Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jorge Amado

 | 
Rita Olivieri-Godet
, 
Jacqueline Penjon

Présentation

Rita Olivieri Godet et Jacqueline Penjon

Texte intégral

1L’écrivain brésilien Jorge Amado a reçu le grade de docteur honoris causa en 1998 à l’université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle. Ce romancier nous a quittés en août 2001. En hommage, les universités parisiennes se devaient d’organiser une manifestation scientifique autour d’une œuvre qui a marqué de son empreinte singulière la production littéraire du xxe siècle.

2Le colloque, qui s’est tenu à la Sorbonne et à Saint-Denis les 15 et 16 novembre 2002, a été organisé par le Centre de Recherche en Linguistique, Littératures et Civilisations Romanes de l’université Paris 8 et par le Centre de Recherche sur les Pays Lusophones (CREPAL) de l’université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle. Placé sous la responsabilité scientifique de Rita Olivieri Godet et de Jacqueline Penjon, il a réuni des spécialistes des universités françaises et brésiliennes, afin de promouvoir échanges et contributions aux études critiques sur Jorge Amado. Les travaux ont mis en évidence l’actualité et la richesse foisonnante de l’œuvre de cet « anthropologue de la terre du métissage » qui a su trouver sa place dans la littérature universelle.

3Depuis la publication de son premier roman O País do Carnaval (1931), Jorge Amado (1912-2001), traduit en plus de quarante langues, a toujours provoqué de vives discussions, entre partisans et ennemis de sa production. Si, comme le veut la critique, la parution de Gabriela, Cravo e Canela (1958) marque l’abandon d’une orientation esthétique proche du réalisme socialiste pour inaugurer une écriture carnavalesque, pleine d’humour et de sensualité, qui n’hésite pas à élargir les frontières du réel pour englober le fantastique, l’œuvre amadienne ne tourne pas pour autant le dos au débat politique et continue à attribuer une place centrale à la représentation et au questionnement des composantes sociales et culturelles de la réalité brésilienne.

4Il nous paraît important de revisiter l’œuvre de Jorge Amado sans avoir à choisir entre le camp des partisans ou des ennemis, mais tout simplement en nous plaçant dans le camp du chercheur et du critique littéraire qui ne peut ignorer un écrivain latino-américain qui a conquis un public international et marqué le xxe siècle. Les quinze travaux réunis dans ce recueil actualisent les problématiques fondamentales soulevées par cette œuvre. Ainsi, ils prennent en compte ses facettes diverses et multiples, discutent les problèmes de réception et de traduction et abordent le dialogue qu’elle instaure avec d’autres formes artistiques. Nous avons choisi de l’organiser en trois parties qui correspondent aux trois grands axes du programme du colloque : L’écrivain et son œuvre, Lectures plurielles des romans amadiens et L’œuvre amadienne en dialogue intersémiotique.

5Dans la première partie, L’écrivain et son œuvre, nous avons voulu regrouper les réflexions qui s’ouvrent aux problématiques de la mémoire littéraire, de la réception et de la traduction, et des rapports entre la vie de l’auteur et son œuvre. C’est par une présentation de la Fondation Casa de Jorge Amado par son directeur exécutif Myriam Fraga que s’ouvre cet ouvrage. L’auteur y envisage d’articuler document et fiction en théorisant sur la fonction des archives comme institution et support, et en soulignant le rôle de la fiction comme « espace fondateur des archives ».

6Avec l’étude de la réception comparée de l’œuvre de Jorge Amado, Pierre Rivas se propose de revenir sur la fortune d’un écrivain qui a su captiver tant de lecteurs à travers le monde et s’interroge sur les relais de réception qui expliquent cette faveur. Malgré cette reconnaissance internationale, l’auteur constate que l’œuvre amadienne est cependant largement contestée dans une partie du Brésil où les infortunes littéraires d’Amado sont constantes et il essaie de préciser les éléments qui permettent d’expliquer ces réserves.

7Le parcours sur la réception de l’œuvre de Jorge Amado se poursuit avec l’article d’Anne-Marie Quint qui examine les traductions françaises de cette œuvre qui a été presque intégralement traduite en français. Si le talent du romancier est le moteur de sa popularité, la « lisibilité des traductions » a aussi joué un rôle déterminant. Anne-Marie Quint dresse un bilan chronologique et dégage les principales phases dans l’évolution de la traduction de l’œuvre amadienne en France.

8C’est à Eduardo de Assis Duarte que revient la tâche d’explorer la période de l’exil de Jorge Amado en France, lorsqu’en 1948, son mandat de député ayant été cassé, il a été obligé de quitter le Brésil. Duarte propose une réflexion sur l’engagement d’Amado et son activité politique en France à côté de Neruda, Aragon, Picasso et d’autres compagnons de route de l’utopie socialiste de l’après-guerre.

9Ariane Witkowski interroge l’espace autobiographique de l’auteur, constitué d’un court récit d’enfance, O Menino Grapiúna, et d’un gros livre de mémoires, Navegação de Cabotagem, au sous-titre révélateur : « livro de memórias que jamais escreverei » ! Jorge Amado projette toujours un peu de sa personnalité dans ses romans, aussi, quelle image de sa vie et de lui-même souhaite-t-il donc donner par ces écrits ?

10La deuxième partie de ce recueil présente une diversité d’approches critiques sur des romans amadiens. Jacqueline Penjon montre comment O País do Carnaval, véritable « laboratoire du roman », révèle un écrivain à la croisée des chemins, plus proche des incertitudes des années 20 que des solutions proposées par le roman des années 30.

11Les trois travaux qui suivent s’organisent autour d’une réflexion sur la problématique identitaire. Rita Olivieri Godet se penche sur les éléments d’une écriture de la marge dans la figuration identitaire de l’univers romanesque amadien, à partir d’une lecture de Tendu dos Milagres (1969). Elle cherche à montrer que, dans l’univers romanesque d’Amado, la figuration identitaire se focalise sur « l’autre du Centre » et renverse ainsi la hiérarchie culturelle dominante. Zilá Bernd met ensuite l’accent sur l’univers créolisé de Jorge Amado, en soulignant la convergence avec les écrivains de la Caraïbe francophone, à partir d’une lecture qui met en parallèle Tenda dos Milagres et Solibo Magnifique de Patrick Chamoiseau. Zilá Bernd y discute ce qu’elle identifie comme le paradoxe de l’univers romanesque d’Amado, traversé à la fois par les thèses du métissage et par une conception pluraliste et inclusive de l’identité. Elvya Shirley Ribeiro Pereira présente une lecture de Tocaia Grande (1984) et rattache son analyse des questions identitaires soulevées par le roman au projet méta-historique romantique centré sur la quête de l’« origine ». Elle essaie de trouver les traces rhétoriques et idéologiques dans le processus de production d’images de la nation grapiúna et par extension de la nation brésilienne qui inscrivent « Tocaia Grande » « comme un non-lieu (un espace-temps utopique et déplacé vers la marge) ».

12Deux articles abordent la question du genre et de la représentation de la femme dans l’univers romanesque amadien. Le roman Gabriela, Cravo e Canela et son personnage principal – la mulâtresse Gabriela – sont pour Constância Lima Duarte l’occasion d’envisager une analyse des relations sociales de genre à partir des rapports amoureux qui se constituent tout au long du récit. D’autres personnages féminins de ce roman sont également étudiés en tenant compte des changements dans les relations homme/femme en rapport avec les transformations sociales et politiques de Bahia. Claude Gumery-Emery s’intéresse, pour sa part, aux personnages des mulâtresses dans les romans amadiens tout en essayant de saisir leur signification. Elle attire l’attention sur le rôle central des femmes dans l’œuvre de Jorge Amado qui met en scène toutes les catégories de personnages féminins dans leur cadre social et racial pour privilégier les mulâtresses. Celles-ci deviennent le symbole d’une société brésilienne nouvelle fondée sur les valeurs de la miscégénation.

13Enfin, Raphaël Lucas livre, dans l’article qui clôt cette deuxième partie du recueil, l’analyse de la représentation de l’espace dans l’œuvre amadienne, en essayant de montrer que « Jorge Amado déploie une véritable géopoétique de l’espace ». Pour ce faire, R. Lucas situe cette représentation par rapport à la tradition littéraire brésilienne depuis le Romantisme, avant de présenter une typologie de ces espaces et de dégager par la suite leur action formatrice et transformatrice sur les personnages.

14La troisième et dernière partie de cet ouvrage, L’œuvre amadienne en dialogue intersémiotique, privilégie l’axe du dialogue entre la littérature et les autres langages artistiques. Avec le travail de Rubens Alves Pereira, c’est l’étude de l’illustration dans l’œuvre de Jorge Amado qui nous est proposée. L’auteur s’interroge sur « le corps illustré » des récits amadiens, espace de production de sens qui articule texte et image. Il dégage les différentes structures plastiques et picturales des images et s’intéresse aux éléments divers qui les déterminent. Ensuite, Sylvie Debs envisage d’étudier la transposition cinématographique de l’œuvre amadienne qui a non seulement été l’objet d’un film documentaire de Glauber Rocha, Jorjamado no cinéma (1977), mais a également donné lieu à neuf adaptations cinématographiques et onze feuilletons télévisés. Elle y analyse les titres des œuvres retenues, l’époque historique des transpositions cinématographiques ainsi que l’image du Brésil qu’elles véhiculent. On passe du cinéma à la télévision, avec l’article de Lícia Soares de Souza qui étudie un autre type de re-création du roman amadien. L’auteur présente une étude sur les spécificités de l’adaptation de Mar Morto (1936) pour la télévision, réalisée par Aguinaldo Silva en 2001, sous le titre de Porto dos Milagres. L’analyse révèle des stratégies actives de production d’autonomie de l’écriture télévisuelle.

15Nous tenons à remercier tous les collègues qui ont participé à ce projet et tous ceux qui ont rendu possible la réalisation du Colloque Jorge Amado et la publication de cet ouvrage : les conseils scientifiques de l’université Paris 3 et de l’université Paris 8 ; le Centre de Recherche sur les Pays Lusophones (CREPAL) de l’université Paris 3 ; le Centre de Recherche en Linguistique, Littératures et Civilisations Romanes de l’université Paris 8 ; la Fundação Casa de Jorge Amado (Bahia-Brésil) et la Fundação de Amparo à Pesquisa do Estado da Bahia (Brésil).

16C’est à notre collègue Ariane Witkowski qui nous a prématurément quittés en juillet 2003 que nous dédions ce volume.

Auteurs

Maître de conférences – HDR à l’université Paris 8, est aujourd’hui professeur à l’université Rennes 2. Ses recherches et publications portent sur la littérature brésilienne, notamment sur le Modernisme et la période contemporaine. La réflexion sur la problématique identitaire dans la littérature y occupe une place centrale.

Professeur de langue, littérature et civilisation brésilienne à l’université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle et dirige le Centre de Recherches sur les Pays Lusophones (CREPAL).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540