Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lisbonne

 | 
Jacqueline Penjon
, 
Pierre Rivas

Fernando Pessoa, pour une poétique de l’ésotérisme

Texte intégral

José Augusto Seabra devait évoquer le rayonnement international du poète portugais à partir des traductions d’Armando Guibert. Il nous a quittés sans pouvoir nous donner son texte. Paraissait au moment de sa mort son dernier livre Fernando Pessoa, pour une poétique de l’ésotérisme. En hommage à sa mémoire nous en publions ici le compte rendu.
Compte rendu de Pierre RIVAS

1Le dernier livre de J.-A. Seabra Fernando Pessoa, pour une poétique de l’ésotérisme explore et explicite cette poétique de l’ésotérisme, toujours en relation attentive à la vie et à l’oeuvre du poète qui fut lecteur, traducteur et glossateur de la gnose, des mystères initiatiques, des Rose-Croix, des Templiers et de la Maçonnerie. Mais Seabra, auteur d’une thèse sur F. Pessoa et lepoétodrame (Corti, 1988) replace cette expérience avant tout symbolique au coeur même du langage poétique. Aux trois voies (magique, mystique, alchimique ou gnostique), correspondent trois stades de réalisation : apprenti (néophyte), adepte et maître ; trois grades de réalisation : astral, mental et spirituel ; et au plan hétéronymique, trois genres : poésie lyrique, épique et dramatique. Seabra dessine cette trajectoire, de la Kabbale au christianisme gnostique, et à la théosophie, découverte en traduisant Annie Besant, et qui rejoint son néopaganisme. « La théosophie, parce qu’elle admet toutes les religions, a un caractère entièrement semblable au paganisme, qui accueille dans son Panthéon tous les dieux » écrit-il à Sá Carneiro (Seabra a publié aux éditions Champ Libre, en 1973, une anthologie des textes de Pessoa sur le néopaganisme : Le Retour des Dieux). Mais la théosophie lui paraîtra bientôt assez pauvre et Madame Blavatsky un « esprit confus et frauduleux » quand il découvre « le magnifique halo des écrits Rose-Croix », « la transmutation du plomb de l’hébraïsme et du fer du paganisme en l’or du Christ » où il voit une analogie avec la franc-maçonnerie. Le poème « Dans le Tombeau de Christian Rosenkreutz » dit cette illumination et cette filiation avec le christianisme gnostique et le kabbalisme qu’il pense retrouver dans l’ordre du Temple : l’ordre du Christ et l’ordre Templier du Portugal, auquel le poète se disait initié, en étant les relais se réalisant à travers le messianisme du Cinquième Empire sébastianiste. Le christianisme s’est formé avec deux faces, l’une tournée vers la lumière, qui est le mensonge [ce sont les Églises chrétiennes], l’autre vers l’ombre, qui est la vérité, l’Église gnostique, mystique, dont les Templiers ont gardé les secrets, comme la tradition maçonnique martiniste, moins celle de Papus que celle du juif d’origine portugaise Martines de Pasqually et son disciple Louis Claude de Saint-Martin, le « philosophe inconnu ». Fidélité à Jacques de Mollay et hostilité à Rome. C’est ce symbolisme ésotérique qui éclaire le messianisme de Message, poème du Portugal, patrie symbole d’un Empire de paix et de fraternité universelle, ce Cinquième Empire à venir avec le retour du « Roi Caché », Sébastien, disparu à la bataille de Ksar el Kebir en 1578. « Retour du roi » qu’on retrouve dans le schisme duodécimain comme dans la légende de Frédéric Barberousse, mais élargi ici à l’Humanité. Élément initiatique, élément fraternel et élément humain, trépied et essence occulte de la Maçonnerie. Message a été « exactement taillé, avec Équerre et Compas, par le Grand Architecte ». L’ascendant ésotérique est prégnant dans la littérature européenne « décadentiste » de Villiers à Yeats et autres Peladan. La singularité de Pessoa est d’avoir lié initiation gnostique et écriture hétéronymique, impliquant une transmutation de la personnalité avec ses différents grades, du maître Caeiro à ses disciples Reis et Campos. « C’est à travers les hétéronymes que la voie alchimique (poétique) s’accomplit dans la diversité de langages et de sujets... ». Le prix en est le sacrifice du moi, condition même de la « nouvelle renaissance » propre à toute initiation. Qu’en est-il alors du Moi empirique, de l’homme Pessoa ?

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540