Version classiqueVersion mobile

Enfers et délices à la Renaissance

 | 
Franck Lessay
, 
François Laroque

II - Autour d’une reine sulfureuse : Marie Stuart

Marie Stuart, une reine française en Ecosse ?

Michel Duchein

Résumé

During the six years of her Scottish reign (August 1561-June 1567), Mary Stuart was accused by her Protestant subjects for her aggressive and secretive Catholic and pro-French policies. Many Whiggish, modem historians have accepted these views. Yet, an impartial assessment of her actual policy, as it is reflected in the Scottish, French, Spanish and Vatican archival records, is far from confirming them. On the contrary, Mary Stuart has always stated her desire to respect the religious statu quo resulting from John Knox’s reformation as well as her wish to strengthen the diplomatic ties with England. Her final failure is probably more the result of her imprudent private life and of the plottings of the English party, led by her half-brother Moray, as well as of France’s disengagement due to the civil wars that begin there in April 1562.

Texte intégral

1Le règne écossais de Marie Stuart a été particulièrement bref — il s'agit, bien sûr, de son règne effectif, d'août 1561 à juin 1567 : soit, au total, même pas six ans.

2Pourtant, peu de règnes ont donné lieu à autant d'études, de recherches, d'interprétations diverses, de polémiques, et cela jusqu'à nos jours. La destinée tragique de Marie Stuart y est certes pour beaucoup, mais aussi la place essentielle que ce court règne occupe dans l'histoire de son pays, au moment où la traditionnelle alliance française cède le pas à l'alliance anglaise, prélude à l'union des deux pays. C'est un règne charnière, l'amorce d'un changement de trajectoire décisif.

3Mon propos n'est pas d'étudier Marie Stuart en tant que personne, mais de me pencher sur un aspect particulier de la problématique historique concernant son règne — aspect, à vrai dire, central, à en juger par l'âpreté des controverses qui, aujourd'hui encore, divisent les historiens à son sujet : Marie Stuart a-t-elle été, sur le trône d'Écosse, une reine française ? En d'autres termes : a-t-elle mené, ou tenté de mener, à Edimbourg une politique française, et son échec final a-t-il été dû à cette tentative — sans oublier, bien sûr, les errements de sa vie sentimentale et matrimoniale ?

4En 1988, Jenny Wormald, dans un livre au titre quelque peu provocateur, a réagi contre la floraison de livres plutôt hagiographiques qui avaient marqué, l'année précédente, la commémoration du quatrième centenaire de la mort de Marie Stuart. Elle a intitulé son livre Mary Queen of Scots, A Study in Failure. Elle y a analysé, sans complaisance (c'est le moins qu'on puisse dire) toutes les erreurs commises par la reine pendant et après son règne, et parmi ces erreurs elle place au premier rang la volonté de Marie de poursuivre une politique catholique, appuyée sur les Guise et ensuite sur l'Espagne, contre la majorité protestante des Ecossais, soutenus par l'Angleterre d'Elisabeth.

5En somme, le Dr Wormald voit en Marie Stuart une Française installée sur le trône d'Écosse, pensant et agissant en Française et condamnée, par là même, à l'échec.

6Personnellement, je ne suis nullement convaincu qu'il en ait été ainsi. Et c'est ce problème d'interprétation historique que je voudrais aborder.

7Au milieu du XVIe siècle, l'alliance entre la France et l'Écosse, the Auld Alliance comme disaient les Ecossais, était ancienne, traditionnelle, pour tout dire immémoriale. Elle remontait, en réalité, à la fin du XIIIe siècle ou au début du XIVe siècle, mais on lui attribuait une antiquité beaucoup plus lointaine, jusqu'à l'époque de Charlemagne. Chaque roi d'Écosse, ou presque, depuis le début de la dynastie des Stuarts, avait à cœur de renouveler, par un traité solennel, l'étroitesse des liens entre les deux pays, unis par une commune inimitié envers l'Angleterre.

8En général, c'étaient surtout les Ecossais qui se rendaient en France, comme étudiants, commerçants, professeurs, soldats. Lorsque les Français venaient en Ecosse, les contacts devenaient vite orageux, par exemple en 1385, lorsque l'amiral Jean de Vienne était venu aider Robert II contre les Anglais, et qu'il s'était fait proprement mettre à la porte par les Ecossais, outrés du mauvais comportement des Français, comme le raconte pittoresquement Froissart.

9Malgré tout, la vieille alliance subsistait de génération en génération, et avec le temps elle prenait une valeur quasi-mythique, répétée à satiété dans tous les traités successifs.

10Mais deux événements, survenus au milieu du XVIe siècle, vont remettre l'amitié franco-écossaise en question, et c'est là que se joue le règne de Marie Stuart, elle-même née en 1542.

11Ces deux événements sont, d'une part, la mort anticipée du roi Stuart Jacques V, et d'autre part le progrès du protestantisme, apparu en Ecosse vers 1530 et devenu, vingt ans plus tard, une force politique majeure. Jacques V, très francophile et anglophobe, avait épousé successivement deux Françaises, Madeleine de Valois et Marie de Guise ; sous son règne, l'influence culturelle française avait été prépondérante, mais il s'était terminé par l'écrasante défaite de Solway Moss, et, du coup, l'influence anglaise s'était trouvée peser lourdement, le roi Henri VIII réclamant la petite reine Marie Stuart née quelques jours avant la mort de son père, pour la marier à son propre fils Edouard, ce qui, à terme, aurait abouti à l'annexion de l'Écosse par l'Angleterre.

12C'est alors qu'on avait décidé de mettre l'enfant à l'abri en France — et, ultérieurement, de la marier au dauphin François. C'était en quelque sorte l'aboutissement logique de la Vieille Alliance, mais aussi le risque de voir disparaitre l'indépendance de l'Écosse.

13La personnalité de la mère de Marie Stuart joue, à ce stade, un rôle essentiel, et c'est là, beaucoup plus que dans le règne personnel de Marie Stuart elle-même, que se situe la grande mutation. Il s'agit de Marie de Guise, à laquelle le Dr Rosalind Marshall a consacré une biographie remarquable, dont je regrette beaucoup qu'elle n'ait pas encore été traduite en français.

14Marie de Guise, fille du duc Claude de Guise, sœur du duc François et du cardinal de Lorraine, était, comme l'a écrit le P. Pollen, “française jusqu'au bout des ongles”. On pourrait ajouter aussi “catholique jusqu'au bout des ongles”.

15Devenue en 1554 régente d'Écosse au nom de sa fille mineure réfugiée en France, Marie de Guise se heurte très vite au parti protestant, devenu très puissant gràce à l'aide de l'Angleterre sous le règne d'Edouard VI. Une guerre civile commence, qui oppose d'un côté la reine-régente et les lords loyalistes, de l'autre les lords protestants, auto-proclamés sous le nom de “la Congrégation”, appuyés ouvertement par l'Angleterre à partir de l'avènement d'Elisabeth en 1558.

16Marie de Guise fait appel à la France pour l'aider contre les rebelles, et Henri II lui envoie des troupes, des conseillers et de l'argent. A partir de ce moment — en gros 1555 —, la présence française en Ecosse se fait puissante, et pesante. Les ennemis de Marie de Guise ont fait d'elle une sorte de tyran, décidée, avec l'aide des Français, à anéantir l'indépendance du pays, à éradiquer le protestantisme et à transformer l'Écosse en vassale de la France. Le Dr Marshall a montré, de façon à mon avis irréfutable, que cette interprétation est contraire à la réalité.

  • 1 R. Marshall, Mary of Guise, p. 211.

17Marie de Guise était une femme foncièrement honnête et sincèrement attachée au pays dont son mariage l'avait faite reine. Elle voulait assurer à ses sujets écossais le meilleur gouvernement possible. Formée en France, habituée au gouvernement et à l'administration des Valois, elle était choquée par l'anarchie féodale dans laquelle elle trouvait plongée l'Écosse — le système des clans, avec ses vendettas sa violence, sa criminalité, l'insécurité dans laquelle vivaient les habitants, le mauvais fonctionnement de la justice. Elle écrit cela, clairement, dans une lettre à son frère le cardinal de Lorraine “Dès que je veux faire assurer le cours régulier de la justice, les gens d'ici disent que ce sont des lois françaises et qu'ils ne peuvent le supporter, parce que leurs lois à eux sont les meilleures, alors qu'elles sont les plus injustes du monde, au moins de la façon dont elles sont appliquées”1.

18Pendant quatre ou cinq ans, l'Écosse se trouva ainsi gouvernée par une régente française entourée de Français. Le chancelier du royaume était un Français, les finances confiées à un Français. L'ambassadeur de France, Henri de Clutin d'Oysel, jouait en fait le rôle de premier ministre. Et, pour combattre les rebelles et leurs alliés anglais, Marie de Guise avait à sa disposition une armée française commandée par le sieur d'Essé, André de Montalembert.

19Le gouvernement français ne se cachait pas de vouloir profiter de l'occasion pour annexer purement et simplement l'Écosse. Le mariage de Marie Stuart et du Dauphin, en avril 1558, faisait du Dauphin le roi d'Écosse, au titre d'époux de la reine régnante. Lorsqu'il devint aussi roi de France à la mort d'Henri II, en juillet 1559, le jeune couple royal s'intitula officiellement FRANÇOIS ET MARIE, par la grâce de Dieu Roi et Reine de France et d'Écosse. L'union des deux royaumes était juridiquement consommée.

20Déjà l'établissement du contrat du mariage trahissait les arrière-pensées françaises. Si le document officiel, approuvé par les délégués écossais, préservait l'indépendance du pays au cas où le couple François-Marie n'aurait pas d'enfant ou n'aurait qu'une fille, un document annexe, tenu secret, léguait l'Écosse à la France si Marie venait à mourir sans héritier direct. C'était, du point de vue juridique aussi bien que coutumier, une énormité, car dans aucun pays, jamais un souverain ne pouvait ainsi disposer du sort de ses sujets sans leur consentement en cas d'extinction de sa dynastie. Ce malencontreux document secret fut bientôt connu en Ecosse et y souleva l'indignation.

21Sans attendre, d'ailleurs, l'éventuelle succession de Marie Stuart (qui n'avait que seize ans !), le roi de France entendait se faire attribuer les revenus de l'Écosse, soi-disant pour se rembourser des dépenses qu'il avait engagées pour la défense de ce pays contre la rébellion protestante et contre l'Angleterre : cela est exprimé en toutes lettres dans un document qu'on fit signer à la jeune Marie, laquelle, à cet âge, était entièrement entre les mains de son beau-père et de ses oncles Guise.

  • 2 A. Teulet, Papiers d'Etat relatifs à l’histoire de l’Ecosse au XVIe siècle, I, p. 763.

22Tous ces empiètements, connus ou soupçonnés en Ecosse, y créaient une atmosphère d'hostilité contre la régente Marie de Guise et contre son entourage français. En outre, les troupes françaises se conduisaient fort mal, et Marie de Guise elle-même s'en indignait : “notre pays” écrit-elle à son frère le cardinal, “ne saurait supporter les maux que les soldats y font. Je vous promets que c'est chose insupportable, les habitants s'en mettent au désespoir et quelquefois s'en tuent2.

23A l'automne 1559, l'armée des lords protestants écossais, efficacement aidée par l'Angleterre, remporte des succès décisifs. Les Français étaient étroitement assiégés dans Leith. Et le 11 juin 1560, Marie de Guise mourut, virtuellement prisonnière. Le gouvernement français, dirigé par les frères Guise, avait beau multiplier les injonctions d'obéissance et de soumission à ses sujets écossais, il était hors d'état de reprendre l'initiative militairement. Le 6 juillet 1560, le traité d'Edimbourg, signé au nom de François II et de Marie Stuart par l'évêque de Valence, stipulait le départ immédiat de tous les Français d'Écosse. C'était l'échec de l'entreprise de francisation du royaume calédonien qu'avait tentée Marie de Guise avec l'appui et sous l'impulsion de ses frères le duc François et le cardinal. C'était aussi, virtuellement, la fin de la “Vieille Alliance”.

24Tel est le contexte dans lequel Marie Stuart et François, à l'été 1560, se trouvaient appelés à reprendre en main leur royaume. En fait, ils n'avaient personne sur qui s'appuyer, le parti francophile étant, pour lors, décapité et impuissant. Pendant neuf ou dix mois, l'Écosse se trouve ainsi sans gouvernement légal. Les lords protestants forment un gouvernement de fait, et profitent de leur victoire, pour faire voter par un Parlement, hâtivement réuni en août, une loi révolutionnaire qui établit le protestantisme comme religion officielle du pays et interdit sous peine de mort la célébration de la messe sur tout le territoire écossais. De Paris, Marie et François protestent, refusent, bien entendu de ratifier ce vote qu'ils considèrent comme illégal et nul (puisque le Parlement n'a pas été convoqué par eux) ; mais leur protestation reste platonique, puisqu'il n'y a plus en Ecosse aucune autorité capable de faire respecter leurs ordres.

25Nul ne sait comment les choses auraient tourné si Marie était restée en France, c'est-à-dire si son mari avait vécu et qu'elle était demeurée reine de France. Sans doute l'Angleterre aurait-elle profité de l'absence de la jeune souveraine pour accentuer sa main-mise sur l'Ecosse. Mais le destin devait en décider autrement : François II meurt à Orléans le 5 décembre 1560, et Marie Stuart, veuve à dix-huit ans, se trouve bientôt appelée à rentrer en Ecosse, qu'elle avait quittée depuis plus de douze ans.

26D'Écosse, elle reçoit deux messages contradictoires. Le premier émane des lords protestants, dont le porte-parole est son propre demi-frère (un fils bâtard de Jacques V), lord James Stuart, ex-ecclésiastique ayant jeté la soutane aux orties, et pourvu d'une très solide ambition. Lord James promet à la reine, de la part de ses compagnons, qu'elle sera bien accueillie, à condition de respecter les clauses du traité d'Edimbourg, c'est à dire, 1) de ne pas chercher à rétablir le catholicisme, 2) de ne pas chercher à ramener les Français en Ecosse. En d'autres termes, les Lords de la Congrégation veulent bien de Marie Stuart, mais ils entendent conserver le pouvoir qu'ils se sont arrogé à la mort de Marie de Guise.

27L'autre proposition, a priori, semblerait plus tentante. Elle émane du comte de Huntly, grand seigneur du nord de l'Ecosse et chef du parti catholique. Lord Huntly envisage de regrouper autour de la jeune reine les catholiques des Highlands et du nord et, avec son aide et sous son autorité, de renverser les lords protestants et de rétablir le catholicisme — c'est-à-dire, en clair, de rouvrir la guerre civile.

28Or, chose curieuse, Marie Stuart n'hésite pas — tous les témoignages sont formels à cet égard. Elle répond aimablement à Huntly, mais refuse de s'engager avec lui. Au contraire, avec son demi-frère James, elle se sent aussitôt en confiance. Elle est prête à accepter les conditions des protestants et à leur conserver leurs postes. Elle promet qu'elle ne changera rien aux lois religieuses qui font du protestantisme la religion d'Etat de l'Ecosse. La seule chose qu'elle demande est d'avoir la liberté de pratiquer sa propre religion catholique — car, pas une minute, elle n'envisage de se convertir. James Stuart prend sur lui de lui promettre cette liberté (concession qui, en Ecosse, soulèvera l'indignation des protestants purs et durs, qui y verront un pacte avec Satan). Marie promet aussi de se fier à son demi-frère pour le choix de ses conseillers, autrement dit de ses ministres : ce qui revient à dire qu'elle renonce à confier des postes de responsabilité et d'autorité à des Français, comme l'avait fait sa mère.

29Il semble — et c'est là le paradoxe — que le duc de Guise et le cardinal de Lorraine aient approuvé cette décision de leur nièce. Les ennemis de Marie Stuart, ayant peine à croire à la sincérité de cette papiste issue du sang des Guise, ont toujours pensé que les promesses faites par la jeune reine à son demi-frère étaient pure hypocrisie. II est vrai qu'au printemps 1561, les Guise n'étaient plus au pouvoir en France depuis la mort de François IL Ils ne pouvaient plus provoquer l'envoi d'une armée française en Ecosse : la nouvelle régente, Catherine de Médicis, s'y serait opposée. Au reste, la guerre civile menaçait en France (elle éclatera en mars 1562, avec les frères Guise au premier rang du parti catholique, et le duc François sera assassiné un an plus tard). Dans ces conditions, l'acceptation des offres de Huntly de rétablir le catholicisme en Ecosse avec l'aide de la France était irréaliste, même illusoire. La solution proposée par James Stuart au nom des lords protestants apparaissait donc comme la seule possible.

30Il n'en reste pas moins que, dès lors, Marie Stuart a les mains liées et qu'elle se condamne à l'impuissance pour le cas où, un jour futur, elle tenterait de revenir sur sa promesse. James et ses amis veilleront à ce qu'elle n'ait aucun moyen de leur faire faux bond. Et c'est ainsi que, le 13 août 1561, Marie s'embarque pour regagner son lointain royaume, qu'elle ne connaît pratiquement pas.

31C'est ici qu'il faut nous arrêter un instant pour considérer cette jeune femme de dix-neuf ans, qui pleure en quittant le port de Calais : “Adieu France, je pense ne vous voir jamais plus”.

32Etait-elle, cette jeune femme, française ou écossaise ?

33Ecossaise, certes, de naissance. Elle était, sans aucune contestation l'héritière du sang des Stuarts, qui régnaient sur l'Écosse depuis 1371. Elle était née en Ecosse et y avait vécu jusqu'à l'âge de six ans.

34Mais, pour tout le reste, elle était française. Elevée en France, intégrée à la noblesse française par sa famille maternelle les Guise, vivant à la cour des Valois depuis l'âge de douze ou treize ans, enfin dauphine puis reine de France. Elle ne parle que le français, écrit des poésies dans cette langue, est idolâtrée des poètes et des courtisans français. Il est même probable qu'au moment de regagner l'Écosse elle n'en parlait plus la langue, en tout cas pas couramment.

35Tout, dans ses manières de vivre et de penser, était français. Aucun doute que, pour les Ecossais (surtout pour ceux qui n'avaient jamais voyagé en France), elle dut apparaître comme une étrangère. En outre, elle était fermement catholique, ce qui, d'emblée, la mettait en porte-à-faux par rapport à la majorité de ses sujets et l'opposait aux chefs protestants, en premier lieu l'intransigeant John Knox.

36Pourtant, dès son arrivée en Ecosse, elle adopte une politique qui éloigne tout soupçon de renouvellement de la main-mise française sur le pays.

37Sans doute, elle arrive accompagnée d'une petite cour de Français, dont ses oncles Guise (le grand-prieur de Malte, le comte d'Aumale et le marquis d'Elbeuf) ; on y voit aussi Brantôme, qui plus tard racontera les péripéties du voyage et l'accueil des Ecossais ; des poètes, des musiciens, dont Pierre de Châtelard qui finira mal ; et bien entendu des serviteurs, des dames d'honneur. Mais la plupart d'entre eux ne restent pas en Ecosse, ils regagnent la France dès septembre. La cour dont s'entoure Marie Stuart au palais de Holyroodhouse gardera, pour presque toute la durée de son règne, une atmosphère très française : chasse, danse, musique, sont les divertissements favoris, dont s'indigneront les protestants austères comme John Knox. De France, Marie Stuart fera venir, chaque fois qu'elle le pourra, des vêtements de soie, des broderies, des joyaux, des objets d'art, des livres, des instruments de musique. La cour de Holyrood, surtout aux beaux jours, ressemble, en plus modeste certes, à celle du Louvre ou de Fontainebleau.

38À ce point de vue-là, on peut donc effectivement considérer Marie Stuart comme une Française sur le trône d'Écosse. Mais il n'en est nullement de même du point de vue politique.

39Les deux personnes qui exercent le pouvoir, sous l'autorité de la reine, sont deux protestants, connus et appréciés d'Elisabeth d'Angleterre : James Stuart, bientôt nommé comte de Moray, et l'habile William Maitland of Lethington. On voit même Marie Stuart, à peine un an après son retour en Ecosse, entreprendre une expédition militaire (au côté de son demi-frère James) pour abattre le catholique Huntly, coupable de lèse-majesté et de désobéissance aux ordres royaux. Les catholiques sont désorientés. Certains se demandent même si la jeune reine ne va pas se convertir au protestantisme. Le bruit court que son oncle le cardinal serait favorable à cette solution. Moins que jamais, la politique de Marie Stuart ne peut être qualifiée de française.

40En fait, dans les années 1561, 1562, 1563, deux choses dominent la politique écossaise, et expliquent cet étonnant rapprochement de Marie et des protestants : ce sont, étroitement liés l'un à l'autre, le remariage de Marie, et sa reconnaissance comme héritière d'Elisabeth au trône d'Angleterre.

41Sur ce second point — la succession d'Angleterre —, l'Europe entière se passionne. Elisabeth, en 1561, à vingt-huit ans, est obstinément célibataire. Pour une raison ou une autre, tout le monde semble croire qu'elle n'est pas destinée à vivre longtemps (en quoi, d'ailleurs, on se trompait fort). Or, Marie Stuart est sa plus proche parente. Elle s'attend à être proclamée officiellement héritière — ce qu'appuient, évidemment, les puissances catholiques, dont la France. Mais Elisabeth résiste. Elle veut laisser ouverte la question de sa succession. Pendant deux, trois, quatre ans, les négociations se poursuivent, toujours décevantes. Ce désir d'être reconnue comme héritière d'Angleterre conditionne toute la politique de Marie Stuart, qui, sur ce point, a l'appui unanime de son peuple, protestants inclus.

42L'autre problème est celui de son remariage. En 1561, elle a dix-neuf ans, elle est veuve et n'entend pas le rester. Mais, selon qu'elle épousera un prince catholique ou un prince protestant, tout l'équilibre politique européen risquera d'être bouleversé. Il est question, assez longtemps, de lui faire épouser l'héritier du trône d'Espagne, Don Carlos : ce serait installer l'Espagne au pouvoir en Ecosse. Grand affolement dans le parti protestant et en Angleterre. En France même, les Guise seraient favorables à cette solution, mais la régente Catherine de Médicis y est farouchement hostile. Elisabeth d'Angleterre fait savoir que, si Marie épouse un mari auquel elle n'aurait pas donné son accord, elle devra renoncer pour toujours à l'espoir d'être reconnue comme héritière d'Angleterre.

  • 3 Calendar of State Papers, Foreign Series, Reign of Elizabeth, IV, p. 154.

43Au milieu de tous ces remous diplomatiques, Marie Stuart poursuit sa politique de conciliation avec les protestants. Elle a défini sa position une fois pour toutes, telle qu'elle l'exprime à l'ambassadeur anglais Throckmorton : “Je sais que beaucoup de mes sujets sont d'une religion différente de la mienne. Je n'ai pas l'intention de les contraindre en aucune manière. Mais, de leur côté, j'espère qu'ils me laisseront libre de pratiquer ma propre religion. Il n'y a pas de raison pour que des sujets veuillent imposer leur volonté à leur souverain”3.

44Effectivement, pendant son règne, on ne décèle aucune tentative de réaction catholique en Ecosse. Les adversaires de Marie Stuart, jugeant de ses sentiments intimes plutôt que de ses actions, disent que cette tolérance était causée uniquement par son incapacité effective de restaurer le catholicisme, faute de moyens politiques et militaires. Je ne partage nullement cette manière de voir. Rien ne permet de penser qu'elle ait eu, à aucun moment, le désir de revenir sur sa promesse de paix religieuse.

  • 4 J. H. Pollen, Papal Negotiations of Mary Queen of Scots, p. 67 sq.

45On a beaucoup glosé sur les échanges de lettres qu'elle a eus avec les papes Pie IV en 1562 et Pie V cinq ans plus tard. ÀPie IV, qui lui envoie un messager personnel, le P. Nicolas de Gouda, elle répond qu'“il lui déplait fortement que le malheur des temps l'ait empêchée, jusqu’à présent, de faire son devoir comme elle le désirerait”, et qu'à son grand regret, il lui est impossible d'envoyer des délégués écossais au Concile de Trente4.

46En 1566, au moment où tous les protestants d'Europe sont persuadés (à tort d'ailleurs) que le pape Pie V et le roi d'Espagne Philippe II ont mis sur pied une vaste coalition catholique pour abattre et détruire l'hérésie, le pape s'imagine un instant que Marie Stuart va “restaurer dans son pays le vrai culte de Dieu et dissiper les ténèbres qui depuis si longtemps pèsent sur l'Écosse”. Marie se hâte, en lui envoyant l'évêque de Dunblane, de lui expliquer que la situation est toute différente de ce qu'il croit, et qu'au contraire elle est dans l'incapacité absolue d'agir dans le sens désiré.

47Alors : jouait-elle double jeu ? Les protestants d'Écosse, en 1566, ont cru que le papisme amorçait son retour en force, grâce à une alliance secrète de Marie, du pape, du roi d'Espagne, des Guise. L'agent de ce complot aurait été le secrétaire italien de Marie, David Rizzio — accusé, en outre, d'être son amant. Mais les recherches faites, depuis deux siècles, dans les archives du Vatican, d'Espagne et de France, n'ont permis de retrouver absolument aucun document qui puisse conforter cette thèse. Une fois de plus, l'accusation portée contre Marie Stuart d'avoir préparé en secret le rétablissement du catholicisme en Ecosse se révèle dépourvue de tout fondement documentaire.

48Quant à une quelconque influence politique française en Ecosse pendant son règne, on en chercherait en vain la trace.

49Alors que, sous le règne d'Henri II et sous celui de François II, dominé par les Guise, l'Écosse occupait une place centrale dans la politique française, elle disparaît pratiquement des préoccupations de Catherine de Médicis et de Charles IX. Plusieurs causes expliquent ce phénomène, dont le manque total de sympathie de Catherine pour Marie Stuart ; mais la raison principale est évidemment la situation intérieure de la France, qui, à partir du printemps 1562, est en proie à la guerre civile. Les Guise n'ont plus, et de loin, la prédominance politique ; ils sont même, à certains moments, carrément disgrâciés et tenus à l'écart ; d'ailleurs le chef de la famille, le duc François, est assassiné le 18 février 1563, et son frère le cardinal est très mal vu de la reine Catherine et du jeune Charles IX. Donc, plus d'intervention française en Ecosse. Constatation typique : en dehors de missions diplomatiques ponctuelles, il n'y a plus d'ambassadeur français résidant à Edimbourg de 1561 à 1566, alors qu'il y en a un à Londres. Tout se passe comme si la France avait abandonné l'Écosse et Marie Stuart à leur sort, c'est-à-dire à l'influence anglaise — ce qui n'empêchait pas, bien entendu, de répéter à satiété, dans les correspondances officielles, les formules traditionnelles sur la “Vieille Alliance” à laquelle les Ecossais, de leur côté, n'attachaient plus aucune importance politique.

50À partir de l'été 1565, la question qui domine toute la vie politique écossaise est celle du mariage de la reine et, ensuite, de ses relations avec son mari. En épousant Henry Stuart', Lord Darnley, Marie s'est brouillée avec Elisabeth, qui lui avait fait savoir son opposition à ce mariage. Cette union est sévèrement jugée en France, aussi bien par Catherine de Médicis que par la famille Guise. Pis encore : elle brouille Marie avec son demi-frère james, le comte de Moray qui, depuis son retour en Ecosse, était son principal conseiller et le membre le plus influent du gouvernement ; Moray quitte l'Écosse et se retire en Angleterre. Comme, par-dessus le marché, Darnley est catholique, les lords protestants voient dans ce mariage l'amorce d'un virage politique de réaction catholique. Mais nous savons la suite : l'assassinat de Rizzio auquel Darnley prête la main (et même sa dague), puis la rupture entre les deux époux et, pour finir, l'assassinat de Darnley lui-même, où Marie perd sa réputation, soupçonnée de complicité au moins passive.

51Dès lors, la chronique scandaleuse de la cour remplace en Ecosse la vie politique. Ce n'est pas ici le lieu d'examiner si les accusations portées contre Marie, y compris celle d'adultère avec Lord Bothwell (un protestant, lui) sont fondées ou non. Des générations d'historiens s'y sont consacrées, sans qu'on puisse dire qu'ils aient répondu à toutes les questions de façon irréfutable. Ce qui importe, dans la perspective de cette étude, c'est de savoir, au cours de cette crise majeure de sa vie et de son règne — crise qui aboutit très vite à la révolte des nobles et à la chute de Marie —, si elle a agi en Française et quel a été le rôle de la France.

52Nous ne pouvons passer sous silence l'importance décisive que revêt la personnalité de la reine dans l'évolution des événements. Lorsque Jenny Wormald qualifie le règne de Marie Stuart de failure, et lorsqu'elle fait de cette notion d'échec le centre de son argumentation, elle insiste beaucoup plus sur les errements de la vie privée de Marie que sur ses maladresses politiques.

53Mais il faut mettre aussi en relief un élément, à mes yeux essentiel, que le Dr Wormald passe quelque peu sous silence : à savoir l'abandon de Marie Stuart par la France, à partir du moment où elle a regagné l'Ecosse en 1561.

54Le mot abandon n'est pas trop fort, puisque le roi valois et sa mère régente ont renoncé à mener une politique ouverte de reconquête catholique, à partir du moment, surtout, où ils s'efforcent de pratiquer une politique d'entente pacifique avec l'Angleterre d'Elisabeth, l'Écosse ne représente plus pour eux un atout dans leur jeu. Il n'est plus possible, et ils le savent, de revenir à l'époque où Marie de Guise peuplait de Français le gouvernement et l'administration de l'Écosse, et où une armée française occupait les points stratégiques du pays. L'absence d'ambassadeur français résidant à Edimbourg, de 1560 à 1566, est caractéristique de cette distance croissante qui sépare désormais la France de l'Écosse.

55Une chose aurait pu, peut-être, pallier cet éloignement : c'est l'attrait personnel, sentimental, de Marie pour la France, le pays de son enfance heureuse. Brantôme raconte que le jeune Charles IX était resté très attaché à son ancienne belle-sœur, et qu'il aurait même souhaité l'épouser. C'est possible, bien qu'il n'existe guère d'autre témoin que Brantôme pour l'affirmer. Mais Charles IX, dans les années qui nous intéressent — 1561-1566 — n'était le maître ni de sa politique ni de sa propre vie. Sa mère Catherine avait l'autorité, et elle n'aimait ni Marie Stuart ni ses oncles Guise. Le ton des correspondances qui nous sont parvenues est sans ambigulté à cet égard : à partir du moment où l'on commence, en Ecosse et en Europe, à discuter les actions de Marie, à savoir son mariage avec Henry Darnley, puis sa mésentente conjugale, et pour finir son rôle soupçonné dans l'assassinat de Darnley et son remariage avec Bothwell, Catherine de Médicis exprime nettement ses doutes, voire sa désappobation. Même le cardinal de Lorraine se montre très réticent vis à vis des responsabilités de sa nièce. Ce n'est que beaucoup plus tard — lorsque Marie sera prisonnière d'Elisabeth en Angleterre — que la France officielle prendra sa défense, mais trop tard.

56Un fait caractéristique : au moment de la grande révolte des lords écossais contre Marie et Bothwell, en 1567, l'ambassadeur de France, Philibert Du Croc, joue un rôle ambigu, négocie avec les rebelles, et c'est en grande partie à son intervention, sur la colline de Carberry Hill, le 15 juin 1567, qu'est due la reddition de la reine, signal de sa chute finale.

57Pourtant, dans les années pacifiques de son règne — en gros, 1561-1565 —, Marie Stuart n'a jamais cessé d'être soupçonnée par les plus intransigeants des protestants, John Knox au premier rang, de chercher à rétablir le catholicisme dans son royaume et d'y ramener l'influence, sinon la domination française.

58Nous savons aujourd'hui que c'était faux. Que Marie ait pu, au fond de son cœur, souhaiter un tel retour en arrière, c'est bien possible, c'est même probable, étant donné son attachement personnel à la foi catholique, dont elle n'a jamais fait mystère. Mais rien, dans ses actions, n'a marqué la moindre tentation effective d'y parvenir. On l'a soupçonnée, dans les jours qui ont précédé l'assassinat de Rizzio, d'avoir préparé un bouleversement politique à l'occasion du Parlement qui allait se réunir. Aucun document ne permet d'appuyer une telle thèse : seulement les bruits recueillis par l'ambassadeur d'Angleterre dans les couloirs du palais de Flolyrood et dans les conciliabules des lords protestants, et complaisamment relayés par lui auprès de la reine Elisabeth, qui ne demandait évidemment qu'à les croire.

59Par la suite, ce n'est plus de réaction catholique qu'il est question mais des problèmes conjugaux de Marie, et c'est une toute autre perspective. D'ailleurs, après la mort de Darnley, c'est un protestant, James Bothwell, qu'elle épousera, au grand scandale de toute l'Europe et de la France en premier lieu.

60En conclusion, sur le trône d'Écosse, Marie Stuart a bien été une reine de culture française, même française de cœur, mais en aucune façon un pion manœuvré politiquement par la France, et moins encore sacrifiant les intérêts de l'Écosse à ceux de la France.

61C'est ailleurs qu'il faut chercher les causes de son échec en Ecosse — car échec il y eut, indéniablement. Elle a commis bien des maladresses — la moindre n'étant pas, à mes yeux, d'avoir fait une trop aveugle confiance à son demi-frère Moray, qui la trahit rudement au moment de sa chute, et à son secrétaire d'Etat Maitland de Lethington, que ses contemporains surnommaient à juste titre “le Caméléon”.

62Mais il est certain qu'une politique ouvertement pro-française en Ecosse, en 1561 et au cours des années suivantes, eût été une chose simplement impossible, à moins d'un effort militaire que le royaume des Valois était hors d'état d'entreprendre. Tout le reste n'est que spéculation gratuite, sans fondement documentaire solide.

Notes

1 R. Marshall, Mary of Guise, p. 211.

2 A. Teulet, Papiers d'Etat relatifs à l’histoire de l’Ecosse au XVIe siècle, I, p. 763.

3 Calendar of State Papers, Foreign Series, Reign of Elizabeth, IV, p. 154.

4 J. H. Pollen, Papal Negotiations of Mary Queen of Scots, p. 67 sq.

Auteur

Inspecteur général des archives nationales
Diplômé de l'Ecole Nationale des Chartes, a fait sa carrière nationale et internationale dans les Archives (Inspecteur général des Archives de France, expert de l'Unesco pour les Archives, membre du Conseil international des Archives). Historien, il se consacre à l'étude de l'Angleterre et de l'Ecosse aux XVIe et XVIIe siècles : Jacques Ier Stuart (1985) ; Marie Stuart : la femme et le mythe (1987) ; Elisabeth Ire d'Angleterre (1992) ; Charles Ier : l'honneur et la fidélité (2000) ; Le duc de Buckingham (2001) ; Histoire de l’Ecosse (1998). Il prépare actuellement une histoire des derniers Stuarts, à paraître chez Fayard.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search