Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voir, comparer, comprendre

 | 
Jean-René Aymes

II — L'Espagne et la Révolution française

Existe-il un romantisme espagnol ?

Texte intégral

Introduction ou la pertinence de la question

1Je ne suis pas le premier à poser la question : « Existe-t-il un Romantisme espagnol ? », question qui peut sembler incongrue et blessante pour bon nombre d’Espagnols. Cette question a été posée en 1981, rigoureusement dans les mêmes termes, par un éminent spécialiste universitaire, Jean-Louis Picoche, qui apportait finalement une réponse catégorique et rassurante pour nos voisins :

  • 1 « ¿Existe el romanticismo español?», Iris, Université Paul Valéry — Montpellier III, n° 2, 1981, p (...)

Il existe un romantisme espagnol très original et caractéristique, différent de celui des autres pays1.

2Mais on convient que Jean-Louis Picoche, qui avait consacré toute son abondante recherche à « promouvoir » des drames romantiques composés dans la Péninsule, ne pouvait être enclin à conclure que ces œuvres n’étaient que le pâle reflet d’œuvres géniales écrites ailleurs en Europe.

3Il demeure que, pour une série de raisons, la qualité, la spécificité, voire l’existence du Romantisme espagnol ont été mises en doute, depuis l’époque de sa naissance (prétendue ou effective) jusqu’à une époque proche de nous.

4— Silences et partis pris

  • 2 Juan Luis ALBORG, Historia de la Literatura Española, t. IV.: El Romanticismo, Madrid, ed. Gredos, (...)
  • 3 F. COURTNEY TARR, «Romanticism in Spain and Spanish Romanticism», Bulletin of Hispanic Studies, t.(...)

5La critique académique elle-même, en principe sereine et pondérée, s’est mêlée à la partie : ainsi, dans son Histoire de la littérature espagnole publiée en 1980, Juan Luis Alborg fait du Romantisme hispanique la « Cendrillon » de la littérature nationale2 ; Courtney Tarr estime que la vraie génération romantique espagnole est celle de... 1898, née au moment du désastre national entraîné par la guerre perdue contre les Etats-Unis3 ; d’autres critiques, comme Angel del Río en 1943, ont soutenu — il serait plus juste de dire : ont postulé — que l’esprit espagnol est diamétralement opposé au Romantisme. Même José Luis Aranguren, philosophe essayiste, peu soupçonnable de sectarisme ou d’aveuglement, manque d’indulgence à l’égard du Romantisme espagnol :

  • 4 José Luis ARANGUREN, Moral y sociedad — La moral social española en el siglo XIX, Madrid, Cuaderno (...)

La littérature romantique espagnole a été en général, retardataire, mimétique et, dans le meilleur des cas, romantiquement hétérodoxe, comme chez Larra, ou un fruit tardif, comme chez Bécquer4.

6Et ne parlons pas de la critique universitaire non espagnole qui, souvent, pèche au minimum par méconnaissance. Ainsi, à lire l’ouvrage de Pierre Moreau, professeur à la Sorbonne, intitulé Le Romantisme (del Duca, 1957), on dirait que le Romantisme est étranger à l’Espagne : ni Larra ni Espronceda ni le duc de Rivas ne figurent dans l’imposant « Index onomastique », et au milieu des centaines d’ouvrages qui constituent la riche bibliographie, tout juste figure le vieil ouvrage de Martinenche consacré à L’Espagne et le romantisme (1922).

7L’ignorance ou la dépréciation assez générales dont souffre le Romantisme espagnol invitent donc à s’interroger sur les raisons de ce phénomène singulier : escamotage ou discrédit. Il va de soi qu’il affecte parallèlement le Romantisme portugais.

8- Le mimétisme invalidant

9La chronologie semble jouer un rôle déterminant, dans la mesure où elle met en jeu la notion d’antériorité et, donc, de modèles et d’influences. En d’autres termes, la critique spécialisée, lorsqu’elle consent à reconnaître qu’avec Larra, Espronceda, le duc de Rivas, voire avec García Gutiérrez et Zorrilla, éclot en Espagne, à partir de 1833, un Romantisme partiellement original, est conduite à observer que la première d’Hernani et la préface de Cromwell sont déjà vieilles de plusieurs années... De là à suggérer ou affirmer que les écrivains espagnols s’inspirent des Français, il n’y a qu’un pas, que les adversaires du Romantisme — les clasicistas — s’empressent de franchir, dès que la bataille littéraire s’ouvre.

  • 5 «Del sentimiento en literatura», La Fe — Revista religiosa, político, literaria, Palma de Mallorca (...)
  • 6 Jerónimo BORAO, «El romanticismo», in David GIES, El romanticismo...., p. 23. p. 23.

10Alors que cette bataille (qui, en fin de compte, présuppose la présence, sous une forme ou une autre, du Romantisme en Espagne) a cessé de faire rage, les contemporains espagnols, même sympathisants de l’« école moderne » acceptent, sans se lamenter ou s’indigner, la prédominance des modèles étrangers. En 1844, dans la revue La Fe, Joaquín Rubió y Ors constate que, en Espagne, romans et poésies sont directement inspirés de Byron, Goethe, Hugo, Lamartine, Manzoni, etc.5. Dix ans plus tard, en 1854, Jerónimo Borao6, un peu effrayé par le Romantisme hugolien, fournit les évidentes raisons de cette forme de dépendance de l’Espagne relativement à la France : le voisinage immédiat, une habitude ancestrale de soumission et des aspirations à la réforme qui conduisent à beaucoup espérer de l’exemple français dans plusieurs domaines : politique, économie, modes vestimentaires...

11- L’extra-péninsularité des origines

  • 7 On songe ici, en particulier, aux études de Hans JURETCHSKE : «La reception de la culture y cienci (...)

12On vient de voir que les contemporains, lorsqu’ils étaient hostiles à la nouvelle école, s’employaient à faire de ses tenants les imitateurs, serviles et aveugles, des mauvais apôtres transpyrénéens. Mais il se trouve aussi que ce malheureux Romantisme espagnol, ainsi « francisé » et donc dénaturé à l’envi, a été aussi « germanisé » fortement, voire outrageusement7.

  • 8 Une autre alternative est parfois formulée : romantisme d’action ou romantisme d’évasion ? Cf. par (...)

13De là l’émergence d’une autre interprétation, pas intentionnellement dévalorisante, du Romantisme espagnol qui, rapproché du Romantisme allemand, est tenu pour un Romantisme principalement poétique, religieux, « médiéval », et, par voie de conséquence, non subversif, non politisé. Ce Romantisme, naturellement, est apte à plaire à l’Église catholique, aux traditionalistes, aux bourgeois effrayés par les changements brutaux, politiques et sociaux. La question de fond se trouve posée : existerait-il deux Romantismes espagnols, en principe incompatibles, l’un révolutionnaire et l’autre conservateur8 ?

14- Le critère idéologique

15L’emploi des termes « traditionalistes » et « subversifs » vient de révéler l’implication, décisive, de l’idéologie dans le regard porté sur le Romantisme, pas exclusivement espagnol du reste, puisque en France, en particulier — on le sait — la bataille autour du Romantisme est de nature politique tout autant que littéraire et esthétique. Bref, dès la manifestation du Romantisme en Espagne, libéraux et conservateurs ont eu tendance à appauvrir la signification du Romantisme en en faisant un dérivé de la bataille d’idées autour du désir impatient de réformes ou de la peur qu’elles suscitent. Ayant proclamé l’affinité étroite entre Romantisme et libéralisme, les clasicistas espagnols ont répandu l’idée que l’adoption de la mode romantique par les jeunes bourgeois, vers 1833-1843, obéissait à une sorte de défi aux notables et aux gens bien-pensants, à un désir de poser et de s’opposer. La lutte contre le libéralisme le plus radical contribue, de la sorte, au discrédit et à la dénaturation du Romantisme littéraire.

16- L’image brouillée

  • 9 Cf. le vaste « passage en revue » et la remarquable analyse de toutes les interprétations du roman (...)

17Impossible, donc, de voir émerger une image cohérente, unificatrice, « consensuelle », du Romantisme espagnol qui, outre l’indécision de son signe idéologique, est considéré tantôt comme un phénomène momentané et épidermique (une gestuelle, un style de vie..), tantôt comme un phénomène ramifié (s’étendant à la peinture, à la musique...), aux racines historiques profondes et aux effets durables9.

18- La sous-évaluation de l’influence du Romantisme en Espagne

19Toutefois, si la critique universitaire a tenté parfois de montrer que le Romantisme espagnol a laissé des traces visibles jusqu’à aujourd’hui dans la littérature, les mentalités et les comportements, il est plus fréquent d’entendre soutenir, à l’époque, que ce Romantisme, pourtant redouté par ses adversaires, n’a jamais été un mouvement puissant et majoritaire dans l’histoire des idées. Tout d’abord, la presse espagnole contemporaine qui accueille volontiers des attaques anti-romantiques, prétend que la nouvelle école n’attire que les petits messieurs (señoritos), aristocratiques et noceurs, ou encore les jeunes femmes émancipées, voire dépravées (qui lisent en cachette les romans de George Sand).

20En 1836, un sympathisant du Romantisme, Eugenio de Ochoa, qui vient d’assister à la première représentation de Lucrèce Borgia en Espagne, est en mesure d’offrir de bonnes répliques, dans El Artista, à ses compatriotes qui affirment que « le romantisme est une chimère, un vague rêve qui existe seulement dans les têtes de quelques fanatiques [...]. Il est maintenant évident que le Romantisme, bon ou mauvais, existe ». Seulement, Ochoa est obligé d’admettre que le drame de Hugo a plus saisi que séduit, plus dérangé qu’enthousiasmé, les spectateurs madrilènes :

  • 10 Cité par Esperanza COBOS CASTRO, «En torno al mimetismo de lo francés en El Artista (1835-1836)», (...)

Quand notre public sera familiarisé avec la poésie grandiose du genre romantique, quand à la surprise et à l’effroi qu’actuellement provoquent en lui les drames de cette nature, succèdera la méditation dans son esprit, nous croyons qu’il aimera Lucrèce Borgia et toutes les œuvres de Victor Hugo10.

21Il faut donc entendre, de la bouche même d’un admirateur du Romantisme, que celui-ci n’a pas encore conquis le public espagnol. Mais il est vrai qu’il s’agit, en l’occurrence, d’un Romantisme traumatisant et importé, et que rien n’interdit de penser qu’il y a dans la péninsule un public nombreux, masculin et féminin, jeune et âgé, pour aimer les compositions mièvres, larmoyantes ou caressantes, déjà conventionnelles qui appartiennent à un Romantisme affaibli et ritualisé.

22Ce Romantisme pour large public, qui bénéficie du large « support médiatique » que lui assurent les revues bourgeoises à haut tirage (pour l’époque) du genre Semanario Pintoresco Español, est effectivement produit en abondance — comme le déclarent avec malignité les commentateurs catholiques de La Fe en 1844 — par des romanciers et des poètes de faible talent, inexpérimentés ou besogneux, incapables de faire mieux qu’appliquer des procédés, faire des variations sur des thèmes éculés et se réfugier dans l’insincérité. Bref, le Romantisme espagnol au moment de son tardif apogée (celui-ci étant déterminé selon des critères purement quantitatifs : la production, l’audience...), est servi — ou plutôt desservi — par des artisans médiocres. Mais n’en a-t-il pas été de même dans les autres pays européens où le Romantisme a dû payer la rançon de sa gloire ?

23La relative faiblesse de l’audience du Romantisme espagnol au-delà des frontières nationales, telle que cette audience a été évaluée jusqu’à ces dernières années par la critique, s’explique de plusieurs façons. On se bornera à en signaler trois.

  • 11 Cf. Esteban PUJOLS, Espronceda y lord Byron, Madrid, C.S.I.C., 1972, p.416.

24Deux tiennent à une insuffisance — pas toujours réparée à ce jour-de la recherche universitaire. Ainsi, il est probable que les répercussions du Romantisme espagnol en Amérique Latine n’ont pas été assez examinées : or, pour s’en tenir à l’exemple d’Espronceda, on a pu soutenir que, dans le Río de la Plata, la popularité de l’auteur de El diablo mundo a excédé vraisemblablement celle de Byron, de Hugo et de Lamartine11.

  • 12 Cf. notamment:

25En deuxième lieu, si on n’avait pu compter récemment sur les remarquables études de Susan Kirkpatrick, María del Carmen Simón Palmer..., révélatrices de l’existence en Espagne de femmes-écrivains romantiques12, on aurait continué à penser, à tort, que les femmes-écrivains sont étrangères au Romantisme espagnol, mises à part les poétesses Carolina Coronado et Gertrudis Gómez de Avellaneda, et la romancière Cecilia Böhl de Faber, alias «Fernán Caballero». Certes, en leur temps, à en juger par la presse, ces trois femmes-écrivains de langue espagnole sont écrasées par la notoriété... détestable de George Sand, mais on sait maintenant, enfin, que les Amalia Fenollosa, María Pilar Sinués de Marco, Angela Grassi... auraient dû occuper dans les manuels de littérature espagnole la place qui leur a été systématiquement refusée par préjugé, misogynie, ignorance délibérée ou volonté de réduire les « suffragettes » au silence.

  • 13 Cf. A. WILSON SERVER, L’Espagne dans « La Revue des Deux Mondes » (1829-1848), Paris, E. de Boccar (...)

26En troisième lieu, si l’Espagne n’exporte pas en Europe son Romantisme — mais on pourra rétorquer qu’elle l’eût exporté s’il avait atteint une qualité hors du commun — c’est qu’elle exporte abondamment, pour fournir des sujets ou alimenter la « mode espagnole », d’une part sa littérature classique (ses comedias du Siècle d’Or, son romancero...), d’autre part ses types (la manola, le bandolero, le toréador...) qui vont alimenter l’« espagnolade ». Mais il faut bien admettre que le public français a tardé à entendre parler et se faire une haute idée des romantiques espagnols. D’après Xavier Durrieu qui écrit dans la Revue des Deux Mondes en 1844, les cinq écrivains les plus célèbres du moment sont Gil y Zárate, Bretón de los Herreros, Hartzenbusch, Zorrilla et le duc de Rivas : pas un mot sur Larra et Espronceda que Gautier avait salué, à sa mort, en 1842, pour son « énergie passionnée et farouche, quelquefois digne de Byron, son modèle »13.

27- Les méfaits de la critique prétendument savante

28Souvent sans l’avoir voulu, les universitaires, tant espagnols que français, ont contribué à « déshispaniser » le Romantisme péninsulaire. Une critique grossièrement qualifiable de « positiviste » a eu tendance, en effet, à porter ses efforts systématiques et parfois exclusifs sur le repérage des influences étrangères, moyennant quoi le Romantisme espagnol, vu sous cet angle, avait de fortes chances d’être dévalorisé.

29Cette critique, en dépit d’une « scientificité » de bon aloi, s’inscrivait ainsi dans la continuité de la critique clasicista et ultra-catholique, violemment anti-romantique, qui se déchaînait en Espagne vers les années 1835-1845 et voyait dans le Romantisme une école ou une doctrine « étrangère à l’essence nationale », parasitaire et inapte à toute acclimatation.

30Naturellement, ce Romantisme subversif, s’il s’avérait qu’il empruntait aux écrivains français révolutionnaires ou mécréants, ne pouvait être que décrié pendant toute l’ère franquiste, où il était de bon goût d’imputer à l’étranger l’origine de détestables contaminations idéologiques et littéraires. Ainsi procède José Moreno Villa qui, en 1944, dans son édition des œuvres d’Espronceda, reproche au poète de n’avoir pas su se soustraire à l’influence maléfique de Goethe, Byron et Voltaire :

  • 14 Cité par Francisco CARAVACA, «Romanticismo y románticos españoles», Les Langues Néo-Latines, Paris (...)

Tout le désordre et ce qu’il y a d’ingénu dans l’œuvre du poète espagnol provient du fait qu’il n’a pas dominé, qu’il n’a pas dépassé les points de départ fixés par l’écrivain français et l’allemand14.

31Par chance, l’heure est venue de la nécessaire révision — elle se poursuit — de cette critique, malveillante ou non, qui portait plus son attention sur l’adaptation des modèles (en l’occurrence, toujours dans le sens unidirectionnel, de la France vers l’Espagne) qu’elle ne se préoccupait d’apprécier l’originalité de la création nationale.

  • 15 Cité par Esperanza COBOS CASTRO, «En torno al mimetismo...», p. 134-135.
  • 16 Op. cit., p.137.

32L’exemple de la revue espagnole, la seule résolument pro-romantique, El Artista (Madrid, 1835-1836) est, de ce point de vue, significatif. Lors de sa réédition en fac-similé en 1981, Angel González Garcia et Francisco Calvo Serraller ont, certes, la prudence d’assurer qu’on est « loin du strict mimétisme de tout ce qui est français »15, mais les deux « rééditeurs » semblent se complaire — et ils peuvent fournir de bonnes raisons à l’appui de leur attitude — à dresser la longue liste des plagiats et des emprunts à la revue française homonyme L’Artiste : composition, typographie, gravures lithographiées, articles traduits sans référence au modèle, illustrations de Federico Madrazo directement inspirées des françaises... Or, dix ans plus tard, en 1991, une universitaire cordouane, Esperanza Cobos Castro, partant en guerre contre les études et les manuels d’histoire littéraire qui assignent au début du Romantisme espagnol des origines principalement étrangères, démontre qu’il importe de « mettre en garde le lecteur et (d’)empêcher que l’on continue à répéter l’idée du « servilisme » de El Artista à l’égard de son homonyme français »16.

33La « renaturalisation » — si l’on peut dire — du Romantisme né au sud des Pyrénées est en cours ; l’opération, légitime, n’avait que trop tardé.

La spécificité espagnole

34Tout ce qui a été dit ici jusqu’à présent devrait aider à comprendre pourquoi le Romantisme espagnol, tenu pour médiocre, tardif, « francisé », subversif, ou simplement victime d’une conspiration du silence, a du mal, non seulement à se doter d’une image de marque, mais encore à affirmer son autonomie d’existence. Ses défenseurs ont même du mal à s’accorder. Malgré ces obstacles et cette cacophonie, on va tenter de dégager les marques identitaires de ce Romantisme si difficile à cerner et à inscrire dans la chronologie.

35- Le préromantisme hispanique — Des signes annonciateurs

  • 17 Cf. Russell P. SEBOLD, «Sobre el nombre español del dolor romántico», Insula, Madrid, n° 264, nove (...)
  • 18 Cf. José Miguel CASO GONZALEZ, «El castillo de Bellver y el prerromanticismo de Jovellanos», in De (...)
  • 19 Cf. Rinaldo FROLDI, «¿Literatura prerromántica ο literatura ilustrada?», II° Simposio sobre el P. (...)
  • 20 Cf. Guillermo CARNERO, La cara oscura del siglo de las luces, Madrid, Furidación Juan March/Cátedr (...)
  • 21 Rubrique «La poesía — Cienfuegos prerromántico» dans l’Introduction de José Luis CANO à son éditio (...)

36Une des particularités du Romantisme espagnol est qu’il autorise les chercheurs à remonter jusqu’au XVIIIe siècle pour y repérer un préromantisme fondamentalement hispanique (par ses thèmes, son écriture, sa tonalité...), bien que, là aussi, des interférences avec la littérature contemporaine du reste de l’Europe ne puissent être niées. Tour à tour, d’éminents spécialistes, comme Russell Sebold17, José Miguel Caso González18, Rinaldo Froldi19, Guillermo Carnero20, José Luis Cano21 se sont employés à démontrer que les ilustrados (représentants espagnols des Lumières) de la seconde moitié du XVIIIe siècle, comme Gaspar Melchor de Jovellanos, José Cadalso, Pedro Montengón, Nicasio Álvarez de Cienfuegos, Juan Meléndez Valdés, Manuel José Quintana, Leandro Fernández de Moratín..., devaient être considérés comme des précurseurs, éminemment hispaniques, du Romantisme du siècle suivant : selon l’un ou l’autre de ces chercheurs, Meléndez Valdés a inventé, avec l’expression castillane fastidio universal, une désignation du « mal du siècle » antérieure à l’éclosion effective de cette douleur proprement romantique ; dans ses Noches lúgubres, Cadalso s’est posé comme le « premier romantique européen », tandis que son poème « A la muerte de Filis », composé en 1773, pourrait être tenu pour le premier manifeste romantique ; quant à Cienfuegos, au cours de la dernière décade du XVIIIe siècle, il a écrit, en effet — déclarait José Luis Cano, en 1969, développant une affirmation similaire de Martinez Ruiz « Azorín » — « une poésie effusive, frémissante, porteuse d’une préoccupation sociale, comme nous dirions aujourd’hui, à laquelle s’applique parfaitement le qualificatif de préromantique ».

37- Une chronologie « à géométrie variable »

  • 22 Allison PEERS, A History of the Romantic Movement in Spain, Cambridge, 1940 — Trad. espagnole: His (...)
  • 23 Evaristo CORREA CALDERÓN, «Los costumbristas españoles del siglo XIX», in David GIES, El romantici (...)

38Nous voilà donc confrontés à une singulière chronologie, qui se distingue de la chronologie du Romantisme français, par exemple. Pour commencer, on accueillera avec une extrême réserve les interprétations, peut-être séduisantes mais plutôt ascientifiques, qui, résolvant d’un coup tous les problèmes de chronologie et de modèles, invitent à penser que le Romantisme a existé en Espagne de tous temps, pour la raison que les Espagnols, en raison de leurs tendances congénitales et transmissibles, incarnent les vertus qu’on attribue d’ordinaire aux romantiques exemplaires. Allison Peers, dans une étude bien connue22, cède par instants à cette tendance, tout comme Evaristo Correa Calderón quand il définit l’Espagnol, à travers les siècles, comme « romantique, chevaleresque, fringant, aventurier par nature »23.

39Mais les critiques du XIXe siècle n’ont pas l’exclusivité de ces opinions à l’emporte-pièce, qui empruntent à une « psychologie des peuples » suspecte et un peu rudimentaire, car, en pleine polémique, il y eut des philo-romantiques pour proclamer une affinité étroite entre la nouvelle école et le caractère national ; ainsi pouvait-on lire dans le Guardia Nacional en avril 1836 :

  • 24 Cité par Allison PEERS, «La palabra romántica en España», in David GIES, El romanticismo... p. 124

L’un des traits caractéristiques du génie espagnol a été, de tous temps, l’ardeur chevaleresque et une certaine exaltation romantique héritée tout d’abord des aïeux goths24.

40Bien que l’époque bourgeoise, vers le milieu du XIXe siècle, ne soit guère propice à la mise en œuvre de ces vertus chevaleresques, il ne fait pas de doute, pour les Espagnols du XIXe siècle, qu’un certain Romantisme qu’on pourrait qualifier de Romantisme radical, de rupture, éclot (ou éclate) soudainement en 1833-1834, ébranle le monde des lettres, suscite une violente contre-offensive et s’éteint promptement vers 1844. La chronologie du Romantisme est bien singulière — répétons-le — en cela déjà que les prolongements de cette mode vont faire coïncider, ou s’amalgamer, de bonne heure cette fois en Espagne, le réalisme nouveau-né et une autre variante, édulcorée — ou ersatz — du Romantisme qui n’en finit pas de s’auto-engendrer : mais le plus remarquable, à mon sens, est la durée extrêmement courte, en Espagne, du Romantisme qualifiable d’« hugolien ». Attention, toutefois, à ne pas prendre pour argent comptant les déclarations des adversaires du Romantisme qui s’empressent de célébrer, peut-être prématurément, la déroute ou la mort de leur ennemi. C’est ainsi que procède José Maria Quadrado, auteur d’un article intitulé «Victor Hugo y su escuela literaria», paru en 1840 dans le Semanario Pintoresco Español, qui se réjouit de ce que les mystères de la « nouvelle école », en se divulguant, aient été profanés :

  • 25 José María QUADRADO, «Victor Hugo y su escuela literaria», Semanario Pintoresco Español, Madrid. 1 (...)

Participant, par sa vogue, au resplendissant triomphe d’une mode régnante, il (le romantisme) pâtit peu à peu du ridicule et du mépris qui accompagne une mode archaïque25.

  • 26 «Hernani ο el honor castellano», in Mariano José de LARRA (FIGARO), Obras, Madrid, BAE. t. CXXVIII(...)

41Un an plus tard, en 1841, on peut lire dans El Iris que la bataille autour du Romantisme est terminée et que se prépare une fusion entre les deux adversaires (le Romantisme et le Classicisme). Mais un jugement formulé par Larra est encore plus surprenant, qui donnerait à penser que, dès avant 1836, le Romantisme espagnol a déjà culminé, en matière d’audace effrénée : « Le drame de Hugo, Hernani, premier pas de l’école moderne, est venu se présenter à notre vue, alors que nous avons, nous, épuisé jusqu’aux excès de cette école »26.

42L’examen de la presse espagnole contemporaine incite à soutenir l’opinion du poète Pedro Salinas qui écrivait, vers 1930 :

  • 27 «La literatura española moderna», in Pedro SALINAS, Ensayos de literatura hispánica, Madrid, ed. A (...)

Le romantisme espagnol a vécu comme un météore, très rapide et éblouissant. Vers 1850, il a consumé déjà le meilleur de ses feux : Larra et Espronceda sont morts, et les deux grands survivants de la génération romantique, le duc de Rivas et Zorrilla, prolongent encore pendant un assez grand nombre d’années des thèmes et des attitudes de vertu plus continuatrice que créatrice27.

43L’affaire paraît entendue : si l’on écarte le drame Aben Humeya de Francisco Martinez de la Rosa qui est représenté pour la première fois en terre étrangère (Paris) en 1830, il ne serait pas absurde d’estimer que le Romantisme espagnol, dans sa forme la plus énergique, achevée et innovatrice, ne connaît un essor qu’entre, approximativement, 1834 (première à Madrid de La Conjuración de Venecia du même Martínez de la Rosa) et 1841 (publication de El Diablo Mundo d’Espronceda, lequel meurt l’année suivante).

  • 28 «Sección literaria: Doña Blanca de Navarra de Navarro Villoslada», in El Renacimiento, 1847, 2e se (...)

44Voudrait-on ne prendre en compte que les romans, la mort du Romantisme pourrait être datée, au plus tard, de 1847, car — comme le fait observer un contemporain, Eugenio de Ochoa — à cette date, les bons romanciers que l’on peut rattacher au Romantisme ont disparu : Larra, Espronceda, López Soler, García Villalta et Gil y Carrasco28.

45- Un conditionnement historique déterminant

46Si une telle importance a été accordée dans cet exposé à la chronologie, c’est que le Romantisme espagnol, beaucoup plus que les Romantismes français ou anglais, a été tributaire des violents aléas — ruptures brutales, accélérations, tentatives d’étouffement, retours en arrière — de la vie politique nationale entre le début et le milieu du XIXe siècle, plus précisément entre 1808 (début de la Guerre d’Indépendance) et 1844 (triomphe du modérantisme libéral). Certes, en France, la Restauration bourbonienne, la Révolution de juillet 1830 et la crise de 1848 ne manquent pas de retentir sur le Romantisme national, mais ces soubresauts ne sont pas comparables, quant à leurs effets sur la littérature, aux violents traumatismes provoqués en Espagne par l’« épopée antinapoléonienne », l’imposition d’un régime oppressif entre 1815 et 1833, avec la parenthèse « libératrice » de Triennat Constitutionnel (1820-1823), la première Guerre Carliste (1833-1839), et, au terme de celle-ci, la consolidation d’un régime de libertés. Tout en se gardant d’une explication englobante, excessivement « mécaniste » ou « déterministe », on se risquera à avancer que le Romantisme espagnol est... espagnol parce qu’il reflète, de multiples manières et — redisons-le — plus que ne le fait, de son côté, le Romantisme français, les conditions, liées principalement à la politique et à la religion, dans lesquelles il peut, ou ne peut pas, s’exprimer. Ce conditionnement externe des phénomènes littéraires et culturels et, en l’occurrence, de la « nouvelle école », oblige l’observateur à se livrer, éventuellement à son corps défendant, à cette approche essentiellement historico-sociologique du Romantisme espagnol, éminemment révélatrice de traits différentiels nationaux.

  • 29 « L’émigration et le romantisme espagnol », Revue de littérature comparée, Paris, Janvier-mars 193 (...)
  • 30 José María QUADRADO, «Victor Hugo...», p. 188.

47Par exemple, il est unanimement admis en Espagne que la Guerre d’Indépendance a préparé l’éclosion du Romantisme, en donnant une impulsion à la littérature patriotique, volontiers émotionnelle et enflammée, avec abandon corrélatif de la littérature néoclassique, compassée et raisonneuse. Ainsi on voit l’académique Manuel José Quintana envahi, en 1808, par « des sentiments d’exaltation, d’indignation et de terreur », composer des Poésies Patriotiques annonciatrices des Romances du duc de Rivas ou de telle composition enfiévrée d’Espronceda. Mais, sous le régime culturellement étouffant de Ferdinand VII, comment donner libre cours à une littérature émancipée, subversive, anticléricale, hormis durant la parenthèse des trois années de libéralisme (1820-1823) ? En revanche, cette tyrannie absolutiste peut s’accommoder — et le Romantisme majoritaire, inoffensif, voire « réactionnaire », en tire un grand parti — de l’évocation, plaisante pour un vaste public, du passé glorieux de l’Espagne (le Siècle d’Or), des mystères fascinants du Moyen Age ou des fastes de la religion des aïeux. En clair, le Romantisme espagnol, dans sa composante passéiste et religieuse, est en parfaite consonance avec ce régime politique qui interdisait (voir comment Larra se débat avec les censeurs) tout Romantisme perturbateur de l’ordre social et des valeurs traditionnelles. Certes, il convient de ne pas céder au simplisme qui fait du libéralisme instauré en 1833 (mort de Ferdinand VII) le géniteur du Romantisme espagnol, mais il est bien vrai que, bien avant Jean Sarrailh29, des contemporains avaient établi un lien entre l’instauration du libéralisme politique et l’apparition du Romantisme « hugolien » en Espagne. Ainsi pour José Maria Quadrado, c’est « l’impulsion des circonstances » qui arrache la littérature espagnole à sa décrépitude, « soit parce que la notoriété de cet homme (Victor Hugo), alors plus que jamais puissante, ne pouvait plus longtemps éviter de franchir les Pyrénées, soit parce que plusieurs hommes de lettres, de retour de l’émigration, voulurent inaugurer dans leur patrie ce qu’ils avaient vu accueillir à Paris avec tant de faveur et d’éloges »30.

  • 31 «¿Existe el romanticismo español?», in Iris, p. 139.

48A partir du moment où le libéralisme triomphe (en 1833) et où l’opposition entre libéraux et conservateurs se déroule sans entraves en conformité avec les règles du jeu dictées par le constitutionnalisme, le Romantisme peut lui-même revêtir beaucoup de formes, depuis les plus radicales (Larra, Espronceda) jusqu’aux plus modérées (duc de Rivas, Martinez de la Rosa...), avec adoption, par un même écrivain, de tous les compromis possibles, moyennant quoi l’éclectisme peut triompher, envahissant la poésie, le roman, le théâtre. Fleurit alors, pour reprendre une expression de Jean-Louis Picoche, « une littérature extérieurement pseudo-classique et réellement romantique » — l’inverse est tout aussi vrai-, qui n’est pas seulement le fait des émigrés libéraux, mais est due aussi à des écrivains qui n’avaient pas abandonné la Péninsule31. Ce Romantisme, dont l’originalité et la force s’émoussent, donne l’impression de se diluer. Au sein des revues de tous genres (costumbristas, de mode, féminines...), il peut cohabiter sans difficultés avec une littérature post-néoclassique ou humoristique, qui ne se prive pas de se moquer d’un Romantisme attardé et décadent. Ce post-romantisme espagnol a pour particularité, justement, cette prolifération, cette forte résistance à l’usure et, globalement, sa relative médiocrité.

49- La violence de l’antiromantisme

  • 32 Cf. l’introduction de Angel GONZÁLEZ GARCÍA et Francisco CALVO SERRALLER à la réédition de El Arti (...)
  • 33 Cf. Donald SHAW, «La reacción anti-romántica en España», in David GIES, El romanticismo..., pp. 24 (...)

50Ni les romantiques éminents ni la foule de leurs disciples et imitateurs n’ont disposé en Espagne de revues largement diffusées au long des années où ils auraient pu exposer leur doctrine et répliquer à leurs puissants adversaires. La revue El Artista fait exception, mais sa durée de vie très brève (1835-1836) l’a empêchée de jouer son rôle de tribune offerte aux adeptes de l’école moderne32. La conséquence, négative, de cet état de choses propre à l’Espagne est que l’anti-romantisme argumenté se fait plus entendre que le Romantisme doctrinal33.

51La petite anthologie, conçue par Ricardo Navas en 1971, intitulée El Romanticismo español — Documentes (Biblioteca Anaya), qui offre d’utiles textes relatifs à la polémique, écrits entre 1814 et 1860, est trompeuse en cela que ces textes donnent à penser que les romantiques se battaient à armes égales avec leurs adversaires. Or, à parcourir la presse de l’époque dans son extrême variété, il apparaît clairement que les romantiques — aussi bien les romantiques majeurs que leurs épigones qui offrent encore plus le flanc à la critique — sont plus dénoncés et raillés que soutenus ou célébrés. Alors que les romantiques se soucient rarement d’exposer sereinement leur profession de foi, comme s’ils avaient du mal à assumer pleinement leur credo — et, du reste, ce credo a-t-il jamais été exposé en détail ? —, leurs adversaires multiplient les agressions et recourent à tous les procédés rhétoriques déformants : caricatures, sarcasme, excommunication... De la sorte, pour les contemporains — hormis ceux, naturellement, qui accèdent par la lecture à la production romantique —, l’anti-Romantisme est probablement une réalité plus familière que le Romantisme lui-même. Celui-ci n’est pas jugé sur pièces, mais à travers la médiation de censeurs acharnés à dénaturer son image et à neutraliser ses effets nocifs. Le procédé n’est pas neuf en Espagne ; il a été utilisé chaque fois qu’une littérature réputée maléfique ou un auteur tenu pour subversif a été en butte à une institution (l’Église, la monarchie...) ou à une idéologie appelée à défendre les valeurs traditionnelles. De la même façon que, en Espagne, Voltaire a été plus dénoncé que lu, à l’époque romantique, George Sand, Eugène Sue, Victor Hugo sont plus dénoncés que lus. Certes, les grands romantiques espagnols ne sont pas, en général, explicitement critiqués, mais ils sont, en définitive, bien maltraités indirectement, dans la mesure où leurs adversaires mettent dans le même sac les « grands » et les « petits romantiques », les étrangers et les indigènes.

52L’une des particularités majeures du Romantisme espagnol est bien là : dans la hargne et la mauvaise foi avec lesquelles les anti-romantiques, qui se répandent dans les revues de l’époque, font mine de définir le Romantisme, alors qu’ils le mettent à mal. Or ces anti-romantiques, qui atténueront la violence de leur attaque à partir du moment où le Romantisme s’émousse et s’ankylose, ne sont pas des écrivaillons sans talent ni prestige : on trouve là le « pape » du néo-classicisme (Alberto Lista) et ses disciples, mais aussi — malheureusement pour la « nouvelle école » — des romantiques vite effarouchés par les outrances de leurs pairs ou encore des romantiques repentis. Le Romantisme espagnol offre ainsi cette particularité d’être, en même temps, férocement attaqué de l’extérieur (par les clasicistas, par la presse catholique et conservatrice) et miné de l’intérieur. En viennent ainsi à partager le même effroi et la même répulsion, par exemple, Alberto Lista et Jacinto Salas y Quiroga. Le premier n’hésite pas à écrire dans le Semanario Pintoresco Español en 1839 :

  • 34 «De lo que hoy se llama romanticismo», Semanario Pintoresco Español, 1839, p. 103.

Le romantisme actuel, antimonarchique, antireligieux et antinational, ne peut être la littérature propre aux peuples éclairés par la lumière du christianisme, intelligents et civilisés, et qui sont habitués à placer leurs intérêts et leurs libertés sous la sauvegarde des trônes34.

  • 35 «Antony, Drama nuevo en cinco actos. de Alejandro Dumas» (23 et 25 juin 1836), in Mariano José de (...)
  • 36 Dans la revue No me olvides du 7 mai 1837- Cité par Ermanno CALDERA, «Liberalismo y anticarlismo e (...)

53De Lista, on ne pouvait attendre moins de sectarisme féroce, mais on peut être surpris (et déçu) par le revirement de Zorrilla qui, dans ses Mémoires, renie ses premières amours romantiques, idéalistes et exaltées, par la réaction « petit-bourgeoise » d’un Larra effrayé par la « grande immoralité » dont se rend coupable Dumas dans son Anthony35, par l’humeur atrabilaire d’un Salas y Quiroga qui voit dans le Romantisme, dont il demeure par ailleurs très proche, « l’immonde parodie du crime et de l’iniquité » et « l’apologie des vices »36.

54Ainsi se constitue l’image, déformée, du Romantisme espagnol. On ne dit pas par là que le Romantisme espagnol a été effectivement antireligieux, immoral, ignoble ou encore extravagant, conventionnel, insincère, poseur, artificieux, etc.. mais si on l’aborde sous l’angle historiographique, en cherchant à savoir comment ce phénomène littéraire a été perçu et jugé en son temps, on sera amené à soutenir que l’image du Romantisme espagnol a été élaborée et imposée plus par ses adversaires (puissants et unis) que par ses adeptes (plutôt timorés et peu solidaires).

Le postulat final

55Si l’observateur, se plaçant à ce point de l’évolution du Romantisme espagnol vers 1850, prétend jeter un regard panoramique et rétrospectif sur toutes les compositions partiellement ou pleinement romantiques en faisant abstraction des traits « individualisants » et des clivages chronologiques, il ne fait pas de doute que cette recherche des dénominateurs communs débouchera sur le constat, sans surprise, que le Romantisme espagnol appartient, à l’évidence, au Romantisme européen défini à grands traits. A ce niveau de conceptualisation, l’originalité du Romantisme espagnol s’estompe fatalement, et les homologies ressortent. Il serait oiseux de les développer ici ; on mentionnera les principales, pour mémoire, étant entendu que les illustrations pourraient être apportées à foison : on aurait tout loisir de les emprunter, soit aux études critiques de notre siècle, soit aux commentateurs contemporains qui se font entendre dans la presse. L’examen du Romantisme espagnol, lorsqu’il prend de la hauteur, a toute chance de déboucher sur le relevé de lieux communs et de marques identitaires appartenant — si l’on peut dire – à l’invariant ou « universel roman tique », tels que l’égotisme, la vision pessimiste du monde et de l’être humain, le poids de la fatalité, la priorité du sentiment, la déroute de la raison, l’hypertrophie de l’imagination, une spiritualité religieuse à la frontière de l’hétérodoxie, l’exaltation de la liberté, le patriotisme, la poésie conçue comme une ouverture sur l’extraordinaire et le surnaturel, la fascination exercée par le passé éloigné, toute une thématique de prédilection (le suicide, les ruines, les sépulcres, les nocturnes...) et tout un arsenal rhétorique mis au service de ces sujets.

56Mais, comme à cet instant il n’est plus l’heure de débattre des problèmes de courants transnationaux, de spécificité, de modèles, de modes et de chronologie, on se croit autorisé, pour le moins, à déclarer légitime tout « constat minimum d’existence » du Romantisme espagnol.

57Extrait de Romantismes européens et Romantisme français, sous la direction de Pierre Brunel, Institut Collégial Européen, Editions Espaces 34, Montpellier, 2000, pp.187-205.

Notes

1 « ¿Existe el romanticismo español?», Iris, Université Paul Valéry — Montpellier III, n° 2, 1981, p. 113-161. Repris par David GIES ed., El romanticismo — El escritor y la crítica, Madrid, Persiles n° 197, Taurus, 1989, p. 269-303.

2 Juan Luis ALBORG, Historia de la Literatura Española, t. IV.: El Romanticismo, Madrid, ed. Gredos, 1980, p. 13.

3 F. COURTNEY TARR, «Romanticism in Spain and Spanish Romanticism», Bulletin of Hispanic Studies, t. XVI, n° 61, janvier 1939. Cité par Jean-Louis PICOCHE in David GIES, El romanticismo..., p. 271.

4 José Luis ARANGUREN, Moral y sociedad — La moral social española en el siglo XIX, Madrid, Cuadernos para el diálogo, 1965, p. 85.

5 «Del sentimiento en literatura», La Fe — Revista religiosa, político, literaria, Palma de Mallorca, 1844, t. II, pp. 344-355.

6 Jerónimo BORAO, «El romanticismo», in David GIES, El romanticismo...., p. 23. p. 23.

7 On songe ici, en particulier, aux études de Hans JURETCHSKE : «La reception de la culture y ciencia alemana en España durante la época romántica», in Estudios Románticos, Valladolid, Casa — Museo de Zorrilla, 1975, p. 63-120 ; «La presencia del ideario romántico alemán en la estructura y evolución teórica del romanticismo español», in David GIES, El romanticismo..., pp. 304-319 ; « Du rôle médiateur de la France dans la propagation des doctrines littéraires, des méthodes historiques et de l’image de l’Allemagne en Espagne au cours du XIXe siècle », in Romantisme, réalisme, naturalisme en Espagne et en Amérique Latine, Lille, Centre d’Études Ibériques et Latino-Américaines du XIXe siècle, Publications de l’Université de Lille III, 1978, pp. 9-34.

8 Une autre alternative est parfois formulée : romantisme d’action ou romantisme d’évasion ? Cf. par exemple : Claude POULLAIN, «Romanticismo de acción y romanticismo de evasión», Iris., pp. 164-202.

9 Cf. le vaste « passage en revue » et la remarquable analyse de toutes les interprétations du romantisme espagnol, depuis les origines jusqu’à nos jours, dans Leonardo ROMERO TOBAR, Panorama crítico del romanticismo español, Madrid, Editorial Castalia, 1994.

10 Cité par Esperanza COBOS CASTRO, «En torno al mimetismo de lo francés en El Artista (1835-1836)», in Investigación franco-española, Universidad de Córdoba, n°5, año 1991, pp. 147-148.

11 Cf. Esteban PUJOLS, Espronceda y lord Byron, Madrid, C.S.I.C., 1972, p.416.

12 Cf. notamment:

  • Susan KIRKPATRICK, Las Románticas — Escritoras y subjetividad en España, 1835-1850, «Feminismos», Universitat de Valencia/Instituto de la Mujer/Ed. Cátedra, Madrid, 1991.
  • Marina MAYORAL, (Coord.), Escritoras románticas españolas, Madrid, Fundación Banco Exterior, 1990.

13 Cf. A. WILSON SERVER, L’Espagne dans « La Revue des Deux Mondes » (1829-1848), Paris, E. de Boccard Editeur, 1939, p. 111.

14 Cité par Francisco CARAVACA, «Romanticismo y románticos españoles», Les Langues Néo-Latines, Paris, n° 172, mars-avril 1965, p. 45.

15 Cité par Esperanza COBOS CASTRO, «En torno al mimetismo...», p. 134-135.

16 Op. cit., p.137.

17 Cf. Russell P. SEBOLD, «Sobre el nombre español del dolor romántico», Insula, Madrid, n° 264, novembre 1988 ; «La filosofía de la Ilustración y el nacimento del romanticismo español» et «El incesto, el suicidio y el primer romanticismo español», in Trayectoria del romanticismo español, Barcelona, Editorial Crítica, 1983.

18 Cf. José Miguel CASO GONZALEZ, «El castillo de Bellver y el prerromanticismo de Jovellanos», in De Ilustración y de ilustrados, Oviedo, Instituto Feijoo de Estudios del Siglo XVIII, Textos y estudios del siglo XVIII n° 16, 1988, pp. 383-394.

19 Cf. Rinaldo FROLDI, «¿Literatura prerromántica ο literatura ilustrada?», II° Simposio sobre el P. Feijoo y su siglo, Oviedo, Centro de Estudios del siglo XVIII, 1983 — Repris par David Gies, El romanticismo..., pp. 110-116.

20 Cf. Guillermo CARNERO, La cara oscura del siglo de las luces, Madrid, Furidación Juan March/Cátedra, 1983.

21 Rubrique «La poesía — Cienfuegos prerromántico» dans l’Introduction de José Luis CANO à son édition des Poesías de Nicasio Alvarez de Cienfuegos, Madrid, Clásicos Castalia n°4, 1969, pp. 31-39.

22 Allison PEERS, A History of the Romantic Movement in Spain, Cambridge, 1940 — Trad. espagnole: Historia del movimiento romántico español, 2 vol, Madrid, Ed. Gredos, 1973.

23 Evaristo CORREA CALDERÓN, «Los costumbristas españoles del siglo XIX», in David GIES, El romanticismo... p. 191.

24 Cité par Allison PEERS, «La palabra romántica en España», in David GIES, El romanticismo... p. 124.

25 José María QUADRADO, «Victor Hugo y su escuela literaria», Semanario Pintoresco Español, Madrid. 1840, p. 189.

26 «Hernani ο el honor castellano», in Mariano José de LARRA (FIGARO), Obras, Madrid, BAE. t. CXXVIII (2), 1960, p. 268.

27 «La literatura española moderna», in Pedro SALINAS, Ensayos de literatura hispánica, Madrid, ed. Aguilar, 1966. p. 285.

28 «Sección literaria: Doña Blanca de Navarra de Navarro Villoslada», in El Renacimiento, 1847, 2e serie, t. I, pp. 60-63.

29 « L’émigration et le romantisme espagnol », Revue de littérature comparée, Paris, Janvier-mars 1930 – Repris dans Jean SARRAILH, Enquêtes romantiques France-Espagne, Paris, Société d’éditions « Les Belles Lettres », 1933, pp. 129-175.

30 José María QUADRADO, «Victor Hugo...», p. 188.

31 «¿Existe el romanticismo español?», in Iris, p. 139.

32 Cf. l’introduction de Angel GONZÁLEZ GARCÍA et Francisco CALVO SERRALLER à la réédition de El Artista, Madrid, ed. Turner, 1981.

33 Cf. Donald SHAW, «La reacción anti-romántica en España», in David GIES, El romanticismo..., pp. 242-251.

34 «De lo que hoy se llama romanticismo», Semanario Pintoresco Español, 1839, p. 103.

35 «Antony, Drama nuevo en cinco actos. de Alejandro Dumas» (23 et 25 juin 1836), in Mariano José de LARRA, Obras, pp. 246-253.

36 Dans la revue No me olvides du 7 mai 1837- Cité par Ermanno CALDERA, «Liberalismo y anticarlismo en la dramaturgia romántica», in Crítica Hispánica — Teatro y Poder (edited by Francisco Ruiz Ramon), Duquesne University, vol. XVI, n° 1, 1994, p. 106.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540