Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vents du large

 | 
Jacqueline Penjon
, 
Anne-Marie Quint

1. Langue

Le portugais dans le miroir des anciens dictionnaires

Paul Teyssier

Texte intégral

1A l’origine de tous les dictionnaires du portugais moderne se trouvent les œuvres de l’humaniste Jeronimo Cardoso. Celui-ci a publié en 1551 un vocabulaire latin-portugais par champs sémantiques dont nous possédons seulement la deuxième édition, datée de 1562, puis en 1562-1563 un dictionnaire alphabétique portugais-latin, et enfin en 1569-1570 un dictionnaire alphabétique latin-portugais. Puis vinrent au siècle suivant d’autres dictionnaires, où le portugais est toujours associé au latin : celui d’Agostinho Barbosa (portugais-latin, 1611) et ceux de Bento Pereira (latin-portugais, 1634, et portugais-latin, 1647). En 1712-1728 Rafael Bluteau publie un gros dictionnaire où le latin est encore présent, bien que le portugais y occupe la place principale. Enfin paraît, en 1789, la première édition du dictionnaire d’Antonio de Morais Silva, qui s’affranchit complètement du latin et s’intéresse seulement au portugais. Tels sont les jalons principaux de l’histoire de la lexicographie portugaise des origines au XIXe siècle. Comme les dictionnaires italiens, espagnols et français, les dictionnaires portugais ont donc d’abord été des lexiques bilingues associant la langue moderne et le latin et destinés aux étudiants de latin. L’intérêt pour la langue moderne n’est en somme, d’abord, qu’une conséquence des études latines.

  • 1 Signalons à ce propos l’entreprise du professeur Dieter Messner, qui a commencé à publier tous les (...)

2Ces ouvrages, qu’ont complétés des lexiques bilingues où le portugais est associé à d’autres langues que le latin, présentent un intérêt exceptionnel. Leurs très grandes dimensions en ont longtemps rendu le maniement malaisé. Mais aujourd’hui, grâce à l’informatique, il est possible de dominer cet immense corpus1. Nous voudrions donner ici quelques exemples des informations qu’on peut en tirer, en nous intéressant surtout aux premiers d’entre eux, ceux de Jeronimo Cardoso.

I – Variation des formes

3Le lecteur des textes portugais anciens est frappé par la grande diversité des formes sous lesquelles se présentent les mots ; muyto et muito, fezera et fizera, feyçam, feiçam, feyção et feição etc. Les anciens dictionnaires nous permettent d’abord d’inventorier et de classer ce polymorphisme. Celui-ci est de plusieurs types. Certaines oppositions de forme n’ont aucun intérêt particulier, comme la répartition de i et dey ou celle de u et de v, dont nous ne tiendrons pas compte dans nos transcriptions, ou comme celle de y et de i, de -am et de -ão, des consonnes simples et des géminées, que nous conserverons, mais sans y attacher beaucoup d’importance. D’autres différences, en revanche, sont significatives et méritent d’être étudiées :

4On trouve dans ces répertoires des paires de mots comme fame/fome, acupar/ocupar, coronica/cronica, giolho/joelho, estrever/atrever, alifante/elefante, etc. Dans tous ces exemples, le premier membre de chaque paire est la forme ancienne du mot et le deuxième sa forme moderne. Il peut même arriver que les graphies soient interprétables de plusieurs façons, comme par exemple espirito, qui se distingue d’esprito mais qui peut se lire, selon la syllabe sur laquelle on fait porter l’accent tonique, soit espiríto, soit esprito.

5Dans un très grand nombre de cas, ces formes multiples des mêmes mots balisent les divers degrés de l’usure phonétique, c’est-à-dire de l’évolution spontanée de la langue. Il en est ainsi (pour nous en tenir aux exemples précédents) de fame/fome et de giolho/joelho, où les formes modernes fome et joelho sont plus éloignées de leurs bases latines FAMES et GENUCULUM que ne le sont fame et giolho. Mais ailleurs la variante moderne résulte à l’inverse d’une relatinisation : la première des deux formes, celle que nous pouvons appeler « populaire », est alors remplacée par un latinisme. C’est le cas pour coronica/cronica (< lat. CHRONICA) pour acupar/ocupar (< lat. OCCUPARE) et pour alefante/elefante (< lat. ELEPHANS,-ANTIS). De même le latin SPIRITUS est d’abord représenté par esprito, et l’on a ensuite une première relatinisation avec espiríto, et ensuite une seconde, plus complète, avec espírito. Mais on trouve aussi d’autres types de variantes. Ainsi dans nos exemples précédents estrever/atrever fait apparaître une substitution de préfixe (la base latine est ici TRIBUERE).

6Il arrive aussi qu’un même phénomène phonétique intéresse un grand nombre de mots, ce qui permet d’utiliser la méthode statistique. Ainsi la paire edificar/edeficar, dans laquelle la forme étymologique est edificar, résulte d’une dissimilation (deux voyelles identiques situées dans des syllabes successives deviennent différentes) et la paire menino/minino, dans laquelle c’est menino qui est la forme étymologique, représente à l’inverse une dilation (deux voyelles différentes situées également dans deux syllabes successives deviennent identiques). Nos dictionnaires contiennent ainsi un très grand nombre de mots dans lesquels la séquence vocalique primitive -i-i alterne avec -e-i, comme edificar/edeficar, et d’autres où au contraire la séquence primitive -e-i alterne avec -i-i, comme menino/minino.

  • 2 Voir à ce sujet notre communication au Congrès International de Linguistique et philologie romanes (...)

7Il est donc possible d’évaluer dans les articles de nos dictionnaires le nombre des oppositions de ce genre. Nous l’avons fait en comptant d’une part, dans les trois œuvres de Jerónimo Cardoso, toutes les formes des verbes en -ificar et de leurs dérivés et d’autre part toutes les occurrences du substantif menino2. Les mots du type -edificar/-edeficar sont très nombreux : on trouve parmi eux des verbes, comme justificar/justeficar et sacrificar/sacreficar, etc. Mais on y trouve aussi des mots appartenant à d’autres catégories grammaticales, comme les substantifs edificio/edeficio, edificação/edeficação, edificamento/edeficamento, justificação/justeficação, sacrificio/sacreficio, etc. Nous avons trouvé au total 170 occurrences sur 209 du type edificar, soit 81 %, et 39 du type edeficar, soit 19 %. Pour le mot menino le nombre total d’occurrences est de 83, dont 71, soit 84 %, pour menino, et 14, soit 16 %, pour minino. En résumé la forme étymologique et sa variante sont l’une par rapport à l’autre dans les proportions suivantes :

-i-i étymologique : -ificar 81 % ; -eficar 19 %.

-e-i : étymologique : menino 84 % ; minino 14 %.

8Ainsi dans tous ces cas la séquence majoritaire, celle qui a prévalu dans la langue contemporaine, est la séquence étymologique. Mais il n’en va pas toujours ainsi : on compte par exemple, pour le verbe qui est aujourd’hui adivinhar, 73 occurrences sur 78 de adevinhar, soit 94 %, et 5 de adivinhar, soit 6 %. C’est donc maintenant la séquence -e-i résultant de la dissimilation qui l’emporte dans nos dictionnaires sur la séquence étymologique -i-i (<lat. DIVINUS), que conserve au contraire la langue contemporaine. La raison de cette différence paraît claire : adivinhar l’a emporté dans la langue moderne parce que cette forme allait dans le sens de la relatinisation.

9La méthode statistique appliquée aux formes attestées dans nos dictionnaires permet donc de faire d’intéressantes observations sur l’évolution de la langue. Les processus selon lesquels s’est effectuée la relatinisation peuvent ainsi être décrits avec précision. Si l’on relève par exemple toutes les formes des mots qui sont aujourd’hui digno et indigno, on trouve dans nos dictionnaires :

dino 17 (20 %)
endino 4 (14 %)
indino 13 (47 %)
- digno... 66 (80 %)
- indigno 11 (39 %)

10Ainsi les formes de la langue contemporaine sont celles qui résultent de la relatinisation (digno, indigno <lat. DIGNUS, INDIGNUS). Et le préfixe négatif n’est attesté sous sa forme « populaire » en- qu’associé à dino, alors que la forme « savante » in-est la seule qui soit associée à digno.

II – Variation des sens

  • 3 Voir notre communication au même congrès tenu à Majorque, en 1980, et publiée dans les Actes de ce (...)

11Nos dictionnaires nous renseignent également sur les évolutions sémantiques des mots, ce qui fait d’eux des instruments précieux pour la lecture des anciens textes. Montrons-le par quelques exemples3 :

12Les mots dono et dona, à côté de leur signification de « maître » (dono) et de « maîtresse », « dame » (dona), y sont également présentés avec le sens de « grand-père » et « grand-mère ». On a en effet dans Cardoso (1562)

« Dono, s (cilicet) avoo : avus, i »
« Dona, s (cilicet) avo : avia,-ae »

13De même dans Barbosa (1611) :

« Dono, i. e. avo da parte de pay ou de may : avus »
« Dona, i. e. avoo : avia,-ae. Assi se chama entre Douro e Minho ».

14Et dans Bento Pereira (1647) :

« Dono, i. e. avò : avus,-I »
« Dona, i. e. avô : avia,-ae »

15Ces emplois de dono et de dona avaient sans doute déjà, à l’époque, une coloration provinciale, comme le laisse entendre Barbosa quand il dit à propos de dona : : « assi se chama entre Douro e Minho ».

16Ces mots apparaissent plusieurs fois avec ce sens dans Gil Vicente et ses contemporains. Ainsi, dans le passage de Romagem de Agravados où le paysan João Martinheira se plaint de Dieu, on lit :

« Elle me matou meu pay
e meu dono, e então vay,
fez morrer minha molher » (v. 128-130)

17La religieuse Domecília, qui n’aime pas la règle du couvent, déclare également dans la même pièce :

« E se formos visitadas
de mãy, ou tias, ou dona,
por que males ou erradas
lhes falaremos tapadas
como bestas d’atafona ? » (v. 928-932)

18Une autre preuve de cette signification particulière de dono, dona peut être déduite d’une indication scénique du Clérigo da Beira (après le v. 646) : « roubado assi Gonçalo, vem hua velha sua dona », après laquelle cette dona déclare :

« Huy Fernando, neto meu,
qu’ee do que teu pay me deu ? »

19Ce sens de « grand-père », « grand-mère » apparaît également dans le théâtre populaire post-vicentin. Ainsi, par exemple, dans la Prática de compadres de Chiado, un des « compères » déclare :

« Outra regra tenho eu
que meu dono a meu pay deu »
(v. 284-265 de l’éd. Berardinelli)

20Un autre exemple où l’on voit nos dictionnaires apporter de précieuses indications sémantiques concerne le verbe alterar-se et ses variantes. A côté du sens de « s’altérer, se perturber », on voit en effet apparaître pour ce mot, ou pour sa variante altarar-se, les équivalences latines suivantes :

« altarar-se, insolesco ,-is, superbio, -is » (Cardoso 1562)
« altarado : elatus, -a, -um, insolens, -tis » (id.)
« altaração : insolentia, -ae, jactantia,, -ae » (id.)

21De même dans Agostinho Barbosa (1611) :

« alterar-se, s (cilicet) ensoberbecer-se : superbio, -is »
« alterada cousa, alias soberba : vide suo loco »
« alteradamente, i. e. com soberba, vide suo loco »

22Ainsi alterar-se et sa variante altarar-se signifient ici « être arrogant, insolent », sens bien différent de celui de « s’altérer, se perturber ». Ce mot, qui est un dérivé d’ALTER (« autre »), a été rattaché à la racine d’ALTUS (« haut, élevé »). Et effectivement on le trouve dans des contextes qui impliquent ce sens. Le Cancioneiro Geral contient par exemple des trovas adressées par le coudel-mor Fernão da Silveira à son neveu Garcia de Melo de Serpa « dando-lhe regra pera se saber vestyr e tratar ò Paço », où l’on lit :

« He muy bom ser alterado
e ser gram desprezador » (f° XX r)

23C’est-à-dire : « il est très bon d’y être insolent et très méprisant ». Et l’on a dans Gil Vicente trois passages où le mot est employé dans ce sens :

« Bofá vejo eu purtugueses
da corte muyto alterados
mais propincos dos arados
que parentes dos Meneses »
(Clérigo da Beira, v. 318-321)

24(« Voilà, pour sûr, des Portugais de la cour bien prétentieux, qui sont plus proches de la charrue qu’ils ne sont parents des Meneses »)

« E vós, pomba brava, que voais isenta, soberba, alterada etc. » História de Deus, v. 721-722)

25(« Et vous, brave colombe, qui volez libre, superbe et hautaine... »)

26De même dans cette définition de l’épervier (gavião), définition à double sens qui convient également à un oiseau et à une dame :

« Esta ave he muy ligeyra
e lisongeyra ;
desama logo por nada ;
he fermosa e alterada
em gram maneyra » (Auto das Fadas v. 727-731)

27(« Cet oiseau est très léger et complimenteur : pour un rien il cesse tout de suite d’aimer ; il est beau et fort hautain »).

28Des exemples analogues apparaissent dans le théâtre postvicentin. On y trouve aussi d’une façon très révélatrice le mot associé à « orgueilleux » : « soberbo e alterado ».

29Enfin ce même sens est donné par Gil Vicente à l’espagnol alterado dans la Barca da Glória, quand le Diable déclare à l’archevêque :

« Vos, arçobispo alterado,
tenéis acá de sudar.
Moristes muy desatado
y en la vida ahogado
con desseos de papar » (v. 555-559)

30(« Arrogant archevêque, il vous faudra suer ici. Vous êtes mort dans la dissipation, après avoir pendant votre vie crevé d’envie d’être pape »)

  • 4 Voir notre article « La Comédia do Fanchono d’António Ferreira : que signifie ce titre ? » in Arqu (...)

31On voit combien ces données des anciens dictionnaires peuvent aider à la lecture des textes de l’époque. Dans un cas même, qui concerne le mot fanchono, ils révèlent le sens d’un titre, et par là celui d’une œuvre tout entière4. Il s’agit de la Comédia do Fanchono d’António Ferreira, un titre qui a donné lieu à bien des discussions. Or fanchono apparaît dans chacun des trois répertoires de Jeronimo Cardoso :

« Semivir,-iri : ho homem fanchono « 1551-1562)
Fanchono : Malchinus (-i), muliebris (1562-1563)
Cleocritus : he todo ho homem patico e efeminado, ou fanchono (1569-1570) »

32Il résulte très clairement de ces trois définitions que le mot fanchono désigne un homme efféminé, homosexuel (patico) et travesti (Malchinus est mentionné dans la première satire d’Horace, et il est dit de lui qu’il est vêtu comme une femme).

III – Les mots « almoço » et « verão »

33Nous étudierons maintenant deux mots qui appartiennent à des champs sémantiques plus complexes : almoço et verão.

34Almoço prend place dans le champ sémantique des repas. Le premier répertoire de Jeronimo Cardoso en donne le vocabulaire complet. Les repas sont au nombre de quatre, désignés par les mots almorço, jantar, merenda et cea. Almorço est traduit en latin par JENTACULUM (le petit déjeuner du matin), jantar par PRANDIUM (le repas de midi), merenda par MERENDA ou ANTECAENIUM (la collation de l’après-midi), et cea par COENA (le repas du soir). Ce système est le même dans tous nos dictionnaires anciens, à une réserve près : le nom de l’almorço s’est modernisé en almoço et celui de la cea en ceia. Ce vocabulaire à quatre termes, qui sont almoço, jantar, merenda et ceia, est général dans les textes jusqu’à une date récente, et il survit aujourd’hui encore dans certains parlers traditionnels ou provinciaux. Mais dans le portugais standard on a assisté à une sorte de glissement des trois mots almoço, jantar et ceia du matin vers le soir. L’almoço a pris la place du jantar comme nom du repas de midi ; jantar a remplacé ceia pour celui du soir, et la ceia est devenue le « souper » que l’on prend à la fin de la soirée. Il en est résulté que le repas du matin s’est trouvé sans désignation. On l’a alors appelé pequeno almoço au Portugal (sans doute sur le modèle du « petit déjeuner » français) et café da manhã au Brésil.

35Cette évolution du vocabulaire des repas résulte évidemment de l’évolution des mœurs, et se retrouve dans d’autres langues, à commencer par le français. Son ignorance peut conduire aujourd’hui les lecteurs des romans d’autrefois à commettre de graves contre-sens.

36Le vocabulaire des saisons, qui constitue également un ensemble structuré, a subi une évolution comparable à celle que nous venons d’observer pour les repas. Les quatre saisons sont actuellement désignées, dans le portugais commun, par les mots primavera (« printemps »), verão (« été »), outono (« automne ») et inverno (« hiver »). A côté de verão existe pour l’été un synonyme senti comme plus littéraire : estio (l’été, la forte chaleur) Or tout ce vocabulaire est rassemblé dans une section particulière du dictionnaire par champs sémantiques de Cardoso (1562). Les quatre saisons y sont énumérées comme suit :

« Ver : o veram ;
aecstas, -atis : o estio ;
autumnus, -i : o autonho ;
bruma, -ae, sive hiems, -is : o inverno ».

37Comme on voit, le terme primavera est inconnu, et c’est verão qui désigne le printemps, l’été étant pour sa part l’estio. Ce vocabulaire est repris sans changement par les dictionnaires alphabétiques de 1562-1563 et 1569-1570. Mais le dernier de ces ouvrages mentionne pour la première fois le mot primavera :

« Ver novum : a primavera, s (cilicet) principio do veram ».

38Ainsi la primavera n’est pas à proprement parler le printemps, mais, conformément à son étymologie (PRIMUM VER) le « premier printemps », c’est-à-dire le début du printemps.

39Au siècle suivant le dictionnaire d’Agostinho Barbosa (1611) conserve inchangé ce vocabulaire. On y trouve verão, estio, outono, et le verbe invernar (le substantif inverno n’est pas mentionné, mais il se déduit d’invernar). Primavera n’y figure pas.

40Bento Pereira, pour sa part, fait un petit pas de plus vers le vocabulaire d’aujourd’hui, en incluant primavera dans la liste des saisons et en définissant ce mot comme « le printemps », sans restriction :

« Ver, veris : a primavera » (1634)
« Primavera-, ver, veris, vernum tempus » (1647)

41L’été (aestas) est toujours chez lui o estio, mais le « verão » envahit le champ sémantique de ce mot, comme l’indiquent les définitions suivantes, qui présentent estio et verão comme synonymes :

« Aestivus,-a,-um : cousa de estio.
Aestive : de verão » (1634)

42Ainsi le système à quatre saisons, – verão, estio, outono, inverno –, est devenu un système à cinq saisons : primavera, verão, estio, outono, inverno. L’assimilation de l’estio au verão complètera cette évolution, et l’on aura finalement le système moderne, de nouveau à quatre saisons : primavera, verão, outono, inverno.

43Cette évolution est exactement identique à celle de l’espagnol, où le système à quatre saisons, qui était à l’origine verano, estío, otoño, invierno, devient dans un premier temps primavera, verano, estío, otoño, invierno, et finalement primavera, verano, otoño, invierno.

  • 5 Voir notre édition de la pièce : Gil Vicente, Triomphe de l’Hiver et du Printemps, éd. critique, i (...)

44On trouvera dans les anciens textes portugais de nombreux passages où le système primitif des saisons est effectivement celui de nos dictionnaires. Il en est ainsi, en particulier, des deux autos de Gil Vicente inspirés par le passage des saisons, qui sont l’Auto dos quatro tempos (date inconnue, mais sous le règne de dom Manuel 1er) et le Triunfo do Inverno, qui s’appelait en réalité le Triunfo do Inverno e do Verão (1329)5.

45L’Auto dos quatro tempos, écrit entièrement en castillan, est une pièce de Noël où l’on voit tout l’univers et jusqu’aux divinités païennes venir adorer l’enfant Jésus. Les quatre saisons font partie des composantes de l’univers, et ce sont le Verão (le printemps), l’Estio (l’été), l’Outono (l’automne) et l’Inverno (l’hiver), lequel est représenté sous la figure d’un berger. Le système des saisons est donc bien celui auquel on s’attend.

46Le Triunfo do Inverno [e do Verão] a été composé pour célébrer la naissance de l’infante dona Isabel, fille de dom João III et de la reine dona Catarina. L’infante est venue au monde le 28 avril 1 529. La pièce a donc été conçue comme une fête de mai, puisque le 1er mai est effectivement la date traditionnelle où l’on célébrait la venue du printemps. Elle se compose de deux parties : la première montre le « triomphe » de l’inverno, la seconde celui du verão. Or le verão y est présenté à la fois comme l’agréable printemps où la nature renaît et comme le pénible été, saison des grandes chaleurs et des fièvres. Ainsi la pièce tout entière fait apparaître, non pas quatre saisons fondamentales, mais deux, qui sont l’inverno (la mauvaise saison) et le verão (la belle saison). Tel était, n’en doutons pas, le système courant des saisons dans le vocabulaire usuel. C’est cette vision binaire qui explique l’importance du passage de la mauvaise saison (l’inverno) à la belle (le verão), et par là l’introduction de la primavera. C’est elle qui rend intelligible la migration du verão du printemps à l’été, et c’est enfin elle qui fait comprendre pourquoi l’automne n’est qu’imparfaitement intégré au système, comme le montre le fait que le mot qui le désigne est d’origine savante, et a été adopté par la langue sous des formes diverses (autonho, outonho, autuno, outono).

Notes

1 Signalons à ce propos l’entreprise du professeur Dieter Messner, qui a commencé à publier tous les anciens dictionnaires portugais regroupés en un ouvrage unique, sous le titre de Dicionário dos dicionários portugueses, Institut für Romanistik der Universität Salzburg (depuis 1994).

2 Voir à ce sujet notre communication au Congrès International de Linguistique et philologie romanes, Trèves, 1986, publiée dans les Actes du congrès, tome IV, p. 360 sq.

3 Voir notre communication au même congrès tenu à Majorque, en 1980, et publiée dans les Actes de ce congrès, tome II, p. 245.

4 Voir notre article « La Comédia do Fanchono d’António Ferreira : que signifie ce titre ? » in Arquivos do Centro Cultural Português, Paris, XVII (1982) p. 65 sq.

5 Voir notre édition de la pièce : Gil Vicente, Triomphe de l’Hiver et du Printemps, éd. critique, introduction, traduction française et notes de Paul Teyssier, Paris, Editions Chandeigne, 1997.

Auteur

Université Paris-Sorbonne Paris IV

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540