Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux XVIe et XVIIe siècles

 | 
Laurent Bourquin

Introduction

Texte intégral

  • 1 R. Brunet, Atlas et géographie de Champagne, pays de Meuse et Basse-Bourgogne, Paris, 1981, 426 p.

1La Champagne des xvie-xviie siècles est aux marges du royaume. Entre la Picardie au nord et la Bourgogne au sud, elle se situe au cœur d’une vaste région qui est appelée à jouer un rôle-tampon face aux Pays-Bas espagnols et au Saint-Empire. La province, que les documents officiels préfèrent souvent qualifier de « frontière », est avant tout un bastion, une marche, un glacis. Le cœur de l’espace champenois est une vaste plaine crayeuse ou marno-calcaire dont les altitudes ne dépassent pas 400 mètres. Elle se situe en contrebas du plateau briard, dont la partie orientale est englobée dans le gouvernement militaire de notre province. L’absence d’accidents topographiques majeurs rend cette plaine très sensible aux invasions venues de l’est, d’autant que la Seine, la Marne et l’Yonne, qui la traversent, offrent des couloirs de pénétration tout désignés pour aller jusqu’en Île-de-France. En fait, sa protection est assurée par les reliefs de ses franges septentrionales et orientales. Là, en effet, le paysage est bien différent. Autant la plaine champenoise est souvent sèche et déboisée, autant l’arc de cercle qui l’englobe sur le nord-est est humide et couvert de forêts. Surtout, le terrain est beaucoup plus tourmenté, chaotique, complexe. Au nord se dresse le massif ardennais, qui doit sa surélévation à un faciès gréseux ; puis l’Argonne, dont le relief abrupt, qui domine la plaine, est taillé dans des sables cimentés en grès, la gaize ; ensuite les côtes de Meuse, dont l’accès peut être verrouillé par un solide point d’appui sur le fleuve ; plus au sud, enfin, les plateaux calcaires de Langres et du Bassigny, qui forment un ensemble morcelé, compartimenté, difficile d’accès, à la jonction entre Champagne, Lorraine et Bourgogne1

  • 2 Depuis les travaux d’E. Baugier, au xviiie siècle, les géographes qui ont réfléchi sur la province (...)

2Si le gouvernement militaire de la Champagne englobe des pays si différents, c’est parce que son tracé est conçu dans un seul but : protéger Paris. Là est sa seule finalité, sa seule unité, sa seule identité2. Or, dès la fin du xve siècle, les problèmes liés au démantèlement du puissant État bourguignon de Charles Le Téméraire ouvrent une période d’instabilité géostratégique dont les scansions vont à chaque fois confirmer la Champagne dans son rôle de bastion. Sans entrer dans des détails événementiels sur lesquels je reviendrai plus loin, je voudrais en rappeler très brièvement les étapes.

3Entre 1516 et 1519, lorsque Charles Quint hérite des Pays-Bas, du Luxembourg et de la Franche-Comté, lorsqu’il se fait élire à la dignité impériale, la modification de ses rapports de force avec la France provoque une série de conflits qui vont s’étaler sur une quarantaine d’années. Certes, dans un premier temps, c’est l’Italie qui sert de champ-clos aux affrontements entre Valois et Habsbourg, mais à partir du début des années 1530, c’est le nord-est du royaume de France qui reçoit le plus de coups. En 1552, la conquête par Henri II des trois évêchés de Metz, Toul et Verdun – qui sont dotés d’un gouvernement militaire autonome – donne un peu d’air à la Champagne, sans parvenir toutefois à la protéger efficacement. En effet, malgré ces acquis territoriaux entérinés par le traité du Cateau-Cambrésis (1559), les incursions espagnoles dans la province se font de plus en plus fréquentes à mesure que se développent les troubles de Religion, surtout à l’époque de la Ligue. La stabilité de la frontière n’est toujours pas assurée, même après le traité de Vervins (1598), qui ne fait que rétablir le statu quo de 1559. La relance du conflit contre les Habsbourg, voulue par Louis XIII et Richelieu en 1635, apparaît donc comme une volonté d’aboutir à une relative sécurité sur les marges nord-est du royaume. Cette guerre longue d’un quart de siècle résout enfin ce problème lancinant : la conquête de plusieurs places fortes dans le Luxembourg et la satellisation de la Lorraine, entérinées par le traité des Pyrénées (1659), soulagent pour longtemps la Champagne et repoussent la guerre plus loin vers l’est et le nord, en direction de l’Empire et des Pays-Bas. En 1678, l’annexion de la Franche-Comté complète ce remodelage régional en supprimant la frontière qui courait au sud-est du Bassigny.

4La Champagne des xvie et xviie siècles est donc tout entière placée sous le signe de la guerre. La guerre étrangère, certes, mais aussi la guerre civile. Dès le début des années 1560, l’affrontement entre les catholiques et les protestants se déplace en Champagne sur un conflit entre Guise et Bouillon, car tous deux comptent parmi les plus grands propriétaires fonciers du pays. Jusqu’à la fin des troubles de Religion, la monarchie est donc obligée de manœuvrer de telle façon qu’elle puisse se substituer à leur autorité locale. Sous la régence de Marie de Médicis, c’est en Champagne que la haute noblesse révoltée cherche à prendre les armes, car en fragilisant cette frontière sensible elle veut contraindre l’État à de rapides concessions. Pendant la Fronde, la faillite du pouvoir central se traduit immédiatement par une totale désorganisation des structures militaires qui doivent faire face aux invasions étrangères, celles des Espagnols, bien sûr, mais aussi celles des Croates, des Suédois, des Allemands. En 1652 et 1653, le conflit redouble d’ampleur du fait de Condé, qui tente de sauver sa mise en mettant la main sur des places fortes qu’il pourrait utiliser en vue d’une éventuelle négociation avec Mazarin. Entre le milieu du xvie siècle et celui du xviie, les crises de l’autorité monarchique viennent donc ici se superposer à des enjeux militaires internationaux qui agissent sur elles comme une caisse de résonance. La Champagne est donc aussi un objet de pouvoir. À cet égard, elle tient un peu le même rôle que l’Île-de-France : une région vitale pour le roi, si vitale qu’il ne doit jamais se permettre d’en perdre le contrôle.

  • 3 « Un groupe nobiliaire stratégique dans la France de la première moitié du xviie siècle : la noble (...)

5Or il existe en Champagne une noblesse bien spécifique, des individus voire des lignages entiers qui se distinguent des petits nobles autant que des grands féodaux, et qui collectionnent charges militaires locales, emplois de cour, distinctions honorifiques les plus variées, pensions et gratifications que leur accordent les souverains. Le profil de ce groupe, dont l’originalité se dégage peu à peu d’une lente imprégnation des sources, l’apparente nettement à la « noblesse seconde » que J.-M. Constant a discernée dans les assemblées nobiliaires de la Fronde : un ensemble de gens capables, de par leur influence dans les provinces, d’exercer un rôle de relais entre l’Etat, la très haute noblesse et les gentilshommes locaux3. En Champagne, les mutations de ce vivier peuvent s’observer pendant des décennies, car il n’est pas statique, bien au contraire : il se renouvelle à certaines époques, s’étend ou se rétracte, se renforce ou s’affaiblit selon une chronologie qui ne semble pas aléatoire.

6Les sources les plus diverses – montres des compagnies d’ordonnance, généalogies, documents notariés, correspondances, mémoires – permettent ainsi d’appréhender intuitivement une noblesse seconde champenoise. Tout le problème est alors d’en établir une définition claire qui puisse aboutir à une liste exhaustive et surtout qui explique son poids politique et social. Prendre comme critère la fortune ? Mais les plus riches – et selon quelle échelle de valeurs ? -ne sont pas obligatoirement les plus influents, ni ceux qui font les plus belles carrières. Le crédit local ? Mais seules quelques sources de la fin du xviie siècle permettent de le mesurer, sans presque jamais l’expliquer. Les meilleurs emplois de cour ou le collier de l’ordre de Saint-Michel ? Mais de tout petits gentilshommes peuvent y prétendre, s’ils ont un peu de chance et quelques appuis. La propriété d’un fief de dignité ? Mais l’influence et la carrière de bien des barons sont parfois inférieures à celles de quelques simples seigneurs. Les individus qui sont qualifiés de « messires » par leur notaire ? Mais le choix de l’avant-nom est bien trop flou, changeant et subjectif pour constituer une norme solide.

7En fait, si un groupe nobilaire original est ainsi choyé par la monarchie, ne serait-ce pas surtout en raison de ses capacités propres à répondre efficacement à l’impératif absolu qui se pose au monarque dans cette province stratégique : tenir le terrain ? La noblesse seconde champenoise ne se définirait-elle pas grâce à une double aptitude : se rendre indispensable pour exercer une domination militaire fiable dans son pays natal et parallèlement profiter avec brio des bienfaits de l’État ?

8À partir de cette hypothèse, c’est tout le dossier du pouvoir local que je voudrais ouvrir. A quelles sources la noblesse seconde puise-t-elle sa légitimité ? Où trouve-t-elle les moyens matériels et humains pour remplir sa mission ? De quelle marge de manœuvre dispose-t-elle pour agir face au monarque, face aux grands féodaux et face aux petits gentilshommes ? Si toutes ces questions pouvaient être résolues, il serait alors permis d’observer le rôle politique et militaire d’une noblesse provinciale dans son environnement propre, mais aussi, en bout de chaîne, de comprendre son attitude mentale face au pouvoir central. Mon étude doit en effet se prolonger nécessairement dans un domaine corollaire, lui aussi politique et militaire puisqu’il touche aux rapports qu’entretiennent ces nobles et l’État. Que peuvent-ils en attendre ? Jusqu’à quel point ont-ils la capacité ou la volonté d’en être les agents ? Lorsque son autorité est en crise, ont-ils la capacité d’offrir autre chose qu’une aide militaire, une influence, une médiation qui les placeraient à la charnière entre le monarque, la haute noblesse et les petits gentilshommes ? En retour, peuvent-ils eux-mêmes être assez souples pour s’adapter aux mutations qui font évoluer l’appareil étatique et l’image même du souverain sur deux siècles ? En d’autres termes, ont-ils toujours la capacité de se faire une place au sein des mystères du pouvoir ?

  • 4 Le lecteur les trouvera dans leur intégralité dans l’exemplaire dactylographié de cette thèse, qui (...)

9Mon projet est donc essentiellement d’ordre politique et militaire. Il a trait au rôle spécifique que peut jouer un groupe nobiliaire précis dans un contexte stratégique et événementiel original. Je n’ai donc pas la prétention d’étendre mes conclusions à d’autres provinces que la Champagne. Pour la même raison, on ne trouvera pas ici les analyses qui nourrissent habituellement les thèses classiques d’histoire nobiliaire : les processus de l’anoblissement, la densité spaciale de la noblesse, son évolution démographique, son cadre de vie. Tous ces problèmes n’entraient pas dans le cadre de mes interrogations et mériteraient à eux seuls une autre étude. Néanmoins, j’ai bien sûr pris en compte l’évolution de la fortune et des revenus de cette population, car il s’agit là des moyens dont elle dispose pour faire carrière. Mais pour ne pas alourdir la publication de cette thèse, j’ai été amené à condenser ou supprimer ici la plupart de ces développements4. Par contre, j’ai tenu à mettre en valeur son environnement social, en particulier ses alliances parce qu’elles conditionnent son influence locale. De même, je n’ai pas restreint le champ de mes investigations à la seule noblesse seconde : il m’était indispensable de connaître les grands féodaux et les petits gentilshommes, non seulement pour dégager en quoi la noblesse seconde pouvait être dotée d’une identité spécifique, mais aussi pour arriver à comprendre le sens des relations sociales, politiques et militaires qui se nouent entre ces trois pôles du monde nobiliaire.

10La méthode que j’ai choisie n’a tenu qu’à un seul souci : accumuler le plus d’indices. J’entends par là que j’ai surtout voulu éviter de collectionner les cas « typiques » qu’il peut être tentant de généraliser, ou de gonfler un petit rien en employant une rhétorique adaptée. Par exemple, face à des documents aussi complexes que les correspondances, dont il est toujours difficile de savoir si leur matière fragmentée peut être utilisée pour appréhender tout un groupe, j’ai cherché à contourner l’obstacle en multipliant les recoupements à l’aide d’autres sources. En procédant ainsi, je pouvais commencer à entrevoir où se situait la norme et où se situait l’accident. Je ne sais pas si je suis parvenu à éviter ces écueils, car comme tous les historiens de la première modernité, j’ai dû compter avec les lacunes de mes archives, qui sont autant de frustrations. Mais du moins l’ai-je tenté.

11Ce travail n’aurait sans doute jamais pu être mené jusqu’à son terme sans la disponibilité et la confiance de Jean-Marie Constant, dont les intuitions et la fine connaissance des sources m’ont été d’un grand secours aux moments les plus décisifs. Ma gratitude va également à tous ceux qui ont su m’écouter, répondre à mes attentes et me donner sans lésiner des idées et des références : Michel Cassan, Denis Crouzet, Robert Descimon, Jean Jacquart et François-Joseph Ruggiu. Sans eux, mes errements auraient été bien plus longs. Enfin, je tiens à remercier tout particulièrement Joël Cornette, qui m’a fait bénéficier de ses critiques en lisant le manuscrit, et Nicole Lemaitre, sans laquelle cette publication n’aurait sans doute jamais vu le jour.

Notes

1 R. Brunet, Atlas et géographie de Champagne, pays de Meuse et Basse-Bourgogne, Paris, 1981, 426 p.

2 Depuis les travaux d’E. Baugier, au xviiie siècle, les géographes qui ont réfléchi sur la province ont tous insisté sur son absence d’unité. De nos jours encore, la région de Champagne-Ardenne, qui est pour une large part l’héritière de notre province (moins la Brie), souffre d’un réel manque de cohésion, hésite entre la Picardie, la Bourgogne, la Lorraine, la Belgique et, bien sûr, Paris. Peut-être ce handicap provient-il du fait que pendant des siècles la Champagne a été conçue par l’administration comme un ensemble essentiellement stratégique, et non pas comme un espace social, économique et culturel doté d’une identité propre.

3 « Un groupe nobiliaire stratégique dans la France de la première moitié du xviie siècle : la noblesse seconde », Actes du colloque d’Oxford, L’État et les aristocraties (France, Angleterre, Écosse), xiie-xviie siècle, Paris, 1989, p. 279-304.

4 Le lecteur les trouvera dans leur intégralité dans l’exemplaire dactylographié de cette thèse, qui est disponible sous la forme d’une microfiche élaborée par les services de reprographie de l’université de Lille III, diffusée dans toutes les bibliothèques universitaires.

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540