Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vents du large

 | 
Jacqueline Penjon
, 
Anne-Marie Quint

1. Langue

Cabo Cortês ou Cabo Mesurado ? Cabo das Voltas ou Cabo da Volta ? Angra dos Vaqueiros ou Angra de São Brás ?

Quelques notes sur la toponymie afro-portugaise (XVe siècle)

José Da Silva Terra

Texte intégral

  • 1 « Toponymie afro-portugaise au XVe siècle », in La Fabrique des Mots. La Néologie Ibérique, dir. J (...)
  • 2 Ibidem, p. 131-132.
  • 3 Avelino Teixeira da Mota, Topónimos de origem portuguesa na costa ocidental de África. Desde o Cab (...)
  • 4 Abel Fontoura da Costa, Uma Carta Náutica Portuguesa, Anónima, de « Circa » 1471, Lisboa, Agência (...)
  • 5 Armando Cortesão et Avelino Teixeira da Mota, Édition de..., Portugalia Monumenta Cartographica, c (...)
  • 6 Damião Peres, Histôria dos Descobrimentos Portugueses... J’utilise la 2éme édition (« Actualizada  (...)
  • 7 Abel Fontoura da Costa, Às Portas da Índia em 1484, Lisboa, Edições Culturais da Marinha, 1990, re (...)

1Comme je l’ai dit ailleurs, l’inauguration à Lisbonne au mois de mars 1998 de la dernière exposition universelle du XXe siècle : Les Océans — un patrimoine pour le futur, m’a amené à réexaminer la toponymie afro-portugaise du temps des découvertes maritimes. La documentation réunie m’a permis une première rédaction d’un texte trop long que j’ai dû abréger pour qu’il puisse être inclus dans les Actes du Colloque sur La Néologie Ibérique (25 et 26 mai 1998), organisé à l’Université de Paris-Sorbonne1. Ce voyage à travers des chroniques, des cartes géographiques et des études diverses, m’a fait réfléchir sur certains points, à commencer par l’importance de la « língua franca » à base portugaise dans le monde du XVe au XVIIe siècle2. En ce qui concerne les découvertes portugaises jusqu’au Gabon actuel, j’avais un guide sûr, le regretté Avelino Teixeira da Mota, auteur de plusieurs études solides, dont le livre Topónimos de origem portuguesa na costa ocidental de África...3 m’a accompagné dans toutes mes recherches. Pour le parcours étudié par ce savant je déroulais devant moi une carte portugaise anonyme reproduite en 1940 par Abel Fontoura da Costa4. Pour prolonger l’itinéraire avec les voyages de Diogo Cão jusqu’à la Serra Parda, au nord de Walvis Bay, en Namibie, et celui de la flotte de Bartolomeu Dias jusqu’à son terme au Rio do Infante (The Great Fish River), sur la côte orientale de l’Afrique du Sud, fin mars ou début avril 1488, la consultation de l’édition monumentale d’Armando Cortesão et Avelino Teixeira da Mota, Portugalia Monumenta Cartographica5 devenait fondamentale. Des précisions indispensables sur certains points se trouvent aussi dans l’excellent manuel de Damião Peres, História dos Descobrimentos Portugueses6 et chez Abel Fontoura da Costa, Às Portas da Índia em 14847, en particulier pour les voyages de Diogo Cão et de Bartolomeu Dias sur lesquels nous ne disposons pas d’un ouvrage équivalent à celui de Teixeira da Mota.

2N’ayant pu développer, par manque d’espace, certaines réflexions sur quelques toponymes dans mon travail cité plus haut, je me propose de présenter ici quelques considérations sur un petit nombre d’entre eux. Je rappelle seulement que les motivations de la toponymie maritime, dans le cas présent, ont pu être assez diverses. J’ai établi, dans mon étude citée ci-dessus, sept groupes pour les toponymes dont l’origine proposée me semble en général, sauf quelques cas peu nombreux, acceptable : 1. Noms de navigateurs ; 2. Accidents géographiques ; 3. Mammifères. Oiseaux ; 4. Poissons. Fruits de mer ; 5. Végétaux ; 6. Moyens de transport, agrès de navires ; 7. Religion. Dans un huitième groupe : 8. Divers, j’ai inclus tous ceux dont l’identification soulève quelques problèmes. Des recherches postérieures réussiront certainement à en éclairer l’origine pour certains d’entre eux.

  • 8 Gomes Eanes da Zurara, Crónica de Guiné, introdução, novas anotaçôes e glossário de José de Bragan (...)
  • 9 Viagens de Luis de Cadamosto e de Pedro de Sintra, Lisboa, Academia Portuguesa da História, éditio (...)
  • 10 Viagens de Luis de Cadamosto e de Pedro de Sintra..., p. 50. Trad. française Ed. Chandeigne/Unesco (...)

3Ce classement me semble indiquer qu’il y a bien un lien entre le toponyme et l’expérience quotidienne du marin. Lors du colloque cité plus haut, on m’a demandé s’il y aurait eu une raison plus profonde pour que les marins portugais aient donné (en 1444) à un cap près de Dakar le nom de Cabo Verde, au-delà de la simple apparence du paysage. J’ai répondu affirmativement, en rappelant qu’ils avaient donné en 1441 le nom de Cabo Branco à un cap du Sahara occidental. Pendant quelques années ils avaient été en contact, au cours de leurs voyages, avec une terre aride et sablonneuse et, en allant plus au sud, ils avaient eu l’heureuse surprise de trouver des arbres, de la verdure et de l’eau. Ce fort contraste est bien établi par Cornes Eanes de Azurara dans sa Crónica de Guiné : « E correram tanto avante que passaram aquela terra e viram outra mui desassemelhada daquesta primeira, porque esta era areosa e maninha, desacompanhada de arvores, como cousa em que faleciam as aguas, e a outra viram acompanhada de muitas palmeiras e outras arvores verdes e formosas, e assim todolos campos da terra »8. Ce contraste est aussi mis en relief par le vénitien Cadamosto, dans ses Viagens : « ... el qual cauo vien chiamado biancho perche i portagalesi che prima el trova uete quello esser arenoso e biancho senza signal de herba ne de arbaro alguno... »9, et plus loin : « Questo cauo verde se chiama cauo verde perchè i primi chel troua que fono portagallesi forsi vno anno auanti chio fusse in quelle parte el troua tuto verde de albori grandi che continuamente stano verdi tuto el tempo delano e per questa rason li mise nome cauo verde cossi como e el cauo biancho quello de che nuj habiano parlato per auanti perche fu atrouato arenoso e biancho per quello lo chiamano cauo biancho... »10.

  • 11 Cf. Teixeira da Mota, Topónimos..., p. 305-309. Soligo, Atlas, c. 1486, enregistre, d’après Teixei (...)

4Ces exemples suffiront peut-être à comprendre les motivations d’un grand nombre de toponymes créés par les marins portugais, non seulement en Afrique, mais aussi en Amérique du Sud et sur quelques points ailleurs. Là où ils se trouvaient devant des civilisations avancées ils procédaient à des adaptations. On sait que les conditions de navigation étaient très dures et même dangereuses. Le ravitaillement n’était pas facile. On comprendra donc bien que lorsque les marins entraient dans le pot-au-noir, la zone des calmes équatoriaux, et qu’en touchant terre, harassés par tant de mois de navigation, parfois avec la nourriture et l’eau rationnées, ils découvraient une rivière où ils pouvaient cueillir à pleines mains des « camarões » (crevettes) et s’en régaler, on comprendra bien, disais-je, que cette rivière ait pu être appelée dès ce moment Rio dos Camarões. C’est ce que l’on peut lire sur la Carte portugaise dite de Cantino (1502). Ce nom a été longtemps en usage, bien que souvent déformé, et s’est étendu au XIXe siècle au territoire d’un pays entier, l’actuel Cameroun, en portugais Os Camarões. Le nom de la rivière a été changé en « Wuri » à une époque relativement récente, en revanche une montagne a reçu au XIXe siècle le nom de « Monte dos Camarões » (le mont Cameroun)11.

5Voilà pour ce qui concerne les motivations. Je vais maintenant examiner quelques cas où le nom me semble présenter encore quelques problèmes et pour lesquels je propose de nouvelles hypothèses d’explication.

61) CABO MESURADO actuellement « Cape Mesurado », dans l’actuel Libéria. Il est mentionné en 1468 par l’atlas géographique de Benincasa (cauo mesurado) ; par la carte portugaise de c. 1471 (cabo mesurado) ; par l’atlas de Soligo de c. 1486 (capo mexurado) ; par la carte nautique de Martellus de c. 1489 (c. mesurado) ; et par le planisphère portugais dit de Cantino, 1502 (c. mesurado).

  • 12 Cf. Le Grand Atlas de Géographie, Paris, édit. Encyclopædia Universalis, Paris, 1984, p. 148 ; Enc (...)
  • 13 Viagens de Luis de Cadamosto e de Pedro de Sintra (cité note 9), p. 78. Trad. française in Voyages (...)
  • 14 Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo de situ orbis (1505-1508), Lisboa, Sociedade de Geografia, 1975 (...)

7Ce cap a été découvert par Pedro de Sintra, aux environs de 1460. Cadamosto, in Viagens..., Lisboa, 1988, p. 78, se réfère à un cap plus au nord, Cabo do Monte, près de l’actuel Robertsport, découvert aussi par Pedro de Sintra, certainement vers la même date, et qui sur les cartes géographiques plus récentes apparaît sous le nom de « Grand-Cape Mount »12 Teixeira da Mota, Topónimos...,nos 211-217, p. 219-222, indique qu’à partir de « Cape Mount » se sont créées d’autres dénominations « Cape Mount River » (XVIIe et XIXe s.) et (au XIXe siècle) : « Cape Mount Bay », « Cape Mount Island », « False Cape Mount », « Little Cape Mount », « Half Cape Mount River ». Nous devons retenir aussi que l’une des unités administratives du Libéria a reçu par extension le nom de « Grand-Cape Mount ». Il s’agit donc à l’origine d’un mont élévé caractérisé aujourd’hui par l’adjectif « Grand ». Lisons Cadamosto, dans la partie faisant écho aux informations que lui aurait procurées un jeune marin de l’équipage de Pedro de Sintra : « ... ed oltra a questo fiume [deli fiumj] e oltra melia 24 pur per spiaze se atrouua vn cauo che se mete molto al mar sopra di questo cauo e si par vn monte e questo cauo se chiama Cauo del monte »13. Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo..., à son tour écrit : « ... e este cabo do Monte he rrazoadamente alto, e quando demora ao nordest e a quarta de lest faz no meo e ponta d’elle em cima hûa forcada, e he hum monte soo nesta Costa... ». Et il ajoute, à propos du cap Mesurado : « Item. Do cabo do Monte ao cabo Mesurado sam doze leguoas, e este cabo Mesurado faz de sy hum monte Redondo, e como homeem he tanto avante como elle, fas no meo hûa forcada, e pera hûa parte se aparta hûa mamoa e pera outra parte outra »14.

  • 15 Viagens de Luis de Cadamosto e de Pedro de Sintra..., p. 78.
  • 16 Ibidem, p. 177 (traduction en portugais).
  • 17 Cadamosto, Voyages..., Editions Chandeigne/Unesco, 1994, p. 140 et 200, note 4.

8Or, à propos de Cabo Mesurado, Cadamosto a commis au XVe siècle un contresens qui a été repris jusqu’à nos jours : « Item oltra aquesto cauo de monte dela spiaza andando auanti circha a milia 60 se atroua vno altro cauo pizolo e non alto el qual ancho mostra sopra de luij vn monteselo e a questo cauo ano messo nome el cauo cortesse... »15. « Cortesse » traduit ici « Mesurado ». Dans l’édition bilingue de l’Academia Portuguesa da Historia, Viagens de Luis de Cadamosto e de Pedro de Sintra, Lisboa, 1988, traduction de l’original italien par Joâo Franco Machado, avec une préface de l’historien Damião Peres, « cauo cortesse » est traduit par Cabo Cortês, c’est-à-dire « Cap Courtois » : « Item, para além deste Cabo do Monte, indo pela praia e para diante cerca de 60 milhas, encontra-se um outro pequeno cabo e não alto, que também apresenta em cima um montezinho ; e a este cabo puseram o nome de Cabo Cortês »16. C’est d’ailleurs cette dénomination de « cap courtois » que l’on trouve dans l’édition la plus récente en français : Voyages en Afrique Noire d’Alvise Ca’da Mosto (1455 & 1456). Relations traduites de l’italien & présentées par Frédérique Verrier, Paris, Editions Chandeigne/Unesco, 1994, p. 140 : « ... au-delà duquel [le cap de la Montagne] la plage continue pendant environ 60 milles ; on tombe alors sur un autre petit cap, peu élevé, sur lequel se dresse un monticule, qu’ils appelèrent cap Courtois ». Frédérique Verrier, il est vrai, identifie dans une note ce cap au cap Mesurado, mais sans aucun commentaire sur la dénomination du texte original17.

  • 18 Relation des Voyages à la côte occidentale d’Afrique d’Alvise de Ca’Da Mosto, 1455-1457, publiée p (...)
  • 19 Francisco Leite de Faria, Estudos Bibliográficos sobre Damião de Góis e a sua Época, Lisboa, 1977, (...)

9Une édition antérieure en français, Relation des Voyages à la côte occidentale d’Afrique d’Alvise de Ca’Da Mosto, 1455-1457, publiée en 1895 par M. Charles Schefer, maintient la même traduction « Cap Courtois », sans aucune note, alors que le texte traduit en comporte un certain nombre, certainement de la main de Schefer18. Celui-ci, dans l’introduction, fait l’historique des éditions et des traductions du texte du Vénitien et cite la traduction de la Relation en français, par Mathurin du Redouer, « licencié es loix », imprimé à Paris, « Cum priuilegio regis ». M. Charles Schefer a probablement suivi pour son édition le texte de cette traduction qui ne porte pas de date mais dont le privilège du roi est daté du 10 janvier 1516, « ano que podia ser 1517, se então se usasse em Paris o cômputo da Encarnação ou da Páscoa », d’après le Père Francisco Leite de Faria19.

  • 20 Antonio Alberto Banha de Andrade, Mundos Novos do Mundo. Panorama da difusão, pela Europa, de notí (...)

10« Caho Cortês », « Cap Courtois », cette dénomination ne me semble pas avoir éveillé la curiosité des chercheurs en ce qui concerne la signification de Cabo Mesurado. Avelino Teixeira da Mota, Topónimos..., p. 226, écrit : « Ignoramos a origem do nome ; possivelmente encontra-se em qualquer associação de ideias provocada pelo aspecto do cabo. » Il n’était pas loin de la vérité. En 1 972, Antonio Alberto Banha de Andrade, dans son Mundos Novos do Mundo, exprimait son étonnement devant l’étrangeté de ce nom : « ... mais além, com o cabo do Monte, e apos 60 milhas, um pequeno cabo a que deram o pitoresco (c’est moi qui souligne) nome de cabo Cortês »20.

  • 21 J’utilise un exemplaire personnel de la neuvième édition, Évora (1741 ?), dont la date n’est pas e (...)

11Nous avons ici une situation assez curieuse, car Cadamosto, qui certainement a eu l’occasion d’assister à Lisbonne à des gestes de courtoisie exprimés par de profondes révérences, des courbettes, c’est-à-dire des « mesuras », n’a pas compris dans le contexte le sens du mot « mesurado », qui pouvait, bien sûr, signifier « courtois », mais aussi « modéré », « circonspect », « modeste ». Jerónimo Cardoso, Dictionarium ex Lusitanico in Latinum Sermonem, Lisboa, 1562, traduit « mesura » par « genuflexio », « mesura fazer » par « genuflecto », mais « mesurado » par « modestus », c’est-à-dire modéré, mesuré, modique. On peut encore voir dans la Prosodia de Bento Pereira, s. u. « modestus » l’équivalence en portugais : « Cousa modesta, moderada, humilde, mesurada etc. »21.

  • 22 Cf. João Martins da Silva Marques, Descobrimentos Portugueses. Documentospara a sua História, Supl (...)

12Il est vrai que l’on pouvait penser à un patronyme du premier groupe provenant du nom d’un découvreur. José Pedro Machado, dans son Dicionário Onomástico Etimolôgico da Lingua Portuguesa, vol. II, 1984, p. 987, cite le toponyme « Horta do Mensurado » à Avis (Alentejo) et nous informe que « Em 1473 vivia « Gonçallo Mizurado ». D’autre part, une « Nau Mesurada », probablement dans le sens de « petite ou moyenne », appartenant à João Rodrigues de Sa apparaît dans un document de 1439 du supplément au vol. I de Descobrimentos... de João Martins da Silva Marques22. Mais aucun découvreur du nom de « Mesurado » n’est mentionné nulle part.

  • 23 Alexandre Magno de Castilho, Descripção e Roteiro da Costa Occidentalde Africa. Desde o Cabo de Es (...)

13La solution se trouve à mon avis sur la voie suggérée timidement ci-dessus par Teixeira da Mota : c’est bien dans « l’aspect » pas seulement du Cabo Mesurado, mais aussi du Cabo do Monte, ou plutôt dans la comparaison entre les deux, à laquelle le savant portugais semble ne pas avoir pensé, que nous obtenons l’explication des deux toponymes, en particulier du premier. En effet, Cadamosto et Duarte Pacheco Pereira établissent un contraste bien marqué entre un cap assez haut, le Cabo do Monte (Cadamosto : « e si par vn monte alto » ; Pereira : « « rrazoadamente alto ») et un cap plus bas, le Cabo Mesurado. À propos du premier, Duarte Pacheco Pereira précise davantage : « e he um monte soo nesta costa ». Quant au Cabo Mesurado, Cadamosto dit très clairement qu’il s’agit d’un « cauo pizolo e non alto » (un petit cap, peu élevé) et que sur lui on aperçoit « vn monteselo », (un monticule). Sans être aussi clair, Duarte Pacheco Pereira, après avoir indiqué auparavant (p. 102) : « Toda esta terra que vem do Rio das Palmas ao longuo da costa atee ho Rio das Galinhas, he muito baixa e de muito aruoredo... » (et le Cabo Mesurado y est situé), nous donne (voir ci-dessus) une description qui n’est pas en contradiction avec celle de Cadamosto. D’autre part, d’après Alexandre Magno de Castilho, Roteiro..., la distance entre les deux caps n’est pas très grande, « cousa de 40 milhas »23. Or, comme je l’ai dit plus haut, il semble bien que ces deux caps ont été découverts par le même navigateur, Pedro de Sintra, qui a dû être frappé (et avec lui le jeune collaborateur auquel se réfère Cadamosto) par leur différence. Il s’agit donc d’un cap pas très élevé, en fin de compte à l’altitude modérée, c’est-à-dire « mesurado ». Il faudra donc signaler dans de prochaines éditions, quelle que soit la langue, ce contresens vieux de presque cinq siècles et demi du navigateur vénitien.

  • 24 Ibidem, p. 267, 268 et 303. Voir aussi Teixeira da Mota, Topónimos..., p. 225-226.
  • 25 Cf. Le Grand Atlas de Géographie, Paris, 1984, p. 148 ; Encyclopœdia Universalis, Paris, vol. 10, (...)

14Nous avons vu plus haut que le Cabo do Monte a donné origine à d’autres toponymes dans cette région et, en particulier, à l’un des neuf districts administratifs du Libéria : Grand Cape Mount. Par ailleurs, le nom du Cabo Mesurado (« Cape Mesurado) a été conservé jusqu’à aujourd’hui. Dans la première moitié du XVIIIe siècle le nom s’est étendu à une rivière (« Rivière de Mesurade » et « Mesurado River ») et au milieu du XIXe siècle à une baie (« Baie de Mesurade » et « Mesurado Bay »)24. D’autre part, Le Grand Atlas de Géographie et l’Encyclopœdia Universalis nous permettent de constater que Monrovia, capitale du Libéria, a été construite près du Cabo Mesurado et qu’elle se situe dans une unité administrative, contiguë à celle de « Grand Cape Mount », appelée Montserrado, probablement une déformation de Mesurado25.

15Ces deux caps se trouvent dans une région que les Portugais ont appelée dès le XVe siècle Costa da Malagueta, en français Côte de la Malaguette ou de la Maniguette, c’est-à-dire de la « pimenta de rabo » (poivre à queue). S’y est développé un commerce intense de ce produit assez rustique, mais très apprécié en Europe avant le voyage de Vasco da Gama en Inde. Teixeira da Mota, Topónimos..., no 209, p. 217-218, tout en indiquant que le nom de la région de la Costa da Malagueta a été remplacé au XIXe siècle par celui de Libéria, nous informe que les cartes nautiques continuent aujourd’hui (c’est-à-dire en 1950) à désigner son littoral par le nom antérieur. On constate, en effet, que Le Grand Atlas de Géographie, Paris, Encyclopædia Universalis, 1984, p. 148, indique « Grain Coast » en face du Libéria. L’intensité du commerce de la maniguette a laissé sur cette côte de nombreux toponymes. Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo..., p. 104, explique, par exemple, l’origine de celui de Rio dos Cestos, encore en usage aujourd’hui : « ... este nome do Rio dos Cestos lhe foy posto por que os negros desta terra veem Resguatar aos navios malagueta, a qual aqui ha muito booa e em arrazoada quantidade, e esta trazem em huuns cestos, o que em toda ha outra costa honde há a dita malagueta, nam custumam trazer... ». Or Teixeira da Mota, Topónimos..., p. 229, 233-239, 242-246, nous informe que parmi vingt-sept formes altérées et distinctes de « Rio dos Cestos » qu’il a recensées, comme « Young Sesters », « Rock Sess », « Settra Kru », « Pickaninny Sesters », etc., quinze toponymes étaient encore en usage en 1950.

  • 26 João de Barros, Ásia de... Dos feitos que os Portugueses fizeram no descobrimento e conquista dos (...)

162) ANCRA DAS VOLTAS. Nous trouvons ce toponyme sur l’itinéraire du voyage de Bartolomeu Dias (1487-1488) qui y est arrivé entre le 23 et le 26 décembre 1487 avec une flottille de trois navires (deux caravelles et un bateau de ravitaillement)26. Elle aurait reçu aussi le nom de Golfo de São Cristóvão. Il s’agirait de l’actuelle Lüderitz Bay, en Namibie, encadrée au sud-ouest par le Cabo da Volta, l’actuelle Diaz Point, dénomination sans doute assez tardive.

  • 27 Cf. L [uís] de A [lbuquerque], « Volta, Cabo da », in Dicionário de História de Portugal, Dir. de (...)
  • 28 Cf. Alfredo Pinheiro Marques, Origem e Desenvolvimento da Cartografia Portuguesa na Época dos Desc (...)
  • 29 J’ai utilisé la reproduction de la carte de Martellus in Le Grand Atlas des Explorations, Paris, E (...)

17Ce toponyme pose encore quelques problèmes. Luís de Albuquerque affirme à propos du Cabo da Volta : « A sut do cabo regista a cartografia do século XVI uma baía do mesmo nome (angra das Voltas), mas este topónimo nâo deve estar relacionado com a mesma viagem [celle de Bartolomeu Dias] ; de facto, o planisfério dito de Cantino (1502), o planisfério anónimo do Museu Militar de Munique (cerca de 1506) e uma carta de Francisco Rodrigues (cerca de 1513) (vid. Portugaliae Monumenta Cartographica, vol. I, ests. 2, 6 e 34-XI) já registam o cabo, mas nâo a angra »27. Il aurait fallu ajouter à la liste la carte de Henricus Martellus Germanus (c. 1489), le premier cartographe à avoir enregistré le voyage de Bartolomeu Dias. Il est vrai que, comme l’a rappelé Alfredo Pinheiro Marques, « este [mapa] tem um erro que não se encontra nos modelos portugueses que conhecemos. Mais ainda do que nas cartas de Soligo, as coordenadas estão muito incorrectas : nele o continente africano encontra-se indevidamente prolongado cerca de seis graus para sul e deslocado cerca de vinte para leste »28. Malgré cela et bien que Teixeira da Mota, Topónimos..., p. 31, la qualifie de « muito tosca », ce qu’elle est en vérité, il me semble que cette carte apporte d’autres éléments intéressants au dossier. En effet, même s’il est difficile de situer avec rigueur quelques-unes de ses dénominations, je constate qu’elle a enregistré un cauo de volta et, un peu plus au sud, une uolta da angres.29

  • 30 Voir Abel Fontoura da Costa, Às Portas da Índia em 1484, p. 32 et 36.
  • 31 Cf. W. G. L. Randles, L’ancien royaume du Congo des origines à la fin du XIXe siècle, Paris/La Hay (...)
  • 32 Alexandre Magno de Castilho, Roteiro..., p. 280, 289 et 290.
  • 33 João de Barros, Op. cit., p. 86, ne se réfère pas au navire de ravitaillement, lorsqu’il est quest (...)
  • 34 Il y a en effet d’autres exemples : Barros, Op. cit., p. 67, écrit : « Neste tempo se descobrio ta (...)
  • 35 Bartolomeu Dias a fait dresser trois « padrões » en Afrique australe, mais, comme l’a signalé Pere (...)

18D’après Abel Fontoura da Costa, dans son étude Às Portas da Índia em 1484, l’Angra das Voltas aurait reçu aussi le nom de Angra Pequena : « Golfo ou Angra das Voltas (depois Angra Pequena, agora Luderitz bay) » et il renvoie encore à la dénomination de Golfo de S. Cristóvão, quelques pages plus loin30. Mais, si tel est le cas, le nom de Angra Pequena doit être un peu tardif. J’ai repéré cette dénomination au XIXe siècle sur une carte de J. Arrowsmith, Londres, 1834, réimprimée par W. G. L. Randles en 196831, et elle réapparaît en 1860 chez Alexandre Magno de Castilho, qui dans son Roteiro…, l’associe au nom de Angra dos Ilhéus, probablement tardive elle aussi32. Mais s’agit-il de la même baie ? Pour Angra dos Ilhéus, il faudra se rappeler que Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo.., p. 140, dit que l’Angra das Voltas « tem dentro alguns ilheos de pedra ». Il faudrait examiner ces deux points plus à fond. En tout cas, l’épithète de « Pequena » ne convient pas, à première vue, aux dimensions d’un golfe où, d’après Duarte Pacheco Pereira (voir plus loin), pourrait jeter l’ancre à la fois une centaine de navires. Il semble donc que Bartolomeu Dias ait fait escale dans cette Angra das Voltas où il aurait laissé le navire de ravitaillement33 avant de poursuivre la route qui allait lui permettre d’ouvrir les « Portes de l’Inde » en doublant le cap de Bonne Espérance, sans d’ailleurs l’apercevoir, et en naviguant encore quelques milles le long de la côte orientale de l’actuelle Afrique du Sud. Il venait ainsi de démontrer qu’il y avait un passage de l’Océan Altantique vers l’Océan Indien, contrairement à la tradition ptoléméenne. Au retour il entra à nouveau dans l’Angra das Voltas, où il aurait laissé au départ, comme il a été dit plus haut, le navire de ravitaillement. Ce fut vers la Saint-Christophe, le 24 juillet 1488. De là peut-être cet enregistrement sur le planisphère dit de Cantino (1502) : G. de Samxpovall, c’est-à-dire Golfo de São Cristóval (pour Cristóvão), le x de l’abréviation xpo = Cristo ayant été séparé et accolé à Sam = São. On peut donc penser que, comme il est arrivé parfois dans d’autres cas, on ait hésité sur le nom à donner à la baie34. Il y dressa alors sur la pointe ouest de celle-ci son troisième et dernier « padrão », nommé Padrão de Santiago, la fête de Saint Jacques tombant le 25 juillet35. On a donné à cette pointe, à une date que l’on peut croire assez tardive, le nom de Diaz Point, qui apparaît encore aujourd’hui sur les cartes géographiques.

  • 36 João de Barros, op. cit., p. 88.
  • 37 Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo de situ orbis (1505-1508), p. 140.

19Sur l’Angra das Voltas nous disposons d’un témoignage sérieux, celui du navigateur et cosmographe Duarte Pacheco Pereira, lequel, à en croire João de Barros, se trouvant gravement malade à l’île du « Príncipe », a été pris à bord par Bartolomeu Dias, vers la fin de l’été 1488, lors de son retour à Lisbonne36. En effet, le célèbre auteur de l’Esmeraldo de Situ Orbis, rédigé probablement entre 1505 et 1508, nous donne des éléments très intéressants et éclairants sur l’Angra en question : « Item. Alem da dita serra [une petite hauteur sur des terres basses] quinze leguoas he hachada ha fermosa angra das Voltas, a qual tem hûa grande boca ha parte do noroest ; e corre-se esta costa norte e sul ; mas quem partir da serra e fezer o caminho do sul, yrá muito em terra, e se for de noyte, deue fazer o caminho da quarta do suduest ; e esta angra das Voltas entra por dentro pella terra hûa grande leguoa e mea, honde podem ancorar cem navios nas dez e doze braças, seguras de todo o tempo ; e esta angra tera em largura hûa leguoa ou mais, e asy tem dentro alguns ilheos de pedra, e aqui há muita pescapesca-ria ; a qual angra descobrio Bertholameu Diaz por mandado d’elRey D. Jhoam que Deos tem ; e ella se aparta do circolo da equinocial contra ho pollo antartico em ladeza vinte e nove graaos e vinte minutos ; e esta terra he calua e sem arvoredo nenhum »37. Nous sommes ici sur la côte de la terre aride de la Namibie. Malgré cela, la baie avait un aspect agréable (« fermosa angra »). On ne sait pas s’il y avait de l’eau potable, mais il y avait « muita pescaria », ce qui n’était pas négligeable pour le ravitaillement de la flotte. On constate, d’autre part, que Duarte Pacheco Pereira attribue sans hésitation la découverte de la baie à Bartolomeu Dias.

  • 38 João de Barros, Op. cit., p. 86.
  • 39 Damião Peres, Descobrimentos..., p. 298. L’étude de Ravenstein, « The voyages of Diogo Câo and Bar (...)
  • 40 Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo..., p. 96 : « E muitos cuydam que este nome de serra Lyoa lhe fo (...)

20En 1553, João de Barros nous informe que les marins « Punham também os nomes aos cabos angras e mostras da terra que descobriam, ou por razam do dia que aly chegauam, ou por qualquer outra causa, como [a] angra a que ora chamamos das voltas, que por as muytas em que entam aly andaram lhe deram este nome Angra das voltas : onde se Bartholomeu Diaz teue cinquo dias com tempos que lhe nam leixauam fazer caminho... »38. C’est en se basant sur ce texte que Ravenstein, cité par Damião Peres39, soutenait que l’affirmation de Barros était inacceptable, car les étapes suivantes le contredisaient. Donc, concluait-il, le nom de Angra das Voltas avait certainement été donné à la baie lors d’un autre voyage que celui de Bartolomeu Dias. Nous avons vu que Luís de Albuquerque ne pensait pas autrement. Les arguments de départ de Ravenstein sont exacts. Bartolomeu Dias étant arrivé le 23 décembre 1487 au Golfe de Santa Vitória (l’actuelle Hotentot Bay) et se trouvant déjà le 26 du même mois au Golfe de Santo Estêvão (l’actuelle Elizabeth Bay) n’aurait pu, comme le prétend Barros, passer cinq jours à caracoler dans l’Angra das Voltas, qui se situe entre les deux. Mais, justement, c’est l’affirmation de Barros qui me semble devoir être mise en question, non seulement sur le nombre de jours passés dans cette baie, mais aussi sur l’explication de l’origine de son nom. Sur le découvreur, l’information de Duarte Pacheco Pereira, navigateur lui-même à la même époque, très proche des événements et connaissant probablement Bartolomeu Dias et d’autres navigateurs (il dit, par exemple, que Pedro de Sintra le découvreur de « Serra Leoa » lui avait expliqué personnellement l’origine de sa dénomination40), me semble parfaitement crédible. Si l’on restreint la durée du séjour, ce qui me semble inévitable, on n’aura pas besoin de suivre Ravenstein dans l’attribution de la découverte de Angra das Voltas à un autre voyage.

  • 41 Voir Damião Peres, História dos Descobrimentos Portugueses..., p. 210-211 : « Carta dos ventos e c (...)
  • 42 Voir dans l’Encyclopœdia Universalis, Paris, 1984, s. u. « Ghana », le schéma de la vallée de la V (...)

21Mais encore, quel serait le vrai sens de Angra das Voltas ? C’est bien ce pluriel qui pose problème. On connaît la « Volta dos Açores », une technique de navigation en fonction de l’orientation des courants maritimes et des vents. Nous savons qu’avec le développement de la caravelle, vers 1441, on pouvait revenir au Portugal de la région des Canaries ou de Madère en louvoyant afin d’éviter les courants et les alizés du Nord-Est, suivant une ligne courbe éloignée de la côte. C’était la « Volta do Noroeste » ou « Volta dos Açores ». Or à mesure que les navigateurs portugais avancent et s’engagent dans le Golfe de Guinée, l’amplitude de la courbe en haute mer devient plus importante. À partir de l’arrivée des marins portugais à Mina, au Ghana, en 1471, le retour en Europe débute par une descente vers le Sud afin de pouvoir contourner le fort courant dans le sens ouest-est : c’est la « volta pelo largo », dite « Volta da Guiné », puis « Volta da Mina »41. Précisément en 1471, João de Santarém et Pedro Escobar sont arrivés dans la région de Mina et ce sont eux probablement qui ont découvert le Rio da Volta (actuellement Volta River), l’axe principal du réseau hydrographique du Ghana, dont le nom (Volta) a été donné par extension à un lac et à une région administrative, les trois encore en usage aujourd’hui42. Or à propos de Rio da VoltaTeixeira da Mota, Topónimos..., p. 280, écrit : « É natural que o seu nome [celui de Volta] venha do facto de ter marcado o limite da expediçao de descobrimento, que al teria iniciado o regresso à Europa ». « Volta » peut signifier en portugais « retour » et « courbure ». Nous pourrions donc imaginer que le nom de Angra das Voltas aurait pu marquer aussi le début du retour au Portugal à partir de cette baie en direction du golfe de Guinée du découvreur du Cap de Bonne Espérance, tout en sachant que les conditions de navigation dans cette région en direction du nord sont relativement favorables.

22J’ai dit plus haut que c’est bien ce pluriel Angra das Voltas qui pose problème. Et cela d’autant plus que, j’insiste, on peut lire sur la carte de Martellus (c. 1489) : cauo de uolta, au singulier, et, un peu plus loin : uolta da angres. Le premier toponyme (cauo de uolta pour cabo da volta) rappelle aussitôt le Rio da Volta. Pour le second (uolta da angres), on peut supposer une inversion : angres da volta, avec « e » à la place de « a » et où le « s » continuerait à nous embarrasser. Il serait apparemment plus logique d’avoir un singulier : Angra da Volta, à côté d’un autre singulier, celui-ci attesté : Cabo da Volta. Le parallélisme avec Rio da Volta, au Ghana, serait parfait.

  • 43 Alfredo Pinheiro Marques, Op. cit., p. 104-105, écrit : « Segundo Jaime Cortesão, corroborado tamb (...)

23Martellus, le cartographe allemand au nom latinisé, travaillait à l’époque en Italie (à Florence ou à Rome). Nous ignorons par quels moyens il a obtenu les éléments, certainement d’origine portugaise, pour la réalisation de sa carte. Celle-ci ne présente pas la rigueur des cartes portugaises. Outre les noms déformés, il faut se rappeler que les coordonnées sont incorrectes, comme il a été dit plus haut. Manœuvre de désinformation de la Cour de Lisbonne pour cacher les nouvelles découvertes ou bien insuffisance des données reçues ?43

  • 44 João de Barros, Op. cit., p. 87-88.
  • 45 Roteiro da Primeira Viagem de Vasco da Gama [Attribué à Álvaro Velho]. Apresentação e Notas de Nev (...)

24Nous avons vu ci-dessus que Bartolomeu Dias, lors du voyage de retour a fait escale dans l’Angra das Voltas. Barros, sans se référer au nom du toponyme, écrit : « Bartholomeu Diaz depois que notou delle [du cap de Bonne Espérance] o que conuinha à nauegaçam, & assentou hum padrant chamado sam Felipe, porque o tempo lhe nam deu lugar a sair em terra : tornou a seguir sua Costa em busca da nao dos mantimentos, á qual chegaram auendo noue meses justos que della eram partidos. E de noue homeens que aly ficaram eram viuos tres somente, hum dos quaes a que chamauam Fernam Colaço natural do Lumiar termo de Lixbõa que era escriuam, assy pasmou de prazer em ver os companheiros que morreo logo, andando bem fraco de jnfermidade. E a razam que deram dos mortos, foy fiarense dos negros da terra com quem vieram ter communicaçam : os quaes sobre cobiça dalgûas cousas que resgatauam os mataram. Tomados muytos mãtimentos que acharã, & posto fogo a naueta que já estaua bem com esta (pour « comesta » = « comida ») do busano, por nam auer quem a podesse marear, vieram ter a jlha do principe »44. Ces détails ne semblent pas avoir été inventés. Quant au navire de ravitaillement, remarquable innovation, il convient de rappeler que la flotte de Vasco de Gama en comportera un aussi qui a été brûlé à l’aller, entre le 25 novembre et le 7 décembre 1497, dans la baie de São Bras, sur la côte orientale de l’Afrique du Sud45.

  • 46 Damião Peres, Descobrimentos..., p. 312-313.

25Damião Peres, à propos des résultats du voyage de Bartolomeu Dias, affirme que celui-ci, outre le fait d’avoir découvert le passage du Sud-Est, son grand titre de gloire, a aussi établi que dans l’Atlantique austral il y avait des vents qui portaient à penser à une symétrie éolienne des hémisphères : « Com efeito, dit-il, se os já conhecidos ventos constantes de Sueste do hemisfério austral correspondiam aos alisados de Nordeste do boreal, os de Oeste, que ele encontrara ao sul do termo da África e que à ida lhe tinham permitido dobrar, pelo largo, o Cabo da Boa Esperança, faziam pensar nos correspondentes ventos, também de Oeste, das latitudes açoreanas »46. Ainsi, conclut-il, la route par le large (« pelo golfão ») sur l’Atlantique, suivie ensuite par les bâtiments voiliers navigant de l’Europe vers l’Orient sur cet Océan, n’a été en fin de compte que le résultat du perfectionnement de ce premier constat pragmatique du grand navigateur portugais.

  • 47 Voir chez Damião Peres, op. cit., p. 302, le schéma du parcours probable de la flotte de Bartolome (...)

26En conclusion, la situation de l’Angra das Voltas dans cet environnement me semble reprendre un tout autre sens que celui de la série de « voltas » avancé par João de Barros, que ce soit à l’intérieur de la baie, autour des « ilheos de pedra » qui y existaient, ou dans les environs. On aurait pu penser à d’autres « voltas » par le large, celles concernant le virage des deux caravelles de Bartolomeu Dias vers le sud-ouest, ensuite vers le sud et le sud-est, pour contourner les alizés et les courants, et finalement, faute d’apercevoir pendant bien des jours la terre sur les eaux déjà très froides près du parallèle 45° L. S., vers le nord-est, tout droit sur l’Angra de São Bras. Mais il semble bien que cette manœuvre audacieuse, sinon géniale, a commencé plus bas, en vue de la Serra dos Reis47.

  • 48 Pour les vents et les courants maritimes, voir ci-dessus la note 41.

27Pour les raisons indiquées ci-dessus, l’Angra das Voltas (ou da Volta ?) a bien été découverte entre le 23 et le 26 décembre 1487 par Bartolomeu Dias. Au contraire de ce qu’a écrit João de Barros, la flotte n’y est pas restée cinq jours. La carte de Martellus rend inopérante l’attribution par Ravenstein de la création de ce toponyme à un voyage ultérieur. Dans cette mer australe, la navigation est assez difficile et parfois dangereuse. Bartolomeu Dias ayant décidé d’avancer vers le sud repartit donc, laissant dans la baie le navire de ravitaillement. Mais plus avant, comme nous venons de voir, il lui fallut contourner les alizés du sud-est, les courants et les vents d’ouest48. On pourrait dire qu’il venait d’inventer une sorte de Vol ta do Cabo ou Volta do Cabo da Boa Esperança, afin de doubler par le large l’extrême sud du continent africain. Au retour, vers le cap de Bonne Espérance, il trouvera devant lui ces mêmes vents et courants. Ayant dépassé ce cap, il filera, les alizés en poupe, vers l Angra das Voltas, une escale agréable pour les navires de retour. C’est de là que repart Bartolomeu Dias pour l’Europe, en se positionnant, dans un premier temps, sous les vents d’ouest-nord-est et dans le courants de l’ouest. Après, comme Vasco da Gama en 1499, le vent en poupe et le courant de Benguela le pousseront vers le nord.

28Quelques points ont donc été éclairés. Par ailleurs, l’existence sur la carte de Martellus du toponyme cauo de uolta nous porte à le rapprocher de son voisin uolta da angres et à associer ces deux-là à celui de Rio da Volta, au Ghana. « Volta » : retour ou départ et courbure par le large dans les trois cas ? Voilà une hypothèse qui, même si elle me semble viable, demande toutefois une recherche plus poussée.

  • 49 João de Barros, Op. cit., p. 86. Fontoura da Costa, Às Portas da Índia..., p. 32, reprend Barros : (...)

293) ANGRA DOS VAQUEIROS OU ANGRA DE SÃO BRÁS ? C’est, comme il a été dit plus haut, dans une « volta » par le large (« na volta do mar ») à partir de la Serra dos Reis, plus exactement sur la rive nord du Rio dos Elefantes (Olifants River), que Bartolomeu Dias a doublé sans le voir le Cabo da Boa Esperança (Cape of Good Hope). Les navigateurs portugais se trouvaient enfin, après tant d’années d’efforts, « aux portes de l’Inde », sur la côte orientale de l’actuelle Afrique du Sud. Ils touchaient de nouveau terre dans une baie à laquelle fut donné, d’après Barros (1553), le nom de Angra dos Vaqueiros (l’actuelle Mossel Bay) : « ... carregaram sobre o rumo do norte com que vieram ter a hûa angra a que chamarã dos Vaqueiros, por as muytas vacas que viram andar na terra guardadas por seus pastores »49.

  • 50 Damião Peres, Descobrimentos..., p. 298-299, note 1.
  • 51 João de Barros, Op. cit., p. 129 (texte mis en italique par moi-même).

30C’est la version traditionnelle, reprise encore en 1962 par Damião Peres, mais elle ne semble pas correspondre à la réalité, bien qu’Empoli ait dit dans la relation de son voyage en Inde, à propos de son passage dans la baie (1503), que la « Baía dos Vaqueiros » était aussi nommée Angra de São Brás50. Il est vrai que João de Barros admet un changement postérieur de nom lorsqu’il dit à propos de l’arrivée de la flotte de Vasco da Gama dans cette baie le 25 novembre 1497, fête de Sainte Catherine : « ... e dia de Sãcta Caterina chegarã onde se ora chama aguada de Sã Brás... »51. Mon propos cependant est de démontrer que le nom donné dès le début à la baie a bien été celui de Angra de São Brás.

  • 52 Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo de situ orbis..., p. 146-147.

31Les deux caravelles de Bartolomeu Dias sont certainement arrivées dans cette baie le 3 février 1488, jour de la fête de São Bras (la Saint Biaise) et Angra ou Golfo de São Brás est bien le nom qui lui fut donné. Il apparaît dans le planisphère dit de Cantino (1502) : G. de Sam bras. Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo... (1505-1508), écrit : « Tres leguoas adiante do cabo das Vacas se faz hûa grande enseada que teera quatro ou sinco leguoas em Roda, que se chama angra de Sam Bras... » Il situe ensuite la baie par rapport au cap de Bonne Espérance et ajoute : « & esta angra de Sam Bras se aparta em ladeza (en latitude) do circolo da equinocial contra o pollo antartico trinta e sinco graaos e vinte minutos ». L’écart n’est pas grand par rapport aux chiffres actuels. Après la description de la baie, il continue : « aquy pode tomar a jente das nossas naaos auguoa e lenha e vacas e carneiros e cabras que lhe os negros venderam (= venderão) por bacias de latam e campainhas e pano vermelho... », tout en mettant en garde les marins contre la félonie des habitants. Pas très loin de là on trouve « muita pescaria »52. L’Angra de São Brás est mentionnée six fois dans les courts chapitres 8 et 9 du troisième livre de l’Esmeraldo.

  • 53 João de Barros, Op. cit., p. 122, 126. Cf. aussi le Roteiro da Primeira Viagem de Vasco da Gama... (...)
  • 54 Roteiro da Primeira Viagem..., p. 25-26 ; Voyages..., Edit. Chandeigne, p. 95 ; Castanheda, Histór (...)
  • 55 Roteiro da Primeira Viagem..., p. 25 ; Ed. Chandeigne, p. 95 ; Castanheda, Op. cit., p. 13. Barros (...)
  • 56 Castanheda, Op. cit., p. 9.
  • 57 Cf. Roteiro da Primeira Viagem de Vasco da Gama..., p. 91 (autres références à l’Angra de São Brás (...)
  • 58 Voir João Martins da Silva Marques, Descobrimentos Portugueses. Documentospara a sua historia publ (...)

32Bartolomeu Dias a dû décrire à Vasco da Gama la situation très favorable de cette baie avant le départ pour son voyage en Inde (1497-1499). D’après Barros, il avait même été chargé par le roi D. Manuel de veiller sur la construction des navires pour le grand voyage, mettant à profit son expérience dans la mer australe et il a d’ailleurs accompagné la flotte de Gama jusqu’à la hauteur des îles du Cap-Vert comme capitaine d’un navire en route pour la Mina53. Le Roteiro du voyage de Vasco da Gama, attribué à Álvaro Velho, nous porte à penser qu’on connaissait à bord bien des détails du voyage du découvreur du Cap de Bonne-Espérance. Il souligne en effet avec un certain étonnement le contraste entre le comportement méfiant et assez agressif des autochtones de l’Angra de São Bras envers la flotte de Dias et l’attitude paisible des mêmes envers celle de Gama, au moins dans un premier temps54. Quoi qu’il en soit, l’Angra de São Brás a été une étape importante dans ce premier voyage en Inde. La flotte y est arrivée le 25 novembre 1497 et y est restée 13 jours. C’est là d’ailleurs que le navire de ravitaillement a été détruit, après avoir transféré les approvisionnements sur les autres55. Fernão Lopes de Castanheda ajoute quelques détails en ce qui concerne ce navire : « E por quanto nos nauios da armada nao podiao ir mãtimentos que abastassem à gente dela ate tres annos, cõprou el Rey hûa nao a hum Ayres correa de Lisboa que era de duzentos toneis, pera que fosse carregada de mãtimentos ate a agoada de sam Bras, & ali se despejaria & a queymariâo »56. Pendant le voyage de retour la flotte y a fait de nouveau escale le 3 mars 1499 : « Aos 3 dias do mês de Março, chegámos à angra de São Brás, onde tomâmos muita achoa e lobos-marinhos e « sotelicairos », dos quais fizemos salga, para o mar ; e aos 12 do dito mês nos partimos. Sendo além da aguada dez ou doze leguas, ventou o ponente de guisa que nos fez tornar a pousar em a dita angra »57. Vasco da Gama, à son tour, dans ses conseils à Pedro Alvares Cabrai (avant le 8 mars 1500) pour le voyage qu’il allait entreprendre lui recommande de faire de l’Aguada de São Brás un point de rendez-vous pour tout navire qui se serait égaré58.

  • 59 Cf. Le Grand Atlas de Géographie, Paris, Encyclopaedia Universalis, 1984, p. 156.
  • 60 Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo..., p. 145-146.
  • 61 Voir Le Grand Atlas de Géographie..., p. 156.
  • 62 In Miscelânea Luso-Africana. Colectânea de Estudos Coligido por Marius F. Valkhoff, Lisboa, Junta (...)

33Il y a donc tout lieu de penser que le nom de l’Angra de São Brás (avec les variantes Aguada de São Brás et Golfo de São Brás, actuellement Mossel Bay) a été initialement donné à cette baie lors de l’arrivée de Bartolomeu Dias dans ces parages. De cette dénomination il reste encore un vestige, le Cape Saint Blaize, à la pointe ouest de Mossel Bay59. Il est vrai que sur la carte de Martellus (c. 1489) apparaît un Rio delle uache, c’est-à-dire Rio das Vacas, aujourd’hui Guorits River ; et que Duarte Pacheco Pereira enregistre un Cabo das Vacas : « Alem da ponta do Infante vinte leguoas parece hum cabo que se chama ho cabo das Vacas, e este nome lhe poseram por o muito guado vacuum que aly viram »60. Cette dénomination survit encore aujourd’hui sous la forme Cape Vaca ; Kaap Vacca, en afrikaans61. D’après Peter Edmund Raper, dans son étude un peu décevante « Portuguese place names in South Africa », 1975, p. 270, il aurait existé aussi une Angra das Vacas : « There is no doubt, however, that the name is derived from vaca, cow, referring to the herds of cattle baai which were seen there ». Et il ajoute que le nom portugais a été changé en 1601 en Vleys Baye par Paulus van Caerden et qu’à présent « the bay bears the Afrikaans name Vleesbaai »62. En effet Le Grand Atlas de Géographie, Paris, 1984, p. 156, enregistre, en afrikaans, la baie de Vleesbaai, à l’ouest de sa voisine Mossel Bay. C’est à se demander si tout cet environnement bovin n’a pas suscité ce toponyme sporadique : Angra dos Vaqueiros.

  • 63 Luís de Matos, L’expansion portugaise dans la littérature latine de la Renaissance, Lisboa, Fundaç (...)
  • 64 Barrros, Op. cit., p. 87 : « Ao qual [cabo] Bartholomeu Diaz & os de sua companhia per causa dos p (...)

34En guise de conclusion. — Revisiter ce foisonnement toponymique n’est pas tâche facile. Mais c’est assez stimulant, puisque cela oblige à un parcours précautionneux parmi des sources nombreuses et diverses et à procéder à des mises au point comparatives. Il faut aussi de l’imagination, contrôlée a posteriori, pour se faire une idée des motivations qui sont à l’origine de tant de toponymes que les marins portugais ont semés partout. C’est aussi une sorte de défi, dont on sort parfois déçu, qu’il faut affronter avec persistance et lucidité. En ce qui concerne le XVe siècle, qui fut dans ce domaine une période d’une étonnante créativité, il faut exploiter à fond les textes et autres documents de l’époque ou assez proches des événements. Et pour des temps plus récents il faudra tenir compte des modifications qui ont eu lieu dans la toponymie des anciennes colonies européennes après l’indépendance. Pour ce qui est des historiens de la seconde moitié du XVIe siècle (Castanheda, Barros, Góis, etc.), il conviendra d’analyser en priorité leur concept de l’historiographie et le climat social et idéologique qui transparaît dans leurs écrits. Luis de Matos a bien démontré que dès les premières années du XVIe siècle il y avait un « crescendo » dans le développement d’un sentiment épique chez les gens lettrés au Portugal63 dont la publication des Lusiades en 1572 sera d’une certaine façon le couronnement. Mais Camões s’y plaignait (X, 145) d’une « austera, apagada & vil tristeza », qui d’ailleurs assombrissait déjà le pays depuis un certain nombre d’années. Et une certaine mythification des exploits du passé était à l’œuvre comme une sorte de compensation morale. Ravenstein, cité par Damião Peres, a bien vu que l’attribution par Barros à D. João II de la transformation du nom de Cabo Tormentoso soi-disant donné par Bartolomeu Dias en Cabo da Boa Esperança relevait de cette coloration légendaire. En fait, c’est bien Bartolomeu Dias l’auteur de ce dernier nom64. Il faut donc réexaminer avec prudence les précieuses informations que ces auteurs et d’autres nous ont laissées sur les exploits des marins portugais de par le monde pour mieux éclairer une telle floraison de toponymes.

Notes

1 « Toponymie afro-portugaise au XVe siècle », in La Fabrique des Mots. La Néologie Ibérique, dir. J.-C. Chevalier et M.-F. Delport, (Actes du Colloque de l’Université Paris-Sorbonne-Paris IV, 25-26 mai 1998), Iberica-Essais, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2000, p. 131-157.

2 Ibidem, p. 131-132.

3 Avelino Teixeira da Mota, Topónimos de origem portuguesa na costa ocidental de África. Desde o Cabo Bojador ao Cabo de Santa Caterina, Bissau, 1950. Je garde un souvenir ineffaçable de ce grand savant, si ouvert et si généreux envers les jeunes chercheurs. Je lui rends une fois encore hommage.

4 Abel Fontoura da Costa, Uma Carta Náutica Portuguesa, Anónima, de « Circa » 1471, Lisboa, Agência Geral das Colónias, 1940.

5 Armando Cortesão et Avelino Teixeira da Mota, Édition de..., Portugalia Monumenta Cartographica, cinq vols. + 1 vol. d’index, Lisboa 1960. Réimpression en 1988, avec six nouvelles cartes.

6 Damião Peres, Histôria dos Descobrimentos Portugueses... J’utilise la 2éme édition (« Actualizada »), Coimbra, Edition de l’auteur, 1960.

7 Abel Fontoura da Costa, Às Portas da Índia em 1484, Lisboa, Edições Culturais da Marinha, 1990, reproduction de l’édition de Lisboa, Imprensa da Armada, 1935.

8 Gomes Eanes da Zurara, Crónica de Guiné, introdução, novas anotaçôes e glossário de José de Bragança, Porto, Livraria Civilizaçâo, 1973, chap. XXX, p. 142.

9 Viagens de Luis de Cadamosto e de Pedro de Sintra, Lisboa, Academia Portuguesa da História, édition bilingue (italien-portugais), trad. en portugais par Joâo Franco Machado, préface de Damião Peres, 1988, p. 15-16 et 101. Trad. en français : Voyages en Afrique Noire d’Alvise Ca’da Mosto (1455 & 1456). Relations traduites de l’italien & présentées par Frédérique Verrier, Paris, Editions Chandeigne/Unesco, 1994, p. 46 : « ... cap Blanc, ainsi dénommé parce que les Portugais le trouvèrent blanc, sableux, sans un brin d’herbe, ni pousse d’arbre... » Voir encore P. de Cenival et Th. Monod, Description de la Côte d’Afrique de Ceuta du Sénégal par Valentim Fernandes (1506-1507), édition bilingue (portugais-français), Paris, 1938, p. 29 et 31 : « Do cabo de Canty pella costa até o cabo Branco nom ha pouoraçam. Terra arenosa, branca e seca e terra baixa toda sem parecer hûa parte mais alta que outra, sem aruores nem heruas. E hy çarram as montanhas a Barberia de Tunez e d’estes Barbaros. E chamam estes montes Sahara ».

10 Viagens de Luis de Cadamosto e de Pedro de Sintra..., p. 50. Trad. française Ed. Chandeigne/Unesco, 1994, p. 93 : « Le cap Vert porte ce nom, parce que les Portugais qui le découvrirent, environ un an avant que je n’arrive dans ces eaux, le trouvèrent couvert d’arbres très grands qui restent verts toute l’année. C’est pourquoi ils lui donnèrent ce nom, de même que le cap Blanc, dont nous avons parlé précédemment, tient son nom de ce qu’ils le trouvèrent blanc et sablonneux. ». Cf. aussi Th. Monod, A. Teixeira da Mota et R. Mauny, Description de la Côte occidentale d’Afrique (Sénégal au Cap de Monte, Archipels par Valentim Fernandes (1506-1510), Bissau, 1951, p. 24 : « Este Cabo Verde se chama assi porque quãdo o acharõ vyrõ verde e assi o acharõ yverno e verâo sempre verde yberno como y verâo (sic) e cheo de arvores que todo o año nõ perdem folha ». En note no 50, Monod et Mauny affirment que les arbres pendant la saison sèche y perdent leurs feuilles mais ils soulignent toutefois que « ce qui dut frapper les navigateurs est le fait que là se termine le rivage sablonneux et désertique et commence un pays très différent, tout de même plus boisé ».

11 Cf. Teixeira da Mota, Topónimos..., p. 305-309. Soligo, Atlas, c. 1486, enregistre, d’après Teixeira da Mota, Op. cit., p. 309, la lexie « peschero de gemaro » (« pêcherie de crevettes »), au nord des « Montes Camarões ». Le planisphère dit de Cantino (c. 1502) indique : Rio dos Camarões. Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo de situ orbis (1505-1508), Lisboa, Sociedade de Geografia, 1975 (reproduction en fac-similé de l’éd. critique de 1905), II, 10, p. 126 : « Adiante d’esta serra de Fernam do Poo duas leguoas ao nordest esta um rio que se chama dos Camarôes e aqui há muita pescaria... ».

12 Cf. Le Grand Atlas de Géographie, Paris, édit. Encyclopædia Universalis, Paris, 1984, p. 148 ; Encyclopœdia Universalis, Paris, vol. 10, 1984, s. u. « Libéria ».

13 Viagens de Luis de Cadamosto e de Pedro de Sintra (cité note 9), p. 78. Trad. française in Voyages..., Editions Chandeigne/Unesco, 1994, p. 140 : « Après ce fleuve (« le fleuve des Fumées »), on découvre à 24 milles, un cap très avancé dans la mer avec une Montagne élevée qu’ils virent de loin ; aussi l’appelèrent-ils cap de la Montagne... ».

14 Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo de situ orbis (1505-1508), Lisboa, Sociedade de Geografia, 1975 (reproduction en fac-similé de l’éd. critique de 1905), II, 2, p. 103. Ici et par la suite je transcris la forme ancienne « hûa » avec un accent circonflexe au lieu d’un tilde, celui n’existant pas sur l’ordinateur que j’utilise.

15 Viagens de Luis de Cadamosto e de Pedro de Sintra..., p. 78.

16 Ibidem, p. 177 (traduction en portugais).

17 Cadamosto, Voyages..., Editions Chandeigne/Unesco, 1994, p. 140 et 200, note 4.

18 Relation des Voyages à la côte occidentale d’Afrique d’Alvise de Ca’Da Mosto, 1455-1457, publiée par M. Charles Schefer, Membre de l’Institut, Paris, Ernest Leroux, Editeur, 1895, reprise en facsimilé en 1974 par Kraus Reprint, Nendeln, Liechtenstein, p. 192.

19 Francisco Leite de Faria, Estudos Bibliográficos sobre Damião de Góis e a sua Época, Lisboa, 1977, n. 274, p. 332.

20 Antonio Alberto Banha de Andrade, Mundos Novos do Mundo. Panorama da difusão, pela Europa, de notícias dos Descobrimentos Geogrdfrcos Portugueses, Lisboa, Junta de Investigações do Ultramar, 1972 (2 vols., 1037 p.), p. 91.

21 J’utilise un exemplaire personnel de la neuvième édition, Évora (1741 ?), dont la date n’est pas entièrement lisible.

22 Cf. João Martins da Silva Marques, Descobrimentos Portugueses. Documentospara a sua História, Supl. ao vol. I, (1057-1460), Lisboa, Instituto de Alta Cultura, 1944, p. 578, doc. de 1439.

23 Alexandre Magno de Castilho, Descripção e Roteiro da Costa Occidentalde Africa. Desde o Cabo de Espartel até o das Agulhas, Lisboa, T. I, 1866, p. 265.

24 Ibidem, p. 267, 268 et 303. Voir aussi Teixeira da Mota, Topónimos..., p. 225-226.

25 Cf. Le Grand Atlas de Géographie, Paris, 1984, p. 148 ; Encyclopœdia Universalis, Paris, vol. 10, 1984, s. u. « Libéria ».

26 João de Barros, Ásia de... Dos feitos que os Portugueses fizeram no descobrimento e conquista dos mares e terras do Oriente, Primeira Década, éd. de Antonio Baiâo, Coimbra, Imprensa da Universidade, 1932, p. 85 ; Damiâo Peres, Descobrimentos..., p. 291-293, 298 ; Abel Fontoura da Costa, As Portas da India em 1484, p. 32 et 36. Pierre Chaunu, L’Expansion Européenne du XIIIe au XVe siècle, Paris, Coll. « Nouvelle Clio », Presses Universitaires de France, 1969, p. 158, souligne la nouveauté du navire de ravitaillement dans la flotte de Bartolomeu Dias : « Il dispose de trois navires : deux caravelles de 50 tonneaux chacune, le S. Cristóvão et le S. Pantaleão, et surtout, notez l’innovation due à la distance ajoutée, un navire affecté à une navette de ravitaillement ». En ce qui concerne le nom S. Cristóvão de l’un des navires, indûment attribué à l’une des deux caravelles, puisqu’il s’agissait d’une « nau », voir Peres, Op. cit., p. 291-292.

27 Cf. L [uís] de A [lbuquerque], « Volta, Cabo da », in Dicionário de História de Portugal, Dir. de Joel Serrâo, Porto, Livraria Figueirinhas, vol. VI, 1984, p. 341. En ce qui concerne le planisphère dit de Cantino, je constate que le « Cabo da Volta » n’y figure pas.

28 Cf. Alfredo Pinheiro Marques, Origem e Desenvolvimento da Cartografia Portuguesa na Época dos Descobrimentos, Lisboa, Imprensa Nacional/Casa da Moeda, 1987, p. 104.

29 J’ai utilisé la reproduction de la carte de Martellus in Le Grand Atlas des Explorations, Paris, Encyclopaedia Universalis, 1991, p. 80-81.

30 Voir Abel Fontoura da Costa, Às Portas da Índia em 1484, p. 32 et 36.

31 Cf. W. G. L. Randles, L’ancien royaume du Congo des origines à la fin du XIXe siècle, Paris/La Haye, Mouton & Co, 1968, carte en annexe.

32 Alexandre Magno de Castilho, Roteiro..., p. 280, 289 et 290.

33 João de Barros, Op. cit., p. 86, ne se réfère pas au navire de ravitaillement, lorsqu’il est question de l’Angra das Voltas. Comme nous le verrons plus loin, il s’y réfère, par contre p. 85 et p. 87-88 à propos du voyage de retour, mais sans nommer cette Angra.

34 Il y a en effet d’autres exemples : Barros, Op. cit., p. 67, écrit : « Neste tempo se descobrio tambem a jlha fermosa per hû Fernam do Pó, a qual tem ora o nome do seu descobridor & perdeo o que lhe elle entam pos ». Sur la carte de Soligo (1486) le nom enregistré est celui de Ilha Fremosa. Le nom Ilha de Fernão do Pó, qui lui a succédé, a été conservé jusqu’en 1968, date de l’indépendance de la Guinée Equatoriale, ayant été alors à son tour remplacé par celui de Bioko. Un autre exemple : il semble bien, d’après Damião Peres, Descobrimentos…, p. 266, que c’est Diogo Cão qui a découvert l’île de Ano Bom le premier janvier 1484, lors de son retour à Lisbonne, et qu’elle a reçu initialement le nom du découvreur, c’est-à-dire Ilha de Diogo Cão, remplacé ensuite par celui qui correspond à la date de sa découverte, c’est-à-dire Ano Bom. Duarte Leite, História dos Descobrimentos. Colectânea de esparsos. Organização, notas e estudo final de V. Magalhães Godinho, Lisboa, Edições Cosmos, vol. I, 1958, p. II, 247, note 1, semble le confirmer en indiquant la désignation : « ilha d. d.° cam » sur la carte de Kunstmann III. Ce qu’il dit dans la même note sur les découvreurs est mis en doute, à juste titre, par Peres, Op. cit., p. 210.

35 Bartolomeu Dias a fait dresser trois « padrões » en Afrique australe, mais, comme l’a signalé Peres, Op. cit., p. 304, par ordre chronologique inverse à celui de son voyage. Le « padrão de São Gregorio » (le premier) a été dressé sur l’actuelle False Island, près du terme de l’expédition, sur la côte orientale de l’Afrique du Sud ; le « padrão de São Filipe », peut-être (d’après Peres, p. 311) un mât surmonté du drapeau des « quinas », près du cap de Bonne Espérance ; le « padrão de Santiago », le troisième et dernier, sur l’actuelle Diaz Point.

36 João de Barros, op. cit., p. 88.

37 Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo de situ orbis (1505-1508), p. 140.

38 João de Barros, Op. cit., p. 86.

39 Damião Peres, Descobrimentos..., p. 298. L’étude de Ravenstein, « The voyages of Diogo Câo and Bartholomeu Dias » a été publiée in The GeographicalJournal, vol. XVI (1900), p. 644-655.

40 Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo..., p. 96 : « E muitos cuydam que este nome de serra Lyoa lhe foy posto por aqui hauer lyoêes, e isto he falso, porque Pero de Sintra [...] por ver hûa terra tam aspera e braua, lhe pos nome Lyoa, e nam por outra causa, e isto se nam deue duuidar, porque he verdade, por que elle m’o disse assim ».

41 Voir Damião Peres, História dos Descobrimentos Portugueses..., p. 210-211 : « Carta dos ventos e correntes marítimas no Atlântico » ; p. 237 : « A Volta da Mina ». On peut voir encore l’Encyclopaedia Universalis, s. u. « Atlantique (Océan) » ; et Frédéric Mauro, Le Portugal, le Brésil et l’Atlantique au XVIIe siècle (1570-1670), Paris, Fondation Calouste Gulbenkian/Centre Culturel Portugais, 1983, Première Partie. « L’Océan et ses contraintes », I. « Les Routes », p. 11-30. Sur les techniques de navigation dans l’Atlantique, voir Luís de Albuquerque, Curso de História Náutica, Coimbra, Livraria Almedina, 1972.

42 Voir dans l’Encyclopœdia Universalis, Paris, 1984, s. u. « Ghana », le schéma de la vallée de la Volta (c. 1600 km). Il est intéressant de remarquer que le mot portugais se retrouvait jusqu’en 1984 dans le nom de l’ex-colonie française la Haute-Volta, aujourd’hui Burkina Faso.

43 Alfredo Pinheiro Marques, Op. cit., p. 104-105, écrit : « Segundo Jaime Cortesão, corroborado também por Armando Cortesâo, tratar-se-ia de ecos, chegando a Italia, de uma « contra-informaçâo » e política de sigilo que D. Joao II movimentaria a partir de Lisboa, tentando fazer crer que a rota de África era muito maior do que é na realidade ». Donc des données delibérément déformées auraient été fournies à Martellus. Nous sommes à nouveau ici devant la question du fameux « sigilo » (le secret) qui aurait été pratiqué à la Cour de Lisbonne en ce qui concerne les découvertes, thèse avancée par Jaime Cortesão. Comme il arrive aujourd’hui avec des entreprises industrielles devant la concurrence mondiale, il est bien possible que la Cour portugaise, surtout avec Jean II, ait pensé à occulter certaines découvertes. Mais alors on peut dire, du moins en ce qui concerne la cartographie, que ses « Services Secrets » étaient une vraie passoire : nous connaissons aujourd’hui un bon nombre de cartes nautiques portugaises par les copies faites (heureusement !) à l’étranger, les originaux ayant disparu. Pourquoi ne pas admettre que Martellus ait pu recevoir des données insuffisantes ou qu’il ait eu des difficultés à fixer sur une carte des informations relativement récentes ? Malgré ses déformations, il reste que la carte de Martellus est encore aujourd’hui un document fondamental pour l’étude du voyage de Bartolomeu Dias. Sur le « sigilo », il convient de lire les pages que lui a consacrées Duarte Leite, História dos Descobrimentos..., vol. I, 1958, p. 411-449.

44 João de Barros, Op. cit., p. 87-88.

45 Roteiro da Primeira Viagem de Vasco da Gama [Attribué à Álvaro Velho]. Apresentação e Notas de Neves Aguas, Lisboa, Publicações Europa-América, 1987, p. 25 ; et João de Barros, op. cit., p. 129. Sur ce premier voyage de Vasco da Gama (et aussi sur le second), voir Voyages de Vasco de Gama. Relations des expéditions de 1497-1499 & 1502-1503, traduites et annotées par Paul Teyssier et Paul Valentin & présentées par Jean Aubin, Paris, Editions Chandeigne, 1995. Pour le navire de ravitaillement, cf. p. 95.

46 Damião Peres, Descobrimentos..., p. 312-313.

47 Voir chez Damião Peres, op. cit., p. 302, le schéma du parcours probable de la flotte de Bartolomeu Dias en haute mer.

48 Pour les vents et les courants maritimes, voir ci-dessus la note 41.

49 João de Barros, Op. cit., p. 86. Fontoura da Costa, Às Portas da Índia..., p. 32, reprend Barros : « A Angra ou Golfo dos Vaqueiros, também chamado de S. Braz [...] agora Mossel bay ».

50 Damião Peres, Descobrimentos..., p. 298-299, note 1.

51 João de Barros, Op. cit., p. 129 (texte mis en italique par moi-même).

52 Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo de situ orbis..., p. 146-147.

53 João de Barros, Op. cit., p. 122, 126. Cf. aussi le Roteiro da Primeira Viagem de Vasco da Gama..., p. 20 ; Voyages de Vasco de Gama..., Ed. Chandeigne, p. 86 ; Fernão Lopes de Castanheda, História do Descobrimento & Conquista da India pelos Portugueses por..., Livro I (1551) e II, 3a edição conforme a ediçâo princeps, revista e anotada por Pedro de Azevedo, Coimbra, Imprensa da Universidade, 1924, p. 9-10. La traduction de P. Teyssier, in Voyages..., p. 86 : « ... et Bartolomeu Dias, lequel nous accompagnait jusqu’à la Mine » doit être remplacée par « ... lequel nous accompagnait en route pour la Mine », car c’est dans les eaux de l’archipel du Cap-Vert que Bartolomeu Dias s’est séparé de la flotte, celle-ci prenant le large. Cf. Castanheda, Op. cit., p. 10 : « ... se partio Vasco da gama [de l’île de Santiago] despedindose primeyro dele Bertolameu diaz : que dali se foy caminho da mina » ; Barros, Op. cit., p. 126 : « Depois da partida da qual jlha [de Santiago] Bartholomeu diaz os acompanhou té se por no caminho da derrota pera a mina, Vasco da Gãma na sua ».

54 Roteiro da Primeira Viagem..., p. 25-26 ; Voyages..., Edit. Chandeigne, p. 95 ; Castanheda, História do Descobrimento e Conquista da Índia..., p. 12-13 ; Barros, Op. cit., p. 129.

55 Roteiro da Primeira Viagem..., p. 25 ; Ed. Chandeigne, p. 95 ; Castanheda, Op. cit., p. 13. Barros, Op. cit., p. 129, indique qu’étant donné les difficultés survenues dans les relations entre les indigènes et les marins portugais, la flotte s’est déplacée à deux reprises et que c’est un peu plus loin de l’Angra de São Brás qu’on a déchargé et brûlé le navire de ravitaillement. Le Roteiro... ne se réfère à aucun déplacement.

56 Castanheda, Op. cit., p. 9.

57 Cf. Roteiro da Primeira Viagem de Vasco da Gama..., p. 91 (autres références à l’Angra de São Brás : p. 28 et 29) ; Voyages de Vasco da Gama..., Ed. Chandeigne, p. 167 (autres références à l’Angra de São Brás : p. 98-99) ; Castanheda, Op. cit., p. 68 ; Barros, Op. cit., p. 163. Il faut corriger dans Roteiro..., p. 91, la note 333 : « Ponente de feição », un contresens évident. La lexie ancienne « de guisa que » signifie tout simplement « de maneira que ». Le « ponente de guisa », car telle semble être l’interprétaion de l’éditeur du texte, n’a jamais existé. Il s’agissait, d’ailleurs, d’un vent violent.

58 Voir João Martins da Silva Marques, Descobrimentos Portugueses. Documentospara a sua historia publicados e prefaciados por..., Lisboa, Ediçâo do Instituto de Alta Cultura, 1971, vol. III (1461-1500), p. 570-572 : « Parecer de Vasco da Gama sobre o regimento que deveria observar Pedro Alvares Cabrai na sua viagem », s/d, (antérieur au 8 mars 1500). Référence à l’agoada de sam bras, p. 571-572. Voir aussi Damião Peres, Descobrimentos..., p. 444-448.

59 Cf. Le Grand Atlas de Géographie, Paris, Encyclopaedia Universalis, 1984, p. 156.

60 Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo..., p. 145-146.

61 Voir Le Grand Atlas de Géographie..., p. 156.

62 In Miscelânea Luso-Africana. Colectânea de Estudos Coligido por Marius F. Valkhoff, Lisboa, Junta de Investigações do Ultramar, 197, p. 270. Ce que Raper dit, p. 273, sur la « Baía de São Brás » doit être corrigé.

63 Luís de Matos, L’expansion portugaise dans la littérature latine de la Renaissance, Lisboa, Fundação Calouste Gulbenkian, 1991. (En particulier, l’Introduction).

64 Barrros, Op. cit., p. 87 : « Ao qual [cabo] Bartholomeu Diaz & os de sua companhia per causa dos perigos & tormentas que em o dobrar delle passaram, lhe poseram nome Tormentoso : mas el rey dom Joam vindo elles ao reyno lhe deu outro nome mais jllustre, chamando-lhe Cabo de boa esperança, pola que elle prometia deste descobrimento da Jndia tam esperada & per tantos annos requerida ». Or Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo..., p. 142, attribue clairement la création de cette dénomination à Bartolomeu Dias et nous avons vu plus haut qu’il le connaissait personnellement puisqu’il a accompagné le grand navigateur vers la fin 1488 entre l’île du Principe et Lisbonne. Cette attribution est par ailleurs confirmée par une note colombienne en latin sur un exemplaire de l’Imago Mundo du cardinal Pierre d’Ailly, reproduite en fac-similé dans le vol. 3° de Racolta Colombiana, laquelle nous informe que son auteur, probablement Christophe Colomb, était présent lors d’un rendez-vous à la Cour en décembre 1488 entre Jean II et Bartolomeu Dias, qui venait de rentrer à Lisbonne de son long voyage. Cette note nous dit que Dias avait navigué jusqu’à un promontoire auquel il avait donné lui-même le nom de Cabo da Boa Esperança. Il venait donc faire rapport au roi et lui donner une carte où il avait enregistré l’itinéraire de son expédition. Et l’auteur de la note conclut : « ... in quibus omnibus interfui », c’est-à-dire « j’étais présent à tout cela ». Cf. Fontoura da Costa, Às Portas da Índia em 1484..., p. 52 (transcription et traduction de la note) ; Peres, Descobrimentos..., p. 295-296 (transcription et traduction de la note), 303-304. La transcription la plus récente est celle de Consuelo Varela, Cristóbal Colón, Textosy documentos completos. Prólogo y notas de..., Madrid, Alianza Editorial, 1984, p. 11-12.

Auteur

Université Paris-Sorbonne Paris IV

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540