Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vents du large

 | 
Jacqueline Penjon
, 
Anne-Marie Quint

2. Littérature

De quelques forbans des mers

Anne-Marie Quint

Texte intégral

Au professeur Georges Boisvert, grâce à qui j’ai eu la joie de découvrir la langue portugaise et toutes les cultures dont elle est l’expression.

1La guerre de course et la piraterie sont aussi anciennes que les voyages en mer. Les Portugais, au cours de leurs traversées aventureuses, n’ont pas manqué d’y être confrontés de toutes les façons. Corsaires et pirates infestent aussi bien les côtes du Portugal et du Brésil que les îles de l’Atlantique et les rivages africains, de même qu’ils écument l’Océan Indien et les mers d’Extrême-Orient. Ces personnages hauts en couleurs, avides et sans scrupules mais habiles marins et hardis guerriers, hantent les récits historiques et littéraires depuis des siècles. Rien d’étonnant à ce qu’ils apparaissent dans la littérature portugaise.

  • 1 Peregrinaçam de Fernam Mendez Pinto, em que da conta de muytas e muyto estranhas cousas que vio & (...)
  • 2 J’utilise l’édition suivante : Francisco Rodrigues Lobo, Obras politicas epastoriz, Lisboa : Offic (...)

2Curieusement, le hasard a voulu que, la même année 1614, aient été publiées à Lisbonne deux œuvres bien différentes, où les corsaires jouent un rôle singulier. La première a dû être écrite quelques décennies plus tôt. Il s’agit de Peregrinação de Fernão Mendes Pinto1, volumineux récit d’aventures en Orient que le narrateur affirme autobiographiques, mais où l’élaboration littéraire tient une place importante. La seconde, O Desenganado de Francisco Rodrigues Lobo2, se donne comme une Fiction, même s’il est possible que certains personnages et certaines situations s’inspirent de la réalité. C’est le troisième volet d’une trilogie pastorale dont les deux premiers tomes ont connu un réel succès ; il raconte la fin des errances du berger Lereno qui après avoir parcouru les rivages des fleuves du Portugal, s’est embarqué pour des îles lointaines. Les deux livres ne consacrent pas le même nombre de chapitres aux histoires de corsaires : il y en a environ 44 dans Peregrinação, contre un et quelques allusions éparses dans O Desenganado. Il m’a semblé intéressant de confronter ces épisodes et de voir comment chacun des deux auteurs présente les forbans des mers. Je commencerai par la galerie d’odieux personnages qui défilent chez Fernão Mendes Pinto, avant de m’attarder sur la personnalité riche et complexe d’Antonio de Faria, au départ corsaire malgré lui. Pour finir, j’analyserai les discours subversifs du pirate de Francisco Rodrigues Lobo.

Les pirates odieux

  • 3 Peregrinação, vol. I, c. I, p. 5-6.
  • 4 L’audace des corsaires et des pirates, surtout français, déjà importante sous le règne d’Emmanuel (...)

3Dans Peregrinação, le premier contact du narrateur avec un de ces dangereux marins a eu lieu alors qu’il était âgé d’à peine quatorze ans. S’étant embarqué à Setúbal, il a été capturé par un bateau français non loin de Sezimbra, et destiné à être vendu comme esclave à Alger. Le corsaire s’étant peu après emparé d’un navire marchand chargé de sucre et d’esclaves en provenance de São Tomé, il a trouvé plus profitable d’écouler en France cette marchandise de prix. Moins féroce que beaucoup, avant de remonter vers le nord, il s’est contenté de déposer de nuit les captifs qui ne lui étaient pas nécessaires pour la manœuvre sur une plage déserte de l’Alentejo3. Cet épisode est très représentatif des agissements des corsaires français qui, assez souvent sans l’aveu de leur gouvernement, n’hésitaient pas à narguer les Portugais tout près de leur façade atlantique4.

  • 5 Cf. Peregrinação, vol. II, c. LX, p. 8 : « Então se não fez receita do mais que este cossairo tinh (...)

4Mais en Orient, les mers ne sont pas plus sûres, et les forbans orientaux qu’y rencontre le narrateur entre 1540 et 1542 ne connaissent guère la clémence. S’ils s’emparent sans distinction des jonques chinoises aussi bien que des nefs portugaises5, ils ont pour la plupart un point commun : une haine farouche des Portugais.

  • 6 « Derramador e bebedor do sangue português », ibid., v. I, c. LIX, p. 236.
  • 7 Port du Siam, proche du royaume de Patane (Pattani), sur la côte est de la péninsule malaise. Cf. (...)

5C’est ainsi que le redoutable Coja Acem, authentique corsaire au service du roi de Bintão, s’intitule dans ses lettres : « celui qui verse et boit le sang portugais »6. C’est un Maure du Gujerat, animé par un ardent désir de vengeance depuis que le capitaine Heitor da Silveira a fait périr son père et deux de ses frères. A l’entrée du port de Lugor7, il s’est jeté sur le petit navire armé par Antonio de Faria, où avait pris place le narrateur, a passé au fil de l’épée équipage et passagers et fait main basse sur les marchandises. Seuls quatre hommes ont pu échapper au massacre à grand-peine, et deux seulement survivent et regagnent Patane où Antonio de Faria, d’abord atterré, jure de pourchasser son voleur jusqu’à ce qu’il ait récupéré son bien.

  • 8 Ibid., v. I, c. XL, p. 144.

6Au cours de cette longue quête qui le conduit jusqu’en Chine, Antonio de Faria a l’occasion de se battre contre d’autres écumeurs des mers. Ainsi, le capitaine Similau, qui dès qu’il reconnaît des Portugais, envoie un cafre sur le château de poupe leur montrer son derrière8. L’épisode pourrait être comique, mais en l’occurrence, il ne fait rire personne, et un échange de tirs d’artillerie suit l’insulte. Pendant la nuit, les corsaires attaquent les Portugais, qui sont sur leurs gardes et ripostent avec vigueur. Ce sont eux qui s’emparent du bateau ennemi, et apprennent que Similau est l’assassin de Gaspar de Mello, à qui deux ans plus tôt il a fait sauter la cervelle après lui avoir volé sa nef. Un peu plus tard, les Portugais se rendront maîtres également de la jonque de Quiay Tanjão, et un captif de ce corsaire les informe du surnom du capitaine :

  • 9 Ibid., v. 1, c. XLIII, p. 159. Cristóvão Sardinha, ancien facteur des Moluques, avait été envoyé e (...)

Quiay Tanjão, despois que em Cincaapura matara Cristóvão Sardinha, se nomeava, por vanglória do que fizera, « o capitão Sardinha »9.

  • 10 Ibid., v. II, c. LXVI, p. 28.

7Un autre de ces brigands, Prematá Gundel, qualifié de « ladrão » par le narrateur avant d’être désigné comme « cossairo », est un « très grand ennemi de la nation portugaise »10, ce qui ne l’empêche nullement de jeter ses grappins sur une jonque qu’il croit chinoise...

  • 11 Ibid., v. I, c. XLVI, p. 172-173.

8Les plus féroces pourtant semblent être les renégats. L’un d’eux, qui répond au double nom de « necodá (capitaine) Xicaulém » et « Francisco de Sa », a été baptisé quelques années plus tôt à Malacca, et son parrain était le capitaine de la forteresse, Gaspar de Sa11 ; il a même épousé une métisse chrétienne. Mais un peu plus tard, aidé par d’autres Chinois, il a massacré l’équipage d’un navire, tué sa femme, et depuis, redevenu idolâtre, il écume les mers. Un autre renégat, Hinimilau, se fait remarquer par son arrogance. Même captif, il tient tête à ses vainqueurs et leur expose nettement les motifs de sa rancœur : quand il était païen, les Portugais le craignaient et l’appelaient « Quiay necodá » (Monsieur le capitaine). Devenu chrétien, à l’époque où D. Paulo da Gama était capitaine de Malacca, il a été en butte au mépris général. Plein de dépit, il est allé se faire Maure à Bintão, où le roi de Jantana l’a pris en amitié ; depuis lors, les mandarins l’appellent leur frère. Sa haine pour les chrétiens est telle qu’il a même massacré des naufragés dont l’un avait été son ami à Malacca. Il a aussi égorgé avant le combat les esclaves chrétiens qui étaient à son bord.

9On comprend que pour tous ces pirates odieux, la rencontre avec Antonio de Faria soit fatale. Le narrateur prend soin d’insister sur leur férocité, ce qui légitime les châtiments parfois atroces que leur inflige Antonio de Faria. Il insiste sur la pureté d’intention de ce dernier, et le présente même comme un justicier suscité par le ciel :

  • 12 Ibid., v. I, c. L, p. 189-190.

Porque nunca seu intento foi roubar senão só os cossairos que tinham dado a morte e roubado as fazendas a muitos cristãos [...], os quais cossairos tinham seus tratos c’os mandarins destes portos, a que davam muitas e muito grossas peitas, por lhes consentirem que vendessem na terra o que roubavam no mar. Mas [...] Deos Nosso Senhor [...] permitio [...] que do roubo que Coja Acem nos fez na barra de Lugor [...] nacesse a Antonio de Faria determinar-se em Patane de o ir buscar, para castigo de outros ladrões que tão merecido o tinham à nação portuguesa.12

10A en croire le narrateur, il y aurait donc d’une part d’affreux corsaires dont les autorités locales sont complices, d’autre part un héros portugais sans reproche. En fait, la position du narrateur n’est pas toujours aussi claire, et le personnage d’Antonio de Faria est beaucoup plus complexe.

Un corsaire malgré lui

  • 13 Ibid., v. I, c. XXXXVIII, p. 138-139.

11Il est indéniable qu’Antonio de Faria, dont le narrateur a partagé les aventures pendant plus de deux ans, et qui exerce sur tous ses compagnons un ascendant extraordinaire, n’avait pas au début l’intention de se faire corsaire. Le contexte difficile du négoce en Orient l’a contraint d’en arriver à cette extrémité. Il s’était endetté auprès des marchands de Malacca pour acheter des étoffes et une embarcation. Le coup de main de Coja Acem ne l’a pas seulement dépouillé de ses biens, il l’a laissé criblé de dettes. Dès lors, il ne pouvait que s’effondrer ou réagir comme il l’a fait. Son énergie lui a valu la sympathie et l’appui, moral et financier, des Portugais de Patane13. Mais il ne sortira plus de cet enchaînement.

12Le narrateur, qui n’a pas d’autre issue que de le suivre, donne de nombreux exemples de sa sensibilité. Antonio de Faria s’apitoie sur le sort de l’esclave arménien victime de Quiay Taijão (ch. XLIII) ; il est indigné de découvrir les malheureux captifs, dont plusieurs enfants, que Francisco de Sá-Xicaulém a mis aux fers (ch. XLVI) ; il est horrifié en voyant les chrétiens égorgés dans la cale de Hinimilau. Mieux, après avoir accueilli à son bord les huit rescapés d’une attaque de Coja Acem et avoir vaincu ce dernier, il rend aux victimes la jonque qui leur avait été volée, et les charge d’en retrouver le contenu, sur lequel il ne veut rien prélever pour lui-même (ch. LX). Mieux encore, il demande aux maîtres des esclaves qui ont combattu à leurs côtés de les libérer, comme il le leur avait promis :

  • 14 Ibid., v. II, c. LX, p. 7.

[...] A todos lhes fez ûa fala de homem bom cristão (como na verdade era) em que lhes pedio que por amor de Deos tivessem todos por bem de lhes darem liberdade da maneira que Iho tinha prometido antes da peleja, porque ele da sua fazenda lho satisfaria muito à sua vontade.14

13Enfin, en chef conscient de ses responsabilités, après chaque bataille, il s’occupe des soins aux blessés. En pleine tempête, il prie en ces termes :

  • 15 Ibid., v. II, c. LXI, p. 10.

Senhor Jesu Cristo [...] que eu só pague as ofensas que estes homens te fizeram, pois eu fui a principal causa de eles pecarem contra tua divina bondade.15

14Et lorsque le mandarin de Nouday refuse de lui rendre contre rançon cinq Portugais et neuf hommes qu’il a emprisonnés alors que leur embarcation s’était brisée sur les récifs de la côte, Antonio de Faria tente par trois fois de négocier, en vain ; alors il attaque la ville avec une fougue irrésistible, remporte une victoire complète, tue le mandarin, et délivre les siens. Noble action, sans doute, mais qui est suivie du pillage, puis de l’incendie de la cité (ch. LXIV et LXV).

  • 16 Ibid., v. I, c. LVI, p. 220.

15Loyal envers ses hommes, Antonio de Faria l’est aussi à l’égard de ses alliés. Le pacte qu’il signe avec le corsaire Quiay Panjão sera scrupuleusement respecté par les deux parties16. Le Chinois conseille et aide efficacement le Portugais dans sa quête de Coja Acem, puis lors de la bataille décisive (ch. LIX). Il lui porte secours lorsqu’il est attaqué par Prematá Gundel et il y perd même sa jonque ; aussi, à l’issue du combat, Antonio de Faria lui offre-t-il une des deux qui viennent d’être prises (ch. LXVI).

Jonque de guerre cantonaise (d’après le Ch’ou-hai-t’u-pien, 1562).

16C’est pourtant le même homme, généreux et libéral à l’occasion, qui n’hésite pas à torturer ses prisonniers pour les faire parler ; l’un d’eux le lui reproche d’ailleurs sans ménagement :

  • 17 Ibid., v. I, c. XLII, p. 156.

Este ofício em que agora andas não é muito conforme à lei cristã que no bautismo professaste.17

17Il est vrai que le baptême ne semble guère conférer la douceur aux chrétiens, et que la cruauté est la règle dans ce monde de forbans. Antonio de Faria n’est sans doute pas pire que ses adversaires, comme l’indique le fait qu’à plusieurs reprises, lorsqu’il se rend compte que ses informateurs sont terrorisés, il s’efforce de les rassurer. Quant à la cruauté dont il fait preuve à l’égard des pirates ennemis, après de durs combats où il est souvent blessé, ni le narrateur ni aucun personnage ne songe à s’en indigner, si horrible soit-elle : les ennemis exécutés sont eux-mêmes impitoyables ; il semble donc juste que le chef portugais ordonne de faire éclater la tête de Similau, de tuer et de jeter à l’eau Hinimilau, ou de découper en quartiers Coja Acem (qui est déjà mort). En revanche, lorsqu’il découvre dans un temple la centaine de blessés que Coja Acem y a installés pour les faire soigner et qu’il y fait mettre le feu, le narrateur ne peut réprimer sa compassion devant ce qu’il qualifie enfin de « crueza » :

  • 18 Ibid., v. II, c. LXI, p. 5

[...] Foi ûa espantosa cousa de ver, e em parte piadosa, pela horribilidade dos gritos que os miseráveis davam dentro quando a labareda começou de se atear por todas as partes.18

18Ce justicier n’est donc pas toujours sans reproche. Avant même de se venger de Coja Acem, il s’est un soir emparé des embarcations, pavoisées, visiblement pacifiques, qui conduisaient une riche fiancée à son époux (ch. XLVII) : il n’y a pas la moindre justification à cette prise. Le narrateur s’apitoie bien un peu sur les larmes des femmes et la déception du fiancé, mais il ne souligne pas qu’il s’agit là d’un acte de piraterie pure et simple, qui jette une ombre étrange sur la pureté d’intention du chef. Autre action moralement douteuse : après avoir tué Hinimilau et brûlé sa jonque, Antonio de Faria profite sans vergogne de la frayeur des marchands du port de Madel qui lui donnent le titre de « roi de la mer » et leur vend fort cher des saufs-conduits qui ne les protègeront guère (ch. LU) ; le narrateur a pourtant bien dit que l’intention de son chef n’avait jamais été de voler... Mais comment alors qualifier le méfait qu’il commet après son naufrage sur les côtes d’une île déserte significativement dénommée « île des Voleurs » ? En haillons, nu-pieds, Antonio de Faria et les autres naufragés sont bien près de mourir de faim quand un petit bateau marchand accoste pour l’aiguade. Sans hésiter, les affamés profitent de ce que tout l’équipage est à terre pour bondir dans le bateau et s’enfuir avec (ch. LIV). Acte de piraterie caractérisé, comme le fait tristement observer un enfant innocent, le fils du marchand chinois, qui était demeuré à bord :

  • 19 Ibid., v. I, c. LV, p. 211.

[A lanteá] era do sem-ventura de meu pai, a quem caio em sorte triste e desventurada tomardes-lhe vós em menos de ûa hora o que ele ganhou em mais de trinta anos.19

19Pour être implicite, le blâme n’en est pas moins clair. Pourtant, Antonio de Faria n’en reste pas là : comme ce bateau est trop petit pour ses desseins, il vole dans le port de Xamoy une jonque dont les occupants sont endormis.

  • 20 Ibid., v. II, c. LXX, p. 47 : « [...] Não lhe faltava também cobiça ».
  • 21 Ibid., v. II, c. LXXI, p. 49.

20Tous ces actes peu reluisants sont commis alors qu’il pourchasse Coja Acem, obsession qui, à la rigueur, peut expliquer son absence de scrupules. Mais une fois qu’il s’est fait justice, que les Portugais de Liampoo, qui ont retrouvé leurs biens grâce à lui, lui ont offert un accueil triomphal, comment pourrait-on lui trouver des excuses ? Or sa conduite ne s’améliore pas. Il s’entiche d’un ancien corsaire qui se fait fort de le guider jusqu’à l’île de Calempluy, où se trouvent les tombes des anciens rois de Chine, dans des temples couverts d’or (ch. LXX). Incapable de résister à une telle tentation, car ainsi que finit par l’avouer le narrateur, « il n’était pas non plus dépourvu de cupidité »20, Antonio de Faria ne se demande pas si sa confiance est bien placée, ce qui est une grave erreur pour un chef ; il n’hésite pas à s’élancer sur une « mer que jamais jusqu’alors les Portugais n’avaient vue ni naviguée »21, témérité somme toute compréhensible chez un aventurier comme lui ; mais surtout, il ne songe pas qu’il se prépare à violer des tombes et des lieux sacrés, même si ceux qui les vénèrent ne sont pas des chrétiens. Cette aventure, qui le conduit jusqu’au nord de la Chine, sera pour lui la dernière. La vie sainte et austère que mènent les ermites de Calempluy ne met pas un frein à sa convoitise, mais il manque d’être surpris et ne peut mener le pillage à son terme. Il va devoir s’enfuir à travers la baie de Nankin et il finit par périr misérablement dans un typhon.

21Il est évident que cette figure hors du commun a fasciné le narrateur. Il est non moins clair que ce dernier ne l’admire pas sans réserve et présente ses aventures soit de façon à ce que le lecteur s’en fasse lui-même juge, soit en les faisant commenter par divers personnages, qui en général ne sont pas portugais, ce qui leur donne un regard plus objectif et une liberté d’expression plus admissible. Pirate malgré lui au début de ses aventures, Antonio de Faria s’adapte très vite, trop vite à la situation, et pratique les mêmes crimes que ceux qu’il prétend châtier. Dans sa dernière aventure, il assume parfaitement la cupidité qui l’anime, même s’il se montre courtois envers le vieil ermite qui tente de le faire changer de conduite. Sa mort tragique est bien celle que peut attendre un pirate. Le narrateur laisse entendre qu’elle pourrait être un châtiment divin : tout compte fait, Antonio de Faria, en s’enfonçant dans le mal, s’est révélé indigne de la mission de justicier qui semblait au départ lui avoir été confiée.

Un pirate fier de l’être

  • 22 O Pastor Peregrino, op. cit., p. 240 : « Hum navio que levava a proa ao mar de Levante com determi (...)

22Il en va tout autrement avec le pirate dont Francisco Rodrigues Lobo évoque l’altière silhouette. Cet écrivain, pour autant qu’on sache, n’a aucune expérience personnelle des voyages au long cours. Ce qu’il dit de la mer et de ses dangers, il l’a lu ou entendu raconter. Les personnages de ses romans ne sont pas des aventuriers, mais des bergers de convention que préoccupent seulement leurs amours contrariées, et que laissent indifférents les soucis du négoce et le besoin de faire fortune : ce qui, en dépit de leur chagrin, leur donne une impressionnante liberté de mouvement. Justement, à la fin du deuxième roman de la trilogie, Lereno et son ami Oriano avaient résolu de quitter leur patrie et de s’embarquer « dans un navire qui dirigeait sa proue vers les mers du Levant afin de gagner des îles de l’Océan »22. Une violente tempête a séparé les deux amis : Lereno n’a pu quitter le navire en perdition, mais Oriano a sauté dans la chaloupe d’une puissante nef qui tâchait de leur porter secours.

23O Desenganado s’ouvre sur les aventures d’Oriano en mer. Recueilli par la nef secourable, celui-ci a quelque espoir de voir son sort s’améliorer. La nef parvient à un port, dans l’île qui était le but de son voyage. Cependant, d’autres navires, fuyant la tempête, se sont réfugiés dans ce port. Parmi eux, un galion en piteux état : c’est celui d’un corsaire dont nous ne saurons pas le nom, et qui se fait passer pour un marchand.

24Pendant la nuit, profitant de ce que presque tous les occupants de la nef sont descendus à terre, le corsaire et ses matelots montent à bord, surprennent les hommes de garde endormis (dont Oriano), lèvent l’ancre et gagnent la haute mer : et voilà le brigand en possession d’un beau navire bien équipé, parfait pour reprendre aussitôt la vie de course et de rapines. Les prisonniers sont dans l’angoisse. Or ce pirate anonyme n’est pas trop féroce. Il se montre même particulièrement bienveillant envers Oriano. C’est qu’il a reconnu en lui un homme de bonne naissance qu’il souhaite s’attacher. Il va donc tenter de le séduire en lui brossant un tableau étonnant de la vie qu’il mène. Son discours est un plaidoyer en règle, solidement structuré et habilement argumenté.

25Il commence par louer la dignité qu’a su conserver Oriano dans son malheur et lui offre son amitié et une place à ses côtés. Puis il assure que contrairement à ce que prétendent les faibles et les lâches, la profession de pirate est foncièrement noble. En effet, elle exige et développe toutes les qualités dont se prise normalement un gentilhomme : bravoure, esprit de décision, astuce, force. C’est d’ailleurs de cet office que tirent leur origine les royaumes de ce monde :

  • 23 O Desertganado, op. cit., p. 59.

Deste officio começaram os Reis, e grandes do mundo a dilatar seus Imperios, e senhorios, com rapinas, e roubos, como pelo exemplo de suas historias se conhece.23

26Le pirate révèle sa culture en citant des noms de plusieurs rois-larrons : Arsace, roi des Parthes ; Denys, tyran de Sicile. Il ajoute, mais sans nommer personne, que le temps présent offre des exemples comparables :

  • 24 Ibid.

[...] e os que nesta nossa idade prezente de roubos, prezas e rapinas sustentão, illustrão seus senhorios, e dando outra côr, e titulo à sua cobiça, se disculpão.24

27Si on observe le règne animal, on constate que dans toutes les espèces, ce sont les grands prédateurs qui imposent leur loi et inspirent la crainte. D’ailleurs, l’exercice du brigandage est très formateur pour l’intelligence et certaines sociétés antiques (ainsi les Lacédémoniens, les Egyptiens) honoraient le vol.

28Et le pirate de conclure par une énumération exhaustive des divers aspects de sa profession, dans un résumé vertigineux qui lui donne une dimension épique :

  • 25 Ibid., p. 60.

Pois com muito maior razão devião estes de honrar, e engrandecer aos pyratas, e cossarios, que corremos o mar, que com desigual vantajem fazemos a arte de roubar mais valeroza, e prudente ; não só fazendo preza em fustas, pessoas, vidas, e fazendas, mas vencendo com a diligencia, e trabalho o levantar dos mares, o encapelar das ondas, o bramir dos ventos, o enrolar das nuvens, a revérsa das aguas, o tocar nos penedos, o romper nas arêas, o quebrar dos mastos, o poder dos lémes, o abrir dos navios, e tempestade no mar, o perigo nos portos, o odio dos ofendidos, a desesperação dos roubados ; engrandecendo com o soffrimento esta profissao digna de maior gloria, e fama, que todas as mais.25

  • 26 C’est un peu la même idée que développe, à la fin du siècle suivant, Tomás António Gonzaga : « [Al (...)

29On est presque aussi ébahi qu’Oriano par cette revendication « sacrilège » des mérites du crime. Pas la moindre référence dans ce discours à des principes chrétiens : le pirate anonyme, bien différent d’Antonio de Faria, se situe avec arrogance en marge de la religion aussi bien que de la société, même s’il a la prétention de gagner la gloire par ses souffrances, comme un martyr ! Mais le cynisme du personnage n’empêche nullement sa critique à l’égard des grands de ce monde de frapper juste : leur arrogance n’est que duperie et hypocrisie ; en quoi le pouvoir monarchique serait-il plus légitime que celui des brigands26 ? Cette liberté de ton correspond à merveille à la liberté absolue de la vie qu’a choisie le pirate : ayant assumé le risque constant d’affronter les hommes et les éléments, il s’est affranchi de toute loi divine et humaine.

  • 27 O Desenganado, op. cit., p. 185-187.

30Oriano ne peut qu’être horrifié par ces propos. Pourtant, il reste prudent et au lieu de se risquer à engager un débat, il se déclare convaincu et feint d’accepter l’offre, ce qui lui vaut la confiance du corsaire et facilitera son évasion. Mais du coup, le discours du forban n’est tempéré par aucune contradiction. Et lorsque, quelques chapitres plus loin et quelques mois plus tard, Oriano retrouve à terre Diamiro, un des compagnons du pirate, agréablement installé dans un charmant domaine où il semble couler des jours paisibles27, le lecteur reste perplexe : d’où Diamiro tient-il son aisance ? Est-ce le fruit de ses rapines ? Sa réussite illustre-t-elle la justesse des théories de son ancien chef ? Discrètement, Oriano ne pose aucune question à Diamiro à propos de sa reconversion : il se contente d’attribuer à une erreur de jeunesse son séjour auprès du pirate. Et comme on ne saura jamais ce que celui-ci est devenu, rien ne garantit qu’il a subi le châtiment de ses méfaits, comme c’était le cas pour Antonio de Faria.

31En conclusion, on peut faire des remarques d’ordre divers. Au plan linguistique, on constate que ni Fernão Mendes Pinto ni Francisco Rodrigues Lobo n’établissent entre le mot « corsaire » (cossairo) et le mot « pirate » (pirata) la distinction dont se réclament dès cette époque les écumeurs de mer munis d’une « lettre de course » qui ferait d’eux des soldats juste un peu irréguliers. Pour l’un et l’autre, corsaires et pirates pratiquent les mêmes forfaits et commettent les mêmes crimes : ce sont des « voleurs » (ladrões). Le narrateur de Mendes Pinto semble avoir un préjugé franchement défavorable à l’égard des corsaires orientaux qui haïssent les Portugais, et cela d’autant plus qu’il partage un temps les destinées d’Antonio de Faria, mais on a vu qu’il introduisait dans son récit un corsaire chinois parfaitement loyal, et qu’Antonio de Faria se révélait au bout du compte bien éloigné du vengeur irréprochable qui avait d’abord été présenté au lecteur. Quant au pirate anonyme de Rodrigues Lobo, absolument dénué de scrupules et donc libre de toute contrainte sociale, religieuse ou morale, parfaitement cynique et pourtant fascinant, il a la stature d’un séducteur luciférien et porte à son comble l’ambiguïté d’un personnage littéraire qui va hanter les histoires de mer jusqu’à notre époque, où il trouve une nouvelle jeunesse dans les bandes dessinées.

Notes

1 Peregrinaçam de Fernam Mendez Pinto, em que da conta de muytas e muyto estranhas cousas que vio & ouvio no reyno da China, no da Tartaria, no do Sornau, que vulgarmente se chama Sião, no do Calaminhan, no de Pegù, no de Martavão, & em outros muytos reynos & senhorios das partes Orientais, de que nestas nossas do Occidente ha muyto pouca ou nenhûa noticia [...], Lisboa : Pedro Crasbeeck, 1614. On ignore pourquoi le livre fut édité si tard : en effet, l’auteur était mort en 1583. Mes références sont tirées de l’édition suivante : Fernão Mendes Pinto, Peregrinação e outras obras, Texto crítico, prefácio, notas e estudo de António José Saraiva, Lisboa : Clóssicos Sá da Costa, 4 volumes, 1961-1962.

2 J’utilise l’édition suivante : Francisco Rodrigues Lobo, Obras politicas epastoriz, Lisboa : Officina de Miguel Rodrigues, 4 volumes, 1774. O Desenganado occupe le tome IV ; Les tomes II et III contiennent les deux autres volets de la trilogie, Primavera (1601) et O Pastor peregrino (1608).

3 Peregrinação, vol. I, c. I, p. 5-6.

4 L’audace des corsaires et des pirates, surtout français, déjà importante sous le règne d’Emmanuel 1er, ne cesse de croître sous celui de son successeur Jean III, après 1521, et cause de nombreux incidents diplomatiques entre les deux gouvernements.

5 Cf. Peregrinação, vol. II, c. LX, p. 8 : « Então se não fez receita do mais que este cossairo tinha roubado por toda aquela costa de Sumbor até o Fucheo, onde havia passante um ano que continuava. »

6 « Derramador e bebedor do sangue português », ibid., v. I, c. LIX, p. 236.

7 Port du Siam, proche du royaume de Patane (Pattani), sur la côte est de la péninsule malaise. Cf. v. I, c. XXXVI, p. 131-132.

8 Ibid., v. I, c. XL, p. 144.

9 Ibid., v. 1, c. XLIII, p. 159. Cristóvão Sardinha, ancien facteur des Moluques, avait été envoyé en Chine par le gouverneur Estêvão da Gama.

10 Ibid., v. II, c. LXVI, p. 28.

11 Ibid., v. I, c. XLVI, p. 172-173.

12 Ibid., v. I, c. L, p. 189-190.

13 Ibid., v. I, c. XXXXVIII, p. 138-139.

14 Ibid., v. II, c. LX, p. 7.

15 Ibid., v. II, c. LXI, p. 10.

16 Ibid., v. I, c. LVI, p. 220.

17 Ibid., v. I, c. XLII, p. 156.

18 Ibid., v. II, c. LXI, p. 5

19 Ibid., v. I, c. LV, p. 211.

20 Ibid., v. II, c. LXX, p. 47 : « [...] Não lhe faltava também cobiça ».

21 Ibid., v. II, c. LXXI, p. 49.

22 O Pastor Peregrino, op. cit., p. 240 : « Hum navio que levava a proa ao mar de Levante com determinaçâo de tomar humas ilhas do Oceano ».

23 O Desertganado, op. cit., p. 59.

24 Ibid.

25 Ibid., p. 60.

26 C’est un peu la même idée que développe, à la fin du siècle suivant, Tomás António Gonzaga : « [Alexandre] foi, Marília, somente/ um ditoso pirata,/ um salteador valente. [...] [César] Consegue ser herói por um delito ;/ se acaso não vencesse, então seria/um vil traidor proscrito ». (Gonzaga, Tomás António, Marília de Dirceu, prefácio e notas do Prof. M. Rodrigues Lapa, Lisboa : Clássicos Sá da Costa, 3a ed. 1961. 1a parte, lira 27, p. 64-65).

27 O Desenganado, op. cit., p. 185-187.

Table des illustrations

Légende Jonque de guerre cantonaise (d’après le Ch’ou-hai-t’u-pien, 1562).
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/9579/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540