Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vents du large

 | 
Jacqueline Penjon
, 
Anne-Marie Quint

3. Civilisation

La formation des réductions jésuites du Paraguay

Roland Labarre

Texte intégral

1On sait avec quel lyrisme Chateaubriand a célébré dans Le Génie du Christianisme les missionnaires de la province jésuite du Paraguay en déclarant notamment qu’ils avaient renouvelé « dans les forêts de l’Amérique ce que la fable raconte des Amphion et des Orphée ». Mais l’abondante documentation qui subsiste à ce sujet fait ressortir que les régions où ils opérèrent étaient loin de constituer des territoires vierges de toute influence européenne, comme ils le prétendirent pour revendiquer le droit du premier occupant, et surtout que les moyens qu’ils mirent en œuvre pour regrouper les Guaranis furent beaucoup moins innocents que ne le laisse entendre l’appellation de « conquête spirituelle » qu’ils donnèrent à leur entreprise.

Ancienneté des rapports hispano-guaranis (1516-1609)

2Lorsque en 1610 les PP. Lorenzana et San Martín, d’un côté, et les PP. Cataldino et Masseta, de l’autre, fondèrent les premières réductions de leur province jésuite, les premiers au sud du Tébicuari, les seconds aux abords du Paranapanema, il y avait déjà bien près d’un siècle que les colons espagnols et portugais avaient lié connaissance avec les Guaranis qui peuplaient les territoires appelés Itatín (actuel Etat brésilien du Matto Grosso do Sul entre les 19e et 22e parallèles), Guaira (ouest de l’actuel Etat brésilien du Parana), Parana (versant oriental du Parana Moyen entre son confluent avec l’Iguazú et la lagune de l’Iberá), Uruguay (vallée supérieure de l’Uruguay dans l’actuel Etat brésilien du Rio Grande do Sul et la province argentine de Misiones) et Tape (bassin du Jacuí et du Taquarí dans l’actuel Etat brésilien du Rio Grande do Sul).

  • 1 Voir Medina, José Toribio, Coleccion de documentos inéditos para la historia de Chile, Santiago de (...)
  • 2 Voir Medina, José Toribio, El veneciano Sebastián Gaboto al servicio de Espana, Santiago de Chile, (...)
  • 3 Voir Medina, José Toribio, Coleccion..., t. I, doc. VIII, p. 452.
  • 4 Voir Leite, Serafim, S. I., Cartas dosprimeiros jesuítas do Brasil, Sao Paulo, 1954, t. I, doc. 65 (...)

3Cela avait d’abord été le cas de quelques uns des compagnons de Juan Díaz de Soifs qui, à leur retour du Rio de la Plata, firent naufrage en 1516 sur la côte proche de l’île de Santa Catarina et qui y furent retrouvés, le 1er mai 1526, par un des navires de l’expédition affrétée par García Jofre de Loaysa pour rejoindre les Moluques par le détroit de Magellan, le San Gabriel, placé sous les ordres de Rodrigo de Acuña. D’après les courriers que ce dernier et son second adressèrent en Espagne au début de juin 1527, nous savons que deux de ces naufragés leur fournirent un abondant ravitaillement, que neuf autres s’en étaient allés à la guerre en compagnie des Indiens, que vingt-cinq soldats du San Gabriel choisirent de rester dans cette région, plus tard désignée par les Espagnols sous le nom de Mbiaza, et que, avant de repartir, l’aumônier du navire baptisa plusieurs enfants nés de l’union des naufragés avec les Indiennes1. A quelques mois de là, pendant l’escale qu’il fit à Santa Catarina, Sebastián Gaboto trouva, à son tour, une aide précieuse auprès de deux des déserteurs du San Gabriel2, et, après avoir eu lui-même de nouveaux contacts avec les Guaranis sur le Parana moyen3, il abandonna lui aussi sur la côte méridionale du Brésil quelques hommes qui secoururent en 1535 l’expédition de Pedro de Mendoza puis jouèrent en 1537 un rôle de première importance dans la fondation d’Asunción, comme en témoigne le Portugais Antonio Rodrigues qui abandonna quinze ans plus tard sa vie d’aventures pour entrer à titre de coadjuteur temporel dans la Compagnie de Jésus au Brésil4.

  • 5 Voir. Torquemada, Juan de, Primera (tercera)parte de los veinte i un libros rituales i Monarchia i (...)
  • 6 Voir Leite, Serafim, S. I., Cartas..., doc. 7, pp. 122-123 et doc. 9, p. 148-149.

4L’année qui suivit le passage de Gaboto, trois des naufragés ou déserteurs restés au « Puerto de don Rodrigo » y accueillirent le navire avec lequel l’inspecteur royal Alonso Cabrera avait été chargé de venir à l’aide des survivants de la malheureuse expédition de Pedro de Mendoza mais qu’un fort vent contraire avait empêché de franchir la barre du Rio de la Plata. Parmi ceux de ses passagers qui choisirent de n’en pas repartir, il y avait plusieurs franciscains dont le supérieur, fray Bernardo de Armenta, adressa le 1er mai 1538 à Juan Bernai Díaz de Lugo, auditeur du Conseil des Indes, un courrier où il célébrait les bonnes dispositions des Guaranis pour le christianisme et évoquait même la possibilité de les associer à la fondation d’une colonie espagnole de peuplement5. Grâce à l’autorité qu’il s’était rapidement acquise sur ses catéchumènes, il fournit en 1541 avec un de ses compagnons, fray Alonso Lebrón, un concours appréciable à Alvar Nùnez Cabeza de Vaca pour rejoindre Asunción à partir de la côte qui borde l’actuel Etat brésilien de Santa Catarina. Mais, vite brouillés avec lui, les deux franciscains profitèrent de sa destitution par les partisans de Domingo de Irala pour revenir dans leur « Province de Jésus » où, resté seul après la mort de son supérieur en 1546, fray Alonso Lebrón fut rapidement dépouillé de ses ouailles par des chasseurs d’esclaves portugais6.

  • 7 Voir Garay, Blas, Colección de documentes relativos a la Historia de América y particularmente a l (...)
  • 8 Voir Levillier, Roberto, Correspondencia de los oficiales reaies de hacienda del Río de la Plata c (...)
  • 9 Voir Levillier, Roberto, Gobernación de Tucumán. Papeles degobernadores en el siglo XVI, Madrid, 1 (...)
  • 10 Voir Leite, Serafim, S. I., Historia da Companhia de Jesus no Brasil, Río de Janeiro, 1945-1949.

5De nouvelles expéditions espagnoles firent encore escale dans cette partie du littoral aujourd’hui brésilien, notamment celle que Juan de Sanabria avait placée sous les ordres de Juan de Salazar, le fondateur d’Asunción7, et celle de Juan Ortiz y Zárate, qui y donna en 1573 à ses passagers franciscains l’occasion de raviver le souvenir de fray Bernardo de Armenta et de fray Alonso Lebron8, et enfin celle de Flores Valdés qui y laissa, semble-t-il, quelque soixante-dix arquebusiers désireux de se rendre au Guaira9. Mais la région ne tarda pas à tomber sous la coupe des aventuriers de São Vicente qui, en concurrence avec les jésuites de Rio de Janeiro, venaient y prendre livraison des esclaves que leurs rabatteurs du cru ramenaient de l’arrière-pays10.

6Naturellement les colons espagnols ou assimilés nouèrent des rapports à la fois beaucoup plus étroits et beaucoup plus durables avec les Guaranis de la périphérie d’Asunción et des territoires où ils se mirent à essaimer dès que leur expédition de 1547-1549 aux confins du Pérou leur eut révélé qu’ils avaient perdu la course aux gisements d’argent de Potosí : Guaira, où le trafic d’esclaves à destination du Brésil devint la principale activité de Ciudad Real et de Villa Rica, respectivement fondées en 1557 et 1570 ; Parana moyen où Corrientes, fondée en 1588, se consacra à l’exportation des peaux de bovins capturés dans la région ; Itatín enfin où le chroniqueur Ruy Díaz de Guzmán refonda en 1593 Jerez, pour tirer parti de la cueillette du maté dans les forêts voisines.

  • 11 Voir Torre Revello, José, « Contribucion documentada para la biografía de fray Luis Bolanos », Bol (...)
  • 12 Ils servirent de couverture à une opération commerciale de l’évêque du Tucumán, fray Francisco de (...)
  • 13 Voir Lozano, Pedro, S. I., Historia de la Compañía de Jesús en la provincia de Paraguay, Madrid, 1 (...)

7Les encomenderos regroupés dans ces bourgades obtinrent assez facilement des Guaranis des environs, en échange de l’outillage de fer dont ils étaient friands, corvées de travail et assistance pour la capture d’esclaves dans les villages de leurs ennemis, mais ils ne dédaignèrent pas pour autant de leur faire dispenser un enseignement religieux pour mieux les fidéliser et ils purent compter, à cet effet, sur des réguliers moins exigeants que les séculiers en matière de salaire. C’est ainsi qu’entre 1582 et 1585 deux des franciscains arrivés au Rio de la Plata avec Ortiz y Zàrate, fray Alonso de San Buenaventura et fray Luis Bolaños, exercèrent leur ministère en Itatín et au Guaira11 où ils furent relayés quatre ans plus tard par deux jésuites venus du Brésil dans des conditions assez singulières, les PP. Manuel Ortega et Thomas Fields12. Après une première visite de reconnaissance au cours de l’été austral de 1589-1590, ces deux missionnaires, qui s’étaient déjà familiarisés à São Paulo avec la langue des Tupis-Guaranis, entamèrent une carrière de près de dix ans à Villa Rica où, selon l’histoire du P. Pedro Lozano, ils multiplièrent les baptêmes, les confessions et les mariages parmi les Indiens tributaires des colons qui se présentaient « au nombre de plus de quatre ou cinq mille dans les grandes occasions ». Toujours d’après la même source, ils auraient même entrepris de « réduire les Indiens dispersés à vivre en société » dans deux villages « tous deux également florissants dans l’observance de la loi divine et de la civilisation chrétienne ». Bref, ils firent tant et si bien pour aplanir la voie à leurs successeurs que, lorsque en 1605 le P. Diego de Torres Bollo reçut du P. Aquaviva la mission de fonder la province du Paraguay, il insista pour récupérer le P. Manuel Ortega, qui avait été convoqué en 1599 à Lima par l’Inquisition, et il demanda la venue de six nouveaux missionnaires du Brésil13. Cela dit, ayant à décider, lors de sa première visite à Asunción en septembre 1609, de l’emploi des rares missionnaires dont il y disposait, il eut indiscutablement moins en tête l’exemple du Brésil que celui du Chili, partie intégrante et même jusque-là privilégiée de sa nouvelle province, où le P. Valdivia avait réussi à faire prévaloir auprès des autorités une stratégie de guerre dite défensive qui associait étroitement les missionnaires à la conduite des opérations militaires contre les Araucans.

Compelle eos intrare

  • 14 Voir Cartas Anuais de la Provincia del Paraguay, Chile y Tucumán, de la Compañia de Jesús (1609-37 (...)
  • 15 Voir Lozano, Pedro, op. cit., II, p. 215-220.

8En tout cas, l’esprit belliqueux des jésuites du Paraguay ne tarda pas à se manifester puisqu’en décembre 1610, un an à peine après avoir fondé leur première réduction au voisinage de celles que les franciscains avaient déjà établies dans le bassin du Tébicuari, le P. Marciel de Lorenzana n’hésita pas à faire appel à une énergique intervention militaire contre des Indiens des abords du Parana en déclarant dans la lettre qu’il fit parvenir au recteur du collège d’Asunción : « S’il n’y a pas de châtiment, nous n’avons plus rien à espérer dans ce pays »14. Une première expédition fut alors organisée par les colons contre les rebelles et elle ne fit pas moins de quatre cents morts dans leurs rangs sans la moindre perte du côté espagnol, mais pour plus de précautions une seconde opération fut encore lancée pour ramener le P. Lorenzana à Asunción. Là, selon un subterfuge souvent employé pour accroître le prestige des missionnaires auprès des Indiens, Hernandarias de Saavedra fit semblant de se laisser convaincre par le P. Lorenzana de relâcher des prisonniers du Parana, et une troisième expédition dirigée par un vétéran de la conquête du pays, Antonio de Añasco, se chargea de réinstaller triomphalement les jésuites dans leur réduction15.

  • 16 « Testimonio de la petición que el procurador de Villa Rica presento ante el gobernador sobre que (...)

9Pour leur part, les colons de Villa Rica tirèrent en janvier 1626 d’un mauvais pas le P. Ruiz de Montoya qui s’était aventuré dans une région du haut Ivaí dont les habitants refusaient de le laisser opérer dans le voisinage. Le capitaine Rodrigo Ortiz Melgarejo, qui dirigea l’opération, raconte dans la déposition qu’il fit, deux ans plus tard, au cours d’une enquête ouverte sur les réductions du Guaira par le gouverneur Luis Céspedes Jeria, que « la réduction de Los Angeles de Tayaova [...] aurait été très difficile à fonder sans la force des armes parce que, par deux fois, le P. Antonio Ruiz, de la dite Compagnie, avait dû s’enfuir et s’était trouvé en danger de mort [...], raison pour laquelle le déposant qui se trouvait alors avec ses hommes près de la dite province de Tayaova dut aller châtier ceux qui s’étaient rendus coupables d’empêcher la dite fondation, et la destruction du village des Indiens responsables de l’affaire et leur châtiment contribuèrent à ce que les autres Indiens se regroupassent, comme ils l’ont fait »16.

  • 17 Jesuítas e bandeirantes no Guairá, 1549 (sic pour 1594)-1640. Introduão, notas e glossário por Jai (...)
  • 18 Id., pp. 256-257.

10Le P. Ruiz qui s’affirma pourtant lui-même comme un adepte du compelle eos intrare de l’Evangile17, essaya bien de contester l’utilité de cette intervention pour ne pas compromettre la fiction de la « conquête spirituelle » – c’est-à-dire réalisée uniquement par des religieux – mais le provincial Nicolas Durán qui visita les réductions du Guaira à la fin de l’année 1626 ne manifesta pas le même dédain à l’égard des colons de Villa Rica puisque, dans ses annales de la province pour 1626 et 1627, il expliqua à l’intention du P. Vitelleschi que la principale raison de sa tentative de refonder la résidence que les jésuites avaient eue dans la ville au temps des PP. Ortega et Fields était que « si les Indiens n’avaient aucune crainte des Espagnols ils pourraient tuer facilement tous les Pères comme le disent couramment les sorciers qui les gouvernent »18.

  • 19 Voir Calvo, Carlos, Colección histórica completa de los tratados, convenciones, capitulaciones, ar (...)

11D’ailleurs la brusque accélération que l’avance des jésuites connut alors dans des territoires de plus en plus éloignés des centres de colonisation espagnole ne laissa pas d’inquiéter un missionnaire pourtant aussi intrépide que le P. Roque Gonzalez de Santa Cruz, le fondateur des premières réductions de l’Uruguay, qui, dans un rapport adressé au P. Duran, le 15 novembre 1627, expliqua qu’il avait écrit au gouverneur de Buenos Aires pour lui indiquer la nécessité de fonder deux postes espagnols, l’un près de la nouvelle réduction de San Francisco Javier et l’autre sur la côte du Mbiaza, « grâce auxquels, déclarait-il, on mettra à cette province deux freins sans quoi à chaque occasion ils (les Indiens) se disperseront parce que tout ceci est à l’écart, de sorte qu’il n’y a pas de crainte et que sans crainte on ne peut rien faire... »19.

  • 20 Voir Archivo de Indias, Audiencia de Charcas, Cartas y expedientes del gobernador de Buenos Aires, (...)

12Le P. Durán, qui savait que le gouverneur n’était plus à même de lui rendre aucun service, se garda bien de faire état de ces considérations dans son rapport déjà cité, mais quand, un an plus tard jour pour jour, le P. Gonzalez et ses deux adjoints, les PP. Alonso Rodríguez et Juan del Castillo, furent tués dans la région du confluent de l’Ijuí avec l’Uruguay et que les réductions voisines furent elles-mêmes sérieusement menacées, le P. Diego de Boroa, recteur du collège d’Asunción, se hâta de demander un secours auprès des colons. Un riche encomendero portugais de Corrientes, Manuel Cabrai, qui était en train de capturer des bovins dans les parages, se chargea de l’affaire avec sept de ses gauchos et, accompagné de plusieurs centaines de supplétifs tirés des vieilles réductions franciscaines et d’un nombre nettement moindre de catéchumènes des jésuites parce qu’il les jugea sans doute moins sûrs, il se porta sur la réduction de Candelaria qui était la plus menacée. Les rebelles qui vinrent l’y assiéger furent vite repoussés puis délogés à grands coups d’arquebuse du bois où ils s’étaient retranchés et, pris en chasse par les auxiliaires indiens, ils laissèrent plusieurs centaines de morts sur le terrain. Une douzaine de caciques choisis parmi les prisonniers furent encore exécutés pour l’exemple et, après avoir fait incendier leurs villages et leurs cultures, Manuel Cabrai fit encore semblant de préparer une expédition de représailles sur le cours supérieur de l’Uruguay, ce qui incita aussitôt les riverains à faire rapidement acte de soumission20.

  • 21 Voir Du Toict, Nicolas, S. I., Historia provinciae Paraquariae Societatis Jesu, Leodii, 1673, p. 2 (...)

13Il est vrai que pour préserver les avantages que leur valait l’autonomie de leurs réductions, les jésuites ne sollicitèrent l’aide des colons qu’en dernière extrémité et préférèrent toujours s’appuyer sur les troupes tirées des plus anciennes de leurs réductions, comme le P. Ruiz en témoigne lorsqu’il déclare en tête d’un chapitre de sa Conquista espiritual que « les Indiens déjà bien établis dans la Foi servent de chasseurs pour rassembler ces troupeaux ». Les rapports des missionnaires ainsi que les chroniques des PP. Techo et Lozano fournissent d’ailleurs nombre d’exemples de ces expéditions dites apostoliques et montrent que les jésuites ne se privèrent pas de recourir aux mêmes méthodes que les chasseurs d’esclaves contre les Indiens qui refusaient de se regrouper sous leur autorité. Ainsi pouvons-nous lire, sous la plume du P. Techo, que pour contraindre à revenir à Santa María la Mayor un clan indien qui s’en était éloigné, les PP. Ruyer et Badía, accompagnés d’une solide escorte, encerclèrent son village pendant que la population en âge de combattre était partie chasser ou préparer un essart, et, après avoir fait main basse sur les femmes et les enfants, ils incendièrent les cases, ce qui fit qu’à leur retour, les chefs de famille ne purent que se résigner à les rejoindre21.

  • 22 Idem, p. 322.
  • 23 Idem, p. 330.
  • 24 Voir Ruiz Montoya en Indias (1608-1652) por..., Madrid, 1900, t. 19, p. 328.

14Le recours à l’incendie des habitations et des cultures devint même systématique lorsque, à partir de 1637, les jésuites décidèrent de replier les Indiens du Tape qui avaient échappé aux chasseurs d’esclaves portugais jusqu’à l’ouest de l’Uruguay. Le P. Techo qui savait de quoi il parlait, pour être arrivé aux réductions en 1640, rapporte, par exemple, qu’à San Joaquín « on prit la résolution de brûler les villages pour que les habitants fussent contraints d’en partir »22 et la réduction de San Cosme y San Damián fut elle aussi incendiée « pour que nul ne songeât jamais à y revenir »23. Quant à Francisco Jarque, qui avait été missionnaire au Paraguay entre 1626 et 1640 et recueillit les confidences du P. Ruiz de Montoya lorsqu’il vint défendre la cause des réductions à la Cour, il affirme sans ambages que son héros avait ordonné « que la destruction par le feu fût totale sans en excepter la demeure des missionnaires ni même celle de Dieu »24.

15Pendant cette étape de formation du système des réductions guaranies, qui couvre une quarantaine d’années, la tâche des jésuites fut considérablement facilitée par l’activité des chasseurs d’esclaves de São Paulo qui détruisaient les structures traditionnelles des communautés indiennes et les poussaient à rechercher l’alliance de celles qui s’étaient regroupées dans les premières réductions. Les rapports des missionnaires sur le sujet font d’ailleurs apparaître qu’il y eut souvent un échange de bons procédés entre eux et les Paulistes dont ils obtinrent parfois la liberté de notables Indiens qu’ils espéraient gagner à leur cause. Cette entente tacite qui leur coûta fréquemment d’être soupçonnés par les Indiens de collusion avec leurs agresseurs fut mise à mal par le retour du Portugal à l’indépendance en 1640 car les chasseurs d’esclaves ne furent plus désormais considérés par la Couronne d’Espagne comme de simples sujets indisciplinés mais comme de dangereux ennemis susceptibles de s’avancer jusqu’aux mines du Potosí. C’est en s’appuyant sur cet argument et en faisant valoir l’intérêt stratégique de leurs réductions pour la défense du Pérou que les jésuites réussirent à faire avaliser par la Couronne leur détention de l’énorme quantité d’armes à feu qu’ils avaient accumulées clandestinement dans leurs arsenaux et qui leur permirent de préserver, à la fois contre les colons et les Portugais, l’autonomie de ce que d’aucuns appelèrent leur empire et d’autres la république chrétienne des Guaranis.

Notes

1 Voir Medina, José Toribio, Coleccion de documentos inéditos para la historia de Chile, Santiago de Chile, 1889, t. III, doc. XIII, p. 53 ; doc. XIV, p. 60 ; doc. XV, p. 63.

2 Voir Medina, José Toribio, El veneciano Sebastián Gaboto al servicio de Espana, Santiago de Chile, 1908, t. I, doc. VII, p. 347.

3 Voir Medina, José Toribio, Coleccion..., t. I, doc. VIII, p. 452.

4 Voir Leite, Serafim, S. I., Cartas dosprimeiros jesuítas do Brasil, Sao Paulo, 1954, t. I, doc. 65, p. 468-481.

5 Voir. Torquemada, Juan de, Primera (tercera)parte de los veinte i un libros rituales i Monarchia indiana, destribuida en tres tomos, compuesta por..., Sevilla, 1615, t. III, p. 148 b à 151 a.

6 Voir Leite, Serafim, S. I., Cartas..., doc. 7, pp. 122-123 et doc. 9, p. 148-149.

7 Voir Garay, Blas, Colección de documentes relativos a la Historia de América y particularmente a la Historia del Paraguay, Asunción, 1899, doc. XXI, pp. 195-198 et doc. XLII, p. 373-430.

8 Voir Levillier, Roberto, Correspondencia de los oficiales reaies de hacienda del Río de la Plata con los Reyes de España, Madrid, 1915, t. I, p. 286-312.

9 Voir Levillier, Roberto, Gobernación de Tucumán. Papeles degobernadores en el siglo XVI, Madrid, 1920, p. 136.

10 Voir Leite, Serafim, S. I., Historia da Companhia de Jesus no Brasil, Río de Janeiro, 1945-1949.

11 Voir Torre Revello, José, « Contribucion documentada para la biografía de fray Luis Bolanos », Boletín del Instituto de Investigaciones históricas, Buenos Aires, Facultad de filosofía y letras, 1936-1937, XXI, pp. 1-13 ainsi que Molina, Raúl A., « La obra franciscana en el Paraguay », Missionalia hispanica, Madrid, 1954, año XI, no 32, pp. 329-400 et no 33, p. 485-522.

12 Ils servirent de couverture à une opération commerciale de l’évêque du Tucumán, fray Francisco de Victoria, avec le Brésil. Voir à ce propos « Relacion del viaje que Diego de Palma Carillo y el Padre Francisco de Salcedo hicieron al Brasil por mandato del obispo de Tucumân para traer religiosos de la Compañía de Jesús y descubrir el camino del Rio de la Plata al Viaza y de aquí al Brasil (20 de octubre de 1585 a marzo de 1587) », Annaes do Museupaulista, Sâo Paulo, 1922, t. I, p. 139-143.

13 Voir Lozano, Pedro, S. I., Historia de la Compañía de Jesús en la provincia de Paraguay, Madrid, 1754-1755,t.I, pp. 744-745.

14 Voir Cartas Anuais de la Provincia del Paraguay, Chile y Tucumán, de la Compañia de Jesús (1609-37), con advertencia de Emilio Ravignani e introducción del P. Carlos Leonhardt, S. I., Buenos Aires, 1927. Facultad de Filosofía y Letras. Instituto de Investigaciones históricas. Documentos para la Historia Argentina, XIX, p. 141.

15 Voir Lozano, Pedro, op. cit., II, p. 215-220.

16 « Testimonio de la petición que el procurador de Villa Rica presento ante el gobernador sobre que los Indios de Ybitirembeta, Tayatí e Iniay acudan a hacer sus mitas como solían antes de las reducciones de los Padres de la Companla », Annaes do Museupaulista, t. II, Sâo Paulo, 1925, p. 56.

17 Jesuítas e bandeirantes no Guairá, 1549 (sic pour 1594)-1640. Introduão, notas e glossário por Jaime Cortesâo, Rio de Janeiro, 1951, p. 271.

18 Id., pp. 256-257.

19 Voir Calvo, Carlos, Colección histórica completa de los tratados, convenciones, capitulaciones, armisticios o cuestiones de limites de todos los estados comprendidos entre el golfo de Méjico y el cabo de hornos, desde el ano de 1493 hasta nuestros días, Vaduz, 1978, série I, 11, pp. 210-211.

20 Voir Archivo de Indias, Audiencia de Charcas, Cartas y expedientes del gobernador de Buenos Aires, Legajo 28 : Información hecha a pedimiento del procurador general de la Ciudad de San Juan de Vera, enero de 1635, p. 73 v° à 75 v°.

21 Voir Du Toict, Nicolas, S. I., Historia provinciae Paraquariae Societatis Jesu, Leodii, 1673, p. 237.

22 Idem, p. 322.

23 Idem, p. 330.

24 Voir Ruiz Montoya en Indias (1608-1652) por..., Madrid, 1900, t. 19, p. 328.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540