Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vents du large

 | 
Jacqueline Penjon
, 
Anne-Marie Quint

3. Civilisation

L’impact des grandes découvertes sur la géographie du Portugal

François Guichard

Texte intégral

1L’extraordinaire geste collective des Découvertes constitue certainement la facette de l’histoire portugaise la plus fréquentée. Il est bien naturel que le petit pays qui a « inventé le monde » mette particulièrement en valeur les pages les plus brillantes de son passé. Mais quand on déroule le fil prodigieux de ces aventures lointaines, la tendance spontanée du regard est de suivre les voyageurs. Ce que l’on voudrait plutôt essayer ici, c’est au contraire de comprendre dans quelle mesure, à quel rythme, de quelle façon le Portugal, en s’exportant, s’est modifié lui-même.

2À cet effet, on esquissera d’abord une périodisation des rapports entre l’histoire portugaise et l’espace dans lequel elle se meut. Puis l’on cherchera à y faire la part des choses : qu’attribuer, au fond, à la géographie dans le destin national portugais ? Et comment celui-ci, en retour, dans sa fulgurance mondiale comme dans ses déboires, a-t-il modelé la géographie du Portugal ?

I. L’espace dans l’histoire nationale : brève mise en perspective

  • 1 Orlando Ribeiro, Portugal, o Mediterrâneo e o Atlântico, Lisbonne, Sá da Costa (1e éd. 1945).

31. La principale césure qui s’inscrit dans la nature portugaise sépare Nord et Sud, ou plutôt Nord-Ouest et Sud-Est. Elle est sensible dans les contrastes du relief, tourmenté et montagneux d’un côté de la « cordillère centrale » qui culmine dans la serra da Estrela, à peine ondulé au contraire de l’autre côté ; et surtout dans ceux du climat, entre la partie du pays qu’Orlando Ribeiro qualifie d’« atlantique », humide, fraîche et verdoyante, et celle qu’il appelle « méditerranéenne », lumineuse, sèche et chaude. Le titre du chef-d’œuvre de la géographie portugaise brosse ainsi le portrait le plus ramassé et le plus expressif qui soit du Portugal classique, c’est-à-dire tel qu’il était en effet lorsque cet ouvrage a été conçu, et tel qu’il est resté jusqu’au-delà du 25 avril 1974 : un pays fondamentalement rural, où les activités humaines étaient depuis toujours d’abord dépendantes des contraintes imposées par la nature1.

42. Cette césure Nord-Sud a été accentuée par l’homme dès la civilisation castrense, qui a privilégié les sites défensifs perchés, plus nombreux dans les régions septentrionales accidentées ; et par la colonisation romaine, qui a au contraire occupé à peu près systématiquement l’espace méridional, y compris dans sa dimension rurale, se limitant dans le Nord à des noyaux plus restreints, au caractère plus exclusivement urbain. À cette époque, la région la moins attirante semble bien avoir été le littoral, à l’exception de l’Algarve et de l’embouchure du Sado, c’est-à-dire de portions de côte abritées et proches de la Méditerranée, centre nerveux de l’Empire.

53. La prééminence de l’intérieur des terres s’est maintenue au moins jusqu’au XIIIe siècle et au début des relations privilégiées alors tissées avec les ports du Nord-Ouest de l’Europe (Bruges, Londres, Hanse). La coupure Nord-Sud a subsisté et s’est même accentuée jusqu’à la fin de la Reconquête, pour séparer des ensembles politiques distincts et même hostiles, et surtout des aires de civilisations différentes. Le Nord était plus rural, fonctionnant souvent en micro-unités locales à fort degré d’autoconsommation et à échanges limités, avec de petites villes, de poids limité par rapport à des densités rurales dispersées déjà fortes ; le Sud était plus urbain, plus commerçant aussi, avec des zones de productions plus spécialisées et des campagnes moins densément occupées, mais organisées en ensembles plus vastes et plus homogènes, dans la filiation des anciennes villae.

6À cette époque remonte sans doute la difficulté chronique de compréhension entre Porto, ou le nord du pays, et Lisbonne. D’autant que la Reconquête s’est accompagnée du glissement vers le Sud du pouvoir royal et, derrière lui, du pouvoir religieux et économique. C’est à Porto que l’on peut entendre dire que « D. Afonso Henriques s’est bien trompé quand il a choisi d’aller vers le Sud et non vers le Nord » (d’autant que cela aurait en quelque sorte transféré à Porto les avantages et séductions implicitement mis au compte de la capitale).

74. Par contre, de la fin de la Reconquête jusqu’à la décolonisation et au choix de l’ancrage européen, il n’y a plus eu d’inversion dans le glissement des forces vives du pays de l’intérieur vers le littoral, renforçant constamment le second par rapport au premier. Au début, ce processus a favorisé l’ensemble des ports, avec occupation et mise à profit des abris côtiers (« conquête » de la ligne océanique). Il y a eu alors construction d’un « foreland » orienté vers le Nord-Ouest qui, au fond, est toujours le terrain privilégié des échanges portugais actuels, et qui n’a jamais disparu, même au plus fort des aventures transocéaniques les plus lointaines.

85. Les Découvertes, planifiées par le pouvoir royal (au sens large : familial), ont provoqué la première véritable prééminence de Lisbonne dans le pays, surtout tant que la première place est revenue aux Indes orientales. C’est alors que le siège du pouvoir s’est durablement stabilisé dans la capitale, que l’administration centrale s’y est étoffée et qu’elle a commencé à jouer un rôle national déterminant.

9La construction d’un deuxième « foreland », cette fois à niveau mondial, s’est donc accompagnée d’un phénomène de concentration métropolitaine : du pouvoir, des moyens, et par conséquent des activités et de la population. Situation fondamentalement différente de celle qui prévalait au même moment dans le pays voisin, malgré l’apparent parallélisme des expansions et des dynamiques marchandes, puisqu’à la concentration portugaise s’opposait la bipolarisation espagnole entre un pouvoir politique maintenu au centre de la Meseta et un contrôle économique localisé à Séville.

106. Puis est venu le temps de la domination espagnole (1580-1640). On sait que ce projet d’intégration péninsulaire a échoué au plan politique et des mentalités. Cet échec semble avoir été d’ailleurs moins net sur le moment qu’après coup, ayant probablement été amplifié au gré de l’édification progressive d’une mémoire collective patiemment cultivée, et sans doute en partie réinventée, au long des générations suivantes, pour en arriver à la célèbre formule « De Espanha nem bom vento, nem bom casamento » sur laquelle débouchent encore aujourd’hui au Portugal tant de conversations de salon et de copies d’étudiants. On sait peut-être moins que ce projet d’intégration péninsulaire a autrement mieux réussi du point de vue économique, comme en témoignent par exemple l’évolution du commerce maritime de Porto à cette époque, ou les multiples échanges qui animaient alors la Raia seca.

11Ce divorce entre politique et économie a eu pour conséquence, après 1640, une rupture de la continuité naturelle, les ports des grands estuaires occidentaux perdant une grande part de leur « hinterland ». Le préjudice a été plus grand pour Lisbonne, rade magnifique au débouché d’un fleuve drainant le cœur de la Péninsule, que pour Porto, site plus ingrat au sortir d’une vallée plus encaissée. L’Espagne a dû développer à grands frais des portes alternatives, et Lisbonne n’a jamais retrouvé la fonction d’emporium marchand à échelle européenne qui avait été la sienne lors de la phase précédente. Tout cela a grandement accentué un sentiment d’« insularité » nationale, économique, diplomatique (alliance anglaise), culturelle et psychologique, sans doute plus tenace au niveau des mentalités qu’à celui des faits.

127. La fin du XVIIe et le XVIIIe siècles ont constitué un palier dans le processus portugais de centralisation spatiale. La primauté de Lisbonne a été freinée par le tremblement de terre. Le commerce avec le Brésil, alors prédominant, était géographiquement mieux partagé en métropole que celui des Indes orientales. Porto au contraire connaît alors un développement accéléré, s’imposant pour la première fois de façon indiscutable à la tête de l’économie du nord du pays et au second rang de la hiérarchie urbaine, grâce notamment aux échanges avec l’Angleterre (sumac, bétail et vins du Douro contre produits manufacturés). Commence alors à prendre forme la bipolarisation caractéristique du Portugal contemporain.

13Le processus de concentration des activités urbaines n’en est pourtant qu’à ses débuts, les ports secondaires restent actifs dans la pêche, le commerce avec le Brésil et l’Europe du Nord-Ouest ; les bourgs de l’intérieur ne sont pas encore tout à fait ruinés par la concurrence des produits britanniques que Porto y achemine : l’espace métropolitain portugais a sans doute rarement été animé de façon aussi harmonieuse qu’à cette époque.

  • 2 L’indépendance (1822) pesant d’autant moins sur les échanges commerciaux que c’est précisément à c (...)

148. La fin du XVIIIe siècle et le début du suivant, dans la foulée des invasions napoléoniennes et des guerres de libération, sont surtout marqués par l’influence anglaise. Le développement industriel timide et tardif qu’elle tolère, surtout à Lisbonne et Porto, se limite à des productions à faible valeur ajoutée. Par contre, l’artisanat jusqu’alors dispersé dans l’intérieur plonge en crise profonde. Le Portugal entre en fait alors dans la sphère périphérique, satellisée, de l’économie occidentale, comme fournisseur à l’Angleterre de produits peu transformés et comme débouché de ses productions industrielles courantes, directement ou comme relais vers le Brésil2, plus tard vers l’Afrique méridionale, quand à la fin du XIXe siècle le Portugal y crée, après les Indes orientales et le Brésil, son troisième « foreland » méridional.

15Cette évolution est renforcée par le libéralisme impulsé par la classe marchande, convaincue des vertus du libre-échange. C’est le même libéralisme qui, au plan politique, procède à partir de 1820 à la construction d’un État moderne organisé en pyramide hiérarchisée de niveaux uniformes : freguesias, concelhos et districts. Est ainsi mis en place le cadre territorial du Portugal contemporain, fortement critiqué pour sa rigidité mais finalement assez solide pour survivre à tous les changements de régime.

169. L’État Nouveau cherche à isoler le pays par rapport à l’évolution du monde environnant, refusée et considérée comme foncièrement néfaste. Cette tendance s’exacerbe plus encore à partir de la série de crises de 1958/62 (succès populaire de la campagne Delgado, critiques de l’évêque de Porto, perte de Goa, insurrection en Angola, révolte militaire de Beja, grève universitaire de Coimbra...). Du point de vue spatial, la dictature est aussi un temps de concentration extrême du pouvoir et de mise en étroite tutelle de la gestion locale.

17La modernisation amorcée dans les années 1960 et accélérée sous le consulat de Marcelo Caetano (1969-74) favorise surtout la région de la capitale, zone d’implantation privilégiée des quelques grands investissements. Mais sous la chape de plomb de la dictature, malgré PIDE et censure, il y a aussi une géographie politique : le régime s’appuie sur les fortes densités rurales dispersées du centre et du nord du pays, tenues pour conservatrices, même si l’on y vote avec ses pieds en émigrant clandestinement. Dans le Sud, déchristianisé de longue date et à solide tradition de solidarité sociale, cohabitent, là aussi clandestinement, les tenaces héritages du communisme et de l’anarcho-syndicalisme. La nostalgie des libertés républicaines reste fondamentalement une tradition urbaine, surtout vive à Porto, cité à la fois bourgeoise et ouvrière, moins contrôlée et moins dépendante du pouvoir central que la capitale.

1810. Le 25 Avril provoque une reconversion complète du « foreland » national, de l’Outre-mer vers l’Europe communautaire ; reconversion nuancée dernièrement par le souhait de resserrer les liens de la lusophonie.

19Cette réorientation oblige le pays à regarder vers l’intérieur des terres, ce qui va de pair avec une modification dans la perception de l’espace national : si le dynamisme continue à se concentrer dans les agglomérations du littoral, du moins affiche-t-on comme prioritaire la correction des inégalités régionales, en y consacrant en effet, les fonds structurels européens aidant, des sommes importantes (voies rapides dans l’intérieur, aéroports dans les archipels atlantiques). L’essor récent du tourisme rural traduit d’ailleurs un engouement réel pour un patrimoine multiforme et bien réparti dans l’espace national. Quant aux rapports avec l’Espagne, en quelque sorte sécurisés par l’encadrement communautaire, ils n’ont jamais été aussi intenses, même si toutes les arrière-pensées ne sont pas effacées (on préfère coopérer avec la Galice qu’avec Madrid...).

20La profondeur des changements n’efface pas les anciens clivages, particulièrement lisibles dans les résultats électoraux : le Sud et les villes plutôt à gauche, le Nord et les campagnes plutôt à droite. De même les différences structurelles persistantes du tissu économique, et sans doute aussi les mentalités, font que le Nord-Ouest résiste mieux aux crises, s’adapte plus aisément aux contraintes de la mutation, mais est moins perméable à la modernité que la région de la capitale. L’enracinement spectaculaire de la démocratie locale a pour corollaire le maintien d’un pouvoir central fortement structuré, qui a d’autant mieux résisté aux velléités de régionalisation (échec du référendum de 1998) qu’il apparaît probablement comme le rempart nécessaire à l’identité nationale face aux incertitudes de la mondialisation.

II. Quelle part à la géographie dans le destin national portugais ?

1. Le Portugal est en effet tourné vers l’Océan

21Si l’on s’en tient à l’espace défini par la frontière, qui est à peu près immuable depuis le XIIIe siècle, on peut dire que la disposition des reliefs, celle des cours d’eau, enfin la configuration même du pays, aident à comprendre un destin maritime : le Portugal est bien d’abord tourné vers le littoral. L’Océan et sa présence constante constituent même son unique originalité naturelle indiscutable, cet Océan le long duquel il s’est construit, et au contact duquel se sont développés ses centres de vie les plus actifs.

22Le relief est peu élevé, mais tourmenté, ce qui a toujours rendu les communications difficiles, aussi bien au Nord qu’au Sud. Au contraire d’un cas de figure très fréquent (Èbre, Pô, Garonne, Seine, Rhône, Rhin, Danube, Mésopotamie, Nil, Gange...), il n’y a pas ici de vallée suffisamment attractive et continue pour fixer les axes de circulation essentiels à la structuration du territoire. C’est à la façade côtière méridienne que cette fonction est revenue. Plus les communications ont pris de l’importance dans la vie économique nationale, plus le rôle de cette façade a augmenté, faute d’alternative. La tendance naturelle, c’est de s’installer sur la côte. C’est dire que les déséquilibres de l’espace national ne peuvent que s’aggraver avec la modernisation, s’il n’y a pas le contrepoids d’une politique volontariste cherchant à corriger la concentration spontanée des activités sur les sites les plus rentables et les plus accessibles.

23La configuration même du pays, sa faible largeur, font que l’influence psychologique et climatique de la présence océanique est sensible sur tout le territoire national. Le Portugal tout entier regarde vers la mer ; et d’autant plus que son centre de gravité est tiré vers le large par l’existence des archipels atlantiques. Açores et Madère ne constituent que 3,5 % de la superficie nationale, mais ont eu une position stratégique de premier ordre sur les routes maritimes, puis aériennes. Avec les Canaries et le Cap-Vert, ces deux archipels participent à la Macaronésie, esquissant les contours d’une « Méditerranée atlantique », espace de rencontres qui pourrait être un lieu privilégié de dialogue Nord-Sud.

24Tout cela déplace donc vers le Sud-Ouest le centre de gravité du pays. Vers Lisbonne, en fin de compte : bien qu’imparfait, l’équilibre spatial du Portugal a sa logique... Son centre n’est pas au centre, mais sur la bordure littorale. Son littoral n’est pas périphérique, il est central. Le Portugal n’a pas une périphérie, mais deux : l’une interne à l’espace européen actuel, la zone raiana avec l’Espagne, l’intérieur du pays ; et l’autre extérieure à ce même espace, au contact du reste du monde : les archipels, barreaux des échelles océaniques.

25La géographie trace finalement deux traits séparatifs majeurs dans l’espace portugais. L’un, plus directement résultant du milieu, entre Nord et Sud, est celui qu’il y a un demi-siècle Orlando Ribeiro avait lumineusement mis en évidence ; et l’autre, découlant plutôt de l’histoire et sanctionnant les inégalités du développement, entre périphéries (intérieure et îliennes) et littoral.

26D’une période à l’autre de l’histoire nationale, c’est en fonction du jeu de balancement entre ces deux dimensions de l’espace national, à la fois complémentaires et contradictoires, qu’évoluent la façon dont se posent les problèmes d’unité, de compréhension et de cohésion au Portugal, et la manière dont se discutent ou se contournent les grands débats nationaux en matière d’aménagement de l’espace.

2. Mais le pays n’a pas pour autant de justification géographique

27Il n’a pas de « frontières naturelles », sinon l’Océan. Ni le relief, ni le climat, et moins encore les fleuves, ne permettent de différencier avec netteté des ensembles régionaux qui auraient des physionomies particulières, par rapport à l’autre côté de la frontière. S’il y a une césure « naturelle », elle sépare le Nord du Sud, et non le Portugal de l’Espagne. D’ailleurs cela vaut pour l’ensemble de la péninsule Ibérique, scandée par la succession en alignements Ouest-Est des principaux éléments du relief, chaînes montagneuses et grands cours d’eau, depuis l’ensemble Pyrénées/Cantabrie et le double système Èbre/Douro jusqu’au Guadalquivir et à la sierra Nevada, ce qui marque autrement plus la géographie péninsulaire que quelque découpage méridien que ce soit.

28Plus importante qu’une quelconque unité naturelle du territoire portugais, il y a la langue, dont l’homogénéité n’a d’équivalent dans aucun autre pays héritier de la latinité, et surtout pas en Espagne. Les porosités frontalières n’ont au plus donné naissance qu’à des parlers très localisés, qui peuvent être fort anciens (mirandês) mais aussi résulter de dynamiques pour l’essentiel contemporaines (barranqueño).

29Et pourtant, dans ce cas encore la frontière du Minho n’a pas grand sens, et c’est bien de « gallaïco-portugais » que parlent les linguistes...

30Ce sont donc les facteurs historiques qui ont été déterminants dans la formation du Portugal. Et avant tout celui-ci : l’impulsion principale, sinon exclusive, de son unité, a été donnée par une volonté dynastique, celle d’une famille. Une volonté organisée, planifiée avec le temps, par développement de ce qui n’était à l’origine qu’une stratégie individuelle transmise de père en fils. D’abord avec la première dynastie, qui l’a inscrit dans la Reconquête ; puis avec la deuxième, qui a écrit l’épopée de l’Outre-mer.

31Les racines de l’identité portugaise plongent d’abord dans l’histoire politique. Cette identité a été la conséquence presque directe de la volonté du pouvoir, de la famille royale, qui a dessiné et orienté le destin collectif. Une volonté qui s’est avérée beaucoup plus importante que le moule naturel ou humain préexistant, en lui-même au fond peu contraignant.

32Le Portugal le sait parfaitement, qui depuis bien longtemps exalte particulièrement son histoire nationale (comme d’aillleurs la France, et peut-être pour les mêmes raisons), au point de la transmuter en une des richesses les mieux valorisées de son patrimoine collectif. C’est peut-être pourquoi les études historiques y ont été autant et aussi tôt développées, et pourquoi les grands historiens nationaux y ont un tel prestige public ; surtout par contraste avec les autres sciences humaines.

33Est-ce que cela traduirait aussi une certaine forme de saudosismo ? N’est-il pas dangereux de faire du passé la référence identitaire principale... comme si le présent n’offrait pas de forces dynamiques comparables suffisantes ? Mais d’un autre côté, ne serait-ce pas la seule façon de sauvegarder la richesse de la diversité patrimoniale de l’Europe d’aujourd’hui ?

3. La concentration sur le littoral et à Lisbonne : un effet « boule de neige »

34La domination de Lisbonne sur l’armature urbaine nationale est inséparable de l’histoire portugaise et du centralisme hérité de longue date qui la caractérise. Inscrite dans les faits dès que s’y est stabilisé le pouvoir d’Etat, dès avant l’achèvement de la Reconquête, elle a été rendue irréversible par l’aventure étonnamment centralisée des Découvertes. Dès lors, chaque phase de modernisation de l’armature publique a conduit à renforcer cette prééminence, quelle que soit la direction prise par le balancier politique.

35Ainsi la restauration nationale, après l’intermède de la domination espagnole (1580-1640), s’est accompagnée de celle d’une administration royale renforcée. Au siècle suivant, la « dictature éclairée » de Pombal a surtout resserré le réseau du pouvoir central. La reconstruction planifiée suivant le tremblement de terre de 1755 a jeté les bases d’un nouvel essor de la capitale, par-delà un palier momentané dans la croissance démographique. La préférence décidément donnée aux relations commerciales avec l’Angleterre et le Brésil déjetait définitivement les principaux ancrages de développement économique vers le littoral.

36L’avènement du libéralisme, dans les années 1820-1834, en s’accompagnant de la mise en place d’un maillage territorial uniforme inspiré du système départemental français, a fortement accentué la prépondérance systématique du nœud suprême de décision, qui regroupait désormais pouvoirs et contre-pouvoirs. Par ailleurs, en privilégiant le libre-échange commercial par rapport au protectionnisme industriel, le régime favorisait la concentration portuaire déjà largement engagée de la puissance économique et financière.

37La République instaurée en 1910 par une étroite élite urbaine cultivée, rapidement en porte-à-faux avec le traditionalisme du « pays profond », n’a pu qu’accentuer cette tendance, comme l’a fait après elle – le contraire eût été surprenant – le régime autoritaire qui lui a succédé en 1926, par nature fortement centralisé.

38La démocratie restaurée elle-même n’a guère pu inverser la tendance. Que l’on nationalise ou que l’on privatise, que l’on adhère à l’Europe ou que l’on négocie des accords internationaux, l’initiative revient toujours à un pouvoir politique central dont, efficacité oblige, le pouvoir économique doit être au plus près possible, tirant près de lui ses structures techniques les plus importantes, ses centres de formation les plus performants, ses plus hauts salaires puis, par souci de saine gestion, la plus grande partie de ses activités et finalement, par effet d’entraînement, les activités induites des entreprises dépendantes.

39Seule Porto a pu globalement maintenir une autonomie de développement préservée par la distance et enracinée dans le terreau de la région du Nord-Ouest, la plus densément peuplée et la plus jeune du pays. La ville y est parvenue en se lançant dès le XIIIe siècle dans des échanges actifs avec la mer du Nord, remarquablement complémentaires des visées vers le Sud toujours impulsées à partir de Lisbonne. Son essor date pourtant surtout du XVIIIe siècle et du développement des commerces vinicole et sucrier, ensuite relayés par une industrialisation diffuse, fondée sur une main-d’œuvre abondante et peu coûteuse, et d’abord destinée à l’exportation.

40Point de convergence des richesses et des hommes du Nord tout entier, mais dépourvue de tout rôle politique, elle n’a dû qu’à sa puissance économique d’équilibrer au plan national la toute-puissance de la capitale, voire de canaliser la contestation à son égard lors des phases de conflit aigu, récurrentes de Pombal aux lendemains du 25 Avril.

41En guise de conclusion, on retiendra donc trois idées simples :

  1. Le Portugal est une construction volontaire. La configuration de son espace métropolitain résulte plus de l’histoire que de la géographie.
  2. De cette géographie, la caractéristique la plus importante est cependant l’ouverture sur l’Océan, et la prééminence de l’axe de circulation littoral.
  3. À l’opposition Nord-Sud que le Portugal doit surtout à la nature, le temps des Découvertes a surimposé celle entre périphéries (intérieure et îlienne) et pôles urbains majeurs du littoral, qui a caractérisé la modernité portugaise.

Notes

1 Orlando Ribeiro, Portugal, o Mediterrâneo e o Atlântico, Lisbonne, Sá da Costa (1e éd. 1945).

2 L’indépendance (1822) pesant d’autant moins sur les échanges commerciaux que c’est précisément à cette époque, où il semble pourtant s’en éloigner, qu’en réalité le Brésil entre véritablement dans l’horizon familier du peuple portugais, pour devenir terre d’accueil privilégiée d’une émigration qui enfle alors considérablement avec l’exode rural, l’essor de la marine à vapeur et surtout l’important appel de main-d’œuvre résultant de l’interruption du trafic des esclaves.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540