Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vents du large

 | 
Jacqueline Penjon
, 
Anne-Marie Quint

Témoignages

Hommage d’une ancienne étudiante

Juanita Alapont

Texte intégral

1Lorsque j’ai appris qu’un hommage allait être rendu à Monsieur Boisvert, mes pensées se sont envolées vers un passé déjà lointain.

2Baccalauréat en poche, aller étudier au Quartier Latin, c’était entrer dans le monde de la culture. Mais, très vite, nos illusions se heurtaient à la réalité. Une année de Propédeutique avec des amphithéâtres pleins à craquer, dans l’anonymat le plus complet, ne correspondait guère à ce que nous pensions trouver en quittant les locaux sévères du lycée de « jeunes filles », la discipline, les blouses obligatoires, etc.

3Les trois certificats de licence préparés à l’Institut Hispanique soudaient des groupes d’amis, mais les professeurs semblaient encore faire partie d’un autre monde. Fréquenter l’Institut d’Études Portugaises fut un retour vers l’humain. Bien sûr, les effectifs n’étaient pas les mêmes, mais cela ne suffisait pas à créer l’ambiance harmonieuse qui y régnait. Elle était due aux professeurs qui, comme Monsieur Boisvert, donnaient vie à la matière enseignée et rendaient aux étudiants leur identité, au propre comme au figuré.

4Fréquenter la Sorbonne, même au fond d’un couloir du deuxième étage, était un honneur. De surcroît on nous menait de ce lieu chargé d’histoire vers une grande culture que notre Europe froide et riche ignorait, voire méprisait. Et ce qui n’était au départ que le complément de la licence d’Espagnol devenait une licence à part entière, et pour certains un D.E.S. ou plus encore.

5Il faudrait également évoquer le passage de l’apprentissage théorique de la langue à la pratique ; si nous avions la chance de nous trouver au Portugal en même temps que Monsieur Boisvert, le séjour rejoignait l’idéal classique : « divertir et enseigner ». A Lisbonne, je devais étudier la présence galicienne : au début du siècle les Galiciens étaient portefaix, dans les années soixante ils avaient presque le monopole des bars et des restaurants. Les conseils de Monsieur Boisvert furent très utiles dans la réalisation de cette enquête.

6Je n’ai pas oublié non plus sa présence bienveillante au jury d’Agrégation d’Espagnol. Il semblait le seul à montrer qu’il était aussi professeur et non seulement membre du jury.

7Aimer ce qu’il enseigne, faire partager cet amour à ses élèves et s’intéresser à eux est la gloire du professeur. Monsieur Boisvert y réussissait pleinement, et c’est son exemple que j’ai tenté de suivre tout au long de mes années d’enseignement.

Auteur

Professeur d’espagnol

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540