Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vents du large

 | 
Jacqueline Penjon
, 
Anne-Marie Quint

1. Libéralisme et littérature au Portugal

Viagens na Minha Terra d’Almeida Garrett : une illustration du libéralisme en littérature

Marie-Christine Pais-Simon

Texte intégral

1En 1843, Almeida Garrett, invité par son ami Passos Manuel, député et ministre libéral, entreprend un voyage à Santarém qui sera le point de départ de son livre Viagens na Minha Terra dont le texte intégral sera publié en 1846.

2Le Portugal, qui a commencé sa révolution libérale en 1820 à Porto, a connu depuis lors des guerres civiles entre absolutistes et adeptes du nouveau régime ; par la suite, au sein même du libéralisme, des divergences d’opinion ont encore opposé et divisé les artisans de la nouvelle politique.

  • 1 Toutes les références à l’œuvre renvoient à l’édition suivante : Viagens na Minha Terra, Porto : Po (...)

3C’est de tout cela qu’Almeida Garrett, qui a combattu dans les rangs de l’armée libérale et qui a connu l’exil à la suite d’offensives absolutistes, nous parle dans Viagens na Minha Terra, œuvre qu’il présente comme symbolique : « Primeiro que tudo, a minha obra é um símbolo... » (p. 12)1.

4Dans cette œuvre, le voyage de Lisbonne à Santarém, par bateau, sur le Tage, permet à l’auteur d’évoquer de nombreux aspects de son pays et de ses habitants. En 1843 Garrett déplore l’évolution du Portugal dominé par le matérialisme, résultat d’une mauvaise assimilation des idées libérales ou de l’opportunisme, mais ne perd pas foi en son peuple qui luttera pour des jours meilleurs : « Hoje o mundo é uma vasta Barataria, em que domina el-rei Sancho. Depois há-de vir D. Quixote. » (p. 13). Cette idée énoncée dès les premières pages du roman sera très souvent reprise et réaffirmée à la fin comme une sorte de Leitmotiv :

Em Portugal não ha religiâo de nenhuma espécie. Até a sua falsa sombra que é a hipocrisia desapareceu. Ficou o materialismo estúpido, alvar, ignorante, devasso e desfaçado, a fazer gala de sua hedionda nudez cínica no meio das ruínas profanadas de tudo o que elevava o espirito... ; [...] Mais dez anos de barões e de regímen da matéria, e infalivelmente nos foge deste corpo agonizante de Portugal o derradeiro suspiro do espírito.
Creio isto firmemente.
Mas ainda espero melhor todavia, porque o povo, o povo está são : os corruptos somos nos os que cuidamos saber e ignoramos tudo. (p. 237, 238).

5L’auteur de Camões (1825) et de Dona Branca (1826), considérés comme les premiers textes romantiques portugais, insère dans Viagens une nouvelle sentimentale qui respecte scrupuleusement les préceptes du Romantisme et que Garrett affirme être vraie. Il s’agit de l’histoire de la « Menina dos Rouxinóis », Joaninha, une jeune orpheline vivant dans cette vallée de Santarém (où arrive l’auteur), avec sa grand-mère et son cousin Carlos, sous la surveillance et la protection de frère Dinis, un moine sinistre qui représente et défend le vieux Portugal qu’il considère comme perdu par les libéraux :

O princípio porém da monarquia antiga, defendia-o, já se vê, por verdadeiro, embora fossem mentirosos e hipóritas os que o invocavam.
Quanto às doutrinas constitucionais, não as entendia, e protestava que os seus mais zelosos apostolos as não entendiam tâo-pouco : não tinham senso comum, eram abstracções de escola. [...] O chamado liberalismo, esse entendia ele. ‘Reduz-se’dizia’a duas coisas, duvidar e destruir por princípio, adquirir e enriquecer por fim : é uma seita toda material em que a carne domina e o espirito serve ; tem muita força para o mal ; bem verdadeiro, real e perdurável, não o pode fazer. Curar com uma revolução liberal um país estragado, como são todos os da Europa, é sangrar um tísico : a falta de sangue diminui as ânsias do pulmão por algum tempo, mas as forças vão-se, e a morte é mais certa. Dos grandes e eternos princípios da Igualdade e da Liberdade dizia ; ‘Em eles os praticando deveras, os liberais, faço-me eu liberal também. Mas não hâ perigo : se os não entendem ! Para entender a liberdade é preciso crer em Deus, para acreditar na igualdade é preciso ter o Evangelho no coração. (p. 88)

6L’intrigue se déroule en 1832, le Portugal est alors en pleine guerre civile et le régime libéral sera instauré deux ans plus tard.

7Dans cette nouvelle sentimentale, où l’on meurt et où l’on fait mourir par amour, Garrett va introduire un personnage bien représentatif de ce qu’est devenu le libéralisme : Carlos. En effet, après avoir parlé de façon assez générale au long de l’œuvre de politique et de libéralisme, l’auteur semble vouloir en donner une représentation plus concrète, plus romanesque aussi, pour toucher, peut-être, un public plus vaste.

8L’entrée de Carlos dans l’œuvre se fait de façon bien conventionnelle. Il ressemble en bien des points à d’autres personnages, littéraires ou non, de son temps : il est jeune, brillant et étudie le droit à l’Université de Coimbra, comme il convient aux garçons bien nés. C’est justement dans cette Coimbra du XIXe siècle, libérale et maçonnique, où Garrett lui-même étudia et conspira et où bien d’autres héros de romans de la même époque se perdirent, (nous pensons à Simão Botelho, le héros de Amor de Perdição), que Carlos va adhérer au libéralisme au grand dam de sa famille et de frère Dinis qui s’écrie : « Mais um de tantos perdidos... caminha nas trevas com eles (liberais), e como eles, só ha-de parar no abismo. » (p. 100-101).

9A partir du moment où le jeune homme sage qui lisait Horace rejoint l’armée libérale, il va devenir le héros de tous les excès et de toutes les transgressions. D’ailleurs au cours de ce récit romanesque ce n’est pas sur ses prouesses guerrières que l’auteur s’appesantit, mais sur son caractère irrespectueux, outrancier et sur son sentimentalisme. Il est même présenté comme un nerveux, un sensible, un fou (p. 132) ou comme un menteur selon sa propre appréciation (p. 247). Dans sa dernière lettre à Joaninha, Carlos explique son comportement et ses actes par une énergie vitale et sentimentale excessive : « ... a minha natureza é incorrigível. Tenho energia de mais, tenho poderes de mais no coração. Estes excessos dele me mataram... e me matam ! » (p. 245).

10A travers le personnage de Carlos, libéralisme et marginalité semblent aller de pair. En effet ce n’est ni à la bravoure du jeune officier, ni à son patriotisme, encore moins à sa croyance en un quelconque idéal, ce qui siérait si bien à un jeune romantique, que l’auteur associe l’engagement politique de Carlos. Bien au contraire, sa « fuite » dans l’armée n’est présentée dans le récit que comme le reniement des principes les plus sacrés et des plus intouchables institutions sur lesquels repose la société du XIXe siècle : la Maison, la Famille, le Mariage, la Fidélité...

11Carlos s’inscrit donc dès les premières lignes du récit dans la marginalité, victime malgré lui d’une sorte d’anathème, peut-être voué dès sa naissance à se singulariser dans la négativité, prédestiné, en quelque sorte. Tout d’abord il est le fruit d’amours adultères, d’un « crime » ; frère Dinis, pour qui il ressent une profonde haine, est son véritable père, comme il le saura plus tard, mais il a assassiné son oncle et celui qu’il croyait être son père ; sa mère en est morte de chagrin en le mettant au monde. Ainsi dès le départ, Carlos apparaît en dehors des structures et des cadres sociaux conventionnels. Ce qui lui est proposé en remplacement, c’est-à-dire cette famille où la grand-mère devient la mère, où le vieux moine sinistre joue le rôle du père et où la très séduisante cousine est en même temps une sœur, lui fait horreur, il parle d’ailleurs de « répugnance » et d’« infamie » (p. 194,196). Son désir est donc de s’éloigner, de fuir cette maison et cette famille ; il le fait en rejoignant les rangs des libéraux. Mais plaçons-nous maintenant davantage dans le contexte de l’époque afin de mieux comprendre les agissements de ce personnage et à quel point ils peuvent être significatifs.

12Dans la société du XIXe siècle, la maison apparaît comme la matérialisation d’une réalité non seulement affective, mais aussi morale et sociale. C’est une véritable institution qui peut être répressive et qui doit absolument garantir l’ordre et l’honneur. Pour toutes ces raisons les jeunes filles qui ont désobéi et se sont mal conduites en sont écartées et mises au couvent. C’est pour des motifs semblables que Simão Botelho, ce jacobin de Amor de Perdição en est éloigné et mourra en mer, espace très symboliquement opposé à la maison.

13La première rébellion de Carlos consiste donc à quitter la maison familiale :

Não quero nada com esta terra nem com esta... » (p. 96).
O limiar daquela porta, que ele julgava contaminado, infame, manchado de sangue e cuspido de opróbrios e desonras, tinha-o passado sacudindo o pó de seus sapatos, prometendo a Deus e à sua honra de o não tornar a cruzar mais. (p. 134).

14Le jeune capitaine libéral apparaît également comme celui qui détruit une famille ; dans les passages pathétiques où il en est question, Garrett insiste fortement, et parfois même avec un certain misérabilisme, sur ces personnages oubliés par Carlos, sur leur condition, leur âge, les liens qui les unissent. Tout dans le récit déborde alors de bons sentiments et de déceptions, de saudade et de chagrins qui mènent à la mort, ce qui, bien entendu, n’était pas pour déplaire à la lectrice avide de romans sentimentaux à qui l’auteur s’adresse souvent.

15Plus qu’une aïeule, D. Francisca Joana, la grand-mère dont Carlos se sépare, est pour lui une véritable mère. Dans ce XIXe siècle qui a érigé le culte de l’Immaculée Conception, la Mère est un personnage d’une importance capitale. La femme n’est qu’épouse et mère et elle n’est épouse que pour enfanter. Dieu l’a chargée de cette mission quasi divine et même les plus grandes pécheresses peuvent être rachetées par la maternité. Les romans de Camilo Castelo Branco, autre grand romantique, abondent en personnages de ce genre. De ce fait l’attitude de Carlos, qui rejette profondément sa grand-mère, qu’il aime mais qu’il considère comme complice d’un grand crime (p. 246, 269) le marginalise encore plus. Cela apparaît dans l’œuvre comme un regrettable exemple d’ingratitude filiale car après la mort de sa fille, D. Francisca Joana a élevé et doublement aimé cet enfant, comme ces mots nous l’indiquent :

Mas... mas o meu neto é o meu sangue, a minha vida, é filho querido da minha única e tão amada filha, ele não conheceu outra mãe senão a mim, quero-lhe por ele e por ela. Abandoná-lo não posso, tirar dele o pensamento não sei. (p. 84).

16La conséquence du départ de Carlos est la mort de sa grand-mère, une mort lente et symbolique. En effet, aussitôt qu’il part rejoindre ces brebis égarées que sont les libéraux la vieille dame pleure tant et tant qu’elle devient aveugle (p. 98). Lorsque ce personnage nous est pour la première fois présenté, il nous semble plus proche du ciel que de la terre dans ses habits de pénitence ou de deuil, la tête recouverte d’un voile de religieuse :

... uma velhinha bem passante dos setenta... Vestia uma espécie de tunica roxa, que apertava na cintura com um largo cinto de couro preto, e que fazia ressair a alvura da cara e das mãos longas, descarnadas... toucava-se com um lenço da mais escrupulosa brancura, e posto de um jeito particular a modo de toalha de freira ; um mandil da mesma brancura, que tinha no peito e que afectava, não menos, a forma de um escapulario de monja. Estava sentada numa cadeira do mais clássico feitio : textualmente parecia a que serviu de modelo a Rafael para o seu belo quadro da Madonna della Sedia.. » (p. 63).

17Frère Dinis, dira, d’ailleurs, un peu plus loin, que bien que vivante elle ne fait plus partie de ce monde : « ... essa mulher morta que aí ficou... » (p. 243). Elle ne semble reprendre vie et faire encore valoir son opinion que lorsqu’il est question de son petit-fils. Dans ces moments elle ose même affronter le terrible franciscain, puissance suprême et ténébreuse de sa maison, et prendre le parti des libéraux, leurs ennemis :

– Oh filho da minha alma ! que não torno a abraçar-te...
– Não decerto ; vencedores ou vencidos, toda a comunhâo, toda a possibilidade de uniâo acabou entre nos e estes homens. Nós temos obrigação de os destruir, eles o único desejo é exterminar-nos.
Meu Deus, meu Deus ! pois a isto somos chegados ! Pois já não há misericôrdia no céu nem na terra !
– A misericórdia de Deus cansou-se, a da terra não sei onde esta nem onde esteve nunca. Os fracos dão sacrilegamente esse nome à sua relaxação.
– Pois é relaxação desejar a paz, querer a união, suplicar a indulgência ? Não nos manda Deus perdoar as nossas dívidas, amar os nossos inimigos ? (p. 82).

18Joana est la jeune fille de la famille. C’est la cousine et presque la sœur de Carlos car en tant qu’orpheline, elle a été élevée avec lui par leur grand-mère. Pour les raisons que nous avons évoquées précédemment, elle n’est pas présentée dans le récit de la même façon que la vieille femme qui joue le rôle de la mère. Garrett ne cherche pas à apitoyer le lecteur lorsqu’il en parle, du moins au début, avant son histoire d’amour avec le jeune homme. Joaninha, la femme deux fois abandonnée, correspond scrupuleusement à l’idéal romantique, elle n’est que grâce et bonté : « [...] era o tipo da gentileza, o ideal da espiritualidade. » (p. 67). Mais elle est malheureuse, pleure en cachette et vit le départ de Carlos comme un abandon : « E estamos sozinhas nós duas neste mundo, minha avó nesse estado, eu nesta idade, e... » (p. 72), fait-elle remarquer à sa grandmère. C’est ce sentiment de solitude et d’abandon lié au départ de Carlos, et toujours plus poignant et plus insupportable qui causera sa perte, comme nous le montrerons plus loin.

19Le destin de Carlos s’accomplit dès qu’il quitte sa maison et sa famille, c’est-à-dire dès qu’il rejoint les libéraux. Il aboutit à son avilissement personnel et à la destruction morale et physique de ceux qui l’entourent. Le personnage apparaît de plus en plus comme une sorte de mauvais ange que son instabilité fait planer au-dessus de tout et de tous et qui partout sème le malheur. Il est intéressant de remarquer que le « hasard » fait en sorte que ce sont les luttes, les campagnes et autres errances de l’armée libérale qui vont à chaque fois le mettre en contact avec ses « victimes ».

20Après une disparition de plusieurs mois, l’élégant capitaine campe avec ses troupes dans la vallée de Santarém où vivent les siens. Ses hommes le présentent comme un jeune fou, un séducteur qui va d’aventure en aventure et qui n’a même pas épargné une pauvre religieuse du couvent de S. Gonçalo, aux Açores, où les libéraux se rassemblèrent avant de débarquer au Portugal (p. 124,125). Les romantiques retrouvailles avec Joaninha, dignes d’une scène de La Belle au bois dormant, datent de ce jour ainsi que leur triste histoire d’amour. Mais Carlos ne pourra l’aimer, la guerre les sépare, le devoir l’appelle :

É o grito da guerra que nos manda separar ; é o clamor cioso e vigilante dos partidos que não tolera a nossa intimidade, que separa o irmão da irmã, o pai do filho !.... (p. 122).

21Ce n’est pas seulement la guerre qui les sépare, mais d’autres amours : pendant son exil en Angleterre, fuyant les absolutistes, Carlos a profondément aimé Georgina (ainsi que ses deux sœurs !), une femme d’une nature supérieure, mais ce héros du paradoxe et du déchirement ne peut choisir entre les deux et repart accomplir son devoir.

22Les conséquences de cette instabilité seront tragiques : Joaninha sombre dans la folie et expire dans les bras de sa grand-mère et de Georgina qui était pourtant prête à renoncer à Carlos (p. 270). La jeune Anglaise elle-même entre au couvent, ce qui équivaut à la mort (p. 270), tandis que la grand-mère, devenue elle aussi démente, plonge dans une longue agonie dont frère Dinis parle ainsi :

Desde esse instante a avó caiu naquele estado. Está morta, e não espero aqui senão a dissoluçao do corpo para o enterrar, se eu não for primeiro, e Deus queira que não ! quem há-de tomar conta dela, ter caridade com a pobre da demente ? (p. 271).

23Au départ l’engagement politique de Carlos apparaît comme un moyen respectable de s’éloigner de tout ce qui lui rappelle son passé : « Por enquanto as impossibilidades materiais da guerra serviriam de desculpa, depois o tempo daria conselho » (p. 134). Mais plus loin il présente son activité militaire de la façon suivante : « meus serviços que nunca fiz por vontade » (p. 269). Enfin, déçu par la vie, il évoque à deux reprises et avec soulagement la possibilité de mourir au cours d’un combat (p. 181 et p. 269). Cette amertume est provoquée par la mauvaise conscience, le sentiment d’échec : l’échec, selon lui, vient du fait qu’il n’a pas suivi les voies traditionnelles, celles que prévoyaient les conventions sociales et qu’il s’est ainsi placé, une fois encore, en marge de ses aspirations profondes :

Eu sim tinha nascido para gozar as doçuras da paz e da felicidade doméstica ; fui criado, estou certo, para a glória tranquila, para as delícias modestas de um bom pai de famílias. [...] A desolação e o opróbrio entraram no seio da nossa família. Eu renuncio para sempre ao lar doméstico, a tudo quanto quis, a tudo quanto posso querer. Deus que me castigue, se ousa fazer uma injustiça, porque eu não me fiz o que sou, não me talhei a minha sorte, e a fatalidade que me persegue não é obra minha. (p. 268).

24Cela s’accompagne d’un dégoût de lui-même qu’il avoue à Joaninha :

Oh ! eu sou um monstro, um aleijão moral deveras, ou não sei o que sou. [...]
Sabia que era um monstro, não tinha examinado por partes toda a hediondez das feições que me reconheço agora.
enho espanto e horror de mim mesmo. (p. 259).

25Cependant, le remords d’avoir fait succomber tous les siens ne l’achèvera pas plus que les armes de l’ennemi. Pour s’en remettre, le personnage cherchera encore, et de façon parfaitement cynique, une planche de salut dans son idéal politique :

Eu, que nem morrer já posso, que vejo terminar desgraçadamente esta guerra no único momento em que a podia abençoar, em que ela podia facilitar-me com uma bala que me mandasse aqui bem direita ao coração, eu que farei ?
Creio que me vou fazer homem político, falar muito na pátria com que me não importa, ralhar dos ministros que não sei quem são, palrar dos meus serviços que nunca fiz por vontade ; e quem sabe.. talvez darei por fim em agiota, que é a única vida de emoções para quem jâ não pode ter outras, (p. 269).

26Ainsi, Carlos s’enrichit, grossit et devient un baron du libéralisme (p. 270), ce que frère Dinis essaie de définir de la façon suivante : « Pois barão é o sucedâneo dos... », « Dos frades... Ruim substituição » (p. 271), enchaîne l’auteur.

27Dans Viagens na Minha Terra, Almeida Garrett fait une analyse de son pays et de son temps, parfois même aussi de son peuple. Le libéralisme apparaît au premier plan de cette analyse, il est vu dans sa dégénérescence, disputé à la fois par un Sancho Pança matérialiste et un Don Quichotte de l’esprit. Le personnage de Carlos est l’illustration romanesque du libéralisme entre les années trente et les années quarante du XIXe siècle. Il est au service de la critique sociale et politique. Par l’avenir qu’il lui donne, Almeida Garrett, qui a défendu et servi durant sa vie la cause libérale, fait un bilan et condamne certains dérapages qui peuvent la compromettre et la discréditer. Le personnage ne se limite cependant pas à cela et apparaît également, du moins avant de devenir un cynique opportuniste, comme un parfait héros romantique partagé entre une fougue et un enthousiasme débordants et les plus grands désespoirs, mais toujours complètement sous l’emprise de ses sentiments. Il est le représentant achevé d’une époque et d’un genre, semblable à beaucoup d’autres, très proche de Garrett à qui quelqu’un aurait raconté un jour sa vraie histoire.

Notes

1 Toutes les références à l’œuvre renvoient à l’édition suivante : Viagens na Minha Terra, Porto : Porto Editora (col. « Colecção Portuguesa »), 1974. 272 p.

Auteur

Université Sorbonne Nouvelle Paris III

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site