Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vents du large

 | 
Jacqueline Penjon
, 
Anne-Marie Quint

Présentation. Georges Boisvert et les vents du large

Texte intégral

1On s’étonnera peut-être du titre de ce volume d’hommage au Professeur Georges Boisvert, conçu à l’initiative de ses collègues et anciens étudiants. Pourquoi Vents du large ? Si les témoignages qu’ont tenu à formuler d’anciens étudiants prouvent que l’enseignement de M. Boisvert leur a ouvert de nouveaux horizons, les deux axes que lui-même a suggérés pour les travaux qui composent ce livre justifient pleinement un tel titre.

2Le premier, « L’expansion des pays ibériques du XVe au XVIIe siècle », regoupe des articles concernant la langue, la littérature ou la civilisation, tous centrés sur la période où l’ouverture des pays ibériques sur le large signifiait une aventure concrète et exaltante, dont les résultats éblouirent ces pays eux-mêmes et toute l’Europe : connaissance de nouveaux mondes, progrès scientifique, gloire et conquêtes ; ces succès masquèrent un temps le prix à payer par les conquérants et par les peuples soumis : périls mortels des voyages, abus tragiques de la colonisation et de l’évangélisation. On a déjà beaucoup écrit sur tous ces sujets, mais il reste encore bien des domaines à explorer, comme le prouvent les questions abordées ici. En linguistique, des précisions sont apportées sur la toponymie africaine proposée par les Portugais dès le XVe siècle, sa diffusion et sa survivance ; sur le curieux croisement entre le nom des Tupinambas du Brésil et celui d’un légume originaire du Canada ; sur l’introduction dans la langue portugaise de nouveaux arabismes venus d’Orient et non plus d’Afrique du Nord ; sur les premiers dictionnaires apparus dans ce siècle ouvert à tous les savoirs. En littérature, un nouvel éclairage est proposé pour les farces de Gil Vicente, dont la malice n’a pas toujours été bien comprise ; on voit apparaître dans les textes portugais le personnage du pirate, promis à une grande fortune littéraire ; les récits de naufrage, caractéristiques de la littérature populaire, n’ont pas seulement inspiré poètes et prosateurs au Portugal, mais ont été connus très tôt en Europe, en particulier en France ; le débat sur l’utilité des voyages a nourri une polémique peu connue dans la première moitié du XVIIe siècle ; à la même époque, Cristobal Suarez de Figueroa traduisait consciencieusement les « Relations » de jésuites publiées au Portugal ; et à la fin de ce même siècle, des correspondances littéraires féminines s’établissaient d’un bord à l’autre de l’Atlantique, entre des couvents de Lisbonne et la mexicaine Sor Juana Inès de la Cruz ; l’interrogation sur les découvertes et le destin impérial portugais se prolonge jusqu’à nos jours dans Mensagem, l’œuvre magistrale et mystérieuse de Fernando Pessoa. Quant aux connaissances en civilisation, ces vents du large les ont considérablement enrichies : la course en mer et ses péripéties ont conduit à une réflexion sur le droit de la mer ; les découvertes entraînent dans leur sillage les missions, où les jésuites à partir des années 1540 jouent un rôle décisif : c’est grâce aux traductions de leurs lettres, que les Espagnols s’informent sur François Xavier, l’Orient et le Japon ; les premiers témoignages sur les Indiens du Brésil, sources d’informations sur les sociétés indigènes, sont ici appelés à livrer des informations sur les enfants au XVIe siècle ; l’enjeu que ces derniers représentent préoccupe les jésuites, dont les procédés utilisés pour fonder leurs réductions au Paraguay sont loin d’être toujours évangéliques ; au bout du compte, la géographie économique du Portugal, de nos jours encore, conserve l’impact de l’ouverture inouïe qu’ont été les grandes découvertes.

3Le deuxième axe retenu, « Les mouvements libéraux dans les pays ibériques et latino-américains au XIXe siècle », évoque d’autres vents, plus idéologiques cette fois, qui ébranlèrent violemment les pays ibériques et leurs empires, entraînèrent le naufrage des absolutismes, insufflèrent des idées et une énergie nouvelles aux nationalismes naissants. Au Portugal, ces mouvements parcourent le XIXe siècle, et se prolongent au long du XXe. Une première phase est celle du romantisme, où les libéraux s’efforcent d’instaurer un régime constitutionnel ; un épisode dramatique, comme la répression sanglante des opposants à l’absolutisme à Aveiro, émeut encore écrivains et poètes du XXe siècle ; la figure d’Almeida Garrett, mêlé à tous les événements culturels et politiques de cette période, se détache nettement, par son enthousiasme d’abord, par sa lucidité ensuite, qui se révèlent tant dans ses écrits politiques que dans son œuvre poétique et romanesque, en particulier dans les Viagens, dont les traducteurs français ont souvent réduit la portée ; si Almeida Garrett émet des réserves sur les effets du libéralisme, Camilo Castelo Branco se montre encore plus critique et conteste la notion de progrès, chère aux positivistes. On en arrive ainsi à l’époque où se révèle « la génération de 1 870 », avec ses chefs de file Eça de Queiroz et Antero de Quental, ouverts aux idées des socialistes français et très critiques à l’égard de la société portugaise, mais n’allant pas jusqu’à l’engagement politique. Cependant, la critique d’art s’ouvre très lentement aux idées nouvelles et aux courants européens. Et la longue marche vers la liberté n’est pas encore terminée lorsqu’en 1940 la débâcle coïncide avec la tentative de Salazar d’intéresser le monde à son Exposition du monde portugais et aux commémorations des dates clés de la souveraineté portugaise. Au Brésil, où le nationalisme s’est éveillé avant le XIXe siècle, c’est après l’indépendance que les libéraux vont s’efforcer de modifier un régime tenté d’évoluer vers l’absolutisme : l’épisode de la bataille de Santa Luzia met en évidence le caractère singulier du libéralisme dans le Minas Gerais. Le cas de José de Alencar est tout à fait remarquable : d’abord écrivain, puis homme politique, il est déçu par la pratique du pouvoir sous le second empereur du Brésil, et adopte l’attitude d’un vieux sage amer, tentant de modifier les choses en recourant à sa plume.

***

4L’expansion maritime et territoriale du XVe au XVIIe siècle, les mouvements libéraux au XIXe et même au XXe : pour les pays ibériques et latino-américains, deux modes d’ouverture sur le large qui ont été les thèmes privilégiés des recherches de Georges Boisvert.

5Ce Corrézien, né le 17 mars 1925 à Saint Setiers, en plein Massif Central, s’est, pendant la guerre, rapproché de la mer puisque c’est à Montpellier qu’il a fait ses études d’espagnol. C’est d’abord cette langue qu’il a enseignée, et c’est une agrégation d’espagnol qu’il a obtenue en 1950. Mais son intérêt pour les lettres et la culture portugaises lui a valu d’entrer en qualité d’assistant d’espagnol et de portugais à la Faculté des Lettres de Rennes en 1956, avant d’être appelé à la Sorbonne par le Professeur Léon Bourdon en 1960, et de se spécialiser dès lors en portugais. Il a formé des générations d’étudiants, d’abord comme maître-assistant à Paris de 1961 à 1970, puis à Poitiers de 1970 à 1980 ; enfin comme professeur, à Poitiers et à la Sorbonne Nouvelle-Paris III de 1980 à 1993. Georges Boisvert n’a pas seulement dirigé les études portugaises et brésiliennes, durant ces années à Paris III, il a aussi participé au Conseil de gestion de l’UFR d’Etudes Ibériques, au Conseil Scientifique, aux Commissions de Spécialistes. Il a été directeur de l’UFR d’Etudes ibériques et latino-américaines, de 1987 à 1990.

6A ces activités, il faut ajouter les cours dispensés aux Ecoles Normales Supérieures de Saint-Cloud, Fontenay-aux-Roses et Cachan, les participations aux jurys de CAPES et d’Agrégation, lorsque ces concours ont été ouverts en portugais ; Georges Boisvert a d’ailleurs été président du jury d’agrégation de 1980 à 1984.

7Il a encore assuré d’autres services : expert chargé d’examiner les demandes d’habilitation à délivrer les diplômes nationaux, membre du Conseil Supérieur des Corps Universitaires, membre du Conseil Scientifique de la Casa de Velazquez, il s’est acquitté de ces fonctions avec la bonne grâce et la compétence qu’on lui connaît.

8Cette compétence lui a valu une reconnaissance officielle, puisqu’il est Commandeur de l’Ordre des Palmes Académiques, Officier de l’Ordre National Brésilien du Cruzeiro do Sul, Grand-officier de l’Ordre National Portugais de l’Infant Dom Henrique.

9Enseignant-chercheur, Georges Boisvert, qui a créé, dirigé et animé le CREPAL, s’intéresse de près aux thèmes de travail du Centre de Recherche sur les Pays Lusophones, dont il suit assidûment les travaux. C’est d’ailleurs lui qui a formé bien des membres du groupe, ainsi que des générations de chercheurs. Tous ceux qu’il a dirigés lui savent gré de sa patience, des encouragements et des conseils judicieux qu’il a su leur prodiguer chaque fois que c’était nécessaire.

10Toujours soucieux de diffuser la culture portugaise, Georges Boisvert a participé à de nombreux congrès et colloques, en France, au Portugal, au Brésil, en Espagne. Il a été chargé de missions au Portugal et au Brésil et a prononcé de nombreuses conférences. Membre fondateur de l’Association pour le Développement des Etudes Portugaises, Brésiliennes, d’Afrique et d’Asie lusophones (ADEPBA), il en a été le Président de 1992 à 1995, et en reste un membre des plus actifs.

11Quant aux livres, articles et traductions qu’il a publiés jusqu’à aujourd’hui, ils témoignent de la qualité et du sérieux exemplaire de son travail, ainsi que de l’étendue de son savoir. Georges Boisvert est un lusitaniste complet : si le Portugal est son principal centre d’intérêt, si le Brésil l’attire également, ainsi que l’Orient et l’Afrique, sa formation d’hispaniste lui permet d’élargir son champ de vision, et de s’ouvrir mieux encore « aux vents du large ». La bibliographie qui suit en fait foi.

Bibliographie

Bibliographie de Georges BOISVERT

1967/68 : « Lettres inédites de Juan Valera à Latino Coelho (novembre 1853/mars 1891) », Bulletin des Etudes Portugaises, t. 28/29, pp. 213-286.

1969 : « Emmanuel du Chillou, officier français au service de Dom Miguel, d’après une correspondance inédite (juillet 1833/avril 1835) », Bulletin des Etudes Portugaises, t. 30, pp. 139-221.

1971 : « Le comte de Palmela et la presse portugaise libre (1816-1820), d’après des documents diplomatiques inédits », Arquivos do Centro Cultural Português, vol. III, Paris, pp. 459-519.

1973 : João Bernardo da Rocha Loureiro, Memoriais a Dom João VI, Edition avec introduction et notes, Centro Cultural Português, Paris, 311 p.

1974 a : Joaão Bernardo da Rocha Loureiro (1778-1853). Notes biographiques, Faculdade de Letras de Lisboa, Instituto Historico Infante Dom Henrique, Lisboa, 145 p.

1974 b : « La presse périodique portugaise de Londres (1808-1820). Notes sur les circonstances de son apparition et de son développement », Sillages 4, Poitiers, pp. 6988.

1981 : « Un précurseur français du Maréchal Rondon : le Colonel Guy Thomas Marlière, Directeur-Général des Indiens du Minas Gerais (1767-1836) », Bulletin des Etudes Portugaises et Brésiliennes, t. 39/40, Lisbonne-Paris, pp. 107-145.

1982 a : Un pionnier de la propagande libérale au Portugal : João Bernardo da Rocha Loureiro (1778-1853), Paris, Fundação Calouste Gulbenkian, Centro Cultural Português, 608 p. (thèse présentée à l’Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III, le 6 octobre 1979, pour l’obtention du Doctorat d’Etat ès Lettres et Sciences Humaines).

1982 b : « Le premier périodique libéral publié au Portugal : le Correio da Peninsula ou Novo Telegrafo (Lisbonne, 03/07/1809-02/08/1810) », O Liberalismo na Peninsula Ibérica na primeira metade do século XIX, vol. II, Lisbonne, pp. 225-240.

1983 : « La Guerra sebástica à Lisbonne en 1810 ; les dessous de la polémique », Arquivos do Centro Cultural Português, vol. XIX, Lisbonne-Paris, pp. 671-685.

1985 : « Guerra às palavras afrancesadas ! : une polémique linguistique dans la presse lisbonnaise en octobre 1812 », Bulletin des Etudes Portugaises et Brésiliennes, T.44-45, Paris, Ed. Recherche sur les Civilisations, pp. 243-271.

1986 : « Georges le Gentil et la création de l’Institut d’Etudes Portugaises et Brésiliennes de la Sorbonne », Actes du Colloque sur l’enseignement et l’expansion de la littérature portugaise en France, Paris, 21/23 novembre 1985, Paris, Fondation Calouste Gulbenkian, Centre Culturel Portugais, pp. 37-45.

1987 : « Libéralisme et ibérisme au Portugal à la veille de la révolution de 1820 », Arquivos do Centro Cultural Português, Fondation Calouste Gulbenkian, Lisbonne-Paris, Vol. XXIII, pp. 673-679.

1989 : « La presse portugaise libre de Londres (1808-1820) », Actes du Colloque sur Les Médiations Culturelles organisé par le GRIMESREP, Paris, Cahiers de l’UFR d’Etudes Ibériques et Latino-américaines, no 7, pp. 131-139.

1990 : « L’œuvre de Fernando Namora. Diversité et unité », Arquivos do Centro Cultural Português, Fondation Calouste Gulbenkian » Lisbonne-Paris, vol. XXVIII, pp. 7-14.

1991 : « L’image du Brésil en France au travers des traductions d’ouvrages brésiliens », Les Images réciproques du Brésil et de la France, Paris, IHEAL, vol. II, pp. 611-614.

1992 a : « L’itinéraire roussillonnais et languedocien de Gaspar Barreiros (1546) », Arquivos do Centro Cultural Português, Fondation Calouste Gulbenkian, Lisbonne-Paris, Vol. XXXI, pp. 109-122.

1992 b : « La géographie de la Peregrinação de Fernão Mendes Pinto », Mélanges en l’honneur de Jean Subirats, Presses Universitaires de Nancy, pp. 71-77.

1992 c : « Notes sur l’image du Portugal dans la presse périodique française d’information de 1980 à 1990 », Les Images réciproques France-Portugal, Paris, pp. 123-128.

1993 b : « Images de l’Autre sertanejo dans la littérature brésilienne, de José de Alencar (1875) à Graciliano Ramos (1938) », Colloque sur « Les représentations de l’Autre dans l’espace ibérique et ibéro-américain. Perspective diachronique », organisé par le GRIMESREP, Paris, Cahiers de l’UFR d’Etudes Ibériques et Latino-américaines, no 9, pp. 171-180.

1994 a : « Christophe Colomb et le Portugal : état de la question », in José Guidi et Monique Mustapha (sous la dir.), Christophe Colomb et la découverte de l’Amérique. Réalités, imaginaire et réinterprétations, Etudes Hispano-Italiennes, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, no 5, pp. 55-66.

1994 b : « Canudos, Euclides et Os Sertões », América, Cahiers du CRICCAL, no l4, pp.211-216.

1994 c : Collaboration à Béatrice Didier (sous la dir.), Dictionnaire Universel des Littératures, Paris, PUF (articles sur Almeida Garrett, Alexandre Herculano, Julio Dinis, Camilo Castelo Branco, Oliveira Martins).

1995 : « Le romancero au Brésil », in Claude Brémond et Sophie Fischer (sous la dir.), Le Romancero ibérique. Genèse, architecture et fonctions, Madrid, Casa de Velazquez, pp. 161-172.

1996 : « L’Orient dans la Pérégrination de Fernâo Mendes Pinto », in Terres à découvrir, terres à parcourir, Paris, Publ. Univ. de Paris VII, pp. 99-109.

2000 : « La dénomination de l’Autre africain au XVe siècle dans les récits des découvertes portugaises », L’Homme, Paris, no 153, janvier-mars, pp. 165-172.

Traductions

— Jorge AMADO, Les deux morts de Quinquin-la-flotte (A morte e a morte de Quincas Berro dAgua), Paris, Stock, 1971, 129 p.

— Jorge AMADO, Gabriela, girofle et cannelle (Gabriela, cravo e canela), Paris, Stock, 1971, 445 p.

— Alain DRAEGER et Jorge AMADO, Bahia, terre magique (présentation et textes de Jorge Arnado), Paris, Editions d’Art Yvon, 1984,198 p.

— D. Francisco Manuel de Melo, Epanáfora trágica, et D. Manuel de Meneses, Relación de la pérdida de la armada de Portugal del año 1626, in : Le naufrage des Portugais sur les côtes de Saint-Jean-de-Luz et d’Arcachon (1627), Paris, Editions Chandeigne, 2000.

Table des illustrations

Légende Georges Boisvert
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/9519/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540