Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vents du large

 | 
Jacqueline Penjon
, 
Anne-Marie Quint

3. Civilisation

Fragments d’observation sur l’enfance brésilienne au XVIe siècle

Colette Callier-Boisvert

Texte intégral

  • 1 Bernadette Bucher, La Sauvage aux seins pendants, Paris, collection Savoir Hermann, 1977.

1Les premières descriptions des habitants du Nouveau Monde les ont présentés globalement comme bons ou méchants, suivant leur attitude amicale ou hostile envers les navigateurs ; classement binaire qui est devenu rapidement un stéréotype des récits de découverte. La femme elle-même n’a pas échappé à cette dichotomie, tantôt ève tentatrice et objet sexuel, tantôt vieille cannibale « aux seins pendants », image récurrente des gravures en taille-douce illustrant la collection des Grands Voyages de la famille de Bry que Bernadette Bucher a mis en évidence et décryptée1.

2Reste l’enfant. Philippe Ariès nous a habitués à l’absence de visibilité de l’enfant dans nos propres sociétés sous l’Ancien Régime. Il faut donc s’attendre à une certaine opacité de la condition enfantine dans la documentation que nous avons à notre disposition. D’autant plus que ces traces indirectes nous parviennent à travers un triple prisme. L’enfant est vu par un adulte, de sexe masculin et étranger à sa culture.

3À cela s’ajoute le fait que les premiers habitants du Brésil sont décrits comme un peuple de mineurs mentaux et sociaux, un peuple enfant. Que peuvent être aux yeux des observateurs de l’époque les enfants d’un peuple enfant ? Sont-ils vus différemment des autres enfants ?

4Il est certain qu’ils sont une pièce maîtresse dans le projet d’évangélisation et de colonisation des terres nouvellement découvertes. Dans les instructions que Jean III donne au premier gouverneur du Brésil et à la mission jésuite sur les méthodes de conversion des peuples païens, il insiste sur l’effort à fournir en direction des enfants :

  • 2 Luís de Albuquerque (dir.), Alguns documentos sobre a colonização do Brasil (século XVI), Lisboa, (...)

Je vous recommande et j’ordonne que vous fassiez en sorte [...] que les chrétiens convertis habitent ensemble et à proximité des bourgades des capitaineries, pour qu’ils fréquentent les chrétiens et non les gentils et pour qu’ils puissent être enseignés dans les choses de notre Sainte Foi. Quant aux enfants, parce qu’on imprimera mieux en eux la doctrine chrétienne, vous ferez en sorte de donner l’ordre qu’ils soient christianisés et endoctrinés, et tenus à l’écart des gentils2.

  • 3 « Manie la cire pendant qu’elle est molle » conseille Érasme dans le De Pueris, Paris, édition Kli (...)

5Ce topique de la cire molle sur laquelle s’imprègnent la parole de Dieu sans obstacle et toute forme d’enseignement3 est constamment présent dans l’immense mouvement de rénovation de la pédagogie à l’époque humaniste dans toute la chrétienté, chez les catholiques et chez les protestants, comme nous le verrons ci-dessous.

  • 4 La série des trois volumes Cartas Jesuíticas publiés en 1988 à Belo Horizonte, Editora Itatiaia/S. (...)
  • 5 Hans Staden, Duas viagens ao Brasil, S. Paulo, Editora Sociedade Hans Staden, 1942.
  • 6 André Thevet, « Le Brésil et les Brésiliens » in Suzanne Lussagnet, Les Français en Amérique penda (...)
  • 7 Jean de Léry, Histoire d’un voyage en terre de Brésil, édition Franck Lestringant, Paris, Le Livre (...)
  • 8 História da província Santa Cruz et Tratado da terra do Brasil, S. Paulo, Editora Obelisco, 1964.
  • 9 Tratado descriptivo do Brasil em 1587, S. Paulo, Editora da Universidade de S. Paulo, 1971.

6Les sources sur lesquelles s’appuie cette analyse des observations, formulées par les chrétiens du XVIe siècle à propos des enfants brésiliens, sont hétérogènes mais concentrées sur une quarantaine d’années, entre 1549 et 1587. Elles comprennent la correspondance et certains traités de jésuites4, les récits des étrangers : Staden (1557)5, Thevet (1557)6 et Léry (1578)7 et enfin les traités de laïcs portugais, Pero de Magalhães Gândavo (1573-1576)8 et Gabriel Soares de Sousa (1587)9. Ces sources ne sont pas à traiter sur le même plan. Il faut établir une double discrimination parmi les observateurs, d’une part entre Français/Allemand et Portugais, et d’autre part entre missionnaires et laïcs.

7La première discrimination est fondamentale quant au point de vue de l’observateur, car les Portugais sont au Brésil en tant que colonisateurs, avec un projet bien défini. Les rapports avec la population et les réflexions qu’ils entraînent sont étroitement dépendants de cette position. Parmi les étrangers, Hans Staden se singularise par sa qualité de prisonnier-esclave destiné au festin cannibale et par son statut d’homme d’armes. Son récit, plutôt sec, se veut simplement descriptif, sans opinion personnelle. Il n’en va pas de même des Français, plus soucieux du public auquel ils destinent leurs témoignages. Quand ils cherchent à régler leurs comptes avec des contradicteurs, ils orientent leurs observations en fonction de cet objectif.

8La seconde discrimination a moins d’importance dans la mesure où missionnaires et laïcs sont profondément religieux, qu’ils soient catholiques ou protestants, et où les différences de croyances n’altèrent pas de façon significative le regard porté sur l’enfance.

9Ce corpus révèle une certaine opacité dans la correspondance jésuite en ce qui concerne l’éducation des jeunes indiens, qui ne correspond pas à la place prépondérante de l’enfant dans le dispositif de conversion tel qu’il a été décidé par les instances supérieures. Les informations sont répétitives ou contradictoires.

10Dans les récits des voyageurs et les traités, les observations les plus pertinentes portent sur les rapports parents/enfants, à travers les rites d’intégration sociale. Il faudrait préciser que ce sont surtout les comportements qui étonnent par leur étrangeté qui sont notés, et qu’ici comme ailleurs les fillettes restent presque invisibles.

11Dans l’ensemble, l’enfant sur qui doit porter l’effort d’évangélisation et de socialisation selon le modèle chrétien n’apparaît pas comme sujet. Une exception pourtant s’affirme dans le portrait de ce que j’appellerai « l’enfant accueillant », un petit garçon naturellement.

12L’objectif n’est pas de reconstruire l’enfance indienne à partir de bribes d’observation. L’étroitesse de la documentation sur la condition enfantine au Brésil au XVIe siècle incite plutôt au décryptage du discours sur cette enfance, reflet de la mentalité des hommes de la Renaissance. En effet, ces observateurs transportent en eux une certaine image de l’enfant qu’il convient d’abord d’esquisser.

I – L’enfant de la chrétienté, cible de l’évangélisation et de la réflexion humaniste

  • 10 Egle Becchi, « Humanisme et Renaissance », in Egle Becchi et Dominique Julia (dir.), Histoire de l (...)

13Les historiens de la famille ont constaté un vaste mouvement de reconnaissance de l’enfant dans la chrétienté à l’époque des découvertes, qui révèle un changement de regard porté sur lui. On peut le considérer comme le signe d’un investissement affectif et surtout économique et moral sur sa descendance. L’enfant devient un sujet sur lequel on investit pour obtenir une place dans l’édification d’une société de citoyens et de marchands10. Cette préoccupation des classes bourgeoises urbaines est plus précoce dans les villes-états d’Italie que dans le nord de l’Europe, mais elle se fait sentir dans tous les pays. Dès la fin du XIVe siècle en Italie du Nord, on observe une prolifération d’écoles élémentaires, privées ou publiques, pour les garçons. Les filles sont scolarisées plus tard, à la maison ou au couvent.

14Ces écoles élémentaires ou « petites écoles » sont gratuites pour les familles pauvres grâce au soutien des fondations. Les foules enfantines dans les rues des villes effraient. La prise en charge totale des enfants des rues est appréhendée avant tout comme un problème d’ordre public, car la mendicité et la misère enfantines sont ressenties comme un scandale et un danger. Au XVe siècle, ce sont les fondations privées et les ordres mendiants, Franciscains et Dominicains qui s’occupent de ces jeunes, de leur évangélisation et de leur instruction. Savonarole par exemple organise des confréries de jeunes garçons entre 8 et 16/17 ans pour en canaliser les violences et les sortir des dangers de la rue. Les activités y sont variées : jeux de ballons, processions et représentations sacrées.

  • 11 Voir Eugenio Garin « L’image de l’enfant dans les traités de pédagogie du XVe siècle » in Egle Bec (...)
  • 12 Selon la formule d’Erasme, « Les hommes ne naissent point hommes [...] Raison fait l’homme », op. (...)

15Théoriciens et pédagogues multiplient les traités, les opuscules et les épîtres sur l’éducation. De nouvelles méthodes, de nouveaux objectifs y sont exposés dans une pédagogie de l’exemple11. L’idée maîtresse de l’humanisme selon laquelle l’enfant est perfectible12 se répand et s’impose. Il faut lui fournir des exemples : le père, les auteurs anciens (Cicéron, Sénèque, Plutarque, Quintilien, Saint Augustin, Saint Jérôme...), les vies d’enfants admirables (Jésus, Marie...). Il faut aussi une connaissance précise du caractère de l’enfant pour établir entre le maître et l’élève un rapport de confiance fondé sur la douceur. La préférence doit aller aux récompenses et à la prévention plutôt qu’à la punition, le jeu doit être introduit comme pratique d’apprentissage. Il convient de socialiser l’enfant très tôt, en lui donnant des camarades de son âge. Les relations entre pairs épaulent les relations maître/élèves et favorisent l’émulation. La formation doit être complète et dans ce but le régime de l’internat est recommandé, avec un encadrement attentif et une discipline douce mais constante.

16Il n’y a pas lieu ici de développer davantage le projet éducatif des humanistes, exposé par Érasme dans le traité De Pueris, paru en 1529, projet qu’il partage avec ses prédécesseurs italiens et ses contemporains du monde chrétien. Ainsi les uns comme les autres ne séparent pas l’enseignement de la catéchèse.

  • 13 Dominique Julia, « L’enfance aux débuts de l’époque moderne » in Egle Becchi et Dominique Julia (d (...)
  • 14 En atteste la prolifération des catéchismes, à partir du début du XVe, Opus Tripartitum de Gerson, (...)

17L’importance de la formation religieuse des enfants est accrue du fait de la pluralité des confessions chrétiennes. Sous l’impulsion des décrets du Concile de Trente, les évêques catholiques mettent en œuvre la réforme pastorale dont l’un des volets essentiels est l’instruction des fidèles13. Les enfants sont la cible privilégiée de l’enseignement puisque la société chrétienne est fondée à partir d’eux. Les liens entre pédagogie et volonté d’évangélisation sont aussi fermes chez les catholiques que chez les protestants14.

18Aux Pays-Bas, les écoles de la Congrégation des Frères de la Vie Commune à Liège (Hiéronymites) sont à la pointe de la nouvelle pédagogie. Leurs innovations, reprises par les collèges de l’Université de Paris, servent de matrice aux premières tentatives jésuites et à la réforme du gymnase de Strasbourg élaborée par Jean Sturm.

19En effet la pédagogie jésuite sait tirer profit des apports de la réflexion humaniste et chrétienne et les mettre en pratique. Dès 1552, une bulle pontificale donne aux jésuites le privilège de délivrer les titres académiques de bachelier, licencié, docteur. Ils contrôlent l’instruction secondaire et supérieure. Ce sont d’autres ordres religieux qui continuent à prendre en charge l’instruction populaire et l’apprentissage des rudiments. D’ailleurs l’apostolat par l’enseignement n’était pas prévu dans les directives d’Ignace. Il avait écrit dans les Constitutiones :

  • 15 Voir Jean-Claude Margolin, op. cit., p. 217.

Apprendre aux ignorants à lire et à écrire serait une œuvre de charité si la Compagnie avait assez de sujets pour suffire à tout, mais à cause de la pénurie du personnel, nous n’enseignons pas d’ordinaire15.

20Toutefois, le désir de former leurs propres soldats de l’Eglise de Rome pousse les jésuites à ouvrir quelques maisons d’études entre 1541 et 1546 à Lisbonne, à Padoue, Coïmbre, Louvain et Bologne. Elles se transforment rapidement en maisons d’enseignement secondaire.

21L’objectif de la Compagnie est de former de bons soldats de l’Eglise capables de combattre les hérétiques et les rebelles en Europe et de convertir les païens dans le reste du monde. Si en terres chrétiennes ils se limitent à prendre en charge les écoles secondaires et supérieures, il n’en va pas de même chez les peuples païens. L’évangélisation y est étroitement associée à l’apprentissage des rudiments dans les « petites écoles » tenues par les missionnaires.

22Comme l’évangélisation des enfants de la chrétienté promulguée par le Concile de Trente, la conversion des païens ne pouvait se faire sans l’acquisition concomitante des éléments primaires de l’instruction. Les païens, adultes et enfants, sont censés recevoir la même formation de base que les jeunes enfants de la chrétienté. On ne se pose pas la question de savoir si les petits Brésiliens sont aptes à la recevoir telle quelle.

II – L’enfant brésilien, selon les témoignages des chrétiens

23L’enfant n’est pas dissocié de son environnement familial. Il apparaît en premier lieu dans les descriptions des relations entre parents et enfants. Les observations les plus complètes concernent les comportements qui tranchent sur les habitudes chrétiennes.

  • 16 Voir Egle Becchi, op. cit., p. 129, note 82. Les hospices d’enfants trouvés se multiplient au XIVe(...)
  • 17 À Venise au XVe siècle, on pouvait acheter des enfants d’origine tartare ou dalmate à partir de 5/ (...)

24Un problème comme celui de l’infanticide est à peine soulevé, bien qu’il soit sous-entendu par la majorité des observateurs dans la mesure où ils insistent sur le fait que la population est saine et ne présente aucune malformation. Que l’infanticide ne retienne pas plus leur attention n’a rien de remarquable, puisqu’il était encore fréquent en Occident, bien que sévèrement châtié par l’Eglise dès le Moyen Age, de même que la vente et dans une moindre mesure l’abandon d’enfants16. Les enfants esclaves ne suscitent pas plus d’intérêt, car les trafics d’enfants ont longtemps persisté dans le monde chrétien17. On remarque en revanche que ces enfants, fils de prisonniers, sont mangés et peuvent l’être par leur génitrice, puisqu’ils appartiennent à leur père (en raison de la filiation patrilinéaire) et à ce titre sont considérés comme des ennemis.

25Les rapports entre les parents et les enfants sont présentés sous l’angle des rôles paternel et maternel dans les rites d’intégration sociale des enfants. On privilégie la relation parentale.

26Dans cette relation, deux caractéristiques sont relevées, parce qu’elles surprennent l’ensemble des observateurs comme indices d’un comportement affectif qui tranche avec la brutalité des mœurs décrites par ailleurs : la tendresse manifestée par les parents envers leurs enfants, surtout les tout petits et le fait que le père et la mère se chargent indifféremment des soins de propreté.

27La première est généralement vue comme un trait positif de sensibilité humaine : « Les parents n’aiment rien davantage que leurs enfants, et celui qui fait du bien à leurs enfants obtient des parents ce qu’il veut » (Cardim, p. 150). Sauf chez Magalhães Gândavo qui y voit un trait d’animalité. C’est l’attachement de la chatte pour ses petits. Léry prétend que les garçons sont préférés aux filles, à cause des besoins en guerriers (p. 436).

  • 18 « L’accouchée » in De Pueris, op. cit., p. 113-133.

28Tous ont décrit les rituels de naissance différenciés selon le sexe de l’enfant. Ils signalent aussi la coutume de la couvade, mais ce sont surtout les Français qui ont relevé le rôle important joué par le père (ou le frère de la mère) lors de l’accouchement par exemple, qui n’est pas une affaire de femmes. Il est souvent présent, c’est lui qui coupe le cordon ombilical si l’enfant est de sexe masculin, qui ordonne les rites de socialisation du nouveau-né et partage avec la mère les soins d’hygiène corporelle des petits enfants. Parce que les Français sont informés des querelles au sujet de l’allaitement maternel et de l’emmaillotement qui opposaient les humanistes comme Érasme18, hostiles à l’emploi des nourrices et favorables à la liberté de mouvement des nourrissons, aux partisans de la « coutume », ils relèvent ces questions. Léry loue longuement chez les Brésiliens la pratique de l’allaitement maternel et l’absence de maillot (p. 432). Hans Staden considère que le filet qui relie la mère à l’enfant quand elle le transporte fait office de maillot (p. 170). Les uns et les autres sont attentifs au changement de labret pour les garçons, qui s’accompagne d’un changement de nom.

29Les rites de puberté n’ont été observables que chez les fillettes ; à cette occasion, les témoins, qui sont des hommes, leur prêtent une attention qu’ils leur accordent chichement en général. Les descriptions, fort détaillées, diffèrent peu les unes des autres : les fillettes subissent la coutume des purgations, qui est leur lot dans toute société mais qui surprend par la cruauté des pratiques rituelles, de même que la liberté sexuelle qu’elles acquièrent alors jusqu’au mariage.

30Une information donnée par tous concerne le traitement particulier que les enfants reçoivent de la part des adultes dans un dernier rituel, celui du festin cannibale, où une part du corps leur est réservée : les viscères qu’ils partagent avec les femmes, la cervelle, la langue et les parties charnues de la tête. Après la mise à mort du captif, les petits garçons de 3-4 ans reçoivent de leur père le baptême du sang. Ils en sont enduits pour les préparer à leur destin de guerrier et en même temps longuement instruits sur la vengeance.

31Dans leur correspondance, les jésuites évitent d’aborder le domaine de la transmission des savoirs chez les indiens, puisqu’il s’agit des « mauvaises mœurs » inculquées aux enfants, qu’ils veulent précisément éradiquer. Seul Cardim en donne la description dans son traité.

32Ce qui frappe l’ensemble des observateurs est l’absence totale de châtiments chez un peuple si rude par ailleurs :

Ils n’ont aucune sorte de punition pour leurs enfants et il n’est ni père ni mère qui de sa vie ait puni ou porté la main sur son enfant, tant ils y tiennent comme à la prunelle de leurs yeux. Quand ils sont petits, ils sont très obéissants à leurs parents, et tous sont d’un naturel aimable et plaisant.

33écrit Cardim (p. 274).

34« Les Tupinambas ne donnent aucun châtiment à leurs enfants, ni ne les grondent, ni ne les réprimandent pour quoi que ce soit » écrit de son côté Gabriel Soares de Sousa (p. 307). On pourrait multiplier les exemples. Seul Hans Staden semble apporter la preuve que les parents pouvaient avoir quelque problème pour obtenir l’obéissance de leurs enfants, et qu’ils avaient recours à un « père fouettard » :

J’ai vu aussi un principal, un matin de bonne heure, parcourir toutes les huttes et griffer avec une dent pointue de poisson les jambes des enfants, pour les effrayer de telle sorte que les parents puissent les en menacer quand ils sont turbulents : « il reviendra ! ». Ils arrivent ainsi à faire taire les enfants. (p. 172)

  • 19 Mission jésuite du Brésil, édition J.C. Laborie, Paris, Chandeigne, 1999, p. 153.

35Il est possible aussi que Staden ait mal interprété la scène à laquelle il a assisté. Quoi qu’il en soit, l’obéissance n’était pas une vertu enseignée aux jeunes indiens. Anchieta le fait remarquer dès 1554 : « Les enfants n’obéissent aux parents que quand bon leur semble »19. Thevet en apporte une confirmation et en même temps une observation intéressante sur la socialisation du jeune indien par imitation du comportement adulte : « Aussy il y en a peu qui portent obéissance à leur père et mère ». Cependant, au dire des indiens :

L’enfant tancé ne pense bien faire selon leur opinion. Aussy quand les enfants peuvent faire quelque chose, ils n’attendent pas qu’on leur commande, tant sont de bonne nature envers leurs parents. (1953, p. 52, n. 2.)

36Cette absence de châtiment va certes dans le sens de la pédagogie humaniste, mais elle est chez cette population disjointe de toute forme d’enseignement. C’est pourquoi elle est violemment contestée par Magalhães Gândavo, maître de latin, qui la juge pernicieuse :

Ils élèvent tous leurs enfants de manière vicieuse, sans aucune forme de châtiment. Ceux-ci tètent jusqu’à l’âge de sept, huit ans si leurs mères jusque-là n’ont pas eu d’autres enfants qui prennent leur place.On ne trouve chez eux aucun des arts utiles auxquels s’adonner. Ils ne s’occupent de rien d’autre que d’aider leurs pères à se procurer de quoi se nourrir et ils restent sous leur coupe jusqu’à ce qu’ils soient capables de subvenir à leurs besoins. Ils n’attendent aucun héritage d’eux, pas même de légitimes pour s’enrichir. Le père ne donne à son fils que cette éducation, en qui la nature s’est montrée universellement généreuse en l’accordant à tous les autres animaux qui n’ont pas de raison. (p. 57)

37La plupart des informations de Gândavo concernant les mœurs indiennes viennent des jésuites et des colons. Il n’a côtoyé que les indiens des villes et il adopte étroitement la mentalité des colons à l’égard des premiers occupants du pays. Cette appréciation négative de l’absence d’éducation donnée par les parents indiens à leurs enfants, qui les ravale au rang de l’animalité, sert de faire-valoir à la « bonne » éducation que ces derniers reçoivent des jésuites (p. 67).

38Dans les autres récits, la transmission du savoir spécifique des adultes aux enfants est acceptée comme une forme d’enseignement dans la mesure où elle prépare l’enfant à sa future vie d’adulte. Les différences selon les sexes sont remarquées, toujours plus détaillées et plus précises chez les garçons que chez les filles :

Aux garçons, on apprend à tirer à l’arc et aux flèches sur une cible, puis sur des oiseaux. Ils sont portés sur le dos jusqu’à l’âge de sept ou huit ans. C’est la même chose pour les filles. Les uns et les autres tètent souvent pendant six à sept ans. Les mères apprennent à leurs filles à se parer, comme le font les Portugaises, et à filer le coton et aussi à faire toutes les tâches de la maison selon leur coutume.

39écrit Soares de Sousa (p. 307).

40On peut remarquer que chez les Portugais les références à l’allaitement portent sur cette pratique prolongée jusqu’à l’âge considéré comme « de raison », une pratique qui sort des normes humaines. Les Français n’ont pas relevé cet aspect de la question.

41Dans l’ensemble, on voit que les rituels et les coutumes qui mettent en scène les enfants dérangent quelque peu les habitudes chrétiennes, alors que les enfants sont considérés avant tout comme des enfants, des êtres malléables, innocents, ignorant le bien et le mal selon la conception de l’époque.

III – L’enfant au Brésil, fer de lance de la christianisation

42Ce sont ces enfants que les jésuites se voient confier dans le projet de conversion des nations païennes, selon les instructions royales et en accord avec les préceptes humanistes d’éducation précoce et de formation globale. Ils vont utiliser à leur égard leur expérience de la psychologie enfantine, comme pour n’importe quel autre enfant, qu’ils seront néanmoins amenés à adapter en raison d’un contexte social profondément différent de celui de la chrétienté.

  • 20 Le père jésuite Pedro Domenech avait fondé en 1549 à Lisbonne le Collège de Jésus qui recueillait (...)

43Le recrutement semble d’abord facile. Quinze jours après leur arrivée à Bahia en 1549, Nóbrega ouvre une école de la doctrine pour des enfants réunis sur place (1988, T. I, p. 72). Enfants des rues, jeunes indiens et surtout métis, auxquels il ajoutera neuf orphelins venus du Portugal l’année suivante20, dont il enverra quelques-uns au Pernambouc.

44Ce mélange des enfants obéit à une tactique précise : faciliter l’apprentissage des langues, les orphelins apprenant le tupi et les indiens et métis apprenant le portugais, pour favoriser la christianisation des gentils mais aussi la fusion des trois éléments de la population. Les jésuites ont compris dès leur arrivée qu’il ne serait pas possible de mettre côte à côte dans leurs écoles les fils de Portugais et les jeunes indiens, étant donné le fossé culturel entre les uns et les autres et la « haine » (Nóbrega, 8 mai 1558, édition Laborie 1999, p. 238) que les Portugais portaient aux Indiens. En revanche, les orphelins du royaume déjà catéchisés vont servir d’émissaires de la chrétienté dans les villages indiens, de même que les jeunes métis et indiens en voie de christianisation pour attirer sans cesse de nouveaux catéchumènes. Comme l’écrit Nóbrega, c’est « un bon moyen d’attirer les indiens » (1988, T. I, p. 72).

45Anchieta relate comment les pères ont commencé le recrutement des enfants dans l’intérieur du pays et comment ils s’estimaient heureux de ramener un enfant d’un village, un autre d’un autre village indien vers leur école. La maison des jésuites accueillait donc des enfants de provenance diverse. Les frères de S. Vicente par exemple,

avaient rassemblé là des enfants indiens provenant de différents endroits, qu’ils intruisaient parfaitement dans les rudiments de la foi chrétienne et dans les études élémentaires [...] Pour la subsistance de ces enfants, on faisait venir de 30 milles de l’intérieur de la farine de manioc. (1999, p. 145).

46Ces enfants en régime d’internat ont posé de sérieux problèmes d’alimentation aux jésuites, jusqu’à ce que ces derniers disposent de leurs propres ressources, grâce aux terres données par le gouverneur Mem de Sá, où ils ont pu pratiquer des cultures vivrières et des plantations.

47Mais les enfants constituaient une médiation indispensable dans l’approche des indiens non christianisés, selon les préceptes de Saint François-Xavier qui avait demandé de les utiliser dans ce dessein :

Nous avons l’habitude de les convoquer à la doctrine par l’intermédiaire de l’un de ces enfants, qui vont prêchant jusqu’au centre de leurs habitations, avec beaucoup de dévotion et de ferveur... Parfois les Pères vont avec les enfants, parcourant les villages et prêchant la parole de Dieu... chacun portant sur l’épaule son hamac pour dormir, les pères comme les enfants marchant tout le jour... Les quinze enfants que nous amenions avec nous sans avoir de quoi les nourrir faisaient pitié.

48écrit Vicente Rodrigues, de Bahia, le 17 sept. 1552 (1999, p. 138).

49Si l’on en croit les premières affirmations des jésuites, le recrutement ne pose pas de difficultés majeures, à Bahia par exemple où les jésuites sont le mieux enracinés :

Les enfants des gentils commencent déjà à fuir leurs parents et venir vers nous. Les parents ont beau faire, ils ne peuvent pas les empêcher de fréquenter les autres enfants [métis et orphelins du royaume].

50selon António Pires en 1551 (1988, T. Il, p. 106).

Nous sommes arrivés ici au village du Saint-Esprit aujourd’hui mardi avec près de vingt garçons, fils du Parajuba et de ses parents, qui nous les ont donnés avec beaucoup de bonne volonté et avec l’espoir d’avoir eux aussi une église. Il fallait voir ces garçons avec leurs hamacs sur le dos et leurs cannes à pêche, rassemblés au pied de la croix.

51écrit António Blasquez en 1559 (1988, T. II, p. 260.).

52Pourtant les jésuites doivent déchanter. Les informations précédentes sont données pour montrer la mission apostolique sous un jour favorable. Ces exemples de réussite dissimulent une réalité bien différente. Les parents ne se laissent pas facilement convaincre de céder leurs enfants et ceux-ci se sauvent une fois leur curiosité satisfaite.

53Ainsi le père Luís da Grã écrit au Père Provincial du Portugal le 27 décembre 1554 :

Nous espérons plus des petits. Mais ils sont si difficiles à enlever des mains des parents qu’il est impossible d’en avoir, ou bien ils fuient aussitôt, ainsi depuis que je suis ici, 14 ou 15 enfants se sont enfuis. (1999, p. 164).

54D’autres résistent à l’appel à la prière ou à l’étude :

Au son de la cloche, ils répondent « hitya », ce qui veut dire, « j’arrive », mais ils ne viennent pas pour autant. Leur nature si paresseuse fait que, parfois même, ils ne consentent pas à l’effort nécessaire pour se procurer leur subsistance.

55précise le père Ant¢nio Blasquez dans sa lettre quadrimestrielle datée de Bahia, septembre 1556-janvier 1557 (1999, p. 224).

56Nóbrega lui-même reconnaît la désaffection de ses protégés dans une lettre au Père Provincial, écrite de Bahia, le 8 mai 1558 :

Nous n’avons pas actuellement d’enfants de gentils dans la maison. En effet, ceux qui y vivaient étaient soit déjà grands et donc déjà affectés aux offices, soit, et ce furent les plus nombreux, ils se sont enfuis auprès des leurs. (1999, p. 238)

  • 21 Anchieta, 1988, T. III, « Informaçâo dos primeiros aldeamentos da Bahia », p. 385.

57La désertion est brutale lors de l’épidémie de variole qui sévit en 1562 et 1563 dans la région de Bahia. Ceux qui ne meurent pas dans les villages où la maladie cause des dégâts énormes, se sauvent vers l’intérieur. Les villages se vident et les jésuites regroupent les restes de population de la quinzaine de villages qui faisaient leur fierté en seulement21 trois.

58Une conséquence inévitable de la méthode de conversion des gentils qui commence par l’évangélisation de leurs enfants est la rupture qu’elle entraîne entre parents et fils. Un seul jésuite soulève l’aspect humain du problème, tout en se retranchant derrière la volonté de Dieu.

59Anchieta décrit la situation de la mission à Piratininga dans une lettre quadrimestrielle, mai à septembre 1554 :

Nous avons aussi dans notre maison quelques enfants de gentils venus de différents endroits. Ils en arrivent à abominer si totalement les coutumes paternelles que, lors de la visite de son père dans notre village, l’un d’eux, loin de témoigner de son amour filial, ne lui parla que très peu et de fort mauvaise grâce, et encore uniquement lorsque nous l’y obligeâmes [...] Un autre enfant, qui vivait longtemps déjà loin de ses parents, traversa un jour avec nos frères le village où habitait sa mère. Ayant reçu l’autorisation de la voir, il ne la salua cependant pas et passa outre. C’est ainsi qu’en tout ils placent toujours notre amour avant celui des parents. Louanges et gloire à Dieu, de qui tout bien procède. (1999, p. 150).

60Une telle attitude n’est certes pas recherchée par les jésuites. Pour Nóbrega en particulier, l’enfant catéchisé doit être le fer de lance de l’évangélisation auprès des siens et non pas être coupé d’eux. Mais elle est inéluctable dans les maisons fonctionnant comme internat. C’est pourquoi la meilleure formule de christianisation est celle du village de la doctrine (même s’il s’agissait d’une concentration artificielle), préfigurant le modèle de la « réduction » Guarani. Il réunit des familles entières, sous la surveillance d’un meirinho laïc indien, doté de fonctions religieuses et de magistrat, et dispose d’un territoire assez vaste pour assurer la subsistance des villageois et des Pères. Il est placé sous la tutelle juridique et morale des jésuites. Chaque village a son église, souvent un calvaire, une maison pour les missionnaires, une école et à partir de 1574 un dispensaire. À toute la population est donné un enseignement religieux, séparé en fonction du sexe et des âges. Les femmes et les filles sont aussi évangélisées. L’école est ouverte aux seuls garçons.

61Les punitions ne sont pas données de la main des Pères, selon une prescription des Constitutiones, rappelée par le Père visiteur Inácio de Azevedo en 1568. Ce sont les meirinhos dans les villages qui s’en chargent ou des élèves plus âgés dans les écoles.

62Suivant les préceptes humanistes, les plus jeunes jésuites, les frères, sont responsables de la catéchèse et de l’enseignement :

  • 22 Robert Ricard, « Les jésuites au Brésil pendant la seconde moitié du XVIe siècle. Méthodes mission (...)
  • 23 Voir Cardim ci-dessous.

63« Au frère António incombe d’une part la charge de l’enseignement aux enfants des principes de la foi, et d’autre part l’étude des rudiments de la lecture et de l’écriture », écrit Anchieta dans sa lettre quadrimestrielle de 1554, à propos de la mission de Piratininga (1999, p. 142). Le fonctionnement est analogue partout. On utilise un catéchisme sous forme de dialogue dont le modèle, en usage dans le royaume, a été adapté au Brésil avant 1566, en langue tupi, língua geral ou língua Brasílica.22. Dans ces écoles, les enfants indiens apprennent le cathéchisme, à servir la messe, à chanter les offices et à jouer d’instruments pour accompagner les cérémonies du culte23. Ils apprennent aussi à lire, écrire et parler portugais. Ceci pendant une demi-journée, l’autre demi-journée étant consacrée à la pêche ou à la chasse pour subvenir aux besoins de la famille. Il n’y a pas d’enseignement artisanal, sauf dans la capitainerie d’Espírito Santo en 1562, où une lettre nous informe que les Pères font apprendre le tissage de grandes pièces aux garçons et le filage et la couture aux filles (1988, T. II, p. 340-341). Mais on ne sait pas si cette expérience a duré, ni si elle s’est répandue ailleurs.

  • 24 Ricard, op. cit. p. 331 sq.

64Il faut revenir sur la musique et le puissant attrait qu’elle exerce sur les Indiens, grands et petits. Chants, processions et musique sont très tôt et systématiquement utilisés par les jésuites comme instrument de conversion. C’est en procession, en chantant des cantiques, accompagnés d’instruments à vent que les orphelins du royaume, accompagnés des quelques jeunes indiens déjà endoctrinés par les jésuites, se présentent dans les villages indiens. Aussi l’étude du chant et de la musique instrumentale est-elle développée dans toutes les écoles : flûte, viole, clavecin, chalumeau, trompette, basson, cornet et fagot. Les représentations de saynètes religieuses et les danses rencontrent aussi un vif succès, ébauches de ce que sera le théâtre scolaire dans le système éducatif jésuite24.

  • 25 Serafim Leite, « Características do primeiro ensino popular no Brasil (1549-1759) », Novas páginas (...)

65En 1576, la Compagnie possède trois collèges, à Bahia (1556), à Rio (créé à Piratininga en 1556, puis transféré à S. Vicente en 1561, enfin transporté en 1568 à Rio), à Pernambouc (Olinda, en 1576), avec chacun des classes primaires et cinq écoles d’enseignement primaire dans les cinq résidences (1988, T. III, p. 79, 85 et 89) Ilhéus, Porto Seguro, Espírito Santo, S. Vicente et S. Paulo. Selon Robert Ricard (op. cit.) et Serafim Leite25, les jeunes indiens à cette époque ne fréquentent que le niveau élémentaire, dans les écoles de « 1er, escrever e cantar », ou comme l’écrit Anchieta en 1581, les écoles « de 1er, escrever e algarismos » (Leite, p. 201), avec une considérable évasion scolaire.

66L’enseignement secondaire et supérieur des collèges, où en 1 575 est célébrée en grande pompe la première promotion de diplômés à Bahia, est réservé aux fils de Portugais.

67On peut avoir un aperçu de la transformation de ces enfants grâce à l’éducation aux « bonnes mœurs » dispensée par les missionnaires en comparant trois portraits de jeunes indiens accueillant les visiteurs à l’entrée de leur village. Les deux premiers datent de 1555 et le dernier de 1583. Dans les trois portraits, il s’agit de garçonnets, appartenant à la même tranche d’âge, les 3-7 ans.

IV – « L’enfant accueillant »

68Le premier portrait est celui tracé par Jean de Léry, qui était âgé d’une vingtaine d’années lors de son séjour de dix mois au Brésil.

Traitant du mariage des sauvages, je diray comme leurs enfans sont accoustrez dès leur naissance : mais pour l’esgard des grandets au dessus de trois ou quatre ans, je prenois sur tout grand plaisir de voir les petits garçons qu’ils nomment Conomi-miri, lesquels fessus, grassets et refaits qu’ils sont, beaucoup plus que ceux de par-deçà, avec leurs poinçons d’os blanc dans leurs levres fendues, les cheveux tondus à leur mode, et quelque fois le corps peinturé, ne failloyent jamais de venir en troupe dansans au devant de nous quand ils nous voyoyent arriver en leurs villages. Aussi pour en estre recompensez, en nous amadouans et suyvans de pres, ils n’oublioyent pas de dire, et répéter souvent en leur petit gergon, Contoüassat, amabé pinda, c’est à dire, Mon amy et mon allié, donne moy des haims à pescher. Que si là dessus leur ottroyant leur requeste (ce que j’ay souvent fait) nous leur en meslions dix ou douze des plus petits parmi le sable et la poussiere, eux se baissans soudainement, c’estoit un passetemps de voir cette petite marmaille toute nue, laquelle pour trouver et amasser ces hameçons trepilloit et grattoit la terre comme connils de garenne, (op. cit., p. 233).

  • 26 Il avoue avoir été si fasciné par ces beaux enfants, joyeux, sains et nets, « jamais breneux », qu (...)

69Léry décrit là une scène qu’il a souvent vue et qu’il conserve gravée dans la mémoire vingt ans après quand il rédige son récit. La comparaison animale à laquelle il a recours n’a rien de péjoratif. Elle exprime la grâce et la vivacité de jeunes êtres26.

70Thevet décrit la même scène, celle de l’arrivée des Français dans un village et l’accueil des habitants. Lui met en évidence le désir de ceux-ci de recevoir des cadeaux : « Ils savent si bien flatter qu’il est malaisé de les pouvoir éconduire. » Hommes, femmes et jeunes filles s’approchent, « plus encore flateresses que les hommes, et toujours pour tirer à elles quelque chose ». Les enfants ne sont pas en reste :

Aussi vous suivent en grande troupe les petits enfants et vous demandent en leur langage : « Hamabe pinda », « donne-nous des hameçons », dont ils usent à prendre le poisson. Et ils sont bien appris à user avec vous de ce terme déjà dit : « Agatouren », « Tu es bon », si vous leur donnez ce qu’ils demandent ; sinon d’un visage rébarbatif, ils vous diront « Hippochi », « va, tu ne vaux rien », « Dangaïapa aïouga », « il faut te tuer », avec plusieurs autres menaces et injures, de manière qu’ils ne donnent qu’en donnant, et encore ils vous remarquent et reconnaissent à jamais pour le refus que vous leur aurez fait. (1983, p. 102).

71On voit que le portrait est beaucoup plus nuancé que chez Léry. L’attitude de « l’enfant accueillant » n’est pas isolée du comportement des adultes. Thevet a pour informateurs les nombreux truchements français qui vivaient avec les Tupi. Même s’il a vécu la scène, il la situe en prenant plus de distance et y porte un regard critique. Cette description sans complaisance a l’avantage de montrer une des conséquences néfastes des contacts avec les chrétiens sur l’hospitalité spontanée des Indiens. Thevet fait observer que le sens de la propriété n’existe pas chez eux, que toute nourriture est partagée. Mais les cadeaux reçus des chrétiens : couteaux, serpes, haches – et hameçons en l’occurrence – deviennent des biens personnels ; et « ils en sont fort chiches » ajoute-t-il (ibid., p. 101).

  • 27 « Narrativa epistolar de uma viagem e missâo jesuítica », in Tratados da terra e gente do Brasil, (...)

72Le dernier portrait de ces jeunes indiens est celui que nous donne Fernão Cardim27, à l’occasion de la visite du Père Cristóvão de Gouveia au village d’Espírito Santo près de Bahia en 1583. Ce village a été recomposé à partir des restes de sept villages désertés dans les années 1562-1563.

73Il est situé en pleine brousse, à bonne distance du collège jésuite de Bahia, que l’expédition a quitté la veille. On s’arrête en cours de route pour déjeuner :

Les petits indiens, cachés dans un frais bosquet, chantaient divers cantiques dévots tandis que nous mangions, et, au milieu de ces fourrés, ils inspiraient de la dévotion, principalement une pastorale faite spécialement pour la réception du Père Visiteur, leur nouveau pasteur. Nous arrivâmes l’après-midi au village [...].
Les cunumis, c’est-à-dire les enfants, avec beaucoup de faisceaux de flèches levés en l’air, faisaient leur simulacre de guerre et poussaient leurs cris, et peints de diverses couleurs, mais tout nus, ils venaient les mains levées recevoir la bénédiction du Père, disant en portugais : « Loué soit Jésus-Christ ». D’autres arrivèrent en exécutant une danse des écussons à la portugaise, faisant beaucoup de figures et dansant au son de la viole, du tambour de basque, du tambourin et de la flûte, et en même temps, ils représentaient un bref dialogue, en chantant quelques pastourelles...

74Certains éléments du rituel d’accueil sont conservés : les danses, la salutation verbale des enfants, mais son sens est complètement différent. C’est une demande de bénédiction en portugais. Le simulacre de guerre est une invention qui sert de faire-valoir au comportement civilisé de ceux qui suivent, probablement un peu plus âgés, qui font honneur à la bonne éducation reçue des jésuites. Ils connaissent les danses chrétiennes, la musique instrumentale et la poésie en vogue au XVIe siècle dans les milieux cultivés. On note le souci qu’avaient les jésuites de remplacer les fêtes « orgiaques » par des cérémonies chrétiennes fastueuses pour séduire et fixer les indiens. Toutefois, on ne saurait juger l’action civilisatrice des jésuites à partir de ce cas exceptionnel, où est célébrée avec éclat l’arrivée du Père Visiteur.

75Cette représentation, qui se veut exemplaire, dissimule une situation préoccupante pour un apostolat qui semble voué à l’échec. La population disparaît progressivement. Les indiens, jeunes et vieux, s’enfuient vers l’intérieur, refoulés par la poussée de la colonisation portugaise qui les dépossède de leurs terres et terrorisés par les razzias esclavagistes ou les épidémies.

76Ainsi les enfants indiens sont considérés comme les autres enfants, des êtres inachevés, non pervertis par la barbarité de leurs mœurs à la différence des adultes, selon l’opinion des gens de l’époque, laïcs ou missionnaires, catholiques ou protestants. Pour certains qui ont un regard extérieur, ils sont choyés, heureux et libres ; pour d’autres responsables de leur christianisation et de leur éducation, ignorants et indisciplinés comme de jeunes animaux. Cependant les observateurs dans leur ensemble n’ont pas su voir chez eux les effets de l’imprégnation culturelle, sauf l’apprentissage de la vengeance chez les garçons depuis leur plus jeune âge. Chez les indiens aussi, malgré l’apparente liberté laissée aux tout petits, l’éducation est précoce comme celle prônée par les humanistes. Elle commence en fait avec les premiers rites d’intégration sociale à la naissance, où l’enfant « voit devant lui son avenir en miniature », selon les propos de Suzanne Lussagnet (op. cit., p. 50, n.7) et se poursuit jusqu’à l’âge du mariage, sans contrainte apparente et en reproduisant le modèle des adultes.

77Les enfants que les jésuites cherchent à catéchiser et à instruire sont peut-être une cire molle, mais certes pas une cire vierge. Les attirer par la musique et le chant semble facile, mais les conserver et leur apprendre la discipline est autrement plus ardu. L’écart culturel est difficile à combler, même chez des sujets jeunes, ou alors la rupture est totale avec le milieu d’origine. Il ne faut pas oublier non plus que le contexte social est dans l’ensemble défavorable à l’entreprise jésuite, étant donné l’état d’animosité des colons portugais à l’égard des indiens en général. Il semble que les jésuites aient mieux réussi avec les métis, souvent abandonnés par les deux camps. La condition enfantine au Brésil échappe ainsi aux préjugés développés à l’égard des adultes, mais elle n’est que très partiellement visible et reste peu comprise.

Notes

1 Bernadette Bucher, La Sauvage aux seins pendants, Paris, collection Savoir Hermann, 1977.

2 Luís de Albuquerque (dir.), Alguns documentos sobre a colonização do Brasil (século XVI), Lisboa, Publicações Alfa, 1989, p. 137.

3 « Manie la cire pendant qu’elle est molle » conseille Érasme dans le De Pueris, Paris, édition Klincksieck, 1990, p. 43.

4 La série des trois volumes Cartas Jesuíticas publiés en 1988 à Belo Horizonte, Editora Itatiaia/S. Paulo, Editora da Universidade de S. Paulo ; traités d’Anchieta dans le volume III et de Fernão Cardim, Tratados da terra egente do Brasil, S. Paulo, Companhia Editora Nacional, 1939.

5 Hans Staden, Duas viagens ao Brasil, S. Paulo, Editora Sociedade Hans Staden, 1942.

6 André Thevet, « Le Brésil et les Brésiliens » in Suzanne Lussagnet, Les Français en Amérique pendant La deuxième moitié du XVIe siècle, Paris, PUF, 1953 ; Les Singularités de la France antarctique, édition Franck Lestringant, Paris, La Découverte/Maspéro, 1983.

7 Jean de Léry, Histoire d’un voyage en terre de Brésil, édition Franck Lestringant, Paris, Le Livre de poche, 1994.

8 História da província Santa Cruz et Tratado da terra do Brasil, S. Paulo, Editora Obelisco, 1964.

9 Tratado descriptivo do Brasil em 1587, S. Paulo, Editora da Universidade de S. Paulo, 1971.

10 Egle Becchi, « Humanisme et Renaissance », in Egle Becchi et Dominique Julia (dir.), Histoire de l’enfance en Occident, Paris, Seuil, 1998, T. I, p. 160-199. Voir aussi Christiane Klapisch-Zuber, « L’enfant, la mémoire et la mort dans l’Italie des XIVe et XVe siècles », ibid, p. 200-229 à propos de l’éducation et de l’instruction du garçon et de la fille d’après les livres de famille toscans ; du même auteur, « L’enfance en Toscane au début du XVe siècle », Annales de Démographie historique, 1973, p. 99-122 ; La Maison et le Nom. Stratégies et rituels dans l’Italie de la Renaissance, Paris, éditions EHESS, 1990.

11 Voir Eugenio Garin « L’image de l’enfant dans les traités de pédagogie du XVe siècle » in Egle Becchi et Dominique Julia (dir), op. cit., p. 231-254 ; et Franz Bierlaire, « Colloques scolaires et Civilités puériles au XVIe siècle », ibid., p. 255-285.

12 Selon la formule d’Erasme, « Les hommes ne naissent point hommes [...] Raison fait l’homme », op. cit., p. 41.

13 Dominique Julia, « L’enfance aux débuts de l’époque moderne » in Egle Becchi et Dominique Julia (dit.), op. cit., p. 312 ; voir aussi Jean-Claude Margolin, « L’éducation au temps de la Contre-Réforme » in Gaston Mialaret et Jean Vial (dir.), Histoire Mondiale de l’éducation, T. 2, 1515-1815, Paris, PUF, p. 213-232.

14 En atteste la prolifération des catéchismes, à partir du début du XVe, Opus Tripartitum de Gerson, devenu le « Manuel des Curés » ; deux catéchismes publiés par Luther en 1529, puis Calvin publie en 1541 le Formulaire d’instruire les enfants en la Chrestienté ; le jésuite Pierre Canisius publie à partir de 1556 la Summa Doctrinae Christianae... ou catechismus minimus, le Catechismus minor, puis le Catechismus major.

15 Voir Jean-Claude Margolin, op. cit., p. 217.

16 Voir Egle Becchi, op. cit., p. 129, note 82. Les hospices d’enfants trouvés se multiplient au XIVe siècle en Italie, le premier a été créé à Milan en 787.

17 À Venise au XVe siècle, on pouvait acheter des enfants d’origine tartare ou dalmate à partir de 5/6 ans, voir Egle Becchi, ibid., p. 120.

18 « L’accouchée » in De Pueris, op. cit., p. 113-133.

19 Mission jésuite du Brésil, édition J.C. Laborie, Paris, Chandeigne, 1999, p. 153.

20 Le père jésuite Pedro Domenech avait fondé en 1549 à Lisbonne le Collège de Jésus qui recueillait les orphelins de la ville.

21 Anchieta, 1988, T. III, « Informaçâo dos primeiros aldeamentos da Bahia », p. 385.

22 Robert Ricard, « Les jésuites au Brésil pendant la seconde moitié du XVIe siècle. Méthodes missionnaires et conditions d’apostolat », Revue d’Histoire des Missions, 1937, p. 331.

23 Voir Cardim ci-dessous.

24 Ricard, op. cit. p. 331 sq.

25 Serafim Leite, « Características do primeiro ensino popular no Brasil (1549-1759) », Novas páginas de História do Brasil, S. Paulo, Companhia Editora Nacional, 1965, p. 197-203.

26 Il avoue avoir été si fasciné par ces beaux enfants, joyeux, sains et nets, « jamais breneux », qu’il avait acheté deux prisonniers des Tupinamba, une mère et son fils de deux ans. Il aurait voulu emmener cet enfant avec lui en France, mais il dut renoncer à son projet, parce que Villegagnon avait confisqué tous les prisonniers achetés par les Français, en interdisant cette pratique (p. 353).

27 « Narrativa epistolar de uma viagem e missâo jesuítica », in Tratados da terra e gente do Brasil, op. cit., p. 258. J’utilise la traduction qu’en donne Robert Ricard, op. cit., p. 354.

Auteur

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540