Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux XVIe et XVIIe siècles

 | 
Laurent Bourquin

Deuxième partie. La noblesse seconde au pouvoir (1560-1635)

Chapitre III. Clientélisme et factions (1560-1579)

Texte intégral

1. L’effritement local de l’autorité monarchique

  • 1 M. Poinsignon, op. cit., t. II, p. 138.
  • 2 G. Carré, Histoire populaire de Troyes et du département de l’Aube, Troyes, 1881, p. 252.
  • 3 M. Poinsignon, op. cit., p. 143.
  • 4 É. Henry, La Réforme et la Ligue en Champagne, Saint-Nicolas, 1867, p. 23.
  • 5 Voir les analyses de D. Crouzet sur les liens entre le culte mariai et l’émergence des processions (...)
  • 6 É. Henry, op. cit., p. 23.
  • 7 J’y reviens en détail ultérieurement.

1La Champagne ne fait pas partie des terres d’élection du protestantisme en France. Certes, dès 1524, quelques prêches réformés se répandent, notamment sous l’impulsion de Pierre de Craon et Jean Chastelain1. Mais cette apparition du luthéranisme reste très marginale et ne remet pas en question l’autorité de l’Église catholique dans la province. Dans les années 1540, le calvinisme commence à faire quelques adeptes, surtout à Troyes, où une partie de la notabilité locale accueille favorablement les idées nouvelles2. C’est là d’ailleurs que, le 18 juillet 1542, les premiers hérétiques de Champagne sont brûlés sur ordre du roi3. Cependant, malgré une certaine diffusion dans le pays d’Othe, le protestantisme semble marquer le pas aux alentours de 1550, se circonscrire à un terreau urbain, incapable de s’enraciner durablement dans les campagnes. Peut-être faut-il attribuer à cet échec la domination provinciale des Guise, qui se fait de plus en plus lourde au cours des années 1530-1560. Peut-être faut-il en faire porter une part de responsabilité à Antoine de Croy, prince de Porcien, dont l’aide militaire aux Réformés, menée avec beaucoup d’enthousiasme et une certaine férocité, peut avoir terni l’image de marque de la religion nouvelle4. Peut-être aussi les formes de dévotion de cette province, profondément marquées par le culte de la Vierge et la mystique royale, n’étaient-elles pas compatibles avec les thèses de la Réforme5. Toujours est-il que, malgré deux voyages de Théodore de Bèze à Reims en 1561 et 15626, malgré la conversion de quelques nobles7, la Champagne, surtout la Champagne rurale, demeure catholique dans son écrasante majorité.

  • 8 Par exemple La destruction et saccagement, exercé cruellement par le Duc de Guise et sa cohorte, e (...)
  • 9 Discours au vray et en abbrégé de ce qui est dernièrement advenu à Vassi, y passant Monseigneur le (...)

2C’est pourtant dans cette province qu’a lieu l’événement qui marque le début symbolique des guerres de Religion, le passage de violences sporadiques et spontanées à des affrontements militaires structurés. Le 1er mars 1562, les troupes de François de Guise, séjournant dans la petite ville de Wassy, y massacrent une soixantaine de huguenots. Très vite, ceux-ci donnent à la journée un retentissement énorme, accusant dans plusieurs libelles le duc d’avoir délibérément provoqué la tuerie, ce qui leur offre une chance inespérée de faire du plus célèbre des chefs militaires catholiques un soldat de l’Antéchrist8. François de Guise, quant à lui, se défend de toute espèce de responsabilité dans l’affaire, arguant néanmoins des troubles de l’ordre public occasionnés par les prêches réformés. Dans un imprimé de 1562 qui lui donne fictivement la parole, il déclare ainsi : « ... la pluspart d’entre eulx estoient gens scandaleux, arrogans, et fort téméraires... Et m’avoit l’on desjà faict plaincte, qu’à la suasion de quelques ministres, qui peu auparavant s’y estoient trouvez, venus de Genève, ils se monstroient desjà fort refroidis et esloignéz de porter au Roy l’obéissance qu’ils doibvent. Parquoy estant ladicte ville de l’assignat du douaire de la Royne d’Escosse, douairière de France, ma niepce, et sachant le commandement que j’y avoye, tant à cause de l’auctorité et superintendance générale, que lad. Dame m’a laissée par deça sur tout son douaire, qu’aussi pour estre bonne partie de l’assemblée de mes propres subjects... [je voulus leur faire connaître le] debvoir auquel ils estoient tenus, et le peu de respect qu’ils avoient à l’obéissance qu’ils debvoient au Roy, pour les rébellions, séditions et insolences dont encores peu auparavant ils avoient usé envers aucuns prélats de ce Royaulme, sans me vouloir autrement empescher du faict de leur dicte religion »9.

3François de Guise a donc trois bonnes raisons d’être venu à Wassy. Seigneur du lieu, son rôle consiste à juguler ou du moins à canaliser le développement de la Réforme, non en tant que religion nouvelle, mais parce qu’elle est menée par des individus « arrogans » qui remettent en question son pouvoir éminent sur la communauté. Chef de clan, il se doit de préserver l’autorité théorique de sa nièce Marie sur les biens qui relèvent de son douaire. Enfin, officier du roi dans la province, sa mission est de maintenir l’ordre partout dans son gouvernement.

  • 10 J.-M. Constant, Les Guise, op. cit. A. Jouanna, Le devoir de Révolte, op. cit.
  • 11 La date de 1579, à laquelle Joachim de Dinteville est nommé lieutenant général en Champagne et Bri (...)

4L’affaire de Wassy méritait d’être ainsi placée en exergue à ce chapitre, car elle se présente comme le raccourci des enjeux locaux qui motivent l’ensemble de la noblesse champenoise au cours des premières guerres de Religion. Il n’est pas question de reprendre ici les analyses que J.-M. Constant et A. Jouanna ont développées à propos des justifications que la noblesse a données de ses actes au cours des troubles. Elles montrent avec suffisamment de netteté que les considérations d’ordre religieux (défense de la vraie foi) et politique (une fidélité à l’égard du principe monarchique qui peut aller jusqu’à la révolte) se font écho de façon à créer un système argumentaire très cohérent, dans lequel la défense d’une hiérarchie sociale d’ordre divin occupe une place prépondérante10. Je souhaiterais plus précisément mesurer en quoi l’effritement du pouvoir monarchique, qui s’étend partout jusqu’à la nomination de Joachim de Dinteville à la lieutenance générale, en 1579, affecte tous ceux qui détiennent une parcelle d’autorité territoriale en Champagne – les nobles étant les plus concernés par cette dégradation. De façon corollaire, je voudrais déterminer de quelle manière les structures du clientélisme nobiliaire peuvent muer – ou tout simplement répondre – face à un accroissement des luttes d’influence et des pressions issues de la cour ou de la haute noblesse pendant ces quelque vingt premières années de guerre11.

5Le maintien de l’ordre public est bien une préoccupation commune à l’administration monarchique et à la haute noblesse de Champagne, tout au moins pendant les premières années de la décennie 1560. Cette conjonction de leurs objectifs, que l’on voit s’exprimer dans la correspondance militaire qui s’échange entre les gouverneurs, les lieutenants généraux et la cour, me paraît s’inscrire dans la droite ligne des considérations stratégiques qui ont déjà poussé le roi à protéger la Champagne des invasions. En effet, pacifier les troubles et empêcher qu’ils ne dégénèrent – surtout dans les villes – revient à garantir une paix civile sans laquelle le dispositif défensif mis en place par François Ier et Henri II perdrait beaucoup de son efficacité.

  • 12 B.N. Fr. 15876 (65).
  • 13 « Et quelque sogneuse dilligence que je y aye sceu mectre, il ne m’a esté passible (sic) de faire (...)

6C’est la raison pour laquelle François de Clèves, alors gouverneur de la province, s’emploie en mai 1562 – soit deux mois après l’affaire de Wassy – à calmer les esprits à Troyes, où la communauté protestante, bien implantée, commence à s’armer. À travers le rapport qu’il adresse alors à la cour12, il apparaît que sa hantise est de voir la situation lui échapper du fait d’un noyau d’agitateurs étrangers à la ville, inconnus de la notabilité catholique locale et donc difficiles à contrôler. Son action s’organise ainsi autour de trois axes principaux. D’abord expulser les étrangers fauteurs de troubles : « La première chose à quoy j’euz l’œil, ce fut de les jecter dehors, et y pourveoir encores par une ordonnance que je feiz soubdain à mon arrivée que nul qui ne fust habitué d’ordinaire en cested. ville ou qui n’y eust affaire et empeschement dont il me feroit apparoir, eust à y demeurer plus hault que vingt-quatre heures ». Ensuite faire participer les huguenots troyens à la garde des fortifications, au même titre que les catholiques, de façon à rétablir un climat de relative confiance que le massacre de Wassy avait largement ruiné : « Et encores, Sire, que pour ne mes-contenter poinct personne, je ne voullusse pas esclure de lad. garde et aultres charges publicques ceulx de la nouvelle Religion si est ce que je y ay tousjours eu tel esgard, que pour ung d’eulx il y en a eu huict des autres ». Enfin tenter de désarmer la population : « Incontinent après, Sire, je leur feiz commandement d’apporter toutes leurs armes icy en l’évesché où je loge. Enquoy ainsi que je vous ay escript, il ne fault poinct dissimuler que ceulx de lad. Religion n’ayent usé d’obstination et dureté ». La politique d’apaisement, voulue à cette époque par Catherine de Médicis, se traduit donc sur le terrain par des tentatives visant à renouer des liens de proximité que les deux confessions, malgré leurs divergences, entretenaient depuis près de vingt ans. Elle passe par une répartition équilibrée des responsabilités, en particulier par la reprise d’une collaboration effective entre catholiques et protestants dans les affaires municipales. Cependant, la fin de cette lettre invite à relativiser l’efficacité de ces efforts, car les protestants semblent avoir préféré conserver leurs armes13. Peut-être le choix d’un homme comme François de Clèves, très lié aux Guise et au parti catholique, n’était-il pas le plus approprié pour accomplir cette mission.

  • 14 Issu d’une branche cadette des comtes de La Rochefoucauld, Charles, seigneur de Barbezieux, Pruill (...)
  • 15 B.N. Fr. 15547 (341).
  • 16 Ibid.

7L’échec de cette politique d’apaisement, devenu patent à partir de 1568, oblige les principaux responsables militaires de la province à revoir complètement les bases de leur pouvoir local. Toute tentative de dialogue étant désormais vaine pour longtemps, les méthodes employées à Troyes sont alors abandonnées, pour leur substituer une réelle stratégie d’affrontement. Charles de La Rochefoucauld, seigneur de Barbezieux14, lieutenant général depuis 1551, entreprend ainsi à l’été 1568 de rassembler autour de la personne du monarque les fidélités qui lui font progressivement défaut. Un rapport qu’il adresse au roi le 28 août15 permet de saisir l’ampleur des mutations qui ont affecté l’exercice du pouvoir dans la province depuis le début des années 1560. « Dès que j’ay entendu que ceulx de lad. nouvelle religion ont reprins les armes, reprenant les derniers excès des troubles, j’ay envoyé advertyr toute la noblesse de s’assembler, conduisant le plus d’hommes qu’ilz pourront, pour leur donner aprèz un rendez-vous et de là, nous acheminer où noz forces pourront faire quelque exploit pour vostre service ». Les tentatives menées au cours des années 1562-1568 pour renouer les liens de proximité entre catholiques et protestants sont dorénavant abandonnées au profit d’un renforcement du principe de sujétion. Le rétablissement de l’ordre ne peut plus passer par la restauration d’une collaboration pacifique sous l’œil bienveillant de Catherine de Médicis ; il passe maintenant par l’accentuation d’une pression militaire voulue par la monarchie et menée par la noblesse du pays. Il suppose en outre que l’allégeance à l’égard du roi soit réaffirmée partout, pour qu’elle prime sur les fractures de la société locale. Barbezieux s’y emploie notamment en faisant prêter un serment de fidélité dans toutes les villes de Champagne16.

  • 17 B.N. Fr. 15545 (22).

8Entre la pacification de Troyes, menée en douceur par François de Clèves, et la mise en place d’une stratégie d’affrontement sous l’égide de Barbezieux, l’exercice du pouvoir dans la province a changé du tout au tout. Son objectif reste le même : tenir un pays dont la stabilité est essentielle à la sécurité de la frontière. Mais les affrontements religieux qui s’exacerbent rendent caduques les traditionnelles méthodes de collaboration entre les militaires et les notables urbains. René de Choiseul-Beaupré, gouverneur de Coiffy, se plaint au duc d’Anjou, le 5 mars 1568, que la ville de Langres, dont il assure pourtant la défense, refuse de lui livrer la poudre à canon dont il a un urgent besoin. Les notables catholiques locaux, absorbés par leur conflit avec la minorité protestante de la ville, manifestent ainsi leur mécontentement envers la tutelle royale incarnée par ce gouverneur omniprésent17.

  • 18 B.N. Fr. 15548 (32).
  • 19 B.N. Fr. 15547 (341).
  • 20 Ibid.

9Surtout, c’est l’ensemble du système défensif mis en place par François Ier et Henri II qui est détourné de sa finalité initiale. Les troupes sont désormais utilisées pour des opérations de police qui n’ont plus grand chose à voir avec la défense du territoire. Robert de La Vieuville, gouverneur de Mézières, informe par exemple Charles IX, le 8 septembre 1568, qu’il a envoyé un détachement à Vézelay pour appuyer Barbezieux dans ses représailles contre les protestants de la province18. Le calme relatif des frontières d’Ardenne lui permet ainsi de retourner contre les protestants des troupes qui naguère étaient employées pour contenir les invasions. De son côté, Barbezieux exhorte le roi d’accorder une commission permettant à Ferry de Nicey, capitaine de Romilly-sur-Seine, de payer cinquante arquebusiers à cheval qu’il vient de lever afin de faire la guerre aux huguenots19. Il profite en outre des nouvelles orientations de la politique royale pour rappeler l’état de délabrement de certaines places fortes dont l’entretien fait défaut depuis la paix du Cateau-Cambrésis de 1559. « Estant aud. pais du Bassigny, le cappitaine du chasteau de Montigny, qui est le sieur de Bourlemont, me fist plaincte des ruynes qui sont en sa place pour vous supplier très humblement la faire remetre en meilleur estat et à ces fins luy en donner le moyen, comme aussi il vous plaira ordonner le paiement des mortes payes de lad. place qui ont demeuré deux ans sans avoir receu ung denier »20. Le moment semble ainsi venu de rappeler au pouvoir central la nécessité d’entretenir des places dont l’intérêt stratégique est moindre par rapport à ce qu’il était dans la première moitié du siècle, mais dont les faiblesses pourraient les faire tomber aux mains des huguenots.

10De fait, l’exercice du pouvoir dans la province évolue vers un abandon ponctuel des pratiques de collaboration menées depuis des décennies avec la notabilité urbaine, une utilisation poussée des anciennes structures militaires contre une partie de la population, la préservation des points d’appui fortifiés qui parsèment le pays et la réaffirmation des liens de sujétion que la noblesse militaire est tenue de respecter en tant que bouclier de la monarchie et du corps social. Cette politique éminemment répressive traduit sur le terrain le durcissement de la ligne observée par Catherine de Médicis et son fils à l’égard de la minorité protestante. Mais elle entérine surtout l’effritement des bases traditionnelles du pouvoir central à l’échelon provincial. Et fondamentalement, elle coûte cher.

  • 21 B.N. Fr. 15548 (105).
  • 22 B.N. Fr. 15548 (135).
  • 23 B.N. Fr. 15552 (305).
  • 24 Les ennuis de Barbezieux ne s’arrêtent pas à ces marchandages, car il réclame en 1577 sa pension d (...)

11Le 9 novembre 1568, alors qu’il assiège les protestants de Château-Renard, Barbezieux écrit une longue lettre au roi de France, dans laquelle il dresse un premier bilan de cette crispation de l’été 1568. « Et combien que telles entreprises ont apporté la ruyne de mes maisons, aïant déjà souffert la perte de cinquante mil livres, tant en meubles, grains que aultres choses qu’on m’a pillé à Barbezieux... cependant je n’ay voullu faillir d’envoyer par devers votredite majesté ce gentilhomme présent porteur pour vous donner advis de tout ce dessus, vous suppliant très humblement d’avoir esgard aux frais infiniz qu’il m’a convenu faire pour assambler et conduyre l’artillerie, munytions et attirail, pour les gaiges des officiers qui n’ont accoustumé de marcher sans argent, entretenir un grand nombre de gentilshommes qui nous accompaigne jusques à présent et faict autres despenses nécessaires à telles entreprinses. Aussi il vous plaira avoir esgard d’impartir quelque solde aux companies de gens de pied se plaignantz de se veoir si mal récompensez de leurs services »21... Et Barbezieux de conclure en sollicitant qu’on lui accorde les seigneuries qui doivent être confisquées à deux gentilshommes protestants. Le 26 novembre, il annonce triomphalement la prise de Château-Renard (« voz pais de Champagne et Bourgongne demeureront netoyéz de ceste vermine »), tout en ajoutant : « Mes forces sont fort diminuées, à cause que les soldatz n’estant point payez se desbandent journellement »22. L’efficacité de la répression décidée en 1568 est donc remise en cause de facto par la faiblesse des finances de l’État. Celui-ci ne peut honorer ses engagements sur une longue durée en payant régulièrement ses troupes ou en dédommageant ses principaux officiers. Deux ans plus tard, juste après l’édit de pacification de Saint-Germain, Barbezieux ne semble pas avoir avancé d’un pouce dans la solution de ses problèmes d’argent. Le 25 novembre 1570, il propose en effet à Madame d’Andelot – dont il a pris d’assaut le château de Tanlay au début des troubles – de lui restituer son domaine, en échange du remboursement des dégâts occasionnés par les troupes protestantes sur ses propres terres23. Barbezieux en est donc réduit à traiter directement avec des ennemis qui ont tout autant souffert que lui de ces deux années de guerre24.

12Cet accroissement des tensions sociales et religieuses ne va donc pas sans révéler une certaine incapacité des détenteurs du pouvoir provincial à répondre aux besoins d’ordre civil qui émanent de la monarchie. Or ce constat d’impuissance relative me semble être à l’origine des crispations qui affectent très tôt les réseaux nobiliaires de la Champagne. Divers documents permettent en effet de mesurer à quel point les principaux chefs de partis tentent d’utiliser leurs clientèles locales pour tenir un territoire à moindres frais ou mener des opérations militaires dans un pays qu’ils connaissent mal, et ce dès la fin des années 1560.

2. La crispation religieuse des réseaux

  • 25 Claude Haton, Mémoires..., p.p. Félix Bourquelot, Paris, 1857, p. 538-539.
  • 26 Ibid.

13En août 1568, le prince de Condé entreprend de passer avec ses troupes de Picardie en Bourgogne. Les Mémoires de Claude Haton, curé de Provins, nous renseignent sur les complicités dont le chef du parti protestant peut alors bénéficier dans la noblesse locale pour réaliser cette opération. La cheville ouvrière en est Jean Raguier, gentilhomme briard qui possède les seigneuries d’Esternay et La Motte-Tilly, à proximité des domaines champenois de la famille Condé. Sa conversion au protestantisme, qui semble s’effectuer aux alentours de 1550, est délicate à interpréter, faute de documents. Même si elle n’a aucun rapport avec les liens qu’il a tissés avec son puissant voisin, elle fait néanmoins de lui le principal agent condéen de cette région. Haton raconte ainsi que le prince « tira à Esternay, pour savoir du seigneur dudit lieu par où il et son train pourraient passer la rivière de Seine à gué ou bateaux, sans passer par les villes, portz et passages d’icelle, que le roy faisoit garder. Dudit Esternay, fut par le seigneur du lieu et les principaux de la cause conduit à Meel-sur-Seine, pour aller gangner le passage de laditte rivière au droict de son chasteau de La Motte, où il avoit faict préparer bateaux et nasselles pour passer ledit sieur prince et tout son train sûrement et sans danger »25. Un fidèle client tel que Jean Raguier, seigneur d’Esternay, est ainsi très précieux pour un chef de parti comme Condé, dont le réseau champenois est bien moins étoffé que celui qu’il possède en Picardie. Grâce à ses appuis locaux, il lui facilite la tâche en préparant les moyens nécessaires à son expédition ; grâce à sa connaissance du pays, il lui permet de conduire en toute sécurité ses troupes dans une région qu’il maîtrise mal. Haton ajoute que « s’estima fort honoré le sieur d’Esternay d’avoir, en la présence de ses subjectz tant d’Esternay que dudit lieu de la Motte, receu en ses maisons ledit sieur prince de Condé, qu’il estimoit et aymoit mieux que le roi »26. La guerre apparaît ici comme l’occasion idéale pour un client de resserrer les liens affectifs qui l’unissent à son patron, tout en profitant de sa présence pour récupérer à son profit local une part de son charisme.

  • 27 B.N. N.A.F. 8625 (13), 8629 (40), 8632 (117), Clair. 263 (1851, 1855), 264 (1977), 271 (3363), 274 (...)

14Le récit de Claude Haton, profondément imprégné de la haine qu’il voue aux protestants, pourrait être sujet à caution s’il n’était confirmé par d’autres sources qui vont toutes dans le même sens. Au sein du parti catholique, l’utilisation des réseaux semble en effet répondre aux mêmes exigences et aux mêmes finalités. Ainsi, la famille de Guise, après la mort de François en 1563, apporte un grand soin à la préservation de son réseau provincial. Le tableau 12, réalisé à l’aide des quelques rôles de montres qui ont été conservés pour les années 1563-1579, montre l’évolution des effectifs champenois qui composent ses compagnies d’ordonnance. Celles-ci sont alors commandées par les enfants de François – de façon théorique du fait de leur jeune âge jusqu’en 1570, puis de manière effective27.

  • 28 Du fait même de leur enracinement local, les réseaux de Guise ne lui sont pas d’un grand secours l (...)

15La mort de François de Guise ne semble pas fragiliser sensiblement les réseaux nobiliaires maîtrisés par le clan au cours de cette période. Il semble bien que la famille, malgré l’assassinat de son chef, parvient à retenir dans ses compagnies des individus fidèles et motivés par la poursuite des guerres. Seule exception notable : la compagnie de Mayenne en 1567. Elle s’explique simplement par le fait que cette montre est dressée à Guise même, où les effectifs champenois sont largement supplantés par la clientèle picarde. Dans tous les autres cas, la solidité des réseaux champenois ne se dément pas malgré la jeunesse des héritiers de François. Les années passant, les fidélités se focalisent de plus en plus sur Henri, qui peut ainsi s’affirmer comme le chef du clan, au détriment de ses autres frères, qui draînent de moins en moins de Champenois dans leurs compagnies à partir du début des années 1570. Au cours de ces difficiles années 1563-1570, la puissance militaire des Guise fait alors la preuve de sa solidité et surtout de son profond enracinement provincial. Cette donnée paraît avoir joué un rôle fondamental dans la restauration de leur influence28.

  • 29 Il en est pourvu dès le 26 février 1562 (1563), à la mort de son père. Mais durant sa minorité, c’ (...)
  • 30 Lettres de Catherine de Médicis, t. V, p. 77.
  • 31 B.N. Clair. 257 (1459).

16Il semble en effet qu’à partir de 1574, Henri utilise certains clients provinciaux pour l’aider à affirmer son pouvoir de gouverneur de Champagne29. Ainsi, dans une lettre que Catherine de Médicis adresse le 20 août 1574 à M. de Mauvissière, elle l’informe que les reîtres qui doivent passer en Dauphiné vont « prendre pour cest effect le chemin que mon nepveu le duc de Guyse leur a destiné au dedans de son gouvernement auquel, pour les conduire et leur faire administrer vivres en passant pays, il a ordonné le comte de Romecourt »30. Ce bref passage ressemble beaucoup au récit que Claude Haton fait de la traversée des armées condéennes en 1568. Là encore, il s’agit d’utiliser l’expérience du terrain que possède un fidèle dévoué et sûr – Jean de Rommecourt apparaît déjà dans la compagnie de François de Guise en 155331 – de façon à guider et à ravitailler des troupes dans un pays qu’elles ne connaissent pas. Les réseaux provinciaux tendent donc à devenir une pièce maîtresse de la stratégie de tous les grands lignages au cours de cette période.

  • 32 Voir chapitre I, p. 35.
  • 33 B.N. Fr. 4736 (14).
  • 34 Ibid.
  • 35 Il me semble difficile de souscrire à l’affirmation de K.B. Neuschel, selon laquelle « la fidélité (...)

17En outre, lorsqu’il s’agit pour Henri, à partir de 1574, de reprendre en main les intérêts de son clan dans la province, il ne se contente pas d’utiliser les larges possibilités de manœuvre que lui offrent ses réseaux. Lancé à cette époque dans une subtile alliance avec les Clèves, il parvient dans le même temps à se créer de nouvelles fidélités en Champagne du Nord, une région qu’il ne maîtrise guère du fait de la domination qu’y exercent à la fois le duc de Nevers et ses ennemis protestants regroupés dans le réseau La Marck. C’est ainsi que François d’Ambly, le fils cadet de Nicolas – dont nous avons déjà suivi la carrière comme homme d’armes et gouverneur de Donchéry pour le duc de Bouillon32 – se détourne des solidarités anciennes que sa famille avait nouées dans le réseau protestant pour passer au service de Guise. En effet, si son frère Philippe poursuit l’itinéraire tracé par leur père en conservant le gouvernement de Donchéry et en restant fidèle au parti huguenot, François, lui, retourne au catholicisme et devient en 1571 « cappitaine et gouverneur de Linchamp et Chateauregnault, terres souveraines appartenans à mondict sieur de Guise »33. À ce titre, il en vient à surveiller un territoire très sensible, profitant des amitiés qu’il a gardées dans la noblesse protestante pour communiquer au duc de Guise de multiples informations sur les mouvements de l’ennemi34. Le cas de François d’Ambly me semble parfaitement bien illustrer l’ampleur des mutations qui affectent les réseaux nobiliaires provinciaux au cours de cette période. Les clientèles ne relèvent plus seulement d’une appartenance familiale exclusive et traditionnelle à un patron unique. Avant de se compromettre derrière un grand, certains nobles tiennent dorénavant compte de facteurs nouveaux, au sein desquels la foi semble tenir un rôle important. Ils peuvent alors rompre de façon brutale avec les perspectives de carrière qui auraient dû être les leurs s’ils avaient respecté la tradition familiale, pour se lancer derrière un nouveau patron qui réponde mieux à leurs exigences35. Les fractures religieuses, qui s’élargissent de plus en plus à mesure que se développent les conflits, contribuent donc à une recomposition des réseaux nobiliaires sur des bases confessionnelles. La nature des liens qui soudent une relation entre un patron et certains de ses clients en vient ainsi à diverger sensiblement de ce qu’elle était au cours de la première moitié du xvie siècle. Il semble cependant que cette relation, même si elle se fonde maintenant aussi sur une communion de foi, participe toujours des mêmes idéaux que partagent des nobles unis dans leur défense. Et c’est Henri de Guise, comme son père vingt ans plus tôt, qui semble le mieux parvenir à cristalliser sur sa personne ces valeurs nobiliaires idéalisées. Un atout essentiel pour le contrôle de la noblesse provinciale.

  • 36 B.N. 500 Col. 8 (364).
  • 37 Déjà en 1574, il avait fait sentir au roi combien la puissance de son autorité le rendait indispen (...)

18En effet, à la fin mars 1577, alors que les ligues en tous genres éclosent dans la province, c’est à lui qu’Henri III fait appel pour restaurer son autorité parmi les nobles de la province. Or ces associations d’autodéfense regroupant les catholiques ont précisément été favorisées l’année précédente par le duc ; elles constituent une pression intolérable pour le roi, qui tente alors de les placer sous son propre commandement. Qui d’autre, sinon leur inspirateur lui-même, peut être capable les maîtriser ? Guise assemble donc la noblesse du bailliage de Troyes et lui fait signer un document intitulé : « Articles que nous soubsignéz gentilzhommes de la province de Champaigne du bailliage de Troyes avons accordez et promis au Roy parlant à Monseigneur le duc de Guyse... pour le faict de l’association commandée par Sa Majesté »36. Ce texte exprime tout autant une réelle volonté d’apaisement qu’une formidable démonstration de force de la part du duc de Guise. « Nous tous et ung chacun sans excepter promet et jure sur noz foy et honneur de nous tenir prestz et appareilléz, montéz, arméz et en équipaige de service chacun selon noz pouvoirs, qualitéz et facultéz et nous donner pour le bien et deffence de notre patrye au jour commandé et ordonné pour résister à toute armée d’ennemys du Roy et estrangers ou autres de lad. patrye... Semblablement de conserver ou regarder et donner toute seureté à tous ceux de la Religion nouvelle pourveu qu’ilz soient obéissans aux com-mandemens du Roy et se contiennent doulcement en leurs maisons... Les col-lonnelz tant de cavallerie que d’infanterie et tous ceulx qui auront charge de l’association seront gentilzhommes de la patrye et province de Champaigne et non d’ailleurs et pour chacune charge seront nommez au Roy par la noblesse dud. pays trois gentilzhommes, comme il a pleu à Sa Majesté leur permettre, desquelz elle choisira celuy qui luy plaira pour avoir lad. charge ». La médiation du duc de Guise aboutit ainsi à diluer la notion de fidélité envers la couronne. Elle glisse vers l’expression d’une autodéfense de groupe dans le cadre strict de la province (la « patrye ») et vers une certaine autonomie dans le choix des principaux officiers. Elle ressuscite le mythe d’une noblesse conçue comme le rempart de la monarchie, tout en jouant sur le registre, bien connu des Champenois, de la défense des frontières contre les « estrangers ». En se posant comme leur porte-parole, Henri de Guise peut ainsi satisfaire les rêves de ses clients, tout en démontrant au roi que son charisme provincial est seul à même de canaliser leurs pulsions37.

  • 38 M. Orléa, La noblesse aux États généraux de 1576 et 1588, Paris, 1980.
  • 39 « Cahier des vœux du bailliage de Chaumont-en-Bassigny pour les États généraux de 1576 », p.p. Mil (...)

19Cette utilisation intensive des réseaux et des liens affectifs qui les fondent profite dans une certaine mesure au pouvoir central, mais ses limites en sont vite atteintes puisqu’elle dépend de la seule bonne volonté des patrons. Pourtant, la famille royale, grâce à sa position unique dans l’imaginaire et la société nobiliaires, peut tout autant que le duc de Guise – voire mieux encore – répondre à l’attente de sa noblesse. En effet, comme l’a montré M. Orléa, les cahiers de doléances pour les États généraux qui se tiennent pendant la période portent très souvent la marque de cet attachement nobiliaire à l’égard de la personne sacrée du souverain38. Je ne crois donc pas que les rapports entre le monarque et ses nobles soient véritablement entachés d’un contentieux irréductible. Au contraire, lorsque la noblesse de Champagne tente de s’exprimer dans ses cahiers de doléances, elle utilise le même vocabulaire, reprend les mêmes images, exprime les mêmes désirs qu’avec le duc de Guise. Par exemple, dans celui du bailliage de Chaumont-en-Bassigny en 1576, les nobles locaux réclament que « les places et cappitayneries vacantes par mort ou advancement soient données et mises ès-mains des gentilshommes des provinces où sont assises les dites places et cappitayneries, lesquels gentilshommes quitteront tout service particulier et services qu’ils pourront avoir à autre que au roy ». Ils concluent en ces termes : « Ce faisant, le roi se sera acquis un trésor immortel des vœux et volontés de sa noblesse qui durera tant que, de génération en génération, vivera luy et les siens à l’imitation de nos ancêtres gentilshommes de race illustre qui ont dirigé, entretenu et augmenté l’estat royal, gardé et maintenu ses progéniteurs roys en leur couronne ainsy que le peuvent tous défendre et persévérer avec toute intégrité en son endroit avec toute concurrence mutuelle et réciproque de bons offices que doivent tous vassaux et sujets recevoir de leur roy et lui rendre biens, corps et vyes »39. Par-delà sa révérence un peu convenue, cet appel ressemble beaucoup à celui qu’Henri de Guise avait préparé avec la noblesse du bailliage de Troyes. Il exalte lui aussi un ordre nobiliaire conçu comme le rempart de la monarchie – particulièrement contre les « estrangers », qui y sont dénoncés à plusieurs reprises. Il prône lui aussi une collaboration qui pourrait aller vers un véritable partage du pouvoir entre tous ces individus qui communient dans les mêmes valeurs.

  • 40 B.N. Fr. 15545 (22).

20Ces témoignages d’attachement de la noblesse champenoise pour la famille royale procèdent de la même logique que ceux qui s’expriment à l’égard du duc de Guise. Ils se traduisent eux aussi par des démonstrations individuelles d’affection qui peuvent se lire dans certaines lettres, dont la plus belle est peut-être celle-ci, écrite par René de Choiseul-Beaupré, gouverneur de Coiffy, au duc d’Anjou en 1568. « Monseigneur, le plus grand regrect que j’aye en ce monde est que je suis icy inutil à S.M. ny à vous, et si Dieu m’eust faict la grâce qu’il eust pleu à S.M. me permettre de vous aller trouver, je n’eusse espargné ma vye ny mes puissances de vous faire très humble et fidèle service et mourir à voz piedz sy l’occasion s’y eust présentée. Et sy votre bon plaisir est que je demeure en ce lieu, il vous plaira me mander en quel estat je demeureray, par ce que je n’ay poinct de provisions de S.M. ny de vous »40.

3. L’extension du clientélisme royal

  • 41 Pour établir cette liste, j’ai utilisé les mêmes sources que pour le tableau 11 : le Recueil histo (...)

21La diffusion d’un clientélisme monarchique dans la province ne semble donc pas faire de doute. Il est même possible d’en affiner les modalités, en recherchant dans les pièces généalogiques les individus qui sont appelés par le souverain pour exercer temporairement un emploi à la cour entre 1560 et 1579. Le tableau 13 en présente les résultats41.

22À partir du début des années 1560, les emplois de cour s’ouvrent très largement à des nobles qui n’auraient même pas songé à les convoiter une décennie plus tôt. L’ancienne noblesse seconde, même si elle est toujours sur-représentée dans cette liste, ne détient plus le monopole qui était le sien sous Henri II. D’autres familles peuvent prétendre, comme elle, à profiter des nombreux avantages que confère la proximité royale. Cette évolution spectaculaire va indéniablement dans le sens d’un resserrement des liens affectifs entre le monarque et une partie de la noblesse. En période de crise et d’instabilité, elle traduit les nouveaux besoins de l’État en termes de fidélités. Elle permet en outre de concurrencer les grands féodaux de la province sur leur propre terrain, en perturbant leur quête de nouveaux affidés. Elle ébauche une généralisation du clientélisme royal et annonce l’extension progressive de la noblesse seconde.

23Cette prolifération de nouveaux venus dans l’entourage des rois constitue en effet le premier indice d’une mutation plus globale que d’autres éléments viennent corroborer dès le début des années 1560, au premier rang desquels figurent les promotions à l’ordre de Saint-Michel.

  • 42 « Statuts de l’ordre de Saint-Michel », p.p. le comte Garden de Saint-Ange, Code des ordres de che (...)
  • 43 Ibid., art. II.
  • 44 Ibid., art. VI.
  • 45 Ibid, art. VII.
  • 46 Recueil historique de l’ordre de Saint-Michel, B.N. Fr. 32864 (fol. XXXVII).
  • 47 Th. Godefroy, Le Cérémonial de France..., Paris, 1619, p. 29 (enterrement de Charles VIII) et p. 1 (...)

24Rappelons que celui-ci a été créé par Louis XI le 1er août 1469. Composé à l’origine de trente-six chevaliers, il était conçu comme une distinction suprême, un témoignage exceptionnel de la bienveillance royale, et finalement comme l’apanage des plus grandes maisons. Par rapport à toutes les autres marques d’honneur, l’ordre « du roi » a ceci de particulier qu’il fonde une égalité formelle entre tous ses membres (« Frères et Compagnons de l’Ordre »42), unis autour de la défense des mêmes valeurs chevaleresques et de la personne royale. Les statuts de Louis XI insistent beaucoup sur cet aspect : « Nous désirons qu’en ce présent Ordre, il y ait 0des plus grands mieulx renommez et plus ver-tueulz et notables chevaliers dont nous ayons cognoissance... et par ce nous confiant plainement de leur grande et entière loyauté, et espérant à la continuation et persévérance d’iceulx de bien en mieulx, en toutes haultes, dignes et vertueuses œuvres »43. Les obligations fondamentales de tout chevalier s’organisent ainsi selon deux axes principaux : « défense de la foy chrestienne, estat, restablissement ou liberté de l’Église de Dieu » et « entretènement de la couronne de France et de la chose publique de nostre royaume »44. Le collier de Saint-Michel instaure donc une alliance confraternelle et mystique entre le souverain et sa haute noblesse, ce qui oblige chaque nouveau chevalier à délaisser toute autre distinction qui lui ferait concurrence et à consacrer tous ses moyens au service de son souverain. En retour, ce dernier garantit à tous les confrères de « les défendre contre touts autres qui vouldroient aucune chose entreprendre contre eulx, et les garder comme [ses] propres droicts à [son] pouvoir, tant que bonnement selon droict et raison faire le pourront, tout ainsi que bon chef et souverain doibt faire à ses bons frères »45. En outre, les chevaliers bénéficient de prérogatives particulières, comme le titre de « cousin » qui leur est donné par le roi46 ou leur emplacement lors des grandes cérémonies47. L’éminence du collier ne souffre d’aucune altération au cours de toute la première moitié du xvie siècle et la nomination de quelques nobles seconds sous le règne d’Henri II ne remet pas en cause son prestige. La rupture intervient à la Saint-Michel 1560.

  • 48 Dont le connétable de Montmorency.
  • 49 Montaigne, Essais, livre II, chap. XII. Il obtient le collier en 1571.
  • 50 Brantôme, op. cit., t. V, p. 91.
  • 51 Ibid., p. 92.
  • 52 Ibid.
  • 53 Ibid.

25Ce jour-là, une promotion de dix-huit nouveaux chevaliers apparaît comme une « nouvelleté » insupportable à de nombreux contemporains48, qui y voient la main de ceux qui dominent alors le conseil de François II : les Guise. Cette très relative banalisation de l’ordre, poursuivie avec constance par la suite, semble être à l’origine du discrédit dans lequel il tombe assez brutalement au cours des années 1570. Montaigne s’en fait l’écho en écrivant « je demandois à la fortune, autant qu’aultre chose, l’ordre de Saint-Michel, estant jeune ; car c’estoit alors l’extrême marque d’honneur de la noblesse françoise et très rare. Elle me l’a plaisamment accordé ; au lieu de me monter et haulser de ma place pour y aveindre, elle m’a bien plus gracieusement traicté ; elle l’a ravallé et rabaissé jusques à mes espaules et au-dessoubs »49. Le pourfendeur le plus acharné de cette pratique nouvelle est sans conteste Brantôme, qui observe « aucuns de nos chevaliers [l’] acquérir par prières, par pourchas, par importuni-téz, par faveurs d’hommes et de dames, et amprès par si grand’ accoutumance, le despartir aux uns et aux autres, qu’il vint par amprès si commun et trivial, que d’autant plus que par le passé il avoit esté honnoré et révéré par toute la chrestienté »50. Cependant, la lecture attentive de Brantôme invite à nuancer sensiblement ses propos sur le « collier à toutes bêtes » que l’on cite si souvent. En effet, il ne condamne pas le fait que cette distinction soit de plus en plus accordée à des gens n’appartenant pas au vivier d’origine – haute noblesse et principaux officiers des armées. Au contraire, il insiste sur le fait que son élargissement à l’élite de la noblesse militaire est légitime, « puisque tel honneur s’acquiert par les armes »51. Ce qu’il condamne, c’est l’absence d’états de service chez quelques uns, « qui n’avoient jamais bougé de leurs maisons, despuis quelque petit voyage ou deux qu’ilz avoient sorty dehors »52. Et surtout l’intrusion des robins : « Nous avons veu des conseillers sortir des courtz de Parlement, quitter la robe et le bonnet carré, et se mettre à traisner l’espée, et les charger de ce collier aussitost, sans autre forme d’avoir faict guerre, comme fit le sieur de Montaigne, duquel le mestier estoit meilleur de continuer sa plume à escrire ses Essays que de la changer avec un’ espée qui ne luy siéoid si bien »53.

26Je voudrais ici faire abstraction de tous les jugements qui, à l’instar de Brantôme, se lamentent sur la décrépitude des institutions les plus sacrées. Ils émanent toujours d’une population habituée aux cercles les plus proches du pouvoir, consciente de sa supériorité, très attachée à préserver tout indice qui peut la séparer du commun des mortels et prompte à s’élever contre la banalisation de ses prérogatives. Je voudrais la laisser à sa rancœur pour recentrer l’analyse sur ces petits nobles provinciaux qui se voient décerner une récompense que jamais leurs pères n’avaient osé rêver. Pour ces individus, le prestige de l’ordre de Saint-Michel est intact, il les fait pénétrer dans une sphère sociale et politique jusqu’alors inaccessible, il les place sur un pied d’égalité théorique avec les plus grands, il les fait participer directement à la puissance royale. L’essentiel est alors de comprendre ce que ces promotions révèlent et impliquent en termes de clientélisme.

27Dans son Catalogue de l’Ordre de Saint-Michel, J.-F. d’Hozier insiste sur le fait que les nouveaux venus des années 1560-1570 doivent souvent leur collier à la faveur et à la recommandation d’un patron qui trouve ainsi le moyen de récompenser ses fidèles à peu de frais. En Champagne, il semble bien que de nombreux individus répondent à ce schéma, comme en témoigne le tableau 14, qui présente la carrière de ceux qui ont bénéficié de ces promotions au cours de cette période.

  • 54 B.N. Fr. 32867 (1097). Comme d’Hozier, j’en ignore la filiation.
  • 55 B.N. Fr. 32868 (126). Son père Jacques, dont on ne connaît pas la carrière, avait déjà été disting (...)

28Certains noms nous sont déjà familiers, d’autres encore inconnus. C’est justement l’émergence soudaine de ces quelques individus qui semble avoir le plus posé problème à l’époque : leur promotion subite dans l’ordre de Saint-Michel sans que jamais eux ou leurs pères n’aient participé à une compagnie d’ordonnance, n’aient pris part à la moindre opération militaire. Alexandre Le Gruyer, par exemple, qui apparaît dans le Catalogue en 1570, a été gouverneur du jeune Henri de Guise et de la principauté de Joinville54. De même, c’est un homme de confiance des Guise qui, le 18 mai 1577, est distingué en la personne d’Antoine de Chaumont, qui fut surintendant de la maison de Marie Stuart, la nièce du duc François, et gouverneur de Joinville comme Alexandre Le Gruyer. Là encore, c’est un fidèle du clan Guise qui est récompensé ici, non un homme de guerre55. Dans ces deux cas, l’obtention du collier semble être l’aboutissement logique d’un itinéraire qui a fait de ces individus les rouages principaux de la domination locale de leurs maîtres. Ceci au moment où la faiblesse du pouvoir permet alors aux plus grandes familles de redistribuer sans mal à leur clientèle les faveurs de l’État.

  • 56 B.N. Fr. 32867 (997).
  • 57 B.N. Fr. 32867 (943).
  • 58 B.N. Fr. 32867 (1102).

29Néanmoins, quelques nouveaux promus ont des profils beaucoup moins uni-voques. En effet, si les Averhoult, les La Vieuville, les Mailly, les Vaudrey, les Villelongue sont tout autant liés à un puissant patron provincial derrière lequel ils ont fait carrière, ils se distinguent très sensiblement des cas qui viennent d’être évoqués. La plupart sont des officiers assez anciens qui sont parvenus, au cours des campagnes des années 1550, à saisir les chances de promotion qui s’offraient à eux. Ainsi, Jean d’Averhoult, dont la famille est cliente des La Marck depuis des décennies, commence sa carrière comme simple archer de la compagnie de son patron en 1545. Promu guidon en 1547, puis enseigne en 1551, il participe au siège de Hesdin en 1553. Deux ans plus tard, il obtient le gouvernement du château de Bouillon, qui constitue avec Sedan l’un des deux centres névralgiques du pouvoir des La Marck. À cette époque, il fait un coup d’éclat en capturant une troupe de trois cents ennemis à la tête d’une cinquantaine de cavaliers d’élite, ce qui lui vaut d’être récompensé en obtenant la charge d’échanson du roi. Parvenu au grade de lieutenant en 1557, il en serait vraisemblablement resté là si sa carrière s’était déroulée vingt ans plus tôt. Mais l’ouverture de l’ordre de Saint-Michel lui permet en 1569 d’en obtenir le collier56. Nul doute que Brantôme ait approuvé cette promotion. Sans être aussi spectaculaire, la carrière de Nicolas Desaivelles (ou des Ayvelles), gouverneur de Sedan, Donchéry et Bouillon, présente des traits tout à fait comparables57. De même que celle de Pierre de Villelongue, archer du duc de Bouillon en 1550, homme d’armes en 1553, maréchal des logis en 1555, enseigne en 1568 et finalement promu chevalier de l’ordre en 157058. Tous ces gens ont donc déjà derrière eux de longues carrières effectuées dans des compagnies d’ordonnance, des carrières dynamisées par les guerres qui se sont déroulées contre les Impériaux depuis les années 1540.

  • 59 Eltouf : B.N. PO. 1049
    La Rouère : Caumartin, Recherche de la noblesse...
    Du Val : DB. 653
    Miremont : (...)
  • 60 B.N. DB. 562 et Fr. 32866(277).

30Si certains peuvent se prévaloir d’une implantation ancienne dans la province, d’autres ne sont en Champagne que depuis une ou deux générations. Attirés par les perspectives de carrières qu’offraient les guerres du Nord-Est à partir des années 1530, ils se sont alors engagés dans des compagnies d’ordonnance stationnées en Champagne et y ont fait souche. C’est le cas des Eltouf-Pradines et des La Rouère, italiens d’origine, qui sont venus en France avec le retour des troupes royales, des Du Val, Écossais entrés au service de François Ier, des Miremont (auvergnats), des La Vieuville et des Renty (artésiens), ou des Saucières, (luxembourgeois)59. Cette installation récente les prive de l’influence mêlée de considération locale qui sont toujours indispensables au commandement d’une place forte. De fait, ils semblent avoir du mal à en obtenir l’attribution. Seuls Pierre de La Vieuville et Jacques de Renty, les deux Artésiens, parviennent à surmonter ce handicap60. Les autres font l’essentiel de leurs carrières en devenant les principaux officiers de plusieurs compagnies.

  • 61 Il est frappant de découvrir, dans une montre de la compagnie du duc de Bouillon effectuée à Sedan (...)

31Au total, ces personnages nouveaux semblent se répartir selon deux profils bien distincts. Certains, très minoritaires, sont avant tout des hommes de confiance qui ont eu à gérer les plus importantes affaires de leurs maîtres au cours de leur vie. D’autres sont des soldats professionnels qui ont tout autant servi le roi que leurs patrons en accomplissant des tâches d’encadrement dans des garnisons sensibles et des compagnies d’ordonnance, ce qui leur vaut de parachever leur carrière par un collier de l’ordre désormais accessible aux simples gentilshommes61. Cependant, par-delà leurs divergences, ces deux types d’itinéraires procèdent chacun de la même logique : celle qui préside au fonctionnement des réseaux et qui exige qu’un client soit récompensé en proportion de ce que son maître peut lui accorder. Or les problèmes financiers chroniques de la haute noblesse ne font que s’aggraver avec le développement des troubles religieux, tandis que son influence auprès du roi lui permet de prodiguer largement les bienfaits de la couronne. Récompenser ses plus fidèles serviteurs à l’aide des plus hautes distinctions de l’État représente ainsi pour elle un moyen peu coûteux pour entretenir ses réseaux.

  • 62 B.N. Fr. 32866 (242-243).
  • 63 B.N. Fr. 32866 (1568).
  • 64 B.N. Fr. 32866 (531-532).
  • 65 Ibid. et B.N. PO. 1072 (106, 107, 115).
  • 66 B.N. CBH. 36. François, Nicolas et Gabriel de Saint-Belin sont échansons de Catherine de Médicis d (...)
  • 67 B.N. DB. 667-668.

32Il ne faudrait cependant pas en déduire trop vite que ces nouvelles promotions dans l’ordre de Saint-Michel expriment un simple parasitage de l’État par une haute noblesse avide d’en exploiter les ressources à son seul profit. Je pense au contraire que si Catherine de Médicis et ses fils favorisent cette ouverture, c’est qu’elle répond à un besoin pressant de s’attacher la fidélité de nombreux gentilshommes au cours des crises qui secouent le pouvoir de la monarchie dans les provinces à partir du début des années 1560. Ces promotions auraient donc le même sens que l’accession des petits et moyens nobles à des charges de cour qui les placent directement parmi les familiers de la famille royale. L’examen attentif de leurs emplois permet d’étayer en partie cette hypothèse. En effet, lorsque leur carrière militaire, très dépendante de leur réseau provincial, est confrontée aux charges de cour qu’ils détiennent, il apparaît vite que la quasi-totalité de ces individus, bien avant de recevoir le collier, ont été gratifiés par des emplois qu’ils remplissaient périodiquement auprès des souverains. Le cas de Jean d’Averhoult, échanson du roi en 1555, est loin d’être un phénomène isolé. Joachim de Chastenay, seigneur de Lanty, dont d’Hozier souligne qu’il est « très attaché aux intérêts du duc de Guise », fait partie des gentilshommes ordinaires de la chambre du roi dans les années 156062. Anne de Vaudrey, dont toute la carrière s’est déroulée dans la compagnie de François de Guise de 1546 à 1553, devient panetier du roi en 1555, puis gentilhomme ordinaire de sa chambre en 156063. François des Essars, baron de Sautour, guidon (1564) puis enseigne (1568) de la compagnie d’Henri de Guise, se montre parallèlement « fort affectionné du roy Charles IX, qui [l’admet] au nombre des gentilshommes de sa chambre tout au commencement de son règne »64. En 1569, il passe sous les ordres directs du duc d’Anjou, frère du roi, en devenant sous-lieutenant de sa compagnie et en recevant une belle gratification de 1 250 L. Il achève sa carrière comme lieutenant général de son apanage de Brie65. Jean de Saint-Belin, dont le grand-père a fait l’essentiel de sa carrière dans les troupes des gouverneurs de la province entre 1522 et 1528, devient gentilhomme ordinaire de la chambre et maître d’hôtel de Charles IX. Ses cousins sont d’ailleurs particulièrement nombreux dans l’entourage de Catherine de Médicis66. Pierre de La Vieuville, dont l’ascension a commencé dans le sillage d’Antoine de Bourbon vers 1540 et s’est surtout déroulée en tant que capitaine de Mézières pour les Clèves-Nevers, obtient un emploi de gentilhomme ordinaire de la chambre du roi dès 155667.

  • 68 Ces nouveaux venus dans l’ordre du roi sont avant tout clients de deux grands féodaux de Champagne (...)

33Tous ces itinéraires vont dans le même sens. Ils concourent à créer un clientélisme propre à la monarchie au sein des réseaux provinciaux, grâce à des emplois et des cadeaux que les patrons mêmes de ces individus ont contribué à leur faire accorder. Ainsi, plutôt que de voir dans cette évolution la conséquence d’une simple mainmise de la haute noblesse sur les ressources de la couronne, je pense qu’elle instaure une réelle interdépendance entre des patrons soucieux de récompenser à moindres frais leurs clients et une monarchie avide de fidélités nouvelles dans la province68. Ce jeu d’échanges en vient ainsi à profiter à tous les partenaires. Certes, la promotion de quelques hommes de confiance des Guise apparaît bien comme le détournement d’une récompense d’État vers un usage strictement privé qui n’a plus rien à voir avec sa finalité initiale. Mais celle des nobles qui ont fait une longue carrière dans les compagnies d’ordonnance et les garnisons champenoises n’a pas la même signification. Elle vient couronner l’ascension de militaires dont l’expérience et l’efficacité sont indispensables en ces temps troublés.

4. L’élargissement de la noblesse seconde

  • 69 B.N. Fr. 32866 (242-243).
  • 70 B.N. Fr. 32866 (277).
  • 71 B.N. Fr. 32866 (911) et Mél. Col. 86 (171-171 r°).
  • 72 Fils cadet d’une famille bourguignonne, il apparaît en 1510 comme homme d’armes du duc de Bouillon (...)
  • 73 B.N. Fr. 32867 (1386).
  • 74 B.N. CBH. 36.

34Surtout, le profil de cinq d’entre eux en vient à ressembler de façon frappante à celui de la noblesse seconde de la première moitié du siècle. Leur intégration dans l’entourage des souverains pourrait alors s’interpréter comme une volonté d’élargissement de ce groupe nobiliaire bien spécifique. J’en veux pour preuve le fait qu’à partir du moment où certains de ces hommes sont comblés par les faveurs royales, leurs carrières prennent subitement un nouvel essor. Ils ne se voient plus confier les petites charges locales que leurs pères exerçaient vingt ans plus tôt sur les territoires contrôlés par leurs patrons. Ils exercent désormais des responsabilités provinciales bien plus larges, que le roi leur attribue pour qu’ils y fassent appliquer son autorité. Ainsi, Joachim de Chastenay obtient le gouvernement de Châtillon-sur-Seine en 156869. Pierre de La Vieuville reçoit à la fin de sa vie le commandement de la garnison de Reims70. Anne de Vaudrey, peu après qu’il soit devenu gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, devient bailli de Troyes – un emploi pourtant monopolisé par les Dinteville depuis cinquante ans71. François de Mailly, petit-fils d’un homme d’armes bourguignon qui fit une belle carrière avant de se fixer en Champagne au milieu du siècle72, est pourvu du commandement de Montigny et Nogent-le-Roi73. Jean de Saint-Belin est nommé gouverneur de Montéclair, une place forte dont l’importance stratégique n’a fait que s’accroître depuis une cinquantaine d’années74.

35Ces cinq gentilshommes, qui se distinguent des autres par les emplois qu’ils en viennent à occuper dans leur province, ne peuvent qu’être satisfaits des perspectives de carrière qui s’offrent désormais à eux. Ils n’en sont cependant pas les seuls bénéficiaires. Leurs patrons provinciaux ne peuvent qu’être également ravis de voir leurs clients accéder à des charges locales qui échappaient largement à leur influence ; leur domination provinciale s’en trouve ainsi potentiellement accrue. Le roi de France, quant à lui, en comblant de faveurs ces personnages et en les élevant à des postes de responsabilité, peut espérer les attacher définitivement à son service exclusif, de la même façon qu’il a procédé avec la noblesse seconde au cours des années 1530-1540.

  • 75 B.N. Fr. 32865 (561-571).
  • 76 B.N. DB. 186.
  • 77 B.N. Fr. 32866 (503-504).

36L’ensemble de tous ces indices convergent donc vers une extension du clientélisme royal, dans lequel quelques gentilshommes de la province peuvent désormais s’intégrer avec une réussite comparable à celle des plus anciennes familles de la noblesse seconde. Les Anglure, les Choiseul, les Dinteville, les Clermont, les Livron, les Lenoncourt sont d’ailleurs les premiers à bénéficier de ces nouvelles chances de promotion. Seuls les Aguerre font défaut à cet inventaire, peut-être à cause de la mort prématurée de Claude, le chef du lignage, tué dans un duel en 155975. Toutes les autres familles parviennent à introduire un nombre croissant de leurs membres dans l’ordre de Saint-Michel, tout en se voyant conférer de plus en plus de charges à la cour. Leurs liens privilégiés avec la personne royale se resserrent donc nettement à mesure que se développent les troubles religieux. Leur pouvoir local se stabilise et s’enracine de plus en plus dans des places fortes qu’ils se transmettent parfois entre eux, tels René de Choiseul-Beaupré et Christophe de Choiseul-Chamarandes, qui se succèdent comme gouverneurs de Coiffy76. Leur sécurité financière et leur fidélité se trouvent confortées par de nombreux dons que leur attribuent avec constance tous les monarques, tel Charles IX, qui gratifie Henri III de Lenoncourt d’une somme de 3 000 L. « en considération des services qu’il lui [a] rendus dans ses guerres près la personne du duc d’Anjou »77. Entrer dans le détail de ces pratiques serait d’un maigre intérêt à ce point de l’analyse, car elles sont présentées de manière synthétique dans le tableau 14. Elles ne font d’ailleurs que confirmer et amplifier les faveurs que l’on a déjà vu se mettre en place dans la première moitié du siècle.

  • 78 B.N. Fr. 32867 (1462-1463).
  • 79 B.N. Fr. 32866 (578-9 et 498).
  • 80 B.N. Fr. 32867 (1585).
  • 81 La vie de ce personnage est tout à fait singulière. Contrairement aux autres membres de sa famille (...)
  • 82 B.N. Fr. 32866 (523, 503-504).
  • 83 B.N. Fr. 32867 (1294-1296) et DB. 186.
  • 84 Le cas de Jacques de Clermont d’Amboise est un peu particulier. Très lié à Henri d’Anjou – le futu (...)

37Il me semble beaucoup plus intéressant d’insister sur les mutations de leur rôle militaire au cours des premières guerres civiles. Il apparaît en effet que leurs fonctions, profondément marquées jusqu’alors par la volonté monarchique de tenir la Champagne et d’en organiser la défense face aux Impériaux, évoluent vers une plus grande polyvalence qui les conduit à des combats parfois très éloignés de leurs bases locales. Ainsi, c’est à Dreux, en 1562, que René d’Anglure-Givry trouve la mort78. Son cousin Jacques, seigneur d’Étoges, se signale à Jarnac en 1569, aux côtés de Ferry de Choiseul-Praslin, qui s’y fait tuer à l’âge de 38 ans79. On retrouve Jacques d’Anglure à Moncontour, avec Erard de Livron, qui y est blessé, et son frère Nicolas, qui s’y fait tuer80. Thomas de Clermont, baron de Rupt, est lui aussi dans les troupes royales à Jarnac et Moncontour81. Louis de Lenoncourt se distingue à la bataille de Saint-Denis en 1567 et dix ans plus tard, son frère Henri se fait blesser au siège de La Charité – ce qui lui vaut peut-être la gratification de 10 000 L. qu’il obtient cette même année82. Joachim de Dinteville participe au siège de Brouage en 1577, alors que Louis de Choiseul, seigneur de Doncourt, a trouvé la mort à celui de Vézelay en 156 883. Tous ces combats, qui jalonnent ou qui interrompent la vie de ces personnages, sont des éléments nouveaux dans leurs carrières. Jamais à la période précédente le roi de France n’avait ainsi fait appel à eux pour exercer des tâches d’encadrement pour des opérations éloignées de leurs terres. L’aventure italienne elle-même ne semblait pas avoir eu de prise sur eux. À mesure cependant que les troubles religieux s’exacerbent et que les guerres traînent en longueur, leur mobilité s’accentue, faisant insensiblement évoluer leur statut de gouverneurs locaux vers celui de grands officiers du roi dans ses armées84.

38Seule une très forte cohésion de groupe peut expliquer le fait que tous ces nobles aient pu accepter de telles mutations au même moment. Une unanimité pareille ne peut avoir été réalisée que par l’intermédiaire de liens ténus, dont l’étendue peut se mesurer à l’aide du tableau 15. Celui-ci présente en effet les alliances que toutes ces familles ont pu tisser entre elles, depuis le grand-père d’un chevalier de l’ordre jusqu’à ses propres enfants. Chaque symbole X exprime une alliance effectuée par un lignage au sein même de la noblesse seconde. S’il est en caractères italiques, il s’agit d’une alliance contractée dans l’ancienne noblesse seconde – celle qui s’est constituée dans les années 1500 à 1560. Sinon, il représente une alliance contractée dans l’une des cinq familles qui accèdent à la noblesse seconde entre 1560 et 1579.

  • 85 Louis de Lenoncourt, seigneur de Colombey, épouse Jeanne de Dinteville, fille de Guillaume. Son fi (...)
  • 86 Le cas de Jeanne de Dinteville, fille de Guillaume, laisse rêveur. Mariée en premières noces à Lou (...)
  • 87 À la dernière génération étudiée. Chrétien de Choiseul-Beaupré épouse
    1. Antoinette de Dinteville, (...)

39Un simple coup d’œil sur ces résultats permet dans un premier temps de se faire une idée précise de la cohésion atteinte en trois ou quatre générations par la noblesse seconde née au cours de la première moitié du siècle. Dans certains cas, particulièrement chez les Choiseul, l’aïeul d’un chevalier de l’ordre promu dans les années 1560-1570 s’était déjà marié, vers 1500, avec une femme dont le père ou la mère appartenait à ce groupe. Plus souvent, il s’agissait de son père – toujours chez les Choiseul, mais aussi chez les Clermont d’Amboise et les Livron. Dans les années 1550-1570, le phénomène s’étend. Les chevaliers de l’ordre promus au temps des premières guerres de Religion se marient volontiers avec des femmes issues de ce groupe. Leurs frères ou leurs sœurs en font autant ; c’est à ce moment-là que les Lenoncourt entérinent leur implantation plus récente, en se mariant avec des Dinteville et des Choiseul85. Cette pratique devient presque systématique chez leurs enfants, qui nouent la plupart de leurs alliances dans ces lignages provinciaux qui ont bénéficié d’une ascension exactement comparable à la leur86. Les Choiseul apparaissent comme le pivot de cette cohésion de groupe. Par la précocité de leurs alliances dans la noblesse seconde, ils intègrent dans leurs multiples lignages la quasi-totalité des autres familles87.

  • 88 B.N. DB. 23.
  • 89 Ibid et DB. 416.
  • 90 B.N. CRH. 177, DB. 237, 186.
  • 91 Si Louis III de Clermont épouse, au début du siècle, la fille d’une Catherine de Saint-Belin, cett (...)
  • 92 J’avais émis une hypothèse semblable au sujet des Aguerre, qui ne parviennent pas à s’allier dans (...)

40Seuls les Anglure restent à l’écart de ces mariages, du moins jusqu’à ce que Claude, baron de Jours, épouse Françoise de Dinteville, la fille de Gaucher88. Néanmoins, ils contribuent à intégrer les Mailly au sein de l’ancienne noblesse seconde, sans doute en raison de leurs longues affinités avec la Bourgogne, dont ces derniers sont originaires. Philippe d’Anglure-Bonnecourt épouse dès 1540 Claude de Mailly, la tante de François, chevalier de l’ordre en 1573. Sa fille Anne, issue de son remariage avec Huguette de Senailly, épouse à la fin du siècle Africain de Mailly, le fils de François89. Mis à part les Mailly, seuls les Chastenay réussissent à s’introduire dans l’ancienne noblesse seconde, par le mariage, en 1558, de Joachim, seigneur de Lanty, avec Agnès, la fille de Jean de Dinteville, et celui de sa cousine Barbe avec François de Choiseul-Meuze90. Par contre, les Vaudrey, les Saint-Belin et les La Vieuville ne parviennent pas à suivre les Mailly et les Chastenay dans ce processus d’intégration91. Celui-ci reste donc largement incomplet, car la plupart des familles d’ancienne noblesse seconde préfèrent continuer à s’allier entre elles. Peut-être sont-elles réticentes à considérer comme leurs parents des individus dont l’ascension est trop fraîche92.

41Ainsi, malgré leur réussite, les nouveaux membres de la noblesse seconde ne parviennent pas encore à s’allier dans un groupe dont ils partagent pourtant de plus en plus les intérêts à mesure que se développent leurs carrières. Les résistances sociales propres au monde nobiliaire, très marquées par l’ancienneté des lignages et le lustre des emplois, les empêchent de transformer définitivement leurs atouts en de substantielles alliances. Néanmoins, leur accession au réseau que le roi étend en Champagne leur offre de belles perspectives d’avenir, ce qui autorise le souverain à attendre en retour des témoignages de reconnaissance et de fidélité dont il a un cruel besoin. L’efficacité de cette stratégie monarchique dépend malgré tout pour une large part de la solidité des réseaux provinciaux d’où proviennent tous ces individus. Or ces tentatives d’élargissement du clientélisme royal ne doivent pas être comprises comme le passage définitif d’une clientèle provinciale à celle du roi. Elles ne vont pas se traduire immédiatement par un transfert de services au profit exclusif de l’État. Au contraire, ce processus de renforcement du réseau monarchique en Champagne va se heurter à de vives résistances — d’ordre confessionnel, clientéliste ou mental – qui vont perturber dans un premier temps l’exercice de toutes les formes d’influence locale.

5. Les limites d’une récupération

  • 93 Bien que je n’en aie pas toujours la preuve, j’ai parfois eu l’impression que les généalogies élab (...)

42L’extension du clientélisme royal qui se met en place au cours des années 1560-1570 semble affecter tout particulièrement le réseau protestant de Champagne. Celui-ci, dirigé par Henri-Robert de La Marck, duc de Bouillon (1539-1574), bénéficie du refuge que constitue la ville de Sedan, réputée imprenable à cette époque. Définir les contours du parti huguenot dans la noblesse de cette province excéderait largement la problématique de cette recherche, sans compter que cette entreprise se heurterait à l’absence de toute liste un tant soit peu exhaustive des personnages ou des lignages qui se sont convertis à la nouvelle religion. Les indices en seraient à découvrir dans les quelques notations que l’on trouve parfois dans une généalogie, une lettre ou un mémoire, sans qu’il soit possible souvent de les recouper et surtout sans qu’il soit permis d’établir avec certitude la date et la durée de la conversion. En outre, la technique qui consiste à repérer dans un lignage les prénoms bibliques que les huguenots affectionnent, se révèle peu opératoire dans cette population où le prénom est profondément ancré dans des traditions familiales qui n’évoluent pas aussi vite que dans la bourgeoisie urbaine93. Ainsi, plutôt que de m’aventurer sur le terrain piégé des consciences, j’ai préféré considérer le parti protestant sous l’angle de la clientèle des La Marck en général, ce qui permet de raisonner non plus seulement en termes de foi, mais en termes de puissance militaire. Nul doute que la plupart des officiers de sa compagnie qui ont pris part aux premières guerres de Religion aient été huguenots, mais il me semblerait abusif de déduire de leur fidélité à l’égard du duc de Bouillon une conversion au protestantisme dont je n’ai aucune preuve.

  • 94 Voir le tableau 13.
  • 95 B.N. Fr. 32866 (283-286) et 32867 (1574).

43Toujours est-il que de nombreux individus, dont on connaît par ailleurs l’attachement aux intérêts des La Marck, accèdent à des dignités qui leur étaient interdites quelques décennies plus tôt. C’est le cas de Jean et Antoine d’Averhoult, Jean de Beffroy, Jean de Boutillac, Nicolas d’Esaivelles, Foucault de Joyeuse et Pierre de Villelongue94. À eux seuls, ils représentent par exemple plus de 21 % des familles nouvellement introduites dans l’ordre du roi entre 1560 et 1570. Il est possible de leur adjoindre quelques rares personnages qui dépendent d’un autre patron, lui aussi huguenot, mais dont la puissance n’est pas autant centrée sur la Champagne : Jacques de Renty, client du roi de Navarre, et Jacques de Beauvau, qui, d’après d’Hozier, « commandoit un corps de troupes dans le parti du Prince de Condé »95. Les nobles les plus compromis dans le parti protestant ne souffrent donc pas d’un réel handicap face aux autres pour bénéficier des largesses royales. Au contraire, je serais même tenté d’y voir souvent un atout, dans la mesure où ils pourraient être très largement sur-représentés par rapport à leur importance numérique réelle dans la province. Ces indications, qu’il est impossible de préciser faute de sources, seraient à mettre au compte de la tactique royale, qui tente au cours de cette période de transcender les barrières confessionnelles et les fidélités provinciales pour s’immiscer dans le parti huguenot champenois.

44Cependant, aucun de ces personnages ne se voit confier de grandes reponsabilités, que ce soit dans l’exercice d’une charge locale de quelque envergure ou dans les armées du roi de France. Leur carrière semble bloquée à un certain niveau, comme si le souverain se méfiait de ces individus, comme s’il ne se contentait de leur accorder qu’une promotion relativement restreinte, sans qu’elle puisse se traduire par des pouvoirs locaux accrus. Ils ne parviennent donc pas à entrer dans la noblesse seconde à l’instar de quelques clients catholiques du duc de Guise. Peut-être le pouvoir central, malgré sa volonté de tenir une balance égale entre toutes les religions, répugne-t-il encore à faire dépendre son autorité locale de nobles dont la fidélité envers le duc de Bouillon reste intacte. Par conséquent, si le roi peut espérer déstabiliser le parti huguenot en donnant quelques faveurs prestigieuses à ses principaux officiers, il se garde bien de céder quoi que ce soit sur l’essentiel : l’autorité militaire. Les barrières confessionnelles pourraient donc représenter un handicap de taille pour la fiabilité du réseau monarchique.

  • 96 B.N. Fr. 32865 (632-4) et DB. 23. La conversion d’un individu dont la carrière est aussi brillante (...)

45Un phénomène tout à fait analogue affecte la carrière des rares nobles seconds qui se sont convertis à la Réforme au début des années 1560. Ainsi, Claude d’Anglure, baron de Jours, n’arrive pas à exercer d’importantes fonctions dans la province au cours des premiers conflits religieux. Pourtant, son profil, qui s’est affiné tout au long du règne d’Henri II, aurait pu faire de lui l’un des plus efficaces auxiliaires du pouvoir monarchique en Champagne. Introduit à la cour depuis 1542 au moins – date à laquelle il touche une pension annuelle de 1 200 L. – il est chargé du commandement des légionnaires de Champagne et Brie pendant la campagne de 1552. Deux ans plus tard, il devient gentilhomme ordinaire de la chambre du roi. La confiance dont il jouit alors auprès du roi est telle qu’il fait partie des quelques nobles seconds que le souverain emploie à cette époque pour accomplir des missions qui sortent du strict cadre provincial. C’est ainsi qu’il est envoyé à Rome en 1556 et qu’il participe à la prise de Calais en 1558 – il perçoit à cette occasion une gratification de 2 400 L. Son itinéraire est couronné par l’ordre de Saint-Michel, qu’il obtient en 156096. Ce parcours sans faute est pourtant stoppé net par sa conversion au protestantisme, qui s’effectue peu après cette dernière promotion. À partir de ce moment-là et jusqu’à sa mort (1565), Claude d’Anglure-Jours ne se voit plus confier la moindre responsabilité, alors que la politique de Catherine de Médicis, très conciliatrice à cette époque, n’aurait logiquement pas dû ternir la fin de carrière d’un serviteur aussi efficace.

  • 97 La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire, t. V, col. 915-919.
  • 98 Ibid.
  • 99 B.N. Fr. 32866 (189-190).
  • 100 B.N. Fr. 32867 (1586).
  • 101 B.N. Fr. 32867 (1508-9).

46Quoique moins spectaculaire, le cas d’Antoine de Clermont-d’Amboise relève des mêmes mécanismes. Depuis un demi-siècle en effet, les bienfaits de la couronne ont comblé sa famille, l’une des plus puissantes du Bassigny. Son oncle Louis III, conseiller et chambellan d’Henri II, fut en son temps l’un des premiers nobles seconds à obtenir l’ordre de Saint-Michel97 ; son père René fut l’un des cent gentilshommes de la maison du roi98 ; son cousin Jacques en a profité pour devenir surintendant des affaires et des finances d’Henri d’Anjou99 ; son frère Thomas – après il est vrai quelques hésitations – s’est définitivement rangé au service du souverain en prenant part aux batailles de Jarnac et Moncontour (1569) puis au siège de La Rochelle (1573)100. Malgré tous ces atouts, malgré cette longue familiarité que ses parents entretiennent depuis plusieurs décennies avec la couronne, Antoine ne se voit confier aucune charge militaire. Au contraire, il s’engage dans les rangs huguenots au cours des années 1560, malgré l’obtention d’un collier de l’ordre qui devient une véritable tradition familiale chez les Clermont d’Amboise et qui traduit certainement, dans son cas, une ultime tentative de récupération par le pouvoir central101.

47Ces deux exemples, qui sont conformes aux limites que le souverain impose à la carrière de tous les nobles du parti huguenot, mettent en évidence la fragilité du réseau royal à un moment où il entre en compétition avec des choix religieux individuels et d’anciennes fidélités locales sur lesquels il a peu de prise. La noblesse seconde elle-même ne semble pas épargnée par les dysfonctionnements d’un clientélisme qui se fissure sous la pression des événements. La solidité des liens qui l’unissent au sommet de l’État est ainsi mise à rude épreuve par l’évolution personnelle de quelques uns de ses membres, qui s’écartent, peut-être à leur corps défendant, d’une carrière qui aurait dû en faire les principaux agents du maintien de l’ordre monarchique en Champagne.

  • 102 B.N. DB. 659.
  • 103 B.N. Fr. 32866 (911).
  • 104 C. Haton, Mémoires, p. 269-270.
  • 105 B.N. Fr. 32866 (911).
  • 106 Ibid.

48En outre, si des facteurs religieux impénétrables et la stabilité des réseaux de la haute noblesse protestante empêchent parfois le roi de compter sur des services qui lui seraient pourtant bien utiles, ils ne sont pas les seuls à perturber l’exécution de ses volontés dans la province. Même au sein du petit groupe qui s’est progressivement agrégé à la noblesse seconde au cours des premières guerres civiles, la complexité croissante des liens de fidélité fait apparaître certaines tensions dommageables à l’application de la politique monarchique. C’est en tout cas ce qui ressort de ce que l’on peut comprendre des événements survenus à Troyes en 1572, suite au massacre parisien de la Saint-Barthélemy. À cette date, c’est Anne de Vaudrey, seigneur de Saint-Phalle, qui assume la fonction de bailli royal. Arrière-arrière petit-fils d’un noble bourguignon qui fut grand-maître de l’artillerie de Philippe le Bon, arrière petit-fils d’un chambellan et maître d’hôtel des rois de France de la seconde moitié du xve siècle, Anne de Vaudrey apparaît comme le descendant d’une lignée qui eut son heure de gloire lors de la réunion de la Bourgogne au royaume, mais dont la fortune avait nettement décliné depuis son implantation en Champagne102. Fidèle client des Guise – dans la compagnie desquels il a passé sept ans – il a commencé à faire parler de lui en 1552, lors du siège de Metz. Capitaine de cinquante hommes d’armes en 1553, panetier du roi en 1555, puis gentilhomme ordinaire de sa chambre en 1560, il obtient de François II, au plus fort de la domination guisarde dans le conseil, de bénéficier d’une escorte permanente de quatre soldats armés de pistolets et d’arquebuses103. Cette année 1560 apparaît bien comme la chance de sa vie. C’est en effet à cette même date qu’il est chargé du bailliage de Troyes et qu’il parvient à s’y faire élire pour en représenter la noblesse aux États généraux d’Orléans. Deux ans plus tard, il montre une réelle capacité de commandement, en organisant la défense de la ville face aux troupes protestantes d’Antoine de Croy104. En 1566, il est commis par Charles IX pour effectuer les montres des compagnies du gouverneur de la province, le duc de Guise, et de son lieutenant général, Barbezieux105. Gratifié de l’ordre de Saint-Michel en 1568, il continue son ascension l’année suivante, en étant promu maréchal de camp dans l’armée de Champagne, Bourgogne et Nivernais ; à ce titre, il participe en 1570 au siège de Vézelay106. Anne de Vaudrey est donc avant tout un soldat professionnel qui a passé sa vie à rétablir l’ancien lustre de sa famille et à intégrer finalement la noblesse seconde par deux moyens complémentaires : un attachement fervent aux Guise, à qui il doit tout, et le service du souverain, grâce auquel il peut exercer un vrai pouvoir local. Or cette double dépendance de Vaudrey à l’égard de ses deux puissants tuteurs est à l’origine de la mauvaise application des volontés royales à Troyes au début du mois de septembre 1572, quelques jours après la Saint-Barthélemy.

  • 107 Les détails du déroulement de la crise peuvent être vus en détail dans Th. Boutiot, Histoire de la (...)
  • 108 « Massacre de la Saint-Barthélemy dans la ville de Troyes », Magasin pittoresque, n° 23, 1835, pub (...)
  • 109 Ibid.

49La nouvelle du massacre parisien parvient à Troyes le 26 août. Anne de Vaudrey, peut-être pour prévenir une explosion de haine, peut-être pour se conformer à la répression royale, fait arrêter une trentaine de protestants le surlendemain107. Pendant ce temps, un ancien maire de la ville, Pierre Belin, rencontre à Paris le duc de Guise dont il est, d’après les sources protestantes, l’un des proches108. Pierre Belin ne revient à Troyes que le 3 septembre, porteur du mandement royal du 27-28 août interdisant toute nouvelle violence à l’égard des Réformés, mais aussi, semble-t-il, de « lettres du gouverneur Monseigneur de Guise, lesquelles contenoient pour conclusion que on crût entièrement à ce que led. Belin diroit de bouche et qu’on fit selon ses parolles, lesquelles déclarées en la chambre de ville, présens Monseigneur de Saint-Falle, bailli, maires et échevins, étoient telles qu’on exécutât comme à Paris, et incontinent, tous ceux qui étoient de la religion et rebelles au roi »109. Le lendemain 4 septembre, tous les prisonniers huguenots sont exécutés sur ordre d’Anne de Vaudrey, qui ne publie que le 5 les déclarations d’apaisement de Charles IX qu’il aurait reçues deux jours plus tôt.

50Par sa date tardive, le massacre du 4 septembre constitue bien un outrepassement de la volonté monarchique. En ne publiant pas dès le 3 septembre le mandement royal qui interdisait tout nouveau bain de sang, Anne de Vaudrey et quelques notables catholiques auraient délibérément choisi de ne se conformer qu’à l’orientation initiale du pouvoir central, qui était de décapiter les réseaux huguenots. Même si, contrairement à ce que disent les sources protestantes, on retient l’hypothèse selon laquelle le mandement ne lui serait effectivement parvenu que le 5 septembre, Anne de Vaudrey ne pouvait pas ignorer le revirement du souverain et de sa mère, ne serait-ce que grâce à Pierre Belin, qui se trouvait encore à Paris plusieurs jours après la décision et la proclamation d’apaisement. Par conséquent, en couvrant de son autorité de bailli des exécutions qu’il savait illégales, Vaudrey a agi en pleine conformité de vues avec le duc de Guise. Il s’est comporté en fidèle client d’une famille qui a fait toute sa fortune, et non comme l’agent de la puissance monarchique dans la ville. En allant au-delà des volontés royales, voire en les ignorant lorsqu’elles ne concordaient plus avec celles de Guise, il a fait passer sa solidarité à l’égard de son réseau provincial avant la loyauté qu’il devait à un souverain qui lui avait pourtant confié d’importantes charges.

51Le comportement d’Anne de Vaudrey met ainsi en relief les limites de l’efficacité du réseau royal dans la province. Bien que les sources ne livrent pas d’autres exemples aussi détaillés, ce cas permet de comprendre la nature de certains dysfonctionnements dont peut souffrir le clientélisme monarchique. En effet, le profil de tous les nouveaux venus dans la noblesse seconde correspond peu ou prou à celui d’Anne de Vaudrey. Ces individus qui attirent l’attention du roi sont tous des soldats d’élite qui ont suivi leur patron pendant des années, qui lui doivent d’avoir été promus à des postes d’encadrement dans les compagnies, qui lui doivent aussi peut-être d’avoir obtenu un emploi de cour. Si leur carrière à tous connaît une brusque accélération, c’est parce que le souverain cherche à récupérer à son profit des individus dont la compétence n’est plus à démontrer et surtout dont il peut espérer une plus grande fidélité que celle qu’ils vouent à leurs patrons provinciaux. Or l’exemple de Vaudrey montre que cette attente peut être complètement illusoire, les solidarités provinciales l’emportant parfois sur la loyauté à l’égard de la couronne. Même s’il est difficile de préciser l’étendue des fissures qui peuvent ainsi lézarder la nouvelle noblesse seconde, il est certain qu’un événement tel que le massacre du 4 septembre 1572 ne peut contribuer qu’à discréditer certains de ses principaux membres.

6. La prolifération des micro-conflits

52Généralement, il semble en effet que ces années 1560-1570 soient particulièrement propices à l’apparition d’un discrédit très répandu dans la population, qui affecte tous les réseaux nobiliaires et qui en vient à éclabousser l’État lui-même. À mesure en effet que s’étendent les opérations militaires, les exactions impopulaires de certains personnages auxquels le pouvoir central a cru bon de concéder une parcelle d’autorité – même infime – en arrivent à ternir son image. Claude Haton, le curé de Provins, fournit à ce sujet toute une série de renseignements qui sont d’autant plus précieux qu’ils concernent des nobles catholiques qu’il était pourtant prompt à glorifier avant le déclenchement des conflits.

  • 110 Je n’ai pu établir avec exactitude s’il s’agit du « capitaine Foyssy » dont Brantôme explique qu’i (...)
  • 111 C. Haton, op. cit., p. 507.
  • 112 B.N. Saint-Germain Harlay, 320 (151 r°).
  • 113 B.N. Saint-Germain Harlay, 320 (317 r°).
  • 114 C. Haton, op. cit. p. 556-557.
  • 115 C. Haton, op. cit. p. 560-561.

53En 1567, un « sieur de Foissy »110 obtient du roi une commission pour lever un régiment de dix ou douze compagnies de gens de pied. Chargé de la garde des villes de Bray, Nogent, Pont et Méry, il se hâte de placer des troupes dans les châteaux de son voisin Jean Raguier, seigneur d’Esternay, dont nous avons déjà vu qu’il était le plus efficace agent condéen dans cette partie de la province. Cette dernière mesure semble donc concorder parfaitement avec la logique des affrontements religieux, si ce n’est que Foissy, d’après Claude Haton, vouait à Raguier une haine féroce depuis des années, à cause d’un lièvre que celui-ci avait poursuivi et pris sur ses terres...111 Du coup, les rapports entre les protagonistes de cette sombre affaire s’enveniment tout en faisant jouer de micro-solidarités propres au monde nobiliaire local : en représailles, les protestants incendient le château de La Bernière, qui appartient à Foissy, et lui volent des bestiaux. L’affrontement prend alors de telles dimensions que le pouvoir central, retrouvant pour un temps sa vocation d’arbitre, adresse un mandement à Foissy le 10 avril 1568, lui ordonnant de respecter la paix de Longjumeau112. Celui-ci tente de se justifier en envoyant à Charles IX et Catherine de Médicis une lettre dans laquelle il accuse Raguier de lui avoir tendu une embuscade avec « divers gentilzhommes ses amys » qui se sont cachés « dedans des meulles de foing, où il eust esté facile audit Foissy de les tailler en pièces, s’il n’eust pensé offenser voz magestés »113. Seule la mort des deux ennemis, survenue à quelques mois d’intervalle, permet enfin l’apaisement : Raguier meurt, selon Haton, au printemps 1569, « d’une fiebvre chaude qui le pressa, avec le regret d’avoir habandonné ses maisons, qui estoient demeurez à la miséricorde de Foissi » et ce dernier se fait tuer l’année suivante, au siège de Vézelay114. Pour le curé de Provins, il ne fait pas de doute que « s’il ne eust esté tué, quelque temps après la paix faicte ou devant, eust esté exécuté par justice, pour les grands reproches qu’on avoit faict au roy de sa personne et des gens de sa suitte... La dame et les enfans du feu seigneur d’Esternay, avec leurs subjectz de La Motte et aultre part, eurent occasion de se plus resjouyr de sa mort que nulles aultres personnes, en espérance d’avoir trouvé la fin de leurs maux que leur avoit faict ce tiran ; lequel, à l’appétit de la hayne qu’il avoit audit feu Esternay, leur faisoit manger et ruyner tous leurs biens par les soldatz de sa suitte, qu’il mettoit en garnison ès chasteaux et maisons dudit Esternay et qui se faisoient nourrir à tour par les habitans de ses subjects »115.

  • 116 « Mons. d’Esternay a esté un homme fort esloigné des vertus de ses père et mère en tout, car il es (...)

54Je ne pense pas que le récit que fait Claude Haton des crimes de Foissy soit exagéré, car ce dernier est à la fois catholique et investi par le roi d’une certaine autorité locale dans de petites villes de la région. Haton, pourtant toujours prêt à dénoncer les exactions des huguenots, délaisse ici ses cibles favorites pour s’en prendre à un individu qui aurait dû normalement bénéficier de sa confiance. Il en vient même à la fin de son histoire à s’apitoyer sur les dégats causés aux domaines de la famille Raguier, alors qu’il la présentait au cours des années 1555-1565 comme la principale responsable des troubles religieux dans le bailliage116. Les détails de cette affaire sont donc suffisamment fiables pour qu’on puisse conclure ici à une superposition des conflits religieux et des guerres privées que se livrent certains nobles. Dans ce cas précis, Foissy a utilisé le pouvoir dont il avait été investi par la couronne à la faveur des guerres pour la détourner à son profit personnel, régler de vieux conflits de voisinage et satisfaire les envies de pillage de ses troupes. Le pouvoir local d’un tel personnage contribue ainsi à saper le charisme monarchique plutôt qu’à le renforcer. Il participe lui aussi au dérèglement du réseau que tente de mettre en place l’État pour rétablir l’ordre dans la province.

  • 117 Anne de Vaudrey.
  • 118 Claude de Bauffremont, lieutenant général en Bourgogne.
  • 119 Jacques d’Anglure, vicomte d’Étoges.
  • 120 C. Haton, op. cit., p. 959-960.

55Les Mémoires de Claude Haton fourmillent des difficultés que rencontre le roi pour contrôler des officiers qui se servent de son autorité comme d’une véritable corne d’abondance, même quand ils appartiennent à la noblesse seconde. Par exemple, il raconte qu’en septembre 1578, pour faire la chasse à des bandes de soudards qui parcourent le plat pays, quelques gentilshommes et paysans des bailliages de Troyes, Provins et Sézanne se sont regroupés sous la direction de Barbezieux, le lieutenant général. Les pillards, « atteintz au village de Mesnil lèz Sézanne..., s’enfermèrent dans les cours des laboureurs, se feirent des rem-pars de leur charroy, des harnois et charettes et des gerbes de blé desditz laboureurs, et tindrent bon quasi vingt-quatre heures avant que de se rendre. Ilz furent receuz à composition et payèrent 33 000 L. de rançon aux principaux chefz de ceux qui les poursuivoient. Il fut nouvelle que mons. de Sainct-Falle, bally de Troye117, mons. le baron de Sennecé118, mons. d’Estoges119 et quelques autres eurent ce butin, au grand regret de plusieurs simples et honnestes gentilshommes et vaillans soldatz païsans, qui s’estoient mis au hasard de leur vie, pour le faire perdre auxditz gens de guerre »120.

  • 121 B.N. DB. 23.
  • 122 B.N. Fr. 32868 (10-16).
  • 123 C. Haton, op. cit., p. 934-936.
  • 124 Déjà en mars 1577, De Rosne était arrivé à Provins pour faire adhérer la ville à la ligue dont Hen (...)

56Haton consacre également de longues pages aux tentatives déployées en mai 1578 par Chrétien de Savigny, seigneur de Rosne, pour obtenir de l’argent des habitants de Provins. Celui-ci est le gendre de Jacques d’Anglure, vicomte d’Étoges, dont il vient d’être question, car il a épousé en 1572 sa fille unique, Antoinette, ce qui en fait l’héritier potentiel de tous ses domaines121. Originaire de la Lorraine, promu chevalier de l’ordre en 1574, chambellan de François d’Anjou, il est nommé lieutenant général en Brie, une région où les terres qui relèvent de l’apanage de son patron sont particulièrement étendues122. C’est d’ailleurs en arguant de l’autorité seigneuriale dont François d’Anjou peut jouir à Provins, que Chrétien de Savigny vient réclamer à cette ville 18 à 20 000 L., du fait qu’elle n’avait pas encore rendu ses devoirs au duc depuis qu’il avait été investi de son apanage. La réponse des notables, méfiante, est d’envoyer une délégation auprès de François d’Anjou, afin de lui présenter leurs excuses et surtout de vérifier l’authenticité du mandement présenté par Savigny. « Or n’estoit ce que demandoit ledit de Rosne, ains eust bien volu que les gens de Provins eussent délivré argent comptant entre ses mains avec leurs présens, et qu’ilz luy eussent baillé la charge de faire leur paix envers ledit seigneur duc, sans qu’ilz s’en travaillassent »123. Parvenue à Angers, la délégation constate alors avec étonnement que le duc ne leur demande rien et qu’il accepte même, suivant leur requête, d’exempter la ville du logement des gens de guerre qui devaient y être placés. Claude Haton en déduit donc que Chrétien de Savigny n’avait cherché à se servir de son tout nouveau pouvoir que pour son enrichissement personnel124.

  • 125 « Procès-verbal du bailli et cahier de la ville et faubourg de Troyes (21 septembre 1560) », Colle (...)

57Si le témoignage du curé de Provins me semble encore une fois tout à fait fiable, c’est qu’il est l’œuvre d’un catholique fervent, qui voit dans l’aggravation des troubles un mal absolu, causé par la propagation de ce qu’il considère avant tout comme une hérésie. Le discrédit dont pâtissent dans ses Mémoires ceux qui auraient dû être les principaux agents du maintien de l’ordre catholique et royal me semble ainsi exprimer une perte globale de confiance qui affecte de vastes secteurs de la société locale. Ainsi, dans le cahier de doléances rédigé au nom des habitants de la ville et faubourg de Troyes pour les États généraux de 1560, l’article 31 précise que « défences soient faictes à tous gentilshommes et autres, de destourner et divertir les gens de guerre de village à autre, ny de prandre d’eux aucunes corvées et autres charges sur leurs habitans, sur peine de cinq cens livres d’amende »125. Certes, les récriminations contre la noblesse ne sont pas une chose nouvelle. Les doléances émanant du tiers état portent toujours la trace des petits conflits qui opposent sporadiquement les communautés d’habitants et certains nobles au sujet des prélèvements seigneuriaux ou de l’exercice du droit de chasse. Ici, les plaintes sont d’une tout autre nature, car il s’agit bien plus d’exprimer son inquiétude face à des dérèglements récents qui mettent à mal l’équilibre social tout entier.

  • 126 « Cahier de doléances de Chaumont.. », p.p. Millard, art. cit., p. 368.

58Paradoxalement, la noblesse provinciale elle-même, pourtant liée aux détenteurs du pouvoir militaire, en vient parfois à dénoncer leurs abus, reprenant comme en écho les récits de Claude Haton. Par exemple, celle du bailliage de Chaumont, dans son cahier de doléances pour les États généraux de 1576, se plaint au roi qu’elle a « souffert et supporté et enduré les insolences désordonnées et pilleries rançonneuses de ses gens de guerre et de ses armées aussi patiemment comme rudement et injurieusement les partis contraires l’ont mis hors de ses villes et chasteaux, maisons et biens patrimoniaux avec introduction d’armées estrangères »126. Le désarroi de l’opinion catholique champenoise semble ainsi très largement répandu. Peut-être entraîne-t-il même par ricochet une certaine défiance à l’égard d’un pouvoir monarchique incapable de tenir en main ses principaux officiers.

  • 127 C. Haton, op. cit. p. 786-7.

59Cependant, si les nobles de la province subissent les mêmes méfaits que ceux que dénonce Claude Haton, les similitudes s’arrêtent là. En effet, si les premiers adoptent une position de repli sur leurs privilèges – en particulier l’exemption du logement des troupes sur leurs terres – le second englobe l’ensemble de la noblesse provinciale dans un mépris plus général. Le curé de Provins voit par exemple dans le refus des nobles d’accomplir le service du ban et de l’arrière-ban le signe d’une grave décadence nobiliaire, qui prive la société d’une protection traditionnelle dont elle aurait le plus grand besoin. « La plus grande part d’entre eux devindrent malades de peur ou feirent semblant de l’estre, affin de n’aller aux coups ; et firent gangner les médecins, cirurgiens et notaires beaucoup plus que les appoticaires, par les belles attestations qu’ils feirent faire de leurs fiebvres et maladies. Voilà comment les genstuehommes (sic) servent le roy, quand il fault aller à une bonne affaire ! En temps de paix, ilz sont fort hardis et ont faict merveilles, à les ouyr dire ; en temps de guerre, ilz sont malades et ne peuvent aller plus loing que leur village et à l’entour... J’en particularise-rois beaucoup de telz au bailliage de Provins et aultres lieux, qui ont bien la puissance de nuire et qui le font, mais ne sçauroient destourner ou desloger une bande de friquerelles de cinquante hommes, quand elle est logée ou veult loger ès villages des parroisses où ilz demeurent et dont ilz se disent seigneurs. Je n’entens blasmer personne des bons et honnestes gentilshommes qui s’employent au service de leurs subjectz et voisins... Mais le nombre des bons est beaucoup moindre pour le présent que celuy des meschans genstuehommes, qui, en tout temps et saisons de leur vie, font la guerre aux pauvres gens des villages, soit à leur faire corvée, à décevoir les femmes, violer ou stuprer les filles, batre les hommes et leur ravir leurs biens, jusques à prendre par force le pain en leur mect ou huche, pour se nourrir et leurs demoiselles »127.

  • 128 C. Haton, op. cit., p. 92 et 899.

60Sans doute cette description des mœurs nobiliaires est-elle un peu caricaturale. Mais après tout, peu importe le réalisme du trait. L’essentiel est que Claude Haton tient un discours très noir sur la noblesse, développant à plusieurs reprises dans son texte le même type d’argumentation, tout en employant parfois les mêmes images, le même vocabulaire128. À lire ces lignes, on a le sentiment que le curé de Provins voit les bases morales du monde nobiliaire s’effondrer sous ses yeux, menaçant d’emporter avec elles de larges pans de la société locale. En exacerbant les tensions entre réseaux concurrents, en permettant à quelques individus d’échapper progressivement à tout contrôle, à toute tutelle, les premières guerres civiles jettent ainsi le discrédit sur la noblesse provinciale tout entière. Les fondements de l’influence que les nobles exercent dans leur environnement s’en trouvent ainsi sapés.

61Cette dégradation de l’image de la noblesse, qui se conjugue avec les luttes acharnées auxquelles se livrent les grands féodaux pour conserver leur emprise territoriale, fragilisent par contrecoup les relais périphériques du pouvoir central, qui reposaient dans la première moitié du siècle sur une collaboration effective entre l’État, la haute noblesse provinciale et des réseaux locaux. L’extension du clientélisme monarchique, perceptible dès le début des années 1560 par l’augmentation des emplois de cour dévolus à la noblesse de Champagne, constitue une ébauche de réponse à cette décompositon de l’influence locale de l’État. Surtout, en conférant des responsabilités provinciales importantes et des distinctions honorifiques prestigieuses à une poignée d’individus nouveaux – Vaudrey, Saint-Belin, Mailly, Chastenay, La Vieuville – la couronne tente de freiner la dégradation de ses relais locaux en s’immisçant dans les réseaux de la haute noblesse. Par la même occasion, elle satisfait les patrons de ces individus, qui voient leurs fidèles s’approcher du cœur de l’État et s’emparer de quelques charges militaires qui leur échappaient jusqu’alors. Cette tentative pour étoffer la noblesse seconde de Champagne se révèle pourtant très insuffisante, car le souverain ne peut être pleinement assuré de la loyauté réelle de ses nouveaux auxiliaires. Les options religieuses individuelles, la stabilité du clientélisme entretenu par les grands, la corruption de certains, constituent autant d’obstacles à la bonne application de ses volontés sur le terrain. Reconquérir un charisme perdu, retrouver sa position d’arbitre suprême, redevenir le garant de l’ordre public vont ainsi devenir les préoccupations majeures du roi de France à la fin des années 1570, au moment où Henri de Guise ne va plus se contenter d’effectuer ces tâches au nom de la couronne, mais à sa place. La nomination de Joachim de Dinteville, le 20 décembre 1579, au poste de lieutenant général en Champagne et Brie, va bouleverser toutes les données du problème.

Notes

1 M. Poinsignon, op. cit., t. II, p. 138.

2 G. Carré, Histoire populaire de Troyes et du département de l’Aube, Troyes, 1881, p. 252.

3 M. Poinsignon, op. cit., p. 143.

4 É. Henry, La Réforme et la Ligue en Champagne, Saint-Nicolas, 1867, p. 23.

5 Voir les analyses de D. Crouzet sur les liens entre le culte mariai et l’émergence des processions blanches en Champagne : Les guerriers de Dieu..., op. cit., t. II, p. 297- 322.

6 É. Henry, op. cit., p. 23.

7 J’y reviens en détail ultérieurement.

8 Par exemple La destruction et saccagement, exercé cruellement par le Duc de Guise et sa cohorte, en la ville de Vassy, le premier jour de Mars 1561. Caens, 1562.

9 Discours au vray et en abbrégé de ce qui est dernièrement advenu à Vassi, y passant Monseigneur le Duc de Guise. Paris, 1562, p. 14-16. Sur les conséquences de l’affaire de Wassy en termes de mentalités collectives, je renvoie aux développements de D. Crouzet in Les guerriers de Dieu, t. I, p. 723 et suiv. Jusque sur son lit de mort, François de Guise a nié toute espèce de responsabilité dans le déclenchement du massacre, en en rejetant la faute sur l’agressivité des victimes et de ses valets.

10 J.-M. Constant, Les Guise, op. cit. A. Jouanna, Le devoir de Révolte, op. cit.

11 La date de 1579, à laquelle Joachim de Dinteville est nommé lieutenant général en Champagne et Brie, représente une charnière fondamentale dans les processus qui vont être analysés ici. C’est la raison pour laquelle le cadre chronologique de ce chapitre la prend en compte comme aboutissement.

12 B.N. Fr. 15876 (65).

13 « Et quelque sogneuse dilligence que je y aye sceu mectre, il ne m’a esté passible (sic) de faire qu’ils n’en ayent transporté la plus grand part par toutes les inventions et subtillitéz dont ilz se sont peu adviser jusques mesmes à les couldre dans des mattratz et les mectre dans les pièces de vin, et aultres semblables moyens ». Ibid.

14 Issu d’une branche cadette des comtes de La Rochefoucauld, Charles, seigneur de Barbezieux, Pruilly, Linures, Meillan, Vandeuvres et Blanc en Berry, n’était pas un inconnu en Champagne. Son père, Antoine, avait déjà exercé de 1532 à 1537 les fonctions de gouverneur d’Île-de-France, Champagne et Bourgogne. Lié aux Guise, Charles est lieutenant général de Champagne de 1551 à 1579, date à laquelle il est remplacé par Dinteville. Il meurt en 1583. B.N. Fr. 32865 (88) et Dictionnaire de La Chesnaye- Desbois.

15 B.N. Fr. 15547 (341).

16 Ibid.

17 B.N. Fr. 15545 (22).

18 B.N. Fr. 15548 (32).

19 B.N. Fr. 15547 (341).

20 Ibid.

21 B.N. Fr. 15548 (105).

22 B.N. Fr. 15548 (135).

23 B.N. Fr. 15552 (305).

24 Les ennuis de Barbezieux ne s’arrêtent pas à ces marchandages, car il réclame en 1577 sa pension de 2 000 L. par an et divers arrérages pour un montant total de plus de 4 000 L. – des sommes que les receveurs généraux de Châlons sont incapables, faute d’argent, de lui régler. B.N. Fr. 15904 (425).

25 Claude Haton, Mémoires..., p.p. Félix Bourquelot, Paris, 1857, p. 538-539.

26 Ibid.

27 B.N. N.A.F. 8625 (13), 8629 (40), 8632 (117), Clair. 263 (1851, 1855), 264 (1977), 271 (3363), 274 (3951).

28 Du fait même de leur enracinement local, les réseaux de Guise ne lui sont pas d’un grand secours lorsque les opérations militaires l’obligent à partir au loin. Ainsi, au cours du siège de La Rochelle, en avril 1573, ses troupes, théoriquement dotées à cette époque d’un noyau de 27,1 % de Champenois, sont en réalité réduites à la portion congrue : tous les Champenois sont absents de la montre et radiés de tout paiement. Cf. B.N. Clair. 272 (3613).

29 Il en est pourvu dès le 26 février 1562 (1563), à la mort de son père. Mais durant sa minorité, c’est son oncle, le duc d’Aumale, qui a exercé cette fonction. Cf. B.N. Mel. Col. 86 (145 v°).

30 Lettres de Catherine de Médicis, t. V, p. 77.

31 B.N. Clair. 257 (1459).

32 Voir chapitre I, p. 35.

33 B.N. Fr. 4736 (14).

34 Ibid.

35 Il me semble difficile de souscrire à l’affirmation de K.B. Neuschel, selon laquelle « la fidélité ne peut être l’explication de la conduite des nobles si l’infidélité est tout aussi acceptable ». (Op. cit. p. 13). Certes, passer d’un patron à un autre ne semble pas poser de problème, sauf que ce type de comportement n’apparaît qu’à partir du moment où les choix religieux viennent interférer dans les liens qu’entretiennent patrons et clients – soit après le début des années 1550. En outre, cette « infidélité » se traduit toujours par un transfert de fidélité, comme si ces individus ne pouvaient concevoir leur place et leur rôle dans la société provinciale qu’en fonction de leur position dans un réseau – même si c’est pour adopter ensuite une certaine forme de neutralité.

36 B.N. 500 Col. 8 (364).

37 Déjà en 1574, il avait fait sentir au roi combien la puissance de son autorité le rendait indispensable en Champagne. Dans une lettre écrite cette année-là, il déclare en effet : « Sire, continuant la Visitation de mon gouvernement, j’ay esté à Chaumont et Langres où j’avois donné assignation à toute la noblesse de Bassigny, laquelle du moings la plus part et les principaulx y ont assisté en fort bon nombre. Et ies ay trouvez aultant affectionnez au service de V.M. que bon et loyaulx subjectz le scauroient estre. Ayans fort librement et de très bonne volunté signé la promesse qu’il luy a pleu dernièrement me renvoyer, de sorte qu’il me semble qu’on se peult entièrement asseurer d’eulx et qu’ilz ne manqueront de leur debvoir quant les affaires se présenteront et qu’il sera besoing de les employer ». B.N. Fr. 4736 (16).

38 M. Orléa, La noblesse aux États généraux de 1576 et 1588, Paris, 1980.

39 « Cahier des vœux du bailliage de Chaumont-en-Bassigny pour les États généraux de 1576 », p.p. Millard, Revue de Champagne et de Brie, t. V, p. 362-370. (Contrairement à ce qu’indique le titre, il s’agit en fait du cahier de la noblesse seule).

40 B.N. Fr. 15545 (22).

41 Pour établir cette liste, j’ai utilisé les mêmes sources que pour le tableau 11 : le Recueil historique de l’ordre de Saint-Michel, les dossiers du cabinet des titres de la B.N. et les catalogues qui donnent les noms des officiers de la maison du roi

42 « Statuts de l’ordre de Saint-Michel », p.p. le comte Garden de Saint-Ange, Code des ordres de chevalerie, 2e édition, Paris, 1979. Art. I.

43 Ibid., art. II.

44 Ibid., art. VI.

45 Ibid, art. VII.

46 Recueil historique de l’ordre de Saint-Michel, B.N. Fr. 32864 (fol. XXXVII).

47 Th. Godefroy, Le Cérémonial de France..., Paris, 1619, p. 29 (enterrement de Charles VIII) et p. 184 (couronnement de la reine Claude). D’Hozier reprend tous ces points dans son Recueil historique... B.N. Fr. 32864 (fol. XV et suiv.).

48 Dont le connétable de Montmorency.

49 Montaigne, Essais, livre II, chap. XII. Il obtient le collier en 1571.

50 Brantôme, op. cit., t. V, p. 91.

51 Ibid., p. 92.

52 Ibid.

53 Ibid.

54 B.N. Fr. 32867 (1097). Comme d’Hozier, j’en ignore la filiation.

55 B.N. Fr. 32868 (126). Son père Jacques, dont on ne connaît pas la carrière, avait déjà été distingué en 1568. Son frère Léonard profite de cette faveur familiale pour intégrer lui-aussi l’ordre du roi, sans qu’il ait, semble-t-il, fait une quelconque carrière militaire.

56 B.N. Fr. 32867 (997).

57 B.N. Fr. 32867 (943).

58 B.N. Fr. 32867 (1102).

59 Eltouf : B.N. PO. 1049
La Rouère : Caumartin, Recherche de la noblesse...
Du Val : DB. 653
Miremont : DB. 450
La Vieuville : CBH. 333
Renty : DB. 562
Saucières : PO. 2639.

60 B.N. DB. 562 et Fr. 32866(277).

61 Il est frappant de découvrir, dans une montre de la compagnie du duc de Bouillon effectuée à Sedan le 8 juin 1567, que tous les officiers, sans exception, vont être promus par la suite dans l’ordre de Saint-Michel : Jean d’Averhoult (le lieutenant), son frère Antoine (l’enseigne), Jean de Boutillac (le guidon), Pierre de Villelongue (le maréchal des logis). B.N. Clair. 263 (1901).

62 B.N. Fr. 32866 (242-243).

63 B.N. Fr. 32866 (1568).

64 B.N. Fr. 32866 (531-532).

65 Ibid. et B.N. PO. 1072 (106, 107, 115).

66 B.N. CBH. 36. François, Nicolas et Gabriel de Saint-Belin sont échansons de Catherine de Médicis de 1560 à 1574 au moins. Nicolas et Pierre en sont maîtres d’hôtel en 1558. Lettres de Catherine de Médicis, t. X, p. 534-538 et B.N. CBH. 36.

67 B.N. DB. 667-668.

68 Ces nouveaux venus dans l’ordre du roi sont avant tout clients de deux grands féodaux de Champagne : Guise et Bouillon. Les officiers des Clèves-Nevers ou des Luxembourg sont bien plus rares à obtenir de telles récompenses. Deux explications peuvent être avancées. La puissance des Guise pourrait leur permettre de caser leurs clients plus facilement que les autres familles ; mais cette hypothèse n’est réellement valable qu’aux moments où les Guise sont en position de force : au début des années 1560 et après la Saint-Barthélemy. Or la plupart de ces nouvelles promotions ont lieu entre 1565 et 1570. Surtout, le cas de Bouillon – relativement marginalisé à la cour à cette époque – n’entrerait pas dans ce schéma.
Une autre explication, peut-être plus solide et en tout cas complémentaire, serait de comprendre ce phénomène comme une tentative pour récupérer les clients des deux grands féodaux les plus dangereux pour la couronne – l’un pour son catholicisme intransigeant, l’autre pour ses appuis dans le parti protestant. La faveur monarchique serait alors destinée à satisfaire deux groupes : les grands nobles et la petite noblesse militaire. La finalité serait cependant la même dans chaque cas : désamorcer les tensions du monde nobiliaire et imposer l’arbitrage de la couronne.

69 B.N. Fr. 32866 (242-243).

70 B.N. Fr. 32866 (277).

71 B.N. Fr. 32866 (911) et Mél. Col. 86 (171-171 r°).

72 Fils cadet d’une famille bourguignonne, il apparaît en 1510 comme homme d’armes du duc de Bouillon, puis de 1518 à 1522 dans les compagnies du comte de Rethel. On le retrouve en 1533 comme capitaine de Nogent-le-Roi - une charge que son petit-fils reprend quarante ans plus tard – puis à Langres (1543). En 1544, il est bailli de Dijon, gouverneur et sénéchal de Châtellerault. En 1545, il est capitaine de Janville, en Beauce. Il teste en 1556. Il a épousé : 1. Anne de Méligny, fille de Jean, seigneur de Dampierre (1513) 2. Béatrix de Pontallier, fille de Claude, seigneur de Tallemey, et de Chrétienne de Gaudix (1548). Cf. B.N. DB. 416.
La carrière d’un tel personnage est tout à fait atypique et donne un peu le vertige. Elle nécessiterait de patientes recherches pour en reconstituer les tenants et aboutissants. Elle confirme en tout cas l’extrême souplesse des processus d’ascension sociale au sein de la noblesse du Nord-Est dans la première moitié du siècle.

73 B.N. Fr. 32867 (1386).

74 B.N. CBH. 36.

75 B.N. Fr. 32865 (561-571).

76 B.N. DB. 186.

77 B.N. Fr. 32866 (503-504).

78 B.N. Fr. 32867 (1462-1463).

79 B.N. Fr. 32866 (578-9 et 498).

80 B.N. Fr. 32867 (1585).

81 La vie de ce personnage est tout à fait singulière. Contrairement aux autres membres de sa famille, qui servent fidèlement le monarque pendant toute la première moitié du siècle, Thomas de Clermont, au début des années 1540, s’engage dans l’armée de Charles Quint et participe à ses côtés aux sièges de Saint-Dizier et de Château-Thierry en 1544. La paix conclue, il revient en grâce auprès du roi de France, et récupère ses biens confisqués. Mais une dizaine d’années plus tard, il rompt de nouveau avec le souverain et prend part au siège de Metz et à la bataille de Renty dans les rangs impériaux. Gratifié par Philippe II d’une pension de 600 L., il se retire sur sa terre de Rupt – certainement après avoir une fois encore obtenu le pardon du roi. Il est ainsi étonnant de le rencontrer sur les champs de bataille de l’année 1569, surtout dans les troupes royales. B.N. Fr. 32867 (1586).

82 B.N. Fr. 32866 (523, 503-504).

83 B.N. Fr. 32867 (1294-1296) et DB. 186.

84 Le cas de Jacques de Clermont d’Amboise est un peu particulier. Très lié à Henri d’Anjou – le futur Henri III – il est utilisé par celui-ci comme gouverneur de ses pays d’Alençon, Touraine et Berry du fait des attaches que les Clermont ont maintenues dans ces régions. B.N. Fr. 32866 (189-190).

85 Louis de Lenoncourt, seigneur de Colombey, épouse Jeanne de Dinteville, fille de Guillaume. Son fils Charles épouse Antoinette Le Genevois, fille de Françoise d’Anglure de Bourlemont. Bernardin de Lenoncourt épouse Claude de Choiseul, fille d’Antoine, baron de Lanques. B.N. DB. 389.

86 Le cas de Jeanne de Dinteville, fille de Guillaume, laisse rêveur. Mariée en premières noces à Louis de Lenoncourt, seigneur de Colombey, elle épouse, après la mort de celui-ci, Philibert de Choiseul-Aigremont. Tous deux sont chevaliers de l’ordre.

87 À la dernière génération étudiée. Chrétien de Choiseul-Beaupré épouse
1. Antoinette de Dinteville, fille de Guillaume
2. Françoise d’Anglure, fille de Jean, marquis de Coublanc Claude de Choiseul-Lanques épouse Bernardin de Lenoncourt
François de Choiseul-Précigny épouse Anne de Choiseul, fille de Jean de Choiseul et de Louise d’Anglure
Philibert II de Choiseul-Aigremont épouse Jeanne de Dinteville, veuve de Louis de Lenoncourt et fille de Guillaume de Dinteville
Charles de Choiseul-Praslin épouse Claude de Casillac, fille de Claude de Dintevillle. B.N. DB. 186.

88 B.N. DB. 23.

89 Ibid et DB. 416.

90 B.N. CRH. 177, DB. 237, 186.

91 Si Louis III de Clermont épouse, au début du siècle, la fille d’une Catherine de Saint-Belin, cette alliance n’est pas renouvelée par la suite et n’apparaît pas, au vu des sources, comme ayant été de nature à introduire les Saint-Belin dans la noblesse seconde. La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire, t.V, col. 915-919.

92 J’avais émis une hypothèse semblable au sujet des Aguerre, qui ne parviennent pas à s’allier dans la première moitié du siècle aux plus grandes familles de Champagne, à l’instar des Livron et des Lenoncourt.

93 Bien que je n’en aie pas toujours la preuve, j’ai parfois eu l’impression que les généalogies élaborées dans la seconde moitié du xviie siècle cherchaient à cacher un ancêtre huguenot comme une tare familiale.

94 Voir le tableau 13.

95 B.N. Fr. 32866 (283-286) et 32867 (1574).

96 B.N. Fr. 32865 (632-4) et DB. 23. La conversion d’un individu dont la carrière est aussi brillante ne peut, bien sûr, être interprétée comme la conséquence d’une frustration sociale.

97 La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire, t. V, col. 915-919.

98 Ibid.

99 B.N. Fr. 32866 (189-190).

100 B.N. Fr. 32867 (1586).

101 B.N. Fr. 32867 (1508-9).

102 B.N. DB. 659.

103 B.N. Fr. 32866 (911).

104 C. Haton, Mémoires, p. 269-270.

105 B.N. Fr. 32866 (911).

106 Ibid.

107 Les détails du déroulement de la crise peuvent être vus en détail dans Th. Boutiot, Histoire de la ville de Troyes et de la Champagne méridionale, Troyes et Paris, 1873-4, t. IV, p. 27-43. En outre, la lecture des pages que D. Crouzet y consacre dans Les guerriers de Dieu (t. II, p. 109-111) apporte d’intéressants éléments de comparaison avec des villes qui ont connu des événements similaires.

108 « Massacre de la Saint-Barthélemy dans la ville de Troyes », Magasin pittoresque, n° 23, 1835, publié par J.-F. Gadan, La Saint-Barthélemy à Troyes, Troyes. 1845, p. 29.

109 Ibid.

110 Je n’ai pu établir avec exactitude s’il s’agit du « capitaine Foyssy » dont Brantôme explique qu’il fut chevalier de l’ordre au début des années 1560 bien qu’il « eût esté autrefois pourvoyeur de M. de Nemours ». op. cit., t. V, p. 92.

111 C. Haton, op. cit., p. 507.

112 B.N. Saint-Germain Harlay, 320 (151 r°).

113 B.N. Saint-Germain Harlay, 320 (317 r°).

114 C. Haton, op. cit. p. 556-557.

115 C. Haton, op. cit. p. 560-561.

116 « Mons. d’Esternay a esté un homme fort esloigné des vertus de ses père et mère en tout, car il estoit cruel, vindicatif, peu pitoïable, fort orgueilleux et sumptueux en habitz, chevaux et serviteurs. Et, pour le combler de tous maux, estoit hérétique luthérien dès le temps de l’an présent [1554]... » C. Haton, op. cit. p. 10.

117 Anne de Vaudrey.

118 Claude de Bauffremont, lieutenant général en Bourgogne.

119 Jacques d’Anglure, vicomte d’Étoges.

120 C. Haton, op. cit., p. 959-960.

121 B.N. DB. 23.

122 B.N. Fr. 32868 (10-16).

123 C. Haton, op. cit., p. 934-936.

124 Déjà en mars 1577, De Rosne était arrivé à Provins pour faire adhérer la ville à la ligue dont Henri III s’était déclaré le chef. Mais les notables refusèrent, arguant que « laditte ligue estoit une chose novelle, de laquelle on n’avoit jamais usé en France ni ouy parler en la forme qu’elle contenoit ». D’après Haton, De Rosne « pensoit que laditte ligue sortant effect, la levée des deniers accordez en icelle eust passé par ses mains pour en disposer à son prouffit, car il se promettoit d’estre gouverneur, pour le roi et M. le duc frère de sa majesté, audit Provins et bailliage d’iceluy... qui fut trouvé chose maulvaise par ung chascun, et principallement par ceux qui le cognoissoient estre petit gentilhomme et le gendre de M. d’Estoges, et qui avoit suyvi les rebelles contre lesquelz on faisoit laditte ligue ». C. Haton, op. cit., p. 881-888.

125 « Procès-verbal du bailli et cahier de la ville et faubourg de Troyes (21 septembre 1560) », Collection de documents inédits relatifs à la ville de Troyes et à la Champagne méridionale, pub. par Th. Boutiot, Société Académique de l’Aube, t. I, Documents tirés des archives [municipales] de Troyes, Troyes, 1878.

126 « Cahier de doléances de Chaumont.. », p.p. Millard, art. cit., p. 368.

127 C. Haton, op. cit. p. 786-7.

128 C. Haton, op. cit., p. 92 et 899.

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540