Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers la construction d’une citoyenneté canadienne

 | 
Paul-André Linteau
, 
Jean-Michel Lacroix

I. La rivalité des Églises en milieu scolaire et l’enjeu de l’intégration des immigrants

Entre la foi et l’ouverture aux autres : la Commission des écoles catholiques de Montréal, la promotion des valeurs chrétiennes et l’intégration des communautés culturelles (1973-1998)

Robert Gagnon

Résumé

Cet article analyse le discours des dirigeants de la Commission des écoles catholiques de Montréal (CECM) pour justifier leurs politiques de promotion des valeurs chrétiennes et d’intégration des nouveaux immigrants entre 1973 et 1998. Au cours de cette période, la volonté d’ouverture à l’ensemble des cultures prônée par la CECM et sa mission spécifique de former de bons catholiques vont, en effet, créer des tensions au sein même de cette importante institution scolaire publique. En tenant compte des nombreux bouleversements qui marquent cette période de vingt-cinq ans, nous tenterons de comprendre comment une grande commission scolaire urbaine, et résolument catholique, a fait face à l’arrivée massive d’immigrants allophones et souvent non catholiques. Cette analyse permet de mieux comprendre les rapports, souvent complexes, qui lient religion, éducation et intégration des communautés culturelles dans une société moderne.

This article analyses how the leaders of the Catholic School Board of Montreal (CSBM), between 1973 and 1998, justified their politicies about the promotion of Christian values and for favouring the integration of immigrants. During this period, the CSBM showed the will to be open to other cultures and tried, at the same time, to train good young Catholic Christians. These two aims led to political tensions inside one of the most important public school boards in Canada. Taking into account the many disruptions which marked the last quarter of the 20th century, this paper tries to understand how an urban Catholic school board dealt with the massive influx of allophone and non Catholic immigrants. We hope that this analysis will lead to a better understanding of the complex relationships between religion, education and integration of cultural communities in modem society.

Texte intégral

1Depuis le milieu du XIXe siècle et jusqu’à la toute fin du XXe siècle, le système scolaire québécois a toujours gardé un caractère à la fois confessionnel et laïque. Dès 1845, chacune des deux principales villes du Bas-Canada, Montréal et Québec, a été dotée de deux commissions scolaires : une catholique et une protestante. Ensuite, le Conseil de l’instruction publique (CIP), avec ses deux comités confessionnels, a accentué la dualité religieuse du système scolaire en le scindant pratiquement en deux. En effet, le CIP ne se réunira qu’à de rares occasions, laissant le champ libre aux comités protestant et catholique qui veilleront à la bonne marche de « leur réseau scolaire ». En 1964, la création du ministère de l’Éducation et du Conseil supérieur de l’éducation ne marque pas la fin du caractère bi-confessionnel du système d’éducation québécois. Un comité protestant et un comité catholique subsistent, en effet, au sein du Conseil supérieur de l’éducation.

2Dans un tel contexte, une question vient tout de suite à l’esprit. Qu’en est-il de l’instruction des immigrants qui ne sont ni catholiques ni protestants ? Le caractère confessionnel du système scolaire québécois les a-t-il rejetés hors du réseau d’écoles publiques ? Non. La Loi sur l’instruction publique oblige les commissions scolaires à ne pas leur refuser l’accès aux écoles. Il n’en demeure pas moins que ces minorités religieuses ont dû composer avec des structures dont l’une des missions éducatives était de former de bons chrétiens.

  • 1 En ce qui concerne cette lutte pour la confessionnalité des écoles de la CECM, voir R. Gagnon, His (...)

3Cet article vise à montrer que, même dans la période récente, la volonté d’ouverture à l’ensemble des cultures et le caractère confessionnel du système scolaire québécois ont créé des tensions au sein d’une importante institution scolaire publique, la Commission des écoles catholiques de Montréal (CECM). En effet, entre 1973 et 1998, les dirigeants de la CECM vont développer un « Projet éducatif chrétien de l’école catholique », mener une bataille de longue haleine pour préserver le caractère confessionnel de leur institution et créer un Office des relations interculturelles pour faciliter l’intégration des communautés culturelles1. Ces politiques, souvent menées de front, ont suscité de vifs débats, non seulement à la CECM, mais également en dehors des murs de l’institution, notamment sur la place publique.

Élections scolaires et regroupement des forces catholiques

  • 2 1966-1994, Brochure du Mouvement scolaire confessionnel et de l’Association des parents catholiques (...)
  • 3 Il faut mentionner que le taux de participation aux élections scolaires à Montréal est très bas. L (...)
  • 4 Circulaire d’André Corbeil, candidat du MSC, lors de la campagne électorale de 1977, Archives de l (...)
  • 5 Livre de délibérations des commissaires (LDC), 7 février 1974, ACECM. Les majuscules sont dans le t (...)
  • 6 LDC, 15 mai 1975.
  • 7 LDC, 18 novembre 1976.
  • 8 « La pastorale scolaire à la CECM : bilan positif », CECM, I, 16, mai 1983. Alors que les subventi (...)

4En 1973, les premières élections scolaires à Montréal mobilisent certains groupes de pression. En prévision des élections, l’Association des parents catholiques de Montréal crée le Mouvement scolaire confessionnel (MSC) qui se distingue en faisant élire 10 des candidats qu’il appuie sur une possibilité de 192. Quatre ans plus tard, la deuxième élection scolaire à Montréal représente une victoire éclatante pour le MSC qui fait élire 18 de ses candidats3. Promoteurs des « écoles catholiques où les valeurs chrétiennes doivent être représentées dans tout le programme et non seulement dans les cours de religion », ces hommes et ces femmes se présentent avant tout comme les défenseurs des structures confessionnelles pour les catholiques4. Ils sont pour la plupart liés à des mouvements d’action catholiques en tant que marguilliers, animateurs de pastorale ou licenciés en théologie. Le plus actif est certes Louis Bouchard, président de l’Association des parents catholiques de 1968 à 1972 qui multiplie les conférences sur plusieurs sujets relatifs au rôle de l’école catholique. Bouchard, commissaire de 1973 à 1987, a, dès 1974, fait adopter une proposition qui clarifie la philosophie de l’éducation de la CECM. Le Conseil des commissaires s’engage alors à « “transmettre” [...] une éducation chrétienne, tant pour les jeunes que pour les adultes, s’inspirant de la conception de l’homme et de la société à laquelle nous invite le concile Vatican II »5. Cette philosophie devient, dès 1977, la première des grandes orientations de la Commission et ne sera jamais abandonnée par la suite. Voyons rapidement les mesures prises par les commissaires pour faire la promotion des valeurs chrétiennes. En 1975, une proposition du commissaire Patrice Laplante est adoptée afin que soient renoués les liens qui unissaient dans le passé l’école à la paroisse et qui, dans les profonds changements survenus au cours de la Révolution tranquille, sont devenus plutôt lâches. Laplante rappelle à ses collègues leur devoir de s’inquiéter de la qualité de la vie chrétienne dans les écoles. Le directeur général est alors mandaté pour étudier la situation qui existe quant aux services rendus ou non par les paroisses dans les écoles primaires6. L’année suivante, la CECM signe une entente avec l’archevêché de Montréal qui fournit les services d’animation pastorale7. Désormais, les animatrices de pastorale reçoivent leur mandat de l’archevêché. L’effectif connaît dès lors un accroissement au primaire malgré la diminution des subventions du ministère de l’Éducation pour les activités pastorales et une décroissance du nombre des élèves. Il y avait 58 animatrices en 1979, elles sont 142 en 19828.

  • 9 CECM, Les grandes orientations de 1977-1980 de la CECM, 1977, ACECM.

5Parmi les grandes orientations que les commissaires adoptent en 1977, la première est celle du « Projet éducatif chrétien de l’école catholique » dont l’un des objectifs généraux est « de diffuser et de faire comprendre les objectifs de l’éducation à la lumière de l’Évangile et du concile Vatican II ». L’autre objectif général consiste « à mettre en pratique un esprit d’ouverture, de tolérance et de respect en s’inspirant de la déclaration sur la liberté religieuse du concile Vatican II ». Des mesures sont envisagées pour atteindre ces objectifs. Il s’agit, par exemple, de favoriser la participation des élèves aux activités de la communauté chrétienne, d’élaborer un plan pour les maîtres chargés de l’enseignement religieux ou moral, ou encore « de faire participer le Service de l’éducation des adultes à l’éducation de la foi des adultes »9.

  • 10 H. Van Oorschot, « La liberté religieuse existe-t-elle à la CECM ? » Impact, I, 2, novembre 1976.
  • 11 LDC, 15 mars 1979, ACECM.
  • 12 LDC, 6 mars 1985, ACECM.

6En ce qui concerne l’esprit d’ouverture, la Commission s’engage à répondre aux demandes d’exemption des parents qui ne désirent pas que leurs enfants reçoivent des cours de religion ou de pastorale. Un premier programme de formation morale est adopté en 1976 mais ne touche que quatre écoles10. En 1979, la Commission se dote d’une politique concernant l’exemption de l’enseignement religieux dans ses écoles françaises, dans laquelle l’accent est mis sur une meilleure information donnée aux parents. Les directions doivent « explorer toutes les ressources du milieu pour fournir aux enfants exemptés, soit un programme de recherche personnelle dans l’ordre de la formation morale ou de la connaissance du phénomène religieux ». Le droit des parents à l’exemption ne leur est cependant pas donné sur un plat d’argent. Ce ne sont pas toutes les écoles qui offriront des cours de formation morale. En effet, si le nombre d’écoliers et d’écolières ayant demandé de suivre cette formation plutôt que l’enseignement religieux n’est assez grand, ceux-ci devront être transférés dans une autre école. On rappelle ainsi que ceux « qui refuseront d’envoyer leurs enfants exemptés aux écoles d’accueil – quand le nombre d’élèves exemptés dans une école est insuffisant – devront accepter les conséquences de leur décision sur le plan des services »11. En juin 1983, des modifications sont apportées aux articles du comité catholique du Conseil supérieur de l’éducation concernant l’enseignement religieux et moral. Le régime d’exemption est remplacé par un régime d’option entre l’enseignement religieux catholique et l’enseignement moral. La loi rend le nouveau régime obligatoire pour septembre 1985. Or, en septembre 1983, le Comité central des parents demande à la CECM de prendre des mesures concrètes pour que, dès septembre 1984, l’ensemble des écoles de son territoire puisse mettre en application le régime d’option. Les parents ne réussissent pas à convaincre les commissaires qui établissent le régime en septembre 1985, après avoir considéré l’avis de leurs avocats et de l’archevêque de Montréal12.

  • 13 Conseil des commissaires, Orientations 1980-1983, août 1981, p. 4, ACECM.
  • 14 CECM, Les orientations 1985-1986 du Conseil des commissaires, décembre 1984, ACECM.
  • 15 LDC, 11 décembre 1985, ACECM.

7Tout au long des années 1980, le projet éducatif chrétien demeure la principale orientation que se donne le Conseil des commissaires. Ainsi pour les années 1980-1983, la première des trois grandes orientations est d’accentuer la fonction d’éducation chrétienne de l’école. Pour la concrétiser, la Commission entend élaborer des projets de pastorale ou d’enseignement religieux regroupant plusieurs écoles. Elle veut également préparer à l’intention des enseignants qui le souhaitent des programmes de ressourcement spirituel. Enfin les commissaires désirent instaurer un climat et des activités qui traduisent l’attachement de l’école aux valeurs familiales et à la promotion de la vie13. L’accession à la présidence de Michel Pallascio, en 1984, qui précède de quelques mois la venue du Saint-Père en sol québécois, est l’occasion de réaffirmer avec plus d’éclat, l’engagement de la Commission à promouvoir les valeurs chrétiennes. Le plan d’action de la nouvelle équipe de Pallascio vise à ce que la pensée de l’Église teinte significativement les projets éducatifs de chacune des écoles14. Ce plan soulève, à l’Alliance des professeurs, des réactions négatives qui amènent le président de la CECM à faire une mise au point. « Le Conseil des commissaires, déclare-t-il, demeure convaincu que l’école doit transmettre aux jeunes des valeurs et que les valeurs chrétiennes sont celles qui répondent le mieux aux attentes de la jeunesse québécoise.15 » À Montréal, la jeunesse québécoise est cependant de plus en plus diversifiée, notamment dans les écoles de la CECM qui accueillent des enfants provenant de tous les coins du monde.

Des politiques d’intégration des communautés culturelles

  • 16 N. Tardif, « La présence des élèves allophones », Dimensions, X, 2, février 1989, p. 12.
  • 17 LDC, 9 octobre 1985, ACECM.

8Au cours des années 1980, la Commission voit, en effet, ses écoles françaises changer de visage. Ils viennent d’Asie, comme les Vietnamiens et les Cambodgiens, ou d’Haïti, du Salvador et du Guatemala. Avant l’application de la Charte de la langue française en 1977, seulement 18,3 % des enfants allophones fréquentaient une école secondaire française. Dix ans plus tard, en 1987, ils sont près de 60 %16. En 1994, 54 % des écoles de la Commission ont un taux d’élèves allophones supérieur à 25 %. Il faut cependant attendre le milieu des années 1980 pour que le ministère de l’Éducation et la CECM se dotent d’une politique globale en matière d’éducation culturelle. En 1984, la CECM adopte un document de gestion pédagogique rédigé par le Service des études et intitulé Services aux élèves des communautés culturelles fréquentant les écoles françaises de la CECM, dans lequel la responsabilité de l’intégration des élèves des communautés culturelles est confiée aux régions administratives et aux écoles de quartier. L’année suivante, le ministère de l’Éducation publie un document important intitulé L’École québécoise et les communautés culturelles. Il est proposé aux Québécois d’enrichir leur culture de l’apport des autres cultures. Le président Pallascio profite de l’occasion pour inviter les ministères concernés à accentuer leur collaboration avec la CECM afin de fournir aux écoles qui accueillent plusieurs ethnies les ressources nécessaires à l’application de la politique. En juin 1986, le Conseil des commissaires adopte les orientations sur l’éducation interculturelle et les moyens d’en assurer l’application dans les écoles17. L’éducation interculturelle est définie comme la mise en œuvre des moyens favorisant une démarche personnelle et collective vers l’ouverture à l’ensemble des cultures. Le président Pallascio reconnaît alors les bouleversements socioculturels qui ont marqué la ville de Montréal depuis dix ans :

  • 18 LDC, 11 juin 1986, ACECM.

Le visage de l’école française montréalaise s’est transformé au cours des dix dernières années. Cette transformation ira en s’accentuant. C’est pourquoi la CECM qui est la plus directement touchée par cette nouvelle réalité est le premier organisme d’éducation au Québec à se doter d’orientations claires et précises au regard de l’éducation interculturelle. Nous ne nous faisons pas d’illusions : l’évolution des mentalités est un processus qui prend du temps. Les orientations que nous adoptons ce soir aideront, nous l’espérons, à guider cette démarche d’ouverture à la diversité18.

  • 19 Voir à ce sujet R. Gagnon, Histoire de la CECM, Montréal, Boréal, 1996, p. 298-307.
  • 20 Cette saga entraîne une cassure entre la Commission et une multitude d’organismes de la société qu (...)

9Cette profession de foi en faveur de la diversité culturelle a de quoi surprendre. Michel Pallascio dirige, en effet, un groupe de commissaires qui s’est opposé farouchement au projet pluraliste d’une école de quartier. En effet, dans leur combat « pour protéger les droits de l’éducation catholique de la très grande majorité de la population », les commissaires ont mené une bataille épique contre le projet éducatif du comité d’école de Notre-Dame-des-Neiges, projet pluraliste qui demandait un statut non confessionnel pour cette école multiethnique19. Cette bataille pour préserver le caractère confessionnel des écoles de la CECM mobilise les ressources humaines et financières de la Commission pendant plus de quinze ans. Elle se solde par des victoires de la CECM dans différentes cours du pays. Les positions de la CECM dans ce dossier vont en faire une institution de plus en plus marquée au sceau du catholicisme conservateur20. Si la CECM réussit à préserver son statut confessionnel, il n’en demeure pas moins que la loi l’oblige à accepter dans ses écoles tous les enfants, quelle que soit leur confession religieuse. Plusieurs commissaires ne cachent pas leur désir de voir apparaître des commissions scolaires « autres » sur le territoire de la CECM dans l’espoir que la Commission redevienne ce qu’elle a toujours été : une institution au service exclusif des catholiques. Les mots « histoire » et « tradition » parsèment d’ailleurs son discours officiel sur la nécessité de préserver les structures confessionnelles. Elle affirme par exemple :

  • 21 Mémoire de la CECM sur le projet de Loi 107, Loi sur l’instruction publique, présenté à la Commissi (...)

Le gouvernement a l’obligation de respecter le contrat social qui le lie aux Québécois et le droit historique de ces derniers de choisir l’institution qu’ils désirent. Dans la tradition québécoise, ce droit signifie le choix entre l’école catholique et l’école protestante et le droit, pour d’autres personnes, de créer des écoles correspondant à leurs besoins21.

  • 22 CECM, Office des relations interculturelles, Le développement et la promotion des relations interc (...)
  • 23 CECM, Bureau du directeur général, Rapport annuel d’évaluation. Année scolaire 1991-1992, p. 47-48 (...)

10Nonobstant ses politiques de promotion des valeurs chrétiennes, la CECM développe des programmes pour faire face aux nouvelles réalités de ses écoles de plus en plus multiethniques. En 1987-1988, elle crée le comité consultatif des groupes ethniques pour qu’il la conseille sur tout ce qui touche les relations avec les communautés culturelles. Cette initiative est suivie de la création de l’Office des relations interculturelles (ORI) auquel on confie, outre les activités d’accueil et d’admission et l’application du programme PELO (programme d’enseignement des langues d’origine), le développement des relations intercommunautaires22. En 1990, un plan d’action est proposé par le directeur de l’ORI. Ses principaux axes touchent la formation et le perfectionnement du personnel, les relations entre le milieu scolaire et les parents, les relations avec les représentants des communautés culturelles et l’accès à l’emploi pour les membres de ces communautés. En ce qui concerne le premier axe, un programme de formation aux relations interethniques est implanté qui touche, en 1991-1992, près de 600 employés. Pour faciliter l'intégration au système scolaire des élèves des communautés culturelles et de leurs parents, la Commission crée, à la demande des écoles, des postes d’agent de liaison et d’agent de milieu23. Un bulletin de communication interculturelle, Osmose, est publié à raison de quatre numéros par année, tirés à 11 500 exemplaires chacun. Par le biais du comité consultatif des communautés culturelles, l’ORI entretient des relations étroites avec les représentants des communautés culturelles. Le comité s’engage particulièrement dans la promotion du Programme d’accès à l’égalité en emploi pour les personnes issues des communautés culturelles, adopté par les commissaires en 1992. En 1993, l’ORI devient un service à part entière de la Commission. Il est désormais connu sous le nom de Service des relations interculturelles.

11Les nombreux bouleversements qui ont marqué la CECM dans le dernier quart du XXe siècle (nouveau mode de nomination des commissaires, influence des groupes catholiques à la CECM, vagues d’immigration, diminution de la pratique religieuse, etc.), ont amené les dirigeants de la plus importante commission scolaire du pays à mettre sur pied des politiques de promotion des valeurs chrétiennes et d’intégration des nouveaux immigrants. L’élection des commissaires, à partir de 1973, a ouvert la porte à de nouveaux acteurs. L’Association des parents catholiques, notamment, a joué un rôle déterminant dans la constitution d’un conseil des commissaires en majorité composé d’hommes et de femmes voués au maintien du caractère catholique de l’institution. Par ailleurs, l’adoption de la Charte de la langue française en 1977 change totalement les règles de jeu pour les immigrants. La francisation des nouveaux arrivants passe par l’école. La CECM met en place des mesures pour accueillir dans ses écoles les milliers de jeunes écoliers venus des quatre coins du monde. Promotion des valeurs chrétiennes et éducation interculturelle deviennent des politiques qui se côtoient à la CECM dans les années 1980. Comme on l’a vu, elles ont poussé les commissaires à mettre en pratique des mesures souvent incompatibles et ont généré des discours parfois contradictoires chez ses dirigeants. En 1998, ces contradictions disparaissent avec une loi qui bouleverse en profondeur les structures scolaires à Montréal. La Loi sur l’instruction publique, modifiée, divise désormais le territoire montréalais en commissions scolaires linguistiques (francophones et anglophones) plutôt que confessionnelles. Les écoles publiques françaises sont sous le contrôle de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) qui succède ainsi à la CECM. La promotion chrétienne n’a plus sa place et est reléguée aux oubliettes. L’ouverture aux communautés culturelles s’avère, quant à elle, une préoccupation importante pour la CSDM dont les écoles, en 2004, regroupent des enfants provenant de 80 communautés culturelles différentes.

Notes

1 En ce qui concerne cette lutte pour la confessionnalité des écoles de la CECM, voir R. Gagnon, Histoire de la CECM, Montréal, Boréal, 1996.

2 1966-1994, Brochure du Mouvement scolaire confessionnel et de l’Association des parents catholiques du Québec.

3 Il faut mentionner que le taux de participation aux élections scolaires à Montréal est très bas. Lors de la première élection en 1973, il atteint 23,7 % et constitue un plafond qui ne sera jamais dépassé par la suite. Lors des élections de 1977, 1980, 1987, 1990 et 1994, les taux sont respectivement de 21,2 %, 12,2 %, 11,7 %, 12,4 %, 15,2 % et 15,8 %.

4 Circulaire d’André Corbeil, candidat du MSC, lors de la campagne électorale de 1977, Archives de la Commission des écoles catholiques de Montréal (ACECM).

5 Livre de délibérations des commissaires (LDC), 7 février 1974, ACECM. Les majuscules sont dans le texte original.

6 LDC, 15 mai 1975.

7 LDC, 18 novembre 1976.

8 « La pastorale scolaire à la CECM : bilan positif », CECM, I, 16, mai 1983. Alors que les subventions du MEQ pour la pastorale au primaire ont diminué de 57 %, passant de 85 304 $ en 1979-1980 à 37 059 $ en 1983-1984, la part payée par la CECM a augmenté considérablement, passant de 50 000 $ en 1977-1978 à 185 000 $ en 1979-1980.

9 CECM, Les grandes orientations de 1977-1980 de la CECM, 1977, ACECM.

10 H. Van Oorschot, « La liberté religieuse existe-t-elle à la CECM ? » Impact, I, 2, novembre 1976.

11 LDC, 15 mars 1979, ACECM.

12 LDC, 6 mars 1985, ACECM.

13 Conseil des commissaires, Orientations 1980-1983, août 1981, p. 4, ACECM.

14 CECM, Les orientations 1985-1986 du Conseil des commissaires, décembre 1984, ACECM.

15 LDC, 11 décembre 1985, ACECM.

16 N. Tardif, « La présence des élèves allophones », Dimensions, X, 2, février 1989, p. 12.

17 LDC, 9 octobre 1985, ACECM.

18 LDC, 11 juin 1986, ACECM.

19 Voir à ce sujet R. Gagnon, Histoire de la CECM, Montréal, Boréal, 1996, p. 298-307.

20 Cette saga entraîne une cassure entre la Commission et une multitude d’organismes de la société québécoise. Des centrales syndicales au comité catholique du Conseil supérieur de l’éducation en passant par les éditorialistes des principaux quotidiens pressent les commissaires de la CECM de laisser Notre-Dame-des-Neiges vivre son projet pluraliste.

21 Mémoire de la CECM sur le projet de Loi 107, Loi sur l’instruction publique, présenté à la Commission parlementaire permanente de l’éducation, mai 1988, p. 4.

22 CECM, Office des relations interculturelles, Le développement et la promotion des relations interculturelles et interethniques à la CECM. Plan d’action, juin 1990, ACECM.

23 CECM, Bureau du directeur général, Rapport annuel d’évaluation. Année scolaire 1991-1992, p. 47-48, ACECM.

Auteur

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540