Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Objets inachevés de l'écriture

 | 
Dominique Budor
, 
Denis Ferraris

L'avènement du brouillon

“À travers” l’inachevé : pour une lecture de Frantumi de Giovanni Boine

Laura Gatti

Résumé

Cette communication a pour objet l’analyse de trois manuscrits de Frantumi de Giovanni Boine. La prise en compte à la fois des perspectives théoriques propres à l’auteur et des éléments issus de l’examen du processus de l’écriture a révélé que ce texte se situe entre deux inachèvements : l’un matériel l’autre conceptuel, l’un génétique l’autre théorique. En effet, l’analyse des manuscrits démontre que le texte n’est pas le résultat d’une programmation, mais qu’il naît de l’expérimentation et de l’inachèvement. Le corpus théorique, d’autre part, prouve que le fragment a été choisi par Boine en tant que forme inachevée et ouverte pour représenter la multiplicité et l’infinitude du réel. Le texte prend ainsi forme de l’inachevé et restitue l’inachevé

Texte intégral

  • 1 Ces manuscrits sont conservés à la Bibliothèque Municipale d’Imperia. Ils appartiennent à la secti (...)

1Je souhaite présenter ici quelques réflexions sur Frantumi, recueil poétique de Giovanni Boine publié posthume en 1918. Mon analyse se concentre sur un corpus spécifique et précis qui peut fournir des éclaircissements et des révélations sur ce que fut la relation entre le processus de composition des textes, le concept d’inachevé et la poétique du fragment. Il s’agit de trois ébauches manuscrites appartenant à l’avant-texte de Frantumi — archivées sous les titres Frantumi Rifugio, Frantumi Carezza et Bisbiglio a vespero1 — qui présentent des fragments interrompus, en partie abandonnés, en partie repris sous une forme différente dans d’autres textes.

2Ces documents impliquent une double problématique de l’inachèvement : d’une part, celui-ci tient à la structure fragmentaire des textes et d’autre part, en relation avec le parcours même de composition, il dépend de facteurs accidentels dus à des “habitudes” rédactionnelles déterminées.

3Je me suis employée à rechercher le rapport qui existe entre ces deux typologies d’inachèvement apparemment contradictoires, l’une structurelle et l’autre accidentelle, l’une volontaire et l’autre involontaire, l’une théorique et l’autre pragmatique.

  • 2 A la définition des rapports entre le fragment et l’inachevé est consacré le fascicule n” 5 de mai (...)

4Les liens réciproques qui existent entre la forme du fragment et le concept d’inachevé ont été largement mis en évidence par la critique2. Je me réfère, en particulier, à la tradition allemande qui, à partir des théories critiques formulées par les romantiques jusqu’à nos jours, a rapproché les deux termes et parfois même assimilé l’inachevé au fragment. Je renvoie également au critique italien Giulio Ferroni qui nous a donné un panorama des différentes typologies du non-fini dans la littérature italienne.

5Il convient toutefois de préciser la spécificité d’un tel rapport dans l’œuvre de Boine, en le considérant dans l’horizon historico-culturel dans lequel évoluait l’auteur.

  • 3 Cf. Ferroni (Giulio), Per una tipologia del non finito nella letteratura italiana, in L’Asino d’or (...)
  • 4 Pour ce qui est des relations entre la littérature du fragment et le contexte historico-culturel d (...)

6En focalisant l’attention sur le contexte littéraire italien au début du XXe siècle, je mettrai l’accent sur ce qu’a relevé Giulio Ferroni lorsqu’il écrit que les avant-gardes ont revendiqué l’inachèvement de l’art comme seule expression possible de l’inachèvement de la vie, de l’histoire et du monde. Se référant à la génération vociana — c’est-à-dire aux écrivains qui entre 1908 et 1916 partagent des choix et des programmes littéraires communs autour de la revue "La Voce" —, Ferroni a ensuite évoqué un rapport entre le non-fini et les destins existentiels de certains auteurs comme Boine, Slataper et Michelstaedter3. Il me semble important de souligner que le choix du fragment et du non-fini chez des auteurs tels que Boine, Slataper et Jahier — le groupe des moralistes de "La Voce" — a une double origine. D’une part il est en relation avec les événements historiques et culturels : comme plusieurs critiques boiniens l’ont déjà souligné4, à l’avènement du XXe siècle, l’impossibilité de rendre compte des nouvelles propositions scientifiques, philosophiques et idéologiques à travers les modèles littéraires traditionnels débouche sur le refus des formes et des genres définitifs et clos. Cette impossibilité génère une sorte d’impuissance narrative. D’autre part, le choix du fragment est pour ces auteurs profondément lié à des problématiques religieuses.

  • 5 Boine (Giovanni), Un ignoto, in La ferita non chiusa, Modena, Guanda, p. 138 : « il Mondo, con cent (...)

7Ceux-ci, même s’ils se regroupent autour d’une revue attentive aux événements culturels européens comme l’est "La Voce", n’adhèrent pas aux modèles du roman européen où ordre et désordre, totalité et fragmentation, continuité et discontinuité coexistent dans le cadre de structures narratives néanmoins unitaires. Le chaos — ou, comme le dirait Boine, « le Monde, avec cent millions d’actions et de choses présentes simultanément »5 — est perçu dans une dimension religieuse et il est, au sens littéral du terme, “inénarrable”.

8Boine écrit :

  • 6 Boine (Giovanni), L’esperienza religiosa, in La ferita non chiusa, op. cit., p. 85: « sento dentro, (...)

je sens en moi, hors de moi, l’inachèvement de chaque chose6.

9Et c’est précisément en relation avec l’indicible et l’infinitude du réel que se définit le lien entre l’expérience religieuse et l’expérience artistique. Parmi les multiples définitions que Boine propose (en particulier dans l’essai qui s’intitule L’esperienza religiosa), l’expérience religieuse est ainsi définie :

la manifestation de l’esprit au-delà des formes que ce prodigieux effort
d’organisation de l’homme (de la nature) a définies et harmonisées ;

  • 7 Boine (Giovanni), L’esperienza religiosa, in La ferita non chiusa, op. cit., p. 110-1 11. « l’affac (...)

10et l’artiste est celui qui « subvertit les ordres », qui « arrache le plus souvent à son anti-humain bain de vie la désagrégation de tout ordre, qui est tout vibrant et inquiet de religiosité »7. Le lien entre l’homme religieux et l’artiste tient précisément au rôle qui est le leur : pour le premier, retrouver au-delà des ordres pratiques et logiques l’abîme du chaos (« l’abisso del caos »), pour le second, rendre compte de ce chaos.

11Sur le plan littéraire, cette conscience de la réalité comme enchevêtrement ineffable (« groviglio ») se traduit par le choix de la discontinuité, par la proposition de modèles formels désagrégés, provisoires et désorganisés.

Giovanni Boine (Bisbiglio a vespero, in Frantumi)
© Biblioteca Civica – Imperia
ms 18/23 fo 93

(BM), LL I mss. 18(23). Transcription diplomatique de Bisbiglio a vespero, f. 93

Giovanni Boine (Rifugio, in Frantumi)
© Biblioteca Civica – Imperia
mss 9/11 fo 14

(BM), LL I mss. 9(11). Transcription diplomatique de Frantumi, Rifugio 1.14 (1)

12Comme l’a souligné Fausto Curi, Boine devant cette perception de la réalité infinie, sans limites, choisit la « forma sfinitizzata », c’est à dire le fragment.

13Les rapports entre la poétique du fragment et l’inachevé ne se posent donc pas seulement sur le plan esthétique, mais aussi religieux et gnoséologique et donc impliquent simultanément l’art et la perception du réel. C’est cette matrice religieuse qui rend intéressante et complexe l’approche théorique du fragment par Boine, si on la compare par exemple au fragmentisme impressionniste et esthétisant d’autres vociani tels que Ardengo Soffici et Arturo Onofri. Des textes comme Giornale di bordo ou Orchestrine ne possèdent pas la complexité morale et existentielle que l’on remarque chez Boine, ils sont plutôt fondés sur un vitalisme lié aux modèles littéraires du XIXe siècle.

14Les présupposés théoriques que j’ai rapidement définis sont nécessaires pour aborder la lecture des manuscrits de Frantumi ; ils constituent, en effet, la toile de fond sur laquelle s’inscrit le parcours de composition des textes.

15Les trois manuscrits qui font l’objet de mon analyse sont des brouillons de textes que l’on peut classer à juste titre dans la catégorie du fragment. Mais leur plus grand intérêt, comme je l’ai dit précédemment, tient au fait qu’ils présentent des fragments matériellement interrompus et laissés en suspens. Je me suis attachée à mettre en évidence les indices de cet inachèvement et à formuler des hypothèses sur le sens de ces interruptions à l’intérieur de la genèse des textes.

16Le manuscrit de Bisbiglio a vespero et celui de Frantumi Rifugio présentent une situation semblable. Auprès du texte qui figurera dans la version imprimée, on trouve des fragments textuels — j’utilise ce terme dans l’acception que lui donne Jean-Louis Lebrave de matériaux isolés de leur contexte et incomplets sur le plan de la structure syntaxique —, appartenant à une phase prérédactionnelle. Du point de vue graphique, les deux suites de fragments qui figurent dans ces feuillets sont placées respectivement dans la partie supérieure et au bas de la page, elles apparaissent sous forme de schéma et sont précédées de chiffres ou de tirets dans la marge. Quelques mots et phrases se présentent isolément dans des espaces vierges, en marge ou sur les bords. Le groupe des fragments de Bisbiglio a vespero n’apparaîtra dans aucun texte imprimé, alors que certaines parties de Frantumi Rifugio seront réélaborées ensuite dans une autre œuvre lyrique, à savoir Frantumi Prosa a Maria.

17Ces fragments appartiennent à la phase de textualisation : on peut le constater sur la base de la préciosité de la construction linguistique et stylistique des énoncés, qui, en effet, ne changera pas dans Frantumi Prosa a Maria.

18Du point de vue génétique ces syntagmes constituent des suggestions et trouvailles lyriques — ou bien, en utilisant une terminologie de Boine, des éclairs (« lampi ») et des frétillements (« guizzi ») —, qui ont été fixées dans la page à l’instant même où elles se sont présentées à l’esprit. En effet, elles ne répondent à aucun ordre narratif, mais reflètent plutôt l’immédiateté des mécanismes de l’invention.

  • 8 Ces critères ont été énumérés par Jean-Louis Lebrave dans son article "L’écriture interrompue : qu (...)

19Le problème de l’inachèvement se pose surtout au niveau de la phrase et se manifeste par des traces de caractère linguistique et syntaxique. On ne trouve pas dans ces groupes d’énoncés les catégories de base qui attestent le niveau de complétude d’une phrase (je me réfère en particulier aux critères relevés par Blanche-Noëlle Grunig8). Plusieurs phrases manquent d’un support verbal : par exemple dans le feuillet 93, nous lisons : « passeggiata in montagna col morto finale » et « quello sgomento nella montagna gelo », ou encore dans le feuillet 14 : « le cadenze lontane delle canzoni ». On trouve également des lignes incomplètes, laissées en suspens comme dans le feuillet 93 ou la protase « Se dovessi dire addio » n’est mise en corrélation avec aucune apodose.

  • 9 En ce qui concerne les différentes typologies d inachèvement qui seront citées dorénavant, je renv (...)
  • 10 Cf. Levaillant (Jean), "Inachèvement, Invention, Ecriture d’après les manuscrits de Paul Valéry", (...)

20Dans ces deux séquences de fragments on peut reconnaître ce que Jean-Louis Lebrave, Almuth Gresillon et Catherine Viollet ont appelé inachèvement « par projection »9 : chaque énoncé a été ébauché par l’auteur et abandonné dans l’urgence de noter le suivant. Ces commencements spontanés et ces interruptions inattendues constituent paradoxalement un outil du mécanisme de composition. Ceci révèle une genèse qui se constitue de l’inachèvement. Pour utiliser une définition que Jean Levaillant a forgée dans un autre contexte, en se référant à certains manuscrits de Paul Valéry, nous sommes là en présence d’une « dynamique de l’inachèvement »10 où l’inachèvement constitue « un passage », « un suspens », « une attente », où il est une « procédure signifiante fondamentale du travail de l’écriture ».

Giovanni Boine (Carezza, in Frantumi)
© Biblioteca Civica – Imperia
mss 11/15 fo 10

(BM), LLI mss.1 1 (15). Transcription diplomatique de Frantumi Carezza , f. 10

21Le manuscrit de Frantumi Carezza se présente comme un texte appartenant à une phase rédactionnelle ultérieure ou apparaissent en effet de nombreuses variantes et corrections. C’est un fait important dans le cadre de cette analyse, qui permet d’effectuer des comparaisons entre les différentes phases du processus de composition. Dans l’ensemble, le texte manuscrit se révèle être sensiblement différent de la version publiée sous le même titre ; en outre les trois premiers blocs sémantiques sont inédits et présentent des indices d’inachèvement.

22Dans la marge de gauche figure un énoncé placé en verticale sans signes de renvois au texte, laissé en suspens : « arriva arriva arriva l’ultima trasfigurazione ». Ce syntagme est inachevé « par ajout » : en effet, il a été ajoute dans un deuxième temps, n’a pas de place assignée à l’intérieur du texte et provoque une « rupture de la complétude textuelle ». De plus, l’énoncé « scattano i mondi nuovissimi » est interrompu et n’est suivi d’aucun complément ni ponctuation. L’interruption est ici « par projection » : l’auteur s’est arrêté sur une phrase, l’a suspendue pour noter la suivante, en modifant tout de suite la structure du texte. En effet, cette phrase inachevée provoque une rupture entre la première partie et la seconde et marque un changement de rythme et de ton. Le rythme survolté, fait de répétitions martelées, de fusions de substantifs et d’adjectifs et d’une succession de verbes liés au mouvement, cède la place, dans la deuxième partie, a un rythme paisible et lent. La première partie, bien que non terminée, n’a pas été supprimée et reste provisoirement en suspens, comme une des « possibilités » textuelles.

23Il est significatif que, même dans une phase rédactionnelle postérieure aux brouillons que l’on a précédemment analysés, l’inachevé ait également une fonction d’étape, de maillon à l’intérieur du processus de l’écriture.

24Tel n’est pas ici mon propos, mais il serait intéressant d’analyser d’autres manuscrits de Frantumi où l’inachèvement est lie à un mécanisme de composition comme la paraphrase, c’est-à-dire la réécriture des mêmes blocs sémantiques, partiellement remaniés sans être pour autant supprimés. Les paraphrases sont fréquemment interrompues et laissées en suspens et elles révèlent une genèse qui se développe sur des trames provisoires et non définies.

25En tout cas, les manuscrits analysés, parce qu’ils appartiennent à des phases rédactionnelles variées, suffisent à révéler en présence de quel type d’écriture nous nous trouvons. Le texte, chez Boine, n’est pas envisagé, pensé et organisé mentalement : il est conçu durant le processus de composition, il prend forme des bifurcations, des interruptions et des expérimentations.

26Un fil commun semble donc unir la théorie du fragment et la “pratique de l’écriture”. Nous avons vu que, pour Boine, le but de la littérature consistait à rendre compte de la multiplicité, de l’infinitude, du “devenir” du réel au travers de formes ouvertes, provisoires et incomplètes comme le fragment. Il est ressorti de ces manuscrits que l’écriture elle-même n’est pas programmée par l’auteur, mais qu’elle naît du chaos, du désordre et de l’incomplétude.

  • 11 Cf. Blanchot (Maurice), L’entretien infini, Paris, Gallimard, 1969, p. 452.

27Dans le parcours littéraire de Boine, l’inachèvement ne se donne pas pour fonction d’arrêter ou de fermer définitivement des possibilités, mais — en reprenant les termes que Maurice Blanchot a utilisés en se référant à un poème fragmentaire de René Char —, il s’attache à ouvrir « un autre mode d’accomplissement, celui qui est en jeu dans l’attente, dans le questionnement ou dans quelque affirmation irréductible à l’unité »11, L’inachèvement est chez Boine, paradoxalement, le résultat d’un conflit tourmenté et irrésolu avec le devenir et l’infini.

28Cette dialectique entre l’infini et l’inachevé permet au texte de “se définir” entre deux inachèvements, l’un instrumental l’autre programmatique, l’un génétique l’autre théorique.

29Le texte prend ainsi forme du chaos, de l’indétermination et de l’inachèvement pour restituer le chaos, l’indétermination et l’inachèvement.

Notes

1 Ces manuscrits sont conservés à la Bibliothèque Municipale d’Imperia. Ils appartiennent à la section enregistrée sous la cote LL I et sont numérotés respectivement : mss. 9 (11) f. 14, mss.11 (15) f.10, mss. 18 (23) f.93. Tous les manuscrits originaux de Frantumi sont reproduits dans le volume Boine (Giovanni), Frantumi. I materiali preparatori, introduction et notes de Laura Gatti, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 1998.

2 A la définition des rapports entre le fragment et l’inachevé est consacré le fascicule n” 5 de mai 1992 de la revue L’Asino d’oro titré Il non finito II : un confronto italo-tedesco. Ce numéro reproduit les interventions d’un colloque qui a eu lieu à Villa Vigoni de Menaggio en 1992. Une contribution précieuse est apportée aussi par le volume Lorenzini (Niva), Il frammento infinito. Percorsi letterari dall’estetismo al futurismo, Milano, Franco Angeli, 1988.

3 Cf. Ferroni (Giulio), Per una tipologia del non finito nella letteratura italiana, in L’Asino d’oro". 4, nov. 1991, p. 49-76.

4 Pour ce qui est des relations entre la littérature du fragment et le contexte historico-culturel du début du XXe siècle je renvoie aux volumes suivants : Luperini (Romano), Gli esordi del Novecento e l’esperienza della "Voce", Bari, Laterza, 1978 ; Lorenzini (Niva), Il frammento infinito, op. cit. ; Valli (Donato), Vita e morte del "frammento" in Italia, Lecce, Milella, 1980 ; et à un article : Cavalluzzi (Raffaele), Prove della scrittura separata. Prosatori della "Voce" e crisi del romanzo, in "Lavoro critico". 27, sept.-déc. 1982, p. 5-37.

5 Boine (Giovanni), Un ignoto, in La ferita non chiusa, Modena, Guanda, p. 138 : « il Mondo, con cento milioni di azioni e di cose simultaneamente presenti ».

6 Boine (Giovanni), L’esperienza religiosa, in La ferita non chiusa, op. cit., p. 85: « sento dentro, fuori di me l’incompiutezza di ogni cosa ».

7 Boine (Giovanni), L’esperienza religiosa, in La ferita non chiusa, op. cit., p. 110-1 11. « l’affacciarsi dello spirito oltre le forme che questo prodigioso sforzo d’ordinamento dell’uomo (della natura) ha definite e accordate » ; « sovverte gli ordini », « trae più spesso fuori dal suo antiumano bagno di vita la disgregazione di ogni ordine ed è tutto trepido e inquieto di religiosità ».

8 Ces critères ont été énumérés par Jean-Louis Lebrave dans son article "L’écriture interrompue : quelques problèmes théoriques, in Le manuscrit inachevé. Ecriture, création, communication Paris, CNRS, 1986, p. 127-165.

9 En ce qui concerne les différentes typologies d inachèvement qui seront citées dorénavant, je renvoie à l’article Lebrave (Jean-Louis), Grésillon (Almuth) et Viollet (Catherine), "« On achève bien les… textes ». Considérations sur l’inachèvement dans l’écriture littéraire", in "Revue de linguistique". 34-35, Paris, CNRS, 1986, p. 63-66.

10 Cf. Levaillant (Jean), "Inachèvement, Invention, Ecriture d’après les manuscrits de Paul Valéry", in Le manuscrit inachevé. Ecriture, création, communication, op. cit., p. 101-125.

11 Cf. Blanchot (Maurice), L’entretien infini, Paris, Gallimard, 1969, p. 452.

Table des illustrations

Légende Giovanni Boine (Bisbiglio a vespero, in Frantumi)© Biblioteca Civica – Imperiams 18/23 fo 93
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/9834/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende (BM), LL I mss. 18(23). Transcription diplomatique de Bisbiglio a vespero, f. 93
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/9834/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Giovanni Boine (Rifugio, in Frantumi)© Biblioteca Civica – Imperiamss 9/11 fo 14
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/9834/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende (BM), LL I mss. 9(11). Transcription diplomatique de Frantumi, Rifugio 1.14 (1)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/9834/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Giovanni Boine (Carezza, in Frantumi)© Biblioteca Civica – Imperiamss 11/15 fo 10
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/9834/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende (BM), LLI mss.1 1 (15). Transcription diplomatique de Frantumi Carezza , f. 10
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/9834/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site