Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vents du large

 | 
Jacqueline Penjon
, 
Anne-Marie Quint

3. Civilisation

Zurara et la course : la prise d’une galée provençale

Luis R. Guerreiro

Texte intégral

  • 1 D’après Ibn Khaldun, la course maghrébine s’est structurée vers 1360, à Bougie, en tant qu’entrepr (...)
  • 2 L’Algarve et les côtes méridionales de l’Espagne chrétienne, vu l’insuffisance de moyens navals de (...)
  • 3 Les corsaires et pirates musulmans, au début du XVe siècle, ont intensifié assauts et razzias malg (...)

1À la fin du Moyen-Âge, depuis les différents repaires pirates de la Barbarie se multiplièrent les actes de pillage et de représailles tirant profit d’une position géographique favorable face aux nouveaux trafics qui sillonnaient la Méditerranée occidentale1. Les eaux du détroit de Gibraltar, où s’entrecroisent la navigation de la Mer Intérieure et celle de l’Atlantique et où les mondes chrétien et musulman se regardent de près, devinrent le théâtre d’une activité de déprédation incessante. Sans discontinuer, au détriment des gens de mer et des populations riveraines, la piraterie artisanale des Barbaresques et la course sous la conduite des pouvoirs en place, frappaient cette zone névralgique ainsi que les côtes environnantes2. Ces actions amenaient la réaction des victimes et suscitaient l’organisation d’opérations de représailles ou d’actions militaires punitives se greffant sur les violences traditionnelles entre marins d’origine européenne3.

  • 4 Voir, entre autres, António Sérgio, « A conquista de Ceuta (ensaio de interpretação não romântica (...)
  • 5 Qu’il suffise de citer, à titre d’exemple, les travaux suivants : Antonio Dias Farinha, Portugal e (...)
  • 6 Margarida Barradas de Carvalho, « L’idéologie religieuse dans la Crónica de Guiné », Bulletin des (...)
  • 7 Robert Ricard, Études sur l’histoire des Portugais au Maroc, Coimbra, Por Ordem da Universidade, 1 (...)

2Dans ce contexte, la conquête de Ceuta par les Portugais en 1415 est expliquée par un certain nombre d’historiens comme une entreprise destinée à mettre en place une base de combat contre les pillages et à faciliter l’accès aux circuits marchands du Maghreb4. En revanche, d’autres historiens y voient le premier jalon d’une stratégie imposée par la survie du Portugal et les intérêts de la noblesse face à la pression de la Castille5. Le moyen pour y parvenir aurait donc été la construction en Afrique du Nord d’un empire fondé sur la haine du maure et l’idéal de la croisade, conformément à l’ancien modèle de la Reconquête6. La suite de l’occupation de Ceuta, tout comme celle d’Alcàcer Ceguer (1458) et celle de Tanger (1471), villes portuaires situées au carrefour de la Méditerranée et de l’Océan, montre combien il est malaisé de dissocier les motifs matériels et les raisons politiques, sociales et spirituelles d’un tel plan expansionniste7.

  • 8 António J. Dias Dinis, Vida e obras de Gomes Eanes de Zurara. Introdução à Crónica dos Feitos de G (...)
  • 9 Gomes Eanes de Zurara, Crónica da Tomada de Ceuta por El Rei D. João I, Lisbonne, Academia das Sci (...)
  • 10 Pour ce qui concerne les aspects littéraires des chroniques de Zurara, voir António José Saraiva, (...)
  • 11 Cf. à cet égard les analyses éclairantes de Godefrey Fisher, Barbary Legend. War, Trade and Piracy (...)

3Gomes Eanes de Zurara (c. 1420-1473/74)8, chroniqueur et panégyriste officiel d’Alphonse V (1438-1481) – le roi guerrier dont les exploits en Afrique furent exaltés sous forme plastique dans les célèbres tapisseries de Pastraña (1480) –, en a dressé un vaste et saisissant tableau9. Cependant, la fastidieuse série d’assauts de navires et de razzias étalée au long de ses écrits s’encombre de formules au goût flatteur, tout en délaissant la transcription de données précises se rapportant à chaque opération qui permettraient aujourd’hui, faute de sources complémentaires d’archives, d’en retracer l’histoire dans tous ses aspects10. Or l’épisode retenu comme sujet d’analyse est une exception, encore que la diversité et la rigueur des éléments consignés ne puissent satisfaire pleinement l’historien de la course. Pourtant, la capture en question, précédée d’autres saisies mettant en jeu des navires européens dans une zone souvent présentée comme le foyer exclusif d’un affrontement de croyances, voire de civilisations irréductibles, laisse entrevoir la complexité de la guerre de course en Méditerranée, nous rappelant que pirates et corsaires de toute origine y ajoutaient leurs déprédations à celles des Sarrasins11.

  • 12 Voir Michel Vergé-Franceschi, Henri le Navigateur, préface de Michel Mollat du Jourdin, Paris, Édi (...)
  • 13 G. E. de Zurara, Crónica de D. Duarte de Meneses, p. 281-291.
  • 14 Cf. G. E. de Zurara, Crónica de D. Duarte de Meneses, introduction de L. King, p. 38.

4Le récit de la prise d’une galée de combat provençale, armée à Marseille et appartenant à René d’Anjou (Rey Regnel)12, dans les environs de Tarifa, en Andalousie, permet de suivre une opération de surveillance maritime, le combat et la capture d’un vaisseau long, mû principalement à la rame, par une caravelle portugaise armée en guerre. On pourra ainsi déceler un certain nombre d’aspects souvent ignorés concernant la piraterie et la course dans la zone maritime de Gibraltar. Ce récit occupe le chapitre CXIX, le plus long de la Crónica de D. Duarte de Meneses, et le chapitre CXX13. On doit noter que pour composer cet ouvrage plutôt négligé des historiens, Zurara s’est déplacé au Maroc afin de recueillir des informations et comparer les sources écrites aux témoignages directs de plusieurs protagonistes des événements14. Voici un bref résumé des chapitres en question.

  • 15 Sur la toponymie, voir R. Ricard, op. cit., p. 55.
  • 16 G. E. de Zurara, Crónica de D. Duarte de Meneses, p. 282.

5Le 11 Janvier 1462, au crépuscule, deux petits navires furent aperçus échoués sur la plage, à Água de Ramel, à environ quatre lieues de Ceuta15. Comme à ce moment-là croisait aux alentours d’Alcácer Ceguer le navire de João Galego, D. Duarte de Meneses, comte de Viana de Caminha et gouverneur de la place, fut persuadé qu’il s’agissait du corsaire (en Méditerranée on employait ce terme pour désigner les prédateurs), accompagné d’un navire qu’il venait de saisir. À la tombée de la nuit, l’opération de reconnaissance confiée à un brigantin que commandait Nuno Arrais fut ajournée au lendemain à l’aube, mais alors les deux bâtiments suspects avaient disparu16.

  • 17 Navire à faible tirant d’eau avec un seul mât et une voile.
  • 18 G. E. de Zurara, Crónica de D. Duarte de Meneses, p. 282-283.

6Par Álvaro Dias et Diogo Mendes, deux marins arrivés ce jour-là à Alcácer Ceguer à bord de deux navires armés en course, le gouverneur put réunir des informations nouvelles : la dernière prise de Joao Galego était un bateau en provenance de Mértola, au Portugal, chargé de céréales destinées à Alcácer. Le manque de vivres dans la ville imposait une riposte rapide. Le jeune fils du gouverneur, D. Henrique de Meneses, désireux d’honneurs, impatient de prouver ses qualités militaires, obtint le droit de commander la chasse au pirate. Les moyens nécessaires à l’opération furent mis en place, en particulier une trentaine de gentilhommes harnachés et casqués pour le combat corps à corps. Le capitaine comptait au départ sur la collaboration de la caravelle d’Alvaro Dias et du barinel17 appartenant à Diogo Mendes. Le gouverneur fit aussi participer à l’entreprise le brigantin mentionné ci-dessus18.

  • 19 Ibidem, p. 283-284.
  • 20 Ibidem, p. 291.

7Une fois en mer, à la vue de trois voiles, le capitaine de la flottille crut surprendre un autre cossayro castillan, dit Papeleiro, dont les randonnées étaient également connues dans ces parages. Toutefois, il s’agissait d’une grosse galée marseillaise puissamment armée. Elle venait de capturer le navire de João Galego et un vaisseau galicien avec une cargaison de poisson sec que le pirate avait effectivement arraisonné. Apercevant la caravelle portugaise, le bâtiment de Marseille vogua dans sa direction et l’attaqua. Cette première rencontre donna lieu à un bref duel d’artillerie scandé par l’échange de tirs de bombarde. Encore que « bien pavoisé de ses rambardes » garnissant le bordage, le vaisseau à rames fut touché à la coque par un boulet de pierre et se retira du combat. Le jour suivant, avant la reprise des hostilités, D. Henrique de Meneses envoya le brigantin de Nuno Arrais inspecter la galée ennemie et le navire de sa conserve. Dans celui-ci, avaient été auparavant transférés des gens de guerre et des armes en surplus dans la galée. Pareillement, pour observer les navires portugais, les Provençaux dépêchèrent une barque d’avis19. Il faut noter que le barinel de Diogo Mendes, se lança, sans succès, à la poursuite de la caravelle de João Galego. Celle-ci fut envoyée par ses nouveaux propriétaires faire la course au voisinage du Détroit et se renforça également de gens de guerre de Marseille20. Encouragés par le départ du barinel, les Provençaux osèrent le pari d’investir à nouveau la caravelle. Les Portugais, malgré la taille et le pouvoir de feu de la galée et du navire galicien armé en guerre, et malgré le vacarme des attaquants, restèrent insensibles à la puissance navale adverse. Vaillamment, souligne Zurara, ils n’esquivèrent pas le combat. Les engins incendiaires, les nuées de flèches et les tirs des canons et des bombardes, sans relâche, furent échangés entre les adversaires.

  • 21 Ibidem, p. 287-288.
  • 22 Les abordages se faisaient généralement par la partie centrale du pont supérieur d’un navire. Le b (...)

8La caravelle portugaise tournoyait autour de la galée provençale dont les marins et gens de guerre suivaient les ordres des patrons, Mice Jacob et Mice jeronimo, postés respectivement sur les gaillards d’avant et d’arrière. Après trois heures de duel furieux comptées par le sablier, les Provençaux, exaspérés au regard du nombre de morts et de blessés, décidèrent de modifier leur système tactique. En attaquant à la vogue, ils dirigèrent les éperons de la galée sur la caravelle afin de la couper en deux et de la couler. Mais sous les ordres d’Álvaro Dias, corsaire expérimenté et vrai capitaine du vaisseau rond à la suite des graves blessures subies par D. Henrique de Meneses, au cri « que todos pendessem aa banda », c’est-à-dire, en allant à la bande, l’équipage se disposa sur un côté et réussit la manœuvre défensive contre l’éperonnage21. Pourtant, la collision ne fut pas évitée. La galée arriva à détruire le bord de la caravelle et à en joindre le mât, auquel un marin portugais s’empressa d’attacher les éperons de façon à pouvoir aborder le navire agresseur22. La première tentative d’assaut se solda par un échec. En effet, les gens de Marseille repoussèrent sans difficulté les deux assaillants décidés à conclure l’opération en suivant la tactique de l’infanterie. Mais par la suite, en exploitant un angle de tir favorable, c’est l’artillerie de la caravelle qui joua le rôle décisif pour accabler l’adversaire. Les bombardiers portugais cherchaient à endommager les pavois de la galée, causant de gros dégâts et de nouvelles pertes. Pour limiter le massacre, un marin provençal essaya de couper le hauban enchaînant les deux navires, mais sans résultat.

  • 23 G. E. de Zurara, Crónica de D. Duarte de Meneses, p. 289.
  • 24 Sachant qu’une galée emportait une grande quantité d’eau pour subvenir aux besoins d’hydratation d (...)
  • 25 G. E. de Zurara, Crónica de D. Duarte de Meneses, p. 290.
  • 26 Ibidem, p. 287.

9D’après la notice qui inspira Zurara, sur laquelle renchérit sans doute le penchant rhétorique du chroniqueur, la mer se présentait si encombrée de flèches et de javelots autour des navires que le brigantin portugais de Nuno Arrais ne put les approcher. La bataille se prolongea encore trois heures jusqu’à l’assaut final de la galée. Aux cris de « scalla franca, scalla franca », les assaillants brandissant la lance et l’épée furent reçus par les hommes de la chiourme, debout à leurs bancs, les saluant « Portugal, Portugal », avant de leur baiser les mains et les pieds en guise de remerciement23. Ces esclaves ou forçats, face aux membres de leur équipage qui cherchaient un abri sous le tillac, leur déversaient dessus des barils d’eau24. Par ailleurs, ils jetaient des pierres, des bâtons et autres objets aux fugitifs qui, dans une barque, essayaient de trouver refuge à terre. Le navire galicien chargé de poisson saisi d’abord par João Galego et puis par la galée provençale, après avoir tenté de fuir, fut finalement capturé par les portugais. Au total, les pertes de l’ennemi s’élevaient à 50 morts et 120 blessés. Les cadavres furent jetés par dessus bord, alors que les survivants obtinrent la compassion des vainqueurs25. Il faut rappeler que ceux-ci ne comptèrent que trois morts et trois blessés graves26.

  • 27 Ibidem, p. 290-291.

10Le récit se termine sur la description du retour de la caravelle victorieuse suivie de ses prises à Alcácer Ceguer. Là, une foule en liesse les attendait. Sur la galée de Marseille, dûment accommodée pour cette entrée triomphale, fut arboré un drapeau de la Couronne de Portugal retrouvé à bord, alors que les trois trompettes et le clairon de son équipage sonnaient agréablement aux oreilles des vainqueurs. Inversement, descendue du mât, l’enseigne des Marseillais traînait ignominieusement sur les eaux du Détroit. Après avoir été soignés, les blessés obtinrent la liberté et une aumône, de même que les autres prisonniers, de façon à rejoindre leurs patries27.

  • 28 Ibidem, p. 284. A. Estácio dos Reis pense que l’usage à bord du quadrant peut être reférencé dès 1 (...)
  • 29 G. E. de Zurara, Crónica de D. Duarte de Meneses, p. 291.

11Quelques détails enrichissant le constat de l’action méritent aussi une référence. En général, les affrontements navals avaient lieu à proximité des côtes et de jour. Cette fois, sur la mer sans houle, le combat se déroula non loin de Tarifa, il est vrai, mais pendant la nuit, au clair de lune de janvier. Et ainsi l’effrayant spectacle fut regardé du rivage par les guetteurs et les bergers andalous. Un indice de l’usage d’instruments d’observation astronomique qui venait d’être développé par les marins portugais nous semble particulièrement intéressant. D. Henrique de Meneses, avant de se jeter au combat, fit observer la conjonction des étoiles poilus et castor (Bêta et Alpha des Gémeaux) par rapport à la Grande Ourse, de manière à déterminer l’heure de la nuit28. Le chroniqueur rapporte aussi la présence à bord de la galée d’un chirurgien ayant en sa possession une caisse pleine de remèdes, de grande utilité pour sauver la vie des blessés et des malades. Quant au butin, principale motivation des incursions des pirates et corsaires, il ne fut pas brillant car, dit Zurara, hors l’armement saisi rien d’autre ne valait « dix doublons »29.

12L’essentiel de l’affaire ainsi présenté, deux questions principales sollicitent une réflexion ; d’abord, pour discerner la nature des événements, ensuite, pour comprendre les raisons du succès des forces portugaises.

  • 30 À propos de la démarcation juridique des actes de piraterie et de course on consultera la solide é (...)

13En premier lieu, il faudra considérer les aspects juridiques de l’opération organisée par le gouverneur d’Alcácer Ceguer. La question à poser peut être ainsi formulée : avons-nous à faire à une expédition de lutte contre la piraterie ou à un acte de brigandage commandé par une autorité étatique ? Les actions belliqueuses d’initiative publique autant que les formes de violence privée contre des biens et des personnes sur mer, ou à partir de la mer, appellent une analyse nuancée. Outre les raisons immédiates des faits, leurs circonstances chronologiques et géographiques imposent une perception particulière de leur nature30.

  • 31 On peut légitimement espérer que les Archives de la ville de Marseille gardent des sources concern (...)

14S’il s’agissait de la prise d’une flottille de maures, le problème serait facile à cerner. À l’époque, toute agression entre Sarrasins et chrétiens, sauf accord ponctuel en général éphémère, était tenue pour une juste action de guerre de course vu leur antagonisme historique. La capture d’un pirate chrétien comme João Galego ou Papeleiro ne mettrait non plus en cause le caractère licite d’une opération visant à pourchasser le banditisme maritime. Toutefois, l’action que nous étudions changea de nature lorsque la flottille d’Alcácer se trouva aux prises avec une galée de combat provençale. Cet affrontement plaçait face à face deux puissances chrétiennes en temps de paix. Pour juger l’affaire, faute d’autres données, nous devons nous en tenir aux éléments transcrits et sûrement réélaborés par le panégyriste de la maison de Viana de Caminha31.

  • 32 Cf. Anna Unali, Il « Libre de acordament ». Arruolamento di equipaggi catalani per La guerra di co (...)
  • 33 Les juristes désignaient également les represaliae par le terme pignorationes, c’est-à-dire une fo (...)
  • 34 Michel Mollat, « De la piraterie sauvage à la course réglementée (XIVe-XVe siècle) », in Course et (...)
  • 35 La course portugaise visait également à contrôler le commerce européen avec l’Islam afin de dissua (...)

15Puisque la caravelle commandée par D. Henrique de Meneses fut investie par les Provençaux à l’encontre des normes en usage en Méditerranée (Consulat de la Mer32) la réponse des Portugais peut être jugée comme un acte de défense légitime suivi de la capture du navire agresseur. Mais on pourra se demander jusqu’à quel point, de leur côté, les sujets de René d’Anjou, à la suite des prises qu’ils venaient de réaliser aux dépens d’un pirate, ont estimé menaçante la caravelle surgie sur leur chemin. Leur action ne prétendait-elle pas déjouer une possible saisie et mettre en fuite des corsaires ou des pirates éventuels ? Avaient-ils à résoudre d’anciens litiges et à recouvrer « de bonne guerre » des dommages et intérêts dans le cadre d’une opération de représailles contre les sujets du roi de Portugal33 ? Ou, finalement, en agissant comme des pirates, ne voulaient-ils pas tirer parti de leur supériorité navale pour rançonner la caravelle d’Alcacer et augmenter leur butin ? La première hypothèse, si l’on s’en tient à ce que dit Zurara, ne tient guère. La faiblesse de la caravelle portugaise semble effective et l’initiative de l’attaque, il faut le répéter, revint aux Provençaux. Reste à peser les deux autres possibilités. La ligne qui sépare la capture légale et l’acte de brigandage est souvent imperceptible et en Méditerranée, c’était encore plus vrai. Au XVe siècle, les efforts destinés à réglementer l’emploi de la force en milieu maritime furent réels mais il fallut attendre le dernier quart du siècle pour arriver à consolider un système légal satisfaisant34. Zurara ignora toute information concernant cette réglementation, laquelle pourrait nous apporter un peu de lumière au sujet de la nature des faits qui nous intéressent. Les Provençaux ont-ils observé les normes concernant les opérations de course, stipulées par la tradition et mises en code à l’époque ? Si oui, les Portugais les ont-ils pour leur part respectées ? On n’en sait rien. Si nous nous en tenons au récit, malgré l’ardeur combative portée à tous les excès du jeune héritier du titre de Viana de Caminha, il nous faut conclure que l’opération engagée par la flottille d’Alcacer Ceguer contre la piraterie castillane est devenue, dans un second temps, une action défensive vis-à-vis d’une attaque illégale de la part d’un bâtiment armé de Marseille35.

16Pour expliquer la victoire de la flottille portugaise sur une force beaucoup plus importante, soit en moyens navals soit en armes et en gens de guerre, nous n’avons que les éléments avancés par Zurara. Il nous faudra donc les mettre en relation avec la conjoncture technique et idéologique conditionnant l’activité des Portugais dans la zone maritime du détroit de Gibraltar.

  • 36 R. Ricard, op. cit., p. 345-347.
  • 37 G. E. de Zurara, Crónica de D. Duarte de Meneses, p. 284.
  • 38 Michel Mollat du Jourdin et Florence Chillaud-Toutée, « Le livre des Faiz de la Marine et Navigaig (...)
  • 39 Cf. René Burlet, « Les trois vogues », in Quand voguaient les galères, sous la direction de Franço (...)
  • 40 G. E. de Zurara, Crónica de D. Duarte de Meneses, p. 284.
  • 41 Sur les dimensions des galées, cf. Ennio Concina, « Les Galères de Venise et de l’Arsenal », in Qu (...)

17Comment, donc, une simple caravelle armée en guerre, aidée d’un petit navire d’avis, put-elle anéantir un puissant bâtiment à rames préparé pour la course et, de plus, soutenu par un navire marchand armé ? Premièrement, nous devons signaler que les mouvements offensifs lurent précédés d’actions de reconnaissance afin de guetter le dispositif de l’adversaire. Au Maghreb en particulier, toute opération maritime ou terrestre, comme l’a bien observé R. Ricard, exigeait un travail complexe de surveillance sans lequel son succès pouvait être compromis36. Or il faut remarquer que, cette fois, les renseignements obtenus par les Portugais, au lieu de les pousser à l’action, auraient plutôt dû les en dissuader. En fait, d’après le chroniqueur officiel d’Alphonse V, la galée provençale comptait 28 bancs de nage, tous occupés « de Job a Job » par des rameurs, qu’elle transportait par ailleurs en surnombre, et pouvait bien faire face à une grande caraque et même à deux caraques de Gênes37. Antoine de Conflans, dans « Faiz de la Marine et Navigaiges (v. 1516-1520) », signale la caraque de type génois comme le plus grand navire méditerranéen et celui de plus grand tonnage38. Ainsi, même si l’on décompte l’excès rhétorique habituel chez le chroniqueur, on peut penser que le navire jaugeait au moins 170 tonneaux. Il devait être gréé de trois mâts, voguant encore alla sensile39, à trois rames pour chaque banc, ce qui élevait vraisemblablement le chiffre des vogueurs en activité à 168 rameurs. Outre les membres de la chiourme, tous des esclaves ou des forçats, l’équipage comprenait 120 « sobres-sallentes », soit des soldats, artilleurs et matelots40. Les Portugais ont ainsi dû affronter une grosse galée pourvue d’une grande capacité défensive et offensive, son pouvoir de manœuvre n’étant pas non plus négligeable41.

  • 42 G. E. de Zurara, Crónica de D. Duarte de Meneses, p. 288.
  • 43 Cf. M. Mollat du Jourdin et F. Chillaud-Toutée, art. cité, p. 37-40.

18En ce qui concerne les effectifs militaires du vaisseau marseillais nous n’avons pas de valeurs chiffrées sauf pour les 90 arbalétriers, très actifs tout au long du combat à côté des tireurs de lances et de javelots, des canonniers et des bombardiers42. Si l’on compare ce chiffre à celui que donne A. de Conflans au sujet de la dotation d’arbalètes embarquées dans une galée de guerre provençale de 24 rangs et de 144 rameurs, c’est-à-dire, 50 unités, on admettra que le tonnage du bâtiment de Marseille pouvait même dépasser les valeurs estimées ci-dessus43.

  • 44 G. E. de Zurara, Crónica de D. Duarte de Meneses, p. 283.
  • 45 João da Gama Pimentel Barata, Estudos de Arqueologia Naval, 2 vol., Lisbonne, Imprensa Nacional-Ca (...)

19Or, du côté portugais, à en juger les commentaires de Zurara et selon nos calculs, la petite caravelle d’Álvaro Dias ne dépassait pas en capacité les 50 tonneaux44. Les navires destinés aux patrouilles côtières étaient la caravelle, le brigantin et le barinel, tous des bateaux de petite taille. Et nous savons que les caravelles envoyées vers la même date explorer la côte africaine n’avaient que 30 ou 35 tonneaux45. Ce type de navire se caractérise par sa légèreté et sa maniabilité et peut aisément louvoyer. Est-ce déjà un signe de la supériorité du vaisseau rond propulsé exclusivement à la voile, gréé en vue d’évolutions rapides, sur le navire long méditerranéen à propulsion hybride et taillé principalement pour la rame ? Ou devra-t-on prendre en considération la disparité de l’entraînement nautique et militaire favorisant les Portugais, de surcroît fortement motivés par une mentalité agressive alimentée des angoisses d’hommes isolés dans un milieu hostile et assiégés en permanence par l’ennemi musulman ? Voilà une hypothèse d’explication. Par ailleurs, au regard de la conduite de la chiourme, lors de l’abordage, vis-à-vis de l’équipage libre de la galée, on pourra présumer que les rameurs au cours de l’affrontement n’avaient guère collaboré à l’effort défensif. Ils avaient sans doute espéré que la défaite des Provençaux contribuerait au changement de leur condition servile. Un détail psychologique qui fait ressortir la supériorité de la vertu des chevaliers-corsaires, tentés par l’appât du gain mais aussi poussés par de vigoureux stimulants spirituels, sur les calculs des mercenaires et a fortiori sur l’engagement des captifs et des forçats enchaînés à leurs bancs.

  • 46 Cf. Albano António Cabrai Figueiredo, O ideal de cavalaria na Crónica da Tomada de Ceuta de Gomes (...)

20La conception médiévale du combat naval, empreinte de valeurs nobiliaires, mettait en relief l’assaut et le combat rapproché au corps à corps qui l’emportaient sur le duel d’artillerie. Or, si l’on suit de près les événements analysés, en dépit du comportement actif des gens de guerre portugais tout au long de la bataille de Tarifa, on constate que l’issue de celle-ci est avant tout l’effet des choix de manœuvre, aisés et précis, des marins de la caravelle, secondés par les tirs des canonniers et des bombardiers. Mais Zurara, épris des idéaux chevaleresques, à l’instar du récit d’innombrables incursions militaires ou d’actions corsaires rapportées dans ses chroniques, fait de la capture de la galée provençale un prétexte à exalter la geste grandiose et, à l’occasion, les traits d’humanité de ses héros dont il dissimule à peine les exactions et cruautés46.

  • 47 G. E. de Zurara, Crônica de D. Duarte de Meneses, p. 285.
  • 48 Ibidem, p 287.

21L’idéal chevaleresque sort en outre renforcé par la médiocrité du butin effectué. Zurara, en bon disciple de Tite Live, met dans la bouche du jeune comte de Viana de Caminha des tirades emphatiques sur la quête de l’honneur et la gloire des armes que la disparité des forces en présence rendait aussi plus exaltante47. La description circonstanciée des blessures des chefs de l’expédition, et en particulier celles de D. Henrique de Meneses, tout en révélant les périls auxquels s’exposaient les marins et les soldats, souligne leur témérité et leur mépris de la mort, permettant de rehausser les buts idéologiques du récit et l’émulation individuelle des guerriers aristocrates pour les chances de prestige48.

  • 49 Ibidem, p. 290.
  • 50 Cf. L. de Matos, op. cit., p. 71-86.
  • 51 Pour une analyse des stratégies politiques et commerciales de ce « complexe géographico-historique (...)

22Au même niveau que l’éthique de la guerre, notons que le retour en apothéose à Alcácer Ceguer est présenté de façon à intensifier les signes du triomphe portugais et, par là, à exalter la conduite des expéditionnaires et les qualités de commandement du fils du comte de Viana de Caminha49. À l’exemple du cortège maritime organisé par les protagonistes de la réussite, mais par le biais de l’art du rhéteur, le panégyriste s’emploie à rendre évidents les enjeux politiques et symboliques de la maîtrise d’un espace maritime aussi convoité que celui qui met en communication la Mer Intérieure et l’Océan. La présence des Portugais au Maroc ne pouvait se passer d’un tel contrôle et la littérature historique et le panégyrisme soutenaient fermement le moral du corps expéditionnaire et la politique d’Alphonse V50. En effet, pour construire l’empire maghrébin, il fallait garantir la maîtrise du détroit de Gibraltar de manière à préserver la sûreté de la navigation et le ravitaillement des places. Voilà un objectif qui explique l’engagement éprouvé et assidu des Portugais dans la lutte contre les exactions maritimes des musulmans et le piratage chrétien51. Cependant, malgré la pléthore de récits rapportant les activités de déprédation maritime et les informations que l’historien peut toujours y puiser, ce n’était donc pas l’histoire de la course qui déterminait l’économie du discours de Gomes Eanes de Zurara. Il était plutôt question de stratégies de pouvoir et d’imprégnation idéologique du groupe social intéressé à l’expansion territoriale portugaise en Afrique du Nord.

Notes

1 D’après Ibn Khaldun, la course maghrébine s’est structurée vers 1360, à Bougie, en tant qu’entreprise économique d’envergure. Cf. Michel Fontenay et Alberto Tenenti, « Course et piraterie méditerranéennes de la fin du Moyen-Âge au début du XLXème siècle », in Course et piraterie. Études présentées à la Commission Internationale d’Histoire Maritime à l’occasion de son XV colloque international pendant le xive Congrès International des Sciences historiques (San Francisco, août 1975), 2 vol., Paris, Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, Éditions du Centre National de la Recherche Scientifique, 1975, vol. I, p. 82.

2 L’Algarve et les côtes méridionales de l’Espagne chrétienne, vu l’insuffisance de moyens navals de surveillance et la faiblesse des structures de protection terrestre souffraient depuis des siècles des raids organisés par les Barbaresques. Voir Alberto Iria, O Algarve e os Descobrimentos, 2 vol., Lisbonne, Instituto de Alta Cultura, 1956, vol. 2, p. 100-150.

3 Les corsaires et pirates musulmans, au début du XVe siècle, ont intensifié assauts et razzias malgré l’action punitive des Français et des Gênois, en 1390, en Tunisie. Cf. David Lopes, « Os portugueses em Marrocos : Ceuta e Tânger », in História de Portugal, dir. de Damião Peres, Barcelos, Portucalense, 1931, vol III, segunda parte, cap. III, p. 405. Au sujet des croisades anti-barbaresques menées par la Couronne d’Aragon, en 1398 et 1399, cf. Andrés Díaz Borrás, Los orígenes de la piratería islámica en Valencia. La ofensiva musulmana trecentista y la reacción cristiana, Barcelona, Consejo Superior de investigaciones Científicas, 1933. Sur la présence portugaise en Méditerranée, cf. Luís Adão da Fonseca, Navegación y corso en el Mediterraneo Occidental. Los Portugueses a mediados delsiglo XV, Pamplona, EUNSA, 1978 ; Filipe Themudo Barata, Navegação, comércio e relações políticas : os Portugueses no Mediterrâneo Ocidental (1385-1466), Lisbonne, Fundação Calouste Gulbenkian, Junta Nacional de Investigação Científica e Tecnológica, 1998.

4 Voir, entre autres, António Sérgio, « A conquista de Ceuta (ensaio de interpretação não romântica do texto de Azurara », in Ensaios, Lisbonne, 1971, vol. I, p. 253-271 ; Vitorino Magalhães Godinho, A Economia dos Descobrimentos Henriquinos, Lisbonne, Livraria Sa da Costa, 1962, p. 109-127 ; António Borges Coelho, Raízes da Expansão Portuguesa, 5e éd., Lisbonne, Livros Horizonte, 1985. Torquato de Sousa Soares prétend que le seul objectif de l’expédition à Ceuta était le nettoyage de la piraterie islamique (« Algumas observações sobre a política marroquina da Monarquia portuguesa », Revista Portuguesa de História, vol. X, Coimbra, 1962, p. 512-518).

5 Qu’il suffise de citer, à titre d’exemple, les travaux suivants : Antonio Dias Farinha, Portugal e Marrocos no século XV, 3 vol., Lisbonne, thèse sous presse, 1990, vol. I, p. 308 et ss ; Luís Filipe F. R. Thomaz, De Ceuta a Timor, Lisbonne, Difel, 1994, p. 1-68.

6 Margarida Barradas de Carvalho, « L’idéologie religieuse dans la Crónica de Guiné », Bulletin des Études Portugaises et de l’Institut Français au Portugal, nouvelle série, t. XIX, 1955-1956, Lisbonne, Livraria Bertrand, 1957, p. 34-63. La légitimité de la guerre aux Infidèles n’allait pas de soi, encore que l’Église ne l’ait jamais condamnée. C’est pourquoi Jean Ier, avant d’organiser la prise de Ceuta, eut besoin d’obtenir une réponse favorable de ses théologiens. (Cf. Luís de Matos, L’Expansion portugaise dans la littérature latine de la Renaissance, Lisbonne, Fundação Calouste Gulbenkian, 1991, p. 81)

7 Robert Ricard, Études sur l’histoire des Portugais au Maroc, Coimbra, Por Ordem da Universidade, 1955.

8 António J. Dias Dinis, Vida e obras de Gomes Eanes de Zurara. Introdução à Crónica dos Feitos de Guiné, I, Lisbonne, Agência Geral das Colónias, 1949.

9 Gomes Eanes de Zurara, Crónica da Tomada de Ceuta por El Rei D. João I, Lisbonne, Academia das Sciencias de Lisbonne, 1915 ; idem, Chronique de Guinée (1453), traduite et annotée par Léon Bourdon, présentée par Jacques Paviot, Paris, Editions Chandeigne, 1994 ; idem, Crônica de D. Duarte de Meneses, édition diplomatique et introduction de Larry King, préface de A. H. De Oliveira Marques, Lisbonne, Universidade Nova de Lisboa, 1978 ; idem, Crónica de D. Pedro de Meneses, édition et étude de Maria Teresa Brocardo, Lisbonne, Fundaçâo Calouste Gulbenkian, Junta Nacional de Investigação Científica e Tecnológica, 1997.

10 Pour ce qui concerne les aspects littéraires des chroniques de Zurara, voir António José Saraiva, História da Cultura em Portugal, vol. I, Lisbonne, Jornal do Fôro, 1950, p. 565-582.

11 Cf. à cet égard les analyses éclairantes de Godefrey Fisher, Barbary Legend. War, Trade and Piracy in North Africa, 1415-1830, Oxford, Clarendon Press, 1957.

12 Voir Michel Vergé-Franceschi, Henri le Navigateur, préface de Michel Mollat du Jourdin, Paris, Éditions du Félin, 1994, p. 168.

13 G. E. de Zurara, Crónica de D. Duarte de Meneses, p. 281-291.

14 Cf. G. E. de Zurara, Crónica de D. Duarte de Meneses, introduction de L. King, p. 38.

15 Sur la toponymie, voir R. Ricard, op. cit., p. 55.

16 G. E. de Zurara, Crónica de D. Duarte de Meneses, p. 282.

17 Navire à faible tirant d’eau avec un seul mât et une voile.

18 G. E. de Zurara, Crónica de D. Duarte de Meneses, p. 282-283.

19 Ibidem, p. 283-284.

20 Ibidem, p. 291.

21 Ibidem, p. 287-288.

22 Les abordages se faisaient généralement par la partie centrale du pont supérieur d’un navire. Le bordage et le plat-bord y étaient plus bas qu’aux extrémités, ce qui rendait plus facile l’assaut. Pour protéger latéralement cette zone, avant le combat on y dressait une frise de boucliers. Cf. Francisco-Felipe Olesa Munido, La Galera en la navegación y el combate, I. El buque suelto, Madrid, Junta Ejecutiva del IV Centenario de la Batalla de Lepanto, 1971, p. 234-238.

23 G. E. de Zurara, Crónica de D. Duarte de Meneses, p. 289.

24 Sachant qu’une galée emportait une grande quantité d’eau pour subvenir aux besoins d’hydratation des rameurs, le détail n’est point négligeable.

25 G. E. de Zurara, Crónica de D. Duarte de Meneses, p. 290.

26 Ibidem, p. 287.

27 Ibidem, p. 290-291.

28 Ibidem, p. 284. A. Estácio dos Reis pense que l’usage à bord du quadrant peut être reférencé dès 1460, cf. « O quadrante náutico », in VI Reunião Internacional da História da Náutica e Hidrografia. Actas, Lisbonne, Comissâo Nacional para as Comemorações dos Descobrimentos Portugueses, 1989, p. 243-273, notamment p. 248.

29 G. E. de Zurara, Crónica de D. Duarte de Meneses, p. 291.

30 À propos de la démarcation juridique des actes de piraterie et de course on consultera la solide étude de Ruy de Albuquerque, As Represálias. Estudo de História do Direito Português (sécs. XV e XVI), 2 vol., Lisbonne, s. é., 1972.

31 On peut légitimement espérer que les Archives de la ville de Marseille gardent des sources concernant l’activité portuaire susceptibles d’apporter de nouveaux éléments sur cette affaire. Nous pensons en particulier aux procédures d’indemnisation à la suite de captures de navires.

32 Cf. Anna Unali, Il « Libre de acordament ». Arruolamento di equipaggi catalani per La guerra di corsa nel 400, Cagliari, Edizioni Della Torre, 1982, p. 21.

33 Les juristes désignaient également les represaliae par le terme pignorationes, c’est-à-dire une forme du droit de rétention de biens visant à dédommager une victime des pertes subies. Cf. R. de Albuquerque, op. cit., vol. I, p. 191 et ss.

34 Michel Mollat, « De la piraterie sauvage à la course réglementée (XIVe-XVe siècle) », in Course et piraterie, vol. I, p. 171.

35 La course portugaise visait également à contrôler le commerce européen avec l’Islam afin de dissuader des opérations de contrebande.

36 R. Ricard, op. cit., p. 345-347.

37 G. E. de Zurara, Crónica de D. Duarte de Meneses, p. 284.

38 Michel Mollat du Jourdin et Florence Chillaud-Toutée, « Le livre des Faiz de la Marine et Navigaiges d’Antoine de Conflans v. 1516-1520 », tiré à part de 107e Congrès des Sociétés savantes, Brest, 1982, p. 9-44, cf. p.23.

39 Cf. René Burlet, « Les trois vogues », in Quand voguaient les galères, sous la direction de François Bellec, Rennes, Éditions Ouest-France, 1980, p. 140-151, et surtout p. 147.

40 G. E. de Zurara, Crónica de D. Duarte de Meneses, p. 284.

41 Sur les dimensions des galées, cf. Ennio Concina, « Les Galères de Venise et de l’Arsenal », in Quand voguaient les galères, p. 94-117, et en particulier p. 102-104. Pour la typologie de ce genre de vaisseau, voir Nouveau Glossaire Nautique d’Augustin Jal, G, Paris, Éditions du Centre National de la Recherche Scientifique, 1989, p.725-732.

42 G. E. de Zurara, Crónica de D. Duarte de Meneses, p. 288.

43 Cf. M. Mollat du Jourdin et F. Chillaud-Toutée, art. cité, p. 37-40.

44 G. E. de Zurara, Crónica de D. Duarte de Meneses, p. 283.

45 João da Gama Pimentel Barata, Estudos de Arqueologia Naval, 2 vol., Lisbonne, Imprensa Nacional-Casa da Moeda, s. d., vol. II, p. 23.

46 Cf. Albano António Cabrai Figueiredo, O ideal de cavalaria na Crónica da Tomada de Ceuta de Gomes Eanes de Zurara, Coimbra, mémoire dact., 1996, p. 113 et ss.

47 G. E. de Zurara, Crônica de D. Duarte de Meneses, p. 285.

48 Ibidem, p 287.

49 Ibidem, p. 290.

50 Cf. L. de Matos, op. cit., p. 71-86.

51 Pour une analyse des stratégies politiques et commerciales de ce « complexe géographico-historique », voir l’excellente synthèse de V. Magalhães Godinho, « La Méditerranée dans l’horizon des Européens de l’Atlantique », Revista de História Económica e Social, no 17, Lisbonne, Sá da Costa, 1986, p. 21-51, en particulier p. 27-30.

Auteur

Universidade Nova de Lisboa

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540