Version classiqueVersion mobile

Enfers et délices à la Renaissance

 | 
Franck Lessay
, 
François Laroque

II - Autour d’une reine sulfureuse : Marie Stuart

Le statut du personnage de Marie Stuart dans l’Histoire de la Réforme1 de John Knox. La Séduction et la sédition

Armel Nayt-Dubois

Résumé

John Knox's feud with Mary Queen of Scots is a compulsory feature of any biographical work on either the protestant reformer or the Scottish Queen.Knox himself is responsible for turning this on-going quarrel into a recurring theme of sixteenth century Scottish history as he gave a thorough account of their four meetings in his History of the Reformation. The accuracy of this first-hand testimony has however been questioned as it cannot be substantiated by any other factual evidence. The argument of this paper is that the History is still worth studying not so much to establish Knox's dealings with Mary Stuart but because it is a political piece which puts the finishing touches to Knox's political thought. This paper suggests that in the History of the Reformation the character of Mary Stuart was tailored to fit in with the contemporary image of tyranny so as to legitimate the rebellion of the Protestant Lords against their Queen.

Texte intégral

  • 1 Toutes les références seront données dans l’édition de David Laing. (The Works of John Knox. Colle (...)
  • 2 Mason (R.A.), John Knox and the British Reformations, Coll St Andrews Studies in Reformation Histo (...)

1L’animosité de Knox à l’égard de Marie Stuart a fait l’objet d’un certain nombre de communications et d’articles parmi lesquels on peut citer pour mémoire celui de Duncan Shaw intitulé “Knox and Mary Stuart” publié en 1975 aux presses de St Andrews et plus récemment celui de Jenny Wormald, qui parut en 1998 sous le titre “Godly Reformer, Godly Monarch” dans le dernier ouvrage consacré au réformateur écossais2.

2Toutes ces monographies ont pour objet d’explorer les raisons de l’impossible réconciliation entre le prêtre renégat et l’impétueuse jeune souveraine catholique, entre l’esprit des Valois et l’austérité calviniste, entre enfin une théorie absolutiste du pouvoir monarchique et le modèle covenantaire qui se profilait à l’horizon politique des Iles Britanniques.

  • 3 Fueter (E.), Histoire de l’historiographie moderne, Paris, Libraire Félix Alcan, p. 318.

3Sur le plan de la méthode, ces études abordent l’hostilité entre les deux personnages historiques comme une réalité intersubjective dont les sources écrites sont les témoins. Parmi ces sources, L’Histoire de la Réforme de Knox occupe une place de choix puisque certains, et je pense notamment à l’historien écossais Gordon Donaldson, le considèrent comme l’ouvrage de référence en la matière. À travers ce texte, dit “de parti impersonnel puisqu’on y parle de Knox”3, c’est la réalité évanescente de deux êtres et d’une relation que l’on tente d’aviver ou d’évoquer au sens occulte du terme, au risque parfois de sombrer dans l’histoire spéculative.

4Une autre approche méthodologique consiste à négliger les personnages du récit historique au profit du récit en lui même, lequel devient à son tour objet d’histoire. En inversant ainsi autant le point de vue que le point focal, l’on est amené à s’interroger non plus sur les motivations des personnages mais sur celles de l’auteur. Dans cette perspective, les personnages continuent d’avoir leur importance dans l’étude mais il convient de les envisager en termes de fonctions sémantiques dans le récit et de ne pas leur accorder une existence autonome. Appliquée à l’Histoire de la Réforme, cette méthode éclaire sous un nouveau jour la représentation de Marie Stuart dans ce texte puisqu’elle permet de faire émerger derrière le personnage l’intégralité du projet knoxien.

  • 4 Knox (J.), History of the Reformation in Scotland, Works, op. cit., I, p. 297-298. “Least that Sat (...)
  • 5 Orecchioni (C.), “la polémique et ses définitions”, in Le Discours Polémique, ed. Orecchioni et Ge (...)

5Les objectifs de Knox dans l’Histoire de la Réforme sont clairs. Au livre 2, il y déclare vouloir légitimer les soulèvements écossais contre les deux Maries et montrer qu’ils ne visaient qu’à établir définitivement la religion réformée en Écosse4. La finalité pragmatique du texte est donc de faire accepter l’inacceptable-la sédition-en arguant de la nécessité du tyrannicide dans sa forme avortée, c’est-à-dire sans l’exécution du tyran. À travers L’Histoire de la Réforme, Knox cherche donc à redorer le blason des « tyrannosaures » et à rallier d’éventuels soutiens, notamment anglais, à la cause écossaise. Pour cela il lui faut, comme il est d’usage dans le discours polémique : “disqualifier l’objet qu’il prend pour cible et mettre à mal, voire à mort, l’adversaire discursif”5.

6Deux problèmes substantiels se posent néanmoins au réformateur écossais.

7Premièrement, Marie Stuart ne correspondait pas, loin s’en faut, au profil du tyran. Deuxièmement, avec Elisabeth sur le trône d’Angleterre œuvrant pour les protestants aussi bien dans son royaume que dans celui de sa cousine, il lui était devenu impossible d’invoquer uniquement le caractère “emprunté” du pouvoir des femmes et d’assimiler gynécocratie et tyrannie aussi simplement qu’il l’avait fait dans le Premier coup de trompette.

  • 6 Fueter (E.), Histoire de l’historiographie moderne, op. cit., p. 320.

8Knox va donc être contraint de faire à partir d’un personnage qui n’a de politique, à bien des égards que la fonction, un tyran. Il convient dès lors de s’interroger sur les procédés que Knox utilise, procédés qui lui permettent de faire jouer à Marie le rôle requis et qui témoignent, incontestablement, de la présence outre texte de l’auteur. Nous verrons que son projet aboutit tout d’abord grâce à “son art de peindre”, certains diraient de “caricaturer”. L’historien de l’historiographie Fuerter évoque pourtant avec admiration le caractère synthétique de la prose knoxienne. “Chez lui pas de remplissage, pas de digressions oiseuses. Avec une sûreté merveilleuse, il sait choisir le détail frappant. Il donne peu de traits, mais avec cela, il peut tout dire”6. Dans le cas de Marie Stuart, ces traits ce sont en premier heu les universaux de l’espèce du tyran depuis l’Antiquité. Ce sont aussi, pour certains, les termes traditionnels appliqués à la femme dans les litanies misogynes qui ont, encore une fois, traversé, sans presque s’altérer l’histoire depuis Esope. Et c’est là le tour de force de Knox car en construisant le personnage de Marie à l’orée de deux lieux communs, Knox retombe mine de rien sur l’idée déjà présente dans le Premier coup de trompette de la perversité naturelle et donc nécessaire du pouvoir féminin, de sa dimension intrinsèquement tyrannique. Cette prédétermination du destin de Marie Stuart s’affiche d’ouverture dans un texte qui s’écrit d’une part comme une prophétie, et qui repose d’autre part sur une conception de l’histoire, comme providentiel et cyclique. Dans L’Histoire de la Réforme, la fonction de Marie nous le verrons, était déjà courue, connue d’avance.

  • 7 Donaldson (G.), Scotland James V-James VII, vol3., Edimbourg, Mercat Press, 1994, p. 112.
  • 8 Knox (J.), History of the Reformation in Scotland, Works, op.cit., II, p. 266.

9Croquer le portrait de la jeune reine sous les traits d’un tyran relevait a priori de la gageure. Dans la première moitié de son règne de 1561 à 1564, celle que Knox raconte dans le quatrième et dernier livre de l'Histoire de la Réforme dont il est l’auteur, Marie resta très en retrait sur la scène politique. Si elle émergea de façon très ponctuelle comme un meneur d’hommes, ce fut par exemple le cas lors de la campagne militaire contre le clan Gordon, où elle se dessaisit pour l’essentiel de son autorité et délégua son pouvoir décisionnel à son demi-frère Jacques Stuart et à Maitland de Lethington. À ce simple titre, accuser Marie de tyrannie constituait une dénaturation des faits car l’abus de pouvoir a un pré-requis logique : son exercice. Si l’on ajoute à cela la politique de tolérance que la reine d’Écosse mena en ne remettant jamais en cause le système établi par le parlement de 1559 - même s’il est vrai qu’elle ne ratifia pas les lois qu’il avait votées-il est difficile de voir en elle le chef de file voire même un simple agent de la contre-réforme7. Il fallait donc manier l’hyperbole avec l’art d’un Knox pour pouvoir écrire d’elle à propos de la première moitié de son règne, “Although innocent men be empreasoned, it is the Quenis pleasur : sche is offended at such men. Althought under pretence of justice innocentis be crewellie murthered; the Lordis shall weape, but the Quenis mynd must be satisfeid. Nobillis of the Reaime, Baronis and Counsallouris ar banished, thair eschaittis disponed, and thair lyves maist injustlie persewed”8. À l’époque dont Knox parle, il y eut en Écosse sans doute plus de prêtres catholiques poursuivis pour avoir célébré la messe que de sympathisants protestants malmenés par la jeune reine catholique.

  • 9 Ibid., p. 287. “The Quene entered in hir progresses, and in the moneth of September traveled from (...)
  • 10 Delacampagne (C.), Le philosophe et le tyran - Histoire d’une illusion, Paris, P.U.F., 2000, p. 82
  • 11 Knox (J.), History of the Reformation in Scotland, Works, op.cit., II, p. 264. “For what adulterar (...)

10Marie laissa s’ouvrir, cependant, une brèche dans l’image immaculée de l’ingénue politique et c’est dans cette brèche que la thèse de Knox allait pourvoir s’enraciner. Il s’agit bien sûr de la célébration de messes privées dans la chapelle d’Holyrood. En exerçant sa liberté de conscience, la reine se mettait en effet hors la loi puisque les lois du parlement de 1559 avaient interdit la réintroduction de la messe. Elle aggrave sa faute en faisant célébrer la messe partout où elle se rend, “souillant de la sorte l’Écosse de son idolâtrie” selon les termes de Knox9. Cette transgression de la loi permit à Knox de présenter la reine comme “un ennemi public”10 bafouant les lois du royaume et celles de l’Église, et de rattacher sa représentation de Marie à une première théorie de la tyrannie, celle que l’on trouve notamment chez Jean de Salisbury et chez Thomas d’Aquin. Knox n’aura de cesse par la suite de revenir sur le goût de Marie pour l’injustice. Ainsi il créera à partir de l’abrogation de quelques lois, notamment celle bannissant les meurtriers, les adultérins, les voleurs, le prostituées et les ivrognes11, l’impression de la dissolution de tout le système juridique mis en place par le parlement de la nouvelle Église.

  • 12 Ibid., p. 286. “Johne Knox his awin judgement, being be some of his familiaris demanded, What he t (...)
  • 13 Crouzet (D.), Un rêve perdu de la Renaissance, Collection Chroniques, Paris, Fayard, p. 127.
  • 14 Knox (J.), History of the Reformation in Scotland, Works, op.cit., II, p. 294. “In presence of hir (...)
  • 15 Ibid., pp. 376-377.“This conference we have inserted to let the world see how deaplie MARIE, QUENE (...)
  • 16 Ibid., p. 417. “But the Quene and our Court maid myrrie. Thair wes banketting upoun banketting. Th (...)

11Pour donner plus de substance, plus de chair à ce visage de la tyrannie, Knox va parallèlement accentuer les traits florentins de la Française en la présentant comme un être calculateur12 dont le système de pouvoir reposait sur la dissimulation. Il emprunte ici “un des fantasmes renaissants”, selon la formule de Denis Crouzet, “celui de l’être qui est un autre que lui même mais qui se caractérise par une incroyable, une merveilleuse capacité à cacher cette altérité, à faire passer le vrai pour le faux et le faux pour le vrai”13. La trame du récit de son règne s’ourdit dans l’Histoire comme une tragédie des erreurs dans laquelle la noblesse protestante est victime de l’imposture de Marie. Knox raconte comment dès son retour en Écosse, elle trompa son monde en arborant un air grave et les habits de deuil devant son conseil, tandis que ses soirées entre Français n’étaient endeuillées que par la morosité et l’austérité ambiantes14. Plus loin, il rapporte avoir lui-même été dupe des matoiseries de la jeune femme. Lors de leur troisième entretien, nous dit-il, elle le convint d’intervenir auprès des protestants de l’Ouest pour qu’ils cessent de s’agiter et de molester les prêtres. Elle s’engagea en contrepartie à exaucer leur souhait en ratifiant les lois de 1560, ce que bien sûr elle ne fit jamais15. Les plus grandes victimes des leurres de la jeune femme dans L’Histoire demeurent cependant les nobles écossais à qui elle ne montra jamais son véritable visage. Parmi les événements évocateurs de cette intrigue royale, on peut citer pour l’anecdote ce que Knox présente comme une prodigalité suspecte peu de temps après son acquittement en 1564. Knox est alors jugé à la demande de la reine pour incitation à la révolte. Dans le passage de L’Histoire consacré à cet incident, Knox évoque les banquets que Marie offre généreusement à la cour. Il explique qu'elle cherche à griser la noblesse et à lui donner l’impression qu'elle ne gardait pas de ressentiment de l’injure qu’elle venait de lui faire en déclarant son ennemi non coupable16, ce qui bien sur était faux.

  • 17 Delacampagne C., Le Philosophe et le Tyran, p. 72-73.

12Personnage latin par son penchant à la dissimulation, Marie Stuart, l’artefact, l’est aussi par sa soif de plaisir et de richesses qui la rapproche cette fois du mauvais tyran de la République de Platon ou des empereurs de la décadence chez les historiens latins. Et l’on peut ici emprunter les termes de Christian Delacampagne, pour saisir à quel point ils s’appliquent aussi bien à la reine d’Écosse vue par Knox qu’à ces ancêtres littéraires. “Femme de l’hubris” qui n’écoute que la démesure de ses désirs, Marie Stuart incarne dans tout le texte, “l’arrivée au pouvoir des instincts les plus bas, le triomphe de la partie la plus vile de l’être humain”17.

  • 18 Knox (J.), History of the Reformation in Scotland, Works, op.cit., II, p. 288. “Whatsoever myght s (...)
  • 19 Ibid., I, p. 219. “But from the tyme that the Frenche men had gottin the bone for the which the do (...)
  • 20 Ibid., p. 219-220. “The seig was rased, and she was convoyed by the Weast seas to France, with fou (...)
  • 21 Ibid., II, p. 283. “For that Churche is altogidder pollutted with all kynd of spirituall fornicati (...)
  • 22 Ibid., p. 370. “For the ryotouse feasting, and excessive banquetting, used in Court and countrey, (...)
  • 23 Ibid., pp. 508-509. “Albeit the Treasurer, and now Comptroller, to wit, the Laird of Tillibardin, (...)
  • 24 Ibid., p. 517. “The second thing that was ordained in this Assembly, was, concerning the Ministers (...)
  • 25 Ibid., p. 270. “Fyres of joy war sett furth all nyght, and a cumpany of the most honest, with inst (...)
  • 26 Ibid., p. 330-331. "The certaintie heirof came to the earis of Johne Knox, for thair war some that (...)
  • 27 Ibid., p. 333. “yitt do I not utterlie dampne it, provyding that two vices be avoided: the formare (...)
  • 28 Ibid., p. 412. “That nycht wes nether dansing nor fyddilling in the Courte; for Madame wes disappo (...)

13Toute son activité diégétique décline la gamme des plaisirs, plaisir physique comme ceux de la danse, de la table et de la chair, plaisir narcissique comme ceux que lui procurent les flatteries18, les feux de joie qui brûlent en son honneur et les cadeaux dont les villes d’Écosse la couvrent. Marie Stuart, le personnage, n’a pas d’existence en dehors de ses sens. De consommée dans le premier livre de l’Histoire où elle est “l’os pour lequel le chien aboie”19 et qui sera lancé aux français de l’autre côté de la manche, ou encore “le morceau de choix” qui fond dans la bouche du cardinal de Lorraine20, elle devient consommatrice. Même sa fois catholique est évoquée dans un oxymore comme une “fornication spirituelle”21 ce qui suffit à faire de l’âme de la reine un vulgaire prolongement de son corps, un corps pour lequel on tyrannise le royaume. Les pauvres sont affamés par l’inflation engendrée par les incessantes festivités de la cour22, les soldats ne sont plus payés23, les ministres de l’Eglise non plus24, car les appétits désordonnés de la reine sont voraces. Le thème de l’insatiabilité est introduit dès le début du récit qui s’ouvre comme La Nuit des rois sur la représentation d'un personnage envoûté par la musique au point d’implorer quelle ne cesse jamais25. Mais ce n’est pas la seule incapacité de Marie à juguler ses désirs qui les rend condamnables. Son insatisfaction libidinale est criminelle parce que ses goûts sont pervers. Ainsi Marie aime danser, raconte Knox, pour célébrer les occasions macabres. Par le biais de la danse, il dénonce chez elle une déviance sadique. Il la montre dansant frénétiquement à l’annonce du massacre des protestants en France26, il l’accuse de tirer son plaisir du déplaisir qu’elle fait naître chez lui et chez d’autres27, alors qu’à l’inverse, commente-t-il, elle n’est pas d’humeur à danser le soir où son ennemi est acquitté28.

14La construction de l’image du tyran aurait pu s’arrêter là si le projet de Knox n’avait pas été de légitimer la prise d’armes contre la reine. Celui-ci imposait cependant de franchir une étape supplémentaire dans la représentation car les théoriciens du droit de résistance s’accordaient tous sur un point : le principe d’obédience chrétienne ne pouvait être abandonné que s’il avait été prouvé que le tyran menaçait non seulement l’existence des fidèles mais aussi le salut de leurs âmes. Il ne suffisait donc pas de faire de Marie une simple criminelle dans sa sphère privée. Pour que la rébellion trouve sa légitimité, il fallait ouvrir le champ d’action de la séductrice, c’est-à-dire au sens étymologique du terme, de celle qui dévoie, qui fourvoie. À ce titre, il convient peut-être de lire les récits des différentes conquêtes de Marie, de Chatellet à Bothwell en passant par Darnley et quelques autres, comme une mise en abîme du méta-récit de L’Histoire, celui du dévoiement de tout un peuple, de toute une église. Car ce qui fait avant tout de Marie un tyran dans ce texte, c’est qu'elle a poussé son peuple au péché et ramené son royaume dans l’obscurité. C’est ce que Knox déplore dans les commentaires liminaires du livre IV de L’Histoire. Si l’image de la grande séductrice est particulièrement développée, c’est parce qu'elle reposait sur des rumeurs d’alcôve suffisamment répandues pour accentuer l’effet de réel. Il en allait autrement des faits censés cautionner la thèse du retour de l’idolatrie en Écosse. Difficile pour Knox de prouver que Marie avait fait plus que de caresser l’espoir d’une restauration du catholicisme. Le portrait-charge de la lascive lovelace lui permettait donc de créer une impression générale de sorte sinon à pallier, du moins à dissimuler les faiblesses de tout un pan de son argumentation.

  • 29 Ibid., p. 381. “Such styncken pryde of wemen as was sein at that Parliament, was never sein befoir (...)
  • 30 Ibid., p. 478. “At this Easter-tyde, in Sterlin, the Queen made her domestick servants use Papisti (...)
  • 31 Ibid., p. 265.

15Knox n’y renonce cependant pas entièrement. Il choisit de faire reposer la thèse d’une propagation du péché en Écosse par l’entremise de la reine sur tous les étais qui sont à sa disposition. Dans le Policraticus, Jean de Salisbury avait fait de la flatterie la première incitation du tyran au péché. Knox partage semble-t-il ce point de vue, lui qui décrit férocement la délectation de la jeune femme lorsqu’elle entend les vers qui chantent sa gloire ou que l’on compare sa voix à celle de Diane29. Cette “fierté puante” qui pousse ses sujets à la flatterie et donc au péché lui est presque aussi odieuse que les rites papistes qu'elle leur impose. Encourager ses sujets à suivre la messe ou pire encore la leur imposer constitue bien évidemment l’acte de dévoiement ultime, celui dont dépend en vérité la légitimité de la déposition de Marie. On comprend donc pourquoi Knox raconte par le menu ce qui s’est passé à Stirling au printemps 156530. Marie, nous dit-il, a d’abord forcé ses domestiques à suivre sa messe, puis ce fut au tour de ses hôtes. Chez le Comte de Cassillis, elle serait allée, à l’en croire, jusqu’à menacer ceux qui tentèrent de s’y soustraire. Au final, dans L’Histoire, Knox fait de toute la nation écossaise une nation d’apostats et en Mai 1566, il peut conclure : “The most parte of us declyned from the puritie of Goddis word”31. Il a alors atteint son but. Il a montré que la séduction avait eu raison de la foi, que le mal l’avait emporté sur le bien, et la reine sur lui. L’Histoire, elle, léguait à la postérité un motif nécessaire et suffisant pour que les protestants écossais qui avaient pris les armes contre leur souveraine ne passent pas pour des barbares.

  • 32 La formule est utilisée à propos de Catherine de Medicis dans Le Discours Merveilleux. (Discours M (...)
  • 33 Knox (J,), History of the Reformation in Scotland, Works, op.cit., I, p. 48. “This accusatioun was (...)
  • 34 Ibid., II, pp. 71-72.
  • 35 Discours Merveilleux de la vie, actions et deportements de Catherine de Médicis, Royne-mère, op.ci (...)
  • 36 Knox (J.), History of the Reformation in Scotland, Works, op.cit., II, p. 319. “We call hir nott a (...)
  • 37 En France, l’édit de janvier 1562 avait accordé aux réformés la liberté de culte hors de villes cl (...)

16Le portrait qu'elle laissait de Marie était pourtant schématique. Il tient en quelques lignes et en un nombre limité d’attributs. Fourberie, perversité, vanité, perfidie, ignorance, irascibilité, séduction, tentation, idolâtrie. Voilà à quoi il se résume et il perd davantage encore de son étoffe lorsqu’on le met en parallèle avec les autres personnages royaux de l’Histoire, Jacques V et Marie de Guise. Force est alors de constater le mimétisme familial dans un texte qui les dépeint tous comme de “vrays patrons de tyrannie en leurs actions publiques, et de toutes sortes de vices en (leurs) plus privées”32. La représentation des trois personnages s’inscrit dans une continuité thématique et balaye souvent de façon redondante tous les visages de la tyrannie d’Aristote à d’Aquin, de Plutarque à Bartole au point qu’au final il est difficile de dire qui d’entre eux est le plus odieux. Les appétits de Marie Stuart font echo à la faiblesse “charnelle” de son père, ce roi criblé de vices qui préféra laisser exécuter son confesseur dominicain Alexandre Seton plutôt que de subir ses admonitions33. Mais c’est incontestablement de sa mère qu'elle tient le plus comme l’affirme clairement Knox: “For of the tyrrannie of the Guysiane blud in hir (Mary Queen of Scots), that, for our unthankfulness, now reignis above us, we have had sufficient experience. Bot of any vertew that ever was espyit in Kyng James the Fyft (quhais dochter sche is callit) to this houre we have never sene any sparkle to appeir”34. Toutes deux ont un cœur double dans lequel coule le venim de l’hypocrisie, toutes deux rivalisent d’arrogance et d’inconstance et aucune d’elle ne cessera jamais d’intriguer. Ce jeu de miroirs qui se met progressivement en place dans le récit, au point parfois de virer au monologue et de lasser le lecteur, dépasse d’ailleurs les seules frontières du texte. Il se propage à d’autres œuvres polémiques de l’époque. Ainsi, l’air de famille qui pouvait se lire sur le visage des trois souverains d’Écosse se retrouve aussi sur celui de la monstrueuse Catherine de Medicis dans le Discours merveilleux. Citons seulement quelques exemples pour ne pas trop nous éloigner de notre propos. Comme Marie de Guise, Catherine est une étrangère qui est rentrée en régence “par dessus les murailles, et par la fenestre comme le larron”35, une Jezabel assoiffée du sang de son peuple qui se réjouit de le voir s’entretuer. Comme Marie Stuart, elle était vouée à devenir un fléau pour le peuple réformé en raison notamment d’une lourde hérédité. Dans ses veines comme dans celles de Marie coulait le sang vicié d’oncles papistes36. Comme elle aussi, Catherine n’aura qu’une ambition, celle de ruiner la paix religieuse garantie par la loi du royaume37.

  • 38 Selon la terminologie de Forster.
  • 39 Knox (J.), The First Blast of the Trumpet against the Monstrous Regiment of Women, Works, op.cit.,(...)

17À la lumière de ces ressemblances croisées et de ces synonymies dans et au-delà du seul texte de l'Histoire, il ne fait donc plus de doute que le personnage de Marie sous la plume de Knox est un personnage relativement plat38. Il retrouve cependant un peu de sa rondeur lorsque l’on s’attarde sur les axes sémantiques fondamentaux autour desquels la figure du tyran se dessine. On est alors forcé de remarquer qu’il s’agit des mêmes axes sémantiques que ceux qui permettent de dissocier les hommes des femmes, et inversement de rapprocher les femmes entre elles dans la littérature misogyne. La représentation que Knox fait de Marie peut ainsi se lire comme une déclinaison de la litanie de termes dépréciatifs associés à la femme, de l’Antiquité à la Renaissance. La construction du personnage de Marie à l’intersection de deux lieux communs n’est cependant pas anodine. Elle offrait à Knox un raccourci syllogistique qui lui faisait faire l’économie de longs discours, discours pour lesquels il manquait d’ailleurs cruellement de substance. Ce syllogisme se décompose de la façon suivante : si la tyrannie constituait “le triomphe de la partie la plus vile de l’être humain”, la femme qui représentait le genre le plus vile de l’espèce humaine ne pouvait faire qu’un tyran un fois au pouvoir. C’était la thèse du Premier coup de trompette contre le monstrueux gouvernement des femmes qui déclarait la femme trop pleine de vices, trop faible, trop frêle, trop impatiente, trop sotte, trop inconstante, trop fourbe et trop cruelle pour être digne de gouverner39. C’était aussi l’idéologie de L’Histoire de la Réforme. D’ailleurs, comme le Premier coup de trompette, L’Histoire ne fait-elle pas de l’autorité de Marie et donc de la gynécocratie une redite du péché originel ? Comme le péché d’Ève, son règne vient clore une période heureuse. Comme le péché d’Ève, il semble se résumer à une transgression de la loi, la messe ayant pris la place du fruit interdit. Quant à Marie, la nouvelle Eve, tentatrice et orgueilleuse, n’a-t-elle pas comme son aînée été condamnée à la chute. Cette fois seulement, ce n’est pas l’Eden qu’il lui fallut quitter mais son trône.

  • 40 Knox (J.), History of the Reformation in Scotland, Works, op.cit., p. 269. “For besides the surfet (...)
  • 41 Crouzet (D.), Les guerriers de Dieu, Collection Époques, Paris, Champ Vallon, pp. 136-142.
  • 42 Knox (J.), A Faithful Admonition to the Professors of God’s Truth in England, Works, op.cit., III, (...)
  • 43 l’expression est de Denis Crouzet. (Crouzet (D.), La Nuit de la Saint-Barthélemy - Un rêve perdu d (...)
  • 44 Donaldson (G.), Scotland James V-James VI, op.cit., p. 109. “His mind seems to have been made up f (...)

18Le parallélisme que le texte établit entre le règne de Marie Stuart et le péché originel ainsi que la synonymie qui existe entre les attributs de la femme et ceux du tyran participent à l’impression de prédétermination qui se dégage de L’Histoire. Celle-ci s’affiche d’ailleurs ostensiblement par moment. Ainsi Knox qui ne dissimule pas sa croyance dans les présages, voit dans l’obscurité qui baigne l’arrivée de Marie le signe avant-coureur de son règne tyrannique40. Elle sera une reine de la nuit, annonce-t-il en faisant s’ecclipser le soleil devant elle. De qui, de quoi pouvait-il tenir cette prophétie. De Dieu, il aime à le croire, du ciel il ose l’affirmer, faisant à cet instant faux bond à son maître Genevois, Jean Calvin, qui, on le sait, “refusait catégoriquement tout déterminisme astral sur l’homme et l’illusion d’accéder à la connaissance de l’Infini”41. De l’histoire aussi, comme il l’a murmuré dans A Faithful Admonition42. Knox y a en effet exposé sa croyance en une histoire providentielle, inconnue des hommes mais déterminée par Dieu. Cette histoire qui se limitait dans son esprit à celle d’une église, celle du peuple élu se caractérisait aussi par son déroulement cyclique. L’histoire de l’Église réformée d’Écosse ne pouvait à ce titre que s’écrire sur “le paradigme de l’histoire de l’Église primitive”43 Depuis l’arrivée de Jacob en Egypte, l’histoire de la petite église du peuple élu repassait inlassablement par les trois mêmes étapes. La première florissante voyait la vraie religion gagner du terrain, puis venait le temps des difficultés et inéluctablement celui-ci était suivi par une vague de persécutions. Dans cette séquence en trois temps, le rôle de Marie s’imposait comme une évidence. Elle était la menace qui planait sur tous les écossais qui avaient reçu l’illumination divine au même titre que Catherine de Medicis était vouée à devenir la plaie du royaume de France. Le déterminisme qui sous-tend le récit de l’Histoire de Knox est identique à celui qui propulse l’avenir vers du déjà connu dans le Discours merveilleux. Il est en définitive aussi peu propre à Knox que sa représentation de la tyrannie, mais il a au moins le mérite d’apporter une explication à sa position arrêtée vis à vis de la souveraine dès leur première rencontre44, ainsi qu’à son refus de l’investir du devoir de réforme (Ius reformandi), chose qu’il avait faite avec sa mère. Dans l’esprit de Knox, le destin tyrannique de Marie était autant inscrit dans les astres que dans la Bible. Elle ne pouvait s’y soustraire. L’historien-polémiste, lui, se contenta d’exploiter l’image de la reine courtisane et idolatre, image que le prisme de la “haine pieuse” déforma en icône de la tyrannie.

19Parler de la fonction sémantique du personnage de Marie Stuart pouvait de prime abord paraître inadequat. L’approche du personnage comme “signe” est d’ordinaire réservé aux littéraires et à des œuvres de fiction. Mais l’histoire au début de la Renaissance n’était pas une discipline savante. C’était un genre littéraire qui ne se distinguait de la fiction pure que par son mépris affiché pour la fabulation. Au XVIIIe siècle, Voltaire écrivait encore : “L’Histoire est un récit de faits donnés pour vrais au contraire de la fable qui est un récit de faits donnés pour faux.”

20Lorsqu’elle est le fait d’un historien-controversiste comme Knox, sa propension à s’écarter de la réalité pour servir une cause s’en trouve exacerbée au point qu’au final la frontière qui la séparait de la fable a presque disparu. Le donner pour vrai est parfois faux. Rien n’interdit alors, comme je viens de le faire, d’envisager les personnages qui l’habitent comme des signifiés et d’étudier leur signifiant.

Notes

1 Toutes les références seront données dans l’édition de David Laing. (The Works of John Knox. Collected and edited by David Laing, 6 vol. Edinburgh, 1846-1864.)

2 Mason (R.A.), John Knox and the British Reformations, Coll St Andrews Studies in Reformation History, Aldershot, Ashgate, 1998.

3 Fueter (E.), Histoire de l’historiographie moderne, Paris, Libraire Félix Alcan, p. 318.

4 Knox (J.), History of the Reformation in Scotland, Works, op. cit., I, p. 297-298. “Least that Sathan by our long silence shall tak occasioun to blaspheym, and to sklander us the PROTESTANTIS OF THE REALME OF SCOTLAND, as that our fact tendit rather to seditioun and rebellioun, then to reformatioun of maners and abuses in Religioun; we have thocht expedient, so trewlie and brievlie as we can, to committ to writting the causes moving us, (us, we say, ane great parte of the Nobilitie and Baronis of the Reaime,) to tak the sweard of just defence against those that most injustly seak our destructioun”.

5 Orecchioni (C.), “la polémique et ses définitions”, in Le Discours Polémique, ed. Orecchioni et Geles, 1980, p. 12.

6 Fueter (E.), Histoire de l’historiographie moderne, op. cit., p. 320.

7 Donaldson (G.), Scotland James V-James VII, vol3., Edimbourg, Mercat Press, 1994, p. 112.

8 Knox (J.), History of the Reformation in Scotland, Works, op.cit., II, p. 266.

9 Ibid., p. 287. “The Quene entered in hir progresses, and in the moneth of September traveled from Edinburgh to Lynlythqu, Striveling, Sanct Johnestoun, Dondie, Sanctandrois; which all partis sche polluted with hir idolatrie”.

10 Delacampagne (C.), Le philosophe et le tyran - Histoire d’une illusion, Paris, P.U.F., 2000, p. 82.

11 Knox (J.), History of the Reformation in Scotland, Works, op.cit., II, p. 264. “For what adulterar, what fornicatour, what knawin messe-mongare, or pestilent Papist, durst have been seen in publict, within any reformed town within this Reaime, befoir that the Quene arryved?”, p. 290. “A contrair proclamatioun was publictlie maid, that the toun should be patent unto all the Quenisinci-lieges; and so murtheraris, adulteraris, theavis, hooris, drunkardis, idolateris, and all malefactouris, gatt protectioun under the Quenis wyngis, under that cullour, becaus thai war of hir religioun. And so gatt the Devill fredome agane, whair that befoir he durst nott have bene sene in the day lyght upoun the commoun streatis”.

12 Ibid., p. 286. “Johne Knox his awin judgement, being be some of his familiaris demanded, What he thought of the Quene? “Yf thair be not in hir (said he) a proud mynd, a crafty witt, and ane indurat hearte against God and his treuth, my judgment faileth me”.

13 Crouzet (D.), Un rêve perdu de la Renaissance, Collection Chroniques, Paris, Fayard, p. 127.

14 Knox (J.), History of the Reformation in Scotland, Works, op.cit., II, p. 294. “In presence of hir Counsall, sche keapt hir self (very grave), (for under the dule wead, sche could play the hypocryte in full perfectioun;) but how soon that ever hir Frenche fillockis fydlaris, and otheris of that band, gatt the howse allone, thair mycht be sean skipping not very cumlie for honest wemen. Hir commoun talk was in secreat, sche saw nothing in Scotland but gravitie, which repugned alltogetther to hir nature, for sche was brocht up in joyusitie; so termed sche hir dansing, and other thingis thairto belonging”

15 Ibid., pp. 376-377.“This conference we have inserted to let the world see how deaplie MARIE, QUENE OF SCOTLAND, can dissembill; and how that she could cause men to think that she bare no indignatioun for any controversie in religioun, whill that yitt in hir hearte was nothing but vennome and destructioun, as short after did appear”.

16 Ibid., p. 417. “But the Quene and our Court maid myrrie. Thair wes banketting upoun banketting. The Quene wald banket all the Lordis; and that wes done upoun polessie, to remove suspitioune of hir displesour aganis thame, becaus thai wald nocht at hir devotioun dampne Johne Knox”.

17 Delacampagne C., Le Philosophe et le Tyran, p. 72-73.

18 Knox (J.), History of the Reformation in Scotland, Works, op.cit., II, p. 288. “Whatsoever myght sett furth hir glory, that sche heard, and glaidlye beheld”.

19 Ibid., I, p. 219. “But from the tyme that the Frenche men had gottin the bone for the which the dog barked, the persuyt of the toune was slow”.

20 Ibid., p. 219-220. “The seig was rased, and she was convoyed by the Weast seas to France, with four galayis, and some schippis; and so the Cardinall of Lorane gatt hir in his keping, a morsall, assuyre yow, meit for his awin mouth”.

21 Ibid., II, p. 283. “For that Churche is altogidder pollutted with all kynd of spirituall fornicatioun, alsweall in doctrine as in maneris”.

22 Ibid., p. 370. “For the ryotouse feasting, and excessive banquetting, used in Court and countrey, whair soevir that wicked Woman repaired, provocked God to stryck the staff of braid, and to geve his maledictioun upoun the fructis of the earth”.

23 Ibid., pp. 508-509. “Albeit the Treasurer, and now Comptroller, to wit, the Laird of Tillibardin, had disbursed many thousands; yet there was no appearance of payment of souldiers, nor scarcely how the King and Queen’s houses and pompous trains should be upholden: there was about 600 horsemen, besides the guard and three ensignes of footmen. The charge of the whole would amount to £ 1,000 sterling, every month; a thing surpassing the usuall manner of Scotland”.

24 Ibid., p. 517. “The second thing that was ordained in this Assembly, was, concerning the Ministers, who, for want of payment of their stipends, were like to perish, or else to leave their Ministry; whereofre it was found necessary, that Supplication should be made to the King and Queen’s Majesties”.

25 Ibid., p. 270. “Fyres of joy war sett furth all nyght, and a cumpany of the most honest, with instrumentis of musick, and with musitians, geve thair salutationis at hir chalmer wynde. The melody, (as sche alledged,) lyked hir weill; and sche willed the same to be contineued some nightis after”.

26 Ibid., p. 330-331. "The certaintie heirof came to the earis of Johne Knox, for thair war some that schew to him, from tyme to tyme, the estait of thingis; and amangis otheris, he was assured, that the Queyne had daunced excessivelie till after mydnycht, becaus that sche had receaved letteris that persecutioun was begun agane in France, and that hir Uncles war begyning to steir thair taill, and to truble the hoill Reaime of France”.

27 Ibid., p. 333. “yitt do I not utterlie dampne it, provyding that two vices be avoided: the formare, That they daunse not, as the Philisteanis thair fatheris, for the pleasur that thai tack in the displeasur of Goddis people”.

28 Ibid., p. 412. “That nycht wes nether dansing nor fyddilling in the Courte; for Madame wes disappoyntit of hir purpois, quhilk wes to haif had John Knox in hir will be vote of hir Nobylattie”.

29 Ibid., p. 381. “Such styncken pryde of wemen as was sein at that Parliament, was never sein befoir in Scotland. Thre syndrie dayis the Quene raid to the Tolbuyth. The first day sche maid a paynted orisoun; and thair mycht have bene hard among hir flatteraris, “Vox Dianae! The voce of a goddess, (for it could not be Dei,) and not of a woman! God save that sweat face! Was thair ever oratour spack so properlie and so sweitlie!”.

30 Ibid., p. 478. “At this Easter-tyde, in Sterlin, the Queen made her domestick servants use Papisticall rites and ceremonies, and more, she perswaded others by faire means to do the sarne, and threatned those that were most constant at the Earle of Cassels house”.

31 Ibid., p. 265.

32 La formule est utilisée à propos de Catherine de Medicis dans Le Discours Merveilleux. (Discours Merveilleux de la vie, actions et deportements de Catherine de Médicis, Royne-mère, ed. Cazauran (N.), Genève, Droz, 1995, p. 126.)

33 Knox (J,), History of the Reformation in Scotland, Works, op.cit., I, p. 48. “This accusatioun was easely receaved and more easelye beleved of the carnall Prince, who altogitther was gevin to the filthy loostis of the fleshe, and abhorred all counsall that repugned thairto. And becaus he did remember what a terrour the admonitionis of the said Alexander was unto his corrupted conscience, without resistance he subscrived to thair accusatioun, affirmyng that he knew mair then thei did in that mater; for he understood weall ynewcht, that he smelled of the new doctrin, by such thingis as he had schawin to him under confessioun”.

34 Ibid., II, pp. 71-72.

35 Discours Merveilleux de la vie, actions et deportements de Catherine de Médicis, Royne-mère, op.cit., p. 256.

36 Knox (J.), History of the Reformation in Scotland, Works, op.cit., II, p. 319. “We call hir nott a hoore, (albeit hir deame heard more then we will wrytt,) but sche was brought up in the company of the wyldast hooremongaris, (yea, of such as no more regard the company of thair lauchfull wyeffis;) in the company of such men, (we say,) was our Queyn brought up. What sche was, and is, her self best knowis, and God, (we doubt nott,) will farther declair”.

37 En France, l’édit de janvier 1562 avait accordé aux réformés la liberté de culte hors de villes closes.

38 Selon la terminologie de Forster.

39 Knox (J.), The First Blast of the Trumpet against the Monstrous Regiment of Women, Works, op.cit., p. 374. “Nature, I say, doth paynt them furthe to be weake, fraile, impacient, feble and foolishe; and experience hath declared them to be unconstant, variable, cruell and lacking the spirit of counsel and regiment. And these notable faultes have men in all ages espied in that kinde, for the whiche not onlie they have removed women from rule and authoritie, but also some have thoght that men subject to the counsel or empire of their wyves were unworthie of ail public office.”, p. 383. “Because in the nature of all woman lurketh suche vices as in good governors are not tolerable. Which the same writer expresseth in these wordes: ‘Womankind (saith he) is rashe and fool-hardie and their covetousmes is like the goulf of hell, that is, insaciable.”

40 Knox (J.), History of the Reformation in Scotland, Works, op.cit., p. 269. “For besides the surfett weat, and corruptioun of the air, the myst was so thick and so dark, that skairse mycht any man espy ane other the lenth of two pair of buttis. The sun was not seyn to schyne twho dayis befoir, nor two dayis after. That foir-warning gave God unto us; but allace, the most pairt war

41 Crouzet (D.), Les guerriers de Dieu, Collection Époques, Paris, Champ Vallon, pp. 136-142.

42 Knox (J.), A Faithful Admonition to the Professors of God’s Truth in England, Works, op.cit., III, pp. 274-275. “Consider and marke, beloved in the Lord, what we reade here to have chaunsed, to Christes disciples, and to their poore bote; and you shal wel perceave, that the same thynge hath chaunsed, dothe, and shal chaunse, to the true churche and congregation of Christe (whiche is nothing els in this miserable lyfe but a poore bote) travelyng in the seas of this unstable and troublesome world, towarde the heavenly porte and haven of eternal felicitie, which Christ Jesus to his electe hath appointed. This myght I prove of Jacob in Egipte; by the Israelites in their captivitie; and by the Churche duryng the tyme that Christ him selfe dyd preache, (and sometyme after his Resurrection and Ascension;) againste whome the vehement storme dyd not rage immediately after they entred into the bote and their travail and tribulation. For the bloudy sentence of Pharao was not pronounced against the seede of Jacob, what tyme he fyrst dyd entre into Egipte. Neither was the cruel counsel and develish devise of proude Haman invented by and by after Israel and Juda were translated from their possessions. Neither yet, in the tyme of Christ Jesus beyng conversant with his apostles in the fleshe, was there used any suche tyranny against the saintes of God, as shortly after followed in the persecution of S.Steven and other disciples. But al these in the beginning of their travail, with a contrary wynde, had alwaye some calme; that is, albeit they had some trouble, yet had they not extreme persecution.”

43 l’expression est de Denis Crouzet. (Crouzet (D.), La Nuit de la Saint-Barthélemy - Un rêve perdu de la Renaissance, Paris, Fayard, 1994, p. 124.)

44 Donaldson (G.), Scotland James V-James VI, op.cit., p. 109. “His mind seems to have been made up from the outset that there could be no co-operation with the queen; he was even to decline to pray that God would enlighten her, except with the qualifying phrase “if Thy good pleasure be”, because as he explained, he had learned to pray only in faith, and he had made up his mind that Mary’s heart was “indurate against God and His truth”. It was caustically observed in 1563 that Knox was as full of distrust of the queen as if he were of “God’s privy council” and knew her destiny.”.

Auteur

Université de Valenciennes
Maître de Conférences à l’Université de Valenciennes est l’auteur d’une thèse sur la pensée politique de John Knox. Sa recherche porte principalement sur la double notion de tyrannie et de gynécocratie telles qu’elles sont envisagées par le réformateur écossais.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search