Version classiqueVersion mobile

Ressources mondialisées

 | 
Marie Redon
, 
Géraud Magrin
, 
Emmanuel Chauvin
, 
et al.

Formes spatiales et contrôle des ressources

L’aide humanitaire au Tchad : une ressource pour l’enclavement des réfugiés dans des camps ?

Le cas des réfugiés de Centrafrique

Emmanuel Chauvin

Résumé

Goutte d’eau dans l’économie mondiale, l’aide humanitaire est une ressource dans divers pays en développement. Les bailleurs de fonds la produisent, les États la contrôlent, les organisations humanitaires l’acheminent et la distribuent, les bénéficiaires la consomment et la commercialisent. Ce chapitre porte sur l’une des branches située en aval de cette « filière » : l’aide humanitaire destinée aux réfugiés de Centrafrique et installés dans des camps au Tchad (Goré, Maro et Haraze-Mangueigne). Ces camps sont enclavés : distants de Ndjaména, situés dans une périphérie au sud du Tchad comme au Salamat, éloignés des villes, routes et marchés à l’échelle locale. Quels liens existent entre la ressource humanitaire et l’enclavement des camps de réfugiés ? Cet enclavement contraint l’acheminement des marchandises et les mobilités du personnel des agences d’aide. En alimentant une oasis de prospérité relative, l’aide humanitaire sert de ressource politique à l’État tchadien pour contrôler, fixer et isoler les réfugiés, dans un contexte d’insécurité transfrontalière. Toutefois, à un niveau local, l’aide humanitaire sert de ressource économique aux réfugiés pour créer des revenus, alimentant des circulations entre les camps, les marchés et la Centrafrique. Ambiguë, la ressource humanitaire favorise donc l’enclavement des réfugiés, participe à les relier au monde, tout en étant détournée par les migrants forcés pour dépasser leur isolement.

Texte intégral

Introduction

  • 1  L’agence onusienne qui coordonne la protection juridique et l’action humanitaire en faveur des mig (...)

1De petites villes de brousse, des huis clos ouverts, des enclaves reliées au monde, tels se présentent les camps de réfugiés centrafricains au Tchad. Cet article étudie les liens entre l’enclavement des réfugiés dans des camps et les usages que divers acteurs font de la ressource humanitaire (État tchadien, agences onusiennes1, organisations non gouvernementales [ONG] et réfugiés).

2Dans des économies africaines dominées par les rentes, l’aide internationale constitue pour les États une ressource au même titre que les cultures d’exportation, le pétrole ou les mines (Hugon, 2003 ; Magrin, 2013). Les contrôles étatiques de l’aide internationale diffèrent pour l’aide au développement et l’assistance humanitaire. L’aide au développement suit un schéma de distribution centralisé : assistance directe à l’appareil d’État (budget, restructuration, dette), aide-programme ou projet de grandes infrastructures, et coopération technique, notamment dans les ministères. Ce type de distribution fait souvent l’objet de « rentes de situation des bureaucrates » (Hugon, 2003 : 9), suivies de redistribution entre les détenteurs de l’autorité politique et leurs clientèles. L’aide humanitaire, en étant directement versée aux agences onusiennes et aux ONG, court-circuite l’échelon étatique. Écarté de l’usage économique de la rente, l’appareil d’État dispose néanmoins d’une influence sur la localisation de l’aide humanitaire sur son territoire. En jouant sur les choix des lieux d’accueil des réfugiés et sur les autorisations d’accès accordées aux acteurs humanitaires, il influence la spatialité du réseau de distribution de l’aide d’urgence et son articulation avec les dynamiques politiques internes à l’État.

  • 2  La répartition des capitaux entre ces trois postes de dépenses est variable selon les organisation (...)

3L’aide humanitaire représente une ressource pour faire fonctionner les organisations des agences onusiennes et des ONG. L’aide d’urgence se compose de capitaux, qui avoisinaient les 14,3 milliards d’euros en 2010 dans le monde. Elle émane des États et des organisations interétatiques (entre 69 et 83 pourcents du total par an entre 2006 et 2011), ainsi que d’acteurs privés (particuliers, entreprises, fondations) (Development Initiative, 2012). Les principaux bénéficiaires de ces capitaux sont les agences onusiennes spécialisées dans l’aide d’urgence, les organisations non gouvernementales et la Croix-Rouge. Le niveau global des capitaux connaît une faible variabilité, la plupart des bénéficiaires réussissant à maintenir des apports pluriannuels de leurs bailleurs de fonds, même s’ils se voient dans l’obligation de proposer de nouveaux projets tous les six mois à un an. Les agences onusiennes et les ONG transforment les capitaux reçus en frais salariaux et en dépenses logistiques ; l’argent restant est dépensé dans l’achat de marchandises destinées aux réfugiés2.

4Ces marchandises représentent une ressource d’ordre local pour les réfugiés. Pour des personnes ayant fui précipitamment des violences, l’aide humanitaire constitue d’abord une source de subsistance. Avec la pérennisation de la situation de migration forcée, l’aide humanitaire, par sa revente, devient ensuite un revenu, complémentaire à ceux générés par la reprise progressive des activités économiques des réfugiés.

  • 3  Tous les chiffres cités dans cette étude sont des ordres de grandeur.
  • 4  Versions abrégées de la Convention de Genève du 28 juillet 1951 relative au statut de réfugié et d (...)

5Ces usages pluriels de la ressource humanitaire sont ici étudiés par le prisme d’une étude de cas, celui de l’accueil dans des camps au Tchad de 80000 réfugiés centrafricains (estimation en 2012)3 . Ils ont fui des violences armées qui se sont déroulées dans le nord de la Centrafrique depuis 2002 : des exactions, des combats entre forces loyalistes et rébellions, ainsi que le grand banditisme des « coupeurs de route » (Chauvin, Seignobos, 2013). Ils ont obtenu le statut de réfugiés en tant que migrants forcés ayant franchi une frontière internationale, comme personnes contraintes de changer de résidence et de rejoindre un pays étranger. Ce statut leur donne accès à une protection juridique et à une assistance humanitaire, droits régis notamment par les Conventions internationales de 1951 et de 19694. Les réfugiés centrafricains sont localisés dans sept camps situés au sud du Tchad et au Salamat, à proximité des petites villes de Goré (camps d’Amboko, Gondjé et Dosseye), de Maro (Yaroungou et Moula) et d’Haraze-Mangueigne (Moyo et Koy).

6Nous cherchons à comprendre comment l’aide humanitaire est utilisée comme une ressource au service de l’enclavement ou de l’intégration des réfugiés, autrement dit, de leur isolement ou de leur mise en relation avec des territoires englobants.

7En France, les camps de réfugiés sont souvent réduits à des images stéréotypées. Les professionnels du secteur humanitaire, qui présentent l’aide d’urgence comme une pratique altruiste et non politisée, décrivent les camps comme des havres de paix au milieu de zones conflictuelles. Les auteurs qui perçoivent l’aide humanitaire comme un moyen utilisé par des acteurs du Nord pour dominer ceux du Sud voient les camps comme des extraterritorialités des États occidentaux ou des enclaves d’un gouvernement humanitaire transnational (Ferguson, 2006). Dans la lignée d’autres travaux (Cambrézy, 2001 ; Valluy, 2005 ; Clochard, 2009), nous pensons plutôt que les camps de réfugiés constituent une forme d’enfermement et d’enclavement des réfugiés initiée par l’État d’accueil, en l’occurrence le Tchad, l’aide humanitaire servant de ressource pour attirer et maintenir les réfugiés à résidence. Néanmoins, l’aide humanitaire est une ressource à usage pluriel, les agences onusiennes, les ONG et les réfugiés l’utilisant à une fin davantage économique que politique.

  • 5  Cette étude repose sur des entretiens menés en août 2012 à N’Djaména, à Goré et dans les camps d’A (...)

8Une première partie sera consacrée à l’analyse des effets de l’enclavement des camps de réfugiés centrafricains au Tchad sur la ressource humanitaire. Cet enclavement, relatif à N’Djaména et à des capitales régionales (Moundou, Sarh, Am Timan), crée des contraintes sur l’acheminement des marchandises et les mobilités du personnel humanitaire, mais suscite également des stratégies de désenclavement des organisations d’aide. Une seconde partie montre que l’enclavement des camps n’est pas uniquement un état de fait plus ou moins contournable. C’est un processus lié à une politique de peuplement de l’État tchadien qui se sert de l’aide humanitaire pour transférer et fixer les réfugiés dans des camps. Toutefois, à l’échelle locale, nous verrons que l’aide humanitaire, par son commerce informel, permet d’intégrer les camps à des réseaux d’échanges régionaux et de dépasser les encadrements qui fixent les lieux de résidence et restreignent les mobilités des réfugiés5.

Effets de l’enclavement des camps sur la ressource humanitaire

9Au Tchad, l’enclavement des camps de réfugiés centrafricains crée des contraintes sur l’acheminement de la ressource humanitaire. Ces camps sont éloignés de la capitale tchadienne, plaque tournante du personnel et des marchandises humanitaires en provenance des pays développés et émergents. À l’échelle régionale, leur implantation dans une zone-frontière marginale oblige les organisations humanitaires à acheter des marchandises locales et à recruter du personnel tchadien dans des villes moyennes éloignées.

Lointaine N’Djaména, plaque tournante de la ressource importée

10Les camps de Goré, de Maro et d’Haraze-Mangueigne sont situés respectivement à 590, 660 et 880 kilomètres de la capitale tchadienne par des voies terrestres à la viabilité aléatoire. Depuis N’Djaména, des routes en bitume ou en latérite permettent de rejoindre Moundou et Sarh toute l’année, avant que l’état de l’infrastructure ne se détériore jusqu’aux camps de Goré et de Maro. L’enclavement d’Haraze-Mangueigne est encore plus important. Située dans la vaste plaine alluviale du Salamat (Raimond, 2006), cette localité est coupée de N’Djaména et d’Am Timan (capitale régionale) en saison des pluies (fig. 1).

  • 6  Des organisations humanitaires comme le Programme alimentaire mondial (PAM) cherchent néanmoins à (...)

11Pourtant, N’Djaména est l’incontournable nœud d’échanges des importations destinées aux réfugiés centrafricains et aux bases humanitaires. L’achat de marchandises dans les pays occidentaux permet de pallier une offre nationale jugée par les organisations humanitaires insuffisante, trop dispersée ou de piètre qualité pour certains produits (matériel médical, pièces de forages, voitures, matériel informatique, de télécommunications, etc.). L’importation de marchandises depuis les pays du Nord est également une condition posée par certains bailleurs de fonds pour attribuer des financements aux organisations humanitaires (aide dite « liée »). Les marchandises importées passent par l’océan Atlantique, le port de Douala, la voie ferrée du transcamerounais jusqu’à Ngaoundéré (Cameroun), avant d’emprunter la route jusqu’à la capitale tchadienne. Terminus des importations, N’Djaména est également la « tête de réseau » du transport de l’aide humanitaire au Tchad. Des entreprises privées acheminent l’aide d’urgence de la capitale jusqu’aux camps de réfugiés6.

12Les organisations d’aide doivent déployer des stratégies de désenclavement pour assurer une continuité d’approvisionnement des marchandises entre N’Djaména et les camps. Ainsi, pour l’aide alimentaire par exemple, la stratégie du Programme alimentaire mondial (PAM) consiste à transporter des vivres de N’Djaména jusqu’à Moundou, Sarh et Am Timan, avant une réexpédition partielle vers les camps de Goré, de Maro et d’Haraze-Mangueigne. À proximité des camps, le PAM veille à ce que la quantité de vivres entreposée permette de nourrir des milliers de réfugiés pendant plusieurs mois. La constitution de stocks dispersés et massifs réduit les risques de pénurie de la ressource, en cas d’inaccessibilité d’un entrepôt ou d’isolement saisonnier d’un camp. De manière plus générale, les organisations humanitaires ont demandé à plusieurs reprises à l’État tchadien de réhabiliter les routes d’accès aux camps depuis Moundou et Sarh. L’État a fait appel à une entreprise chinoise pour effectuer de menus travaux. À l’échelle régionale, l’enclavement des camps dans une zone-frontière éloignée des grands marchés urbains contraint l’accès des organisations humanitaires aux marchandises locales.

Figure 1 Les camps de réfugiés centrafricains au Tchad, dans une zone-frontière relativement marginale (2002-2013).

Source : Chauvin.

Distantes villes moyennes, lieux d’achat des marchandises locales

13Les camps sont situés le long de la frontière tchado-centrafricaine, marge peu peuplée et faiblement urbanisée, au sud du Tchad comme au Salamat.

  • 7  Tous les chiffres cités dans ce paragraphe sont des arrondis de données du deuxième Recensement gé (...)

14Les camps de Goré et de Maro se localisent au sud du Tchad. Cette région est intégrée à un plein de peuplement en Afrique centrale qui s’étend du bec de canard camerounais à Sarh. Le sud du Tchad est marqué par un encadrement urbain dense, deux villes moyennes (Moundou et Sarh, 120000 habitants chacune en 20097) et de nombreux petits centres urbains (Magrin, 2001). Cependant, au sein de cette région, les camps se situent au sud d’une ligne Moundou-Doba-Sarh, autrement dit dans un flanc frontalier et un vide de peuplement (Sautter, 1999) ne comptant que deux villes supérieures à 10000 habitants (Baïbokoum et Moïssala). Proches des camps, les localités de Goré et de Maro ne sont habitées que par 5000 à 10000 habitants.

  • 8  Cette bande compte moins de 5 habitants au kilomètre carré en moyenne.

15Les camps d’Haraze-Mangueigne se trouvent quant à eux au Salamat. Cette région s’intègre à une bande de sous-peuplement8 qui s’étend du centre du Tchad jusqu’à la bordure des Grands Lacs, en passant par l’est de la Centrafrique, l’ouest du Soudan du Sud et le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC). Le Salamat ne compte qu’une seule ville d’importance, Am Timan (40000 habitants). Les camps sont éloignés de ce centre urbain, localisés dans la marge frontalière, à proximité d’Haraze-Mangueigne, ville de moins de 5000 habitants (fig. 1).

  • 9  Ces matériaux servent à bâtir des magasins de stockage, des écoles, des centres de santé, etc.

16Dans les petits marchés urbains de la zone-frontière, l’offre de marchandises est limitée. Produites au Tchad ou dans les pays émergents (Chine surtout), les marchandises recherchées par les organisations humanitaires se composent principalement de produits manufacturés de basse qualité (bassine, bâche, moulin à moteur, etc.) et de matériaux de construction (brique, tôle, planche, etc.)9. Pour se fournir en grande quantité, les organisations humanitaires doivent se rendre dans les marchés des villes moyennes éloignées des camps. Pour les camps de Goré par exemple, la majorité des matériaux de construction est achetée à Moundou. Le ciment provient de Baoré (Mayo-Kebbi), où une usine a été ouverte en 2012, ou du Cameroun par l’intermédiaire des marchés de Mbaïboum-Baïbokoum. Les entreprises de construction qui interviennent dans les camps sont généralement des succursales implantées à Moundou de grands commerçants musulmans de N’Djaména.

17Au fur et à mesure des années, pour pallier l’enclavement des camps dans la zone-frontière, les organisations humanitaires ont donc constitué un réseau national et régional d’approvisionnement en marchandises importées et locales. Toutefois, l’enclavement contraint également les mobilités du personnel humanitaire.

Le personnel humanitaire : un enclavement entre contraintes et choix

  • 10  Dans les ONG, les Tchadiens sont généralement dix fois plus nombreux que les expatriés.

18Les camps sont éloignés de N’Djaména, principal centre de transit international des acteurs humanitaires expatriés (Français ou originaires d’autres pays d’Afrique pour la plupart). Cette ville dispose du seul aéroport tchadien aux normes mondiales. Les bases centrales des organisations humanitaires sont implantées dans la capitale tchadienne. Elles forment l’interface entre les sièges de ces organisations situés dans les métropoles occidentales et les bases secondaires situées à proximité des camps. Pour une question de sécurité, les organisations d’aide assurent une liaison permanente et rapide entre ces bases centrales et secondaires. Ainsi, pour dépasser l’enclavement routier, un pont aérien est organisé par les Nations unies entre N’Djaména, Moundou, Sarh et Haraze-Mangueigne pour le personnel humanitaire. Par ailleurs, les Tchadiens travaillant dans les ONG10 sont pour la plupart recrutés hors de la zone-frontière, dans le vivier des villes moyennes.

19Cependant, l’enclavement du personnel expatrié tient également de l’« auto-enfermement », processus notamment lié aux mesures de sécurité des organisations humanitaires. Les camps sont intégrés à un glacis sécuritaire établi aux frontières du Tchad. Suite au retrait de la Mission des Nations unies en République centrafricaine et au Tchad (Minurcat), force déployée dans l’est du Tchad et le nord-est de la Centrafrique jusqu’en décembre 2010, ce glacis est contrôlé à trois niveaux : par des garnisons de l’Armée nationale tchadienne (ANT) dans les villes, par la gendarmerie territoriale et la Garde nationale et nomade du Tchad dans les villages, ainsi que par le Détachement intégré de sécurité (DIS) dans les camps de réfugiés. Au sud de Moundou, Sarh et Am Timan, le personnel humanitaire est transporté sous escorte du DIS pour ses déplacements à moyenne et longue distance. Après la tombée de la nuit, des consignes de sécurité restreignent les sorties en ville des salariés expatriés, notamment pour éviter leur confrontation aux déviances d’une partie des forces de sécurité (banditisme, ivresse armée sur la voie publique, etc.). Les visites des expatriés dans les camps sont rares, contrairement à celles du personnel humanitaire tchadien. Il en va de même pour les allées et venues à pied dans les villes. Les expatriés vivent en vase clos dans leurs bases et dans un monde de l’« entre-soi » (Redon, 2010).

20Au final, l’enclavement en poupées russes des camps de réfugiés restreint les circulations du personnel et des marchandises humanitaires, mais suscite des stratégies de désenclavement mise en œuvre par les organisations d’aide. Ces stratégies n’ont que peu d’impact pour le désenclavement à long terme des régions d’accueil des réfugiés. Elles restent ponctuelles (réhabilitation limitée des routes) ou propres aux organisations humanitaires (pont aérien). Ensuite, l’enclavement des camps a pour principale conséquence de renchérir les coûts logistiques et salariaux de l’aide humanitaire. Les multiples ruptures de charge et les importantes distances-temps accroissent les frais de transport des marchandises. Les stratégies de désenclavement augmentent les dépenses logistiques. Les salaires du personnel expatrié sont plus élevés dans une zone à risques et enclavée que dans une zone sécurisée et bien reliée au monde. L’enclavement influe donc sur la répartition de la ressource humanitaire : l’augmentation des dépenses logistiques et salariales dans les projets d’aide (environ deux tiers des budgets) se fait aux dépens des frais plus directement consacrés aux réfugiés. Enfin, le discours récurrent du personnel expatrié sur ses difficultés logistiques et son isolement social n’est pas sans paradoxe. L’enclavement est notamment lié aux mesures de sécurité des organisations humanitaires. Il résulte également du choix de l’État tchadien de reléguer les réfugiés dans des camps isolés. Or l’aide humanitaire sert de ressource à cette politique étatique de peuplement.

L’aide humanitaire comme ressource pour enclaver les réfugiés

21En dépit de l’intervention des ONG et des agences onusiennes, les États africains gardent la haute main sur la localisation et la forme d’accueil des réfugiés (Cambrézy, 2001). Le plus souvent, ils confinent les réfugiés dans des camps, les percevant comme une menace pour la sécurité, l’environnement ou l’économie nationale (Cambrézy, 2006a ; 2006b). Plus rarement, les réfugiés sont accueillis dans des sites agricoles (allocation de terres dispersées) ou laissés libres de s’intégrer dans des villes et villages. Dans ces dernières configurations, les États considèrent l’aide humanitaire et les réfugiés comme un levier pour peupler un territoire, dynamiser l’économie ou aménager une région (Cambrézy, 2006b ; Jacobsen, 2002 ; Lassailly-Jacob, 2003). Au Tchad, le gouvernement a perçu les réfugiés centrafricains comme une menace pour la sécurité. Dans cette perspective, l’aide humanitaire a servi de ressource pour les enclaver et les maintenir dans des camps.

Les réfugiés comme menace pour la sécurité, les camps comme espace de relégation

22Un double contexte géopolitique, tchado-soudanais et tchado-centrafricain, explique la perception négative des réfugiés centrafricains par l’État tchadien (fig. 2).

23En premier lieu, N’Djaména craignait que les réfugiés centrafricains alimentent le système de conflit Tchad-Soudan. Dans les années 2000, Khartoum et N’Djaména bataillaient contre des rébellions internes, respectivement au Darfour (2003-2010) et dans l’est du Tchad (2005-2010). Géographiquement proches, ces conflits internes se sont imbriqués suite à l’envenimement des relations entre le Tchad et le Soudan (Marchal, 2006). N’Djaména et Khartoum se sont affrontés par des rébellions interposées qui ont utilisé les camps de réfugiés comme des « sanctuaires humanitaires » (Rufin, 1996 ; Favre, 2007). En avril 2006, les conflits de l’est du Tchad se propagèrent vers le nord-est de la Centrafrique, région contiguë au Sila, au Salamat et au Darfour. À cette date, une colonne rebelle du Front uni pour le changement démocratique (FUCD, 2005-2006) traversa le Sila, le nord-est de la Centrafrique (Sikikédé) et le Salamat (Haraze-Mangueigne), avant d’échouer dans les quartiers péricentraux de N’Djaména. Quelques mois plus tard, deux rébellions centrafricaines, l’Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR, 2006-2013) et la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP, 2008-2013), se formèrent dans le nord-est de la Centrafrique. N’Djaména s’est inquiété du fait que les réfugiés centrafricains d’Haraze-Mangueigne, ethniquement proches des membres de l’UFDR et de la CPJP (Runga, Gula), puissent étendre le système de conflits Tchad-Soudan au Salamat et au nord-est centrafricain. De manière plus générale, le contexte tchado-soudanais a donné une tonalité sécuritaire à l’ensemble de la politique d’asile tchadienne.

Figure 2 Migrants forcés centrafricains et insécurité macro-régionale (2012).

Source : Chauvin.

  • 11  Le nom de ces milices transcrit leur ancrage « nordiste » ou « savanier » en Centrafrique. L’arach (...)

24En deuxième lieu, les réfugiés centrafricains étaient plutôt hostiles à François Bozizé, président centrafricain allié à N’Djaména. En 2003, le Tchad a contribué au renversement d’Ange-Félix Patassé par François Bozizé en déléguant à ce dernier les « libérateurs », des mercenaires, pour la plupart des Arabes du Salamat. L’alliance entre N’Djaména et François Bozizé a duré jusqu’au milieu de l’année 2012. Or, dans les camps de réfugiés centrafricains au Tchad se trouvent principalement des civils qui ont fui les « libérateurs » et les exactions des forces loyalistes de François Bozizé. La plupart de ces civils ont des liens ethno-régionaux avec les zones rebelles anti-Bozizé du nord de la Centrafrique. Les camps accueillent également des ex-miliciens balawa, karako, sahraoui11, formés par Ange-Félix Patassé dans les années 1990 (Chauvin, 2009).

25En troisième lieu, N’Djaména redoutait que les réfugiés centrafricains puissent raviver les rébellions « sudistes » tchadiennes. Les derniers insurgés au sud du Tchad (les « codos ») ont déposé les armes en 2000. Toutefois, dans le nord-ouest centrafricain voisin, la rébellion de l’Armée populaire pour la restauration de la démocratie (APRD, 2005-2012) a intégré quelques « ex-codos » tchadiens dans ses rangs. Lors d’un précédent historique, insurgés « sudistes » tchadiens et rebelles centrafricains étaient entrés en collusion (Bigo, 1989). Au milieu des années 1980, les « codos verts » du Logone et « les codos rouges » du Moyen Chari (Tchad) s’étaient alliés aux « codos Mbakara » (nord-ouest de la Centrafrique). Les « codos Mbakara », dirigés par Ange-Félix Patassé, Alphonse Mbaïkoua et François Bozizé, offraient des caches d’armes et des points de largage d’équipement militaire libyen, en contrepartie d’une formation militaire donnée par les Tchadiens. Un projet sécessionniste de « République du Logone » regroupant le sud du Tchad et le nord-ouest centrafricain avait même été formulé. Sa réalité politique ne dépassa jamais l’idée d’un drapeau. N’Djaména voulait éviter que des réfugiés proches de l’APRD utilisent le territoire tchadien comme base arrière et remettent au goût du jour l’insurrection des « codos », alors que l’exploitation pétrolière avait débuté au sud du Tchad depuis 2003.

  • 12  Rappelons que les camps sont également un espace de relégation d’autres groupes sociaux. En 2004, (...)

26Dans ce contexte sécuritaire tendu, les camps ont servi d’espaces de confinement et de contrôle des réfugiés centrafricains12. L’aide humanitaire a été utilisée par l’État tchadien pour transférer les réfugiés centrafricains vers ces camps et les y maintenir.

L’aide au service du transfert et de la fixation des réfugiés dans des camps

27À leur arrivée au Tchad, les réfugiés se sont installés dans des villages proches de la Centrafrique. L’intégration des migrants à ces villages était favorisée par des relations interpersonnelles (familiales et amicales) et des aires ethnolinguistiques transfrontalières. L’aire ethnique Sara s’étend au nord-ouest de la Centrafrique et au sud du Tchad, l’aire Runga au nord-est de la Centrafrique et au Salamat. Les réfugiés peuls mbororo et arabes du Salamat disposent de familles des deux côtés de la frontière. Les interconnaissances transfrontalières sont également liées aux échanges de produits vivriers entre la Centrafrique et le Tchad (Chauvin, 2014).

28Percevant les réfugiés comme une menace pour la sécurité, l’État tchadien a mis fin au peuplement spontané des migrants, les transférant dans des camps avec l’aide des camions loués par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR). Les camps de Goré, de Maro et d’Haraze-Mangueigne agrègent des personnes respectivement originaires du nord-ouest, du centre-nord et du nord-est de la Centrafrique, et installées initialement au Tchad dans des villages situés entre Bitoye et Maya (sur environ 300 kilomètres), entre Maya et Gongo (200 kilomètres) et entre Gongo et Mangueigne (350 kilomètres) (fig. 1). L’UNHCR a joué un rôle ambigu dans la politique de regroupement des réfugiés. Par principe, l’agence onusienne ne transfère pas les réfugiés sans leur consentement, qu’il s’agisse d’une relocalisation à l’intérieur d’un État d’accueil ou d’un rapatriement vers un pays d’origine. Cependant, l’adhésion des migrants à leur transfert vers les camps est obtenue par l’appât de l’aide humanitaire distribuée avant les transferts.

  • 13  Il existe par exemple un meilleur accès à l’eau potable dans les camps de réfugiés (450 personnes (...)

29Après les transferts, l’aide humanitaire fixe les réfugiés dans les camps, en y offrant des infrastructures et des services attractifs. Dans les camps de Goré, depuis 7 à 10 ans, les rations distribuées couvrent une grande partie des besoins alimentaires des réfugiés. Au moins soixante-cinq forages, cinq incinérateurs, des fosses à ordures, des lavoirs et des latrines ont été construits. Les agriculteurs réfugiés bénéficient d’achat de leur production à prix fixe, de greniers de stockage et d’un encadrement technique. À l’intersection des camps d’Amboko et de Gondjé, un centre de santé et un collège ont été bâtis. Le volet éducation est complété par des écoles élémentaires à l’intérieur des camps. En comparaison, les services offerts par l’État tchadien dans des localités de taille équivalente aux camps (5000 à 10000 habitants) sont infiniment moindres13. « Du point de vue des réfugiés, le camp prend la forme d’un piège dans lequel il est plus facile d’entrer que de sortir. […] Prendre le risque de quitter le camp, c’est d’abord renoncer à ce qui attire » (Cambrézy, 2006a : nd).

30Certaines organisations humanitaires, et plus particulièrement les agences onusiennes, ne perçoivent pas l’enclavement des réfugiés dans des camps comme contradictoire avec un objectif humanitaire. Au contraire, de leur point de vue il est plus facile de distribuer l’aide dans un camp que dans une situation de peuplement dispersé. Pourtant, les camps sont aussi, « à une autre échelle, une reproduction de la frontière » (Cambrézy, 2006a : nd). Les limites de ces enclaves jouent une fonction de barrière filtrante, marquant la souveraineté de l’État et les contours d’une citoyenneté de seconde zone, celle des réfugiés. Toutefois, l’aide humanitaire est une ressource à multiples facettes. Outil d’enclavement à l’échelle nationale, elle permet aux réfugiés de se désenclaver à l’échelle locale.

Isolement et intégration des camps à l’échelle locale : l’aide comme facteur de désenclavement

31Les réfugiés se perçoivent comme enclavés en raison de la position périphérique des camps à l’échelle locale et d’encadrements qui quadrillent leurs lieux de résidence et leur mobilité. Toutefois, la commercialisation de l’aide alimentaire intègre les camps à des réseaux d’échanges régionaux.

Enclavement local : isolement, assignations et restrictions de circulation des réfugiés

32À l’échelle locale, trois principaux facteurs contribuent à l’enclavement des réfugiés : leur assignation à un espace de résidence, des restrictions sur leur circulation et l’isolement des camps.

33Bien que les camps aient une taille (5000 à 10000 habitants) et une extension équivalentes à celles des petites villes, leurs positions géographiques s’apparentent à celles de villages enclavés. Ils sont situés de 4 à 33 kilomètres des centres urbains de Goré, Maro ou Haraze-Mangueigne. Des zones tampons les séparent des principaux axes routiers : Ndélé-Haraze-Mangueigne-Am Timan ; les deux méridiennes reliant Bangui à N’Djaména par Goré et Maro. Les camps sont positionnés en périphérie de l’espace agricole de la population autochtone, à l’emplacement de campements d’éleveurs transhumants (Amboko), sur le front de défrichement de la savane arborée (Dosseye) ou de la forêt (Goundjé). Même si, en l’absence d’immatriculation foncière, ces terres étaient officiellement « vacantes et sans maître » (dans le droit étatique), elles n’étaient pas vides d’usages (habitation, jachère, chasse). De fait, la population autochtone a tendance à percevoir les Centrafricains comme une charge foncière. De leur côté, les réfugiés se savent accueillis temporairement par une population hôte, mais mis à la marge de l’espace le plus valorisé par les Tchadiens (villes, marchés, routes).

  • 14  L’UNHCR applique une vision fixiste de la notion d’identité, avec l’idée qu’il existerait des stru (...)

34L’enclavement des migrants à l’échelle locale est également induit par la politique d’aménagement du camp. Les camps sont construits suivant des procédures normées à l’échelle mondiale, compilées dans des manuels distribués aux agents de l’UNHCR. Ces procédures, qui rationalisent la distribution de l’aide en situation d’urgence, aboutissent à la construction de camp à la forme géométrique. L’empreinte des camps dans le paysage est un plan hippodamien, plus strictement en échiquier que les parcelles agricoles en damier du sud du Tchad et les centres des petites villes. Le long de la principale rue du camp sont tracés des quartiers rectangulaires aux contours circonscrits par des ruelles aux larges accotements. Dans ce cadre spatial, des procédures assignent les réfugiés à une place déterminée. À leur arrivée au camp, l’UNHCR fixe l’identité (nom, nationalité, taille de la famille, etc.) et le parcours (lieu d’origine, raison du départ, date d’arrivée, etc.) des réfugiés dans des « sites d’enregistrement » composés de « postes de contrôles ». Les combattants sont séparés des civils. Les premiers sont désarmés et regroupés dans des quartiers ou des îlots spécifiques. Les seconds sont répartis par quartier suivant leur ordre d’arrivée et leur identité14. Ainsi, dans les camps de Goré et de Goundjé, il existe des quartiers d’« agriculteurs sara-kaba », de « Congolais », de « commerçants arabophones », de « Peuls mbororo ». Le camp de Dosseye est considéré par l’État et les acteurs humanitaires comme « le camp des éleveurs peuls ». Dans ces quartiers, les réfugiés se voient attribuer un emplacement avec une tente. L’auréole agricole qui s’étend autour du camp a été délimitée par l’Office national du développement rural. Les réfugiés ont un droit d’usage de la terre sur une superficie limitée.

35Par ailleurs, l’État tchadien restreint les mobilités des migrants depuis et vers les camps. Les réfugiés doivent être en possession d’un sauf-conduit pour résider ou circuler plus de 48 heures hors de leur camp. Ce laissez-passer est délivré par la Commission nationale d’assistance aux réfugiés (CNAR), une instance étatique. Les entrées et sorties du camp sont réglementées. Une guérite du DIS contrôle l’identité des circulants. Les allées et venues depuis et vers les camps sont autorisées entre 7 et 17 heures (Doubragne, 2013).

36La mise en périphérie et le quadrillage fin des camps à l’échelle locale servent à distribuer de manière efficace et rapide l’aide humanitaire, par l’identification, l’isolement des réfugiés et le ciblage des catégories de population considérées comme les plus vulnérables. Dans le même temps, cet encadrement facilite la surveillance de l’identité et de la mobilité des réfugiés par l’État tchadien. Toutefois, bien d’autres villages ont une position géographique plus enclavée que les camps. L’UNHCR et l’État tchadien restent souples dans le fonctionnement au quotidien de leurs encadrements. Les réfugiés peuvent changer d’emplacement dans les camps en fonction des terrains disponibles. Dans les faits, la possession d’un sauf-conduit est seulement obligatoire pour rejoindre les villes moyennes et N’Djaména. De nombreux chemins permettent d’entrer et de sortir du camp par des voies non contrôlées par le DIS. Au fil du temps, les réfugiés s’approprient donc l’espace du camp. Ils le connectent à des territoires environnants, notamment par la commercialisation de l’aide alimentaire.

L’aide alimentaire, une ressource de désenclavement des réfugiés

  • 15  L’aide alimentaire provient essentiellement de surplus de la production agricole étatsunienne (aid (...)
  • 16  100 francs de la Communauté financière d’Afrique centrale sont environ égaux à 0,15 euro. Les chif (...)
  • 17  Sur la ration de 17000 FCFA, 15000 FCFA proviennent de 2 sacs et demi de 50 kilogrammes de céréale (...)

37La ressource humanitaire peut être analysée tout au long d’une chaîne successive d’actions, de sa production par les bailleurs de fonds jusqu’à sa consommation par les réfugiés. Cependant, les réfugiés appréhendent l’aide humanitaire comme une ressource tout autant consommable que commercialisable. Ils vendent une partie des produits que les organisations humanitaires leur distribuent : les « non-vivres » (bâches, tentes, couvertures, bidons, nattes, casseroles, moustiquaires, etc.) et l’aide alimentaire (céréales, riz, farine, huile, etc.15). Au fil du temps, dans un contexte de reprise des activités agricoles (interrompues antérieurement par la migration forcée), cette dernière est de moins en moins utile aux réfugiés pour subvenir à leurs besoins alimentaires. Distribuée de manière régulière, l’aide alimentaire passe progressivement du statut de moyen de subsistance à celui de rente vivrière. En 2006, à Amboko et à Yaroungou (camps ouverts en 2003-2004), la revente de l’aide humanitaire était la principale source de revenus de 25 % des réfugiés (PAM, 2006). En période de soudure, la ration alimentaire distribuée chaque mois pour une famille de cinq personnes se revend 17000 FCFA16 sur le marché du camp, le gros du bénéfice étant tiré des céréales17.

  • 18  En 2012, avant l’arrivée de la Séléka à Bangui, des informateurs estimaient entre 25 et 50 % le po (...)
  • 19  Plusieurs réfugiés ont souligné que les Centrafricains pouvaient difficilement obtenir des patente (...)
  • 20  Au milieu des années 1990, on évaluait la production céréalière en zone soudanienne à environ 4400 (...)

38Le commerce informel de l’aide alimentaire induit des mobilités vers les camps. Certains réfugiés repartis spontanément pour la Centrafrique18 reviennent ponctuellement au Tchad pour capter les distributions alimentaires. Des commerçants tchadiens achètent les sacs de céréales dans les marchés des camps, particulièrement en fin de saison sèche, période de pénurie alimentaire où les prix grimpent. À Amboko, Goundjé et Dosseye, les commerçants proviennent principalement de Goré, Timbéri et Kagpal, parfois de Moundou et de Doba. Les réfugiés vendent plus rarement l’aide alimentaire en dehors du camp. Pour tirer un bénéfice substantiel de ce commerce, il faut pouvoir vendre de grandes quantités d’aide alimentaire, de préférence dans les villes moyennes. Or les réfugiés n’ont en général pas les capacités d’investissement, la liberté de circulation et de vente19 des commerçants tchadiens. Les réseaux commerciaux de l’aide alimentaire relient les camps à des localités environnantes uniquement de manière épisodique et à l’échelle régionale, notamment en raison de la faiblesse des volumes distribués. Dans les camps de Goré, entre 2006 et 2010, 4200 tonnes ont été distribuées par an en moyenne (Doubragne, 2013), une goutte d’eau par rapport à la production agricole de la zone soudanienne au Tchad20.

  • 21  Les autres ressources finançant des activités économiques sont l’emprunt, l’épargne et le travail (...)

39Toutefois, plus indirectement, par les revenus tirés de la vente des produits distribués, l’aide alimentaire est une ressource permettant aux réfugiés d’être mobiles. Ces revenus sont utilisés pour payer le transport vers les villes tchadiennes et la Centrafrique (mototaxis, vélo). Les réfugiés se rendent dans les marchés urbains pour acheter des produits non ou trop peu distribués par les organisations humanitaires : habillement, produits alimentaires locaux, lampe-tempête, marmite, bois et paille pour la construction, etc. Ils retournent épisodiquement en Centrafrique en cas de décès dans leur famille. Par ailleurs, une majorité des réfugiés se sert des revenus tirés de la vente des rations alimentaires pour investir dans des activités économiques. En 2006, à Amboko et Yaroungou, 50 % des activités économiques des réfugiés étaient financés par vente de l’aide alimentaire (PAM, 2006)21. Ces activités sont principalement le petit commerce, l’artisanat et le salariat journalier (creusement de latrines, agriculture, maçonnerie, etc.). Or, ces activités induisent des mobilités hors des camps pour acheter des stocks de produits à revendre, s’équiper en matériel, rechercher des employeurs et travailler comme salarié agricole dans les champs des autochtones. Pour les réfugiés, les rations alimentaires sont donc une source de lien social (Lassailly-Jacob, 2004) et de désenclavement.

Conclusion

40La ressource humanitaire est ambiguë à plusieurs titres. D’abord, les usages différenciés de cette ressource participent à la fois à l’enclavement et au désenclavement des camps. Les camps sont reliés à d’autres territoires par l’aide d’urgence : les réseaux d’acheminement des marchandises destinées aux réfugiés et les organisations humanitaires connectent les camps à des centres d’extraversion de l’Afrique centrale (capitale, ports) et aux métropoles des pays occidentaux ; localement, la commercialisation de l’aide par les réfugiés suscite des mobilités entre les camps et des territoires limitrophes. Dans le même temps, l’aide d’urgence est utilisée par l’État tchadien pour enclaver les réfugiés dans des camps isolés et éloignés des centres urbains, les migrants forcés centrafricains étant perçus comme une menace pour la sécurité nationale dans un contexte de conflits armés. Les finalités d’usages de la ressource étant d’une grande diversité (économie, sécurité, commerce, etc.), l’espace des camps prend simultanément des fonctions de relégation, de surveillance, de redressement (sanitaire, éducatif, etc.), de refuge, aussi contradictoires que dans d’autres hétérotopies (Foucault, 1984). Ensuite, divers acteurs partagent la ressource humanitaire, mais une asymétrie et des rapports de dépendance s’établissent entre ceux situés en amont de la « filière » (dominants) et ceux situés en aval (dominés) : les bailleurs de fonds produisent la ressource, l’État d’accueil contrôle en partie sa répartition territoriale, les organisations humanitaires l’acheminent et la distribuent, puis les réfugiés peuvent la consommer et la commercialiser. Enfin, acteurs humanitaires, État et réfugiés ont des intérêts économiques et politiques dans la prolongation de l’aide d’urgence (aide comme rente), ce qui contribue à ancrer les camps de réfugiés. Néanmoins, les camps sont fondamentalement précaires, puisque les réfugiés ne sont pas considérés comme des citoyens tchadiens et qu’ils seront à terme probablement rapatriés en Centrafrique. Le système maintient donc l’afflux d’une ressource vers une oasis amenée à s’évaporer. L’aide humanitaire a des retombées économiques limitées sur la région d’accueil des migrants forcés puisqu’elle est concentrée dans une enclave. Les stratégies de désenclavement des organisations humanitaires n’ont guère plus d’impact à long terme.

41Les changements politiques intervenus en Centrafrique depuis mars 2013 ont provoqué un afflux massif de nouveaux réfugiés vers le Tchad, sans que cela ne modifie la politique d’asile tchadienne. En mars 2013, la Séléka, une coalition de groupes rebelles du nord-est (UFDR, CPJP), de mercenaires tchadiens et soudanais, a renversé François Bozizé en Centrafrique. Sans constituer le fondement de ce mouvement, l’islam est un dénominateur commun aux groupes hétéroclites de la Séléka. Après sa prise de pouvoir à Bangui, la Séléka a fait monter le degré de violences à un niveau extrême : massacres, tortures et incendies d’habitations perpétrés contre toute contestation des pillages organisés par ses chefs. Des milices d’autodéfense (dites « anti-balaka ») se sont formées pour lutter contre ces exactions. Liguée, une partie des anti-balaka est passée progressivement de l’autodéfense à l’insurrection pro-Bozizé, pro-chrétienne, anti-Séléka et antimusulmane. Les anti-balaka ligués ont profité de l’éviction de la Séléka par l’opération militaire française Sangaris (décembre 2013) pour se venger et perpétrer un nettoyage religieux contre les musulmans, accusés de soutenir la Séléka. Un exode massif de personnes islamisées a eu lieu vers le Tchad, le Cameroun, le Nigeria et l’Afrique de l’Ouest. Dans ce contexte, l’État tchadien a mené une vaste opération de rapatriement de ses ressortissants résidents en Centrafrique : 82000 personnes ont été déplacées entre décembre et mars 2013 par une soixantaine de rotations d’avions-cargos et des dizaines de convois routiers militarisés. Ces nouveaux migrants forcés restent dans l’expectative : considérés comme pro-Séléka et tchadiens en Centrafrique, même si pour certains leurs ascendants se sont installés en Oubangui-Chari depuis les années 1910-1920, ils ont été au Tchad regroupés dans les camps de Goré, Maro et Haraze-Mangueigne, sans toutefois être reconnus comme réfugiés par le gouvernement tchadien et par l’UNHCR. Ils ne bénéficient pas de l’aide humanitaire liée au statut de réfugié : la distribution de cette ressource est, là encore, soumise à des impératifs politiques.

Bibliographie

Bibliographie

Balencie J.-M., La Grange A., 1996. Mondes rebelles. Acteurs, conflits et violences politiques, 1, Amériques. Afrique, Paris, Michalon, 562 p.

Bigo D., 1989. Pouvoir et obéissance en Centrafrique, Paris, Karthala, 360 p.

Cambrézy L., 2001. Réfugiés et exilés : crise des sociétés, crise des territoires, Paris, Éditions des archives contemporaines, 216 p.

Cambrézy L., 2006a. « Les camps de réfugiés du Kenya : des territoires sous contrôle », ENS Lyon. Géoconfluences, Afrique subsaharienne : territoires et conflits, en ligne (http://geoconfluences.ens-lsh.fr, consulté en juin 2013).

Cambrézy L., 2006b. « Territoire et dimension géopolitique de l’accueil des réfugiés. Les colonies agricoles des exilés du Soudan en Ouganda », Natures, sciences, sociétés, 14/4 : 365-375.

Chauvin E., 2009. « Rivalités ethniques et guerre urbaine au cœur de l’Afrique-Bangui (1996-2001) », Enjeux, 40 : 30-38.

Chauvin E., 2014. « Conflits armés, mobilités sous contraintes et recompositions des échanges vivriers dans le nord-ouest de la Centrafrique », dans Baldi S., Magrin G. (dir.), Les échanges et la communication dans le bassin du lac Tchad, actes du colloque de Naples du réseau Méga-Tchad (Naples, 13-15 septembre 2012), Naples, Université de Naples-L’Orientale : 263-287.

Chauvin E., Seignobos C., 2013. « L’imbroglio centrafricain : État, rebelles et bandits », Afrique contemporaine, 248 : 119-148.

Clochard O. (dir.), 2009. Atlas des migrants en Europe : géographie critique des politiques migratoires, Paris, Armand Colin, 142 p.

Debos M., 2013. Le métier des armes au Tchad. Le gouvernement de l’entre-guerres, Paris, Karthala, 256 p.

Development Initiative, 2012. Global Humanitarian Assistance, en ligne (http://www.globalhumanitarianassistance.org, consulté en juin 2013).

Doubragne I., 2013. Le Logone oriental entre pétrole et réfugiés : étude des impacts socio-économiques, thèse de doctorat, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 425 p.

Favre J., 2007 (13 novembre). « Réfugiés et déplacés dans l’est du Tchad », Échogéo, en ligne (http://echogeo.revues.org, consulté en juin 2013).

Ferguson J., 2006. Global Shadows. Africa in the Neoliberal World Order, Durham/ Londres, Duke University Press, 257 p.

Foucault M., 1984. « Des espaces autres », dans Foucault M., Dits et écrits, Paris, Gallimard (Quarto), t. II, 1571 p.

Harre D., Moriconi-Ebrard F., Gazel H., 2010. Africapolis II. L’urbanisation en Afrique centrale et orientale. Fiches pays Tchad et Centrafrique, Paris, Agence française de développement/e-Geopolis, 95 p.

Hugon P., 2003 [1993]. Économie de l’Afrique, Paris, La Découverte, 123 p.

Jacobsen K., 2002. « Can Refugees Benefit the State ? Refugee Resources and African Statebuilding », Journal of Modern African Studies, 40/4 : 577-596.

Lassailly-Jacob V., 2003. « Migrations forcées, conflits et réfugiés. L’exemple de la Zambie », dans Lesourd M. (dir.), L’Afrique. Vulnérabilité et défis, Nantes, Éditions du Temps : 399-420.

Lassailly-Jacob V., 2004. « Les paradoxes de l’aide alimentaire dans les camps de réfugiés en Afrique », Nourrir les hommes, nourrir le monde. Les géographes se mettent à table, actes du Festival international de géographie 2004, en ligne (http://archives-fig-st-die.cndp.fr/actes/actes_2004, consulté en juin 2013).

Magrin G., 2001. Le sud du Tchad en mutation. Des champs de coton aux sirènes de l’or noir, Montpellier/Saint-Maur-des-Fossés, Cirad/Sépia, 427 p.

Magrin G., 2008 (13 mars). « Tchad 2008. Géographie d’une guerre ordinaire », Échogeo, en ligne (http://echogeo.revues.org, consulté en juin 2013).

Magrin G., 2013. Voyage en Afrique rentière. Une lecture géographique des trajectoires du développement, Paris, Publications de la Sorbonne, 424 p.

Magrin G., van Vliet G., 2012. Une compagnie pétrolière chinoise face à l’enjeu environnemental au Tchad, Paris, Agence française de développement (Focales, 9), 251 p.

Marchal R., 2006. « Tchad/Darfour : vers un système de conflits », Politique africaine, 102 : 135-154.

Programme alimentaire mondial (PAM), 2006. Enquête sur l’autosuffisance alimentaire dans les camps de réfugiés centrafricains au sud du Tchad, non publié, 30 p.

Raimond C., 2006. « Salamat, région enclavée », dans Raimond C., Arditi C. (dir.), Tchad. Atlas de l’Afrique, Paris, Jeune Afrique : 58-59.

Raffestin C., 1980. Pour une géographie du pouvoir, Paris, Librairies techniques, 249 p.

Redon M., 2010. « Mobilis in mobili. Des vies “en mobilité” au Sud : les “expats” de l’humanitaire au Timor-Leste et en Haïti », Espace populations sociétés, 2-3 : 209-220.

Rufin J.-C., 1996. « Les économies de guerre dans les conflits internes », dans Jean F., Rufin J.-C., Économie des guerres civiles, Paris, Hachette : 19-59.

Sautter G., 1999 [1958]. Un projet colonial sans lendemain. Le chemin de fer Bangui-Tchad (AEF), Paris, Centre d’Études africaines/École des hautes études en sciences sociales, 325 p.

Valluy J., 2005. « Introduction. L’Europe des camps. La mise à l’écart des étrangers », Cultures et conflits, 57 : 5-11.

Notes

1  L’agence onusienne qui coordonne la protection juridique et l’action humanitaire en faveur des migrants forcés ayant franchi une frontière est le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR). Elle est aussi chargée de négocier les conditions d’accueil des réfugiés avec les États.

2  La répartition des capitaux entre ces trois postes de dépenses est variable selon les organisations et les projets. Pour les ONG, elle s’établit généralement par tiers.

3  Tous les chiffres cités dans cette étude sont des ordres de grandeur.

4  Versions abrégées de la Convention de Genève du 28 juillet 1951 relative au statut de réfugié et de la Convention de l’Organisation de l’unité africaine du 10 septembre 1969 régissant les aspects propres aux problèmes des réfugiés.

5  Cette étude repose sur des entretiens menés en août 2012 à N’Djaména, à Goré et dans les camps d’Amboko et de Gondjé (Tchad), essentiellement auprès de réfugiés centrafricains, d’acteurs humanitaires, de religieux, d’agents de l’État et d’hommes politiques. D’autres entretiens ont été conduits à Bangui et dans la région de Paoua (Centrafrique) entre juillet et novembre 2010, notamment auprès de réfugiés de Goré retournés en Centrafrique et d’acteurs humanitaires. La plupart des exemples sont de fait orientés sur la situation des camps de Goré même si la littérature scientifique, les rapports des organisations humanitaires et les entretiens menés à N’Djaména permettent de proposer un argumentaire sur l’ensemble des camps de réfugiés centrafricains au Tchad. La troisième partie de cette étude, qui porte sur les dynamiques locales, s’applique plus exclusivement à la situation de Goré. La situation postérieure à l’arrivée de la Séléka au pouvoir à Bangui (mars 2013) est évoquée dans la conclusion.

6  Des organisations humanitaires comme le Programme alimentaire mondial (PAM) cherchent néanmoins à acquérir des véhicules lourds pour réduire leur dépendance vis-à-vis du secteur de transport privé.

7  Tous les chiffres cités dans ce paragraphe sont des arrondis de données du deuxième Recensement général de l’habitat et de la population, publié en 2009 par l’État tchadien.

8  Cette bande compte moins de 5 habitants au kilomètre carré en moyenne.

9  Ces matériaux servent à bâtir des magasins de stockage, des écoles, des centres de santé, etc.

10  Dans les ONG, les Tchadiens sont généralement dix fois plus nombreux que les expatriés.

11  Le nom de ces milices transcrit leur ancrage « nordiste » ou « savanier » en Centrafrique. L’arachide (karako en langue sango) et la noix de karité (balawa en langue sango) sont deux produits agricoles caractéristiques des savanes. La dénomination sahraoui (ou sarawi) est un jeu de mots mêlant un renvoi à l’ethnie sara (nord-ouest de la Centrafrique) et un référent à une lutte armée lointaine (d’une partie de la population du Sahara occidental pour son indépendance face à la Mauritanie et au Maroc). Les rébellions « nordistes » centrafricaines et « sudistes » tchadiennes ont entretenu des liens de proximité.

12  Rappelons que les camps sont également un espace de relégation d’autres groupes sociaux. En 2004, les « libérateurs » devenus gênants ont été transférés dans les camps de Goré (Debos, 2013). En 2012, des hommes de Baba Laddé, rebelles tchadiens et bandits en Centrafrique, ont été conduits dans les camps de réfugiés centrafricains. À Goré se trouvent également 150 Congolais à l’origine réfugiés à N’Djaména. Leur transfert à Amboko, une punition collective, fait suite à l’assassinat d’un policier tchadien par l’un de leurs compatriotes.

13  Il existe par exemple un meilleur accès à l’eau potable dans les camps de réfugiés (450 personnes par forage), que dans les villages alentour (800 personnes par forage) ou à Goré (700 personnes par forage) (ordres de grandeur en 2010) (Doubragne, 2013).

14  L’UNHCR applique une vision fixiste de la notion d’identité, avec l’idée qu’il existerait des structures sociales « traditionnelles » (en Afrique, les ethnies). Dans le même temps, l’agence onusienne met en place une structure de gestion du camp par le biais de représentants des réfugiés élus et au mandat limité dans le temps.

15  L’aide alimentaire provient essentiellement de surplus de la production agricole étatsunienne (aide dite « liée »).

16  100 francs de la Communauté financière d’Afrique centrale sont environ égaux à 0,15 euro. Les chiffres correspondent aux prix d’achat à Goré et en période de soudure. Le salaire moyen des Tchadiens peut être évalué entre 35000 et 60000 FCFA par mois.

17  Sur la ration de 17000 FCFA, 15000 FCFA proviennent de 2 sacs et demi de 50 kilogrammes de céréales.

18  En 2012, avant l’arrivée de la Séléka à Bangui, des informateurs estimaient entre 25 et 50 % le pourcentage de réfugiés retournés en Centrafrique.

19  Plusieurs réfugiés ont souligné que les Centrafricains pouvaient difficilement obtenir des patentes sur les marchés.

20  Au milieu des années 1990, on évaluait la production céréalière en zone soudanienne à environ 440000 tonnes en moyenne par an (Magrin, 2001).

21  Les autres ressources finançant des activités économiques sont l’emprunt, l’épargne et le travail dans les ONG.

Table des illustrations

Légende Figure 1 Les camps de réfugiés centrafricains au Tchad, dans une zone-frontière relativement marginale (2002-2013).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/100955/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Figure 2 Migrants forcés centrafricains et insécurité macro-régionale (2012).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/100955/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search