Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vents du large

 | 
Jacqueline Penjon
, 
Anne-Marie Quint

2. Littérature

Mensagem de Fernando Pessoa, poème de l’expansion portugaise

Adrien Roig

Texte intégral

  • 1 Sur les circonstances du changement de titre, cf. Fernando Pessoa, Sobre Portugal, Introdução ao p (...)
  • 2 Fernando Pessoa, Mensagem e outros poemas afins, organização de António Quadros, Lisboa, Europa-Am (...)
  • 3 Fernando Pessoa, Obras em prosa, organização, introdução e notas de Cleonice Berardinelli, Rio de (...)
  • 4 Voir José Augusto Seabra, Fernando Pessoa ou le poétodrame, Paris, José Corti, « Ibériques », 1982 (...)

1Le titre initial Portugal1 du recueil de poèmes Mensagem2, publié en 1934, sous le nom de Fernando Pessoa, exprime bien l’objet principal de l’ouvrage et son caractère nationaliste. Une corrélation peut être établie entre l’annonce faite par Pessoa de l’avènement d’un Supra-Camões3 et l’élaboration méthodique de l’œuvre à laquelle il a travaillé durant toute sa carrière littéraire, de juillet 1913 à mars 1934, reprenant les poèmes, les modifiant, les répartissant comme les éléments de l’architecture d’un temple4.

2Le thème essentiel du recueil est l’expansion du Portugal, depuis les origines jusqu’à l’actualité, prolongée même par une projection dans le futur.

3Notre développement, dans une démarche chronologique correspondant à l’économie de l’ouvrage, s’organisera en trois parties. Nous étudierons d’abord la formation territoriale du royaume du Portugal péninsulaire. Nous examinerons ensuite l’expansion de l’Empire d’outre-mer grâce à la suprématie maritime portugaise. Nous considérerons enfin le rayonnement universel promis au Portugal par le poète. Tout au long de notre prospection, nous nous attacherons à dégager, en liaison avec les idées, le charme singulier de la forme poétique qui les exprime.

I. La formation territoriale du Portugal péninsulaire

  • 5 Cf. Adrien Roig, Mensagem : héraldique et poésie, in Hommage à Eduardo Lourenço, Université de Nic (...)

4La formation du Portugal comme royaume est concentrée dans la première partie intitulée Brasão. Le blason, dans sa totalité, représente le Portugal péninsulaire tout entier. Les armes du Portugal sont représentées symboliquement, avec une démarche et un vocabulaire propres à l’héraldique5. Chacun des éléments composant le blason est attribué à un souverain ou à un héros ayant joué un rôle décisif dans la formation du royaume.

5Le premier sous-titre « Os Campos » représente l’étendue territoriale, le sol national. Le premier poème correspond à une représentation graphique du territoire national, évoqué plastiquement, avec ses contours géographiques, comme visage de l’Europe :

O rosto com que fita é Portugal

6Cette illustration plastique ouvre le livre, comme la gravure d’un frontispice, valable pour tout l’ouvrage, car ce qui suit se développera à partir d’ici.

7« Os Castelos », les châteaux, sont au nombre de sept, dans la bordure du blason. Un poème est consacré à chacun d’eux, en correspondance avec un haut personnage, sauf pour le septième qui aura droit à deux.

81°. Ulysse débute la série. Par exception il n’est point portugais, mais il peut être considéré comme le premier fondateur du pays : d’après la légende, il aurait abordé, au cours de ses navigations, sur la côte, à l’embouchure du Tage, et aurait fondé Lisbonne dont le nom primitif Ulyssipo dériverait d’Ulysse : « este que aqui aportou ». Aqui désigne le point de la côte, le site de Lisbonne qui sera plus tard le siège de la cour, la résidence des rois, la capitale identifiée à tout le Portugal selon l’adage : « Lisboa é Portugal ».

92°. Viriato, le pâtre lusitanien, de la région de Viseu, en lutte contre les Romains, symbole de l’esprit d’indépendance nationale, est représenté comme le fondateur de la Nation et du peuple portugais, assimilé à la toute première lueur qui pointe avant l’aube (préfiguration du lointain rayonnement futur) :

Teu ser é como aquela fria
Luz que precede a madrugada

103°. O Conde D. Henrique : avec lui commence effectivement l’existence du premier territoire portugais (O Condado portucalense) détaché de la domination espagnole. Aussi le nom começo figure-t-il au premier vers. Comte, comme descendant de la famille de Bourgogne, il est chevalier, qualité symbolisée par l’épée, mise au service de Dieu qui ordonne tout :

Todo começo é involuntário
Deus é o agente
………………………………
« Que farei eu com esta espada ? »
Ergueste-a, e fez-se.

11Le présent des deux premiers vers exprime une vérité générale. Le prétérit, temps ponctuel et précis, temps de l’histoire, est souvent employé dans Mensagem : il traduit des faits passés, qui se sont effectivement passés, à des dates précises.

124°. D. Tareja est célébrée dans deux apostrophes composées de deux périphrases : « Ó mãe de reis e avó de impérios », en relation avec la suite des rois portugais à venir, ses descendants, rois et empereurs, ce qui correspond à l’extension du royaume en empire. Et d’abord il est fait allusion à son fils D. Afonso Henriques, « O que, improvisto, Deus fadou ». C’est une claire référence au miracle d’Ourique, comme d’ailleurs tout le poème suivant consacré encore au même souverain.

  • 6 Voir Adrien Roig, « Les Quinas de Portugal dans la littérature du XVIe siècle », in Sonderdruck au (...)

135°. D. Afonso Henriques. Le miracle d’Ourique a une importance capitale dans Mensagem. La veille de la bataille, le soir du 24 juillet 1139, le Christ sur la Croix apparut à Afonso Henriques et lui demanda de livrer bataille contre les Maures, malgré l’infériorité numérique de ses troupes face à la multitude des Infidèles. Il lui promit la victoire, le trône du Portugal et lui donna comme blason les cinq plaies de la Crucifixion. L’épigraphe générale, mise en tête du recueil, se réfère à ce miracle : BENEDICTUS DOMINUS NOSTER QUI DEDIT NOBIS SIGNUM : « Béni soit le Seigneur, notre Dieu, qui nous a donné ce signe ». Le « signe », c’est le blason ancien du Portugal appelé Quinas. Cest l’armement de chevalerie au rang le plus élevé : le parrain est Dieu, le chevalier est le premier roi du Portugal, il reçoit comme blason les cinq plaies du Christ6. Le « signe » c’est encore la promesse du Christ faite à Afonso Henriques :

  • 7 Nous citons d’après un folheto de notre collection intitulé Juramento com que El Rey Dom Afonso He (...)

Eu sou o Fundador, & destruidor dos Reynos, & quero em ti, & teus descendentes fundar para mim hum Império, por cujo meio seja meu nome publicado entre as Nações mais estranhas. E para que teus descendentes conhecem quem lhe da o Reyno, comporás o escudo de tuas armas do preço com q eu remi o género humano, & daquelle por q eu fui comprado aos Judeus & sermeha Reyno sanctificado, puro na fe & amado por minha piedade ».7

14Le poète s’adresse directement à Afonso Henriques par le vocatif Pai, car ce valeureux chevalier est vraiment le créateur du royaume portugais : « Pai, foste cavaleiro ». Chevalier de Dieu sur terre, son épée, qui a la forme de la Croix, continue à montrer le chemin au peuple portugais prédestiné au succès, l’acte du guerrier se confondant avec l’acte religieux de la bénédiction, dans un chiasme qui raffermit l’identification :

A benção como
espada,
A espada como benção.

156°. Dinis correspond à une pause apparente dans l’expansion du territoire. Mais il est le roi troubadour, donc un père-poète pour Pessoa, et dans un genre original, la poésie primitive gallaïco-portugaise : « Na noite escreve um cantar de Amigo ». Il prépare aussi le futur d’expansion maritime.

167°. Exceptionnellement, à ce dernier château correspondent deux noms : D. João o Primeiro e D. Filipa de Lencastre, tous deux intimement rattachés à la formation du royaume. Pessoa n’a pas voulu séparer ceux que Dieu avait si providentiellement unis. Ces deux époux reposent côte à côte au Monastère de Batalha, dans des tombeaux parallèles, les gisants se donnant la main droite.

17D. João o Primeiro est le fondateur de la dynastie d’Avis, le vainqueur des Castillans, ennemis traditionnels de l’indépendance du Portugal, redoutables rivaux pour la conquête de territoires, à la bataille d’Aljubarrota (1385). Lui aussi est inspiré par Dieu : « Quando Deus faz e a historia é feita ». Notons la réitération du verbe fazer, exprimant au plan divin l’action et sa réalisation immédiate.

18Le Portugal est assimilé à un Temple, demeure de Dieu, édifié pour acquérir son existence, sa qualité d’être autonome :

Mestre, sem o saber, do Templo
Que Portugal foi feito ser.

19La réitération du verbe ser encadrant fazer, exprime l’existence, l’essence propre, renforcées par l’allitération du f.

20D. Filipa de Lencastre est célébrée comme la Mère, mère de rois, mère de génies, de souverains ingénieux qui créeront le Portugal et son Empire :

Humano ventre do Império,
Madrinha de Portugal !

21Entre la Madrinha et le Portugal accompli, il y aura plusieurs générations de souverains, ses descendants, qui regroupent des territoires pour maintenir l’indépendance et parvenir à l’intégrité territoriale.

22La troisième division de la Première Partie correspond aux cinq Quinas. Chacune est représentée par un poème attribué à un personnage royal désigné par son titre suivi du déterminatif de Portugal, comme une proclamation honorifique sonore, amplification en écho du premier titre du recueil et confirmation de la préoccupation essentielle de l’ouvrage.

231a. D. Duarte, rei de Portugal : il est le premier descendant du couple royal précédent. Souverain scrupuleux et méritoire, mis au monde et sur le trône par Dieu :

Meu dever fez-me, como Deus ao mundo,
A regra de ser Rei almou meu ser.

24L’allitération du m martèle l’affirmation dans des mots courts de une ou deux syllabes.

252a. D. Fernando, Infante de Portugal. Ce poème était primitivement intitulé « Gládio », nom qui désigne l’épée du chevalier, noble glaive du combattant-conquérant, mais aussi la plume du poète, qui pourrait bien être aussi celle de Pessoa lui-même :

Deu-me Deus o seu gládio, porque eu faça
A sua santa guerra.

Frontispice de l’ouvrage Juramento com que ELRey Dom Afonso Henriquez confirmou a visão de Christo nosso Senhor, Lisboa : António Alvarez, 1641 (Collection Adrien Roig).

26L’homophonie Deu-Deus, avec l’écho de -eu répété, répercuté, donne un ton solennel aux vers qui convient à l’octroi de la mission divine. « A sua santa guerra », c’est la guerre sainte contre les Infidèles, dans un premier temps la guerre de reconquête du territoire contre les Maures qui avaient envahi la Péninsule.

27L’extension du Portugal réapparaît dans la 4ème sous-partie, avec le poème de Nunálvares Pereira consacré à la couronne du blason. La conquête est, une fois encore, symbolisée par l’épée du héros, du Saint Connétable, appelée « Excalibur », donnée par le roi Artur du cycle de la Table Ronde. Elle remporta les batailles des Atoleiros (1384), de Valverde et d’Aljubarrota (1385), contre les Castillans, redoutables rivaux dans la possession des territoires de la Péninsule. Nunálvares boucle la série des souverains et des héros, bâtisseurs du Royaume du Portugal. Désormais, les temps sont consommés : le Portugal a acquis la plénitude de son extension péninsulaire. Le Connétable sanctifié a comme attribut le glaive de la conquête resplendissant pour montrer la voie au pays :

‘Sperança consumada,
S. Portugal em ser,
Ergue a luz da tua espada
Para a estrada se ver !

28L’inclusion de la couronne, élément extérieur qui domine le blason, indique que celui-ci est bien complet et donc que la formation du royaume est achevée. Cette couronne atteste l’identité des armes nationales et de celles du roi : le souverain est le seul à pouvoir porter les armes du Portugal.

II-L’Expansion de l’Empire d’Outre-mer

29La deuxième partie intitulée Mar Português est essentiellement consacrée à l’acquisition de la maîtrise des mers par les Portugais et à la formation progressive de leur immense empire réparti dans tous les continents. L’épigraphe POSSESSIO MARIS consacre l’hégémonie maritime, condition préalable nécessaire aux conquêtes

1-La maîtrise des mers

30Dès la formation des continents, le Portugal – à venir – a été favorisé par la disposition et l’extension relative de ses côtes qui lui conféraient une vocation maritime prépondérante. Rappelons le poème qui ouvre le recueil : le Portugal, visage de l’Europe, fixe l’Occident, c’est-à-dire l’Océan Atlantique sur lequel il enverra les flottes successives de ses caravelles.

  • 8 Cf. Adrien Roig, « La mer dans Mensagem de Fernando Pessoa », Quadrant, Montpellier, Centre de Rec (...)

31Nous avons vu que la série des héros commençait par Ulysse, le navigateur par antonomase, parvenu au Portugal après un long voyage. Il place l’ouvrage sous le double signe de la mer8 et de l’épopée.

32Le premier souverain portugais mis en relation avec la mer est D. Dinis, « O plantador de naus a haver », car c’est lui qui a planté dans le sol national les pinèdes de Leiria qui fourniront le bois des caravelles. Dans une double identification, le bruissement des pins est assimilé à la rumeur des vagues et à la vocation de la terre de la patrie pour l’aventure maritime future :

E a fala dos pinhais, marulho obscuro,
É o som presente desse mar futuro,
É a voz da terra ansiando pelo mar.

33Dans le dernier vers, les deux substantifs, placés chacun en fin d’hémistiche, expriment les deux éléments terre, eau (mer), objets d’une double suprématie pour le Portugal dans son expansion.

34Dans la Première Partie (V. – « O TIMBRE »), deux poèmes sont consacrés à « La tête du Griffon », c’est-à-dire la partie la plus élevée de l’ensemble des armes nationales : l’un à l’Infant D. Henrique et l’autre à D. João o Segundo, pour le rôle primordial qu’ils ont joué comme initiateurs pour la possession des mers. La situation historique de l’Infant, à une époque charnière, est condensée dans ce vers : « Tem aos pés o mar novo e as mortas eras ». La mer nouvelle, c’est celle des Portugais : ils vont la sillonner, la découvrir, lui donner des noms, comme dans une nouvelle création, une nouvelle Genèse. « Les ères mortes », ce sont les temps passés, révolus, de repliement sur soi.

35Dans le poème « D. João o Segundo », nous retrouvons la confrontation des deux éléments terre/mer dans la saisissante évocation du souverain visionnaire, fixé dans une attitude plastique :

Braços cruzados, fita além do mar.
Parece em promontório uma alta serra –
O limite da terra a dominar
O mar que possa haver além da terra.

36C’est le projet d’une conquête à rallonges, jamais terminée. Il scrute la mer pour y découvrir une terre à conquérir et, après cette terre, il perçoit une autre mer qui pourra mener à d’autres terres...

37D’après Mensagem, l’histoire générale de la mer peut se diviser en deux parties : avant les navigations portugaises et après elles. L’histoire maritime du monde est donc ordonnée d’après les exploits des navigateurs portugais. Avant les caravelles portugaises, les mers étaient vierges. Elles étaient inconnues, pleines de mystère. Le brouillard, « Nevoeiro », « a névoa escura », les occultait, elles inspiraient la peur :

O mar anterior a nos, tem medos. (« Horizonte »)
Deus ao mar o perigo e o abismo deu. (« Mar português »)

38L’effroyable Mostrengo (Morcego, dans un premier temps) symbolise les périls et les superstitions :

O mostrengo que esta no fim do mar
Na noite de breu ergueu-se a voar

39Il surgit des ténèbres, du fin fond de la mer et menace d’engloutir les frêles embarcations envoyées par « El-Rei D. João Segundo ». Mais, dominant sa terreur, l’homme du gouvernail, le pilote portugais, porte-parole de tout le peuple du Portugal, a l’audace et la fierté de lui rétorquer :

Aqui ao leme sou mais do que eu :
Sou um Povo que quer o mar que é teu.

40Avec l’aide de Dieu, les Portugais ont su dominer tous les périls, les terribles « trabalhos do mar » :

Desvendamos a noite e a cerração,
As tormentas passadas e o mistério. (« Horizonte »)
Com duas mãos – O Acto e o Destino –
Desvendamos...
…………………………
Foi Deus a alma e o corpo Portugal
Da mão que o conduziu. (« Ocidente »)

41Nous retrouvons la manifestation du « signe » concédé par Dieu au Portugal, à Ourique. Le concept de domination des mers par le Portugal est confirmé dans le poème « D. João, Infante de Portugal », comme objectif spécifique des Portugais :

Porque é do português, pai de amplos mares,
Querer, poder só isto :
O inteiro mar, ou a orla vã desfeita.

42L’apposition « pai de amplos mares » définit le peuple portugais. Pai avec le sens de « générateur », car la découverte de la mer le crée, lui donne et l’existence et le nom. Le pluriel mares a la valeur d’augmentatif et accentue l’immensité exprimée par amplos. Quant à l’expression « o inteiro mar », elle traduit la même caractéristique d’immensité avec l’article défini singulier o et l’adjectif inteiro inattendu pour la mer ; l’ensemble équivaut à « toutes les mers ».

43Le titre de la deuxième partie Mar português, avec l’épigraphe Possessio Maris exprime nettement la même idée de possession, d’appropriation de la mer, de toutes les mers, par les Portugais. Le latin de l’épigraphe, langue des juristes, des notaires, confère à l’affirmation le sceau d’un titre de propriété authentique.

44Dans cette deuxième partie, l’un des poèmes a également pour titre Mar português, ce qui constitue une curieuse mise en abyme : l’une des composantes, contrairement à la logique, a le même titre que le tout. C’est l’un des plus beaux poèmes de Pessoa, le plus connu, le plus populaire. Dans une touchante prosopopée, avec un langage simple, le poète s’adresse directement à la mer. Il exprime les sacrifices de tout un peuple pour la domination de la mer, dans un lyrisme simple et touchant :

Ó mar salgado, quanto de teu sal
São lágrimas de Portugal !
Por te cruzarmos, quantas mães choraram,
Quantos filhos em vão rezaram !
Quantas noivas ficaram por casar
Para que fosses nosso, ó mar !

  • 9 Eduardo Lourenço, « Os mares de Pessoa », Jornal de Letras, 20 mai 1998, affirme : « Há entre Deus (...)

45Le vocatif « Ó mar » encadre la première strophe, formée de trois exclamations. La première personne du pluriel exprime la coopération de tout le peuple portugais et y associe le poète et ses lecteurs. Mais, comme suprême compensation de toutes ces infortunes, Dieu a fait de la mer le miroir du ciel : « Mas nele é que espelhou o céu ». Mystérieuse symbiose des éléments eau/air, la mer est ainsi objet de beauté, de grandeur, de nobles desseins, de belles réalisations9. Ce dernier vers du poème est la sublimation de tous les sacrifices, par la pleine réussite des Portugais, grâce – toujours – à la volonté divine.

  • 10 Dieu sépara la lumière des ténèbres, le jour de la nuit, les eaux des eaux, le ciel de la mer ; il (...)

46Au début de la Genèse, dans le récit de la création du monde, le maître-mot qui revient est le verbe séparer10. Mais, pour favoriser le geste des Portugais, la volonté de Dieu a changé, comme il est dit au début du poème « O Infante » :

Deus quere, o homen sonha, a obra nasce.
Deus quis que a terra fosse toda uma,
Que o mar unisse, já não separasse.

47Remarquons la valeur de l’adverbe temporel qui indique le retournement du dessein de Dieu. Grâce aux navigateurs portugais, la mer ne séparera plus les îles, les continents, elle sera désormais un lien, un trait d’union entre eux, entre les diverses possessions portugaises réunies dans l’empire du Portugal.

2-La création de l’empire portugais

48Le poème « Padrão », consacré au navigateur Diogo Cão, envoyé par Jean II explorer la côte africaine, indique la démarche générale de la formation et de l’expansion de l’empire d’outre-mer. Le padrão est une grande borne, une borne de propriété, qui porte, sculpté dans la pierre, le blason du Portugal dont nous avons analysé la composition et la signification divine symbolique. Une étroite corrélation s’établit ainsi entre la formation du royaume et l’extension de l’empire. A chaque escale, la marque de possession portugaise est plantée, fixée tout près du rivage et la conquête se poursuit, toujours plus loin de la mère Patrie :

Eu, Diogo Cão, navegador, deixei
Este padrão ao pé do areal moreno
E para diante naveguei.

49La mer est immense, certes, mais elle peut désormais être sillonnée et franchie ; les Portugais ont rendu « possible » la navigation maritime. Les Quinas des bornes laissées comme témoins attestent la nouvelle dimension de la mer qui a conduit à la formation du vaste empire d’outre-mer et la supériorité des Portugais sur les exploits des grands bâtisseurs d’empires de l’Antiquité, les Grecs et les Romains :

E ao imenso e possível oceano
Ensinam estas Quinas, que aqui vês,
Que o mar com fim sera grego ou romano :
O mar sem fim é português.

50Les éléments divins constitutifs des Quinas, la croix qui surmonte le padrão et celle des voiles des caravelles confirment la réalisation par les Portugais de la mission que Dieu leur avait confiée.

51Dans une préfiguration, un autre poème consacré encore à « O Infante D. Henrique » (« A Cabeça do Grifo ») exaltait le rôle exceptionnel de celui qui prépara les grands voyages et à qui revient légitimement tout le mérite des conquêtes portugaises futures de par le monde :

  • 11 Et non D. Manuel I qui avait pris comme emblème la sphère armillaire, représentation de l’univers. (...)

O único imperador que tem, deveras
O globo mundo na sua mâo.11

52Mensagem célèbre les exploits d’autres grands navigateurs portugais. « Epitáfio de Bartolomeu Dias » est dédié à ce « Capitão do Fim », envoyé par Jean II pour l’exploration de la côte africaine (1486) ; il parvint à doubler le cap des Tempêtes, (« Cabo Tormentoso »), que le souverain rebaptisera Cap de Bonne Espérance car son franchissement donnait l’espoir de pouvoir atteindre les Indes et conquérir de nouveaux territoires. Le valeureux navigateur, assimilé à Atlas, porte le monde entier sur ses épaules : « Atlas, mostra alto o mundo no seu ombro ». Une fois encore est affirmé le caractère universel de l’empire portugais.

53Cette universalité réapparaît avec Fernão de Magalhães, ce valeureux marin portugais qui entreprit le tour du monde (1519) et périt dans les Philippines :

Que até ausente soube cercar
A terra inteira em seu abraço.
…………………………
Violou a Terra

54Où l’on voit que la possession de la Mer est intimement liée à la possession de la terre. Le verbe violou assimile l’exploit à un violent comportement sexuel.

  • 12 Alors qu’il occupe une place prépondérante dans Les Lusiades. Camões n’est pas cité dans Mensagem.(...)

55Si le roi D. Manuel Ier dit « Le Fortuné » (« O Venturoso »), parce qu’il recueillit les fruits des initiatives prises par ses prédécesseurs, est – curieusement – absent de Mensagem12, un poème est consacré à Vasco de Gama : « Ascensão de Vasco da Gama ». C’est l’apothéose du grand navigateur qui découvrit la route des Indes : un moment d’extase à la lumière fulgurante de mille éclairs ; l’on voit « O céu abrir o abismo à alma do Argonauta ». L’identification à un Argonaute exalte l’audace de l’intrépide navigateur ayant œuvré pour la plus grande gloire du Portugal dans les conquêtes d’Extrême-Orient.

56Mais la série des flottes portugaises a une fin. Elle est consignée dans « A última Nau », poème au titre explicite :

Levando a bordo El-Rei D. Sebastião,
E erguendo, como um nome, alto o pendão
Do Império,
Foi-se a última nau, ao sol aziago
Erma, e entre choros de ânsia e de presago
Mistério.

  • 13 Cf. Olímpio de Melo, A Bandeira national, sua evolução histórica desde a fundação da monarquuia po (...)

57Il s’agissait encore d’un ambitieux projet d’extension de l’Empire. Sur la dernière nef flotte bien haut l’étendard de l’Empire où figurait le blason national13. Le « nom » correspondant pourrait bien être Portugal. Ce poème correspond au point final de l’extension territoriale de l’Empire portugais. Mais Fernando Pessoa envisage, pour le Portugal, une autre forme possible de rayonnement.

III-Le rayonnement universel

58C’est dans la troisième partie intitulée O Encoberto et donc située historiquement après la disparition à Alcacer Quibir (1578) du roi D. Sébastien que sera développée l’aspiration pour le Portugal à une expansion universelle d’un autre genre. Après l’effervescence des navigations, après l’action des conquêtes, un apaisement va s’établir. L’épigraphe Pax in excelsis, « Paix au plus haut des cieux », correspond à une élévation par rapport aux épigraphes précédentes : la paix est plus noble que la guerre et le ciel est au-dessus de la mer.

59Les deux derniers vers du poème « O Infante » qui ouvrait la deuxième partie exprimaient clairement les trois grandes étapes de l’histoire du Portugal :

Cumpriu-se o Mar, o Império se desfez.
Senhor, falta cumprir-se Portugal !

60La réalité historique des deux premières rend la réalisation de la troisième inéluctable. Le passé national glorieux est caution de l’avenir. Les promesses faites par Dieu, au premier souverain, à Ourique, doivent se réaliser. Le mythe d’Ourique explique le passé et détermine et assure un avenir d’universalité au Portugal, peuple élu.

61Le poète Fernando Pessoa s’attribue un rôle de mage, de prophète national : il sera le guide qui montre la voie à son pays, le phare qui dissipe les ténèbres et projette dans l’avenir la lumière pour atteindre la gloire et l’universalité.

62Alcacer Quibir ne peut, en aucune façon, être une défaite définitive, car Dieu ne saurait mentir. Le poème « A última nau » exprime à la fois la fin de l’Empire et sa future résurrection : « Deus guarda o corpo e a forma do futuro ». Le poète au milieu du découragement général voit le retour de ce D. Sébastien mythique auquel il s’adresse :

Ah quanto mais ao povo a alma falta,
Mais a minha alma atlântica se exalta
E entorna,
E em mim, num mar que não tem tempo ou ‘spaço,
Vejo entre a cerração teu vulto baço,
Que torna.

63Le poète intervient avec son âme, la partie la plus élevée de l’être, qualifiée de atlântica, ce qui l’assimile à la mer, la mer de l’Occident, celle que fixe le Portugal, l’Océan Atlantique dont, dès la première enfance, Fernando Pessoa a eu une connaissance directe au cours de ses voyages entre le Portugal et Durban. Mais cette mer, paysage marin intérieur, se transforme en son être inspiré en une autre mer, hors du temps, hors de l’espace, vague et inconcrète.

64Dans la 2ème division « Os avisos », il s’intègrera, poète inspiré, dans la suite des prophètes nationaux comme « terceiro », après « Primeiro/O Bandarra » et « Segundo/António Vieira ». Nous avons analysé l’expression de son admiration pour tous les souverains qui étaient situés au tout début des grandes entreprises, pour ceux qui avaient eu le pressentiment, l’intuition de ce qu’il était nécessaire d’entreprendre et donc de préparer. Plus que l’Action, ce qui compte c’est l’Idée. C’est précisément dans cette lignée de génies nationaux qu’il veut se situer et œuvrer afin de créer une nouvelle ère de gloire pour le Portugal.

65Dans cette vision nébuleuse, un rêve confus, qui s’harmonise avec la prédiction du « retour » de D. Sébastien, par un matin de brouillard, il voit revenir le souverain si désiré. Alors tout s’éclaire dans l’âme du poète :

Surges ao sol em mim, e a névoa finda :
A mesma, e trazes o pendão ainda
Do Império.

66Le revoici, le Désiré, dans une suite de verbes au présent. Et il rapporte le même étendard de l’Empire qu’il arborait au départ. L’adverbe temporel ainda exprime la continuité, la permanence de l’emblème impérial qui va servir pour la création d’une nouvelle forme de rayonnement, à définir, à préciser.

67Dans le poème consacré à Bandarra, nous retrouvons la démarche du rêve, l’Empire prévu par Dieu, à l’échelle universelle :

Sonhava, anónimo e disperso
O Império por Deus mesmo visto,
Confuso como o Universo.

68Le domaine du sentiment se substituera à celui de l’action. Le cœur du prophète est identifié au Portugal :

Este cujo coração foi
Não português, mas Portugal

69Antonio Vieira est associé au ciel, à la lumière. Sa gloire n’est pas celle des armes mais celle des lettres ; son empire est celui de la langue nationale :

Imperador da lingua portuguesa,
Foi-nos um céu também.

70Cette lumière merveilleuse correspond à l’aube du Quint Empire, à des lendemains qui chantent pour le Portugal :

Madrugada irreal do Quinto Império
Doira as margens do Tejo.

71Dès l’incipit du troisième « aviso » nous comprenons que le troisième mage est Pessoa en personne : « Screvo meu livro à beira-mágoa » Il s’adresse pathétiquement à D. Sébastien, « ó Encoberto/Sonho das eras português », pour le réveil, la fin du tourment, de sa pénible expectative :

E a despertar do mal que existo
A nova terra e nos Novos Céus ?

72L’adjectif novo réapparaît, après une longue translation dans les temps. Le Portugal doit se lancer dans de nouveaux domaines, pour de nouveaux sommets de gloire, pour une nouvelle universalité.

73Dans son esprit et dans son cœur, Pessoa souffre de l’état de léthargie du Portugal qui l’entoure. Dans le poème « Elegia na sombra », il caractérise cet état déplorable par une série de négations :

Nada. Nem fé, nem lei, nem mar, nem porto.
Só a prolixa estagnação das mágoas.
………………………...
Povo sem nexo, raça sem suporte.

74L’inquiétude présente qui l’envahit est avivée par l’évocation du glorieux passé national :

Oh, que ha-de ser de nos ? Raça que foi
Como que um novo sol occidental
Que houve por tipo o aventureiro e o herói
E outrora teve nome Portugal.

75Cet état lamentable du Portugal est encore présent dans la première partie du dernier poème de Mensagem intitulé « Nevoeiro », avec une nouvelle suite de négations :

Nem rei, nem lei, nem paz, nem guerra,
…………………………
Ninguém sabe que coisa quere.
Ninguém conhece que alma tem,
Nem o que é mal nem o que é bem.

76Pessoa voit la possibilité d’un renouveau national grâce à une transformation, une adaptation moderne du mythe de D. Sébastien si profondément ancré dans l’âme des Portugais. Le « retour » du roi, deux siècles et demi après sa disparition est, certes, un symbole. Il correspond à une prise de conscience collective, à un sursaut national qui secouerait la nostalgie, dissiperait le brouillard, pour l’apparition de nouvelles voies vers un brillant renouveau :

  • 14 Fernando Pessoa, Sobre Portugal, op. cit., p. 255.

Temos, felizmente, o mito sebastianista, com raízes profundas no passado e na alma portugueza. Nosso trabalho é pois mais fácil : não temos que criar um mito, senão que renová-lo. Comecemos por nos embebedar desse sonho, por o integrar em nós, por o incarnar. Feito isso, cada um de nós independentemente e a sós consigo, o sonho se derramará sem esforço em tudo o que dissermos ou escrevermos, e a atmosfera estará criada, em que todos os outros, como nós o respirem. Então se darâ na alma da Nação o fenomeno imprevisísel de onde nascerão as Novas Descobertas, a criação do Mundo Novo, o Quinto Império. Terá regressado El-Rei Sebastião14.

77L’expansion du Portugal ne peut plus être dans la domination imposée par la force, mais dans le rayonnement créé par l’esprit :

  • 15 Id. ibid., p. 228.

Esta é a primeira Nau que parte para as Índias Espirituais, buscando-lhes o Caminho Marítimo através dos nevoeiros da alma que os desvios, erros, e atrasos da Civilização lhe ergueram !15

  • 16 Id. ibid., p. 229. « Condições imediatas do Império de Cultura :
    (1) Uma língua para isso, isto é : (...)

78Par la langue, par la littérature, par les brillantes réalisations de génies littéraires16, à commencer par Pessoa lui-même, le Supra-Camões, et par les poèmes de Mensagem, le peuple portugais doit conquérir une nouvelle « Distance » promise dans le poème « Prece » :

E outra vez conquistaremos a Distância –
Do mar ou outra, mas que seja nossa !

79Dans le poème « Quinto Império » ce projet d’universalité est explicité :

Vinde aqui todos os que sois,
Sabendo-o bem, sabendo-o mal,
Poetas, ou Santos ou Heróis
De Portugal.
………………………...
O Portugal feito Universo,
Que reúne, sob amplos céus,
O corpo anónimo e disperso
De Osíris, Deus.
…………………………
Aquele inteiro Portugal,
Que universal perante a Luz,
Reza, ante a Cruz universal.
Ao Deus Jesus !

80Nous remarquons le retour de universo, universal.

81Dans « Profecia », le prophète Pessoa abandonne le domaine géographique d’antan pour un univers métaphysique :

  • 17 F. Pessoa, « A nova poesia portuguesa no seu aspecto psicológico, Obras em prosa, op. cit., p. 397

E a nossa grande raça partirá em busca de uma Índia nova que não existe no espaço, em naus que sao construídas « daquilo que os sonhos são feitos ». E o seu verdadeiro e supremo destino, de que a obra dos navegadores foi o obscuro e carnal ante-arremedo, realizar-se-á divinamente17.

  • 18 Eduardo Lourenço, Pessoa revisitado, Leitura estruturante, Porto, Editorial Inova, 1973, p. 209 : (...)

82La réalisation de ce rayonnement universel du Portugal sera le couronnement de la mission que lui a confiée Dieu : l’union universelle des terres et des peuples par la fraternité, la culture, la littérature et la philosophie18.

  • 19 Cf. Álvaro de Campos, in F. Pessoa, Obra poética, organização de Maria Aliete Dores Galhoz, Rio de (...)

83Dans les derniers vers de « Nevoeiro » qui terminent Mensagem, le poète donne le signal de la résurrection en adressant à ses concitoyens le message décisif19, l’ordre de la nouvelle entreprise qui doit débuter immédiatement :

Ô Portugal, hoje é nevoeiro...
É a hora !
Valete, Fratres.

  • 20 Cf. Álvaro de Camp os, id. ibid., p. 375 : « Sursum corda ! Erguei as aimas ! Toda a Matéria é Esp (...)

84Il en appelle à ses « frères », à la communauté nationale, assimilée à une vaste famille, pour un élargissement de la fraternité. C’est le sursum corda national qui laisse présager les immanents lendemains qui chantent, le rayonnement universel pour le Portugal dont lui, Fernando Pessoa, poète inspiré, prophète et messie, aura été l’annonciateur et l’instigateur20.

85Notre étude a démontré que l’expansion du Portugal est une constante dans Mensagem. Elle confère l’unité au recueil composé de poèmes apparemment séparés. Cette volonté d’expansion introduit une tension dans l’œuvre, des origines mythiques, aube des temps historiques, aux étapes de l’histoire nationale, jusqu’à l’époque moderne et avec une projection dans le futur.

86Constance et tension dans le temps vont de pair avec une progression géographique, dans l’espace : du point de départ (site de Lisbonne et comté Portucalense) aux limites du royaume national péninsulaire, puis à l’extension de l’empire réparti dans tous les continents du globe terrestre, pour s’épanouir enfin dans l’universalité.

87La progression correspond à une élévation : la conquête territoriale est la résultante d’actions guerrières, l’extension maritime est le fruit de la conjonction du génie de souverains précurseurs et du courage de valeureux marins, le rayonnement universel sera l’œuvre de poètes inspirés dans une langue supérieure à toutes. L’élévation va de la terre à la mer (miroir du ciel) puis à l’esprit. Elle met en jeu les quatre éléments, du plus concret au plus abstrait : la terre (sol national), l’eau (« mer portugaise »), le feu (rayonnement) et l’air (ciel de l’esprit).

88Constance, tension, élévation, domination de tous les éléments attestent l’accomplissement progressif de la promesse divine d’Ourique résumée dans l’épigraphe mise au début du recueil et répercutée dans les épigraphes de chacune des trois grandes parties.

89Toutes les caractéristiques dégagées sont intimement reliées au thème unique du recueil : le Portugal, ce qui justifie le premier titre choisi, avant Mensagem.

90La dernière vision du Portugal universel peut paraître utopique. Mais effectivement, Fernando Pessoa a conquis l’universalité pour la langue portugaise. Ses œuvres sont traduites dans toutes les langues et publiées dans tous les pays. Actuellement, il est probablement plus connu et plus lu que Camões. Mensagem, épopée moderne, est plus diffusé que Les Lusiades. Mensagem nous conduit bien au-delà des Indes, avec l’extension du Portugal, son rayonnement par l’esprit, jusqu’à l’universalité.

Notes

1 Sur les circonstances du changement de titre, cf. Fernando Pessoa, Sobre Portugal, Introdução ao problema nacional, recolha de textos Dra Maria Isabel Rocheta, Dra Maria Paula Morão, introdução e organização Joel Serrão, Lisboa, Atica, 1970, p. 179, 180. Sur la préoccupation primordiale pour le Portugal chez les auteurs portugais depuis la fin du XIXe siècle, voir António Quadros, A Ideia de Portugal na literatura portuguesa dos ûltimos cem anos, Lisboa, Fundaçâo Lusíada, 1989.

2 Fernando Pessoa, Mensagem e outros poemas afins, organização de António Quadros, Lisboa, Europa-América, s.d. – Message, Edition bilingue, Préface de José Augusto Seabra, Traduction de Bernard Sesé, Bibliographie par José Blanco, Paris, José Corti/UNESCO, 1988. – Mensagem, Poemas esotéricos, edição crítica de José Augusto Seabra (coordenador), Madrid/Paris, Col. Archivos, UNESCO, 1ère éd. 1993, 2ème éd. 1996 ; cette édition comprend une importante bibliographie critique de José Blanco.

3 Fernando Pessoa, Obras em prosa, organização, introdução e notas de Cleonice Berardinelli, Rio de Janeiro, Editora Nova Aguilar, 1982 : « A nova poesia portuguesa sociologicamente apresentada », p. 367 : « [...] Porque fatalmente o Grande Poeta, que este movimento gerará deslocarâ para segundo piano a figura, até agora primacial, de Camões [...]. Mas é precisamente por isso que mais concluível se nos afigura o próximo aparecer de um Supra-Camões na nossa terra ».

4 Voir José Augusto Seabra, Fernando Pessoa ou le poétodrame, Paris, José Corti, « Ibériques », 1982 : « Nous sommes devant un livre qui obéit, dans ses fondations mêmes, à une architecture ésotérique [...]. Cette charpente ternaire a sans doute pour Pessoa une intentionnalité occulte [...]. De même d’ailleurs pour les chiffres 5,7 et 12 qui dominent les autres sous-divisions du livre ».

5 Cf. Adrien Roig, Mensagem : héraldique et poésie, in Hommage à Eduardo Lourenço, Université de Nice, Lisboa, Instituto de Cultura e Língua Portuguesa, 1992, p. 13-37. Cette étude a été publiée en portugais dans Mensagem, Poemas esotéricos, op. cit., p. 280-302

6 Voir Adrien Roig, « Les Quinas de Portugal dans la littérature du XVIe siècle », in Sonderdruck aus De orbis Hispani linguis litteris historia moribus Festschrift fûr Dietrich Briesemeister zum 60 Geburstag, Francfort sur le Main, Domus Editoria Europaea, 1994, p. 29-53.

7 Nous citons d’après un folheto de notre collection intitulé Juramento com que El Rey Dom Afonso Henriques confirmou a visão de Christo Nosso Salvador, Lisboa, António Alvarez, 1641, 7 ff. n.n. avec le texte en latin et sa traduction en portugais, illustré d’une gravure représentant le miracle d’Ourique. Voir Adrien Roig, « Le miracle d’Ourique dans deux comedias espagnoles : La lealtad en el agravio de Lope de Vega et Las Quinas de Portugal, de Tirso de Molina, Revista Española de Teología, Madrid, vol. 44, 1984, Fasc. 1, en hommage au Professeur Joaquim Veríssimo Serrão, p. 217-240.

8 Cf. Adrien Roig, « La mer dans Mensagem de Fernando Pessoa », Quadrant, Montpellier, Centre de Recherche en Littérature de Langue Portugaise, Université Paul Valéry, no 16, 1999, p. 33-45.

9 Eduardo Lourenço, « Os mares de Pessoa », Jornal de Letras, 20 mai 1998, affirme : « Há entre Deus e o mar, na imaginaçâo de Pessoa, uma correlaçâo simbólica ».

10 Dieu sépara la lumière des ténèbres, le jour de la nuit, les eaux des eaux, le ciel de la mer ; il appela terre le continent et mer l’amas des eaux (Genèse, I, 1-10)

11 Et non D. Manuel I qui avait pris comme emblème la sphère armillaire, représentation de l’univers. Pour Pessoa, D. João II est le seul souverain qui avait droit à ce symbole, pour avoir été l’initiateur des Découvertes, celui qui a « découvert l’idée des Découvertes ». Remarquons la fermeté de cette mise au point avec les termes o único. deveras. Dans l’iconographie chrétienne, Dieu, Jésus, est parfois représenté avec une sphère, une boule surmontée d’une croix, dans la main.

12 Alors qu’il occupe une place prépondérante dans Les Lusiades. Camões n’est pas cité dans Mensagem. Eduardo Lourenço, dans Fernando Pessoa Roi de notre Bavière, Paris, Séguier, Michel Chandeigne, 1988, p. 133, a remarqué cette absence : « Pour qu’il ne subsiste aucun doute, Camões, l’incarnation mythique du patriotisme lusitanien, le Portugal fait poème, comme on disait alors, ne figurera pas dans la galerie des héros-mythes de la nouvelle épopée. On ne saurait être plus clair. Il est simplement étrange que l’on n’ait jamais remarqué que c’est autour de cette absence que s’organise et se structure l’existence même de Message ». Nous avons remarqué que sont également absents du vocabulaire de Mensagem les termes luso et ses dérivés lusitano, Lusitania...

13 Cf. Olímpio de Melo, A Bandeira national, sua evolução histórica desde a fundação da monarquuia portuguesa até a actualidade, Lisboa, Imprensa nacional, 1924, p. 33 : « D. SEBASTIÃO (1557-1578). Foi este monarca que pela primeira vez fechou a coroa real sobreposta ao escudo das Armas do Reino, antes da sua partida para a África, sofrendo por isso a Bandeira Nacional esta pequena modificação, que se conservou ainda durante a dominaçâo espanhola e até o reinado de D. João VI. O número de castelos e besantes, desde algum tempo variáveis foi fixado em sete e cinco respectivamente ».

14 Fernando Pessoa, Sobre Portugal, op. cit., p. 255.

15 Id. ibid., p. 228.

16 Id. ibid., p. 229. « Condições imediatas do Império de Cultura :
(1) Uma língua para isso, isto é : (a) rica ; (b) gramaticalmente completa ; (c) fortemente « nacional ».
(2) O aparecimento de homens de génio literário escrevendo nessa língua, e ilustrando-a : (a) de génio universal e [...] dentro da humanidade ; (b) de génio de perfeicâo linguística ; (c) a concorrência de outros factores culturais para o conteúdo dessas obras de génio. [...] »

17 F. Pessoa, « A nova poesia portuguesa no seu aspecto psicológico, Obras em prosa, op. cit., p. 397.

18 Eduardo Lourenço, Pessoa revisitado, Leitura estruturante, Porto, Editorial Inova, 1973, p. 209 : « A poesia ocultista cobre o espaço inteiro da vida e da obra de Pessoa » ; p. 247, 248 : « É pena que entre outros, o conceito capital de Deus seja utilizado no seu discurso sem as precauções e as reticências que o sentido global da visão de Pessoa impõe ». Voir Georg Rudolf Lind, « A iniciaçâo do poeta e o caminho alquímico », in Estudos Pessoanos, Lisboa, INCM, « Estudos Portugueses », 1981, p. 257-304.

19 Cf. Álvaro de Campos, in F. Pessoa, Obra poética, organização de Maria Aliete Dores Galhoz, Rio de Janeiro, Ed. José Aguilar, 1960, p. 362 : « E a soberana luz manda, e do alto dos séculos,/A grande mensagem com que a alma é livre... »

20 Cf. Álvaro de Camp os, id. ibid., p. 375 : « Sursum corda ! Erguei as aimas ! Toda a Matéria é Espírito ».

Table des illustrations

Légende Frontispice de l’ouvrage Juramento com que ELRey Dom Afonso Henriquez confirmou a visão de Christo nosso Senhor, Lisboa : António Alvarez, 1641 (Collection Adrien Roig).
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/9609/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 593k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site