurité de la province par la noblesse locale. Là encore, l’abondance des lettres qui s’échangent à ce sujet semble indiquer que cette idée ne rencontre qu’un faible écho parmi les rieurs de Champagne119.

  • 120 B.N. Fr. 3633 (101).
  • 121 Cité par Y. Durand, Cahiers de doléances des paroisses du bailliage de Troyes pour les États génér (...)

51Pour les nobles qui ont néanmoins le courage de s’engager aux côtés du roi de France, cette question de sécurité collective est pourtant essentielle. C’est d’elle que dépend l’efficacité de leur engagement – voire leur fidélité même -car l’incertitude des conflits menace d’abord leurs biens fonciers, c’est-à-dire en bout de chaîne les moyens qu’ils ont pour s’équiper et entretenir des troupes. Le danger est d’ailleurs bien réel, car Dinteville lui-même n’est pas à l’abri des représailles. Dans un mémoire qu’il écrit au duc de Nevers, il se plaint ainsi que son château de Cussey, près de Langres, vient d’être pris par les ligueurs. Il n’avait pas voulu y entretenir une garnison sur les deniers du roi – afin, dit-il, de ne pas être accusé de malversations. Du coup, ses ennemis ont pu facilement s’emparer de son domaine, de ses récoltes et de ses vendanges, aidés en cela par son propre voisin, Piépape, celui qui partage avec lui les droits seigneuriaux dans le village120. Plus de vingt ans après, ses paysans de Meurville et Spoy s’en souviennent encore pour rédiger leurs doléances en 1614 : « Ilz sont réduicts en grande pauvreté et ruyne, ayant esté ces guerre dernières ruinéz à cause des grandes armée qui ont pris et repris le chasteau dudict Spoy où leur peu de biens estoient,... estant subject de deffunct monseigneur de Dinteville, lors lieutenant pour le Roy en Champagne, tenans le party du deffunct Roy d’heureuse mémoire »121.

  • 122 B.N. Fr. 3618 (80). Le duc accède à sa demande, en plaçant une garnison début août à Dinteville et (...)
  • 123 B.N. Fr. 3616 (16) s.l.n.d.[1591]. Le sort de cette garnison préoccupe Choiseul-Praslin tout au lo (...)

52À mesure que les conflits religieux tournent à la guerre de rapines, les principaux agents du pouvoir monarchique se mettent de plus en plus à réclamer une protection spéciale pour leurs terres personnelles. Le lieutenant général lui-même fait taire ses scrupules en juillet 1591, et demande au duc de Nevers des soldats pour son château de Dinteville, qui a bien failli être pris par les ligueurs : « Je n’ay pas voulu pourveoir à la seureté d’icelluy pour y placer quelque garnison payée du Roy, pour estre à moy. Jusques à ceste heure, je la y ay entretenue à mes frais. Mais la ruyne totalle de ce que feu mon père m’avoit laissé m’empesche d’y pouvoir continuer comme à cettuy de Vanlay, qui reste seul à ma femme... Je vous supplie très humblement, Monseigneur, y ordonner ce que vous jugerez estre nécessaire »122. Ce genre de demandes peut être même maquillé par certains à l’aide d’arguments tactiques qui ne doivent pas faire illusion. En 1591, Charles de Choiseul-Praslin adresse un mémoire à Paris, dans lequel il réclame le renforcement de la garnison de Chaource, un château dont il est propriétaire. Pour parvenir à ses fins, il prend la peine de dresser un long exposé sur les avantages militaires de cette place, qui est située à proximité de plusieurs localités ligueuses (Troyes, Ervy, Saint-Florentin, Charmois, La Villeneuve-au-Chêne, Noyers...), et surtout dont la garnison pourrait « faire tous les ans aux coffres de sadicte majesté plus de dix-huict et vingtz mil escuz, en donnant main forte aux collecteurs des tailles qui n’ont esté payées depuis deux ans en ça en plusieurs endroictz à cause des rébellions qui se font par ceulx qui les doibvent »123.

  • 124 Voir p. 97-98.
  • 125 Ms. Sor. 377 (10).
  • 126 Ibid. (233 v°) juin 1585.
  • 127 Ibid. (238).

53Si la sollicitude royale peut ainsi s’étendre jusqu’aux terres de la noblesse seconde qui sont exposées à des vicissitudes de toutes sortes, c’est aussi parce qu’elle entre dans le cadre d’une stratégie plus globale et plus ancienne, qui vise à conforter l’influence de la couronne en essayant de faire entrer chaque noble, personnellement, peut-être fictivement, dans le groupe de ceux qui pensent jouir de la bienveillance monarchique. Dans cette optique, les marques de protection ou de faveur ne sont plus attribuées à la noblesse seconde seule. Elles ne se cantonnent pas à la défense des principaux royalistes, mais visent également à développer dans de nombreux lignages le sentiment d’appartenir à un groupe connu et apprécié du souverain, de façon à souder plus étroitement leurs destinées à celle de l’État. J’ai déjà souligné à quel point Dinteville, dès son entrée en fonctions, avait compris qu’il lui fallait passer pour un porte-parole de la noblesse du pays, un indispensable médiateur entre elle et le sommet de l’État pour asseoir son crédit dans des réseaux qu’il connaît bien124. À lire la correspondance qu’il tient avec tous ses partenaires, les intentions affichées en 1580 par le lieutenant général n’apparaissent pas comme une simple manœuvre sans consistance. En effet, dès la clôture de l’assemblée de Chaumont, il suggère à Henri III « qu’il ne seroit point mal à propos pour entretenir tous ceulx de ceste noblesse en la bonne affection en laquelle ilz sont partiz..., qu’il pleut à Sa Majesté escrire aux principaulx et leur faire entendre le contantement qu’il en a, parce qu’il n’y a riens que le bon subject désire plus et dont il se contante d’avantage que de penser estre en la bonne grâce et oppinion de son prince »125. Cinq ans plus tard, alors que Guise est en train de prendre le contrôle de toute la province, il lance un appel pressant à ses relations en leur faisant miroiter « le contantement que Sa Majesté en recevra... Vous sçavez comme moy qu’elle n’a jamais rien laissé perdre du mérite d’un chacun aultant que la congnoissance en a peu atteindre jusques à elle »126. Quelques jours après, mettant sa promesse à exécution, il communique au souverain les noms de ceux qui sont venus à son aide127. En se posant ainsi comme le pivot autour duquel s’établissent toutes les communications entre les nobles du pays et le roi de France, Dinteville permet à ce dernier de bien cibler les témoignages de faveur et d’estime qu’il prodigue aux individus dont il cherche à obtenir la fidélité, le ralliement ou du moins la neutralité.

54Du coup, les marques habituelles de la faveur monarchique — emplois de cour, pensions, gratifications, distinctions diverses – atteignent un niveau de diffusion jusqu’alors inégalé. C’est ce qui ressort du tableau 17, qui dresse la liste de tous ceux qui, dans la noblesse de Champagne, ont bénéficié à un titre ou à un autre des bienfaits de la couronne au cours des années 1579-1610. Ne seraitce que par sa longueur, cette liste traduit bien la systématisation d’une pratique qui avait déjà été lancée dès le début des années 1560, lorsque le déclenchement des conflits religieux avait contraint le pouvoir royal à intégrer davantage de nobles champenois dans sa clientèle. Ce qui n’était encore qu’une tendance, l’amorce d’une politique, est maintenant devenu un phénomène massif. Désormais, pour peu qu’il ait assez d’ambition, tout gentilhomme peut espérer en bénéficier, exercer un petit emploi de cour, voire une charge de gentilhomme ordinaire de la chambre – un poste qui, il n’y a pas si longtemps, était l’apanage des plus grands. Le collier de l’ordre lui-même est accessible à de plus en plus de monde, ce qui ne fait bien sûr qu’en accroître la banalisation et donc la dévalorisation, mais ce qui permet aussi à de nombreux individus de pénétrer, de façon peut-être imaginaire, dans une communauté nobiliaire qui se caractérise toujours par le rapport étroit qu’elle est censée entretenir avec la couronne.

  • 128 Louis d’Ancienville, baron de Revillon.
  • 129 Jacques de Beauvau, seigneur de Tigny.
  • 130 Claude II de La Croix, baron de Plancy, m. après 1574.
  • 131 Jean de Lantages, seigneur de Vitry.
  • 132 François de L’Hospital, seigneur de Vitry, chevalier de l’ordre en 1568.
  • 133 François de Piedefer, seigneur de Bazoches.
  • 134 Anne de Vaudrey, seigneur de Saint-Phalle, chevalier de l’ordre en 1568.
  • 135 Hubert de Vergeur, seigneur de Saint-Souplets, chevalier de l’ordre en 1569.
  • 136 La lettre suivante, écrite par Claude d’Ancienville au duc de Nevers pour qu’il le rétablisse dans (...)

55Parmi les nouveaux promus des années 1579-1610, on retrouve parfois les enfants de ceux qui avaient pu en bénéficier dès le début des troubles, comme Claude d’Ancienville, fils de Louis128, Claude de Beauvau, fils de Jacques129, Claude III de La Croix, fils de Claude II130, Anne et Gaspard de Lantages, fils de Jean131, Louis de L’Hospital, fils de François132, Jean de Piedefer, fils de François133, Georges de Vaudrey, fils d’Anne134, Charles de Vergeur, fils d’Hubert135. Ces quelques individus permettent ainsi à leur lignage de poursuivre leur ascension – d’une façon plus ou moins formelle – dans l’entourage des souverains. D’autres sont de nouveaux venus, comme Antoine de Brenne, Jean de Chaumont, seigneur de Quitry, Jean d’Esguilly, Edmond, Jean et René de Gennes, François Le Bascle, Pierre Le Genevois, Jacques d’Orge, Jacques de Ravenel, Oger de Saint-Biaise, Philippe et Gabriel de Trestondan, Joachim de Vignacourt, Jacques de Vougrey. Tous ces gentilshommes participent à un même mouvement qui les appelle à élargir leur horizon habituel et à entrer de plain-pied dans la distribution des faveurs monarchiques. Tous peuvent se flatter d’appartenir aux relations que le roi entretient dans la province, tous peuvent avoir le sentiment ou l’illusion que leur sort n’est pas indifférent à un souverain qui les connaît nommément et dont ils peuvent au moins espérer un signe de bienveillance en cas de malheur136.

  • 137 Il propose lors d’une assemblée réunie à Chaumont en 1589 de donner la couronne de France au fds d (...)
  • 138 B.N. N.A.F. 7244 (6, 10, 20 v°).

56La plupart des familles de la noblesse seconde profitent elles aussi de cette évolution. D’abord les plus anciennes, celles qui avaient intégré le service exclusif de la couronne au cours de la première moitié du siècle. Les Anglure, les Choiseul, les Dinteville, les Clermont, les Lenoncourt continuent à jouir des plus prestigieux emplois de cour et des plus hautes distinctions de l’État. Seuls les Livron en sont écartés, car le chef du lignage, Erard – sans doute pour une question de foi – s’oppose dès 1589 à l’avènement d’Henri IV en s’engageant dans les troupes du duc de Lorraine137. Il ne s’agit cependant que d’une exception, certes notable, mais très isolée. Dans leur ensemble, les personnages qui appartiennent à cette partie de la noblesse seconde – la mieux implantée en Champagne – continuent de graviter dans une sphère qui les place à la tête de la société nobiliaire locale. Certains parviennent même à obtenir le nouveau collier de l’ordre du Saint-Esprit, créé par Henri III en 1578 pour récompenser les grands féodaux et pallier le discrédit dans lequel l’ordre de Saint-Michel est tombé. C’est le cas d’Henri de Lenoncourt, maréchal des camps et armées du roi, en 1580, de Joachim de Dinteville, bien sûr, en 1583, et de Charles de Choiseul-Praslin, en 1594138.

  • 139 B.N. DB. 416 et Fr. 32867 (1386).
  • 140 Ms. Sor. 377 (7).
  • 141 « Estat des gentilshommes... », p.p. G. Hérelle, op. cit., t. II, p. 440-445.
  • 142 B.N. Fr. 25197 (693-694).

57Quant à ceux que le souverain avait choisis dans les années 1560-1570 pour consolider son emprise locale et compléter les rangs des militaires qui ont pour mission d’appliquer ses volontés dans la province, ils connaissent des fortunes très diverses. François de Mailly, baron d’Escots, coupable de divers « excès » dont la nature n’est pas claire, est décapité à Troyes en 15 8 3139. Joachim de Chastenay, seigneur de Lanty, bien qu’il ait aidé son beau-frère Dinteville au moment de sa prise de fonctions en Champagne140, évolue rapidement vers une stricte neutralité141. Seuls les Vaudrey (malgré l’affaire de la Saint-Barthélemy troyenne), les Saint-Belin (malgré leur trahison de 1585), et les La Vieuville profitent toujours des sollicitudes monarchiques, réussissant parfois à en faire bénéficier quelques cousins supplémentaires. Robert de La Vieuville accélère même sa carrière jusqu’à obtenir le collier du Saint-Esprit en 1599142.

58Au total, l’extension du clientélisme royal, qui avait été lancée au début des années 1560, acquiert à présent une dimension supplémentaire, sans doute activée par la familiarité que Dinteville entretient avec de nombreux lignages, mais aussi certainement par la mort du duc de Guise, qui disloque ses réseaux et laisse le champ libre à la monarchie. Sans doute la diffusion d’un sentiment d’insécurité et les rapines de Saint-Paul ne sont-elles pas non plus étrangères au succès de ce phénomène, qui restaure l’image paternaliste d’un monarque protecteur de sa noblesse. Toujours est-il qu’au-delà de ses aspects honorifiques ou matériels, cette politique a également une signification en termes de pouvoir local, une finalité militaire essentielle : récupérer le contrôle de la province.

6. Les nouveaux contours de la noblesse seconde

  • 143 Cette tactique imprègne toute la correspondance administrative du temps : B.N. Fr. 3621 (92), pris (...)

59Plus que jamais, tenir le terrain équivaut à s’assurer d’abord du contrôle de plusieurs points d’appui fortifiés, à partir desquels une garnison, bien abritée derrière ses murailles, peut exercer une domination effective sur le plat pays environnant. L’enjeu est triple. En premier lieu, il s’agit d’asphyxier les principales villes de Champagne, dont la plupart se sont ralliées à la Ligue, en gênant leur ravitaillement et en faisant peser sur elles une insécurité permanente. En second lieu, ces places fortes servent de bases de départ à des opérations très ponctuelles, menées contre les troupes adverses par quelques cavaliers – rarement plus d’une cinquantaine – qui s’attaquent surtout à des détachements isolés ou en train d’hiverner dans un village des environs. Enfin, les soldats royaux deviennent d’indispensables collecteurs d’impôts, à un moment où la désorganisation du pays en rend la perception de plus en plus aléatoire. Cela étant posé, il est tout à fait logique de voir les opérations militaires s’organiser essentiellement autour du contrôle de ces places, dont la Champagne a été bien dotée depuis 1530-1540. Peu de combats en rase campagne, peu de batailles rassemblant de gros effectifs : la tactique des années 1580-1594 est avant tout une guerre de sièges, d’usure et de coups de mains143.

  • 144 B.N. Fr. 3628 (63-68, 88).
  • 145 B.N. Dup. 537 (169).
  • 146 B.N. Fr 3979 (103).

60Il est donc fondamental de placer dans ces châteaux ou ces bourgs fortifiés des officiers dont la loyauté soit au-dessus de tout soupçon. Sinon, un point d’appui chèrement acquis peut en quelques jours changer de mains et redevenir une menace. C’est ce qui arrive par exemple le 9 octobre 1590, lorsque le gouverneur de Villefranche-sur-Meuse, Flamanville, se rend aux troupes ligueuses qui l’assiégeaient, quelques jours seulement avant que le duc de Nevers arrive avec des renforts. Pour ce dernier, il s’agit d’une véritable trahison, qui devrait être sanctionnée comme telle144. Afin d’éviter ce genre de problème, deux parades sont possibles. D’abord faire prêter un serment d’allégeance en bonne et due forme à tout capitaine de garnison, tout gouverneur de forteresse, bref à chacun de ceux qui tiennent une parcelle d’autorité locale. C’est le cas par exemple de Christophe de Choiseul-Chamarandes, qui obtient en janvier 1581 la garde du château de La Fauche145, ou de Claude de Revillon, qui doit prêter un serment à Henri IV, lorsque sa maison de Dormans – qui était tenue par la Ligue – lui est enfin restituée par le duc de Nevers en septembre 1590146. La deuxième solution consiste à placer dans ces forteresses des individus dont la fidélité et la compétence soient suffisamment solides pour qu’ils puissent exercer non seulement une charge de gouverneur au sens strict, mais aussi le commandement des troupes qui doivent sortir des enceintes pour frapper les troupes ligueuses du plat pays. Nécessairement, il est préférable de faire appel aux nobles des alentours, car leur connaissance du terrain est une garantie de réussite non négligeable. En outre, il ne s’agit pas de confier ces places fortes à des opportunistes, qui pourraient se retourner contre le pouvoir central. Il faut donc les attacher fermement aux destinées de l’État, en leur faisant sentir combien leur avenir personnel dépend du succès des armées royales. Ces bornes étant clairement définies, il est possible de saisir les traits communs à tous ceux qui vont assurer le relais des volontés monarchiques dans le pays au pire moment des guerres de Religion.

  • 147 Pièces généalogiques du Cabinet des Titres de la B.N., Catalogue de l’ordre de Saint-Michel, N.A.F (...)
  • 148 B.N. 16 et PO. 480.

61Le tableau 18, qui rassemble les indications éparses que les sources administratives, familiales et militaires, fournissent en abondance au sujet du commandement local pendant les années 1580-1594147, montre que c’est bien la noblesse de Champagne qui structure le pouvoir militaire dans la province au cours de toute cette période. Jusqu’au début des années 1590, son autorité émane toujours de deux sources complémentaires : les grands féodaux et la monarchie – même si, en fin de compte, c’est bien sûr au nom du roi que s’exerce tout poste de commandement. Il est donc normal de trouver dans cette liste certains clients des La Marck ou des Guise : Philippe d’Ambly à Donchéry, Jean de Boutillac à Maubert-Fontaine ou Pierre de Villelongue à La Cassine148.

62Mais cette dualité des clefs du pouvoir local subit une sensible altération dès que la mort du duc de Guise laisse le champ libre aux ambitions monarchiques. Il est ainsi frappant de constater à quel point les détenteurs des charges locales dans les années 1590 apparaissent fréquemment dans le tableau 17, qui dressait la liste des bénéficiaires des faveurs de la couronne au cours des dernières décennies des guerres de Religion. Ce phénomène n’est certes pas surprenant pour les plus anciennes familles de la noblesse seconde, qui n’ont pas attendu que le pouvoir central fasse appel à eux dans ces années difficiles pour en intégrer les plus hauts emplois et en recevoir les plus belles marques de distinction. Par contre, Jules de Bollogne, Léonard de Chaumont, Germain Godet, Claude de Joyeuse-Grandpré, Claude III de La Croix, Louis de Nettancourt, Charles de Vergeur sont bien dans la lignée des Saint-Belin, des Vaudrey, ou des La Vieuville, car ils profitent largement des attentions royales, tout en exerçant un pouvoir en son nom dans leur province. Il faut néanmoins distinguer dans ce groupe ceux qui occupent un poste relativement restreint ou pour une courte durée – Léonard de Chaumont, Jules de Bollogne, Charles de Vergeur – et ceux qui, par l’ampleur et la durée de leurs charges, rejoignent les rangs de la noblesse seconde au cours de la dernière phase des guerres de Religion : les Joyeuse-Grandpré, les La Croix, les Godet et les Nettancourt.

  • 149 Voir p. 106-107.

63Il n’est pas surprenant qu’un personnage tel que Claude de Joyeuse-Grandpré, dont il a déjà été question lors de la rébellion guisarde de 15 85149, entre à la fin du xvie siècle dans le groupe des plus sûrs alliés du roi avec son frère Roger et son cousin René, baron de Verpel. Leur succès à tous les trois est l’aboutissement d’une ascension de plusieurs décennies.

  • 150 B.N. DB. 224.
  • 151 C. Haton, op. cit., p. 494.
  • 152 B.N. Fr. 32868 (279). D’Hozier fait une erreur en datant cette promotion de 1581, car Claude de La (...)
  • 153 B.N. Fr. 32868 (522).
  • 154 B.N. Fr. 32869 (420) et DB. 224.
  • 155 B.N. Fr. 32869 (411), DB. 224, Fr. 4560 et Fr. 4538 (54-55).

64La réussite des La Croix, à l’instar des Joyeuse-Grandpré, résulte d’un lent processus qui les a fait passer en plusieurs générations au premier rang des serviteurs de la couronne en Champagne. La fortune familiale semble dater du début du siècle, au moment où Geoffroy de La Croix, maître des Comptes et trésorier des guerres, achète la baronnie de Plancy, dans la Brie champenoise150. Son fils Claude Ier continue dans cette voie, puisqu’il reprend sa charge de maître des Comptes, en 1510, et qu’il achète la vicomté de Semoine, non loin de là. Ce sont les petits-fils de Geoffroy qui placent les La Croix parmi les principaux nobles de la région. Claude II et son frère Nicolas ne poursuivent pas la tradition familiale et s’emploient davantage à vivre noblement sur leurs terres et à asseoir leur influence locale : Claude est élu député de la noblesse du bailliage de Sézanne pour les États généraux de 1560 ; il devient l’un des chefs de file du réseau protestant de la Brie et l’un des principaux clients du prince de Condé. Pourtant, en 1567, il remet totalement en cause son adhésion au parti huguenot, lorsque les troupes condéennes mettent à sac la ville de Sézanne -alors qu’il avait lui-même négocié la « rançon » qui aurait dû épargner ce genre de désagrément à la ville151. Pour le roi de France, cet homme riche, influent mais déçu est une recrue de choix pour le réseau qu’il est en train de mettre en place dans toute la province. Il le fait chevalier de son ordre au début des années 1570152. À partir de ce moment-là, les La Croix vont vite gravir tous les échelons de la faveur monarchique. Le frère cadet de Claude II, Nicolas, vicomte de Semoine, devient en 1577 maître d’hôtel ordinaire de Marguerite de Valois – la sœur du roi et l’épouse d’Henri de Navarre – et chevalier de l’ordre au début des années 1580153. Son fils Claude, vite rallié à Henri IV, prend la tête d’une cinquantaine de chevau-légers et obtient un emploi de gentilhomme ordinaire de la chambre, tout en restant, comme son père, au service de la reine Marguerite. Il est lui aussi gratifié du collier de l’ordre. Surtout, il est pourvu du gouvernement de Châtillon-sur-Seine dès 1589, une charge qu’il va assumer jusqu’en 1616, en alternance avec son cousin Claude III, baron de Plancy, le fils de Claude II154. D’ailleurs, ce dernier obtient également une commission de capitaine (1590), un emploi de gentilhomme ordinaire de la chambre (1594), et un quatrième collier de l’ordre pour sa famille. Il est en outre pourvu du commandement de Méry-sur-Seine, dès 1590, et d’une garnison à Plancy, qui lui est accordée par le roi pour protéger ses domaines155.

65L’itinéraire des La Croix montre bien qu’il est tout à fait permis à une famille de robe de se reconvertir réellement et entièrement dans la carrière militaire, sans que ce soit pour autant une simple manœuvre pour imiter superficiellement une noblesse d’épée plus ou moins prestigieuse. Surtout, leur réussite, leur pouvoir et leur fidélité prouvent clairement que les tentatives menées par la monarchie dès les années 1560 pour se créer un réseau de clients champenois n’ont pas été vaines, notamment parmi les huguenots. Elles ont permis de créer un vivier nobiliaire dans lequel le souverain peut désormais puiser à loisir pour récupérer une influence déstabilisée par la Ligue. Le cas de Claude de Joyeuse-Grandpré, dont le père, ancien huguenot, avait été lui aussi pourvu d’un collier de l’ordre dès 1571, est conforme à cette logique.

  • 156 Mémoires des choses plus notables... p. 47.
  • 157 C. Buirette, op. cit., p. 237 et B.N. DB. 318.

66Par contre, la belle opération qu’effectuent les Godet et les Nettancourt à la même époque ne résulte en rien d’une lente maturation ou d’hésitations religieuses. Elle procède plutôt d’un choix politique judicieux qui les a conduits en très peu de temps à se rallier sans trop d’hésitation au roi de France. Ainsi, Germain Godet, le lieutenant général du bailliage de Sainte-Menehould, doit toute sa fortune au fait qu’il a arrêté dès le mois de décembre 1588 le capitaine de la ville qui avait été placé là par le duc de Guise. D’après l’auteur anonyme des Mémoires des choses plus notables advenues en Champagne, « il jugeoit être à ce obligé par sa charge, ou par l’indignation qu’il avoit conçue contre la Ligue, à cause principallement que le duc de Guise le traita rudement de parolles et cuida le frapper d’un bâton quelques jours avant... pour les plainctes importunes qu’il faisoit de ce qu’en sa maison on avoit logé quelques gentilshommes »156. En quelques semaines, toute sa famille profite de l’occasion : son frère Jean rassemble une compagnie d’infanterie pour l’épauler à Sainte-Menehould, tandis que son neveu Jacques et ses cousins Claude et François assurent le commandement d’une partie des troupes logées à Châlons – la seule grande ville qui soit alors fidèle. En un laps de temps extrêmement bref, les Godet acquièrent ainsi un pouvoir et une influence considérables, qui les fait passer d’un seul coup aux avant-postes de la lutte contre la Ligue. D’un statut de gentilshommes locaux, ils sont passés à la noblesse seconde157.

  • 158 B.N. DB. 486.
  • 159 Mémoires des choses plus notables..., p. 91.
  • 160 B.N. Fr. 3624 (119) et 3632 (79-80).
  • 161 Recueil des lettres missives de Henri IV, t. VI, p. 586-604 et B.N. DB. 486.

67L’itinéraire des Nettancourt est certainement plus trouble. Cette famille protestante originaire de Lorraine, implantée depuis le début du xvie siècle dans les bailliages de Vitry-le-François et Sainte-Menehould, ne participe pas aux guerres du règne d’Henri III. Jean, baron de Vaubecourt, obtient certes une commission de capitaine en 1586, mais il ne semble pas qu’il ait participé aux combats de cette campagne, qui visent justement à éradiquer ses coreligionnaires provinciaux sous la direction de Guise158. C’est l’avènement d’Henri IV qui permet aux Nettancourt de lever tous les obstacles qui les empêchaient de faire un service militaire effectif au roi de France. Jean obtient de nouveau une commission pour commander une compagnie de cavalerie, grâce à laquelle il s’emploie à harceler les ligueurs tout en picorant les environs de Sainte-Menehould pour son propre compte159. Ses méfaits semblent d’ailleurs l’avoir suffisamment discrédité dans cette ville pour que les notables refusent de lui ouvrir leurs portes en 1593 – alors qu’il vient d’être nommé à la tête de la garnison. Il faut l’intervention expresse du duc de Nevers pour que Nettancourt entre enfin en possession de cette charge, qu’il va exercer à l’aide de ses cavaliers jusqu’à l’apaisement de 1594160. Sans doute un peu trop brutal et corrompu, Jean de Nettancourt ne fait pas partie de ceux qui reçoivent les bienfaits monarchiques à la fin des guerres de Religion. C’est son cousin Louis Ier, lieutenant du comte de Brienne pendant le siège de Paris, qui recueille en 1606 les fruits du ralliement familial. À cette date, en effet, Henri IV prend le contrôle de la ville de Sedan, tout autant pour mettre un terme à une querelle d’héritage interne aux La Marck, que pour s’assurer enfin d’une ville trop indépendante. Pour y commander, il lui faut alors un noble du pays (dont le nom soit en tout cas familier des notables urbains), huguenot (du fait de l’importance de leur communauté dans cette ville-refuge) et dévoué (c’est-à-dire indépendant du réseau militaire des Bouillon). Parmi tous les nobles de la province, le seul qui puisse répondre à ces trois critères est l’un des gentilshommes ordinaires de sa chambre, Louis Ier de Nettancourt. Il devient gouverneur de Sedan le 5 avril161.

68L’ascension des Godet et des Nettancourt est ainsi plus tardive que celle des Joyeuse-Grandpré et des La Croix et elle joue sur d’autres mécanismes. Mais elle prouve avec tout autant de netteté que le service du roi, malgré l’ébranlement de son pouvoir, garde une force d’attraction toujours très vivace au sein des familles nobles qui sont décidées à se battre ; elle démontre aussi que les faveurs monarchiques peuvent s’adapter avec une grande souplesse pour récompenser rapidement les nouvelles fidélités qui s’affirment dans la province.

  • 162 C’est le cas de Jules de Bollogne et de Charles de Vergeur.
  • 163 Léonard de Chaumont, seigneur de Saint-Chéron, est gouverneur de Châteauvilain pendant un court mo (...)
  • 164 C’est le cas notamment d’Antoine de Brenne, Jean d’Eltouf, Jean d’Esguilly, Guillaume de Fresnel, (...)

69Il ne faudrait cependant pas en déduire trop vite que la noblesse seconde s’étend de façon démesurée par la systématisation des bienfaits de la couronne. Seules ces quatre familles obtiennent des charges locales assez importantes et sur une durée suffisamment longue pour qu’elles puissent prétendre à un rang comparable à celui des anciens auxiliaires du pouvoir royal en Champagne. Leur réussite est sans commune mesure avec celle de quelques capitaines, qui jouissent d’un emploi de cour ou du collier de l’ordre à une étape très ponctuelle de leur vie, lorsqu’ils doivent par exemple exercer le commandement d’une petite place forte à un moment critique de la guerre, sans que la dynamique de leur carrière en soit accélérée pour autant162. En outre, il ne faut pas confondre les personnages qui intègrent la noblesse seconde à cette époque en devenant les relais du pouvoir monarchique dans leur province d’origine, et les quelques individus qui sont récompensés pour leurs services dans les armées royales au cours de la conquête du royaume menée par Henri IV de 1589 à 1594163. Enfin, la confrontation des tableaux 17 et 18 montre clairement que les bienfaits de la couronne ne concernent pas seulement des gentilshommes qui sont appelés à exercer un pouvoir local dans la province, mais aussi des personnages dont les carrières sont tellement obscures que leur reconstitution se révèle impossible164.

  • 165 B.N. Fr. 32868 (260).
  • 166 Voir p. 122.
  • 167 B.N. Fr. 32867 (1365).
  • 168 B.N. Fr. 32868 (415).
  • 169 B.N. Fr. 32868 (351-356).

70Surtout, les indéniables succès du clientélisme monarchique ne doivent pas en masquer certains échecs retentissants. Un exemple en a déjà été fourni avec Antoine d’Amoncourt, seigneur de Piépape, qui fait partie des principaux rebelles de Champagne en 1585 et qui devient l’un des chefs de la Ligue en Champagne à partir de 1589, bien qu’il ait été pourvu d’un collier de l’ordre et d’un emploi de gentilhomme ordinaire de la chambre dès 1580165. La trahison d’Erard de Livron, pourtant l’un des plus anciens serviteurs de la couronne, est elle aussi un cuisant échec pour la monarchie166. Ces deux cas ne sont pas des phénomènes isolés. Ainsi, Philippe d’Anglure, seigneur de Bonnecourt et Guyonvelle, chevalier de l’ordre en 1573, dont les antécédents familiaux auraient dû faire de lui l’un des piliers de la noblesse royaliste, s’engage malgré tout dans les rangs ligueurs et prend en main la garnison de Chaumont-en-Bassigny167. Gaspard de Lantages, fils d’un client de Guise qui avait été promu à l’ordre de Saint-Michel dès 1562, lui-même gratifié du collier en 1588, se détourne du service royal à la mort de son patron et s’enferme dans la ville de Sens, qu’il tient pour la Ligue jusqu’en 1594168. Enfin Louis de L’Hospital, marquis de Vitry, pourtant issu d’une famille couverte de récompenses depuis le milieu du siècle – lui-même étant pourvu du collier en 1585 – prend fait et cause contre l’avènement d’Henri IV, participe à la défense de Chartres en 1591, au combat d’Aumale en 1592 et devient gouverneur de Meaux pour la Ligue169.

  • 170 B.N. Fr. 4712 (15).
  • 171 B.N. Fr. 32868 (351-356).
  • 172 Le manifeste de Monsieur de Vitry, gouverneur de Meaux, à la noblesse de France, s.1., 1594, p. 4 (...)

71Si un attachement familial aux intérêts des Guise est sans doute la principale cause de la trahison de Gaspard de Lantages, cette explication semble inopérante pour Antoine d’Amoncourt, dont le retournement reste très énigmatique. Elle est même irrecevable pour tous les autres cas, dans la mesure où il s’agit de personnages qui doivent toute leur carrière – voire toute l’ascension de leur lignage, depuis plusieurs générations – au service de la couronne, que ce soit dans leur province d’origine ou dans les armées. Comme dans le cas d’Erard de Livron, la seule explication plausible qui permette d’éclairer les défections de Philippe d’Anglure et de Louis de L’Hospital est très certainement d’ordre religieux. J’en veux pour preuve le fait que ces trois individus ne se décident à rejoindre la Ligue qu’à la mort d’Henri III, au moment précis où c’est un huguenot qui est appelé à prendre la couronne. D’ailleurs, dès la conversion d’Henri IV au catholicisme, en juillet 1593, Philippe d’Anglure fait savoir discrètement au duc de Nevers qu’il est prêt à déposer les armes, car seules des motivations religieuses le poussaient à lui faire la guerre170. De même, quelques jours seulement après l’abjuration du roi, Louis de L’hospital propose à Mayenne de le reconnaître comme légitime souverain. Sans les réticences du chef de la Ligue nobiliaire, il aurait sans doute traité directement avec un monarque qu’il prend l’habitude d’accompagner de plus en plus fréquemment à la chasse pendant la trève de l’automne171. Finalement, Louis de L’Hospital se décide le 10 décembre 1593, et convainc les notables de Meaux d’ouvrir leurs portes aux troupes royales. Dans la foulée, il publie un Manifeste à la noblesse de France dont les arguments et la tonalité d’ensemble me semblent décisifs pour comprendre la mentalité de ces quelques nobles qui ont longtemps délaissé le service du nouveau souverain. « J’ay esté nourry et eslevé dès l’aage de douze ans auprès de noz Princes et de noz Roys, et les ay tousjours très fidèlement servis depuis le temps que j’ay peu porter les armes jusques à la mort du feu Roy Henry dernier décédé. Et si j’ay discontinué à l’endroit de cestuy-ci, ça esté pour la seule cause de la Religion Catholique et Romaine, pour ce que lors il n’en faisoit profession. Et estimois que je serois contre ma religion et ma conscience, si je le servois et portois les armes pour luy contre le party Catholique, où je ne cognoissois pour lors autre ambition que la seule cause et prétexte de la Religion, et me retiray d’auprès de Sa Majesté pour ce seul suject, sans estre appellé au party de la Ligue par présens, biensfaits, ou autre obligation que j’eusse aux Princes de la maison de Lorraine, ne les ayans point auparavant servis, ny recherchéz... [Ceux-ci] ne me peuvent accuser de faute pour avoir prins le service du Roy, lors et après qu’il s’est fait Catholique. N’estimant plus qu’il y aye cause légitime et vallable pour luy faire la guerre : et si nous y r’entrons elle ne se pourra plus qualifier guerre de Religion, mais d’Estat, d’ambition et d’usurpation »172.

  • 173 G. Hérelle, Documents sur la Réforme..., t .II, p. 267.
  • 174 J. Carorguy, op. cit., p. 166.

72La religion du roi hypothèque donc tout autant le succès de sa politique en Champagne que ses lancinants problèmes d’argent et l’inertie des rieurs locaux. Le duc de Nevers lui-même n’avait-il pas hésité une année entière avant de se décider finalement à accepter le poste de gouverneur que lui proposait Henri IV173 ? Il n’est donc pas surprenant de constater que, parmi les quatre familles qui s’agrègent à la noblesse seconde au cours des années 1590, trois d’entre elles ont été marquées par les idées réformées à une époque plus ou moins récente : les Joyeuse-Grandpré, les La Croix et les Nettancourt – même si les deux premières ont abjuré. En lui-même, ce phénomène est un bon indice de la méfiance réciproque qui semble altérer les relations entre Henri IV et la noblesse catholique de la province, tout au moins jusqu’à la conversion royale du 25 juillet 1593. Même si l’ancienne noblesse seconde, majoritairement catholique, reste globalement fidèle à celui qui incarne un État qu’elle est habituée à servir depuis longtemps, il n’en est pas moins vrai que plusieurs de ses membres se cantonnent dans une neutralité qui ne peut s’expliquer que par leurs réticences à se battre pour la couronne d’un hérétique. À cet égard, l’abjuration d’Henri IV a sans doute joué un grand rôle dans le ralliement de ces rieurs. Le phénomène n’est certes pas quantifiable, mais il est troublant de noter cette phrase dans les Mémoires de Jacques Carorguy : « l’on n’entend dire aultre chose que beaucoup de noblesse vont journellement trouver le Roy pour se rendre de son service, principallement les seigneurs et gentilshommes qui n’avoient poinct pris les armes sont tous de ce party »174.

7. La noblesse seconde et la pacification des réseaux

  • 175 B.N. Fr. 3630 (35), 3344 (128), 32869 (138).
  • 176 B.N. Fr. 3990 (30).
  • 177 B.N. Fr. 32868 (415).
  • 178 B.N. Fr. 3344 (138), 4680 (56), 3990 (21-24), 3632 (34), 3990 (30).
  • 179 B.N. Fr. 32868 (351-360). Les premières années du xviie siècle vont permettre aux L’Hospital d’int (...)

73Le démantèlement du pouvoir militaire de la Ligue en Champagne est bien sûr, lui aussi, le fruit de cette conversion, mais pas seulement. Il s’accompagne en effet de toute une série de compromis qui font participer les anciens rebelles à la distribution des faveurs de la couronne après leur soumission, voire, pour certains d’entre eux, qui les font revenir au sein d’un clientélisme monarchique qu’ils avaient délaissé pendant quelques années. Ainsi, le gentilhomme ligueur qui tient Vitry-le-François, Simon de Sommièvre, seigneur de Frignicourt, est confirmé dans son poste au printemps 1594 tout en obtenant 20 000 écus pour son ralliement. Trois ans plus tard, il est promu à l’ordre de Saint-Michel175. Le cas du gouverneur de Chaumont pour la Ligue, Philippe d’Anglure, seigneur de Guyonvelle, est réglé de la même façon. Le 8 mai 1594, Henri IV écrit à son sujet au duc de Nevers : « J’ay veu la promesse dud. sieur de Guyonvelle et ses demandes, desquelles j’ay agréable de le gratiffier, mesmes de la soubzlieute-nance en mon pays de Bassigny, de laquelle je vous envoyé la commission pour en user comme vous adviserez. Car ayant congneu que les habitans dud. Chaumont n’ont agréable led. sieur de Guyonvelle, j’estime qu’il sera besoing que vous luy présantiez comme il aura à se gouverner, afin que ses depporte-mens n’altèrent aucunement les habitans de madicte ville de Chaulmont. Je luy ay aussi accordé ce qui concerne les finances et ay commandé que les commissions vous en soient envoyées. J’escrits aud. sieur de Guyonvelle et luy mande de me venir trouver à La Capelle, et qu’il amène sa compaignie et tout ce qu’il pourra de mes serviteurs. À quoy je vous prie de tenir la main »176. À Sens, Gaspard de Lantages est lui aussi confirmé dans ses pouvoirs177, de même que les gouverneurs de Rethel, de Mézières et de Nogent178. Louis de L’Hospital est également maintenu à Meaux. Par brevet du 30 avril 1594, Henri IV lui permet de porter dans ses armes une fleur de lys d’or. Trois ans plus tard, il le fait chevalier de l’ordre du Saint-Esprit179.

  • 180 B.N. Fr. 32867 (1294-1296).
  • 181 Évadé de sa prison de Tours en 1591, il n’a jamais pu retrouver le charisme de son clan auprès des (...)
  • 182 Ce meurtre a beaucoup frappé les contemporains, comme le montre l’abondance des sources qui en fon (...)

74L’apaisement des conflits ne s’accompagne donc pas d’une vaste épuration. Au contraire, le pouvoir central s’évertue à maintenir le statu quo au sein des structures militaires que la disparition de la Ligue lui laisse le soin de gérer. Il n’y a guère que la ville de Troyes qui soit reprise en mains directement par la monarchie, avec la nomination de Joachim de Dinteville en personne à la tête de sa garnison ; sans doute la capitale provinciale est-elle une place trop importante ou trop chargée de symboles pour que l’État puisse se permettre de la maintenir dans une relative autonomie180. Partout, les nobles qui avaient combattu le roi sont ménagés, confirmés dans leurs charges et encouragés à la loyauté par une gratification, un emploi de cour, une distinction ou une simple une lettre de pardon. Seul Antoine de Saint-Paul reste à l’écart. Discrédité auprès de toute la notabilité provinciale, il s’enferme au début de 1594 dans sa citadelle de Reims pour tenir la ville comme un gage destiné à faire payer au prix fort son ralliement à la couronne. Mais c’est sans compter avec les intérêts de Charles de Guise, qui tente au même moment de faire sa propre paix avec le roi181. Pour en tirer un maximum de profits, il a besoin de récupérer tous les territoires que contrôlait son père – les domaines du clan, certes, mais aussi quelques villes, dont Reims, qui constitue depuis des décennies l’épicentre du pouvoir guisard en Champagne. C’est pourquoi il y vient en avril 1594. Mais Saint-Paul, habitué depuis plus de cinq ans à jouir d’une totale liberté de manœuvre, se montre intraitable, refusant obstinément de livrer son ultime parcelle de pouvoir. Le 25 avril au matin, leur dernière entrevue lui est fatale : Charles de Guise le tue de sa propre main182.

  • 183 B.N. Fr. 3991 (95). Une restriction cependant : Charles n’obtient pas le gouvernement de Champagne (...)
  • 184 La veuve de Saint-Paul elle-même est gratifiée de 100 000 écus pour rembourser les dettes de son m (...)

75Ce meurtre est lui aussi un succès du clientélisme royal. En offrant aux ligueurs la possibilité de se faire pardonner tout en retrouvant le chemin des bienfaits de l’État, Henri IV les a poussés à faire des paix séparées avec lui, donc à les diviser, voire à les faire s’affronter pour lui apporter des gages territoriaux conséquents. Presque tout le monde y gagne : le duc de Guise, d’abord, qui se voit accorder 400 000 écus payables en quatre ans (dont les trois quarts sont destinés à éponger les dettes de son père), 8 000 écus de pension (plus 4 000 écus pour son frère, qui devient gouverneur de Reims et capitaine de Fismes), les sommes nécessaires à l’entretien de ses troupes et le maintien des gouverneurs qui avaient été placés par ses soins à Montcornet, Rocroi et Saint-Dizier183 ; mais aussi la plupart des chefs de la Ligue, qui obtiennent la sanction légale d’un pouvoir local qu’ils avaient usurpé pendant une rébellion184 ; et surtout le roi de France, bien sûr, qui récupère des places qu’il aurait eu beaucoup de mal à reconquérir par la force des armes.

  • 185 La victoire qu’il remporte le 5 juin 1595 à Fontaine-Française le conforte dans sa position de for (...)
  • 186 B.N. Fr. 15616 (36).
  • 187 B.N. Fr. 3631 (9), capitulation du sieur de Ranti (29 mai 1593) ; Fr. 3984 (47), du sieur de La Ru (...)
  • 188 Lettres missives de Henri IV, t. VIII, p. 519-20 (23 mai 1594).
  • 189 Ibid., p. 650 (20 juin 1597).
  • 190 Ibid., p. 739-740 (7 octobre 1599).
  • 191 B.N. Fr. 15900 (478) 27 juillet 1603.
  • 192 B.N. Fr. 3627 (55, 60).
  • 193 Lettres missives de Henri IV, t. VIII, p. 919.
  • 194 Ibid., t. VI, p. 586-604.

76Ce ralliement en douceur permet ainsi au monarque de reconstituer sans coup férir ses relais locaux en Champagne185. Il fait aussi le jeu de la noblesse seconde, qui aurait eu beaucoup à perdre dans une épuisante reconquête militaire de la province. Il la place même au cœur de ce processus, car c’est à elle que revient la tâche d’appliquer la pacification sur le terrain. Ainsi, Charles de Choiseul-Praslin est chargé par Henri IV, le 1er août 1593, de faire respecter, au besoin par la force, les articles de la trêve signée quelques jours après l’abjuration du 25 juillet186. Dinteville, quant à lui, consacre de plus en plus de temps et d’énergie à négocier des traités de paix avec les nobles qui tiennent des forteresses pour la Ligue ou pour leur compte personnel187. Dans les dernières années du siècle, il s’emploie surtout à renouer les contacts qui avaient été rompus entre la couronne et les notables des principales villes de Champagne. En mai 1594, il est chargé par le roi de mener à bien la pacification de Troyes et de pourvoir à son loyalisme188. En juin 1597, ses efforts ont produit suffisamment de résultats pour qu’il puisse autoriser Nicolas Dehault, l’ancien maire ligueur, à rentrer d’exil189. En octobre 1599, il doit trouver un lieu de culte pour les protestants de Châlons, en concertation avec les habitants et le gouverneur de la ville, Philippe Thomassin190. En juillet 1603, il intercède auprès du chancelier pour obtenir un allègement de la gabelle à Langres, l’une des villes qui a certainement le plus souffert des troubles191. Claude de Joyeuse-Grandpré effectue des démarches similaires en 1595, afin que les habitants de Beaumont-en-Argonne, affectés par les conflits, soient exemptés du logement des troupes192. Grâce à sa connaissance traditionnelle du pays, la noblesse seconde prend donc une part essentielle à la politique d’apaisement menée à partir de 1593. Elle en vient à se poser définitivement comme une médiatrice privilégiée entre les élites locales et le pouvoir royal qui cherche à retrouver un large crédit dans la province, surtout auprès des notabilités urbaines. Mieux, elle peut intervenir dans quelques cas particulièrement délicats, qui mettent en jeu les intérêts et la réputation des plus grands féodaux de Champagne. Robert de La Vieuville est ainsi chargé par le roi, en octobre 1605, de trouver une solution pour un problème d’héritage qui divise la famille de Clèves-Nevers193. En mars 1606, Dinteville arrive à Sedan pour négocier une trêve entre le duc de Bouillon et le roi de France194. Un travail d’autant plus ingrat qu’il ne faut pas que le duc se sente humilié de devoir traiter avec un individu qui est, malgré tout, d’un rang bien inférieur au sien.

  • 195 Henri IV écrit ainsi la lettre suivante à Charles de Choiseul-Praslin, qui est malade : « Maraut, (...)
  • 196 B.N. Fr. 3615 (39) et Lettres missives de Henri IV, t. III, p. 313. Le jour même de la mort d’Henr (...)
  • 197 B.N. Fr. 3618.(79), 25 juillet 1591 et Fr. 3618 (92), 6 août 1591.
  • 198 B.N. Fr. 3618 (27).

77Les nobles seconds sont ainsi devenus les hommes à tout faire du roi en Champagne ; une confiance qui est sans doute facilitée par les relations très familières que certains d’entre eux entretiennent avec un roi qu’ils ont côtoyé sur les champs de bataille195 ; une polyvalence qui leur est parfois reconnue officiellement, par des titres qui accroissent de façon sensible leur autorité. Henri IV semble en effet avoir très vite compris tout le parti qu’il pouvait tirer de leur compétence locale. Dès le 29 décembre 1590, il confère à Anne d’Anglure, baron de Givry, un pouvoir de lieutenant général en Brie, en l’absence de Dinteville196. En juillet 1591, il prend l’habitude de ne confier qu’à Charles de Choiseul-Praslin la responsabilité des opérations militaires du bailliage de Troyes et de la partie de celui de Sens comprise entre la Seine et l’Yonne. À tel point que Dinteville en vient à se plaindre au duc de Nevers et à demander son intercession auprès du monarque197. Le 17 mai 1593, les pouvoirs de Choiseul-Praslin sont néanmoins confirmés par une commission en bonne et due forme, qui fait de lui le lieutenant général de cette région198. Ce fractionnement des zones d’action est logique. Déboussolés par la multiplication de tous ceux qui profitent de leur position de force pour se couvrir indûment de l’autorité royale, les notables provinciaux obéissent avec moins de réticences aux personnages qui sont investis d’un pouvoir officiel. En outre, à cause de l’alourdissement des tâches qui sont confiées aux nobles seconds, la monarchie cherche à en préserver l’efficacité en délimitant pour chacun d’eux des aires d’influence plus restreintes.

  • 199 B.N. Mel Col., 86 (161 v°-162 v°).
  • 200 Charles de Coligny est le seul des quatre nouveaux lieutenants généraux à ne pas faire partie de l (...)

78Après la mort de Dinteville (1er octobre 1607), Henri IV partage les pouvoirs du vieux lieutenant général en quatre. À Charles de Choiseul-Praslin reviennent les bailliages de Troyes, Sens, Langres, Châlons et Épernay. À Robert de La Vieuville les villes de Reims, Rocroi, Sainte-Menehould, Villefranche-sur-Meuse, Maubert-Fontaine et Mézières. À Nicolas de L’Hospital – le fils de Louis – le gouvernement de Brie. Enfin à Charles de Coligny – dont la famille possède de beaux domaines dans la province – les villes de Chaumont-en-Bassigny, Vitry-le-François et Saint-Dizier199 Cette mesure est loin d’affaiblir une fonction qui s’était révélée vitale pendant les troubles. Bien au contraire, elle vise à en accroître l’efficacité, en essayant de donner à chacun des quatre lieutenants généraux un espace moins dilaté. Et surtout, elle entérine de façon officielle l’évolution qui a donné le pouvoir en Champagne à la noblesse seconde au cours des guerres de Religion200.

79La victoire d’Henri IV est aussi celle de la noblesse seconde. En mettant à sa disposition ses relations provinciales, elle lui a permis de reconstituer enfin les relais locaux qui faisaient tant défaut à la monarchie depuis le début des guerres civiles. En exerçant en son nom des responsabilités locales accrues et diversifiées, elle a démontré que sa connaissance de la société champenoise était irremplaçable pour régler les délicats problèmes que quarante ans de conflits laissaient en suspens. En profitant des bienfaits de la couronne, elle s’est habituée à faire partie d’un petit cercle privilégié d’individus qui identifient désormais leurs intérêts avec ceux de l’État. À cet égard, la nomination de Joachim de Dinteville comme lieutenant général de Champagne, en 1579, est intervenue comme une confirmation de la politique qui avait été mise en œuvre par la monarchie au début des années 1560. Malgré les défections, les hésitations ou le ralliement tardif de quelques uns, Dinteville s’est en effet employé pendant vingt ans à relancer le clientélisme royal, qui avait été mis à mal par la puissance guisarde. Petit à petit, la noblesse seconde en est ainsi venue à s’étoffer par l’apport d’individus nouveaux – La Croix, Joyeuse-Grandpré, Nettancourt, Godet, voire L’Hospital à l’extrême fin du conflit – qui ont pris en charge la plupart des problèmes militaires qui se posaient dans la province. Les rachats de fidélités, menés à partir de 1593 par Henri IV, ont eux aussi concouru à restaurer le réseau monarchique, qui s’est étendu à de larges secteurs de la société nobiliaire provinciale pour récupérer au profit du souverain les débris de l’autorité locale ligueuse. La conversion du roi est intervenue de manière tout aussi décisive, puisqu’elle a privé la rébellion de son substrat religieux, tout en permettant à la noblesse catholique de retrouver avec le souverain une alliance mystique à laquelle elle tient beaucoup. La personnalité même d’Henri IV, qui se présente à elle comme un condensé des valeurs nobiliaires, a sans doute facilité ce rapprochement avec un monarque guerrier et vainqueur. La réussite de la politique royale en Champagne procède donc de paramètres à la fois militaires, financiers, religieux et affectifs qui sont intervenus de façon complémentaire dans la recomposition de ses relais locaux. Ils ont tous contribué à stabiliser le pouvoir militaire provincial, qui est désormais assuré exclusivement par la noblesse seconde.

Notes

1 Ms. Sor. 377 (4).

2 B.N. Fr. 32867 (1294-1296).

3 B.N. Dup. 537 (119-122).

4 B.N. Dup. 537 (123-128) et Fr. 32867 (1294-1296).
« La reyne mère du Roy n’eust peu recepvoir plus de joye et de plaisir que d’entendre les bonnes nouvelles que luy a rapportées de la part du Roy et de Monseigneur le duc d’Anjou le sr de D’Inteville, cappitaine de cinquante hommes d’armes, lequel s’est envers lad. Dame si dignement acquicté de la charge qu’il avoit de Sa Majesté et de Mond. seigneur, et a si bien suivy icy ce que lad. Dame Reyne luy a commandé d’en dire au Roy de Navarre, princes et seigneurs qui sont pardeça, que icelle Dame en a très grand contentement, et oultre que cela a fort bien servy led. sr d’Inteville pour toujours, selon que les occasions se sont présentées, admonester led. sr Roy de Navarre à accellé-rer la conférence ( ?) et satisffaire au désir du Roy et de lad. Dame Reyne pour l’exécution ( ?) et l’establissement de la paix ». B.N. Dup. 537 (123).

5 Ms. Sor. 377 (3).

6 Ibid.

7 Sur les orientations politiques du duc de Guise, voir J.-M. Constant, Les Guise, p. 78-85 et A. Jouanna, Le devoir de révolte, p. 180-192.

8 B.N. Dup. 537 (131).

9 Le texte ne fait même pas allusion au roi de France.

10 Rien ne permet d’affirmer que le duc de Guise ait pu être ce chef, puisqu’il n’a jamais été élu, ni qu’il ait été derrière cette nouvelle ligue. Cependant, il est troublant de remarquer à quel point ce texte radicalise des idées que le duc avait favorisées trois ans plus tôt.

11 B.N. Dup. 537 (132).

12 Ms. Sor. 377 (5).

13 B.N. PO. 1004 et DB. 237.

14 Sa belle-mère est une Coligny, ainsi que le mari de sa cousine Gabrielle. Par ailleurs, il compte parmi ses alliances François de Choiseul-Beaupré et Antoine de Choiseul-Lanques, tous deux huguenots. B.N. DB. 237.

15 L’assemblée de Chaumont est à cet égard de très bon augure : elle se sépare à la fin de la journée après que François de Choiseul-Précigny eut prononcé un discours d’une grande loyauté pour le roi. Ms. Sor. 377 (5-6).

16 B.N. N.A.F. 8633 (39, 103, 111) et Clair. 278 (5325).

17 B.N. Clair. 278 (5305).

18 François de Choiseul-Meuze est l’époux de Barbe de Chastenay, cousine de Joachim de Chastenay, le beau-frère de Dinteville.
Claude de Joyeuse-Tourteron est le petit-fils de Françoise de Dinteville, la tante de la femme de Joachim.
Claude de Lenoncourt-Marolles est le cousin de Louis de Lenoncourt-Colombey, l’époux de Jeanne de Dinteville et le gendre de Guillaume de Dinteville, l’oncle de la femme de Joachim.

19 Ms. Sor. 377 (28 v°).

20 Ms. Sor. 377 (41 v°).

21 Et même au-delà de la Champagne, grâce à ses alliances avec les Coligny.

22 Ms. Sor. 377 (42 v°).

23 Ms. Sor. 377 (37). Rappelons qu’il s’agit des cousins de Dinteville, François de Choiseul-Précigny et Antoine de Choiseul-Lanques.

24 Ms. Sor. 377 (7).

25 Ibid.

26 Ms. Sor. 377 (22 v°).

27 Il l’avait notamment suivi aux Pays-Bas en 1578.

28 B.N. Dup. 537 (155).

29 Ibid.

30 Ms Sor. 377 (65).

31 Le 17 janvier 1581, Dinteville annonce en outre à Henri III que « les parents et amis du feu marquis de Reynel » ont désigné comme tuteur de ses enfants mineurs Christophe de Choiseul, le gouverneur lui-même. Choiseul peut donc administrer à sa guise tous ces biens, ce qui ne peut que l’arranger, car sa garnison de La Fauche, en l’absence d’argent venant de Paris, doit être entretenue sur les biens de la famille de Clermont. Cf. Ms. Sor. 377 (69 v°).
Le fait que Dinteville ait si facilement conclu cette affaire me semble indiquer que, contrairement à ce que craignait le roi, Georges de Clermont-Gallerande n’avait aucune intention belliqueuse en s’emparant de La Fauche. Sans doute ne s’agit-il finalement que d’une sombre histoire de famille.

32 Ms Sor. 377 (220 v°-221).

33 Charles Ier de Clermont d’Amboise.

34 Georges de Nettancourt-Vaubecourt.

35 Le sieur de Saint-Mards-en-Othe : Thimothée de Piedefer. La Nerville : La Neuville-aux-Bois, N... de Lenoncourt ?

36 Ms. Sor. 377 (194 v°-195 v°).

37 Ms. Sor. 377 (197) et B.N. Dup. 537 (259).

38 Ms. Sor. 377 (199-202 v°).

39 Le gouverneur de Joinville dont il a été question p. 75.

40 B.N. PO. 2106 (16).

41 Fils d’un commissaire des guerres promu à l’ordre de Saint-Michel, Piépape a commencé sa carrière comme lieutenant de la compagnie d’un Clermont-d’Amboise (1576). Gratifié de l’ordre de Saint-Michel en 1580 – sans doute pour le récompenser de ses informations sur la ligue du Bassigny – il a été en outre gratifié d’un emploi de gentilhomme ordinaire de la chambre du roi. Cf. B.N. Fr. 32868 (260).

42 B.N. CBH. 36, Fr. 32867 (970) et 32868 (235).

43 Cf. p. 85-87.

44 A. Jouanna, Le devoir de révolte, p. 192-200.

45 B.N. Dup. 537 (231).

46 Mémoire des choses plus notables advenues en Champagne, p.p. Georges Hérelle, Reims 1882, p. 17.

47 B.N. Fr. 32866 (277).

48 B.N. Fr. 32868 (243-244).

49 B.N. Fr. 3336 (92).

50 B.N. Fr. 3413 (26).

51 M. de Sars, La ville et le comté de Grandpré, Laon, 1937, p. 32. On trouve le nom de Foucault dans deux montres de la compagnie du seigneur de Jamets, en 1554 et 1556 : B.N. Clair 257 (1581) et 258 (1525).

52 B.N. Fr. 32867 (1210).

53 Les apparences sont néanmoins sauvegardées, car les Joyeuse-Grandpré sont malgré tout clients du duc de Nevers.

54 Lettres de Catherine de Médicis, t. VIII, p. 320.

55 Dans une lettre adressée à son fils le 13 septembre 1586, Catherine de Médicis reprend en partie à son compte la solution incarnée par Joyeuse-Grandpré, après son ralliement à Dinteville, intervenu au moment des négociations d’Épernay, en juin 1585. Ibid, t .IX, p. 44-45.

56 Ms. Sor. 377 (233 v°).

57 Ms. Sor. 377 (238).

58 Ms. Sor. 377 (224).

59 Ms Sor. 377 (244 v°).

60 B.N. Fr. 4734 (61,71).

61 Ibid. (85).

62 Ibid. (133).

63 Le 18 février 1580, Dinteville informe le roi que le capitaine de Châlons n’a pas été payé depuis... six ans. Le roi lui répond « qu’il peut avoir été mal payé de son estat cy-devant comme ont esté plusieurs aultres. Mais il le sera mieulx doresnavant et a occasion de se contanter, luy ayant accordé une augmentation de son estat ; et quant aux mortepayes estans soubs sa charge qu’il dict n’avoir aucuns gaiges, s’ilz ont vescu de ceste façon pardevant, je ne suis pas en saison pour leur pouvoir donner autre traictement, et fault qu’ilz s’en contentent » (Ms. Sor. 377 (14)). Le 14 août, Brûlart écrit à Dinteville : « Monsieur, je suis bien marry de la longueur qui s’est trouvé à l’envoy des lettres que nous vous avons escrittes cy-devant, mais cela procède de ce qu’il n’y a poinct de postes sur le chemyn de Troyes comme vous sçavez et nous n’avons poinct d’argent pour envoyer des courriers exprès ». (Ms. Sor. 35 v°).

64 Le 13 décembre 1586 (B.N. Fr. 4734 (89)) et le 22 janvier 1587 (B.N. Fr. 4734 (109)).

65 Rappelons que les montres sont normalement trimestrielles.

66 B.N. Fr. 4734 (131).

67 A. Jouanna, Le devoir de révolte, p. 388-390.

68 B.N. Fr. 4734 (194).

69 B.N. Dup. 537 (306). Mémoire du 24 août 1587.

70 Ibid. (298).

71 500 Colbert, 10 (277).

72 Voir les ordres d’Henri III à ce sujet, in B.N. Fr. 4734 (223), 11 juillet 1587.

73 À Vimory, le 26 octobre, et à Auneau, le 24 novembre.

74 Voir p. 104.

75 M. Orléa, La noblesse aux États généraux de 1576 et 1588, Paris, 1980, p. 124-125.

76 M. Orléa, op. cit., p. 99.

77 Claude de Buz à Meaux, Charles du Biez à Sézanne, Eustache de Saint-Phalle à Sens, Guy de Piedefer à Château-Thierry.

78 M. Orléa, op. cit., p. 153-154.

79 J.-M. Constant a émis une hypothèse semblable pour expliquer l’attitude des nobles beaucerons, Nobles et paysans en Beauce... p. 356.

80 M. Poinsignon, op. cit., t. II, p. 306.
C. Buirette, op. cit. p. 237.
Mémoires des choses plus notables..., p. 41.

81 B.N. PO. 2771 et O. de Gourjault, « Notes sur le maréchal de Saint-Paul », Revue de Champagne et de Brie, t. XII, p. 433. Voir aussi l’article que j’ai publié à son sujet, « Pratiques politiques et image de la noblesse ligueuse : l’exemple d’Antoine de Saint-Paul », Histoire, économie, société, 1990, n° 2, p. 185-195.

82 B.N. PO. 2771.

83 Ibid., O. de Gourjault, art. cit. et B.N. Fr. 32867 (1261).

84 « Ce petit compagnon était fils d’un fermier qui faisant du tiercelet de noble, avait receu bonne nourriture en la maison de M. de Beauvais-Nangis, avec quelques bienfaits et advancemens, et était si petit au voyage de Polongne que je peux dire l’avoir veu là et à son retour monté sur un bidet de 15 écus, portant lui-mesme sa petite valise derrière, sans avoir à peine un laquais ». Lettre d’un gentilhomme de Champagne à un conseiller de Paris, sur la mort et punition divine du capitaine de Sainct-Paul, soy-disant mareschal de la prétendue Union, Paris, 1594, 14 p. Réimp. in Revue de Champagne et de fine, juillet 1888, p. 77.

85 Il n’a aucun lien de parenté avec la famille d’Anglure, dont il a seulement acheté la baronnie qui lui avait donné son nom.

86 Michaud, Biographie universelle.

87 Ms. Sor. 377 (211 v°).

88 B.N. PO. 2771.

89 B.N. Fr. 3977 (27).

90 B.N. Fr. 4018. Publié en extraits par O. de Gourjault, Revue de Champagne et de Brie, t. XX, XXI, XXII, XXIII, XXIV (1886-1888).

91 B.N. Fr. 4018 (19 v°-20).

92 La deffaicte des trouppes huguenottes et politiques en Champagne par le sieur de Saint-Paul. Ensemble la prise de Bisseuil et la honteuse retraite du baron de Thermes. Paris, 1589

93 B.N. Fr. 4018 (54-54 v°).

94 La deffaicte des ennemis en Champagne par le sieur de Saint-Paul, avec le discours de tout ce qui s’y est passé, ainsi que ledit sieur l’a escrit à Madame la duchesse de Guyse, le XII du présent mois d’octobre, avec le nombre des morts et blesséz, Paris, 1589.

95 B.N. Fr. 4018 (16).

96 C’est son fils mineur, Charles, qui est gouverneur en titre.

97 B.N. Fr. 3979 (160).

98 Par exemple Advis de la deffaicte des trouppes de Sainct-Pol par M. le duc de Nevers, gouverneur de la Champagne..., s.1., 1590, ou Discours des Exploictz de Monseigneur de Nevers à son arrivée en son gouvernement de Champagne, Chaalons, 1590

99 « Mémoire ou journalier de Jean Pussot (1568-1626), charpentier rémois », pub. in Travaux de l’Académie nationale de Reims, t. XXV, p. 2.

100 Ibid, p. 25.

101 « Les trésors qu’il avait là, que l’on estime avoir esté très grands, comme je ne sais combien de cent mile escus..., estant choses mal acquises et procédées des tailles de la Champagne, domaine du roy, et de M. de Nevers, du sac de tant d’églises, villes, chas-teaux, maisons de gentilshommes et de bourgeois qu’il a brigandées et ravagées, de tant de picorées et de rançon de gens de bien qu’il a fait emprisonner et gehenner avec trai-teaux et autres espèces de tourments pour en avoir les biens ». Lettre d’un gentilhomme de Champagne, op. cit.

102 Saint-Paul était « impudent et sy hault eslevé [qu’il] se disoit le quatriesme pillier de la Ligue ». Mémoires de J. Carorguy, greffier de Bar-sur-Seine (1582-1595), p.p. E. Bruwaert, Paris, 1880, p. 178.

103 « Le sieur de Saint-Paul, que le duc avoit tiré de la pauvreté et eslevé en crédit et autorité par-dessus plusieurs autres, tant pour ce qu’il estoit affectionné à son service que parce qu’il avoit l’esprit vif, le jugement prompt, qu’il estoit résolu et vaillant de sa personne ». Mémoire des choses plus notables..., op. cit. p. 36.

104 B.N. Fr. 4715 (10-14, 16-17) et 4716 (114, 121).

105 B.N. Fr. 3979 (245), 16 décembre 1590 : contribution de 8 écus par semaine à Mareuil. Ibid. (252), 20 décembre 1590 : 18 écus par semaine à Saint-Germain-la-Ville.

106 B.N. Fr. 3980(101).

107 B.N. Fr. 3615 (49). D’après la Biographie universelle, le duc de Nevers proclamait qu’il ferait pendre Saint-Paul au premier arbre avec une couronne ducale sur la tête.

108 B.N. Fr. 4018 (86).

109 « [II] y avoit plusieurs gentilshommes qui, estans logés en maisons fortes, regar-doient tomber la grêle, et, encore qu’ils fussent capables et en âge de servir, vivoient néantmoins comme neutres, bien qu’ils favorisoient toujours plus un parti que l’autre ». Mémoire des choses plus notables... op. cit., p. 78.
« Aulcuns gentilshommes... se rendirent dèz lors neutres et se meirent en leurs maisons pour estre les rieux des ungs et des autres ». J. Carorguy, op. cit. p. 33.

110 H. Drouot, op. cit., t. I, p. 308.

111 B.N. Fr. 4558 (35) p.p. G. Hérelle, Documents sur la Réforme... op. cit., t. II, p. 440-445.

112 B.N. Fr. 3624(12).

113 B.N. Fr. 3615 (102), p.p. G. Hérelle, op. cit., t. II, p. 341.

114 G. Hérelle, op. cit., t. I, p. 296.

115 La personnalité des nobles qui sont élus en 1593 pour siéger aux États généraux de la Ligue confirme la modération d’ensemble de la noblesse catholique provinciale (Fr. 3988 (169) et A. Bernard, Procès-verbaux des États généraux de 1593, Paris, 1842, p. 8).
Le député de Troyes, Nicolas de Pradel, est avant tout un vieux client des Guise (Soccard, « Rôle du ban et arrière-ban du bailliage de Troyes en 1558 », art. cit.) Celui de Clermont, Claude de Senailly, seigneur de Rymaucourt, avait négocié dès 1591 avec le duc de Nevers pour l’assurer de la loyauté de la ville (B.N. Fr. 3618 (38)). Celui de Sens, Hector de Saint-Biaise, appartient à une famille qui va faire partie des premières à se rallier à Henri IV (B.N. PO. 2745). À Meaux, Louis de L’Hospital va jouer un grand rôle dans le ralliement de 1594. Nous le verrons ultérieurement. Seul le député de Reims, le « sieur de Pippemont », reste énigmatique, car je n’ai pas réussi à l’identifier.

116 Ms. Sor. 377 (84) 29 mai 1581. lbid. (101), 11 juillet, lbid. (106 v°), 22 juillet. lbid. (108), 4 août.

117 B.N. Dup. 537 (185). Mémoire du 12 février 1582.

118 B.N. Fr. 3620 (82) : Mr. de Remyremont au duc de Nevers, au sujet des exactions du sieur de Mérigny. Fr. 4719 (154) : Mr. de Thomassin à la ville de Châlons au sujet de l’interdiction qui est faite de courser les laboureurs (16 mai 1593). Fr. 20465 (289) : Guise à Dinteville ; sur les plaintes de Reims et de Châlons, il lui ordonne de mettre fin aux désordres du sieur de La Rochepot (17 janvier 1581). Ms. Sor. 377 (13) : Henri III ordonne à Dinteville de mettre hors d’état de nuire des religieux de l’abbaye de Montiéramey, qui « commectent journellement plusieurs excès fort scandaleux tant en lad. abbaye qu’ailleurs avec port d’armes et autres voies de faict au mespris de la justice et de leur proffession » (12 mai 1580). Recueil des lettres missives de Henri IV, t. IV, p. 749 : le roi demande à Villeroy de renvoyer Dinteville en Champagne pour nettoyer la province de ses bandes armées (23 avril 1597).

119 B.N. Fr. 3414 (50) : Dinteville rassemble la noblesse locale pour défendre Épernay (16 avril 1589). Ibid. (62, 64), Lettre de Dinteville à La Vieuville et Termes, pour le même objet. Ibid. (66), le maréchal d’Aumont rassemble la noblesse de Champagne et Bourgogne. Fr. 3624 (18), Charles de Choiseul-Praslin écrit au duc de Nevers qu’il est malade, mais qu’il a demandé à ses amis de s’assembler pour assister le duc (19 février 1593). Recueil des lettres missives de Henri IV, t. III, p. 313 : le roi envoie Givry en Brie pour y assembler la noblesse du pays (29 décembre 1590). Ibid, t. III, p. 236-237 : il demande à Dinteville et à Joyeuse-Grandpré d’utiliser leurs amis pour défendre la frontière (9 août 1590). Ibid., t. III, p. 466 : lettre au duc de Nevers, pour le même objet (19 août 1591). Ibid., t. III, p. 606 : lettre enjoignant le duc de Nevers d’assembler la noblesse locale pour la placer sous le commandement de Dinteville (3 avril 1592).

120 B.N. Fr. 3633 (101).

121 Cité par Y. Durand, Cahiers de doléances des paroisses du bailliage de Troyes pour les États généraux de 1614, Paris, 1966, p. 252. Voir aussi p. 218 le cahier de Meurville.

122 B.N. Fr. 3618 (80). Le duc accède à sa demande, en plaçant une garnison début août à Dinteville et Vanlay.

123 B.N. Fr. 3616 (16) s.l.n.d.[1591]. Le sort de cette garnison préoccupe Choiseul-Praslin tout au long des conflits. Ainsi, dans une lettre qu’il adresse au duc de Nevers, il le supplie « de commander que ceste pauvre garnison soit payée aultrement. Il est impossible qu’elle soit conservée ny qu’elle vous puysse plus faire de service si elle n’est aultrement entretenue ». Fr. 3616 (115). D’autres lettres traitent du même sujet : Fr. 3633 (131) et 3631 (5).

124 Voir p. 97-98.

125 Ms. Sor. 377 (10).

126 Ibid. (233 v°) juin 1585.

127 Ibid. (238).

128 Louis d’Ancienville, baron de Revillon.

129 Jacques de Beauvau, seigneur de Tigny.

130 Claude II de La Croix, baron de Plancy, m. après 1574.

131 Jean de Lantages, seigneur de Vitry.

132 François de L’Hospital, seigneur de Vitry, chevalier de l’ordre en 1568.

133 François de Piedefer, seigneur de Bazoches.

134 Anne de Vaudrey, seigneur de Saint-Phalle, chevalier de l’ordre en 1568.

135 Hubert de Vergeur, seigneur de Saint-Souplets, chevalier de l’ordre en 1569.

136 La lettre suivante, écrite par Claude d’Ancienville au duc de Nevers pour qu’il le rétablisse dans la jouissance de son château de Dormans, est tout à fait symptômatique de ce que ces individus peuvent attendre de la couronne. « Monseigneur, l’extrémité où nous avons esté réduitz depuis que je n’ay eu l’honneur de vous voir, pour voir la maison de Révillon ruynée et presque toute desmolye,... me fait vous supplier très humblement, Monseigneur, pour le regret que j’ay de ne me voir en estat de vous pouvoir rendre le service que je vous doitz avec les pertes que nous avons faictes et que nous faisons tous les jours, que me faciez s’il vous plaist cest honneur de nous restablir en nostre meschante maison de Dormans, où sy promptement nous ne rentrons, je ne puis espérer jouir d’aucun bien. Le long temps qu’il y a qu’elle est prise rend mon incommodité insupportable et me faict désirer vous avoir l’obligation de l’effect de ma très humble supplication. Ce gentilhomme vous va trouver pour ce subjet, n’estant pour ceste heure en équipage d’y pouvoir aller moy-mesme comme je le désireroys, avec la maladie de ma femme qui m’en dispensera s’il vous plaist ». B.N. Fr. 3634 (27).

137 Il propose lors d’une assemblée réunie à Chaumont en 1589 de donner la couronne de France au fds de celui-ci, le marquis du Pont. Malgré un timide ralliement en 1591, il reprend les armes contre Henri IV la même année, et assiège le château de Coiffy, dont il a été gouverneur. A. de Besancet, « Bourbonne-les-Bains », Revue de Champagne et de Brie, t. VII, 1879, p. 410-421.

138 B.N. N.A.F. 7244 (6, 10, 20 v°).

139 B.N. DB. 416 et Fr. 32867 (1386).

140 Ms. Sor. 377 (7).

141 « Estat des gentilshommes... », p.p. G. Hérelle, op. cit., t. II, p. 440-445.

142 B.N. Fr. 25197 (693-694).

143 Cette tactique imprègne toute la correspondance administrative du temps : B.N. Fr. 3621 (92), prise de Montigny, La Fauche, Coiffy et Montéclair en juin 1592 ; Fr. 3979 (279), capitulation de Bisseuil (décembre 1590) ; Fr. 3984 (4), capitulation de Rosnay (mai 1593) ; Fr. 3979 (97), capitulation de Dormans (septembre 1590).
Y.-M. Bercé y insiste tout particulièrement dans une communication prononcée au colloque de Reims et Châlons de 1987 : « Les pouvoirs locaux en Champagne à la fin des guerres de Religion », La Champagne et ses administrations à travers le temps, Paris, 1990, 485 p., p. 154-167, p. 157.

144 B.N. Fr. 3628 (63-68, 88).

145 B.N. Dup. 537 (169).

146 B.N. Fr 3979 (103).

147 Pièces généalogiques du Cabinet des Titres de la B.N., Catalogue de l’ordre de Saint-Michel, N.A.F. 2825 (167), Fr. 4538 (5, 54-55), Fr. 4560.

148 B.N. 16 et PO. 480.

149 Voir p. 106-107.

150 B.N. DB. 224.

151 C. Haton, op. cit., p. 494.

152 B.N. Fr. 32868 (279). D’Hozier fait une erreur en datant cette promotion de 1581, car Claude de La Croix meurt avant 1576.

153 B.N. Fr. 32868 (522).

154 B.N. Fr. 32869 (420) et DB. 224.

155 B.N. Fr. 32869 (411), DB. 224, Fr. 4560 et Fr. 4538 (54-55).

156 Mémoires des choses plus notables... p. 47.

157 C. Buirette, op. cit., p. 237 et B.N. DB. 318.

158 B.N. DB. 486.

159 Mémoires des choses plus notables..., p. 91.

160 B.N. Fr. 3624 (119) et 3632 (79-80).

161 Recueil des lettres missives de Henri IV, t. VI, p. 586-604 et B.N. DB. 486.

162 C’est le cas de Jules de Bollogne et de Charles de Vergeur.

163 Léonard de Chaumont, seigneur de Saint-Chéron, est gouverneur de Châteauvilain pendant un court moment après la mort de Louis Diacetto – un fidèle de Catherine de Médicis – en 1593. Il passe l’essentiel de sa carrière dans les troupes royales. Son cousin Jean de Chaumont, seigneur de Quitry, est l’un des principaux officiers de l’armée d’Henri IV. À ce titre, il participe à tous les grands combats des années 1589-1595. (B.N. Fr. 32869 (420) et 32868 (474)) Même chose pour Ferry de Choiseul-Praslin, colonel-général de la cavalerie légère de France (Fr. 32869 (72)), ou pour François Le Bascle, mestre de camp d’un régiment d’infanterie (Fr. 32869 (329)).

164 C’est le cas notamment d’Antoine de Brenne, Jean d’Eltouf, Jean d’Esguilly, Guillaume de Fresnel, Edmond, René et Jean de Gennes, Pierre Le Genevois, Nicolas Le Picart, Jacques d’Orge, Jacques de Ravenel, Oger de Saint-Biaise, Philippe de Trestondan. Certains semblent en fait continuer à bénéficier des faveurs dont jouissaient leur père ou leur oncle.

165 B.N. Fr. 32868 (260).

166 Voir p. 122.

167 B.N. Fr. 32867 (1365).

168 B.N. Fr. 32868 (415).

169 B.N. Fr. 32868 (351-356).

170 B.N. Fr. 4712 (15).

171 B.N. Fr. 32868 (351-356).

172 Le manifeste de Monsieur de Vitry, gouverneur de Meaux, à la noblesse de France, s.1., 1594, p. 4 et 12.

173 G. Hérelle, Documents sur la Réforme..., t .II, p. 267.

174 J. Carorguy, op. cit., p. 166.

175 B.N. Fr. 3630 (35), 3344 (128), 32869 (138).

176 B.N. Fr. 3990 (30).

177 B.N. Fr. 32868 (415).

178 B.N. Fr. 3344 (138), 4680 (56), 3990 (21-24), 3632 (34), 3990 (30).

179 B.N. Fr. 32868 (351-360). Les premières années du xviie siècle vont permettre aux L’Hospital d’intégrer la noblesse seconde de Champagne.

180 B.N. Fr. 32867 (1294-1296).

181 Évadé de sa prison de Tours en 1591, il n’a jamais pu retrouver le charisme de son clan auprès des nobles de Champagne, en grande partie parce qu’il devait toujours passer par les anciens lieutenants de son père pour assembler de maigres effectifs. Cf. B.N. Fr. 3982 (154, 156, 159, 165), 4719 (30 mars 1593)

182 Ce meurtre a beaucoup frappé les contemporains, comme le montre l’abondance des sources qui en font état : les Mémoires de J. Carorguy (p. 179), ceux de J. Pussot (p. 27), les Mémoires des choses plus notables... (p. 150-155), La Lettre d’un gentilhomme de Champagne, op. cit., une lettre du duc de Nevers à Henri IV, du 28 avril 1594 (B.N. Fr. 398 (298)).

183 B.N. Fr. 3991 (95). Une restriction cependant : Charles n’obtient pas le gouvernement de Champagne et Brie, qu’il considérait presque comme un élément de son patrimoine, mais celui de Provence.

184 La veuve de Saint-Paul elle-même est gratifiée de 100 000 écus pour rembourser les dettes de son mari, plus 120 000 pour la solde de ses troupes. Elle conserve même le rang dévolu aux veuves des maréchaux de France et son fils obtient le gouvernement de Mézières – sous la bonne garde, il est vrai, d’une garnison entretenue par le roi. B.N. Fr. 3991 (188-193) 28 décembre 1594.

185 La victoire qu’il remporte le 5 juin 1595 à Fontaine-Française le conforte dans sa position de force en Champagne.

186 B.N. Fr. 15616 (36).

187 B.N. Fr. 3631 (9), capitulation du sieur de Ranti (29 mai 1593) ; Fr. 3984 (47), du sieur de La Rue (6 juin 1593) ; Fr. 3344 (139), du sieur de Chamoy (1er août 1594).

188 Lettres missives de Henri IV, t. VIII, p. 519-20 (23 mai 1594).

189 Ibid., p. 650 (20 juin 1597).

190 Ibid., p. 739-740 (7 octobre 1599).

191 B.N. Fr. 15900 (478) 27 juillet 1603.

192 B.N. Fr. 3627 (55, 60).

193 Lettres missives de Henri IV, t. VIII, p. 919.

194 Ibid., t. VI, p. 586-604.

195 Henri IV écrit ainsi la lettre suivante à Charles de Choiseul-Praslin, qui est malade : « Maraut, haste ta guarison si tu veux te trouver à la bataille qui se donnera dans cinq ou six jours demain. Je monte à cheval pour faire quelque chose, laquelle si elle réussit tu auras un extrême regret de n’y avoir esté. Bonsoir, mande moy comme tu te portes par ce laquais que j’envoye exprès pour me le raporter » B.N. Fr. 15616 (42).

196 B.N. Fr. 3615 (39) et Lettres missives de Henri IV, t. III, p. 313. Le jour même de la mort d’Henri III, Anglure-Givry avait reconnu Henri de Navarre comme son successeur légitime et comme le « roi des braves ». Agrippa d’Aubigné, Histoire universelle..., t. VIII, p. 87.

197 B.N. Fr. 3618.(79), 25 juillet 1591 et Fr. 3618 (92), 6 août 1591.

198 B.N. Fr. 3618 (27).

199 B.N. Mel Col., 86 (161 v°-162 v°).

200 Charles de Coligny est le seul des quatre nouveaux lieutenants généraux à ne pas faire partie de la noblesse seconde de Champagne.

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540