Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Objets inachevés de l'écriture

 | 
Dominique Budor
, 
Denis Ferraris

Résumés

Texte intégral

1Jean-Louis Lebrave

2L’écriture inachevée

3Sous des apparences univoques, la notion d’inachèvement cache une pluralité d’acceptions hétérogènes, qui se cristallisent dans l’ambivalence grammaticale du mot lui-même, qui caractérise un état, alors que sa morphologie évoque la désignation d’un processus. À strictement parler, l’expression d’œuvre inachevée renvoie à une chimère, en amalgamant l’achèvement symbolique que l’imprimé confère au texte dans la culture moderne et le degré d’achèvement du texte lui-même. C’est oublier que l’écrit est toujours énonciativement en suspens, et n’est achevé que par une lecture. Une aproche plus dynamique permet de redonner sa plénitude à l’inachèvement constitutif de toute écriture.

4Claude Imberty

5D’un texte inachevé de Montale : Il sole d’agosto

6L’étude essaie d’abord de dire à quelles conditions le concept d’inachèvement peut être appliqué au fragment qui est une forme caractéristique de la poésie du XXe siècle. Elle s’efforce ensuite d’énumérer et de définir les différentes sortes d’inachèvement qu’on relève dans Il sole d’agosto, un manuscrit inachevé de Montale écrit en 1926. Elle tente enfin d’expliquer les raisons de l’inachèvement pour chacun des cas d’espèce qui auront été observés. Il est alors possible de montrer que l’inachèvement est lié à l’utilisation de règles et à la superposition de codes qui introduisent de nombreuses contraintes dans le texte malgré la liberté apparente de l’écriture. En dernière analyse, c’est parce que l’écrivain et le lecteur connaissent les conventions qui régissent les genres et les différents niveaux de l’écriture que l’un et l’autre sont en mesure d’estimer le degré d’aboutissement d’un fragment poétique, même si, dans quelques cas limites, l’auteur, seul, décide (plus ou moins arbitrairement) que son texte est achevé ou non.

7Laura Gatti

8“A travers” l’inachevé : pour une lecture de Frantumi de Giovanni Boine

9Cette communication a pour objet l’analyse de trois manuscrits de Frantumi de Giovanni Boine. La prise en compte à la fois des perspectives théoriques propres à l’auteur et des éléments issus de l’examen du processus de l’écriture a révélé que ce texte se situe entre deux inachèvements : l’un matériel l’autre conceptuel, l’un génétique l’autre théorique. En effet, l’analyse des manuscrits démontre que le texte n’est pas le résultat d’une programmation, mais qu’il naît de l’expérimentation et de l’inachèvement. Le corpus théorique, d’autre part, prouve que le fragment a été choisi par Boine en tant que forme inachevée et ouverte pour représenter la multiplicité et l’infinitude du réel. Le texte prend ainsi forme de l’inachevé et restitue l’inachevé.

10Marziano Guglielminetti

11Regards sur un manuscrit de Gozzano

12L’examen du manuscrit de Via del rifugio permet d’aborder la question de la copie au net (“bella copia”) que l’auteur lui-même a effectuée, soit à partir d’un matériel déjà prêt pour l’impression soit à partir des manuscrits. Mais un autre problème se pose d’emblée quant à la constitution du texte à imprimer : la copie au net de la Via del rifugio est préparée par Gozzano pour l’éditeur Streglio par lequel elle doit être publiée, or le texte imprimé ne coïncide pas avec cette copie au net. Car, entre temps, est intervenue une révision substantielle de l’image que Gozzano poète estime devoir donner de lui-même. Bref, la copie au net de Via del rifugio demeure comme dans des limbes, en tant que moment fondamental de transition vers la forme définitive, celle qui rendra célèbre Gozzano (L’amica di nonna Speranza y est déjà en germe, et c’est là qu’une façon nouvelle d’écrire la poésie se révèle).

13Dominique Budor

14Sur quelques “avortons” pirandelliens

15Conceptuelle parfois, voire même existentielle, la question de la non-terminaison de certains textes pirandelliens se pose aussi de façon plus technique en relation avec le non-développement, l’abandon ou même le rejet de virtualités structurelles ou expressives du texte.

16L’on étudie quelques uns de ces textes inachevés — les “avortons” pirandelliens —, qui appartiennent à des genres différents (la nouvelle, le roman, le théâtre) et que l’auteur a quittés à des stades différents de leur élaboration. Ainsi le non-fini peut-il renseigner sur les fonctionnements du laboratoire d’écriture et sur la nature de chantier perpétuel que revêt l’écriture de Luigi Pirandello.

17Suzanne Liandrat-Guigues

18Musique lointaine

19L’œuvre cinématographique de Luchino Visconti est envisagée du point de vue de l’inachèvement non dans un sens général (toute œuvre reste plus ou moins inachevée) ni dans sa dimension particulière (œuvre “proustienne” d’un cinéaste qui caressa longtemps le projet d’adapter la Recherche du temps perdu et ne parvint qu’à publier le scénario de cette adaptation sans pouvoir réaliser le film) mais à partir d’un événement singulier.

20Il s’agit de suivre le motif de l’inachèvement qui s’exprime dans la tentative réitérée de s’approprier le récit final de la nouvelle de James Joyce, Les Morts. L’attraction qui peut se vérifier pour ce récit génère un effet de suspens dans l’œuvre. La recherche de ce motif conduit d’un film des années cinquante, projeté mais non réalisé, au dernier film de 1976, L’innocente, adaptation du roman de Gabriele D’Annunzio.

21Valeria Giannetti

22Textes provisoires et stratégies de la représentation du personnage chez Vitaliano Brancati

23La communication s’appuie sur un certain nombre de textes brefs de Vitaliano Brancati présentés par l’auteur, lors de leur parution, comme des études. On montre que ces épreuves représentent un champ d’analyse privilégié de certaines stratégies d’écriture, leur caractère formel étant emblématique de ce qui fut pour Brancati une préoccupation constante de la recherche esthétique : comment rendre le personnage “visible” sans le rendre “vu”. Dans cette perspective, le statut provisoire de ces proses renvoie à une dimension structurelle de la narration, au sens où il est l’indice d’une écriture qui, ne visant pas à définir la personne par l’accomplissement de sa parabole romanesque, tend constamment au dépassement de ses propres procédés afin de préserver l’épaisseur sémantique du réel.

24Martine Van Geertruyden

25La trilogie romanesque de Pier Paolo Pasolini : les raisons d’un inachèvement

26Quand il commence à écrire Ragazzi di vita en 1950, Pasolini a en tête une trilogie des banlieues romaines. En 1959, il publie Una vita violenta et annonce Il Rio della grana. Si la mutation anthropologique d’un monde bien-aimé et l’attraction exercée par le cinéma ont sans aucun doute poussé l’auteur à abandonner ce troisième volet au début des années 60, les processus de composition des deux autres romans témoignent de certains problèmes structurels qui ont pu contribuer également à l’inachèvement de la trilogie.

27Elsa Chaarani-Lesourd

28Enquête sur les Frammenti de Nievo

29On s’interroge sur cinq fragments de Nievo.

30Les trois premiers sont des fragments assez brefs de nouvelles qui auraient dû s’inscrire dans le droit fil de celles qui furent rassemblées sous le titre Novelliere campagnuolo. Ici, ce n’est pas simplement le caractère parcellaire de ces textes qui constitue leur inachèvement : celui-ci semble inscrit dans l’indétermination même du récit, des phrases, peut-être des mots.

31Ce n’est pas le cas du quatrième fragment L’aratro e il telaio, qui apparaît comme le début, non lacunaire, d’une nouvelle rustique, aux contours si nettement définis qu’il n’est guère malaisé d’y retrouver les intentions idéologiques de l’auteur. L’inachèvement s’y apparente donc à une panne. La mort subite de l’auteur n’est pas étrangère à cette panne, pas plus qu’elle ne l’est aux lacunes que comporte le dernier fragment, le plus long, et le plus connu, Il Pescatore d’anime, qui aurait dû être un roman.

32Denis Ferraris

33Svevo et la « besogne intérieure »

34Après la publication de La coscienza di Zeno, Svevo laissa dans l’inachèvement patent la plupart de ses écrits de fiction. Ceux-ci sont marqués par un déséquilibre apparent du rapport entre le discours narratif et le discours que Genette appelle « commentatif ». La communication a pour finalité de déterminer et d’analyser les raisons probables de l’inflation du discours moral et cognitif à l’intérieur de ces textes, dans la perspective d’une causalité à découvrir entre ce choix plus ou moins maîtrise et un inachèvement qui serait structuralement inévitable.

35Rosalba Galvagno

36Une écriture infinie comme “objet inachevé de l’écriture” dans Quaderno a cancelli de Carlo Levi

37A partir de quelques figures de l’écriture telles quelles se dessinent dans un texte posthume de Carlo Levi, Quaderno a cancelli — journal, livre, confession, brouillon, cahier ?—, on tâche de montrer comment une écriture qui s engendre selon les règles du processus primaire (déplacement et condensation) ne peut jamais s’achever sauf si elle s’interrompt par le choix même du scripteur ou, plus souvent, sous des contraintes apparemment extérieures. Parmi les figures les plus saisissantes de cette écriture “infinie” ou “inachevée” l’analyse envisage, du côté du trait scriptural, l’arabesque, le vol des oiseaux, le « cancello » (et ses corollaires)… et, du côté de l’“image”, voire de la “lumière”, le collage, la stéréoscopie, la « candida rosa »…

38Jean-Louis Leutrat

39Tout est toujours ailleurs

40L’inachèvement peut être envisagé de diverses manières à travers cette œuvre cinématographique : d’un point de vue thématique (la quête avortée, la rencontre inaboutie, la difficulté à mener à bien un projet intellectuel, le diagnostic impossible…) ; comme inscription, consubstantielle, dans le projet autobiographique ; comme émanation structurelle de la composition en trois volets (absence d’ordre chronologique), de la pratique de la citation, de l’esquisse, de la référence au feuilleton télévisé (proprement interminable)…

41Maria-Pia De Paulis-Dalembert

42De l’écriture fragmentaire à l’achèvement impossible : Terra promessa de Giuseppe Ungaretti

43La Terra promessa (1935-1953) est une œuvre fragmentaire dont Ungaretti lui-même a exclu toute reprise a posteriori pour en faire un texte organique et achevé. Le Taccuino del vecchio (1952-1960) constitue pour le poète une suite approximative qui, en fait, reconfirme l’incomplétude du premier recueil. La fragmentation de ces deux textes est certes liée à la poursuite inachevable de l’idée pure, l’« ossessiva mira » qui régit notre vie, mais elle s’inscrit aussi dans une conception pessimiste de l’écriture poétique et de l’impossible inscription de l’art dans la durée.

44Jean-François Lattarico

45La poétique gaddienne de l’inachèvement

46Notes sur la Meditazione milanese de Carlo Emilio Gadda

47L’inachèvement de l’écriture est une donnée constitutive de la poétique gaddienne. Mais, parce que dans l’écriture de Gadda le littéraire et le spéculatif sont liés par d’étroits rapports d’interdépendance, c’est la Meditazione milanese — œuvre théorique s’il en est — qui permet le mieux de cerner la question de l’inachèvement. La question qui se pose à Gadda est de savoir comment une écriture de la totalité peut coïncider ou se traduire par une écriture de l’inachèvement. La reprise, au sein du concept de système, de la terminologie narratologique dans la Meditazione permet ainsi de comprendre comment Gadda se sert de l’intrigue et de la narration pour traduire dans la fiction littéraire sa conception logico-combinatoire de la réalité.

48Jean-Paul Manganaro

49Construction et espaces de l’inachèvement dans l’œuvre de Daniele Del Giudice

50Daniele Del Giudice semble souvent pris dans une factualité où les gens, les gestes, les choses, les formes esquissent autant de lieux transitoires d’un inachèvement possible. En réalité, il faut y voir une condition transitoire, un inachèvement temporairement définitif servant à replonger la narrativité et l’écriture dans le cycle de leur devenir. Comme le suggère Gilles Deleuze, il s’agit plutôt de savoir arrêter « le processus […] sans le prendre pour un but, une fin, ni qu’il se confonde avec sa propre continuation à l’infini. »

51Walter Geerts

52Le réel inachevé de Claudio Magris

53L’œuvre de Claudio Magris — essais et fiction — se caractérise par une pensée qui fonctionne en balançoire, à la fois articulée et dialectique, qui va de l’avant et retourne en arrière, à la recherche d’une ligne à franchir, d’une zone à quitter ou à occuper, d’une frontière qui se révèle à la fin inexistante. L’un des paradoxes de Danube, par exemple, est de suivre un tracé extensible en largeur et des coordonnées géographiques aussi fictives que le réel quelles prétendent fixer.

54Claude Ambroise

55Le désir d’achèvement dans quelques chroniques sciasciennes

56La communication examine l’œuvre de Sciascia dans l’éclairage de cet aphorisme d’origine pirandellienne : “la vie ne conclut pas”. Dire que “la vie ne conclut pas”, signifie affirmer que c’est la mort, ou plutôt le meurtre, qui conclut. D’où le statut de l’écrit dans le déroulement du récit, ainsi que le statut du texte même de Sciascia par rapport à l’existant et à la vérité.

57Cristina Terrile

58Les Ricordi di un impiegato de Federigo Tozzi ou le faux débat de l’achèvement

59La première édition posthume des Ricordi di un impiegato offrait au public une version réduite d’un manuscrit composite, débarrassé par Borgese de certaines parties jugées extrinsèques. Depuis, la critique n’a cessé de s’interroger sur la fidélité ou la non-fidélité de Borgese au projet tozzien. Or il n’est pas certain que la notion de projet soit pertinente pour rendre compte de ce que sont les manuscrits des Ricordi, lesquels ne semblent pas relever d’une véritable unité d’intention guidant le travail de l’œuvre. Dans quelle mesure est-il alors permis de parler d’achèvement ou d’inachèvement à propos d’un ouvrage dont le déploiement ne cesse de se réorienter jusqu’à rendre problématique l’identification du projet dont il serait issu ?

60Anne Boulé

61De Estati felici à Une enfance sicilienne : comment l’achèvement vient au texte

62Pour remédier à l’inachèvement stylistique et narratif d’Estati felici — petit livre de mémoires publié en 1976 en anglais sous le titre The happy summer days. A sicilian childhood par un aristocrate palermitain né à la fin du siècle dernier, Fulco di Verdura, et traduit par lui-même en italien l’année suivante — Edmonde Charles-Roux, renonçant à la traduction fidèle, propose au public français une adaptation du récit d’enfance de Fulco di Verdura. Additions et réductions ponctuelles ne sont pas les seuls amendements apportés au texte original : une récriture générale affecte la structure, la syntaxe et le lexique, induisant une transformation du texte non seulement stylistique et sémantique mais aussi générique. Le changement de statut de l’auteur, du narrateur et du protagoniste d’Une enfance sicilienne confirme la migration de l’œuvre vers des horizons fictionnels, dernière facette et couronnement de l’entreprise d’achèvement menée par l’adaptatrice.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site