Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers la construction d’une citoyenneté canadienne

 | 
Paul-André Linteau
, 
Jean-Michel Lacroix

I. La rivalité des Églises en milieu scolaire et l’enjeu de l’intégration des immigrants

La Commission des écoles catholiques de Montréal et l’intégration des minorités ethniques : de la foi à la langue

Miguel Simao Andrade

Résumé

Jusqu’aux années 1950, la CECM encouragea l’intégration des immigrants catholiques à l’école anglo-catholique dans le but d’empêcher leur apostasie, ce qui eut pour effet de retarder leur intégration à la majorité francophone. Dans l’après-guerre, le comité des Néo-Canadiens, influencé par l’idéologie néo-nationaliste, cherchera à favoriser la francisation des immigrants en recommandant la création d’un secteur bilingue pour les Néo-Canadiens, mais ce projet échoua à deux reprises, en 1951 et en 1962, en raison de l’opposition farouche de la communauté anglo-catholique.

Until the fifties, the CECM encouraged the integration of Catholic immigrants into the Anglo-Catholic schools to prevent their apostasy, such a policy had the effect of delaying their integration into the francophone majority. After the war, the Comité des Néo-Canadiens, influenced by the neo-nationalist ideology, tried to bring the immigrants into the francophone fold by promoting the creation of a bilingual sector for the Neo-Canadians, but this project failed twice, in 1951 and 1962, because of the fierce Anglo-Catholic opposition.

Texte intégral

1Au Québec, la question de l’intégration des immigrants et des minorités ethniques s’est d’abord posée au niveau des institutions scolaires, tout particulièrement à la Commission des écoles catholiques de Montréal. L’objectif de cet article est d’expliquer comment et pourquoi la CECM est passée d’une politique qui visait essentiellement à contrer le mouvement d’apostasie chez les immigrants catholiques à une politique délaissant l’aspect religieux au profit de la dimension linguistique dans le but d’intégrer les immigrants à la communauté francophone. D’abord, nous tenterons d’expliquer la façon dont cette question s’est posée dans la première moitié du XXe siècle, période fondamentale marquée par l’anglicisation des immigrants et la prépondérance du facteur religieux dans les décisions prises par la CECM. Ensuite, nous chercherons à comprendre l’origine, le mandat et l’action du comité des Néo-Canadiens de la CECM. Quelles recommandations furent mises de l’avant pour favoriser l’école catholique et francophone et pourquoi la question de la francisation prit-elle le devant de la scène reléguant la question religieuse au second plan ? Finalement, nous analyserons les facteurs ayant mené au double échec de l’expansion du programme trilingue et de la création d’un secteur bilingue à l’intention des Néo-Canadiens. Les déboires de cette stratégie de francisation des immigrants illustrent la complexité de la dynamique sociale marquée par la polarisation des rapports entre les trois communautés culturelles : une communauté francophone nouvellement consciente de son rôle intégrateur, une puissante minorité anglophone sur la défensive et des communautés ethniques en position d’insécurité, chacune défendant ses intérêts motivés par des idéologies différentes. L’enjeu de cette lutte sociale qui se joue sur le terrain scolaire est fondamental : il s’agit, ni plus ni moins, du contrôle de l’école en tant qu’instrument d’intégration des minorités et de reproduction sociale de la culture. L’évolution des « frontières ethniques », c’est-à-dire, des rapports sociaux entre les groupes ethniques, détermine-t-elle fondamentalement le mode d’intégration scolaire et sociale des minorités ?

L’intégration des communautés ethniques avant 1947 : une question de foi

  • 1 Howard Palmer, “Reluctant Hosts: Anglo-Canadian Views of Multiculturalism in the Twentieth Century (...)
  • 2 Paul-André Linteau, « La montée du cosmopolitisme montréalais », Question de culture, 2, 1982, p.  (...)

2Au Québec, la question de l’intégration des immigrants et de l’adaptation à la diversité ethnique se pose dès le début de XXe siècle avec l’arrivée massive d’immigrants d’origine ethnique autre que française et anglaise. Le multiculturalisme comme fait social, résultat de l’ouverture de la société canadienne et québécoise à une immigration plus diversifiée, s’est également traduit au niveau idéologique par l’adoption de discours et de pratiques de gestion de la diversité ethnoculturelle. Au Canada, les deux peuples fondateurs, détenteurs de l’autorité politique, s’entendent sur un point : les descendants des immigrants, membres de minorités ethniques, seront appelés à s’assimiler. Au Canada anglais, la théorie assimilationniste de l’anglo-conformity domina tous les débats sur l’intégration des immigrants jusqu’à l’après-guerre1. L’école, puissant moyen de socialisation et d’assimilation des minorités ethniques, participe à cet effort de canadianisation via l’apprentissage de la langue commune (l’anglais) au sein d’un système institutionnel de type britannique. Dans le cas du Québec, la situation est sensiblement différente. La société québécoise, composée d’une double majorité, Canadiens anglais et Canadiens français, différenciée par la langue (anglais-français) et la religion (protestant-catholique), poursuit une politique officieuse de cloisonnement institutionnel basée sur l’appartenance religieuse et ethnique. Cette stratégie, aux antipodes des visées assimilatrices de l’anglo-conformity, rend improbable l’assimilation rapide à un seul groupe. Par ailleurs, l’identité nationale canadienne française fondée sur les attributs ethniques constitutifs de l’origine commune, soit la religion catholique et la langue française, se prête mal à l’inclusion de l’altérité. La question immigrante demeure généralement étrangère à la société canadienne-française. Mélange d’indifférence et d’hostilité, l’attitude des Canadiens français face à l’immigration confinait effectivement au repli et interdisait donc tout projet assimilateur2.

3La logique du développement séparé des communautés engendra une incroyable diversité d’institutions distinctes organisées sur la base d’un exclusivisme religieux catholique-protestant. La religion, principal marqueur identitaire des deux groupes, délimite clairement le contour de deux réseaux institutionnels parallèles, si bien que chaque groupe a ses églises, écoles, universités, hôpitaux, sociétés charitables, journaux, etc. L’école, institution centrale dans le maintien de l’identité ethnique, constitue bien évidemment un enjeu essentiel entre les deux communautés, d’où l’enchâssement de la confessionnalité scolaire à l’article 93 de l’Acte de l’Amérique du Nord britannique (1867). Ce compromis historique, fondé sur la dualité nationale du Canada, garantit au gouvernement provincial le financement des écoles et assure aux minorités religieuses de Montréal et de Québec, le contrôle de leurs commissions scolaires respectives, essentielles à la préservation de leur identité confessionnelle. En 1869, la création des comités catholiques et protestants du Conseil de l’instruction publique et l’instauration d’une taxe scolaire sur une base confessionnelle consacre cette division. L’école publique est donc confessionnelle et deux réseaux scolaires relativement étanches sont constitués. Dans chaque municipalité, l’école publique est administrée par une commission scolaire confessionnelle. Le réseau protestant est de langue anglaise tandis que le réseau catholique est divisé entre le secteur francophone et le secteur anglophone, créé au milieu du XIXe siècle pour accueillir les Irlandais catholiques. Si les élites montréalaises ont permis aux immigrants de créer leurs propres institutions culturelles et religieuses, elles n’ont pas voulu morceler le système scolaire public sur une base ethnique, de sorte que les nouveaux arrivants devaient obligatoirement s’insérer dans l’une ou l’autre des deux branches confessionnelles. Toutefois, l’écrasante majorité d’entre eux optera pour l’école protestante pour des raisons de mobilité sociale et économique.

  • 3 Pour une histoire de la CECM, voir : Robert Gagnon, Histoire de la CECM, Montréal, Boréal, 1996, p (...)
  • 4 Rapport financier de la Commission des écoles catholiques de Montréal pour l’année scolaire 1915-19 (...)
  • 5 Livre de délibération des commissaires (LDC), 3 septembre 1930 ; 20 octobre 1931 ; 18 octobre 1932, (...)

4La Commission des écoles catholiques de Montréal est la plus importante des commissions scolaires catholiques du Québec3 Pendant les premières décennies du XXe siècle, la CECM n’aura pas à se préoccuper sérieusement de l’intégration des immigrants non catholiques dans la mesure où la proportion de ces Néo-Canadiens inscrits dans ses écoles sera toujours minime. Bon an, mal an, on retrouve un peu moins de 200 élèves non catholiques à la CECM au cours des années 1930, soit environ 0,2 %. En réalité, seule l’intégration des immigrants catholiques l’intéresse vraiment. Dès cette époque, la communauté italienne constitue la principale communauté ethnique catholique à la CECM. Dans les années 1910, celle-ci aménage deux écoles pour répondre aux besoins croissants de cette communauté : l’école Notre-Dame-de-la-Défense et l’école Notre-Dame-du Mont-Carmel. À partir de 1914, les communautés syrienne, polonaise, ruthène, lithuanienne et chinoise profitent aussi de cette aide précieuse. À la demande des curés des paroisses « nationales », la Commission engage des enseignantes capables d’instruire les enfants dans leur langue maternelle et ouvre des classes dans les écoles des quartiers à forte concentration ethnique à l’intention des enfants des immigrants4. La CECM gère cette nouvelle diversité linguistique de façon plus ou moins cohérente et sans grande ligne directrice. À défaut d’adopter une politique globale d’intégration, elle répond au cas par cas, ouvrant des classes étrangères pour les communautés immigrantes lorsque le besoin s’en fait sentir et permettant certaines concessions comme l’enseignement de la langue maternelle pour les trois premières années scolaires. Cependant, cette politique particulièrement populaire auprès des immigrants sera progressivement abandonnée dans les années 1930, ce qui renforça la propension de ces derniers à inscrire leurs enfants dans les classes anglaises5.

5En fait, dès le début, les nouveaux arrivants se montrent peu intéressés à faire apprendre le français à leurs enfants et préfèrent nettement l’anglais. La liberté du choix de la langue d’enseignement au Québec, fait exceptionnelle en Amérique du Nord, facilitera l’intégration scolaire des immigrants à l’école anglaise. Cette prédilection pour la langue de Shakespeare s’explique aisément. Le caractère anglo-saxon du continent nord-américain et le statut minoritaire de la langue française n’échappent à personne. Pendant tout le XIXe siècle et une bonne partie du XXe siècle, l’anglais est la langue dominante dans le monde des affaires et du travail. Les immigrants fraîchement débarqués d’Europe, en quête d’une meilleure vie, constatent rapidement que la connaissance de l’anglais est la clé de la réussite économique et de la mobilité sociale. Comme l’affirme le curé de la paroisse ukrainienne, ce choix de l’école anglaise s’explique par l’utilité socio-économique de cette langue :

  • 6 « Lettre du curé Josapha Tymochko à la CECM », 15 juillet 1934, ACECM.

Those who take the French course of studies have very little chance in the future for getting some kind of job either in Montreal or any other place... All our people who are working at present are in English, American or Jewish firms. This is why English is more important for them6.

  • 7 « Lettre du Révérend Bobinas à la CECM », 13 octobre 1929 ; LDC, 3 septembre 1930 ; « Lettre du cu (...)
  • 8 Rapport no 597 du directeur des études J.M. Manning, 24 avril 1935, ACECM.

6Évidemment, le choix de la langue anglaise rendra difficile la francisation des immigrants et leur intégration à la majorité canadienne française, d’autant plus que la CECM encouragera l’ouverture des classes anglaises dans le but d’empêcher l’apostasie des immigrants catholiques. En effet, tout au long des années 1930 et 1940, les curés et les parents néo-canadiens n’hésitent pas à brandir la menace de l’apostasie dans leurs requêtes pour obtenir des classes anglaises. Tour à tour, les Lithuaniens, les Slovaques, les Polonais et les Ukrainiens soulignent que la création de nouvelles classes anglaises pour les Néo-Canadiens éloignerait le danger de la fréquentation des écoles anglo-protestantes7. Les pressions exercées par ces communautés sont telles que le président Victor Doré demande au directeur des études de faire un rapport concernant « l’organisation de classes anglaises pour les élèves polonais, ukrainiens et lithuaniens ». Ce rapport rappelle la nature des requêtes des parents et expose les deux principales raisons invoquées, soit « la nécessité d’apprendre la langue anglaise et le danger de fréquenter les écoles protestantes ». Selon le directeur, les immigrants « donnent la préférence à la langue anglaise et tous les efforts tentés jusqu’alors pour les franciser par l’école primaire ont été inutiles et peine perdue »8. Le 7 mai 1935, la CECM répond favorablement aux suggestions du rapport et des classes anglaises sont rapidement organisées pour la plus grande joie des parents.

  • 9 LDC, 3 novembre 1936, ACECM.

7La peur de voir les immigrants quitter la foi catholique au profit des protestants atteint une ampleur considérable au milieu des années 1930. En pleine crise économique, des protestants offrent des secours matériels aux familles catholiques dans le besoin et exigent en retour que les enfants fréquentent les écoles protestantes. Cette conséquence du prosélytisme religieux effraie le haut clergé catholique. En 1936, le chancelier de l’archevêché, le chanoine Albert Valois, s’adresse aux commissaires et dresse un portrait alarmiste de la situation : il fait état de centaines d’abjurations par des parents de nationalité étrangère, lesquelles sont facilement obtenues car les étrangers, dit-il, « veulent surtout que leurs enfants soient instruits en langue anglaise »9. En novembre 1936, le président général répond aux inquiétudes exprimées par l’archevêché en engageant Walter Bossy, un professeur ukrainien de la Commission, pour qu’il s’occupe spécialement des élèves étrangers catholiques dans le but de contrer le mouvement d’apostasie. La situation atteint son point critique en 1941 quand la CECM reçoit coup sur coup des lettres de représentants de la communauté ukrainienne signalant le danger de l’apostasie et réclamant l’enseignement de l’anglais pour tous les immigrants catholiques. Dans une lettre datée du 11 novembre 1941, Stephen Yarema insiste sur les différences supposées ou réelles entre les écoles catholiques et protestantes, en terme de qualité, pour expliquer le phénomène :

  • 10 « Lettre de Stephen Yarema adressée à J.R. Thibodeau », 11 novembre 1941, ACECM.

Many children are leaving the catholic schools because the protestant propaganda spreads rumours that the teaching in their schools is superior to that of the catholic schools [...] Often English catholic schools are overcrowded and not in so good condition, like St. Patrick Elementary school on St Urbain Street, for example10.

8Contrairement à ce que prétend Yarema, la supériorité des écoles protestantes n’est pas le simple fruit de la propagande, mais bien la traduction sociale d’une réalité économique indéniable. Historiquement, le mode de financement des commissions scolaires fondé sur les taxes foncières privilégia la population protestante, moins nombreuse, mais plus riche. Par conséquent, ces écoles étaient souvent plus nanties, mieux équipées et les enseignants étaient mieux rémunérés. Aussi, les écoles protestantes offraient depuis les années 1870 un accès direct à l’enseignement secondaire classique ou technique, par le biais des high schools, lesquelles facilitaient l’accès à la prestigieuse université McGill. Or, contrairement aux high schools, les premières classes du primaire supérieur mises sur pied par la CECM dans les années 1920 ne préparaient pas les élèves à entrer dans les facultés de droit, de théologie et de médecine. En effet, pour accéder aux universités francophones, il fallait obligatoirement obtenir le diplôme du baccalauréat décerné par les collèges classiques. La qualité de l’enseignement et des installations offertes dans les écoles protestantes alliée au prestige social de l’anglais, langue dominante, a joué un rôle déterminant dans le choix des immigrants de l’école anglo-protestante comme outil d’ascension sociale.

  • 11 Rapport de J.R. Thibodeau, contrôleur des taxes de la CECM, 17 novembre 1941, ACECM.

9Le curé italien de Notre-Dame-de-la-Défense, l’abbé Vangelisti, dénonce lui aussi le problème de l’apostasie au secrétaire de la province, Hector Perrier, et il n’en faut pas plus pour que Québec demande à la CECM de préparer un rapport exhaustif sur la question. Le rapport du contrôleur des taxes de la Commission, J.-R. Thibodeau, dénombre pas moins de 3 352 apostasies entre 1912 et 1941 dans l’archidiocèse de Montréal, dont un sommet inégalé de 721 en 1935, en pleine dépression économique. La situation est devenue intolérable. Selon lui, il n’y a qu’une seule solution : « L’école anglaise protestante ayant été le facteur principal de leur séparation de l’église catholique, ce n’est que par l’école anglaise catholique qu’il nous sera possible de les faire revenir au bercail ». Par conséquent, ce dernier recommande à la CECM « d’ouvrir des classes anglaises dans tous les districts français où la population étrangère est dense »11.

10Bref, pendant la première moitié du XXe siècle, la CECM a surtout cherché à conserver les immigrants dans le giron catholique en favorisant leur intégration au secteur anglais. Cette politique, à première vue insouciante, répondait parfaitement à la logique particulière de l’époque. La question de la foi, plus particulièrement la crainte de l’apostasie chez les communautés immigrantes attirées par la langue anglaise enseignée dans les écoles protestantes, éclipsait alors toute autre considération dans les décisions des commissaires. Ce qui importait avant tout pour la Commission c’était la préservation de la foi catholique plutôt que la langue française chez les immigrants. La prépondérance du facteur religieux jumelé aux choix linguistiques des immigrants facilita le mouvement vers l’anglais, conditionnant ainsi un certain mode d’intégration des communautés ethniques où l’intégration à la communauté francophone devint difficile à réaliser. Par exemple, en 1930, 46,8 % des écoliers d’origine autre que française ou anglaise sont inscrits dans les écoles du secteur anglais et cette proportion grimpe à 65 % en 1945. Le secteur anglo-catholique de la CECM, rempart contre la menace de l’apostasie, devint le principal secteur d’accueil et d’intégration des immigrants catholiques.

Le comité des Néo-Canadiens : l’école française au cœur du débat sur l’intégration

  • 12 Alexis Gagnon, « Pensons d’abord aux fils du Canada », Le Devoir, 8 mai 1947 ; Gérard Fillion, « P (...)

11Dans l’après-guerre, la reprise intensive de l’immigration, pratiquement interrompue depuis la crise économique, posera à nouveau la question de l’intégration des Néo-Canadiens à la CECM. Dans l’immédiat après-guerre, la frange traditionaliste des nationalistes francophones demeure critique face à ce retour en force de l’immigration. Les vieux arguments d’Henri Bourassa sont allégrement repris par certains intellectuels qui dénoncent vertement la nouvelle politique fédérale d’immigration massive dans les journaux, revues et autres tribunes nationalistes de l’époque. La hantise de l’immigration perçue comme instrument d’assimilation des Canadiens français s’exprime notamment dans les pages du Devoir, principal quotidien nationaliste de la province12. Mais les tenants de ce nationalisme défensif et conservateur s’accrochent à un passé révolu, bientôt englouti par les réalités du monde moderne et les mouvements de contestation qui se dessinent à l’horizon.

  • 13 Jean-Marc Léger, « Situation dramatique de l’immigration française », L’Action nationale, 39, 1, j (...)

12En effet, une partie de l’élite canadienne-française, influencée par la doctrine sociale de Pie XII et par l’idéologie néo-nationaliste, amorce un changement d’attitude à l’égard de l’immigration. Dès 1947, l’Église catholique donne le ton en prenant la défense des réfugiés catholiques, notamment par la mise sur pied d’une Commission internationale catholique pour les migrations. Rapidement, les archevêques du Canada, du Québec et de Montréal emboîtent le pas en créant des sociétés d’aide et d’assistance aux immigrants pour remédier à leur détresse. Sensibles aux nouveaux arguments de l’Église catholique et inquiets des conséquences démographiques de l’immigration et de l’assimilation des minorités aux Canadiens anglais, une poignée de journalistes et d’intellectuels néo-nationalistes se regroupe autour du nouveau rédacteur en chef du Devoir, André Laurendeau, pour tirer la sonnette d’alarme. Les Gérard Fillion, Pierre Laporte et Jean-Marc Léger font de ce journal la principale tribune des néo-nationalistes, avec la revue l’Action nationale. L’émergence d’un néo-nationalisme, délesté de ses références traditionnelles et religieuses, entraîne une modification importante des attitudes à l’égard de l’immigration. Cette fraction de l’intelligentsia canadienne-française souhaite désormais intégrer les immigrants à la communauté francophone par le biais de l’école. Sous la plume de Léger, les élites et l’ensemble de la population sont invités à abandonner leur opposition traditionnelle à l’immigration13. Le journaliste Pierre Vigeant pose le problème en ces termes :

  • 14 Pierre Vigeant, « Allons-nous toujours abandonner aux autres les Néo-Canadiens ? », Le Devoir, 6 j (...)

Allons-nous continuer d’abandonner aux autres les Néo-Canadiens ?
Allons-nous tolérer que dans notre propre province l’organisation des immigrants catholiques devienne la spécialité de nos coreligionnaires de langue anglaise ? [...] À Montréal même, nous les avons laissés attirer vers les écoles de langue anglaise la masse des Néo-Canadiens14.

13C’est dans ce contexte de renouveau du discours nationaliste sur la question immigrante que la CECM met sur pied, le 2 septembre 1947, le comité des Néo-Canadiens chargé de s’occuper spécialement de l’intégration scolaire des immigrants catholiques et plus spécifiquement de ramener les brebis égarées à l’école catholique. Le comité tiendra tout au long de son existence un discours étonnamment moderne sur l’enjeu de l’intégration des Néo-Canadiens. Cette vision s’articule principalement autour d’un principe fondamental : le rapprochement entre Canadiens français et Néo-Canadiens. Grandement influencé par le mouvement néo-nationaliste et par la pensée de l’Église, le comité souhaite que la société canadienne-française devienne une véritable société d’accueil afin d’assurer la pérennité de la langue et de la culture françaises.

  • 15 Procès-verbal du comité des Néo-Canadiens, 26 février 1951, ACECM.

14À la fin de sa première année d’activité, en 1947-1948, le comité présidé par un commissaire, le chanoine Drouin, soumet aux commissaires un rapport annuel bien documenté sur le double problème de la fréquentation des écoles protestantes et de la tendance de plus en plus forte des Néo-Canadiens catholiques à envoyer leurs enfants vers l’école anglaise. Ce rapport révèle que le nombre d’immigrants à la CECM a considérablement diminué entre 1939 et 1947, probablement en raison du « glissement vers les écoles protestantes ». La désertion des enfants catholiques vers les écoles protestantes serait liée à une cause fondamentale : l’intérêt économique lié à la conviction, partagée par bon nombre de parents, que l’enseignement dispensé dans les écoles protestantes est nettement supérieur à celui des écoles catholiques. Cependant, les quelques sondages effectués par les membres du comité n’ont pas permis d’obtenir des données précises sur ce phénomène et personne ne sait trop comment s’y prendre pour tirer la question au clair, d’autant plus que les curés des paroisses néo-canadiennes et certains enseignants prétendent que la quasi-totalité des fidèles fréquentent l’école catholique. Par ailleurs, le comité n’a ni les moyens ni le personnel requis pour faire une enquête exhaustive. La tâche est ardue, pour ne pas dire impossible et les mésaventures sont nombreuses et décourageantes. Près de deux années sont nécessaires pour dresser une liste des enfants catholiques néo-canadiens fréquentant l’école protestante, et une fois celle-ci obtenue, il s’avère impossible de convaincre les parents de changer d’idée. L’enquête infructueuse menée par Michel Clauser auprès des familles catholiques en fait foi. Sur les 82 familles qu’il visite pour compléter la fameuse liste, une seule famille catholique promet de renvoyer son enfant à l’école catholique... « dans un avenir rapproché »15 ! Jugeant le problème de l’apostasie encore trop obscur et réalisant que ses efforts n’ont encore donné aucun résultat concluant, le comité amorce un changement majeur de perspective sur la question de l’intégration scolaire des immigrants. Délaissant peu à peu la dimension religieuse du problème (l’apostasie), il s’inquiète surtout de l’anglicisation massive des immigrants et propose un éventail de mesures sociales et pédagogiques visant à favoriser la francisation des immigrants.

  • 16 Comité des Néo-Canadiens, « Rapport annuel 1947-1948 : La Commission des Écoles catholiques de Mon (...)

15Le rapport annuel de 1947-1948 donne déjà un avant-goût de ce changement d’orientation, puisqu’il s’intéresse surtout au problème du partage inégal des enfants néo-canadiens entre les sections anglaise et française de la CECM. Les statistiques recueillies par le comité prouvent, sans l’ombre d’un doute, que les immigrants, demeurés fidèles à l’école catholique, ont généralement choisi d’envoyer leurs enfants dans les écoles anglaises. En 1947, les enfants néo-canadiens qui fréquentent les écoles de la section anglaise (67 %) sont à peu près deux fois plus nombreux que ceux qui fréquentent les écoles de la section française (33 %). Le comité propose à la CECM un plan d’action vigoureux contenant diverses recommandations d’ordre social et, surtout, pédagogique, dans le but de favoriser l’intégration des Néo-Canadiens catholiques à l’école française. Sur le plan pédagogique, le comité défend l’idée d’un programme spécialement adapté aux Néo-Canadiens, basé sur l’enseignement des deux langues officielles jumelé à l’enseignement de la langue maternelle au primaire. Puisque toute mesure coercitive obligeant les immigrants à fréquenter l’école française était inconcevable au cours des années 1950, le comité considère tout naturellement le bilinguisme comme un moyen efficace de francisation et d’intégration à la société canadienne-française. En effet, au cours de ses enquêtes, le comité réalise que si la majorité des parents immigrants tiennent à ce que leurs enfants apprennent l’anglais, bon nombre d’entre eux attachent tout de même une grande importance à l’apprentissage du français. Le comité entend exploiter cet argument en mettant en valeur le bilinguisme offert par le secteur français : « il y a là, nous semble-t-il, un fort argument pour attirer dans vos écoles, par la voie de la section française, les enfants néo-canadiens dont les parents apprécient à sa juste valeur la possession des deux cultures anglaise et française.16 » De plus, il suggère de prolonger l’enseignement de la langue maternelle voyant dans cette mesure un autre moyen d’attirer les immigrants vers le secteur français. Bref, l’organisation d’un programme pédagogique trilingue est rapidement envisagée comme une solution efficace à la fréquentation des écoles protestantes et anglo-catholiques.

  • 17 Comité des Néo-Canadiens, « Rapport annuel 1947-1948 », op. cit, p. 125.
  • 18 À ce sujet, voir : Michael Behiels, “The CECM and the Neo-Canadian Question : 1947-1963”, Canadian (...)

16Pour faciliter la mise en place de ce programme, le comité suggéra à la CECM de regrouper les élèves néo-canadiens dans des écoles ou des classes spéciales à proximité de leurs paroisses nationales respectives. Le comité s’orientait déjà vers la création d’un secteur scolaire néo-canadien qui agirait comme un pont transitoire vers le secteur français. En s’adressant aux commissaires, le comité soutint qu’avec l’introduction de ce programme pédagogique novateur, répondant aux aspirations des groupes ethniques, les écoles de la CECM « prendraient aux yeux des Néo-Canadiens un prestige exceptionnel et exerceraient un attrait puissant » qui contribuerait à les ramener aux écoles catholiques et françaises17. Comme nous le verrons, ce projet de francisation échouera à deux reprises, en 1951 et en 1962, en raison du clivage existant entre le comité et l’organe décisionnel de la CECM et surtout à cause de l’opposition obstinée des commissaires anglophones et de l’ensemble de la communauté scolaire anglo-catholique18 Cet épisode attise les tensions entre les groupes ethniques et accélère la radicalisation du débat sur la langue d’enseignement qui aboutira au déclenchement du conflit linguistique vers la fin des années 1960.

Le programme trilingue : autopsie d’un premier échec

  • 19 Procès-verbal, 15 et 31 mars, 1er et 29 juin, 9 novembre 1948, ACECM.
  • 20 LDC, 3 mars ; 26 avril 1949 et Procès-verbal, 8 avril 1949, ACECM.

17C’est au printemps 1948 que le comité entreprend d’étudier la faisabilité du projet de centralisation des écoliers néo-canadiens, première étape dans la création d’un secteur néo-canadien. Or, les embûches ne tardent pas à se manifester. Le principal de l’école Olier, M. Nepveu, souligne que pour mener à bien le projet la Commission devra non seulement assurer le transport de centaines d’écoliers dispersés aux quatre coins de la ville, mais aussi relocaliser les écoliers de langue française qui ne pourront plus fréquenter les nouvelles écoles « ethniques ». Les commissaires de la CECM sont loin d’être enthousiasmés par l’idée. Ils refusent de créer des « écoles nationales » et autorisent uniquement la création de « classes spéciales »19. Déçus par ce premier refus, les membres du comité décident néanmoins de placer tous leurs efforts dans l’ouverture des premières classes spéciales. Les écoles de Saint-Philippe-Bénizi et Notre-Dame-de-la-Défense, à forte prédominance italienne, sont choisies pour établir ces classes à titre d’expérimentation. En juin 1949, la CECM approuve finalement le nouveau programme et, à partir de 1949-1950, l’enseignement de l’italien, du français et de l’anglais y est donc prolongé jusqu’en 7e année20. Le succès des écoles italiennes incite le comité à étendre le programme trilingue aux autres communautés ethniques, notamment aux Ukrainiens et aux Polonais. Ce plan d’étude qui devait idéalement être prêt pour le début de la rentrée scolaire dans les écoles Olier et St-Anselme ne verra jamais le jour.

  • 21 Procès-verbal, 20 juin 1951, ACECM.
  • 22 « Lettre de John T. Mcllhone à Trefflé Boulanger », 8 novembre 1951, ACECM.
  • 23 Procès-verbal, 5 septembre ; 19 novembre 1951 et 3 avril 1952, ACECM.

18En septembre 1950, le directeur des études de la CECM, Joseph Dansereau, tarde toujours à produire le programme spécial et tout laisse croire qu’il est réticent à collaborer à sa réalisation. Le comité manifeste son impatience et, en juin 1951, il décide de soumettre le projet des classes néo-canadiennes directement au président et aux commissaires de la CECM dans l’espoir d’accélérer le processus. Si le président de la CECM, Eugène Doucet, prétend partager le point de vue du comité, dans les faits, il atténue grandement la portée pédagogique du projet. Initialement, le comité prévoyait de prolonger l’enseignement de la langue maternelle jusqu’à la 7e année et de grouper les élèves de même nationalité dans des classes spéciales. Or, Doucet se prononça pour une application limitée du programme trilingue et insista pour « qu’on ne dépasse pas la 3e année avec l’enseignement de la langue maternelle des Néo-Canadiens, et qu’à partir de la 4e année ces enfants soient dispersés dans les classes de leur choix »21. Cette décision, conforme à la Loi de l’instruction publique, constitue une sérieuse remise en question du programme trilingue, mais elle rassure tous ceux qui s’y étaient opposés. En effet, le projet du comité est loin de susciter l’unanimité au sein des éléments francophones et anglophones de la CECM. Plusieurs critiquent avec virulence les privilèges accordés aux Néo-Canadiens qui introduisent, selon eux, une inégalité de traitement entre les Canadiens (anglais et français) et les minorités ethniques. Par exemple, l’influent directeur des études du secteur anglais, John T. Mcllhone, se montre fermement opposé à l’organisation de classes spéciales pour les Néo-Canadiens dans les écoles sous sa direction et fustige le comité des Néo-Canadiens et les curés étrangers « who were making demands for rights and privileges far in excess of those granted to native born Canadians, whether they be of French or English extraction »22. En septembre 1951, le directeur des études approuve finalement un plan plus modeste qui consiste à regrouper uniquement les enfants de première année et de même nationalité dans une même classe. En adoptant cette position intermédiaire, il donne l’impression de répondre favorablement au projet du comité tout en évitant soigneusement de soulever l’ire des nombreux détracteurs qui s’y opposent. Les écoles Olier et Saint-Anselme sont choisies pour l’établissement de ces classes spéciales à l’intention des enfants polonais, ukrainiens, hongrois et slovaques. Mais, malgré toutes ses bonnes intentions, le comité n’a d’autre choix que d’abandonner le projet après que la compagnie de taxi Métropole eut exigé la somme onéreuse de 2000 $ par an pour le transport des enfants néo-canadiens, dispersés dans la ville23.

  • 24 LDC, 4 novembre 1952, ACECM.

19Une banale question financière semble donc être à l’origine de ce premier échec, mais la réaction ultérieure de la CECM montre clairement que ses têtes dirigeantes n’ont pas voulu appuyer un projet qui risquait de bouleverser l’ordre existant. En effet, en 1952, les commissaires rappellent au comité que son objectif premier est « de tout mettre en œuvre pour assurer aux immigrés une éducation catholique garante de leur foi » et non de leur donner une éducation bilingue, et, surtout, que « toute question pédagogique, même dans les classes spéciales destinées aux Néo-Canadiens, relève du Service des études qui doit, en toutes circonstances, voir à appliquer fidèlement les règles du comité catholique et les directives du surintendant de l’Instruction publique »24. Par cette décision, le comité des Néo-Canadiens perd tout contrôle sur l’élaboration des programmes destinés aux Néo-Canadiens au profit du Service des études qui s’empresse de mettre à exécution la volonté des commissaires en limitant l’enseignement de l’italien dans les classes spéciales aux trois premières années.

  • 25 Rapport du comité d’enquête du comité catholique du Conseil de l’instruction publique, Le problème (...)

20Ce premier échec illustre l’émergence des premières divisions opposant les membres du comité des Néo-Canadiens et l’instance décisionnelle de la CECM tout comme la faible influence du comité sur les commissaires. Les premiers souhaitent favoriser l’intégration à l’école française par le biais du programme trilingue tandis que les seconds, sensibles aux critiques de la puissante minorité anglo-catholique, préfèrent maintenir le statu quo. Lorsque le chanoine Drouin démissionne de son poste de commissaire en septembre 1951, le comité perd un membre influent au sein du Conseil des commissaires. Les chances de convaincre la majorité des commissaires de mettre en place un programme spécial pour les Néo-Canadiens se sont alors rapidement évaporées d’autant plus que la communauté anglophone pouvait au même moment compter sur la forte influence des commissaires anglophones pour défendre ses intérêts. En effet, tout au long des années 1950, les commissaires Emmet Carter et John Sullivan exerceront, conjointement avec le directeur des études du secteur anglais, John McIlhone, un fort ascendant sur les politiques adoptées par la CECM. Durant cette période marquée par l’expansion extraordinaire de la population et des effectifs scolaires, la question de la répartition des élèves entre le secteur anglais et français devint de plus en plus cruciale. Dans ce contexte, le projet de créer un secteur néo-canadien à la CECM constituait une menace à l’expansion du secteur anglais dans la mesure où les élèves immigrants représentaient une part importante de la clientèle étudiante. En effet, au milieu des années 1950, les élèves issus de l’immigration et des communautés ethniques constituent 40 % du total des étudiants inscrits dans le secteur anglais contre 41 % pour les Canadiens anglais et 19 % pour les Canadiens français25. Par conséquent, toute mesure qui aurait pour effet de soustraire de ses effectifs scolaires l’important apport immigrant sera combattue par les commissaires anglophones et par l’ensemble de la communauté anglo-catholique de Montréal.

  • 26 « Mémoire de la Société d’Assistance aux Immigrants à la Commission Tremblay », L’Action nationale (...)
  • 27 André Laurendeau, « Une politique de cannibale ? », Le Devoir, mardi 31 janvier 1956.
  • 28 Jean-Marc Léger, « Immigration : Problème social, drame national », Le Devoir, 11 décembre 1957.

21À l’extérieur de la Commission, plusieurs néo-nationalistes et organismes canadiens-français suivent avec grand intérêt la question de l’intégration scolaire des immigrants. L’inaction du gouvernement québécois en matière d’immigration et le recul de la CECM sur la question de l’intégration des Néo-Canadiens à l’école francophone suscitent moult critiques. Par exemple, le mémoire de la Société d’assistance aux immigrants présenté à la Commission Tremblay en 1954 presse le gouvernement québécois d’élaborer une politique d’immigration en fonction des intérêts nationaux et religieux du Canada français. Les chiffres cités dans le document indiquent que sur le million d’immigrants arrivés au Canada depuis 1946, 52 % s’installent en Ontario comparativement à un maigre 19 % pour le Québec. Ce déséquilibre est d’autant plus grave que les trois cinquièmes des immigrants établis dans la « belle province » se rallient au groupe anglo-saxon et que, parallèlement, le Québec connaît une nette décroissance de son taux de natalité26. L’éditorialiste en chef du Devoir, André Laurendeau, grandement préoccupé par le sort démographique du Canada français et exaspéré par l’apathie du gouvernement provincial, applaudit l’initiative de la Société visant à réveiller l’appareil politique de sa torpeur. À ses yeux, l’enjeu concerne l’avenir même du Canada français : « il s’agit peut-être, dit-il, de savoir si un jour le Canada continuera d’être bilingue ou si l’importance du Canada français ira sans cesse décroissant.27 » Pour Jean-Marc Léger, l’enjeu fondamental de la question ethnique au Québec se joue dans le domaine scolaire, principal lieu d’intégration des Néo-Canadiens à la société québécoise. Le choix du secteur d’enseignement, pense-t-il, détermine en grande partie le groupe ethnique auquel le jeune immigrant se ralliera par la suite. Or, de récentes statistiques révèlent qu’une écrasante majorité de Néo-Canadiens fréquentent l’école de langue anglaise. Selon lui, les Canadiens français ont perdu la « bataille scolaire » par leur propre faute en dirigeant automatiquement les Néo-Canadiens vers les écoles du secteur anglais et en se montrant intolérants et hostiles à l’égard des immigrants : « Nous souhaiterions devenir bientôt minoritaires dans le Québec que nous n’agirions pas autrement », conclut-il avec une pointe de sarcasme à peine voilé28.

L’échec du secteur pour les Néo-Canadiens : chronique d’une lutte scolaire

  • 29 Académie canadienne-française, Mémoire concernant l’enseignement du français aux Néo-Canadiens, Mo (...)

22Les critiques soulevées par les néo-nationalistes et les organismes francophones finissent par atteindre leur but. En effet, au milieu des années 1950, alors que la vague d’immigration d’après-guerre atteint son plus haut niveau, la dimension linguistique du problème scolaire commence à inquiéter les autorités scolaires en haut lieu. En mai 1955, l’Académie canadienne-française dépose un rapport sur la situation scolaire des Néo-Canadiens au comité catholique de l’Instruction publique. Le document qualifie la situation de « scandaleuse » et blâme sévèrement l’inaction du département de l’Instruction publique tout en dénonçant la politique de l’autruche adoptée par tous les responsables scolaires, sans exception. Jugeant le problème de l’organisation scolaire des Néo-Canadiens d’une extrême gravité, le rapport recommande au département « d’étudier à fond » la situation et d’y trouver une solution immédiate, notamment en s’inspirant des mesures proposées par le comité des Néo-Canadiens de la CECM29. Quelques mois plus tard, le président du comité des Néo-Canadiens, le chanoine Drouin, interpelle à son tour le Conseil de l’instruction publique. En 1957, la plus haute instance gouvernementale en matière scolaire décide enfin d’étudier la question néo-canadienne et commande une enquête approfondie sur le problème scolaire des enfants néo-canadiens catholiques de la Province.

  • 30 Rapport du Sous-Comité des Néo-Canadiens, 1er mai 1957, p. 7-18, ACECM.

23Le rapport soumis au surintendant de l’Instruction publique, Omer-Jules Desaulniers, le 1er mai 1957, démontre une nouvelle fois le problème de la répartition inégale des enfants catholiques néo-canadiens entre les écoles françaises et anglaises. En 1955-1956, la très grande majorité des élèves néo-canadiens, soit 69,4 %, fréquentent les écoles de la section anglaise. En fait, sur les 47 ethnies recensées à la CECM, les Belges sont les seuls à opter majoritairement pour l’école française ! Même les Italiens qui avaient pris l’habitude d’envoyer leurs enfants à l’école française optent maintenant à 61 % pour l’école anglaise. Les immigrants de l’Europe centrale et orientale choisissent cette option près de neuf fois sur dix. Aussi, de façon générale, l’école franco-catholique présente-t-elle un visage plus homogène que sa consœur anglaise. En effet, les Néo-Canadiens ne forment que 3,3 % de la population scolaire du secteur français (3 914 élèves sur 117832) alors qu’ils ne constituent pas moins de 40 % de la clientèle de la section anglaise. Les élèves d’origine britannique et irlandaise ne constituent plus que 41 % des effectifs scolaires de cette section et ces derniers sont largement minoritaires dans neuf écoles anglaises. Le comité considère « qu’il n’est pas normal que dans une province à majorité française, la plupart des élèves néo-canadiens fréquentent l’école de langue anglaise ». Mais comment les Canadiens français pourront-ils orienter une plus forte proportion des jeunes néo-canadiens vers les écoles de la langue française de sorte que celle-ci atteigne les trois-quarts des Néo-Canadiens et corresponde davantage à la répartition démographique entre Canadiens français et Canadiens anglais ? Le comité d’enquête recommande la solution que préconisait le comité des Néo-Canadiens en 1948 et qui avait été rejetée par les commissaires en 1951, soit la préparation d’un programme d’études trilingue. Grâce à ce plan, les écoliers pourront apprendre « plus d’anglais que n’en offrent les écoles de langue française et plus de français que n’en enseignent les écoles de langue anglaise » tout en conservant leur langue d’origine. Le comité suggéra de localiser les classes spéciales dans les écoles françaises avoisinantes et d’établir un « climat propice à la culture française », là où des écoles néo-canadiennes seraient nécessaires. Cette dernière suggestion ouvrait possiblement la voie à l’établissement d’un secteur néo-canadien basé sur un réseau d’écoles bilingues30.

  • 31 Procès-verbal du comité catholique du Conseil de l’instruction publique, 25 septembre 1957 ; Rappor (...)

24Grandement impressionné par les arguments qui militent en faveur de l’intégration des immigrants à la communauté francophone par le biais de l’école, le comité catholique de l’Instruction publique accepte, en septembre 1957, de préparer un programme spécial, dont le but premier « est de permettre aux élèves néo-canadiens de s’intégrer à la vie française de notre province »31. La CECM devra néanmoins attendre jusqu’en septembre 1961 avant de recevoir la version officielle du programme d’études. Celui-ci repose sur trois principaux éléments :

  1. place prépondérante faite à l’enseignement du français ;
  2. importance plus grande accordée à l’enseignement de l’anglais qu’on fait débuter à la 1re année du cours primaire ;
  3. usage de la langue maternelle de l’élève néo-canadien, notamment en religion, aux trois degrés inférieurs du cours en vue de faciliter les premiers contacts entre l’élève, le professeur et l’école. Pour s’assurer que ces directives soient bien respectées, le surintendant ordonne aux commissions scolaires de « mettre en vigueur ce programme d’études quand le nombre d’élèves néo-canadiens le justifie »32.

25Entre-temps, le conseil des commissaires de la CECM a connu d’importantes transformations et n’est plus ce qu’il était dans les années 1950. En effet, au lendemain du déclenchement de la Révolution tranquille, les bouleversements politiques et l’effervescence qui touche le monde de l’éducation se répercutent aussi dans la composition du conseil. Après l’élection de « l’équipe du tonnerre » de Jean Lesage, en juin 1960, le nouveau gouvernement libéral nomme surtout des hommes provenant des professions libérales, notamment l’avocat Marc Jarry, ancien secrétaire général de la CECM, qui succède au président Eugène Doucet, dont le mandat avait duré 12 longues années. L’archevêché de Montréal décide aussi de renouveler de fond en comble l’équipe qui avait dirigé les destinées de la CECM pendant le long règne de Maurice Duplessis. Le très conservateur cardinal Léger, nouvellement converti aux valeurs d’ouverture et de dialogue propagées par le nouveau pape Jean XXIII, devient le premier évêque de Montréal à désigner des commissaires laïques qui vont insuffler un nouveau vent d’idées et de réformes visant à moderniser la vieille institution. C’est le cas de Ferdinand Biondi, fils d’immigrants italiens, qui devient le premier représentant d’une minorité ethnique à la CECM. Cette nomination témoigne surtout de l’importance grandissante de la communauté italienne. Celle-ci peut désormais prétendre à une plus grande influence sur l’appareil décisionnel de la CECM en matière d’intégration scolaire. Le changement de la garde est notable dans la mesure où la nomination de Biondi en 1961 coïncide avec le départ de l’abbé Carter, le puissant porte-parole de la communauté irlando-catholique, qui avait bloqué l’extension du programme trilingue en 1951.

  • 33 LDC, 3 et 17 août 1961, ACECM.
  • 34 LDC, 3 mai 1962, ACECM.

26Dès son arrivée au poste de commissaire en août 1961, Biondi dévoile ses couleurs. Infatigable défenseur du programme trilingue, il réussit à convaincre ses collègues d’étudier le programme proposé par le comité catholique et de l’implanter dans les écoles à forte concentration ethnique. En septembre 1961, les commissaires introduisent le nouveau programme d’études dans 13 écoles, six écoles « ethniques » qui devront être rattachées au secteur français et sept au secteur anglais33. Or, les directeurs des écoles anglaises refusent de participer, craignant de perdre leur statut d’écoles unilingues anglaises. Seules les six écoles françaises, en majorité fréquentées par les élèves italiens, et les missions chinoise et japonaise acceptent de collaborer en ouvrant 30 classes où 986 élèves suivent le programme d’études trilingue. Le refus des écoles anglaises de coopérer est de bien mauvais augure, mais Biondi, devenu entre-temps le président du Bureau des Néo-Canadiens, est plus que jamais déterminé à étendre le programme à d’autres écoles. Lors de la séance du 3 mai 1962, Trefflé Boulanger, le directeur général des études, répond à sa demande en présentant une résolution qui allait bientôt semer une immense controverse. Considérant que tout nouveau citoyen a le devoir d’apprendre l’anglais, mais aussi le français, la langue de la majorité ; que tous les groupes ethniques et que la grande majorité des curés, des parents et des leaders communautaires ont exprimé le souhait que les enfants néo-canadiens puissent obtenir un enseignement bilingue, Boulanger suggère d’organiser un secteur néo-canadien, relevant directement du directeur général des études, dans le but de faciliter l’implantation du programme trilingue. De plus, il propose de rattacher 13 écoles situées sur le territoire de certaines paroisses nationales à ce secteur distinct et d’en confier l’organisation au Bureau des Néo-Canadiens34.

  • 35 « Lettres de Jean-Marc Léger au Président de la CECM Marc Jarry », le 3 mai et le 11 juin 1962, AC (...)

27Contre toute attente, une majorité de commissaires accepte en principe le projet et demande à la direction supérieure d’étudier les modalités de son organisation. La principale revendication du comité des Néo-Canadiens venait finalement d’être entérinée à la grande satisfaction des communautés ethniques, en particulier de la communauté italienne qui accueille la nouvelle avec joie. Chez les groupes nationalistes, les réactions sont plutôt tièdes, mais néanmoins positives. De façon générale, le projet est considéré comme satisfaisant et nécessaire, mais non idéal sur le plan des principes. Dans une lettre adressée au président de la CECM, Jean-Marc Léger, directeur de l’Office de la langue française, donne son accord à la formule qu’il juge néanmoins « extrêmement modeste, presque trop prudente ». Idéalement, il n’aurait jamais dû être nécessaire de créer des écoles bilingues ou des classes trilingues, mais dans la situation actuelle, croit-il, c’est la seule option possible pour stopper la progression de l’anglicisation des immigrants. Dans le long terme, les néo-nationalistes souhaitent la francisation totale des écoles fréquentées par les Néo-Canadiens : « Ainsi, dans une dizaine d’années nous retrouverions une situation normale : les enfants néo-canadiens fréquenteraient les écoles du secteur français de la CECM comme il aurait dû en aller dès le début.35 »

  • 36 « Télégramme de Anton Ackerman à Marc Jarry », 16 mai 1962, ACECM.

28Chez la communauté anglophone, personne n’est dupe de la dimension nationaliste du projet qui vise à favoriser la francisation des immigrants. La montée du mouvement nationaliste au début des années 1960 en inquiète plus d’un, d’autant plus que des organisations nationalistes comme l’Académie canadienne-française et la Société St-Jean-Baptiste interviennent directement dans le débat scolaire et linguistique en exhortant le gouvernement à favoriser l’intégration des Néo-Canadiens à l’école française. La communauté anglophone, il va sans dire, rejette le projet mis de l’avant par la CECM. La transformation de certaines écoles anglaises en écoles bilingues, rattachées au secteur néo-canadien, aura pour effet de priver le secteur anglais de la CECM d’une partie importante de sa clientèle scolaire et de soustraire ces écoles de son contrôle. L’enjeu scolaire glisse rapidement sur le terrain de la lutte linguistique opposant les néo-nationalistes québécois à la minorité anglophone, déterminée à conserver le poids démographique des Néo-Canadiens. En effet, les groupes anglophones, indignés par la décision de la CECM, ne tardent pas à réagir en orchestrant, dès le début du mois de mai 1962, une impressionnante levée de boucliers pour faire échouer le projet. Les associations d’anciens élèves, de parents et d’enseignants anglophones, ainsi que les associations de directeurs anglophones inondent littéralement la CECM de téléphones, de lettres et de télégrammes de protestations, parfois virulents ou nettement exagérés, comme cet homme qui parle d’une « attack on our democracy »36 ! Une panoplie d’arguments est invoquée pour justifier cet abandon. La plupart estiment que le programme trilingue est pédagogiquement faible, qu’il est difficilement applicable à cause du manque de professeurs qualifiés et qu’il constitue un gaspillage de fonds publics que la Commission ne peut se permettre, encore moins aux dépens des enfants qui pourraient en être les victimes. Certains prétendent que la création d’un secteur distinct néo-canadien conduirait à un système de ségrégation qui séparerait les Néo-Canadiens de leurs camarades anglophones et francophones. Ce cloisonnement ethnique nuirait à leur intégration à la société d’accueil et les priverait d’une éducation égale à celle de la majorité. D’autres parlent même de violation des droits démocratiques et soutiennent que les écoles bilingues briment la liberté de choix des parents néo-canadiens. La Parents Association of Ahuntsic pose le problème en ces termes :

  • 37 « Télégramme de Anton Ackerman à Marc Jarry », 16 mai 1962, ACECM.

This brings us to one of the major rights of the parents in this province, this undeniable right being to decide on the language that our children are to be educated in, whether this be English, French or otherwise, and therefore we do believe that no one has the right to use any amount of pressure to alter this fundamental right37.

  • 38 « Lettre du personnel enseignant de Thomas D’Arcy McGee Boy’s à Marc Jarry », 16 mai 1962 ; « Télé (...)

29Enfin, si la plupart des groupes anglophones prétendent que leur objection repose strictement sur des motifs purement pédagogiques, il est évident que le tollé soulevé par cette question ne peut être que le résultat d’une lutte sociale et identitaire de nature profondément idéologique. Elle oppose une minorité anglophone sur la défensive qui cherche à conserver le contrôle de ses écoles et une majorité francophone en pleine ascension sociale qui souhaite empêcher l’anglicisation des immigrants et favoriser leur francisation par le biais du bilinguisme. D’ailleurs, certains organismes anglophones, parfaitement conscients de la dimension nationaliste du projet, s’y opposent justement pour cette raison. Par exemple, les enseignants de l’école Thomas D’Arcy McGee ne contestent pas tant le principe du bilinguisme, mais le fait que les écoles bilingues soient dirigées contre la minorité anglo-catholique. D’autres associations anglophones crient à l’injustice et soutiennent que la transformation des écoles anglaises en écoles bilingues, rattachées au futur secteur néo-canadien, priverait les enfants anglophones des écoles qui ont été bâties spécifiquement pour eux. Le projet, disent-ils, pourrait éventuellement mener à la prise de contrôle de toutes les écoles catholiques de langue anglaise par les francophones et même à la disparition complète du système anglo-catholique38. Bref, derrière les détails pédagogiques et techniques d’un simple programme scolaire se cachent en réalité de profondes rivalités ethniques qui n’attendaient qu’un tel événement pour resurgir sur le devant de la scène.

30Plusieurs francophones sont outrés par la réaction des anglophones et, surtout, par les propos relatifs à la supposée atteinte aux droits des minorités. Guy Leduc, responsable de la Mission catholique japonaise de Montréal, leur adresse cette réplique cinglante :

  • 39 « Lettre de Guy Leduc à Marc Jarry », 23 mai 1962, ACECM.

J’admets qu’en démocratie la minorité a ses droits, mais au sujet des écoles bilingues, aucun droit de minorité n’est frustré, bien plus, on veut respecter même les plus petites minorités et si les Irlandais se lamentent c’est qu’ils ne pourront pas se servir aveuglément des petites minorités pour fin de chantage39.

  • 40 « Lettre de l’Association des Principaux à Trefflé Boulanger », 4 juin 1962, ACECM ; « Soumettre l (...)

31Les membres de l’Association des principaux de Montréal tentent de calmer le jeu en précisant qu’ils ont accordé leur appui aux écoles bilingues parce qu’ils croient profondément « que le respect des minorités est une condition essentielle de bonne entente et de paix ». Un groupe plus nationaliste comme la Société St-Jean-Baptiste préfère jouer la carte de l’intimidation en suggérant à la Commission Parent de soumettre les anglophones du Québec au même régime scolaire que celui des francophones de l’Ontario40.

  • 41 « Une décision heureuse et très importante de la Commission des écoles catholiques de Montréal », (...)

32L’opposition farouche de la minorité anglo-catholique suscite aussi de vives réactions chez les communautés ethniques, tout particulièrement chez la communauté italienne qui deviendra, sans le vouloir, l’enjeu de la bataille scolaire que se livrent les deux grandes communautés linguistiques. En effet, en manifestant son appui au projet des écoles bilingues et en implorant les commissaires de ne pas céder aux pressions des anglophones, la communauté italienne prend indirectement position en faveur des francophones. Certes, les Italiens tenteront de rester à l’écart de ces luttes en affirmant que « dans ce problème vital qu’est l’école, les Néo-Canadiens ne peuvent et ne veulent pas prendre ni pour les uns ni pour les autres » et que leur seul désir est d’apprendre les deux langues officielles pour être de « bons Canadiens »41.

  • 42 « Lette du professeur Aldo Pugiotto à Marc Jarry », 16 mai 1962, ACECM.
  • 43 « Une décision heureuse et très importante de la CECM », op. cit., p. 4.

33Malgré ces bonnes intentions, le conflit se polarise rapidement entre représentants anglophones et italiens, chacun défendant âprement ses propres intérêts. Jugeant que leurs intérêts seront mieux sauvegardés dans la section néo-canadienne et que l’établissement d’écoles bilingues constitue un net avantage, les Italiens refusent de sacrifier leurs droits dans cette affaire. Ils n’ont d’autre choix que de se lancer dans la mêlée. Par voie de lettres et de télégrammes, les parents et les associations italiennes protestent contre l’ingérence des associations anglaises et supplient la CECM de maintenir sa position. Les chefs de file de la communauté en profitent pour passer à l’offensive et s’engagent dans un débat ouvert avec la puissante Association of Catholic Principals. Dans cette polémique, la question de la défense du droit des minorités refait surface, mais, cette fois-ci, c’est le statut scolaire privilégié des anglo-catholiques par rapport aux autres groupes ethniques qui est mis en cause. En effet, les statistiques révèlent que les 60 000 catholiques anglophones de Montréal possèdent 31 paroisses comptant une ou deux écoles chacune tandis que la population italienne de Montréal qui dépasse les 130 000 personnes ne possède que cinq paroisses et deux écoles. Les anglophones sont donc bien mal placés pour parler d’injustice et de violation de leurs droits scolaires. C’est justement au nom du droit des minorités ethniques que les représentants italiens réclament la mise en place du secteur néo-canadien : « We, as a group, are entitled to have our own churches and schools », proclame un membre de la communauté42. À leurs yeux, la politique envisagée par la CECM garantit le respect et la protection de ce droit. Aussi, ne comprennent-ils pas pourquoi la minorité anglophone parle d’entorse à la liberté de choix des parents lorsqu’elle évoque les dangers de l’école bilingue : « S’il est juste qu’il faille respecter le libre choix des parents canadiens, rétorquent-ils, il n’est pas moins juste qu’il faille respecter le libre choix des parents néo-canadiens pour les écoles bilingues.43 » Enfin, ils contredisent l’argument selon lequel la réforme scolaire de la CECM ne servirait qu’à promouvoir la ségrégation des groupes ethniques en les isolants des deux principales communautés de la société canadienne. Selon eux, elle contribuera, au contraire, à favoriser leur intégration sociale et linguistique par la formation d’élèves bilingues aptes à participer activement dans les deux milieux.

  • 44 LDC, 2 août 1962, ACECM.
  • 45 François-Albert Angers, « Une situation intolérable pour le Québec : celle des enfants Néo-Canadie (...)

34Le tumulte provoqué par la décision du 3 mai incite la CECM à réexaminer sa proposition et à élaborer un nouveau programme susceptible de satisfaire les deux groupes, mais son nouveau plan est unanimement rejeté. Trop radical pour les uns, excessivement modeste pour les autres, personne n’y trouvait son compte. Devant ces réactions, la CECM décide de remettre le projet à l’étude et de suspendre toute décision à ce sujet44. Le lobby des associations anglophones est visiblement satisfait d’avoir réussi à maintenir le statu quo en empêchant la création d’un troisième secteur à la CECM. Mais pour combien de temps encore ? Pour de nombreux francophones, la stratégie de francisation de la CECM, fondée sur la persuasion et le respect du libre choix des parents, est devenue obsolète. L’échec du comité des Néo-Canadiens semble avoir convaincu les mouvements nationalistes et sociaux francophones que l’heure était maintenant venue d’adopter une stratégie plus musclée d’intégration à l’école française. Les intellectuels nationalistes sont les premiers à réclamer un tel changement. Par exemple, François-Albert Angers publie dans l'Action nationale un ardent réquisitoire contre « la situation intolérable » des enfants néo-canadiens pour le Québec. Son opinion est représentative du nouveau rapport social qui va s’instaurer entre la communauté canadienne-française, redéfinie sur une base linguistique, et les minorités ethniques. Selon lui, il est inadmissible que la minorité anglophone refuse de laisser aux Canadiens français exercer leur droit de majorité d’intégrer les immigrants, catholiques ou non, à la communauté française. Rappelant que les textes constitutionnels garantissent uniquement les droits religieux des catholiques et des protestants, il soutient qu’aucun obstacle juridique n’interdit à l’État québécois de décréter « que la langue française est la langue fondamentale d’enseignement dans toutes les écoles, catholiques ou protestantes »45. Angers considère, comme tant d’autres nationalistes, que la CECM doit réintégrer tous les Néo-Canadiens dans le secteur francophone et que l’État québécois doit accorder la primauté au français comme langue d’enseignement. Bref, au milieu des années 1960, les acteurs principaux du débat linguistique ont déjà choisi leur camp : les minorités anglophone et allophone défendent le libre choix de la langue d’enseignement et la majorité francophone s’oriente vers l’unilinguisme français.

35Le système scolaire, véritable champ de lutte social, représente un enjeu fondamental : la reproduction sociale de la culture majoritaire. La problématique de l’intégration des minorités est étroitement liée à la question plus globale du rôle de l’école dans le maintien et la transformation des « frontières ethniques ». Sans vouloir résoudre l’éternel débat opposant la théorie fonctionnaliste à l’école de la « reproduction », nous pouvons néanmoins affirmer que l’école a incontestablement joué un rôle fondamental dans la socialisation et l’intégration des minorités ethniques, par la transmission de connaissances, de valeurs, et surtout d’une langue commune. Historiquement, le mode d’intégration scolaire des minorités à la CECM a connu des changements, car les frontières ethniques au Québec et les rapports sociaux entre groupes qui les définissent ont eux-mêmes connu de profonds bouleversements.

36La transformation des rapports ethniques au Québec s’est jouée sur le terrain scolaire en deux principales étapes, la première davantage centrée sur l’intégration religieuse et la seconde sur l’intégration linguistique. Ainsi, jusqu’au début des années 1950, l’identité ethnique canadienne-française, principalement fondée sur la foi catholique, conditionnait un certain type d’intégration où le critère de l’appartenance religieuse dominait toute autre considération et où le concept de société d’accueil n’avait que peu de prise sur la réalité. Par exemple, en cédant aux demandes des parents immigrants désireux d’envoyer leurs enfants à l’école anglophone catholique, les commissaires de la CECM avaient bien sûr l’espoir d’endiguer le problème de l’apostasie et se souciaient peu de la question de l’anglicisation des immigrants. L’objectif premier étant la reproduction sociale de la foi catholique, l’anglicisation ne constituait pas un problème mais bien une solution.

37Toutefois, dans les années 1950-1960, l’émergence de la langue comme critère primordial de l’appartenance nationale et la transformation des rapports sociaux entre la majorité francophone et les minorités ethniques, allaient tout changer. Délestée de ses références traditionnelles, la nation ethnique canadienne-française va progressivement devenir une nation québécoise fondée sur le territoire et la langue française. Consciente de son statut de majorité au Québec, cette nouvelle communauté nationale se perçoit aussi comme une communauté d’accueil et d’intégration. Ce changement dans les « frontières ethniques » entre francophones et anglophones aura d’importantes conséquences pour les communautés ethniques, habituées à s’intégrer à la communauté anglophone. Comme nous l’avons vu, les répercussions se feront surtout sentir au niveau scolaire. Si la CECM demeure une institution essentiellement vouée à l’instruction des enfants catholiques, elle envisagera la question de l’intégration des immigrants dans une optique linguistique et non plus strictement religieuse. L’objectif n’est plus d’empêcher l’apostasie des immigrants catholiques en facilitant la fréquentation des écoles anglophones catholiques, mais bien de favoriser l’école francophone catholique dans le but d’intégrer ces immigrants à la majorité francophone. Or, cette nouvelle ambition suscite des craintes chez la minorité anglophone. En 1962, la Commission scolaire, favorable à la création d’un secteur bilingue pour les Néo-Canadiens, fut contrainte d’abandonner le projet à la suite de l’opposition farouche de la minorité anglo-catholique. Par conséquent, la francisation des immigrants est demeurée incomplète.

38L’analyse des rapports sociaux et interethniques entre francophones, anglophones et minorités ethniques met en relief les divergences idéologiques qui divisent ces trois groupes sur la question du mode d’intégration scolaire et linguistique des immigrants. Les minorités ethniques constituaient l’enjeu fondamental de cette bataille scolaire opposant les francophones et les anglophones, chaque groupe défendant des intérêts divergents et irréconciliables. Les anglophones prônaient le statu quo, les communautés ethniques réclamaient l’enseignement bilingue et des écoles nationales, tandis que les francophones souhaitaient répondre aux besoins des minorités ethniques afin de les soustraire à l’influence des anglophones et de les intégrer progressivement à la majorité française. Ce conflit marque, à bien des égards, la fin d’une époque dans les rapports ethniques au Québec. Si les anglophones réussissent à remporter une bataille importante, pour les néo-nationalistes, le débat sur le libre choix de la langue d’enseignement est loin d’être clos. Frustrés par l’échec des mesures incitatives, plusieurs d’entre eux commencent à envisager l’adoption de mesures plus coercitives, n’hésitant plus à remettre en cause le sacro-saint principe du libre choix. Le débat sur la langue d’enseignement se radicalise et le Québec entre de plain-pied dans la tumultueuse période de la crise linguistique dont l’aboutissement, marqué par l’adoption de la Loi 101 en 1977, bouleversera profondément la nature des rapports ethniques au Québec en obligeant tous les immigrants à fréquenter l’école française.

Notes

1 Howard Palmer, “Reluctant Hosts: Anglo-Canadian Views of Multiculturalism in the Twentieth Century” in Readings in Canadian History: Post-Confederation, dir. by R.D. Francis and D. Smith, Holt, Rivehart and Winston, 1986, p. 185-201.

2 Paul-André Linteau, « La montée du cosmopolitisme montréalais », Question de culture, 2, 1982, p. 49-50 ; Fernand Harvey, « L’ouverture du Québec au multiculturalisme », Études canadiennes/Canadian Studies, no 21, Tome 2, 1986, p. 219-229.

3 Pour une histoire de la CECM, voir : Robert Gagnon, Histoire de la CECM, Montréal, Boréal, 1996, p. 400.

4 Rapport financier de la Commission des écoles catholiques de Montréal pour l’année scolaire 1915-1916, p. 7, Archives de la CECM. (ACECM).

5 Livre de délibération des commissaires (LDC), 3 septembre 1930 ; 20 octobre 1931 ; 18 octobre 1932, ACECM.

6 « Lettre du curé Josapha Tymochko à la CECM », 15 juillet 1934, ACECM.

7 « Lettre du Révérend Bobinas à la CECM », 13 octobre 1929 ; LDC, 3 septembre 1930 ; « Lettre du curé Josapha Tymochko à la CECM », 15 juillet 1934, ACECM.

8 Rapport no 597 du directeur des études J.M. Manning, 24 avril 1935, ACECM.

9 LDC, 3 novembre 1936, ACECM.

10 « Lettre de Stephen Yarema adressée à J.R. Thibodeau », 11 novembre 1941, ACECM.

11 Rapport de J.R. Thibodeau, contrôleur des taxes de la CECM, 17 novembre 1941, ACECM.

12 Alexis Gagnon, « Pensons d’abord aux fils du Canada », Le Devoir, 8 mai 1947 ; Gérard Fillion, « Politique raciale ou charité chrétienne », idem, 19 juillet 1947 ; Paul Sauriol, « Programme d’immigration au service d’une politique raciste », idem, 7 octobre 1947.

13 Jean-Marc Léger, « Situation dramatique de l’immigration française », L’Action nationale, 39, 1, janvier-février 1952, p. 51-53.

14 Pierre Vigeant, « Allons-nous toujours abandonner aux autres les Néo-Canadiens ? », Le Devoir, 6 juillet 1950.

15 Procès-verbal du comité des Néo-Canadiens, 26 février 1951, ACECM.

16 Comité des Néo-Canadiens, « Rapport annuel 1947-1948 : La Commission des Écoles catholiques de Montréal et les Néo-Canadiens », L’école canadienne, no 2, octobre 1948, p. 122.

17 Comité des Néo-Canadiens, « Rapport annuel 1947-1948 », op. cit, p. 125.

18 À ce sujet, voir : Michael Behiels, “The CECM and the Neo-Canadian Question : 1947-1963”, Canadian Ethnic Studies, 18, 2, 1986, p. 38-64 ; Donnat J. Taddeo et Raymond C. Taras, Le débat linguistique au Québec, Montréal, PUM, 1987, p. 59-90 et Robert Gagnon, « Pour en finir avec un mythe : le refus des écoles catholiques d’accepter les immigrants », Le Bulletin d’histoire politique, vol. 5, no 1, Hiver 1997, p. 120-141.

19 Procès-verbal, 15 et 31 mars, 1er et 29 juin, 9 novembre 1948, ACECM.

20 LDC, 3 mars ; 26 avril 1949 et Procès-verbal, 8 avril 1949, ACECM.

21 Procès-verbal, 20 juin 1951, ACECM.

22 « Lettre de John T. Mcllhone à Trefflé Boulanger », 8 novembre 1951, ACECM.

23 Procès-verbal, 5 septembre ; 19 novembre 1951 et 3 avril 1952, ACECM.

24 LDC, 4 novembre 1952, ACECM.

25 Rapport du comité d’enquête du comité catholique du Conseil de l’instruction publique, Le problème scolaire des Néo-Canadiens, 1er mai 1957, p. 8, ACECM.

26 « Mémoire de la Société d’Assistance aux Immigrants à la Commission Tremblay », L’Action nationale, vol. XLIII, no 5-6, mai-juin 1954, p. 456.

27 André Laurendeau, « Une politique de cannibale ? », Le Devoir, mardi 31 janvier 1956.

28 Jean-Marc Léger, « Immigration : Problème social, drame national », Le Devoir, 11 décembre 1957.

29 Académie canadienne-française, Mémoire concernant l’enseignement du français aux Néo-Canadiens, Montréal, 5 mai 1955, p. 2, ACECM.

30 Rapport du Sous-Comité des Néo-Canadiens, 1er mai 1957, p. 7-18, ACECM.

31 Procès-verbal du comité catholique du Conseil de l’instruction publique, 25 septembre 1957 ; Rapport du sous-comité du Programme d’étude des Néo-Canadiens, p. 1-8, ACECM.

32 « Lettre de présentation du programme », 13 juillet 1961, p. 1-2, ACECM.

33 LDC, 3 et 17 août 1961, ACECM.

34 LDC, 3 mai 1962, ACECM.

35 « Lettres de Jean-Marc Léger au Président de la CECM Marc Jarry », le 3 mai et le 11 juin 1962, ACECM.

36 « Télégramme de Anton Ackerman à Marc Jarry », 16 mai 1962, ACECM.

37 « Télégramme de Anton Ackerman à Marc Jarry », 16 mai 1962, ACECM.

38 « Lettre du personnel enseignant de Thomas D’Arcy McGee Boy’s à Marc Jarry », 16 mai 1962 ; « Télégramme du cardinal Newman Old Boy’s Association à Marc Jarry », 16 mai 1962, ACECM.

39 « Lettre de Guy Leduc à Marc Jarry », 23 mai 1962, ACECM.

40 « Lettre de l’Association des Principaux à Trefflé Boulanger », 4 juin 1962, ACECM ; « Soumettre les Anglo-Saxons du Québec au régime scolaire des Canadiens français de l’Ontario », La Presse, 6 juin 1962.

41 « Une décision heureuse et très importante de la Commission des écoles catholiques de Montréal », mémoire présenté par des représentants de la communauté italienne, juin 1962, p. 2-3, ACECM.

42 « Lette du professeur Aldo Pugiotto à Marc Jarry », 16 mai 1962, ACECM.

43 « Une décision heureuse et très importante de la CECM », op. cit., p. 4.

44 LDC, 2 août 1962, ACECM.

45 François-Albert Angers, « Une situation intolérable pour le Québec : celle des enfants Néo-Canadiens à Montréal », L’Action nationale, vol. LIII, no 4, décembre 1963, p. 372.

Auteur

Étudiant en histoire à l’université du Québec à Montréal

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.