Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Objets inachevés de l'écriture

 | 
Dominique Budor
, 
Denis Ferraris

L'inachèvement essentiel

La poétique gaddienne de l’inachèvement. Notes sur la Meditazione milanese de Carlo Emilio Gadda

Jean-François Lattarico

Résumé

L’inachèvement de l’écriture est une donnée constitutive de la poétique gaddienne. Mais, parce que dans l’écriture de Gadda le littéraire et le spéculatif sont liés par d’étroits rapports d’interdépendance, c’est la Meditazione milanese — œuvre théorique s’il en est — qui permet le mieux de cerner la question de l’inachèvement. La question qui se pose à Gadda est de savoir comment une écriture de la totalité peut coïncider ou se traduire par une écriture de l’inachèvement. La reprise, au sein du concept de système, de la terminologie narratologique dans la Meditazione permet ainsi de comprendre comment Gadda se sert de l’intrigue et de la narration pour traduire dans la fiction littéraire sa conception logico-combinatoire de la réalité.

Texte intégral

1C’est une évidence de rappeler que la plupart des textes narratifs de Gadda sont inachevés. L’inachèvement de l’écriture apparaît ainsi comme une donnée constitutive de la poétique gaddienne. Du Racconto italiano, première tentative romanesque, inachevée par défaut, jusqu’à l’Eros e Priapo de 1967, inachevée par excès entre ces deux textes qui marquent le début et la fin de la production littéraire gaddienne —, se situent les grands romans, également inachevés, que sont La Meccanica, le Pasticciaccio et la Cognizione del dolore. Toutefois, concernant ces derniers textes, l’inachèvement revêt un caractère plus traditionnel. En effet, ce qui est écrit et publie l’est d’une façon achevée et définitive. En d’autres termes, Gadda a publié ces textes tels quels, en connaissance de cause, pleinement conscient du caractère inachevé de leur trame narrative : l’équation texte publié = texte achevé n’est pas valable chez Gadda. 11 faudrait donc, dans un premier temps, distinguer les textes que Gadda a laissé inachevés et non publiés des textes inachevés et publiés comme tels. La distinction n’est peut-être qu’apparente, nous y reviendrons.

  • 1 Un texte comme La Madonna dei Filosofi constitue, de ce point de vue, une assez remarquable synthès (...)
  • 2 Outre le Racconto italiano di ignoto del Novecento, Gadda avait couché sur le papier l’ébauche d’au (...)

2Quiconque connaît Gadda, sait l’importance de la dimension philosophique, et plus généralement spéculative de son écriture, les rapports d’interdépendance liant le littéraire et le philosophique. Les premières années de la production gaddienne ont été marquées en effet par un mouvement incessant entre une écriture romanesque et une écriture spéculative1 ; les hésitations de l’écrivain en la matière ont certainement contribué à l’échec des premières tentatives romanesques2. De ce point de vue, l’analyse d’un texte comme La Meditazione milanese, qui représente l’aboutissement des années de réflexion et d’études en philosophie, peut permettre de comprendre la notion gaddienne d inachèvement.

  • 3 Roscioni trouve en effet « futile qualsiasi discorso sulla priorità della filosofia rispetto alla “ (...)
  • 4 Cf. Meditazione milanese, op. cit., p. 49 : « Circa la natura del lavoro è forse opportuno rilevare (...)

3Il s’agit d’une œuvre touffue, inégale, difficilement classable même d’un strict point de vue philosophique, publié posthume — ce qui pourrait révéler le peu d’estime dans lequel le tenait son auteur — et également inachevée. Malgré tout, comme le signale Gian Carlo Rosciom3 dans l’introduction à son édition, il serait vain, voire totalement erroné, de distinguer nettement le littéraire du philosophique, d’y voir une possible orientation hiérarchique et conséquemment une priorité absolue de l’un par rapport à l’autre. L’élément le plus important en la matière, c’est encore une fois la notion d’interdépendance. La Meditazione milanese n’est pas un texte fondateur. Gadda ne couche pas les éléments d’une théorie — quelle qu’elle soit — avant sa mise en pratique. La réflexion, chez Gadda, n’est pas un phénomène isolé, sublime, détaché de toute emprise sur le réel4 et si l’on peut dire — sur le réel de l’écriture. La Meditazione milanese se place ainsi dans un ensemble de textes qui forment un tout assez cohérent et dont il constitue in fine le substrat théorique récapitulatif. Durant la première période de l’activité créatrice de Gadda, marquée par l’écriture de textes inachevés et non publiés, trois œuvres principales se détachent du reste de la production par leur valeur métapoétique et par le rapport particulier qu’ils entretiennent avec le spéculatif et le littéraire. D’une part, le Racconto italiano di ignoto del Novecento, rédigé en grande partie à la fin de l’année 1924 et qui constitue une sorte de laboratoire expérimental des théories romanesques de son auteur. À travers ce texte, Gadda met en fin de compte en place les éléments d’un art poétique qui s’écarte substantiellement des présupposés initiaux fondés sur une pratique réalistico-sociale de la littérature. D’autre part, La Meccanica, roman inachevé, écrit pour une large part en 1928 et qui se présente comme une mise à l’épreuve de ce laboratoire métapoétique, puisqu’il est la première véritable tentative romanesque quasiment aboutie. Enfin, la Meditazione milanese regroupe les réflexions philosophiques de l’écrivain. Reprenant en partie ses travaux d’analyse pour son mémoire sur la Théorie de la connaissance dans Les Nouveaux Essais de Leibniz, qu’il a, là aussi, laissé à l’état d’inachèvement, il y expose sa vision du monde fondée, entre autres, sur la déformation du réel, et donc de la connaissance, par la simple perception de cette même réalité.

  • 5 Cf. Lingua letteraria e lingua dell’uso’, I viaggi la morte, in Saggi, giornali, favole, Milano, Ga (...)
  • 6 Ibid., p. 490. Trad., op. cit., p. 118 : « Car dans une langue il n’existe rien d’inutile, ni de su (...)
  • 7 Racconto italiano di ignoto del Novecento, in Scritti vari e postumi, Milano, Garzanti, 1993, p. 39 (...)

4Dans le Racconto italiano, les réflexions métapoétiques sur ce que l’on pourrait appeler l’orientation littéraire de l’écrivain sont déjà légion. L’importance de ces remarques sur le style à adopter et la manière de conduire le récit est-telle que la partie proprement narrative du Racconto semble passer au second plan. En substance, Gadda y expose sa difficulté à faire un choix dans les multiples voies de la narration, ce qui sous-entend qu’il doit abandonner les autres qui se présentent à lui. C’est cette incapacité à choisir qui aboutira à l’inachèvement du roman, car la nécessité du choix est problématique pour un écrivain qui se pose déjà en écrivain de la totalité5. A ce stade de la réflexion Gadda ne saurait se limiter à une seule voie, à une seule orientation ; ces éléments, qui sont jetés sur le papier de façon un peu abrupte seront repris et synthétisés dans les essais de I Viaggi la morte : « Non esistono né il troppo né il vano, per una lingua »6. Dès lors, la question véritablement pertinente qui semble se poser est celle-ci : comment expliquer qu’une écriture de la totalité coïncide ou se traduise par une écriture de l’inachèvement ? Y-a-t-il une réelle contradiction, ou bien les deux concepts sont-ils au contraire étroitement liés ? Si l’on se place dans une perspective purement technique, on voit bien quelles difficultés majeures se présentent à l’apprenti-écrivain. Dans le Racconto italiano, Gadda met en place une opposition pour tenter de définir les différents points de vue de la construction narrative afin de mener à bien son projet romanesque. D’un côté, le « jeu ab exteriore », qui serait le point de vue de la narration objective, sorte de narrateur omniscient qui se tiendrait à l’écart du dramma, de l’autre, le « jeu ab interiore », qui serait le point de vue de la « lirica dell’autore », Gadda postulant par ailleurs une implication inévitable et nécessaire de l’auteur dans l’élaboration du ‘drame’. En d’autres termes, comment passer du solipsisme lyrique de l’auteur à la vision du monde plurielle des différents personnages, sans qu’il y ait interférence entre le premier et les seconds ? L’idéal narratif serait d’aboutir à une sorte de fusion entre les différents points de vue, mais c’est bien la difficulté majeure que Gadda ne parviendra guère à résoudre, du moins dans le cadre de cette première tentative romanesque, encore très fortement marquée par les conventions littéraires du siècle précédent : « Bisognera, o fondere (difficilissimo), o eleggere »7.

5De cette difficulté littéraire, Gadda tire une synthèse ontologique et morale dans la Meditazione milanese qui est une réflexion sur la notion de système et une critique en bloc de l’abstraction. La critique du système équivaut à une critique même de la notion d’achèvement. C’est en cela que l’on peut relier, d’un point de vue spéculatif, le texte de la Meditazione avec la notion d’inachèvement. En effet, dans la tradition philosophique, ou si l’on se place dans une simple perspective logique, tout système véritable est un système achevé, car il suppose une cohérence interne et sans faille, appliquant sur le monde qu’il interprète une grille de lecture destinée à tous les domaines de la connaissance. C’est, par exemple, le système leibnizien, kantien, hégélien ou même schopenhauerien dont la philosophie traite aussi bien de l’amour, de la mort, de l’art et de la morale que du magnétisme animal, de la théorie des couleurs ou des fantômes. Or, ce qui est achevé est précisément abstrait. Pour qu’un système ait une cohérence interne, ainsi qu’une configuration définitive qui le distingue des autres systèmes et lui confère une réalité propre, il doit s’abstraire du réel et donc, nécessairement, ne pas tenir compte de toutes les relations possibles, de toutes les implications possibles qu’il pourrait entretenir avec ce réel dont il est la représentation limitée, c’est-à-dire inachevée.

  • 8 Cf. Racconto italiano di ignoto del Novecento, op. cit., p. 405, trad. op. cit., p. 47 : « (…) je v (...)

6Gadda met dès lors en place le principe d’un « groviglio estremamente complesso e confuso », principe qui constitue rapidement l’un des fondements de sa poétique. La référence à la fois diffuse et importante à Leibniz — écho de ses réflexions pour sa tesi di laurea — ne doit pas faire illusion. Si Gadda en a subi l’influence, et s’il a surtout admiré son optimisme réconfortant, la Meditazione milanese se présente toutefois comme une démolition en bloc des concepts de cause, de substance et de catégorie. Certes, d’un point de vue philosophique et historique, l’entreprise gaddienne n’est guère originale. Roscioni rappelle à juste titre les précédents de Locke et de Stuart Mill qui avaient contribué, en leur temps, à faire chuter ces mêmes concepts de leur piédestal. Encore une fois, c’est dans l’étroite relation qui lie le philosophique et le littéraire que la réflexion gaddienne trouve en même temps sa cohérence et son originalité, et devient ainsi pertinente. De ce point de vue, l’analyse systématique de la Meditazione milanese permet de comprendre comment Gadda se sert de la narration, de l’intrigue (exemple du rapport étroit qui s’institue entre la réflexion et l’expression, autrement dit entre la philosophie et la littérature), pour traduire, dans la fiction littéraire, sa conception du réel qui est une conception non pas philosophique à proprement parler, non pas abstraite, ni même historique, mais simplement logique et combinatoire : « io voglio esprimere artisticamente questa verità filosofica »8.

  • 9 Conception qui a pu subir l’influence de Spinoza : « Gli uomini sono grumi di relazioni » liton dan (...)

7Outre le renversement des valeurs (dénonciation de la cause unique, critique de la notion de substance), Gadda abandonne, là encore à l’encontre du système leibnizien, toute composante théiste au profit d’une théorie organico-mécaniciste9. Il n’y a pas de cause unique, parce qu’il n’y a pas d’unité possible. L’écrivain revient à maintes reprises sur ce thème capital :

  • 10 Meditazione milanese, op. cit. ; « Il n’est pas possible de penser à un grumeau de relations comme (...)

Non è possibile pensare un grumo di relazioni come finito, come un gnocco distaccato da altri nella pentola. I filamenti di questo grumo ci portano ad altro, ad altro, infinitamente ad altro.10

8Gadda souligne par ailleurs la « falsa unità della persona ». Cette absence de structure cohérente et unitaire, analysée à la fois sur le plan philosophique et sur le plan moral, a beaucoup contribué au changement de l’écrivain dans la conception qu’il s’était faite de la littérature et dans ses implications directes dans l’écriture. D’où la propension de plus en plus marquée à la dissolution, à la digression, au « garbuglio », à « l’ingarbugliato intreccio », propension liée par conséquent à une réflexion d’ordre ontologique. Gadda condamne la « falsa unità della persona », parce que celle-ci n’est qu’un ensemble de relations, de combinaisons, au même titre que les autres composantes du réel :

  • 11 Ibid., p. 647 ; « Autre erreur profonde de la spéculation : voir à tout prix le moi et l’un là où i (...)

Altro errore profondo della speculazione: di veder ad ogni costo l’io e l’uno dove non esistono affatto, di veder limiti e barrieri, dove vi sono legami e aggrovigliamenti.11

9Dans la cosmogonie gaddienne, l’Homme n’est pas un modèle absolu, un parangon qu’il faudrait suivre et respecter parce qu’il se situerait au sommet de la hiérarchie des différentes composantes du réel, dans une sorte de classification taxinomique qu’il aurait par ailleurs lui-même élaborée. Il serait plutôt l’illustration d’une théorie plus générale au sein d’une conception philosophique du monde non pas anthropocentrique, ni même théiste, mais bien simplement et exclusivement logique. Une vision cosmologique de l’inachevé — l’être est inachevé parce qu’il ne constitue pas un ensemble unitaire et définitivement cohérent — doit, par conséquent, se traduire par un objet littéraire inachevé. Cette équation, qui pourrait sembler au premier abord simpliste, ne l’est guère si l’on se place dans une perspective globalisante, telle qu’elle a été souhaitée et voulue par Gadda, et qui ne fait que reprendre une conception somme toute traditionnelle de la littérature, celle qui fait coïncider le Livre et le Monde, le premier devant être un reflet fidèle du second. Dans l’esprit de Gadda en effet, la littérature n’est ni un divertissement, ni une fonction subalterne de l’intellect et de sa variante expressive, l’imagination, mais un reflet fidèle de la réalité. On peut ainsi parler d’un réalisme gaddien, plus proche du réel que le vérisme, courant qui eut pourtant ses faveurs lorsqu’il se lança dans l’aventure littéraire. Mais il ne s’agit pas d’un réalisme marmoréen, aseptisé par toute une terminologie scientifique et philosophique qui parsème en effet la plupart de ses textes narratifs et qui a beaucoup nui à la réputation d’un écrivain difficile d’accès et intellectuellement éprouvant. A l’inverse, on ne saurait réduire la “fureur” gaddienne à un réalisme goliardico, rabelaisien et macaronique. Je crois que le réalisme gaddien se situe entre ces deux extrêmes et qu’il est essentiellement d’ordre linguistique. C’est ce réalisme-là qui intéresse Gadda, car l’histoire de la langue est la seule vérité historique qui trouve grâce à ses yeux :

  • 12 Le belle lettere e i contributi espressivi delle tecniche (1929), in I Viaggi la morte, Opere, IV, (...)

Ogni elaborazione è storia, come tutti m’insegnano, e storia, “bella trovata” !, è il linguaggio. Che è thesaurum d’una civiltà, d’una coltura, d’una tradizione espressiva legata a innumeri fatti…12

  • 13 Ibid, p. 476. Trad. p. 97 : « On va en somme d’une gnoséologie à la ‘question de la langue’ ».

10Quelques pages auparavant, une formule concise résume assez bien cette préoccupation qui traversera désormais toute l’œuvre de l’écrivain ; « Si va insomma da una gnoseologia alla questione della lingua’ »13. La théorie de la connaissance se fonde ainsi chez Gadda sur celle d’une connaissance de la langue.

  • 14 Il s’agit de la première œuvre narrative publiée par Gadda.

11La publication, en 1931, de la Madonna dei filosofi14 signalera ainsi un double échec : l’abandon de la thèse philosophique et l’abandon du roman. Au sein d’un changement stylistique — nombreuses sont les pages appartenant au calligrafismo. à la prosa d’arte — Gadda opte pour une solution fragmentaire en abandonnant toute ambition romanesque. Même s’il reviendra à cette ambition, la poétique du fragment fait désormais partie intégrante d’une poétique plus générale, celle de l’inachèvement dont elle constitue un élément parmi d’autres. Les fragments de prosa d’arte des Studi imperfetti sont certes achevés mais appartiennent à un recueil de ce fait hétérogène, l’hétérogénéité constituant, de ce point de vue, une illustration de l’inachèvement. Un texte comme Eros e Priapo appartient de plein droit à cette poétique du fragment. La publication de ce texte en feuilleton — comme ce fut le cas pour la Cognizione ou le Pasticciaccio — n’est qu’un élément extérieur et finalement secondaire dans l’élaboration de cette poétique qui reste et restera jusqu’à la fin celle du Gran Lombardo.

Notes

1 Un texte comme La Madonna dei Filosofi constitue, de ce point de vue, une assez remarquable synthèse.

2 Outre le Racconto italiano di ignoto del Novecento, Gadda avait couché sur le papier l’ébauche d’autres romans : Retica (comme nous l’apprend la lecture du Giornale di guerra) et Un fulmine sul 220, qui constitue la première mouture de L’Adalgisa.

3 Roscioni trouve en effet « futile qualsiasi discorso sulla priorità della filosofia rispetto alla “letteratura” o viceversa » ; et il poursuit en précisant que « la presenza accanto ad essa (la “letteratura”) della “filosofia” non indica un prima o un al di là della “letteratura” quanto piuttosto l’estrema consapevolezza dei problemi conoscitivi sottesi alla deformazione espressiva, allo scrivere ». (Meditazione milanese a cura di Gian Carlo Roscioni, Torino, Einaudi, 1974, p. XXXVIII.)

4 Cf. Meditazione milanese, op. cit., p. 49 : « Circa la natura del lavoro è forse opportuno rilevare (…) che esso hacaratteredi contributo interpretativo di fatti esterni piuttosto che di contributo astratto alla teoria della conoscenza. » (Nous soulignons) ; « Quant à la nature de l’étude, il est sans doute opportun de faire remarquer que celui-ci représente davantage une contribution à l’interprétation de faits extérieurs plutôt qu’une contribution abstraite à la théorie de la connaissance. » (Nous traduisons)

5 Cf. Lingua letteraria e lingua dell’uso’, I viaggi la morte, in Saggi, giornali, favole, Milano, Garzanti, 1991, p. 490 : « La lingua, specchio del totale essere, e del totale pensiero (…) ». Les Voyages la mort, trad. Monique Baccelli, Paris, C. Bourgois éditeur, 1994, p. 117 : « La langue, miroir de l’être tout entier, et de toute la pensée ».

6 Ibid., p. 490. Trad., op. cit., p. 118 : « Car dans une langue il n’existe rien d’inutile, ni de superflu ».

7 Racconto italiano di ignoto del Novecento, in Scritti vari e postumi, Milano, Garzanti, 1993, p. 396. Trad. Monique Baccelli, Récit italien d’un inconnu du vingtième siècle, Paris, C. Bourgois éditeur, 1997, p. 33-34 : « Il faudra ou fusionner (très difficile) ou choisir ».

8 Cf. Racconto italiano di ignoto del Novecento, op. cit., p. 405, trad. op. cit., p. 47 : « (…) je veux exprimer artistiquement cette vérité philosophique ».

9 Conception qui a pu subir l’influence de Spinoza : « Gli uomini sono grumi di relazioni » liton dans Il pensiero di Spinoza de Guzzi, ouvrage lu et annoté par Gadda.

10 Meditazione milanese, op. cit. ; « Il n’est pas possible de penser à un grumeau de relations comme quelque chose d’achevé, comme un gnocchi détaché des autres dans la marmitte. Les filaments de ce grumeau nous conduisent vers autre chose, vers bien autre chose, vers autre chose, à l’infini. » (Nous traduisons)

11 Ibid., p. 647 ; « Autre erreur profonde de la spéculation : voir à tout prix le moi et l’un là où ils n’existent pas du tout, voir des limites et des barrières là où il n’y a que liens et enchevêtrements. » Cf. aussi p. 102 : « Non vedevo il generale tale o il generale tal altro — ma relazioni logistiche, tattiche, ferroviarie, dinamiche, chimiche (esplosivi) ecc. » ; « Je ne voyais pas tel ou tel général — mais des relations logistiques, tactiques, ferroviaires, dynamiques, chimiques (explosives) etc. » (Nous traduisons)

12 Le belle lettere e i contributi espressivi delle tecniche (1929), in I Viaggi la morte, Opere, IV, p.480. Trad., op. cit., p. 102 : « Chaque élaboration est histoire, comme tout le monde me l’enseigne, et l’histoire, la ‘belle trouvaille’, c’est le langage. Lequel langage est le thesaurum d’une civilisation, d’une culture, d’une tradition expressive liée à d’innombrables faits. »

13 Ibid, p. 476. Trad. p. 97 : « On va en somme d’une gnoséologie à la ‘question de la langue’ ».

14 Il s’agit de la première œuvre narrative publiée par Gadda.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540