Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jorge Amado

 | 
Rita Olivieri-Godet
, 
Jacqueline Penjon

Lectures plurielles des romans amadiens

Jorge Amado et l’écriture de la marge dans la figuration identitaire

Rita Olivieri Godet

Texte intégral

— [...] há de nascer, crescer e se misturar, ninguém pode impedir. Tem razão, camarado, é isso mesmo, ninguém pode acabar com a gente nunca. Ninguém, meubom.
Pedro Archanjo, Tenda dos Milagres

1Cette étude s’attache à préciser les éléments d’une écriture de la marge dans la identitaire de l’univers à d’une lecture figuration romanesque amadien, partir de Tenda dos Milagres (1969). Centré sur l’affrontement entre culture académique et culture populaire, ce roman confronte différentes formes de production de connaissances, en mettant en valeur le savoir et les pratiques sociales populaires, socialement et culturellement marginalisés. Le choix que fait l’écrivain est celui du Sud, dans le sens métaphorique que le sociologue portugais Boaventura de Souza Santos attribue à ce mot pour désigner les opprimés. Toute l’œuvre d’Amado porte les traces de la scission hiérarchique Nord/Sud qui oppose un Centre capitaliste hégémonique et moderne à une périphérie marginalisée et opprimée. Cet antagonisme n’étant pas le privilège d’affrontements entre nations, il se reproduit à l’intérieur même des frontières d’une nation.

  • 1 Voir Boaventura de Souza Santos, Pela mão de Alice : o social e o politico na pós-modernidade, São (...)
  • 2 Expression employée par Homi Bhabha pour parler de la nation divisée à l’intérieur d’elle-même, li (...)

2Je tenterai de montrer que, dans l’univers romanesque de Tenda dos Milagres, la figuration identitaire se focalise sur ces marges sociales, que Boaventura de Souza Santos appelle « l’autre du Centre1 », tout en projetant une image scindée de la société. On y voit surgir une « nation barrée2 » dans laquelle les valeurs hiérarchiques de la culture dominante sont mises en cause.

3La marge est également cet espace blanc qui entoure le texte imprimé. Métaphoriquement, une écriture de la marge est celle qui fait parler cet espace blanc de la page : les mots rescapés du silence trouvent leur espace de lisibilité, ils peuvent faire face et créer des fissures dans l’homogénéité d’un discours élitiste qui se veut le garant de la vérité. Une écriture ouverte à l’écoute de la marge interrogera donc les idées reçues, s’ouvrira à de nouvelles valeurs et à d’autres formes de sociabilité.

4Dans cette étude, j’essaie de montrer que Tenda dos Milagres dénonce les tendances d’exclusion de la société brésilienne principalement sous l’angle des rapports ethniques et culturels. La réflexion sur la production culturelle conduit à une interrogation sur les rapports entre les intellectuels et la société. Dans cet ample territoire imaginaire que le texte construit, l’auteur intègre les productions de la culture populaire, dénonce l’aristocratie intellectuelle institutionnalisée et projette, à travers le personnage de Pedro Archanjo, l’image d’un intellectuel organiquement lié à son peuple. Tenda dos Milagres peut aussi être lu comme une chronique de l’intellectualité brésilienne et bahianaise de la fin du xixe siècle à la fin des années 60. On y voit, à côté de personnages fictifs, les noms d’intellectuels, d’écrivains et d’artistes envers qui le narrateur ne dédaigne pas d’émettre jugements sarcastiques ou sympathies explicites.

Les épigraphes : en marge du texte romanesque

5Pour bien comprendre les ingrédients du roman, il est important d’analyser la fonction des épigraphes dans Tenda dos Milagres. Tous les lecteurs de Jorge Amado ont pu remarquer son usage fréquent des épigraphes, ces éléments prestigieux des bordures du texte qui risquent d’être négligés par un lecteur pressé de se laisser séduire par l’univers romanesque. Ce roman tisse des liens très serrés entre ses cinq épigraphes et le monde fictif qu’il met en mouvement. Ces épigraphes représentatives de l’intense activité intertextuelle et interdiscursive qui caractérise l’élaboration du roman orientent de façon très précise l’horizon d’attente du lecteur en lui signalant les principales composantes thématiques, l’orientant vers la tonalité polémique de l’œuvre.

6L’épigraphe, comme l’a souligné Gérard Genette, désigne, entre autres choses, le choix que l’écrivain fait de ses pairs. La première reproduit deux vers d’un poème de Gregório de Mattos placé en tête de ses œuvres complètes : « Isto sois, minha Bahia, /Isto passa em vosso burgo. » À l’instar du poète baroque, Amado indique son intention de faire de son roman une chronique des mœurs du viver baiano. Il le fera, en effet et, comme dans l’œuvre de Gregório de Mattos, les letrados ne seront pas oubliés. Le choix d’une citation du poète surnommé « Boca do Inferno » souligne, indirectement, au niveau de l’écriture, un désir de filiation avec l’ironie mordante de ce « chroniqueur » de son temps, une volonté d’adhésion à une certaine lignée de la littérature brésilienne, baroque, carnavalesque et populaire.

  • 3 « La photo interdite depuis 300 ans ».

7Une deuxième épigraphe renforce les liens entre le roman et l’œuvre du poète baroque. Il s’agit d’une longue citation du critique littéraire James Amado, responsable de la première édition des œuvres complètes de Gregório de Mattos, parue en 1968. La citation est extraite de la présentation de la deuxième édition du critique, significativement intitulée « A foto proibida há 300 anos3 ». Cette épigraphe (reproduite en partie ci-dessous) nous donne des pistes sur les sources d’inspirations du récit de Tenda dos Milagres, quant à la fabulation et à la caractérisation du protagoniste du roman. On peut y deviner l’intention d’établir un lien entre son protagoniste et la personnalité légendaire de poète rebelle et marginal qui se construit autour de Gregório de Mattos. Ce rapprochement est d’autant plus significatif qu’Amado fait coïncider la date de la découverte de l’œuvre de Pedro Archanjo avec la date de la première édition des œuvres complètes du poète baroque :

Resta-lhes [aos doutores] pois um recurso em grande moda : conformá-lo a outra imagem [...] Farão um imenso robot, dócil e institucionalizado. Um moderno engenho integrado no sistema que falece ou no que vira. [...] Com a força da propaganda, eles o disseminarão por todas as idades, da criança ao velho, e o estabelecerão com a eficiência de sua verdade comedida [...] como qualquer mercadoria industrial.

8L’épigraphe annonce un élément clé de la thématique romanesque, la mise en question de la construction de la culture officielle et hégémonique. D’une certaine façon, elle anticipe sur le commentaire du texte, puisque cette problématique sera développée sur un des deux plans narratifs du roman, celui qui met en scène les commémorations du centenaire de Pedro Archanjo, en 1968.

  • 4 Pour une présentation de la vie et de l’œuvre de Manuel Querino voir la préface d’Artur Ramos dans (...)
  • 5 « [...] c’était le cas aussi d’un homme qui est mort, Miguel Santana, à partir duquel j’ai bâti le (...)

9Une autre épigraphe fait ressortir une citation de Manuel Querino4, dans son étude O Colono preto como fator da civilização brasileira, publiée dans les annales du 6e Congrès brésilien de géographie en 1918 : « O Brasil possui duas grandezas reais : a uberdade do solo e o talento do mestiço ». Cette épigraphe indique un autre axe thématique du roman, celui qui concerne les rapports ethniques, le débat sur les théories raciales et l’éloge du métissage. En choisissant une citation de Manuel Querino, Amado attire l’attention sur l’œuvre pionnière et un peu oubliée de celui qui fut le premier Brésilien à mettre en valeur la contribution africaine à la culture brésilienne, ouvrant ainsi le chemin à une interprétation positive du métissage. Les études ethnographiques et sociologiques de Querino sur les afro-brésiliens, publiées entre 1906 et 1918, en pleine période de racisme scientifique et d’idéologie du blanchiment, ont été reçues avec indifférence. En 1938, Artur Ramos tente de sauver de l’oubli l’œuvre de Querino, en éditant un recueil de ses textes, Costumes africanos no Brasil. Malgré cela, l’œuvre de cet afro-brésilien qui a consacré sa vie à étudier sa culture n’a jamais joui d’une pleine reconnaissance. Amado se sert de la vie et de l’œuvre de Querino comme sources inspiratrices pour bâtir son personnage de Pedro Archanjo qui, comme il le dit luimême, est « la somme de différentes personnes5 ». Tout comme Querino, Archanjo proclamera la grandeur du métissage.

  • 6 Expression employée par Gérard Genette : « De même, dans une épigraphe, l’essentiel bien souvent n (...)

10À ces trois épigraphes authentiques par lesquelles Amado produit l’« effet de caution indirecte6 » de son texte, l’écrivain ajoute deux citations qui renvoient directement à l’univers fictif du roman. Elles participent d’une propriété du tissage romanesque qui lie éléments véridiques et élaborations fantastiques naturellement incorporées à la représentation du quotidien de l’époque. Une des épigraphes en question est présentée comme extraite d’une fiche de police sur Pedro Archanjo, en 1926 : « Pardo, paisano e pobre – tirado a sabichão e a porreta » (Mulâtre, minable et miséreux – faisant le savant et le dur). Cette épigraphe ébauche un portrait du protagoniste établi par ceux qui sont chargés de maintenir l’ordre social, tandis que la dernière épigraphe « Iaba é uma diaba sem rabo » (Iaba est une diable sans queue), attribuée à un scénario de film de l’artiste Carybé, plonge le lecteur dans l’imaginaire de la culture populaire qu’il retrouvera dans l’univers romanesque de Tendu dos Milagres.

11On constate donc que les principaux ingrédients du roman, ainsi que le registre polyphonique et polémique de son discours, nous sont donnés par anticipation.

Tenda dos Milagres : les marges de la culture hégémonique

12De tous les romans amadiens, Tenda dos Milagres est le plus représentatif de la pensée hétérotopique d’un auteur qui, depuis les années 30, déplace et dérange les paradigmes sociopolitiques et moraux des élites brésiliennes. Élément d’un combat en faveur des modèles alternatifs de sociabilité, il s’agit d’une sorte de roman-synthèse illustrant une pensée qui s’éloigne d’une vision manichéenne et sectaire et qui s’appuie sur le symbolisme du métissage pour esquisser un projet de société où le mélange est le principe médiateur des conflits, non seulement ethniques mais également de classes et de cultures. Véritable plaidoyer pour la culture populaire et manifeste contre toutes sortes de préjugés et de dogmes, ce roman présente une pensée en mouvement, ouverte au débat des idées. Contrairement à la logique des paradigmes sociaux dominants, le parti pris est celui de convaincre par l’argumentation plutôt que par le recours à une autorité quelconque, fût-elle politique ou intellectuelle.

  • 7 Cf. Antonio Candido « Se encararmos em conjunto a sua obra, veremos que ela se desdobra segundo um (...)

13La force de Tenda dos Milagres réside peut-être dans son caractère de roman d’idées qui ne sacrifie pas la construction du récit. Ainsi, il ne renonce pas à une des caractéristiques fondamentales de l’œuvre romanesque d’Amado, soulignée par le critique littéraire Antonio Candido7, qui réside dans l’alliance dialectique entre poésie et document. Les idées y surgissent de façon polyphonique, construisant un espace dialogique de confrontation idéologique des discours sociaux en rapport avec les stratégies de la fabulation.

  • 8 Sur le concept de peuple dans les discours de construction de la nation, je renvoie à Homi Bhabha, (...)

14L’action de Tenda dos Milagres se déroule sur deux plans temporels et le récit évolue par alternance. Un premier plan, dont les marques temporelles situent l’action dans la première moitié du xxe siècle, met en scène les épisodes de la vie de bohème et, en même temps, de combat du protagoniste Pedro Archanjo, dans le quartier pauvre du Pelourinho. Sur un deuxième plan narratif, l’action se déroule en 1968 et décrit les événements qui ont ouvert la commémoration du centenaire de Pedro Archanjo. Elle rappelle les manigances des élites intellectuelles pour calquer une autre image sur la vraie personnalité d’Archanjo, la vidant de son contenu marginal et rebelle, redessinant un portrait en conformité avec les paradigmes de la culture nationale officielle. D’une part, le narrateur nous raconte la vie d’un antihéros : Pedro Archanjo, leader populaire, figure emblématique du peuple comme sujet de l’histoire. D’autre part, le roman exhibe le processus de mythification d’un héros où le peuple n’est plus que simple objet d’une stratégie rhétorique patriotique8. Cette double articulation temporelle attire l’attention du lecteur sur l’abîme séparant le vécu du récit du vécu lui-même, en mettant en évidence les manœuvres employées par les élites de la nation visant à la transformation de l’histoire en idéologie. Elle permet aussi de mettre en parallèle deux univers culturels : celui d’un pays d’illettrés dont le narrateur souligne les valeurs de solidarité et les croyances et celui des élites culturelles dont il expose les préjugés et les formes de pensée stéréotypées.

Le vaste territoire contre les murs de l’Académie

15Dans une sorte de préface qui ouvre le roman, la voix d’un narrateur qui, dès le début, se montre solidaire de l’univers imaginaire populaire qu’il va peindre présente ainsi l’espace où se meut le personnage Pedro Archanjo :

  • 9 Jorge Amado, Tenda dos Milagres, Rio de Janeiro, Record, 39a ed., 1998, p. 1. Nous désignerons cet (...)

No amplo território do Pelourinho, homens e mulheres ensinam e estudam. Universidade vasta e vária, se estende e ramifica no Tabuão, nas Portas do Carmo e em Santo Antônio Além-do-Carmo, na Baixa dos Sapateiros, nos mercados, no Maciel, na Lapinha, no Largo da Sé, no Tororó, na Barroquinha, nas Sete Portas e no Rio Vermelho, em todas as partes onde homens e mulheres trabalham os metais e as madeiras, utilizam ervas e raízes, misturam ritmos, passos e sangue ; na mistura criaram uma cor e um som, imagem nova, original9.

16On observe, tout d’abord, le dessein d’ancrer l’univers romanesque dans un espace où se déploie le quotidien de la vie du peuple. La représentation métonymique du quartier pauvre du Pelourinho le transforme en chef-lieu du territoire spatial et imaginaire de la vie sociale du peuple. Ces rapports de contiguïté lient l’espace à l’imaginaire populaire envisagé dans le dynamisme de ses multiples manifestations. La force et la grande étendue de ce territoire sont suggérées par l’énumération des toponymes, ainsi que par le choix de mots divers qui développent un noyau sémique commun : amplo, vasta, vária désignent la pluralité ; estende, ramifica signalent l’amplification. Vaste et pluriel, ce territoire est aussi celui du mélange, perméable à toutes sortes de rituels de la vie quotidienne du peuple. Ainsi, le roman prend en compte l’importance des pratiques quotidiennes dans un processus qui engendre de nouvelles formes de sociabilité. Le territoire du Pelourinho semble imprégné d’une logique passionnelle et ludique qui associe la joie de vivre, le travail et le combat. C’est de cet original mélange que naît la capacité de résistance du peuple.

17Dans son effort pour dépasser le cloisonnement de l'activité humaine entre faire et savoir, le roman érige le vaste territoire du Pelourinho sur les bases d’un savoir qui émane de l’expérience du vécu, d’une activité pratique, d’une sensibilité instinctive. On est face à une production intellectuelle et artistique qui se fait dans la rue, dans les espaces publics, en dehors des murs des institutions sociales : « Aqui, no território do Pelourinho, nessa universidade livre, na criação do povo nasce a arte » (TM, p. 2). Une longue énumération de différentes activités qui occupent la population du Pelourinho révèle la diversité et l’importance du travail des gens du peuple : « Os professores estão em cada casa, em cada tenda, em cada oficina ». Vie matérielle et élaborations symboliques se trouvent ainsi associées. Le symbolisme du lieu de la « Boutique aux miracles » se veut significatif du pouvoir de résistance de cette culture populaire et métisse aux agressions de toutes sortes dont elle est l’objet.

A Tenda continuava, no entanto, a ser o centro da vida popular, ruidosa assembléia de conversas, idéias, realizações. Ali se escondiam pais e mâes-de-santo perseguidos, ali foram preservadas riquezas dos axés, ali o pai Procópio curou-se da surra de chicote que lhe rasgou as costas na polícia. (TM, p. 243)

  • 10 Affirmation de l’historien João José Reis dans un bel article sur l’histoire de la répression des (...)

18Le choix de revisiter l’histoire de la répression de la culture populaire afro-bahianaise, pendant les premières décennies du xxe siècle, permet de dénoncer la présence de la violence quotidienne subie par le peuple. Le roman donne une large place à l’impitoyable persécution que les élites qui voulaient « civiliser » la ville ont infligé à la culture afro-bahianaise, interdisant le défilé des afoxés pendant le carnaval, les rites de candomblé, en fermant les terreiros. Ainsi, le texte active la mémoire historique sur les composantes africaines de la culture bahianaise en soulignant l’origine du préjugé, de la division et de la hiérarchie sociales. Si aujourd’hui, nous pouvons affirmer que les Africains ont civilisé la ville de Salvador10, Tenda dos Milagres nous rappelle l’histoire de la répression et les chemins difficiles de la résistance.

19Les composantes antithétiques de la fabulation et de la structure romanesque font ressortir l’opposition entre deux projets de civilisation qui se sont affrontés au moment où le pays voulait s’affirmer en tant que jeune nation républicaine indépendante, ce qui d’une certaine façon, à quelques paramètres près, se perpétue aujourd’hui. Quel projet de civilisation et pour quelle nation ? Contre un projet de modernisation de la nation basé sur des matrices coloniales et sur une rhétorique de l’exclusion, Tenda dos Milagres soutient un projet d’inclusion du Brésil périphérique. Ainsi le roman engendre une réflexion axée sur les rapports d’ethnie, sur les relations entre les codes de la culture érudite et populaire, sur la pluralité de pratiques sociales et de modalités de connaissance, s’ouvrant ainsi à une figuration identitaire bâtie sur une symbolique du métissage aussi bien ethnique, que culturel et de classes.

20La discussion qui oppose les théories racistes aux théories du métissage entraîne une réflexion sur les rapports entre la culture populaire et la culture académique au sein d’une société encore largement illettrée, déterminant une construction antithétique de l’espace qui opposera la « Boutique aux miracles » située dans le Pelourinho à la Faculté de médecine de Bahia, ancien Collège des Jésuites, premier établissement d’enseignement du Brésil.

21La discussion d’un projet pour le Brésil a comme toile de fond les rapports ethniques. Deux grandes tendances se confrontent : les idées eugéniques qui dominaient 1’intellectualité brésilienne du début du siècle et que l’on retrouve dans les œuvres de Silvio Romero, Tobias Barreto, Euclides da Cunha, Nina Rodrigues, et celles qui mettent en valeur le processus du métissage, dont l’œuvre de Manuel Querino est représentative. Ces dernières se sont particulièrement développées à partir des années 30 en dressant le drapeau de la tolérance ethnique (Artur Ramos, Gilberto Freyre).

22L’intertexte social s’appuie largement sur les théories scientifiques de la fin du xixe siècle, inspirées du darwinisme social, du déterminisme de Taine et du positivisme de Comte. Ces théories érigent la science comme la seule forme de connaissance de la réalité et disséminent des idées racistes prétendument fondées sur une base scientifique comme par exemple l'Essai sur l’inégalité des races humaines (1853-1855) de Gobineau, cité dans le roman. Ces idées, qui ont profondément marqué les intellectuels brésiliens jusqu’aux années 30, sont mises en cause par le narrateur qui, non content de dénoncer une pseudoscience qui cache des préjugés racistes, parvient à démasquer le processus de construction de la légitimité du discours scientifique. Le parcours de l’écriture amadienne dans la recréation esthétique de ce débat est loin d’être impartial. Il souligne les enjeux idéologiques et propose une éthique intellectuelle.

23Dans l’univers de la fiction, on voit s’élever, contre les idées racistes défendues par Nilo Argolo, professeur de la Faculté de médecine de Bahia, la voix de Pedro Archanjo, simple appariteur dans cette même Faculté, pauvre, métis, vagabond, autodidacte, initié aux rites afro-bahianais du candomblé et prophète du métissage. D’un côté la production intellectuelle issue de l’Académie, de l’autre un savoir qui s’ouvre à des pratiques sociales ancrées dans la vie et la culture populaires sans pour autant rejeter les contributions de la culture savante.

24Le personnage de Pedro Archanjo représente un modèle d’intellectuel capable de bâtir un pont entre les cultures populaire et académique, un intellectuel dont la tâche est d’aller à la rencontre des problèmes concrets de la vie sociale de son peuple. En s’appropriant les instruments de la culture savante, il inaugure une manière de parler et d’envisager la culture populaire. Dès lors qu’il ose prendre la parole depuis la marge, il opère un déplacement dans les rapports traditionnels entre culture et pouvoir. Le roman va donc figurer ce potentiel de construction d’une pensée autonome, associé à une pratique libertaire, au sein des couches sociales les plus défavorisées. Pedro Archanjo fait peur aux élites parce qu’il exprime ce décentrement face aux idées dominantes.

  • 11 Nina Rodrigues, O Animismo fetichista dos negros da Bahia (1900), As Raças humanas e a responsabil (...)

25Dans les quatre livres qu’il a écrits, et qu’il a réussi à publier dans des éditions précaires reprographiées, Pedro Archanjo ose élever sa voix contre les théories racistes du professeur Nilo Argolo, de la Faculté de médecine, haut lieu de l’intellectualité bahianaise. Document et poésie, réalité et fiction se mêlent dans la composition romanesque amadienne, en une claire allusion aux idées eugéniques du médecin Nina Rodrigues11, qui se développent au début du xxe siècle à la Faculté de médecine de Bahia. Ainsi le roman intègre la littérature ethnologique du début du siècle à Bahia où se sont opposés les travaux de Nina Rodrigues et ceux de Manuel Querino. Tous deux ont manifesté leur intérêt pour la culture populaire, mais, tandis que le premier, prisonnier des impases des théories de la dégénérescence métisse, ne pouvait donc donner qu’une interprétation négative de cette culture, le second a révélé la richesse et la force de cette culture afro-bahianaise.

26Un des procédés par lequel le narrateur croise les discours de l’intertexte social est celui du pastiche des titres des ouvrages publiés à cette époque. C’est ainsi que le titre d’un article du professeur Argolo, A degenerescência psíquica e mental dos povos mestiços – o exemplo da Bahia (1904), renvoie aux préjugés raciaux masqués derrière le discours scientifique de l’époque. A l’opposé, les titres des ouvrages d’Archanjo, A Vida popular na Bahia (1907), Influências africanas nos costumes da Bahia (1918), Apontamentos sobre a mestiçagem nas familias baianas (1928), A Culinária baiana – suas origens e preceitos, évoquent la production intellectuelle de Manuel Querino : A raça africana e seus costumes (1916), A Bahia de outroravultos e fatos populares (1916), O Colono preto como fator da civilização (1918), A Arte culinária na Bahia. Ces titres renvoient également à la production de l’anthropologie et de la sociologie brésiliennes qui, à partir des années 30, met en valeur la contribution africaine dans le processus du métissage, considéré comme une originalité brésilienne.

27Dans le roman, les idées perturbatrices de Pedro Archanjo s’inscrivent en marge de la production pseudo-scientifique académique. La polémique provoquée par l’œuvre d’Archanjo dépasse à peine les murs de la Faculté de médecine. Archanjo perd son poste d’appariteur, la police le poursuit, brûle ses livres, mais son ami Lidio Corró réussit à sauver quelques volumes et à les envoyer aux bibliothèques brésiliennes et étrangères. Archanjo meurt en 1943, à un moment où les idées eugéniques ressurgissent dans le monde entier, cette fois-ci avec la force des armes. Il meurt dans la misère, oublié de tous, sauf de son peuple.

Pedro Archanjo : le portrait institutionnalisé

28L’autre plan narratif, centré sur l’organisation de la fête du centenaire de Pedro Archanjo en 1968, date emblématique à plusieurs titres, rapproche les événements du présent de l’énonciation narrative et ceux de la date de publication du livre. Cette contemporanéité de l’histoire racontée permet au romancier de développer la chronique de l’intellectualité bahianaise pendant la période la plus dure de la dictature. De cette manière, le roman examine les rapports entre les intellectuels et la société, en soulignant les mécanismes de légitimation de l’élite intellectuelle hégémonique, auxquels il oppose des conceptions plus autonomes et démocratiques de la condition de l’intellectuel.

29Le roman fait particulièrement ressortir la continuité des rapports de dépendance et d’admiration passive que les élites intellectuelles brésiliennes entretiennent vis-à-vis du Centre, les nations capitalistes hégémoniques. Un détail de l’intrigue veut que l’importance de l’œuvre de Pedro Archanjo soit révélée par un grand savant nord-américain dans son Encyclopedia of life in the tropical and underdeveloped countries. Dans cette œuvre, Archanjo, qui de son vivant n’était qu’un simple appariteur de la Faculté de médecine, est promu au rang de « distinguished Professor, member of the Teacher’s Council ». La visite de ce savant au Brésil déclenche une vraie « mode Archanjo » chez les intellectuels brésiliens, malgré leur totale ignorance de sa vie et de son œuvre, le professeur Ramos de Rio de Janeiro excepté, allusion claire au grand anthropologue Artur Ramos. Le roman rend hommage à ce spécialiste de la culture afro-brésilienne, responsable de l’édition d’un recueil de textes de Manuel Querino publié après sa mort, en 1938, sous le titre de Costumes africanos no Brasil. Ainsi est mis en relief le combat mené par des savants consciencieux pour préserver et réhabiliter l’héritage culturel afro-brésilien :

Um tanto amarga, como se nota, a entrevista do professor Ramos, mas, convenhamos : sobravam-lhe razões para sentir-se melancólico – tantos anos lutando por um lugar ao sol para o pobre Archanjo, sem nada conseguir, ouvindo recusas de editores, estultícias e ameaças de Viana Dedo-Duro, enquanto, com uma única entrevista, um estrangeiro pusera em movimento toda a imprensa e a matilha dos intelectuais a farejar os livras, a fuçar a memória do ignorado baiano – intelectuais de todas as tendências e correntes, sem distinção de ideologias, os festivos e os soturnos, pois Pedro Archanjo entrara em moda e quem não conhecesse e não citasse suas obras não poderia considerar-se atualizado e para frente. (TM, p. 19)

30Dans cette sorte de cartographie que le roman dessine de l’intellectualité brésilienne, ce fragment met en accusation le mode de fonctionnement d’une pensée intellectuelle brésilienne colonisée. C’est une critique impitoyable contre l’admiration passive qu’elle cultive envers la production intellectuelle étrangère et l’indifférence, voire le mépris, qu’elle voue aux œuvres qui s’écartent du phénomène de mode et d’imitation des idées produites par le Centre. C’est aussi une façon de mettre au jour les rapports complices que l’élite entretient avec le pouvoir.

31L’avilissement de la condition d’intellectuel est représentée de manière caricaturale par l’apparition d’un narrateur-personnage, chargé d’exposer au lecteur le résultat de sa recherche sur la vie de Pedro Archanjo. Par l’intermédiaire de ce narrateur-personnage, poète et journaliste médiocre, Fausto Pena – nom qui désigne à lui seul la contradiction du protagoniste, rêve de gloire littéraire et médiocrité–, le lecteur pénètre dans les mesquineries et les calculs qui orientent le jeu que certains intellectuels entretiennent avec le pouvoir. Chargé par un grand savant nord-américain de faire une enquête sur la vie de Pedro Archanjo, Fausto Pena découvre son origine humble et métisse, ses mauvaises fréquentations, son comportement rebelle et provocateur face à l’ordre établi. Il sera obligé de se taire pour ne pas ternir le portrait d’Archanjo que le pouvoir institutionnel et dictatorial veut fabriquer selon les modèles officiels de la culture nationale. On lui interdit la diffusion de ce portrait. La scène du dialogue entre Fausto Pena et le docteur Zezinho, le tout puissant patron du Jornal da Cidade, illustre bien la condition de soumission d’un pseudo intellectuel en quête de gloire. Le poète capitule devant le docteur Zezinho et finit par vendre son silence pour « une bouchée de pain » :

Pensei nas crianças das escolas, vendi por ninharia meu silêncio. Doutor Zezinho, ainda nervoso, completou : Polígamo, que infâmia ! Não era sequer casado ! Meu caro poeta, aprenda esta lição : um grande homem tem de possuir integridade moral e se, por acaso, transigiu e prevaricou, cabe-nos repôlo em sua perfeição. Os grandes homens são patrimônios da Pátria, exemplos para as novas geraçôes : devemos mantê-los no altar do gênio e da virtude. (TM, p. 101)

  • 12 Cf. Marilena Chaui, Brasil : mito fundador e sociedade autoritária, São Paulo, Editora Fundação Pe (...)

32On assiste ici à la mise en scène du même processus d’institutionnalisation auquel l’épigraphe se référait au sujet de Gregório de Mattos. En effet, le texte romanesque expose les stratégies de domestication employées par les élites intellectuelles et politiques, capables de transformer les forces vives et dynamiques de la société en des objets de pédagogie nationaliste. Ainsi, le roman dévoile la construction de ce que Marilena Chaui appelle justement la négation de la division12. Dans cette perspective de construction d’une stratégie d’identification culturelle, qui est celle des élites qui soutiennent F État-nation, il faut fabriquer des attributs identitaires, des noyaux de rassemblement qui rendent possible la reconnaissance par le peuple du corps unique de la nation. La citation souligne le jeu avilissant auquel se prêtent certains intellectuels, exposant au ridicule leur discours trompeur accompagné d’une rhétorique vide et médiocre, et dévoilant leurs idées réactionnaires et leur pouvoir de manipulation. Ce recours stratégique qui consiste à calquer le portrait d’Archanjo sur une autre image vise à le métamorphoser en marchandise idéologique. Une fois aplatie et pasteurisée, cette image est prête à être exhibée et consommée.

  • 13 « Gilberto Gil et Caetano Velloso sont arrêtés en décembre 68 et ils restent en prison pendant deu (...)

33Dans sa représentation conflictuelle et complexe de la cartographie intellectuelle brésilienne, la figure idéalisée de Pedro Archanjo, l’intellectuel issu de la marge de la société, n’est pas la seule à combattre les ignominies du pouvoir. Le roman échappe au manichéisme de classe et réserve une place importante aux intellectuels traditionnels (enseignants, sociologues, anthropologues, journalistes) ainsi qu’aux artistes (peintres, écrivains, chanteurs) qui font face aux tentatives de manipulation et dénoncent les problèmes concrets de la vie sociale. C’est l’occasion, pour le romancier, de rendre hommage à des intellectuels sérieux et renommés tels que le professeur d’anthropologie Thaïes de Azevedo, l’anthropologue Artur Ramos, le professeur Calasans, historien et grand spécialiste de Canudos, tous transformés en personnages de Tendu dos Milagres parmi beaucoup d’autres. Il s’agit également de tirer parti de la contemporanéité du temps du récit et de la date de publication pour souligner la résistance de certains intellectuels et artistes. C’est ainsi que le roman sort de l’ombre, dans laquelle la dictature veut les refouler, ceux qui se sont rebellés par l’usage de la parole, de la chanson ou des armes. C’est dans ce contexte que l’on peut lire les références à Guido Guerra, célèbre écrivain et journaliste connu pour sa verve satirique, maintes fois comparée à celle de Gregório de Mattos ; aux compositeurs Caetano Velloso et Gilberto Gil, arrêtés par les militaires en décembre 68 et exilés en 6913, que l’on reconnaît dans le personnage du jeune chanteur Caetano Gil « bousculant les règles en vigueur ». Il faut aussi relever l’allusion subtile au guérillero Carlos Marighella, assassiné par la dictature en novembre 69. Avec un clin d’oeil aux lecteurs qui connaissent un détail célèbre de la biographie de Marighella : métis, étudiant de Polytechnique, il compose en vers décasyllabiques une épreuve de mathématiques. Ces mêmes éléments sont repris dans la caractérisation du personnage Tadeu Canhoto, fils de Pedro Archanjo. Canhoto renvoie de plus à l’expression argotique « da canhota » pour se référer à quelqu’un qui est de gauche :

Ainda hoje persiste na escola Politécnica a lembrança do estudante Tadeu Canhoto : a prova em versos decassílabos, famosa ; a vocação para a matemática a fazê-lo o predileto do professor Bernard ; a inata capacidade de liderança [...]. (TM, p. 187)

  • 14 Jorge Amado, Bahia de Todos os Santos : guia de ruas e mistérios, Rio de Janeiro, Record, 1996.

34Plus tard, dans l’édition de 1996 de Bahia de Todos os Santos : guia de ruas e mistérios, Amado écrira en toutes lettres le nom de son ami et ancien compagnon de parti : « Retira da maldição e do silêncio e aqui escrevo seu nome de baiano : Carlos Marighella14. » Il s’agit d’une profession de foi de l’écriture amadienne : sauver de l’oubli, rescaper des marges sociales, culturelles, intellectuelles ou politiques tous ceux que les élites oppriment et condamnent au silence.

Tenda dos Milagres : le métissage comme projet

  • 15 Alvaro Cardoso Gomes (org.), « Entrevista biográfica », Jorge Amado, São Paulo, Abril Cultural, co (...)

35Dans une interview du début des années 80, Amado n’hésite pas à définir sa position comme étant celle d’un auteur proche du peuple le plus pauvre, le plus misérable, exploité et opprimé. Il déclare chercher de plus en plus l’antihéros chez les vagabonds, les prostituées, les travailleurs : « Eu sou, no fundo e sobretudo, um romancista de vagabundos e putas... e trabalhadores15. »

36Le choix des marges plurielles effectué par l’auteur va de pair avec une symbolique du métissage qui permet de figurer un projet identitaire basé sur le mélange d’éléments culturels divers qui se rapprochent, s’interpénétrent et se transforment pour créer quelque chose de nouveau :

Formar-se-á uma cultura mestiça de tal maneira poderosa e inerente a cada brasileiro que será a própria consciência nacional, e mesmo os filhos de pais e mães imigrantes, brasileiros de primeira geração, crescerão culturalmente mestiços. (TM, p. 218)

37Les paroles prophétiques de Pedro Archanjo dévoilent une conscience utopique qui se manifeste chez l’auteur tout au long de son écriture. Chez Amado, cette société métisse et plurielle est plus un projet qu’une réalité, comme le montre le complexe univers romanesque de l’écrivain. Cet univers met en scène la structure hiérarchique du pouvoir qui engendre les violents conflits sociaux et les forces brutales et sournoises de l’exclusion. Cette facette réaliste du programme de l’œuvre d’Amado, assise sur un rôle de chroniqueur de son époque est contrebalancée par une facette utopique qui désigne le désir de transformation sociale, enraciné dans le potentiel dynamique de la vie populaire. En construisant un territoire imaginaire perméable à la circulation de multiples cultures, refuge et abri pour toute une population de proscrits sociaux, le roman choisit des marges plurielles et inclusives.

38Ainsi, dans Tendu dos Milagres, Jorge Amado met en œuvre une écriture de la marge qui émane et se nourrit de « l'autre du Centre », en faisant parler les oubliés de la société. L’intégration des marges sociales dans la figuration identitaire d’un projet utopique pour le Brésil abolit la hiérarchie entre culture savante et culture populaire et propose la fusion des différents apports culturels et ethniques de la nation.

Notes

1 Voir Boaventura de Souza Santos, Pela mão de Alice : o social e o politico na pós-modernidade, São Paulo, Editora Cortez, 2000, p. 337 : « O paradigma eco-socialista alimenta-se das margens e do Sul e, como se calcula, elas são muitas, muito plurais e mesmo babélicas. São como que o outro do centre, eurocêntrico, moderno capitalista, o qual faz proliferar as margens e o Sul na exacta medida do seu autoritarismo e do seu carácter excludente ».

2 Expression employée par Homi Bhabha pour parler de la nation divisée à l’intérieur d’elle-même, lieu d’antagonismes et d’intérêts divergents : « A nação barrada Ela/Própria (It/Self) (...) ». In Homi Bhabha, O Local da cultura, Belo Horizonte, Editora UFMG, 1998, p. 209.

3 « La photo interdite depuis 300 ans ».

4 Pour une présentation de la vie et de l’œuvre de Manuel Querino voir la préface d’Artur Ramos dans Manuel Querino, A Raça africana, Salvador, Progresso, 1955 [1re éd. 1938]. Voir également E. Bradford Burns, A History of Brazil, New York Chichester, West Sussex, Columbia University Press, 1985.

5 « [...] c’était le cas aussi d’un homme qui est mort, Miguel Santana, à partir duquel j’ai bâti le Pedro Archanjo de La Boutique aux miracles – il n’est pas l’unique, Archanjo est la somme de différentes personnes, mais l’une d’elles est ce Miguel Santana Oba Aré qui était un personnage importantissime de la vie de Bahia, de la vie populaire. » In Jorge Amado. Conversations avec Alice Raillard, Paris, Gallimard, 1990, p. 67.

6 Expression employée par Gérard Genette : « De même, dans une épigraphe, l’essentiel bien souvent n’est pas ce qu’elle dit, mais l’identité de son auteur, et l’effet de caution indirecte que sa présence détermine à l’orée d’un texte [...]. » In Seuils, Paris, Éditions du Seuil, 1987, p. 147.

7 Cf. Antonio Candido « Se encararmos em conjunto a sua obra, veremos que ela se desdobra segundo uma dialética da poesia e do documento [...] ». In « Poesia, documento e história », Brigada ligeira, e outros escritos, São Paulo, Editora da Universidade Estadual Paulista, 1992, p. 49.

8 Sur le concept de peuple dans les discours de construction de la nation, je renvoie à Homi Bhabha, op. cit., p. 206.

9 Jorge Amado, Tenda dos Milagres, Rio de Janeiro, Record, 39a ed., 1998, p. 1. Nous désignerons cet ouvrage sous les initiales TM.

10 Affirmation de l’historien João José Reis dans un bel article sur l’histoire de la répression des composantes culturelles africaines à Bahia. « À sombra das dúvidas dos que mandavam a festa negra continuaria civilizando africanamente a Bahia. Na segunda metade do século, ela ampliaria seu raio de ação e sedução, se abrindo ainda mais para participações extra africanas em gente e simbolos ». Cf. João José Reis, « Batuque negro : repressão e permissâo na Bahia oitocentista », in István Jancsó et Iris Kantor, Festa : cultura e sociabilidade na América Portuguesa, volume I, São Paulo, Hucitec/EDUSP/FAPESP/Imprensa oficial, 2001, p. 356.

11 Nina Rodrigues, O Animismo fetichista dos negros da Bahia (1900), As Raças humanas e a responsabilidade penal do Brasil (1894). Sur l’articulation entre l’intérêt pour la culture populaire et les préjugés scientifiques de l’époque voir Alfredo Bosi, « Cultura brasileira e culturas brasileiras », in Dialética da colonização, São Paulo, Companhia das Letras, 1994, p. 332.

12 Cf. Marilena Chaui, Brasil : mito fundador e sociedade autoritária, São Paulo, Editora Fundação Perseu Abramo, 2000.

13 « Gilberto Gil et Caetano Velloso sont arrêtés en décembre 68 et ils restent en prison pendant deux mois. Après leur libération, ils prennent le chemin de l’exil. En juin 69, ils donnent un dernier concert à Salvador, faisant ainsi leurs adieux avant de partir pour l’Angleterre ». Rita Olivieri Godet, « Le Tropicalisme brésilien et ses rapports avec le Modernisme et le Cinéma Nouveau », Quadrant no 17, Montpellier, Université Paul Valéry, 2000, p. 133-156.

14 Jorge Amado, Bahia de Todos os Santos : guia de ruas e mistérios, Rio de Janeiro, Record, 1996.

15 Alvaro Cardoso Gomes (org.), « Entrevista biográfica », Jorge Amado, São Paulo, Abril Cultural, coleção « Literatura Comentada », 1981, p. 29.

Auteur

Université Paris 8
Maître de conférences – HDR à l’université Paris 8, est aujourd’hui professeur à l’université Rennes 2. Ses recherches et publications portent sur la littérature brésilienne, notamment sur le Modernisme et la période contemporaine. La réflexion sur la problématique identitaire dans la littérature y occupe une place centrale.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540