Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Objets inachevés de l'écriture

 | 
Dominique Budor
, 
Denis Ferraris

L'avènement du brouillon

D’un texte inachevé de Montale : Il sole d’agosto

Claude Imberty

Résumé

L’étude essaie d’abord de dire à quelles conditions le concept d’inachèvement peut être appliqué au fragment qui est une forme caractéristique de la poésie du XXe siècle. Elle s’efforce ensuite d’énumérer et de définir les différentes sortes d’inachèvement qu’on relève dans Il sole d’agosto, un manuscrit inachevé de Montale écrit en 1926. Elle tente enfin d’expliquer les raisons de l’inachèvement pour chacun des cas d’espèce qui auront été observés. Il est alors possible de montrer que l’inachèvement est lié à l’utilisation de règles et à la superposition de codes qui introduisent de nombreuses contraintes dans le texte malgré la liberté apparente de l’écriture. En dernière analyse, c’est parce que l’écrivain et le lecteur connaissent les conventions qui régissent les genres et les différents niveaux de l’écriture que l’un et l’autre sont en mesure d’estimer le degré d’aboutissement d’un fragment poétique, même si, dans quelques cas limites, l’auteur, seul, décide (plus ou moins arbitrairement) que son texte est achevé ou non.

Texte intégral

Le corpus

  • 1 Bettarini (Rosanna), Appunti sul "Taccuino" del 1926 di Eugenio Montale", in "Studi di Filologia It (...)
  • 2 Montale (Eugenio), Tutte le poesie, a cura di Giorgio Zampa, Milano, Mondadori, 1984 p. 813.
  • 3 Moniale (Eugenio), Le Occasioni, a cura di Dante Isella, Torino, Einaudi, 1996.
  • 4 « Sostituire eventualmente al toi il vous ». Montale (Eugenio), Tutte le poesie, Milano, Mondadori (...)

1Le manuscrit de Il sole d’agosto fut reproduit à la page 113 du numéro de juin 1947 de la revue "L’immagine". Une note de l’éditeur précisait que la poésie avait été découverte dans un vieux carnet de 1926 comprenant aussi Dora Markus, texte publié en 1937, à l’insu de Montale. Le facsimilé du manuscrit peut être trouvé dans le volume Altri versi édité par Mondadori dans la collection Lo specchio en 1981. Une version imprimée, indiquant les variantes principales, a été faite par Rosanna Bettarini pour la revue "Studi di Filologia Italiana"1. La poésie a été incluse dans l’édition Mondadori des oeuvres complètes2. Le texte est fréquemment cité par Dante Isella dans l’édition critique qu’il a faite des Occasioni3. Il sole d’agosto fait donc maintenant partie des Poesie disperse et précède Par toi nos destinées d’antan, un texte en français, sur lequel Montale a fait figurer la date de 1928 suivie de trois points d’interrogation, mais que Dante Isella considère comme ayant été écrit antérieurement. Cette poésie aussi peut être considérée comme étant inachevée. D’abord parce que Montale, sur la feuille manuscrite, se demandait s’il ne devait pas remplacer le toi du premier vers par vous4 ; ensuite parce que sous la dédicace à Mme Gerti T.F. se trouve l’indication “1er fragment”. Par ailleurs, Giorgio Zampa signale que Montale, en bas de son texte, avait écrit « (poésie) annulée Eusebio ». Le cas de Par toi nos destinées est un peu différent de celui de Il sole d’agosto. Les critères d inachèvement ne sont pas les mêmes dans les deux poésies. On peut même se demander si le texte en français, mise à part l’hésitation entre le toi et le vous, est vraiment inachevé. En premier lieu parce qu’on ne peut annuler (c’est-à-dire rejeter) qu’un texte fini, ensuite parce que le mot fragment peut s’appliquer à la plupart des textes de Montale et ne signifie donc pas que la poésie soit nécessairement incomplète. 1er fragment” peut signifier premier poème. Dans cette hypothèse, Par toi nos destinées serait le premier texte d’une série qui ne fut pas écrite, mais le texte serait susceptible d’être lu de façon autonome. En réalité, notre interrogation pourrait être étendue à la plupart des poésies de Montale. L’esthétique du fragment et l’esthétique de l’inachèvement ne sont-elles pas une même chose ? À partir de quel moment peut-on dire qu’un fragment est achevé ? Plutôt que d’affronter cette question, il nous semble préférable d’analyser Il sole d’agosto, texte incontestablement inachevé, dans la mesure où le manuscrit présente simultanément plusieurs versions.

Eugenio Montale (Il sole d’agosto)
© Mondadori in Tutte le poésie. a cura di Giorgio Zampa, Milano, Mondadori, 1984, p. 813

(Transcription diplomatique de Il sole d’agosto)

Inachèvement et normes

2La notion d’inachèvement est facile à cerner dès lors que l’objet auquel on l’applique remplit une fonction. Le non fonctionnement implique l’inachèvement ou l’imperfection. Dans le cas des œuvres littéraires le concept est plus difficile à définir parce que les textes n’ont pas de véritable finalité. C’est donc par référence à des règles qu’il faut appréhender l’opposition achèvement / inachèvement. Si l’on admet qu’un sonnet est une composition de quatorze vers on en déduira qu’un sonnet de onze vers est inachevé. Étant donné que l’alexandrin français comporte douze syllabes, tout alexandrin différent sera considéré comme imparfait. Mais l’on voit d’emblée la difficulté. Le raisonnement n’est juste qu’à deux conditions : que l’auteur déclare avoir voulu écrire un alexandrin classique et que le lecteur, en même temps, constate que le vers qu’il lit n’en a pas les caractéristiques. L’introduction du vers libre, l’évolution de la prononciation dans le cas du français, rendent beaucoup plus difficile la détermination de l’inachèvement. Aujourd’hui, le vers de treize pieds n’est plus forcément un alexandrin avorté. Il peut être un vers imparisyllabique rompant délibérément avec la tradition ou un alexandrin dont, par exemple, le e muet à la césure ne doit pas être prononcé. De même, le sonnet de onze vers est inachevé dans la seule mesure où l’auteur aura déclaré avoir voulu écrire un sonnet. Dans l’hypothèse inverse, on peut estimer que le poète aura créé une forme nouvelle s’inspirant plus ou moins de modèles passés.

3Avant de mieux analyser le problème, nous voudrions faire une remarque sur les règles et leur disparition progressive ou brutale au cours du XXe siècle sous l’impulsion des avant-gardes. La règle lie l’auteur et son lecteur. Elle fournit à celui-ci des normes à partir desquelles il peut formuler un jugement. L’effacement des règles ou leur assouplissement a pour conséquence que le pacte entre le poète et son public devient dissymétrique au profit de l’écrivain qui, seul, est habilité à dire "ceci est achevé" et "ceci ne l’est pas". La signature, dans ce contexte, joue un rôle considérable. Elle indique que le texte tel qu’il est (achevé ou non) est approuvé cependant que l’absence de signature signifie que le texte (même achevé) est rejeté, quelque jugement que l’éditeur ou le critique énonce par ailleurs à son propos. C’est le cas de Par toi nos destinées. Peu importe que le fragment puisse être lu de manière autonome ou ne puisse être compris qu’à l’intérieur d’une série. L’annulation du texte par Montale vaut imperfection.

4L’abolition des normes avec, pour corollaire, la fragilisation de la distinction achevé / inachevé est un aspect du pouvoir toujours plus grand que l’artiste revendique à partir du XIXe siècle. Il prétend être le seul à pouvoir porter un jugement sur son œuvre. La métaphore de l’artiste-dieu informe le vers libre et l’esthétique du fragment. L’œuvre n’a plus d’autres normes que celles qui ont été décrétées par l’écrivain. Dès lors le critique ne peut plus dire qu’il y a manquement à la règle. Son rôle change. Il cesse d’être un juge a priori et tend à devenir un inventeur a posteriori c’est-à-dire un lecteur dont le métier est de trouver la cohérence de la production atypique, de découvrir l’ordre et le sens dans la page obscure ou mal alignée, de mettre en évidence l’achèvement derrière l’apparent inachèvement. Le risque de l’artifice et du raisonnement trop sophistiqué existe, mais il n’est peut-être pas aussi grand qu’on pourrait le craindre ; car le dégagement du sens est impossible à partir d’un certain seuil d’incohérence. En d’autres termes, si l’on ne peut pas dire a priori qu’un fragment lyrique est achevé, on peut a posteriori constater ou non que le fragment est cohérent, présente une unité thématique ou descriptive, une progression de l’argumentation etc. De la constatation naîtra le jugement sur l’achèvement. En réalité nous n’avons fait que déplacer le domaine d’application des règles. Aux règles formelles et immédiatement visibles de la prosodie on a substitué d’autres normes relevant de la langue et du texte qui, pour être moins faciles à repérer, n’en restent pas moins déterminantes. Il doit donc être possible de montrer l’achèvement ou l’inachèvement d’une poésie de Montale en l’absence de toute norme se rapportant au nombre de vers ou à la forme de ceux-ci. C’est ce que nous voudrions essayer de montrer à partir d’un exemple, celui de Il sole d’agosto.

  • 5 Il est assez curieux que cette norme n’ait guère été remise en cause même par les auteurs d’avant- (...)
  • 6 Et donc comme un ensemble achevé.

5Même lorsque les normes du genre auquel le texte appartient sont remises en cause, les normes de niveau inférieur, celles qui touchent à la structure de la phrase, à la succession des mots, à l’appartenance de ceux-ci à une langue spécifique ne cessent pas d’être applicables. Dans l’œuvre de Montale en tout cas. Car l’abolition des règles étant beaucoup plus étendue chez les futuristes (et chez Marinetti en particulier), il serait difficile d’affirmer qu’un texte de ce dernier est achevé ou non sauf à croire l’auteur sur parole. Montale, en revanche, bien qu’il bouscule les strophes et les vers, respecte les normes essentielles de la proposition et de la phrase. Par conséquent, la constatation, dans une poésie de Montale, d’infractions aux lois essentielles de la langue doit être interprétée comme un indice d’inachèvement du texte. En particulier, la tradition est que, dans un texte écrit, on ne puisse pas présenter simultanément plusieurs mots interchangeables dans une séquence donnée5. L’hésitation, parfaitement acceptable dans la langue orale (qui parfois la requiert), n’est jamais admise dans la langue écrite qu’il s’agisse d’un texte administratif, scientifique, d’une traduction etc. Il est évident que Montale partage cette conviction et qu’il respecte la convention non dite qui exclut que l’axe paradigmatique, celui qui correspond au choix des mots dans la phrase, puisse être représenté dans le texte définitif. La présence, dans Il sole d’agosto, de marques d’écritures, reconnaissables par le lecteur, indiquant le repentir (phrases ou mots barrés), l’incertitude (mots superposés), l’indécision (mots entre parenthèses) et l’attente du mot non trouvé (points de suspension) permet d’affirmer que la poésie n’est pas terminée. La remarque peut paraître fort banale. Plus intéressant est ce qu’elle présuppose. En effet, si Il sole d’agosto est inachevé parce que certaines normes de l’écriture n’y sont pas respectées, cela signifie que Montale est plus classique qu’on ne le pense, qu’il ne remet en cause ni la phrase, ni la linéarité du texte, qu’il estime que le choix des mots est de la seule compétence de l’auteur et qu’entre deux séquences linguistiques possibles, l’une est forcément meilleure que l’autre. Bref, malgré les nombreuses transgressions que l’on peut constater dans ses vers, Montale s’inscrit délibérément dans la tradition de l’écrit dont il revendique une contrainte essentielle qui est celle de l’autonomie du texte qu’il conçoit comme un tout6.

6On peut lire ce désir du texte parfait dans l’épaisseur des ratures qu’on trouve dans le manuscrit. Les mots notés dans la marge en haut et à droite sont devenus illisibles ; on dirait que l’auteur voudrait qu’ils n’aient jamais été écrits. Cet effacement a sans doute un but pratique : une fois qu’il a été inséré dans une séquence verbale le mot erroné peut empêcher l’émergence du terme juste d’où la nécessité de son abolition. Mais l’effacement a aussi une signification. Il indique que l’essai non réussi est une faute vis-à-vis de l’art, de l’idéal du texte parfait produit sans rature ni erreur, d’un seul jet. Cet idéal parnassien dont témoignent par ailleurs bien des poésies de Montale le situe dans une conception classique de l’œuvre poétique. L’auteur ne propose pas à son lecteur un travail, une poésie in progress, mais un résultat d’où l’effort s’est retiré. Les fragments de Montale relèvent d’une philosophie esthétique qui est encore, pour une bonne part, celle des symbolistes même si certaines règles relatives aux formes poétiques ont été abolies, ce qui a entraîné une régression des contraintes à d’autres niveaux du texte.

L’argumentation

  • 7 Nous utilisons ici le mot de focalisation dans ses deux acceptions. Montale, en effet, introduit d (...)
  • 8 « La parola e il pensiero allor disviano ».
  • 9 Les deux derniers vers rassemblent les thèmes propres à chacun des deux segments. Le soleil du moi (...)
  • 10 La disposition typographique des strophes reproduit la discontinuité des deux espaces dont les der (...)
  • 11 Cette recomposition et cette certitude sont le sens même du texte.

7Il sole d’agosto présente deux segments qui s’articulent autour d’un espace blanc et du verbe « disviano ». L’espace sert à délimiter deux strophes qui sont aussi deux paragraphes présentant à la fois une unité thématique et argumentative. Cela signifie que le texte se présente d’emblée comme superposant différents niveaux dont l’un s’apparente formellement au genre poétique (les strophes) et l’autre se conforme aux principes de l’argumentation. L’articulation indiquée par l’espace est marquée une seconde fois par le verbe « disviano » qui explicite que l’argument du second paragraphe se distingue par dérivation de celui qui a été développé dans le premier segment. La structure duale peut être vérifiée au niveau thématique avec, dans la première strophe, une focalisation sur la femme brusquement éclairée par le soleil d’août7 et, dans la seconde strophe, un éloignement de la pensée et du discours8 distraits par les bruits de la rue. La fin du second segment ébauche une conclusion qui propose une synthèse des deux paragraphes antérieurs9. Malgré la déviation de la pensée, celle-ci finit par revenir à son point d’origine. Les deux lieux du texte, la luminosité du ciel d’août et la frénésie de la rue, ne sont plus discontinus. Ils se superposent et forment deux surfaces imbriquées aux centres desquelles le poète et la femme réunis sont enveloppés dans la moiteur de la journée estivale et le tourbillon de la rue10. La progression du propos montre la volonté de Montale d’adhérer à un schéma classique : thèse, antithèse, synthèse. Après les errements de la parole et de la pensée déviées par le tumulte urbain, la froide brûlure du soleil permet un retour du je et de la femme sur eux-mêmes, une recomposition de leur commune certitude11. « e come provvida », écrit Montale, « … è questa fredda vampa che (ci) (ri)lega / noi stessi a noi, ci ricompone in una certezza e fa che il gorgo / d’ogni giorno è più fermo che la pietra ». Ce schéma discursif tendant vers une conclusion est d’autant plus régulier qu’il correspond à un modèle fréquemment utilisé par l’auteur aux alentours de 1925, c’est-à-dire à l’époque de transition entre les Ossi di seppia et Le occasioni. Il n’est pourtant pas certain que le discours soit vraiment porté à son terme. Des mots barrés (puis quelquefois réécrits), des points d’interrogation, des choix non tranchés indiquent que la fin du texte n’est pas satisfaisante. Cette incertitude de la conclusion fragilise l’ensemble de l’argumentation d’autant que, dans un fragment, le mot de la fin est ce qui donne leur sens aux unités discursives antérieures. À partir du moment où le discours n’aboutit pas, la progression des paragraphes qui précèdent est remise en cause et le doute qui entoure le dernier vers finit par s’étendre à tout le texte.

  • 12 “Turbinare” est cohérent avec quelques-unes des isotopies thématiques de la deuxième strophe. En e (...)

8La progression de l’argumentation a donc quelque chose d’imparfait ; l’hendécasyllabe de la chute n’est d’ailleurs pas absolument rigoureux. L’hésitation entre « turbinare » et « subbuglio » n’est pas neutre du point de vue sémantique12. Bien que le verbe – comme le substantif – soit cohérent avec la thématique de la deuxième strophe, et permette une scansion parfaite de l’hendécasyllabe, son utilisation sans complément est assez irrégulière du point de vue syntaxique. À l’inverse, le substantif « subbuglio » n’a pas besoin de complément mais le mot convient mal. Il est en effet incompatible avec le contenu du vers précédent où était décrit le calme qui se produit au creux du tourbillon. Introduire « subbuglio », c’est supprimer toute la seconde partie de l’avant-dernier vers, c’est aussi renoncer à l’emboîtement concentrique des différents lieux. À cela s’ajoute (mais la raison est moins décisive) que l’hendécasyllabe final n’est correct qu’à condition qu’on y introduise une diérèse. Mais si « subbuglio » s’insère aussi mal dans son contexte immédiat, pourquoi le proposer en concurrence avec « turbinare » ? Parce qu’il est cohérent avec la description des lieux dans la deuxième séquence de la poésie. La strophe 2 est celle du « suburbio ». Pour des raisons phonétiques, d’abord, mais également sémantiques, Montale fait de « subbuglio » une variante du premier terme et la différence qui sépare « suburbio » de « subbuglio » donne la mesure de la progression qui s’opère dans le second segment du texte. Le faubourg s’anime, crée une sorte de vertige, il n’est plus que tumulte et confusion. Entre « turbinare » et « subbuglio » il n’est pas facile de trancher. En définitive, il serait tentant de retenir les deux solutions. Ce que fait, d’une certaine façon, Montale dans son manuscrit qui laisse l’incertitude entière. Mais, du coup, il n’y a plus de conclusion. Et de ce défaut-là, entre autre, procède l’inachèvement.

Les assonances

  • 13 En réalité, le texte de Montale comporte un certain nombre de rimes : “Arletta / astretta ; brama (...)
  • 14 Il s’agit simplement d’éviter certaines répétitions de syllabes ou de mots qui pourraient gêner la (...)
  • 15 La licence poétique montre que, dans certains cas, le code syntaxique peut être subordonné aux aut (...)
  • 16 Au premier vers de la deuxième strophe on lit : « La parola e il pensiero allor disviano », énoncé (...)

9Le jeu des assonances est déterminant. L’abolition des règles qui paraît associée au vers libre13 fait surgir d’autres contraintes comme s’il y avait un retour des lois que les avant-gardes avaient cru refouler. La poésie met en œuvre plusieurs systèmes qui doivent fonctionner simultanément : parmi ceux-ci le système phonétique a forcément un rôle majeur. Dans la communication orale ou écrite courante les systèmes mis en jeu sont les mêmes que dans la poésie. Mais ils sont hiérarchisés différemment. Dans un texte de prose administrative ce sont la qualité de l’argumentation et la correction grammaticale qui priment. La phonétique est subordonnée aux deux niveaux précédents et a un rôle négligeable14. La poésie, en revanche, multiplie les contraintes dans la mesure où presque tous les codes utilisés ont une importance égale15. Dans le cas de Montale, il est même probable que la musicalité du texte vienne quelquefois avant le sens16. La réécriture du premier vers est, à cet égard, significative. En haut de la page on a cette première rédaction :

Il sole d’agosto trapela appena
dalle ragne del cielo, Arletta (barré)…

10Le vers 1 est un hendécasyllabe un peu irrégulier (2, 5, 8, 10) dans lequel on reconnaît deux groupes de phonèmes caractérisant chacune les deux parties du vers. Dans la première, les assonances concernent les consonnes et voyelles suivantes : il/ol et so/os. La seconde partie est marquée par une série vocalique a, e, a ; a, e, a qui trouve un prolongement dans le vers 2 (« dalle ragne »). Cette série est celle du nom « Arletta ». Au bas de la page manuscrite Montale propose une deuxième rédaction :

Il sole d’agosto si disvela /svela a stento
(dai vagabondi (barré)) tra i cirri, Arletta (barré)…

  • 17 « il sole d’agosto si rivela a stento ».
  • 18 « svela a stento »
  • 19 L’assonance est reprise un peu plus bas avec le verbe « sento ».

11L’hendécasyllabe de la première rédaction a été remplacé par un double sénaire17 ou dodécasyllabe, corrigé finalement par Montale qui a repris le schéma rythmique antérieur (2, 5, 8, 10). La seconde version conserve sous forme de trace la série e, a, e18 mais l’atténue notablement parce qu’une nouvelle séquence consonantique, nettement dominante, est introduite avec les groupes s, st, sv, st19 L’abandon de l’allitération a, e, a entraîne la suppression, dans le vers 2, de « dalle ragne del cielo », formule devenue incompatible avec le nouveau système d assonances. Il est bien sûr difficile de dire pourquoi le deuxième système est finalement préféré au premier. On peut cependant faire remarquer que la rature du nom « Arletta » est cohérente avec l’effacement de l’alternance vocalique a/e.

12Les réseaux d’assonances sont si nombreux et si décisifs dans Il sole d’agosto (comme dans toute l’œuvre de Montale) qu’il est difficile d’en rendre compte de manière exhaustive. On ne citera donc que quelques exemples. Ce sont sans doute des raisons phonétiques autant que sémantiques qui ont fait introduire le participe passé « astretta » en rime avec le prénom « Arletta ». Le groupe consonantique str est du reste fortement représenté dans le vers 3 (« come la nostra (vita) (tra) acri lacci)) astretta »). C’est aussi probablement pour l’assonance que Montale choisit « il nembo della luce / che tu rifrangi come un trito vetro » (r, fr, tr, tr) de préférence à « il nembo della luce / t’infrange come un vetro » (Fr, tr) alors que les deux séquences correspondent à des sens très différents (cf. cidessous). Le même type de sonorités se retrouve au vers 2 de la deuxième strophe (« dietro l’obliqua traccia dei carriaggi ») avec la succession tr, tr, rr et la répétition cci, ggi. On relèvera encore la répétition des phonèmes s sourd ou sonore dans « a noi queste esistenze che disuna / la fissità, più che la frenesia » ou le rapprochement de mots paronymiques tels que « d’attorno ci turbina », « vita et provvida », « il gorgo / d’ogni giorno », « suburbio / subbuglio » (cf. supra) ou « se sovviene la sua vampa » (s, s, v, s, v). Il faut enfin signaler les rimes dont on a déjà mentionné la liste dans la note 13.

Les thèmes de la première strophe

13Pour la facilité de l’exposé, nous parlerons de première et de deuxième rédaction. Il est vrai que la disposition du texte sur la page manuscrite permet de distinguer entre le texte original et les corrections. Mais nous ne pouvons pas dire que la rédaction 2 soit définitive puisque le poème est inachevé. Le manuscrit montre d’ailleurs qu’un mot peut être rayé puis remplacé par un autre terme qui, à son tour, est effacé, l’écrivain ayant choisi de revenir à la version première. On ne peut donc même pas savoir si la rédaction 2 est plus proche que la première de ce qu’aurait été la forme achevée. En revanche, on peut supposer que les thèmes communs aux deux versions sont définitifs.

  • 20 Rédaction 1 : « Il sole d’agosto trapela appena / dalle ragne del cielo » ; rédaction 2 : « Il sol (...)
  • 21 C’est surtout dans la seconde rédaction que le passage de l’ombre à la lumière est brutal : « Il s (...)
  • 22 La deuxième rédaction introduit dans l’énoncé un “si” typiquement montalien qui fait dépendre l’en (...)

14Le premier segment de Il sole d’agosto est construit autour d’une antithèse : celle de l’éblouissement et de l’ombre, déjà présente dans la dernière section d’Ossi di seppia intitulée Meriggi e ombre. L’opposition est présente dans le premier vers (rédaction 1 ou rédaction 2) qui décrit le soleil d’août se levant difficilement derrière les nuages20, puis on la retrouve dans le corps de la strophe qui fait se succéder deux moments, caractérisés respectivement par la brume et l’apparition brutale du plein soleil21. La fonction du soleil comme métaphore de l’observateur qui regarde la femme est implicite dans la première rédaction (« (il sole) disvela a me la trama / delle tue tempie, dei tuoi polsi… ») ; elle est explicitement indiquée dans la seconde rédaction où le verbe de la proposition principale passe brusquement de la troisième personne à la première (« Poi se alta sovviene / la sua vampa (del sole) ti guardo… »)22.

  • 23 « …(il sole) soffonde / la tua forma, disvela a me (te) la brama / delle tue tempie, dei tuoi pols (...)
  • 24 « Poi se alta sovviene / la sua vampa ti guardo e di te sola / che non… resta che un’eco di parola (...)
  • 25 Cette lecture n’est pas proposée dans l’édition Mondadori des œuvres complètes. En réalité la prem (...)

15À l’intermittence de la lumière et de l’ombre correspond normalement, dans la littérature, comme dans l’imaginaire, une alternative “voir / ne pas voir”. Le texte de Montale s’écarte de cette logique. L’excessive luminosité, en effet, fait s’évanouir l’objet regardé dont elle dissout les contours. Dans la première version, la lumière ne fait voir que des images partielles du corps à savoir la trame des veines à la tempe et aux poignets. Plus loin, le regard de la femme est décrit comme une vitre brisée qui réfracte la lumière et produit un éblouissement blessant pour la vue23. Dans la seconde version, celle qui est dans un cadre au bas de la page, le je du texte ne voit rien d’autre que de la cendre24. Les corps, le ciel et le paysage sont brouillés. Tous ces motifs qui donnent sa cohérence à la première strophe (le soleil et l’amas des nuages, la silhouette de la femme prise dans l’enchevêtrement de liens invisibles) peuvent être considérés comme les diverses figures d’un thème unique qu’on désignera par la notion de distinction / indistinction. Le texte joue de l’opposition des deux termes, soit en maintenant l’écart qui, normalement, les sépare, soit en le réduisant jusqu’à l’abolir. L’énoncé contradictoire du premier vers (dans les deux versions) est significatif de l’ensemble du segment parce qu’en articulant les contraires il montre leur différence tout en créant entre eux un rapport de similarité. D’où, finalement, un effet d’indistinction. L’intermittence ombre > soleil > ombre etc. du début de la première strophe est reprise dans le corps du texte sous la forme d’un oxymoron – « il nembo della luce » – qui réunit en une figure unique l’obscurité et la lumière et qui renvoie au soleil noir de l’imaginaire. Les moments distincts de l’intermittence ont été à ce point rapprochés qu’ils finissent par se confondre. Le processus de distinction / indistinction est d’abord appliqué au soleil se levant dans la grisaille. Mais, de proche en proche, il touche d’autres catégories lexicales ou syntaxiques. En particulier la différence entre le sujet (le narrateur qui regarde) et l’objet (la femme) tend à s’effacer. Il nous paraît très significatif que Montale, au vers 6 de la première strophe (version 1), hésite entre a me, in te, a te25 et ne barre aucun des pronoms comme s’il acceptait simultanément les trois options. Le manuscrit propose les rédactions suivantes :

  • 26 Parallèlement, on a cette autre version : « delle vene aile tempie ai polsi ». Il serait logique d (...)

(il sole) soffonde
la tua forma, disvela a me (in te) (a te) la trama
delle tue tempie, dei tuoi polsi : intrica
vie più le nostre vite…26

16Cette indistinction du moi et du toi peut être commentée différemment selon le contexte dans lequel on choisit de se placer. Dans la première partie de Il sole d’agosto elle exprime la fusion ou l’intrication du regard et de l’objet regardé. Elle annonce le possessif « le nostre » du vers 8 qui marque la communauté des destins (réelle ou désirée) du je et de la femme. L’interchangeabilité du regard et de son objet est confirmée par la double rédaction du vers 10. La lecture (provisoirement) adoptée par Montale est celle-ci :

il nembo della luce
che tu rifrangi come un trito vetro,
quasi (fatta rayé) nemica a me ti riconduce.

17Mais au-dessus du vers 10 on a cette autre variante raturée :

  • 27 Dans la première version l’image de la femme n’est pas brisée. Mais pour autant l’idée de sa destr (...)

il nembo della luce
t’infrange come un vetro27

  • 28 Il y a un autre exemple de permutation du sujet et du complément d’objet dans la strophe 1. La pre (...)

18dans laquelle ce n’est pas la femme qui réfracte la lumière comme une vitre brisée, mais la lumière qui brise la femme comme une vitre. Ce que montrent les diverses rédactions des deux passages cités c’est qu’il y a une interchangeabilité d’un certain nombre d’éléments du texte dont celle du je et du tu, ou celle du sujet et de l’objet28. Et que cette permutabilité est cohérente avec le jeu alterné de la distinction et de l’indistinction. En outre, dans le contexte plus large de l’œuvre de Montale, la relative indifférenciation des première et deuxième personnes peut expliquer les hésitations du lecteur concernant l’interprétation du tu montalien dont on ne sait jamais précisément s’il renvoie à un autre, à un double, à une figure du je ou encore à un on. L’analyse des corrections de Il sole d’agosto semblerait légitimer une certaine indécision.

  • 29 « come la nostra (vita) (tra) acri lacci// astretta / tra invisibili lacci ».

19L’alternance de la distinction et de l’indistinction est l’isotopie sémantique qui structure le passage. Parmi les figures auxquelles celle-ci donne lieu, il convient de signaler la métaphore du réseau bien plus développée dans la première rédaction que dans la seconde. Le soleil d’août se dégage difficilement de la toile d’araignée formée par les brumes. La vie du je et de la femme est contrainte (« astretta ») dans un lacis de liens invisibles29, les images partielles du corps sont une trame de veines à la tempe et aux poignets. L’enchevêtrement est la figure qui permet d’articuler et d’assimiler le visible et le confus. Une seconde métaphore est aussi utilisée : celle de la cendre (deuxième rédaction) ou des éclats de verre (première rédaction) qui marque le passage de la perception confuse à la dispersion et enfin à l’anéantissement. La strophe s’achève par un constat : celui de l’impossibilité de percevoir nettement ou de saisir les objets qui se présentent au regard. Il y a donc, dans la première partie du texte, une progression en ce sens qu’on assiste à une imbrication de plus en plus forte des divers éléments constitutifs de la description. La progression est encore plus nette, voire abrupte, dans la deuxième rédaction qui s’achève par le mot « cenere » qui répond en écho au « distrutta » noté en marge de la première strophe, au niveau du dernier vers.

Les thèmes de la deuxième strophe

  • 30 Cf. Montale (Eugenio), Le occasioni, a cura di Dante Isella, Torino, Einaudi, 1996, p. 44. Dans la (...)
  • 31 « …questa fredda vampa (…) / fa che il gorgo / d’ogni giorno è più fermo che la pietra, / e la bru (...)

20Elle est presque deux fois plus longue que la strophe 1 ; elle semble avoir été écrite plus facilement. On ne peut pourtant pas dire qu’elle soit achevée car on y remarque quelques hésitations, en particulier dans les deux derniers vers qui concluent l’ensemble de l’argumentation. Elle est excentrique par rapport à la thématique du début. Après une stase indiquée par l’espace en blanc, la parole opère un détour dont la longueur relative de la strophe est l’acting out. La déviation est ensuite suivie d’un recentrage (« come provvida è questa fredda vampa che (ci)(ri)lega / noi stessi a noi, ci ricompone in una / certezza… ») et d’une recomposition. L’imagination suit des chemins obliques en reprenant les traces laissées dans la poussière des rues par les roues des tombereaux. À chacune des deux strophes du texte correspond un espace, et à chaque espace un parcours. Dans le premier segment il est question de carrière, celle du soleil dans le ciel voilé et celle du je et de sa compagne, en route dans l’incertitude de leur vie. Montale hésite sur l’emploi du substantif « carriera », mais peut-être à tort car, par ses sonorités et par son étymologie, le mot annonce le terme « carriaggi » (tombereaux) de la deuxième strophe. L’espace auquel il est fait référence dans le deuxième segment est celui du faubourg animé avec ses boutiques, ses rideaux de magasins, son mouvement. À la confusion des formes succède l’énumération des choses typiques de la ville. C’est pourquoi le texte est écrit avec une facilité plus grande que la strophe qui précède. Il suit en effet des voies déjà tracées et emprunte des expressions qu’on trouve, par exemple, dans Carnevale di Gerti30. En revanche, quand l’écriture, à nouveau, sort des sentiers battus, lorsqu’elle met en relation le tourbillon de la rue et la fixité de ceux qui regardent, alors les incertitudes du texte réapparaissent. La froide lumière du soleil pétrifie l’agitation urbaine au centre de laquelle ont trouvé refuge le narrateur et la femme31.

21Il sole d’agosto est une poésie sur les différentes sortes de lumière, sur la grisaille et sur l’éblouissement, sur la netteté ou l’effacement des contours. C’est aussi un texte sur les bruits de la ville au milieu desquels les protagonistes se sentent étrangers. Mais, comme beaucoup de textes littéraires, c’est également une sorte de mise en abyme du parcours de l’écriture. Celle-ci cherche à dégager la clarté de l’enchevêtrement. Les entraves invisibles, la trame des veines, la complexité des lignes sont des métaphores du cheminement de la plume. L’objet de l’écriture – la dame, comme dans la tradition lyrique – échappe au regard qui voudrait l’éclairer. Invoquée (« se ti chiama una voce ») elle s’anéantit ou montre un visage hostile (selon qu’on se réfère à la première ou à la seconde rédaction). L’écriture renonce à cerner directement son objet ; elle s’en détourne et se porte en des lieux plus communs. Ces voies obliques, ces raccourcis du dire sont les phrases déjà écrites par les autres poètes ou par l’écrivain lui-même dans ses compositions antérieures. Dans la deuxième strophe, Montale s’autocite. Il puise dans le vocabulaire qui est le sien en ces années cruciales qui se situent entre la fin des Ossi di seppia et les premiers textes qui seront plus tard inclus dans Le occasioni. Quand, à force de détours, l’écriture revient au thème principal, c’est-à-dire à l’espace de lumière froide qui unit (« rilega ») le nous au nous, le sujet à l’objet, le sujet et l’objet à eux-mêmes, le texte appelle une conclusion. Celle-ci, effectivement, se dessine avec l’enroulement des rues du faubourg autour du creux (« cavo ») central, mais la relation contradictoire du mouvement et de la fixité (« il suburbio attònito di vita » ; « il gorgo più fermo che la pietra » ; « il turbinare (che) ci si stende intorno ») et l’hésitation surtout entre « turbinare » et « subbuglio » (cf. ci-dessus) ne permet pas l’achèvement.

Essai de conclusion

  • 32 Le membre de phrase laissé en blanc par Montale dans la première rédaction prévoit que le substant (...)
  • 33 Sans amorcer une analyse qui ne manquerait pas d’être très longue, signalons que les rapports de s (...)

22Il y a dans Il sole d’agosto quelques espaces laissés en blanc. Ils sont incompatibles avec les usages auxquels doit se conformer tout texte destiné à un public. Mais les silences n’en sont pas moins interprétables. Et l’on peut observer qu’ils apparaissent deux fois au début de la première strophe alors que l’auteur cherche à qualifier l’aspect de la lumière ou la personnalité de la femme. Montale ne leur attribue pas des qualités positives. Le soleil et Arletta sont au contraire caractérisés par une insuffisance, par un défaut de l’être. La carrière du soleil hésite sans les…(première rédaction) Arletta est une femme qui ne… pas (deuxième rédaction). Un psychanalyste penserait sans doute que l’inachèvement est ici une réussite de l’expression qui, en s’interrompant, mime l’absence de qualité. Le soleil est un soleil sans ; la femme est une qui ne… pas ; c’est clairement dit et c’est assez. Mais le silence qui serait parlant au niveau d’une relation orale (thérapeutique ou non) n’est pas admissible dans un texte écrit. Pour l’imprimeur, le lapsus calami est toujours un acte manqué. Il va de soi que l’inconscient doit passer dans le texte au même titre que l’argumentation, la description, la narration etc. Cependant les règles qui s’appliquent à chacun des niveaux diffèrent en partie. La poésie doit donc obéir simultanément à un ensemble de contraintes qui ne sont pas identiques selon qu’on envisage l’un ou l’autre des différents systèmes qui sont imbriqués dans le texte. Telle solution satisfaisante du point de vue du sens ne l’est pas du point de vue phonétique, telle formulation satisfaisante du point de vue phonétique32 entraîne une incorrection lexicale ou grammaticale, telle relation significative au niveau de l’inconscient33 n’a pas de sens au niveau logique, telle métaphore nuit à la cohérence du texte etc.

23Nous avons indiqué au début de ces réflexions que la notion d’achèvement était inséparable de celle de genre et qu’il n’est possible de constater l’inachèvement que quand des normes couramment admises sont visiblement bafouées. Dans le cas de la poésie du XXe siècle, la question de l’inachèvement n’apparaît pas aussi clairement parce que les écrivains se sont apparemment débarrassés des règles, qu’il est par conséquent difficile de décréter si tel fragment devrait avoir dix, quinze ou vingt vers, s’il devrait être suivi d’une autre partie etc. En même temps, il ne fait pas de doute que l’auteur est en mesure de décider si le texte qu’il vient de composer est achevé ou non, s’il doit être remanié ou s’il est publiable en l’état, c’est-à-dire s’il est ou non satisfaisant. Le mot, sans doute, est vague. On peut essayer d’en préciser le sens.

24La poésie, dans ses formes traditionnelles, multiplie les contraintes : aux règles qui sont celles de la langue, de la rhétorique, de l’argumentation, de la comparaison etc. s’ajoutent les règles propres à la prosodie. Pour le poète la difficulté consiste à obéir simultanément à toutes les règles en limitant le plus possible les perturbations produites par l’interaction entre les différents codes. Il est facile de repérer ces perturbations dans les poésies qu’écrivent les enfants. Ou bien le rythme est bon mais la rime manque, ou bien la rime est en place mais le vers est mal équilibré, ou encore la scansion et la rime répondent aux règles mais au prix d’un déplacement abusif et gênant de l’ordre des mots dans la phrase etc. L’erreur qu’ils font est de privilégier un niveau alors que la difficulté est de faire en sorte qu’aucun code n’interfère sur le fonctionnement de l’autre. Toute perturbation est, en effet, immédiatement perçue aussi bien par l’auteur que par le lecteur qui, alors, parlera à bon droit d’imperfection.

25La déréglementation de la poésie qui s’accélère dès le début du XXe siècle ne modifie pas l’exigence d’une coordination et d’une interaction des différents niveaux du texte. Comme par le passe, il ne faut pas que ce qui est un signal au niveau d’un code soit perçu comme un bruit à un niveau supérieur ou inférieur. Si la rime et la régularité des vers disparaissent, le jeu des assonances, des isotopies, de la scansion, du développement des thèmes et de la progression des arguments a toujours les mêmes caractéristiques. Et la difficulté est aussi grande qu’auparavant quand il s’agit de concilier les diverses exigences propres au fonctionnement de chacun des codes utilises. L’impression d’inachèvement, d’échec, d’insatisfaction a toujours la même cause à savoir le non fonctionnement du texte à un des différents niveaux de l’écriture. Deux vers de Il sole d’agosto sont particulièrement incertains étant donne les hésitations et les corrections qui apparaissent sur la feuille manuscrite. Il s’agit des vers 3 et 4 de la première rédaction. Ils se présentent ainsi :

La sua (carriera) (?) esita senza le…
come la nostra (vita) (tra) acri lacci)) astretta

26Sans le mot « vita » le vers est un hendécasyllabe ; dans ce cas l’adjectif possessif (« la nostra ») renvoie forcément au seul substantif féminin du vers précédent, c’est-à-dire à « carriera » qui, dans le contexte de la poésie, se rapporte à « sole d’agosto » ainsi qu’au narrateur et à la femme. Au niveau lexical, il est correct d’utiliser le mot en parlant d’un astre (il s’agit d’un léger archaïsme). Mais si le mot est applique à Arletta et a son admirateur, il ne peut plus guère avoir le sens de course, de périple de la vie car la langue contemporaine, dans ce cas-là, donne à « carrière » le sens de parcours professionnel. Rien n’indique qu’Arletta ou Montale soient des carriéristes, d’où la nécessité d’introduire « vita ». Mais alors l’analogie entre « course du soleil » et « cours de la vie » n’apparaît plus. D’autre part, à supposer que l’auteur conserve le segment « la sua carriera / esita come la nostra tra acri lacci astretta », est-il possible de maintenir la contiguïté des deux syllabes homonymes « (nos)-tra » / « tra » ? Quant au participe passé « astretta », placé en fin de vers pour rimer avec Arletta, doit-il être maintenu après que le nom de la femme a été supprimé ? Les modifications introduites dans le vers essaient de corriger les distorsions qui apparaissent au niveau d’un code ou de l’autre (distorsion entre l’usage du lexique et la scansion du vers, entre l’effacement et le maintien d’une rime devenue sans objet). On observe un dysfonctionnement à un niveau ou à un autre. Il y a donc défaut d’écriture et, par conséquent, imperfection sinon inachèvement.

27L’assouplissement des règles de la prosodie n’enlève pas grand-chose à la complexité fondamentale de l’acte d’écrire. On connaît bien le paradoxe de l’analysant qui, pouvant parler pendant des années de son roman de famille, est incapable d’écrire le livre de sa vie. C’est que le discours de l’analysant est base sur l’association libre, les corrections, les retours en arrière, les répétitions, les incohérences, les ruptures, les balbutiements, les justifications maladroites et les silences obstinés. Or l’écriture, romanesque ou poétique, a une tout autre logique. Faire passer les produits de l’oralité par le filtre de l’écrit est une opération contre nature. Les contraintes et les obstacles se multiplient au fur et a mesure qu’on recherche la perfection. Parfois il vaut mieux renoncer. Les écrivains manqués le savent.

28Finalement il nous reste à préciser brièvement les caractéristiques de l’inachèvement dans le cas spécifique de Il sole d’agosto. Dans une remarque préliminaire nous avions indiqué que les notions d’achèvement et d’inachèvement étaient faciles à cerner dans le cas des objets remplissant une fonction. Et nous avions ajouté que les objets littéraires et artistiques n’ayant pas de finalité immédiatement reconnaissable, il n’était pas toujours facile d’évaluer leur degré de réalisation sauf à se référer à des règles explicites. Or s’il est vrai qu’un fragment lyrique n’a pas de finalité, il n’en reste pas moins que les textes fonctionnent. Et l’analyse même que nous venons de faire prouve que, quoique inachevé, Il sole d’agosto, après tout, fonctionne passablement bien. Il faut entendre par là que la cohérence thématique, sémantique, phonétique et argumentative du texte est suffisamment solide pour qu’on lui reconnaisse un fort degré de poéticité. Peut-être même que l’inachèvement du fragment procède paradoxalement d’un certain excès. Les différentes hésitations qui s’expriment dans le texte développent plutôt telle ou telle figure, telle ou telle isotopie. Selon les éléments lexicaux choisis, plusieurs développements se dessinent qu’il serait idéalement souhaitable de retenir, d’où une inévitable complexification qui fait apparaître des incompatibilités. Ou la poésie développe la figure du tourbillon, ou elle privilégie la progressive transformation du « suburbio » en « subbuglio ». Les deux options sont également légitimes. On peut même concevoir que l’écrivain hésite à faire un choix entre elles. Pour achever son texte il doit donc ou bien trouver une troisième option, qui rende les précédentes compatibles, ou bien simplifier sa propre thématique afin de donner au texte l’unité qui reste une marque essentielle de l’achèvement. Quand on choisit de produire un énoncé on élimine autant qu’on retient. On n’écrit pas ce qu’on veut, faisait observer Zeno au docteur S. Par là il rappelait que toute œuvre littéraire est aussi un artifice et que les règles de l’art sont la structure sans laquelle il n’est pas de texte.

Notes

1 Bettarini (Rosanna), Appunti sul "Taccuino" del 1926 di Eugenio Montale", in "Studi di Filologia Italiana", XXXVI, Firenze, 1978, p. 478-479.

2 Montale (Eugenio), Tutte le poesie, a cura di Giorgio Zampa, Milano, Mondadori, 1984 p. 813.

3 Moniale (Eugenio), Le Occasioni, a cura di Dante Isella, Torino, Einaudi, 1996.

4 « Sostituire eventualmente al toi il vous ». Montale (Eugenio), Tutte le poesie, Milano, Mondadori, 1984, p. 1153.

5 Il est assez curieux que cette norme n’ait guère été remise en cause même par les auteurs d’avant-garde. On pourrait en effet imaginer un texte proposant, comme le texte inachevé de Montale, des itinéraires de lecture différents. L’auteur mettrait entre parenthèses ou disposerait sur plusieurs lignes des mots ou des syllabes entre lesquelles le lecteur pourrait librement choisir. Dans le deuxième vers on lirait ou on ne lirait pas le nom d’“Arletta”, dans le quatrième vers on lirait au choix : “come la nostra tra acri lacci” ou “come la nostra tra acri lacci astretta” ou “come la nostra vita tra acri lacci astretta” etc. Mais comme aucun texte de Montale ne propose ce type d’hésitation, il faut considérer que Il sole d’agosto est inachevé.

6 Et donc comme un ensemble achevé.

7 Nous utilisons ici le mot de focalisation dans ses deux acceptions. Montale, en effet, introduit dans son texte à la fois la figure de l’observateur (avec la métaphore du soleil) et l’objet focalisé (l’image partielle du corps de la femme). La focalisation apparaît beaucoup plus nettement dans la deuxième version de la première strophe que dans la première puisque la logique de la seconde version est “le soleil se montre, (donc) je vois…” (« Il sole d’agosto si svela a stento / tra i cirri… / Poi s’alta sovviene / la sua vampa ti guardo… »).

8 « La parola e il pensiero allor disviano ».

9 Les deux derniers vers rassemblent les thèmes propres à chacun des deux segments. Le soleil du mois d’août et les bruits de la rue sont rappelés au moyen de deux énoncés symétriques : la brume de chaleur noie l’éclat du jour (« e la bruma, il vapore che alza, annega / lo stupore d’un’ora (giorno barré) giorno ? / d’agosto ») et le fracas de la rue enveloppe le narrateur et la femme (« (e ancora /) il subbuglio (??) (il turbinare rayé) ci si stende ? intorno. »).

10 La disposition typographique des strophes reproduit la discontinuité des deux espaces dont les derniers vers décrivent l’interpénétration.

11 Cette recomposition et cette certitude sont le sens même du texte.

12 “Turbinare” est cohérent avec quelques-unes des isotopies thématiques de la deuxième strophe. En effet, la métaphore majeure de la deuxième partie du texte est bien celle du tourbillon, du vortex, avec l’air absolument immobile en son centre (« questa fredda vampa… fa che il gorgo / d’ogni giorno è più fermo che la pietra »), avec le creux où le je et la femme sont abrités alors que tout autour d’eux la rue tourbillonne (« e in sé se nel suo cavo ci accoglie (accolga) / il turbinare ci si stende intorno »). La rédaction « il turbinare ci si stende intorno » a l’avantage de reprendre presque mot pour mot le vers 6 de la deuxième strophe : « la frenesia / che d’attorno ci turbina ».

13 En réalité, le texte de Montale comporte un certain nombre de rimes : “Arletta / astretta ; brama / chiama ; luce / conduce ; rende/ distende / tende ; rilega / annega ; giorno/ intorno ; sola / parola” (version 2).

14 Il s’agit simplement d’éviter certaines répétitions de syllabes ou de mots qui pourraient gêner la lecture du texte.

15 La licence poétique montre que, dans certains cas, le code syntaxique peut être subordonné aux autres, ce qui n’est jamais le cas dans les autres genres littéraires.

16 Au premier vers de la deuxième strophe on lit : « La parola e il pensiero allor disviano », énoncé dans lequel le signifiant (“la parola”) précède le signifié (“il pensiero”).

17 « il sole d’agosto si rivela a stento ».

18 « svela a stento »

19 L’assonance est reprise un peu plus bas avec le verbe « sento ».

20 Rédaction 1 : « Il sole d’agosto trapela appena / dalle ragne del cielo » ; rédaction 2 : « Il sole d’agosto si (di)svela a stento / tra i cirri… ».

21 C’est surtout dans la seconde rédaction que le passage de l’ombre à la lumière est brutal : « Il sole d’agosto si (di)svela a stento / tra i cirri, (“dai vagabondi cirri” rayé), “Arletta” (rayé)…/ Poi se alta sowiene / la sua vampa ti guardo… ». Dans la première rédaction c’est l’hésitation du soleil derrière le ciel voilé qui est le moment le plus développé. L’irruption de la lumière est beaucoup moins nette : « (la carriera del sole) è là : soffonde / la tua forma, disvela a me la brama / delle tue tempie… ». Le verbe « soffondere » atténue beaucoup l’effet de lumière.

22 La deuxième rédaction introduit dans l’énoncé un “si” typiquement montalien qui fait dépendre l’ensemble du passage d’une éventualité ou d’une hypothèse.

23 « …(il sole) soffonde / la tua forma, disvela a me (te) la brama / delle tue tempie, dei tuoi polsi : intrica / vie più le nostre vite : e se ti chiama / a me una voce, il nembo della luce / che tu rifrangi come trito vetro (che t’infrange come un vetro) quasi (distrutta) nemica a me ti riconduce (mi ti riconduce) ».

24 « Poi se alta sovviene / la sua vampa ti guardo e di te sola / che non… resta che un’eco di parola / e il sapore ch’io sento tuo : di (la) cenere ». À noter la synesthésie du regard, de l’ouïe et du goût d’inspiration symboliste.

25 Cette lecture n’est pas proposée dans l’édition Mondadori des œuvres complètes. En réalité la première rédaction serait « disvela a me ». Au-dessus de “a me” on lit “in me”, mais le “in” est ensuite barré, ce qui laisse une troisième lecture qui serait “a te”.

26 Parallèlement, on a cette autre version : « delle vene aile tempie ai polsi ». Il serait logique d’associer la rédaction 2 au groupe pronominal “a te” ou “in te”.

27 Dans la première version l’image de la femme n’est pas brisée. Mais pour autant l’idée de sa destruction n’a pas été abandonnée par Montale, puisqu’en marge du vers 11 (« (il nembo della luce) quasi (fatta) nemica a me ti riconduce ») on peut lire l’adjectif distrutta. On aurait donc cette autre variante : « (il nembo della luce) quasi distrutta a me ti riconduce ».

28 Il y a un autre exemple de permutation du sujet et du complément d’objet dans la strophe 1. La première rédaction indique que « (il sole d’agosto) intrica vie più le notre vie » mais une correction propose l’énoncé suivant : « intricano / vie più le nostre vite ».

29 « come la nostra (vita) (tra) acri lacci// astretta / tra invisibili lacci ».

30 Cf. Montale (Eugenio), Le occasioni, a cura di Dante Isella, Torino, Einaudi, 1996, p. 44. Dans la dernière strophe de Carnevale di Gerti on relève, entre autres, les mots de “carriaggi, polso, gorgo”.

31 « …questa fredda vampa (…) / fa che il gorgo / d’ogni giorno è più fermo che la pietra, / e la bruma, il vapore che alza, annega/lo stupore d’un’ora (giorno ?) / d’agosto, e in sé se nel suo cavo ci accoglie (accolga) (proposition entièrement barrée) (autre version e ancora) il turbinare (il subbuglio (??) ci si stende (?) intorno ».

32 Le membre de phrase laissé en blanc par Montale dans la première rédaction prévoit que le substantif manquant suivant la préposition “senza” sera féminin et pluriel. On peut s’étonner que le mot non trouvé soit pourtant spécifié du point de vue du genre et du nombre. La réponse doit être probablement recherchée au niveau phonétique. Dans “senza le…” on retrouve l’enchaînement e, a, e des deux vers précédents. Le niveau phonétique est donc résolu avant le niveau sémantique. Ce qui est, du reste, très classique en poésie, en particulier lorsque les vers sont rimés. Le poète sait déjà que le mot (qu’il est en train de chercher) devra s’achever par telle ou telle syllabe, qu’il devra comporter un certain nombre de syllabes.

33 Sans amorcer une analyse qui ne manquerait pas d’être très longue, signalons que les rapports de symétrie et de réciprocité, dont on trouve plusieurs exemples dans le texte de Montale, sont, dans les rêves, étendus à des cas où la réciprocité est impossible au niveau logique. Ainsi, pour l’inconscient la distinction verbe actif/verbe passif (regarder/être regardé) n’est pas toujours très nette alors que la confusion est impensable en termes de pure logique. Les vers « il nembo della luce / che tu rifrangi come un trito vetro » et « il nembo della luce t’infrange come un vetro » sont en fait contradictoires. Comment peut-on dire d’abord que la lumière brise la femme, pour affirmer aussitôt après que la femme brise la lumière ? Or il semble bien que pour Montale les deux solutions soient interchangeables. En réalité on peut intuitivement reconstituer le travail du texte. Montale veut introduire les mots de "femme’‘, de "lumière" et l’idée de cassure qui appelle la métaphore du verre. Mais l’ordre des mots est relativement indifférent à ce niveau-là. C’est donc à un autre niveau (celui de l’ordre discursif) que le choix sera fait. Si l’on devait mettre des indices de réussite aux différentes formulations la version « che tu rifrangi come un trito vetro » aurait un indice supérieur à la version 1 (« t’infrange come un vetro ») dans la mesure où l’on pourrait donner, aux deux rédactions, un même indice de satisfaction en ce qui concerne la présence des mots clés, alors que du point de vue phonétique, la version 2 (« trito vetro ») aurait un indice supérieur à la version 1.

Table des illustrations

Légende Eugenio Montale (Il sole d’agosto)© Mondadori in Tutte le poésie. a cura di Giorgio Zampa, Milano, Mondadori, 1984, p. 813
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/9831/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende (Transcription diplomatique de Il sole d’agosto)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/9831/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 230k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site