Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vents du large

 | 
Jacqueline Penjon
, 
Anne-Marie Quint

2. De la génération de 1870 aux pesanteurs du passé

Eça de Queiroz au seuil du XXe siècle

Marie-Hélène Piwnik

Texte intégral

  • 1 Carlos Reis, dans Eça de Queirós consul de Portugal à Paris (1888-1900), Paris : Centre Culturel C (...)

1On sait désormais que l’essai d’Eça de Queiroz intitulé « O ‘Francesismo’ », resté inédit, daterait de 18871. Il écrit donc ce texte alors qu’il se trouve en poste en Angleterre, à la veille de sa nomination comme consul de Portugal à Paris, et le réserve définitivement, sans doute à cause de la gallophobie virulente qui s’y exprime, peu compatible avec ses nouvelles fonctions.

  • 2 Publié dans Notas Contemporâneas, Lisbonne : Livros do Brasil, s.d., p. 186-196. On citera à parti (...)

2Quand il s’installe dans la capitale française, en septembre 1888, il a donc réglé ses comptes avec le pays de Descartes et, en « tuant le père », il est dans les meilleures conditions pour en dresser cinq ans plus tard, soit en juin 1893, un portrait dépassionné avec « Positivismo e Idealismo »2. D’autant que cette dernière chronique a l’avantage d’offrir une image prise sur le vif, série d’instantanés, pourrait-on dire, de la société parisienne du moment, alors que « O ‘Francesismo’ » était, en somme, une tirade écrite « de chic », à distance.

  • 3 Eça de Queirós, Correspondência, éd. de Guilherme de Castilho, Lisbonne : Imprensa Nacional-Casa d (...)
  • 4 Id., ibid., p. 317.

3Par ailleurs, on n’oubliera pas qu’en novembre de la même année, Eça écrit à son éditeur Lugan qu’il a « sur (la) planche » « quelques petites études, nouvelles et essais », et que « le premier de ces petits machins » est une « nouvelle phantaisiste » qui s’appelle A Cidade e as Serras3. En mai 1894, il a achevé trois des cinq chapitres qu’il prévoit pour ce « petit livre »4. L’on sait qu’il y apportera d’importantes transformations en 1895, et qu’en 1900 ce qui était devenu un roman était encore incomplet. Peut-on cependant estimer que la partie parisienne, une satire au vitriol du symbolo-décadentisme ambiant, est assez largement élaborée vers 1895 ?

4En tout cas, « Positivismo e Idealismo » se situe à une date intermédiaire entre « O ‘Francesismo’ » et A Cidade e as Serras. Le contact direct avec le Paris fin de siècle permet que soient délaissées des manifestations rancunières (celles d’un amoureux déçu ?) et privilégiée une réflexion approfondie sur le déclin du naturalisme et l’émergence du spiritualisme, qui conduira au génial retournement des concepts qu’illustre A Cidade : la civilisation est devenue barbarie, et il faut aller chercher les valeurs qu’elle a incarnées dans des régions encore primitives comme le nord du Portugal.

5Certes on ne peut procéder à un amalgame trop poussé des trois productions. « O ‘Francesismo’ » est resté dans les tiroirs de l’auteur, et il est probable que cette diatribe visait un public portugais. « Positivismo e Idealismo » est un article destiné aux lecteurs de la Gazeta de Notícias de Rio de Janeiro et, dans cette mesure, Eça y fait un peu la roue : il s’agit de briller, de plaire, d’amuser. Le propos sérieux est paré des voiles scintillants de l’ironie ; de plus, on peut se laisser aller, Rio est loin des activités diplomatiques parisiennes. Quant à A Cidade e as Serras, c’est une fiction, à thèse comme on l’a déjà dit, qui met en scène des types dont le comportement concentre le plus souvent de façon ludique ou caricaturale le « parisianisme ». Toutefois, la plume est la même dans les trois cas, et c’est une époque où l’homme de lettres se veut un, du roman à la lettre familière, de la chronique à l’essai politique. La position charnière de « Positivismo e Idealismo », à mi-chemin entre la rancœur partisane de « O ‘Francesismo’ » et la fantaisie débridée de A Cidade nous aide ainsi à établir une définition aussi juste que possible de la conception de la littérature et de l’art en général qui caractérise Eça quelques années avant sa mort.

6En effet, l’analyse qu’il fait de la défaite du positivisme comme de la victoire de l’idéalisme, et de l’état de la question en France, nous permet paradoxalement de comprendre la position intellectuelle du plus grand écrivain portugais du xixe siècle.

  • 5 V. Frank Sousa, O Segredo de Eça. Ideologia e ambiguidade em A Cidade e as Serras, Lisbonne : Cosm (...)
  • 6 V. Carlos Reis, Estatuto e perspectivas do narrador na fieção de Eça de Queirós, Coimbra : Almedin (...)

7Position qui a été plus ou moins envisagée comme un renoncement aux idéaux de jeunesse, une sorte de démission. On connaît l’antienne : marié à une jeune aristocrate, fréquentant des milieux traditionalistes, Eça glisse vers un conformisme bourgeois, une idéologie nobiliaire passéiste trouverait grâce à ses yeux, etc. On revient aujourd’hui sur ce jugement hâtif5, et si l’on retient une évolution indéniable dans la production queirosienne, c’est à partir d’un regard subtil porté sur son écriture « in progress »6.

  • 7 Sur ces questions, v. Jean-François Six, 1886. Naissance du xxe siècle en France, Paris : Seuil, 1 (...)

8Ce qui est clair en tout cas, c’est qu’Eça de Queiroz, avec « Positivismo e Idealismo », entend se colleter avec la réalité artistique française, en continuant de l’envisager comme inséparable de la réalité politique. En 1893, la France est en IIIe République depuis vingt-trois ans, elle sort du boulangisme, et c’est Sadi-Carnot, qu’un anarchiste ne tardera pas à assassiner, qui assure les plus hautes fonctions de l’Etat depuis 1887. Le paysage politique français est marqué à la fois par le triomphe définitif des idées républicaines, laïques, anticléricales, et la poussée d’une opposition catholique, ultramontaine, qui se confond souvent avec le nationalisme fanatique. Dans ce deuxième camp, un ennemi est désigné : le franc-maçon, et le Juif, d’ailleurs envisagés comme un tout. Le responsable lointain de cet état de choses – la France livrée aux « étrangers », à l’athéisme –, c’est évidemment la Révolution française, qui est le résultat d’un complot, l’aboutissement de « la conspiration des sociétés secrètes », et dont les « véritables auteurs » sont « les Juifs », épinglés avec les franc-maçons comme les « ennemis jurés du catholicisme »7.

  • 8 François Furet, Penser la Révolution française, Paris : Gallimard, Bibliothèque des histoires, 197 (...)
  • 9 Id., ibid. Alphonse Aulard (1849-1928) est l’auteur de nombreux ouvrages sur la Révolution françai (...)

9Or, la Révolution française, comme le rappelle François Furet, avait reçu en cette fin de siècle « un début de légitimation académique », après « la victoire d’un consensus républicain dans l’opinion parlementaire, et rien de moins que la fondation de la Troisième République »8. En effet, avait été créée en 1881 par des intellectuels républicains la Société d’Histoire de la Révolution française. Sous sa pression, la Sorbonne avait ouvert en 1886 un cours d’histoire de la Révolution, confié à Alphonse Aulard. Et en 1891, le cours était devenu une chaire.9

  • 10 Selon Albert Soboul, « Taine reporta sa peur et sa haine de la Commune sur le peuple de Quatre-Vin (...)
  • 11 François Furet, op. cit., p. 23.

10Cet Alphonse Aulard était l’héritier de la tradition jacobine et s’opposait vivement à Taine, dont l’ouvrage intitulé Les Origines de la France contemporaine, où était globalement stigmatisée la Révolution10, était devenu le bréviaire des conservateurs et des réactionnaires. On peut donc placer Aulard dans un courant certes modéré – il était dantoniste, et allait plus tard s’opposer au fondateur des études robespierristes Mathiez – mais clairement favorable à 1789 dans son ensemble, comme « matrice de la culture démocratique ». D’ailleurs, comme le dit encore Furet, « en écrivant sur la Révolution Française, Aulard et Taine débattaient de la République11

  • 12 « Uma considerável porção da « mocidade das escolas » [...] invadiu as aulas, sufocou com berros e (...)
  • 13 « O estudante idealista, que, nos pátios da Sorbonne, agarre pelas goelas o estudante positivista, (...)

11Même si ces considérations échappaient probablement à Eça de Queiroz lorsqu’il écrit en juin 1893 « Positivismo e Idealismo », il est tout à fait intéressant de voir comment il perçoit le fait-divers par lequel il débute sa chronique : le chahut agressif dont a été victime précisément « le professeur Aulard » en Sorbonne, à cause de son « jacobinisme » « sectaire » et de son « positivisme ». Il n’est pas douteux, en effet, qu’Eça sent là l’expression d’un phénomène névralgique de nature profondément politique. S’opposent actuellement, dit-il, au Quartier Latin et dans la cour de la Sorbonne étudiants idéalistes et positivistes. Ce sont les premiers, de toute évidence – c’est cette portion-là de la « jeunesse des écoles » –, qui ont envahi le cours d’Aulard, l’ont empêché de parler en poussant des cris d’oiseaux, ont hué « ignominieusement les immortels principes de 89 », et ont « rossé » les camarades qui « absorbaient la bonne doctrine positiviste et révolutionnaire »12. Or, avait précisé Eça au début, ces fauteurs de trouble sont « protégés par la police dans l’exercice de leur intolérance métaphysique », entendons dans l’exercice d’une brutalité (qui est aussi, on le devine, on le sait, celle de la police) que le texte martèle de ligne en ligne : l’étudiant idéaliste, en effet, loin de s’en tenir aux démonstrations pacifiques que devrait impliquer son ralliement aux doctrines de l’esprit, n’hésite pas à user de la force pour convaincre : il « prend à la gorge » l’étudiant positiviste, le « colle contre un mur » pour lui prouver, « coups de poing à l’appui », la supériorité de Royer-Collard sur Auguste Comte13. Les deux noms en question ne sont pas là par hasard : Royer-Collard, chef du parti doctrinaire, dit du juste milieu, a contribué au réveil de la philosophie spiritualiste en France, et, sur le plan politique, cela a fait de lui un ardent partisan de la Restauration, puis un louis-philippard convaincu ; alors qu’Auguste Comte se trouve évidemment dans le camp adverse. Enfin, conclut le texte, cette jeunesse pour laquelle le jacobinisme est devenu intolérable (qui est donc, dirai-je, intolérante) veut le chasser de l’enseignement « à coups de bâton » – a cacete.

  • 14 « Esta reacção não é somente tentada contra a política. mas contra a estrutura geral da sociedade (...)
  • 15 J.-F. Six, op. cit., p. 52.

12Le récit queirosien, qui semble enjoué, n’en est pas moins semé de connotations significatives, comme celles de la brutalité et de l’intolérance, on l’a vu, mais c’est sans doute le mot « réaction », utilisé deux fois dans son ambivalence, réaction contre le positivisme, mais aussi réaction tout court14, qui nous permet d’envisager cette intervention musclée pendant le cours d’Aulard comme une des manifestations caractéristiques de ce qui allait devenir l’extrême-droite française. La Ligue des Patriotes, de Déroulède, date de 1882, elle s’est reconstituée après 1889 sous le nom de Ligue de la Patrie, la Ligue antisémitique française de Drumont est de 1889, Barrès a trente-et-un ans en 1893, il a été député boulangiste et ne tardera pas à fonder son journal nationaliste La Cocarde, Maurras a, lui, vingt-cinq ans ; royaliste, il a collaboré à la Gazette de France, et rejoindra les colonnes de la Revue de l’Action Française. Et ne faudrait-il pas citer aussi l’Association catholique de la jeunesse française, fondée par Albert de Mun en 1886 ?15 Le parti catholique continuait évidemment de lutter contre l’héritage de 1789. Remarquons d’ailleurs que, plus loin, Eça précise qu’Aulard avait récemment prononcé un discours à l’adresse de la « Ligue Démocratique de la Jeunesse », ce qui nous permet d’imaginer l’affrontement entre différents mouvements étudiants (ou débordant le strict cadre de l’université), dont les opinions étaient radicalement opposées, et pour lesquelles la Révolution française était un terrain de choix.

  • 16 « La décadence politique nous laisse frigides [...] Nous nous abstiendrons de politique comme d’un (...)
  • 17 Dans le Suplemento ao Dicionário de Eça de Queiroz. Org. et coord. A. Campos Matos, Lisbonne : Cam (...)

13Ainsi Eça de Queiroz se fait-il l’écho d’une querelle idéologique qui ressortit en fait à une division politique profonde, opposant la tradition républicaine telle que l’a voulue sur le plan littéraire le réalisme-naturalisme, à un apparent désengagement, qui caractérise, par exemple le « Manifeste décadent »16, et qui masque en fait une poussée conservatrice17.

  • 18 « Le romantisme épuisé a donné cette dernière petite fleur, une fleur de fin de saison, maladive e (...)

14On sent donc Eça décontenancé, même si le badinage semble présider aux autres exemples qu’il donne de la rupture entre un passé dans lequel il se reconnaît et un présent qui le laisse méfiant. Le « discrédit du naturalisme », dit-il, est patent, et « la faveur va au roman d’imagination, ou tourné vers la psychologie sentimentale, ou humoristique, ou encore visant à la résurrection archéologique, voire de cape et d’épée [...] comme aux robustes temps de D’Artagnan ». On doit laisser aux spécialistes la mise en lumière de ces remarques, qui peuvent concerner des gens comme Villiers de l’Isle-Adam, Paul Bourget (Le Disciple est de 1889), Rémy de Gourmont (Sixtine, en 1890), etc. Plus important me semble de souligner que ce genre de littérature ne peut pas ne pas rappeler à Eça ce contre quoi il a lutté toute sa vie, c’est-à-dire le romantisme : la résurgence du roman de type historique, ou qui met à l’honneur une mièvrerie qui a entraîné ce qu’on appellera le bovarysme, n’est pas pour lui plaire ; les critiques de l’époque eux-mêmes, en France, établissaient une étroite parenté entre le symbolo-décadentisme et le romantisme18.

  • 19 « Uma festa estupenda. Quadros vivos da História Sagrada e da História Romana !... Madame Verghane (...)
  • 20 Créé en 1887, il présentait alors des spectacles au 37, passage de l’Élysée-des-Beaux-Arts à Paris (...)
  • 21 Quelques éléments, d’une précision relative, dans Gérard Gengembre, Le théâtre français au 19° siè (...)

15C’est dans cette même perspective qu’il faut lire le passage où il souligne le recul du théâtre naturaliste au profit du drame romantique ressuscité (« Hernani a repris possession des cœurs »), du mélodrame, enfin du drame sacré, « où Jésus-Christ, cloué sur une croix en carton-pâte, sur un Golgotha en aggloméré, promet en alexandrins le plus sublime progrès spirituel, et l’évolution de l’homme vers l’ange ». L’invention est peut-être pour beaucoup dans ces lignes, qui font penser au tableau vivant de A Cidade e as Serras, où c’est un parent des Trêves, un « superbe gaillard », qui doit tenir le rôle du Christ ployant sous la croix19, mais curieusement Paul Claudel n’est pas loin, dont Tête d’Or a été publié en 1889 (mais non représenté). Il s’agit de toute évidence pour Eça d’une dégénérescence, qui se lit dans la fausse ingénuité qu’il affecte dans sa chronique (« nous voyons avec stupeur les foules... courir le mélodrame de 1830 et s’écraser dans les petits théâtres populaires »... tandis que « la comédie « naturaliste » est sifflée, livrée à la police des mœurs » et que le « parisien sceptique s’en va pleurer aux drames sacrés, autos et mystères »). On pourrait même estimer qu’il déforme la réalité théâtrale de l’époque, qui voyait coexister dans leur rivalité le Théâtre-Libre d’Antoine20, à vocation prioritairement réaliste, jouant, par exemple Les Inséparables, de Georges Ancey, Jacques Damour, de Zola, ou Le père Lebonnard, de Jean Aicard, et le Théâtre de l’Œuvre, fondé par Lugné-Poe, en 1893 justement, dans la suite du Théâtre d’Art créé par Paul Fort, et qui sera la forteresse du théâtre symboliste21. En tout cas, l’accumulation de mots qui traduisent la montée d’élans de mysticisme douteux est frappante : chorar, piedoso, espiritual, anjo, Paraíso, sublimemente...

  • 22 Les Trophées sont de 1893, et l’on a affaire à un Eça qui colle à l’actualité. Il est manifeste qu (...)
  • 23 « os simbolistas que, com bocados esfumados de verbo e farrapos indecisos de sentimento, nos arran (...)
  • 24 « Existe, no fundo de cada um de nos [...] um resto de misticismo ; e basta às vezes [...] as emol (...)
  • 25 « O ‘Francesismo’ », Cartas etc., op. cit., p. 343.
  • 26 Ibid., p. 341.
  • 27 Fumant son « énorme cigare » étalé sur un divan, ce « poète néoplatonicien et mystique », « idéali (...)

16Eça passe alors en toute logique à la poésie où les noms de Coppée et des poètes de la réalité, dit-il, sont oubliés au profit d’Hérédia22, des symbolistes, et d’une reviviscence du romantisme. Les symbolistes sont particulièrement raillés, eux qui utilisent un « verbe » en « lambeaux diffus », et des « sentiments » parés d’« indécises guenilles » pour « bricoler un de ces brouillards poétiques où les âmes adorent aujourd’hui se nicher et fuir l’existence »23 ; quant à Lamartine, que l’on réimprime et lit à nouveau, il refait passer la lune des Méditations au-dessus de son célèbre lac, « et Dieu et le rossignol sont réintroduits dans la strophe ». Point n’est besoin d’être grand clerc pour se rappeler que ces divers éléments font partie de l’attirail romantique qu’Eça exècre et ridiculise, dès Singularidades de uma rapariga loira, où le narrateur se dit le plus stupide des indidividus parce qu’il est prêt, sous la lune, à écouter chanter le rossignol auprès d’un bassin conventuel24. Dans « O ‘Francesismo’ », Verlaine n’est pas ménagé : le « chef des Incohérents », des « Décadents, des Hallucinés », comme il est dit plus haut, c’est lui ; certes sa poésie, et celle de ses amis, est formellement réussie, mais « il n’y a pas une seule âme » dans tout cela25 – entendons de pensée jointe à l’émotion, comme chez Antero, par exemple, qui sait exprimer « les douleurs de l’intelligence »26. A Cidade e as Serras offrira une charge poussée à l’extrême du poète symboliste avec Dornan, chez qui les prétendues aspirations éthérées semblent favoriser les plaisirs de la chair et de la chère27. Pour autant Eça profite de sa chronique pour ironiser aussi, auprès du public brésilien, sur une poésie réaliste dont il constate en tout cas que les thèmes, seuls « dignes des intelligences positives, avides de réalité ambiante et de modernité » sont passés de mode. Et de citer des titres apparemment inventés, et dont la platitude fait rire, « Le Petit Épicier de Montrouge », « Le Cocher d’Omnibus », « La Fête à Saint-Cloud » ; l’un d’entre eux est en fait bel et bien de François Coppée, dans Les humbles (1872), sous le titre « Le Petit Épicier » : « C’était un tout petit épicier de Montrouge/Et sa boutique sombre, aux volets peints en rouge,/Exhalait une odeur fade sur le trottoir ».

  • 28 Charles-François Daubigny est un des principaux paysagistes français du XIXe siècle. Théodore Rous (...)
  • 29 « a ambição é fixar por meio de manchas, de lampejos, de fundos de sombras, de abstracções, a emoç (...)
  • 30 Sur le mouvement préraphaélite et son influence en France, quelques pistes dans Gérard Peylet, La (...)
  • 31 Correspondência, op. cit., t. 2, p. 322. Gustave Moreau (1826-1898) est en particulier l’auteur de (...)

17La peinture contemporaine fait elle aussi l’objet d’une réflexion qui permet de lire entre les lignes de quel côté vont les préférences de l’auteur. D’un côté, l’« exacte, lumineuse, saine et succulente peinture de l’école française », « le regard sincère et clair des Daubigny, des Th. Rousseau » »28 ; de l’autre « une épaisse brume de mysticisme » ; « l’ambition est de fixer par des taches, des lueurs, des fonds abstraits et sombres, l’émotion plaisante ou triste que le paysage suscite dans l’âme » ; les portraits sont « estompés, enfouis dans la cendre éparse du crépuscule », dépouillant « l’homme de son enveloppe charnelle », ne lui donnant plus que « l’apparence de son esprit »29. Sont cités Burne-Jones, Aman-Jean et Gustave Moreau, papes du symbolisme pictural à l’époque30, « qui conduisent, dit le texte, l’imagination vers le trouble pays des mythes ». Une lettre d’Eça du 2 juillet 1894 souligne la présence au Salon de l’année d’une peinture essentiellement religieuse31.

  • 32 « Eis que de repente (a geração nova) se revela, e, por meio de bengaladas enérgicas, manifesta qu (...)
  • 33 Ibid., p. 194.
  • 34 Repris dans Notas Contemporâneas, p. 243-250. On citera d’après cette édition.
  • 35 C’est moi qui souligne.
  • 36 « meus amigos do Bock Ideal, receio que estejais sendo logrados pelo sr. de Vogué », N. C., op. ci (...)

18La dernière partie de la chronique oppose la jeune génération « spiritualiste, symboliste, néo-chrétienne et mystico-socialiste » à celle qui l’a précédée, « jacobine, positiviste et naturaliste ». L’époque ne permet guère de séparer encore clairement le catholicisme social du néo-catholicisme réactionnaire (dont Herculano avait dénoncé avec vigueur l’emprise au Portugal) ; en revanche, Eça, qui conçoit les excès dont le positivisme scientifique s’est rendu coupable, reste toutefois méfiant à l’égard de ces idéalistes qui imposent leur idées au moyen d’énergiques coups de canne (l’idée est reprise deux fois32.) Et l’on en veut pour preuve le traitement qu’il réserve à Melchior de Vogué, introducteur du roman russe en France, comme chacun sait, mais aussi fondateur du mouvement néochrétien. Dans « Positivismo e Idealismo », il est présenté comme le « néo-Châteaubriand »33, ce qui n’est certes pas flatteur dans la bouche d’Eça pour lequel, talent mis à part, Chateaubriand est forcément le représentant de la tradition conservatrice française. Mais c’est dans « O Bock Ideal », chronique écrite la même année pareillement à l’intention des lecteurs de la Gazeta de Noticias de Rio de Janeiro34, qu’Eça de Queiroz prend vraiment le taureau par les cornes. Il fait d’abord un bref portrait de Melchior de Vogué, « prophète noble et délicat [...] qui enseigne du haut de son nuage », « moraliste éminemment parisien » (ah ! la connotation de ce mot chez Eça !), dont la clientèle se recrute tant dans la Revue des Deux Mondes (bastion du conservatisme) que dans les colonnes du Chat Noir, où se mêlent « le mysticisme et la canaillerie » (o misticismo e o canalhismo). Il s’étend ensuite longuement sur la doctrine de Melchior de Vogüé qui, ayant constaté que la démocratie et la science, les deux forces qui « gouvernent le monde moderne », sont restées en-deçà de ce qu’on espérait d’elles, pense qu’il y a « un principe suprême, plus élevé que la science et la démocratie, et qui peut les inspirer, les pénétrer, les diriger », « faire d’elles les instruments de la régénération du monde et de l’établissement définitif de l’ordre social. Et ce principe – c’est l’Évangile, la charité évangélique ». Serait-ce, commente Eça, que « dans le néoévangélisme de la jeunesse du Quartier Latin (on retrouve « Positivismo e Idealismo ») il n’y aurait tout simplement que la manifestation de cette vague religiosité littéraire, dernière émanation du romantisme35, qui conduit artistes et poètes à prendre pour thèmes de prédilection les légendes chrétiennes et les vies de saints ? » Et comment, alors, ne pas penser que M. de Vogüé n’est pas en train de « rouler »36 son auditoire juvénile à la brasserie du Bock Idéal ?

19En effet, poursuit Eça, quel grand corps social se chargera de faire pénétrer dans la démocratie, au sein des masses humaines vastes et rudes, cet esprit évangélique ? Eh bien, le « doux apôtre » (i.e. Melchior de Vogué) réplique alors que « ce ne peut être que l’Église – l’Église chrétienne, l’Église catholique ».

  • 37 Cf. Jaime Cortesão, Eça de Queiroz e a questão social, Lisbonne : Portugália Ed., Obra completa, v (...)

20Et là, on s’en doute, il n’est pas suivi par un écrivain qui a pourfendu ce corps social-là précisément, et qui a toujours été anticlérical. Le christianisme, l’évangélisme, Eça de Queiroz peut s’en réclamer, et par ses dernières œuvres, et par ses personnages de « bons prêtres », qui contrastent avec ceux qui déshonorent leur ministère, et par son franciscanisme (sur lequel il terminait d’ailleurs « Positivismo e Idealismo »)37. Mais l’Église en tant que puissance sociale, il est clair qu’il ne lui fait toujours pas confiance :

Mas o que me inquieta (e aqui me parece ser logro) é que nesse lugar divino, nessa nova Galileia, onde o sr. de Vogué levou a mocidade, não esta somente Jesus e a sua doce lição. Para além, na sombra, por trás do sr de Vogué, parece-me avistar um sacristão ! Erra aqui um cheiro eclesiástico de incenso e cera [...]. Lugar suspeito, este Bock Ideal ! A democracia aqui usa o báculo de ouro da teocracia. A sobrecasaca do sr de Vogué tem uma severidade triste de batina... (p. 250)

21Ainsi, au seuil du xxe siècle, il est clair qu’Eça de Queiroz est très attentif à la crise du réalisme-naturalisme telle qu’il la constate chez les représentants du mouvement les plus en vue, et en particulier Zola. Lui-même est pleinement conscient de la dérive qui frappe un courant qui a placé tous ses espoirs dans le progrès scientifique, générateur théorique de félicité et d’égalité sociales, sans réfléchir au danger qu’entraînait l’accent exclusivement mis sur le matérialisme. Mais, pour autant, approuve-t-il les nouveaux courants artistiques, que leur désengagement affirmé et leur mysticisme brumeux rendent suspects ? J’imagine qu’il pressent une récupération de la montée anti-positiviste par des forces politiques conservatrices, pour ne pas dire réactionnaires, du côté desquelles il n’a jamais penché. N’est-on pas à la veille de l’affaire Dreyfus ? De plus, comment pourrait-il applaudir à des mouvements qui ne font pas de la création artistique un moteur de la réforme sociale, et qui, en somme, revendiquent « l’art pour l’art » ?

Notes

1 Carlos Reis, dans Eça de Queirós consul de Portugal à Paris (1888-1900), Paris : Centre Culturel C. Gulbenkian/Portugal, Coll. Présences portugaises en France, 1997, p. 22, suit là-dessus Guerra da Cal. Je suppose que l’illustre bibliographe queirosien se fonde sur des éléments intertextuels. En effet, Eça fait allusion à La Terre de Zola, qui est précisément de 1887 (le livre est-il sorti en feuilleton avant ?), et aux Blasphèmes, de Jean Richepin, qui sont, eux, de 1884, disant au sujet de ce dernier ouvrage qu’il s’est publié « il y a deux ou trois ans ». (« O ‘Francesismo’ », Cartas e outros escritos, Lisbonne : Livros do Brasil, s.d., p. 333 et 334).

2 Publié dans Notas Contemporâneas, Lisbonne : Livros do Brasil, s.d., p. 186-196. On citera à partir de cette édition.

3 Eça de Queirós, Correspondência, éd. de Guilherme de Castilho, Lisbonne : Imprensa Nacional-Casa da Moeda, 1983, t. 2, p. 300-301.

4 Id., ibid., p. 317.

5 V. Frank Sousa, O Segredo de Eça. Ideologia e ambiguidade em A Cidade e as Serras, Lisbonne : Cosmos, 1996.

6 V. Carlos Reis, Estatuto e perspectivas do narrador na fieção de Eça de Queirós, Coimbra : Almedina, 1984.

7 Sur ces questions, v. Jean-François Six, 1886. Naissance du xxe siècle en France, Paris : Seuil, 1986, chapitres 1, 5, 9. Je relève en note, p. 51, ce propos d’Hyacinthe Loyson, prêtre catholique dissident dont la vie a quelque chose de celle de Pierre Froment, le héros de Zola dans Paris : « 4 août 1885. La France contemporaine est dans cette terrible position – presque sans issue – que l’on n’y peut rompre avec la Révolution sans se jeter dans les bras de l’Ultramontanisme. Elle est comme fatalement acculée à un double abîme et n’a pour ainsi dire de choix qu’entre deux genres de mort ».

8 François Furet, Penser la Révolution française, Paris : Gallimard, Bibliothèque des histoires, 1978, chapitre 1, en particulier p. 19.

9 Id., ibid. Alphonse Aulard (1849-1928) est l’auteur de nombreux ouvrages sur la Révolution française, dont Études et leçons sur la révolution française, Paris : F. Alcan, 1893, son œuvre principale étant l’Histoire politique de la révolution française, Paris : Armand Colin, 1909.

10 Selon Albert Soboul, « Taine reporta sa peur et sa haine de la Commune sur le peuple de Quatre-Vingt-Treize, ‘bête vautrée sur un tapis de pourpre’ [...], de là des simplifications caricaturales » (Encyclopœdia Universalis, art. Révolution Française).

11 François Furet, op. cit., p. 23.

12 « Uma considerável porção da « mocidade das escolas » [...] invadiu as aulas, sufocou com berros e guinchos a facúndia do professor, apupou ignominiosamente os imortais princípios de 89, e espancou sem piedade os camaradas que ali estavam absorvendo a boa doutrina positivista e revolucionária », N. C, op. cit., p. 187.

13 « O estudante idealista, que, nos pátios da Sorbonne, agarre pelas goelas o estudante positivista, o entale contra um muro e ai lhe prove, por uma tremenda sova, a superioridade de Royer-Collard sobre Augusto Comte – é considerado como um entusiasta, protegido pela polícia no legítimo exercício da sua intolerância metafísica », ibid., p. 186.

14 « Esta reacção não é somente tentada contra a política. mas contra a estrutura geral da sociedade contemporânea, tal como a tem criado o positivismo científico. Sob todas as formas da actividade pensante se revela, se alastra, na geração nova, esta reacção », ibid., p. 187.

15 J.-F. Six, op. cit., p. 52.

16 « La décadence politique nous laisse frigides [...] Nous nous abstiendrons de politique comme d’une chose idéalement infecte et abjectement méprisable », cité par J.-F. Six, op. cit. p. 136.

17 Dans le Suplemento ao Dicionário de Eça de Queiroz. Org. et coord. A. Campos Matos, Lisbonne : Caminho, 2000, Marc Gruas vient confirmer mes hypothèses (art. « Cidade (A) e as Serras »). Rappelant le passage de A Cidade e as Serras où Zé Fernandes assiste au chahut organisé en Sorbonne contre un professeur dont le nom n’est pas indiqué dans le roman, M. Gruas reproduit le commentaire du Figaro, en date du jeudi 4 mai 1893, intitulé « M. Aulard sifflé à la Sorbonne ». Je renvoie à cet article du Figaro très instructif, d’où il ressort en particulier que « si M. Aulard s’était tenu à sa place, s’il n’avait pas prêté à la jeunesse française des idées et des passions qu’elle réprouve énergiquement parce qu’elles ont fait trop longtemps le mal du pays, ils n’auraient pas eu besoin de protester », et aussi que les défenseurs d’Aulard auraient déclaré : « Si cela continue, on mobilisera la ligue démocratique pour venir monter la garde du consul ». Le Figaro poursuit : « ’On cognera...’ajoutaient ces jeunes prétoriens. Certains se déclaraient tout haut affiliés à des loges maçonniques ». Pour le journal conservateur, il ne fait donc pas de doute que les partisans du professeur d’histoire de la Révolution française appartiennent à un courant politique qui n’est pas celui de la rédaction, et on peut en inférer que les adversaires d’Aulard étaient bien de l’autre bord. De toute manière, on comprend alors mieux que Zé Fernandes se fasse traiter de « Sale Maure » (en français dans le texte), ce qui correspond à l’idéologie raciste des milieux estudiantins de l’extrême-droite française de l’époque. Remarquons toutefois que le narrateur brouille les pistes dans la fiction, puisqu’il fait du professeur chahuté en Sorbonne un spécialiste des institutions de la Cité antique, ce qui nous oriente vers Fustel de Coulanges (1830-1889, auteur de La Cité antique, 1864, et professeur d’histoire du Moyen Age lui aussi à la Sorbonne), et sûrement pas vers un historien de la Révolution française...

18 « Le romantisme épuisé a donné cette dernière petite fleur, une fleur de fin de saison, maladive et bizarre. C’est sûrement une décadence, mais seulement celle d’une école qui se meurt », dit Paul Bourde dans Le Temps du 6 août 1885 (cité par J.-F. Six, op. cit., p. 137).

19 « Uma festa estupenda. Quadros vivos da História Sagrada e da História Romana !... Madame Verghane, de Madalena [...] O Cristo, um latagão soberbo, parente dos Trèves, empregado no Ministério da Guerra, gemendo, derreado, sob uma cruz de papelão », A Cidade e as Serras, Lisbonne : Livros do Brasil, s.d., p. 122-123. La mode des tableaux vivants est rapportée par Proust.

20 Créé en 1887, il présentait alors des spectacles au 37, passage de l’Élysée-des-Beaux-Arts à Paris, puis il se déplaça au Théâtre Montparnasse et venait de s’installer, en 1893 précisément, au Théâtre des Menus Plaisirs, boulevard de Strasbourg.

21 Quelques éléments, d’une précision relative, dans Gérard Gengembre, Le théâtre français au 19° siècle, Paris : Armand Colin, 1999. Rappelons que la pièce Pelléas et Mélisande, de Maeterlinck, est jouée le 22 mai 1893.

22 Les Trophées sont de 1893, et l’on a affaire à un Eça qui colle à l’actualité. Il est manifeste qu’à l’époque sont appréhendés ensemble – et coexistent d’ailleurs, le Parnasse, le décadentisme et le symbolisme.

23 « os simbolistas que, com bocados esfumados de verbo e farrapos indecisos de sentimento, nos arranjam um desses nevoeiros poéticos, onde as almas agora têm a paixão de se aninhar e de se esconder da vida », N.C., op. cit., p. 189.

24 « Existe, no fundo de cada um de nos [...] um resto de misticismo ; e basta às vezes [...] as emolientes brancuras de um luar – para que esse fundo místico suba [...] e desejava ser um monge, estar num convento, tranquilo [...] e enquanto a água da cerca canta sonoramente nas bacias de pedra, 1er a Imitação, e ouvindo os rouxinóis nos loureirais ter saudades do Céu. – Não se pode ser mais estúpido », Eça de Queiroz, Contos, éd. de Luís Fagundes Duarte, Lisbonne : Dom Quixote, 1989, p. 18.

25 « O ‘Francesismo’ », Cartas etc., op. cit., p. 343.

26 Ibid., p. 341.

27 Fumant son « énorme cigare » étalé sur un divan, ce « poète néoplatonicien et mystique », « idéaliste », n’hésite pas à raconter une histoire obscène, interrompue par un convive désireux d’écouter le phonographe de Jacinto. Plus loin, il se réjouit de boire un Porto de 1834 qui, chez Jacinto, est forcément « authentique ». Puis, ce « grand poète lyrique, auteur du Crépuscule mystique », émet un commentaire dédaigneux sur une femme, parce qu’elle « n’a pas de fesses ». (202, Champs-Élysées, Paris : La Différence/Folio-Gallimard, 2000, p.78-79, 86-87.)

28 Charles-François Daubigny est un des principaux paysagistes français du XIXe siècle. Théodore Rousseau (1812-1867) est un peintre paysagiste français né à Paris et mort significativement à Barbizon. Il se réclamait d’une observation précise de la nature. Rien à voir, de toute évidence, avec la nature puissamment symbolique d’un Puvis de Chavannes, par exemple.

29 « a ambição é fixar por meio de manchas, de lampejos, de fundos de sombras, de abstracções, a emoção risonha ou dolente que a paisagem dá à alma. Os próprios retratos nos aparecem esfumados, envoltos numa cinza esparsa de crepúsculo, como para desprender, tanto quanto possível, o homem da sua carnalidade, e não lhe perpetuar mais que a semelhança do espírito ». N.C., op. cit., p. 189.

30 Sur le mouvement préraphaélite et son influence en France, quelques pistes dans Gérard Peylet, La littérature fin de siècle de 1884 à 1898, Paris : Vuibert, Thémathèque Lettres, 1994. Et aussi Le symbolisme, Genève : Skira, 1982.

31 Correspondência, op. cit., t. 2, p. 322. Gustave Moreau (1826-1898) est en particulier l’auteur de « Salomé », « Œdipe et le Sphinx », « Orphée », « Jason », etc. Burne Jones (1833-1898) est très connu pour ses portraits féminins stylisés. Edmond Aman-Jean (1860-1936) se spécialise dans les scènes décoratives, comme « Les Éléments », à la Sorbonne.

32 « Eis que de repente (a geração nova) se revela, e, por meio de bengaladas enérgicas, manifesta que a sua tendência é espiritualista, simbolista, neocristá e místico-socialista » [...] é desagradável para o positivismo [...] que de repente recebe sobre os ombros a bengala irreverente e rancorosa da mocidade », N. C, op. cit., p. 193

33 Ibid., p. 194.

34 Repris dans Notas Contemporâneas, p. 243-250. On citera d’après cette édition.

35 C’est moi qui souligne.

36 « meus amigos do Bock Ideal, receio que estejais sendo logrados pelo sr. de Vogué », N. C., op. cit., p. 248.

37 Cf. Jaime Cortesão, Eça de Queiroz e a questão social, Lisbonne : Portugália Ed., Obra completa, vol. 19, 1970.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site