Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pëtr Bogatyrëv et les débuts du Cercle de Prague

 | 
Serguei Tchougounnikov
, 
Céline Trautmann-Waller

Ethnographie

Actes magiques, rites et croyances en Russie Subcarpathique : le contexte russe1

Andreï Toporkov
Traduction de Serguei Tchougounnikov

Texte intégral

  • 1 Cette recherche est réalisée avec le soutien du Programme des recherches fondamentales du Départeme (...)

1Le livre Actes magiques, rites et croyances en Russie Subcarpathique (1929) occupe une place particulière non seulement dans l’œuvre de P. Bogatyrëv (1893-1971), mais aussi dans le contexte des sciences humaines européennes du début du XXe siècle. Bogatyrëv fait partie de ces quelques ethnographes slaves des années 1920-1930 qui se préoccupaient sérieusement de la méthodologie de l’ethnologie et du folklore. Son point de départ était l’idée d’une science générale de la culture populaire, une science capable d’intégrer les approches propres à l’ethnographie, à l’étude du folklore, à l’histoire de la littérature, aux études théâtrales, à la sociologie et à la psychologie.

  • 2 Bogatyrëv 1971 : 5
  • 3 Jakobson 1999 : 67

2Dans la préface à un recueil de ses travaux, Bogatyrëv a écrit : « La plupart des études faisant partie du recueil sont concentrées autour d’un seul thème et remontent à un domaine de la culture populaire, celui de l’acte folklorique »2. Selon R. Jakobson, collègue et ami proche de Bogatyrëv, le problème central de l’œuvre de Bogatyrëv était « le dualisme de l’acteur et de son rôle ». « Le problème des relations entre l’homme et le signe a été étudié dans le cas du folklore par le savant pragois-moscovite, dans deux domaines spécifiques : la sphère des actes théâtraux proprement dite, caractérisée par la domination de la fonction esthétique, et la sphère des actes magiques, que notre auteur a pour la première fois délimitée et explorée dans son livre paru en français : Actes magiques, rites et croyances en Russie Subcarpathique (Paris, 1929) »3.

3À la première lecture, ce livre peut produire l’impression d’un exposé systématique des matériaux réunis par l’auteur dans une des régions reculées d’Europe Orientale. La signification méthodologique de ce livre devient plus claire si on le considère dans le contexte plus vaste des recherches de Bogatyrëv lui-même et de ses contemporains, avant tout de R. Jakobson et d’autres membres du cercle linguistique de Prague.

  • 4 Dostal’1998 : 32

4Ce livre s’inscrit dans cinq traditions scientifiques et ethno-linguistiques au moins : les traditions russe, ukrainienne, slovaque, tchèque et française. Son auteur, chercheur russe, vivait pendant la période de sa rédaction à Prague. L’étude porte sur les Ukrainiens de la région subcarpathique, qui à l’époque faisait partie de la Tchécoslovaquie. En 1929 Bogatyrëv a présenté ce texte comme thèse à l’Université de Bratislava4.

5Le livre est paru à Paris dans les Travaux de l’Institut d’études slaves (1929). Le choix d’une langue étrangère pour cette publication reflète non seulement l’impossibilité de le publier dans la langue maternelle de l’auteur, il est aussi le signe de l’appartenance de l’auteur et de son texte à une tradition étrangère. Ce livre, écrit au croisement de cultures différentes, est le fait de l’interaction culturelle et scientifique entre la Russie, l’Ukraine et la Tchécoslovaquie ainsi qu’entre les pays slaves et la France.

L’étude des rites dans l’ethnographie russe

6L’étude des rites a débuté en Russie vers le milieu du XIXe siècle dans les travaux de Konstantin Kavelin et d’Alexandre Afanasiev, elle a continué dans les travaux d’Alexandre Potebnja, d’Alexandre Veselovskij, de Nikolaj Sumcov et d’Evgenij Aničkov. Durant les années 1910-1920 Dmitrij Zelenin et Evgenij Kagarov étudient de manière féconde les rites et les fonctions symboliques des choses.

7Les travaux de Bogatyrëv sont étroitement liés aux approches qui ont été élaborées dans la science russe et ukrainienne du premier tiers du XXe siècle. Il est caractéristique que Bogatyrëv se réfère dans son introduction aux Actes magiques à des chercheurs russes comme A. Veselovskij, E. Aničkov, Lev Šternberg, D. Zelenin ainsi qu’à une chercheuse ukrainienne Katerina Grušesvky. Comme un spécialiste de la culture de la région subcarpathique, Bogatyrëv a eu naturellement recours aux matériaux réunis par des ethnographes et des folkloristes ukrainiens tels que Aleksandr Onisšuk, Filaret Kolessa, Vladimir Gnatjuk, Nikolaj Zubrickij, Vladimir Šuxevič, Zenon Kuzelja et autres. Bogatyrëv utilisait aussi les travaux de ses contemporains – d’importants ethnographes de divers pays slaves comme le Polonais Kazimerz Mosznsky, le Tchèque Edmund Schneeweis, le Serbe Veselin Čajkanovič, le Bulgare Mixail Arnaudov.

  • 5 Ce livre a été publié en Russie 64 ans plus tard comme une traduction de l’allemand vers le russe ( (...)

8Dmitrij Zelenin (1878-1954) fut son précurseur, son aîné et en quelque sens son maître. Bogatyrëv le connaissait personnellement, il exprima plus d’une fois un avis favorable sur ses travaux et durant trente ans ils entretinrent un échange épistolaire. Durant son séjour en Tchécoslovaquie, Bogatyrëv envoyait à son collègue les nouvelles parutions dans le domaine de l’ethnographie slave et l’informait des nouvelles scientifiques. Dans ses travaux des années 1900-1910 Zelenin a décrit quelques rites des Slaves orientaux ainsi que l’utilisation rituelle par eux des objets de la culture matérielle. Dans son livre Essai de mythologie russe (1916) Zelenin a décrit dans le détail les rites russes liés aux morts de mort non-naturelle. En 1927 Zelenin a publié en Allemagne son étude classique Russische (Ostslavische) Volkskunde [L’ethnographie russe (slave orientale)] qui est devenu un livre de chevet des ethnographes européens5.

  • 6 Zelenin 1995 : 37

9Dans l’introduction de son livre Essai de mythologie russe Zelenin a proposé une méthode d’analyse des rites qui était pionnière pour cette époque. Il soulignait que son objet d’étude était précisément les rites et non pas la mythologie. S’il avait utilisé la « notion ancienne » de mythologie, c’est parce que la langue russe n’avait pas de terme pour désigner la science qui s’occupait de l’étude des rites ; selon la remarque de Zelenin, il s’agirait d’un terme comme « ritualogie » (obrjadologija)6. Selon Zelenin, la description synchronique – systématique et exhaustive – des rites doit précéder la reconstruction historique des rites. Dans la seconde moitié des années 1920 et la première moitié des années 1930 Zelenin a rédigé une série d’études comparées, où le matériau slave était examiné sur un vaste arrière-plan européen et même eurasiste. Il convient de citer ici les travaux suivants : « La fonction magique des outils primitifs », « Le culte totémique des arbres chez les Russes et chez les Biélorusses », « Les interdictions concernant la propriété (imušestvennye zaprety) comme vestiges du communisme primitif », « Les arbres-totems dans les contes et les rites des peuples européens », etc.

10Bogatyrëv a accueilli avec admiration l’étude de Zelenin « Les mots tabou chez les peuples de l’Europe Orientale et de l’Asie de Nord » (1929/1930). Citons un fragment de l’article de Bogatyrëv « Les traits particuliers des études folkloriques russes (ce que les études folkloriques russes ont apporté et peuvent apporter de nouveau à la méthodologie) (1931) ; cet article a été publié sous le pseudonyme Ivan Savel’ev dans une des éditions eurasistes :

« Les travaux du plus grand ethnographe russe D. Zelenin cherchent toujours à lier l’étude du folklore russe à l’étude du folklore d’autres peuples de l’Europe. Dans son étude Essai de mythologie russe (1916) Zelenin a expliqué beaucoup d’éléments aujourd’hui incompréhensibles des croyances populaires russes actuelles à l’aide des croyances des Finnois, voisins des Russes. Dans son étude fondamentale Russische (Ostslavische) Volkskunde, Zelenin a parfois recours aux données folkloriques des autres peuples de l’Eurasie. Mais parmi tous les travaux consacrés à l’étude du folklore russe parallèlement à l’étude du folklore des autres peuples de l’Eurasie la première place revient à l’étude de Zelenin Le tabou des mots.

Ce travail est intéressant non seulement par le vaste matériau qu’il embrasse mais aussi par une série de conclusions intéressantes faites à partir de ce matériau. L’une des affirmations essentielles de Zelenin – selon laquelle la définition même du tabou des mots chez les peuples de l’Eurasie diffère de la définition de cette notion dans le monde non-eurasiste – montre l’importance de l’étude du folklore de l’Eurasie comme une unité autonome ayant ses taches et pouvant aboutir à des conclusions particulières.

  • 7 Bogatyrëv 2006 : 141

Les travaux russes portant sur l’ethnographie des peuples de l’Eurasie que Prof. Zelenin mentionne et utilise dans son étude, montrent que les ethnographes européens peuvent trouver dans ces travaux russes beaucoup de choses nouvelles. D’ailleurs, l’ethnographe qui a pris connaissance du livre de Zelenin comprendra la nécessité d’apprendre le russe. Car sans la maîtrise du russe l’ethnographe qui s’occupe des prétendus « peuples primitifs », n’aura pas accès à une vaste littérature russe consacrée à l’étude des peuples eurasiens. Il nous semble que les intérêts de l’ethnographie exigent une traduction urgente de l’étude de Zelenin dans l’une des langues européennes, ce qui permettrait à tous les chercheurs européens de mesurer la richesse du matériau russe réuni par Zelenin ne serait-ce que sur la question du tabou linguistique. L’étude de Zelenin prouve de manière brillante que l’étude de l’Eurasie comme une totalité peut conduire à de nouveaux résultats en ethnographie »7.

  • 8 Zelenin 1994 ; Zelenin 1995 ; Zelenin 1999 ; Zelenin 2003

11Le fragment que nous venons de citer comporte beaucoup d’idées mais nous ne voulons souligner que deux entre elles : premièrement, le fait que Bogatyrëv présente Zelenin comme « le plus important ethnographe russe » et, deuxièmement, le fait qu’il souligne l’importance du matériau russe et des travaux des chercheurs russes pour l’ethnographie européenne. Le souhait de Bogatyrëv de voir paraître l’étude de Zelenin sur le tabou linguistique en Europe aurait pu se réaliser car il existait un projet de traduction en allemand ; malheureusement, cette traduction ne vit pas le jour. Ce livre ne fait pas non plus partie des œuvres choisies de Zelenin en quatre volumes parues chez l’éditeur Indrik8.

12La région subcarpathique, devenue partie de la Tchécoslovaquie, continua à vivre en paix, et Bogatyrëv eut la possibilité de continuer ses expéditions ethnographiques et à perfectionner sa méthode fonctionnelle et structurale.

La situation dans l’ethnographie soviétique des années 1920-1930

13Entre la fin des années 1920 et le début des années 1930, eut lieu en URSS une série de procès visant l’intelligentsia : des disciplines et des orientations de recherche entières ont alors de fait été éradiquées. Ainsi, les études slaves et l’ethnographie régionale (kraevedenie) ont pratiquement cessé d’exister, l’ethnographie générale et la science des religions ont également beaucoup soufferts. Les études folkloriques ont perdu leur statut de discipline scientifique, elles se sont transformées en une machine idéologique dont la fonction consistait à falsifier la « création de vastes masses des travailleurs ». Les chercheurs soviétiques se sont trouvés isolés de leurs collègues étrangers : leurs voyages à l’étranger ont dû cesser ainsi que les visites des chercheurs étrangers en URSS. L’échange épistolaire avec l’étranger a brusquement diminué car il constituait une véritable menace pour les destinataires habitant en URSS. L’attitude à l’égard des chercheurs russes vivant à l’étranger également a changé.

  • 9 Ašin, Alpatov 1994 : 70
  • 10 Ibid

14Dans ce contexte, le nom de Bogatyrëv commença à apparaître dans les documents de la police politique. Entre fin 1933 et début 1934 la section secrète de la police politique a créé de toutes pièces l’affaire du « parti national de Russie » connu également comme « procès des slavisants » (delo slavistov). Des procès analogues se tinrent parallèlement à Moscou, à Leningrad, à Kharkov, à Jaroslavl et dans d’autres villes soviétiques. On lit dans les documents de ces procès que l’organisation contre-révolutionnaire dite « parti national de Russie » a été créé « selon les instructions directes du centre fasciste russe, ayant à sa tête le prince Nicolas Troubetzkoy, Jakobson, Bogatyrëv et d’autres encore »9. Dans le cadre du procès central tenu à Moscou, on a vu comparaître trente-six accusés dont l’académicien Mixail Speranskij, Vladimir Peretc, membres correspondants de l’Académie de sciences de Russie, Nikolaj Durnovo, Grigorij Ilinskij, Afanasij Seliščev, le futur académicien Viktor Vinogradov et d’autres. Selon les données de Fëdor Ašnin et Vladimir Alpatov, sur trente-six personnes accusées onze ont été fusillées, un chercheur s’est suicidé, deux ont succombé à leurs maladies en prison et en exil, deux ont été condamnées avec sursis, le destin de trois personnes reste inconnu : seules dix-sept personnes ont survécu jusqu’à leur libération10.

  • 11 Ibid : 21

15Selon le savoir-faire de ces années, le déclenchement de ce procès se basait sur quelques évènements réels transformés lors du procès en un sujet fantastique avec un complot, la préparation d’actes terroristes, etc. La figure principale de ce procès du « parti national de Russie » était l’un des plus importants linguistes et dialectologues du début du XXe siècle Nikolaj Nikolaevič Durnovo (1876-1937), un ancien enseignant de l’Université de Moscou. En août 1924 N. Durnovo est parti en Tchécoslovaquie ; son ancien étudiant R. Jakobson l’a aidé à Prague. N. Durnovo a obtenu une aide financière destinée aux émigrés russes par le Ministère des Affaires étrangères de la Tchécoslovaquie. C’est ainsi que Durnovo a pu durant l’hiver 1924-1925 se rendre, aux frais de l’académie de sciences de Tchécoslovaquie, en région subcarpathique (qui à l’époque faisait partie de la Tchécoslovaquie) pour y étudier les dialectes ukrainiens. Par l’intermédiaire de Jakobson, il a pu entrer en contact étroit avec N. Troubetzkoy qu’il ne connaissait que très peu auparavant. Au printemps de 1926 N. N. Durnovo, en qualité de « professeur invité », a assuré un cours à l’Université de Brno, qu’il a ensuite publié sous la forme d’une « Introduction à l’histoire du russe ». N’ayant pas pu obtenir un poste permanent en Tchécoslovaquie, Durnovo est rentré en URSS à la fin de 1927. En février 1928 il s’est installé provisoirement à Minsk, où il avait été élu membre de l’Académie de sciences de Biélorussie11.

16Après son arrestation, les juges ont forcé Durnovo à passer aux aveux. Après la « création collective » des juges d’instruction et du savant brisé et condamné, N. Troubetzkoy, R. Jakobson et Bogatyrëv ont été présentés comme des organisateurs subcarpathiques du centre fasciste russe à l’étranger, et les slavisants soviétiques – comme des membres d’une organisation nationaliste secrète.

  • 12 Bogatyrëv 2006 : 334
  • 13 Ašin, Alpatov 1994 : 162

17Dans ses lettres à Zelenin, Bogatyrëv l’informe régulièrement qu’il a le projet de revenir en URSS, où il a laissé une femme et un fils en bas âge, il discutait même avec lui du lieu présumé de son travail – mais à chaque fois ce retour a été reporté. En particulier, dans sa lettre du 15 novembre 1934 Bogatyrëv écrit à Zelenin : « Au début de décembre je serai déjà à Moscou, et le 15 décembre je viendrai sans faute participer au Congrès des études folkloriques à Leningrad. »12 Heureusement pour Bogartyrëv, son retour en URSS prévu en 1934, n’a pas eu lieu. Les sources documentaires ne donnent pas la raison mais il est aisé de la reconstituer hypothétiquement. Bogatyrëv semblait être informé au sujet de ses amis et de collègues, victimes de répressions – il trouvait sans doute préférable de rester à l’étranger. On peut être certain que si ce retour en URSS avait eu lieu pendant la période entre 1930 et 1937, Bogatyrëv n’aurait pas pu éviter le tribunal. Le fait même que Bogayrëv n’ait pas été arrêté à son retour en URSS en 1939 est à considérer comme résultat de quelques heureuses circonstances. Il a été décidé – déjà en 1934 – de ne pas poursuivre la répression après l’« affaire des slavisants ». Les savants comparus dans le cadre de cette affaire sont restés en partie en liberté, ils continuaient même à occuper des postes de responsabilité au sein de l’Académie des sciences. En outre, durant les années 1940, à la suite des répressions, Bogatyrëv resta le seul spécialiste soviétique de la littérature tchèque. Avec le début de la guerre de 1941-1945, l’attitude à l’égard de la slavistique a brusquement changé. « La conjoncture politique qui a contribué à l’élimination des études slaves durant les années 30 a changé de visée : à présent, une autre tâche, celle de réunir les peuples slaves contre l’agression fasciste, était devenue d’actualité »13. Pendant la guerre Bogatyrëv participa aux travaux de la « Société Panunion des liaisons culturelles avec l’étranger » et de la TASS (Agence d’Information Nationale) : il travaillait à la radio où il était chargé des transmissions vers la Tchécoslovaquie occupée par les Allemands.

  • 14 Bogatyrëva 1994 : 17

18Konstantin, le fils unique de Bogatyrëv, est né à Prague en 1925. Alors qu’il avait trois ans, l’épouse du savant, Tatiana Bogatyrëva, l’a pris avec elle à Moscou pour rendre visite à la grand-mère malade, mais on ne l’a pas laissée repartir à l’étranger. Après l’établissement du « rideau de fer », Bogatyrëv s’est retrouvé d’un côté de celui-ci, sa femme et son fils de l’autre. Bogatyrëv n’a pas vu son fils Konstantin durant douze ans14. Pendant ces longues années la famille de Bogatyrëv resta en URSS à titre d’otages. On peut faire des hypothèses sur la destination qu’aurait choisie Bogatyrëv en 1939 – vers l’URSS ou vers l’un des pays occidentaux – si sa famille avait été avec lui. En tout cas, retourner en URSS après vingt ans de séjour à l’étranger était une démarche très risquée.

19Après la seconde guerre mondiale, la Tchécoslovaquie est devenue membre du bloc socialiste, et les compétences de Bogatyrëv en tant que bohémiste et traducteur du tchèque et du slovaque ont été fortement sollicitées. Le roman de Jaroslav Hašek Les aventures du brave soldat Svejk pendant la première guerre mondiale, traduit par Bogatyrëv, a connu de nombreuses rééditions en URSS. Bogatyrëv a également traduit et publié des recueils de contes slovaques et issus d’autres peuples slaves. Probablement, l’image du professeur un peu « délirant » et étranger à ce monde, qui a nourri de nombreuses anecdotes au sujet de Bogatyrëv, a-t-elle joué son rôle dans le processus de son assimilation.

Le livre Questions relatives à la théorie de l’art populaire (1971)

20Plusieurs décennies de terreur et de chasse aux sorcières ainsi que les effroyables pertes humaines que l’URSS a subies pendant la seconde guerre mondiale ont abouti à la rupture de la continuité de la recherche dans le domaine des sciences humaines. Les spécialistes soviétiques de l’ethnographie, du folklore et de l’art populaire s’apprêtaient seulement à maîtriser les approches que Bogatyrëv et ses collègues élaboraient quelques décennies auparavant.

21Dans les années 1960-1970 Bogatyrëv continua à travailler comme folkloriste ; en même temps il devint un de ces auteurs semi-oubliés des années 1920-1930 dont les travaux ont commencé à réapparaître dans le circuit des idées universitaires comme un héritage bien connu en Occident, mais fortement oublié en Russie. De la même manière, la célèbre Morphologie du conte de V. Propp, passée presque inaperçue dans la science soviétique, est devenue, après avoir été traduite en italien et puis en anglais, un best-seller mondial et l’un des chef-d’œuvres du XXe siècle.

22Le structuralisme soviétique né entre les années 1950 et 1960 a été le seul courant dans les sciences humaines de cette époque à s’être ouvertement déclaré non-marxiste (mais non pas anti-marxiste !). Les structuralistes soviétiques menaient leurs recherches surtout dans le domaine de la linguistique, et nettement moins dans le domaine de la mythologie, du folklore et de la littérature ; mais l’ethnographie slave, quant à elle, resta à l’écart de ce courant jusqu’à l’apparition de l’école ethnolinguistique de Moscou vers la fin des années 1970.

23Les idées principales des structuralistes des années 1960 étaient en grande partie les mêmes que celles de Bogatyrëv dans les années 1920-1930. En particulier, en ce qui concerne les principes suivants : le caractère sémiotiques de la culture et de la langue comme un « système modélisant primaire » sur la base duquel se construisent les « systèmes signifiants secondaires » ; un vaste recours aux méthodes de la sémiotique ainsi que de la linguistique structurelle et fonctionnelle lors de l’analyse des faits de mythologie, de folklore et d’art ; l’opposition entre la synchronie et la diachronie avec un accent particulier mis sur l’étude synchronique de la langue et de la culture. Les termes de structure, de système, de sémiotique et de fonction utilisés par Bogatyrëv et ses collègues du Cercle linguistique de Prague, sont entrés en circulation bien qu’ils irritaient les fonctionnaires de la science officielle de la littérature.

24Les travaux de Bogatyrëv des années 1920-1930 ont acquis dans cette situation une grande actualité bien qu’ils soient restés très difficiles d’accès. À la fin des années 1960 et au début des années 1970, plusieurs livres sur l’étude sémiotique de l’art purent être publiés dans la maison d’édition « Iskusstvo ». En 1970 parut par exemple le livre de B. Uspenskij La poétique de la composition : la structure du texte artistique et la typologie de la forme de composition dans la collection « Études sémiotiques en théorie de l’art ». Par la suite ce livre a été maintes fois réédité et traduit en de nombreuses langues.

25Le recueil d’études choisies de Bogatyrëv, Questions relatives à la théorie de l’art populaire, a pu s’insérer dans cette collection en 1971 bien que le dégel dans la maison d’édition « Isskusstvo » ait cessé immédiatement après la nomination du nouveau directeur ; le livre de Bogatyrëv a à peine pu franchir le « rideau de fer » en train de se refermer. Ce recueil comportait trois livres de Bogatyrëv auparavant publiés dans des langues étrangères : Le théâtre populaire des Tchèques et des Slovaques, Actes magiques, rites et croyances en Russie Subcarpathique et Fonctions du costume populaire en Slovaquie morave. Le livre comportait en outre huit articles de Bogatyrëv, y compris les articles « Le folklore, forme spécifique de création » (écrit en collaboration avec R. Jakobson), « Les faits ethnographiques actifs-collectifs, passifs-collectifs, productifs et non-productifs », « La tradition et l’improvisation dans la création populaire », « L’improvisation et les normes des procédés artistiques (à partir des récits de XVIIIe siècle, des inscriptions sur des luboks, des contes et des chants sur Erëma et Foma », « À propos de la question de l’étude comparée de l’art verbal, pictural et chorégraphique populaire chez les Slaves », « Fonction des leitmotivs dans les bylines russes », « Procédés artistiques dans le folklore humoristique des foires ». Sur le plan général, le recueil fut conçu de manière à présenter aux lecteurs soviétiques les travaux de Bogatyrëv, publiés dans des langues étrangères et de ce fait inaccessibles. Son but consistait aussi à présenter les travaux récents publiés en URSS ou à l’étranger en russe dans les éditions spécialisées. Thématiquement ce recueil se divise très clairement en deux parties : les monographies consacrées essentiellement aux sujets ethnographiques (le théâtre populaire, les images et les fonctions du costume populaire) et les articles consacrés en grande partie aux problèmes du folklore et de l’art populaire. En même temps le recueil laisse l’impression d’une totalité et illustre le parcours intellectuel de Bogatyrëv dans son intégralité et dans l’unité de son évolution.

26La publication même du livre Actes magiques... était un phénomène pratiquement impensable pour cette période car l’étude de la magie, des rites, des croyances et des superstitions était frappée d’interdiction en URSS depuis les années 1930. Il est caractéristique que ce travail n’ouvre pas le recueil bien qu’il soit le premier du point de vue chronologique : ce travail a été placé entre ses monographies Le théâtre populaire des Tchèques et des Slovaques et Fonction du costume national en Slovaquie morave.

27Un problème supplémentaire a surgi lors de la préparation du livre : c’est que certains artistes et savants tchèques mentionnés ou cités par Bogatyrëv avaient émigré en Occident après l’entrée des chars soviétiques à Prague en 1968. Elena Novik, qui dirigeait pendant cette période la maison d’édition Nauka et qui était responsable de cette publication, se souvient que Bogatyëv l’a invitée chez lui pour lui faire part de ses doutes à ce sujet. D’un côté il était impossible, selon les usages soviétiques, de citer ou de mentionner des personnes ayant émigré en Occident ; de l’autre, l’assemblage typographique du livre était terminé et l’on ne pouvait plus le modifier. Dans cette situation, E. Novik a décidé que le livre paraîtrait tel quel sans coupures.

28Le livre parut quelques mois avant la mort de Bogatrëv, il fut un événement important dans la vie intellectuelle de cette période. Durant les années 1970 et plus tard, il fut amplement utilisé pour enseigner le folklore à l’Université. Dans les décennies qui suivirent, il fut probablement aussi le texte le plus utilisé dans le cadre des études folkloriques russes.

Les coupures dans l’édition de 1971

29Le livre sur les actes magiques a donc été publié à Moscou quarante deux ans après sa publication à Paris dans une traduction inverse du français vers le russe, réalisée par Tatjana Cyv’jan. Plus tard ce livre a été réédité encore une fois en Russie ; il a en outre été traduit en anglais.

  • 15 Krafcik 1999 : 21-24

30L’édition russe comportait quelques changements par rapport à l’édition française. En la préparant, Bogatyrëv supprima plusieurs fragments qui risquaient de provoquer le mécontentement des censeurs et éventuellement d’empêcher la publication de l’ensemble du volume15. La première édition contenait des fragments qui faisaient référence au folklore russe de l’époque post-révolutionnaire. Ce sont eux qui ont subi des modifications dans l’édition de 1971.

  • 16 Bogatyrëv 1971 : 182

31Deux coupures sont particulièrement importantes : la première a été faite dans l’« Introduction », dans le sous-chapitre « Actualité des actes magiques »16. Dans l’édition française, Bogartyrëv a longuement cité, en partie dans le corps du texte, en partie dans les notes, l’article de Vladimir Tan-Bogoroz « La vie quotidienne ancienne et nouvelle » (1924), portant sur la renaissance des pratiques païennes et de la sorcellerie en Russie soviétique. Citons intégralement ce fragment de l’article de V. Tan-Bogoroz :

32« Il s’agit de la seconde croyance qui est celle des chamans, des sorciers, la croyance noire, le chamanisme. Chez les Tchérémisses par exemple, qui sont depuis longtemps baptisés et formellement orthodoxe, cette renaissance du paganisme a lieu bien sûr sous le signe de la révolution, même sous le signe du pouvoir soviétique. L’orthodoxie et la sorcellerie forment entre elles des combinaisons (…). Avant la sorcellerie était une croyance interdite, secrète mais à présent elle fonctionne ouvertement. Le sorcier reçoit des clients qui forment souvent une queue. Dans un village, le sorcier reçoit jusqu’à 4 000 patients par jour, c’est-à-dire deux fois plus que le médecin local. Dans un autre village, le sorcier recevait jusqu’à cent personnes par jour. Il fait ses actes de magie devant le miroir comme un véritable hypnotiseur, il exorcise divers démons (…) et les traite de manière nouvelle, en les appelant “mes camarades”. La sorcellerie n’est pas étrangère au perfectionnement de nouveaux procédés. (…). Et soudain les deux croyances antagonistes se trouvent entremêlées en une pelote échevelée […]

  • 17 Tan-Bogoraz 1924 : 16-17

33Et voici à Leningrad une séance d’exorcisme où l’on cherche à faire sortir le diable des possédés avec tous les détails moyenâgeux. Je l’observai peu avant la révolution. Pendant les années de la révolution, il y avait peu de monde à ces rassemblements. Mais l’année dernière, en 1923, on a vu de nouveau se réunir une foule gigantesque […] une sorcière, reconnue par l’une des possédées, a presque été jetée d’un pont, et quand le prêtre s’est interposé, on l’a battu. »17

  • 18 Voir à son sujet Bondarenko 1989 : 302-304

34L’auteur de cette description est V. Bogoraz (1865-1936)18 (pseudonyme – V. Tan).

  • 19 Bogatyrev 1929 : 24

35La seconde coupure est faite à la fin du chapitre cinq « Les phénomènes miraculeux et les personnages surnaturels ». Dans ce passage Bogatyrëv constate que les récits sur les personnages de la démonologie populaire combinent les visions individuelles avec les motifs traditionnels des contes magiques. Le texte français cite un exemple qui est omis dans l’édition soviétique. En particulier, Bogatyrëv a écrit, en se référant à l’article « Le diable est né (la légende créée) » de Vasilij Smirnov, ethnographe de Kostroma : « À présent une légende circule en Russie au sujet de la femme d’un communiste qui a accouché d’un diable. Cette légende est présentée comme le récit d’un évènement réel mais certaines de ses variantes révèlent l’influence des contes populaires. V. Smirnov a noté trois versions de cette légende à Kostroma et a remarqué que cette légende, en intégrant en permanence de nouveaux motifs largement répandus, s’est propagée en Russie et a déjà atteint l’Ukraine »19.

36Si l’on se reporte à l’article de V. Smirnov, on peut constater que cet auteur a non seulement systématisé les variantes d’une légende contemporaine mais aussi qu’il a montré comment elle a accumulé, lors de son évolution, des détails issus de la vie quotidienne ou des motifs caractéristiques du folklore. L’approche de V. Smirnov est très proche de celle de Bogatyrëv lui-même.

37Ainsi, il écrit par exemple :

  • 20 Smirnov 1923 : 17

38« Dans des villages perdus au milieu de forêts et recouverts de neige, la masse populaire de paysans qui résiste à la pensée politique et sociale des grandes villes et ignore la littérature d’origine citadine, cette masse continue à se nourrir de récits de diableries, de sorciers, de serpents de feu, etc. Le changement n’a touché que l’orientation du goût et de la création populaires : mais cette création continue à vivre en empruntant les anciennes formes en usage. Il est remarquable que la mémoire populaire garde fermement les procédés de la création épique : elle possède un riche réservoir d’expressions et de sujets touts prêts ; la légende continuellement recréée par l’imagination populaire s’insère facilement dans ce cadre pré-existant, en cherchant souvent à expliquer de nouveaux phénomènes de la vie »20.

  • 21 Ibid : 18
  • 22 Pernett 2010 : 206

39Le sujet de la légende est caractéristique des premières années du régime soviétique : le mari, communiste, jette dans le poêle les icônes, et sa femme accouche d’un diable trois jours plus tard. Les variantes plus développées de la légende racontent que le diable a été placé dans un récipient et envoyé dans un musée. Selon une version de cette légende, reprise dans un feuilleton et publiée dans le journal Krasnj mir, « le diable, placé dans un récipient, a été exposé dans le musée régional d’histoire naturelle à Jaroslavl […]. Environ quatre cent imbéciles sont venus au musée pour voir le diable. Une grande queue s’est constituée devant le musée de Vologda où, selon les rumeurs, on a fait venir le diable de Jaroslavl »21. Cet article de V. Smirnov n’était publiable que pendant une courte période où régna une liberté relative de la parole (et encore à Kostroma, dans une ville de province). Vers la fin des années 1920 une publication de ce genre n’aurait pu paraître que chez un éditeur de l’émigration. Le destin de V. Smirnov est également caractéristique : en 1928 il est licencié du poste de directeur du musée de Kostroma, en novembre 1929 on l’écarte du poste de président de la société scientifique des études régionales de Kostroma ; le 15 septembre 1930 il est arrêté et le 28 février 1931 condamné à trois ans d’exil administratif à Arkhangelsk. Smirnov est mort de crise cardiaque le 22 octobre 1941. Il a été réhabilité en 196022.

40Ces deux exemples montrent pourquoi l’étude synchronique des rites et des croyances n’était guère possible en Russie soviétique : la réalité observée se trouvait trop en contradiction avec les souhaits du pouvoir. C’est pourquoi vers 1930 les études folkloriques soviétiques ont nécessairement abouti à des approches qui ne cherchaient pas à fixer les faits mais à créer, au lieu de ces faits, un tableau éphémère du paradis kolkhozien.

L’actualité des travaux de Bogatyrëv sur les rites

41Les travaux de Bogatyrëv, écrits dans les années 1920-1930, ont conservé en grande partie leur actualité. De nombreuses idées de Bogatyrëv ne se sont réalisées que partiellement dans ses propres études. Certaines d’entre elles ont reçu de nouveaux développements quelques décennies plus tard dans les travaux d’autres savants ; néanmoins, leur potentiel heuristique est loin d’être épuisé.

42La conception de Bogaytrëv en général et son approche du rite en particulier ont un nombre de traits fortement attirants. Elles combinent la théorisation fondamentale avec l’empirisme, la profondeur méthodologique avec le caractère vérifiable.

43La version de la méthode fonctionnelle et structurelle proposée par Bogatyrëv, est privée des défauts caractéristiques d’autres versions du structuralisme (tels que la considération du langage et d’autres systèmes de signes indépendamment de leur fonctionnement social, des conclusions globales infondées obtenues à partir d’un matériau limité, l’élaboration d’une théorie sous la forme de pyramides d’hypothèses bâties les unes sur les autres, etc.). Dans ce sens, la « simplicité » de l’écriture de Bogatyrëv peut induire en erreur : il est très probable que l’avenir appartienne à ses conceptions et non aux constructions d’autres chercheurs qui sont plus complexes mais aussi plus hypothétiques.

  • 23 Bogatyrev 1926 : 196-224

44Les travaux de Bogatyrëv ont été rédigés à partir de matériaux qu’il avait réunis lui-même lors de ses expéditions. À cet égard ses articles et ses livres gardent la valeur de sources. Le fait que la situation ethnographique elle-même a radicalement changé depuis cette période, confère une valeur supplémentaire à ses matériaux. Remarquons, que dans certains cas Bogaytrëv a réussi à consigner dans ses notes des rites vraiment uniques. Dans son article « Les jeux dans les rites funéraires de la région transcarpatique » (1926) par exemple, il a examiné des matériaux portant sur les jeux érotiques en présence d’un défunt, qu’il avait réussi à collecter23. Cela dit, il faut tenir compte du fait que les jeux érotiques en présence d’un défunt ont été décrits à plusieurs reprises (en particulier, dans les riches matériaux réunis par V. Gnatjuk et Z. Kuzelja). Néanmoins, pour une raison inconnue, des jeux spécifiques à caractère phallique sont restés inaperçus : soit les participants de la tradition ne jugeaient pas nécessaire de les raconter aux chercheurs qui collectaient les matériaux, soit les chercheurs étaient gênés de les noter soit les éditeurs n’osaient pas les inclure dans leurs éditions.

  • 24 Bogatyrev 1934-1935 : 83-96

45Le trait novateur important de l’approche de Bogatyrëv consiste dans le fait qu’il cherchait à noter l’attitude des participants eux-mêmes à l’égard de ces rites. Par exemple, dans son article « Pour l’étude des rites et des croyances populaires associés à la construction de la maison en Slovaquie Orientale et en Russie Subcarpatique », Bogatyrëv examine en détail les règles qui président au choix des arbres pour construire une maison, les rites symboliques accomplis par les charpentiers et par les maçons, les rites qui accompagnent l’aménagement dans une nouvelle maison24. Pour le faire, il dispose ses notes selon un ordre précis, allant des motivations « superstitieuses » aux motivations « utilitaires », dans la mesure où les croyances traditionnelles se perdaient et se trouvaient remplacées par des considérations pratiques. Ainsi, les rites sont non seulement des survivances, des vestiges archaïques, mais aussi des faits sociaux qui changent graduellement de fonction dans la vie sociale villageoise.

46Les observations de Bogatyrëv, concernant le remplacement de certaines fonctions par d’autres, restent, elle aussi, d’actualité, de même que ses observations portant sur l’interaction entre rite et jeu, entre fonctions magiques et fonctions esthétiques.

47Citons encore une fois un passage du remarquable essai de Jakobson consacré à Bogatyrëv :

  • 25 Jakobson 1999 : 68

48« Dès le début des années 20 Bogatyrëv se trouvait sous une forte influence du principe saussurien des descriptions linguistiques synchroniques ; mais en même temps – et de manière de plus en plus forte – les éléments dynamiques dans l’approche synchronique des phénomènes du folklore commençaient à jouer un rôle décisif dans ses observations et ses conclusions. Ce qu’il voyait très distinctement, c’est la tension entre deux fonctions différentes voire opposées, qui étaient attribuées au même rite folklorique : il s’agit avant tout du conflit de la fonction esthétique et de la fonction magique aussi bien dans le théâtre folklorique que dans le rite religieux. Son article français sur les jeux érotiques dans les rites funéraires de la Russie Subcarpatique (1926) contient de très riches matériaux et des commentaires à ce sujet. La proximité et la distance entre le “jeu” et l’“acte magique” ont conduit Bogatyrëv à rechercher des éléments théâtraux dans le fonctionnement du rite et à examiner des aspects magiques dans le domaine théâtral, il a même consacré un article spécial aux “superstitions des acteurs” (1927) »25.

49La méthode fonctionnelle-structurale de Bogatyrëv a prouvé son efficacité, bien qu’aujourd’hui elle soit plutôt perçue non pas comme une méthode particulière et autonome, mais comme une partie constituante de l’approche scientifique intégrale de la culture populaire. En règle générale, toute étude contemporaine doit inclure des aspects fonctionnels et structurels, mais la question consiste à savoir quelles relations ils entretiennent avec d’autres aspects et comment ils sont à comprendre. La méthode fonctionnelle et structurale de Bogatyrëv permet de résoudre des tâches précises mais ce n’est pas une méthode universelle de même que ne le sont pas d’autres méthodes élaborées en ethnographie et en études folkloriques.

Les travaux de Bogatyrëv sur les rites et la science contemporaine

  • 26 Lotman 2007 : 342
  • 27 Bogatyrëv 1973 : 306-329 ; Bogatyrëv 1975 : 7-21

50Dans les années 1960 Bogatyrëv a participé à la renaissance de la sémiotique et du structuralisme en URSS. Citons les paroles de J. Lotman : « P. Bogatyrëv incarnait dans sa personne une histoire vivante des études sémiotiques : membre du Cercle linguistique de Moscou, membre du Cercle linguistique de Prague, il a activement contribué à l’essor des études sémiotiques qui a commencé à se faire sentir dans la science nationale à partir des années 1960. En 1962 il a participé activement au symposium sur l’étude structurale des systèmes signifiants tenu à Moscou, par la suite il est devenu un membre actif des rencontres sémiotiques de Tartu. Lors des séances des seconde, troisième et quatrième Écoles d’été de Kjaeriku, il a présenté des communications et a participé aux discussions et aux conversations »26. Deux articles de Bogatyrëv ont été publiés après sa mort dans les numéros 6 et 7 des Travaux de Tartu sur les systèmes signifiants27.

  • 28 Tolstoj 1995 ; Tolstoj 2003

51À la fin des années 1970 le courant qualifié d’« École ethnolinguistique de Moscou » a pris forme. Son fondateur Nikita Tolstoj (1923-1996) tenait en grande estime les travaux de Bogatyrëv. Il élabora, en suivant Bogatyrëv, une méthode de description des rites et de l’univers symbolique de la culture populaire en mettant un accent particulier sur des zones archaïques slaves (dont faisait partie la région des Carpates)28.

  • 29 Voir sur le symbolisme des objets particuliers de la vie quotidienne des paysans : Svešnikova, Cyv’ (...)
  • 30 Bajburin 1981 : 215-226 ; Bajburin 1989 : 63-88
  • 31 Bajburin 2007 : 14

52L’étude du symbolisme des objets est devenue une des orientations les plus populaires dans l’ethnographie russe29. Bien que Bogatyrëv ne soit pas le premier à s’être tourné vers ce thème, c’est bien lui qui a élaboré l’approche fonctionnelle et sémiotique de la culture matérielle qui s’est développée au sein de la science contemporaine. A. Bajburin, en élaborant la conception du statut sémiotique des objets, s’est appuyé en grande partie sur des idées de Bogatyrëv30. En même temps, la méthode elle-même de la description du symbolisme des objets dans les études contemporaines est entendue dans un sens différent de la conception qu’en avait Bogatyrëv. En particulier, comme le fait remarquer Bajburin, « Bogatyrëv a essayé d’extraire l’information sur le fonctionnement des objets directement des choses elles-mêmes et des énoncés des locuteurs au sujet de ces objets ; or il est apparu assez vite que cette “lecture” n’est pas le procédé le plus fécond. Divers textes (croyances, superstitions, divination, prédictions, etc.) qui ne sont pas consacrés directement à ces objets mais qui décrivent leur fonctionnement d’une manière ou d’une autre, disent beaucoup plus de choses sur la sémantique des objets »31.

  • 32 Toporkov 1997 : 157-180

53Si l’attention de Bogatyrëv lors de la description des objets a été centrée sur la notion de « fonction », les études modernes, en revanche, consacrent une grande attention à la sémantique ou au symbolisme des objets. Pour la formation de ce symbolisme, ce ne sont pas seulement les fonctions des objets qui sont significatives, le matériau à partir duquel ils sont fabriqués, leur forme, leur place dans la maison le sont aussi. Le réseau des oppositions sémiotiques qui s’interpose sur le monde matériel (ouvert – fermé ; fixe – mobile, etc.) est également significatif. Les relations entre l’objet et l’homme, l’anthropomorphisation des objets, l’attribution de propriétés humaines aux objets, etc. – ont aussi une importance fondamentale. Dans le cadre de la culture populaire le caractère symbolique se trouve attribué non seulement aux objets mais aussi aux actions, aux attributs, aux éléments de l’espace et du temps, aux objets naturels. Cette sphère a été étudiée dans le cadre de ce qu’on appelle l’« ethnologie symbolique » (en particulier, dans les travaux de Viktor Terner) qui a également influencé l’élaboration de cette problématique dans la science russe32.

54Si Bogatyrëv cherchait avant tout à comprendre comment l’informant lui-même, situé à l’intérieur de la tradition, percevait tel ou tel rite, pour les chercheurs de la fin du XXe siècle cette question est devenue secondaire. On a abouti à la conclusion que le chercheur comprend mieux le sens d’un rite que celui qui l’accomplit. En outre, les chercheurs ont le plus souvent affaire aux notes faites par quelqu’un d’autre : ces notes ne fixent pratiquement jamais ce que les informateurs eux-mêmes pensent des rites qu’ils accomplissent.

55La perception intégrale de la culture populaire, qui était celle de Bogatyrëv, acquiert aujourd’hui un caractère de plus en plus spécialisé ; chaque sphère de la culture est désormais perçue comme isolée par rapport aux autres et les méthodes utilisées dans chaque domaine du savoir scientifique sont peu compréhensibles pour les spécialistes des autres domaines.

En guise de conclusion

56Dans la nouvelle situation scientifique qui a lieu aujourd’hui, les livres de Bogatyrëv, y compris son livre sur les actes magiques en Russie subcarpatique, gardent leur statut de première source. D’un autre côté, ils sont de plus en plus perçus comme des monuments de la pensée scientifique de son temps. La création même de ce livre et sa parution en traduction russe sont étroitement liées aux péripéties historiques de la vie de la Russie et de toute l’Europe du XXe siècle.

57Bien sûr, Bogatyrëv n’était pas un adversaire du pouvoir soviétique mais l’histoire de son travail de recherche offre l’exemple convaincant d’un savant qui a pu pendant des décennies préserver sa liberté intellectuelle et sa dignité humaine malgré les circonstances difficiles de la vie et en dépit d’événements politiques dramatiques. En dépit de tous les malheurs de sa vie, Bogatyrëv a réussi à préserver une grande dignité humaine et son honorabilité scientifique. C’est là que réside la leçon principale à tirer de l’observation du destin de sa remarquable étude sur les actes magiques de la région subcarpatique.

58Pour conclure, une considération de nature purement pratique s’impose. Il a déjà été observé que le texte des Actes magiques dans l’édition de 1971 a été abrégé pour des raisons de censure. Il est également probable que d’autres textes de Bogatyrëv ont été publiés en 1971 sous une forme incomplète. Pour cette raison il serait souhaitable, pour des éditions à venir, de comparer de nouveau ses textes avec les originaux étrangers et de rétablir les coupures. Compte tenu du fait que la variante du texte, qui apparaît dans le livre de 1971, a été autorisée par l’auteur, il serait plus prudent de ne pas réintroduire les passages coupés directement dans le texte mais de les citer sous forme de notes sous le corps du texte.

Bibliographie

Bibliographie

Ašin, Fëdor, Alpatov, Vladimir, 1994, « Delo slavistov » : 30e gody [« L’affaire des slavisants » : les années 1930], Moscou, Nasledie.

Bajburin, Al’bert, 1981, « Semiotičeskij status veščej i mifologija » [Le statut sémiotique des objets et la mythologie], in Materialnaja kultura i mifologija [Culture matérielle et mythologie], Leningrad, Nauka, p. 215-226.

Bajburin, Al’bert, 1983, Žilišče v obrjadax i predstavlenijax vostočnyx slavjan [La maison dans les rites et les représentations des Slaves d’Orient], Leningrad, Nauka.

Bajburin, Al’bert, 1989, « Semiotičeskije aspekty funkcionirovanija veščej » [Aspects sémiotique du fonctionnement des objets], in Etnografičeskoe izučenije znakovyx sredstv kul’tury [Étude ethnographique des outils sémiotiques de la culture], Leningrad, Nauka, p. 63-88.

Bajburin, Al’bert, 1992, « Pojas : k semiotike veščej » [Ceinture : pour la sémiotique des objets), in Iz kul’turnogo nasledija narodov Vostočnoj Evropy [Éléments de l’héritage culturel des peuples de l’Europe Orientale], Saint-Pétersbourg, Muzej antropologii i etnografii, p. 5-13.

Bajburin, Al’bert, 1993, Ritual v tradicionnoj kul’ture [Le rite dans la culture traditionnelle], Saint-Pétersbourg, Nauka.

Bajburin, Al’bert, 2007, « Predislovije » (Préface), in Bogatyrëv, Pëtr, Narodnaja kultura slavjan [La culture populaire des Slaves], Moscou, OGI, p. 7-18.

Baran, Xenrik, Dušečkina, Elena, 1997, Pis’ma P. G. Bogatyreva R. O. Jakobsonu [Lettres de P. Bogatyrëv à R. Jakobson], Slavianovedenije, no 5, p. 67-99.

Baranov, Dmitrij, 2005, Obrazy veščej (o nekotoryx principax semantizacii) [Images des objets : sur quelques principes de la sémantisation], in Antropologičeskij forum, no 2, p. 212-227.

Bogatyrëv, Pëtr, 1923, Češskij kukol’nyj i russkij narodnyj teatr [Le théâtre des marionnettes tchèque et le théâtre populaire russe], Berlin, Pétersbourg, OPOIAZ.

Bogatyrev, Petr, 1926, « Les jeux dans les rites funèbres en Russie Subcarpathique », in Le Monde Slave. 1926. t. 3. no 11. p. 196-224.

Bogatyrev, Pierre, 1929, Actes magiques, rites et croyances en Russie Subcarpathique, Paris, Honoré Champion.

Bogatyrev, Petr, 1932-1933, « Der Weihnachtsbaum in der Ostslowakei. Zur Frage der Strukturellen Erforschung des Funktioswandels ethnographischer Fakten », Germanoslavica 2, Prague, p. 254-258.

Bogatyrev, Petr, 1933-1934, « Polaznik » u južnyx slavjan, mad’jar, « slovakov, ukaraincev », in Lud Słowiański, Cracovie, 1933, t. 3, zesz. 1, B (etnografia), p. 107-114 ; 1934, t. 3, zesz. 2, B (etnografia), p. 212-273.

Bogatyrev, Petr, 1934-1935, Přispěvky k studiu lidových obřadů a pověr při stavbě domu na vychodním Slovensku a Podkarpatské Rusi, in Národopisný vestník českoslovanský. Prague, Ročn. 37-38. No 3-4. p. 83-96.

Bogatyrev, Petr, 1937, Funkcie kroja na Moravskom Slovensku, Turčiansky Sv. Martin.

Bogatyrev, Petr, 1940, Lidové divadlo české a Slovenské, Prague, Fr. Borovy.

Bogatyrëv, Pëtr, 1971, Voprosy teorii narodnogo iskusstva [Questions relatives à la théorie de l’art populaire], Moscou, Iskusstvo.

Bogatyrëv, Pëtr, 1973, « O vzaimosvjazi dvux blizkix semiotičeskix sistem (Kukol’nyj teatr i teatr živyx aktërov) » [Sur la relation de deux systèmes sémiotiques proches : le théâtre des marionnettes et le théâtre des acteurs], Trudy po znakovym sistemam, no 6, Sbornik naučnyx statej v čest’Mixaila Mixajloviča Baxtina : k 75-letiju so dnja roždenija, Tartu, Université de Tartu, p. 306-329.

Bogatyrëv, Pëtr, 1975, « Znaki v teatral’nom iskusstve » [Les signes dans l’art théâtral], Trudy po znakovym sistemam, no 7 : pamjati Petra Grigor’eviča Bogatyr¨va, Tartu, Université de Tartu, p. 7-21.

Bogatyrëv, Pëtr, 1996, « Igry v poxoronnyx obrjadax Zakarpat’ja » [Jeux dans les rites funéraires de la région Transcarpatique] (trad. du fr. par T. Civ’jan), in : Seks i erotika v russkoj literaturnoj tradicii [Le sexe et l’érotique dans la tradition littéraire russe], Moscou, Ladomir, p. 484-508.

Bogatyrëv, Pëtr, 2006, Funkcional’no-struktural’noe izučenie fol’klora (Maloizvestnye i neopublikovannye raboty) [Étude fonctionnelle et structurelle du folklore : travaux peu connus et inédits], Moscou, IMLI RAN.

Bogatyrëv, Pëtr, 2007, Narodnaja kultura slavjan [L’Art populaire des Slaves], Moscou, OGI.

Bogatyrëva, Sofja, 1994, « Iz semejnogo al’boma » [Extraits de la chronique familiale], in : Nekljudov, Serguei (éd.), Živaja starina, Moscou, no 1, p. 16-17.

Bondarenko, Tatjana, 1989, « Bogoraz Vladimir Grigor’evič », Russkije pisateli, 1800-1917. Biografičeskij slovar’ [Écrivains russes, 1800-1917. Dictionnaire biographique], Moscou, t. 1, p. 302-304.

Borjak, Olena, 1997, Tkactvo v obrjadax ta viruvanijax ukrainciv (seredina XIX-počatok XX st.) [Le tissage dans les rites et les croyances des Ukraniens (milieu du XIXe-début du XXe siècle)], Kiev.

Čičerov, Vladimir, 1948, « Obsuždenije na zasedanijax Učenogo soveta Instituta etnografii osnovnyx nedostatkov i zadač raboty sovetskix fol’kloristov » [Discussion des défauts essentiels et des tâches actuels des spécialistes soviétiques du folklore lors des séances du Conseil scientifique de l’Institut de l’ethnographie], Sovetskaja etnografija, Moscou, no 3, p. 146-163.

Čičerov, Vladimir, 1957, Zimnij period russkogo narodnogo zemledel’českogo kalendarja XVI-XIX vekov. Očerki po istorii narodnyx verovanij, Moscou, Institut etnografii AN SSSR.

Ehlers, Klaus, 1998, « Petr Bogatyrev in Münster. Funktional-strukturale Ethnographie und deutche Volkskunde im Kontakt », in Zeitschrift für Volkskunde 94-1, p. 7-24.

Gusev, Viktor, 2002, « Metodologičeskije osnovy naučnoj dejatel’nosti P. Bogatyrëva » [Fondements méthodologiques de la recherche de P. Bogatyrëv], in Solntseva, Larisa P., Pëtr Bogatyrëv. Vospominanija. Dokumenty. Stat’i [Pëtr Bogatyrëv. Souvenirs. Documents. Articles], Saint-Pétersbourg, Aleteja, p. 63-72.

Dostal’, Marina, 1998, « Bogatyrëv v Čexoslavakii v 1920-1930e gody » [Bogatyrëv en Tchéquie dans les années 1920-1930], Slavjanovedenije, no 4, p. 31-42.

Ivanova, Tatjana, 2009, Istorija russkoj fol’kloristiki XX veka : 1900 – pervaja polovina 1941 g. [Histoire des études folkloriques en Russie au XXe siècle], Saint-Pétersbourg, Dmitrij Bulanin.

Jakobson, Roman, 1999, « O sovremennyx perspektivax russkoj slavistiki » [Sur les perspectives contemporaines des études slaves russes], dans : Baran, Xenrik, Gindin, Sergej, Roman Jakobson : teksty, dokumenty, issledovanija, Moscou, Rossijskij Gosudarstvennyj Gumanitarnyj Universitet, p. 21-37.

Jakobson, Roman, 1999, « P. G. Bogatyrëv (29.I.1893-18.VIII.1971) : master perevoploščenij » [P. G. Bogatyrëv, maître des métamorphoses], in Baran, Xenrik, Gindin, Sergej, Roman Jakobson : teksty, dokumenty, issledovanija, Moscou, Rossijskij Gosudarstvennyj Gumanitarnyj Universitet, p. 65-74.

Kalašnikova, Natalja, 1999, Narodnyj kost’jum v kontekste tradicij rossijskoj kul’tury. Avtoreferat doktor. Dis. [Le costume populaire dans le contexte de la culture russe traditionnelle. Positions publiées du Mémoire d’habilitation], Saint-Pétersbourg, Université d’État de Saint-Pétersbourg.

Krafcik, Patricia, 1999, « Notes of a translator on Bogatyrev’s monographe: Magical Acts, Rites, and Beliefs of Subcarpathian Rus », in The Journal of the Slavic and East European Folklore Association, v. 4, no 2, p. 21-24.

Lavonen, Nina, 1984, Funkcional’naja rol’poroga v fol’klore i verovanijax karel [Le rôle fonctionnel du seuil dans le folklore et les croyances des habitants de la Carélie], Fol’klor i etnografija [Folklore et ethnographie], Leningrad, Nauka, p. 171-179.

Lavonen, Nina, 2000, « Stol v verovanijax karelov » [La table dans les croyances des habitants de la Carélie], Petrozavodsk, Periodika.

Lebedeva, Anna, « Značenije pojasa i polotenca v russkix semejno-bytovyx obrjadax XIX-XX vv » [Le rôle de la ceinture et de la serviette dans les rites familiaux et domestiques russes du XIX-XXe siècles], in Russkie : semejnyj i obščestvennyj byt, Moscou, Nauka, 1989, pp. 229-247.

Loginov, Konstantin, 1992, « Inter’er krestjanskoj izby v obrjadnosti i verovanijax Zaonežan » [L’intérieur de l’izba paysan dans les rites et les croyances des habitants de la région d’Onega], Zaonež’e, Petrozavodsk, Goskomizdat Resp. Karelija, p. 98-117.

Lotman, Jurij, 1994, « Jan Mukařovský – teoretik iskusstva » [Jan Mukařovský, théoricien de l’art], in Mukařovský, Jan, Issledovanija po estétike i teorii iskusstva [Études sur l’esthétique et la théorie de l’art], Moscou, Iskusstvo, p. 8-32.

Lotman, Jurij, 2007, « Pamjati P. G. Bogatyrëva », in Bogatyrëv, Pëtr, 2007, Narodnaja kultura slavjan [L’Art populaire des Slaves], Moscou, OGI, p. 341-342.

Maslova, Galina, 1984, Narodnaja odežda v vostočnoslavjanskix tradicionnyx obyčajax i obrjadax XIX-načala XX v. [Le costume populaire dans les rites et les coutumes des Slaves d’Orient au XIXe -début du XXe siècle], Moscou, Nauka.

Nikišenkov, Aleksej, 2007, Istorja britanskoj social’noj antropologii [Histoire de l’anthropologie sociale en Grande Bretagne], Saint-Pétersbourg, Izd. SPb Universiteta.

Ogibenin, Boris, 1975, « Bogatyrëv o znakovoj funkcii kost’uma » [Bogatyrëv sur la fonction sémiotique du costume], in Trudy po znakovym sistemam, Tartu, Université de Tartu, no 7, p. 21-36.

Permilovskaja, Anna, 2005, Krest’janskij dom v kul’ture Russkogo Severa (XIX-načalo XX veka) [La maison paysanne dans la culture du Nord russe, XIXe-début du XXe siècle], Arxangel’sk, Pravda Severa.

Pernett, Sedrik, 2010, « Smirnov Vasilij Ivanovič », in Russkije fol’kloristy : biobibliografičeskij slovar’ [Les folkloristes russes : dictionnaire bio – et bibliographique], Moscou.

Propp, Vladimir, 1963, Russkije agrarnye prazdniki (opyt istoriko-etnografičeskogo issledovanija) [Fêtes agraires russes : essai d’examen historique et ethnographique], Leningrad, Izd. Leingradskogo un-ta.

Rešetov, Aleksandr, 2007, « Pis’ma P. Bogatyreva D. Zeleninu » [Les lettres de Bogatyrëv à Zelenin], in Bogatyrëv, Pëtr, Narodnaja kultura slavjan [L’Art populaire des Slaves], Moscou, OGI, p. 340-342.

Robinson, Mixail, Dostal’, Marina, 1994, « Perepiska R. O. Jakobsona i P.G. Bogatyreva » [Correspondance R. Jakobson/P. Bogatyrëv], Slavjanovedenie, no 4, p. 69-91.

Smirnov, Vasilij, 1923, « Čort rodilsja (tvorimaja legenda) » [Le diable est né], in Trudy Kostromskogo naučnogo obščestva issledovatelej mestnogo kraja, Kostroma, Vyp. 29, p. 17-20.

Solntseva, Larisa P., 2002, Pëtr Bogatyrëv. Vospominanija. Dokumenty. Stat’i, [Pëtr Bogatyrëv. Souvenirs. Documents. Articles], Saint-Pétersbourg, Aleteja.

Sorokina, Svetlana, 2006, « Funkcional’no-strukturnyj metod P. G. Bogatyrëva » [La méthode fonctionnelle et structurelle de P. G. Bogatyrëv], in Bogatyrëv, Pëtr, p. 5-72.

Svešnikova, Tatjana, Cyv’jan, Tatjana, 1979, « K funkcijam posudy v vostočnoromanskom fol’klore » [À propos de la fonction de la vaisselle dans le folklore roman d’Orient], in Etničeskaja istorija vostočnyx romancev : drevnost’i srednie veka, Moscou, Nauka, p. 147-194.

Tan-Bogoraz, Vladimir, 1924, « Staryj i novyj byt » [La vie quotidienne ancienne et nouvelle], in Tan-Bogoraz, Vladimir, (éd.), Staryj i novyj byt : Sbornik, Leningrad, pp. 5-25.

Tolstoj, Nikita, 1994, « Pëtr Grigor’evič Bogatyrëv i Roman Osipovič Jakobson », Živaja starina, no 1, p. 10-13.

Tolstoj, Nikita, 1995, Jazyk i narodnaja kul’tura : očerki po slavjanskoj mifologii i etnolingvistike [La langue et la culture populaire : essais de mythologie et d’ethnolinguistique slaves], Moscou, Indrik.

Tolstoj, Nikita (org.), 2009, Slavjanskie drevnosti : etnolingvističeskij slovar’ [Antiquités slaves : dictionnaire ethnolinguistique], t. 1, Moscou, 1995 ; t. 2, Moscou, 1999 ; t. 3, Moscou, 2004 ; t. 4, Moscou.

Tolstoj, Nikita, 2003, Očerki slavjanskogo jazyčestva [Essais sur le paganisme slave], Moscou, Indrik.

Toporkov, Andrej, 1989, « Simvolika i ritual’nye funkcii predmetov material’noj kul’tury » [Symbolisme et fonctions rituelles des objets de la culture matérielle], Etnografičeskoje izučenie znakovyx sredstv kul’tury, Leninrad, Nauka, p. 89-101.

Toporkov, Andrej, 1990, « Domašnjaja utvar’v poverjax i obrjadax Poles’ja » [Les ustensiles domestiques dans les croyances et les rites de la région de Poles’je], in Etnokul’turnye tradicii russkogo sel’skogo naselenija XIX-načala XX v., Vyp. 2, Moscou, p. 67-135.

Toporkov, Andrej, 1997, Teorija mifa v russkoj filologičeskoj nauke XIX veka [Théorie du mythe dans la science philologique russe du XIXe siècle], Moscou, Indrik.

Tynianov, Jurij, 1977, Poetika. Istorija literatury. Kino [Poétique. Histoire de la littérature. Cinéma], Moscou, Nauka, 1977.

Vachek, Josef, 1964, Lingvističeskij slovar’pražskoj školy [Dictionnaire linguistique de l’École de Prague], Moscou, Progres.

Veselovskij Aleksandr, 1938, Stat’i o skazke [Articles sur le conte], in Veselovskij, Aleksandr, Sobranije sočinenij, t. 16, Moscou, Leningrad, Izd-vo AN SSSR.

Vinogradova, Ljudmila, Tolstaja, Svetlana, 1993, « Simvoličeskij jazyk veščej : venik (metla) v slavjanskix obrjadax i verovanijax » [Le langage symbolique des objets : le balai dans les rites et les croyances des Slaves], in : Simvoličeskij jazyk tradicionnoj kul’tury [Langage symbolique de la culture traditionnelle], Moscou, Institut slavjanovedenija RAN, p. 3-36.

Zelenin, Dmitrij, 1927, Russische (Ostslavische) Volkskunde, Berlin, Leipzig, XXVI.

Zelenin, Dmitrij, 1929, Tabu slov u narodov Vostočnoj Evropy i Severnoj Azii [Le tabou de mots chez les peuples de l’Europe Orientale et de l’Asie du Nord], Č. 1, Zaprety na oxote i inyx promyslax [Interdictions liées à la chasses et divers métiers), Leningrad, MAE.

Zelenin, Dmitrij, 1930, Tabu slov u narodov Vostočnoj Evropy i Severnoj Azii [Le tabou de mots chez les peuples de l’Europe Orientale et de l’Asie du Nord), Č. 2, Zaprety v domašnej žizni [Interdictions dans la vie domestique], Leningrad, MAE.

Zelenin, Dmitrij, 1991, Vostočnoslavjanskaja etnografija [Ethnographie des Slaves d’Orient], Moscou, Nauka.

Zelenin, Dmitrij, 1994, Izbrannye trudy. Stat’i po duxovnoj kul’ture [Œuvres choisies. Articles sur la culture spirituelle] 1901-1913, Moscou, Indrik.

Zelenin, Dmitrij, 1995, Izbrannye trudy. Očerki russkoj mifologii : umeršie neestestvennoj smert’ju i rusalki [Œuvres choisies. Essais de mythologie russe], Moscou, Indrik.

Zelenin, Dmitrij, 1999, Izbrannye trudy. Stat’i po duxovnoj kul’ture [Œuvres choisies. Articles sur la culture spirituelle] 1917-1934, Moscou, Indrik.

Zelenin, Dmitrij, 2003, Izbrannye trudy. Stat’i po duxovnoj kul’ture [Œuvres choisies. Articles sur la culture spirituelle] 1934-1954, Moscou, Indrik.

Žarnikova, Svetlana, 1991, Obrjadovye funkcii severnorusskogo ženskogo narodnogo kostjuma [Fonctions rituelles du costume féminin de la Russie de Nord], Vologda.

Notes

1 Cette recherche est réalisée avec le soutien du Programme des recherches fondamentales du Département des sciences historiques et philologiques de RAN « La langue et la littérature dans le contexte de la dynamique culturelle », Projet « Le dictionnaire bio-bibliographique des folkloristes russes »

2 Bogatyrëv 1971 : 5

3 Jakobson 1999 : 67

4 Dostal’1998 : 32

5 Ce livre a été publié en Russie 64 ans plus tard comme une traduction de l’allemand vers le russe (Zelenin 1991)

6 Zelenin 1995 : 37

7 Bogatyrëv 2006 : 141

8 Zelenin 1994 ; Zelenin 1995 ; Zelenin 1999 ; Zelenin 2003

9 Ašin, Alpatov 1994 : 70

10 Ibid

11 Ibid : 21

12 Bogatyrëv 2006 : 334

13 Ašin, Alpatov 1994 : 162

14 Bogatyrëva 1994 : 17

15 Krafcik 1999 : 21-24

16 Bogatyrëv 1971 : 182

17 Tan-Bogoraz 1924 : 16-17

18 Voir à son sujet Bondarenko 1989 : 302-304

19 Bogatyrev 1929 : 24

20 Smirnov 1923 : 17

21 Ibid : 18

22 Pernett 2010 : 206

23 Bogatyrev 1926 : 196-224

24 Bogatyrev 1934-1935 : 83-96

25 Jakobson 1999 : 68

26 Lotman 2007 : 342

27 Bogatyrëv 1973 : 306-329 ; Bogatyrëv 1975 : 7-21

28 Tolstoj 1995 ; Tolstoj 2003

29 Voir sur le symbolisme des objets particuliers de la vie quotidienne des paysans : Svešnikova, Cyv’jan 1979 : 147-194 ; Lavonen 1984 : 171-179 ; Lebedeva 1989 : 229-247 ; Toporkov 1990 : 67-135 ; Žarnikova 1991 ; Loginov 1992 : 98-117 ; Bajburin 1992 : 5-13 ; Borjak 1997 ; Vinogradova, Tolstaja 1993 : 3-36 ; Kalašnikova 1999 ; Lavonen 2000 ; Permilovskaja 2005 ; Baranov 2005 : 212-227 Voir aussi à propos de divers objets le dictionnaire ethno-linguistique : Tolstoj 2009

30 Bajburin 1981 : 215-226 ; Bajburin 1989 : 63-88

31 Bajburin 2007 : 14

32 Toporkov 1997 : 157-180

Auteur

Dr. Prof., membre–correspondant de l’Académie de sciences de Russie, est chercheur auprès du Département du folklore de l’Institut de littérature mondiale de l’Académie des sciences de Russie (Moscou), Professeur auprès du Centre russo-français M. Bloch d’anthropologie historique de l’Université d’État pour les sciences humaines (RGGU). Il conduit des recherches dans le domaine du folklore russe et slave, de l’ethnographie générale et slave, de l’histoire de la littérature russe. Il a publié entre autres : U istokov etiketa : Etnografičeskie očerki, Leningrad, Nauka, 1990 (en collaboration avec A. Bajburin) ; trad. fr. Aux sources de l’étiquette : Études ethnographiques, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2004 ; Teorija mifa v russkoj filologičeskoj nauke XIX veka [Théorie du mythe dans la philologie russe du XIXe siècle], Moscou, Indrik, 1997 ; Zagovory v russkoj rukopisnoj tradicii XV-XIX vekov : Istorija, simvolika, poetika [Formules magiques dans la tradition manuscrite russe des XV-XIXe siècles : histoire, symbolique, poétique], Moscou, Indrik, 2005 ; Russkije zagovory iz rukopisnyx istočnikov XVII-XIX vekov [Les formules magiques russes dans les sources manuscrites du XVII-XIXe siècles], Moscou, Indrik, 2010 ; Russkije folkloristy : biobibliografičeskij slovar’ [Folkloristes russes : dictionnaire bio-bibliographique], avec T. Ivanova (org.), Moscou, 2010.

Serguei Tchougounnikov (Traducteur)

Maître de conférences en linguistique générale et française à l’université de Dijon. Il a consacré sa thèse de doctorat de 3e cycle aux sources germaniques de la pensée formaliste et structuraliste russe (EHESS, Paris, 2002 ; publiée en 2005 par l’Université d’État de Magnitogorsk, Russie, sous le titre Entre « organicisme » et « post-structuralisme » : deux âges du discours russe-soviétique sur le langage et la littérature (1914-1993). Il a publié de nombreux articles sur l’histoire et l’épistémologie des sciences du langage et coordonné récemment un dossier Psychologie allemande et sciences humaines en Russie. Anatomie d’un transfert culturel (1860-1930) (RHSH : Revue d’histoire des sciences humaines, no 21, Paris, Sciences humaines Éditions, 2009) qui relève de sa recherche actuelle sur l’« âge psychologique » de la linguistique européenne.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540