Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Objets inachevés de l'écriture

 | 
Dominique Budor
, 
Denis Ferraris

La fabrique du texte

Enquête sur les Frammenti de Nievo

Elsa Chaarani-Lesourd

Résumé

On s’interroge sur cinq fragments de Nievo.
Les trois premiers sont des fragments assez brefs de nouvelles qui auraient dû s’inscrire dans le droit fil de celles qui furent rassemblées sous le titre Novelliere campagnuolo. Ici, ce n’est pas simplement le caractère parcellaire de ces textes qui constitue leur inachèvement : celui-ci semble inscrit dans l’indétermination même du récit, des phrases, peut-être des mots.
Ce n’est pas le cas du quatrième fragment L’aratro e il telaio, qui apparaît comme le début, non lacunaire, d’une nouvelle rustique, aux contours si nettement définis qu’il n’est guère malaisé d’y retrouver les intentions idéologiques de l’auteur. L’inachèvement s’y apparente donc à une panne. La mort subite de l’auteur n’est pas étrangère à cette panne, pas plus qu’elle ne l’est aux lacunes que comporte le dernier fragment, le plus long, et le plus connu, Il Pescatore d’anime, qui aurait dû être un roman.

Texte intégral

  • 1 Nievo commença à publier La nostra famiglia di campagna en mai 1855, dans "La Lucciola" de Mantoue. (...)

1Les quatre premiers fragments étudiés appartiennent à l’expérience narrative rustique qui séduisit Nievo dans les années 1855-18571. Du reste, ils sont petits composés de chapitres similaires à ceux du Novelliere Campagnuolo, le plus long des fragments en comportant deux entiers, le plus court se réduisant à un paragraphe. Quant au cinquième, c’est un roman inachevé intitulé Il pescatore di anime, et écrit en 1859.

  • 2 Voir par exemple, la lettre no 199 du 14 avril 1855 et la lettre no 214 du 29 août 1855, in Nlevo ( (...)
  • 3 Les manuscrits des fragments I fondatori di Treppo, La Pieve di Rosa, La Figlia della Madonna sont (...)

2Nievo travaillait ses textes selon une technique souvent évoquée dans sa correspondance2. Après avoir écrit un premier jet surchargé de corrections et de repentirs, il recopiait ce brouillon, qu’il corrigeait encore, et ceci probablement plusieurs fois jusqu’à l’obtention d’une copie au propre, de sorte que le manuscrit3 est un point essentiel pour déterminer le stade de l’achèvement d’une pièce.

I

3On étudiera conjointement les deux premiers fragments rustiques. D’ores et déjà, leurs titres et sous-titres sont parlants, I fondatori di Treppo, novella campagnuola et La Pieve di Rosa, storia di un villaggio, puisqu’ils révèlent un point commun : dans les deux cas, il s’agit de l’histoire collective d’un village frioulan.

Que donne l’examen des manuscrits ?

  • 4 On ne peut évidemment être complètement formel : il se peut aussi que Nievo ait écrit ce texte du p (...)

4Le manuscrit de I fondatori di Treppo est une bella copia, sans aucune rature et à la plume. Seuls subsistent le premier capitoletto et le premier paragraphe du deuxième. Il est évident que cela aurait pu constituer un premier état, bon à publier, de ce début de nouvelle, si le texte ne comportait des ajouts au crayon, qui prouvent les hésitations de l’auteur à son endroit. On trouve trois ajouts : un ajout introductif, une série de mots raturés dans le texte et corrigés dans les interlignes, et un ajout final. Enfin, dans le blanc qui sépare les deux petits chapitres se trouve le croquis à la plume d’un buste masculin, répété deux fois. Quant au deuxième manuscrit, celui de La Pieve di Rosa c’est probablement un brouillon recopié4 comportant de nouvelles corrections. Il s’agit du paragraphe initial du premier capitoletto de la nouvelle. Ces deux manuscrits sont donc visiblement différents l’un de l’autre. Si le deuxième est, de toute évidence encore, à l’état de brouillon, le premier, hormis les ajouts au crayon, semble, du point de vue de sa présentation matérielle, résulter déjà d’un travail approfondi, étant donné la technique de rédaction évoquée plus haut.

Qu’en est-il, à présent, des textes eux-mêmes ?

5En ce qui concerne le premier fragment, une évidence s’impose : l’inachèvement réside dans le fait que le pacte narratif annoncé par le sous-titre n’est pas rempli, puisque le récit annoncé est interrompu après la perturbation. En outre, le texte est remarquable par son imprécision. Pour évoquer la fondation de ce village frioulan, le narrateur remonte à la création du monde :

Dio creò il mondo, e Treppo non era… (N.C., p. 653)

6Mais il se révèle incapable de déterminer le moment historique exact de l’action :

Circa poi al dirvi l’anno il mese e il giorno, davvero ch’io non tengo fabbrica di lunario, e potete domandare di ciò qualche astrologo, giacché per conto mio vi contenterete di sapere che questa è una storia molto antica… (N.C., p. 654)

7Cette défaillance, du reste, s’étend également à l’espace :

Né io vi so dire se apparendoci ora questo paese corne fera a que’ giorni, l’avressimo conosciuto… (N.C., p. 654)

8Dans cet état initial imprécis d’un paradis naturel vague, intervient la perturbation sous la forme d’une guerre qui pousse les habitants à se déplacer vers la montagne jusqu’au lieu qui deviendra Treppo. Mais la perturbation n’est guère plus déterminée :

…venne qui nel basso Friuli una gran guerra ; e non vi so dire se fossero Turchi, o Mori, o Francesi quelli che veniano facendo grandissimo guasto per le campagne… (N.C., p. 656)

  • 5 « … le due famiglie si divisero quel bel territorio ; e la più numerosa che era principalmente d’ag (...)

9Enfin, il n’existe aucune mise au point sur des personnages : c’est tout juste si le narrateur ébauche une rivalité entre familles d’agriculteurs s’installant sur les hauteurs et familles de bergers préférant les pâturages de la vallée5. Un chrono-tope, une perturbation et des personnages aux contours flous, c’est trop d’indétermination pour un texte du dix-neuvième siècle dont l’ambition est partiellement réaliste et qui se voulait récit, si l’on en croit le sous-titre. Rapportée à la précision des ouvertures des nouvelles du Novelliere Campagnuolo cette indétermination ne correspond ni aux canons de l’époque, ni aux habitudes de l’auteur. On peut objecter que le narrateur de La nostra famiglia di campagna, conduisait lui aussi son lecteur sur des chemins assez détournés de la narration classique et proches de Lawrence Sterne. Certes, mais le sous-titre en était Dipinture morali et non point Novella campagnuola. Ici, la défaillance du narrateur quant aux données de l’effet de réel recoupe de toute évidence les incertitudes de l’auteur, qui ont pu motiver l’arrêt du travail sur cette nouvelle. En effet, elle fut commencée selon toute probabilité à l’époque où il écrivait les nouvelles du Novelliere, entre 1 855 et 1856. Son abandon est donc étranger à la mort subite de Nievo survenue seulement six ans plus tard et il faut chercher ailleurs les motifs de l’inachèvement.

10En ce qui concerne, à présent le texte du second fragment, le paragraphe rescapé de la nouvelle La Pieve di Rosa s’ouvre sur une généralité, la comparaison des collectivités avec les personnes :

Nazioni, territori, città, paesi, villaggi hanno tutti una loro singolare figura di gaiezza, di mestizia, di operosità e di pace corne l’hanno le persone ; e tutti pure corrono una loro speciale ventura attraverso quel viluppo di casi, che quaggiù diciamo viluppo, ma che è forse agli occhi della Provvidenza ordinamento continuo e lontana armonia. (N.C., p. 659)

11Cette idée est développée dans le reste du paragraphe qui s’étend sur environ une page manuscrite, une demi-page imprimée. Il s’agit donc ici d’un embryon de nouvelle, dont le texte, à la fois imprécis et banal, possède toutefois un lien très vague avec la nouvelle Il Varmo, où on peut lire cette phrase :

…Glaunico come tutti i paeselli lì presso ubbidiscono in materia
spirituale alla Pieve di Rosa.
(N.C., p. 162-163)

12Quelle est, à présent, la fonction des ajouts au crayon sur le premier des deux fragments ? Nievo, en relisant ces deux ébauches, pouvait facilement se rendre compte de leur caractère inutilisable en l’état. Dès lors, il effectue quelques tentatives pour relier à un ensemble construit ces pièces isolées. C’est ce que disent clairement, en tout cas, les ajouts au crayon.

13En effet, le premier ajout est l’amplification de ce qui n’était qu’un germe de cornice dans le texte à la plume. Cette amplification aurait permis d’insérer la nouvelle dans le cadre du Novelliere Campagnuolo dont Nievo avait le projet. Sans cet ajout, le texte possédait de toute façon un io narrante qui semblait être un habitant de Treppo :

E contuttociò né mio padre che prese moglie piuttosto attempato, né il
padre e il nonno di lui si ricordavano d’aver conosciuto un solo che fosse
vissuto quando Treppo non era.
(N.C., p. 653)

14Toutefois, la première phrase de l’ajout établit un lien limpide entre le fragment et la nouvelle La viola di San Bastiano :

— Anche questa non è una sera da contar frottole, — disse il bifolco, — siamo all’Epifania che la è una festa di gran divozione, onde voglio proprio contarvi la vita d’un paese, quale me l’ha raccontato mio nonno che era di colà. (N.C., p. 653)

  • 6 « — Questa sera vi conterò una storia che somiglia una fola, — disse il bifolco. — Cionnonpertanto (...)
  • 7 Des sept nouvelles rassemblées en 1956 sous le titre Novelliere Campagnuolo, titre choisi par Nievo (...)
  • 8 Il est possible que cet ajout lui ait échappé, car l’inscription est assez peu visible, ou alors il (...)
  • 9 Des deux nouvelles Il milione del bifolco et L’avvocatino, il ressort clairement que le conteur est (...)

15En effet, alors que le conteur de La viola di San Bastiano racontait son histoire la veille de Noël, celui de l’ajout au crayon narre la sienne le jour de l’Épiphanie et la solennité de la fête religieuse est soulignée dans les deux textes, et reliée au choix d’un récit “vrai”6. Remarquons encore que les deux conteurs sont désignés par le même terme : bifolco. L’idée de relier ces deux nouvelles était logique puisque La viola di San Bastiano est la seule des trois nouvelles racontées par le bouvier de Mantoue qui soit située au Frioul7. L’allusion est évidemment transparente. Cependant, étant donné l’orientation réaliste qui est la sienne dans les nouvelles rustiques, Nievo se heurtait à une invraisemblance résolue différemment dans La viola di San Bastiano : comment un bouvier de Mantoue pouvait-il avoir connaissance de l’histoire de la fondation d’un village frioulan ? Il résout ici le problème en inventant un grand-père frioulan pour son conteur, ce qui apparaît, on l’a vu, dans la phrase initiale, mais aussi dans un ajout au crayon qui semble avoir échappé à la lecture pourtant vigilante d’Iginio De Luca, le critique qui rassembla et publia les textes en 1956. Dans la phrase où il est question du père du narrateur, le mot padre est rayé et remplacé par nonno.8 L’ennui, c’est que cette solution ne manque pas de produire à son tour une incohérence qui affecte cette fois-ci l’ensemble du fragment, car il apparaît nettement dans le texte que le conteur de la première rédaction partage avec son public une bonne connaissance des environs de Treppo, au Frioul, ce qui ne pouvait évidemment être le cas du bouvier mantouan dont le public, entassé dans une étable de Fossato9, vivait habituellement à deux-cent cinquante kilomètres du Frioul. Selon le canon de la vraisemblance, en vigueur dans le code d’une prose à caractère partiellement réaliste, Nievo aurait donc dû procéder à la réécriture de ce fragment dans une perspective différente. Une telle cascade de difficultés a pu aisément, on le conçoit, motiver l’abandon de ce récit.

16L’autre tentative est celle qui a déjà été relevée par Iginio De Luca, et consiste à relier ce fragment au deuxième, La Pieve di Posa. Puisque, séparément, ils ne donnaient rien, pourquoi ne pas les “fondre” et raconter l’histoire d’un seul village frioulan ? C’est le sens des autres ajouts situés dans le corps du texte et qui consistent à remplacer Treppo, raturé au crayon, par Pieve di Rosa. C’est aussi le motif des hésitations sur le titre de la nouvelle : le titre et le sous-titre inscrits à la plume I Fondatori di Treppo, novella campagnuola, se trouvent encadrés par le titre et le sous-titre du second fragment, La Pieve di Rosa, storia di un villaggio, écrits au crayon. En outre, le verso de la dernière page porte, à la plume, l’inscription suivante :

I Fondatori di Treppo. Storia della Pieve di Rosa. Il Primo Pievano.

17C’est également le sens de l’ajout final au crayon, où l’auteur inclut le titre du second fragment :

Così venuti crescendo in numero ed in agiatezza cominciarono anche a crescere in superbia e loro sapeva male di dover far miglia e miglia per pigliar la messa della domenica, onde pregarono che fosse loro mandato un prete. Così fu infatti ed essi sull’altra sponda del Tagliamento edificarono una chiesuola dove un pittore di quei tempi dipinse una Madonna con una rosa in mano ; così la si disse la Madonna di Rosa e la Pieve la Pieve di Rosa. (N.C., p. 658)

18Pourtant, là encore la solution se révèle insatisfaisante. Il subsiste un antagonisme entre le récit écrit à la plume qui évoque la rivalité entre les familles d’agriculteurs situées dans la partie haute du village et les familles de bergers situées en bas, et les phrases de l’ajout au crayon, que nous venons de citer, et qui, elles, évoquent des villageois mécontents de n’avoir pas une paroisse pour eux tous seuls. A cette différence thématique de la quête narrative, s’ajoute [incohérence géographique relevée par Iginio De Luca. Rosa est un village situé dans la plaine frioulane, tandis que Treppo est un village tout proche des montagnes. Or, l’escarpement avait une fonction dans la narration du premier récit, ce qui devenait insignifiant pour un village de la plaine. Enfin, une dernière notation à la plume relie de façon mystérieuse La Pieve di Rosa à une nouvelle du Novelliere Campagnuolo, La Santa di Arra. Dans la marge, en haut à gauche du texte se trouve l’inscription des noms de la protagoniste et d’un personnage secondaire de cette nouvelle :

Santa, Barb’Andrea

19Dans le cas de ces deux fragments, il apparaît clairement que l’inachèvement est inscrit dans la structure même de la nouvelle. Compte-tenu de données tenant à l’histoire de la littérature et donc au genre, l’imprécision, présente dès la conception de la nouvelle, a peut-être motivé l’abandon de ces pièces, en rien imputable à la mort précoce de l’auteur. Paradoxalement, les précisions mêmes du récit convergent elles aussi vers la panne, car elles provoquent des antagonismes avec l’ensemble auquel l’auteur tente de les relier. Or ces antagonismes, contraires au canon réaliste du récit rustique, se révèlent inacceptables dans le contexte littéraire de l’époque. La signification des deux croquis à la plume semble corroborer cette hypothèse. De toute évidence, ils sont de ces croquis qu’on effectue distraitement, l’esprit absorbé par la réflexion, ou, au vingtième siècle, par une conversation au téléphone. Seule la main de Nievo a pu tracer ces esquisses : qui d’autre se serait permis, en effet, de défigurer son manuscrit à ce point ? On est tenté de relier cette divagation de la plume à la défaillance d’inspiration qui semble inscrite dans les mots mêmes du texte : en séchant sur sa copie, Nievo dessinait, et ce, soulignons-le, avant les ajouts, dès le stade de la copie à la plume.

II

  • 10 Plus loin petulanti torrentelli a remplacé torrentelli ; dai gelsi et dai capi a été remplacé par d (...)

20Une surprise du même ordre attend le chercheur qui découvre le manuscrit de La Figlia della Madonna, troisième fragment de l’expérience rustique. Il s’agit d’une page à la plume dont le titre est souligné d’une douzaine de traits sur lesquels une main, comme désœuvrée, a dessiné des notes de musique, en trois groupes de noires ! Mais ce n’est pas tout, au recto de cette page, en dessous des trois lignes finales du fragment, on a exécuté une série de dessins géométriques au crayon. La largeur du trait suggère un crayon assez semblable à celui des ajouts du premier fragment, mais ce n’est là évidemment qu’une conjecture dont le seul fondement est fort tenu. Ce manuscrit est très probablement un premier jet : on y voit, en plusieurs endroits, les hésitations de l’auteur qui rature, recommence et rature de nouveau sur la même ligne : il s’agit donc de corrections effectuées sur le vif. Ainsi, dès la première ligne, le mot Alpi est rayé et remplacé sur la même ligne par ultime Alpi, ce qui montre que l’auteur a changé d’avis en écrivant10. Cependant il comporte aussi de nombreuses corrections produites après coup, dans l’interligne. Les solutions préférées ne sont pas toujours indiquées clairement, et en l’absence de la représentation concrète de la rature, I. De Luca a dû opérer un choix. Ainsi, à la quatorzième ligne du manuscrit, l’auteur a ajouté dans l’interligne un doublet du verbe principal. La proposition l’opera dell’uomo ha condotto a ritroso gl’intendimenti della dolce creatrice pourrait donc se lire aussi l’opera dell’uomo ha troncato a mezzo gl’intendimenti della dolce creatrice. Mais, à ce stade du travail d’écriture, Nievo n’a apparemment rien décidé. Plus loin, dans la version publiée, une autre phrase se trouve ainsi reconstituée par I. De Luca :

E i paeselli che fanno crocchio intorno ad un poggio o che si ascondono, come cavrioli selvatichi, nel fondo di qualche verde bassura, o che s inerpicano arditamente sulla vetta d un colle, portanti sul capo come cimiero [la] nera torricella d’un castello, aggiungono vita e vaghezza alla dipintura dei prospetti (N.C., p. 661).

Ippolito Nievo (La figlia della Madonna)
© Biblioteca Comunale "Vincenzo Ioppi" - Udine
inv. n
o 3945 fo 1

Ippolito Nievo (La figlia della Madonna)
© Biblioteca Comunale "Vincenzo Ioppi" - Udine
inv. n
o 3945 fo 2

21Or, sur le manuscrit, la première version de la phrase est partiellement raturée et remplacée dans l’interligne. Voici la transcription du manuscrit ; la phrase reconstituée par I. De Luca apparaît en grasses, les mots ratures sont en caractères normaux, ceux de l’interligne sont entre parenthèses et ceux que Nievo n’a pas raturés mais qui sont supprimés dans la version publiée sont en italique :

  • 11 Nievo a hésité également sur nel fondo di qualche (devant verde bassura) rayé puis remis dans l’int (...)

E i paeselli che fanno crocchio intorno ad un poggio o che si ascondono, come cavrioli selvatichi (?) nel fondo di qualche (nel fondo di) qualche verde bassura, o che si rizzano baldanzosi a cavaliere (s’inerpicano arditamente sulla vetta) d’un colle, [gérondif illisible] (portanti sul capo) come cavalieri dal (cimiero [la] nera torricella d’un castello/negro castello) tempo antico da che (?) guerresco castello sembrano disposti aggiungono vita e vaghezza ai pittoreschi prospetti alla dipintura dei prospetti11

22L’article la devant nera torricella est un ajout — justifié — d’Iginio De Luca. Ni cavalieri dal situé sur la ligne, ni l’autre ajout interlinéaire de Nievo, negro castello, situé entre la ligne raturée et nera torricella d’un castello, n’ont été supprimés par Nievo. La solution d’Iginio De Luca s’impose par sa logique, mais elle ne repose sur aucun indice concret.

23En ce qui concerne le texte proprement dit, le lecteur qui découvre le texte publié ressent une nette impression de déjà vu. Il s’agit d’un fragment descriptif de paysage : un début traditionnel chez Nievo, mais ce n’est pas là que réside la banalité du propos. Nievo reprend, dans cette description, un antropomorphisme déjà utilisé dans Il Varmo, « les eaux du Tagliamento », « fatiguées », « se persuadent » de changer de route. Dans la phrase citée ci dessus, les villages font l’objet de deux comparaisons plutôt contradictoires : d’abord des chevreaux sauvages, puis des guerriers coiffés d’un heaume. Or, c’est précisément cette deuxième comparaison, qui, dans le manuscrit, est surchargée de termes différents, ce qui démontre incontestablement les hésitations de l’auteur, dues peut-être à la contradiction entre le tableau champêtre et l’évocation médiévale. Enfin, tout le passage est truffé de références à Manzoni : i paeselli che fanno crocchio intorno a un poggio rappelle au lecteur le plus distrait le casucce ammucchiate sulla falda del promontorio du célébrissime Addio des Fiancés. La « noire tourelle du château », objet de tant d’hésitations, semble être un souvenir du château de Don Rodrigo. Enfin Nievo reprend certains termes très particuliers des descriptions manzoniennes, celle du château de l’innominato et celle de l’ouverture du chapitre premier des Fiancés.

Nella parte mediana di questo territorio il villaggetto di Conoglano sta a cavaliere d’un poggio che come promontorio si protende entro una pianuretta spartita a seminati. (N.C., p. 662)

24Les habitués des Fiancés reconnaîtront sans peine dans cette phrase plusieurs termes de la première phrase de la description du château de l’innominato (era a cavaliere dans le sens de “surplomber’, poggio). Le substantif poggio est repris dans la phrase finale du fragment :

Al vederlo dal basso, quel poggio somiglia appunto uno sterminato vascello che siasi arenato infra terra, e la chiesetta che fa capolino tra alcuni fitti pergolati sarebbe per l’appunto la testa di prora. (N.C., p. 662)

  • 12 Chaarani-Lesourd (Elsa), Pratiques parodiques et projet littéraire dans le chapitre premier des Con (...)

25Comment ne pas retrouver dans ces deux phrases l’écho lexical (le terme territorio et l’expression non é chi, al primo vederlo) de la description qui ouvre le chapitre premier des Fiancés ? Cette dernière remarque me paraît décisive : bien des critiques ont considéré et considèrent encore Nievo comme un pâle imitateur de Manzoni, membre à peine remarquable du groupe plus ou moins méprisable des manzoniani. Il a été montré ailleurs12 que l’auteur, dans les Confessioni, saura se démarquer avec une ironique aisance de ces lieux communs descriptifs tant prisés par les romantiques. Contrairement à une idée reçue, on peut donc supposer que cette imitation d’un maître, certes considéré comme tel, mais tout de même encombrant, ainsi que la répétition de ses propres thématiques, ont finalement dissuadé Nievo de poursuivre la rédaction de ce fragment.

III

  • 13 Extrait de la dédicace : « Se mi chiedeste come voi fanciulli di città e chiamati a consuetudine ci (...)

26L’aratro e il telaio : le problème de ce quatrième fragment rustique est essentiellement différent des questions soulevées par les précédents. Pour cette nouvelle dont le premier épisode fut publié en 1857 dans "La Lucciola" (gazzettino del contado e di cose scientifiche e letterarie) de Mantoue, il n’existe aucun manuscrit original et la nouvelle resta interrompue en raison de la suppression du journal lui-même, victime de la censure. On n’en connaît donc pas la suite, mais il existe une dédicace qui n’a pas été publiée dans la revue, peut-être à cause de son caractère un peu trop engagé, quoique paternaliste, en faveur de la campagne13.

  • 14 Selon Marcella Gorra, le titre de ce périodique a très probablement été inspiré par Nievo lui-même, (...)
  • 15 « Giacchè siamo sui giornali dì pure a tuo fratello che la "Lucciola" è giornale settimanale in tut (...)
  • 16 « Hai ragione che il De Castro ne fa di belle. Mi sprona a spedirgli a rompicollo la Santa di Arra (...)

27La première question est de savoir s’il s’agit d’une nouvelle véritablement inachevée, ou du fragment d’un récit achevé. A certaines revues, Nievo envoyait avant parution son récit entier qui pouvait ainsi être refusé ou accepté. Ce fut le cas de La pazza del Segrino, qui fut refusée par Alessandro Lampugnani, propriétaire de "La Ricamatrice" et "Le ore casalinghe". Mais il s’agissait de journaux féminins milanais dont le directeur ne se hasardait certes pas à publier un texte qui ne fût pas adapté à son public. Le cas de "La Lucciola" est tout différent. D’abord c’était un périodique fondé à Mantoue par des personnes vraisemblablement très proches de Nievo14, si Attilio Magri, son grand ami, faisait partie des collaborateurs. Ensuite sa diffusion était très probablement réduite, sinon confidentielle. Enfin, Nievo se sentait bien plus directement impliqué, puisque dans sa correspondance il fait de la publicité pour cette revue à ses amis15. Il n’est donc pas imprudent de supposer que le directeur de la revue, Luigi Boldrini, avait une grande confiance en Nievo et ne demandait pas forcément à lire la nouvelle entière avant parution. Du reste, les deux cas se rencontrent dans la vie de journaliste de Nievo et ce n’est pas une audace de penser que ce dernier, qui avait de grandes facilités d’écriture, écrivait au jour le jour. L’exemple de La Santa di Arra, parue dans "Il Caffè" en huit épisodes, au mois de septembre 1855, tend à le prouver. A cette date, la revue est sur le point de mourir, et pourtant Nievo se plaint dans sa correspondance16 que De Castro — directeur de ce périodique — lui demande de lui expédier au plus vite la par tie finale de la nouvelle pour qu’elle paraisse dans les derniers numéros. Cela montre d’abord que Nievo n’avait pas envoyé d’emblée La Santa di Arra en entier, et ensuite qu’il ne l’avait pas pour autant achevée. Tous ces arguments feraient plutôt pencher en faveur de l’inachèvement de L’aratro e il telaio.

  • 17 Nievo (Ippolito), I giorni sommersi, édition établie par Faustina Samaritani, Venezia, Marsilio, Ro (...)
  • 18 « L’articolo del 27 marzo 1858 apre le porte a un altro dibattito. Nievo scriveva : ʻ Per mezza nov (...)
  • 19 « Dopo poi che fui trattato almeno almeno con poca creanza a proposito del romanzetto chiesto con t (...)
  • 20 Elles sont sept à condition de compter parmi les neuf nouvelles L’avvocatino, dont Nievo parle immé (...)

28Toutefois, un autre élément assez ténu pourrait conduire à la conclusion inverse. Faustina Samaritani, dans une publication récente d’inédits17, cite une phrase de Nievo dans la revue "L’uomo di pietra" du 27 mars 1858. L’auteur s’y plaint, avec son habituel humour, de n’avoir pas été payé pour neuf nouvelles campagnardes et une demi-nouvelle humoristique18. Cette dernière est à n’en pas douter Il Barone di Nicastro, sur le sort duquel Nievo s’exprime ailleurs19. Les neuf nouvelles campagnardes seraient donc achevées. Or dans les journaux de l’époque, on n’en compte que sept20 avant cette date. L’aratro e il telaio pourrait donc être l’une de ces neuf nouvelles et porter à huit le nombre des nouvelles retrouvées.

  • 21 « In quell’ultima domenica di gennaio la stalla era più popolosa del consueto » (N.C., p. 663).
  • 22 Nievo (Ippolito), Le Confessioni d’un Italiano, Milano, Mondadori, 1981, p. 461.

29L’exploration des documents externes n’aboutissant pas à une conclusion formelle, examinons le texte lui-même. Mis à part le fait que le texte s’arrête brutalement et, feuilleton oblige, à un moment qui autorise les palpitations du lecteur, il s’agit d’une nouvelle construite avec la plus grande netteté. Elle s’ouvre sur une longue cornice, animée par le conteur mantouan des nouvelles déjà évoquées, mais cette fois-ci, « le dernier dimanche du mois de janvier »21, ce qui peut faire songer à une prolongation des deux autres déjà citées, puis on trouve deux petits chapitres rédigés. Le premier comporte l’évocation d’un lieu sous forme de devinette, et le deuxième le début du récit : un état initial pacifique, d’un village vivant dans une harmonie naturelle toute rousseauiste. Un élément perturbateur citadin, un magistrat, vient semer la discorde, en attisant un conflit d’intérêt entre d’une part, deux jeunes gens, tisserand et chanvrier et d’autre part, un vieillard exerçant ces deux métiers, et le village entier se divise en deux clans. Cette opposition chère à Rousseau et à Sand, entre paysans vertueux et citadins pervertis existe aussi dans des écrits postérieurs de l’auteur, Le confessioni d’un italiano, et un écrit théorique qui évoque largement la question des paysans Rivoluzione politica e rivoluzione nazionale22. La netteté du propos ne permet guère d’équivoque : l’achèvement du texte en lui-même est certain. Il s’agit vraiment d’un morceau détaché d’un ensemble et attendant une suite. Le problème est qu’on ignore si cette suite a été écrite. On ne peut parler d’inachèvement ici que du point de vue du lecteur, car Nievo avait certainement les idées claires sur le développement de cette nouvelle. L’avait-il envoyée entière à Boldrini qui l’aurait ensuite perdue ? L’avait-il conservée et comme d’autres papiers de Nievo se serait-elle dispersée ? Ne possédait-il pour la suite qu’un précis scénario d’écriture ? L’avait-il simplement en tête ? Autant de questions qui demeureront sans réponse si aucun autre document n’est retrouvé. La panne est dûe ici à deux causes : la censure définitive de la revue et la mort subite de l’auteur qui, s’il avait vécu plus longtemps, aurait sans doute pris une décision, quelle qu’elle soit, à l’endroit de ce texte.

IV

  • 23 « Del resto le cose si mettono regolarmente bene e stasera comincierò alla fine il Pescatore di ani (...)

30Le cinquième fragment, Il pescatore di anime, est étranger à l’expérience rustique des années 1855-1856. Nievo commence ce roman le 10 décembre 1859 entre la campagne de 1859 et le départ pour l’expédition des Mille, comme en témoigne une lettre de Bologne adressée à Adele Marin Nievo23.

  • 24 Mantovani (Dino), Il poeta-soldato, Milano, Treves, 1900, p. 337.
  • 25 Aux six pages de la Bibliothèque de Mantoue, I. De Luca ajoute deux autres extraits, appartenant à (...)

31Certes, ce fragment comporte un certain nombre de signes matériels d’inachèvement. La dédicace est privée de son centre, le chapitre II commence au milieu d’une phrase, il demeure seulement un passage du III et le V s’arrête brutalement, tandis qu’il subsiste deux rédactions du IV. Toutefois, une certaine impression de complétude se dégage à la lecture de ces restes. Elle est comparable au sentiment éprouvé par un touriste qui visite pour la première fois les vestiges de Pompéi et se trouve confronté au portrait du boulanger et de sa femme, une bribe extraordinairement précise, quoique lacunaire. En ce qui concerne le début, l’introduction et les trois premiers chapitres, l’étude du paratexte confirme cette impression de finitude. Tout cela avait en effet été rédigé entièrement puisque le premier biographe de Nievo, Dino Mantovani24, produit un résumé des vingt-neuf pages manuscrites qu’il avait eues entre les mains et dont il ne subsiste que six pages. Sans avoir lu ce résumé, on perçoit aisément certaines lignes narratives dans les restes publiés25 : le personnage principal, le “pêcheur d’âmes”, est un prêtre de Clauzetto, dans le Frioul, et il se trouve confronté à un amour qui fait vaciller sa vocation, puis la jeune femme renonce à lui et il surmonte l’épreuve. Evidemment, ce qui est énoncé ici avec continuité n’est que suggéré à travers ces quelques pans du récit. La rédaction de la suite avait cependant été commencée et c’est ce qui constitue le plus gros de la publication. Iginio De Luca publie ainsi deux rédactions du chapitre IV et une partie de la rédaction du chapitre V. Là encore, malgré les lacunes, l’auteur semble procéder selon un schéma qu’il paraît avoir clairement établi. L’avait-il écrit ou l’avait-il en tête ? En tous cas, de ce qui demeure se dégagent les lignes narratives suivantes :

    • 26 « …egli trovava nella propria fede religiosa e nell autorità del Vangelo bastevoli ragioni per diss (...)

    Don Lorenzo, le héros est un prêtre inspiré par la lettre de l’Évangile, qui à ce titre, est proche des paysans opprimés et proteste contre la misère26.

  • Il dénonce l’hypocrisie des fidèles et du clergé : au chapitre IV, il refuse de célébrer un mariage uniquement pour étouffer un scandale.

    • 27 Voici la réponse de Don Lorenzo à un personnage qui veut devenir soldat :
      « — Vorresti servir volont
      (...)

    Enfin, c’est un prêtre libéral, né en 1799, favorable à la constitution et patriote.27

32On retrouve ici une démarche idéologique et littéraire chère à Nievo : la critique de l’institution religieuse, la dénonciation sociale et le patriotisme, le tout situé dans un passé italien récent.

33La mort seule a-t-elle brisé l’architecture de ce roman dont la netteté stylistique montre que les mille pages de la rédaction des Confessioni ont constitué un précieux entraînement ? La réponse doit éviter toute simplification hâtive.

  • 28 « Genova, 5 maggio 1860, Mio Carlo — Avverto te soltanto che al punto che leggerai queste righe io (...)

34Les circonstances de la rédaction de ce roman d’un prêtre révolutionnaire sont bien particulières puisque Nievo écrit, en rongeant son frein, après l’immense déception de Villafranca. S’il interrompt la rédaction de ce texte, le 6 mai 1860, c’est pour embarquer avec Garibaldi pour la Sicile et les occupations de la dernière année de sa vie ne devaient lui laisser aucun temps et aucune disponibilité intellectuelle pour l’écriture d’un roman. Il n’écrivit plus que des interventions à caractère politique et des lettres qui reflètent des préoccupations du même ordre. En 1860, c’est donc lui, et pas encore la mort, qui décide de laisser la ce roman et d’embarquer comme il l’écrit à son frère « vers le midi de l’Italie »28. Lactivisme politique, puis la mort inattendue annihilent donc cette ultime entreprise narrative.

35On ne veut cependant pas signifier par la que Nievo était davantage un soldat qu’un homme de lettres : la ligne critique qui a créé cette légende a souvent esquivé une analyse sérieuse de son œuvre. Le choix effectué par Nievo en mai 1 860 signifie qu’il préfère être acteur plus que spectateur de ce que son intuition lui disait être un tournant capital de l’histoire de l’Italie. Cependant, dans les lettres de Sicile, il a toujours considéré sa fonction dans l’administration garibaldienne comme une parenthèse historique de sa vie, et dans cet intermède il est resté plus écrivain que jamais, mettant sa plume au service de ses idées.

36Il convient donc d’éviter les étiquettes commodes et les compartiments faciles. Considérons plutôt que l’inspiration de l’écrivain et le volontarisme de l’homme puisent à la même source. Car le roman inachevé de ce prêtre est la métaphore d’un autre sacerdoce, celui que Nievo s’est alors choisi délibérément pour lui-même. Il pescatore di anime n’est peut-être pas inachevé, il a peut-être continué lorsque Nievo a mis le pied sur le navire qui le conduisait en Sicile. Revenu vivant à la fin de 1860 pour une permission d’un mois, il a laissé le roman dans un tiroir. Conçu dans l’attente d’événements importants pour son auteur, il n’aurait peut-être plus jamais eu, après 1860, les mêmes raisons d’être achevé sur le papier.

  • 29 Voir supra note no 17.

37On a donc un inachèvement structurel dans les trois premiers fragments. Pour les deux autres, L’aratro et il telaio et Il Pescatore d’anime l’interruption n’exclut pas une certaine finition des textes, particulièrement celui de la nouvelle. Quoi qu’il en soit, dans tous les cas, on peut parler d’abandon. Pour les nouvelles rustiques, le motif en est peut-être le désintérêt progressif pour le genre, perceptible au moins dans une lettre29. Or, il existe probablement des textes auxquels Nievo tenait plus particulièrement, parce qu’il y identifiait davantage sa personnalité d’écrivain, et ce n’est certes pas un hasard s’il avait pris un soin tout particulier à protéger le manuscrit des Confessioni.

Notes

1 Nievo commença à publier La nostra famiglia di campagna en mai 1855, dans "La Lucciola" de Mantoue. Les autres nouvelles du Novelliere ont très probablement été écrites entre ce moment et 1856. Le fragment L’aratro e il telaio fut publié dans "La lucciola" en 1857. Tous ces renseignements ont été réunis par Iginio De Luca, lors de sa publication des nouvelles rustiques de Nievo, accompagnées d’autres écrits, dont les cinq fragments qui nous occupent. Ce volume est donc notre édition de référence : Nievo (Ippolito), Novelliere campagnuolo e altri racconti, Torino, Einaudi, 1956, dont l’abréviation sera ensuite NC.

2 Voir par exemple, la lettre no 199 du 14 avril 1855 et la lettre no 214 du 29 août 1855, in Nlevo (Ippolito), Lettere, édition établie par Marcella Gorra, Milano, Mondadori, 1981, p. 334-341 et p. 358-359.

3 Les manuscrits des fragments I fondatori di Treppo, La Pieve di Rosa, La Figlia della Madonna sont conservés à la Biblioteca Comunale Vincenzo Ioppi d’Udine, sous les numéros 3947, 3944 et 3945. Il n’existe pas de manuscrit de L’aratro e il telaio. Quelques pages du roman Il pescatore d’anime sont conservées à la Biblioteca Comunale de Mantoue.

4 On ne peut évidemment être complètement formel : il se peut aussi que Nievo ait écrit ce texte du premier coup pratiquement sans ratures, ainsi qu’il apparaît. Car le manuscrit, comparé à d’autres, comporte vraiment bien peu de ratures.

5 « … le due famiglie si divisero quel bel territorio ; e la più numerosa che era principalmente d’agricoltori serbò per sé il sommo di quei colli e e l’altopiano steso alle loro spalle, e l’altra che era principalmente di pastori prese per sé i pascoli succosi della valle che digradando falda per falda risorgevano più all’altra banda in un’ordinanza di poggi verdi e asciutti. » (N.C., p. 657)

6 « — Questa sera vi conterò una storia che somiglia una fola, — disse il bifolco. — Cionnonpertanto la è la vera verità, poiché me la narrò uno di quei paesi che ci ebbe mano in pasta […] Fattosi silenzio nella stalla, egli ricominciò con una voce solenne, quale la meritava appunto quella sera che era la vigilia del Natale. » La viola di San Bastiano, N.C., p. 313.

7 Des sept nouvelles rassemblées en 1956 sous le titre Novelliere Campagnuolo, titre choisi par Nievo à deux reprises dans sa correspondance, quatre sont situées en Lombardie et trois dans le Frioul. Si l’on pouvait dater avec précision la conception de La viola di San Bastiano cela permettrait de dater également le fragment. Par malchance, La viola di San Bastiano est précisément une nouvelle dont la date a fait l’objet d’un débat critique. Il est prudent de situer la date de rédaction après La Santa di Arra (1855) et avant L’aratro e il telaio (1857), ce qui reste vague.

8 Il est possible que cet ajout lui ait échappé, car l’inscription est assez peu visible, ou alors il n’a pas cru bon de la mentionner, car le mot nonno apparaît dès la première phrase du texte de la cornice ajoutée au crayon.

9 Des deux nouvelles Il milione del bifolco et L’avvocatino, il ressort clairement que le conteur est, comme son public, de la région de Mantoue où il raconte ses histoires ; la précision est confirmée p. 414, dans la deuxième viola di San Bastiano, suite de L’Avvocatino, que Nievo avait très probablement écrite pour se défendre lors du procès concernant cette dernière nouvelle.

10 Plus loin petulanti torrentelli a remplacé torrentelli ; dai gelsi et dai capi a été remplacé par da filari di gelsi, da festoni di vigne e da boscatelle di castagni, selon une musicalité ternaire assez facilement repérable dans le Confessioni.

11 Nievo a hésité également sur nel fondo di qualche (devant verde bassura) rayé puis remis dans l’interligne.

12 Chaarani-Lesourd (Elsa), Pratiques parodiques et projet littéraire dans le chapitre premier des Confessioni d’un italiano d’Ippolito Nievo, “Chroniques italiennes”, no 45, 1996, p. 119-133.

13 Extrait de la dédicace : « Se mi chiedeste come voi fanciulli di città e chiamati a consuetudine cittadina io intendo ammaestrarvi colla sposizione di alcuni casi della vita paesana, abbiatevi questo come primo ammonimento, che ogni bene non è nella città, e che l’esservi nati deve indurre all’animo più umiltà che superbia. Il che vi sciolga da ogni maraviglia. Del resto l’orgoglio non è vizio soltanto dei signori ; e per me lo stimo tanto peggiormente nocivo, quanto meglio locato in chi per lo stato suo di fortuna dovrebbe esserne mondo. » N.C., p. LXXVIII-LXXIX.

14 Selon Marcella Gorra, le titre de ce périodique a très probablement été inspiré par Nievo lui-même, qui écrivait à cette époque un recueil de poésies homonyme, composé entre autre de petits apologues où perçaient ses intentions politiques, comme il apparaît clairement dans sa correspondance. Cf. lettre du 9 mars 1855 à Arnaldo Fusinato et lettre du 13 mars 1855 à Giovanni De Castro, in Nievo (Ippolito), Lettere, édition établie par Marcella Gorra, Milano, Mondadori, 1981, (I classici Mondadori). L’idée de la luciole brillant dans la nuit est évidemment métaphorique de ces temps où l’on espérait un changement.

15 « Giacchè siamo sui giornali dì pure a tuo fratello che la "Lucciola" è giornale settimanale in tutta l’estensione del termine ; alla quale per associarsi bisogna spedire A.L. 12 franche di porto al Dr. Luigi Boldrini, Redattore della Lucciola Mantova — » (Lettre no 211 du 2 août 1855 à Carlo Gobio, Lettere, op. cit. p. 355.)

16 « Hai ragione che il De Castro ne fa di belle. Mi sprona a spedirgli a rompicollo la Santa di Arra e di fare in modo che la ci stia nei ultimi numeri del “Caffè”. Io la insacco alla meglio, chè per un giornale mi sapeva abbastanza. Indovina mo’che ora me la fa stampare in un volumetto !!!.. » (lettre no 218 du 9 octobre 1855 à Arnaldo Fusinato, Lettere, op. cit., p. 363.)

17 Nievo (Ippolito), I giorni sommersi, édition établie par Faustina Samaritani, Venezia, Marsilio, Roma, Fondazione Ippolito Nievo, 1996.

18 « L’articolo del 27 marzo 1858 apre le porte a un altro dibattito. Nievo scriveva : ʻ Per mezza novella umoristica […] in un altro periodico di ottima fama. Troppi complimenté Per nove novelle campagnuole chiestemi dalle redazioni di varii giornali. Il paziente complimento dei pochi e non meritati lettori. Per altra simile novella campagnuola. Due viaggi a Milano a mie spese […] più una multa
La novella che fruttò a Nievo i viaggi a Milano e la multa è
L’avvocatino. Su questo almeno non ci sono dubbi. » Id., i giorni sommersi, op. cit. p. 14.

19 « Dopo poi che fui trattato almeno almeno con poca creanza a proposito del romanzetto chiesto con tanta premura questo aprile e piantato là a mezzo Dio sa perche, sarebbe vera minchioneria il tacere affatto. » (Lettre no 300 à Arnaldo Fusinato, Lettere, op. cit. p. 458, citée par Iginio De Luca, N.C., p. LXXV.)

20 Elles sont sept à condition de compter parmi les neuf nouvelles L’avvocatino, dont Nievo parle immédiatement après, en ces termes « per altra simile novella campagnuola » (voir supra note no 19). L’adjectif » simile » peut faire penser que L’avvocatino fait partie des neuf nouvelles en question. La Nostra famiglia di campagna parut dans "La Lucciola" de mai à décembre 1855, La Santa di Arra dans "Il Caffè" en septembre 1855, l Varmo dans "L’annotatore friulano" de mars à mai 1856, Il milione del bifolco dans "La Lucciola" d’avril à juin 1856, Lavvocatino dans "Panorama universale" d’avril à juin 1856, Le Maghe di Grado dans "La Lucciola" en septembre-octobre 1856, L’aratro e il telaio dans "La Lucciola" au début de 1857, et la deuxième Viola di San Bastiano dans "Panorama universale" en novembre 1856. Voir N.C., p. LXVI-LXXIII.

21 « In quell’ultima domenica di gennaio la stalla era più popolosa del consueto » (N.C., p. 663).

22 Nievo (Ippolito), Le Confessioni d’un Italiano, Milano, Mondadori, 1981, p. 461.

23 « Del resto le cose si mettono regolarmente bene e stasera comincierò alla fine il Pescatore di anime. » (Lettre no 423 du 10 décembre 1859 à Adele Marin Nievo, Lettere, op. cit. p. 624.)

24 Mantovani (Dino), Il poeta-soldato, Milano, Treves, 1900, p. 337.

25 Aux six pages de la Bibliothèque de Mantoue, I. De Luca ajoute deux autres extraits, appartenant à une collection privée. (N.C., p. LXXX)

26 « …egli trovava nella propria fede religiosa e nell autorità del Vangelo bastevoli ragioni per dissuadere la povera gente dal terrore disperato della necessità provvidenziale della loro miseria. » (N. C., p. 688.)

27 Voici la réponse de Don Lorenzo à un personnage qui veut devenir soldat :
« — Vorresti servir volontario i Tedeschi dunque ? è questo che intendo !
— Io non so cosa voglio ! So che mi dispiace l’aria di questo paese. Ebbene figliuol mio, va nelle Indie, va nella China, ma non indossar mai la livrea d’un padrone. »
(N.C., p. LXXXI)
D’ailleurs, le narrateur, neveu de don Lorenzo, l’appelle « lo zio costituzionale », ce qui est le titre du chapitre V. (N. C, p. 695)

28 « Genova, 5 maggio 1860, Mio Carlo — Avverto te soltanto che al punto che leggerai queste righe io avrò già fatto vela verso il Mezzogiorno d’Italia — ». Nievo (Ippolito), Lettere garibaldine, édition établie par Andreina Ciceri, Torino, Einaudi, 1961, p. 3.

29 Voir supra note no 17.

Table des illustrations

Légende Ippolito Nievo (La figlia della Madonna)© Biblioteca Comunale "Vincenzo Ioppi" - Udineinv. no 3945 fo 1
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/9867/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Ippolito Nievo (La figlia della Madonna)© Biblioteca Comunale "Vincenzo Ioppi" - Udineinv. no 3945 fo 2
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/9867/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 306k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site