Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vents du large

 | 
Jacqueline Penjon
, 
Anne-Marie Quint

1. Langue

Anfião, bezar, pateca trois arabismes orientaux des Colóquios de Garcia da Orta

Myriam Benarroch

Texte intégral

  • 1 COLOQUIOS DOS SIMPLES/e drogas e cousas mediçinais da India, e/assi dalgumas frutas achadas nella, (...)
  • 2 Voir, par exemple, le colloque 53 sur le tamarin : « Orta : —... e fazem deste tamarindo huma muyt (...)
  • 3 Plusieurs passages des Colóquios témoignent de conversations avec des marchands arabes. Orta relat (...)

1L’ouvrage de Garcia da Orta intitulé Cólquios dos simples e drogas e cousas mediçinais da India1 est un traité de pharmacopée et de botanique qui se présente en 59 chapitres, ou 59 « colloques » à la mode des Anciens, classés selon l’ordre alphabétique des produits traités, de l’aloès au zerumbet. Plutôt que de rédiger un traité scientifique fastidieux, l’auteur a choisi de mettre en scène la manière dont il livre son savoir. Les colloques sont organisés sous la forme d’une conversation à bâtons rompus entre l’auteur et un personnage fictif, l’Espagnol Ruano, qui a pour rôle d’interroger l’auteur sur ses connaissances et ses expériences et de lui apporter la contradiction. D’autres personnages interviennent dans la mise en scène. Tout d’abord, la servante qui est toujours là au moment opportun pour apporter le produit dont Orta est en train de parler2. Mais aussi des malades d’origine et de catégorie sociale diverses, marchands ou boticarios, et parmi eux des Arabes, desquels il apprend bon nombre de mots arabes relatifs aux drogues qu’il trouve en Inde3.

  • 4 Conde de Ficalho, Garcia da Orta e o seu tempo, reprodução fac-similada da la ed. (1886), introduç (...)
  • 5 Colóquios, I, p. 28
  • 6 Colóquios, I, p. 48.
  • 7 Orta a notamment un parent médecin au Portugal, Tomás da Orta. Ficalho fait remarquer qu’Orta ment (...)
  • 8 Colóquios, II, p. 333.
  • 9 Colóquios, I, p. 31.
  • 10 Voir notamment Colóquios, 1, p. 154 ; I, p. 194 ; II, p. 285.

2Orta a dans sa bibliothèque les principaux auteurs anciens et modernes qui ont traité de botanique, de médecine et de pharmacopée : Pline l’Ancien, Dioscoride, Galien, Avicenne, Averroès, Gérard de Crémone, Savonarole, Pic de la Mirandole, Laguna, Fuchs, pour ne mentionner que les plus connus4. A la cour du sultan Buhrān Nizām Šah, il rencontre des savants musulmans d’Arabie, de Perse et de Turquie, les hākim(s), qu’il appelle físicos et dont il dit qu’ils connaissent par cœur le Canon d’Avicenne (Ibn Sῑnā), Rhazes (Al-Rāzῑ), Ibn Ridwān et Mésué (Ibn Māsawayh)5. Ces hākim(s) ignorent en revanche les savants de l’Espagne musulmane, Averroès (Ibn Rušd) et Avenzoar (Ibn Zuhr), dont les écrits, connus à Bagdad, sont peu diffusés en Asie6. Orta, lui, est au courant des publications qui voient le jour en Europe, y compris des plus récentes, probablement parce qu’il a des correspondants qui lui envoient des livres par bateau7. Il a sur ses contemporains l’avantage de l’observation directe et confronte sans préjugé les écrits des Grecs, des Arabes et des Modernes. Pour tout ce qui a rapport avec l’Inde, il fait davantage confiance aux Arabes qu’aux Grecs8. Il prend la défense des Arabes et critique ses contemporains qui méprisent ces « Maumetistas bárbaros »9. Mais il est lucide par rapport aux savants arabes et, dans son souci de vérité, il ne peut que relever leurs erreurs lorsque sa propre expérience contredit leurs dires10. Son but n’est pas de discréditer la science des Anciens en lui opposant une science arabe qui lui serait supérieure, mais de prendre en considération et de faire connaître l’apport essentiel des Arabes en matière de médecine, de botanique et de pharmacopée.

  • 11 Henry Yule, A. C. Burnell, Hobson-Jobson, a Glossary of Colloquial Anglo-Indian Words and Phrases, (...)
  • 12 Sebastião Dalgado, Glossário Luso-Asiático, 2 vols., New Delhi — Madras, Asian Educational Service (...)

3Le goût avéré de Garcia da Orta pour les questions étymologiques et le fait qu’il se trouve dans une région où une grande diversité de langues se côtoient et s’entrecroisent font que les Colóquios abondent en mots étrangers, en orientalismes. De nombreuses langues y sont citées : grec, latin, arabe, persan, turc, malais, langues de l’Inde du Nord (gujrati, konkani, singhalais), langues dravidiennes (dekkani, malayalam, tamoul). Les Colóquios sont, à cet égard, une mine d’orientalismes dans laquelle ont abondamment puisé Yule et Burnell11 et un peu plus tard Sebastião Dalgado12.

  • 13 Ainsi, par exemple, lorsque voulant donner l’étymologie de robalçuz, il écrit « he um nome compost (...)
  • 14 « ...aljofar se diz, porque em arabio quer dizer de Julfar, que he o principal cabo donde o ha qua (...)
  • 15 « Ao rey dizem xá, e á dama goazir, que he condestabre ; e ao delfim chamão fil, que quer dizer el (...)
  • 16 « ... e cota em arabio he fortaleza, e por isso Cotalmaluco quer dizer fortaleza do reino », Colóq (...)
  • 17 A propos des fausses étymologies proposées par Orta, voir J. P. Machado, « Elementos... », p. 163- (...)
  • 18 Colóquios, II, p. 196.
  • 19 C’est le cas, notamment de robalçuz qui se prononce rubb as-sūs, le -s – étant une lettre « solair (...)
  • 20 J. P. Machado a notamment relevé les mots carabe (<kaharab), tambul, zingue (<zinfi) prononcés à l (...)
  • 21 Sur les problèmes posés par la translittération chez Orta de l’arabe littéral et dialectal, voir J (...)
  • 22 Ainsi, accusant injustement Gérard de Crémone de ne pas être « un bon arabisant », il lui trouve d (...)
  • 23 A Ruano qui s’étonne que darchini ne soit pas un nom arabe alors qu’il figure chez Avicenne et che (...)

4Parmi les langues orientales utilisées par Garcia da Orta dans les Colóquios, la langue arabe, tant littérale que dialectale, occupe une place prépondérante. Orta n’a probablement qu’une connaissance sommaire de la langue arabe, en particulier de la grammaire13. En revanche, on peut penser qu’il maîtrise davantage le lexique arabe et plus particulièrement le vocabulaire lié à la botanique et à la pharmacopée. S’il livre parfois des étymologies quelque peu fantaisistes, comme pour aljôfar14, roque15, Cotamaluco16 il faut n’y voir qu’un phénomène propre à une époque où l’étymologie n’en est encore qu’à quelques balbutiements17. Il donne une définition générique de l’arabe « ao qual emitam os Mouros todos onde quer que estam... »18, mais l’arabe que lui-même utilise n’est pas uniforme : il livre des termes en arabe littéral, comme le montre la translittération qu’il en fait19, d’autres en arabe dialectal, reproduisant alors les mots tels qu’il les entend20. Parfois, pour un même vocable, il utilise tantôt la forme littérale, tantôt la forme dialectale21. Il fait la différence entre l’arabe d’Orient et l’arabe d’Occident22. Il sait aussi distinguer le persan de l’arabe et reconnaître les emprunts faits au persan par la langue arabe23.

5Si l’arabe est la langue écrite des traités d’Avicenne, d’Al-Rāzī et d’autres auteurs abondamment cités, critiqués ou amendés par Orta, pour des raisons à la fois politiques, religieuses, culturelles et commerciales, la langue arabe est devenue la língua franca de cette partie de l’Orient. Cela explique qu’un nombre important d’arabismes se retrouvent dans les langues locales de l’Inde et aussi dans le portugais. Un nombre non négligeable de termes portugais appartenant à la botanique et à la pharmacopée sont issus de l’arabe ou sont passés par l’arabe et c’est souvent le portugais qui, à son tour, a transmis ces vocables aux autres langues européennes. Après les apports lexicaux introduits par la présence musulmane dans la Péninsule Ibérique quelques siècles plus tôt, une seconde vague de mots arabes pénètre la langue portugaise tout au long du XVIe siècle. Parmi ces arabismes orientaux, figurent les trois vocables que nous allons maintenant étudier en rendant compte des informations linguistiques, scientifiques, historiques et sociologiques que nous livre Orta dans les Colóquios, illustrant ainsi ce nouvel enrichissement lexical de la langue portugaise.

Anfião, opium

6Le portugais possède deux vocables pour désigner l’opium, suc du pavot ou Papaver somniferum. Le premier, ópio, est issu du grec ópion, diminutif de opos « suc », qui a donné en latin opium. Le second, anfião, qui présente aussi la forme afião, vient du même étymon grec mais, avant d’entrer en portugais, il est passé par un intermédiaire supplémentaire, l’arabe ’afyūn.

7Anfião compte 15 occurrences dans les Colóquios et le colloque 41 est entièrement consacré à ce produit. Dans ce colloque, Orta expose son idée de l’origine du vocable portugais :

  • 24 Colóquios, II, p. 173.

Todos lhe chamam afiom, scilicet, os Mouros donde o tomaram os Gentios, e nos mais corrompidamente lhe chamamos amfiam ; e a causa de os Mouros o chamarem afiom ou ofiom, he porque os Arabios tomarão muitos nomes da lingua grega, a qual elles chamam jhunani (casi lingua joniqua) : e porque os Gregos lhe chamam opium, e porque acerca dos Arabios a letra f e a letra p sam muito hirmans, e põemse muytas vezes huma por outra, chamaramlhe elles ofium ou afium, e tambem a peonia chamam elles faunia, e asi outros muytos nomes, mudando o p por f.24

  • 25 Colóquios, II, n., p. 173
  • 26 « Lexicologia científica... », p. 762. Pour J. P. Machado, il existe en arabe deux mots pour désig (...)

8Le comte de Ficalho25 et, plus récemment, José Pedro Machado26, ont relevé la double erreur d’Orta qui attribue le mot latin opium aux Grecs, et le passage de opium à ofiom au lien de parenté existant en arabe entre les lettres p et f, alors qu’en arabe, la lettre p n’existe pas. Ficalho donne sa propre idée de l’étymologie du vocable portugais :

  • 27 Colóquios, II, n. 1, p. 175.

O succo leitoso das capsulas das papoulas d’esta especie é conhecido desde tempos muito antigos, e recebeu dos gregos o nome de mexóneion ou de ópós, que os latinos, como Plinio, escreveram opion, e de que os arabes fizeram afiūn [...] De afiūn os portuguezes da India derivaram afiam, e depois, por uma alteração phonetica natural amfiam...27

9Pour Ficalho, c’est en Inde que les Portugais ont emprunté le vocable à l’arabe. C’est aussi l’opinion de Dozy :

  • 28 Dozy, Glossaire des mots espagnols et portugais dérivés de l’arabe, Leyde – Paris, Maisonneuve – B (...)

Les Portugais ont entendu et adopté ce mot dans les Indes, où ils l’ont transmis aux Hollandais qui y disent amfioen (prononcez en français : amfioun).28

  • 29 Joan Corominas, José A. Pascual, Diccionario Critico Etimológico Castellano e Hispánico (D. C. E. (...)
  • 30 Dictionnaire Historique de la Langue Française (D. H. L. F.), sous la direction d’Alain Rey, Paris (...)

10Le vocable portugais est dépourvu de l’article arabe al- et il n’est pas attesté dans des textes portugais avant le XVIe siècle, ce qui laisse envisager l’hypothèse d’une entrée tardive dans la langue (au moment des Découvertes) et donc de l’origine indienne de l’emprunt. Mais l’opium était connu en Europe bien avant les expéditions portugaises en Orient et, s’il faut attendre le milieu du XVIe siècle pour trouver opio en espagnol29, en français, opium est attesté dès le XIIIe siècle30. Ópio est, du reste, perçu par Orta comme le mot portugais correct, comme l’indique le titre du colloque consacré à ce produit : « Do amfiam dito assi corrompidamente porque o seu nome he opio ». Anfião est, par conséquent, le terme utilisé par les Portugais d’Orient pour désigner le produit connu au Portugal sous le nom ópio.

11Anfião est attesté pour la première fois en portugais en 1513, dans une lettre adressée de Cananor par Afonso de Albuquerque au roi D. Manuel :

  • 31 Cartas de Affonso de Albuquerque, seguidas de documentos..., sob a direcção de Raymundo Antonio de (...)

Mamdo vos tambem hum mouro d adem, que sabe laurar afyam e a maneira de que se colhe.31

12Au XVIe siècle, l’Inde est une grande consommatrice d’opium. Orta nous livre des informations sur la consommation de l’opium en Inde et sur ses effets soporifiques et analgésiques :

  • 32 Colóquios, II, p. 171.

O amfiam he o opio, e por ser muyto usado em corner entre muitos, ainda que o comam em pouca cantidade, fica em mercadoria necesaria muyto pera todollos cabos onde se usa corner ; porque, se o nam usam, correm perigo de morrer ; e por esta causa na terra onde faltou val muyto caro, e apetecese bem muyto sempre, pera o ter (como quem guarda trigo pera maio). Faz os homens que o comem andar dormindo ; e dizem que o tomam pera nam sendr o trabalho.32

13A Ruano qui évoque les effets de l’opium sur la sexualité, Orta rétorque :

  • 33 Ibid., p. 171-172.

[...] e os fisicos todos letrados, a nossa guisa, me afirmavam que tornava os homens impotentes, e os fazia leixar a Venus mais cedo. E eu conheci no Balagate hum portugues que andava lá alevantado, o qual foy com uso delle tornado inpotente, e os Portugueses que la andavam mo certificaram asi.33

  • 34 Ibid., p. 172.

14Et lorsque Ruano s’étonne que tant de gens consomment de l’opium « pera deleitaçam carnal », malgré ses effets si néfastes, Orta répond par une série de circonlocutions destinées à ôter de son propos tout caractère licencieux car, comme il le dit à Ruano, « se o escreverdes em romance, não parecerá pratica muito honesta »34. Pour Orta, la principale qualité de l’opium est sa « vertu imaginative » qui permet au couple de prolonger « l’acte de Venus », et « d’achever ensemble l’acte de concevoir » :

  • 35 Ibid.

A vertude imaginativa ajuda muyto a deleitaçam carnal [...] e porque os que comem este amfiam, estam como fora de si, acabam este auto venereo mais tarde ; e porque muytas femeas não deitam a semente tam asinha, em quanto tarda o homem, exercita ella a obra de Venus mais tarde, e em hum tempo juntamente se acaba o auto de conceber delles ambos, e pera isto ajuda o corner do amfiam, scilicet, pera acabar o auto venereo mais tarde.35

  • 36 V. infra, n. 48.
  • 37 « ... como vemos por experiência no anfião que a mor parte dos mouros e indios comem, que se o dei (...)
  • 38 « ... e as mulheres na Índia o tomam para se com ele matarem quando caem em algum erro ou caso de (...)

15Mais l’accoutumance à l’opium est terrible et « les gens en Inde se perdent sans lui, s’ils n’en mangent pas », comme l’observe Afonso de Albuquerque36. Duarte Barbosa raconte même qu’on donnait aux princes, depuis leur tout jeune âge, de l’opium en faible quantité, pour les habituer progressivement à cette drogue afin de leur éviter l’empoisonnement mortel qui aurait pu résulter d’une consommation soudaine d’opium fourni par une personne mal intentionnée37. Toujours d’après Barbosa, l’opium est utilisé par les femmes déshonorées ou désespérées qui veulent mettre un terme à leur vie38.

  • 39 C. E. Dubler, « afyūn », Encyclopédie de l’Islam (E. I), nouvelle édition, t. 1, pp. 251-252, Leyd (...)
  • 40 Federico Corriente, A Dictionary of Andalusi Arabie, Brill, Leyde — New York — Köln, 1997, p. 21 ; (...)
  • 41 « ‘ufyūn : drogue bien connue, connue sous ce nom, qui est appelée en langue populaire « le sopori (...)
  • 42 « Mīqūn : c’est le pavot blanc, et le pavot noir est aussi mentionné avec l’opium [al-’ufyūn] sous (...)
  • 43 C. E. Dubler, « afyūn ».
  • 44 Ibid.
  • 45 Yule, Burnell, Hobson-Johnson..., s. v. opium.
  • 46 C. E. Dubler, « afyūn ».

16L’opium est mentionné dans des ouvrages médicaux dès le début de notre ère, chez Dioscoride et chez Pline. Au Moyen Age, il est employé par la médecine arabe dans des préparations pharmaceutiques, notamment comme narcotique et est aussi utilisé par les derviches39. Le mot est attesté en arabe, dans la Péninsule Ibérique, dès le XIe siècle, sous la forme ‘ufyūn40. On le trouve notamment chez Maïmonide (1135-1204)41, ainsi que dans le Commentaire de la « Materia Medica » de Dioscoride d’Ibn al-Baytār (m. 1248)42. Le pavot est cultivé depuis longtemps en Haute Egypte et, au XIIIe siècle, le meilleur opium vient d’Abū Tīḏi, au sud d’Asyut43. La culture du pavot se serait répandue en Asie Mineure après les Croisades et « sous la domination des Turcs, on acclimata cette plante, surtout dans les environs de Qara Hisār, qui reçut le surnom d’Afyūn Qara Hisār »44. Yule et Burnell affirment que « le pavot fut introduit en Chine en provenance d’Arabie, au début du IXe siècle »45 mais certains pensent que « les Chinois apprirent de l’Inde (médiévale), et non des Musulmans, à préparer l’opium »46.

  • 47 Flückiger et Handbury, Phartnacographia, cité par Ficalho, Colóquios, II, p. 176. Toutefois, l’exi (...)
  • 48 « Se me vos alteza quyser crer, manday semear dormydeyras das ilhas dos açores em todollos paúes d (...)
  • 49 Duarte Barbosa, Livro..., p. 233.
  • 50 Ibid.
  • 51 Colóquios, II, note de Ficalho, p. 177.
  • 52 Il passe de 12 pardaus à plus de 80, v. supra, n. 48.
  • 53 Colóquios, II, note de Ficalho, p. 179.

17L’introduction en Inde de l’opium serait liée à l’arrivée des Arabes et de l’islam47. En Inde, nous dit Orta, le pavot est cultivé dans les régions de Cambay, de Malva, et du Bengale. Dans sa lettre à D. Manuel, Afonso de Albuquerque incite ce dernier à planter du pavot au Portugal pour en extraire l’opium « qui est la meilleure marchandise de ces régions et qui rapporte de l’argent », car il n’en vient plus, ni « du Caire d’où il avait coutume de venir [...] ni d’Aden »48. Duarte Barbosa mentionne, en 1516, un opium venu d’Aden où on le fabrique et qui vaut à Calicut 280 à 320 fanões la faraçola, ainsi qu’un autre opium fabriqué à Cambay et valant 200 à 250 fanões49. Il indique également que des jonques transportaient de l’opium de Malacca vers l’Orient50. Tomé Pires envoie lui aussi à D. Manuel des informations sur la provenance de l’opium : Thèbes (dans le royaume du Caire), Aden, Cambay, Kus Behar (dans la vallée du Gange), Bengale51. La production de l’opium en Inde ne suffit toutefois pas à la consommation du pays, comme en témoigne l’extraordinaire hausse des prix de l’opium lorsque l’importation est suspendue52. L’Inde s’approvisionne donc en opium à Ormuz, où il arrive de Perse, et surtout à Aden, où il vient d’Egypte et probablement d’Asie Mineure. L’opium passe de l’Inde à Malacca puis en Chine. La route de l’opium va donc d’ouest en est : le Levant, l’Egypte, l’Asie Mineure fournissent l’Inde ; l’Inde fournit la Chine qui, plus tard fabriquera la morphine qu’elle exportera vers l’Amérique et l’Europe53.

Bezar, bezoar, bazar, bézoard

  • 54 J. Ruska, M. Plessner, « bāzahr », E. I., vol. 1, p. 1190.
  • 55 A. de Biberstein Kazimirski, Dictionnaire Arabe — Français, Beyrouth, Librairie du Liban, 1860, s. (...)

18Bezar, que l’on trouve aussi en portugais sous les formes bazar et bezoar, vient de l’arabe bāzahr, autre forme de bādizahr, lui-même issu du persan pā (d)-zhar, « contre-poison »54. Le sens originel du mot persan est le sens générique : « ce qui expulse le venin, antidote ». En arabe, bāzahr est donné dans le dictionnaire de Kazimirski avec le sens de « bézoard, pierre à laquelle on attribue des vertus merveilleuses, entre autres celle d’être l’antidote de tout poison »55 Nous retrouverons, dans les pérégrinations de ce vocable, à la fois son sens générique d’antidote et son sens spécifique de pierre bézoard.

19L’étymologie proposée par Orta est la suivante :

  • 56 Colóquios, II, p. 233.

Chamase esta pedra pazar, do pazam (bode asi chamado), e asi quando vos cá pedem alguma mézinha contra a peçonha, lhe chamam pazam, e asi chamam o locornio e a triaga alguns. Este nome de pazar lhe chamam todos os Coraçones e Persios e Arabios ; e nós os da Europa lhe chamamos bezar, e a gente indiana mais coruptamente lhe chama pedra de bazar-, que quer dizer pedra da praça, ou da feira ; porque bazar quer dizer lugar onde se vendem as cousas.56

  • 57 S. Dalgado, Glossário..., s. v. bazar.

20Orta nous indique que les Indiens font la confusion entre bezar « bézoard » et bazar « bazar, place, marché ». Sebastião Dalgado confirme l’influence possible de bazar sur bezar mais ajoute qu’il est plus probable que bazar soit « une variante arabe, popularisée par le commerce oriental »57. Orta dérive bezar du vocable persan pazar « bouc », ce que Ficalho considère comme une fausse étymologie :

  • 58 Colóquios, II, n. 2, p. 236.

O nosso Orta deriva ‘bezar’ do persiano ‘pazar’ ; e esta ultima palavra do nome do bode ‘pazam’. Não ha duvida alguma de que bezar, ou na forma hoje mais usada bezoar, seja o arabico bazahr, que corresponde ao persiano pazahr ou padzahr ; mas este vocabulo não tem a origem que Orta lhe da. Pedro Teixeira diz : Pazahar, que quiere dezir tanto como antidoto, y propriamente reparo de ponçoña o veneno, de Zahar que es nombre general de qualquier veneno, y pà, reparo. Esta etymologia de Teixeira, seguida no seculo passado no diccionario de Meninski, e recebida modernamente por Littré e por Yule, pode aceitar-se como segura. A palavra bezoar encontra-se mesmo em escriptores antigos tomada na accepção geral de antidoto, usando-se n’este sentido no Oriente, como indica muito claramente o proprio Orta ; e so depois veio a designar especialmente a chamadapedra bezoar, por isso que esta se considerava o mais poderoso dos antidotos ; não tinha, portanto, na origem, nenhuma relação com o nome do bode.58

  • 59 Dozy, Supplément..., s. v. bāzahr.
  • 60 F. Corriente, A Dictionnary..., p. 51.
  • 61 D. H. L. F., s. v. bezoard.
  • 62 Parmi les auteurs de langue arabe louant les vertus de la pedra bezoar, Ficalho cite notamment Rha (...)

21Bazāhr est répertorié en arabe par Dozy qui le donne comme un mot persan et indique qu’« il ne signifie pas seulement bézoard, mais aussi, comme bāzar, galbanum »59. Il est aussi attesté sous la même forme en arabe hispanique60. Le D. H. L. F. signale, comme origine du français bezoard, une forme maghrébine bezuwār auquel le latin médiéval aurait emprunté la forme bezoar attestée dans un texte daté de 1246-132061. Le vocable bezoar était donc connu au Moyen Age dans la médecine arabe, et aussi en Europe avec le sens général d’antidote, comme l’a signalé Ficalho dans le passage mentionné ci-dessus62. Nous retrouvons ce sens en français, mis en lumière au XVIe siècle par Ambroise Paré, avec la référence au « bouc » évoqué par Orta :

  • 63 Ambroise Paré, XXIII, 45, cité dans Littré, Dictionnaire de la Langue Française, Paris, Hachette, (...)

D’autant qu’en parlant des signes de chacun venin à part, nous avons nommé son antidote bezahar, il faut sçavoir ce que veut dire ce mot : les antidotes et contre-poisons ont esté appellés par les Arabes en leur langue bezahar, c’est à dire en leur baragouin, conservateur de la vie ; de là est venu que tous antidotes et contre-poisons par excellence ont esté appellés bezardica... une espèce de bouc appellé en langue persique pazain (dont la pierre à proprement parler doit estre appellée pazarda du mot pazain, qui signifie bouc : mais nous d’un mot corrompu l’appelions bezar)...63

22Orta mentionne, en effet, le vocable bezardica évoqué par Ambroise Paré, sous la forme bezedarica (qui est un dérivé de bezar), avec le même sens :

  • 64 Colóquios, II, p. 231.

[...] e não por ella [a pedra bezar] não ser tam louvada, que as mézinhas que livram de peçonha, lhe chamamos bezedaricas per excelencia.64

  • 65 J. Ruska, M. Plessner, « bāzahr ».
  • 66 Ibid.

23« Le bézoard semble avoir été inconnu des anciens Arabes »65. Mais bāzahr apparaît dans le Lapidaire attribué à Aristote qui indique les lieux où on le trouve : Chine, Inde, « Est », Khorassan66.

24Dans le passage cité plus haut, Ficalho affirme également que le vocable a pris un sens spécifique à une époque plus tardive pour désigner le bézoard oriental, la pedra bazar traitée par Orta dans ses Colóquios. Sebastião Dalgado confirme le sens général d’antidote qu’a le mot en persan et en arabe, et aussi le sens spécifique du bézoard oriental :

  • 67 S. Dalgado, Glossário..., s. v. bazar.

A palavra persapadzahr ou pāzahr, de que os arabes fizeram, por falta de p no seu alfabeto, bādizahr ou bāzahr, significa ‘o que expele veneno, antídoto’. Apropriou-se, porém, o termo às concreções calcáreas que se formam em varias partes do corpo de certos quadrúpèdes e a que se atribufam propriedades antidotais. Mas a pedra bazar, a que se referem com tanto encarecimento os nossos indianistas e que é actualmente conhecida por bezoar oriental, é a que se encontra no estômago de Capra aegagrus, habitante de Lara, província da Pérsia.67

  • 68 Colóquios, II, n. 2, p. 237.
  • 69 Colóquios, II, p. 232.
  • 70 Colóquios, II, n. 2, p. 238-239.
  • 71 Colóquios, II, p. 233.
  • 72 S. Dalgado, Glossário..., s. v. bazar.
  • 73 Colóquios, II, n. 2, p. 238.

25Le bézoard utilisé par Orta en Inde — celui de meilleure qualité — vient de Perse et plus particulièrement de la région de Lara, mais aussi d’Ormuz et du Khorassan68. Il en existe aussi sur l’île des Vaches (au large du cap Comorin) et à Malacca69. C’est un produit propre à la médecine arabe et persane, qui ne fait pas partie de la médecine traditionnelle indienne70. Comme l’affirme Orta, « les gens de ce pays l’utilisent parce qu’ils nous voient faire la même chose pour le poison »71, autrement dit c’est des Portugais que les Indiens ont appris l’usage du bézoard. Les Portugais ont en outre diffusé le bézoard en Europe72 et Lisbonne en a le monopole au XVIe siècle, tout comme celui des épices73.

26Le vocable est attesté pour la première fois en portugais en 1516 chez Duarte Barbosa, sous la forme paza.

  • 74 Duarte Barbosa, Livro..., ed. da Academia, p. 309, cité par Dalgado, Glossário..., s. v. bazar.

Tambem trazem estes Jones hua pedra, que chamaom paza, e se acha no bucho de hua alimaria que eles chamampagem, e he tamanha como hua amêndoa e parda ; dam-na moida em agoa rosada a qualquer homem que tem peçonha...74

  • 75 « Junto desta cidade [Lara], em hua serra pequena, se criâo huns animaes, que sâo tamanhos como co (...)
  • 76 « A segunda casca delle [do côco das Maldivas] he muyto mais efficaz contra a peçonha que a pedra (...)

27Puis on trouve bazar e. n 1 529 chez António Tenreiro75, pedra Besoare n 1563 chez João de Barros76, et pedra bezar, la même année, chez Garcia da Orta.

  • 77 Littré, Dictionnaire..., s. v. bezoard.

28Le bézoard est le « nom donné aux concrétions calculeuses qui se forment dans l’estomac, les intestins et les voies urinaires des quadrupèdes »77. Orta nous donne des précisions sur la manière dont se forme cette pierre dans l’estomac du bouc, ainsi que sur son aspect :

  • 78 Colóquios, II, p. 231-232.

E nos buchos destes bodes se cria esta pedra sobre huma muyto delgada palha, que esta no meo, e ahi se vai tecendo, e fazemdo casco, como de cebola ; a qual he feita como huma coluna redonda, e as vezes não he de huma feiçam ; e muytas vezes se acha esta palha na pedra, como eu já vi ; e outras vezes não lha acham, e por a maior parte he muyto lisa, e a cor he como de bringela ; e ha grandes e pequenas...78

  • 79 Colóquios, II, n. 2, p. 236-237.
  • 80 Ibid.

29Il existe plusieurs variétés de pedra bezar. Littré mentionne le bézoard oriental, « celui qui se trouve dans le quatrième estomac de la gazelle des Indes » et le bézoard occidental, « celui qui se trouve dans le quatrième estomac de la chèvre sauvage du Pérou, de l’isard ou du chamois (ces bézoards étaient regardés autrefois comme ayant de grandes vertus alexipharmaques) ». Orta ne signale que le bouc comme animal producteur de bézoard. Mais Ficalho indique qu’outre la chèvre sauvage, Capra Aegagrus – le pazam d’Orta et le pazain de Paré –, le bézoard se trouve également chez les chèvres domestiques, les moutons de Perse, les vaches, les antilopes et autres ruminants79. Toutefois, le bézoard « légitime » – c’est-à-dire authentique – serait le bézoard oriental formé dans l’estomac de la chèvre sauvage de Perse80. Il existe même un bézoard « factice », signalé par Littré comme étant une « pierre de Goa, composition destinée à être substituée aux vrais bézoards, et fabriquée à Goa » et mentionné par Orta qui indique la manière de distinguer le vrai bézoard du faux :

  • 81 Colóquios, II, p. 232-233.

[...] e pera saber se sam falsificadas, apertam as na mão, e lhe asopram pera ver se lhe sai o vento ; porque estas tem elles por contrafeitas.81

  • 82 Note de Ficalho, Colóquios, II, p. 238.

30Ces fausses pierres étaient en circulation à Lisbonne et les acheteurs exigeaient la preuve de l’efficacité du bézoard, preuve autrement plus radicale que celle suggérée par Orta : on piquait un chien avec une aiguille munie d’un fil trempé dans un suc d’ellébore ; lorsque le chien présentait tous les symptômes de l’empoisonnement, on lui administrait de la poudre de bézoard et on attendait d’en observer les effets82.

  • 83 Colóquios, II, p. 233.
  • 84 Ibid.
  • 85 Ibid., p. 234-235.

31Sur l’emploi du bézoard en médecine, Orta affirme que les Maures d’Ormuz et du Khorassan l’utilisent pour soigner « toutes les maladies mélancoliques et vénéneuses » et que tous les gens riches se purgent deux fois par an avec du bézoard pour conserver leur jeunesse, certains, même, deux fois par mois, « pour fortifier les membres principaux et pour être plus puissants dans les jeux de Vénus »83. Il s’en sert lui-même dans le cas de « nombreuses maladies mélancoliques anciennes » – c’est-à-dire de maladies de la peau – telles la gale, la lèpre, le prurit et l’impétigo84, mais aussi en cas de peste, de variole et de rougeole85. Le spectre d’utilisation du bézoard était donc très large.

Pateca, pastèque

32La diversité des vocables utilisés dans les langues romanes pour désigner la pastèque, et la confusion existant entre « pastèque » et « melon » nous ont, depuis longtemps, intriguée. La pastèque se dit en espagnol sandia, en catalan síndria, en italien anguria et en portugais melancia. Or nous voici devant un nouveau terme en portugais pour désigner cette cucurbitacée.

  • 86 Elena Pezzi, El Vocabulario de Pedro de Alcalá, Almería, ed. Cajal, 1989, p. 76 et p. 551.
  • 87 Yule, Burnell, Hobson-Johnson..., s. v. pateca.
  • 88 Nombres, XI, 5. Nous conservons la translittération reproduite dans la citation.
  • 89 Code rabbinique rédigé au IIe s. de notre ère par les chefs spirituels du judaïsme palestinien apr (...)
  • 90 Yule, Burnell, Hobson-Johnson..., s. v.pateca.
  • 91 F. Corriente, A Dictionnary..., p. 55.
  • 92 « Baṭṭīḫ : plante connue sous ce nom dans tous les pays arabes, qui produit du jus en abondance et (...)
  • 93 Dozy, Supplément..., s. v. biṭṭīḫ).
  • 94 Le Mostaīnī, manuscrit de Leyde no 15 (Catal. III, p. 246).
  • 95 Le Calendrier de Cordoue de l’année 961, publié par Dozy, Leyde, 1873.
  • 96 Dozy, Supplément..., s. v. dullā’.
  • 97 Ibid.
  • 98 « Pastèque, 1512. Altération d’abord orthogr., puis qui a passé dans la prononciation, de pateque,(...)
  • 99 « Finalmente recordaremos o francez pasteque, que designa o mesmo fructo », Colóquios, II, n. 1, p (...)

33Pateca vient de l’arabe bittīḫa, nom d’unité du collectif biṭṭīḫ, que le dictionnaire de Kazimirski définit par « courge, en général ; melon ; bittīḫ hindi et bittīḫ raqī : melon d’eau, pastèque ». Le Vocabulista de Pedro de Alcalá (1505) donne, en arabe batī ja et batīj (translittération castillane) avec, pour équivalent castillan badeha86. Battīḫ est la forme attestée en arabe dialectal87. Yule et Burnell, dans une citation de Robertson-Smith, indiquent que le mot employé en hébreu dans la Bible88 pour désigner la pastèque est abaṭṭīkh, et que la Mishnah89 établit la distinction entre le melon et la pastèque. Le mot syriaque équivalent étant paṭṭīkh, « cela indique qu’en arabe littéral le a est devenu i, uniquement pour se conformer aux règles de grammaire »90. Le mot arabe est attesté au Moyen Age dans de nombreux textes arabes et latins, avec le sens de « potiron, melon, melon d’eau » sous les formes baṭṭīhat, baṭṭiḫa, baṭṭīḫ et baṭāṭih91. Le Glossaire de matière médicale de Maïmonide répertorie cinq sortes de biṭṭīḫ : b. ‘aḫdar (vert), b. ‘aṣfar (jaune), b. šāmī (syrien), b. falasṭīnī (palestinien), et enfin, notre fameux bittīh hindī (indien), la pastèque, désignée dans le même ouvrage sous le nom de dullā’92. Dozy traduit biṭṭīḫ par « coloquinte » et al-biṭṭīḫ al-’aḫdār par « la pastèque »93. Il indique qu’au Maghreb, le nom donné à la pastèque ou melon d’eau est dullā’ ou « melon d’Inde » et cite un manuscrit arabe94 qui dit explicitement que « al-biṭṭīḫ al-hindī est al-sindī » d’où vient le mot espagnol sandia, ainsi qu’un autre manuscrit95 où il est dit que « al-dullā’ est al-hindī »96. Dozy signale aussi que dullà’ est « appelé aussi de Palestine et, selon Zahrāwï, de Syrie »97. Il est bien difficile de se retrouver dans cette nomenclature fluctuante. On peut toutefois déduire de ces différentes définitions que biṭṭīḫ est le nom générique des curcubitacées rondes, le melon, mais aussi la coloquinte et le potiron, alors que pour désigner la pastèque, les Arabes ont besoin d’adjoindre à ce nom générique un spécificateur, « vert », « indien », « palestinien » ou « syrien », la lexie étant alors considérée comme équivalente de dullā’ ou sindi. C’est donc à la lexie biṭṭīḫ hindi (le batiec indi d’Orta) que les Portugais d’Orient ont emprunté le mot pateca qui a donné par la suite le français pastèque98, comme l’a noté Ficalho99.

34Le mot est attesté en portugais en 1506-1507, sous la forme batech :

  • 100 O Manuscrito « Valentim Fernandes » oferecido à Academia (Portuguesa de História) por Joaquim Bens (...)

[...] ha hy outros meloes e som pera corner, e taes ha no Egypto a que chamã batech100,

  • 101 J. P. Machado, D. E. L. P., s. v. bateca, batega.
  • 102 Dans le Libro de Alexandre, ed. R. S. Willis, Princeton, 1934.
  • 103 Corominas, D.C.E.C.H., s. v. albudeca.

35mais J. P. Machado indique que l’on trouve les formes botefa, budefa, bateca, batecha, ainsi que les variantes albodeca et albudeca, « certainement plus anciennes »101. Corominas signale budefa en 1250102 mais albudeca seulement en 1537103. Quant à pateca, il apparaît pour la première fois chez Antonio Tenreiro :

  • 104 Itinerário, ch. 42, cité par Dalgado, Glossaire..., s. v. pateca.

E de frutas não he tão abastado [a cidade de Cairo], sómente de patecas, que sâo como melão, e não de tanto gosto como elles.104

36Dans les Colóquios, nous trouvons 17 occurrences de pateca. Sont aussi mentionnés batiec indi (en arabe), budiecas et albudiecas (en castillan). Mais Orta distingue les budiecas ou samdias d’Espagne des patecas d’Inde. A Ruano qui a entendu dire qu’il existait en Castille des « melões muito finos, a que chamavam budiecas, as quaes pode ser sejam estas patecas, e, corrompendo-lhe o nome, lhe chamaram budiecas por patecas », Orta répond :

  • 105 Colóquios, II, p. 136.

Eu vi já estes melões em algumas partes de Castella, e chamavamlhe budiecas, e outros lhe chamavam samdias : e proveios e he hum pomo mui deferente deste ; por onde não se pode dizer da mesma especia, nem chamar batiec indi ; e mais estas patecas não tem as folhas como os melões, senão mui deferentes destas budiecas, e mais he huma mata alta, e não estendida polio cham como as patecas ; e dixeramme que as avia em Africa, da mesma maneira destas da India ; isto bem pôde ser, mas eu não dou fé do que nam vi.105

37Orta distingue aussi la pateca des melons que l’on trouve en Europe :

  • 106 Colóquios, II, p. 133-134.

Mas não sam estes os melões de que vos eu quero falar ; senão outros que os Portuguezes de câ chamamos patecas, e he hum melam grande e redondo, ou de feiçam oval, por milhor dizer ; nam se corne cortando ao comprido, como nos comemos o melam, senão cortando ao largo. He redondo, tem a semente preta, quando he maduro, e quando he verde, branca ; e posto que nam he doce, como os nossos melões, he muyto suave, esfria muyto, humedece, desfazse todo em aguoa...106

38Plus loin, lorsque le « licenciado » Dimas Bosque, avec qui Orta dialogue tout au long du colloque 58, revient sur la distinction établie par Orta,

  • 107 Colóquios, II, p. 381.

Lendo das patecas achei escrito, que não eram ellas as balancias de Africa, e pareceme que nisto vos enganaes, porque aqui me dixeram homens criados e nacidos em Azamor, e outros em Tanger e Arzila, que sam as mesmas as balancias de Africa, como as patecas da India.107

39ce dernier avoue ne pas connaître le fruit qui circule au Portugal :

  • 108 Ibid.

Eu nunca disse que era deferente huma fruta da outra, porque pera julgar isto, avia de conhecer ambas as frutas, e eu nunqua vi a de Portugal ; mas disse que se pudiam enguanar nisso, porque a mata destas patecas he muyto deferente da que dá os melões de Portugal, e tambem as albudiecas, e sandias de Castella sam deferentes das patecas da India. Eu me remeto ás pessoas que viram humas e outras.108

40Ficalho corrige Orta en affirmant, de manière catégorique, que pateca est le nom donné par les Portugais d’Orient au fruit désigné dans le portugais européen sous le nom de melancla :

  • 109 « Batega [... (graphie arabe)] Batecha. Melancia. He voz Arabica, e não Portugueza, como advertio (...)
  • 110 . Colóquios, II, n. 1, p. 145.

« Pateca » era entre os portuguezes do Oriente synonymo de melancia : « pediu o mouro uma pateca ou melancia », diz Gouveia, citado no Vocabulario de Bluteau. A mesma palavra, na fórma bateca, é dada por Fr. João de Sousa nos Vestigios109 como um dos nomes da melancia. Rumphius, fallando da melancia no seu Herbarium amboinense, chama-lhe Anguria indica seu Batteca. Finalmente recordaremos o francez pasteque, que designa o mesmo fructo. Tudo isto é claro e conclusivo, no sentido de identificarmos a pateca de Orta com o fructo do Citrullus vulgaris.110

41Orta nous indique les propriétés médicinales de la pastèque : c’est un antithermique et un diurétique, comme nous dirions aujourd’hui. De plus, ses graines ont un effet soporifique :

  • 111 Ficalho rectifie ce mot dans une note que nous reproduisons ici : « "Causomees" deve ser erro de i (...)
  • 112 Colóquios, II, p. 134.

[...] e he muyto bom nos causomees111 e pera todas as febres colericas, e esquentamento do figado, e rins, segundo vemos cá por experiencia ; provoca muyto a orina, e os sãos os costumão cá tomar 4 oras depois de jantar, que he o tempo mais quente ; e a mim pareciame melhor começar por elles os jantares. A semente destes melões provoca o sono, e sam as milhores sementes frias que câ temos, posto que não carecemos das outras.112

  • 113 Alphonse de Candolle, Origine des Plantes cultivées, 8 vo., Paris, 1883 ; Hehn, Kulturpflanzen und (...)
  • 114 H. Yule, A. C. Burnell, Hobson-Johnson..., s. v. pateca.
  • 115 Colóquios, II, n. 1, p. 145.
  • 116 Colóquios, II, n. 1, p. 146.
  • 117 H. Yule, A. C. Burnell, Hobson-Jobson, s. v. pateca.

42Yule et Burnell, se référant aux ouvrages de De Candolle et de Hehn113, donnent des informations sur la provenance de la pastèque. De Candolle affirme que « la pastèque était cultivée dans l’Egypte ancienne et aurait été introduite dans le monde gréco-romain vers le début de notre ère ». Mais pour Hehn, elle a été introduite en Perse en provenance d’Inde « au moment de la domination arabe ou mongole, puis en Grèce, par l’intermédiaire des Turcs, et en Russie, par les Etats tartares de l’Astrakan et du Kazan »114. Robertson-Smith, cité dans le Hobson-Johnson, réfute l’hypothèse de l’origine indienne de la pastèque, émise par Hehn, du fait que le mot abaṭṭīkh est attesté dans la Bible et dans la Mishnah. Pour Ficalho, « la pastèque, cultivée depuis une époque très ancienne dans le bassin méditerranéen, ne pouvait être ignorée dans la Péninsule » et « l’introduction et la culture dans la Péninsule de l’espèce Citrullus vulgaris remonte à une époque assez ancienne, probablement aux premiers temps de la domination musulmane »115. Orta aurait trouvé en Inde une variété du Citrullus vulgaris qu’il n’a pas su identifier avec les sandias qu’il avait vues en Castille plusieurs années auparavant, ce qui, d’après Ficalho, explique son erreur116. L’erreur d’Orta n’est pas étonnante, compte tenu du « chaos universel qui a toujours existé dans la nomenclature des cucurbitacées »117, comme en témoigne la diversité des définitions du biṭṭīḫ données par les savants arabes eux-mêmes.

Notes

1 COLOQUIOS DOS SIMPLES/e drogas e cousas mediçinais da India, e/assi dalgumas frutas achadas nella, onde/se tratam algumas cousas tocantes a me-/dicina pratica, e outras cousas boas pera/saber, compostos pello doutor Garcia/d’Orta, fisico del-rey nosso senhor, vistos/pello muyto reverendo senhor, o/liçençiado Aleixo Dias Falcam,/desembargador da Casa da/Supricaçam, inquisidor/nestas partes./Com privilegio do Conde Viso-Rey./Impressos em Goa por Joannes/de Endem aos x dias de/abril de 1563. annos.

2 Voir, par exemple, le colloque 53 sur le tamarin : « Orta : —... e fazem deste tamarindo huma muyto graciosa conserva com açucare, e he feita delle fresco e sem sal. E podeme crer que he hum digistivo e purgativo muyto bom, e muyto aprazivel ao gosto. Moça, traze cá tamarindo em conserva./Ruano : - Folgarei muyto de o provar./Serva : — Eis aqui o tamarindo. », Colóquios, II, p. 320.

3 Plusieurs passages des Colóquios témoignent de conversations avec des marchands arabes. Orta relate, par exemple, un échange avec un « mouro muyto rico de Tripol de Berbaria, que sabia falar português », Colóquios, II, p. 140. Il interroge ces marchands sur la manière dont ceux-ci désignent en arabe les produits en circulation à Goa : « E os Arabios com que faley, huns lhes chamam cast, outros costo, e outros costi », Colóquios, I, p. 257.

4 Conde de Ficalho, Garcia da Orta e o seu tempo, reprodução fac-similada da la ed. (1886), introdução de Nuno de Sampayo, Lisboa, IN-CM, 1983, chap. XII, p. 281-322.

5 Colóquios, I, p. 28

6 Colóquios, I, p. 48.

7 Orta a notamment un parent médecin au Portugal, Tomás da Orta. Ficalho fait remarquer qu’Orta mentionne la Chorographia de Gaspar Barreiros, publiée à Coimbra en 1561, deux ans seulement après sa parution, Garcia da Orta..., p. 297-299.

8 Colóquios, II, p. 333.

9 Colóquios, I, p. 31.

10 Voir notamment Colóquios, 1, p. 154 ; I, p. 194 ; II, p. 285.

11 Henry Yule, A. C. Burnell, Hobson-Jobson, a Glossary of Colloquial Anglo-Indian Words and Phrases, and of Kindred Terms, Etymological, Historical, Geographical and Discursive, New edition edited by William Crooke, New Delhi, Munshiram Manoharlal Publishers Pvt Ltd, 1994 (19031, London, John Murray).

12 Sebastião Dalgado, Glossário Luso-Asiático, 2 vols., New Delhi — Madras, Asian Educational Services, 1988 (19191.) José Pedro Machado a relevé les « vestiges lexicaux de certaines langues orientales » mentionnées dans les Colóquios dans son article « Lexicologia cientrífica de origem oriental nos Colóquios dos Simples e Drogas », Garcia da Orta, Revista da Junta de Investigaçâo do Ultramar, vol. 11, no 4, Lisboa, 1963, p. 755-788.

13 Ainsi, par exemple, lorsque voulant donner l’étymologie de robalçuz, il écrit « he um nome composto de rob, que em arabio he çumo feito basto, e al he articolo do genitivo, e quer tanto dizer como çumo basto de alcaçuz », il se trompe : l’article défini al- n’est pas propre au génitif, même si dans l’expression rubb al-sūs la construction fait que l’article détermine le génitif sūs. Voir aussi n. 22. Sur la connaissance qu’avait Orta de l’arabe, v. José Pedro Machado, « Elementos arâbicos nos Colóquios de Garcia d’Orta », Boletirn da Sociedade de Geografía de Lisboa, JulhoDezembro 1963, p. 151-169.

14 « ...aljofar se diz, porque em arabio quer dizer de Julfar, que he o principal cabo donde o ha qua, scilicet, o milhor he de Julfar, que he hum porto na terra da Arabia confim ao estreito que chamam de Ormuz, e o milhor he o pescado em Barem, Catifa, Julfar, Camarâo, e outros portos desta costa : e porque o mais noto a nós era Julfar, e os Espanhoes usamos da lingoa arabia, o chamamos asi, casi trazido do porto de Julfar », Colóquios, II, p. 119.

15 « Ao rey dizem xá, e á dama goazir, que he condestabre ; e ao delfim chamão fil, que quer dizer elefante ; e ao cavalo guora, que he o mesmo ; e o roque roch há, que significa tigre », Colóquios, I, p. 125.

16 « ... e cota em arabio he fortaleza, e por isso Cotalmaluco quer dizer fortaleza do reino », Colóquios, I, p. 123.

17 A propos des fausses étymologies proposées par Orta, voir J. P. Machado, « Elementos... », p. 163-164.

18 Colóquios, II, p. 196.

19 C’est le cas, notamment de robalçuz qui se prononce rubb as-sūs, le -s – étant une lettre « solaire », selon la terminologie des grammairiens arabes, il assimile le-l-de l’article.

20 J. P. Machado a notamment relevé les mots carabe (<kaharab), tambul, zingue (<zinfi) prononcés à l’égyptienne, « Elementos... », p. 158-159.

21 Sur les problèmes posés par la translittération chez Orta de l’arabe littéral et dialectal, voir J. P. Machado, « Elementos... », p. 164-166.

22 Ainsi, accusant injustement Gérard de Crémone de ne pas être « un bon arabisant », il lui trouve des circonstances atténuantes dans le fait qu’il était « andalou » : « Gerardo Cremonense nam era bom arabio, mas era andaluz, e a lingoa propria em que Avicena escreveo he a que se usa na Siria e Mesopotamia, e na Persia ou Tartaria (donde Avicena era) e a esta lingoa chamam elles araby e a dos nossos Mouros magaraby, que quer dizer mouro do ponente, porque garby em arabio quer dizer ponente e ma quer dizer dos, e portanto não he muito errar nisto Gerardo », Colóquios, I, p. 76. Dans ce passage, l’explication étymologique qu’il donne de magaraby montre les limites de sa connaissance de la grammaire arabe : araby (‘arabī) n’est pas le nom de la langue mais simplement l’adjectif de relation ; la langue arabe se dit ‘arabiyya, adjectif de relation qui suffixé de la marque du féminin forme un substantif abstrait exprimant la qualité ou la collectivité. Quant au « préfixe » ma-, il est propre aux noms de lieu, magrib signifiant « l’endroit où (le soleil) se couche », c’est-à-dire l’Occident.

23 A Ruano qui s’étonne que darchini ne soit pas un nom arabe alors qu’il figure chez Avicenne et chez Al-Rāzī, il rétorque : « Não, senam persio ; que muytos nomes põe Avicena no Canom, que diz serem persios ». Colóquios, I, p. 207.

24 Colóquios, II, p. 173.

25 Colóquios, II, n., p. 173

26 « Lexicologia científica... », p. 762. Pour J. P. Machado, il existe en arabe deux mots pour désigner l’opium, ‘anfiun et ‘afiiun qui expliqueraient les deux formes portugaises, Influência Arábica no Vocabulário Português, 2 vols., Lisboa, Ediçâo de Alvaro Pinto (‘Revista de Portugal), 1958-1961, s. v. anfião. Nous n’avons pas trouvé, dans les dictionnaires, ni dans les textes arabes que nous avons consultés, le mot, ou plus exactement la forme anfiun.

27 Colóquios, II, n. 1, p. 175.

28 Dozy, Glossaire des mots espagnols et portugais dérivés de l’arabe, Leyde – Paris, Maisonneuve – Brill, 1869, s. v. anfião.

29 Joan Corominas, José A. Pascual, Diccionario Critico Etimológico Castellano e Hispánico (D. C. E. C. H.), Madrid, Gredos, 1980-1991, s. v. opio.

30 Dictionnaire Historique de la Langue Française (D. H. L. F.), sous la direction d’Alain Rey, Paris, Dictionnaires Le Robert, 1992, s. v. opium.

31 Cartas de Affonso de Albuquerque, seguidas de documentos..., sob a direcção de Raymundo Antonio de Bulhão Pato, 5 tomos, Lisboa, Academia Real das Sciencias, 1884, t. I, p. 174.

32 Colóquios, II, p. 171.

33 Ibid., p. 171-172.

34 Ibid., p. 172.

35 Ibid.

36 V. infra, n. 48.

37 « ... como vemos por experiência no anfião que a mor parte dos mouros e indios comem, que se o deixassem de corner morreriam, e se o comessem os que nunca o comeram, morreriam também, de maneira que o começam a corner em tão pequena quantidade, que lhe não pode fazer mal ; por serem criados nele, e, em sua natureza, vâo crescendo », Livro em que dd relação do que viu e ouviu no Oriente Duarte Barbosa, introd. e notas de Augusto Reis Machado, Lisboa, Agência Geral das Colônias, 1946, p. 70.

38 « ... e as mulheres na Índia o tomam para se com ele matarem quando caem em algum erro ou caso de desonra ou desesperaçâo, e bebendo-o delido em um pouco de óleo, morrem dormindo sem sentirem a morte », ibid.

39 C. E. Dubler, « afyūn », Encyclopédie de l’Islam (E. I), nouvelle édition, t. 1, pp. 251-252, Leyde — Paris, Brill — Maisonneuve, 1960, p. 251.

40 Federico Corriente, A Dictionary of Andalusi Arabie, Brill, Leyde — New York — Köln, 1997, p. 21 ; M. Asín Palacios, Glosario de Voces Romances registradas por un botánico anónimo hispano-musulman (siglos XI-XII), ed. facsímile, introduccion de Vicente Martínez Tejero, Institución « Fernando el Católico », Universidad de Zaragoza, 1994, s. v. pebre, pebro (no 413) ; Dozy, Supplément aux Dictionnaires arabes, 2e éd., Leyde — Paris, Brill — Maisonneuve, 1927, (18811), s. v. ‘afyūn.

41 « ‘ufyūn : drogue bien connue, connue sous ce nom, qui est appelée en langue populaire « le soporifique ». C’est le lait du pavot noir (laban al-ḫašḫāš al- ‘aswad) après dessication ; il a l’aspect d’un suc », Max Meyerhof, Sarh asmā’al-’uqqār (l’explication des noms de drogues). Un glossaire de matière médicale composé par Maïmonide, texte publié pour la première fois d’après le manuscrit unique par Max Meyerhof, Le Caire, Imprimerie de l’Institut Français d’Archéologie Orientale, 1940, no 35 (la traduction est de nous, ainsi que toutes les traductions de textes arabes qui suivent).

42 « Mīqūn : c’est le pavot blanc, et le pavot noir est aussi mentionné avec l’opium [al-’ufyūn] sous cette traduction. Le vénérable Galien a mentionné le pavot [al-ḫašḫāš] et ses différentes espèces dans son 7ème traité », Tafsīr Kitāb Diāsqūrldūs. Commentaire de la « Materia Medica » de Dioscoride, édité par Ibrahim Ben Mrad, Faculté des Lettres de Tunis, Dar al-Gharb al Islami, 1990, 4, 59, s. v. mīqūn.

43 C. E. Dubler, « afyūn ».

44 Ibid.

45 Yule, Burnell, Hobson-Johnson..., s. v. opium.

46 C. E. Dubler, « afyūn ».

47 Flückiger et Handbury, Phartnacographia, cité par Ficalho, Colóquios, II, p. 176. Toutefois, l’existence en sanscrit du mot kaskhasa, d’où proviennent le persan, puis l’arabe ḫašḫāš, « pavot », tendrait à accréditer l’hypothèse selon laquelle cette plante était cultivée en Inde avant l’arrivée des Arabes, A. Pictet, Orig. Indo-Eur., I, p. 295, ibid.

48 « Se me vos alteza quyser crer, manday semear dormydeyras das ilhas dos açores em todollos paúes de purtugall, e mamday fazer afiam, que he a melhor mercadaria que se cobre pera estas partes, e em que se ganha dinheiro : por este açoute que démos adem, nam veo afyam à india, e onde valia a doze pardaos a faraçolla, nam se acha agora a oytemta : o afyam nam he outra cousa, senhor, senam leite de dormedeiras ; do cayro, domde soyam a vyr, nam vem, nem d adem ; portamto, senhor, manday o semear e laurar, porque hua nao carregada se gastará cada ano na Imdia, e os lauradores ganharâm tambem muyto, e a jemte da Imdia perde se sem elle, se o nam comem... », Afonso de Albuquerque, Cartas..., I, p. 174.

49 Duarte Barbosa, Livro..., p. 233.

50 Ibid.

51 Colóquios, II, note de Ficalho, p. 177.

52 Il passe de 12 pardaus à plus de 80, v. supra, n. 48.

53 Colóquios, II, note de Ficalho, p. 179.

54 J. Ruska, M. Plessner, « bāzahr », E. I., vol. 1, p. 1190.

55 A. de Biberstein Kazimirski, Dictionnaire Arabe — Français, Beyrouth, Librairie du Liban, 1860, s. v. bāzahr.

56 Colóquios, II, p. 233.

57 S. Dalgado, Glossário..., s. v. bazar.

58 Colóquios, II, n. 2, p. 236.

59 Dozy, Supplément..., s. v. bāzahr.

60 F. Corriente, A Dictionnary..., p. 51.

61 D. H. L. F., s. v. bezoard.

62 Parmi les auteurs de langue arabe louant les vertus de la pedra bezoar, Ficalho cite notamment Rhazes, Sérapion et Mésué, Colóquios, II, n. 2, p. 237.

63 Ambroise Paré, XXIII, 45, cité dans Littré, Dictionnaire de la Langue Française, Paris, Hachette, 1883, s. v. bezoard.

64 Colóquios, II, p. 231.

65 J. Ruska, M. Plessner, « bāzahr ».

66 Ibid.

67 S. Dalgado, Glossário..., s. v. bazar.

68 Colóquios, II, n. 2, p. 237.

69 Colóquios, II, p. 232.

70 Colóquios, II, n. 2, p. 238-239.

71 Colóquios, II, p. 233.

72 S. Dalgado, Glossário..., s. v. bazar.

73 Colóquios, II, n. 2, p. 238.

74 Duarte Barbosa, Livro..., ed. da Academia, p. 309, cité par Dalgado, Glossário..., s. v. bazar.

75 « Junto desta cidade [Lara], em hua serra pequena, se criâo huns animaes, que sâo tamanhos como corços grandes, que criâo hua pedra no bucho, a que chamaõ bazar, que val entre elles muito, e he muito estimada, por ter virtudc contra a peçonha : cria-se esta pedra naquelles animaes por virtude de hua herva que cómem, que se não acha nas outras partes. A pedra he de côr verde escura, e tão grossa, e comprida, como o dedo minimo de hum homem, e eu vi sua experiencia », Itinerarios da Índia a Portugal por terra, revistos e prefaciados por António Baião. I. Itinerário de Antonio Tenreiro, sexta edição, conforme a segunda, de 1565, Coimbra, Imprensa da Universidade, 1923, ch. 3, p. 11.

76 « A segunda casca delle [do côco das Maldivas] he muyto mais efficaz contra a peçonha que a pedra Besoar, que vem daquellas partes orientaes, que se cria no bucho de hua alimaria, a que os Parseos chamão Pasen », João de Barros, Ásia. Terceira Década, III, 7, dans l’éd. de 1613, utilisée par S. Dalgado, Glossário..., s. v. bazar.

77 Littré, Dictionnaire..., s. v. bezoard.

78 Colóquios, II, p. 231-232.

79 Colóquios, II, n. 2, p. 236-237.

80 Ibid.

81 Colóquios, II, p. 232-233.

82 Note de Ficalho, Colóquios, II, p. 238.

83 Colóquios, II, p. 233.

84 Ibid.

85 Ibid., p. 234-235.

86 Elena Pezzi, El Vocabulario de Pedro de Alcalá, Almería, ed. Cajal, 1989, p. 76 et p. 551.

87 Yule, Burnell, Hobson-Johnson..., s. v. pateca.

88 Nombres, XI, 5. Nous conservons la translittération reproduite dans la citation.

89 Code rabbinique rédigé au IIe s. de notre ère par les chefs spirituels du judaïsme palestinien après la destruction du Temple.

90 Yule, Burnell, Hobson-Johnson..., s. v.pateca.

91 F. Corriente, A Dictionnary..., p. 55.

92 « Baṭṭīḫ : plante connue sous ce nom dans tous les pays arabes, qui produit du jus en abondance et qui a une forme allongée ; c’est celle de forme allongée que les Grecs désignent sous le nom de meloniya. Les Egyptiens appellent le melon « melon jaune » car ils appellent dullā’ le melon vert », M. Meyerhof, no 54. Et, plus loin (no 98), « dullā’ : le melon (baṭṭīḫ) palestinien, appelé aussi melon syrien et melon indien et, dans la langue populaire d’Egypte, melon vert ».

93 Dozy, Supplément..., s. v. biṭṭīḫ).

94 Le Mostaīnī, manuscrit de Leyde no 15 (Catal. III, p. 246).

95 Le Calendrier de Cordoue de l’année 961, publié par Dozy, Leyde, 1873.

96 Dozy, Supplément..., s. v. dullā’.

97 Ibid.

98 « Pastèque, 1512. Altération d’abord orthogr., puis qui a passé dans la prononciation, de pateque, 1512. Empr., par l’intermédiaire du port. pateca, d’une langue de l’Inde (ce mot lui-même est l’ar. al-bâttikha ; l’esp. albudeca vient également de l’arabe) », Oscar Bloch, Walther von Wartburg, Dictionnaire Etymologique de la Langue Française, Paris, P. U. F., 1975, 6e éd. (19321), s. v. pastèque.

99 « Finalmente recordaremos o francez pasteque, que designa o mesmo fructo », Colóquios, II, n. 1, p. 145.

100 O Manuscrito « Valentim Fernandes » oferecido à Academia (Portuguesa de História) por Joaquim Bensaúde. Leitura e revisão das provas pelo académico titular fundador Antonio Baião, Lisboa, 1940, cité par J. P. Machado, Dicionário Etimológico da Língua Portuguesa (D. E. L. P.), 5 vols., Lisboa, Livros Horizonte, 3e éd., 1977 (19521), s. v. bateca, batega.

101 J. P. Machado, D. E. L. P., s. v. bateca, batega.

102 Dans le Libro de Alexandre, ed. R. S. Willis, Princeton, 1934.

103 Corominas, D.C.E.C.H., s. v. albudeca.

104 Itinerário, ch. 42, cité par Dalgado, Glossaire..., s. v. pateca.

105 Colóquios, II, p. 136.

106 Colóquios, II, p. 133-134.

107 Colóquios, II, p. 381.

108 Ibid.

109 « Batega [... (graphie arabe)] Batecha. Melancia. He voz Arabica, e não Portugueza, como advertio Laguna, comentando Dioscorides. Livr. II. cap. 124. Vid. Bluteau. », Fr. João de Sousa, Vestigios da Língua Ardbica em Portugal, Prefâcio de A. Farinha de Carvalho, s. 1., 1981 (17891)

110 . Colóquios, II, n. 1, p. 145.

111 Ficalho rectifie ce mot dans une note que nous reproduisons ici : « "Causomees" deve ser erro de imprensa, por causónes, sing. causón, que o Diccionario de la Real Academia Espanola define : calentura repentina mui ardiente », Colóquios, II, p. 134.

112 Colóquios, II, p. 134.

113 Alphonse de Candolle, Origine des Plantes cultivées, 8 vo., Paris, 1883 ; Hehn, Kulturpflanzen und Hausthiere in ihren Uebergang aus Asien nach Griechenland und und Italien so wie in das übrige Europa, 4th ; ed., Berlin, 1883.

114 H. Yule, A. C. Burnell, Hobson-Johnson..., s. v. pateca.

115 Colóquios, II, n. 1, p. 145.

116 Colóquios, II, n. 1, p. 146.

117 H. Yule, A. C. Burnell, Hobson-Jobson, s. v. pateca.

Auteur

Université Paris-Sorbonne IV

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site