Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vents du large

 | 
Jacqueline Penjon
, 
Anne-Marie Quint

2. De la génération de 1870 aux pesanteurs du passé

Débâcle et commémorations

Antonio Coimbra Martins

Texte intégral

Ce jeune étudiant qui deviendrait le Professeur Georges Boisvert, j’ai fait sa connaissance il y a plus d’un demi-siècle, à la Cité Universitaire de Montpellier. On m’avait donné une chambre près de la sienne. J’avais appris le français au lycée, et vu des Français pour la première fois, lorsqu’en 1940 des vagues de réfugiés ont ajouté de nouvelles couleurs à celles, si vives et contrastées, de Lisbonne. G. Boisvert fut mon premier camarade français, et à tous les titres on s’instruisait en causant avec lui. Il avait commencé à étudier le portugais, et il l’apprit si bien que bientôt je n’ai plus osé parler devant lui ma propre langue. C’est pourquoi cette petite contribution à l’indispensable hommage qu’on lui rend, je l’ai écrite en français. Cela me rendra plus excusable. Elle est le fruit de souvenirs, lectures, recherches... fragment d’une tentative obstinée pour mieux comprendre Le temps dans lequel on a vécu. Regard, et non témoignage, si ce n’est d’une longue amitié.

1Salazar avait décidé dès avant la guerre, que l’on ferait en 1940 de grandes commémorations au retentissement mondial. L’année lui apparaissait comme spécialement propice. Elle était celle du huitième centenaire de la fondation de la nationalité (1140 en arrondissant un peu) et du troisième centenaire du soulèvement contre l’Espagne (1640), à la suite duquel le Portugal avait retrouvé son indépendance après soixante ans sous le joug, plus au moins pesant, des Philippe de la dynastie de Habsbourg. Les commémorations seraient donc celles du « double centenaire ». Elles serviraient à démontrer que le Portugal, après avoir contribué à la victoire de Franco, était bien conscient de sa propre grandeur dans le temps et dans l’espace, et que le monde en général, reconnaissant l’opportunité et la portée des commémorations, et la qualité des réalisations envisagées, approuvait le maître du Portugal et son régime. Le double centenaire serait le jubilé de la nation.

2La guerre de 39 éclata. Salazar proclama la neutralité. Neutralité n’est pas prison, la guerre d’Espagne le démontrait bien. Il proclama aussi sa fidélité à la très vieille alliance anglaise. Mais il s’était lié dès le 17 mars (39) par un traité avec Franco, qui serait d’ailleurs rehaussé, en pleine guerre, lorsque la victoire du Reich paraissait certaine, par un protocole additionnel (le 29 juillet 40). Quant aux commémorations, Salazar avait décidé de les maintenir, malgré les événements.

3Chaque pays avec lequel le Portugal entretenait des relations diplomatiques était invité à se faire représenter par une délégation spéciale, conduite par un « ambassadeur extraordinaire » qui aurait, en une cérémonie de la plus grande solennité, à présenter ses lettres de créance. Ce serait le défilé des puissances devant Carmona (le Président de la République) et Salazar.

***

  • 1 Une interview, accordée par Pétain à António Ferro en juillet 1926 provoqua une mise au point de l (...)
  • 2 Le 23 janvier 1937 il se produisit un « incident » entre quelques éléments de la Légion portugaise (...)
  • 3 Alexis Léger (1887-1975), en littérature Saint-John Perse. Admis en 1914 aux Affaires étrangères, (...)
  • 4 Léon Bourgeois (1851-1925). Député radical, plusieurs fois ministre, Président du Conseil, Préside (...)
  • 5 Cf. Archives du Quai d’Orsay, série Europe, 1930/40, vol. 79 (Portugal), respectivement télégramme (...)

4Notre droite anti-parlementaire, en route vers le pouvoir à partir de la « révolution de Mai », n’avait pas une grande considération pour la Légation de France1. Elle espérait une autre France. Salazar, dont les maîtres étaient d’autres Français, n’y avait jamais mis les pieds. Le Ministre en était en 1940, Amé Leroy2, qui avait remplacé Jessé Curély en mai 1935. C’était un franc-maçon de soixante ans, tout à fait dans la ligne d’Alexis Léger3, que l’on disait fils naturel de Léon Bourgeois4. Il avait bien informé le Quai d’Orsay sur l’intervention de Salazar dans la guerre d’Espagne, et la dérive fasciste du régime. Il avait plusieurs fois signalé qu’« une vague de francophobie » faisait parler et agir responsables et partisans du régime, voire que « la guerre d’Espagne avait creusé entre le Portugal et la France un fossé difficile à combler »5. Il ne définissait pas assez la couche sociale porteuse de ces sentiments, et ne fréquentait pas celle, non moins nombreuse pourtant, qui, pour les mêmes raisons, nourrissait des sentiments contraires.

  • 6 Armando da Gama Ochoa 1877-1941). (Officier de marine, remplit, dès la fin de la première guerre, (...)

5Le ministre du Portugal à Paris était le commandant Gama Ochoa6, assez francophile, et serviteur fidèle, sinon enthousiaste, que Salazar n’estimait pas outre mesure, mais, par fidélité aux sources, et égards pour la marine, ne pouvait déboulonner. Il faisait son travail honnêtement et sans éclat.

  • 7 Anatole de Monzie (1876-1947). Député, sénateur, plusieurs fois ministre, historien. Présida, à pa (...)
  • 8 Archives du Quai d’Orsay, série Europe, 1930/40, vol. 73 (Portugal).
  • 9 Pedro Teotónio Pereira (1902-1972). Premier titulaire du portefeuille de la Prévoyance sociale, cr (...)

6Le Quai d’Orsay avait désigné le 13 avril (40) son ambassadeur extraordinaire aux commémorations portugaises. Ce serait Anatole de Monzie7, alors ministre des travaux publics. La délégation comprendrait une douzaine de personnalités au mérite reconnu, dont la plupart chères aux Portugais bienpensants. Non datée, mais classée aux archives parmi les papiers de cette seconde semaine d’avril8, on trouve une suggestion intéressante émanant d’Espagne : l’ambassadeur de France à Madrid, qui n’était autre que le maréchal Pétain, semblait très désireux de représenter son pays au double centenaire ; et l’ambassadeur du Portugal (Pedro Teotónio Pereira9) avait « laissé entendre » au signataire « que son pays serait très heureux de l’accueillir ». Il y avait longtemps, en effet, que les autorités portugaises les plus averties suivaient les faits et gestes du grand militaire.

  • 10 Armand du Chayla (1898-1996). Admis au service diplomatique en 1924. Sert cinq mois à Madrid en 19 (...)

7Cette suggestion était présentée par un jeune et dynamique diplomate – Armand du Chayla10 – qui, après avoir servi deux ans à la Légation de Lisbonne, dirigée par Leroy, avait été désigné pour épauler Pétain, lorsque celui-ci fut chargé de représenter la France à Burgos, puis à Madrid. Une note au crayon sur son message exprime le refus du Quai d’Orsay. Les Portugais fêteraient le maréchal en tant qu’ambassadeur extraordinaire, mais les Espagnols en prendraient peut-être ombrage. On n’en discuta plus.

***

  • 11 Dossier indiqué dans la note 8 ; correspondance mai/juin.

8À l’Ouest la Wehrmacht attaque le 10 mai, et bientôt la situation devient très grave pour les alliés. Pétain, qui avait songé à Lisbonne, rentre à Paris. Il devient (le 16) Vice-Président du Conseil, et ministre d’État dans le cabinet Paul Reynaud. L’avance allemande s’accélère, au point de menacer Paris. Le Quai d’Orsay, dont le nouveau responsable est Daladier en qualité de Ministre des Affaires Étrangères, ne songe plus guère à nos commémorations. Gama Ochoa lui adresse un mémorandum11. Rien n’y fait. Le gouvernement va quitter la capitale le 10 juin.

  • 12 Necessidades. Dossier Guerre mondiale II. Informations politiques et militaires en provenance de l (...)

9Ce jour-là, au matin, Ochoa adresse à Salazar son télégramme 78, classé urgent : « Tous les chefs de mission partent aujourd’hui avec un secrétaire. Ils confient le siège de leurs missions au fonctionnaire le plus gradé. J’accompagne le corps diplomatique vers l’endroit que nous a indiqué le Quai d’Orsay »12. C’est le secrétaire Silva Brandeiro, autorisé à communiquer directement avec Salazar et les Necessidades, qui reste sur place.

  • 13 Cf. rétrospective Ochoa. Dossier indiqué dans la note précédente (3ème étage, armoire 8, liasse 13 (...)

10Nous pouvons suivre l’exode, tel que nos diplomates l’ont vécu et décrit13. Ochoa, le secrétaire Nunes da Silva et son épouse empruntèrent la voiture de la Légation. On démarra vers 15 h. Routes encombrées. À 22 h. ils arrivèrent à Orléans, où les hôtels affichaient complet. Grâce au Préfet, ils purent tout de même se loger. Dès 8 heures du matin, le 11, ils repartirent en direction de Tours. Ils arrivèrent à 21 heures, et furent installés au château de La Chesnaye, d’où ils entendaient les bombardements. Le séjour fut de quatre jours, car le gouvernement s’en allait vers le sud, à Bordeaux. L’itinéraire étant connu, nous prenons la déviation qui mène à notre propos.

  • 14 Charles Pomaret (1897-1984). – Pacifiste convaincu avant comme après Munich ; partisan fervent de (...)

11Le 14 – jour où les Allemands entrèrent à Paris – l’épouse du Ministre du Travail (Charles Pomaret14) demanda à entretenir Ochoa en privé. Elle lui dit que le Conseil des Ministres discutait âprement de la nécessité de cesser les combats. Pétain et Weygand, et c’était aussi l’opinion de son mari, ne voyaient d’issue que dans un armistice immédiat. Pomaret employait tous ses efforts à les appuyer. Mais il n’était pas certain que la raison l’emportât. C’est pourquoi Mme Pomaret avait demandé à voir notre ministre. Il leur fallait, à elle et à son mari, des visas pour le Portugal. Si l’on ne demandait pas l’armistice, ils quitteraient la France.

12Ainsi pressé, Ochoa télégraphia à Salazar qui accorda l’autorisation. Les Pomaret eurent leur visa, mais ne s’en servirent pas. Le Président de la République Albert Lebrun décida le 16 d’accepter la démission de Paul Reynaud et de nommer le maréchal Président du Conseil. Pomaret, qui songeait à l’extérieur, eut le portefeuille de l’Intérieur.

  • 15 Deux mois auparavant (le 17 avril), le même Diário de Lisboa avait publié, avec portrait et grand (...)

13Le 17 à midi Pétain parla à la radio : « Français [...] c’est le cœur serré que je vous dis aujourd’hui qu’il faut cesser le combat... ». Le Diário de Lisboa, comme il paraissait le soir, donne la nouvelle le même jour, sur toute l’étendue de la une. En page centrale, le journaliste républicain Carlos Ferrão, écrit : « Verdun vient de tomber »15. Salazar continuait à ramasser des points au fur et à mesure qu’arrivaient les ambassades – le 13, ambassade extraordinaire d’Argentine ; le 15, ambassade extraordinaire d’Uruguay... Mais celle de la France ?

***

  • 16 Note du même Brandeiro sur l’allocution du maréchal, rappelée plus haut : « Son discours n’impress (...)

14La manière dont nos journaux ont rendu compte (quand ils l’ont fait) de l’appel du 18 juin mériterait, à elle seule, une petite étude comparative. À ce titre le journal le plus positif est sans doute le célèbre quotidien du soir, República, opposant reconnu et toléré, pour le décor, au prix de mutilations quotidiennes. Le Século et le Diário de Lisboa (celui-ci par la plume de Carlos Ferrão) firent aussi grand cas de l’événement. Et il ne passa point inaperçu à notre diplomate Silva Brandeiro, resté à Paris en charge de la Légation, qui tenait une sorte de journal. Brandeiro indique succinctement la substance de l’appel, et commente : « Le discours du général n’a pas trouvé un grand écho à Paris. La France en a assez, de la guerre. Je rencontre plusieurs personnes à qui je parle de de Gaulle. Toutes me disent : – c’est un bon militaire, mais il est trop tard pour résister. Seule maintenant nous intéresse la tranquillité du pays »16. Au Portugal des dépêches concernant de Gaulle seraient durant longtemps très contrôlées et, notamment quand elles concernaient l’Afrique et les ralliements, caviardées par la censure.

  • 17 Archives Nationales Portugaises (Torre do Tombo), O Século/coupures de la censure, boîte 102.

15Le jour de l’appel historique de de Gaulle, un avion militaire français fit un atterrissage de fortune au Portugal, près d’Ovar. Il était piloté par un nommé Jean Dreyfus. La police accourut, confia l’avion à la Légion, et le chef Vidal, de la police d’Aveiro, conduisit l’aviateur au commissariat principal de cette ville. L’aviateur déclara qu’il avait 27 ans, qu’il était parti de Pau, que la guerre était perdue, et qu’il ne voulait pas vivre sous la coupe nazie. Le lendemain un autre avion français atterrirait à Montemor-o-Novo ; il était piloté par le lieutenant Giacomi Jourdan ( ?), qu’accompagnaient Maurice Carassus et Madeleine Backer. Le 22, un avion belge atterrit à Alfândega da Fé17.

***

  • 18 Necessidades. La télégraphie Salazar/Ochoa se trouve dans le dossier cité ci-dessus, note 12.

16Salazar était impatient. À peu de jours de la cérémonie des lettres de créance, il lui manquait son ambassade extraordinaire de France. Quoi qu’il arrive, il la lui fallait... Le 20 juin il avait adressé à Ochoa son télégramme 63, à Bordeaux, à l’hôtel Etheona, où s’était installé notre ministre : « Leroy dit qu’il n’a pas d’instructions. S’il ne vient pas de délégation spéciale de France, nous ne nous en formaliserons pas. Au moins l’ambassadeur extraordinaire. Si France ne désire pas être présente (sic), Affaires Étrangères peuvent, par télégramme, accréditer. Ministre se trouve ici. D’autres puissances ont ainsi procédé [Salazar s’abstient de citer l’Allemagne en exemple]. Leroy aimerait. Il a exprimé désir lui-même que nous présentions cette suggestion à nos interlocuteurs »18

17Si les négociations échouaient ? On avait aussi défendu une installation du Gouvernement français à Alger. Les informations parviennent tard à Ochoa. Le 23 juin il télégraphiait encore à Salazar, admettant la rupture. En ce cas-là, dit-il, le Nonce préconise que le corps diplomatique se concentre en Espagne, où les chefs de mission demanderaient des instructions chacun à leur gouvernement.

18Salazar répond le 24 : « Si le gouvernement s’installe en une autre ville de France, et que le corps diplomatique le suit, vous devrez en faire autant. S’il quitte la métropole, adoptez la solution espagnole, et venez immédiatement à Lisbonne pour information ».

  • 19 Paul Baudoin était un parisien des hautes sphères de la finance (il avait été Directeur général de (...)
  • 20 Campbell arriva à Lisbonne le dimanche 20 décembre 40. Notre ambassade à Londres informait qu’il a (...)

19Déjà le général Charles Huntziger avait signé – le 22 ! – l’armistice franco-allemand, et les journaux portugais l’avaient annoncé le 23, c’est-à-dire le jour même de l’inauguration (à 20 h.) de l’Exposition du Monde Portugais. Seulement, on ne peut contenter tout le monde. L’ambassadeur de Georges VI en France n’avait pas obtenu assez vite le détail des conditions allemandes, et soupçonnait qu’on ne les lui eût pas communiquées toutes. Il avait eu une altercation avec le ministre des Affaires Étrangères (Paul Baudoin19) et, ex-abrupto, était rentré à Londres (le 23). Il s’agissait de Ronald Campbell. Peu de mois après il serait nommé à Lisbonne20.

20Les voies de l’armistice, voire de la paix, menaient ensuite à Rome. Le 24, la délégation française y signe la convention franco-italienne. Depuis que les Allemands avaient occupé Paris, éditoriaux et longs articles sur la France se multipliaient au Portugal. Compatissants, stupéfaits, moralisateurs, intimidants... Le 16, dans le Diário de Lisboa, p. 7, « France éternelle » par Augusto d’Esaguy (cet article ne figure plus dans la deuxième édition du journal) ; le 20, dans le Diário de Notícias, en éditorial, « Illusion politique » (la France a eu le tort de ne soigner, militairement, que sa défensive) ; le 21, dans le Diário de Lisboa, en éditorial signé João de Barros, « Grandeur de la France » ; le 24, dans le Correio do Minho, en éditorial, « Pétain, chef total » (la France n’obtiendra son salut que si elle renonce à tout partage de responsabilités, pour s’en remettre à Pétain, ni ministre, ni Président, mais « chef total »)...

  • 21 Voire note 19.

21Aussitôt reçu le télégramme de Salazar, qui demandait, faute de mieux, l’accréditation de Leroy, Gama Ochoa s’est rendu dans les locaux, où se tenait l’équipe des Affaires étrangères. Il n’y a trouvé, dit-il, que le Directeur général des affaires politiques, à qui il a exprimé le sentiment de notre Président du Conseil. Ce fonctionnaire lui répondit qu’il allait soumettre le problème à Paul Baudoin21. Ochoa n’aurait qu’à revenir le jour même (on était le 25) en fin d’après-midi. Et, en effet, la décision lui fut alors communiquée.

22Le gouvernement acceptait de télégraphier à Leroy pour le charger de la représentation aux commémorations. Ça allait être fait. Cette courte mission achevée, il devait rentrer, car on avait aussi décidé de le remplacer.

  • 22 Henri Hoppenot (1891-1977). Diplomate. Abandonne Vichy en 1942, adhère à Giraud, se trouve délégué (...)
  • 23 François Charles-Roux (1879-1961). Diplomate, historien, homme d’affaires. En poste à Prague, au S (...)
  • 24 Correspondance Salazar/Ochoa. Voir ci-dessus notes 12 et 18.

23L’interlocuteur d’Ochoa ne précise pas qu’un décret fait à Bordeaux le 21, signé du Président de la République (encore Albert Lebrun), et contresigné par Paul Baudoin, nommait Henri Hoppenot22 en qualité d’envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire de France à Lisbonne. Alexis Léger, de qui Hoppenot avait l’estime, avait été limogé. C’est François Charles-Roux23 qui tenait maintenant le secrétariat général. On annonce toutefois à Ochoa que l’agrément pour Henri Hoppenot va être demandé incessamment24. Leroy fera sur place la démarche d’usage.

  • 25 Sur le projet avorté de nommer Hoppenot à Lisbonne, voir Colette Barbier, Henri Hoppenot diplomate (...)

24Ce projet de nomination est intéressant, et le journal Le Temps s’y intéressa. En son numéro du 22 juin (que Gama Ochoa n’aura pas lu) il avait fait mention d’une lettre fort élogieuse écrite par Albert Lebrun au président Carmona, où étaient vantés l’intelligence, l’expérience et le dévouement du diplomate choisi, auquel on voulait attribuer le prix de consolation d’un poste agréable et devenu important, en l’arrachant à l’administration centrale, où son influence était trop grande en tant que sous-directeur d’Europe (depuis octobre 38). Le lendemain, le même journal reprenait le sujet, caractérisant le mouvement diplomatique alors en cours comme la dispersion définitive du « clan Léger »25.

25L’Exposition du Monde Portugais avait été inaugurée le dimanche 23. Hitler et von Ribbentrop avaient envoyé leurs congratulations (laconiques) respectivement à Carmona et Salazar, qui avaient répondu. Le duc de Kent, ambassadeur extraordinaire du roi Georges VI n’arriva que le 25. À temps pour la cérémonie des lettres de créance qui eut lieu, comme prévu, dans la matinée du 26, au Palais d’Ajuda. Trente-six pays furent présents, dont la France, le Royaume-Uni, l’Espagne, l’Allemagne, l’Italie, les États-Unis, la Chine... Le Saint-Siège fut représenté par le nonce Ciriaci.

26Le chef de la délégation française fut donc le ministre Amé Leroy. Il était accompagné par François de Panafieu, premier secrétaire ; le commandant de la Forest Divonne, attaché naval (dont la femme, sous le pseudonyme de Claude Silve, était prisée dans les cercles littéraires bien-pensants de notre capitale) ; le capitaine de Colbert, attaché militaire ; et de Sèze, conseiller commercial.

27Le duc de Kent offrit à Carmona les portraits avec autographe du roi et de la reine ; à Salazar, il apportait les insignes de l’ordre de Saint-Michel et de Saint-Georges. On le logea au Palais présidentiel à Belém, où il eut à déjeuner Amé Leroy et le ministre de Belgique au Canada. Il ne négligea pas de rendre visite au Patriarche, passa un moment à l’Institut britannique et parcourut l’Exposition.

  • 26 Reviralho : Nom péjoratif désignant collectivement l’opposition. De revirar (retourner à nouveau).
  • 27 Développement exemplaire de cette argumentation dans l’éditorial du 5 juillet du Correio do Minho,(...)

28Les « salazaristas » ne manquèrent pas de tirer parti de la présence du duc. Ils entendaient prendre en contradiction nos démocrates et anglophiles du reviralho26 : ceux-ci critiquaient l’attitude du gouvernement face à la guerre d’Espagne, et sa neutralité renouvelée face à la guerre en cours, prétextant que ces positions étaient incompatibles avec l’alliance anglaise. Eh bien ! Ils venaient de recevoir, de la main du duc, le plus cinglant camouflet27. D’ailleurs Son Altesse, se plaisant, resterait quelques jours chez nous.

29Revenant sur cette visite et ce séjour, le numéro du Temps du 17 juillet rapportera, en lettre du Portugal, que le duc était bien allé à Lisbonne en qualité d’ambassadeur, accompagné de l’amiral lord Chatfield. Mais il aurait eu charge surtout de sonder Salazar quant à la possibilité d’établir sur les côtes de son pays des bases britanniques. Rumeur sans fondement ?

30En tout cas Ochoa avait le 1er juillet communiqué à Salazar que ses collègues diplomates, ainsi que plusieurs fonctionnaires des Affaires étrangères, l’assaillaient de questions sur une demande qu’aurait présentée l’Angleterre en vue d’un débarquement de troupes britanniques. Salazar lui a répondu, avec une véhémence inaccoutumée, qu’il n’en était rien. L’Angleterre n’aurait fait aucune démarche susceptible de compromettre notre chère neutralité.

***

  • 28 Aristides de Sousa Mendes (1885-1954). En délivrant les visas qui permettaient d’accéder au Portug (...)
  • 29 DNB. Initiales de « Deutsches Nachhrichten Büro » (bureau allemand de l’information). La dépêche d (...)
  • 30 Geneviève Tabouis (1892-1985). Journaliste, excellente plume anti-fasciste, mais naïve et optimist (...)
  • 31 Henry Torrès (1891-1966). Grand avocat, député, Vice-président de la Commission parlementaire des (...)
  • 32 O Século/ coupures de la censure. Boîte 102.

31Ce n’étaient pourtant pas les commémorations qui produisaient le grand afflux de gens de toutes conditions au Portugal et surtout à Lisbonne ; c’était la guerre et c’était la débâcle. Les Portugais – ouvriers, bourgeois, artistes, exilés – avaient commencé à rentrer dès l’automne 39. Des étrangers suivirent. Et, après l’invasion de la France, ce fut une véritable ruée. Nos consulats de Paris et surtout de Bordeaux et Bayonne étaient assaillis par les demandeurs de visa. Dès les premières lueurs du matin les gens s’aggloméraient aux alentours pour tenter leur chance. On estime que Aristides de Sousa Mendes, consul à Bordeaux, sauva la vie d’environ trente mille personnes, en répondant et faisant répondre favorablement à ces demandes28. Les Allemands s’en émurent. Leur agence DNB29 signalait que, parmi les personnes qui demandaient des visas se trouvaient la journaliste Geneviève Tabouis30 et l’avocat Henry Torrès31. Deux jours après, l’agence revient à la charge : « On communique de Bordeaux que les autorités portugaises se refusent à autoriser l’entrée en leur pays de personnes indésirables et politiquement douteuses, notamment des adeptes du Front Populaire, naguère si actifs d’une façon ou d’une autre contre le Portugal et l’Espagne ». Le Século met en épreuves ce texte ; la censure coupe32. Mais en France Le Temps fera paraître le 24 octobre que « les émigrés juifs ne pourront plus pénétrer au Portugal ; que Salazar avait pris cette mesure parce qu’un trop grand nombre de juifs était arrivé en son pays avec de faux papiers d’identité ». Dépêche de la DNB aussi.

  • 33 Presse portugaise du 26 juin.
  • 34 Cf. O Correio do Minho, article « Les Etrangers fuient la guerre », du 2 juillet (40).
  • 35 Alexandre Kerenski (1881-1970), le premier ministre russe, chassé du pouvoir par la révolution d’o (...)
  • 36 Henri de Rothschild, sa femme, une fille et une petite-fille. Les épreuves de O Século, du 23 juin (...)
  • 37 Otto de Habsbourg avait eu un visa délivré par Sousa Mendes (v. ci-dessus, note 28). Se félicitant (...)
  • 38 De Jules Jeanneney (1864-1957), alors Président du Sénat, on annonce le 20 juin qu’il est arrivé à (...)
  • 39 Le journaliste Pierre Lazareff (1907-1972) resta trois semaines à Lisbonne avant de se rendre aux (...)
  • 40 Lucien Vogel, journaliste, directeur de Vu, de Lu, du Jardin des modes... N’avait pas donné suite (...)
  • 41 Luís Forjaz Trigueiros. Journaliste, directeur du Diário Popular, conteur, essayiste, l’un de nos (...)
  • 42 Apud Forjaz Trigueiros, éditorial sous le titre « Les Etrangers au Portugal », dans O Correio do M (...)
  • 43 Frans van Cauwelaert (1880-1961). Outre-Atlantique, il travailla surtout dans le cadre de l’« Offi (...)
  • 44 Paul van Zeeland (1893-1973). Homme de la banque, de l’université, de la politique, avait été prem (...)
  • 45 Le professeur de philosophie qui voulut jouer l’intermédiaire entre Pétain et Churchill. Voir la s (...)
  • 46 Maurice Maeterlinck (1862-1949). Le poète et dramaturge belge – Serres chaudes, Pélleas et Mélisan (...)

32Vers le 20 juin la frontière hispano-française avait été fermée ; le 23 elle fut rouverte pour quiconque avait son visa pour le Portugal ; et les citoyens portugais n’avaient plus besoin que de prouver leur nationalité33. Les étrangers venaient pour trouver abri ou repartir en direction des États-Unis, de Londres, d’Amérique du Sud. À partir du second trimestre de 1940 commença la saison des réfugiés, qui s’étendit jusqu’à la fin de l’année. Ils donnaient une physionomie nouvelle à la capitale. En fin de journée, dans les rues de la Baixa, on entendait parler les langues étrangères autant ou plus que le portugais. Les réfugiés donnaient un grand essor au commerce, parce qu’ils achetaient pour eux, et pour envoyer aux membres de leurs familles restés chez eux, voire prisonniers ou internés. Plusieurs magasins se spécialisèrent en ce commerce. La Perle du Rossio faisait annoncer dans les journaux que la maison se chargeait de tout genre de paquets à destination de l’étranger. Les Allemands en laissaient passer un nombre suffisant pour que la manne se s’interrompe pas. Des villes qui recevaient moins d’étrangers s’adressèrent au Secrétariat à la Propagande. Pourquoi ne les acheminait-on pas vers elles aussi ? Braga se plaignit beaucoup : le Minho était la plus belle province du Portugal, et les réfugiés n’y apparaissaient point, alors que d’autres villes du pays en étaient saturées34. Les journaux annonçaient les noms illustres, les journalistes qui diraient du bien du pays – une oasis –, du régime, de Salazar, les bourses juteuses, les grands contingents. Kerenski35 était arrivé le 30 mars ; des Rothschild36, le 20 juin ; puis la duchesse Charlotte du Luxembourg (logée par Manuel do Espírito Santo) ; Otto de Habsbourg37 ; l’impératrice Zita de Bourbon-Parme. On imprima que Jules Jeanneney allait venir, Daladier38. Pierre Lazareff39 est venu effectivement, Lucien Vogel40. Les deux auraient avoué à Forjaz Trigueiros41 qu’ils reconnaissaient enfin le mérite de Salazar42. Le 18 juin une dépêche de Madrid signale qu’une caravane d’automobiles est en route vers le Portugal. Elle conduisait les fils du roi des Belges, le ministre d’Etat van Cauwelaert43, van Zeeland...44 Le 22 juin, en épreuves du Século, on annonce deux mille réfugiés anglais. La censure coupe. Le 27 arrivent des exilés portugais notoires : l’ex-président Bernardino Machado, avec une fille et une petite-fille, Jaime Cortesão, Alvaro Poppe, Agatão Lança... En wagon de troisième classe. Le Século veut signaler que Bernardino Machado paraît très éprouvé et vieilli. La censure coupe. Le duc de Windsor arriva avec la duchesse le 3 juillet, juste après – coïncidence ! – le départ de son frère, le duc de Kent. Il fut accueilli et logé par le grand banquier Ricardo Espírito Santo qui avait l’oreille de Salazar. C’est à Lisbonne que l’ex-roi reçut par message l’ordre de se rendre aux Bahamas, dont il serait le gouverneur. Le roi Carol de Roumanie arriva le 15 septembre. Deux jours plus tard, par train, des centaines de Hollandais. Un comité d’entraide hollandais fut créé le 19. Paderewski arriva le 6 octobre. Le comte de Paris, le 9 ; il venait du Maroc... Louis Rougier45 était dans nos murs au milieu du mois. Il prit des contacts que notre presse détailla après la Victoire. Au retour de ses commissions à Londres et à Vichy, il écrirait de Lisbonne au maréchal (le 6 décembre) et Salazar l’a reçu en ces jours-là... Véritable poète, lui, Maeterlinck46 (un habitué) s’installa chez nous fin octobre.

33Des bruits d’invasion allemande circulaient de temps en temps. Parmi ceux qui avaient les moyens beaucoup décidaient alors de partir. C’était le cas à la veille du départ du Manhattan qui devait lever l’ancre le 12 juillet. La recherche du titre de transport donna lieu à de vilaines spéculations. Plus de mille réfugiés purent s’embarquer. Le paquebot était surchargé, le voyage se fit dans des conditions de sécurité très précaires. Mais le navire arriva à son port de destination.

34Le duc et la duchesse de Windsor sont partis le 30 juillet à bord de l’Excalibur ; ce paquebot faisait l’aller et retour New York/Lisbonne. Il emmenait chaque fois des réfugiés. Le 21 octobre il mouilla de nouveau dans le Tage. Le Temps rapporte le 22 : « On dit qu’il prendra à bord un chargement d’or de la banque du Portugal pour les États-Unis. Des centaines d’émigrés de tous les pays du monde s’embarqueront également pour l’Amérique ». Un nombre infime d’entre eux avait vu l’Exposition... d’ailleurs on n’y avait jamais organisé une journée du réfugié.

***

  • 47 Chez nous il resterait jusqu’à la fin 42, pour quitter à nouveau l’Europe peu après le débarquemen (...)

35Salazar refusa l’agrément à Henri Hoppenot. La situation en France ne lui paraissait pas stabilisée... Il accepterait avec plaisir François Gentil, nommé par Pétain – déjà Chef de l’État français – le 31 juillet. Gentil avait représenté la France en Uruguay47, Hoppenot le remplacerait à Montevideo. Les commémorations portugaises s’achevèrent le 2 décembre. La France n’aurait eu d’autre ambassadeur extraordinaire qu’Amé Leroy. Sommé de rentrer, celui-ci n’a pas obéi, préférant trouver une occupation aux États-Unis, où il est parti avec sa femme et sa fille.

  • 48 José Caeiro da Mata (1883-1963). Professeur de droit à Coimbra, puis à Lisbonne ; recteur de l’Uni (...)

36Gentil fut traité, dès la présentation éclatante de ses lettres de créance, avec des égards exceptionnels (il avait pris la précaution de visiter auparavant l’Exposition, en anonyme). On estimait que la vive sympathie réciproque et les réelles affinités idéologiques entre Salazar et Pétain pourraient porter les meilleurs fruits, si des hommes de confiance, aux postes-clés, étaient à la dévotion des deux chefs. Avec une rapidité tout à fait inusitée de nos Necessidades, Salazar frappa un grand coup, comme bondissant sur l’occasion, en envoyant Caeiro da Mata48 remplacer à Vichy Gama Ochoa, décédé subitement d’une attaque d’angine de poitrine le 9 juin 1941. On eut pour notre nouveau ministre, en réciprocité, des attentions rares. Tous les espoirs étaient permis ? Les commémorations portugaises avaient coïncidé en leur phase la plus médiatique avec la débâcle de l’armée française et la ruine de la troisième République. Caeiro da Mata arriva à Vichy peu après les débuts fulgurants de l’invasion de l’URSS par la Wehrmacht.

Notes

1 Une interview, accordée par Pétain à António Ferro en juillet 1926 provoqua une mise au point de la Légation. Ferro y déclarait du maréchal que son sabre était porteur de lumière. Cf. A. Ferro, Praça da Concordia, Lisbonne, Empresa Nacional de Publicidade, 1929, p. 216.

2 Le 23 janvier 1937 il se produisit un « incident » entre quelques éléments de la Légion portugaise et Amé Leroy. Voir Archives des Necessidades (Ministère des Affaires Étrangères du Portugal), 2éme étage, N. I. – S. G., liasse 1, sous le titre França, ministro da... Incidente ocorrido etc.

3 Alexis Léger (1887-1975), en littérature Saint-John Perse. Admis en 1914 aux Affaires étrangères, il en fut secrétaire général de 1933 à juin 1940. Limogé en mai (40), rayé des cadres en octobre, il se fixa aux États-Unis. Revint en France en 1957, rétabli en sa dignité d’ambassadeur. Prix Nobel de Littérature en 1960.

4 Léon Bourgeois (1851-1925). Député radical, plusieurs fois ministre, Président du Conseil, Président du Sénat... l’un des promoteurs de la Société des Nations. Prix Nobel de la Paix en 1960.

5 Cf. Archives du Quai d’Orsay, série Europe, 1930/40, vol. 79 (Portugal), respectivement télégrammes du 27 janvier 1937 et du 8 juillet 1939.

6 Armando da Gama Ochoa 1877-1941). (Officier de marine, remplit, dès la fin de la première guerre, des missions plus ou moins diplomatiques en France. Homme du 28 mai, très proche du triumvirat subséquent (Gomes da Costa/Carmona/Cabeçadas), ministre éphémère des colonies... Gouverneur non installé de l’Inde portugaise, accepte cependant de diriger la Légation de Paris, où il reste vingt ans. De Paris passe à Vichy, et y meurt après un an d’exercice.

7 Anatole de Monzie (1876-1947). Député, sénateur, plusieurs fois ministre, historien. Présida, à partir de 1936, à l’élaboration de l’Encyclopédie française. Fit partie successivement des cabinets Daladier et Reynaud.

8 Archives du Quai d’Orsay, série Europe, 1930/40, vol. 73 (Portugal).

9 Pedro Teotónio Pereira (1902-1972). Premier titulaire du portefeuille de la Prévoyance sociale, créé par Salazar, et très proche de lui dans l’édification de l’État nouveau. Ambassadeur auprès de Franco à Burgos et à Madrid. Poursuit sa carrière diplomatique à Rio, Washington, Londres, de nouveau Washington. Membre ensuite du Conseil d’Administration de la Fondation Gulbenkian.

10 Armand du Chayla (1898-1996). Admis au service diplomatique en 1924. Sert cinq mois à Madrid en 1926. En poste à Lisbonne (1936-1939). Intégré à l’ambassade de Pétain (Burgos et Madrid). Nommé de nouveau à Madrid en 1942, s’incompatibilise avec l’ambassadeur (Piétri) et rentre à Vichy. Avec d’autres diplomates (Jacques Tiné) s’en évade, et rejoint le Comité National Français de Londres. Proposé par Tarbé de Saint-Hardouin (du groupe des cinq constitué à Alger) pour représenter à Lisbonne le Comité Français de Libération Nationale, s’y trouve (avec Tiné) à partir du 26 novembre 43, mais n’est pas reconnu officiellement par Salazar. Autorisé toutefois à s’installer à la Légation, doit céder la place à Jean du Sault en janvier 1945. Ministre plénipotentiaire au Luxembourg, ambassadeur au Caire, s’y trouve en 56 lors de la crise et de la guerre provoquée par la nationalisation du canal de Suez. Achève sa carrière exceptionnelle comme ambassadeur à Madrid, en 1964, et s’établit ensuite à Paris.

11 Dossier indiqué dans la note 8 ; correspondance mai/juin.

12 Necessidades. Dossier Guerre mondiale II. Informations politiques et militaires en provenance de la Légation à Paris et à Vichy (1939/1942).

13 Cf. rétrospective Ochoa. Dossier indiqué dans la note précédente (3ème étage, armoire 8, liasse 13).

14 Charles Pomaret (1897-1984). – Pacifiste convaincu avant comme après Munich ; partisan fervent de l’armistice en juin 40. Protégé de Laval en 31 et 32, effacé ensuite, était revenu en force (août 38) dans le cabinet Daladier, à la tête du Ministère du travail, qu’il conserva sous Reynaud. Sûr de l’appui de Pomaret, Pétain en fit son ministre de l’Intérieur, le 17 juin. Laval s’étant retourné contre lui, il fut remplacé le 27 par Adrien Marquet. À Vichy il vota les pleins pouvoirs, mais on ne voulut pas de lui au gouvernement. Du fait de Laval sa disgrâce alla plus loin ; Pomaret fut arrêté le 30 septembre, ce que signala la presse portugaise. Libéré un an plus tard, il passa en Suisse en novembre 42. Il fut inculpé à la Libération, bénéficia d’un non-lieu, et regagna la France en 45. Ayant renoncé à toute charge publique, se consacra à son métier d’avocat, et fut administrateur de diverses sociétés. La dame qui contacta Ochoa, était Marie-Paule Fontanelle. Veuve de Henri Lapauze, le fondateur de l’hebdomadaire La Renaissance politique et littéraire, elle avait contribué à l’ascension de Pomaret, et l’avait épousé en secondes noces. Elle avait été membre du Conseil Supérieur des Beaux-Arts.

15 Deux mois auparavant (le 17 avril), le même Diário de Lisboa avait publié, avec portrait et grand relief, sur double page centrale aussi, une interview avec le maréchal, alors ambassadeur à Madrid. Pétain parlait de la guerre et des « relations » franco-allemandes. Il se montrait très optimiste et déclarait qu’on lui devait la première ébauche de la ligne Maginot.

16 Note du même Brandeiro sur l’allocution du maréchal, rappelée plus haut : « Son discours n’impressionna pas bien le peuple de Paris. Il parla d’une voix fatiguée et tremblante ». Necessidades, copie complète du rapport Brandeiro, qui comprend deux parties, dans le dossier Informations de Vichy.

17 Archives Nationales Portugaises (Torre do Tombo), O Século/coupures de la censure, boîte 102.

18 Necessidades. La télégraphie Salazar/Ochoa se trouve dans le dossier cité ci-dessus, note 12.

19 Paul Baudoin était un parisien des hautes sphères de la finance (il avait été Directeur général de la Banque d’Indochine). Il fut appelé au gouvernement en tant que secrétaire d’État à la Présidence du Conseil, par Paul Reynaud. Il garda le poste lorsque Pétain eut la Vice-Présidence (16 mai), et devint sous-secrétaire aux Affaires Étrangères, lorsque Daladier quitta ce portefeuille et le cabinet. Se rangeant toujours du côté du maréchal, fut ministre des Affaires Étrangères, lorsque Pétain remplaça Reynaud (16 juin). À Vichy, ministre-secrétaire d’État Affaires Étrangères (12 juillet), puis, comme à ses débuts, secrétaire d’Etat à la Présidence du Conseil. Quitta le gouvernement le 2 janvier 41, et eut des problèmes à la Libération. En dépit de la brouille avec l’ambassadeur anglais, aurait tenté de favoriser un « gentlemen’s agreement » entre Vichy et Londres. Pour cela il aurait favorisé la démarche Louis Rougier, et eu recours à notre ministre Gama Ochoa, prié par Pétain même de faire connaître au Foreign Office, via Salazar, les assurances du maréchal, en réponse à la position anglaise (expliquée à Londres à Rougier), de ne jamais consentir à des actes d’hostilité contre la Grande-Bretagne. Voir Paul Baudoin, Neuf mois au gouvernement, Paris, La table ronde, 1948, et surtout Helena Pinto Janeiro, Salazar et Pétain, Lisbonne, Editions Cosmos, 1998, p. 110/113 (« L’affaire Rougier »).

20 Campbell arriva à Lisbonne le dimanche 20 décembre 40. Notre ambassade à Londres informait qu’il avait été secrétaire privé du sous-secrétaire permanent du Foreign office, et qu’il était la seule personne civile connaissant la liste complète des agents de l’« Intelligence service ». Le 15 janvier (41), il reçut les représentants de la presse. Il aurait fait alors un grand éloge de Salazar, assurant même que le Président du Conseil portugais avait conquis l’admiration du peuple britannique. Campbell protégea (et logea à l’abri de son ambassade) Charles Gorlier, représentant de de Gaulle au Portugal, ex-gérant de l’Hôtel Avenida Palace. Il est aussi la seule personne dont un texte figure, dans l’édition faite, après la Victoire, des discours de Salazar : un toast, d’ailleurs fort mesuré, en évidente fonction de caution politique.

21 Voire note 19.

22 Henri Hoppenot (1891-1977). Diplomate. Abandonne Vichy en 1942, adhère à Giraud, se trouve délégué du Comité français de libération nationale à Washington. Fut ensuite ambassadeur à Berne, représentant permanent de la France au conseil de Sécurité, haut-commissaire au Vietnam, conseiller d’Etat.

23 François Charles-Roux (1879-1961). Diplomate, historien, homme d’affaires. En poste à Prague, au Saint-Siège, puis secrétaire-général aux Affaires Étrangères du 21 mai au 1er novembre 1940. Les années difficiles traversées, on le retrouve en 48 présidant la Compagnie universelle du canal de Suez. L’année suivante il publie ses mémoires : Cinq mois tragiques aux affaires étrangères, Paris, Plon, 1949.

24 Correspondance Salazar/Ochoa. Voir ci-dessus notes 12 et 18.

25 Sur le projet avorté de nommer Hoppenot à Lisbonne, voir Colette Barbier, Henri Hoppenot diplomate, Paris, Imprimerie Nationale, 1999, p. 192.

26 Reviralho : Nom péjoratif désignant collectivement l’opposition. De revirar (retourner à nouveau).

27 Développement exemplaire de cette argumentation dans l’éditorial du 5 juillet du Correio do Minho, sous le titre « Les Ambassades étrangères et le prestige du Portugal » (auteur Augusto da Costa) : « Ceux qui, pendant la guerre d’Espagne, tenaient en si haut compte l’alliance anglaise, et attaquaient Salazar au nom de l’alliance anglaise, et portaient ostensiblement à la boutonnière les drapeaux portugais et anglais croisés, qu’unissait la devise « pour le bien », ne sont donc plus contents de la visite de l’ambassade extraordinaire, conduite par le duc de Kent ? [...] Le duc de Kent n’a-t-il pas d’aventure la qualité suffisante pour représenter l’Angleterre ? »

28 Aristides de Sousa Mendes (1885-1954). En délivrant les visas qui permettaient d’accéder au Portugal, Sousa Mendes désobéissait aux circulaires du Ministre et aux décisions de Salazar. Fut pour cela rappelé à Lisbonne, objet d’un procès disciplinaire et mis à la retraite. Traversa, dans le restant de sa vie, les pires difficultés. La réhabilitation à Lisbonne n’intervint qu’en 1988. Pour l’historien de l’holocauste Yehuda Bauer, les décisions et l’action de Sousa Mendes, à Bordeaux et dans les postes dépendants (Bayonne, Hendaye), « méritent d’être considérées comme la plus importante opération de sauvegarde de vies juives réalisée par une seule personne ».

29 DNB. Initiales de « Deutsches Nachhrichten Büro » (bureau allemand de l’information). La dépêche dont il est question, fut reproduite en général par la presse portugaise du 20.

30 Geneviève Tabouis (1892-1985). Journaliste, excellente plume anti-fasciste, mais naïve et optimiste dans ses analyses et précisions, comme la défaite de la Wehrmacht de par la stratégie de Gamelin, le pouvoir dissuasif de l’inexpugnable ligne Maginot, la chute du Fuhrer dès avant que la guerre n’éclate... Fut l’une des bêtes noires des franquistes et des nazis.

31 Henry Torrès (1891-1966). Grand avocat, député, Vice-président de la Commission parlementaire des Affaires étrangères, directeur politique (1931) du journal L’Œuvre, chargé par le gouvernement Daladier de missions d’information politique, diplomatique pour contrecarrer la propagande allemande. Au moment de la négociation de l’armistice s’embarque à Bayonne, sur un bateau anglais, pour l’Afrique du Nord, dans le but de la continuation de la guerre. Noguès resté fidèle à Vichy, H. T. partit pour le Brésil, puis enseigna le droit à l’Université française de New-York. Gaulliste de la première heure. Rentré en France en 47.

32 O Século/ coupures de la censure. Boîte 102.

33 Presse portugaise du 26 juin.

34 Cf. O Correio do Minho, article « Les Etrangers fuient la guerre », du 2 juillet (40).

35 Alexandre Kerenski (1881-1970), le premier ministre russe, chassé du pouvoir par la révolution d’octobre.

36 Henri de Rothschild, sa femme, une fille et une petite-fille. Les épreuves de O Século, du 23 juin, précisent que le mari (connu à Paris sous le sobriquet de Monsieur Touche-à-tout) se logea dans une modeste pension de Lisbonne, mais qu’il installa sa famille à l’Hôtel Tivoli. La censure coupa. Contre les Rothschild, O Correio do Minho publiera, le 27 janvier 1942, un article nettement anti-sémite, dans sa section Bons dias et sous le titre « Les grandes fortunes ». Le moment venu, on corrigea le tir, et de telle sorte que H. de R., publiant à Porto son livre Cinquante ans de souvenirs (chez Costa Carregal, 1945), le dédia « Au Portugal et à son gouvernement ». Ce livre fut préfacé par Augusto de Castro, et opportunément utilisé par celui-ci, devenu ministre à Paris, comme preuve de l’excellent accueil dispensé par le régime aux réfugiés juifs.

37 Otto de Habsbourg avait eu un visa délivré par Sousa Mendes (v. ci-dessus, note 28). Se félicitant de la déclaration du Congrès américain (1986) sur notre Consul à Bordeaux, il écrivit au petit-fils de ce dernier : « Je veux encore une fois dire par écrit combien je suis éternellement reconnaissant à votre grand-père. C’était un grand gentilhomme, un homme d’un courage et d’une intégrité admirable qui servit ses principes au détriment de ses intérêts personnels. En une période où beaucoup d’hommes étaient des lâches, il a été un véritable héros de l’Occident. » (Lettre du 16 septembre 1986).

38 De Jules Jeanneney (1864-1957), alors Président du Sénat, on annonce le 20 juin qu’il est arrivé à Irun, et compte poursuivre jusqu’à Lisbonne. Dans les épreuves du Século, la seconde proposition est coupée. Une dépêche de la DNB, du 21, de Madrid, prétend que Daladier y est attendu, mais que son but est la capitale portugaise. O Século imprime cette dépêche, mais la censure coupe.

39 Le journaliste Pierre Lazareff (1907-1972) resta trois semaines à Lisbonne avant de se rendre aux États-Unis, où il devint chef des services français du « War information office ». Il avait dirigé Paris-Soir (depuis 1931) et créa, en 1944, France-Soir, qu’il dirigea jusqu’à sa mort. A Lisbonne, il écrivit à Forjaz Trigueiros (voir note 41) une lettre que publia le Diário de Lisboa.

40 Lucien Vogel, journaliste, directeur de Vu, de Lu, du Jardin des modes... N’avait pas donné suite à des invitations au Portugal, car notre pays « ne l’intéressait pas politiquement ». A Lisbonne en juillet 40, il sollicita une audience auprès de Salazar.

41 Luís Forjaz Trigueiros. Journaliste, directeur du Diário Popular, conteur, essayiste, l’un de nos intellectuels le plus dévoués à Salazar. Quitta le Portugal lors de la révolution des œillets, et continua sa vie littéraire au Brésil avec succès. Revint en 1978, reprit la plume et la parole, mais non l’importance perdue.

42 Apud Forjaz Trigueiros, éditorial sous le titre « Les Etrangers au Portugal », dans O Correio do Minho du 3 septembre (40).

43 Frans van Cauwelaert (1880-1961). Outre-Atlantique, il travailla surtout dans le cadre de l’« Office belge pour l’Amérique latine ». Reprit, dans la ligne antérieurement suivie (droite catholique), son action politique après la guerre.

44 Paul van Zeeland (1893-1973). Homme de la banque, de l’université, de la politique, avait été premier ministre (35/37), adversaire du mouvement rexiste. S’installa, comme l’écrivain Pierre Goemare, adepte de Salazar et des commémorations, dans le Palácio Hotel d’Estoril, mais bientôt quitta Lisbonne pour Londres. Rentré en Belgique après la Victoire, il fut ministre des Affaires Etrangères (49/54), et grand défenseur du Marché Commun.

45 Le professeur de philosophie qui voulut jouer l’intermédiaire entre Pétain et Churchill. Voir la seconde partie de la note 19.

46 Maurice Maeterlinck (1862-1949). Le poète et dramaturge belge – Serres chaudes, Pélleas et Mélisande, L’Oiseau de feu – avait été séduit par le régime et la personne de Salazar, au point d’accepter de préfacer l’une des œuvres les plus typiques de sa propagande : Une révolution dans la paix. En 40, M. M. apportait dans ses bagages une nouvelle pièce qui aurait dû plaire aux bienpensants (Le Père Setubal), mais ne tint pas l’affiche et ne fut jamais rejouée.

47 Chez nous il resterait jusqu’à la fin 42, pour quitter à nouveau l’Europe peu après le débarquement anglo-américian en Afrique du Nord, dont Salazar aurait fait avertir Pétain (cf. François-Georges Dreyfus, Histoire de Vichy, Paris, Perrin, 1990, p. 673). Nommé ambassadeur en Argentine, Gentil déclara, en arrivant à Buenos-Aires, qu’il se mettait à la disposition du général Giraud. En fait Vichy, se ravisant, avait déjà attribué le poste à Saint-Quentin, auparavant ambassadeur au Brésil, qui était cependant entré en guerre. L’exonération de Gentil (et d’autres diplomates) parut dans le Journal officiel du 9 mars 43.

48 José Caeiro da Mata (1883-1963). Professeur de droit à Coimbra, puis à Lisbonne ; recteur de l’Université de Lisbonne ; député, ministre des Affaires Étrangères, administrateur de la Banque du Portugal, dépositaire de la totale confiance de Salazar. Après l’épisode de Vichy, ministre de l’Éducation Nationale et à nouveau des Affaires Étrangères. D’autres commémorations l’auraient pour Président : celles du Vème centenaire de la mort de Henri-le-Navigateur.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540