Version classiqueVersion mobile

Lisbonne

 | 
Jacqueline Penjon
, 
Pierre Rivas

Armand Guibert, inventeur de Pessoa

Judith Balso

Texte intégral

  • 1 Ossip Mandelstam, « De l’interlocuteur » in De la poésie, coll. « Arcades », Gallimard, 1990. Tout (...)

1Pour le poète russe Ossip Mandelstam, le poète fuit toute figure de ce qu’il nomme « un interlocuteur concret »1, ou encore « un ami en ce siècle », un auditeur « de son époque ». Car le poète « n’est le contemporain de personne ». Il garde jalousement une distance, « qu’il met entre lui et les événements immédiats, entre lui et le lecteur » – distance, dit-il, revisitant le mythe, « que ne sut garder Orphée se retournant sur Eurydice ». Le poème est écrit comme une bouteille qu’on jette à la mer et espère sa découverte par un destinataire inconnu. Mandelstam souligne de ce qui est à peine une boutade l’importance cruciale d’écrire en visant l’inconnu : « Échanger pour de bon des signaux avec Mars, voilà une tâche digne d’un poète lyrique ». En revanche, « si l’on s’adresse au connu, on ne peut exprimer que du connu. C’est une loi psychologique inflexible, inéluctable. On ne soulignera jamais assez son importance en poésie ».

2« La poésie en tant que telle aura toujours pour objet quelque destinataire inconnu et lointain en l’existence duquel le poète ne saurait douter sans se remettre lui-même en question. La métaphysique n’a rien à voir là-dedans » souligne Mandelstam, « Mais seul le réel peut appeler à l’existence le réel ». Autrement dit : le réel du poème est dans cette visée du lecteur futur que lui adressera le hasard. « La lettre cachetée dans la bouteille » poursuit le poète « est adressée à celui qui la trouve. Je l’ai trouvée. J’en suis donc le destinataire secret ». « Pas plus la lettre que les vers ne s’adressent à quelqu’un en particulier. Néanmoins l’un comme l’autre ont un destinataire : pour la bouteille, celui qui aura remarqué par hasard la bouteille dans le sable, pour les vers le “lecteur de la postérité” ». Ce lecteur hasardeux, Mandelstam le nomme aussi un « interlocuteur providentiel ».

  • 2 Paul Celan, « Allocution de Brême » in Le Méridien et autres proses, coll. « La Librairie du xxi e(...)

3Paul Celan, dans le texte connu sous le nom de « Discours de Brême », a repris cette idée du poème comme bouteille lancée vers l’inconnu : « une bouteille à la mer, mise à l’eau dans la croyance – pas toujours forte d’espérances certes – qu’elle pourrait être en quelque lieu et quelque temps entraînée vers une terre, Terre-Cœur peut-être. Les poèmes sont aussi de cette façon en chemin : ils mettent un cap »2. En quoi espèrent ainsi les poèmes ? En « quelque chose qui se tient ouvert, disponible, [...] un Tu, peut-être, un Tu à qui parler, une réalité à qui parler. Ce sont ces réalités-là [...] » insiste Celan, se faisant l’écho de Mandelstam « qui importent au poème ».

4Les déclarations des deux poètes mettent en évidence la question de comment nous parviennent les poèmes – du moins ceux qui surgissent ainsi, dans une adresse à l’inconnu. Ils nous parviennent nécessairement par le truchement d’un interlocuteur providentiel, que je propose de nommer aussi un « intercesseur ». L’intercesseur n’est autre que celui qui a découvert la bouteille, l’a ouverte et s’est enchanté de ce qu’il y a trouvé.

5« Intercesseur », c’est le premier nom qu’il convient d’accoler à celui d’Armand Guibert. Intercesseur, il le fut de tant de poètes divers. Je rappellerai ici les noms les plus célèbres, dans le désordre : l’anglais Rupert Brooke – dont on vient d’éditer une traduction française, où fait défaut toute mention de l’étude (publiée en 1933) que dès 1927, soit 12 ans à peine après la mort de Brooke, Guibert lui consacra –, le Malgache Rabearivelo – dont les rééditions omettent tout autant le rôle premier de Guibert –, l’Espagnol Garcia Lorca, le Sud-Africain Roy Campbell, le Sénégalais Senghor, l’Algérien Amrouche, mais aussi Milosz, Valéry Larbaud, ou Patrice de La Tour du Pin, et... ce Pessoa, qui nous occupera plus particulièrement aujourd’hui.

6Je voudrais souligner que l’opération d’intercession, s’agissant des poèmes, n’est pas à la portée de quiconque. Il y faut une perspicacité, un dévouement, une capacité d’entendre et de faire entendre justement le poème, sans l’étouffer sous la glose. Intercéder pour le poème, c’est transmettre aux autres quelque chose de son bruissement singulier. C’est un tact et un art. Il faut avoir été soi-même illuminé par la découverte. Il faut ensuite la patience d’œuvrer à son service : traduire, étudier, présenter, éditer... Armand Guibert sut faire tout cela et il le fit pour tant de poètes que c’en est miraculeux. Nous savons tous qu’on ne rencontre pas, dans tout le xx e siècle, de vocation qui s’approche de la sienne. À la réflexion, je proposerai de dire qu’il a été l’inventeur d’une figure singulière : il a disposé dans le siècle, face aux poètes, cette figure d’interlocuteur providentiel que Mandelstam et Celan appelaient de leurs vœux. Et cette figure fait, à mon sens, partie d’un ensemble. Elle accompagne des poètes qui ont rompu avec la posture prophétique, des poètes qui n’ont pas refuge dans l’obscur du chant, des poètes qui se destinent à être de part en part déchiffrés et entendus mais qui ont besoin pour cela d’une intercession.

  • 3 Armand Guibert, Oiseau privé, édition Belfond, 1984.

7On peut se demander s’il existe une quelconque unité entre les poètes découverts par Guibert. Que cherche-t-il, et que rencontre-t-il lorsqu’il les découvre ? Peut-être ce qui l’attire est-ce la « quête de joie » de ces poètes, j’emprunte cette formule à Patrice de La Tour du Pin pour l’étendre à tous. Car ils ont certainement en commun une inquiétude qui est à la fois existentielle et métaphysique, et qui n’est pas néanmoins angoisse nihiliste mais recherche passionnée d’un principe affirmatif. Guibert est d’emblée, me semble-t-il, sur la piste d’une poésie qui dépasse le romantisme. Il aime la pensée abstraite et que celle-ci soit inscrite dans le charnel. C’est d’ailleurs une recherche qui est aussi la sienne dans son œuvre de poète. Son Oiseau privé3 en porte la marque violente. J’en citerai ici quatre vers seulement, qui ont valeur d’autoportrait :

Du jour naissant les premiers feux éclairent
Sa face d’ange et son profil d’oiseau de proie,
Miroir sans tain où librement voisinent
Tout le bestial et tout le pur qui font un homme.

8Le bestial et le pur, autres mots pour la pensée et la chair, leur intrication. La dilection de Guibert pour ses premiers poètes tient de toute évidence à ce qu’ils sont, à ses yeux, le lieu d’une telle quête. Puis, un jour, sa recherche connaît un point de fixation : Guibert découvre une œuvre qui, plus que les autres, le déconcerte et le ravit. Il s’agit de l’œuvre de Fernando Pessoa, – qui lui est en quelque sorte offerte par Pierre Hourcade lors d’un séjour à Lisbonne en 1942, et à la divulgation de laquelle Guibert va dès lors consacrer la majeure partie de son existence et de ses forces.

9S’agissant de cette œuvre, je soutiens que Guibert n’a pas fait seulement œuvre d’intercesseur, il en est littéralement l’inventeur. J’emploie ce mot, de façon volontairement provocante, dans son double sens désignant à la fois celui qui découvre un trésor et celui qui crée ex-nihilo. Non certes pour laisser supposer que sans Guibert, Pessoa ne serait rien. Mais pour souligner qu’il l’a littéralement révélé, éclairé, et que nous le lui devons – ce pour quoi nous aurons à le remercier éternellement. On aimerait que ce fait soit rappelé sans ambages par ses successeurs, à l’image de Guibert saluant toujours sa dette envers Pierre Hourcade.

10Que signifie qu’il nous ait révélé Pessoa ? Tout d’abord, qu’il a pris ce poète au sérieux, s’inscrivant en faux contre une tradition qui n’allait pas tarder à s’installer solidement – au Portugal en particulier du fait d’une orientation d’interprétation qui se concentrera dans la biographie consacrée à Pessoa par Gaspar Simões – et qui le présentait comme un simulateur, un fabricant de fausse monnaie. Au contraire, Guibert a aimé qu’il y ait « dans tous ses écrits un ferment de non-conformisme, voire d’indiscipline ». Sa voix sur ce point s’élève avec une extrême fermeté : « L’art de la simulation, s’il s’exerça dans son comportement humain, ne le fut jamais sur le plan de l’art, comme en fait foi l’aveu selon lequel il se sentait plus les êtres qu’il avait créés que lui-même ». (Préface de 1955 à Bureau de Tabac et autres poèmes).

  • 4 Fernando Pessoa, Poésies d’Alvaro de Campos avec le Gardeur de Troupeaux et les autres poèmes d’Al (...)
  • 5 Armand Guibert, Fernando Pessoa, coll. « Poètes d’aujourd’hui », Seghers, 1973

11Guibert est également allé droit à l’essentiel en décelant le caractère d’abstraction métaphysique de l’œuvre pessoenne. « Par lui » écrit-il dans sa préface de l’édition Gallimard, « l’énigme ontologique est résolue aussitôt que posée – du moins ne cesse-t-il, ce raté de l’humble vie mortelle, de nous associer [...] au foisonnement de ses contradictions, poignantes comme le vrai »4. Et il conclut sa présentation du poète dans le petit livre de la collection Seghers par ces mots : « Par lui du moins savons-nous qu’il est une chair de l’esprit, aussi exposée à la faiblesse et aux atteintes du mal, aussi noble et triomphante que celle qui fut pétrie du limon : leçon qui suffirait à nous rendre cher entre tous les vivants (il l’est) le rare, l’inquiétant, l’inépuisable Pessoa »5.

12Il a compris qu’il s’agissait d’un poète dont l’œuvre est si puissante, si multiforme qu’elle commande à la vie et la rend « presque insubstantielle ».

13D’emblée aussi, Guibert a identifié le caractère hétéronyme de l’œuvre, concentrant l’attention sur les quatre poètes, tantôt parlant de « chacune de des manières – ou plutôt de ses façons d’être », tantôt appelant Pessoa « le poète quadruple », tantôt « l’auteur quadrifrons », sans jamais se laisser égarer par la liste infinie des noms autres. Ainsi, dans la préface commencée en 1943 pour l’Ode Maritime, il écrit : « Cette œuvre se dresse, compacte et multiple, ainsi qu’un monument à quatre faces où la lumière et l’ombre font se succéder leurs jeux, leurs caresses et leurs énigmes ». Et, dans la préface de 1955 à Bureau de Tabac : « La grande aventure de sa vie mentale, celle qui rend un son singulier entre tous, nous la trouvons dans l’invention de ses “hétéronymes” ».

14Il a su nous introduire aux démêlés des quatre poètes entre eux, à la conjonction de leurs existences fictives et de leurs pensées réelles. Il n’en a jamais fait un simple jeu formel, ni un effet de styles. Aussi est-il attentif à la singularité de chacune des œuvres hétéronymes. De Caeiro il écrit : « La vue, des sens le plus immatériel et le plus noble, le sensualiste épuré qu’est Alberto Caeiro fait d’elle le véhicule le plus infaillible de sa “philosophie” (terme qui lui inspirerait une narquoise méfiance) ». « [...] La fraîcheur de la vision [est chez Caeiro] faculté et opération qui [...] passent en importance la chose vue ». C’est « un être antérieur au romantisme, un contemporain, dans sa fausse impassibilité, de Pythagore » : il se contente « d’enregistrer le spectacle du monde tout en niant le concept de l’infini ». De même, les poèmes du « Pasteur Amoureux », « en quelques mots d’une autoritaire douceur » sont-ils capables de « pulvériser toutes les érotiques traditionnelles ».

15Quant à Reis il remarque : « Tout ce qui s’attardait de romantisme suspect chez Fernando Pessoa s’épure et se dissout grâce à la catharsis dont Ricardo Reis est l’agent ». Ce poète baigne dans une « mâle tristesse qu’engendre une clairvoyance éperdue. »

16« Ce qui frappe » en revanche « chez Álvaro de Campos, c’est [...] la mobilité. Chez lui, gyrovague du verbe, le spectaculaire l’emporte sur le confidentiel. [...] Seul des principaux hétéronymes il parcourt les étapes d’une évolution [...] Son débraillé est tout à l’opposé du resserrement de Ricardo Reis et de la décence de Caeiro. »

17Enfin de Pessoa lui-même, Guibert souligne « la sensation de l’échec et de l’inachèvement », ainsi que « l’aspiration au dédoublement », aux multiples figures du Deux.

18Chacune de ces caractérisations est incisive dans sa brièveté. Ce sont comme des sondes jetées quatre fois très profond.

19Guibert a été touché par la grandeur solitaire de Pessoa, mais il en aura aussi dissipé la solitude en plaçant le poète parmi les plus grands. Il osa écrire, ne s’autorisant alors que de lui-même : « Apollinaire, Hopkins, Svevo, Lorca, Rilke, Kafka, Ungaretti, Michaux, étaient d’une essence parente, mais il surplombe cette ligne de crête. » Il l’inscrivit résolument « dans la galaxie poétique du siècle parmi les astres majeurs ».

20Pour lui, il a fait œuvre de traducteur, et de très grand traducteur, dont les quelques imperfections ou les rares erreurs ne contrebalancent pas la réussite. Je voudrais dire tout de suite mon admiration sur ce point, tout en sachant qu’une étude plus complète va lui être consacrée. L’hétéronymie n’est pas un jeu de langage mais elle ouvre un jeu dans la langue du poème, dans la mesure où les quatre poètes développent chacun une œuvre propre et une langue propre. Dans le même temps, ces œuvres ne peuvent exister dans une disjonction complète. Entre elles, une constante circulation existe. Il faut donc, en traduisant, à la fois faire entendre la diversité hétéronyme, tout en établissant une souterraine unité de langue qui ne laisse pas s’éparpiller les quatre figures. Cette unité doit être comme un filigrane inconscient. D’où la difficulté – une difficulté d’ensemble –, qu’en français, seul à ce jour, à mon sens, Guibert a résolue. Il parle de façon très exacte de ce travail de traduction : « Le cas de Pessoa pose un problème extrêmement complexe : le traduire, c’est traduire une demi-douzaine d’auteurs. J’ai fait de mon mieux, mais il faut sérier les problèmes avec lui, il faut prendre chacun de ses personnages, de ses hétéronymes, et puis celui qui signe de son propre nom d’état civil, qui a aussi une très forte personnalité. [...] Dans cette langue du Pessoa orthonyme il y a un formulaire pas toujours réductible à la grammaire classique, avec des constructions qui ne cessent de tourmenter les exégètes les plus subtils de son propre pays. [...] Mais chez lui l’abstraction, par bonheur, a donné à son expression un sang et une chair et naturellement cela pose au traducteur des problèmes dont je vous laisse imaginer la difficulté. » En définitive, l’art de traduire dont Guibert fait preuve est guidé par l’appréciation qu’il avait du poète lorsqu’il disait de lui : « Dans sa langue d’inventeur, Pessoa a su matérialiser l’abstraction ».

21On m’a demandé de vous faire connaître aussi la façon dont Guibert a diffusé l’œuvre de Pessoa en France. Ce fut de sa part l’objet d’un travail opiniâtre et incessant. Il disait lui-même qu’il s’était agi d’un véritable « travail de termite ».

22Sept années à peine avaient passé depuis la mort du poète (mort en 1935) lorsque Guibert le découvre. Après l’entremise d’Hourcade, la rencontre décisive, le coup de tonnerre, ce fut la lecture publique, dans un petit théâtre de Lisbonne, de l’Ode Maritime en 1943 (ou était-ce dès 1938, selon le récit qu’en donne João Gaspar Simões ?). En voici en tout cas le récit :

De noir vêtue, une jeune femme, Manuela Porto, depuis lors disparue, lui prêtait les prestiges de sa voix – une voix sereine dans l’attaque, confidentielle, qui, insensiblement s’enflait de toutes les tourmentes atlantiques, passait par le rauque et le hurlement, pour retomber selon le mouvement symphonique du poème dans les biefs du recueillement et de la nostalgie. Les planches sur lesquelles elle était seule avec cette légion de mots étaient le quai du port, le pont du navire, le rivage lointain, le socle d’où s’arrachaient, avant d’y reprendre leur place fatidique, les élans d’un cœur torturé...

  • 6 « Ode Maritime de Fernando Pessoa traduite par Armand Guibert aux éditions Fata Morgana », 1980.

23Guibert a raconté aussi comment, après avoir vainement tenté d’en recopier la version portugaise (un exemplaire devenu en ce temps-là rarissime de la revue Orfeu, prêtée par Adolfo Casais Monteiro), il avait décidé d’en noter « directement par écrit une version française [...] nécessairement informe et provisoire ». C’est pourtant ce premier jet repris et corrigé qui sera à l’origine de la traduction véritablement inspirée que nous pouvons encore lire aujourd’hui aux éditions Fata Morgana6. Avant même cet épisode, le 15 février 1942, Guibert avait publié une « Note sur Fernando Pessoa » dans La Tunisie française, accompagnée d’une première traduction du célèbre poème sur la moissonneuse « Elle chante, pauvre moissonneuse... ». Il entreprit ensuite de faire circuler Pessoa dans un réseau très dense d’articles, de traductions et d’amitiés, ne se laissant décourager par aucune rebuffade – telle celle, célèbre, de Camus refusant d’abord Pessoa chez Gallimard.

24Ce fut donc pour commencer une salve d’articles, le plus souvent accompagnés de traductions :

  1. 1952, dans Exils : « Fernando Pessoa ou l’homme quadruple », suivi d’une première traduction intégrale de Bureau de Tabac ;
  2. 1955, dans Planètes ;
  3. juillet 1955, dans Arts, avec un fragment de l’Ode Maritime ;
  4. 1956, dans le Journal des Poètes à Bruxelles : « Fernando Pessoa, poète masqué » ;
  5. 1956 ou 1957, dans Preuves « Fernando Pessoa ou le poète multiplié » ;
  6. 1958, dans Synthèse, à Bruxelles encore : « Fernando Pessoa (1888-1935) » ;
  7. 1957-1958, dans les Annales du Centre Universitaire Méditerranéen : « Un grand poète portugais : Fernando Pessoa, homme quadruple » ;
  8. 1959, dans Two Cities ;
  9. 1959 au Colloque Luso-Brésilien de Bahia : « Fernando Pessoa et la culture anglo-saxonne » ;
  10. 1960, dans le Figaro Littéraire : « Gratte-papier obscur, kabbaliste, voyant, poète maudit, Pessoa entre, après un quart de siècle, au panthéon de la poésie universelle » ;
  11. 1960 encore à Bruxelles, encore dans le Journal des Poètes : « Fernando Pessoa le quadruple » ;
  12. 1961, dans Preuves : une traduction de l’Ode Martiale ;
  13. 1963, la traduction de « deux Fragments d’Odes » de Campos dans L’VII de Bruxelles ;
  14. 1964, dans La Revue des Voyages : « Fernando Pessoa, ou l’unité démystifiée ».
  • 7 Toutes ces indications bibliographiques au sens large sont puisées dans « Visage avec masques », A (...)

25Donc, sur plus de dix ans, pas d’années sans un ou deux articles. Il élabora aussi des émissions de télévision, « Fernando Pessoa l’homme multiplié », les 23, 25, 27 novembre et le 2 décembre 1960, dans le cadre des émissions culturelles de l’ORTF sur France III7.

26Et dans la même période, jaillirent les grandes traductions : 1955 voit la parution à la fois de Bureau de Tabac, dans une collection dirigée par le poète Alain Bosquet (collection « Planètes », éditions Caractères) et de l’Ode Maritime (aux éditions Seghers.) ; en 1960 l’Ode Triomphale suit, aux éditions Jean-Pierre Oswald, On remarquera que, non sans sagesse, Guibert suit la même stratégie de publication que Pessoa, en commençant par livrer au public les grands poèmes spectaculaires de l’hétéronyme Campos, et en gardant pour plus tard le dévoilement du Maître austère, Caeiro, du disciple latinisant Reis ou du sinueux orthonyme. Cette affirmation est à modérer, dans la mesure où Bureau de Tabac et autres poèmes en 1955 inclut déjà des poèmes essentiels de Caeiro (Dont le poème 5 du Gardeur de Troupeaux), des poèmes de Reis et de Pessoa en personne. Les grands poèmes de Campos sont donc la « locomotive » qui tire les autres hétéronymes.

27En 1960, Guibert réalise dans l’extraordinaire collection de Pierre Seghers (Poètes d’aujourd’hui), un « Pessoa », voué à être réédité, où sont présentés cette fois, en même temps qu’une piquante biographie et de savantes études de chacun des hétéronymes, des traductions de chacun des quatre poètes ainsi que des extraits de Message et quelques poèmes ésotériques. Ce petit livre demeure une excellente synthèse du poète.

28En 1960 aussi, Guibert gagne enfin la parution, dans la petite collection « Poésie » de Gallimard, de l’œuvre poétique de Caeiro : le recueil Le gardeur de Troupeaux, accompagné du Pasteur Amoureux et des Poèmes désassemblés, ainsi que de quelques proses de Reis, Campos et Pessoa.

29En 1978, il publie aux éditions Alfred Eibel à Lausanne Visage avec masques. Ce petit livre contient, à côté de traductions inédites (dont celle de Coelho Pacheco), un remarquable exposé des vues de Guibert sur la traduction, exposé suscité par les pertinentes et profondes questions de Pierre Rivas. Guibert y met en particulier l’accent sur la part « érotique » qu’il y a dans le travail de traduction, aspect souvent passé sous silence en dépit de son importance. Je le cite : « Il y a une espèce d’érotique. Car la traduction [...] comporte une part passionnelle et il me semble qu’en épousant l’œuvre de l’auteur étranger, il faut qu’il y ait déjà un élan d’amour vers lui, sans quoi la traduction est une œuvre frigide et purement vénale. Et dans cet appel il y a une part proprement sensuelle. »

30Sa dernière traduction publiée sera de 1987 : Opium à bord aux Éditions Unes.

31On relèvera tout de même ceci : que de 1942 à 1985, soit pendant 43 ans, Guibert fut seul à faire œuvre de traducteur en français du poète – exception faite d’une traduction de Bureau de Tabac par Adolfo Casais Monteiro et Pierre Hourcade en 1952 aux éditions Inquérito à Lisbonne – ! Ensuite... ensuite le vent aura tourné. En 1985 c’est le cinquantenaire de la mort du poète. Surviennent les grands projets : une édition complète de Pessoa dans des traductions nouvelles et collégiales aux éditions Bourgois. Guibert y participera en donnant une préface au tome IV (les œuvres poétiques d’Alvaro de Campos), et puis – consécration ou réparation, ce qu’il ne verra pas (étant mort en 1990), l’entrée de Pessoa dans la Pléiade en 2001.

32S’agissant d’Armand Guibert, je voudrais ajouter que peut-être plus remarquable encore est ceci : même sur les points où son travail de défricheur est resté incomplet – par exemple sur la prose du Livre de l’Inquiétude qu’il ne connut pas –, ou s’est égaré – comme sur le sens profond de Message qui lui demeura assez étranger, ou sur l’épisode de l’amour d’Ophélie, qu’il sous-estime –, il n’a en rien fait barrage, parce qu’il n’a en tout cas pas suscité de préjugés. On peut reprendre à son sujet ce qu’il dit de Pessoa : « Il sera jeune longtemps, car il n’a pas créé de poncifs. » Eh bien, vis-à-vis du poète, ni l’éloge ni la réserve d’Armand Guibert n’ont créé non plus de poncifs. C’est à ce dernier trait qu’on reconnaît définitivement, me semble-t-il, l’intercesseur.

33À l’occasion de ce colloque, je voudrais faire un vœu : que l’ensemble des textes d’Armand Guibert sur la poésie puissent être regroupés et publiés ensemble. Tous ceux sur Pessoa, bien évidemment, mais aussi les autres, l’étude sur Brooke, les textes sur Rabearivelo, Senghor, Amrouche, Lorca... Nous verrions alors que nous disposons d’un trésor d’études sur les poètes, d’une autre venue que celles d’un Jakobson, mais de grande portée elles aussi. Guibert ne l’avait pas envisagé. Par modestie, parce qu’il s’effaçait devant les poètes : « Je n’ai voulu en vérité » disait-il à propos de Pessoa à Pierre Rivas « être autre chose que l’interlocuteur de ce mort plus vivant à mes yeux que l’immense partie de l’humanité massicotée qui, aujourd’hui même et à cette heure, fait son vain bruit. »

34Ce faisant, il a été le véritable destinataire de ce poète, celui qui trouva et ouvrit la bouteille jetée à l’eau. Je pense qu’il le sut et que sa vie en fut comblée. Car c’est là une chose dont une vie peut être largement comblée. N’a-t-il pas lui-même écrit : « Un texte de Pessoa [...] se vit autant qu’il se lit ? » Mais ce fut aussi l’effet d’une chance, d’un hasard, auquel il lui avait fallu d’abord disposer sa vie pour être à même de l’accueillir. Très tôt, à Tunis en 1937, Armand Guibert avait publié un recueil d’articles et d’essais sous le titre, qui est en soi l’épigraphie d’un blason : Poésie d’abord. J’espère vous avoir convaincus que cette fière devise fut par lui haut tenue. Marchons sur ses traces, instruisons-nous, nous aussi, dans les rencontres hasardeuses avec les poètes, et apprenons à penser dans ce qu’il appela un jour « l’université des carrefours ».

Notes

1 Ossip Mandelstam, « De l’interlocuteur » in De la poésie, coll. « Arcades », Gallimard, 1990. Toutes les citations qui suivent sont extraites de ce texte.

2 Paul Celan, « Allocution de Brême » in Le Méridien et autres proses, coll. « La Librairie du xxi e siècle », Seuil, 2002.

3 Armand Guibert, Oiseau privé, édition Belfond, 1984.

4 Fernando Pessoa, Poésies d’Alvaro de Campos avec le Gardeur de Troupeaux et les autres poèmes d’Alberto Caeiro, NRF, Poésie Gallimard, 1987.

5 Armand Guibert, Fernando Pessoa, coll. « Poètes d’aujourd’hui », Seghers, 1973

6 « Ode Maritime de Fernando Pessoa traduite par Armand Guibert aux éditions Fata Morgana », 1980.

7 Toutes ces indications bibliographiques au sens large sont puisées dans « Visage avec masques », Alfred Eibel Éditeur, 1978, où elles ont été rassemblées par Guibert lui-même. En complément (provenant pour l’essentiel de la même source) :
Bibliographie (non pessoenne) d’Armand Guibert : .../...
1. ESSAIS :
– Rupert Brooke, publié en français aux Éditions Emiliano degli Orfini, Gênes, Italie, 1933.
– Patrice de La Tour du Pin, ouvrage collectif, Éditions Mirages, Tunis, 1934.
– Poe’sie d’abord, Cahiers de Barbarie, Éditions Mirages, Tunis, 1937.
– Notre frère Rabearivelo, Éditions Chariot, Alger, 1941.
– « La jeune poésie française » tiré à part du Bulletin de l’Institut Français au Portugal, Coimbra, 1943.
– Federico Garcia Lorca « Chansons gitanes », Cahiers de Barbarie, Éditions Mirages, Tunis, 1935, republié en 1947 dans la coll. « Poètes d’aujourd’hui », chez Seghers, plusieurs fois réédité.
– Léopold Sédar Senghor, coll. « Poètes d’aujourd’hui » chez Seghers, 1967, réédité ensuite.
– Léopold Sédar Senghor, coll. « Approches », Édition Présence Africaine, Paris, 1962.
– « Jean Amrouche par un témoin de sa vie », tiré à part de la Revue des Lettres, Paris, Ier trimestre 1973.
– Tropismes méditerranéens dans l’œuvre de Manuel Teixeira-Gomes, 1981.
C’est l’ensemble des essais ci-dessus que je souhaiterais voir rassemblés et publiés, avec les essais et pré
faces sur Pessoa.
– Méditation sur un timbre-poste (Henri le Navigateur), Monomotapa, Tunis, 1940.
2. ŒUVRE POÉTIQUE :
– Transparence, Éditions des Cahiers Libres, 1926.
– Enfants de mon silence, Studio Technique d’Éditions, Toulouse 1931.
– Palimpsestes, vers et proses, Éditions Mirages, Tunis, 1933.
– Oiseau privé, Éditions de Monomotapa, Tunis, 1939.
– Microcosmies, coll. « Oiseau Privé », Paris, 1969 (hors commerce).
– Astrales, coll. « Oiseau Privé », Paris, 1972 (hors commerce).
3. VOYAGE :
– Périple des Îles Tunisiennes, Éditions Monomotapa, Tunis, 1938 (Prix de Carthage 1938), réédité en 1999 par Alfred Eibel, Éditions « L’esprit des péninsules », 21 rue du Grand Prieuré, 75011 Paris.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search