Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vents du large

 | 
Jacqueline Penjon
, 
Anne-Marie Quint

3. Civilisation

La « découverte » du Japon au XVIe siècle. Expansionnisme portugais et évangélisation à travers les lettres des jésuites traduites en castillan et publiées en 1575

Augustin Redondo

Texte intégral

  • 1 On a beaucoup écrit sur la Compagnie de Jésus. AHSI, la revue de l’Institutum Historicum Societati (...)
  • 2 L’Institutum Historicum Societatis Iesu publie à Rome, parallèlement à AHSI, des Monumenta mission (...)
  • 3 De nombreuses indications se trouvent dans les Monumenta missionum (les Monumenta Nipponica) et da (...)
  • 4 Sur François Xavier, canonisé en 1622, en même temps qu’Ignace de Loyola, le travail de base reste (...)

1La tâche dévolue particulièrement à l’ordre des Jésuites (créé en 1540), ordre par excellence de la Contre-Réforme – ou de la Réforme catholique comme disent certains –, impliquait non seulement une reconquête spirituelle du peuple chrétien mais encore une extension de l’évangélisation à de nouveaux territoires, et donc une action missionnaire très large1. C’est pourquoi la Compagnie de Jésus a été présente sur tous les fronts et notamment au-delà des mers, aussi bien dans le Nouveau Monde qu’en Afrique et en Asie2. En particulier, et par rapport à ce qui nous intéresse ici, elle s’est efforcée, à partir de l’Inde, et plus précisément de sa base de Goa, d’évangéliser le Japon3 et la Chine. Pour ce qui est du pays nippon, et ce dès l’année 1549, c’est l’action missionnaire de François Xavier, de ses accompagnants et de ses « disciples » qui a été d’une efficacité remarquable et a permis le développement du christianisme au Japon dans les quelques décennies qui ont suivi, avant la récession postérieure4.

  • 5 Sur les relaciones de sucesos, voir les travaux suivants : Augustin Redondo, « Les relaciones de s (...)

2Très tôt, les lettres-rapports adressées par les jésuites à leurs supérieurs et à leurs compagnons d’Inde et d’Europe sur l’action qu’ils menaient dans ces terres d’Orient ont été publiées sous forme d’événementiels (les fameuses relaciones de sucesos espagnoles) et ont connu une large diffusion5.

3Pour une époque qui a assisté aux grandes découvertes et aux longues navigations, qui a vu s’élargir son horizon culturel et son désir de savoir, les relations d’événements, forme primitive de la presse, ont permis, grâce à la lecture personnelle ou collective, puis à l’oralité, de propager des nouvelles plus surprenantes et instructives, sinon édifiantes, les unes que les autres.

  • 6 Sur les liens entre lettre et relación de suceso, cf. Pedro M. Cátedra, « En los origines de las e (...)

4Il s’agit de brefs imprimés, de 2 à 4 feuillets généralement, au titre particulièrement significatif et « accrocheur », suivi parfois d’une vignette illustrant l’événement en question. Du point de vue formel, ces événementiels prennent souvent la forme de lettres – réelles ou inventées – envoyées par un témoin des faits rapportés (ce qui leur donne un caractère de vérité incontestable) à un correspondant, souvent un ami ou une personne d’un certain rang social6.

5Les lettres-rapports des jésuites se sont donc coulées très naturellement dans le canal des événementiels. Si l’on ajoute que ces missives des Pères de la Compagnie ont toujours un contenu doctrinal et une portée didactique dans la perspective de l’orientation post-tridentine, on comprendra que leur diffusion ait été facilitée par les supérieurs de l’ordre et que Louis de Grenade ait pu en recommander la lecture.

  • 7 Voir, par exemple, Charles Ralph Boxer, The Christian Century Japan, 1549-1650, Manchester-Carcane (...)
  • 8 Rappelons que la Navarre était un pays souverain gouverné par la Maison d’Albret, au moment de la (...)
  • 9 Voir Antonio Joaquím Anselmo, Bibliografia das obras impressas em Portugal no século xvi, Lisboa : (...)
  • 10 Cf. le frontispice de cette édition : Jesus. Cartas que os Padres e Irmãos da Companhia de Jesus, (...)
  • 11 Cf. le frontispice de cette édition : Iesús. Cartas que los padres y hermanos de la Compañía de Ie (...)

6Or ces lettres, écrites d’abord en portugais, puisque c’était sous l’égide du souverain du Portugal, Jean III, et à partir de l’Inde portugaise, que les jésuites avaient entrepris d’étendre leur champ d’action vers le Japon7, furent rapidement traduites en castillan. En effet, la Compagnie avait été fondée par un basque espagnol, Ignace de Loyola, qui la dirigeait, cependant que plusieurs des Pères impliqués par cette action missionnaire avaient la même nationalité ou appartenaient au même complexe hispanique (à commencer par François Xavier8) et l’Espagne offrait un bon débouché éditorial à de telles lettres. Dans un premier temps, ces missives, traduites de portugais en castillan et réunies en volume, virent le jour à Coïmbre, à l’ombre de la jeune Université créée par Jean III, où enseignaient plusieurs professeurs venus de Salamanque : il en fut ainsi en 1555 et en 1565 pour le moins9. Cinq ans plus tard, en 1570, un recueil de ces lettres allant de 1549 à 1566 était publié, en portugais, toujours à Coïmbre, sous l’impulsion de l’évêque10. Enfin, en 1575, ce dernier recueil, prolongé jusqu’en 1571, voyait le jour en espagnol, à Alcalá11.

7C’est sur ce recueil, qui contient une série d’informations bien plus détaillées que celles des précédents sur l’expansion portugaise et sur le Japon lui-même, ainsi que sur l’action missionnaire des jésuites dans ce pays, que nous voudrions attirer l’attention.

***

  • 12 Cf. la note précédente.

8Le volume est présenté d’une façon très significative, puisque l’accent est mis, dès le titre, sur le fait qu’il s’agit de lettres écrites depuis le Japon par les jésuites à leurs frères de la Compagnie12. D’entrée de jeu, par conséquent, l’attention est attirée sur ce pays lointain, inconnu, qui devait transporter l’imagination du lecteur dans un au-delà exotique et fuyant nourri des quelques rares informations obtenues jusque là. En outre, un véritable programme « ethnographique » avant la lettre et une visée religieuse sont mis en avant. En effet, on veut informer sur les diverses coutumes des autochtones et sur leur religion (dont les pratiques sont qualifiées d’« idolâtries » puisque l’optique est celle de la religion catholique), cependant qu’il s’agit d’exalter les récentes communautés chrétiennes créées là-bas.

9Ce titre était bien fait pour attirer le lecteur et permettre ainsi une bonne diffusion de l’ouvrage. L’intérêt pour ce monde lointain (l’appel de l’exotisme et le plaisir pris à la lecture ou à l’écoute de ce qui était dit sur les Japonais, forme spécifique de l’entretener) était contrebalancé par le discours doctrinal et l’exaltation de la « vraie » religion, la catholique (ce qui correspondait à l’aprovechar). On pouvait ainsi joindre l’utile à l’agréable.

  • 13 Voir Juan Delgado Casado, Diccionario de impresores españoles (siglos xv-xvi), 2 ts., Madrid : Arc (...)
  • 14 Sur les Mendoza, voir Helen Nader, The Mendoza Family in the Spanish Renaissance (1350-1550), New (...)
  • 15 Cf. supra, note 10.

10Le volume, pour lequel ont été obtenus les approbations nécessaires et un privilège d’impression pour les royaumes de Castille et d’Aragon, est publié par les soins de Juan Iñíguez de Lequerica, imprimeur-éditeur d’Alcalá, bien connu13. Le livre comprend 314 feuillets en plus des textes préliminaires et une table placée à la fin. Il est dédié à don Iñigo de Mendoza, duc de l’Infantado, un descendant de l’illustre marquis de Santillane, dont le beau palais Renaissance situé à Guadalajara, était proche d’Alcalá14. Placé sous le patronage de ce Grand d’Espagne, l’ouvrage acquerrait une autorité incontestable. Il en allait de même avec le prologue, reproduit ici, que l’évêque de Coïmbre avait rédigé pour les lettres des jésuites dont il avait ordonné l’impression dans sa ville15 Enfin, la mention des indulgences octroyées en 1563, par le pape Pie IV, pour encourager la conversion des infidèles (à un moment où la Contre-Réforme mettait l’accent à nouveau sur la valeur du système des indulgences) était bien faite pour donner un intérêt accru à l’ouvrage.

11Mais, pour en revenir à notre propos, l’adresse au lecteur, due à Juan Iñíguez de Lequerica, prend un relief particulier car elle révèle les tenants et aboutissants de l’entreprise éditoriale.

12Tout de suite, l’accent est mis sur le Japon récemment découvert et sur sa situation insulaire (et il est bien connu que l’île est le lieu privilégié de l’exotisme et de l’utopie). De même, souligne l’éditeur, les Nippons sont frères en quelque sorte des Européens, puisqu’ils sont blancs de peau, ce qui tend à réduire l’écart entre les uns et les autres et à rapprocher ces Orientaux, malgré leur altérité, des lecteurs castillans.

  • 16 Voir par exemple, sur ce point, l’étude classique de Vitorino Magalhães Godinho, L’économie de l’e (...)

13Par ailleurs, il est clairement indiqué que ces terres ont été découvertes grâce à la navigation entreprise par les marchands portugais. Ainsi se trouve parfaitement caractérisée l’entreprise expansionniste lusitanienne dont le moteur est d’abord de caractère économique16. Mais aussitôt après vient l’argument religieux : grâce à eux, Notre Seigneur a permis la diffusion de la loi de l’Évangile dans ces territoires lointains et nouveaux, par l’intermédiaire des jésuites qui, depuis 22 ans, ne cessent de prêcher la foi chrétienne en ces lieux (il s’agit manifestement de l’Inde et des diverses possessions portugaises asiatiques jusqu’aux îles nippones).

14Aussi, Juan Iñíguez de Lequerica a-t-il décidé de réunir les lettres envoyées du Japon par les Pères jésuites portugais à leurs compagnons, au sujet de leur activité missionnaire, et de les publier en espagnol, pour l’instruction et l’édification des lecteurs, ainsi que pour l’exaltation de ceux qui se dévouent corps et âme afin de répandre la parole évangélique. Beaucoup de ces lettres ont été écrites en portugais et imprimées sur l’ordre de l’évêque de Coïmbre, mais certaines d’entre elles ayant été coupées ou modifiées quelque peu, auparavant, il lui a paru nécessaire de les donner dans leur intégralité originelle afin de respecter la « vérité ». En d’autres termes, Juan Iñíguez de Lequerica se veut historien et revendique, pour son volume, les caractéristiques d’une œuvre d’Histoire. Il s’agit « d’une véritable histoire de notre temps », écrit-il en effet au duc de l’Infantado.

  • 17 Il est possible que Juan Iñíguez de Lequerica ait connu l’ouvrage de Juan Huarte de San Juan, Exam (...)

15C’est pourquoi aussi il expliquera, vers la fin de son prologue, les raisons des différences qui peuvent exister entre telle ou telle évocation du pays et de ses indigènes : il souligne qu’elles sont dues aux variations de climat et de fertilité des sols et donc de mœurs de ses habitants17, dans un pays plus grand que l’Espagne, la France et l’Italie réunies.

16Dans ce recueil, ajoute-il, il n’a retenu que les lettres qui parlent du Japon mais, en admirateur de la Compagnie, laquelle est en train de se développer de plus en plus et d’acquérir de plus en plus d’influence, il exalte, de façon générale, l’action des Pères. En effet, ils ont « converti un nombre incroyable de païens » aussi bien en Afrique que dans l’Inde, en Perse, à Malacca, dans les Moluques et dans les îles environnantes, ou encore en Chine. Sur tous ces lieux de conversion, il existe des lettres envoyées par les jésuites mais elles sont bien trop nombreuses pour être insérées dans ce volume. Elles permettront, si Dieu le veut, l’impression d’un ouvrage complémentaire. Très habilement, l’imprimeur-éditeur est ainsi en train de faire de la publicité pour le livre à venir, dont on ignore s’il a vu le jour.

  • 18 Sur tout ce contexte, voir par exemple Fernão Lopes de Castanheda, História do descobrimento e con (...)

17Par ailleurs, Juan Iñíguez de Lequerica indique comment est organisé le volume. Comme l’expansion lusitanienne vers les îles nippones s’est faite à partir de l’Inde, il commence par insérer, traduits du latin, les commentaires que le Portugais Manuel de Acosta avait écrits comme introduction aux lettres sur les Indes qu’il avait fait paraître18, mais précédés ici de la vie du Père François Xavier « qui a été à l’origine de toute la chrétienté existant au Japon, et de presque toute celle de l’Inde portugaise ». On voit bien comment l’ensemble de l’œuvre vise à une glorification de la Compagnie de Jésus et de l’apôtre du Japon, du futur saint dont l’hagiographie est en train de se préparer. En même temps, la pénétration portugaise en Orient est clairement soulignée grâce à l’insertion du texte de Manuel de Acosta.

  • 19 Cf. notre étude « El arte epistolar de fray Antonio de Guevara : del Marco Aurelio a las Epístolas (...)

18Pour compléter le tableau, et avant la reproduction des lettres, vient une brève relation sur « l’île et les royaumes du Japon », afin – dit l’imprimeur-éditeur – de mieux éclairer les missives-rapports envoyées par les jésuites. Ce que Juan Iñíguez de Lequerica indique également c’est que ces épîtres sont familières, rédigées à l’origine pour les compagnons de l’ordre et non pour être divulguées grâce à l’imprimerie : cela explique leur ton simple, familier. Habileté éditoriale ou pas, l’époque est à la publication de lettres familières, ce qu’Antonio de Guevara avait bien compris lorsqu’il donnait aux presses, en 1539 puis en 1541 deux recueils d’Épîtres familières qui eurent un énorme succès et furent connues en France sous le titre d’Épîtres dorées19.

  • 20 Sur ces jésuites, voir L. Bourdon, La Compagnie de Jésus..., p. 379 et suiv.

19Enfin viennent les lettres des Pères qui s’ouvrent sur une missive de François Xavier (ce qui vient renforcer ce que nous avons déjà noté) suivie de celle de Paulo Japon, un chrétien japonais, dont le nom véritable est Anjirô, lequel avait été, avant sa conversion, et continuera à être, ensuite, l’informateur de François Xavier. Mais d’autres jésuites comme Juan Fernández, Baltasar Gago, Luís Fróis ou Luis de Almeida20, pour n’en citer que quelques uns, parlent aussi de leur expérience japonaise, de ce qu’ils ont vu et de leur action missionnaire.

  • 21 À ce propos, voir Michel Mollat, Les explorateurs du XIIIe au XVIe siècle. Premiers regards sur de (...)

20Dans ce travail, par manque d’espace, nous n’avons pas l’intention de rendre compte des lettres de façon exhaustive – cela fera l’objet d’une étude postérieure – mais nous exposerons quelques idées d’ensemble sur la matière japonaise contenue dans le recueil et sur la vision qu’elle suppose21, ainsi que sur le lien indéfectible qui existe entre expansionnisme portugais et évangélisation, à travers le personnage du Père François Xavier tel qu’il est évoqué dans l’ouvrage.

***

21Faisons un sort, avant d’aller plus loin, à la Relation des choses des Indes (fols. 7 r°-29 v°), véritable exaltation de l’impérialisme lusitanien, qui détaille avec une série d’indications précises les territoires conquis par les Portugais dans le continent asiatique et mentionne les diverses implantations de la Compagnie de Jésus, puisque c’est à la demande du souverain, Jean III, que les jésuites accompagnèrent les avancées portugaises en Asie, en apportant la bonne parole. Ainsi sont indiquées les diverses possessions lusitaniennes, de Goa à Macassar, en passant par Daman, le Cap Comorin, Malacca, les Moluques, l’île du Maure, etc. Cette puissance portugaise en Asie, économique et évangélisatrice, sera récupérée quelques années plus tard par l’Espagne puisque l’union entre les deux Couronnes aura lieu en 1580, en la personne de Philippe II (rappelons par ailleurs que les Philippines se trouvent dans la mêmes zone géographique).

22La Relation sur l’Ile et les royaumes du Japon (fols. 29 v°-30 v°) précède les lettres. Elle est brève puisqu’elle s’étend seulement sur trois pages. Elle paraît être de la plume de Juan Iñíguez de Lequerica étant donné qu’on y retrouve une série d’éléments et de tours qui étaient présents dans le prologue. L’accent est mis sur le climat froid et venteux mais aussi sur la salubrité du pays, les maladies les plus fréquentes n’affectant que les yeux. Pour ce qui est des cultures, c’est le riz, base de l’alimentation, qui domine nettement et qui fournit l’alcool local. On trouve les mêmes fruits qu’en Espagne plus certains autres, différents. Pour finir, on élève sur ces terres de nombreux et très bons chevaux. Par ailleurs, le Japon possède beaucoup de mines d’argent.

23Quant aux habitants, la relation met en évidence les similitudes et les différences qui existent entre eux et les Européens et plus directement les Espagnols. Le regard traduit ainsi une visée de caractère « anthropologique ». Il est vrai que l’altérité, qui pourrait éloigner radicalement les Japonais des Castillans, est sublimée par le fait qu’ils sont blancs. Mais les Nippons sont belliqueux, très portés sur la chasse et la guerre, très chatouilleux sur les questions d’honneur (comme les Espagnols, aurait pu ajouter l’auteur). Aussi n’hésitent-ils pas à entrer en guerre et à s’entretuer pour des affaires d’honneur. La contre-partie de cela c’est qu’ils mettent toute leur fierté (à la différence des Espagnols, aurait dû souligner le texte) à s’éloigner du jeu, du vol, de l’adultère, cependant qu’ils honorent leurs parents et respectent la parole donnée. Ce sont des gens très policés, habillés avec soin et propreté, amis de la raison et possédant un bon jugement.

24En d’autres termes, ce sont des hommes avec qui on peut traiter (dans tous les sens du mot) et qui ne peuvent qu’être accessibles à la parole évangélique.

25Pour ce qui est de la structure politique, ils ont connu, autrefois (il y a quatre cents ans), un empereur obéi partout, mais actuellement le pays est partagé entre soixante-six royaumes, ce qui favorise les discordes. Toutefois, les nobles sont respectés, même s’ils sont pauvres. Sur la structure politique et sociale, la relation n’en dit pas davantage.

26Très peu de choses aussi sur les croyances religieuses. On parle de leur secte, gouvernée par une sorte de pape « appelé Vo », qui accorde les dignités. Il y a manifestement une grande difficulté à appréhender, du côté espagnol, les caractéristiques du bouddhisme, dominant au Japon.

27Ces Japonais sont aussi avides de savoir et ont leurs Universités, au nombre de six, dont la principale est située à Miaco (Miyako), considérée comme la capitale.

28Nous n’en saurons pas davantage dans cette relation, qui sert en quelque sorte d’introduction aux épîtres des jésuites et, en effet, le texte renvoie de façon explicite aux missives en question pour avoir davantage d’informations sur « l’île du Japon ».

29Ce qu’il importe de mettre en évidence, à la fin du texte, c’est d’abord que ces terres ont été découvertes grâce à l’activité maritime des marchands portugais, à qui quelques Chinois, avec qui ils commerçaient, ont donné des informations sur les terres situées plus au Nord. Ils ont ainsi ouvert la voie aux Pères de la Compagnie de Jésus, qui ont fondé des églises et évangélisé une partie de la population, sous la direction de François Xavier. En effet, quoiqu’idolâtres, les Japonais étaient des hommes blancs doués de raison et donc très réceptifs au message évangélique. La fin de la relation est une exaltation de l’œuvre de Xavier et de ses frères en religion qui reprend divers éléments de la vie du futur saint, récit dont nous parlerons postérieurement.

30La première missive, comme nous l’avons dit, est écrite par le « Père et maître François Xavier, le premier de la Compagnie à s’être rendu en Inde et au Japon » (fols. 31 r°-32 r°). Elle est datée de Goa, le 20 janvier 1549 et elle est adressée au Père Simon Rodrigues, son ancien compagnon, devenu supérieur de la Province de Portugal.

31Dès l’abord, il informe son correspondant sur ce qu’il a appris concernant le Japon, à partir des renseignements que lui ont donné plusieurs Portugais venus de ce pays, ainsi que quelques indigènes qui, en 1548, sont venus avec lui de Malacca et se sont convertis à la religion catholique dans le collège jésuite de Goa, en mai de cette année-là. Parmi eux se trouve son informateur privilégié, Anjirô (Paulo Japon). Afin de mener à bien la tâche qu’il va entreprendre, il nécessite l’aide du Père Simon : il est nécessaire que chaque année plusieurs jésuites viennent le rejoindre et pour cela Coïmbre (allusion à la jeune Université) doit jouer un rôle déterminant dans la formation des futurs missionnaires. A l’appui de ses dires, Xavier adresse à son correspondant un cahier (malheureusement perdu), où sont regroupées toutes les informations recueillies. Dès cette lettre, le futur saint insiste sur quelques caractéristiques qui lui paraissent fondamentales et expliquent son optimisme face à l’évangélisation qu’il compte mener à bien (il s’embarque en effet peu après, accompagné d’Anjirô, pour les îles japonaises, en passant par Malacca, en mai 1549) : « Ces Japonais sont gens de grand entendement et avides de savoir aussi bien pour ce qui touche aux choses de Dieu qu’aux sciences » (fol. 31r°).

  • 22 Sur les problèmes soulevés par l’altérité, voir notamment : Les représentations de l’Autre dans l’ (...)

32Il apparaît clairement que, pour le moment, François Xavier ne peut concevoir l’altérité qu’en termes d’identification aux conceptions qui sont les siennes, par rapport à son européocentrisme et à son inébranlable confiance en la diffusion du message chrétien22. Plus tard, confronté aux réalités du pays, fort éloignées, dans certains cas, de ce qu’on lui a dit, il comprendra que dans ces terres de vieille civilisation et de culture raffinée, il est nécessaire de respecter les conventions sociales et de mener un apostolat qui n’affronte pas directement les croyances de l’Autre.

33Dans une lettre postérieure, envoyée de Malacca, le 22 juin 1549, la veille du jour où il s’embarque enfin pour rejoindre le Japon, il écrit au Père Simon, mais aussi « à tous les pères et frères de la Compagnie de Jésus en Europe » (fols. 35 v°-36 v°), ce qui paraît impliquer un désir de grande diffusion pour cette missive.

34Il se réfère aux nombreuses nouvelles venues du pays nippon grâce aux lettres des marchands portugais qui lui ont écrit de ce pays. Ils lui annoncent qu’un grand seigneur japonais voulait se faire chrétien et réclamait la présence des jésuites pour lui déclarer les vérités de la religion du Christ. De même, il raconte, en faisant montre d’une grande crédulité, ce que lui ont rapporté ses informateurs. Quelques commerçants lusitaniens, qui s’étaient rendus là-bas pour leur négoce, avaient été logés par le seigneur du lieu où ils se trouvaient dans des maisons inhabitées car on disait que les démons s’en étaient emparé, ce qui provoquait une grande frayeur chez les autochtones. Les marchands avaient planté des croix en terre et les diables s’étaient enfuis. Cela avait impressionné si fortement les habitants du lieu que le terrain était préparé pour l’évangélisation. Il était donc nécessaire que les Jésuites arrivent rapidement dans le pays.

35L’évangélisation du Japon par François Xavier devait commencer peu après, puisque le 15 août 1549, il atteint Kagoshima d’où il va pouvoir communiquer ses premières impressions dans des lettres différentes de celles-ci.

  • 23 Sur Fernão Mendes Pinto, aventurier, marchand, jésuite pendant quelque temps, qui a laissé un réci (...)

36François Xavier, se rendant compte de l’énorme influence de la culture chinoise sur la japonaise, décide ensuite d’aller évangéliser la Chine. Pour cela, il quitte le Japon en 1551, à bord du navire venu de Malacca et voyage avec Fernão Mendes Pinto, auteur de la célèbre Peregrinaçam23, pour rejoindre l’Inde portugaise avant de repartir pour la Chine en 1 552. C’est alors qu’il est au large de Sancian qu’il décède le 3 décembre de cette même année.

37Des lettres postérieures des Pères de la Compagnie, incluses dans ce volume, montrent les avancées de la pénétration portugaise au Japon et du développement de l’évangélisation au cours de cette phase favorable qui va jusqu’aux années 1580 pour le moins, avant les grandes persécutions contre les chrétiens et les missionnnaires, c’est-à-dire avant la grande récession du XVIIe siècle.

  • 24 Sur Luis de Almeida, qui fut commerçant et chirurgien, avant de devenir jésuite, cf., de façon spé (...)

38Par exemple, le1er octobre 1561, Luis de Almeida24 écrit, depuis le Japon, au Père Antonio de Quadros, supérieur de la Province de l’Inde, mais aussi aux autres membres de la Compagnie de Jésus (fols. 105 r°-106 v°). Il donne une série de renseignements très favorables sur l’état de l’Église Catholique dans la principauté de Bungo. En effet, les fidèles se pressent nombreux, tous les jours, pour entendre la messe et l’enseignement de la doctrine, ils se confesssent et s’administrent la discipline avec grande fréquence, car ils sont très désireux de sauver leur âme. D’autre part, le prosélytisme porte pleinement ses fruits : un certain nombre d’enfants sont confiés à la mission jésuite par les parents et ce sont ces jeunes qui seront le ferment de l’extension de la religion chrétienne.

39Parlant de son déplacement à la ville de Facata, il évoque les nombreux chrétiens venus l’accueillir avec joie. Il reste sur place pendant dix-huit jours et quelque soixante-dix Japonais se convertissent parmi lesquels deux étaient des bonzes « très versés dans les sectes existant au Japon et l’un était prédicateur du roi de Amanguja ». Le même processus s’est produit dans l’île de Tacuxima, dont le seigneur lui-même est chrétien.

40Les nouvelles qu’il a reçues du Père Gaspar Vilela, qui se trouve à Miyako vont dans le même sens. Les bonzes lui sont moins hostiles et il a pu provoquer toute une série de conversions, en particulier d’hommes importants.

41Et le Père Luis de Almeida de s’exalter à la fin de sa missive. Au Japon, on est en train de revivre la situation et la ferveur de l’Église primitive : « si l’on a pu imaginer une île d’anges, c’est bien celle-ci [« l’île » du Japon]. Toute leur joie consiste à venir à l’Église ».

42Optimisme particulièrement frappant qui fait des Japonais des catéchumènes des premiers temps, tout désireux d’apprendre la doctrine chrétienne et de se convertir, ce qui fait penser à ce que certains hommes de Dieu avaient dit ou diront des habitants des Indes Occidentales, c’est-à-dire de l’Amérique.

43Aussi le roi du Portugal, dom Sebastião, écrit-il au comte de Redondo, vice-roi de l’Inde, en 1572, au sujet du prince de Bungo. Cette lettre est insérée dans le recueil (fols. 114 r°-114 v°). Comme il a été informé de la protection octroyée par le Prince aux Pères de la Compagnie qui évangélisent le Japon et du fait que ce prince est disposé à devenir chrétien, il demande au vice-roi d’étudier avec l’archevêque de Goa comment, par l’intermédiaire des jésuites, il est possible de manifester à ce souverain nippon l’amitié royale. Cela est important car si le Prince se convertit, ses sujets le suivront facilement dans cette voie. Il y va des intérêts de la Couronne, aussi bien sur un plan matériel que spirituel.

44Cette missive se double d’une autre du monarque portugais au prince de Bungo, datée de Lisbonne, le 11 mars 1562, et insérée à la suite de la première (fol. 114 v°).

45Le roi remercie le prince de l’aide apportée aux jésuites et lui manifeste sa gratitude et son amitié. Sa bonne volonté est signe qu’il s’achemine vers la conversion, laquelle remplira le monarque de contentement lorsqu’il saura qu’elle est devenue effective. Cela permettra en outre, par l’exemple donné, une rapide extension de la foi chrétienne au Japon.

46Le célèbre et malheureux dom Sebastião, qui devait perdre la vie à Alcaçarquivir, au Maroc, en 1578, en luttant contre les Maures, poursuit ainsi la politique menée par son grand-père Jean III, à qui il avait succédé et à l’initiative de qui les jésuites s’étaient rendus dans les possessions portugaises d’Asie. Et s’il est vrai que la propagation du christianisme est présentée par le souverain comme le premier de ses soucis, il n’en reste pas moins que cette préoccupation n’est pas en contradictions avec d’autres profits, bien matériels ceux-là, que la Couronne tire de l’expansion lusitanienne, comme il l’indique clairement.

  • 25 Sur Baltasar Gago, voir Herbert Ciescik, « Balthazar Gago and the Japanese Christian terminilogy » (...)

47Le 18 décembre 1562, c’est le Père Baltasar Gago25 qui, de Goa, adresse une missive à ses frères de la Compagnie appartenant à la Province de Portugal (fols. 115 r°-120 v°). Il raconte son voyage de Bungo à Goa, en donnant des informations sur les péripéties du périple. La fin de cette lettre est centrée sur le Japon et constitue une mise au point synthétique sur la situation du christianisme dans le pays. Il y distingue neuf églises et donc neuf communautés chrétiennes, la plus petite étant de 300 âmes et la plus grande de 2000. La foi de ces nouveaux fidèles est très vive et à la place d’anciennes statues païennes ont été érigées des images du Christ et de la Vierge. Mais il ne se cache pas que, malgré l’appui du prince de Bungo, l’ami des Portugais, et bien que la foi chrétienne se développe, il faut arriver à éliminer les sectes locales et leurs images, ce qui n’est pas facile et demande du temps et de l’habileté. Il distingue ainsi deux séries d’idoles, celles qui correspondent aux anciens rois du Japon et celles qui sont venues de Chine (allusion, sans doute au culte bouddhique).

  • 26 Sur Luís Fróis, qui a écrit une Histoire du Japon, voir par exemple, Georg Schurhammer, « O P. Luí (...)

48Postérieurement, le 20 février 1565, un autre jésuite, le Père Luís Fróis26, écrit de la ville de Meaco (Miyako) aux membres de la Compagnie qui se trouvent en Inde et en Chine et il revient sur une série de particularités du Japon (fols. 200 r°-201v°).

49Ainsi, il évoque le relatif isolement de l’archipel nippon qui a eu peu de contacts avec les autres pays du monde, de sorte que la cosmographie des Japonais divise le globe en trois parties : le Japon, la Chine et le Siam. Il est vrai que leurs cultes, leurs rites et leurs lois leur viennent de ces deux derniers pays. Il faut donc multiplier les contacts avec les indigènes et développer le commerce portugais avec ces îles, ce qui ne peut que favoriser l’implantation de la religion chrétienne (cela, François Xavier l’avait déjà préconisé dans d’autres lettres non insérées dans notre recueil).

50Il n’est donc pas étonnant que dans ce livre on trouve deux lettres du roi de Cangoxima, de l’année 1562 – réelles ou inventées, l’une adressée au vice-roi de l’Inde et l’autre au Père Provincial de la Compagnie de Jésus dans l’Inde (fols. 134 r°-v° et 134 v°-135 r°).

51Le souverain nippon exprime son admiration pour les hommes du Portugal et pour les jésuites. Il exalte les Portugais qui sont des hommes d’honneur, dignes de tout éloge, nourrissant de hautes pensées. Il les invite à venir commercer sur ses terres : non seulement il ne leur fera aucun mal, mais ils les protègera et les aidera. De même, il demande la venue d’autres Pères de la Compagnie dans son royaume, semblables à ceux qui étaient arrivés de Bungo. En effet, ceux de ses sujets qui sont devenus chrétiens les réclament avec force et lui-même sera pleinement satisfait de les voir.

52Mais, pour en revenir à la lettre du Père Luis Fróis, ce dernier insiste sur les tremblements de terre qui affectent le pays, sur les contrastes de température qu’on doit y supporter et sur les fréquentes guerres que se livrent les seigneurs. Cependant, le Japon est fertile et possède diverses ressources minières.

53En ce qui concerne les gens, il répète ce que nous savons déjà : ils sont raisonnables et néanmoins très à cheval sur le point d’honneur. Par exemple, ils sont généralement monogames ; toutefois, si leur femme commet la moindre faute, ils la répudient aussitôt, malgré les nombreux enfants qu’ils peuvent avoir d’elle.

54Ainsi, par touches successives, à travers les lettres des jésuites, se dessine une image du Japon et de ses habitants qui satisfait la curiosité des Castillans. Cette altérité évoquée, dans le cadre d’un exotisme sans cesse rappelé, est très mitigée puisque par beaucoup d’aspects ces Nippons sont semblables aux Espagnols. En outre, leur blancheur de peau, leur conception de l’honneur, mais aussi leur sens de la raison, leur capacité de jugement en font presque des Européens et des chrétiens en puissance. Ils semblent de la sorte sur la voie de la découverte de la vraie religion, la religion catholique. C’est pourquoi les jésuites ont déjà oeuvré avec grand succès, avec l’appui du roi du Portugal mais aussi des princes locaux, comme celui de Bungo ou celui de Congoxima. De ce point de vue, l’opposition parfois violente des bonzes ne peut être un véritable obstacle à l’action de la Compagnie de Jésus.

55L’exaltation de l’expansionnisme portugais – peu agréable pour les Espagnols – s’estompe donc, au fil des pages, au profit de la glorification de l’action évangélisatrice des jésuites, ce qui devait satisfaire les lecteurs castillans. C’est pourquoi la deuxième lettre de l’ouvrage, après la première de François Xavier, est celle d’Anjirô le nippon, devenu chrétien à Goa en 1548, sous le nom de Paulo de Santa Fe (connu encore, comme nous l’avons vu, sous le nom de Paulo Japon). Cette missive, datée du collège Saint Paul de cette même ville de Goa, le 25 novembre 1548, est adressée au fondateur de l’ordre, Ignace de Loyola, et à l’ensemble des Pères (fols. 32 v°-35 r°), ce qui est révélateur de la diffusion que l’on voulait donner à cette spectaculaire conversion et à l’attrait exercé par la Compagnie de Jésus.

56La lettre se présente comme une autobiographie, nettement plus brève que celle de sainte Thérèse d’Avila par exemple, mais elle répond au même objectif doctrinal. Par ailleurs, elle s’insère dans cette vague d’autobiographies, réelles ou inventées, qui voient le jour vers le milieu du XVIe siècle, même si certaines d’entre elles sont très profanes (et on ne peut que penser à celle de Lazare de Tormès).

57Or, Paulo – qui a suivi un trajet en partie semblable à celui de saint Paul – met bien l’accent sur le cheminement de la grâce qui l’a touché, lui, le païen, l’homme indigne qui avait tué un de ses semblables au Japon et avait été obligé de fuir. La rencontre avec les marchands portugais a été décisive car il a été mis en relation avec un capitaine de navire, appelé Jorge Álvarez, grand ami du Père François Xavier, qui fut véritablement son initiateur dans la religion du Christ. Sa formation fut complétée par des études dans le collège de la Compagnie à Goa car il avait appris entre-temps le portugais et la doctrine chrétienne. Il y reçut le baptême des mains de l’archevêque. Sa reconnaissance à l’égard du Père François Xavier, qui lui a permis de connaître la vraie foi et de se dévouer pour elle, est telle qu’il va participer à l’entreprise japonaise avec le futur saint, au péril de sa vie si cela est nécessaire. Pour faciliter l’évangélisation, il a traduit en nippon l’évangile de saint Matthieu, traduction dont il envoie un exemplaire au Père Ignace de Loyola. Il espère qu’avec l’aide de Dieu et grâce aux prières du supérieur de l’ordre, du Père Simon Rodrigues et des autres membres de la Compagnie, l’activité missionnaire portera rapidement ses fruits, de sorte qu’on puisse voir bientôt un collège jésuite s’établir au Japon et la foi du Christ s’étendre dans tout le pays. La fin de l’autobiographie de Paulo Japon est un véritable chant d’espérance en l’action entreprise par son protecteur et en la portée et la diffusion du message évangélique.

58C’est pour cette raison que notre ouvrage contient aussi une vie de François Xavier qui est déjà une hagiographie de « l’apôtre du Japon » (fols. 1 r°-2 v°).

***

  • 27 A ce propos, voir notre étude : « Les relaciones de sucesos de la fin du XVIe siècle et du début d (...)

59Cette vie apparaît comme une véritable relación de santo (forme particulière des relaciones de sucesos que nous avons mentionnées plus haut). Elle aurait pu très bien s’intituler, en calquant le titre d’un de ces brefs écrits : Vie, mort et miracles du Père François Xavier, de la Compagnie de Jésus. Il est vrai que nous sommes dans les années 1570, après le Concile de Trente. Or, les Pères tridentins ont donné une nouvelle vigueur au culte des saints, de sorte qu’à partir de ces années-là, en liaison avec les orientations doctrinales de la Contre-Réforme, on voit se multiplier les relaciones de santos27.

60Xavier, le compagnon de Loyola, est ainsi suivi pas à pas, de son séjour à Rome à son passage au Portugal puis à son départ pour l’Inde portugaise, en 1541, puisque ce fut à la demande expresse de Jean III que les jésuites s’en furent évangéliser les possesssions asiatiques du souverain.

61Toute l’action évangélisatrice du Père François Xavier dans l’Asie lusitanienne est évoquée et l’accent est mis sur le dévouement et la foi du jésuite qui suit en quelque sorte les pas du Christ, pratiquant une charité active, répandant partout la bonne parole et supportant sans broncher les persécutions et les injures provoquées par son ardente action évangélisatrice. Le résultat fut la conversion de milliers de païens et d’infidèles.

62La vénération qu’on lui portait était très grande, en particulier au Japon. Sa vie était si exemplaire, sa foi si éclatante que même les « gentils » et les maures l’appelaient « le Père saint ». Aussi, comme Jésus, il avait le don de prophétie et, comme lui, il accomplit de nombreuses guérisons miraculeuses, ressuscitant même plusieurs morts. Ce sont là des signes évidents de sainteté. D’ailleurs, après sa mort exemplaire dans l’île de Sancian, en vue des côtes de Chine, en décembre 1552, son corps imputrescible – autre marque de sainteté – fut ramené à Goa où il continua à opérer des miracles.

63La renommée de sainteté de François Xavier était telle qu’en 1556 le roi Jean III de Portugal adressa une lettre au vice-roi de l’Inde portugaise (missive reproduite dans cette biographie) pour lui demander de lui faire parvenir une information fidèle sur « la vie et miracles de ce Père » (fols 2 r°-2 v°).

64On voit bien que la marche à la béatification puis à la canonisation de François Xavier est nettement amorcée, parallèlement à celle d’Ignace de Loyola. Face aux saints plus traditionnels comme ces humbles religieux issus des ordres mendiants, de nouveaux saints sont en train de naître qui appartiennent à l’ordre par excellence de la Contre-Réforme, à cette Compagnie de Jésus qui se multiplie sur tous les fronts.

***

65Le volume qui paraît à Alcalá en 1575 est ainsi fort intéressant. S’appuyant sur les lettres-rapports des jésuites, il révèle aux lecteurs espagnols de nouveaux horizons, ceux du monde asiatique, et du Japon en particulier. Si l’exotisme et l’imagination y trouvent leur compte, il n’en reste pas moins que l’altérité de ces Nippons est perçue comme bien moindre que celle des Indiens, qu’ils habitent les Indes occidentales ou orientales. Décalque en quelque sorte des Européens, les Japonais, dont on disait qu’ils avaient été autrefois évangélisés par saint Thomas, permettaient de faire croire à un élargissement très vaste du christianisme, en conformité avec les orientations de la Contre-Réforme. De ce point de vue, ce que le livre mettait en évidence, c’était moins l’expansionnisme lusitanien (qui pouvait être suspect pour les Castillans) que l’action évangélisatrice méritoire et sans cesse grandissante de la Compagnie de Jésus fondée quelques décennies plus tôt par un Espagnol et capable de produire des saints nouveaux, comme ce François Xavier, un autre « Espagnol », véritable apôtre des temps modernes.

Le Japon à la fin du XVIe siècle, d’après la carte de Louis Teixeira (1595).

Les voyages de François Xavier, notamment jusqu’au Japon (1549-1551).

Notes

1 On a beaucoup écrit sur la Compagnie de Jésus. AHSI, la revue de l’Institutum Historicum Societatis Iesu (Rome), donne chaque année une bibliographie internationale sur tout ce qui a trait à l’histoire des jésuites. On pourra compléter par Lazlo Polgár, Bibliographie sur l’histoire de la Compagnie de Jésus, 1901-1980, 3 ts. en 6 vols, Rome, 1890-1990. On trouvera une présentation d’ensemble dans le volume collectif : Les jésuites. Spiritualité et activités. Jalons d’une histoire, Paris-Rome, 1974. Cf. aussi Francis Lebrun et Elisabeth Antebi, Les jésuites ou la gloire de Dieu, Paris : Stock-Antebi, 1990 ; Les jésuites parmi les hommes aux XVIe et XVIIe siècles, Clermont-Ferrand : Publications de la Faculté des Lettres, 1987 ; etc. Voir également André Ravier, Ignace de Loyola fonde la Compagnie de Jésus, Paris : Desclée de Brouwer-Bellarmin, 1974. Par ailleurs, l’ouvrage de Jean-François Gilmont, Les écrits spirituels des premiers jésuites. Inventaire commenté, Rome, 1961, représente une très utile introduction aux sources et à l’histoire de l’ordre des jésuites jusque vers 1575.

2 L’Institutum Historicum Societatis Iesu publie à Rome, parallèlement à AHSI, des Monumenta missionum dont les diverses séries concernent le Brésil, le Mexique, le Pérou et la Nouvelle France (le Québec), pour ce qui est de l’Amérique, ainsi que l’Inde et le Japon, en ce qui concerne l’Asie. Sur l’action missionnaire dans ce dernier continent, on peut se référer à l’ouvrage de Luis de Guzmán, publié en 1601 : Historia de las Missiones que han hecho los religiosos de la Compañía de Jesús, para predicar el santo Evangelio en la India Oriental y en los Reynos de la China y Japón, 2 ts., Alcalá : Viuda de Juan Gracián ; BN de Madrid : R. 16115-16. Parmi les travaux récents, voir notamment le volume collectif : XXa. Settimana Europea. L’Europa e l’Evangelizzazione delle Indie Orientali, Roma : Fondazione Ambrosiana Paolo VI, 1998.

3 De nombreuses indications se trouvent dans les Monumenta missionum (les Monumenta Nipponica) et dans Missionary Bulletin. Sur cette évangélisation, voir les travaux de Minako Debergh ; pour une synthèse, sur ce point, cf. Id., « Premiers jalons de l’évangélisation de l’Inde, du Japon et de la Chine » – II. « Au Japon » in Histoire du Christianisme, sous la direction de J.-M. Mayeur, A. Vauchez et M. Venard, t. 8, Paris : Desclée, 1992, p. 820 et suiv. Mais l’ouvrage fondamental est la thèse de Léon Bourdon, publiée seulement en 1993 : La Compagnie de Jésus et le Japon (1547-1570), Lisbonne-Paris : Fondation Calouste Gulbenkian-Commission Nationale pour les Commémorations des découvertes portugaises.

4 Sur François Xavier, canonisé en 1622, en même temps qu’Ignace de Loyola, le travail de base reste celui de Georg Schurhammer, Der heilige Franz Xaver der Aposteel von Indien und Japan, 3 vols., Friburg : Herder, 1955-1963. Cf. aussi, par exemple, Xavier Léon-Dufour, Saint François Xavier. Itinéraire mystique d’un apôtre, Paris : La Colombe, 1953 ; P. Leturia, « El puesto de Javier en la fundación de las misiones del Extremo Oriente » in Anuario Eclesiástico, XXIII, 1953, p. 510-547 ; Hugues Didier, Petite vie de saint François Xavier, Paris : Desclée de Brouwer, 1992 ; L. Bourdon, La Compagnie de Jésus..p. 63-246 (1ère partie : « François Xavier ») ; etc. Voir aussi François Xavier, Correspondance, 1535-1552. Lettres et documents, traduction, présentation, notes et index de Hugues Didier, Paris : Desclée de Brouwer-Bellarmin, 1987.

5 Sur les relaciones de sucesos, voir les travaux suivants : Augustin Redondo, « Les relaciones de sucesos dans l’Espagne du Siècle d’Or un moyen privilégié de transmission culturelle » in Les médiations culturelles, Paris : Publications de la Sorbonne Nouvelle, 1989, p. 57-67 ; Id., « Las relaciones de sucesos en prosa (siglos xvi y xvii) » in Literatura popular. Conceptos, argumentas y temas, vol. coordonné par María Cruz Garcia de Enterría, Anthropos nos 166-167, mai-août 1995, p. 51-59 ; Henry Ettinghausen, « The news in Spain : Relaciones de sucesos in the Reigns of Philip III and IV », in European History Quaterly, 14, 1984, p. 1-20. Voir en outre les Actes des deux colloques internationaux réunis sur ce thème : Les « relaciones de sucesos » (canards) en Espagne (1500-1750), ed. de Ma C. García de Enterría et al, Paris-Alcalá : Publications de la Sorbonne-Servicio de Publicaciones de la Universidad de Alcalá, 1996, « Travaux du CRES », XII ; La fiesta. Actas del II Seminario de « Relaciones de sucesos », ed. de S. López Poza y N. Pena Sueiro, A Coruña : Sociedad de Cultura Valle Inclin, 1999, col. SIELAE. Cf. également la thèse de Didier Rault, Les « relaciones de sucesos » en Espagne au XVIIe siècle (1598-1665), 2 vols., Montpellier : Université Paul Valéry, 1999. Voir aussi divers éléments utiles dans les livres de Julio Caro Baroja, Ensayo sobre la literatura de cordel, Madrid : Taurus, 1969 et de María Cruz García de Enterría, Sociedad y poesía de cordel en el Barroco, Madrid : Taurus, 1973 ; Id., Literaturas marginadas, Madrid : Playor, 1983. Voir enfin, dans une perspective générale, l’ouvrage récent de Francisco Mendoza Díaz-Maroto, Panorama de la literatura de cordel española, Madrid : Ollero y Ramos, 2000.

6 Sur les liens entre lettre et relación de suceso, cf. Pedro M. Cátedra, « En los origines de las epístolas de relacion » in Les « relaciones de sucesos » (canards) en Espagne (1500-1750), p. 33-64.

7 Voir, par exemple, Charles Ralph Boxer, The Christian Century Japan, 1549-1650, Manchester-Carcanet : The Gulbenkian Fondation-The Discoveries Commissions-The Fundação Oriente, 1993.

8 Rappelons que la Navarre était un pays souverain gouverné par la Maison d’Albret, au moment de la naissance de François Xavier, en 1506. Ce ne fut qu’à partir de 1512 que le royaume fut annexé par Ferdinand d’Aragon.

9 Voir Antonio Joaquím Anselmo, Bibliografia das obras impressas em Portugal no século xvi, Lisboa : Oficinas Gráficas da Biblioteca Nacional, 1926, no 66 et 300. Un exemplaire de chacun de ces volumes se trouve à la Biblioteca Pública de Évora : cf. Armando Gusmão, Livras impressos no seculo xvi existentes na Biblioteca Pública e Arquivo Distrital de Évora, 2 ts., Évora : Junta Distrital de Évora, 1962-1963, I : Tipografiaportuguesa,nos 180 et 181.

10 Cf. le frontispice de cette édition : Jesus. Cartas que os Padres e Irmãos da Companhia de Jesus, que andão nos Reynos de Iapão escreverão aos da mesma Companhia da India, e Europa, des do anno de 1549 ate o de 66. Nellas se conta o principio, socesso, e bõdade dã Christâdade daquellas partes, e varios costumes, e idolatrias da gentilidade. Impressas por mandado do Illustriss. e Reverendiss. Senhor dom João Soarez, Bispo de Coimbra, Conde de Arganil, &c. Soli Deo Honor et Gloria. Forão vistas por sua Senhoria Reverendissima, e impressas com sua licença, e dos Inquisidores. Em Coimbra em casa de Antonio de Maris. Anno de 1570. – Il en existe un exemplaire à la BN de Lisbonne ; voir Anselmo, Bibliografia..., no 855. Cf. aussi, pour un autre exemplaire, A. Gusmão, Livros impressos no seculo xvi existentes na Biblioteca Pública....de Évora, I, no 178.

11 Cf. le frontispice de cette édition : Iesús. Cartas que los padres y hermanos de la Compañía de Iesús que andan en los Reynos de lapón escrivieron a Los de la misma Compañía, desde el año de mil y quinientos y quarenta y nueve, hasta el de mil y quinientos y setenta y uno. En las quales se da noticia de las varias costumbres y Idolatrías de aquella Gentilidad : y se cuenta el principio y sucesso y bondad de los Christianos de aquellas partes. Con privilegio de Castilla y Aragón. En Alcalá. En casa de Iuan Ini’guez de Lequerica. Ano 1575. — Pour une description plus détaillée de l’édition et pour la localisation des divers exemplaires connus, cf. Julián Martin Abad, La imprenta en Alcald de Henares (1502-1600), 3 ts., Madrid : Arco/Libros, 1991, II, no 816. — Quant à nous, nous nous sommes servi d’un exemplaire de la BN de Madrid : R. 6654.

12 Cf. la note précédente.

13 Voir Juan Delgado Casado, Diccionario de impresores españoles (siglos xv-xvi), 2 ts., Madrid : Arco/Libros, 1996, I, p. 344-345.

14 Sur les Mendoza, voir Helen Nader, The Mendoza Family in the Spanish Renaissance (1350-1550), New Brunswick, N J : Rutgers University Press, 1979.

15 Cf. supra, note 10.

16 Voir par exemple, sur ce point, l’étude classique de Vitorino Magalhães Godinho, L’économie de l’empire portugais aux XVe et XVI e siècles, Paris : Ecole Pratique des Hautes Études, 1969. Cf. aussi Id., Osdescobrimentosea economía mundial,2ème éd., 4 ts., Lisboa : Ed. Presença, 1981-1983.

17 Il est possible que Juan Iñíguez de Lequerica ait connu l’ouvrage de Juan Huarte de San Juan, Examen de ingenios para las ciencias, Baeza : Juan Baptista de Montoya, 1575, car l’édition de ce dernier texte fut achevée le 23 février. Or, Huarte de San Juan mettait en relation les divers éléments mentionnés.

18 Sur tout ce contexte, voir par exemple Fernão Lopes de Castanheda, História do descobrimento e conquista da India pelos Portugueses, 3ème éd. revue et annotée par Pedro de Azevedo, Coimbra, 1944-1946. Voir aussi L. Bourdon, La Compagnie de Jésus...

19 Cf. notre étude « El arte epistolar de fray Antonio de Guevara : del Marco Aurelio a las Epístolas familiares » in Fray Antonio de Guevara y la cultura del Renacimiento en Galicia, Lugo : Ed. de la Diputación Provincial, 1993, p. 93-114.

20 Sur ces jésuites, voir L. Bourdon, La Compagnie de Jésus..., p. 379 et suiv.

21 À ce propos, voir Michel Mollat, Les explorateurs du XIIIe au XVIe siècle. Premiers regards sur des mondes nouveaux, Paris : Jean-Claude Lattès, 1984.

22 Sur les problèmes soulevés par l’altérité, voir notamment : Les représentations de l’Autre dans l’espace ibérique et ibéro-américain, sous la direction d’Augustin Redondo, 2 ts., Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1991-1993.

23 Sur Fernão Mendes Pinto, aventurier, marchand, jésuite pendant quelque temps, qui a laissé un récit de ses voyages haut en couleurs et fort romancé sous le titre de Peregrinaçam, voir Georg Schurhamm, Fernão Mendes Pinto und seine « Peregrinaçam », Leipzig, 1932 ; Georges Le Gentil, Les Portugais en Extrême-Orient. Fernão Mendes Pinto, un précurseur de l’exotisme au XVIe siècle, Paris : Hermann & Cie, 1947 ; A. J. Saraiva, Introduction à la traduction d’une partie du texte de l’aventurier, parue sous le titre La pérégrination. La Chine et le Japon au XVIe siècle vus par un Portugais, Fernão Mendes Pinto, Paris : Calman-Lévy, 1968 ; etc.

24 Sur Luis de Almeida, qui fut commerçant et chirurgien, avant de devenir jésuite, cf., de façon spécifique, Léon Bourdon, « Luis de Almeida, chirurgien et marchand, avant son entrée dans la Compagnie de Jésus au Japon, 1525 ( ?)-1556 » in Mélanges d’études portugaises offertes à M. Georges Le Gentil, Lisboa : Instituto para a Alta Cultura, 1949, p. 69-93 ; Id., La Compagnie de Jésus..., p. 481 et suiv. ; etc.

25 Sur Baltasar Gago, voir Herbert Ciescik, « Balthazar Gago and the Japanese Christian terminilogy » in Missionary Bulletin, VII, 1954 ; L. Bourdon, La Compagnie de Jésus…, p. 395 et suiv. ; etc.

26 Sur Luís Fróis, qui a écrit une Histoire du Japon, voir par exemple, Georg Schurhammer, « O P. Luís Fróis e a sua Historia do Japão » in Brotéria. Serie mensual. Fé, Ciências, Letras, IX, 1929, p. 95-106 ; L. Bourdon, La Compagnie de Jésus..., p. 29-30, 453 et suiv. ; etc.

27 A ce propos, voir notre étude : « Les relaciones de sucesos de la fin du XVIe siècle et du début du XVIIe face au message tridentin : quelques aspects du culte des saints » in Les arts et les lettres de la Contre-Réforme en Espagne, Actes du Colloque International de Valenciennes (10-11 mai 2001), sous presse.

Table des illustrations

Légende Le Japon à la fin du XVIe siècle, d’après la carte de Louis Teixeira (1595).
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/9624/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Légende Les voyages de François Xavier, notamment jusqu’au Japon (1549-1551).
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/9624/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site