Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux XVIe et XVIIe siècles

 | 
Laurent Bourquin

Première partie. L'essor de la noblesse seconde (vers 1500-1560)

Chapitre II. Les opportunités de la guerre

Texte intégral

1. Vers la noblesse seconde

  • 1 B.N. Clair. 240 (521, 539), 254 (1285), 258 (1543). N.A.F. 8618 (3), 8620 (26), 8623 (17), 8624 (4 (...)

1Si la petite noblesse de Champagne dépend ainsi dans une très large mesure de ses patrons provinciaux pour faire carrière, certains individus – voire certains lignages – semblent échapper à cette emprise en parvenant à des charges de quelque importance sans que l’on puisse mettre en évidence des liens de fidélité aussi ténus. L’ascension fulgurante de ces quelques personnages s’éloigne tellement du profil un peu étriqué de la petite noblesse provinciale que l’on finit par en déduire qu’il y a là un petit groupe nobiliaire original, qui ne répond pas aux normes habituelles et qui suit des trajectoires bien spécifiques. Ainsi, les rôles de montres de la première moitié du xvie siècle mettent en évidence quelques capitaines dont les carrières ne semblent rien devoir aux grands seigneurs de Champagne. C’est le cas de François, René et Saladin d’Anglure, Philibert de Choiseul, Guillaume de Dinteville et Jacques de Clermont1.

  • 2 B.N. DB. 186.
  • 3 B.N. DB. 237.
  • 4 B.N. DB. 23

2L’examen des charges locales dont ces lignages sont pourvus au cours de la première moitié du xvie siècle conduit aux mêmes conclusions. Philibert de Choiseul, baron de Lanques, est gouverneur de Langres en 15002. Ce poste est ensuite occupé par Guillaume de Dinteville, seigneur des Chenets, vers 1555 ; il le cumule avec la charge de lieutenant pour le roi en Bassigny, tandis que son frère Gaucher, seigneur de Vanlay (m. 1550), est pourvu du commandement de Bar-sur-Seine, aux confins de la Bourgogne et de la Champagne3. Saladin d’Anglure, baron de Bourlemont, est capitaine de Montigny en 1537 et son fils René lui succède à partir de 15464. Dans tous les cas, ces pouvoirs locaux s’exercent loin des terres de la haute noblesse. Contrairement aux petits nobles, qui sont pourvus de ces charges dans la zone d’influence de leurs patrons, ces familles semblent tenir un pays qui échappe largement aux grands féodaux, un espace libre de leur domination exclusive, oriental, tourné vers la Bourgogne et la Lorraine, âpre, rude et souvent isolé. Tous ces individus ont ainsi des commandements comparables à ceux des grands féodaux – exception faite des plus hautes charges de gouverneur ou de lieutenant général – sans qu’ils appartiennent à ce groupe prestigieux et sans qu’ils aient suivi le cursus commun à la petite noblesse locale.

  • 5 B.N. Fr. 32865 (632-634), 32867 (1462-1463).
  • 6 B.N. Fr. 32865 (20, 289, 555-556, 559-561).

3Le Catalogue de l’ordre de Saint-Michel, établi par d’Hozier à la fin du xviiie siècle, permet de cerner tout ce que cette noblesse a de particulier. Habituellement réservé depuis Louis XI aux plus grandes familles du royaume, le collier de l’ordre se trouve progressivement attribué à quelques représentants de ces lignages champenois. C’est le cas de René d’Anglure, baron de Boursault, de son cousin Claude, baron de Jours5, de Gaucher de Dinteville, de son frère Jacques et de ses deux fils, Jean et Guillaume6. Quelques unes de ces familles parviennent donc à entrer dans un cercle nobiliaire complètement hermétique à la petite noblesse, proche du souverain, de la source du pouvoir suprème, des pensions et des charges les plus gratifiantes. Les Choiseul, les Anglure, les Clermont et les Dinteville se distinguent donc très nettement de la grande masse nobiliaire champenoise. Leur existence semble plus autonome des grands potentats provinciaux, leurs carrières plus prometteuses que celles des gentilshommes locaux qui peinent souvent pendant plusieurs années avant d’obtenir des charges d’une bien moindre envergure. Ce petit groupe semble occuper une position médiane entre une haute noblesse proche du pouvoir central, et des gentilshommes dont l’horizon reste confiné à la ville la plus proche de leurs seigneuries. L’expression « noblesse seconde », par laquelle je la désigne à la suite de Jean-Marie Constant, me semble donc suffisamment expressive pour en rendre toute la singularité.

  • 7 B.N. PO. 66-67, 756-757, 783-785. DB. 23, 186, 193-196. CRH. 27, 187, 191. CBH. 10, 94, 97. N.H. 1 (...)
  • 8 B.N. PO. 1004, DB. 237, CBH. 120, NH. 118.
  • 9 B.N. DB. 23 et 186.

4Contrairement à l’écrasante majorité de la noblesse locale, ces gens appartiennent tous à des familles très anciennes, qui ont depuis plusieurs siècles archivé les titres permettant de le prouver. Les Anglure, les Choiseul et les Clermont peuvent être ainsi suivis avec assez d’exactitude depuis le xiie siècle7. Les Dinteville, quant à eux, apparaissent de façon sure au milieu du xiiie siècle8. Ils n’ont donc rien de commun avec la petite noblesse française de ce début du xvie siècle, dont les origines sont à chercher bien souvent pendant la guerre de Cent Ans. Ils sont issus d’un lignage déjà fort long, dont le passé est pieusement entretenu par les traditions familiales : par exemple, le prénom Saladin, très usité chez les Anglure, fait inévitablement penser aux Croisades. Toutes ces dynasties se subdivisent en de multiples et complexes rameaux dont les généalogistes ont consigné chaque méandre. C’est ainsi que les Choiseul, au début du xvie siècle, se répartissent en six branches principales (les Clefmont, les Lanques, les Aigremont, les Chéry, les Traves et les Doncourt), les Anglure en quatre (les Étoges, les Donjeux, les Bourlemont et les Bonnecourt)9.

  • 10 B.N. DB. 23, 186, 237. CBH 97. Voir aussi La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire..., t. V, col. 915-919

5S’il existe autant de lignages cousins issus d’une même branche, c’est que l’ancienneté et la stabilité des familles ont permis de mettre en œuvre une importante politique d’acquisition de terres au cours des xive et xve siècles. Contrairement à la petite noblesse locale, qui possède très rarement plus de deux seigneuries, les familles de la noblessse seconde sont capables d’attribuer à presque tous leurs fils des seigneuries indivises et viables, leur permettant de fonder un nouveau rameau. Les documents généalogiques, parce qu’ils consignent avec soin les terres que chaque lignage a pu réunir, nous offrent ainsi la possibilité de saisir avec assez de précisions les régions où ces familles sont les plus puissantes. L’indicateur principal dans ce domaine est fourni par le nom des terres, qu’il s’agit ensuite de localiser. Certes, les résultats ne peuvent qu’être imparfaits, dans la mesure où nous ne pouvons pas connaître la superficie ou le revenu de chaque seigneurie et donc son importance relative. Pour ce faire, il faudrait disposer d’une impressionnante collection d’aveux et dénombrements ou de comptes, mais il est trop rare de disposer de séries suffisamment complètes pour cette période. Le tableau 8 présente le bilan de cette étude, en indiquant dans quels « pays » se situent les terres de ces quatre familles, qui forment l’embryon de la noblesse seconde provinciale10.

  • 11 B.N. DB. 23.

6Si toutes ont un pied dans la plupart des pays qui composent la Champagne, leur assise foncière se situe en général dans l’est, en Bassigny surtout, c’est-à-dire dans une région où la puissance de la haute noblesse – jusqu’à l’installation des Guise, au début du xvie siècle – est la moins nette, et surtout où l’influence de la Lorraine se fait extrêmement pesante. Il est donc logique que leur destinée dépende étroitement de la cour de Nancy à la fin du Moyen Âge. Par exemple, la carrière d’un Anglure commence souvent par une charge auprès du duc de Lorraine. Saladin, seigneur d’Étoges, devient ainsi conseiller et chambellan du roi René et chevalier de son ordre du Croissant. En 1470-1473, son maître le gratifie des baronnies de Givry et Boursault, de la prévôté de Gondrecourt et de la terre de Châtel-sur-Moselle – la majeure partie de ces terres se situant en Champagne. Sa gratitude est telle qu’il prénomme son fils... René. Un peu plus tard, son cousin Henri, seigneur de Melay, est nommé grand-maître et chef des finances de Lorraine, puis gouverneur de La Motte au début du xvie siècle11. Des cas comparables ne sont pas rares et contribuent à renforcer l’idée selon laquelle ces familles de Champagne, à cette époque, tournent plus souvent leurs regards vers l’est que vers l’ouest de leur territoire.

  • 12 B.N. DB. 193-196.

7Néanmoins, si les Anglure et les Choiseul ont toujours vécu en Champagne et jouissent depuis longtemps d’une longue familiarité avec la Lorraine, il n’en est pas de même pour les Clermont et les Dinteville. Les Clermont sont originaires d’Anjou et viennent de prendre pied dans la province par une double alliance avec la vieille famille d’Amboise. En effet, au début du xvie siècle, Louis III de Clermont, fils d’un vice-amiral de France et gouverneur de Honfleur, épouse Renée d’Amboise, fille unique de Jean, baron de Reynel. Cette union lui apporte, outre la baronnie de Reynel, celles de La Fauche, Choiseul, Vignory, Biaise et Sexfontaines. En 1525, son frère René II complète la fusion des deux lignages en épousant Françoise d’Amboise, la nièce de Renée, fille et héritière de Jacques, baron de Bussy et de Sexfontaines12. Cette double alliance est sans doute l’événement le plus important de l’histoire des Clermont, car elle les introduit de plain-pied dans une province où leur puissance seigneuriale ne peut que les amener à jouer un rôle de premier ordre, d’autant que René II, par le mariage de sa belle-soeur avec François de Choiseul, baron de Clefmont, dispose très rapidement d’appuis décisifs auprès des lignages de souche champenoise.

  • 13 Père Anselme, op. cit., t. VIII, p. 714-721.
  • 14 Ibid.
  • 15 B.N. Fr. 32865 (20).
  • 16 Père Anselme, op. cit., t. IV, p. 811-864.
  • 17 B.N. DB. 186.
  • 18 B.N. DB. 23.

8L’itinéraire des Dinteville, quant à lui, est profondément marqué par leur origine bourguignonne, comme en témoigne l’importance de leurs domaines dans cette région (cf. tableau 8). En effet, leur passage en Champagne ne s’effectue qu’au début du xve siècle, après le mariage d’Erard II, seigneur de Dinteville, avec Isabeau de Grancey, fille de Guillaume, seigneur de Larey13. Jusqu’à cette date, les Dinteville ont profité de la construction de l’État bourguignon pour y faire de belles carrières : l’oncle d’Erard II, Jean, est ainsi bailli de Dijon (1327) puis de Chalon (1329) et son frère Pierre est chancelier du duc en 137114. Les nouveaux intérêts des Dinteville en Champagne ne les empêchent pas de continuer à servir le duché de Bourgogne jusqu’à son démantèlement : Claude, seigneur des Chenets et de Polisy, est tué devant Nancy en 1477, avec son patron Charles Le Téméraire ; son fils Gaucher, promis à une belle carrière sous François Ier, fait ses débuts comme surintendant des finances du duché15. Cette symbiose avec la Bourgogne toute proche n’est pas particulière aux Dinteville, car elle s’observe également chez les Choiseul et les Anglure. Ainsi, Amé, sire de Choiseul, devient au début du xve siècle conseiller et chambellan de Jean Sans Peur. Capturé par les Anglais devant Calais, son maître paye 2 000 L. pour sa rançon, puis le nomme capitaine de Noyers16. Pierre de Choiseul, seigneur de Doncourt, épouse en 1479 Catherine du Plessis, la fille de Thibaut, premier chambellan du Téméraire17. Etienne, seigneur d’Anglure, est l’un des principaux chefs du parti bourguignon dans les années 142018. Il n’est pas étonnant que ces personnages aient lié leur sort à celui du duc de Bourgogne, car le centre de son pouvoir est beaucoup plus proche que celui du souverain. Les opportunités de faire carrière dans l’ombre d’un maître qu’ils connaissent bien et qui leur fait confiance sont donc bien plus nombreuses qu’à la cour du roi de France.

  • 19 L. F. de Caumartin, Recherche de la noblesse de Champagne, Châlons, 1673, 3 vol.

9Même si l’on fait abstraction du cas particulier des Clermont, ces familles de Champagne ont donc une envergure qui dépasse de très loin les frontières de la province, et ce depuis la guerre de Cent Ans. Il faut donc s’attendre à ce que leurs stratégies matrimoniales soient en accord avec cette longue familiarité qu’elles entretiennent depuis des siècles avec tout le Nord-Est. D’habitude, il est très délicat de se lancer dans une étude des alliances nobiliaires pour le début de l’époque moderne, car l’état de la documentation est tellement parcellaire qu’un travail complet et donc signifiant est irréalisable. En outre, il faut trop souvent déjouer les pièges de généalogies mythiques, élaborées lors des grandes enquêtes de noblesse menées sous Colbert, qui tentent de conférer à certaines familles un lustre qu’elles ne possédaient pas quelques siècles plus tôt. Cependant, dans le cas présent, les sources sont assez bien conservées pour qu’un relevé statistique des alliances soit possible, du fait de l’ancienneté et de la taille des lignages. Pour les mêmes raisons, les cas de falsifications sont rarissimes car ces familles, au xviie siècle, n’éprouvent jamais le besoin de réévaluer un passé qui représente leur principale fierté. Afin de cerner l’origine géographique des alliances, je les ai relevées dans tous les documents qui permettent de les connaître – généalogies éparses, conservées à la Bibliothèque Nationale ou dans les fonds départementaux, enquêtes réalisées par les intendants de Champagne19, actes notariés. Puis il a fallu définir avec assez de précisions la province d’origine du conjoint, ce qui pose bien souvent de belles difficultés d’identification. Le tableau 9 en présente les résultats.

10Entre le milieu du xve et le milieu du xvie siècles, les alliances de cette noblesse se font prioritairement en Champagne, sauf dans le cas des Clermont, qui s’implantent beaucoup plus tardivement dans la province. Bien plus, leurs stratégies matrimoniales débordent largement le cadre champenois pour se développer également en Bourgogne et Lorraine. Chez les Anglure, 84 % des alliances sont conclues dans le grand Nord-Est ; pour les Choiseul et les Dinteville, ce taux est de 81 %. L’attirance pour la Bourgogne est particulièrement nette chez les Dinteville (30 % des unions), et découle logiquement de leurs origines. Contrairement à la petite noblesse qui, d’après ce qu’il est possible de savoir, s’écarte peu de son voisinage pour se marier, la noblesse seconde recherche donc ses alliances dans un espace géographique bien plus large, englobant tous les pays où se situent ses intérêts. Ces lignages ne regroupent donc pas seulement des nobles locaux, mais bel et bien des individus dont l’horizon social – et certainement mental – doit se mesurer à l’échelle de toute une région.

  • 20 B.N. DB.23.
  • 21 Ibid.
  • 22 B.N. DB. 186.
  • 23 B.N. Fr. 32865 (20).
  • 24 B.N. Fr. 32865 (289).

11Cette familiarité génétique qu’ils entretiennent depuis des siècles avec la société nobiliaire de tout le Nord-Est, leur implication dans les enjeux politiques de la région me semblent être des facteurs décisifs dans l’ascension fulgurante que ces familles connaissent en France pendant le dernier quart du xve siècle. En effet, le démembrement de l’État Bourguignon, en 1477, conduit le roi à recourir aux services de ces individus pour y faire accepter son nouveau pouvoir. Simon d’Anglure, seigneur d’Étoges (m. 1485) devient ainsi conseiller et chambellan de Louis XI après la défaite de Charles Le Téméraire20. Nicolas, son fils (m. 1516), obtient une charge d’écuyer d’écurie du roi21. Philibert de Choiseul, baron de Lanques (m. 1504), est conseiller et chambellan de Charles VIII, capitaine de Noyers (1486), lieutenant au gouvernement de Bourgogne (1493) et gouverneur de Langres (1500)22. Gaucher de Dinteville, pourtant très compromis pendant les conflits entre le Téméraire et Louis XI, devient chambellan du roi en 1481 avec une pension de 1 000 L23. Son frère cadet, Jacques, apparaît dans les sources comme conseiller et chambellan ordinaire de Louis XII en 150524. Privés de leur patron naturel, ces lignages provinciaux en viennent ainsi à transférer leur besoin de fidélité sur la personne du souverain et de ses successeurs.

  • 25 B.N. Clair. 240 (521), 254 (1285), 258 (1543). N.A.F. 8620 (26), 8623 (17), 8624 (4, 15).

12Outre une loyauté sans faille, ces familles de noblesse seconde offrent au roi de France la connaissance des affaires du Nord-Est qu’elles ont acquise pendant des décennies auprès de la Bourgogne et de la Lorraine. Une expérience d’autant plus précieuse que les rapports de force dans cette partie de l’Europe sont totalement bouleversés en cette fin de xve siècle. Elles lui apportent également des capacités à exercer un commandement militaire, ce qui s’avère de plus en plus important à mesure que l’affrontement avec les Habsbourg se développe dans la première moitié du siècle suivant. C’est la raison d’être principale des compagnies que l’on peut repérer dans les rôles de montres de la Bibliothèque Nationale. Le tableau 10 permet de mesurer la part du recrutement nobiliaire provincial dans leurs effectifs25.

  • 26 Jean d’Aigremont, B.N. Clair. 257 (1459), 248(1543) N.A.F. 8624 (4,15).
    Jean du Bois, N.A.F. 8623 ( (...)

13Mis à part le cas de René d’Anglure, qui est atypique et difficilement explicable, tous ces nobles seconds sont parfaitement capables de rassembler derrière eux de forts effectifs champenois, à l’instar de la haute noblesse. La plupart du temps, ces individus parviennent même à enrôler dans leurs compagnies autant, voire plus de gentilshommes locaux que le duc de Guise, dont le pouvoir d’attraction est pourtant très fort du fait de ses succès militaires et de sa fonction de gouverneur. Ils présentent donc un grand intérêt pour un roi de France dont le souci primordial est de maintenir la cohésion de sa frontière nord-est à l’aide des nobles provinciaux. La noblesse seconde se situe ainsi au cœur des enjeux stratégiques de la première moitié du siècle, d’autant que, contrairement à la clientèle des grands, ses hommes d’armes n’hésitent pas à combattre loin de leurs bases. En outre, il s’avère que trois hommes d’armes seulement – soit 7,6 % des effectifs – ont déjà combattu dans les rangs d’une compagnie dirigée par un grand de la province26. Il s’agit donc ici d’une population nobiliaire qui mise sur la noblesse seconde pour faire sa carrière, sans chercher à suivre ses tuteurs traditionnels, une petite noblesse qui n’attend rien des grands féodaux et qui préfère suivre un ami ou un voisin assez puissant, dont la tutelle peut se révéler avantageuse. Ces hommes semblent donc plus motivés par le métier des armes, prêts à partir plus loin que les autres. Ce phénomène serait peut-être lié au fait que les hommes d’armes de la noblesse seconde n’attendent pas de leurs capitaines un commandement local, car son attribution dépend toujours d’une recommandation qui émane d’un grand. Leur passage dans les compagnies refléterait une volonté plus authentique de faire carrière à l’armée, et non le simple désir de se faire connaître quelque temps par un patron prestigieux, en espérant vite une récompense en termes de pouvoir local.

14Pour le roi de France, le bénéfice est donc double. D’une part, en confiant des compagnies d’ordonnances à la noblesse seconde de Champagne, il attache à son service des personnages influents et capables de servir ses desseins d’autant plus fidèlement qu’ils sont moins bien possessionnés que les grands et qu’ils sont donc plus dépendants de la couronne. D’autre part, ces capitaines draînent une partie de la noblesse locale qui, sans eux, serait restée sur ses terres et n’aurait pas cherché à s’enrôler dans les troupes royales. Ces résultats contribuent donc à mettre en relief quelques réseaux nobiliaires provinciaux dont les ramifications échappent en grande partie aux grands nobles, peut-être parce que les terres de la noblesse seconde sont situées dans des régions où leur emprise est moins forte que dans le reste de la province.

  • 27 B.N. Clair. 241 (619, 645), 242 (687, 719), 244 (795, 813), 246 (919), 247 (945), 250 (1087), 257 (...)
  • 28 B.N. Clair. 257 (1459).

15Néanmoins, en conclure à une totale et ancienne indépendance de la noblesse seconde à l’égard des grands féodaux serait abusif. En effet, jusqu’à la fin des années 1520, il n’est pas rare de rencontrer un Choiseul, un Dinteville ou un Anglure dans les compagnies commandées par la haute noblesse. Ainsi, jusqu’à l’époque des premières invasions, ces hommes se sont comportés comme le reste des nobles provinciaux, en faisant carrière dans les troupes commandées par de grands patrons27. Il ne semble pas qu’il faille cependant en déduire trop vite un attachement exclusif et constant de ces familles envers un protecteur unique, à l’instar de la petite noblesse provinciale. En effet, si les Anglure et les Dinteville n’apparaissent que dans les compagnies du duc de Bouillon entre 1507 et 1517, il en va autrement pour les Choiseul, qui suivent de 1515 à 1528 les deux gouverneurs successifs de la province, Jean d’Albret puis Claude de Guise. Les Choiseul semblent ainsi attirés avant tout par la légitimité que confère le titre de gouverneur. Tout se passe comme si cette famille faisait le choix de servir le représentant du roi dans la province, quel qu’il soit, ou le capitaine le plus prestigieux – en l’occurrence Claude de Guise avant 1524. Tout se passe comme si ces individus concevaient d’abord leurs carrières comme un service rendu au roi, incarné principalement par le gouverneur de Champagne ou l’homme de guerre le plus célèbre de la province. En liant leurs carrières à ceux qui incarnent le bras armé du pouvoir central en Champagne, les Choiseul poursuivent donc le transfert de fidélité qu’ils ont opéré sur le souverain depuis la fin du xve siècle. Cette fidélité à l’égard du gouverneur peut être considérée comme une étape transitoire, qui s’achève à la fin des années 1520 par l’affirmation de leur autonomie. En effet, dès que les invasions deviennent de plus en plus fréquentes, les Choiseul disparaissent de ces troupes et peuplent leurs propres compagnies (on ne trouve plus guère qu’un Antoine de Choiseul dans la compagnie de François de Guise, en 1553)28.

16Par conséquent, les liens que l’on peut observer entre la noblesse seconde et certains grands féodaux doivent être fortement nuancés par le fait qu’il s’agit pour elle de servir son véritable patron : le roi. À partir des années 1530, les Anglure et les Dinteville suivent à leur tour la voie ouverte par les Choiseul, en disparaissant progressivement des compagnies commandées par la haute noblesse et en profitant des nouveaux besoins royaux pour faire des carrières plus indépendantes. Ainsi, grâce à leur assise foncière hors du commun, grâce aux emplois qu’ils ont tenus pendant plusieurs générations en Lorraine ou en Bourgogne, ces hommes se sont nettement distingués de la petite noblesse champenoise, qui ne possède pas tous ces atouts pour s’émanciper de ses tuteurs provinciaux. Bien implantés dans la société nobiliaire locale, attirés par les bénéfices que confère toujours le service du prince, les nobles seconds vont devenir les interlocuteurs privilégiés de l’État en Champagne.

2. Tenir le terrain

  • 29 B.N. Fr. 8613 (19, 37).
  • 30 B.N. Clair. 240 (539).

17Jusqu’à ce que le roi de France opère son grand revirement stratégique des années 1530-1540, la petite noblesse de Champagne ne s’est pas sentie attirée par l’aventure italienne. La perspective de s’éloigner pour de longs mois de ses terres, de son réseau de voisins, de parents et d’amis, d’aller combattre dans un pays étranger, lointain et un peu mythique, ne semble pas enthousiasmer des gentilshommes dont les moyens sont de toute façon trop réduits pour soutenir des campagnes d’une telle envergure. Il faut ainsi chercher longtemps pour trouver enfin les traces de ceux qui se sont décidés à franchir les Alpes pour tenter leur chance à la suite des patrons de la province. Antoine de Luxembourg, comte de Ligny, Roussy et Brienne, qui part à la suite de Louis XII en 1502-1503, ne peut convaincre que sept hommes d’armes de sa province à l’accompagner29. Philibert de Choiseul, baron de Lanques, qui jouit pourtant d’une autorité considérable en Champagne et qui n’en est pas à son premier voyage en Italie, ne vient en 1501 qu’avec un seul homme d’armes champenois, son propre fils, Pierre. Il n’a pu recruter dans sa région que 8 archers (sur un effectif total de 79), originaires pour la plupart des environs de la ville de Langres, dont il est gouverneur30. Les nobles de cette province, déjà peu disposés à partir guerroyer en Picardie ou en Bourgogne montrent ainsi clairement leur méfiance à l’égard de ce genre d’expéditions.

  • 31 B.N. DB. 186.
  • 32 B.N. Fr. 32865 (20). Son cousin Antoine, seigneur de Meurville, Spoy et Fougerolles, meurt en 1515 (...)

18La noblesse seconde, pourtant habituée depuis quelques décennies à servir les desseins militaires des rois de France, manifeste les mêmes réticences, mis à part deux exceptions. Philibert de Choiseul, dont le cas vient d’être brièvement évoqué, fut lieutenant du roi en Toscane dès 149431. En 1501, lorsqu’il franchit une dernière fois les Alpes pour le compte de Louis XII, il ne s’agit donc pour lui que d’une péripétie de plus dans une carrière déjà bien remplie. Gaucher de Dinteville, le seul autre noble champenois qui ait pris une part significative aux guerres d’Italie, est alors au terme d’un itinéraire tout à fait exceptionnel. Entré très jeune dans l’entourage de Louis XI en 1481, il a toujours bénéficié de la confiance de ses successeurs, jusqu’au règne de François Ier. Il a cumulé de nombreuses charges, tant à la cour qu’en Champagne, ne lésinant pas à prêter de l’argent à un maître constamment aux abois. Mais en 1537, c’est un homme âgé et en disgrâce qui part à Sienne pour y lever des troupes. Il n’a plus rien à perdre ni à attendre et c’est pendant ce dernier voyage qu’il apprend que son retour en France n’est pas souhaité. Il finit ses jours à Venise deux ans plus tard32. Les profils de ces deux personnages sont finalement assez similaires. Lorsqu’ils partent en Italie, ils ont déjà accompli l’essentiel de leur ascension dans les rouages militaires de l’État et leur voyage apparaît finalement comme le prolongement de leur fidélité au monarque, sans que ce soit une étape déterminante de leur vie. Pour eux, l’Italie est une confirmation ou un aboutissement plutôt que le point de départ d’un essor.

19Si les guerres d’Italie restent donc une opportunité manquée par la noblesse seconde de Champagne, c’est dans sa province d’origine qu’elle va faire pleinement valoir ses talents. En effet, dans les années 1530-1540, lorsqu’il s’agit pour le roi d’organiser plus efficacement la défense du territoire champenois, un besoin nouveau se fait ressentir : utiliser des hommes capables de tenir le pays. Pour ce faire, il lui est nécessaire de recourir à des individus possédant une parfaite connaissance de la région, non seulement d’un strict point de vue militaire – topographie du terrain, moyens à mettre en œuvre pour fortifier une place, aptitude à recruter des subordonnés compétents – mais aussi d’un point de vue social. En effet, faire accepter par les notables locaux des garnisons parfois importantes, coûteuses et souvent envahissantes, les amener à financer eux-mêmes une partie des frais inhérents à la construction des remparts, les convaincre d’accepter la tutelle plus ou moins pesante d’un gouverneur, tous ces objectifs ne peuvent être atteints que par des personnages dotés d’un large crédit local. Le roi de France va les trouver dans la noblesse seconde.

  • 33 C. Buirette, Histoire de la ville de Sainte-Menehould et de ses environs, Sainte-Menehould, 1882, (...)
  • 34 Ibid, p. 193.
  • 35 B.N. DB. 23.
  • 36 Ibid.

20Elle est connue depuis suffisamment de temps dans la province pour que sa nomination à des postes de responsabilité soit perçue comme naturelle dans de nombreuses places destinées à soutenir l’effort de guerre voulu par le souverain. En 1533, François Ier nomme ainsi François d’Anglure, vicomte d’Étoges, à la charge de capitaine de Sainte-Menehould33. Le vicomte d’Étoges ne doit pas cette promotion à la faveur d’un grand seigneur de la province ; sa famille n’est liée à aucune famille de la haute noblesse de Champagne et il n’a pas jugé bon jusqu’alors de servir l’une d’elles dans une compagnie d’ordonnance. S’il est choisi par le roi pour succéder à Claude Toignel, seigneur d’Épense – dont le principal atout était de posséder de larges domaines autour de la ville – c’est parce que sa famille est l’une des plus éminentes du bailliage. Son envergure est en effet suffisante pour que dès 1509 on trouve le père de François, René, parmi les principaux signataires de la coutume au nom de la noblesse du bailliage de Vitry34. Pour le roi de France, dont les domaines sont considérables autour de Sainte-Menehould, il s’agit donc d’utiliser le crédit local dont bénéficie la plus importante famille de ce petit pays, afin que sa propre autorité soit acceptée le mieux possible. Ce mécanisme fonctionne ainsi sur le même modèle que dans le cas des grands féodaux, dont le prestige provincial est, depuis longtemps, mis à contribution par le souverain pour exercer des charges de gouverneur ou de lieutenant général. En outre, afin de conférer à François d’Anglure un surcroît de puissance et de considération, le monarque lui engage les domaines qu’il possède à Mouzon, Stenay et Montmédy, tout en lui confiant la garde de toutes ces places35. Par ce biais, le pouvoir du nouveau capitaine de Sainte-Menehould évite de se borner à l’exercice d’une charge confinée autour d’une ville. Il s’agit bien de donner une certaine cohésion à la défense du territoire, en facilitant la coordination entre plusieurs points d’appui, disséminés tout le long de la frontière. Afin de parachever le tout, François d’Anglure, à la fin de sa vie, est promu à la tête des deux mille hommes de la légion de Champagne36, dont le but est de participer à la résistance face aux troupes de Charles Quint en 1544.

  • 37 Ibid.
  • 38 B.N. Fr. 32867 (1462-1463).
  • 39 B.N. DB. 23.
  • 40 Ibid.
  • 41 Ibid.

21Cette volonté royale, qui vise à donner une large cohérence à la défense du Nord-Est, se traduit également par l’accumulation des charges que l’on peut observer dans une même famille. Ainsi, François d’Étoges n’est pas le seul à bénéficier de cette nouvelle organisation. René, son fils, baron de Boursault et seigneur de Givry, commande une compagnie de cent chevau-légers en 155437, avant de devenir mestre de camp d’un régiment de cavalerie, lieutenant général en Champagne et Brie et maréchal-général des camps et armées du roi38. Claude, baron de Jours, seigneur de Ricey et de Châtillon-sur-Seine, est appelé à succéder à son cousin à la tête de la légion de Champagne39. Saladin d’Anglure, issu de la branche des barons de Bourlemont, est pourvu de la garde du château de Montigny en 153740. René, son fils, lui succède après sa mort, en 154641. Le nouveau rôle stratégique de la Champagne aboutit ainsi à l’éclosion, chez les Anglure, de véritables dynasties de grands capitaines, qui mettent leurs talents au service d’un monarque dont le souci principal devient peu à peu tout ce qui se passe au nord-est de son royaume.

  • 42 B.N. DB. 237.

22Parmi les plus anciennes familles de la noblesse seconde, les Anglure ne sont pas les seuls à bénéficier de cette promotion. Les Dinteville parviennent à devenir en un demi-siècle les principaux agents du pouvoir royal à Troyes. Vingt ans après la mort du Téméraire et son ralliement à Louis XI, Gaucher devient bailli de cette ville. Après lui et malgré sa disgrâce de 1537, ses deux enfants, Jean et Guillaume, vont se succéder à ce poste sans que le roi de France cherche à y placer quelqu’un d’autre42. Les considérations locales restent donc largement indépendantes de la faveur dont peut jouir tel ou tel membre de la famille dans l’entourage du souverain. Entre le roi et ces quelques nobles provinciaux s’instaure ainsi un jeu d’échanges savamment dosés dans lequel chacun des partenaires doit trouver son compte.

23Finalement, le pouvoir militaire en Champagne en vient à émaner de deux sources complémentaires. D’une part, les grands lignages de la province continuent toujours à caser leurs clients dans des charges locales proches de leurs domaines, en les recommandant au souverain qui ne fait qu’entériner leur décision. Ce mécanisme permet aux La Marck ou aux Guise de satisfaire le désir d’ascension de quelques petits nobles du pays tout en maintenant leur domination sur un territoire qu’ils considèrent comme une chasse gardée. D’autre part, le roi de France utilise directement quelques nobles dévoués et compétents qui sont amenés à exercer des charges de commandement dans des villes ou des places fortes qui échappent à la mainmise des grands féodaux et dont il cherche à renforcer les défenses à partir des années 1530-1540. Ces vieilles familles de noblesse seconde sont d’autant plus précieuses pour le roi de France qu’elles sont bien implantées dans le pays et surtout fidèles, car liées à son seul patronage. Cependant, la militarisation accélérée de la province va aboutir très tôt à un nouvel équilibre dans cette répartition des pouvoirs. En effet, la rareté des nobles seconds de Champagne qui soient aptes à exercer un commandement local va contraindre le monarque à utiliser les talents d’un groupe intermédiaire, moins lié aux grands féodaux que la petite noblesse locale et implanté dans la province depuis moins longtemps que les Anglure, les Choiseul ou les Dinteville.

3. Du sang neuf pour la noblesse seconde

  • 43 B.N. CBH. 3.
  • 44 B.N. Fr. 32865 (264).
  • 45 B.N. D.B. 399.

24Ainsi, Martin d’Aguerre, vicomte de Villette, devient capitaine de Beaulieu-en-Argonne et gouverneur de Fismes en 1539, puis son neveu Jean, baron de Vienne-le-Château, commande quarante lances en 154 843. De même, Henri de Lenoncourt (m. 1556), comte de Nanteuil-le-Haudoin et baron de Vignory, bailli de Vitry après son oncle Claude, est nommé successivement capitaine de cinquante hommes d’armes, gouverneur de Montmédy et Damvilliers puis lieutenant général des armées du roi44. Enfin Nicolas de Livron (m. 1553), baron de Bourbonne, capitaine de cinquante hommes d’armes, est appelé à gouverner Coiffy et Montigny-le-Roi pour Henri II45. Qui sont-ils ?

  • 46 Brantôme, op. cit., t. VI, « Couronnels françois. Discours sur les duels », p. 235-240.

25Brantôme raconte que « le baron des Guerres (sic) estoit un seigneur que le roy François avoit nourri page de sa chambre, et qui estoit de Lorraine, ses prédécesseurs estans pourtant sortis de Basque ou de Biard [Béarn], car (comme dit Monsieur de Montluc en son livre) le roy René de Scicille, duc de Lorraine et d’Anjou, aimoit fort les Gascons et gentilshommes de ce pays là-bas, et s’en servit fort, si bien qu’il y en eut quelques uns qui s’y accazèrent, dont en est sorti despuis d’honnestes gens »46. Ce portrait de Claude d’Aguerre est bien loin des traits habituels de la noblesse seconde de Champagne : une installation récente dans la région, une extraction nobiliaire pour le moins douteuse, une mentalité d’aventurier qui a poussé ses aïeux à chercher fortune dans les pas d’un grand prince pourtant étranger à leur pays. Les Aguerre ressemblent plus à des baroudeurs qu’à des notables.

  • 47 B.N. CBH. 3.
  • 48 B.N. PO. 13 (65).
  • 49 Brantôme, op. cit., t. VI, p. 235.

26Cependant, ces quelques lignes de Brantôme permettent de nous faire comprendre la réussite exceptionnelle de cette famille, car il insiste particulièrement sur leur attachement à la cour de Lorraine. Les Aguerre y ont trouvé tous les éléments nécessaires à leur ascension, en servant les ducs pendant une cinquantaine d’années. Dès la fin du xve siècle, Marraut d’Aguerre obtient du duc la baronnie de Vienne-le-Château, près de Sainte-Menehould47. De cette époque date la présence de cette famille en Champagne, favorisée par la protection de son patron. Sa fidélité ne se dément pas tout au long de la première moitié du xvie siècle, car on voit Antoine de Lorraine, en 1543, faire don de la terre de Lampigny (bailliage de Saint-Mihiel) à Jean, baron de Vienne, grand-maître et chambellan de la maison du duc, bailli et capitaine des ville et bailliage de Clermont et « surintendant des plus grandes affaires de Son Altesse »48. Grâce à leurs relations privilégiées avec les ducs de Lorraine, les Aguerre ont alors réussi beaucoup plus facilement que bien d’autres à se faire connaître à la cour du roi de France, en y accompagnant leurs patrons. Claude peut ainsi bénéficier dans les années 1520 d’une place de page auprès de François Ier49. En trois générations, les petits aventuriers de Gascogne sont parvenus à gagner une situation que peuvent leur envier nombre de gentilshommes de meilleure extraction. Leur itinéraire confirme pleinement l’extrême souplesse des processus d’ascension sociale dans la première moitié du siècle.

  • 50 B.N. DB. 389.
  • 51 Ibid.
  • 52 Voir le chapitre I, p. 34.
  • 53 B.N. Fr. 32865 (264).

27Cette manière de brûler les étapes d’une carrière à l’aide d’appuis décisifs à Nancy se retrouve dans le cas des Lenoncourt. Assez bien connue depuis le début du xive siècle, cette famille est une de celles qui fournissent pendant des générations les plus nombreux auxiliaires de l’administration et de l’armée lorraine. Jean, seigneur de Lenoncourt, est par exemple lieutenant général des troupes du duc dans les années 1400 ; son neveu Philippe, seigneur de Gondrecourt, est écuyer d’écurie du roi René, gouverneur du duché de Bar et chevalier de l’ordre du Croissant en 1446 ; le fils de celui-ci, Bernardin, est bailli de Saint-Mihiel et grand-maître de l’artillerie de Lorraine à la fin du xve siècle50. L’envergure de leurs carrières se trouve subitement accrue grâce à Charles VIII, qui accorde à Henri, lieutenant général du duc comme son grand-oncle, la baronnie de Vignory en Champagne. Dans le même temps, Henri de Lenoncourt participe activement aux guerres d’Italie, puis devient bailli de Vitry – une charge que son fils Claude récupère, avant qu’elle ne passe entre les mains de son petit-fils Henri II51. Contrairement aux Aguerre, les Lenoncourt exercent donc un réel pouvoir en Champagne depuis plusieurs décennies lorsque le roi de France fait appel à eux pour mener à bien la mise en place des défenses de la province. En outre, même si leur fidélité est avant tout lorraine, les cousins d’Henri II de Lenoncourt, Jean, Olivier et Pierre, n’hésitent pas à assumer des commandements locaux en Champagne et à suivre le gouverneur de la province, surtout quand il s’agit d’un compatriote lorrain comme Claude de Guise52. Ce double jeu entre la France et la Lorraine, les relations familiales entretenues depuis longtemps avec les ducs et une expérience – récente mais réelle – des problèmes militaires qui se posent en Champagne, permettent à ce lignage de se hisser très vite dans les plus hautes sphères du pouvoir provincial. Henri II de Lenoncourt réalise les ambitions de sa famille, d’abord en étant nourri dans sa jeunesse dans l’entourage de François Ier, comme Claude d’Aguerre à la même époque, puis en obtenant une compagnie de cinquante hommes d’armes des ordonnances ; en 1528, il devient bailli et gouverneur de Valois, avant d’être pourvu de la garde d’Ivoy, Damvilliers, Montmédy et Luxembourg, dernière étape avant la charge de lieutenant général des armées du roi (1556 ?)53. Comme dans le cas des Aguerre, les Lenoncourt ont donc bénéficié avant tout de l’osmose qui caractérise les relations entre la cour du roi et celle du duc dans la première moitié du xvie siècle. Pour eux, servir la France n’est sans doute pas si différent que faire carrière en Lorraine, si ce n’est que l’envergure du grand voisin permet de réaliser de bien plus belles ascensions.

  • 54 B.N. DB. 399.
  • 55 Ibid.
  • 56 Ibid.

28Les Livron présentent quant à eux un profil beaucoup plus ambigu. Bertrand de Livron, originaire du Dauphiné, arrive en Champagne dans la seconde moitié du xve siècle – probablement dans les bagages de Louis XI, qui avait dû l’apprécier alors qu’il n’était que Dauphin. Pourvu de la garde du château de Coiffy, il parvient à s’introduire dans la société nobiliaire bourguignonne en épousant Françoise de Bauffremont en 147754. Celle-ci est la fille et héritière de Pierre de Bauffremont, chevalier de la Toison d’or et seigneur de Bourbonne par sa femme Agnès. Ce magnifique mariage semble donc préparer Bertrand à un bel avenir, garanti par sa position intermédiaire entre le roi de France, à qui il doit tout, et une noblesse bourguignonne qui est l’objet de toutes les attentions de Charles Le Téméraire. La mort de ce dernier ruine tout cet édifice matrimonial, mais le fils de Bertrand, Nicolas (m. 1553), n’en obtient pas moins une compagnie de cinquante hommes d’armes, la charge de son père en survivance, le commandement de Montigny-le-Roi55 et enfin la garde du château de Dijon, en 154956. Je suis tenté de penser que les appuis qu’il possède en Bourgogne grâce à sa mère ne sont pas étrangers à la faveur dont il continue de jouir auprès du roi ; celui-ci est en effet toujours à l’affût de ce genre d’individus qui sont aptes à lui assurer une réelle audience au sein d’une noblesse bourguignonne déboussolée par la mort de son duc. Cependant, le profil social et géographique des Livron est bien plus ambigu que celui des Aguerre et des Lenoncourt. Non seulement parce qu’ils sont directement confrontés à la faillite de l’État bourguignon, mais aussi parce qu’à partir du second tiers du siècle, ils se mettent à tourner de plus en plus souvent leurs regards vers la Lorraine.

  • 57 Ibid.
  • 58 B.N. DB. 389.

29En 1529, Nicolas épouse en secondes noces Odette Lhuillier, la veuve de Louis de Stainville, sénéchal de Barrois. Claude, fils issu de son premier lit, se marie ensuite avec la fille de sa belle-mère, Gabrielle de Stainville. François, le cadet, appelé à continuer la lignée des Livron, épouse en 1541 Bonne du Châtelet, dame du Colombey, souveraine de Vauvillars. Toutes ces alliances font pénétrer les Livron dans les plus puissantes familles de Lorraine. Il n’est pas surprenant, après de telles unions, que le fils de François, Erard, devienne dans la seconde moitié du siècle grand-chambellan et grand-maître des finances du duché57. Tout se passe comme si les Livron cherchaient, en concentrant leur stratégie matrimoniale en Lorraine, à bénéficier dans le duché des mêmes atouts que les Aguerre et les Lenoncourt, afin d’accroître leurs chances de réussite. Cette supposition est solidement étayée par le fait que grâce à son mariage, François de Livron se retrouve allié aux Lenoncourt par sa belle-mère et aux Aguerre par le beau-frère de celle-ci58.

30L’itinéraire des Livron, qui cherchent tout au long de la première moitié du siècle à prendre pied à la cour de Nancy, les liens très étroits que les Lenoncourt et les Aguerre tissent avec le duché, montrent qu’il existe ici un groupe nobiliaire très cohérent qui est issu ou qui cherche à dépendre d’une même matrice lorraine. Ce groupe constitue l’amorce d’un nouveau cercle de nobles seconds, certes d’origine étrangère à la province, mais très familier aux enjeux stratégiques du Nord-Est, dans lequel le roi de France a tout intérêt à puiser les serviteurs qui lui sont nécessaires pour parachever la militarisation de la Champagne.

  • 59 Ibid.
  • 60 B.N. DB. 399.

31Très tôt, ces individus cherchent d’ailleurs à s’allier aux vieilles familles de la noblesse seconde de Champagne, de façon à renforcer leur implantation dans la province, tout en entrant dans la parentèle des plus sûrs auxiliaires du roi. Henri II de Lenoncourt marie en effet son fils cadet Louis, seigneur de Colombey, à Jeanne de Dinteville, la fille de Guillaume, seigneur des Chenets, bailli de Troyes59. De même, en 1517, Bertrand de Livron, le gouverneur de Coiffy, unit sa fille Madeleine à François de Choiseul, baron de Clefmont60. Ces quelques alliances contribuent indirectement à renforcer la solidité de la structure militaire voulue par le roi en Champagne au cours de la première moitié du siècle, car confier la défense de plusieurs places fortes à des individus appartenant aux mêmes réseaux permet d’accroître la coordination et les communications entre tous ces points d’appui qui ont des vocations similaires. Seuls les Aguerre ne parviennent pas à pénétrer les réseaux de l’ancienne noblesse seconde, leurs origines sociales étant peut-être insuffisantes pour que des nobles d’extraction consentent à marier un de leurs enfants avec ces parvenus.

  • 61 B.N. Fr. 32865 (561, 574), 32867 (1457, 1585).
  • 62 Jean de Mergey, Mémoires, p.p. Michaud et Poujoulat, Nouvelle collection de mémoires pour servir à (...)
  • 63 Jean de Mergey, op. cit., p. 559.

32Cette intégration des familles lorraines dans la noblesse seconde champenoise explique dans une large mesure la forte cohésion de leurs attitudes pendant les années 1550, lorsque la défense du Nord-Est est devenue cruciale pour Henri II. En 1552, lors du siège de Metz, on retrouve derrière François de Guise Claude d’Aguerre, Nicolas de Livron et son jeune fils Erard, ainsi que Jean de Choiseul, baron de Lanques61. Deux ans plus tard, les compagnies de Guillaume de Dinteville et de René d’Anglure, baron de Boursault, participent activement aux guerres menées contre les Impériaux62. Tous ces individus draînent dans leurs troupes leurs propres clients et protégés, qui cherchent à s’avancer par la voie des armes en prenant part aux combats qui se font de plus en plus fréquents dans la province. Dans ses Mémoires, le Champenois Jean de Mergey raconte ainsi qu’il accompagne Guillaume de Dinteville, son patron, pendant toute la campagne de 1554 et que sa participation à une escarmouche lui vaut une part du butin63.

  • 64 Avant d’accéder à des commandements locaux d’envergure dans les années 1530, les membres de ces tr (...)

33Les guerres du Nord-Est qui se développent pendant la première moitié du xvie siècle sont donc décisives pour la noblesse seconde de Champagne. Du fait des impératifs liés à l’organisation du système défensif en Champagne, le roi de France est amené à favoriser la carrière d’un petit nombre d’individus64 qui lui offrent une expérience militaire acquise au service des ducs de Lorraine et qui s’intègrent peu ou prou aux plus éminentes familles de la province. Le groupe ainsi formé se situe alors à la pointe de la défense d’un territoire qu’il parvient à contrôler avec la haute noblesse, grâce à une implantation géographique commune et des charges militaires de poids. Petit à petit, soutenue par la faveur royale, la noblesse seconde va conforter son autonomie à l’égard des grands féodaux.

4. Les bienfaits de la couronne

  • 65 Recueil des grands chambellans de France..., B.N. Fr. 32772-32774 et 32777- 32778
    Rôles de gentilsh (...)

34Promus par le roi de France à d’importants postes de responsabilité militaire, ces lignages ont su se rendre indispensables à un État dont ils tendent à incarner l’autorité, au même titre que les grands féodaux du Nord-Est. Leur indépendance face à la haute noblesse provinciale peut ainsi se renforcer par les charges qu’ils ont désormais l’espoir d’accomplir auprès des monarques. Reconstituer de tels itinéraires dans le but d’en dégager une vue d’ensemble, sans se limiter à la généralisation de quelques cas particuliers, pose cependant de redoutables problèmes d’organisation des sources. Ces individus sont en effet connus à travers deux fonds principaux, d’un égal intérêt : le Catalogue de l’ordre de Saint-Michel, qui permet de se faire une idée très précise des carrières accomplies par les nobles seconds, mais aussi toutes les pièces généalogiques rassemblées au département des manuscrits de la Bibliothèque Nationale, qui dressent le profil de tous les nobles de Champagne ayant eu la chance de se voir confier une charge quelconque à la cour. Les généalogistes royaux sont ainsi parvenus à compiler des sources très variées – quittances, actes notariés, quelques lettres originales – qui permettent de suivre des individus parfois bien modestes, mais qui ont su bénéficier eux aussi de ce premier mouvement de promotion nobiliaire dans les années 1530-1560. Il est ainsi possible de distinguer ce qui est propre à la noblesse seconde de ce qui peut être plus largement répandu dans la noblesse de la province. Afin de compléter toutes ces données, j’ai également fait des sondages dans les catalogues des officiers de la Maison du roi qui sont conservés à la Bibliothèque Nationale65. Le travail le plus délicat consiste alors à collecter tous les renseignements dont on peut disposer sur chaque famille ou individu, d’en établir des fiches et d’écarter tout élément dont la fiabilité peut sembler douteuse. Le tableau 11 présente ce qui a pu être reconstitué des charges détenues par tous les nobles champenois entre 1500 et 1560.

  • 66 B.N. Fr. 32867 (1462-1463).
  • 67 B.N. Fr. 32865 (520, 289, 555-556, 559-561).

35En faisant abstraction des grands féodaux, la noblesse seconde apparaît comme très nettement favorisée à la cour par rapport aux petits gentilshommes locaux. Ainsi, parmi les emplois qui sont conférés à la noblesse de Champagne, plus de 68 % des charges de la Maison du roi sont attribués à la noblesse seconde ; cette proportion monte à près de 82 % pour le corps des gentilshommes ordinaires de la chambre du roi ; elle détient en outre 100 % des colliers de l’ordre de Saint-Michel. Le cumul, sans être la règle générale, n’en est pas moins très fréquent. On voit ainsi René d’Anglure, baron de Boursault, profiter de la faveur que connaissait déjà son père pour devenir en quelques années écuyer du roi, conseiller et chambellan, gentilhomme ordinaire de la chambre et chevalier de l’Ordre66. De même, Gaucher de Dinteville, à l’apogée de sa carrière, parvient à caser son frère et tous ses fils à la cour de François Ier. Il peut entretenir sa position exceptionnelle grâce à sa charge de gouverneur du dauphin François, qu’il assume jusqu’à la mort de celui-ci, en 1536. Grâce à cette place influente, son fils aîné, Jean (1504-1556), est pourvu de la charge de premier échanson du dauphin et gouverneur de Charles, duc d’Orléans ; le cadet, Guillaume (m. 1559), devient écuyer d’écurie. En 1533, ce dernier reçoit du roi une gratification de 450 L. « pour le récompenser des services qu’il luy avoit rendus auprès [du dauphin] et pour luy donner moyen de se faire panser et guérir de plusieurs playes causées par les blessures qu’il avoit reçues aux joutes et tournois faits à Paris »67. Soupçonné un temps d’avoir empoisonné le fils du roi, déstabilisé un temps par la disgrâce de son père – qui doit être en rapport avec les accusations de meurtre dont il est l’objet – Guillaume de Dinteville ne pâtit pas de ces ombres à sa carrière et parvient à continuer son ascension sous Henri II.

  • 68 B.N. Fr. 32867 (1462-1463) et DB. 23.

36Le cas des Dinteville montre que certaines familles, malgré leurs origines provinciales, peuvent prétendre assez vite – ici en une vingtaine d’années – à des charges ou des titres éminents à la cour. Ces gens semblent avoir assez de souplesse et d’ambition pour assumer facilement un emploi qui les distingue nettement de la masse nobiliaire champenoise. Certainement mal préparés aux intrigues de cour, qui ont dû jouer un grand rôle dans les ennuis de Guillaume de Dinteville, ils savent néanmoins se rendre suffisamment indispensables dans leur province pour que leur éventuelle disgrâce soit un événement tout à fait atypique. Il est donc normal de voir les nobles seconds se transmettre leurs emplois de génération en génération. Ainsi, Nicolas d’Anglure et René se succèdent comme écuyers de François Ier, puis d’Henri II68. De même, Jean de Dinteville prend la suite de son père Gaucher comme premier maître d’hôtel du roi dans les années 1530.

  • 69 B.N. PO. 13.

37D’après les quittances dont font état les généalogistes royaux, les gages attachés à ces charges ne semblent pas constituer leur principal attrait. Rappelons en effet qu’un gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, qui occupe la position la plus prestigieuse de cette subtile hiérarchie, ne touche guère plus de 1 200 L. dans l’année. Si la noblesse seconde est tellement friande de ces emplois de cour, c’est qu’ils lui permettent, à l’instar des grands féodaux, de vivre quelque temps dans la proximité du monarque et d’en profiter pour obtenir pensions et gratifications d’une plus large envergure. Gratien d’Aguerre, par exemple, perçoit, pour la seule année 1497, 6 385 L. de gratifications diverses pour un voyage effectué en Sicile et pour une levée de gens de guerre opérée pour le compte de Louis XII. L’année suivante, le roi lui accorde 2 000 écus69. Ces sommes sont donc bien plus alléchantes que les maigres gages qui sont alloués pour les emplois de cour. Ceux-ci ne représentent qu’un appoint pour des revenus bien plus substantiels.

  • 70 B.N. Fr. 32865 (264), PO. 1004, PO. 13.
  • 71 B.N. Fr. 32867 (1462-1463).

38Les sources, qui sont parfois d’une précision surprenante pour l’époque, offrent la possibilité d’évaluer les revenus que le service de l’État peut apporter à un noble second qui fait une belle carrière comme Henri II de Lenoncourt. À la fin de sa vie, celui-ci est pourvu des commandements d’Ivoy, Damvilliers, Montmédy et Luxembourg, qui lui assurent au moins 1 000 L. chacun. Sa charge de capitaine de cinquante hommes d’armes lui vaut 1 800 L. par an, celle de lieutenant général des armées du roi 2 400 L., celle de gentilhomme ordinaire de la chambre du roi 1 200 L.. Il ne faut pas oublier d’y ajouter sa pension, qui est de 3 000 L. en 1547. Total : 12 400 L., dont le tiers est assuré par les emplois de cour et les pensions70. Mais ce décompte reste très loin de la réalité, car il néglige des gratifications extraordinaires dont la trace n’a pas toujours été conservée : le fait qu’en 1558, René d’Anglure reçoive ainsi 7 200 L., permet de se faire une idée de ce qui peut échapper à ces calculs71. En outre, ce total ne peut, bien sûr, prendre en considération ni chiffrer les divers cadeaux, pots-devin et épices que tout gouverneur de place est en mesure d’espérer en exerçant sa charge.

39Finalement, les emplois et les titres plus ou moins honorifiques et lucratifs détenus par ces individus à la cour occupent une place relativement marginale dans leurs revenus et semblent en fait avoir pour principale fonction d’assurer une position privilégiée auprès de la personne royale afin de ne pas être oublié dans la distribution des pensions et des charges vraiment intéressantes. Les places à la cour n’ont d’ailleurs pas pour unique fonction de satisfaire ces lignages. Il s’agit aussi de retenir auprès du roi des personnages qu’il a besoin de connaître, car de leur personnalité dépend l’efficacité de leur rôle dans la province. Ces emplois de cour les obligent à revenir périodiquement auprès de leur maître, ce qui facilite leur surveillance et diminue l’autonomie inhérente à un trop long éloignement. En outre, lorsqu’ils passent devant leur notaire, ces gens n’oublient jamais de décliner tous les emplois dont ils sont pourvus. La notabilité locale, dont ils dépendent pour exercer leur pouvoir dans de bonnes conditions, sait donc qu’ils bénéficient de la faveur et de la proximité du souverain. La bourgeoisie urbaine attend ainsi d’un gouverneur influent qu’il parvienne à obtenir une réduction d’impôts ou une exemption du logement des hommes de guerre. En cas de succès, l’autorité locale de la noblesse seconde ne peut qu’en sortir renforcée.

  • 72 Lettres de Catherine de Médicis, t. I, p. 496.
  • 73 B.N. Fr. 32867 (997) et DB. 47.
  • 74 B.N. Clair. 250 (1087).
  • 75 B.N. CBH. 36.
  • 76 B.N. Clair. 257 (1459).

40Pour les petits nobles dont les noms apparaissent dans le tableau 11, obtenir une place à la cour procède d’une tout autre logique. Contrairement à la noblesse seconde, ces hommes ne disposent pas de l’assise foncière et de l’ancienneté nécessaires à l’établissement d’un pouvoir de grande envergure en Champagne. Ils restent ainsi très dépendants de leurs patrons, dont ils attendent tout pour s’élever. La famille Raguier, par exemple, implantée en Brie, est traditionnellement cliente des Condé72. Jean d’Averhoult, échanson du roi en 1555, a fait toute sa carrière comme homme d’armes de Robert de La Marck, lieutenant de sa compagnie et gouverneur de son château de Bouillon73. Raoul de Coucy, seigneur de La Besace, a commencé sa carrière comme homme d’armes de Claude de Guise, en 152874. Grâce à François de Guise, Pierre et Nicolas de Saint-Belin, seigneurs de Vaudrémont, sont entrés dans la maison de Catherine de Médicis en 155875, l’un devenant premier maître d’hôtel, l’autre premier échanson. Quant à René de Sommièvre, deux de ses fds accompagnent François de Guise pendant la campagne de 155376 – sans qu’il soit néanmoins possible d’établir avec certitude si la carrière de René en a dépendu.

  • 77 Lettres de Catherine de Médicis, t. X, p. 504-538. A.D. Haute-Marne 10 J 18.

41Ces gentilshommes ne sont donc pas autant liés à la personne royale que les nobles seconds. L’attribution d’une place à la cour traduit plutôt leur attachement à un patron qui récompense ainsi leur fidélité à moindres frais. Leurs gages peuvent alors représenter une part importante de leurs revenus, dans la mesure où ils ne possèdent que peu de terres et de médiocres charges locales. En 1558, par exemple, Pierre et Nicolas de Saint-Belin perçoivent chacun 600 L. pour leur office, soit à peu près autant que le revenu de leur terre familiale77. Par conséquent, même s’ils ne sont pas gratifiés des pensions qu’obtient la noblesse seconde, même si leurs charges locales sont d’un moindre profit, ces lignages ont néanmoins tout intérêt à être employés à la cour pour bénéficier de gages qui peuvent grossir sensiblement leurs revenus habituels. Ces emplois à la cour sont donc plus l’aboutissement de leurs carrières, un moyen d’arrondir leurs revenus après de longues années passées dans les compagnies d’ordonnance de leurs patrons, plutôt qu’une façon d’étendre leur domination sur les structures militaires de la province, à l’instar de la noblesse seconde.

42Par conséquent, mis à part les quelques cas où de petits nobles de Champagne ont su profiter de l’appui de leurs patrons, c’est bien la noblesse seconde qui tire les plus grands bénéfices des guerres qui se développent dans le Nord-Est au cours des années 1530-1560. Confortés par des commandements locaux de poids, assurés de la confiance royale, comblés par des pensions et des cadeaux, quelques uns de ces hommes – les plus dynamiques, les plus habiles, peut-être les plus chanceux – vont progressivement s’introduire dans le petit groupe de ceux qui ont la tâche d’assumer les missions les plus délicates pour le compte de la couronne.

5. L’œil, la main et l’oreille du roi

  • 78 B.N. PO. 1004 (81).
  • 79 Ibid.

43En juillet 1555, Guillaume de Dinteville, muni d’une lettre de commission, fait un long périple en Champagne pour le compte du roi de France. Le but de son voyage est de « se transporter en ses villes de Troies, Langres et Auxerre... affin [de savoir] qui se trouveront les plus ayséz et avec meilleur moïen et commodité de prester, ayder et secourir le Roy au besoing et nécessité de ses affaires »78. Placé au bord de la banqueroute par les guerres de 1552-1554, Henri II a un besoin urgent de liquidités. Plutôt que d’attendre les rentrées d’impôts, qui sont toujours lentes à lui parvenir, il espère que les notables de la province la plus exposée aux invasions lui procureront les expédients nécessaires. Pour ce faire, quel autre serviteur pourrait-il choisir qu’un Dinteville, dont la famille est implantée depuis longtemps en Champagne, qui a l’habitude de collaborer avec les villes en qualité de bailli de Troyes, et qui peut facilement plaider pour une guerre à laquelle il participe activement ? Le roi de France compte sur son entregent pour que les bourgeois acceptent sans trop se faire prier de lui fournir des subsides, d’autant que sa connaissance de la société provinciale lui permet de savoir à qui s’adresser et dans quels termes présenter cet emprunt. Cependant, afin que la réussite de sa mission ne dépende pas exclusivement du bon vouloir de quelques uns, Henri II donne à Guillaume de Dinteville des pouvoirs de coercition qu’il a la possibilité d’utiliser pour contraindre les plus rétifs. « Au regard des autres qui auront suffisant moïen de luy ayder pour ce que leur ingratitude et démonstration du peu de bonne volunté et affection qu’ils ont envers leur prince et le bien de la chose publicque ne se pourroient bonnement comporter ne tollérer, Sa Majesté veult et entend qu’il soit procédé à l’encontre d’eulx par les voies de contraincte contenues et declarées ès lettres de commission et pouvoir qui ont esté aussi baillées aud. Deschenetz »79. Ainsi couvert par l’autorité royale, Guillaume de Dinteville se retrouve muni de tous les pouvoirs nécessaires pour remplir sa mission.

  • 80 B.N. Fr. 20465 (245).

44Dans un cas comme celui-ci, il est clair que le rôle d’un noble second en vient à déborder très sensiblement du cadre militaire qui lui est imparti d’habitude, du fait qu’il connaît bien la société champenoise. Il est donc logique que des frictions puissent apparaître avec le gouverneur de la province, mécontent de voir l’un de ses subordonnés dialoguer directement avec l’administration centrale, sans passer par lui. C’est ce qui ressort d’une lettre envoyée le 19 janvier 1557 par François de Clèves à Guillaume de Dinteville. « Mons. Deschenetz, je vous envoye une lettre que Mons. le connestable vous escript, laquelle j’ay ouverte. Et ay trouvé merveilleusement estrange et mauvais que vous vous soyez estendu d’escripre à ung tel personnage que les gens de guerre facent par deça des désordres de pilleries. Ce qui ne pourrait estre sinon que j’en fusse adverty, au moings si je me voullois acquicter du debvoir et office du lieu que je y tiens, car cela serait donner une si mauvaise impression de moy que chacun peult consydérer. Au moyen de quoy je vous en ay bien voullu escripre ce mot à cette fin que par là vous puissiez congnoistre que j’aurois occasion de désirer que plus tost vous ne vinssiez poinct en lieu où je fusse, que d’estre en danger d’encourir par vostre moyen ung tel scandalle au préjudice de mon honneur et répputtation comme cestuy-là. Ce que je ne vouldrois ny pour-rois endurer non seulement d’un moingdre que moy, mays encores d’un mien compagnon »80. Ainsi, à force de dialoguer directement avec le pouvoir central, à force de se voir confier de nombreuses charges tant à la cour que dans la province, Guillaume de Dinteville en vient à prendre l’habitude de ne plus respecter la voie hiérarchique pour exercer sa fonction de lieutenant du roi en Bassigny et à Langres. Devenu l’œil, la main et l’oreille du roi dans cette partie de la province, les rapports qu’il devrait entretenir avec le gouverneur se distendent petit à petit.

  • 81 B.N. Fr. 32865 (264).
  • 82 B.N. Fr. 32865 (632-634).
  • 83 B.N. Fr. 32865 (559-661).
  • 84 B.N. Fr. 32865 (555-556).

45Les attributions de quelques nobles seconds en viennent même à dépasser le cadre strict de la province, car le souverain utilise certains d’entre eux pour des missions diplomatiques. Henri II de Lenoncourt fait ainsi partie de la délégation française qui rencontre les envoyés de Charles Quint à Cambrai, afin d’éviter une reprise des hostilités en 154381. Il participe à cette conférence parce qu’il est un des principaux responsables militaires de la province qui doit supporter une éventuelle invasion en cas d’échec des pourparlers. La compétence locale d’un noble second peut donc l’amener à collaborer à des manœuvres diplomatiques qui le concernent au plus haut point. Parfois, la faveur dont jouissent quelques uns auprès du roi peut les entraîner plus loin, tels Claude d’Anglure, baron de Jours, qui est envoyé auprès du pape par Henri II en 155682, Guillaume de Dinteville, ambassadeur à Rome et à Venise en 1536-153783, et son frère Jean, qui fait deux séjours en Angleterre (1533 et 1536/7) et un voyage au Pays de Galles (1535)84. Tous ces individus diversifient leurs emplois, élargissent l’horizon de leurs carrières et savent répondre aux attentes d’un souverain qui manque souvent des spécialistes nécessaires.

46Au terme de ce vaste demi-siècle, la noblesse seconde de Champagne est parvenue à exploiter toutes les chances de promotion dont elle était porteuse à la fin du xve siècle. Du fait de ses origines géographiques, elle s’est imposée rapidement comme une pièce maîtresse de la défense provinciale, sous François Ier puis Henri II. En quelques décennies, elle a commencé ainsi à former un groupe assez cohérent, uni par des alliances communes, des intérêts identiques et de mêmes perspectives de carrières. Chronologiquement, le noyau de ce groupe est formé par trois vieilles familles implantées en Champagne et connues en Lorraine et en Bourgogne depuis plusieurs générations – les Choiseul, les Anglure et les Dinteville. Autour de noyau sont venues se greffer quatre autres familles – les Clermont, les Lenoncourt, les Aguerre et les Livron – dont l’implantation dans le Nord-Est, sauf pour les Lenoncourt, est beaucoup plus récente. Quelles qu’elles soient, ces familles ont toutes réussi à introduire certains de leurs membres à la cour du duc de Lorraine et/ou à celle du roi de France, au moment précis où ce dernier a besoin d’officiers compétents pour faire face aux nouveaux impératifs que pose la défense du territoire champenois à partir des années 1530-1540. Du coup, les carrières de ces personnages en sont progressivement venues à se confondre avec les charges militaires ou les missions de confiance qu’ils étaient chargés d’accomplir dans leur province d’origine. Par-delà l’ascension fulgurante de quelques officiers, des lignages tout entiers ont alors pu bénéficier des bienfaits de la couronne. En attachant ainsi ces individus à son service, le roi de France a trouvé la réponse aux problèmes que pouvait rencontrer l’application de ses volontés dans une province lointaine et vulnérable. En les attirant dans sa propre clientèle, il leur a offert la possibilité d’accentuer leur autonomie à l’égard des plus grandes familles de Champagne, qui ont ainsi vu échapper à leur emprise de larges secteurs de la province. Cette nouvelle répartition des pouvoirs, inhérente aux besoins militaires de la monarchie, va contribuer dans les décennies suivantes à sauver son autorité au cours des guerres de Religion.

Notes

1 B.N. Clair. 240 (521, 539), 254 (1285), 258 (1543). N.A.F. 8618 (3), 8620 (26), 8623 (17), 8624 (4, 15). Les montres des compagnies commandées par J. de Clermont ont été perdues. Mais le Catalogue de l’ordre de Saint-Michel, ainsi que les pièces généalogiques des Clermont attestent qu’il a commandé une compagnie de cinquante hommes d’armes vers 1550. Cf. B.N. Fr. 32866 (189-190) et La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire..., t. V, col. 915-919.

2 B.N. DB. 186.

3 B.N. DB. 237.

4 B.N. DB. 23

5 B.N. Fr. 32865 (632-634), 32867 (1462-1463).

6 B.N. Fr. 32865 (20, 289, 555-556, 559-561).

7 B.N. PO. 66-67, 756-757, 783-785. DB. 23, 186, 193-196. CRH. 27, 187, 191. CBH. 10, 94, 97. N.H. 10, 97, 100. C. 55, 56.

8 B.N. PO. 1004, DB. 237, CBH. 120, NH. 118.

9 B.N. DB. 23 et 186.

10 B.N. DB. 23, 186, 237. CBH 97. Voir aussi La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire..., t. V, col. 915-919.

11 B.N. DB. 23.

12 B.N. DB. 193-196.

13 Père Anselme, op. cit., t. VIII, p. 714-721.

14 Ibid.

15 B.N. Fr. 32865 (20).

16 Père Anselme, op. cit., t. IV, p. 811-864.

17 B.N. DB. 186.

18 B.N. DB. 23.

19 L. F. de Caumartin, Recherche de la noblesse de Champagne, Châlons, 1673, 3 vol.

20 B.N. DB.23.

21 Ibid.

22 B.N. DB. 186.

23 B.N. Fr. 32865 (20).

24 B.N. Fr. 32865 (289).

25 B.N. Clair. 240 (521), 254 (1285), 258 (1543). N.A.F. 8620 (26), 8623 (17), 8624 (4, 15).

26 Jean d’Aigremont, B.N. Clair. 257 (1459), 248(1543) N.A.F. 8624 (4,15).
Jean du Bois, N.A.F. 8623 (5, 17)
Jean d’Escannevelle, Clair. 257 (1465, 1505), 258 (1543). N.A.F. 8624 (4, 15).

27 B.N. Clair. 241 (619, 645), 242 (687, 719), 244 (795, 813), 246 (919), 247 (945), 250 (1087), 257 (1459). N.A.F. 8615 (22), 8616 (19, 21, 32), 8617 (14).

28 B.N. Clair. 257 (1459).

29 B.N. Fr. 8613 (19, 37).

30 B.N. Clair. 240 (539).

31 B.N. DB. 186.

32 B.N. Fr. 32865 (20). Son cousin Antoine, seigneur de Meurville, Spoy et Fougerolles, meurt en 1515 des blessures qu’il a reçues à Marignan, mais rien ne permet de penser que son rôle en Italie ait été aussi significatif que celui de Gaucher. Cf. B.N. DB. 237.

33 C. Buirette, Histoire de la ville de Sainte-Menehould et de ses environs, Sainte-Menehould, 1882, p. 199-200.

34 Ibid, p. 193.

35 B.N. DB. 23.

36 Ibid.

37 Ibid.

38 B.N. Fr. 32867 (1462-1463).

39 B.N. DB. 23.

40 Ibid.

41 Ibid.

42 B.N. DB. 237.

43 B.N. CBH. 3.

44 B.N. Fr. 32865 (264).

45 B.N. D.B. 399.

46 Brantôme, op. cit., t. VI, « Couronnels françois. Discours sur les duels », p. 235-240.

47 B.N. CBH. 3.

48 B.N. PO. 13 (65).

49 Brantôme, op. cit., t. VI, p. 235.

50 B.N. DB. 389.

51 Ibid.

52 Voir le chapitre I, p. 34.

53 B.N. Fr. 32865 (264).

54 B.N. DB. 399.

55 Ibid.

56 Ibid.

57 Ibid.

58 B.N. DB. 389.

59 Ibid.

60 B.N. DB. 399.

61 B.N. Fr. 32865 (561, 574), 32867 (1457, 1585).

62 Jean de Mergey, Mémoires, p.p. Michaud et Poujoulat, Nouvelle collection de mémoires pour servir à l’histoire de France, t. IX, p. 559. Voir d’autre part B.N. DB. 23.

63 Jean de Mergey, op. cit., p. 559.

64 Avant d’accéder à des commandements locaux d’envergure dans les années 1530, les membres de ces trois familles ne font carrière que dans les compagnies des gouverneurs de la Champagne (Jean d’Albret puis Claude de Guise). Il s’agit de :
Martin d’Aguerre (chez Guise en 1528, B.N. Clair 250 (1087))
Jean de Lenoncourt (Ibid.)
Olivier de Lenoncourt (certes chez Bouillon 1510, Clair. 241 (645), mais surtout chez Albret 1518-1523, N.A.F. 8616 (21, 32), Clair. 244 (813), 246 (919))
Pierre de Lenoncourt (chez Albret, mêmes cotes, et chez Guise en 1528, Clair. 250 (1087))
Nicolas de Livron (chez Albret en 1518-1520, N.A.F. 8616 (21, 32), Clair. 244 (813).
Leur carrière militaire se détermine donc très tôt par leur attachement univoque à celui, quel qu’il soit, qui incarne l’autorité monarchique dans la province. Après 1530, ils disparaissent presque tous des rôles de montres. On ne trouve plus guère qu’un Claude de Lenoncourt dans la compagnie de Dinteville en 1557, Clair. 258 (1543).

65 Recueil des grands chambellans de France..., B.N. Fr. 32772-32774 et 32777- 32778
Rôles de gentilshommes ordinaires de la chambre du roi (1471-1596), B.N. Fr. 32775-32776 et 21448
Pour les tableaux des chapitres suivants, il existe une autre référence : officiers de la maison du roi, grands officiers de la couronne, état militaire (1680-1715), B.N. Fr. 32757.

66 B.N. Fr. 32867 (1462-1463).

67 B.N. Fr. 32865 (520, 289, 555-556, 559-561).

68 B.N. Fr. 32867 (1462-1463) et DB. 23.

69 B.N. PO. 13.

70 B.N. Fr. 32865 (264), PO. 1004, PO. 13.

71 B.N. Fr. 32867 (1462-1463).

72 Lettres de Catherine de Médicis, t. I, p. 496.

73 B.N. Fr. 32867 (997) et DB. 47.

74 B.N. Clair. 250 (1087).

75 B.N. CBH. 36.

76 B.N. Clair. 257 (1459).

77 Lettres de Catherine de Médicis, t. X, p. 504-538. A.D. Haute-Marne 10 J 18.

78 B.N. PO. 1004 (81).

79 Ibid.

80 B.N. Fr. 20465 (245).

81 B.N. Fr. 32865 (264).

82 B.N. Fr. 32865 (632-634).

83 B.N. Fr. 32865 (559-661).

84 B.N. Fr. 32865 (555-556).

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540