Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations, intégrations et identités multiples

 | 
Anne Saint Sauveur-Henn

Chapitre II. L'Allemagne : pays d'immigration. Retour d'Allemands, accueil d'étrangers

Travail, migration et genre : les travailleuses immigrées en République fédérale d’Allemagne (1960-1973)1

Monika Mattes
Traduction de Gwénola Sebaux

Texte intégral

  • 1 Le terme allemand de Gastarbeiterin serait à traduire littéralement par « travailleuse hôte » ou « (...)
  • 2 Cf. la première tentative de déconstruction in Katja Dominik et ai, Angeworben, eingewandert, abge (...)

1L’évocation des travailleurs immigrés (Gastarbeiter, dont la traduction littérale serait « travailleurs-hôtes » ou « travailleurs invités ») suscite généralement les mêmes représentations : l’image la plus connue, devenue pour ainsi dire l’archétype du travailleur immigré est certainement la photographie du millionième travailleur immigré, Armando Sa Rodrigues. Le jeune charpentier venu du Portugal reçut à son arrivée en gare de Cologne-Deutz un accueil solennel, orchestré par la Confédération des associations patronales (Bundesvereinigung Deutscher Arbeitgeber–BDA), qui lui offrit en cadeau de bienvenue la célèbre mobylette. Cette image, maintes fois diffusée et reprise jusque dans les manuels scolaires et qui s’est en conséquence profondément imprégnée dans la mémoire collective des Allemands (de l’Ouest), est trompeuse à bien des égards : la métaphore de la mobylette et de la gare marque l’ambivalence de l’offre. Ces aspects de la photo ont déjà été interprétés de multiples manières2.

  • 3 Mattes, « Gastarbeiterinnen ».... p. 10.

2L’iconographie – la scène et la personne – reflète magistralement la perception singulièrement partiale du recrutement de la main-d’œuvre étrangère. Le jeune travailleur du Portugal présente la migration du travail comme un phénomène exclusivement masculin. Or d’un point de vue statistique, le millionième travailleur immigré aurait aussi bien pu être une femme, puisque dès 1964 quelque 220 000 femmes étrangères avaient en RFA une activité assujettie à la Sécurité sociale, et elles représentaient 22 % des travailleurs étrangers. Leur nombre augmenta rapidement au cours des années soixante, il atteignait déjà 706 000 en 1973. Un tiers des travailleurs immigrés étaient donc des femmes3.

3Le propos de cette contribution n’est pas d’écrire une histoire des travailleuses immigrées en quelque sorte « compensatoire ». Il s’agit plutôt de voir en quoi le genre, en tant que catégorie sociale et culturelle, a forgé les politiques et les discours sur les travailleuses immigrées dans les années soixante et au début des années soixante-dix. Je replacerai d’abord, en première analyse, la migration du travail dans le contexte des rapports de genre en Allemagne occidentale, et spécialement de la ségrégation sexuée et hiérarchisée du marché de l’emploi. En deuxième analyse, je retracerai la politique de recrutement, ses contradictions inhérentes et ses conflits. Enfin, il s’agira de corriger la thèse courante, qui distingue d’abord une phase de migration du travail et ensuite, après l’arrêt du recrutement, une phase de migration familiale.

Migration, marché de l’emploi et représentations de genre en Allemagne occidentale

  • 4 Les accords de recrutement signés avec le Maroc en 1963 et la Tunisie en 1965 demeurèrent Quantita (...)

4Dans les années soixante, le gouvernement fédéral a déclenché, par une politique de recrutement volontariste, l’immigration massive de main-d’œuvre sud-européenne en RFA. Dès 1955, le premier accord bilatéral de recrutement était signé avec l’Italie. La croissance économique persistante et la diminution simultanée du réservoir de main-d’œuvre autochtone suscitèrent d’autres accords avec les pays de l’Europe méridionale : en 1960 la Grèce et l’Espagne, en 1961 la Turquie, 1964 le Portugal et 1968 la Yougoslavie4. Sur la base de ces accords, l’Office fédéral du travail créa dans ces pays ses propres commissions de recrutement chargées de fournir à l’économie ouest-allemande la main-d’œuvre qui lui faisait cruellement défaut.

5L’ouverture du marché du travail ouest-allemand à la main-d’œuvre étrangère était un choix en termes de politique de l’emploi, mais également en termes de politique de genre. Le segment du marché du travail à bas salaire où se concentrait l’essentiel des postes féminins était dangereusement menacé dans son existence en raison du déficit de main-d’œuvre féminine. Il n’existait, il est vrai, plus de secteurs de salaires explicitement féminins, mais les femmes gagnaient jusque dans les années soixante-dix 30 à 40 % de moins que les hommes. Principalement dans le secteur de l’industrie alimentaire et des produits de luxe, de l’industrie textile et de plus en plus de l’industrie métallurgique, mais aussi dans le domaine des services domestiques, la pénurie de main-d’œuvre était particulièrement alarmante. Non seulement les hiérarchies de salaire traditionnelles entre les hommes et les femmes étaient en passe de s’abolir, mais les idéologies et représentations solidement ancrées dans la société et la culture, quant à la répartition des emplois entre les sexes, étaient de plus en plus clairement battues en brèche. Dans ce contexte, l’État et l’économie engagèrent une double stratégie : d’une part recruter des femmes étrangères et d’autre part mobiliser, au moins en partie, par le biais du temps partiel, le réservoir ouest-allemand des épouses et mères non actives. La fameuse « réserve dormante » (stille Reserve) des épouses et mères allemandes était déjà dans la ligne de mire des responsables de la gestion de l’emploi au milieu des années cinquante. Toutefois, il s’avérait à l’époque encore extrêmement délicat de mobiliser cette réserve pour une activité à temps plein – aussi bien d’ailleurs pour le gouvernement que pour les responsables de la gestion de l’emploi et les syndicats. En particulier les mères n’étaient censées travailler – à la rigueur – que par nécessité économique. L’idéal de la « femme au foyer » prôné par la politique familiale et ancré dans la législation était marqué par un double mouvement de rejet : d’abord le rejet du « service du travail » national-socialiste, ensuite celui de la politique du travail féminin de la RDA, stigmatisé comme une obligation de travailler.

6Ce consensus des genres socialement bien établi a volé en éclats à la fin des années cinquante. 1959 constitua la césure décisive sur le marché de l’emploi. L’important chômage féminin s’était résorbé. Les entreprises qui répugnaient jusque-là à embaucher des femmes mariées s’arrachaient désormais cette réserve de main-d’œuvre. Ainsi la voie était ouverte pour l’établissement du travail à temps partiel comme le modèle d’emploi pour les femmes mariées et les mères. Simultanément, la demande d’étrangères se fit plus forte dans divers secteurs d’activité comme l’industrie textile et du vêtement, l’industrie alimentaire, l’industrie du luxe ainsi que l’industrie de l’électroménager en pleine expansion. Dans presque toutes les branches de l’industrie, le travail à la pièce, à la chaîne ou le système du travail aux trois-huit étaient la règle. Les salariées allemandes évitaient autant que possible ces emplois physiquement et psychiquement éprouvants, ou ne pouvaient plus les occuper en raison de leur âge. Dans le secteur des services, la pénurie de main-d’œuvre affectait depuis longtemps la filière des soins, les travaux domestiques et le travail saisonnier de l’hôtellerie ou de la restauration. La raison de cette pénurie, selon une opinion courante à l’époque, tenait aux exigences grandissantes de la jeune génération de femmes ouest-allemandes, qui n’était plus disposée à accepter un emploi de travail domestique. Le spectre de la demande s’ouvrit donc simultanément aux travailleuses étrangères, réputées plus dociles et respectueuses de la tradition. Ainsi les travailleuses saisonnières espagnoles employées dans l’hôtellerie et la restauration à Helgoland ont-elles pu être qualifiées par la revue féminine catholique Frau und Beruf comme les dernières représentantes de la corvéabilité féminine :

  • 5 Frau und Beruf, 1963, no 5/6, p. 26.

Elles avaient une aptitude au travail supérieure à la moyenne, et surtout elles faisaient preuve à l’égard des clients d’une réserve de bon aloi et d’un comportement irréprochable. On a l’impression que pour ces femmes et ces filles, habituées dans leur pays à des mœurs austères et à une pensée patriarcale, une telle correction va encore de soi5.

  • 6 Christine von Oertzen, Teilzeitarbeit und die Lust am Zuverdienen. Geschlechterpolitik und gesells (...)
  • 7 Mattes, « Gastarbeiterinnen » ..., p. 261 sq.

7Les stéréotypes de genre concernant les femmes allemandes et non allemandes dans les années soixante accusent une forte polarité. D’un côté, l’épouse et mère ouest-allemande, pour qui le travail à temps partiel constituait un enrichissement, mais aussi le moyen d’avoir son propre argent de poche : deux motivations au travail pour la première fois considérées comme légitimes par la société6. De l’autre, la travailleuse immigrée perçue comme travailleuse à plein temps, disponible et vue comme célibataire quelles que soient ses obligations familiales réelles. La motivation à séjourner et travailler en Allemagne occidentale devait être exclusivement fondée sur la nécessité économique. Les étrangères étaient considérées comme en grand péril moral et psychique. On rapportait, pas seulement dans les milieux confessionnels, que les immigrées venant du Sud de l’Europe ressentaient un choc lorsqu’elles passaient d’un monde de pénurie économique arriéré, celui de la famille nombreuse et de la hiérarchie sexuée rigide, à un monde qui se définissait comme celui de la consommation, de la petite famille et de la libéralité des rapports entre les sexes. Cette prédominance de la perception négative, de la pathologisation et de la victimisation s’explique aussi par le fait que le thème de la migration du travail est demeuré jusqu’au milieu des années soixante le champ réservé de l’action catholique. À cette époque, les immigrantes initialement majoritairement catholiques figuraient en première place sur l’agenda de Caritas comme cible d’action majeure7.

  • 8 Pour quelques exemples de grèves et de débrayage, ou la grève massive d’une semaine des Espagnoles (...)

8La représentation familière de la migrante travailleuse et peu exigeante se voyait de temps à autre contrecarrée par une autre réalité. Les travailleuses immigrées se révélaient être des actrices à part entière du marché du travail, conscientes de leur valeur et de leur position de force dans le champ instable de l’offre et de la demande. C’était par exemple le cas lorsqu’elles menaçaient leur employeur de repartir dans leur pays s’il n’augmentait pas leur salaire. Ou encore les migrantes du travail entreprenaient des actions de grève sauvage lorsqu’elles estimaient qu’on les dupait sur leur salaire. Des malentendus sur la différence entre salaire net et brut, mais également des indications de salaire intentionnellement erronées de la part des employeurs déclenchèrent ainsi des débrayages spontanés. De telles manifestations de résistance étaient beaucoup plus répandues que la recherche ne l’a supposé jusqu’ici8.

  • 9 Mattes, « Gastarbeiterinnen » ..., p. 227 sq.

9La mutation structurelle de l’économie accentua le clivage entre les emplois destinés aux femmes allemandes et ceux destinés aux femmes étrangères. Les femmes allemandes recherchèrent encore plus le secteur des services en plein essor, surtout les métiers de bureau et du commerce, réputés modernes et qui offraient en outre davantage d’opportunités de travail à temps réduit. Dans l’industrie, la rationalisation et l’automatisation avaient renforcé la ségrégation, avec un travail des femmes peu et mal payé. Le recours fréquent à l’emploi parallèle de travailleuses allemandes à temps partiel et de travailleuses étrangères à plein temps était stratégique ; une stratégie qui permettait en période de crise de réduire le personnel en souplesse et sans bruit9.

10Il est difficile, surtout concernant les migrantes qui se trouvaient en marge de l’horizon de perception de l’opinion publique, de déterminer quand et comment les discours et les politiques publiques ont changé. Si l’on considère la gestion du travail, la loi en faveur de l’emploi (Arbeitsförderungsgesetz – AFG) de 1969 a été une césure décisive. Par cette loi, qui visait à instituer une politique du marché du travail moderne et planifiée, l’Office fédéral du travail misait pour la première fois de façon explicite sur les femmes allemandes comme alternative aux travailleuses immigrées. On avait en effet, avant le gouvernement social-libéral, déjà découvert que les femmes représentaient un potentiel inutilisé pour l’offensive de formation jugée nécessaire. Dès lors la volonté politique de favoriser activement l’emploi féminin devenait perceptible pour la première fois. Un large panel d’offres de formation continue, ainsi que l’extension des structures d’accueil pour les enfants devaient être les éléments clefs de cette politique. Cette politique était en outre présentée, désormais ouvertement, comme un moyen d’enrayer l’expansion du recrutement, dont la pertinence économique se voyait de plus en plus remise en question.

  • 10 Ibid., p. 236 sq.

11L’euphorie de l’époque en matière de formation et de qualification n’en rendait que plus perceptibles les déficiences des migrantes et des migrants. Dans les milieux de la gestion du travail, les jugements négatifs se multiplièrent, tout particulièrement lorsque le nombre d’étrangères au chômage commença à grimper suite au ralentissement de la conjoncture à partir de 1970. Comme pendant la courte récession de 1967, l’argument du manque de maîtrise linguistique et de qualification resurgit, un argument quasiment absent en période d’excellente conjoncture. De surcroît, la réputation de mobilité et de disponibilité des travailleuses immigrées se révéla, avec un plus long séjour, une illusion. Comme pour les femmes allemandes, il s’avéra de plus en plus souvent que les liens familiaux constituaient un obstacle à un placement suprarégional10.

Stratégies, contradictions et conflits de la politique de recrutement

  • 11 Ibid., p. 236 sq.

12Si l’on examine à part égale les deux sexes dans l’analyse de la politique de recrutement de l’État des années cinquante à soixante-dix, il convient de nuancer fortement, et même de corriger en partie les préjugés des thèses habituelles. Le discours selon lequel les accords bilatéraux de recrutement ont autant servi les intérêts de la République fédérale que ceux des pays de recrutement est simpliste. La politique d’émigration des États méditerranéens procédait bien du désir d’exporter le conflit social grâce à l’émigration temporaire de jeunes hommes sans qualification et sans emploi. En revanche, la demande ouest-allemande était plus diversifiée en raison de la catégorisation sexuée du marché du travail et des salaires, elle concernait des ouvriers spécialisés masculins, mais aussi une main-d’œuvre féminine pour les segments à bas salaire. À l’évidence, le recrutement des migrantes était étroitement corrélé au maintien ou au développement d’emplois à faible rémunération. Dans les sociétés d’origine, le recrutement des femmes rencontrait pourtant de fortes réticences. D’abord, on craignait là-bas une aliénation culturelle et morale des migrantes par rapport aux normes de la société d’origine, susceptible d’entraver leur réintégration ultérieure. Mais on avait aussi un intérêt évident à garder les femmes au pays pour les services à faible niveau de rétribution, notamment dans le secteur des services domestiques11.

  • 12 Ibid., p. 85 sq.

13Contrairement à l’image, volontiers répandue par l’Office fédéral du travail, d’un mécanisme de recrutement hautement efficace et parfaitement rôdé, fournissant l’économie allemande en main-d’œuvre, le recrutement piloté par l’administration n’était guère en mesure, jusqu’à la récession de 1966/67, de satisfaire l’énorme demande en main-d’œuvre féminine. Régulièrement, des entreprises se plaignaient de ne toujours pas voir arriver, au bout de plusieurs mois, les travailleuses demandées auprès de l’agence pour l’emploi. L’Office fédéral avait recours à diverses stratégies pour améliorer le bilan du recrutement. L’une d’elles consistait à faire savoir aux sociétés d’origine que l’Allemagne veillerait à protéger et surveiller les travailleuses étrangères. Les femmes n’étaient en principe censées être recrutées qu’en groupe, leur futur emploi et l’hébergement mis à disposition par l’employeur devaient au préalable avoir fait l’objet d’un contrôle par l’agence pour l’emploi allemande concernée, établissant qu’ils satisfaisaient aux exigences de moralité. Une autre stratégie de l’Office fédéral consistait à recruter ensemble des époux qui étaient ensuite employés dans la même entreprise ou au moins dans la même ville. Ce type de stratégies trahissait d’emblée l’esprit qui sous-tendait à l’origine la politique du recrutement, censée favoriser une migration exclusivement temporaire d’individus célibataires sans charge de famille. Les processus de migration en chaîne ainsi engendrés étaient donc non seulement un effet collatéral de la politique de recrutement de l’État, mais bel et bien un phénomène par lui-même initié12.

  • 13 Ibid., p. 133 sq.

14En focalisant davantage l’observation sur la part féminine des travailleurs immigrés, on repère très vite les points de conflit entre, d’un côté, les intérêts et les intentions des responsables ouest-allemands du recrutement et, de l’autre, les objectifs et les stratégies des personnes recrutées. La logique sociale propre des migrants était à l’opposé de la logique de gestion allemande. Une illustration concrète en est le recrutement de mères, femmes mariées et femmes enceintes. Les agences pour l’emploi et les employeurs se plaignaient régulièrement de ce que les travailleuses amènent avec elles leur progéniture ou qu’elles repartent chez elles avant la fin du contrat lorsque l’un de leurs enfants était malade. Comme l’offre de femmes célibataires ou sans enfant était loin de couvrir toute la demande en main-d’œuvre, les commissions de recrutement se voyaient contraintes de recruter aussi des mères. Impossible de déterminer à partir de quel nombre d’enfants le rôle de mère d’une femme dans son pays natal devait primer sur son rôle de travailleuse salariée en Allemagne : les sources ne le disent pas. Certes l’Office fédéral du travail préconisait d’exclure les mères de famille nombreuse du recrutement. Dans les faits, la définition et l’appréciation finale incombaient aux commissions de recrutement. À titre d’exemple, la Commission allemande d’Athènes évaluait au cas par cas pour les mères de deux à trois enfants et ne plaçait plus au-delà de quatre enfants. En Turquie, où le nombre moyen d’enfants était plus élevé, seules les candidates avec plus de cinq enfants se voyaient exclues du placement13.

  • 14 Ibid., p. 128 sq.

15Un autre groupe problématique pour la gestion du travail était celui des migrantes qui se faisaient recruter pour n’importe quel type d’emploi à la seule fin de retrouver leur conjoint déjà employé en Allemagne. Beaucoup d’entre elles quittaient leur emploi très rapidement et rejoignaient leur conjoint. L’Office fédéral réagit à partir de 1964, en ne plaçant dorénavant les épouses que s’il existait un poste pour elle au même endroit que le mari. En définitive, les problèmes de fluctuation et de rupture de contrat demeurèrent pratiquement incontrôlables puisque les migrantes pouvaient toujours taire l’activité de leur époux comme travailleur immigré14.

  • 15 Ibid., p. 115 sq.

16Une autre pomme de discorde entre les entrepreneurs et les responsables de la gestion de l’emploi était le cas des femmes enceintes, officiellement recrutées comme travailleuses immigrées. Ce n’était pas rare, dans la mesure où les médecins allemands préposés au recrutement s’abstenaient de procéder à un examen gynécologique pour ne pas amoindrir encore les chances de recrutement des femmes. Beaucoup d’employeurs, surtout ceux des petites entreprises avec moins de capitaux, appréciaient peu l’annonce d’une grossesse après l’arrivée. Ils exigeaient dans de tels cas que l’agence pour l’emploi reconnaisse un « placement manqué ». Les entreprises recevaient alors effectivement le remboursement du forfait de placement acquitté, ou bien on leur attribuait une travailleuse immigrée en remplacement. L’Office fédéral refusait toutefois cette pratique en faisant valoir que les employeurs devaient accepter le risque d’une possible grossesse compte tenu de l’énorme profit qu’ils retiraient de l’avantage des bas salaires féminins. Le véritable enjeu de ce différend pour le moins étrange était soigneusement passé sous silence. Les accords de recrutement prévoyaient en effet une égalité de droits sociaux et du travail pour les salariés étrangers. Les migrantes du travail enceintes auraient donc pu prétendre, en vertu du contrat de travail, aux versements d’indemnités de protection maternelle par l’employeur. L’Office fédéral se gardait bien d’évoquer ouvertement ce droit aux prestations prévu par la loi de 1952 sur la protection de la mère, incluant d’ailleurs une plus grande protection contre le licenciement. Il ne voulait pas se voir accuser de recruter une main-d’œuvre « inutilisable », constituant une « charge » supplémentaire pour l’économie nationale. De fait, les débats de l’époque sur le travail immigré étaient fortement guidés par le principe de rentabilité économique. Mais cette controverse montre aussi que la société ouest-allemande était loin de considérer comme naturel d’accorder à des personnes de nationalité non allemande une participation sociale à droits égaux. La problématique du recrutement de travailleuses enceintes subsista du reste jusqu’à l’introduction de tests de grossesse par les commissions de recrutement, en 1969-1970. Mais les candidates pouvaient toujours recourir à la ruse en demandant par exemple à leur sœur de passer à leur place par le processus de recrutement15.

  • 16 Ibid., p. 138 sq, p. 149 sq.

17Manifestement, les migrantes sont souvent parvenues à utiliser à leurs fins ou à contourner le processus officiel de recrutement. Il se développa une forte autodynamique migratoire, du fait également de l’irréductible imbrication, dès l’origine, entre migration du travail et migration de peuplement. C’est d’autant plus manifeste si l’on considère les deux autres modes d’entrée qui continuaient d’exister en sus du recrutement officiel. Les femmes surtout saisissaient l’opportunité du droit de visite ou du visa de tourisme pour entrer en RFA. En réalité, ces modes d’entrée étaient contraires à l’exigence officielle de contrôler et réguler le marché du travail. Lorsque le recrutement de main-d’œuvre féminine ou d’ouvriers qualifiés s’avérait difficile, les responsables de la gestion du marché de l’emploi ne faisaient pas la fine bouche ; plus d’une agence exploitait même ces créneaux privés, quitte à encourir le risque d’un conflit avec leur hiérarchie16.

Périodisation et modèles migratoires

18Jusqu’à une période récente, il était d’usage dans la recherche migratoire de séparer la migration des travailleuses immigrées en deux phases distinctes : d’abord une phase de migration du travail de nature masculine, relayée après l’arrêt du recrutement par une phase de migration féminine de regroupement familial. Le stéréotype du « soutien de famille » masculin attaché au travailleur immigré impliquait une séparation dichotomique entre l’emploi en RFA et la sphère familiale dans le pays d’origine. Cela a empêché de voir que la migration du travail et la migration familiale ont été à bien des égards indissolublement liées dès l’origine et qu’elles se sont effectuées simultanément. La réalité d’une République fédérale allemande offrant des places à pourvoir pour une main-d’œuvre féminine et masculine a déterminé les objectifs et stratégies migratoires de bon nombre de familles. Et les femmes ont migré en RFA par un biais ou l’autre, avant, avec ou après leurs époux. Outre le recrutement et l’accès par le droit de visite ou le visa de tourisme, il existait aussi la possibilité d’immigrer par la voie du regroupement familial. Sur la pression des pays d’origine soucieux d’éviter une trop longue séparation, la plupart des accords bilatéraux de recrutement prévoyaient la possibilité de faire venir ensuite sa famille. Dès que l’on pouvait se prévaloir d’un logement suffisamment spacieux, les autorités en charge des étrangers délivraient l’attestation du droit de séjour pour les membres de la famille.

  • 17 Voir le compte rendu du débat sur l’accompagnement par l’Église de travailleurs grecs en RFA in KA (...)

19Dès 1963-1964, les ministères faisaient le constat d’une installation durable et les associations caritatives qui assumaient l’accompagnement des étrangers pointaient le danger de nouveaux foyers de tension sociale en raison de la pénurie de logement engendrée par le regroupement familial17.

  • 18 Representativuntersuchung 72. Beschaftigung ausländischer Arbeitnehmer im Bundesgebiet und ihre Fa (...)
  • 19 Concernant l’immigration dans la Hesse méridionale, on dispose depuis peu de l’étude de Barbara So (...)
  • 20 Repräsentativuntersuchung 1972, p. 20.

20Une enquête représentative menée en 1968 par l’instance fédérale indique que 64 % des salariés étrangers étaient des femmes, et que 71 % des hommes étaient mariés. 94 % des femmes mariées et 70 % des hommes avaient un(e) conjoint(e) en Allemagne fédérale. Ce sont essentiellement les Grecques qui émigraient en couple ou en famille en RFA. Jusqu’à l’enquête représentative de 1972, la part des travailleuses étrangères célibataires continua à baisser, passant de 36 à 32 %. 5 % des salariées mariées vivaient encore sans leur conjoint en RFA. La part des salariés masculins célibataires demeurait en revanche, avec 28 %, sensiblement plus élevée18. Les chiffres tendent à démontrer que la migration du travail a bien été initiée surtout par les membres masculins de la famille. Toutefois la périodisation couramment opérée par la recherche, divisant le processus en une phase précoce de migration du travail portée par l’élément masculin, et seulement ultérieurement, à partir de la décennie soixante-dix, une migration majoritairement « féminine » ne rend pas compte de ce processus migratoire. Bien au contraire, il apparaît que la phase du travail immigré des années soixante a été marquée par un faisceau complexe de phénomènes migratoires. Les études futures devraient se concentrer, davantage qu’elles ne l’ont fait jusqu’ici, sur la simultanéité et l’interpénétration des différents processus de la migration du travail, familiale ou en couple, et les étudier dans leurs différentes manifestations régionales ou locales19. Ainsi, concernant l’émigration en provenance de Turquie, on constate qu’en 1968, 73 % seulement des travailleuses turques mariées vivaient en Allemagne avec leur époux. Elles se situaient ainsi bien en dessous de la moyenne : 92 % de l’ensemble des travailleuses étrangères vivaient en effet avec leur conjoint. En 1972, la part des Turques mariées représentait 85 %20. Manifestement, beaucoup d’entre elles sont arrivées les premières en RFA et ont fait venir ensuite leurs conjoints, qui avaient peu de chance d’émigrer rapidement compte tenu des délais d’attente très longs pour les ouvriers masculins.

21Les politiques et les concepts élaborés par les entreprises ont également joué un rôle dans l’établissement des schémas migratoires. Beaucoup d’entreprises avaient intérêt à s’attacher durablement leur main-d’œuvre en faisant venir leur famille. Dans mon étude, j’ai étudié deux cas contraires : l’usine de biscuits Bahlsen à Hanovre, et le groupe d’électroménager Siemens à Berlin-Ouest. Bahlsen recrutait exclusivement de très jeunes Espagnoles célibataires, qui venaient toutes de la même région en vieille Castille. Le travail immigré ne devait être qu’une solution temporaire. Le foyer d’hébergement était équipé de chambres de quatre personnes, uniquement pour des femmes sans attache familiale. Siemens, pour sa part, aurait bien voulu engager uniquement des jeunes femmes célibataires pour le travail à la chaîne. Mais le vieillissement de la population de Berlin-Ouest obligeait à recourir sur le long terme à des migrants/migrantes. Comme il était difficile d’obtenir des travailleuses immigrées à Berlin, eu égard à son statut de ville insulaire, Siemens recrutait aussi des femmes mariées et leurs conjoints. À partir de la fin des années soixante, l’entreprise construisit des logements dédiés aux couples et aux familles.

22Avec l’arrêt du recrutement en 1973, la République fédérale d’Allemagne mit fin au recrutement actif de main-d’œuvre et réduisit fortement les possibilités d’entrée pour les migrants du travail. Cela affecta principalement les femmes. Les femmes mariées arrivées par le regroupement familial après 1973 ne reçurent plus de permis de travail ou de séjour et ne durent leur statut de séjour qu’à leur conjoint. Le regroupement familial constitua, avec le mariage et l’asile, l’unique voie d’accès licite pour les personnes originaires de Turquie ou des pays non membres de l’UE. L’effondrement économique et la crise structurelle ont précipité les travailleuses et travailleurs étrangers dans le chômage ou les emplois sans couverture sociale.

Conclusion

  • 21 Karen Schönwälder, Einwanderung und ethnische Pluralität. Politische Entscheidungen und öffentlich (...)

23Concernant les années soixante et le début des années soixante-dix, la catégorie du genre contribue à éclairer la corrélation entre migration et conditions sexuées de travail. L’emploi de travailleuses immigrées a permis à l’Allemagne fédérale de pérenniser le modèle : l’homme soutien de famille – la femme au foyer ou en salaire d’appoint, qui était l’un des piliers de l’État providence ouest-allemand. Simultanément, les rapports de genre en Allemagne se modernisaient dans une certaine mesure par le travail à temps partiel, devenu accessible aux femmes au foyer et aux mères de famille. Le genre s’avère de surcroît un instrument d’analyse pertinent pour mettre en évidence la dynamique propre du mouvement migratoire. On constate ainsi que les travailleurs et travailleuses « hôtes » faisaient en sorte de combiner migration du travail et migration familiale. Dès 1964, le regroupement familial était à l’ordre du jour dans les sphères ministérielles et les associations caritatives. Cette observation se voit confortée par les conclusions récentes de la recherche des historiens des migrations21.

24À court terme, le recrutement des travailleuses immigrées a donc été une stratégie de l’Allemagne fédérale visant à continuer de confiner les femmes, en l’occurrence les étrangères, dans des activités supposées « féminines », faiblement rémunérées. Sur le long terme, et bien plus précocement que ne le suggérait le concept masculin de travailleur immigré, les jalons qui devaient faire de l’Allemagne un pays d’immigration étaient ainsi posés. Sans toutefois nommer les immigrants par leur nom ni leur offrir de perspective d’avenir.

Notes

1 Le terme allemand de Gastarbeiterin serait à traduire littéralement par « travailleuse hôte » ou « travailleuse invitée ». Le titre allemand commençait par une citation : « Überdurchschnittlich arbeitswillig » – « Une aptitude au travail supérieure à la moyenne ».

2 Cf. la première tentative de déconstruction in Katja Dominik et ai, Angeworben, eingewandert, abgeschoben. Ein anderer Blick auf die Einwanderungsgesellschaft Bundesrepublik Deutschland, Münster 1999 ; cf. aussi Monika Mattes, « Castarbeiterinnen » in der Bundesrepublik. Anwerbepolitik, Migration und Geschlecht in den 50er bis 70er Jahren, Francfort/Main et New York, Campus 2005, p. 9, ainsi que Rita Chin, The Guest Worker Question in Postwar Germany, Cambridge, Cambridge University Press, 2007, p. 1.

3 Mattes, « Gastarbeiterinnen ».... p. 10.

4 Les accords de recrutement signés avec le Maroc en 1963 et la Tunisie en 1965 demeurèrent Quantitativement insignifiants.

5 Frau und Beruf, 1963, no 5/6, p. 26.

6 Christine von Oertzen, Teilzeitarbeit und die Lust am Zuverdienen. Geschlechterpolitik und gesellschaftlicher Wandel in Westdeutschland 1948-1969, Gottingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1999.

7 Mattes, « Gastarbeiterinnen » ..., p. 261 sq.

8 Pour quelques exemples de grèves et de débrayage, ou la grève massive d’une semaine des Espagnoles dans l’usine Bahlsen, voir Mattes, « Gastarbeiterinnen » ..., p. 109 et 303 sq.

9 Mattes, « Gastarbeiterinnen » ..., p. 227 sq.

10 Ibid., p. 236 sq.

11 Ibid., p. 236 sq.

12 Ibid., p. 85 sq.

13 Ibid., p. 133 sq.

14 Ibid., p. 128 sq.

15 Ibid., p. 115 sq.

16 Ibid., p. 138 sq, p. 149 sq.

17 Voir le compte rendu du débat sur l’accompagnement par l’Église de travailleurs grecs en RFA in KAA, EKD, 15.4.1964 à Francfort. Annexe 5 : Bericht des Landesverbandes Bayern. Archiv des Diakonischen Werks, HGSt, HA III, 2978. Voir aussi : « Schlüsselkinder aus Sizilien », Süddeutsche Zeitung, 24/11/1964.

18 Representativuntersuchung 72. Beschaftigung ausländischer Arbeitnehmer im Bundesgebiet und ihre Familienund Wohnverhaltnisse, Nuremberg, Office fédéral du travail, 1973, p. 21.

19 Concernant l’immigration dans la Hesse méridionale, on dispose depuis peu de l’étude de Barbara Sonnenberger, Nationale Migrationspolitik und régionale Erfahrung. Die Anfänge der Arbeitsmigration in Südhessen 1955-1967, Darmstadt, Hessisches Wirtschaftsarchiv, 2003.

20 Repräsentativuntersuchung 1972, p. 20.

21 Karen Schönwälder, Einwanderung und ethnische Pluralität. Politische Entscheidungen und öffentliche Debatten in Groβbritannien und der Bundesrepublik von den 1950er bis zu den 1970er Jahren, Essen, Klartext, 2001 ; Sonnenberger, Migrationspolitik, op. cit.

Auteur

Dr. phil., a étudié l’histoire et la romanistique à Fribourg, Lyon et Berlin et soutenu sa thèse de doctorat en 2004 à la Technische Universität de Berlin. Depuis 2005, elle est chercheuse au Zentrum für Zeithistorische Forschung (Centre de recherche en histoire contemporaine) à Potsdam. Ses domaines de recherche sont : l’histoire de l’éducation dans les deux Allemagnes, l’histoire des migrations, l’histoire des genres. Parmi ses publications : “Gastarbeiterinnen” in der Bundesrepublik. Anwerbepolitik, Migration und Geschlecht, Frankfurt/Main, 2005.

Gwénola Sebaux (Traducteur)

Docteur en études germaniques, est maître de conférences en civilisation allemande à l’Université Catholique de l’Ouest (Angers). Ses recherches portent sur la colonisation germanique en Europe centre-orientale et orientale et en Asie, sur les migrations de et vers la RFA, les (Spät) Aussiedler, les minorités allemandes en Europe orientale et en ex-URSS, la nation et la mémoire. Sa thèse était intitulée : “Aussiedler”– Huit siècles de colonisation allemande en Europe centre-orientale et en Asie. 50 ans d’immigration en République fédérale d’Allemagne. Elle a publié de nombreux articles en français et allemand.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site