Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vents du large

 | 
Jacqueline Penjon
, 
Anne-Marie Quint

1. Langue

Tupinambá - Topinambour

Jacqueline Penjon

Texte intégral

1Le topinambour (Helianthus tuberosus L.) est originaire d’Amérique septentrionale. Tous les botanistes sont aujourd’hui d’accord ; il n’en a cependant pas toujours été ainsi.

  • 1 Cf. Histoire d’un voyage faict en la terre du Brésil, autrement dite Amerique,..., La Rochelle : A (...)
  • 2 Le Trésor de la Langue Française indique les étapes suivantes : 1598 « toupinamboult », 1615 « top (...)

2Le nom du tubercule « topinambour » est une transformation du nom de l’ethnie brésilienne « Tupinambá » que Jean de Léry1 en 1578 orthographiait « tououpinambaoult ». Cette forme se simplifie en « toupinamboult », « toupinambau(x) », « topinambou(x) » et devient par dérivation « topinambour »2. Cette appellation paradoxale a retenu toute notre attention.

L’hélianthe tubéreux

3Trompés par le nom, certains lexicologues et botanistes croient à l’origine brésilienne ou sud-américaine de la plante. En 1616, le naturaliste napolitain Fabio Colonna la décrit scientifiquement d’après un spécimen vu dans le jardin du Cardinal Farnèse (ce dernier l’avait reçu de France) : Aster peruvianus tuberosus. Voilà qui traduit bien le flou de l’origine supposée : les Indes. Il propose aussi, en hommage au cardinal, Flor solis Farnesianus.

4Notre « fleur de soleil », en ce dix-septième siècle, sera encore classée d’autres façons : Artichoki sub terra, Chrysanthemum latifolium brasilianum, Herba solis radice, etc. Toutes ces hésitations taxinomiques sont, somme toute, bien légitimes avant la systématique linnéenne. D’ailleurs, Linné lui-même, dans son Hortus Cliffortianus (Leyde, 1736), crut à cette origine brésilienne ; ce n’est que plus tard, dans le Species plantarum (Stockholm, 1753) qu’il consigne l’origine nord-américaine, mais la plante appartient bien au genre Helianthus.

5Quant à la lexicologie, la lecture du dictionnaire de Furetière (1ère édition, 1691), elle aussi, est claire :

Le nom topinambour a été donné parce que son origine vient du pays des Topinambous dans les Indes.

  • 3 La première édition du dictionnaire Morais est de 1789. Plus récemment, l’encyclopédie Quillet (19 (...)
  • 4 Cf. Raymonde Litalien, Les explorateurs de l’Amérique du Nord : 1492-1795, Sillery (Québec), Ed. d (...)

6Le dictionnaire Morais et quelques encyclopédies, de nos jours encore3, ne dérogent pas à la règle. Ce tubercule a été « découvert » par Samuel de Champlain lors de ses voyages en pays Huron et Algonquin. Sur les traces de Jacques Cartier, il effectue en effet trois voyages, d’abord en 1603 puis en 1604-1607 et enfin en 1608-1611 ; les deux premiers sans titre officiel, mais autorisé par Henri IV à faire le rapport de ses découvertes et le troisième en tant que lieutenant de Pierre du Grua de Monts4. Il sera le fondateur de Québec. On peut lire dans le récit de son deuxième voyage lorsqu’il parle de la rivière de Choüacoet :

  • 5 Cf. Samuel de Champlain, La France d’Amérique : voyages de S. de Champlain, 1604-1629, présentatio (...)

Nous entrasmes en une ance où il y avait force vignes, pois de Brésil, courges, citrouilles, & des racines qui sont bonnes, tirans sur le goust de cardes, que les sauvages cultivent5.

7Puis au chapitre suivant, lorqu’il décrit la « Coste des Almouchiquois » où les sauvages accourent de toutes parts :

  • 6 Id. ibid. p. 84-85.

Devant que d’arriver à leurs cabanes, nous entrasmes dans un champ semé de bled d’Inde, à la façon que nous avons dit cy-dessus. Il estoit en fleur, & avoit de haut 5 pieds demy, & d’autre moins advancé, qu’ils sement plus tard. Nous veismes aussi force féves de Bresil, & des citrouilles de plusieurs grosseur, bonnes à manger ; du petum & des racines qu’ils cultivent lesquelles ont le goust d’artichaut.6

  • 7 Cf. Histoire de la Nouvelle France, contenant les navigations, decouvertes et habitations faites p (...)

8Mais Champlain ne dit pas qu’il rapporte ces tubercules. Cependant, Marc Lescarbot, avocat de Paris, qui l’accompagne lors du deuxième voyage, publie une Histoire de la Nouvelle France où dans la troisième édition7, il est dit :

  • 8 Lescarbot, Op. cit, livre VI, chap. XXIII, p. 931.

Nous avons apporté quelques-unes de ces racines en France, lesquelles ont tellement multiplié, que tous les jardins en sont maintenant garnis.8

  • 9 Cf. Théâtre des plans et jardinages, 1615, p. 150. Il fait aussi grand éloge de ces « gros treufle (...)

9Il s’agit bien là du topinambour et l’on sait que dans les années 1610-1613, la culture de ce tubercule était très répandue en France. Claude Mollet, jardinier royal, confirme l’extension de cette plante nouvelle.9 La Charente, le Poitou et le Limousin en ont de grandes surfaces. Champlain était charentais et la plupart de ses compagnons de la région du Pays d’Ouest, or les marins pouvaient rapporter les tubercules. En 1617, la plante est introduite en Angleterre. Un français de Londres, M. Franqueville, correspondant de Vespasien et de Jean Robin, botanistes du roi à Paris, donne deux plants à M. John Goodyer, de Maple Durham (Hampshire). Quatre ans plus tard, il était possible d’approvisionner la ville entière. Pierre Hondt fait connaître le topinambour en Belgique sous le nom d’artichaut souterrain, etc.

  • 10 Il était alors le succédané des truffes, morilles et autres mets stimulants.

10Il existe un véritable engouement pour ce tubercule. Il faut dire qu’au XVIe siècle, l’artichaut a fait son apparition en France où il s’est trouvé immédiatement très en vogue. Catherine de Médecis l’adorait et Louis XIII en avait fait son légume favori, légume rare et cher et disait-on doté de propriétés « réchauffantes »10. Notre tubercule en est un excellent substitut.

11Le Père Gabriel Segard, missionnaire Récollet de Saint François, dans son Grand Voyage au pays des Hurons (1632), parle des racines consommées par les sauvages des Etats-Unis et du Canada et mentionne quelques noms vernaculaires : artichaut du Canada, canadiennes, pommes de Canada, Canada, tartifle, etc. Le botaniste suisse Gaspard Bauhin le définit ainsi : Artichoki sub terra. Sa ressemblance avec l’artichaut, du moins pour le goût, est remarquée par tous.

  • 11 « cartoufle » est la transformation de l’italien tartufli, truffe.

12Ce tubercule est désigné par de nombreux noms vernaculaires, donnés en fonction de son origine (Canada, canadienne) ou par analogie, en fonction de son apparence – pas toujours flatteuse – (pou-terre, poire de terre, noix de terre, truffe, truffe-bambou, truffe du Canada, pomme de Canada, cartoufle11, soleil de pourceau, etc.) par alliance de la saveur et de l’origine (artichaut du Canada ou encore artichaut de terre – par rapport au véritable artichaut qui lui est aérien-, artichaut de Jérusalem (Jérusalem étant la déformation de l’italien « girasole »), ou encore par référence au nom scientifique, hélianthe tubéreux, ou par allusion à la partie aérienne de la plante, petit soleil, soleil vivace, etc. enfin apparaissent les appellations topinamboux, topinambour et le dérivé topine. Cette multiplicité de désignations ne laisse aucun doute quant à l’importance de ce légume dans la vie quotidienne.

  • 12 Flore populaire ou histoire naturelle des plantes dans leurs rapports avec la linguistique et lefo (...)
  • 13 déformation de l’appellation flamande « grond-peer » (poire de terre).
  • 14 E. Rolland (T. VII de l’ed. 1967) relève l’expression « tourner à bordon de Canada » pour « coiffe (...)

13D’après le relevé des noms vernaculaires effectué par Eugène Rolland12 (fin du XIXe siècle), ce n’est qu’une « carte linguistique » assez floue qui se dessine. Dans une partie du Nord et en Pays wallon, dominent « crompire13 » et baston ou bordon de Canada14. « Topinambour » et ses dérivés (topinambou, toupinamboya, pinambou, pinamboule, tinobou, picambour, topine-lambour, topine, topin, etc.), semblent l’emporter en Poitou-Charentes, dans le Limousin, l’Auvergne et la Champagne. Par contre, la Provence, le Var, le Gard, en région Midi-Pyrénées, le Lot et le Tarn et en Limousin, la Corrèze, utilisent plus volontiers l’appellation « truffe » et ses dérivés (tartofe, trufo d’ort, trufo blanco, tartiflo, etc.) ou même le nom « patato » – ces désignations étant aussi celles de la pomme de terre.

14Nous n’avons là que l’héritage du XVIIe siècle. En effet, Furetière indique à « topinambour » :

Racine ronde que les pauvres gens mangent cuite avec du sel, du beurre et du vinaigre. On l’appelle autrement pomme de terre.

  • 15 Cf. Nature & plantes, 1628, p. 175. Guy de la Brosse était le grand oncle de Fagon, médecin de Lou (...)

15Guy de la Brosse, botaniste et médecin de Louis XIII nomme la pomme de terre « patate du Canada »15. Nicolas de Bonnefons, dans son ouvrage, Le Jardinier françois (1651) déclare :

Taupinambours ou pommes de terre, ce sont des racines rondes qui viennent par nœuds et que l’on mange dans le caresme en forme des fonds d’artichaux.

16On pourrait multiplier les exemples. Ces deux tubercules au destin croisé s’éloignent par la saveur mais se rapprochent par la forme. En effet, à l’époque, non améliorées par l’agriculture, les pommes de terre sont de très petite taille (elles devaient, d’ailleurs, être assez amères et indigestes).

  • 16 Découverte au Pérou, elle arrive en Espagne vers 1535, passe en Italie (Royaume de Naples), se rép (...)

17La culture du topinambour connaît donc son apogée au XVIIe siècle (dès l’arrivée de ce légume) alors que la pomme de terre est presque inconnue16. Par contre au XVIIIe siècle, le topinambour périclite et est relégué au rang d’alimentation pour bétail dans certaines contrées, alors que la pomme de terre prend de l’extension pour triompher au XIXe siècle. Il ne plaît pas à tout le monde ce tubercule ; s’il connaît des éloges, il a aussi ses détracteurs. Antoine Colin, apothicaire de Lyon, en vante la saveur :

  • 17 Cf. Histoire des drogues, épiceries, et de certains médicaments simples qui naissent ès Indes et e (...)

Depuis quelques années en çà, nous avons recouvert une plante qui, à bon droit, doit être mise au rang des herbes du soleil ; le vulgaire l’appelle truffe du Canada. Cette racine est si bonne à manger bouillie dans de l’eau avec du sel ou cuite sous la cendre, qu’il semble que l’on mange des cardes...17

18Par contre, « Le traité de la conservation de la santé » publié dans le livre de Philbert Guybert, intitulé L’apothicaire charitable fait état de sa mauvaise réputation (en Bourgogne, l’autre tubercule, la pomme de terre était censée transmettre la lèpre !) ;

  • 18 « Traité de la conservation de la santé », chap. II « Du manger » in Philbert Guybert, L’Apothicai (...)

On trouve icy une autre racine bulbeuse, que l’on nomme, à cause du pays d’où elle a esté premièrement apportée, toupinambous, qui en latin se doit appeler Chrysanthemum tuberosum Indicum de laquelle je fais pareil jugement que des trufes, vu qu’elle n’est en aucune façon meilleure, donnant des vertiges, douleurs de teste, altération, cruditez et vents à ceux qui en usent : à cause dequoy je suis d’avis que l’on laisse cette viande barbare à ceux qui sont si fols qu’ils n’aiment que celui qui est estranger et à qui on fait passer la mer pour leur faire trouver meilleur, puisque nous avons en France d’autres racines plus saines et plus agréables.18

19Au XVIIIe siècle, l’agronome De Combles traduit ainsi l’opinion de la bourgeoisie :

  • 19 Cf. Ecole du Potager, 1749, T. II, p. 573.

Voici le plus mauvais légume dans l’opinion générale ; cependant le peuple qui est la partie la plus nombreuse de l’humanité s’en nourrit, je dois par conséquent placer ce légume avec les autres. Les fruits (tubercules) sont de la grosseur d’un œuf ; cette plante est venue d’Amérique, du pays des Topinamboux d’où elle tire son nom.19

  • 20 Cf. Traité sur la culture et les usages des pommes de terre, de la patate et du topinambour, 1789.

20tandis que Parmentier essaie de réhabiliter topinambour et pomme de terre20. Nous avons donc finalement un légume canadien sous une peau brésilienne. Mais pourquoi avoir choisi le nom des Indiens Tupinambá ?

La vogue des Tupinambá

  • 21 Cf. Les Singularités de la France Antarctique, 1557
  • 22 Cf. Histoire d’un voyage fait en la terre du Brésil, 1578
  • 23 Cf. Wahrhaftige Historia, 1557. L’éditeur protestant Théodore de Bry publie dans la 3° partie de s (...)
  • 24 Il reprend dans ses Grands Voyages une partie des images de l’édition originale de Staden (gravées (...)

21De nombreux « missionnaires » ou voyageurs au XVIe siècle, ont décrit dans leurs ouvrages les mœurs des Indiens Tupinambá : André Thévet21, Jean de Léry22, puis Hans Staden23, etc. Ces sauvages, surtout par leur nudité, excitent l’imagination ; les éditions de l’œuvre de Léry se multiplient et la représentation iconographique fait son apparition avec Théodore de Bry24.

  • 25 Les voyageurs ont toujours ramené en guise de preuve, animaux, plantes, etc. et « sauvages ».
  • 26 Cf. L’étude de Jean Michel Massa « Le monde luso-brésilien dans la joyeuse entrée de Rouen » in Le (...)

22Par ailleurs, Rouen est le port qui commerce avec le Brésil. Des habitudes s’installent, le Brésil inspire. Les voyageurs ramènent souvent, avec eux, des Indiens25 (par exemple Paulmier de Gonneville, à son arrivée à Honfleur en 1505, est accompagné d’Essomericq, fils de cacique, etc.). Les habitants du Nouveau Monde éveillent la curiosité. Des fêtes brésiliennes sont données, fêtes à grand spectacle qui s’inscrivent dans la tradition des entrées royales dans les diverses villes du royaume. L’une des plus célèbres est l’entrée d’Henri II à Rouen, le 1er octobre 1550, suivie le lendemain de celle de son épouse Catherine de Médicis. Le cortège et le spectacle sont prodigieux. 50 Tupinambá (alliés des Français) accompagnés de 250 matelots déguisés26, dansent, défilent et miment les activités quotidiennes, simulent des combats, etc.

23Cette entrée est suivie d’autres, sans doute moins grandioses, par exemple celle de Charles IX à Bordeaux en 1565, où étrangers ou « sauvages » faisaient une harangue en leur langue devant le roi, etc.

  • 27 L’amiral de Rasilly partage avec La Ravardière, la charge de lieutenant pour sa Majesté. Il avait (...)
  • 28 Aucune aide ne sera donnée. En 1615, le mariage de Louis XIII avec l’infante d’Espagne est définit (...)
  • 29 Le fait n’est pas extraordinaire. Lors de son premier voyage, Colomb avait ramené quelques Indiens (...)
  • 30 Cf. Le Mercure François, 1613, p. 175 et repris par Cl. d’Abbeville, Histoire... p. 368 : « vêtus (...)
  • 31 Le lis symbolise l’abandon mystique à la grâce de Dieu et la blancheur de ses fleurs est synonyme (...)

24Cependant, l’événement qui sans aucun doute marque le mieux les esprits, est l’arrivée en 1613 du sieur de Rasilly27, accompagné du Père Capucin Claude d’Abbeville et flanqué de six Tupinambá originaires de l’île de Maragnon. Ils débarquent au Havre où ils sont reçus en véritables ambassadeurs, par des salves d’honneur. La foule les acclame dans les rues. Ces six Tupinambá, parmi les plus importants du Maragnon, venaient rendre hommage au Roi de France, lui offrir leurs services en sujets de la France Equinoxiale qu’ils étaient, et lui demander de l’aide28. A Rouen, ils sont présentés à la noblesse et déchaînent l’enthousiasme qui arrive à son paroxysme lorsqu’ils atteignent les portes de Paris le 12 avril. Une procession de plus de cent Pères Capucins les accueille. La foule des curieux est si pressante qu’il faut mettre les Tupinambá à l’abri dans le couvent des religieux et faire venir des gens d’armes pour en garder les entrées. Mais ce début de printemps est fatal pour trois de ces fils des tropiques qui meurent baptisés in extremis. Ce sont les trois « sauvages » nus représentés ci-dessus : Carapyra baptisé François ; Patoua, jeune cacique de 16 ans, appelé Jacques et Manen devenu Antoine. Les trois survivants sont baptisés en grande pompe le 24 juin 1613 en l’Eglise des Capucins du Faubourg Saint-Honoré devant toute la cour, le roi Louis XIII étant leur parrain et la Reine Marie de Médicis leur marraine29. Ce sont les trois autres Indiens revêtus de leur « robe » de baptême30 et tenant à la main, une branche de lys à trois fleurs31 : Itapoucou appelé Louis Marie, Ouaroyio baptisé Louis Henri et Iapouray devenu Louis de Saint Jean.

  • 32 Nos trois Tupinambá baptisés et mariés auraient regagné le Brésil début 1614. Le Portugais Diogo d (...)
  • 33 Cf. Histoire de la mission des pères capucins en l’isle de Maragnan et terres circonvoisins, intro (...)

25Les spectacles de danses, la recherche d’épouses32, etc., en un mot, l’histoire de ces six Tupinambá, est racontée par Claude d’Abbeville.33

  • 34 Cf. 15 avril 1613, 22 mai 1613, 23 juin 1613, 20 août 1613 et le 13 février 1614 Cf. Malherbe, Œuv (...)
  • 35 Ces lettres sont publiées pour la première fois en 1822.
  • 36 Excellent joueur de luth, il donna des leçons de cet instrument à Marie de Médicis et même à Riche (...)

26Le séjour des Tupinamba à Paris en 1613 eut donc un énorme retentissement. La correspondance de l’époque fourmille de détails les concernant. Malherbe, dans au moins cinq34 de ses lettres adressées au conseiller Nicolas-Claude Fabri de Peiresc35 y fait allusion. Il nous apprend, entre autres, qu’une sarabande a été composée par Gaultier36 sur la danse des Toupinamboux (20 août 1613) et rapporte les adieux au roi des trois Tupinamba survivants :

Ce même jour [7 février], les trois Tupinamboux, qui sont sur leur partement, vinrent prendre congé du Roi ; leur harengue fut : « Adieu,

  • 37 Op. cit. p. 615.

Sire ; je suis votre très humble serviteur. » Il y en eut un qui y ajouta, comme plus grand orateur : « Adieu, Sire Monsieur. » Ils en dirent de même à la Reine : « Adieu, Madame », etc. Le Roi leur a fait donner des croix d’or avec des fleurs de lis d’or aux quatre coins de la croix, et les fit, avec cela, chevaliers de l’ordre de Saint-Louis, mais ce fut sans autre formalité que le don qu’il leur fit desdites croix. (13 février 1614)37

  • 38 Dessinateur du XVIIe siècle, de l’école hollandaise. Cf. E. Bénézit, Dictionnaire des peintres, sc (...)
  • 39 Graveur de l’école flamande et éditeur travaillant à Anvers et à Paris. Il meurt vers 1636. Il s’i (...)
  • 40 Une autre gravure de P. Firens intitulée « Le baptesme de trois sauvages ou Tououpinambous, qui fu (...)

27Outre les musiciens, ces Tupinambá inspirent aussi les peintres et les graveurs. Le cabinet des Estampes de la Bibliothèque Nationale conserve deux planches dessinées par Joachim Duviert38 et gravées sur cuivre par Pierre Firens39, de « six Tupinamba venus en France pour être instruits dans la religion catholique ». La date de baptême indiquée sur le haut de la gravure, 17 juillet 1613, et l’église Saint Paul, posent un problème. Tous les documents rapportant les faits sont unanimes, les Tupinamba furent baptisés pour la Saint Jean-Baptiste, c’est à dire le 24 juin 1613 en l’église du couvent des Pères Capucins du Faubourg Saint-Honoré40.

28Ces dessins montrent les Tupinamba vêtus à l’européenne, portant fraise et pourpoint avec cependant coiffes de plumes et botoques (morceau d’os ou pierre dure inséré dans la lèvre inférieure) et agitant des maracás. Leur façon de danser et leurs instruments de musique intriguent. Dans une lettre du 1 5 avril 1613, Malherbe écrit :

  • 41 .Op. cit. p. 555-556.

Aujourd’hui le sieur de Razilly, qui depuis quelques jours est de retour de l’île de Maragnan, a fait voir à la Reine six Toupinamboux qu’il a amenés de ce pays-là. En passant par Rouen, il les fit habiller à la française ; car, selon la coutume du pays, ils vont tout nus, hormis quelque haillon noir qu’ils mettent devant leurs parties honteuses : les femmes ne portent du tout rien. Ils ont dansé une espèce de branle sans se tenir par les mains et sans bouger d’une place ; leurs violons étaient une courge comme celles dont les pélerins se servent pour boire, et dedans il y avait quelque chose comme des clous ou des épingles.41

  • 42 On ne sait qui en est l’auteur. Joachim Duviert entre 1600 et 1614 parcourt la France, la Lorraine (...)
  • 43 Ce château, appartenant au chevalier Claude de Verrières, seigneur d’Amanty, de Taillancourt et à (...)
  • 44 Cf. Notice historique et archéologique sur le château de Montbras, Paris, Alphonse Lemerre Ed., 18 (...)

29Le « branle » des Tupinamba, si différent, si exotique, a tellement impressionné que, même hors du royaume de France, l’on en retrouve des traces. C’est ainsi qu’une « Dance de Topinambouc », peinture à la détrempe, d’après le modèle de Duviert42, orne une fresque du chateau de Montbras43, en Lorraine, dans la vallée de la Meuse. Cette fresque occupe l’espace compris entre la porte et le plafond de la petite pièce dite « Cabinet de Claude » située dans la tour sud-est. Si l’on examine attentivement les portraits de Tupinamba, par rapport à la gravure précédente, on remarque qu’ils ont perdu leurs botoques mais cela au XXe siècle car ils ont été décrits par François de Chanteau44. On imagine donc le retentissement, à Paris, de ces événements. Soixante-dix ans plus tard, Boileau fait allusion aux « Topinamboux » sans note aucune, considérant que ces Indiens sont connus de tous. Il s’agit de son épigramme « sur ce qu’on avoit leu a l’Academie/Des vers contre Homere et contre Virgile ». En effet, le 27 janvier 1687, est lu à l’Académie, l’ouvrage de Charles Perrault, Le Siècle de Louis le Grand, et en réponse, voici les vers de Boileau :

  • 45 Epigramme XXXIX, Cf. Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « La Pléiade », 1966, p. 257. Boileau l’a (...)

Clio vint l’autre jour se plaindre au Dieu des vers,
qu’en certain lieu de l’Univers,
On traitait d’Auteurs froids, de Poètes steriles
les Homeres et les Virgiles.
Cela ne sçaurait estre ; on s’est moqué de vous,
Reprit Apollon en couroux :
Où peut-on avoir dit une telle infamie ?
Est-ce chés les Hurons, chés les Topinamboux ?
— C’est à Paris. — C’est donc dans l’Hospital des Fous.
Non, c’est au Louvre en pleine Académie.45

Sauvages du Maragnon (Bibliothèque Nationale M 88977).

Le Topinambour

  • 46 Dans son Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaire Le Robert, 1992, T. I (...)

30La présence des Tupinamba à Paris a donc particulièrement frappé les esprits et il ne fait pas de doute que c’est à cette époque46 que le nom « pomme de Canada » a été remplacé par celui de cette famille d’Indiens. Notre tubercule, venu du Nouveau Monde apparaissait comme la nourriture des Indiens et l’Indien dans l’imaginaire, ne pouvait être que Tupinamba. Marc Lescarbot, dans la troisième édition de son Histoire de la Nouvelle France, écrit :

Quand la nécessité de vivre est venue, Dieu a fait trouver des racines qui sont aujourd’hui les délices de plusieurs tables en France, lesquelles, ignoramment quelques-uns appellent à Paris Topinamboux, les autres, plus véritablement, Canada (car elles sont venues de là ici) et croy que ce sont les Afrodilles dont je parlerai ci-après au chapitre De la Terre.

31Puis au Livre VI, chap. XXIII, il ajoute :

  • 47 Cf. Histoire de la Nouvelle France,... 1617, respectivement p. 160 et 931. La première édition de (...)

Nous avons apporté quelques-unes de ces racines en France, lesquelles ont tellement multiplié, que tous les jardins en sont maintenant garnis. Mais je veux mal à ceux qui les font nommer Topinamboux aux crieurs de Paris. Les sauvages les appellent chiquebi, & s’engendrent volontiers près les chenes.47

  • 48 Savinien de Cyrano de Bergerac (1619-1655), publie cette comédie en cinq actes (qui semble ne pas (...)

32Ainsi, en ce début du XVIIe siècle (1617), « topinamboux » a-t-il trois significations. Il désigne d’abord le « sauvage » puis la personne peu civilisée, primitive, grossière et stupide et enfin le tubercule, nourriture du « sauvage ». Insensiblement, les « topinamboux » tubercules se transforment en « topinambours ». Savinien de Cyrano de Bergerac utilise ce terme dans une comédie en prose Le Pédant joué, publiée en 165448. En compagnie de Paquier, (cuistre du pédant Granger), Corbineli, fourbe et valet de Granger le jeune, essaie de persuader Granger (le pédant) que son fils est tombé aux mains des Turcs qui exigent une rançon pour lui laisser la vie sauve ; pour ce faire, il se lance dans une parodie de bataille navale sur la Seine et voici le passage qui suit :

  • 49 Théâtre du XVIIème siècle, Paris, Gallimard, « La Pléïade », 1986 [notes de Jacques Scherer et Jac (...)

Granger : Hé ! de par le cornet retors de Triton dieu marin, qui jamais ouït parler que la mer fût à Saint-Cloud, qu’il y eût des galères, des pirates, ni des écueils ?
Corbineli : C’est en cela que la chose est plus merveilleuse. Et quoique l’on ne les ait point vus en France que cela, que sait-on s’ils ne sont points venus de Constantinople jusqu’ici entre deux eaux ?
Paquier : En effet, monsieur, les Topinambours qui demeurent quatre ou cinq cent lieues au-delà du monde, vinrent bien autrefois à Paris, et l’autre jour encore les Polonais eurent bien l’impudence d’enlever la princesse Marie, en plein jour, à l’Hôtel de Nevers, sans que personne osât branler49

  • 50 J. Truchet rappelle en note que « le souvenir s’était conservé d’un spectacle de danses donné par (...)

33Cette dernière réplique de Paquier donne de précieuses indications. J. Truchet pense que la comédie a été écrite sans doute fin 1645 ou début 1646, ce qui est prouvé par l’allusion au mariage de la princesse Marie de Gonzague avec le roi de Pologne Ladislas VII. Ce mariage s’est réalisé le 6 novembre 1645. Quant à « topinambours »50, étant donné l’effet comique recherché, les valeurs sont inversées, c’est ici le légume – bien connu de tous – qui désigne le « sauvage ». On peut donc penser que le terme se généralise en ces années.

  • 51 On remarque, dans les noms vernaculaires, comme en France, l’assimilation entre « topinambour » et (...)
  • 52 Fr. G. Cassidy, Joan Houstan Hall associate Editor, 1996.
  • 53 Les appellations relevées à la fin du XIXème siècle par E. Rolland subsistent en tant que régional (...)

34De France, le topinambour passe aux Pays-Bas et en Allemagne et sans doute en Italie. Formes venues du français et appellations vernaculaires51 voisinent. En Allemagne, « topinambur » et « erdbirne » (Grand Dictionnaire franco-allemand, Larousse, 1989), en Italie, « topinambur » et « farfúgio bianco » (Grande Dizionario Garzanti, 1987). En Espagne, « tupinambo », « topinambo » et même « topinambur » (cf. Corominas) co-existent avec « aguaturma », « pataca », « patata de caña » et « cotufa » (Cf. Maria Moliner). Comme nous l’avons vu, en 1617 ce tubercule pénètre en Angleterre mais uniquement sous le nom de « Jerusalem artichoke ». Les Etats-Unis ne le connaissent que comme « ground artichoke », « groundnut », « indian potato », « pignut », « artichoke potato », « choke-tater » et « Jerusalem root » (Dict. of American Regional English52). Au Portugal ou même au Brésil (patrie des Tupinambá) où dans le sud du pays le topinambour est plante fourragère, c’est le nom « girassol-batateiro » (tournesol à tubercules) qui l’emporte sur « topinambo », « topinambor », « tupinambeiro » ou « tupinambor ». En France, topinambour a pratiquement éliminé toutes les autres appellations53, relégant certaines au rang de régionalisme.

35Voilà bien un témoignage de l’impact qu’eut la présence des Tupinamba à Paris. Si le sauvage brésilien est devenu sujet artistique, il a aussi laissé son empreinte dans le vocabulaire.

Notes

1 Cf. Histoire d’un voyage faict en la terre du Brésil, autrement dite Amerique,..., La Rochelle : Antoine Chuppin, 1578.

2 Le Trésor de la Langue Française indique les étapes suivantes : 1598 « toupinamboult », 1615 « topinambou » et 1645 « topinambour ». Littré donne 1658 pour « topinambour » alors que Lucien Guyot et Pierre Gibassier, [Les Noms des plantes, Paris : PUF, (Que sais-je), 1967, p. 84] signalent 1680.

3 La première édition du dictionnaire Morais est de 1789. Plus récemment, l’encyclopédie Quillet (1962), par exemple, reprend cette origine erronée.

4 Cf. Raymonde Litalien, Les explorateurs de l’Amérique du Nord : 1492-1795, Sillery (Québec), Ed. du Septentrion, 1993.

5 Cf. Samuel de Champlain, La France d’Amérique : voyages de S. de Champlain, 1604-1629, présentation de Jean Glénisson, Paris, Imprimerie Nationale, 1994, chap. V, p. 78.

6 Id. ibid. p. 84-85.

7 Cf. Histoire de la Nouvelle France, contenant les navigations, decouvertes et habitations faites par les françois és Indes Occidentales et Nouvelle France, par commission de nos Roys Tres-Chrestiens. Troisiesme Edition enrichie de plusieurs choses singulieres, outre la suite de l’Histoire, Paris, Adrian Perier, 1617. La première édition de cet ouvrage est de 1609 ; une seconde a été éditée en 1611 avec réimpression en 1612. Seule la troisième édition comporte ces remarques concernant notre plante.

8 Lescarbot, Op. cit, livre VI, chap. XXIII, p. 931.

9 Cf. Théâtre des plans et jardinages, 1615, p. 150. Il fait aussi grand éloge de ces « gros treufles au goust d’artichaux ». Claude Mollet a été le premier jardinier des rois Henri IV et Louis XIII (il est mort à Paris vers 1613). Son ouvrage est réimprimé en 1660 et 1676 sous le titre Théâtre du jardinage.

10 Il était alors le succédané des truffes, morilles et autres mets stimulants.

11 « cartoufle » est la transformation de l’italien tartufli, truffe.

12 Flore populaire ou histoire naturelle des plantes dans leurs rapports avec la linguistique et lefolklore, Paris, Maisonneuve et Larose, 1967. Les onze volumes de la première édition sont parus entre 1896 et 1914.

13 déformation de l’appellation flamande « grond-peer » (poire de terre).

14 E. Rolland (T. VII de l’ed. 1967) relève l’expression « tourner à bordon de Canada » pour « coiffer Sainte Catherine » - en effet, dit-il, un topinambour vieilli n’a plus qu’une longue tige inutile...

15 Cf. Nature & plantes, 1628, p. 175. Guy de la Brosse était le grand oncle de Fagon, médecin de Louis XIV. Il fut nommé premier intendant du jardin Royal de médecine ou des Plantes médicinales.

16 Découverte au Pérou, elle arrive en Espagne vers 1535, passe en Italie (Royaume de Naples), se répand en Allemagne, en Autriche, etc. grâce au tubercule que le gouverneur de Mons, Philippe de Sivry avait envoyé à Charles de Lécluse, alors intendant des jardins de l’empereur Maximilien à Vienne. Trois botanistes la décrivent déjà en cette fin de XVIe siècle. Mais il faut attendre Parmentier pour que dépassant la Lorraine, elle soit acceptée sur tout le territoire français.

17 Cf. Histoire des drogues, épiceries, et de certains médicaments simples qui naissent ès Indes et en Amérique, divisée en deux parties, Lyon, 1619. Il s’agit de la deuxième édition, la première étant de 1612. Dans ce livre, Antoine Colin traduit en français des parties du Traité des plantes exotiques de Charles de Lécluse.

18 « Traité de la conservation de la santé », chap. II « Du manger » in Philbert Guybert, L’Apothicaire charitable : Troyes, 1642, p. 141. Si l’on en croit Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne, Paris : A. Thoisnier Desplaces, 1843-1865, l’auteur de ce traité serait le médecin Guy Patin (professeur de médecine au Collège de France en 1654). C’est à partir de l’édition de 1632 que le traité figure dans le livre mais le nom Guy Patin n’apparaît nullement.

19 Cf. Ecole du Potager, 1749, T. II, p. 573.

20 Cf. Traité sur la culture et les usages des pommes de terre, de la patate et du topinambour, 1789.

21 Cf. Les Singularités de la France Antarctique, 1557

22 Cf. Histoire d’un voyage fait en la terre du Brésil, 1578

23 Cf. Wahrhaftige Historia, 1557. L’éditeur protestant Théodore de Bry publie dans la 3° partie de ses Grands Voyages, le récit de H. Staden en latin (Francfort, 1592).

24 Il reprend dans ses Grands Voyages une partie des images de l’édition originale de Staden (gravées sur bois) et les améliore par la technique de la gravure sur cuivre. Cf. Le Théâtre du Nouveau Monde : les « Grands Voyages » de Théodore de Bry, présenté par M. Bouyer et J.P. Duviols, Paris, Gallimard, 1992.

25 Les voyageurs ont toujours ramené en guise de preuve, animaux, plantes, etc. et « sauvages ».

26 Cf. L’étude de Jean Michel Massa « Le monde luso-brésilien dans la joyeuse entrée de Rouen » in Les fêtes à la Renaissance, Paris, CNRS, III, 1975.

27 L’amiral de Rasilly partage avec La Ravardière, la charge de lieutenant pour sa Majesté. Il avait demandé à Marie de Médicis de s’adresser au couvent des Capucins de Paris pour que quelques Pères se joignent à l’expédition afin de convertir les sauvages de la France Equinoxiale. Le 19 mars 1612, les Pères Yves d’Evreux, Claude d’Abbeville, Arsène de Paris et Ambroise d’Amiens s’embarquent à Cancale.

28 Aucune aide ne sera donnée. En 1615, le mariage de Louis XIII avec l’infante d’Espagne est définitivement arrêté, il n’est donc pas question de déplaire à l’Espagne. On retire aussi de la vente l’Histoire de Claude d’Abbeville ; le livre du Père Yves d’Evreux Voyage dans le Nord du Brésil fait dans les années 1613 et 1614 est lacéré chez l’éditeur. Rasilly réussit à en sauver un exemplaire qu’il offre au Roi. C’est Ferdinand Denis qui l’ayant retrouvé, le fera publier en 1864.

29 Le fait n’est pas extraordinaire. Lors de son premier voyage, Colomb avait ramené quelques Indiens qui eurent pour parrain et marraine les Rois Catholiques. Néanmoins, cela ne pouvait qu’augmenter la popularité des Tupinambá.

30 Cf. Le Mercure François, 1613, p. 175 et repris par Cl. d’Abbeville, Histoire... p. 368 : « vêtus de longues robes de taffetas blanc, ouvertes devant et derrière jusqu’à la ceinture, boutonnées pour avec plus de commodité leur appliquer la sainte huile. » Ils arborent une fraise et à la main, un chapeau de forme haute orné d’une plume (Ouaroyio a le sien posé sur le sol).

31 Le lis symbolise l’abandon mystique à la grâce de Dieu et la blancheur de ses fleurs est synonyme de pureté et d’innocence. Le nombre trois est le rappel de la Trinité. Cette fleur de lis traduit certainement aussi la soumission de ces Tupinambá à la Maison de France ; chacun porte le prénom de son parrain, Louis.

32 Nos trois Tupinambá baptisés et mariés auraient regagné le Brésil début 1614. Le Portugais Diogo de Campos Moreno qui était allé négocier la reddition du fort Saint Louis à la fin de cette même année, aurait vu deux Indiens vêtus à la française accompagnés de leurs épouses, « moças francesas brancas, vestidas de damas, com tais cotas, vestidos e adereços, que tudo era seda, guarnição e ouro ». Cf. Diogo de Campos Moreno, « Jornada do Maranhão » in Cândido Mendes, Memórias para a História do Extinto Estado do Maranhão, Rio, 1874, vol. II, p. 250 apud Afonso Arinos de Melo Franco, O Índio Brasileiro e a Revolução Francesa, [1a ed. 1937] Rio de Janeiro, Topbooks, 2000, p. 102. La Ravardière aurait expliqué qu’il s’agissait des Indiens emmenés à Paris par Rasilly ; le troisième était mort.

33 Cf. Histoire de la mission des pères capucins en l’isle de Maragnan et terres circonvoisins, introduction d’Alfred Métraux et Jacques Lafaye, Craz, Akademischee Druck, 1963. Cette édition reproduit le fac-similé de la Bibliothèque du Musée d’Ethnographie de Göteborg, édition de 1614. Le succès de ce livre fut si grand qu’il fallut refaire un tirage cette même année. Il faut dire qu’il était en quelque sorte attendu car l’année précédente (1613) un opuscule de Claude d’Abbeville, L’Arrivée des Pères Capucins en l’Inde Nouvelle appelée Maragnon, avait été publié à Lyon et à Paris.

34 Cf. 15 avril 1613, 22 mai 1613, 23 juin 1613, 20 août 1613 et le 13 février 1614 Cf. Malherbe, Œuvres, Paris, Gallimard, 1971.

35 Ces lettres sont publiées pour la première fois en 1822.

36 Excellent joueur de luth, il donna des leçons de cet instrument à Marie de Médicis et même à Richelieu.

37 Op. cit. p. 615.

38 Dessinateur du XVIIe siècle, de l’école hollandaise. Cf. E. Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Paris, Libr. Gründ, 1999.

39 Graveur de l’école flamande et éditeur travaillant à Anvers et à Paris. Il meurt vers 1636. Il s’installe à Paris au début du XVIIe siècle. Parmi ses gravures célèbres, un portrait de Louis XIII publié en 1610 et un portrait de Henri IV. (Cf. Bénézit)

40 Une autre gravure de P. Firens intitulée « Le baptesme de trois sauvages ou Tououpinambous, qui furent baptisez en l’église des Capuccins par monsieur l’Evesque de Paris & nommez par le Roy Louys Treziesme, le jour sainct Jean Baptiste 1613 », Extrait de l’Histoire de France, 1612-1614, 24 juin 1613, est aussi conservée à la B.N. (M 88 978). Le récit de Claude d’Abbeville, tout comme le Mercure François (1613) concordent. On peut lire dans ce dernier ouvrage ; « [...] pour baptiser les trois restants, l’Eglise des Capucins fut parée d’une riche tenture de tapisserie de soie or et argent contenant la vie de Saint Jean Baptiste, etc.. » (p. 174-175)
Quant à l’église Saint Paul, église de la maison professe des jésuites, elle fut edifiée de 1627 à 1641.

41 .Op. cit. p. 555-556.

42 On ne sait qui en est l’auteur. Joachim Duviert entre 1600 et 1614 parcourt la France, la Lorraine, etc. et dessine châteaux et couvents. Il aurait peut-être pu passer par Montbras.

43 Ce château, appartenant au chevalier Claude de Verrières, seigneur d’Amanty, de Taillancourt et à son épouse Louise des Salles, a été construit pendant les premières années de leur mariage (le mariage fut célébré le 3 mai 1596). Louise des Salles meurt en 1611 alors que les travaux ne sont pas terminés. Claude de Verrières épouse en secondes noces Julia della Valle, fille d’un seigneur du duché de Mantoue. Cette dernière occupe le château jusqu’en 1638 (Claude de Verrières meurt entre 1626 et 1638). Au fil du temps, l’édifice a considérablement souffert (guerres, transformations, etc.) En 1876, il est racheté par François de Chanteau, archiviste des Vosges. Une longue restauration est nécessaire. Le château est revendu après la mort de Madame de Chanteau, en 1918.

44 Cf. Notice historique et archéologique sur le château de Montbras, Paris, Alphonse Lemerre Ed., 1885, p. 78. F. de Chanteau conclut à « l’identité absolue » entre ces Tupinambá et une figure d’Indien reproduite dans le Magasin Pittoresque de 1850. Il s’agit d’un article de Ferdinand Denis, intitulé « Des ornements de la lèvre inférieure en usage chez quelques peuples de l’Amérique ». Au paragraphe « Botoques du Brésil » (p. 138-139 et 183-184), il reproduit le visage du premier de nos six Tupinambá de 1613, extrait d’une gravure du XVIIe siècle, dit-il, sans plus de détails.

45 Epigramme XXXIX, Cf. Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « La Pléiade », 1966, p. 257. Boileau l’a publiée en 1701 dans le recueil Œuvres diverses. Dans ce même volume, figure une autre épigramme [XLIV], composée celle-là vers 1688-1689 car le Tome II du Parallèle des Anciens et des Modernes de Charles Perrault y fait allusion en 1690 : [Sur l’Académie] « J’ay traité de Topinamboux/ Tous ces beaux Censeurs, je l’avouë,/ Qui de l’antiquité si follement jaloux/Aiment tout ce qu’on hait, blasment tout ce qu’on louë,/ Et l’Académie entre nous/Souffrant chés soi de si grands fous/Me semble un peu Topinambouë. » (Op. cit. p. 260).

46 Dans son Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaire Le Robert, 1992, T. II, Alain Rey écrit pourtant : « le nom qu’on lui a donné provient, soit d’une fausse localisation de son origine, soit d’une coïncidence entre la date de son introduction en France et de celle d’un groupe d’Indiens du Brésil figurant aux fêtes données à Rouen pour l’entrée du roi Henri II. » Ce mot ne figure pas dans le Dictionnaire de Jean Nicot (1606). Cela semble tout à fait normal puisque la date de parution coïncide avec l’arrivée du tubercule en Europe. Mais, curieusement, « topinambour » ne se trouve pas non plus dans le Dictionnaire de la Langue française du XVIème d’E. Huguet.

47 Cf. Histoire de la Nouvelle France,... 1617, respectivement p. 160 et 931. La première édition de cet ouvrage est de 1609 ; une seconde a été éditée en 1611 avec réimpression en 1612 mais ne comportant pas les extraits cités.

48 Savinien de Cyrano de Bergerac (1619-1655), publie cette comédie en cinq actes (qui semble ne pas avoir été jouée à l’époque) dans un volume Œuvres diverses. Il met en scène, à côté d’un pédant maniaque de rhétorique, des valets parasites, un paysan de théâtre s’exprimant en patois, etc. Il se livre à un véritable travail sur le langage.

49 Théâtre du XVIIème siècle, Paris, Gallimard, « La Pléïade », 1986 [notes de Jacques Scherer et Jacques Truchet], Acte II, scène IV, p. 787.

50 J. Truchet rappelle en note que « le souvenir s’était conservé d’un spectacle de danses donné par des « Topinambous » lors de l’entrée à Rouen de Henri II et de Catherine de Médicis en 1550 ». Op. cit. p. 1481. Ce souvenir nous paraît un peu lointain... c’est, à n’en pas douter, celui de 1613, des danses, etc. des six Tupinambá en plein Paris, qui s’est conservé.

51 On remarque, dans les noms vernaculaires, comme en France, l’assimilation entre « topinambour » et « pomme de terre ».

52 Fr. G. Cassidy, Joan Houstan Hall associate Editor, 1996.

53 Les appellations relevées à la fin du XIXème siècle par E. Rolland subsistent en tant que régionalismes ou ont carrément disparu.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/9558/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/9558/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Légende Sauvages du Maragnon (Bibliothèque Nationale M 88977).
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/9558/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 604k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540