Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations, intégrations et identités multiples

 | 
Anne Saint Sauveur-Henn

Chapitre II. L'Allemagne : pays d'immigration. Retour d'Allemands, accueil d'étrangers

Religion, liens familiaux : aide ou entrave à l’intégration ? Le cas des Aussiedler

Gwénola Sebaux

Texte intégral

  • 1 Par souci de simplification, nous employons le terme générique « Aussiedler », bien que l’usage jur (...)
  • 2 Statistisches Bundesamt 2006 (éd.), « Wer gehört zur Bevölkerung mit Migrationshintergrund ? », in (...)
  • 3 En vingt ans (1988-2008), la RFA a accueilli 3 millions d’Aussiedler : environ 800 000 originaires (...)

1L’immigration des Aussiedler1, que l’on traduit parfois par « immigrants de souche allemande », occupe dans les migrations allemandes du vingtième siècle un statut particulier. Il s’agit d’une jeune immigration à caractère privilégié : initiée dès 1950 en vertu d’une responsabilité historique assumée par la République fédérale d’Allemagne à l’égard de ses minorités allemandes d’Europe centrale et orientale et d’ex-URSS, elle ne se développa véritablement qu’au tournant des années quatre-vingt, avec l’effondrement du bloc de l’Est. Avec près de 4,5 millions de personnes accueillies en RFA depuis 1950, dont 3 millions depuis 1988, les Aussiedler représentent aujourd’hui près de 5 % de la population allemande. Ils constituent aussi le plus grand groupe d’immigrants permanents depuis vingt ans : l’Allemagne recense 15 millions de personnes issues de l’immigration, les Aussiedler en constituent plus du quart2. Nous focaliserons ici la réflexion sur les Aussiedler originaires de la Communauté des États indépendants (CEI, principalement Fédération russe, Kazakhstan, Ukraine), parce qu’ils constituent depuis 1991 le plus grand groupe des Aussiedler (devant les Allemands de Pologne et de Roumanie) et alimentent aujourd’hui à plus de 99 % cette immigration3. Notre choix de définir ici comme champ d’interrogation la famille et la religion a une double justification. Du point de vue du gouvernement allemand, ce sont en effet deux critères majeurs de la reconnaissance du statut d’Aussiedler, qui lui-même fonde la naturalisation automatique. Du point de vue des immigrants eux-mêmes, que nous appellerons, ici, selon leur propre dénomination, Allemands de Russie, il s’agit d’éléments constitutifs de leur identité. Famille et religion ont traditionnellement conservé une fonction maîtresse dans l’histoire des colons germaniques en Europe centre-orientale et en Asie. L’une et l’autre furent toujours l’expression par excellence de leur appartenance ethnique : la première fut la cellule où se transmirent de génération en génération les valeurs, les coutumes et la langue de la contrée germanique d’origine. La seconde permit de préserver le contact avec les diverses communautés allemandes disséminées après la Seconde Guerre mondiale, dans les Républiques d’Asie centrale, contact entre elles certes, mais également contact avec la langue allemande à travers les psaumes et les cantiques, ou les bibles et les livres de prêche transmis de génération en génération. Pour les Aussiedler, il est donc naturel que la cellule familiale et la communauté religieuse soient des lieux essentiels de leur intégration en Allemagne.

Religion et religiosité

  • 4 Voir notre article : « Les colonies d’Orient : trait d’union entre les aires orientale et germaniqu (...)
  • 5 Nous ne pouvons que brièvement évoquer ici l’appel à la colonisation des tsars dans le cadre de l’e (...)
  • 6 Les deux grandes Églises sont pareillement affectées, avec une accélération des départs depuis 1970 (...)
  • 7 Peter Maser, « Kirchen » in Werner Weidenfeld, Karl-Rudolf Korte (éds.), Handbuch zur deutschen Ein (...)
  • 8 Les chiffres de 1996 se voient aujourd’hui pleinement confirmés : prédominance des deux Églises, ce (...)

2Le processus d’intégration des Aussiedler au sein de l’Église – ou plutôt des Églises et diverses communautés religieuses – est un phénomène complexe du fait de l’hétérogénéité des Allemands de Russie, qui se manifeste avec acuité au niveau du facteur religieux ou confessionnel. Cette diversité s’explique par les circonstances historiques de l’implantation de leurs ancêtres dans l’empire russe. Les colons paysans de la Volga n’avaient pas grand-chose en commun avec ceux de l’Ukraine, le germanisme s’épanouit différemment en Volhynie, dans le Caucase ou en Sibérie occidentale. Or la religion ou la confession des colons établis dans l’empire des tsars entre le XVIe et le XIXe siècles jouent un rôle majeur dans la constitution des identités spécifiques des Aussiedler des XXe et XXIe siècles. Ainsi le luthéranisme importé par les colons aux XVIe et XVIIe siècles dans l’empire moscovite relevait d’une autre conception intellectuelle que celui du XVIIIe ou du XIXe siècles, imprégné de piétisme ou influencé par les Lumières4. Les mennonites émigrant de la Pologne divisée, au cours des deux dernières décennies du XIXe siècle, qui s’établirent sur le pourtour de la mer Noire, constituent pour leur part un groupe dont le particularisme s’exprime avec force chez leurs descendants. En un mot, les disparités s’expliquent selon les dates d’arrivée des colons, invités par les tsars, notamment par Catherine II dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, et par Alexandre Ier dans le premier quart du XIXe siècle5. Notre propos est de tenter de déterminer dans quelle mesure la religion, ou religiosité des Aussiedler originaires de l’ex-Union soviétique peut favoriser, ou au contraire entraver leur intégration en Allemagne. Un aspect très intéressant est aussi celui de l’impact éventuel de leur présence pour l’avenir des Églises en perte de vitalité dans une Allemagne très affectée par la déchristianisation6. En 1996, les deux tiers de la population allemande appartenaient à part quasi égale à l’une des deux grandes Églises (évangélique : 27,7 millions, et catholique : 27,5 millions). La déchristianisation était particulièrement prononcée en Allemagne orientale (ex-RDA) : les chrétiens y représentaient alors 25 % de la population, contre 80 % dans les anciens Länder. La réunification allemande a donc provoqué un recul brutal de la population allemande chrétienne, de 84 % à 72 %7. L’Église et les rites religieux (baptêmes, catéchèse, mariages, sépultures...) continuent cependant d’exercer une fonction sociale importante.8

  • 9 L’on doit ces données à la loi de 1953 (Bundesvertriebenengesetz) qui stipule que l’État doit conce (...)

3Afin de mieux percevoir l’importance du fait religieux comme mécanisme possible d’acculturation, quelques indications chiffrées s’avèrent utiles. Selon le ministère de l’Intérieur, près de 90 % des Aussiedler qui ont immigré en Allemagne depuis 1990 déclarent leur appartenance à une religion9. Leur religiosité ne s’exprime déjà plus comme celle des Allemands de Russie qui les ont précédés (au moins jusqu’en 1985), mais elle n’en reste pas moins un élément constitutif de leur identité. Les appartenances religieuses des Allemands de Russie se distinguent nettement de celles des « nationaux » allemands. Les grandes religions représentées étaient dans la dernière décennie du XXe siècle, par ordre d’importance numérique : évangélique, catholique romaine et orthodoxe. À titre indicatif, les Aussiedler qui ont immigré en RFA en 1999 se répartissaient comme suit :

  • 51 % évangéliques,

  • 18 % catholiques,

  • 11,5 % orthodoxes,

  • 5 % autres,

  • 11 % sans religion,

    • 10 Info-Dienst Deutsche Aussiedler (ultérieurement Info-Dienst), no 110, janvier 2001, p. 28.

    3% n’ont pas donné d’information10.

  • 11 Bundesverwaltungsamt, Spätaussiedler und deren Angehörige. Jahresstatistik 2006. Alter, Berufe, Rel (...)

4Les proportions pour les huit années précédentes sont relativement similaires. La part des confessions évangélique et catholique est donc prépondérante (69 %). Cela reste vrai aujourd’hui. Toutefois un glissement au profit de la confession orthodoxe apparaît nettement au sein de la population des Aussiedler immigrés de la CEI au cours de la première décennie du XXIe siècle : ainsi en 2006, près de 21 % se déclarent de confession orthodoxe (près du double de 1999), et seulement un peu plus de 62 % se réclament de la confession évangélique (43,7 %) ou romaine catholique (18,6 %)11. Cette évolution opérée au détriment de la religion évangélique (-7 %) semble un indice très clair du degré de russification des derniers arrivés.

  • 12 Les Allemands de Russie évangéliques sont majoritairement luthériens. Les luthériens se définissent (...)

5Quel peut être le poids de l’appartenance religieuse sur l’acculturation en RFA des Allemands de Russie ? Il convient de distinguer deux groupes. Pour le premier, constitué par les membres des Églises évangélique12 et catholique romaine, le processus d’acculturation religieuse semble s’accomplir sans trop de conflits intérieurs. Le second groupe, numériquement beaucoup moins important, rassemble les membres des communautés autonomes (Freikircfientum) d’orientation piétiste, reconnues par l’Église évangélique d’Allemagne (EK.D) et l’Église évangélique-luthérienne de Russie. L’acculturation de ce groupe (pluriel) très particulier est plus ambivalente.

  • 13 Voir Stefanie Theis, Religiosität von Russlanddeutschen, Stuttgart, Kohlhammer, 2006, p. 241 sq.
  • 14 Voir Olga Kourilo, « Religion und Integration », in Caritas no 100, mai 1999, p. 226.
  • 15 Voir Gerd Strieker, Deutsche Geschichte im Osten Europas, Russland, Berlin, Siedler, 1997, p. 380 e (...)
  • 16 Ibid, p. 392 sqq.
  • 17 Joseph Schnur (éd.), Leben der Russlanddeutschen. Evangelischer Teil, Stuttgart, Landsmannschaft de (...)
  • 18 Günter Kohler, Notaufnahme. Vierzig Jahre im Dienst für Umsiedler, Aussiedler und Übersiedler, Berl (...)
  • 19 Olga Kourilo, op. cit., p. 225; Gerhard Strieker, op. cit., p. 404.
  • 20 À la fin des années 80 du XXe siècle, on recensait en Union Soviétique quelque 500 communautés évan (...)

6D’une manière générale, les Aussiedler évangéliques et catholiques s’insèrent relativement aisément dans les communautés allemandes, bien que les plus âgés d’entre eux ressentent profondément les différences de pratique religieuse entre les communautés de RFA et celles de leur pays d’origine13. Ainsi les Allemands de Russie catholiques sont-ils – désagréablement – frappés par le libéralisme de l’Église catholique allemande14. Les Allemands de Russie catholiques et évangéliques ont en commun une pratique religieuse singulière, ancrée dans l’histoire même de leur pays natal. Dans la Russie soviétique, dès les années trente du XXe siècle, les églises sont fermées, les célébrations eucharistiques interdites, la plupart des religieux et des prêtres et pasteurs internés ou déportés15. Après la Seconde Guerre mondiale et les déportations des années quarante, les Allemands de Russie résistèrent à l’athéisme ambiant en se réunissant en petites communautés de prière dans leurs maisons. Les catholiques priaient le plus souvent en l’absence d’un prêtre16. Les luthériens avaient en revanche leurs « frères » (Betbrüder) et priaient traditionnellement beaucoup en petits cercles (Gebetskreise)17. Catholiques et luthériens, privés d’églises, se sont même joints aux communautés orthodoxes pour faire baptiser leurs enfants. La pérestroïka instituée par Michail Gorbatchev en 1985 a permis une véritable renaissance religieuse en Union Soviétique. Les Allemands de Russie n’en ont pas moins conservé leurs traditionnelles réunions en petits cercles de prière. Or ils ne peuvent retrouver cette intimité et cette solidarité communautaire en Allemagne, où églises et offices religieux leur paraissent pareillement froids18. Leurs convictions sont en réalité très éloignées des orientations religieuses occidentales, elles mêmes façonnées par un environnement culturel pluraliste et sécularisé. Leurs traditions religieuses ne les ont, par exemple, pas préparés à accepter que des femmes puissent être pasteurs ; ils regrettent l’absence de respect envers le pasteur (prêtre) et la liturgie qu’ils croient discerner en Allemagne, et ils n’adhèrent pas au mouvement œcuménique. Ce refus est cependant nettement plus prononcé chez les membres des communautés évangéliques autonomes (Brüdergemeinden)19. Ceci nous amène à considérer le cas très particulier de ces communautés religieuses. Les Églises dites « libres » sont celles des baptistes, mennonites, pentecôtistes et adventistes. Toutes sont issues des mouvements dissidents du protestantisme du XVIe siècle20.

  • 21 Chiffre d’après Olga Kourilo précitée, p. 224.
  • 22 Les Brüdergemeinden n’ont pas de pasteurs, les prêches sont faits par des « frères » sans formation (...)
  • 23 Hermann Ruttmann, Kirche und Religion von Aussiedlern aus den GUS-Staaten, Marburg, Religionswissen (...)
  • 24 Herbert Jenisch, Andreas Baaden, « Modell für eine kulturelle Integrationsmaßnahme mit in geschloss (...)
  • 25 Vladimir Ilyin, « Religiositat als Faktor für die Immigrationspraxis ethnischer Deutscher in die Bu (...)

7Parmi les Églises libres, le groupe dont le particularisme est le plus accentué est celui des communautés d’inspiration piétiste, les Brüdergemeinden. Ces communautés sont très proches de celles des mennonites ou des baptistes. Certaines d’entre elles sont officiellement enregistrées dans les républiques de la CEI ; elles sont alors membres de l’Église évangélique luthérienne de Russie, et également reconnues en Allemagne. D’autres au contraire ne sont pas enregistrées, et constituent des communautés séparatistes autonomes dont les liens avec l’Église officielle ne sont que de pure forme. On recense en Allemagne quelque 300 B rüdergemeinden, dont 10 % sont des communautés autonomes21. Beaucoup sont établies dans le Bade-Wurtemberg, en Basse-Saxe et en Westphalie. La Communauté évangélique luthérienne des Allemands de Russie (établie à Bad Sooden/Allendorf) tente pour sa part de rassembler les membres des anciennes communautés allemandes protestantes de l’ex-Union soviétique dispersés sur tout le territoire allemand après l’émigration. Les Aussiedler de ces communautés pratiquent une religion très imprégnée de piétisme : les traits majeurs en sont l’interprétation littérale de la Bible, la fraternité qui s’exprime dans les assemblées ou prêchent des frères22, la perception d’un monde exclusivement séparé entre Bien et Mal, où tout écart aux enseignements des textes bibliques constitue une transgression de la loi divine. La situation historique en ex-Union soviétique a engendré un certain mélange de toutes ces expressions du protestantisme, avec des communautés mixtes où se côtoient par exemple baptistes et Brüdergemeinden. Recréées en Allemagne, elles se distinguent des paroisses catholiques ou évangéliques : leurs célébrations liturgiques sont plus longues, les fidèles y arrivent longtemps à l’avance, y prient et chantent beaucoup plus. Selon une tradition patriarcale, les femmes arrivent à l’église en tenue sombre, robe ou jupe longue et tête couverte, et s’assoient souvent à part23. Les Aussiedler baptistes ont créé, à l’image des mennonites, leurs propres communautés en Allemagne. Paderborn (Rhénanie du Nord-Westphalie) était considérée au début des années quatre-vingt-dix comme le centre de regroupement des Aussiedler baptistes. Le ministère fédéral de l’Intérieur finance d’ailleurs des projets pour favoriser les contacts de ces communautés baptistes avec la population locale24. Une description exhaustive des options religieuses des Allemands de Russie doit inclure les adventistes et les pentecôtistes, qui ont aussi leurs propres communautés en Allemagne, où les prêches sont prononcés en russe. Les Églises d’Allemagne sont en outre préoccupées par le travail des sectes auprès des Aussiedler, fragilisés par l’immigration25.

  • 26 Helmut Kuhn, Guido Mangold, « D’r Haar es min Hirt. Mennoniten in Fulda. In Russland waren sie ‘die (...)
  • 27 Voir Waldemar Vogelgesang, « Religiose Segregation und soziale Distanzierung-dargestellt am Beispie (...)
  • 28 Voir Stefanie Theis, op. cit., p. 240.
  • 29 Klaus Boll, op. cit., p. 331 ; Waldemar Vogelgesang, op. cit., p. 152 et p. 157.
  • 30 Voir Rita Süssmuth, Migration und Integration : Testfall für unsere Gesellschaft, Munich, dtv, 2006 (...)
  • 31 82 % des Aussiedler se marient entre eux, toutefois les deux tiers des enfants nés en Allemagne con (...)

8Concernant les Aussiedler membres de ces Églises libres et leur acculturation en Allemagne, l’appréciation doit donc être nuancée. D’un côté, leur appartenance religieuse très marquée concourt certainement à renforcer leur identité spécifique. Ils trouvent en outre au sein de ces communautés la solidarité dont ils ont besoin pour s’acclimater progressivement à l’Allemagne26. D’un autre côté, cette appartenance si profondément affichée tend à les marginaliser et est susceptible d’entraîner un isolement très durable27. C’est d’autant plus probable que leur religiosité ne se manifeste pas seulement à l’église, mais transparaît dans tous les domaines de la vie quotidienne, avec des valeurs ultraconservatrices ou traditionalistes diamétralement opposées à celles qui ont cours en Allemagne28. C’est particulièrement vrai des mennonites : l’intensité de leurs sentiments et pratiques religieuses est telle qu’ils conservent dans leur patrie historique le statut de minorité, à la fois religieuse et culturelle, qui les caractérisait déjà en ex-Union soviétique. Les Ausssiedler qui n’appartiennent pas à ce courant de l’Église évangélique sont d’ailleurs les premiers à critiquer ceux qu’ils considèrent comme des fanatiques religieux, dont le comportement, la tenue vestimentaire et les propos sont de nature à « ruiner l’intégration » – sous entendu : la leur et celle des autres29. Un deuxième aspect particulièrement problématique est le conflit de générations qui, tôt ou tard, ne manque pas de surgir. Il s’exprime avec une acuité particulière dans le domaine du rapport à la sexualité. Les baptistes, tout comme les mennonites, condamnent l’amoralité de la société allemande, diffusée et exprimée par les médias mais aussi à l’école, par le biais par exemple des cours d’éducation sexuelle, ou de l’information préventive sur le sida (à caractère résolument précoce en Allemagne). Cette divergence fondamentale de valeurs constitue l’un des problèmes majeurs de l’intégration des Aussiedler dans la société allemande. Le contexte scolaire est l’un des exemples les plus frappants du choc socioculturel entre deux conceptions du monde et de la morale. Le parallèle s’impose ici avec un autre groupe d’immigrés en Allemagne : la population d’origine turque, du moins en partie30. Et dans les deux cas, l’altérité, marquée par un certain archaïsme, s’exprime notamment par l’endogamie religieuse – avérée au moins pour la première génération des immigrants31.

  • 32 Pour une analyse différenciée, voir notre article, « Une immigration germano-allemande : aspects de (...)
  • 33 Voir Vladimir Ilyin, op. cit., p. 297.

9Mais la comparaison a ses limites dans la mesure où l’intégration culturelle problématique de ces Aussiedler se double d’une intégration socioprofessionnelle généralement relativement bien réussie32. À l’instar de leurs ancêtres qui firent de leurs colonies les terres les plus prospères de la Nouvelle Russie, les mennonites sont recherchés par les employeurs en Allemagne, en raison de leur efficacité économique. Par leurs mœurs ascétiques, ils corrigent en outre le stéréotype de l’Aussiedler alcoolique33.

  • 34 Ibid, p. 287 sq. : « Die kirchliche Gemeinde funktioniert dabei wie eine Art ‘Club’. In ihr verschw (...)
  • 35 Karl-Heinz Neukamm, in Kirchenamt der Evangelischen Kirche in Deutschland (éd.), « Spätaussiedlerin (...)
  • 36 Wilhelm Kahle, « Beharrung und Bewahrung – Über das kirchlich-religiose Element in der Pragung der (...)

10L’acculturation religieuse des Aussiedler doit donc être examinée de façon différenciée, selon les confessions dont ils se réclament, mais aussi en fonction des générations concernées. Les deux grandes Églises d’Allemagne ont un rôle clef en tant que points de contact entre les immigrants et la société d’accueil. Leur engagement social et caritatif constitue un pan essentiel de l’intégration des Aussiedler. Leur fonction intégratrice est patente à deux égards : elles sont d’abord le cadre privilégié de rencontres avec les « nationaux » allemands ; elles offrent ensuite la possibilité, par l’octroi d’une fonction de responsabilité (même bénévole), d’élever son statut social34. Les Églises « libres » en revanche s’avèrent relativement peu propices aux contacts des Aussiedler avec la société allemande, et peuvent même compliquer leur intégration dans la vie courante : vie professionnelle ou scolaire, loisirs... En définitive, ce qui déterminera le succès – ou l’échec – de l’intégration sera la capacité des uns et des autres à s’accepter dans leur dissemblance. La société allemande peut certainement s’enrichir au contact des nouveaux venus, qui peuvent – parfois à leur insu – conduire leurs compatriotes « nationaux » allemands à s’interroger sur leur propre pratique religieuse ou sur l’expression de leur foi. Les Églises allemandes en perte de vitesse ont très tôt reconnu ce potentiel, mais la réalité dans les paroisses est plus complexe, l’accueil se teinte ici et là d’irritation et d’incompréhension35. De leur côté, les Aussiedler maintiennent encore leurs traditions religieuses, et pratiquent de préférence leur foi en famille ou en petite communauté. Le phénomène d’intégration sera-t-il ici réciproque ? Ou assistera-t-on à une lente dissolution des communautés religieuses des Aussiedler dans la société allemande36 ? Il est encore trop tôt pour répondre à ces questions. Il est néanmoins certain que les communautés « libres » conserveront pendant plusieurs décennies leur particularisme, du fait de leur cohésion et de la force de leurs convictions, qui s’expriment enfin librement après des siècles d’oppression. Constat qui amène à poser l’hypothèse des effets missionnaires éventuels de ces communautés en Allemagne, et de la potentielle extension du nombre de leurs membres par l’adhésion de « nationaux » allemands déçus par leurs Églises. Aucune étude statistique ne permet encore aujourd’hui de valider cette hypothèse, qui reste donc à l’état de spéculation.

Famille et intégration

  • 37 C’est vrai pour les Allemands de Russie au même titre que pour les Allemands de Roumanie : la commu (...)
  • 38 Peter Hilkes : « Zur aktuellen Situation der deutschen Minderheiten in der Ukraine, Russland und Ka (...)
  • 39 Angela Schmidt-Bernhardt, Jugendliche Spätaussiedlerinnen. Bildungserfolg im Verborgenen, Marburg, (...)
  • 40 Barbara Dietz, « Aussiedler/Spätaussiedler in Deutschland seit 1950 », in Klaus J. Bade, Pieter C. (...)
  • 41 Leonie Herwarth-Emden, « Erziehung und Sozialisation in Aussiedlerfamilien. Einwanderungs-kontext, (...)
  • 42 Leonie Herwart-Emden, in Aussiedlerseelsorge der EKD (éd.), Texte zur Aussiedlerarbeit 2000 ; Manue (...)
  • 43 Barbara Dietz, Jugendliche Aussiedler, A usreise, Aufnahme und Integration, Institut für berufliche (...)

11La dynamique familiale est un rouage essentiel de la mécanique de l’intégration. C’est d’ailleurs sur cette base que s’est opérée l’immigration en RFA. L’intensité des liens familiaux reste perceptible entre les Aussiedler immigrés en Allemagne et les membres de la famille demeurés au pays natal37. L’éloignement géographique est particulièrement douloureusement ressenti par les Allemands de Russie, qui ne peuvent pas multiplier les allers-retours entre pays natal et (vieille) nouvelle patrie38. Certes, les nouvelles technologies, notamment l’Internet ou la téléphonie mobile, offrent à première vue un formidable espace transnational de communication. Mais les effets en sont pervers : la communication immédiate, intensive et régulière peut réactiver et entretenir la douleur de la séparation, ou devenir le champ d’expression des griefs mutuels au sein de familles séparées, voire détruites, par l’émigration39. Toutefois la famille demeure la communauté dont la cohésion revêt une importance existentielle pour chacun de ses membres40. Dans le processus d’immigration et la situation de fragilité relationnelle des Aussiedler à leur arrivée en Allemagne, elle reste au centre de la vie sociale et constitue le nécessaire refuge face à l’adversité et l’inconnu41. Certes l’immersion dans la société allemande creuse quelques fissures dans l’édifice familial, que la décomposition de la société soviétique avait même parfois déjà provoquées. Mais plusieurs motifs contribuent à maintenir au clan familial sa cohésion, une fois l’immigration accomplie. Face à la dégradation des conditions de logement et à la crise du marché de l’emploi après 1990, mais aussi devant le rejet d’une partie de la population, la famille reste un point d’ancrage essentiel pour surmonter le sentiment d’appartenir à une minorité42. De fait, même plusieurs années après l’immigration, l’on observe encore une très forte proximité résidentielle entre parents et enfants, et une grande solidarité intergénérationnelle. Les Aussiedler maintiennent souvent les valeurs ancestrales que sont la famille et les formes de solidarité traditionnelles de leur société d’origine à dominante rurale. Leur sociabilité ne se limite d’ailleurs pas à la sphère familiale, mais s’étend aussi aux voisins et amis de la communauté. Parenté et amitié permettent ainsi aux immigrés de fraîche date de s’orienter dans la société allemande grâce aux conseils et à l’expérience acquise de leurs prédécesseurs, dans des domaines aussi divers et essentiels que les démarches administratives, le choix de la formation, la recherche d’un emploi, la recherche d’un logement43... Cette stratégie typique des phénomènes de migration en chaîne vaut pleinement pour l’immigration spécifique des Aussiedler. Elle s’avère déterminante pour la première phase de leur intégration sociale, et revêt un caractère existentiel en cas de situation sociale précaire, dans un environnement particulièrement hostile à l’intégration.

  • 44 Deutsches Rotes Kreuz, Jahresbericht 1995, p. 37 sq.
  • 45 Cette image exclusivement patriarcale ne s’applique pas à toutes les familles des Allemands de Russ (...)
  • 46 Id, p. 85 et p. 95 sq.

12La densité du tissu relationnel familial ou amical des Aussiedler contraste avec leur retrait de la vie collective. Leur affiliation à des collectifs (associations culturelles, sportives, paroissiales, syndicales, clubs du troisième âge...) reste limitée, surtout dans les premières années qui suivent l’immigration. Le faible niveau de compétence en allemand est un obstacle majeur à une participation plus active. Ce repli familial inspire aux « nationaux » allemands des sentiments mitigés. La remarquable cohésion des familles est-elle vraiment apte à favoriser leur immersion dans la société allemande ? L’interrogation est double et porte autant sur leur isolement que sur le maintien de structures patriarcales, ressenties par la société allemande comme extrêmement rigides et rétrogrades44. Ce scepticisme très critique s’explique en partie par une conception en RFA de l’épanouissement individuel qui a largement proscrit toute forme de hiérarchie de nature autoritaire au sein de la famille. Le pouvoir paternel et la soumission des jeunes filles heurtent tout particulièrement la mentalité occidentale allemande45. L’influence déterminante des parents se traduit par leurs interventions dans les options professionnelles, mais aussi personnelles de leurs enfants, tant que ceux-ci résident sous leur toit. Toutes les décisions des jeunes sont en principe soumises à l’aval de leurs aînés : gestion du salaire gagné, choix professionnel, mais aussi choix marital. Ces structures traditionnelles perdurent souvent dans les premières années de l’installation en Allemagne, mais se diluent peu à peu au fil des années46.

  • 47 Voir l’analyse d’Anatoli Rakhkochkine, « Neue Heimat, neue Zukunft. Eine soziologisch-pädagogische (...)
  • 48 Peter Hilkes : « Weniger Aussiedler-Probleme gelost ? Zur Lage russlanddeutscher Kinder und lugendl (...)
  • 49 Peter Giese, in Deutsches Rotes Kreuz (éd.), Jahresbericht 1999, p. 22-24.
  • 50 Phénomène accentué depuis : part des Aussiedler ethniquement allemands : 21 %, celles des membres d (...)
  • 51 Ibid, p. 23 ; Heribert Ostendorf (éd.), Kriminalität der Spätaussiedler – Bedrohung oder Mythos ?, (...)
  • 52 Volk auf dem Weg, no 3, mars 1996, p. 5.

13Plusieurs facteurs viennent en outre remettre en cause la fonction traditionnellement fédératrice de la famille. L’immigration en elle-même joue un rôle non négligeable dans l’altération progressive, parfois même étonnamment rapide, des structures familiales. Le contexte général désormais peu favorable en RFA (difficile insertion professionnelle, isolement linguistique, logement insuffisant...) ne peut rester sans incidence sur l’ambiance familiale, l’entente du couple, l’autorité parentale et l’éducation des enfants47. En outre les familles qui arrivent en Allemagne depuis 1990 réunissent de moins en moins les conditions requises pour permettre une acculturation familiale harmonieuse. Il faut rechercher les causes de la déliquescence de l’institution familiale dans les États héritiers de l’Union Soviétique, dans un contexte général de décomposition des structures sociales48. Le rapport annuel de la Croix Rouge allemande pour 1999 dresse un bilan désastreux des conditions familiales dans les pays d’origine, littéralement importées avec l’immigration en Allemagne49. Selon ses observations, l’immigration en RFA s’assimile souvent à une véritable fuite, ce qui est avéré dans les cas suivants : le candidat à l’émigration, d’origine allemande, cherche par le biais de l’émigration à se dérober à ses responsabilités familiales dans le pays d’origine. Les familles des candidats (d’origine allemande) à l’émigration les incitent à se séparer de leurs conjoints non-allemands. Si cette séparation s’effectue en RFA, le partenaire en est réduit au statut d’étranger, avec le risque d’être expulsé d’Allemagne. Or, la part des membres de la famille non allemands qui immigrent avec les Aussiedler est passée de 26 % en 1993 à 70 % en 1999 – la part des Aussiedler « ethniquement allemands » étant inversement proportionnelle50. La Croix Rouge note des cas de grands-parents « d’appartenance allemande » utilisés pour permettre d’accomplir le rapatriement en Allemagne du clan familial, mais abandonnés à leur sort (en RFA) une fois l’immigration accomplie. Dans les familles évoquées ici, les problèmes psychosociaux augmentent dangereusement, les conflits entre parents et enfants se multiplient au contact d’une société allemande qui ne correspond nullement aux descriptions des parents ou des grands-parents51. Les Allemands de Russie installés depuis plusieurs années en RFA observent non sans inquiétude cette évolution, qui ne peut que renforcer l’hostilité de la société allemande à l’égard des Aussiedler « russes »52.

Conclusion

  • 53 Sur l’aspect positif de telles enclaves, mis en évidence par les historiens des migrations : Klaus (...)
  • 54 Manuela Westphal, in Klaus J. Bade, Jochen Oltmer, op. cit., p. 127-149 ; Angela Schmidt-Bernhardt,(...)
  • 55 Voir Franziska Woellert et al, op. cit.
  • 56 Souci exprimé notamment par Christoph Bergner, délégué aux Aussiedler et aux minorités nationales, (...)

14Religiosité et famille sont de véritables « marqueurs ethniques » puisqu’elles contribuent à la construction identitaire des Aussiedler. Elles influencent leur intégration socioculturelle – ou leur exclusion. L’analyse du facteur familial dans les mécanismes de l’intégration conduit à formuler un constat aussi nuancé que pour le facteur religieux. La famille comme la religion s’avèrent à double tranchant : tantôt havres de sécurité, tantôt entrave à l’intégration. La cellule familiale, ainsi que la communauté religieuse, constituent des enclaves ethniques nécessaires, au moins pendant quelque temps : les Aussiedler peuvent puiser leur identité à ces deux sources53. Tout l’art d’une intégration réussie réside dans la capacité à s’en affranchir sans en renier les valeurs profondes, pour adopter d’autres normes de vie54. L’immigration des Aussiedler se situe dans le droit fil de celle des expulsés des années 1945-1950, elle en est d’ailleurs le prolongement historique, politique et juridique direct. Il est donc tentant d’établir un parallèle avec la remarquable intégration des expulsés par la société allemande. Mais la comparaison a ses limites. D’une part, le contexte socioéconomique de l’après-guerre était bien différent : le « miracle économique » auquel les expulsés prirent une part active, et l’effort global de reconstruction, firent beaucoup pour leur intégration. Et d’autre part, les expulsés formaient un groupe beaucoup plus homogène que les Aussiedler (Allemands de Russie, Roumanie, Pologne...) ; leur maîtrise de la langue allemande restait, en dépit de leur accent ou des dialectes utilisés, globalement très satisfaisante. Les conditions de l’accueil des Aussiedler sont autrement différentes sur ces deux points essentiels. Toutefois le parallèle acquiert tout son intérêt au vu des analyses récentes. Les difficultés d’intégration constatées aujourd’hui pour les Aussiedler, dont la presse se fait régulièrement l’écho, et les réactions d’hostilité de la part des nationaux sont très comparables avec le rejet suscité par les expulsés dans les années d’après-guerre et leurs problèmes identitaires durables, mais longtemps niés en Allemagne. La salutaire démythification du « miracle de l’intégration » des expulsés ne remet pas en question le succès global de l’entreprise. Or, contrairement aux idées reçues, il apparaît déjà aujourd’hui que les Aussiedler sont le groupe d’immigrants le mieux intégré en Allemagne55. À cela deux raisons majeures : d’abord leur statut d’Allemands, ancré dans la Loi fondamentale, qui a fondé une politique volontariste d’intégration. Ensuite leur propre conscience de cette appartenance, doublée d’une volonté et d’une aptitude fortes à l’intégration. L’évolution des dernières années incite toutefois à la plus grande prudence, avec le constat d’une détérioration des conditions d’intégration des Aussiedler56.

Notes

1 Par souci de simplification, nous employons le terme générique « Aussiedler », bien que l’usage juridique ait introduit « Spataussiedler » en 1993. Étant donné ses nombreuses occurrences ici, nous renonçons à l’italique pour ce terme qu’il ne nous paraît pas opportun de traduire. Voir sur ce point notre article « Regard français sur un phénomène migratoire historique : le retour des (Spat) Aussiedler en République fédérale d’Allemagne (1950-2005) », in Sociologia Internationalis, Internationale Zeitschrift für Soziologie, Kommunikations-und Kulturforschung, vol. 44, no 1 (2006), p. 57-84.

2 Statistisches Bundesamt 2006 (éd.), « Wer gehört zur Bevölkerung mit Migrationshintergrund ? », in Leben in Deutschland. Ergebnisse des Mikrozensus 2005, p. 73-75.

3 En vingt ans (1988-2008), la RFA a accueilli 3 millions d’Aussiedler : environ 800 000 originaires des États d’Europe centre-orientale, plus de 2 millions venant des États successeurs de l’Union soviétique. Voir Bundesverwaltungsamt, Aussiedlerstatistik seit 1950, in <www.bva.bund.de>.

4 Voir notre article : « Les colonies d’Orient : trait d’union entre les aires orientale et germanique », in Sylvie Grimm-Hamen et Philippe Alexandre (éds.), L’Orient dans la culture allemande aux XVIIIe et XIXe siècles, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2007, p. 159-172.

5 Nous ne pouvons que brièvement évoquer ici l’appel à la colonisation des tsars dans le cadre de l’expansion territoriale russe face au déclin de l’Empire ottoman, particulièrement à la fin du XVIIIe siècle (sous Catherine II les rives de la mer Noire et la Crimée en 1774 et 1783, sous Alexandre Ier la Bessarabie en 1812).

6 Les deux grandes Églises sont pareillement affectées, avec une accélération des départs depuis 1970. L’Église catholique a enregistré une baisse de la fréquentation des célébrations eucharistiques de près de 49 % entre 1960 et 1989 (donc avant la réunification). L’Église évangélique connaît le même phénomène, mais elle a été encore plus concernée par le nombre de départs après la réunification : 144 000 en 1990, 321 000 en 1991, 361 000 en 1992, 290 000 en 1993. Chiffres in, Statistisches Bundesamt (éd.), Datenreport 1997, p. 178 sq.

7 Peter Maser, « Kirchen » in Werner Weidenfeld, Karl-Rudolf Korte (éds.), Handbuch zur deutschen Einheit 1949-1989-1999, vol. 363, Bonn, 1999, p. 486 sq. et p. 499. Les Églises orthodoxes en Allemagne comptaient elles-mêmes en 1996 1,2 million de membres, les Églises dites “libres” (Freikirchen) 328 000.

8 Les chiffres de 1996 se voient aujourd’hui pleinement confirmés : prédominance des deux Églises, certes, mais aussi leur recul (respectivement 25 millions de membres), et asymétrie entre nouveaux et anciens Länder (75 % se déclarent chrétiens en Allemagne occidentale, contre moins de 20 % en ex-RDA). Chiffres in <www.remid.de/info_zahlen_grafik.html> (17/03/2009).

9 L’on doit ces données à la loi de 1953 (Bundesvertriebenengesetz) qui stipule que l’État doit concevoir ces statistiques « aux fins de l’application des directives destinées à permettre l’intégration des Aussiedler » (aux termes de la loi dans sa version de 1999). Cf Bund der Vertriebenen, Leitfaden für die Aussiedlerbetreuung, Bonn, 2000, p. 20.

10 Info-Dienst Deutsche Aussiedler (ultérieurement Info-Dienst), no 110, janvier 2001, p. 28.

11 Bundesverwaltungsamt, Spätaussiedler und deren Angehörige. Jahresstatistik 2006. Alter, Berufe, Religion, <www.bundesverwaltungsamt.de>. Voir aussi Info-Dienst, no 116, sept. 2003, p. 18-20.

12 Les Allemands de Russie évangéliques sont majoritairement luthériens. Les luthériens se définissent plus volontiers comme évangéliques que comme protestants – héritage du début du xvIIIe siècle, où dans les régions germanophones, « évangélique » était devenu synonyme de « luthérien ». Voir <http:/oikumene.org/fr/eglises.membres/familles.deglises/eglises-evangeliques.html> (17-03-2009).

13 Voir Stefanie Theis, Religiosität von Russlanddeutschen, Stuttgart, Kohlhammer, 2006, p. 241 sq.

14 Voir Olga Kourilo, « Religion und Integration », in Caritas no 100, mai 1999, p. 226.

15 Voir Gerd Strieker, Deutsche Geschichte im Osten Europas, Russland, Berlin, Siedler, 1997, p. 380 et p. 389 sq.

16 Ibid, p. 392 sqq.

17 Joseph Schnur (éd.), Leben der Russlanddeutschen. Evangelischer Teil, Stuttgart, Landsmannschaft der Deutschen aus Russland, 1978, p. VII, p. 5 sq, p. 62.

18 Günter Kohler, Notaufnahme. Vierzig Jahre im Dienst für Umsiedler, Aussiedler und Übersiedler, Berlin, Stapp Verlag, 1991, p. 424 ; Klaus Boll, Kulturwandel der Deutschen aus der Sowjetunion. Eine empirische Studie zur Lebenswelt russlanddeutscher Aussiedler in der Bundesrepublik Deutschland, Marburg, N. G. Elwert, 1993, p. 342 ; Eugen Reinhardt, « In der Kirche Heimat finden – zur Integration der Russlanddeutschen in den katholischen Gemeinden » in Referate der Kulturtagung der Deutschen aus Russland, Würzburg, 1994, p. 102.

19 Olga Kourilo, op. cit., p. 225; Gerhard Strieker, op. cit., p. 404.

20 À la fin des années 80 du XXe siècle, on recensait en Union Soviétique quelque 500 communautés évangéliques-luthériennes allemandes (dont environ 300 officiellement enregistrées), entre 20 et 30 communautés catholiques officielles, environ 50 communautés de mennonites (soit à peu près 50 000 personnes) implantées surtout en Sibérie. Baptistes et pentecôtistes, minoritaires, vivaient dans des villages/villes pluriethniques du Kazakhstan, d’Asie centrale et de Sibérie. Voir Alfred Eisfeld in <http://www.bpb.de/publikationen/00259378069777420559840368912190.html> (17-03-2009).

21 Chiffre d’après Olga Kourilo précitée, p. 224.

22 Les Brüdergemeinden n’ont pas de pasteurs, les prêches sont faits par des « frères » sans formation théologique particulière, mais aptes à communiquer l’enseignement de la Bible. Les textes de la Révélation y occupent une place de choix. Voir Joseph Schnur (Ev. Teil), op. cit., p. 62.

23 Hermann Ruttmann, Kirche und Religion von Aussiedlern aus den GUS-Staaten, Marburg, Religionswissenschaftlicher Medien-und Informationsdienst e.V. (REMID), 1996, p. 54 sq.

24 Herbert Jenisch, Andreas Baaden, « Modell für eine kulturelle Integrationsmaßnahme mit in geschlossenen Gemeinschaften lebenden sowjetdeutschen Aussiedlergruppen », in Info-Dienst no 29, sept. 1991, p. 14-21.

25 Vladimir Ilyin, « Religiositat als Faktor für die Immigrationspraxis ethnischer Deutscher in die Bundesrepublik Deutschland », in Sabine Ipsen-Peitzmeier, Markus Kaiser (éds.), Zuhause fremd. Russlanddeutsche zwischen Russland und Deutschland, Bielefeld, Bibliotheca eurasica, 2006, p. 300 sq.

26 Helmut Kuhn, Guido Mangold, « D’r Haar es min Hirt. Mennoniten in Fulda. In Russland waren sie ‘die Fritz’, hier sind sie ‘die Iwans’. Dabei holen die strengglaubigen Aussiedler mit viel Fleiβ und groβem Erfolg das Wirtschaftswunder nach », in Focus 35 (1996), p. 86-91.

27 Voir Waldemar Vogelgesang, « Religiose Segregation und soziale Distanzierung-dargestellt am Beispiel einer Baptistengemeinde zugewanderter Spätaussiedler », in Sabine Ipsen-Peitzmeier, Markus Kaiser, op. cit., p. 151-169.

28 Voir Stefanie Theis, op. cit., p. 240.

29 Klaus Boll, op. cit., p. 331 ; Waldemar Vogelgesang, op. cit., p. 152 et p. 157.

30 Voir Rita Süssmuth, Migration und Integration : Testfall für unsere Gesellschaft, Munich, dtv, 2006, p. 187. Waldemar Vogelgesang, op. cit., p. 166 ; Hans Werner Retterath, « Chancen der Koloniebildung im Integrationsprozess russlanddeutscher Aussiedler ? », in Sabine Ipsen-Peitzmeier et al, op. cit., p. 142.

31 82 % des Aussiedler se marient entre eux, toutefois les deux tiers des enfants nés en Allemagne contractent des mariages biculturels, alors que 93 % des immigrés d’origine turque nés en Allemagne maintiennent l’endogamie. Voir Franziska Woellert, Steffen Kröhnert, Lilli Sippel, Reiner Klingholz, Ungenutzte Potenziale. Zur Lage der Integration in Deutschland, Cologne, Berlin-Institut für Bevölkerung und Entwicklung (éd.), 2009, p. 7.

32 Pour une analyse différenciée, voir notre article, « Une immigration germano-allemande : aspects de l’intégration des Aussiedler en République fédérale d’Allemagne », in Brigitte Lestrade (éd.), Emploi et immigration. Vers une convergence des pratiques en Europe ?, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 125-140.

33 Voir Vladimir Ilyin, op. cit., p. 297.

34 Ibid, p. 287 sq. : « Die kirchliche Gemeinde funktioniert dabei wie eine Art ‘Club’. In ihr verschwimmen die Grenzen zwischen Aussiedlern und einheimischen Deutschen. »

35 Karl-Heinz Neukamm, in Kirchenamt der Evangelischen Kirche in Deutschland (éd.), « Spätaussiedlerinnen und Spataussiedler. Empfehlungen zum Umgang mit Brüdergemeinden der Deutschen aus Russland », Hannover, 2000. Sur les difficultés d’échange mutuel (anciennes !) voir loseph Schnurr, Die Kirchen und das religiose Leben der Russlanddeutschen. Katholischer Teil, Landsmannschaft der Deutschen aus Russland (éd.), Stuttgart, 1980 (2), p. 393 : « Man geht enttauscht auseinander und sagt : “Mit diesen Leuten kann man nichts anfangen, die sind so verschlossen und abweisend, daß aus ihnen nichts herauszubekommen ist”. »

36 Wilhelm Kahle, « Beharrung und Bewahrung – Über das kirchlich-religiose Element in der Pragung der Russlanddeutschen », in Kulturtagung der Deutschen aus Russland 1989, op. cit., p. 88 : « [B]ei der Bewahrung “lebendigen Erbes” [müssen wir] Hilfe leisten und dieses Erbe nicht in eine fragwürdige Kirchlichkeit [einschmelzen]. » Les enquêtes les plus récentes (Ilyin 2006, Schmidt-Bernhardt 2008) font état de l’assouplissement de l’éthique religieuse (variable selon les familles), signe du degré d’acculturation déjà atteint.

37 C’est vrai pour les Allemands de Russie au même titre que pour les Allemands de Roumanie : la communauté reste préservée bien après l’immigration en RFA. Les périodiques diffusés en RFA (Volk auf dem Weg, Banater Post) l’attestent clairement, avec leurs longues rubriques des mariages, naissances et décès des Allemands des deux « patries ».

38 Peter Hilkes : « Zur aktuellen Situation der deutschen Minderheiten in der Ukraine, Russland und Kazakhstan » in Gerhard Ernst (éd.), Zur heutigen Situation deutschsprachiger Minderheiten im östlichen Europa, Regensburg 2000, p. 49-73.

39 Angela Schmidt-Bernhardt, Jugendliche Spätaussiedlerinnen. Bildungserfolg im Verborgenen, Marburg, Tectum, 2008, p. 415.

40 Barbara Dietz, « Aussiedler/Spätaussiedler in Deutschland seit 1950 », in Klaus J. Bade, Pieter C. Emmer, Leo Lucassen, lochen Oltmer (éds.), Enzuklopädie Migration in Europa. Vom 17. Jahrhundert bis zur Cegenwart, Munich, Ferdinand Schoningh, 2008, p. 404.

41 Leonie Herwarth-Emden, « Erziehung und Sozialisation in Aussiedlerfamilien. Einwanderungs-kontext, familiäre Situation und elterliche Orientierung », in Aus Politik und Zeitgeschichte (ultérieurement APMZ) B7-8 (1997), p. 3-9 ; Angela Schmidt-Bernhardt, op. cit., p. 409 sq. ; Svenja Barner, Arbeitsmigranten und Aussiedler, Integration in Théorie und Praxis, Sarrebruck, Müller, 2007, p. 67.

42 Leonie Herwart-Emden, in Aussiedlerseelsorge der EKD (éd.), Texte zur Aussiedlerarbeit 2000 ; Manuela Westphal, in Klaus J. Bade, lochen Oltmer (éds.), Aussiedler, deutsche Auswanderer aus Osteuropa, Osnabrück, Rasch, 1999, p. 127-149 ; Ulrich Reitemeier, Aussiedler treffen auf Einheimische, Tübingen, Gunter Narr, 2006, p. 418 sq.

43 Barbara Dietz, Jugendliche Aussiedler, A usreise, Aufnahme und Integration, Institut für berufliche Bildung und Weiterbildung e.V., Gottingen, 1996, p. 73 ; Barbara Dietz, Peter Hilkes, Integriert oder isoliert ? Zur Situation junger Aussiedler in der Bundesrepublik Deutschland, Munich, Olzog, 1994, p. 98 sq ; Bernhard Nauck, « Integration und Familie », in : APuZ 22-23 (2007), p. 25.

44 Deutsches Rotes Kreuz, Jahresbericht 1995, p. 37 sq.

45 Cette image exclusivement patriarcale ne s’applique pas à toutes les familles des Allemands de Russie, plutôt caractérisées au contraire par une structure fortement matriarcale. Cf. Manuela Westphal, in Klaus J. Bade, lochen Oltmer, op. cit., p. 127-149 ; Angela Schmidt-Bernhardt, op. cit., p. 455-459.

46 Id, p. 85 et p. 95 sq.

47 Voir l’analyse d’Anatoli Rakhkochkine, « Neue Heimat, neue Zukunft. Eine soziologisch-pädagogische Studie über die Integration der Kinder der Aussiedler aus den GUS-Staaten », in APuZ B7-8 (1997), p. 10-16 ; Angela Schmidt-Bernhardt, op. cit., p. 416.

48 Peter Hilkes : « Weniger Aussiedler-Probleme gelost ? Zur Lage russlanddeutscher Kinder und lugendlicher in Deutschland, Vortrag im “Domino”, Integrationsprojekt für Aussiedlerkinder », Coburg, 29/01/2000 ; cf aussi Rudolf Gielf-Warsewa, « Aus der GUS ins soziale Abseits der BRD », in Bundesarbeitsgemeinschaft lugendsozialarbeit (éd.), Beratungs-und Betreuungsarbeit für junge Aussiedlerlnnen, 35. Analyse, août 1997. Pour mémoire, la répartition des Aussiedler par pays d’origine en 2000 (sur un total de 94 558 Aussiedler de la CEI) est la suivante : Fédération russe : 41 478 ; Kazakhstan : 45 657 ; Ukraine : 2 773 ; Kirghizistan : 2 317. Statistique d’après Info-Dienst no 116, sept. 2003.

49 Peter Giese, in Deutsches Rotes Kreuz (éd.), Jahresbericht 1999, p. 22-24.

50 Phénomène accentué depuis : part des Aussiedler ethniquement allemands : 21 %, celles des membres de la famille avec peu ou pas de connaissances d’allemand : 79 % (soit multipliée par 3). Chiffres in : Info-Dienst no 11, 2005, p. 12 et p. 16.

51 Ibid, p. 23 ; Heribert Ostendorf (éd.), Kriminalität der Spätaussiedler – Bedrohung oder Mythos ?, Baden-Baden, Nomos, 2007, p. 78.

52 Volk auf dem Weg, no 3, mars 1996, p. 5.

53 Sur l’aspect positif de telles enclaves, mis en évidence par les historiens des migrations : Klaus J. Bade und Hans-Georg Dietrich (éds.), Nachholende Integrationspolitik und Gestaltungsperspektiven der Integrationspraxis, Beitrage der Akademie für Migration und Integration, Heft 11, Gottingen, V&R unipress, 2007, p. 36 sq.

54 Manuela Westphal, in Klaus J. Bade, Jochen Oltmer, op. cit., p. 127-149 ; Angela Schmidt-Bernhardt, op. cit., p. 455-459.

55 Voir Franziska Woellert et al, op. cit.

56 Souci exprimé notamment par Christoph Bergner, délégué aux Aussiedler et aux minorités nationales, lors du symposium tenu à Berlin les 3 et 4 sept. 2008 « Zwei Jahrzehnte Politik für Aussiedler und nationale Minderheiten. Bilanz und Perspektiven », in <http://www.bmi.bund.de/cln_028/nn_122304/lnternet/Content/Nachrichten/Reden/2008/09/Jubil_C3_Aussiedler> (18/09/2008).

Auteur

Docteur en études germaniques, est maître de conférences en civilisation allemande à l’Université Catholique de l’Ouest (Angers). Ses recherches portent sur la colonisation germanique en Europe centre-orientale et orientale et en Asie, sur les migrations de et vers la RFA, les (Spät) Aussiedler, les minorités allemandes en Europe orientale et en ex-URSS, la nation et la mémoire. Sa thèse était intitulée : “Aussiedler”– Huit siècles de colonisation allemande en Europe centre-orientale et en Asie. 50 ans d’immigration en République fédérale d’Allemagne. Elle a publié de nombreux articles en français et allemand.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540