Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vents du large

 | 
Jacqueline Penjon
, 
Anne-Marie Quint

Témoignages

À Monsieur le Professeur Georges Boisvert

Solange Parvaux

Texte intégral

1C’est un simple témoignage que j’aimerais apporter ici sur un maître qui a profondément marqué ma formation par ses vastes compétences linguistiques et culturelles, par sa curiosité, sa disponibilité, sa modestie et son humanité. J’aimerais brosser la personnalité de ce pédagogue, de ce maître au sens classique du terme, telle que je l’ai perçue comme étudiante, comme professeur, puis comme collègue, à partir de souvenirs personnels ; d’autres rappelleront de façon plus universitaire son très riche curriculum.

2C’est en septembre 1956 que nos routes se sont croisées. Je venais de quitter l’Université de Rennes pour fréquenter, à Paris, la Sorbonne où je souhaitais terminer ma licence d’Espagnol par un certificat de portugais, voire entreprendre une licence de portugais. C’était audacieux car j’ignorais tout de cette langue, pour moi mystérieuse, bien qu’elle fût celle d’un pays voisin de l’Espagne.

  • 1 Georges Boisvert venait d’être nommé assistant d’espagnol à Rennes, mais il assurait un enseignemen (...)

3Mon premier cours aurait pu être un échec ; il lut une agréable surprise qui allait décider d’une orientation nouvelle. Un énorme découragement me saisit lorsque Georges Boisvert1 nous proposa de traduire et d’étudier une longue page que je n’ai jamais oubliée depuis : c’était le début de Viagens na minha Terra d’Almeida Garrett, un texte long, difficile, voire hermétique pour moi qui ne savais pas le moindre mot de portugais. Ce fut un miracle qui ne se démentit pas par la suite. Ce jeune professeur sut nous guider, les débutants en particulier, car je n’étais pas la seule, le portugais n’étant pratiquement pas enseigné dans le secondaire avant 1973. Sa lecture du texte nous « accrocha ». Il nous aida ensuite à repérer des mots essentiels pour la compréhension du passage, d’une interprétation relativement facile, soit grâce à leur ressemblance avec le français ou l’espagnol, soit grâce au contexte, et dont la connaissance pouvait par ailleurs être utile dans la vie courante ; il explicita, avec précision et un savant dosage de passion et d’humour, certains aspects d’une civilisation nouvelle pour nous ; il nous donna dès cet instant l’impression que nous étions presque capables de comprendre et de traduire, ou que nous pourrions le devenir rapidement ; il parvint même, sans excès toutefois, à nous rendre sensibles certains procédés de style. Nous sortîmes de ce premier cours confiants, courageux et surtout curieux, et ce miracle se poursuivit jusqu’à la fin de la licence de portugais, même dans les cours dont il n’avait pas la responsabilité.

4Ce professeur qui avait une connaissance directe et très profonde du pays qu’il avait découvert et sillonné — à pied, aimait-il nous dire —, et qui avait une parfaite maîtrise du portugais, nous avait livré là les secrets de sa pédagogie efficace : l’enseignement de la langue était intimement associé à la découverte de la civilisation, et celle-ci préparait à une analyse vivante et active du texte littéraire et de la littérature, forme supérieure d’une culture. Nous étions particulièrement sensibles à son art savant et subtil de doser « les nourritures terrestres » et « les nourritures intellectuelles ».

  • 2 Le professeur Léon Bourdon a été directeur de l’Institut d’Etudes Portugaises et Brésiliennes à la (...)
  • 3 Alves Redol, Glória, aldeia do Ribatejo (1937), in Obras Completas de Alves Redol, Lisboa : Ed. Eur (...)

5Les leçons du professeur Boisvert se poursuivaient pendant les vacances, lorsque nous avions la chance de le rencontrer au Portugal. Toujours disponible — ce qui impressionnait la jeune étudiante que j’étais — il aimait à indiquer quelques bons « petits restaurants », à faire remarquer les charmes d’une fenêtre manuéline au détour d’une rue, ou à conseiller la bibliothèque ou la librairie où nous trouverions un livre utile à certaines de nos recherches. Il n’hésitait pas à nous faire rencontrer ses amis, dont plusieurs étaient déjà célèbres. C’est ainsi que je rencontrai avec lui, autour d’une table de café, Alves Redol, dont j’avais, il est vrai, connu quelque romans grâce aux passages étudiés au cours de l’année, notamment Gaibéus, qui évoque le Ribatejo. Cette province m’intéressait : je l’avais découverte dès ma première leçon de portugais, à la lecture de Viagens na minha Terra de Garrett, et surtout, j’avais appris à mieux la connaître, l’été précédent, à l’occasion de ma première bourse d’été au Portugal. Le professeur Bourdon2 m’avait imposé une recherche pour justifier cette bourse : l’étude du régime agraire de Muge, village du Ribatejo, et du domaine de la duchesse Olga Pereira de Melo, de la famille de Cadaval. Notre conversation avec Alves Redol tourna autour du Ribatejo. Ce fut pour moi un éblouissement, qui devint un enchantement quand le professeur Boisvert et son ami décidèrent de m’emmener le lendemain à Gloria, une petite localité du Ribatejo (district d’Estremoz), sur laquelle Alves Redol avait écrit autrefois une monographie3, sans doute sa première œuvre publiée. Ils m’apprirent à observer les personnes et certains aspects culturels montrant qu’il y avait eu là un déplacement de population du nord vers le sud.

  • 4 Solange Parvaux, La céramique populaire dans le Haut-Alentejo, Thèse de 3éme cycle publiée avec l’a (...)

6Cette séance passionnante de véritables travaux pratiques, avec de tels maîtres, simples, disponibles et ouverts, m’apprit à observer la vie et la culture dans un pays étranger et à mieux associer langue, civilisation et littérature. Elle a sans doute éveillé une double vocation qui s’est exprimée d’une part dans mes travaux de recherche orientés vers la culture4, d’autre part dans mes préoccupations linguistiques et pédagogiques. Cette rencontre m’ayant particulièrement enrichie, j’ai par la suite, dans mes fonctions d’Inspection Générale, toujours fait en sorte, à partir de 1981, de faciliter des rencontres entre écrivains et étudiants ou professeurs, soit lors des stages au Portugal, soit en organisant des tables rondes, notamment à Expolangues. C’est, indirectement, grâce au professeur Boisvert que les professeurs de portugais du secondaire et moi-même avons pu, en 1986, passer une journée mémorable à Mafra, cadre principal du roman Memorial do Convento (Le dieu manchot, Paris, Albin Michel, 1987) de José Saramago, en compagnie de l’auteur, futur prix Nobel.

  • 5 Georges Boisvert a plusieurs traductions à son actif :
    — Jorge Amado, Les deux morts de Quinquin-la- (...)

7J’ai tenu à évoquer ces deux moments de la vie d’une jeune étudiante parce qu’ils ont influencé profondément sa formation et l’orientation de ses études, et parce qu’ils illustrent parfaitement la personnalité de Georges Boisvert, qui fut pour nous tous, ses anciens étudiants, un maître dont la disponibilité ne s’est jamais démentie. Il a su nous donner, avec une patience discrète mais exigeante, des méthodes de travail efficaces et nous guider dans nos recherches. Il a su faire découvrir et aimer, à presque tous ceux qui étaient avec moi à la Sorbonne, le Portugal, puis le Brésil et les autres pays de langue portugaise. Presque tous, à cette époque, ont abandonné la spécialité initialement choisie (espagnol, italien, histoire et géographie, français) pour se consacrer soit à des recherches dans le domaine lusophone, soit à la traduction5, soit à l’enseignement du portugais à l’Université ou dans le secondaire, où le portugais a été vraiment introduit à partir de 1973. Devenu Chargé d’Enseignement à Poitiers (1970), puis Professeur à la Sorbonne Nouvelle, Georges Boisvert est toujours resté prêt à mettre ses connaissances au service de ses étudiants et de ses collègues, et à trouver et donner le renseignement demandé. Malgré ses charges nombreuses, il a accepté de présider l’Association pour le Développement des Etudes Portugaises, Bréiliennes et de l’Afrique Lusophone (ADEPBA) de 1992 à 1995.

8Je n’ai fait état de ces quelques souvenirs et de mon expérience professionnelle personnelle que pour mieux illustrer le rayonnement et l’influence du professeur Georges Boisvert, et le rôle qu’il a joué, avec compétence, discrétion et efficacité, dans le développement des Etudes Portugaises en France. Il a infléchi ma carrière, comme celle de plusieurs de mes collègues de l’époque, qui jouent à leur tour un rôle important, à des titres différents, dans la diffusion de la langue portugaise et des cultures lusophones. C’est par l’exemple surtout qu’il a contribué à ma formation universitaire, pédagogique et humaine. Je suis restée sa disciple, sans jamais malheureusement égaler le maître.

9Merci, monsieur le professeur, merci, Georges Boisvert, mon ami.

10Paris, le 29 mars 2000.

Notes

1 Georges Boisvert venait d’être nommé assistant d’espagnol à Rennes, mais il assurait un enseignement de portugais à la Sorbonne en qualité de chargé de cours.

2 Le professeur Léon Bourdon a été directeur de l’Institut d’Etudes Portugaises et Brésiliennes à la Sorbonne de 1953 à 1970.

3 Alves Redol, Glória, aldeia do Ribatejo (1937), in Obras Completas de Alves Redol, Lisboa : Ed. Europa-América, 1980. Selon ce qu’écrit Alves Redol lui-même dans la Préface de cette édition, l’étude a été faite en 1937.

4 Solange Parvaux, La céramique populaire dans le Haut-Alentejo, Thèse de 3éme cycle publiée avec l’aide de la Fondation Calouste Gulbenkian, Paris : PUF, 1968.

5 Georges Boisvert a plusieurs traductions à son actif :
— Jorge Amado, Les deux morts de Quinquin-la-flotte, Paris : Stock, 1971.
— Jorge Amado, Gabriela, girofle et cannelle, Paris : Stock, 1971.
— Alain Draeger et Jorge Amado, Bahia, terre magique (Présentation et textes de Jorge Amado), Paris : Editions d’art Yvon, 1984.
— D. Francisco Manuel de Melo, Epanáfora trdgica et D. Manuel de Meneses, Relación de la pérdida de la armada de Portugal del año 1626, in Le naufrage des Portugais sur les côtes de Saint-Jean-de-Luz et d’Arcachon (1627), Paris : Editions Chandeigne, 2000.

Auteur

Inspecteur Général Honoraire Présidente de l’ADEPBA

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540