Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vents du large

 | 
Jacqueline Penjon
, 
Anne-Marie Quint

3. Libéralisme et nationalisme au Brésil

José de Alencar, libéral, politicien, Ministre de la Justice (Second Empire brésilien) et écrivain romantique

Euterpe T. Correia Christov

Texte intégral

1Issu de l’élite politique et intellectuelle du Brésil au milieu du xixe siècle, José de Alencar appartenait à l’intelligentsia appelée à la construction de la nation après l’accession à l’Indépendance. Il portait le même nom que son père, José Martiniano de Alencar, militant des mouvements révolutionnaires au Pernambuco de 1817 et 1824. Alencar fils (1829-1877), était lui aussi un politicien, député à l’Assemblée Législative pendant une dizaine d’années et Ministre de la Justice à 39 ans. Ardent partisan de la Monarchie Constitutionnelle, chrétien convaincu, avide d’action et de justice, son idéal politique était basé sur le libéralisme. Nous avons analysé sa pensée politique et morale dans ses articles de journaux, dans ses écrits politiques, Cartas de Erasmo et O Systema Representativo, dans ses œuvres satiriques. Il a aussi joué un rôle important dans la littérature de l’époque. Ecrivain romantique, « le Patriarche de la littérature brésilienne » a été marqué surtout par son expérience vécue, toujours au centre de ses réflexions. Son œuvre littéraire a connu un succès considérable jusque dans les lieux les plus reculés des provinces brésiliennes. Ecrivain populaire, il a utilisé et transformé esthétiquement la matière folklorique du Brésil en général et du Ceará en particulier. Ses références aux sources populaires dans son œuvre lui ont permis de se faire comprendre et aimer du public.

2Le Romantisme au Brésil a constitué un mouvement d’idées chargé de significations politiques. L’engagement de ce mouvement en France, la conquête des principes démocratiques instaurés par la Révolution Française, ont eu leurs racines au xviiie siècle et se sont poursuivis tout au long du xixe. Aussi l’idéologie des lumières a-t-elle transmis au Romantisme brésilien l’image du « bon sauvage » représenté par l’Indien, le primitif habitant du Brésil. Comme homme de lettres, José de Alencar s’est proposé de faire de l’histoire de l’Indien, le fer de lance dans la construction du passé national selon la tradition orale. Mais il ne s’est pas arrêté à l’Indianisme. Du plan général de ses œuvres, tracé dans la préface de son roman Sonhos d’Ouro (1872), ressort sa préoccupation de construire l’histoire ancienne et moderne du Brésil par l’écriture littéraire. Dans ses œuvres il a exprimé aussi ses convictions politiques, ses théories, ses combats. Mêlant le plan politique et le plan littéraire, deux plans que ne dissociait pas José de Alencar, l’étude de ce grand homme et de ses écrits ne pourra être séparée du contexte romanesque, romantique et du contexte politique. Aussi sert-elle à éclairer le sens du libéralisme d’inspiration française, qu’a adopté le Brésil du xixe siècle.

3Depuis 1815, le Brésil avait été élevé à la dignité de royaume par Jean VI de Bragance. En 1822 Pierre Ier, fds de Jean VI, avait déclaré l’indépendance du pays et s’était proclamé empereur. Les politiciens brésiliens, qui ont lutté contre l’absolutisme de la famille royale de Bragance et de la vieille aristocratie du Portugal, se sont considérés comme des libéraux. L’intelligentsia et la classe politique brésiliennes, embryonnaires et limitées en nombre, mais particulièrement remarquables en qualité, avaient joué un rôle prioritaire au début du processus de l’Indépendance du Brésil. Ainsi, officiellement, celle-ci avait été proclamée en 1822, sans que le peuple y participe. La conscience nationale restait à construire. L’engagement politique du mouvement romantique s’est affirmé alors à travers un mouvement nationaliste qui plaçait la nation, constituée en Etat, au premier rang des valeurs politiques et sociales.

  • 1 Rodrigues, José Honório, Independência : Revolução e Contra-Revolução, Rio de Janeiro, Livr. Franc (...)

4Auparavant, la lutte politique s’était traduite par l’affrontement entre Brésiliens et Portugais. Les premières factions ont émergé avec les « monarchiques », les « modérés », les « radicaux » lors de la convocation de l’Assemblée Législative et Constituante, en 1823, pour élaborer la première constitution du Brésil. Les Portugais défendaient la monarchie sans conditions. Les « modérés », issus des rangs des Brésiliens, acceptaient la monarchie à condition d’avoir parallèlement d’autres institutions républicaines. Les « radicaux », une autre faction des Brésiliens, voulaient la république et le fédéralisme. Mais être libéral radical dans la société brésilienne du xixe siècle, faire appel au peuple analphabète, désorganisé et surtout minoritaire face à la majorité des seigneurs assistés de leurs esclaves, revenait pratiquement à un suicide. Ainsi, la Conjuration des « bacheliers » du Minas Gerais, en 1789, celle des « tailleurs » à Bahia en 1798, aussi bien que les insurrections de 1817 et 1824 à Pernambuco, avaient toutes échoué1.

5Sous Pierre Ier, les Brésiliens modérés et radicaux, faisant le pénible apprentissage de la médiation et des compromis, avaient donné une substance libérale à la Constitution. À partir de 1824, les mêmes imposèrent le parlementarisme et les réformes électorales successives, non prévus dans la Charte. Après l’abdication de Pierre Ier, en 1831, les anciennes factions politiques semèrent la guerre civile dans le pays par leurs actions radicales et subversives. Lors de l’élection du Régent, le Père Feijó, en 1835, les vieux monarchistes et quelques modérés dissidents formèrent le Parti Conservateur. L’autre faction des modérés se rallia aux radicaux, donnant naissance au Parti Libéral. Ces deux partis s’imposèrent aux extrémistes et définirent la lutte politique depuis 1836 jusqu’à la fin du régime monarchique en 1889.

  • 2 Barreto Vicente, Ideologia e Política no Pensamento de José Bonifácio de Andrada e Silva, Rio de J (...)

6En 1840, à l’avènement de Pierre II, les révolutions civiles dominaient encore. De grands changements sociaux ont eu lieu pendant cette période de consolidation de l’Indépendance qu’a été le Second Empire. La Monarchie Constitutionnelle et représentative acceptée comme forme de gouvernement comptait 4 pouvoirs : le modérateur, l’exécutif, le législatif et le judiciaire. Le pouvoir modérateur reposait dans les mains de l’Empereur. Le pouvoir exécutif était exercé par l’Empereur à travers ses Ministres qui composaient le cabinet. Après 1849, le régime parlementaire s’étant mis en place, les changements de cabinets se sont effectués pacifiquement avec l’alternance des partis de l’opposition. Les deux partis Libéral et Conservateur n’étaient pas des partis populaires. Constitués de cadres, ils se situaient dans la ligne traditionnelle du « libéralisme centriste » de José Bonifácio prônant le gradualisme dans les réformes et partant du préssuposé, selon l’expression de Raymundo Faoro « que tout devait être fait pour le peuple, mais rien par le peuple ».2

  • 3 Valmireh Chacon, História dos partidos brasileiros, « Os partidos no Império (1831-1889) », Brasíl (...)
  • 4 « Les cabinets conservateurs gouvernent de 23 mars 1841 à 2 février 1844 ; de 22 septembre 1848 au (...)

7Ces partis ne présentaient pas non plus de grands écarts idéologiques ; ils acceptaient tous deux la philosophie libérale classique (peu d’intervention de l’Etat) et le libéralisme économique du xixe siècle. Jusqu’à un certain point la Constitution de 1824 définissait leur différenciation. Le Parti Conservateur acceptait qu’elle fût jurée et octroyée, comme toutes les institutions. Le Parti Libéral voulait lui, une nouvelle charte sans la marque « absolutiste » d’un contrat octroyé, la liberté des provinces, le sénat temporaire. Il récusait au monarque les attributions variées et « graves » du Pouvoir Modérateur. Pour le Parti Libéral de l’époque, « le Roi règne mais ne gouverne pas », mot d’ordre équivalent à celui de la France de Louis-Philippe. Selon les conservateurs comme le Vicomte d’Itaboraí, « le roi règne, gouverne et administre ». Ceux-ci voulaient le renforcement de l’autorité centralisée compatible avec un gouvernement formé constitutionnellement3. Entre 1853 et 1862 le système de la « Conciliation » aboutit à la complète domination du cabinet par le Parti Conservateur4. En réaction, le Parti Libéral créa la Ligue Progressiste qui prit le contrôle du cabinet de 1862 à 1867. Pierre II, utilisant son pouvoir modérateur, résolut de dissoudre la Ligue et de nommer, en 1868, le cabinet du Vicomte d’Itaboraí, composé de conservateurs, dont José de Alencar.

8Selon Mário de Alencar, deux phases se distinguent dans la vie de son père, José de Alencar : celle du poète, de 1855 à 1868, et celle du politicien, de 1868 à 1877. Pour José de Alencar, ces dates correspondent aux deux phases de sa vie, celle de sa jeunesse enthousiaste et celle de la période de désenchantement, où il signe « Sênio ». La première débute après des études de droit à São Paulo et les premières expériences dans l’étude de l’avocat Caetano Alberto à Rio de Janeiro. En 1851, José de Alencar publiait ses premiers écrits sur la politique et sur les faits économiques et en 1854, il devenait rédacteur effectif au Correio Mercantil, signant les feuilletons « Ao correr da pena ». L’année suivante il assumait la charge du Diário do Rio de Janeiro. Ses articles de fond, rédigés avec l’assurance d’un publiciste consommé, traitaient de politique générale, d’économie politique, d’administration, de jurisprudence.

9Au milieu d’une activité journalistique débordante José de Alencar prit connaissance d’A Confederação dos Tamoios (1856) de Gonçalves de Magalhães. Signée du pseudonyme « Ig », sa critique mordante du poème, provoqua une polémique. L’Empereur lui-même entra en lice en faveur de Gonçalves de Magalhães. José de Alencar fit ainsi son entrée en littérature, avec ses Cartas sobre a Confederação dos Tamoios. Il y montre un sentiment nationaliste marqué par l’Indianisme. En effet, il y ébauche sa théorie littéraire, en pleine période romantique, où le mouvement nationaliste domine. De sorte qu’à 27 ans, avant de se lancer dans le métier d’écrivain, il disposait déjà d’un important bagage culturel, d’une grande connaissance de la littérature brésilienne et universelle et d’une maturité artistique exceptionnelle. Ensuite il contribua à l’Indianisme avec un poème épique, Os Filhos de Tupã ; avec la création du mythe littéraire de l’ancêtre indien, dans O Guarani (1857) ; avec aussi la définition des sentiments nationaux dans Iracema (1865), et enfin, avec un projet de construction de la nation brésilienne par le biais de l’Etat dans Ubirajara (1874).

10En 1857, après la publication de trois romans et la représentation de quatre pièces de théâtre, la renommée de José de Alencar était déjà assurée. En mai 1858, à la troisième représentation, la pièce Asas de um Anjo fut censurée et interdite. Alencar subit la première déception de sa vie et abandonna journalisme et théâtre. En 1859 il était nommé secrétaire d’Etat aux affaires juridiques, en 1861 il était député à l’Assemblée Nationale. Il faisait son entrée en politique mais continuait à se consacrer à la littérature pendant son temps libre, publiant surtout des romans. La phase d’activité politique la plus intense de la vie d’Alencar coïncida avec une période difficile pour le Brésil alors en guerre contre le Paraguay (1864-1870). En 1865, Alencar commençait à publier les Cartas de Erasmo. Ces premiers écrits intentionnellement politiques furent d’abord des lettres ouvertes à l’Empereur, ensuite au peuple et de nouveau à l’Empereur.

  • 5 José de Alencar fait certainement référence à Erasme de Rotterdam. La réponse à ses lettres, Respo (...)

11Le pseudonyme5 adopté par Alencar est significatif car il veut s’attaquer au problème de la morale en politique. Alencar critique l’indifférence politique et surtout morale des classes dirigeantes. Il critique la flatterie, le manque de personnalité des politiciens devant le chef de la nation. Alencar affirme que le malheur politique et social du Brésil ne vient pas de son régime de monarchie constitutionnelle. Selon lui c’est la meilleure forme de gouvernement pour le Brésil sorti depuis peu de la colonisation. Le malheur ne vient pas non plus de sa Constitution, « un beau monument de sagesse et de libéralisme ». Dans ses Cartas de Erasmo, Alencar veut engager une guerre contre la corruption dans les limites de la Constitution. Pour ce faire, lui, conservateur, commence par faire appel au sommet de la hiérarchie du pays. Il analyse l’action et la responsabilité de l’Empereur dans le fonctionnement de la machine gouvernementale.

  • 6 « Quero a constituição como foi escrita e não o como a aleijaram.
    Na Constituição aparecem bem dist (...)
  • 7 « É preciso que o rei saiba querer, para que o povo aprenda a resistir ; assim instruem-se mùtuame (...)

12Pour lui, le pouvoir modérateur entre les mains de Pierre II, dont l’intégrité morale est connue, est la première garantie contre la corruption. Mais il faut que le chef de la nation soit avant tout un homme fort pour bien exercer le droit d’intervention. Toujours à l’écoute de son peuple il construira, par son fort pouvoir de décision, la cohésion nationale autour de lui. Alencar attire l’attention de l’Empereur sur la nécessité d’une attitude démocratique constamment en éveil. La démocratie est, pour Alencar, un élément indispensable au bon fonctionnement de la monarchie constitutionnelle. Dans ces Cartas de Erasmo, il veut dénoncer les abus de pouvoir d’une classe politique privilégiée qu’il appelle l’aristocratie6. Il s’agit d’une classe d’hommes cultivés et pourtant corrompus par l’amour de la guerre et de la gloire, par la cupidité et, surtout, par le manque de conscience morale et professionnelle. Alencar compte arriver à ses fins en insistant sur le développement de la démocratie au service du peuple instruit de ses droits politiques et allié à l’Empereur7. La conscience nationale est à construire autour de l’Etat-nation. Le peuple brésilien est, pour l’instant, trop ignorant de la politique suivie au Brésil, il est craintif, passif et même servile face aux événements qui le dépassent. Alencar dénonce enfin le laisser-aller de Pierre II dans des domaines importants de la morale et la politique sociale.

13Sans réponse de l’Empereur, Alencar a publié, en 1866, neuf Cartas de Erasmo adressées au peuple. Ces lettres parlent principalement de la guerre et de sa politique, de la crise économique, de l’extrême pauvreté de la classe populaire. À ce sujet et à cette occasion il a envoyé une lettre au Vicomte d’Itaboraí conservateur. En 1867, les Novas Cartas Políticas de Erasmo, sur l’émancipation des esclaves, ont été adressées à l’Empereur. Cette émancipation, dit Alencar, doit se faire graduellement par une préparation adéquate des Noirs à la vie de liberté et de responsabilité civile. Sinon elle engendrerait trop de misères. Cette même année paraît, sous forme de pamphlet, A Corte do Leão, une satire caustique de Pierre II, où Alencar décrit le roi lion attaché à l’étiquette et ne s’intéressant pas à ses sujets.

  • 8 Cf. Araripe Junior, (Tristão de Alencar), Obra Crítica, Ministério da Educação e Cultura, Casa Rui (...)
  • 9 Cf. Raimundo de Menezes, José de Alencar, Literato e Político, São Paulo, Livras Técnicos e Cientí (...)

14À quarante ans, Alencar voyait une relation entre ses déceptions politiques et son vieillissement précoce. En 1868 il publiait O Systema Representativo sous le pseudonyme de Sênio. Son concept de démocratie y est développé. Dans O Systema Representativo il dénonce dans la démocratie pratiquée aux Etats-Unis d’Amérique la tyrannie qu’exerce la majorité sur les minorités. Mais il dénonce aussi l’absence de démocratie dans la vie politique du Second Empire brésilien, lors des élections et dans d’autres domaines. Malgré ses lettres et l’agitation qu’elles suscitent, malgré la satire, José de Alencar est nommé Ministre de la Justice, avec l’approbation de Pierre II. Alencar a été un bon ministre et a mené plusieurs actions d’envergure. Il a interdit, par exemple, en 1869, à Valongo, la vente aux enchères des esclaves car il la jugeait immorale. Il faut retenir aussi de cette période les difficultés qu’Alencar a rencontrées dans ses rapports avec les politiciens. Araripe Junior8 parle du pessimisme aigu de Sênio. Raimundo de Menezes9 évoque un Alencar hautain et intraitable une fois au Ministère, affichant un mépris certain pour les députés, s’insurgeant contre l’apparat de la cour et les communications trop protocolaires de l’Empereur. Alors même qu’il exerçait des fonctions au Ministère, il était déjà éloigné de la cour et surtout opposé à l’aristocratie, jusque dans les rangs de son Parti Conservateur. En 1969, avec son frère Leonel, il fondait le journal conservateur Desesseis de Julho pour exposer ses idées politiques et morales.

15La grande déception d’Alencar survint en avril 1870. Il fut exclu de la liste des nouveaux sénateurs du Ceara choisis par Charte Impériale et ceci malgré le fait qu’il avait obtenu le plus grand nombre de voix aux élections. Sa route vers le Sénat ayant été barrée par le veto de l’Empereur, Alencar considéra sa carrière politique terminée. Ses dix-huit mois comme Ministre l’avaient laissé plein de pessimisme et de tristesse et eurent des répercussions fâcheuses sur sa vie. Entre 1871 et 1873 il publia A Guerra dos Mascates où il reprit la satire contre Pierre II et l’aristocratie. Les années 1873 et 1874 du député Alencar furent marquées par les polémiques et l’écrivain dut encore affronter de nombreuses critiques. Malade, il repartit pour le Ceará, à la recherche de sujets et de traditions indiennes. En publiant Ubirajara, en 1874, il passait une fois de plus de l’action politique au rêve littéraire.

  • 10 « L’utopie [...] c’est le rêve d’un citadin mécontent de sa cité, mais qui ne choisit pas pour par (...)

16En écrivant son dernier roman indianiste, Alencar est sous l’emprise d’un sentiment d’échec qui le poursuit depuis 1870. Il n’a pas réussi en politique comme son père. Sa passion pour l’Indien est toujours la même. Mais après tant de tentatives vaines de dénonciation du malaise social et politique, après la satire, Sênio fait du récit d’Ubirajara une utopie10. En le rédigeant, il ne perd pas de vue la société brésilienne de son temps qu’il juge corrompue et négligente. Il a déchiffré les passions politiques de l’aristocratie cupide, rusée, et inconsciente de ses devoirs. Il conserve présente à l’esprit l’image de Pierre II nonchalant et prodigue. Il garde en mémoire la peur, l’ignorance et la servitude quasiment consentie du peuple brésilien. Toutes ces passions accumulées sont le triomphe du négatif. L’observation lucide du milieu politique du Brésil de son temps a conduit Alencar à centrer son analyse sur un foyer de corruption.

17Les notes de bas de pages qui occupent la moitié de l’œuvre forment une somme des recherches de l’auteur sur les Indiens. Ces notes qui devraient offrir au lecteur un tableau fidèle de la vie des Indiens finissent cependant par servir à la description détaillée de la cité idéale. Le cadre de l’action est le Brésil central amazonien, à l’intérieur de la forêt qui longe le fleuve Tocantins et la rivière Araguaya, jusqu’à leur confluent dans une région inconnue au temps de l’auteur. Cet éloignement dans l’espace et dans le temps exprime le désir de l’auteur de se placer en marge du réel. Ainsi l’utopie d’Ubirajara a son siège très loin, hors des lieux de l’expérience. Par le procédé de l’utopie, pour conjurer la décadence de la cité réelle, l’auteur d’Ubirajara entend allier éthique et politique dans la vie des Indiens. Deux thèmes se développent ensemble dans le roman où la préparation au mariage est parallèle à l’ascension politique de Jaguarê, alias Jurandir, alias Ubirajara. Les protagonistes Araci et Ubirajara sont parés des vertus essentielles au couple fondateur de la société idéale. La morale, qui préside à l’organisation sociale et politique des Tupis, est concentrée dans la cellule familiale prise comme le foyer de purification.

18La comparaison avec un arbre de la forêt, de goût très indianiste, montre l’organisation politique des Tocantins. Ils vivent dans une monarchie limitée avec son chef guerrier et ses deux assemblées, celle des moacaras, l’assemblée législative, celle des abarés, le conseil des anciens, appelée aussi le carbeto. Le congrès des Araguayas compte aussi deux chambres. La monarchie tempérée dans l’état de nature, qui est décrite dans Ubirajara, représente une forme de gouvernement idéale. Les responsables sociaux et politiques sont choisis d’après leurs mérites, leurs valeurs morales, leur dédain de la gloire personnelle. Alencar s’empresse de dire que dans cette monarchie tempérée, les chefs, Camacã, Itaquê, Ubirajara sont des êtres forts, dont les actions traduisent un pouvoir de décision étendu. Aussi leurs actes modérateurs sont-ils les signes évidents de leur don de discernement et de leur sagesse.

  • 11 « O governo da taba, essencialmente democrático, residia no conselho dos moacaras, entre os quais (...)

19Contrastant avec la rigidité de la société dans la première moitié d’Iracema, dans Ubirajara les actes modérateurs parsèment l’œuvre. L’amnistie accordée par Ubirajara à Pojucã, son prisonnier, est un acte de son pouvoir modérateur. De la part d’Itaquê, le chef tocantim, les actes modérateurs sont nombreux. Le pardon à l’enfant du chef Canicrã en est un exemple. Aveuglé par la flèche du curumim tapuia, Itaquê prend en considération l’extrême jeunesse de son ennemi et n’en fait pas un esclave. A une autre occasion Itaquê décide que la désignation du chef des Tocantins ne sera pas soumise à la loi de la compétition interne comme le veut la tradition. Il permet qu’Ubirajara, un Araguaya, puisse exceptionnellement concourir pour la possession de l’arc tocantim. Pour Alencar, la démocratie doit être le reflet et la représentation de toutes les couches sociales, de la majorité aussi bien que des minorités. Dans Ubirajara, le gouvernement de la taba des Tocantins et des Araguayas est essentiellement démocratique : il admet la représentation et l’exercice des droits de la minorité11. Jandira refusant d’épouser Pojucã, s’insurge contre la tradition indienne d’accueil au prisonnier et désobéit aux ordres du carbeto. Elle doit pour cela être condamnée à mort. Son pardon accordé par Ubirajara a tout l’air d’un acte du pouvoir modérateur vu les droits de la minorité. Les chefs indiens maintiennent ainsi une politique démocratique et adoucissent la rudesse des lois de la vie primitive dans une cité idéale.

20Donc c’est en homme politique qu’Alencar s’adresse à son public lecteur pour lui présenter, le plus concrètement possible, son projet de construction nationale. Il accomplit son idéal par un texte littéraire dans une œuvre populaire. Alencar veut travailler à la construction nationale, en se dotant des moyens littéraires disponibles à l’époque et en donnant libre cours à une imagination et à une énergie créatrice débordantes comme toujours. L’homme politique malheureux, inadapté au milieu impitoyable de l’aristocratie brésilienne, fait revivre ses déceptions, ses insatisfactions en créant un monde inversé. Son rêve, ses revendications, ses théories, maintes fois exposées dans son action politique et dans ses écrits, s’expriment librement, sans contrainte, sans crainte des invectives de ses adversaires.

21Son public lecteur appartient au peuple brésilien du xixe siècle, de la période postérieure à l’indépendance officielle, marquée par l’influence de l’Empire qui veut se consolider. Au xixe siècle, dans la vie politique brésilienne, la masse populaire dans un premier moment était restée passive et n’avait fait qu’observer de loin les agissements des politiciens. Dans cette première phase, les luttes politiques ont abouti à l’indépendance officielle du Brésil mais pas encore à la construction d’une nation. L’œuvre indianiste de José de Alencar, sous cet aspect, suggère une deuxième phase politique. C’est la phase où le romancier, représentant de l’intelligentsia politique, veut souder le peuple, son public lecteur et auditeur, en un conglomérat humain sous l’emprise d’une sorte de charisme communiqué par son écriture. L’accueil fait à ce dernier roman indianiste de José de Alencar confirme, encore une fois, le charisme du politicien-romancier.

22Animé d’une passion réformatrice, Alencar veut, par les procédés les plus divers, dénoncer l’arrivisme et secouer l’apathie politique et le laxisme moral qui règnent dans son pays à son époque. Ubirajara représente ainsi un tour de force où s’allient l’évasion et la foi du réformateur. Quand il recompose à sa façon la vie sociale des Indiens, par différents procédés techniques et littéraires, l’identité nationale présente est projetée dans le passé où les réussites du peuple tupi sont liées à son essence. Les traits de la tradition indienne sont rattachés à une vocation éternelle dont le peuple brésilien héritier ne pourra se défaire. En fixant la description des nations disparues, Alencar y découvre les fondements de la société moderne brésilienne. Il veut faire revivre dans le monde moderne les vertus indiennes fondamentales. Toute l’histoire est reconstruite en fonction d’un projet où le groupe national est invité à continuer à vivre selon ce qui a été. Le Second Empire doit vivre selon la même foi que celle qui a inspiré les Ubirajara.

23Un régime politique exemplaire y est instauré comme une forme de gouvernement idéale pour le Brésil de son temps. Le congrès des Tocantins comme celui des Araguayas, avec leurs deux chambres, semble reproduire l’organisation du gouvernement du Second Empire brésilien avec le sénat, premier corps de l’Etat, et la chambre des députés. Comme Chateaubriand Alencar apprécie la démocratie, renouveau de la liberté sauvage. Dans Ubirajara, elle prend un sens précis en accord avec les réflexions énoncées dans O Systema Representativo. C’est par l’utopie que José de Alencar montre les effets salutaires de la liberté d’action des Tupis, traduite par la démocratie de leur gouvernement. Il montre la vertu tonifiante de l’activité des Indiens et de leur courage dans la construction de leur économie basée sur l’égalité. La maîtrise de l’espace, du travail, de la santé, de la connaissance de la nature des anciens habitants du Brésil doit faire réfléchir les hommes du Second Empire sur les faiblesses et la corruption de la société brésilienne moderne. Ces réflexions doivent susciter chez ses compatriotes un changement d’attitude. L’utopie d’Ubirajara, dernier ouvrage indianiste de José de Alencar, prend ainsi toute sa signification comme projet éthico-politique.

  • 12 Valmireh Chacon, História dos partidos brasileiros, « Os partidos no Império (1831-1889) », Brasíl (...)

24Présentant un système de monarchie constitutionnelle, Alencar en souligne les principes, tel le pouvoir modérateur et le respect des droits de la minorité, principes qui se retrouvent dans les textes fondamentaux du Brésil et du Portugal. Dans son utopie l’auteur attribue ces principes politiques aux occupants autochtones de sa patrie. Le libéralisme, doctrine politique visant à limiter le pouvoir de l’Etat au regard des libertés individuelles y est aussi illustré. Il prend des significations particulières dans le contexte de la mentalité brésilienne du XIXe siècle. Les Conservateurs, libéraux de droite, sans être pour autant des réactionnaires, ne comptaient pas, dans leur action, avec le peuple comme majorité libre. Ils valorisaient la liberté quelquefois au détriment de l’égalité, en refusant les deux aux Noirs, par exemple. « Il faut compter avec la participation du peuple instruit de ses droits », dit Alencar. Ce libéralisme conservateur, malgré ses limitations, était pourtant « le seul viable dans la structure sociale brésilienne conditionnée par le sous-développement économique et par le système de l’esclavage des Noirs. Sans lui ce serait pire »12 Et c’est ainsi que la fusion de la politique et de la littérature – l’une et l’autre visant l’autonomie culturelle et politique du Brésil – marque d’un signe romantique l’œuvre d’Alencar, son œuvre indianiste en particulier.

Notes

1 Rodrigues, José Honório, Independência : Revolução e Contra-Revolução, Rio de Janeiro, Livr. Francisco Alves Editora, p. 10, 52-54.

2 Barreto Vicente, Ideologia e Política no Pensamento de José Bonifácio de Andrada e Silva, Rio de Janeiro, Zahar, 1977.

3 Valmireh Chacon, História dos partidos brasileiros, « Os partidos no Império (1831-1889) », Brasília, Ed. da Universidade, 1981, p. 28.

4 « Les cabinets conservateurs gouvernent de 23 mars 1841 à 2 février 1844 ; de 22 septembre 1848 au 2 septembre 1853 ; de 4 mai 1857 au 24mai 1862 ; [...] du 16 juillet 1868 au 5 janvier 1878 ; du 20 août 1885 au 7 juin 1889. » Ibid., p. 29.

5 José de Alencar fait certainement référence à Erasme de Rotterdam. La réponse à ses lettres, Resposta às Cartas de Erasmo, par le Dr. Eduardo de Sá Pereira, sous le pseudonyme de Scaligero, en 1865, en est une preuve.

6 « Quero a constituição como foi escrita e não o como a aleijaram.
Na Constituição aparecem bem distintos três princípios cardiais : a monarquia representativa : a coroa, o povo – o elemento intermediário ou misto, que em falta de melhor termo chamo aristocracia » Cf. « Carta ao redator do Diário do Rio de Janeiro », O.C. de José de Alencar, Rio de Janeiro, Ed. José Aguilar, 1960, vol.4, p. 1110/1111.

7 « É preciso que o rei saiba querer, para que o povo aprenda a resistir ; assim instruem-se mùtuamente, o rei na ciência do govêrno, o povo na ciência da liberdade.
Além dessa iniciativa legal exerce o monarca a influência moral inerente à majestade e realçada por seus méritos pessoais. » Cf. Cartas de Erasmo, VIIIe lettre à l’Empereur, Ibid., p. 1095.

8 Cf. Araripe Junior, (Tristão de Alencar), Obra Crítica, Ministério da Educação e Cultura, Casa Rui Barbosa, Rio de Janeiro, 1958, vol. 1, « Declínio », p. 208-224 et « O mesmo assunto », p. 224.

9 Cf. Raimundo de Menezes, José de Alencar, Literato e Político, São Paulo, Livras Técnicos e Científicos Edit. S.A., 2e éd., 1977, p. 232.

10 « L’utopie [...] c’est le rêve d’un citadin mécontent de sa cité, mais qui ne choisit pas pour paradis de ses rêves ce qui s’oppose à la ville – paradis artificiels ou campagnes arcadiennes – mais une autre cité autrement organisée. » Cf. Claude Gilbert Dubois, Problèmes de l’Utopie, Archives des Lettres Modernes, n. 85, Paris, 1968.

11 « O governo da taba, essencialmente democrático, residia no conselho dos moacaras, entre os quais predominava a experiência dos anciões, que se chamavam abarês ou abaetês ; isto é varões egrégios. »[...]
« Falando com as nossas teorias de civilização, podemos dizer que a base dêsse poder executivo era, como nas repúblicas, o sufrágio universal. Mas era o sufrágio sempre ativo e vigilante, pronto a inclinar-se ao merecimento superior, onde êle se revelasse. » Cf. Ubirajara, O.C. de José de Alencar, Rio de Janeiro, Ed. José Aguilar, 1960, vol.3, chap. I, « O Caçador », note 20, p. 335-336.

12 Valmireh Chacon, História dos partidos brasileiros, « Os partidos no Império (1831-1889) », Brasília, Ed. da Universidade, 1981.

Auteur

Université de Brasilia

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540