Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vents du large

 | 
Jacqueline Penjon
, 
Anne-Marie Quint

1. Libéralisme et littérature au Portugal

La jeune Fille aux Rossignols d’Henri Faure ou Garrett « revisité » par un de ses traducteurs

Michelle Giudicelli

Texte intégral

A mon maître Georges Boisvert, qui jadis me fit connaître et aimer les Viagens na Minha Terra, et dont, plus récemment, les avis éclairés m’ont été très précieux pour les traduire.

  • 1 Centenaire du grand poète portugais J.-B. d’Almeida Garrett (4 février 1899) La jeune Fille aux Ros (...)
  • 2 Parmi les dix souscripteurs, pour la plupart pourvus de titres de noblesse ou de hautes décorations (...)
  • 3 La jeune Fille aux Rossignols, op. cit., p. 42. Selon A. de Faria, Joaquim de Araujo, à qui il dédi (...)
  • 4 Ce dernier a notamment publié deux études bibliographiques sur Garrett, une en 1899, Notas de bibli (...)
  • 5 Outre les deux consuls, connus pour leur action culturelle, figurent Francisco Augusto Martins de C (...)
  • 6 « Au lecteur », in Cœurs héroïques (Frei Luiz de Sousa) drame en trois actes, en vers, par H. Faure (...)
  • 7 Camoens, du vicomte d’Almeïda Garrett, Paris, Quantin, 1880.

1Il a fallu attendre le centenaire de la naissance d’Almeida Garrett pour que ses Viagens na Minha Terra puissent atteindre un public français. Encore celui-ci a-t-il dû être très restreint, car l’édition1, faite par souscription, s’est limitée à « vingt-quatre exemplaires imprimés sur papiers de luxe, réservés aux seuls souscripteurs2 », et cent cinquante « ordinaires », brochés « sur beau papier », dont cent acquis par deux des souscripteurs, Joaquim de Araújo, « consul de S. M. le roi de Portugal à Gênes » présenté plus loin comme « l’un des disciples les plus distingués de Garrett »3, et Antonio de Portugal de Faria, « consul de S. M. le roi de Portugal à Livourne4 ». La qualité des souscripteurs5 ainsi que certains de ses titres indiquent qu’Henri Faure, traducteur et maître d’œuvre de la publication, était lié à l’intelligentsia portugaise du moment. Quelques années plus tôt, à la suite d’un voyage au Portugal où il avait constaté « combien [...] le simple titre de Français peut concilier à nos nationaux affectueuses et honorables sympathies »6, il avait traduit deux autres œuvres de Garrett, Camões7 et Frei Luis de Sousa. A cette date, à en croire la couverture de ce dernier ouvrage, il était déjà « membre correspondant de l’Institut de Coïmbre et de l’Académie royale des Sciences de Lisbonne ». La dédicace – « Aux Amis et aux Admirateurs de Garrett » – ainsi que le poème par lequel il ouvre le livre laissent à penser qu’il était également lié aux représentants du mouvement nationaliste connu sous le nom de néo-garrettisme qui s’est particulièrement manifesté à cette occasion, comme le précise Alvaro Manuel Machado :

  • 8 Alvaro Manuel Machado, Les Romantismes au Portugal, modèles étrangers et orientations nationales, P (...)

En 1898, O Século des 4, 5 et 6 février consacre des pages entières à Garrett et au centenaire de sa naissance. Dans l’éditorial non signé du 4 février on le considère, pas tellement comme le « chef » du romantisme au Portugal, mais bien comme « o chefe da evolução nacionalista »8.

2Le poème d’Henri Faure, intitulé « Hommage à Garrett à l’occasion de son centenaire », comporte deux parties. La première, en alexandrins, établit un parallèle entre l’écrivain romantique et le Camões des Lusiades selon une orientation très claire :

  • 9 La jeune Fille aux Rossignols, op. cit., p. 9.

De Vasco de Gama s’il célébra la gloire,
Du Portugal chéri, toi, tu fouillas l’histoire9.

3En effet, il ne cite de Garrett que les œuvres qui exaltent « les siècles d’autrefois », « du temps où s’écrivait l’histoire par l’épée », et termine par une allusion à ceux qui, en cette fin de siècle, reprennent le flambeau :

  • 10 Ibid., p. 10.

Sois fier des nobles fils qu’enfanta ton génie,
Essaim brillant, qui joint, sur tes traces pressé,
Par une chaîne d’or, l’avenir au passé10.

  • 11 Ibid., p. 13-14.
  • 12 Ibid., p. 15.

4La deuxième partie du poème, en octosyllabes, est un vibrant plaidoyer pour que les restes de l’écrivain soient transférés à Belém, où se trouvent déjà ceux de Jean de Dieu et d’Herculano, et que la ville de Porto lui élève une statue. Suit une introduction d’une trentaine de pages, dans laquelle Henri Faure, qui regrette que Viagens na Minha Terra « n’ait pas encore été traduit, et que le portugais ne figure pas, dans nos programmes, au nombre des langues étrangères enseignées dans nos écoles », présente l’auteur, « le vicomte d’Almeida Garrett », comme « le Victor Hugo du Portugal [...] un homme du monde aimable, un savant, un philosophe, un poète et un artiste », et l’ouvrage « comme un de ces livres qui semblent de mince importance par le sujet traité, mais auquel le style riche et original, la bonne humeur, l’esprit pétillant, l’observation profonde et la douce philosophie du narrateur donnent tant de prix »11. Puis, après avoir précisé qu’il ne suivra « point Garrett pas à pas dans ce voyage humoristique » et qu’il se bornera à quelques citations, il présente à grands traits l’« épisode » auquel il dit avoir donné le titre de La Jeune Fille aux Rossignols et définit en deux points « le principal mérite du Voyage dans mon Pays [ :] la verve intarissable du narrateur, la richesse et la variété du style, et, par-dessus tout, un amour ardent et sincère pour sa patrie »12. L’accent étant donc mis sur le patriotisme, il entreprend de résumer le livre en privilégiant quelques extraits qu’il traduit au passage.

  • 13 Ibid., p. 36.
  • 14 Ce double vœu fut exaucé, comme cela apparaît dans la préface de A. de Faria à la traduction de M. (...)

5Sans qu’il en fasse état, son résumé ne suit pas le plan de Garrett, auquel il en substitue un autre. Dans un premier temps, il évoque le voyage de Lisbonne à Santarém dont il ne retient que la beauté des paysages, dans l’une et l’autre ville, et le patriotisme de l’écrivain s’indignant contre la mutilation des monuments du passé : ce dernier point donne lieu à la traduction, en continu sur cinq pages et sans respecter la division en paragraphes du texte original, de plusieurs extraits des chapitres XXIX, XLI et XLII. Puis, revenant au chapitre XXX, il s’arrête sur l’intérêt porté par Garrett aux traditions populaires, et traduit la version en prose de la légende de Santa Iria. Cela fait, il passe aux « pensées profondes sous une forme enjouée ». Il n’en retient que trois ; la critique de l’Angleterre, celle de la décadence des temps présents liée à la suppression des couvents et à la suprématie des barons de la finance, par laquelle Garrett prédit, selon Faure, « les maux que les questions d’argent devaient causer au Portugal »13, enfin les considérations aimables sur la France et les Françaises, illustrées par la traduction d’une partie du chapitre IX qui traite de Bonaparte et de la duchesse d’Abrantes. Ce qui amène le préfacier à déplorer que « la politesse, longtemps proverbiale, du peuple français, [ait] subi quelques atteintes regrettables, par suite de nos façons et de notre langage fin de siècle’ ». Il termine sa présentation par une brève biographie de l’écrivain qui se clôt, comme son poème, par le souhait des amis de Garrett de voir sa statue sur une place de Porto et ses restes mortels à Belém14.

  • 15 [...] eis aqui a história da menina dos rouxinóis como ela se contou. Almeida Garrett, Viagens na M (...)

6On aura remarqué que le résumé contient un certain nombre de lacunes, qui limitent la portée de l’ouvrage, dont le sujet, nous l’avons vu, est considéré comme semblant « de mince importance ». Le titre de l’ouvrage de Garrett a perdu son pluriel ; cela s’explique par le fait que Faure lui enlève une bonne partie de son contenu, d’abord en ne retenant du voyage lui-même que son aspect touristique et passéiste limité à deux villes, d’autre part en lui retirant, non seulement les réflexions de l’écrivain sur la littérature, l’histoire politique et économique de son pays, mais aussi et surtout les circonstances du voyage, son caractère politique, la visite de Garrett à Passos Manuel et à d’autres opposants ainsi que les diatribes contre le régime de Costa Cabrai, enfin en ne faisant pas le lien entre les considérations sur la guerre civile qui précèdent l’arrivée au val de Santarém et l’introduction de la nouvelle interpolée. Cette dernière est d’ailleurs présentée comme un « épisode » du voyage lui-même, et le résumé que Faure en donne, même s’il peut surprendre dans la mesure où il ne correspond pas au titre qu’il lui a choisi, La jeune Fille aux Rossignols, dicté il est vrai par Garrett lui-même15, confirme l’esprit conservateur du préfacier :

  • 16 La jeune Fille aux Rossignols, op. cit., p. 16.

[...] Il s’agit, dit-il, [...] d’un grand seigneur, à qui l’amour a fait commettre une faute grave, qu’il croit expier en prenant l’habit de franciscain, mais dont il est cruellement puni par le malheur des siens et par son propre malheur.16

  • 17 Cf., à titre d’exemple, Antonio José Saraiva, História da literatura Portuguesa, Lisboa, Livraria B (...)

7Voilà qui contredit l’opinion de tous les exégètes de Garrett17, pour qui le héros de la nouvelle est Carlos, le double de l’auteur, l’incarnation du Portugal moderne. Henri Faure est, lui, fasciné par celui qui incarne le Portugal ancien par sa double appartenance sociale en tant que « grand seigneur » et franciscain ; il perd de vue le symbolisme politique à l’œuvre dans la caractérisation des deux personnages et le heurt des générations, et semble ne retenir que le côté anecdotique et dramatique de l’histoire.

  • 18 Almeida Garrett (un grand romantique portugais), traduction et notice de Georges Le Gentil, chargé (...)

8Il nous a paru intéressant de comparer cette version de Faure à celle entreprise, vingt-sept ans après lui, par Georges Le Gentil. Ce dernier a en effet, de son côté, traduit la partie romanesque de Viagens na Minha Terra ; il lui a donné comme titre Voyages dans ma patrie et, comme sous-titre, Joaninha.18 La façon dont les deux traducteurs présentent l’extrait traduit, la façon dont ils envisagent leur travail de traduction et le découpage auxquels ils se livrent est significatif de leur orientation respective. Pour Henri Faure, nous l’avons vu, l’histoire contée est l’épisode d’un simple voyage, auquel elle s’intègre. Pour être en accord avec lui-même, il ne craint pas, sans en prévenir le lecteur, de modifier le texte de Garrett ; ainsi, tout en traduisant partiellement le chapitre X qui décrit le val de Santarém et la fenêtre qui attire le narrateur, il ajoute ce paragraphe de sa main :

  • 19 La jeune Fille aux Rossignols, op. cit., p 46-47.

Pendant un voyage que je fis, il y a bien longtemps, de Lisbonne à Santarem, je m’étais arrêté, une première fois, dans cette vallée, dont j’avais souvent entendu vanter la beauté et le pittoresque un peu sauvage. J’y revins, après un intervalle de plusieurs années, et j’y fus témoin d’une douloureuse catastrophe. Mais n’anticipons pas.19

9Plus loin, alors que Garrett fait conter l’histoire de Joaninha par un de ses compagnons, après s’être imaginé voir l’ombre d’une femme derrière une fenêtre qui avait attiré son attention, Faure fait paraître cette dernière à ses yeux :

  • 20 Ibid., p. 48.

Eh bien ! ce que je souhaitais arriva : une jeune femme apparut à ce balcon, saluée par les rossignols d’une fusée de notes, et je fus ébloui par l’éclat de ses yeux20.

10Le narrateur qui, chez Henri Faure, voyage seul, semble donc partie prenante d’une histoire dans laquelle il ne figurera d’ailleurs pas sauf, comme chez Garrett, dans le dialogue final avec le frère Dinis, et pas plus par la suite que dans la préface on ne voit de lien entre l’« épisode » en question et le voyage proprement dit. Ce dernier se terminant, selon sa version, à Santarém, il supprime le retour du narrateur à Lisbonne et transforme, à la fin du livre, les circonstances de son second passage sur les lieux du drame :

  • 21 Ibid., p. 180.

Étant venu, quelque temps après, à Ponte-d’Asseca, où m’appelaient des devoirs d’amitié, je fus tourmenté du désir de connaître la suite de cette tragique histoire. Un vendredi, le jour fatal de cette famille dont les malheurs m’avaient si fort intéressé, je me dirigeai vers la petite maison de la vallée de Santarem. Malgré moi, je me sentis ému en découvrant de loin la fenêtre antique, encadrée de lauriers fleuris. C’était un pressentiment ; il ne tarda pas à être justifié21.

11Cela fait, il enchaîne sur la traduction du passage où le narrateur rencontre le père Dinis et la vieille dona Francisca devenue folle, et termine le livre par une nouvelle in [ter] vention :

  • 22 Ibid., p. 215.

Lorsque, l’année suivante, je revins dans la vallée de Santarem, je vis la maison fermée, et deux pierres tombales placées à côté de celle de Jeanne m’apprirent que la vieille grand’mère et le père Denis avaient cessé de souffrir ; Dieu, dans sa miséricorde, les avait réunis à la jeune fille aux rossignols22.

12Des interventions de cette sorte et d’autres sont par ailleurs fort nombreuses, et nous y reviendrons. Contentons-nous pour l’instant de constater que le traducteur n’en prévient pas son lecteur.

13Tout autre est l’attitude de Le Gentil qui, d’entrée de jeu, rédige une note préalable dans laquelle, après avoir replacé l’extrait traduit dans son contexte, il indique la façon dont il est intervenu sur le texte :

  • 23 Dans sa préface il lui attribue le succès durable de l’ouvrage, ce qui justifie le choix de l’extra (...)
  • 24 Ibid., p. 122.

Nous avons extrait de cet ouvrage [...] la nouvelle touchante de « la jeune fille aux rossignols »23 [...] Nous prenons la liberté non seulement d’y pratiquer de larges coupures, mais de changer le titre des chapitres que nous rattachons, quand l’intelligence de la narration ainsi tronquée l’exige, par de brèves analyses.24

14Le lecteur sait ainsi à quoi s’en tenir et trouve par ailleurs, à la fin de chaque chapitre, le numéro du chapitre correspondant de l’œuvre originale. Quant au titre donné à chacun, il résume en quelques mots le contenu de ce qu’il annonce, comme le fait Garrett, mais de façon plus concise, limitée bien entendu aux seuls éléments retenus, c’est-à-dire ceux concernant la nouvelle. L’intervention, à la fois éclairante et fidèle à l’esprit du texte original, est donc très limitée. Faure, de son côté, se contente de numéroter ses chapitres, sauf le premier, qui tient lieu de prologue.

  • 25 Le chapitre XVI de l’original est ainsi coupé en deux et devient chez lui les chapitres V et VI, en (...)
  • 26 Cela correspond aux chapitres XV à XVII, XXXIII, XLIII à XLVII, ainsi qu’à la fin du chapitre XIV e (...)
  • 27 Tout en dressant un portrait dans lequel il tente de faire la part des choses, il précise : « Hercu (...)
  • 28 Cela est accentué par le fait que, chaque fois qu’il le peut, il commence les chapitres directement (...)

15Les deux traducteurs divergent également dans le choix des éléments retenus. La version de Faure, qui occupe tout un livre, compte cent soixante-neuf pages distribuées en vingt-deux chapitres qui ne correspondent pas toujours à ceux de Garrett25. Celle de Le Gentil, associée à la traduction d’autres textes dans une édition très modeste, compte soixante-douze pages serrées et dix-huit chapitres. Les parties manquantes sont, d’une part, celles consacrées au moine et au départ de Carlos, d’autre part aux amours anglaises de ce dernier26. Ces restrictions, qui peuvent répondre à des impératifs éditoriaux, correspondent aussi, peut-être, à un choix plus personnel car, dans sa préface, Le Gentil semble ne pas goûter le dandysme et la frivolité de Garrett27, qui se retrouve ici dans son double littéraire. Quoi qu’il en soit, ce qu’il a choisi de montrer correspond au sous-titre qu’il propose, « Joaninha », car il centre toute l’histoire sur les rapports des deux cousins dans le val de Santarém en ne retenant du moine que ce qui est nécessaire pour la compréhension de l’histoire, et cette version resserrée, qui lui donne plus d’unité, en renforce le côté dramatique28.

16La traduction de Faure pourrait sembler plus conforme au texte original dans la mesure où elle reprend tous les éléments de la fiction. Mais elle ne l’est qu’à ce titre. En effet, si nous comparons les deux traductions au texte original, nous nous apercevons que, lorsqu’il traduit un chapitre ou le bout de chapitre ayant trait à la nouvelle, le Gentil le traduit intégralement. Il n’en va pas de même pour Faure, qui supprime systématiquement tous les commentaires de Garrett, sautant ainsi soit quelques lignes soit plusieurs paragraphes, sauf dans les cinq chapitres consacrés au moine, où il traduit très scrupuleusement toute la philosophie de Frei Dinis et les considérations de l’auteur sur le martyre des franciscains, quoique dans le désordre et en les assortissant à l’occasion de commentaires de son cru, ou en renchérissant sur le texte, comme dans le passage suivant.

  • 29 Viagens na Minba Terra, op. cit., p. 117.
  • 30 La jeune Fille aux Rossignols, op. cit., p. 79. C’est nous qui soulignons.

17Là où le texte dit : « [...] a mesma Igreja não sabe que tem mártires/ – « Pois tem-nos » dizia Frei Dinis « e precisa mais deles para se regenerar, do que já precisou para fundar-se »29, il traduit par « L’Eglise semble ignorer qu’elle renferme de vrais héros dans son sein. Et pourtant, disait le père Denis, elle aurait plus besoin de héros et de martyrs pour se régénérer, qu’il ne lui en fallut autrefois pour se fonder »30.

18En revanche il supprime les passages où Garrett reproche aux moines de s’être alliés à l’absolutisme et où il met en doute l’orthodoxie des idées de Frei Dinis en matière de religion ainsi que son incapacité à comprendre les doctrines constitutionnelles. Tout en modifiant, par omission, la pensée de Garrett, il confère ainsi au personnage plus de grandeur, lui donne une stature de héros.

  • 31 Ibid., p. 77, 80, 81.
  • 32 « Joaninha foi dentro de casa, trouxe uma banquinha redonda, cobriu-a com uma toalha alvíssima. » A (...)
  • 33 « Tinham fartura de pâo, azeite e vinho das suas lavras ; corria-lhe com elas um criado velho de co (...)

19Par ailleurs, le goût du traducteur pour la grandeur et pour les titres, qui apparaît dans la présentation des souscripteurs et dans la sienne ainsi que dans la façon dont il se réfère dans sa préface à l’écrivain qu’il traduit, « le vicomte d’Almeida Garrett », se retrouve également dans le traitement des personnages. Ainsi celui qui, dans Viagens na Minha Terra, n’est que Dinis de Ataíde, devient-il sous la plume de Faure « le comte Denis d’Atahide (sic) »31, et, une fois entré en religion, « père » et non « frère » comme dans le texte original. De son côté, Joaninha se voit pourvue d’une « vieille servante, qui avait été sa nourrice », que le « traducteur » baptise même d’un nom fort peu portugais, Ned32, et qu’il substitue au vieux valet de ferme qui apparaît plus loin dans le texte portugais mais disparaît du texte français en même temps que l’allusion aux champs que possèdent dona Francisca et Joaninha et à leur train de vie33.

  • 34 Cœurs héroïques, op. cit., p. 9-10. A vrai dire, la couverture du volume ne mentionne pas le nom de (...)

20Faure avait déjà agi de la sorte lorsque, dix ans auparavant, il avait traduit Frei Luís de Sousa, mais au moins avait-il précisé dans sa préface qu’il avait transformé un dominicain en Chevalier de Malte et un simple prieur en archevêque de Lisbonne « pour donner plus de solennité à la prise de l’habit ». Il est vrai qu’il avait dû se sentir obligé de justifier pourquoi, « malgré [son] respect pour l’œuvre originale, il [lui avait] paru indispensable d’y introduire quelques modifications » : ces dernières consistaient, non seulement à donner plus de noblesse à des personnages secondaires, mais aussi à traduire la prose de Garrett en vers, sous prétexte que « en français le vers convient mieux que la prose aux sujets héroïques », et à faire mourir le pèlerin au lieu de Maria au motif que « le malheur immérité de cette intéressante victime et sa fin prématurée produisent une trop pénible impression » et que « cette mort de D. Juan (sic), après les maux qu’il a soufferts, ne choque en rien la vraisemblance »34.

  • 35 Viagens na Minha Terra, op. cit., p. 104. La jeune Fille aux Rossignols, op. cit., p 66. (C’est le (...)
  • 36 Viagens na Minha Terra, op. cit., p. 108. La jeune Fille aux Rossignols, op. cit., p. 70.

21En comparaison, les transformations qu’il fait subir à la nouvelle interpolée dans les Viagens na Minha Terra peuvent sembler très légères ; sans doute est-ce pour cela qu’il n’a pas jugé bon de s’en expliquer. Elles consistent, comme nous l’avons vu, aussi bien en suppressions et en ajouts qu’en plus ou moins légères transformations du texte. Certaines de ces transformations prennent l’allure de véritables contresens. Cela étant relativement rare, nous nous contenterons d’un exemple, où « [...] os fracos dão sacrilegamente esse nome [misericórdia] à sua relaxação » devient, dans la traduction de Faure, « C’est le seul nom de sacrilège que mérite le relâchement de ceux dont la foi est sans force »35. D’autres fois, elles changent le ton et le style du texte. « Blasfémia, blasfémia ! » dans la bouche du moine, est simplement traduit par « Il suffit ! », alors que, à la même page, « as cruéis palavras deste homem sem piedade, sem amor » est rendu par « la cruelle malédiction lancée par cet homme sans pitié, sans entrailles ! »36

  • 37 Viagens na Minha Terra, op. cit., p. 104. La jeune Fille aux Rossignols, op. cit., p. 66. C’est nou (...)

22En ce qui concerne les ajouts, très nombreux, ils sont de plusieurs types. Nous en avons déjà vu quelques exemples. Il en est d’autres, dus peut-être au souci d’éclairer le lecteur en précisant des allusions à des faits historiques et en « traduisant » la pensée de celui qui s’exprime : quand frère Dinis parle de « esses desgraçados que vieram das ilhas », le traducteur se croit obligé de préciser « les rebelles qui sont venus des îles pour renverser le gouvernement de dom Miguel »37. Il croit aussi bien faire en rendant le texte plus explicite. C’est notamment le cas lorsque Joaninha prend congé de Carlos après s’être fait connaître des sentinelles miguelistes :

[...] o riso contente dos soldados que reconheciam a benquista e bemvinda voz de Joaninha... da « menina dos rouxinóis »/– « Vês, Carlos ?... Adeus ! até amanhã », disse ela baixo.

23dit le texte portugais, ce qui devient dans la traduction, qui supprime par ailleurs ce qui a dû être jugé superflu :

  • 38 Viagens na Minha Terra, op. cit., p. 156. La jeune Fille aux Rossignols, op. cit., p. 123. C’est no (...)

[...] le rire franc et joyeux des soldats qui avaient reconnu La jeune fille aux rossignols./« Tu le vois, Carlos, aucun danger n’existe pour moi. Adieu... et à demain ! ajouta-t-elle plus bas38.

24D’autres fois, il s’agit de simples fioritures, à mettre au compte du style du traducteur et, sans doute, de son goût pour les mondanités. Ainsi, par exemple, en rajoute-t-il sur les considérations de Garrett sur la gent féminine. Lorsque ce dernier parle de

certas boquinhas gravezinhas e esprimidinhas pela doutorice que são a mais aborrecidinha coisa e a mais pequinha que Deus permite fazer às suas criaturas fêmeas.

25cela devient chez son traducteur :

  • 39 Viagens na Minha Terra, op. cit., p. 86. La jeune Fille aux Rossignols, op. cit., p 55-56. C’est no (...)

Les bouches mignonnes, qui affectent la sévérité et la prétention, ne sont-elles pas ce qu’il y a de plus antipathique et de plus mesquin chez les créatures féminines, sorties si charmantes de la main de Dieu ?39

  • 40 La jeune Fille aux Rossignols, op. cit., p. 116.

26De même, il complète le portrait de Carlos en lui attribuant des qualités que l’auteur n’avait pas songé à lui donner : « Enfin, l’expression générale de la physionomie laissait deviner une âme fière, et l’aisance des manières, un homme du monde. »40

27Mais ces ajouts deviennent plus gênants lorsque, comme c’est souvent le cas, ils commentent certains éléments du texte, quitte à l’alourdir et à lui enlever le suspens ménagé par Garrett. Ainsi, lorsqu’il est fait allusion à la mère de Carlos, que Faure se croit autorisé à doter d’un prénom qui n’avait pas semblé utile à l’auteur, il dévoile les raisons qui attirent Dinis de Ataíde dans la maison du val :

  • 41 Ibid., p. 80. C’est nous qui soulignons.

Tant que vécurent le fils et la fille de dona Francisca, le comte d’Atahide fut l’hôte assidu de sa maison, où lattiraient, charme invincible. les beaux veux dEngracia.41

28Or, le texte portugais dit simplement :

  • 42 Viagens na Minha Terra, op. cit., p. 118.

Em tempos mais antigos e em vida dos dois filhos de D. Francisca, Frei Dinis, então Dinis de Ataíde e corregedor da comarca, frequentara bastante aquela casa.42

  • 43 Ibid., p. 134. Le Gentil traduit ce passage de la façon suivante : - On s’y perd dans la parenté de (...)
  • 44 Viagens na Minha Terra, op. cit., p. 118.
  • 45 La jeune Fille aux Rossignols, op. cit., p. 102. C’est nous qui soulignons.
  • 46 Viagens na Minha Terra, op. cit., p. 168-169. cela est traduit ainsi par le Gentil : « Il pesait [. (...)

29On remarquera au passage que le traducteur ne se fait pas scrupule de traduire tous les termes du texte, ce qu’il compense ici par un commentaire superflu, alors qu’il supprime, dans un autre passage, un bout de dialogue sur la famille de Joaninha dans lequel l’auteur donne un indice intéressant et infiniment plus subtil : – « É uma tal parentela enrevesada a dessa gente da casa do vale !... dizem coisas por aí, que se eu as entendo !... [...] »43 II en va de même dans tous les passages où il est fait allusion au mystère qui plane sur la famille. Chaque fois, l’effet savamment ménagé par Garrett disparaît, soit que le traducteur en dise trop, soit qu’il n’en dise pas assez. Ainsi, dans un dialogue entre le frère Dinis et dona Francisca, lorsque cette dernière dit de son petit-fils « não sabe ele senão meia verdade »44, le « traducteur » précise « il ne connaît que la moitié de ce terrible secret, quil a deviné, jignore comment »45. Faure dévoile d’ailleurs ce secret bien avant l’auteur. Alors que celui-ci se contente de dire, tenant son lecteur en haleine : « sobre Fr. Dinis pesava uma acusação tremenda, que o fizera, a ele Carlos, abandonar a casa de seus pais ! Acusação horrível [...] »46, Faure brode :

  • 47 La jeune Fille aux Rossignols, op. cit., p. 133.

[...] autour de celui qui était devenu l’humble gardien d’un pauvre monastère, après avoir été, dans le monde, un brillant cavalier, flottait un secret terrible. Il ne le connaissait pas tout entier, ce fatal secret, mais le peu qu’il en avait appris l’avait poussé à fuir le toit de ses aïeux, le jour où le vieux Joaquim, pêcheur du Tage, témoin involontaire d’un drame sanglant, lui avait fait le récit fidèle (il le croyait du moins) de la mort tragique de son père et de son oncle, qui n’avaient point péri, comme on le disait, dans les flots du fleuve débordé, mais qui étaient tombés sous les coups d’un meurtrier, ressemblant trait pour trait au futur franciscain.47

  • 48 Viagens na Minha Terra, op. cit., p. 168-169. Le Gentil, lui, traduit ainsi : « [...] rétracte les (...)
  • 49 La jeune Fille aux Rossignols, op. cit., p. 169.

30En revanche, lorsque le moine avoue presque à Carlos qu’il est son père (« Revoca as palavras terríveis, e em nome de Deus, filho, perdoa a teu... »48), la traduction supprime ce début de confession : « [...] veux-tu [...] retirer le terrible anathème que tu as prononcé ? Au nom de Dieu, mon fils, pardonne-moi ! »49

31On aura remarqué la tendance du traducteur à corriger le style de Garrett. De même que, plus haut, les créatures féminines ne pouvaient qu’être « sorties si charmantes de la main de Dieu », les martyrs des « héros », les paroles cruelles de « cruelles malédictions », les paroles terribles deviennent ici un « terrible anathème ». La simplicité classique de l’expression de Garrett en est affectée. Le traducteur ne se contente pas de modifier le texte à chaque page en le retaillant, en l’amputant, en le surchargeant de considérations inutiles allant dans le sens de ses idées conservatrices, de ses goûts mondains ou de ses préférences dans la façon de mener une intrigue, il le réécrit à sa façon, qu’il doit juger plus élégante. Nous avons donc ici un exemple extrême de ces « belles infidèles » qui, de l’avis de Françoise du Sorbier, semblent avoir été contaminées par les propos de l’abbé Prévost « décrivant sa politique de traduction dans sa préface à Clarisse Harlowe de Richardson » :

  • 50 In Septièmes assises de la traduction littéraire (1990), Arles, ATLAS-Actes Sud, 1991, p. 73.

Par le droit suprême de tout écrivain qui cherche à plaire dans sa langue maternelle, j’ai changé, ou supprimé, tout ce que je n’ai pas jugé conforme à cette vue. Ma crainte n’est pas qu’on m’accuse d’un excès de rigueur. Depuis vingt ans que la littérature anglaise est connue à Paris, on sait que pour s’y faire naturaliser, elle a souvent besoin de ces petites réparations.50

32On n’accusera certes pas Henri Faure d’un excès de rigueur, et on pourra lui préférer Le Gentil qui, sans petites ni grandes « réparations », n’a pas jugé utile de « naturaliser » l’ouvrage de Garrett et a su respecter l’esprit du texte tout en se tenant aussi près de la lettre que la correction et la clarté de la langue française le lui permettait.

Notes

1 Centenaire du grand poète portugais J.-B. d’Almeida Garrett (4 février 1899) La jeune Fille aux Rossignols, Roman extrait du Voyage dans mon Pays, de Garrett avec une introduction sur ce Voyage, par Henri Faure, Docteur ès-lettres, Lauréat de l’Institut de France, Officier de l’Instruction publique, Membre correspondant de l’Institut de Coïmbre, de l’Académie royale des Sciences de Lisbonne, etc., Moulins, Crépin-Leblond, imprimeur-éditeur, Avenue de la Gare, 1899, 215 p.

2 Parmi les dix souscripteurs, pour la plupart pourvus de titres de noblesse ou de hautes décorations, figure un seul Français, l’imprimeur-éditeur.

3 La jeune Fille aux Rossignols, op. cit., p. 42. Selon A. de Faria, Joaquim de Araujo, à qui il dédie la traduction française de Frei Luís de Sousa par Maxime Formont dans la préface qui en précède le texte, aurait été le « promoteurr de la célébration nationale du premier Centenaire de la naissance de Garrett, et « le vaillant et désintéressé promoteur de la renaissance garrettienne ». Frère Luiz de Sousa, drame d’Almeida Garrett, traduction française de Maxime Formont, notes, documents et bibliographie par A. de Faria, Livourne, R. Guist, 1904, p. V et X.

4 Ce dernier a notamment publié deux études bibliographiques sur Garrett, une en 1899, Notas de bibliografia, consagradas ao Centenário do eminente portuguez, une en 1903, A trasladação de Garrett. Ibid., p. VII.

5 Outre les deux consuls, connus pour leur action culturelle, figurent Francisco Augusto Martins de Carvalho, propriétaire du journal « O Conimbricense », ainsi que les écrivains Paulino de Oliveira et Ana de Castro Osório, dont Faure devait traduire, en 1905, Lili s est corrigée.

6 « Au lecteur », in Cœurs héroïques (Frei Luiz de Sousa) drame en trois actes, en vers, par H. Faure, Moulins, Crépin-Leblond, collection « Les belles œuvres de la littérature portugaise », 1889, p. 7. Dans un autre ouvrage, intitulé Histoire d’une Faculté, publié à Moulins en 1876, il avait fait mention de ce voyage, notamment de Coimbra et des « plages portugaises : un mois à Sao Pedro de Muel ».

7 Camoens, du vicomte d’Almeïda Garrett, Paris, Quantin, 1880.

8 Alvaro Manuel Machado, Les Romantismes au Portugal, modèles étrangers et orientations nationales, Paris, Fondation Calouste Gulbenkian, Centre Culturel Portugais, 1986, p. 563.

9 La jeune Fille aux Rossignols, op. cit., p. 9.

10 Ibid., p. 10.

11 Ibid., p. 13-14.

12 Ibid., p. 15.

13 Ibid., p. 36.

14 Ce double vœu fut exaucé, comme cela apparaît dans la préface de A. de Faria à la traduction de M. Formont. Op. cit, p. VI.

15 [...] eis aqui a história da menina dos rouxinóis como ela se contou. Almeida Garrett, Viagens na Minha Terra, Portugalia Editora, 1963, p. 74.

16 La jeune Fille aux Rossignols, op. cit., p. 16.

17 Cf., à titre d’exemple, Antonio José Saraiva, História da literatura Portuguesa, Lisboa, Livraria Bertrand, 1949 ; Jacinto do Prado Coelho, « Garrett, Rousseau e o Carlos das « Viagens », in A Letra e 0 Leitor, Porto, Lello e Irmão, 1996 (3° ed.).

18 Almeida Garrett (un grand romantique portugais), traduction et notice de Georges Le Gentil, chargé de cours à l’Université de Paris, Paris, La renaissance du livre, 1926. L’ouvrage comprend une longue introduction de quarante-trois pages, dans laquelle l’auteur fait une présentation fouillée de la vie et de l’œuvre de Garrett, après quoi il offre une traduction de Frei Luis de Sousa, de la « longue et charmante nouvelle, éternellement jeune et fraîche » insérée dans Viagens na Minha Terra, ainsi que de quelques poèmes de Flores sem Fruto et de Folhas Caídas.

19 La jeune Fille aux Rossignols, op. cit., p 46-47.

20 Ibid., p. 48.

21 Ibid., p. 180.

22 Ibid., p. 215.

23 Dans sa préface il lui attribue le succès durable de l’ouvrage, ce qui justifie le choix de l’extrait traduit : « [...] si le grand public n’a pas cessé de relire les Voyages dans ma patrie, c’est parce qu’une longue et charmante nouvelle, éternellement jeune et fraîche, s’y intercale entre les digressions artistiques, politiques et littéraires. » Almeida Garrett (un grand romantique portugais), op. cit., p. 39.

24 Ibid., p. 122.

25 Le chapitre XVI de l’original est ainsi coupé en deux et devient chez lui les chapitres V et VI, en revanche il regroupe en un seul (XXI) les chapitres XLIV à XLVIII.

26 Cela correspond aux chapitres XV à XVII, XXXIII, XLIII à XLVII, ainsi qu’à la fin du chapitre XIV et au début du chapitre XLVIII de Viagens na Minha Terra.

27 Tout en dressant un portrait dans lequel il tente de faire la part des choses, il précise : « Herculano, que la frivolité choquait, a pu lui reprocher un souci exagéré des apparences. [...] La faiblesse qu’on lui a le plus reprochée est son attitude, conservée jusqu’au seuil de la vieillesse, de séducteur incorrigible. » Almeida Garrett (un grand romantique portugais), op. cit., p. 16. Henri Faure, lui, non seulement ne supprime rien des successives amours de Carlos, mais il les superpose de curieuse façon dans un des nombreux commentaires dont il agrémente le texte : « Ce qu’il redoutait, écrit-il, c’était l’arrivée soudaine de l’une des femmes dont il avait emporté le cœur, peut-être Georgina, peut-être sa sœur, ou quelque autre. » La jeune Fille aux Rossignols, op. cit., p 147.

28 Cela est accentué par le fait que, chaque fois qu’il le peut, il commence les chapitres directement par un dialogue. Cf. Almeida Garrett (un grand romantique portugais), op. cit., p. 126, 133, 138, 167, 171.

29 Viagens na Minba Terra, op. cit., p. 117.

30 La jeune Fille aux Rossignols, op. cit., p. 79. C’est nous qui soulignons.

31 Ibid., p. 77, 80, 81.

32 « Joaninha foi dentro de casa, trouxe uma banquinha redonda, cobriu-a com uma toalha alvíssima. » Almeida Garrett, Viagens na Minha Terra, op. cit. p. 84. « Jeanne alla prendre dans la maison un guéridon qu’elle couvrit d’une serviette bien blanche ; aidée de Ned, la vieille servante qui avait été sa nourrice [...]. » La jeune Fille aux Rossignols, op. cit., p. 54. Notons aussi que, dans la phrase citée plus haut, la simple banquinha est également devenue, dans la version de Faure, un meuble plus élégant. Ailleurs, le traducteur invente un autre personnage, « le vieux pêcheur Joaquim », ibid., p. 133.

33 « Tinham fartura de pâo, azeite e vinho das suas lavras ; corria-lhe com elas um criado velho de confiança ; trajavam e tratavam-se como gente meâ, mas independente. » Viagens na Minha Terra, op. cit. p. 118.

34 Cœurs héroïques, op. cit., p. 9-10. A vrai dire, la couverture du volume ne mentionne pas le nom de Garrett, et A. de Faria en parle comme d’une « imitation » (in Frère Luiz de Sousa, op. cit., p. VIII. L’œuvre est pourtant publiée dans la collection « Les belles œuvres de la littérature portugaise ».

35 Viagens na Minha Terra, op. cit., p. 104. La jeune Fille aux Rossignols, op. cit., p 66. (C’est le traducteur qui souligne). Le Gentil, de son côté, traduit très fidèlement : Les faibles baptisent de ce nom, par un sacrilège, leur relâchement. Almeida Garrett (un grand romantique portugais), op. cit., p. 134.

36 Viagens na Minha Terra, op. cit., p. 108. La jeune Fille aux Rossignols, op. cit., p. 70.

37 Viagens na Minha Terra, op. cit., p. 104. La jeune Fille aux Rossignols, op. cit., p. 66. C’est nous qui soulignons.

38 Viagens na Minha Terra, op. cit., p. 156. La jeune Fille aux Rossignols, op. cit., p. 123. C’est nous qui soulignons. La traduction de Le Gentil suit parfaitement le texte : « [...] le rire satisfait des soldats reconnaissant la voix aimée et toujours bienvenue de Joaninha... de la jeune fille aux rossignols./– Tu vois, Carlos ? Au revoir, et à demain, dit-elle tout bas. » Almeida Garrett (un grand romantique portugais), op. cit., p. 152.

39 Viagens na Minha Terra, op. cit., p. 86. La jeune Fille aux Rossignols, op. cit., p 55-56. C’est nous qui soulignons. La traduction de Le Gentil est : « Je connais certaines petites bouches tellement sérieuses et pincées avec leurs faux airs de docteur qu’elles sont la chose la plus détestable du monde et le plus vilain tour que Dieu puisse jouer, quand c’est une femme, à l’une de ses créatures. » Almeida Garrett (un grand romantique portugais), op. cit., p. 129.

40 La jeune Fille aux Rossignols, op. cit., p. 116.

41 Ibid., p. 80. C’est nous qui soulignons.

42 Viagens na Minha Terra, op. cit., p. 118.

43 Ibid., p. 134. Le Gentil traduit ce passage de la façon suivante : - On s’y perd dans la parenté des gens qui habitent la maison du Val... Il court des bruits... C’est à n’y rien comprendre !... Almeida Garrett (un grand romantique portugais), op. cit., p. 154.

44 Viagens na Minha Terra, op. cit., p. 118.

45 La jeune Fille aux Rossignols, op. cit., p. 102. C’est nous qui soulignons.

46 Viagens na Minha Terra, op. cit., p. 168-169. cela est traduit ainsi par le Gentil : « Il pesait [...] sur Frère Dinis une accusation horrible qui l’avait obligé, lui Carlos, à quitter la maison de ses pères. Accusation épouvantable [...] ». Almeida Garrett (un grand romantique portugais), op. cit., p. 162.

47 La jeune Fille aux Rossignols, op. cit., p. 133.

48 Viagens na Minha Terra, op. cit., p. 168-169. Le Gentil, lui, traduit ainsi : « [...] rétracte les paroles terribles que tu as prononcées. Au nom de Dieu, mon fils, pardonne à ton... ». Almeida Garrett (un grand romantique portugais), op. cit., p. 182.

49 La jeune Fille aux Rossignols, op. cit., p. 169.

50 In Septièmes assises de la traduction littéraire (1990), Arles, ATLAS-Actes Sud, 1991, p. 73.

Auteur

Université Paris-Sorbonne Paris IV

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site