Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations, intégrations et identités multiples

 | 
Anne Saint Sauveur-Henn

Chapitre II. L'Allemagne : pays d'immigration. Retour d'Allemands, accueil d'étrangers

Les expulsés1 – étrangers en Allemagne après 1945 ?

Miracle, mythe, tabou d’une intégration

Alice Volkwein

Texte intégral

  • 1 Les termes « fuite » et « expulsion » (traduction française des termes Flucht et Vertreibung) dési (...)
  • 2 Andreas, Kossert, Faite Heimat : die Geschichte der deutschen Vertriebenen nach 1945, München, Sie (...)

1Parler d’intégration et d’identités multiples dans le cas des expulsés allemands est aujourd’hui à nouveau d’actualité au sein du débat public autour de la mémoire de la fuite et de l’expulsion. Cette actualité, illustrée notamment par l’exposition « Flucht, Vertreibung, Integration » montée en 2005 par la Haus der Geschichte ou en 2008 par l’énorme succès rencontré par le livre Kalte Heimat d’A. Kossert2, interpelle, notamment au vu des commentaires vantant l’importance de ce débat sur l’intégration des expulsés comme la rupture d’un tabou. Évoquer le boom mémoriel global et l’intérêt, depuis la fin des années 1990, pour les victimes allemandes en général et le groupe des expulsés en particulier, ne suffit pas à expliquer pourquoi la question spécifique de l’intégration de ce groupe dans la population est-et ouest-allemande d’après-guerre connaît un tel renouveau. Pourquoi une telle actualité ? A-t-on vraiment affaire ici à la fin d’un tabou ou même à un nouveau discours sur l’intégration des expulsés ?

  • 3 Définition donnée par le site internet : www.fr.wikipedia.org [consulté le 03/09/2008].
  • 4 Klaus Bade, « Das Eigene und das Fremde – Grenzerfahrungen in Geschichte und Gegenwart », in Klaus (...)

2Une chose est sûre, l’histoire des expulsés en Allemagne après 1945 constitue un cas à part aussi bien au sein de l’histoire de la fuite et de l’expulsion qu’au sein de l’histoire de l’immigration allemande d’après-guerre. Cette position spécifique s’explique tout d’abord par le rapport particulier entre groupe migrant et communauté d’accueil dans le cas des expulsés. Si l’on comprend l’intégration comme un processus ethnologique durant lequel une personne ou un groupe de personnes initialement d’origine étrangère devient membre d’une société ou communauté3, la particularité du cas des expulsés est évidente : les expulsés sont allemands et pourtant étrangers lorsqu’ils arrivent dans des régions de dialecte, confession et coutumes différents, étrangers surtout parce qu’ils arrivent sans rien et perturbent l’organisation de la communauté d’accueil. Klaus Bade4 parle ainsi des expulsés comme des fremde Deutscfien, « Allemands étrangers », ou encore, pour distinguer les expulsés des Aussiedler, de Fremde in der Heimat, « Étrangers dans leur propre petite patrie » (pour reprendre une traduction courante mais néanmoins problématique du terme intraduisible Heimat). En vertu de cette communauté nationale liant le groupe des immigrants – les expulsés – et la population d’accueil, l’histoire des expulsés d’après-guerre ne fut longtemps pas écrite comme celle d’une immigration avec son lot de difficultés et de conflits identitaires, mais comme l’histoire d’un enjeu national commun à tous les Allemands.

3De fait, la question de l’intégration des expulsés est un cas particulier au niveau des discours qui lui furent longtemps et lui restent encore attachés. Louée comme miracle, dénoncée comme mythe ou décriée comme tabou, l’histoire de l’intégration des expulsés fut longtemps écrite en des termes relevant davantage de l’irrationnel, de l’imaginaire ou de l’inconscient collectif que de l’analyse scientifique. Derrière l’emploi fréquent de ces termes se lit l’empreinte forte du contexte historique, de la politique et de la morale sur cette histoire, comme sur celle, controversée et longtemps instrumentalisée, de la fuite et de l’expulsion dont elle fait partie. Ces caractéristiques impliquent de poser différemment la question des implications identitaires de cette expérience de migration, aussi bien pour le groupe migrant que pour la communauté d’accueil. Dans quelle mesure parler d’identités multiples dans le cas des expulsés ?

  • 5 Cette étude ne prétend pas être représentative mais s’appuie sur un panel significatif établi en f (...)
  • 6 Karl Mannheim, « Das Problem der Generationen », in Karl Mannheim, Wissenssoziologie : Auswahl aus (...)

4Pour répondre à ces différentes questions, cette contribution ciblera, après un rapide point historique, l’évolution du discours porté sur cette intégration. Il s’agira d’en analyser les fondements conceptuels et contextuels mais aussi leurs implications idéologiques et politiques et leur impact sur le discours identitaire des expulsés eux-mêmes. Puis on reviendra sur le débat contemporain autour de cette question ainsi que sur la valeur de cette primo-expérience d’intégration dans une Allemagne se reconnaissant aujourd’hui terre d’immigration. Cette contribution se fonde pour une part sur un état de la recherche allemande et sur une analyse du discours public à ce sujet, et notamment des débats contemporains dans le monde scientifique et politique. Elle fait également intervenir les résultats d’une enquête empirique menée fin 2005 auprès de six familles d’expulsés originaires de Silésie ou de Poméranie et installés après-guerre dans la région de Berlin-Brandebourg, à l’Est comme à l’Ouest5. Dans le cadre de cette enquête axée sur l’étude de la mémoire familiale de la fuite et de l’expulsion, je distingue trois générations, en m’appuyant sur le concept de génération (au sens de Generationszusammenhang) chez K. Mannheim6 : une première génération constituée par ceux nés dans ces régions et ayant vécu l’expulsion en tant qu’enfant ou jeune adulte, la génération de leurs enfants, nés après-guerre en RFA ou en RDA et celle de leurs petits-enfants nés peu avant ou au moment de l’unification.

L’intégration des expulsés après 1945 : une intégration réussie ?

  • 7 Pour plus de détails, voir Gerhard Reichling, Die Heimatvertriebenen im Spiegel der Statistik, Unt (...)

5Près de douze millions d’expulsés s’installèrent dans les cinq premières années d’après-guerre dans l’une des quatre zones d’occupation. Près de huit millions se retrouvèrent à l’Ouest alors qu’environ un tiers, soit près de 4 millions, arrivèrent dans la zone d’occupation soviétique ou en RDA après 19497. L’arrivée et l’intégration de cette population constituèrent un énorme défi à l’Est comme à l’Ouest.

  • 8 Michael Schwartz, « ‘Umsiedler’ – Flüchtlinge und Vertriebene in der SBZ und DDR », in Haus der Ge (...)

6Face à ce défi commun, rapidement identifié et reconnu à l’Est comme à l’Ouest, les politiques d’intégration furent différentes et impliquèrent des concepts d’intégration opposés. Néanmoins, il est faux d’en rester à l’image communément répandue d’une intégration comprise comme assimilation et menée de façon répressive à l’Est face à une politique favorisant une intégration respectueuse des droits et particularités du groupe immigré à l’Ouest. Il convient de différencier deux phases. Dans un premier temps, l’Allemagne de l’Est mena en effet une politique d’intégration plus favorable aux expulsés que celle menée à l’Ouest. L’historien Michael Schwartz souligne ainsi l’avance prise à l’Est dans les premières années d’après guerre en termes de politique sociale en faveur des expulsés (mesures d’aide financière, politique de logement en leur faveur)8. À l’inverse, c’est la vision américaine du « melting-pot » qui orienta la politique menée à l’Ouest au sortir de la guerre, visant une assimilation rapide et la fusion du groupe des expulsés dans le reste de la population (les communautés d’expulsés furent volontairement séparées pour éviter tout particularisme, et le droit d’organisation refusé jusqu’en 1949).

  • 9 Cette conception de l’intégration comme assimilation ne détermina pas seulement la politique d’int (...)
  • 10 Seuls 91 000 d’entre eux (soit seulement 2 % des expulsés) profitèrent entre 1945 et 1950 de la po (...)

7Ce n’est qu’au début des années 1950 que la situation s’inversa. Alors que la RFA s’éloignait d’une conception de l’intégration comme assimilation et put, à la faveur du plan Marshall, mettre en place un système d’indemnisation et une juridiction spécifique en faveur des expulsés, la politique est-allemande subordonna l’ensemble de sa politique à la construction d’une société nouvelle, socialiste, au sein de laquelle ne devaient pas compter les différences d’origine9. Toute conscience de groupe particulière devait être anéantie, du moins dans la sphère publique. L’intervention de l’État en matière d’intégration des migrants consistait en trois étapes : l’accueil, l’attribution d’un travail et d’un logement puis l’« éducation politique ». De fait, la RDA, relativement plus touchée que la RFA puisque les expulsés y représentaient 21 % de la population contre 16,9 % en RFA, déclara le problème officiellement résolu dès le début des années 1950. Après la réforme agraire, mise en avant comme mesure particulièrement favorable aux expulsés alors qu’elle n’en concerna qu’une petite partie10, la politique répressive (interdiction de s’organiser, d’utiliser les noms allemands des villes et régions d’origine, d’entretenir des contacts avec les organisations des expulsés à l’Ouest) prit le dessus. Le terme officiel déjà euphémique d’Umsiedler, personne déplacée, disparut progressivement des textes et des statistiques.

  • 11 « Deutschlands Problem Nr. 1 », in Das Parlament, 12 mars 1952.

8À l’inverse, la question de l’intégration des expulsés fut déclarée « problème n° 1 » dans la RFA des années 195011, deux lois furent votées afin d’équilibrer la situation des expulsés par rapport au reste de la population, parmi lesquelles la loi d’indemnisation (le Lastenausgleich) votée en 1952 après de nombreuses discussions. Les expulsés purent, après la levée de l’interdiction de coalition en 1949, fonder des associations et même un parti politique, le BHE, Bund der Heimatvertriebenen und Entrechteten. En outre, un ministère spécial chargé des questions des expulsés fut maintenu jusqu’en 1969 et la Bundesvertriebenengesetz de 1953 (BVFG) fixa le statut d’expulsé dans la loi. Les expulsés bénéficièrent par là des mêmes droits que les autres citoyens allemands et d’un soutien de l’État pour l’entretien de la culture des régions perdues (§96 BVFG). Le modèle américain du « melting-pot » fut donc délaissé en faveur d’un modèle d’intégration respectant les particularités culturelles du groupe immigré amené à peser lui aussi sur la communauté d’accueil dans un processus réciproque d’influence et de rapprochement.

9Sans rentrer ici davantage dans le détail des politiques d’intégration mises en place, constatons que, malgré ces différences de politique impliquant des concepts d’intégration opposés, les résultats furent similaires à l’Est comme à l’Ouest. Dans les deux cas, l’intégration des expulsés fut à l’époque et reste aujourd’hui perçue comme une réussite. Les questions identitaires ne furent pas posées officiellement dans la mesure où existait une identité nationale servant de point d’identification à tous. À celle-ci s’ajoutait, à l’Est, une nouvelle identité, socialiste, commune à tous.

  • 12 Manfred Wille, « SED und ‘Umsiedler’ – Vertriebenenpolitik der Einheitspartei im ersten Nachkriegs (...)
  • 13 Alexander von Plato et Wolfgang Meinicke, AIte Heimat, neue Zeit : Flüchtlinge, Umgesiedelte, Vert (...)
  • 14 De fait, même si l’on ne dispose pas de données chiffrées sur l’intégration des expulsés (puisqu’i (...)

10L’image officielle d’une intégration réussie repose sur un bilan réel effectivement positif, qui peut s’expliquer par un certain nombre de facteurs communs à l’Est et à l’Ouest : le temps, bien sûr, et l’arrivée de nouveaux groupes immigrés ne faisant pas partie du groupe national (les Gastarbeiter à l’Ouest, les travailleurs invités venus d’autres pays communistes à l’Est), mais aussi et surtout l’évolution économique favorable, y compris à l’Est, la volonté à l’Est comme à l’Ouest de contribuer activement à la reconstruction et de saisir sa chance. L’intégration des expulsés dans la société ouest-allemande se passa beaucoup plus rapidement et dans de bien meilleures conditions que ne pouvaient laisser espérer les disparités sociales existant entre expulsés et population d’accueil au sortir de la guerre. De même, malgré la politique répressive menée en Allemagne de l’Est, les historiens s’accordent tous pour dire que, « malgré les réticences et les doutes existants, [la majorité] s’intégra peu à peu dans la société de RDA12 ». L’historien Alexander von Plato souligne plusieurs facteurs propres à la RDA ayant favorisé l’intégration des expulsés parmi lesquels les possibilités de carrière plus importantes en RDA qu’en RFA suite à la fuite des élites bourgeoises vers l’Ouest. Si le niveau de vie était plus bas à l’Est, von Plato estime que la sécurité sur le marché du travail venait compenser ce déficit. En outre, le caractère égalitaire de l’idéologie fut, selon von Plato13, particulièrement apprécié par les expulsés14.

  • 15 Marion Frantzioch-lmmenkeppel évoque ainsi le « connubium » comme ultime étape sur l’échelle class (...)
  • 16 Déjà entre 1946 et 1950, seuls 50 % des expulsés épousèrent également un expulsé, en 1970 ils n’ét (...)
  • 17 Dierk Hoffmann, Marita Krauss et Michael Schwartz (éds.), Vertriebene in Deutschland : interdiszip (...)
  • 18 D’autre part, si la majorité des personnes interviewées s’identifient en premier lieu à leur ville (...)

11La réussite de cette intégration ne saurait néanmoins se mesurer uniquement à l’aide de critères économiques et d’un nombre réduit d’indicateurs sociaux tel que le taux de mariage mixte15, en augmentation rapide dans les deux Allemagnes16. Toute intégration est un processus à long terme, pouvant s’étaler sur de nombreuses générations, comme le soulignent Dierk Hoffmann, Marita Krauss et Michael Schwartz dans l’introduction de leur ouvrage collectif consacré à la situation des expulsés à l’Est et à l’Ouest après-guerre17. Il est, dans ce cadre-là, intéressant de constater que, soixante ans après, la réussite à long terme de cette intégration se trouve confirmée par les résultats de l’enquête qualitative menée en 2005. En effet, la question de l’intégration dans l’Allemagne d’après-guerre n’est que très peu présente dans le récit des expulsés de la première génération (ce qui s’explique également en partie par le fait qu’il s’agit de familles d’expulsés s’étant installées en ville ; les difficultés furent plus grandes en milieu rural) et totalement absente voire inconnue pour leurs descendants interviewés dans le cadre de cette enquête. Plus révélateur encore, la conscience de différences identitaires entre les expulsés et les autres Allemands n’apparaît pas dans les récits des membres issus de la deuxième ou troisième génération lesquels reprennent souvent, à l’inverse, l’argument de l’intégration réussie des expulsés pour critiquer le retour de cette mémoire au premier plan du discours public18.

  • 19 Jan Motte et Rainer Ohliger, Geschichte und Cedachtnis in der Einwanderungsgesellschaft : Migratio (...)
  • 20 Ainsi Mme H. K. sanctionne la question par un « non » clair n’appelant pas de questions plus préci (...)

12La réussite à long terme de cette intégration apparaît d’autant plus évidente si on la compare à d’autres cas d’immigration en Allemagne. La différence se retrouve notamment au niveau mémoriel, comme le soulignent Jan Motte et Rainer Ohliger dans l’introduction à leur ouvrage collectif consacré à la mémoire collective dans la société allemande comme société d’immigration et à la place des histoires de migrants entre reconstructions historiques et politique mémorielle19. En effet, le thème « fuite et expulsion » fit l’objet de discussions dans l’espace public ouest-allemand, et cela dès la fin de la guerre, quoique à des degrés différents au fil des soixante dernières années. À ce titre, le groupe des expulsés bénéficie d’une position privilégiée par rapport à d’autres groupes de migrants dans la société allemande. Il est ici intéressant de constater que, dans les entretiens recueillis, les expulsés n’établissent pas de parallèle entre leur histoire familiale et celles des immigrés actuels en Allemagne, s’étonnant même lorsque ce lien est soulevé20.

  • 21 Jan Assmann et Heidrun Friese (éds.), Identitäten, Erinnerung, Geschichte. Identität 3, Frankfurt (...)

13Si l’on reprend la définition de Jan Assmann posant l’identité collective comme étant « l’image qu’un groupe se construit de lui-même, image avec laquelle les membres du groupe s’identifient », faisant du « problème de l’identité collective » « un problème d’identification de la part des individus concernés », il apparaît que l’identité collective des expulsés s’intégre, à long terme, dans l’identité collective allemande avec laquelle ils s’identifient21. Les expulsés se vivent aujourd’hui, dans leur majorité, comme appartenant à la communauté nationale allemande dont se distingueraient les autres groupes immigrés. La différence d’avec ces autres groupes vient précisément renforcer leur sentiment d’appartenance au groupe national, que ne remettent plus du tout en question leurs descendants ni la population allemande non expulsée.

14L’intégration des expulsés apparaît donc bien comme une des grandes réussites de l’Allemagne d’après-guerre, aussi bien de la RDA que de la RFA, une réussite apparemment sans faille puisque fermement ancrée dans les mentalités des expulsés comme des Allemands non expulsés, la conscience même de différences semblant avoir disparu au bout de trois générations. Mais un bilan aussi positif éveille le doute ou du moins suscite l’étonnement face à une histoire aussi lisse. Il est difficile de croire à la version idyllique d’une société unie dans un élan de solidarité extraordinaire fondé sur la conscience d’une identité nationale quasi monolithique. L’historiographie n’en est effectivement plus là, mais il est révélateur que cette version reste fortement ancrée dans les mémoires privées des expulsés et de la société d’accueil après avoir longtemps dominé également le discours scientifique et politique sur le sujet.

15Quelles sont les raisons d’un tel consensus autour de cette version des faits, d’une telle similitude dans les récits ? Il est nécessaire, pour y répondre, de poser un regard critique non seulement sur l’histoire de cette intégration mais surtout sur celle de ses réécritures successives.

Miracle, Mythe, Tabou – Trois lectures d’un même processus d’intégration et leurs implications politiques, scientifiques et identitaires

Une intégration miraculeuse ?

  • 22 Matthias Beer, « Flüchtlinge und Vertriebene in den Westzonen und der Bundesrepublik Deutschland » (...)

16La vision idyllique qui transparaît aujourd’hui encore dans le récit de certains expulsés, mais aussi dans certains discours scientifiques se fonde sur la lecture volontairement positive de cette intégration formulée dès les années 1950-1960 à l’Est comme à l’Ouest. L’intégration des expulsés fut rapidement présentée en des termes ne laissant aucune place à la nuance : un problème résolu pour les dirigeants est-allemands, ce qui eut pour conséquence un silence public et scientifique quasiment total sur ce sujet durant les quarante ans d’existence de la RDA, un « miracle » pour les politiques ouest-allemands. On se penchera ici essentiellement sur le discours ouest-allemand, puisque le cas est-allemand brille par l’absence de discours. Ainsi, le secrétaire d’État en charge de ces questions au sein du ministère fédéral de l’Intérieur parlait en 1979 d’un « miracle » de l’intégration des expulsés parallèle au « miracle économique » : « [...] sur le plan politique, professionnel et matériel, la vie des réfugiés ne diffère en rien de celle des Allemands installés ici depuis des générations. En être arrivé là, tel est le véritable miracle de l’histoire allemande d’après-guerre22. ».

17Cette « théorie » du miracle s’inscrit clairement dans un contexte historique et géopolitique bien particulier. Il s’agissait à la fin des années 1950 et au début des années 1960 de soutenir les performances incroyables du jeune État allemand dans sa reconstruction et de fonder une nouvelle conscience nationale positive. Au « miracle » économique, ressort important de la construction identitaire allemande d’après-guerre, mais trop facilement attribuable aux bonnes grâces des États-Unis, venait s’ajouter le « miracle » de l’intégration des expulsés, réussite dont le mérite ne reviendrait, selon cette vision idéalisée, qu’au seul peuple allemand. Le discours du « miracle » s’insérait par ailleurs au sein d’un discours public centré, jusque vers la moitié des années 1960, non sur les victimes du régime nazi mais sur les victimes allemandes de la guerre. En reprenant le terme de miracle, il s’agissait de mettre sur le même plan les destructions matérielles de la guerre et la fuite et l’expulsion, et d’insister sur le caractère incroyable de ces exactions commises à l’encontre d’un peuple allemand uni dans la souffrance. En outre, l’Allemagne de l’Ouest entendait par là se distancer clairement de la situation à l’Est. Si c’est essentiellement au plan économique que la RFA affirmera sa supériorité au fil des ans, la gestion de cette question sociale commune fut également un lieu d’affrontement entre les deux jeunes États. Alors que le discours public est-allemand fustigeait l’esprit revanchiste et les antécédents fascistes des responsables d’organisations d’expulsés, la RFA pouvait, sur cet exemple précis, apporter la preuve de son développement démocratique respectueux des diversités culturelles là où la RDA avait choisi la voie de la répression. La réussite de l’intégration des expulsés conjuguait ainsi bénéfices internes et externes, permettant de souligner à la fois l’unité, la force du peuple allemand, la supériorité du système ouest-allemand sur celui de la RDA et la maturité démocratique du jeune État.

18Cette lecture de l’histoire des expulsés en Allemagne depuis 1945 n’a pas complètement disparu aujourd’hui. Ainsi Marion Frantzioch-Immenkeppel écrivait-elle en 1997, dans un article sur l’intégration des expulsés en RFA :

  • 23 Cf. Marion Frantzioch-Immenkeppel, « Theoretische Ansätze zur Integration der deutschen Vertrieben (...)

L’intégration de 12 millions d’expulsés, originaires des provinces orientales historiques allemandes et des régions de colonisation allemande en Europe centrale, orientale et méridionale, au sein de la population allemande, fait sans aucun doute partie des exploits accomplis par la République Fédérale d’Allemagne au cours de l’après-guerre. Cela se déroula à une époque dominée par la pénurie et le manque. Ce fut le fruit d’une solidarité réelle et concrète [dont firent preuve les Allemands] à l’égard de leurs concitoyens ayant particulièrement souffert de la Seconde Guerre mondiale et de ses conséquences23.

  • 24 « Ende der 1960er Jahre war eines der gröβten Nachkriegswunder, die Integration der Vertriebenen i (...)
  • 25 Le combat mené à l’arrivée en Allemagne est essentiellement présenté comme un combat personnel, et (...)
  • 26 Ainsi l’image officielle d’une immense solidarité entre expulsés et autochtones se retrouve à plus (...)

19Si le terme de « miracle » n’est plus présent, il est néanmoins question d’un « exploit » que l’historienne attribue essentiellement aux Allemands non expulsés dont elle loue l’incroyable « solidarité ». De même, dans des termes peut-être moins dithyrambiques mais aussi peu ouverts à la nuance, Wolfgang Benz écrit en 1992 : « Un des plus grands miracles de l’après-guerre, l’intégration des expulsés dans la République Fédérale – et de même en RDA – était devenu réalité à la fin des années 196024. » Le consensus fort dans l’espace public pendant près de quarante ans se lit également dans l’étonnante concordance des récits recueillis auprès d’expulsés sur ce point. Ainsi les expulsés de la première génération interviewés évoquent eux aussi prioritairement l’incroyable sentiment de solidarité dominant l’après-guerre. S’ils insistent également sur leur mérite personnel dans ce processus d’intégration dont la réussite fut acquise, selon eux, à la force de leur poignet, aucun n’évoque, dans les cas étudiés ici, de difficultés importantes avec la population d’accueil, du moins pas spontanément mais seulement après plusieurs questions de ma part en ce sens et seulement dans le cas d’expulsés installés en milieu rural ou dans de petites villes25. Cela s’explique certes par le fait que les expulsés interviewés vécurent la fuite ou l’expulsion en tant qu’enfants ou jeunes adultes et ne connurent de fait pas les mêmes difficultés d’intégration que leurs parents, mais les similitudes étonnamment fortes d’un récit à l’autre26 attestent de l’impact du discours public dominant.

20Très clairement, les problèmes ayant pu accompagner le processus d’intégration n’ont pas été transmis aux générations suivantes comme le confirme une enquête démoscopique menée en décembre 2002 auprès de 2 183 personnes par l’Institut de démoscopie Allensbach en coopération avec l’Institut IMAS et à la demande de la Stiftung Haus der Geschichte der Bundesrepublik Deutschland. Celle-ci souligne que le souvenir des problèmes survenus lors de l’intégration s’affaiblit très visiblement au fil des générations. Aux questions :

Comment cela s’est-il passé dans votre famille ? Vous êtes vous, vous ou vos parents, rapidement intégrés à votre nouvel environnement après l’expulsion ou avez-vous rencontré des problèmes pendant un certain temps ? Quelles sont vos expériences ou qu’avez-vous entendu à ce sujet ?

  • 27 Thomas Petersen, Flucht und Vertreibung aus Sicht der deutschen, polnischen und tschechischen Bevö (...)

21Le pourcentage de personnes évoquant l’existence de problèmes de longue durée diminue drastiquement en fonction de l’âge de la personne interviewée : 60 % chez les 60 ans et plus, 47 % pour la tranche d’âge 45-59 ans contre 40 % chez les 30-44 ans et 34 % chez les 16-29 ans27. Les problèmes d’intégration et d’ajustement identitaire n’ont donc pas été transmis dans la mémoire familiale des expulsés et sont, aujourd’hui, très peu présents dans la mémoire collective allemande. La lecture officielle de cette intégration comme « miracle » semble bien avoir influé sur la perception, à long terme, de cette première expérience d’immigration aussi bien parmi les expulsés que les non expulsés.

La dénonciation du mythe

  • 28 Paul Lüttinger, « Der Mythos der schnellen Integration. Eine empirische Untersuchung zur Integrati (...)

22Pour efficace que fut la lecture de l’intégration comme miracle, elle finit néanmoins par être remise en cause, bien que tardivement et progressivement. Au terme politiquement habile de « miracle » succéda un autre terme fort, celui de « mythe ». C’est Paul Lüttinger qui, en 1986 seulement, s’attaqua à la vision idyllique d’une Allemagne solidaire et accueillante ainsi qu’aux visées idéologiques et politiques qu’elle venait appuyer. Son article paru dans le numéro 15 de la revue Zeitschrift fur Soziologie en 1986 portait un titre à valeur de programme : « Le mythe de l’intégration rapide. Une étude empirique de l’intégration des expulsés et réfugiés dans l’Allemagne fédérale allemande jusqu’en 197128 ». Il s’agissait donc bien, en s’appuyant sur une démarche scientifique et empirique allant à l’encontre de toute explication miraculeuse, de dénoncer non pas la réussite de cette intégration mais, en quelque sorte, la publicité mensongère dont elle avait fait l’objet. Si l’intégration fut une réussite, celle-ci ne se fit pas en une fois, ni sans problème, et la vision édulcorée, véhiculée jusqu’alors dans le discours public, était à rattacher au domaine de l’imaginaire politique mis en œuvre pour cimenter l’unité nationale allemande.

23Une telle dénonciation d’un des fondements de la construction identitaire et politique de l’Allemagne d’après-guerre ne put avoir lieu qu’à la faveur du changement de paradigme mémoriel survenu à la fin des années 1960 – courant des années 1970 – ayant vu l’Holocauste s’installer comme point nodal de la mémoire collective allemande. Parler de « mythe » met bien en avant l’instrumentalisation de cette histoire par le pouvoir politique et l’impact de cette version sur l’imaginaire populaire. Le terme rapproche de fait aussi la RFA de la RDA en reprochant à l’une ce qui fut très tôt dénoncé pour l’autre : l’utilisation de l’histoire et son instrumentalisation à des fins politiques, stratagème qui, pour être connu et largement utilisé, n’en ternit pas moins l’image d’une société ouest-allemande éclairée et démocratique.

  • 29 Voir notamment : Dierk Hoffmann et Michael Schwartz (éds.), Geglückte Integration ? Op. cit.
  • 30 Dierk Hoffmann, Marita Krauss et Michael Schwartz (dir), note 17, pp. 331-58. Albrecht Lehmann, \m (...)
  • 31 Manfred Wille, Johannes Hoffmann et Wolfgang Meinicke (dir), Sie batten alles verloren. Flüchtling (...)

24L’étude de Paul Lüttinger ouvrit la voie à des travaux plus critiques sur l’intégration des expulsés en RFA interrogeant le caractère « miraculeux » de ce processus29. Deux dominantes peuvent être relevées au sein de cette recherche alors en pleine expansion : certains travaux se concentrèrent, d’une part, sur l’évolution, dans l’immédiat après-guerre, de la politique en matière d’expulsés et des administrations spéciales s’occupant de la question. D’autre part, de nombreuses études sociologiques, souvent menées au niveau local et analysant le processus d’intégration dans la longue durée, furent alors publiées30. À l’Est également, les années 1980 virent naître un nouvel intérêt pour la question, sans que l’image officielle d’une intégration complètement réussie ne puisse, cependant, être révisée. Deux groupes de recherche, l’un à Berlin, autour de l’historien Wolfgang Meinicke, et l’autre à l’université de Magdebourg, autour de Manfred Wille, se penchèrent, dans des perspectives différentes, sur le problème de l’intégration des expulsés en RDA31.

  • 32 Alexander von Plato, « Vergangene Perspektiven ? Schwerpunkte, Fragen und Probleme der Flüchtlings (...)

25Néanmoins, la recherche resta cependant largement incomplète dans les deux Allemagnes. Alexander von Plato déplore notamment, au regard des travaux menés dans les années 1980, l’absence d’une vision globale allemande et le manque d’études approfondies sur l’expérience propre des expulsés et sur la transmission de cette expérience aux générations suivantes32. Il faut en outre souligner que l’ouverture des années 1980 concerna essentiellement le domaine scientifique, qui s’émancipa peu à peu de la version officielle de l’histoire et posa, dans des études locales, la question de la difficile construction identitaire des expulsés, un temps étrangers dans leur propre pays. Cet éveil n’atteignit cependant ni le discours public non scientifique ni le discours privé où la lecture en termes de « miracle » et d’exploit national perdura. Seul le bouleversement de 1989 permit un nouveau regard sur cette histoire.

La découverte d’un tabou

  • 33 Cela se lit notamment dans le nombre croissant d’articles scientifiques consacrés à ce sujet par d (...)
  • 34 Dierk Hoffmann et Michael Schwartz (éds.), Geglückte Integration ?, op. cit.
  • 35 Dierk Hoffmann, Marita Krauss et Michael Schwartz (dir.), Vertriebene in Deutschland, op. cit.
  • 36 Dagmar Semmelmann, « Zur Integration auslebensgeschichtlicher Sicht. Eingliederungsverlaufe von Fl (...)
  • 37 Ute Schmidt, « ’Drei-oder viermal im Leben neu anfangen zu müssen...’ – Beobachtungen zur ländlich (...)

26Les années 1990 virent une recrudescence de travaux scientifiques consacrés à l’histoire de la fuite et de l’expulsion et, dans ce cadre, à l’histoire des expulsés en Allemagne après 194533. Répondant aux déficits constatés par von Plato, plusieurs ouvrages optent pour une vision globale de cette histoire, brisant le silence ayant régné en RDA sur ce sujet jusque vers le milieu des années 1980. Un ouvrage collectif dirigé par Dierk Hoffmann et Michael Schwartz est ainsi spécifiquement consacré, en 1999, à la question de l’intégration réussie des expulsés en Allemagne de l’Est34 alors que ces mêmes auteurs dirigent, un an plus tard avec Marita Krauss, les actes d’un colloque consacré à la situation des expulsés à l’Est comme à l’Ouest35. Ces deux publications analysent clairement les différents niveaux d’intégration (intégration économique versus distance politique à l’Est selon Dagmar Semmelmann36), les différences de système et de processus à l’Est et à l’Ouest, mais aussi l’expérience de l’intégration du point de vue de l’histoire orale des expulsés et de leur construction identitaire complexe (« capital social » conservé pour les Allemands de Bessarabie dans le Mecklenburg selon Ute Schmidt37).

  • 38 Michael Schwartz, « Dürfen Vertriebene Opfer sein ? Zeitgeschichtliche Überlegungen zu einem Probl (...)
  • 39 Günter Grass, Im Krebsgang, München, DTV, 2008.

27Si ces travaux soulignent déjà clairement les difficultés ayant accompagné l’intégration des expulsés, il faut cependant attendre le milieu des années 2000 pour que l’évolution du discours sur l’intégration des expulsés soit perceptible dans l’espace public. L’historien Michael Schwartz dénonçait ainsi en 2005 l’existence d’un tabou entourant cette question et empêchant que n’évolue la vision idyllique des années 1950-60, pourtant dénoncée dès 1986 par Lüttinger comme une manipulation38. Le terme fort de « tabou » apparaît caractéristique du discours public sur l’histoire de la fuite et expulsion dans les années 2000. À la suite de Gunter Grass qui se positionna en 2002, avec son roman En crabe39, comme un briseur de tabou en racontant le drame du navire Gustloff (pourtant déjà écrit et mis en film dans les années 1950), l’argument selon lequel cette histoire fut tabouisée à l’Est mais aussi à l’Ouest, gagna, au début des années 2000, le statut de majeure au sein du syllogisme suivant : majeure = « cette histoire a été tabouisée », mineure = « c’est une obligation morale de briser les tabous », conclusion = « explorer cette histoire relève d’une obligation morale ». Parler de « tabou » apparaît, dans le cadre d’un discours très moralisateur, comme la justification ultime du retour en première ligne d’une histoire, il est vrai, instrumentalisée à l’Est comme à l’Ouest où elle fut également occultée dans les années 1960-70.

  • 40 Cité in Andreas, Kossert, op. cit., p. 325.
  • 41 Cf. Johannes Rau, « Ohne Angst und ohne Träumereien : Gemeinsam in Deutschland leben », Berliner R (...)

28Si l’on reprend la définition d’Alexander et Margarete Mitscherlisch, selon lesquels « la définition principale d’un tabou est : partout où l’on n’ose pas poser de questions ou bien où l’on n’aurait même pas l’idée de le faire, on a à faire à un tabou40 », il apparaît clairement que l’hypothèse d’un tabou est à manier avec précaution, notamment pour la RFA où le sujet fut bien discuté au sortir de la guerre. Ainsi lorsque Michael Schwartz dénonce un tabou concernant l’histoire des difficultés de l’intégration des expulsés en Allemagne, il ne s’agit pas de surfer sur une mode linguistique semblant offrir une justification facile, mais bien de s’interroger sur le sens de ce mot pour en circonscrire l’emploi au seul cas méritant selon lui le terme de tabou. Autant Michael Schwartz dénonce et nuance dans son article l’emploi inflationniste du terme de tabou à l’égard de l’histoire globale de la fuite et de l’expulsion, autant il est le premier à l’employer pour s’attaquer au discours public ouest-allemand sur l’histoire des expulsés après 1945. Selon lui, il s’agit ici d’un véritable tabou, d’un sujet intouchable car concernant un fondement de l’identité nationale allemande. La dénonciation du mythe comme instrument politique n’aura pas, selon lui, suffi, et l’image du miracle s’est, selon Schwartz, définitivement muée en tabou permettant de glorifier le collectif national allemand après-guerre. Selon l’historien, ce n’est qu’en 2000 que ce tabou fut pour la première fois ébranlé. Le discours du président fédéral, Johannes Rau, en mai 2000, marqua en effet, pour Schwartz, un premier pas officiel vers la reconnaissance publique des parts d’ombre de cette intégration. Celui-ci évoqua directement, dans le cadre d’un discours portant sur les problèmes de migration en Allemagne aujourd’hui, la discrimination dont eurent à souffrir certains expulsés41.

29Tabou ou non, il ne s’agit pas de trancher ici mais de constater que le discours public sur l’histoire de l’intégration des expulsés a changé. Ce tournant s’inscrit dans une nouvelle situation politique à l’heure où l’Allemagne se reconnaît lentement terre d’immigration et où une nouvelle vague d’immigrés d’origine allemande (Spätaussiedler) est arrivée dans les années 1990. L’histoire des expulsés après 1945 offre ainsi une ressource identitaire forte car commune à tous les Allemands et soulignant la diversité présente au sein de la population allemande. Il ne s’agit plus d’insister sur la communauté nationale d’après-guerre mais de s’ouvrir à l’histoire des difficultés d’intégration, à reconnaître les discriminations passées et à donner la parole aux expulsés dans leur diversité. Par là même, il s’agit non seulement de dénoncer la politisation de cette histoire, d’un mythe (essentiellement en RDA, mais aussi en RFA) mais aussi, et surtout, de tendre un miroir à la société allemande sur sa capacité et volonté à intégrer des « étrangers » et à composer des patchworks identitaires.

30Miracle, mythe, tabou, l’évolution de l’histoire de l’intégration réussie des expulsés reflète l’évolution du rapport de la société allemande à son identité nationale consolidée après-guerre au mépris des nuances, critiquée dans les années 1970 sous le poids de la culpabilité, et à réécrire aujourd’hui dans le contexte d’une société allemande plurielle née de la réunification et des suites d’une immigration désormais reconnue comme telle. Comment comprendre, dans ce contexte, le renouveau contemporain sur l’intégration des expulsés après 1945 ?

La question de l’intégration – nouveau paradigme du discours mémoriel sur la fuite et expulsion ?

  • 42 Cf. Erik K. Franzen et Hans Lemberg, Die Vertriebenen : Hitlers letzte Opfer, München, Ullstein-Ta (...)

31Si les séries documentaires réalisées sur le sujet « fuite et expulsion » par les chaînes de télévision publiques (ARD, ZDF) et présentées dans certains journaux à fort tirage (Spiegel, FAZ) au début des années 2000 axaient déjà leur discours sur la souffrance des expulsés (comme l’attestent les titres : Les expulsés : les dernières victimes d’Hitler) y compris à leur arrivée en Allemagne42, elles restèrent ciblées sur l’histoire de la fuite et de l’expulsion en tant que telle et furent discutées sous cet angle précis. Le débat contemporain centré sur le problème de l’intégration des expulsés s’articule essentiellement autour de deux événements clefs.

322005 : L’exposition Flucht, Vertreibung, Integration montée en 2005 par la Haus der Geschichte de Bonn, marqua un premier palier dans la vision contemporaine de l’intégration des expulsés en Allemagne après 1945. Le choix du titre, en cassant volontairement l’expression figée Flucfit und Vertreibung pour lui adjoindre un troisième terme, Integration, constitue à lui seul un programme. Le décalage avec le discours habituel sur cette période se lit d’autant mieux dans le choix de ne faire figurer le terme de Heimat qu’en arrière-plan sur la page titre du catalogue de l’exposition. Il s’agit par là très clairement de se distancer d’un discours, figé depuis plusieurs décennies et forgé par les organisations d’expulsés elles-mêmes, rattachant l’identité des expulsés à un concept originairement allemand, celui de Heimat. Ce concept renvoyant lui-même à une vision idyllique et nostalgique du passé, bien loin de poser le problème des décalages culturels rencontrés entre expulsés et population d’accueil, y compris les problèmes concrets de discrimination propres à tout processus d’intégration.

  • 43 Petra Rösgen (éd.), Flucht, Vertreibung, Integration Reden zur Ausstellungseröffnung am 2. Dezembe (...)
  • 44 Bernd Neumann, « Eröffnung der Ausstellung ‘Flucht, Vertreibung, Integration’ im Deutschen Histori (...)

33M. Westholt, un des chefs de projet de la Haus der Geschichte, responsable de cette exposition, insiste très fortement sur ce point lors d’une interview que j’ai menée en juin 2008 à Bonn. L’exposition se focalisait sciemment sur l’histoire des expulsés après 1945, qui selon lui n’avait jamais été présentée dans sa globalité et en tant que telle. La nouveauté de cette perspective se retrouve dans les discours d’ouverture tenus le 2 décembre 2005 à Bonn par Hermann Schäfer, Hans Maier et Pavel Kohout43 ainsi que dans celui tenu par Bernd Neumann, alors ministre fédéral de la culture, lors de l’ouverture de l’exposition à Berlin. Ces discours relèvent tous les difficultés d’intégration présentées dans l’exposition mais aussi le mérite des expulsés eux-mêmes dans la réussite de cette entreprise et dans la reconstruction allemande44. Cette reconnaissance publique du rôle fondamental des expulsés au sortir de la guerre est nouvelle alors que dominait, dans le discours du miracle, la vision d’une société d’accueil méritante.

34De fait, l’exposition a permis de vulgariser les avancées faites par la recherche depuis la réouverture du sujet dans les années 1980 et depuis son élargissement à l’ensemble de l’Allemagne (Est et Ouest) dans les années 1990 : les difficultés d’intégration liées aux difficultés socio-économiques fortes de l’après-guerre (manque de logements, de nourriture, etc.) mais aussi aux différences culturelles et confessionnelles importantes entre expulsés et autochtones en dépit de l’identité nationale commune (différences de dialecte rendant la compréhension parfois difficile, apport de nouvelles traditions gastronomiques, nouvel équilibre des confessions en Allemagne etc.) ; les discriminations subies par les expulsés (préjugés, racisme, maltraitance etc.) ; le cas particulier des expulsés en Allemagne de l’Est.

35De plus, l’exposition et son catalogue documentent les parcours de vie des expulsés leur conférant une place centrale dans l’écriture de cette histoire qui s’était jusqu’à présent souvent faite sans eux (bornes intitulées « chemins de vie », Lebenswege). La mise en avant de l’identité éclatée et du sentiment d’absence de racines, caractéristique de l’identité des expulsés, se retrouve ainsi dans ces Lebenswege comme dans les récits recueillis dans le cadre de mon étude empirique.

  • 45 Après avoir souligné le fondement réel de la réussite de cette intégration, il ajoute : « Il ne fa (...)

36Cette exposition d’envergure nationale, qui tourna dans plusieurs villes d’Allemagne pendant deux ans et connut un réel succès auprès du public, offrait ainsi une place aux expulsés en reconnaissant leur apport à la construction de l’identité allemande d’après-guerre, présentée officiellement comme une identité plurielle. Si notamment la contribution de Matthias Beer au catalogue pose un regard critique sur le discours passé sur cette intégration45, la vision de cette histoire reste cependant très positive dans l’ensemble. Les thèmes sélectionnés dans le catalogue pour la partie « le débat actuel », ainsi que les discours introductifs et les recensions dans la presse, mettent en outre clairement en évidence que la question de l’intégration des expulsés est alors encore en marge de la discussion. Celle-ci reste essentiellement centrée sur le complexe mémoriel « fuite et expulsion » et ses implications morales (discussion autour du statut de victime), juridiques (débat autour de plaintes portées devant les tribunaux par certains expulsés), politiques (instrumentalisation du vote des expulsés au plan intérieur) et géopolitiques (polémique avec les voisins polonais et tchèque sur cette histoire commune perçue par certains comme un argument visant à atténuer la culpabilité des Allemands dans les crimes commis sous le régime nazi). En 2005, ce sont essentiellement la dimension européenne de cette histoire, sa contextualisation et son insertion dans l’histoire du XXe siècle européen qui fait débat.

  • 46 Michael Schwartz, « Dürfen Vertriebene Opter sein ? Zeitgeschichtliche Überlegungen zu einem Probl (...)
  • 47 Cf. Andreas Kossert, op. cit., p. 349.

37« Kalte Heimat » ? Ce n’est qu’en 2008, avec la parution du livre de Andreas Kossert Kalte Heimat. Die Geschichte der deutschen Vertriebenen nach 1945, que le débat public se centre spécifiquement sur l’histoire de cette intégration. Si l’exposition avait eu le mérite de mettre en avant la vision propre des expulsés et de les associer en tant qu’acteurs à l’histoire de l’après-guerre, le livre de Andreas Kossert est perçu comme le réel « briseur de tabou » en choisissant délibérément de mettre l’accent sur les échecs de cette intégration, la souffrance des expulsés et les conséquences parfois traumatiques de cette expérience sur leur construction identitaire. Le rapide et énorme succès rencontré par ce livre de plus de 400 pages dès sa sortie en mai 2008 atteste l’évolution du climat public sur le thème de la fuite et de l’expulsion. Alors que la présentation des expulsés comme victimes de la guerre suscitait au début des années 2000 de nombreuses controverses, il ne se trouve pas, en 2008, de recension qui critique la perspective choisie par Kossert. L’explication se trouve en partie dans l’évolution non seulement du climat, mais également de l’orientation du débat : il ne s’agit plus en 2008 d’une discussion européenne mettant en jeu la culpabilité allemande dans la Seconde Guerre mondiale, mais d’une discussion proprement nationale confrontant l’Allemagne à sa propre histoire. Victimes et coupables se retrouvent ici au sein du même groupe. L’histoire de la fuite et de l’expulsion semble redevenue, avec la décision prise en octobre 2007 et l’accord en mars 2008 des voisins polonais et tchèque de fonder un Centre national de documentation sur la fuite et l’expulsion, un débat national. Ce livre scelle très clairement ce retournement de situation. Là où Michael Schwartz posait, en 2005 encore, la question d’un droit des expulsés à être considérés comme des victimes46, Andreas Kossert répond sans détour à la question, restée la même, mais envisagée sous l’angle national cette fois-ci47 : oui, les expulsés furent des victimes, non seulement victimes de l’expulsion, mais aussi et surtout victimes de discriminations lors de leur intégration et de la négation de leur histoire dans le discours public dominant en Allemagne.

  • 48 Ibid, p. 353.

38Ce statut de victime, Andreas Kossert le justifie en énumérant les souffrances et le racisme qu’eurent à subir les expulsés à leur arrivée en Allemagne, mais aussi les tromperies d’une politique d’intégration éloignée de l’égalitarisme affiché (critique du Lastenausgleich comme mesure en trompe-l’œil) à l’Ouest et proprement répressive à l’Est. Il insiste également sur les changements profonds que les expulsés apportèrent à la société allemande au plan confessionnel et culturel, revalorisant l’héritage culturel que les expulsés durent, selon lui, abandonner pour se fondre dans la société allemande d’après-guerre48. Enfin, Andreas Kossert documente les traumatismes psychologiques à long terme résultant de l’expérience de la fuite et de l’expulsion et de l’intégration difficile dans l’Allemagne d’après-guerre. Les derniers mots du livre dressent un bilan à la fois laudateur pour les expulsés et particulièrement pessimiste sur les capacités d’accueil de la société allemande :

  • 49 Ibid., p. 354.

Ce sont des expulsés qui pendant des décennies ont construit des ponts vers l’Est. Ce sont les expulsés qui ont par millions entretenu des contacts et se sont engagés en faveur de la réconciliation par de multiples initiatives dans leur ancienne Heimat. Ce sont encore eux qui soignent et conservent l’héritage et la mémoire de l’Est allemand historique, ce qui serait en fait le devoir de tous les Allemands. Quoiqu’ils aient pu faire, ils sont restés des intrus dans ce monde qui n’était plus que tourné vers l’Ouest. Dans ce monde, il n’y avait pas de place pour eux.49

  • 50 Stefan Schulze, « Der Mythos der Integration. Recension du livre de Kossert, Andreas, Kalte Heimat (...)

39Derrière l’engouement médiatique qu’a suscité la sortie du livre, certaines voix se montrent plus posées et permettent un bilan plus juste. Point de tabou brisé ici au sens où le livre de Kossert contiendrait des révélations. Comme le souligne notamment Stefan Schulze, Kossert n’apporte pas grand-chose de nouveau d’un point de vue scientifique50 : la difficulté de la vie dans les camps d’accueil, la contribution des expulsés à la reconstruction allemande, les traumatismes psychologiques, tous ces éléments ont déjà fait l’objet de travaux détaillés sur lesquels se fonde d’ailleurs Kossert. L’intérêt du livre réside dans le choix du sujet jusqu’ici jamais traité ainsi, de façon globale, et à l’échelle nationale, dans le choix de la perspective qui n’est pas indiscutable car revendicatrice. Il s’agit en effet, pour Andreas Kossert, d’appuyer la demande de reconnaissance des expulsés à l’égard de l’État allemand. Mais l’intérêt réside aussi, et c’est ce qui nous intéresse particulièrement ici, dans la réflexion proposée sur le concept d’intégration, lequel ne figure pas en tant que tel comme tête de chapitre mais sous-tend l’analyse. Kossert critique le fait que l’on conclue si rapidement à une intégration réussie sur la base de quelques études locales et limitées dans le temps. Selon lui,

  • 51 Cf. Andreas, Kossert, op. cit., p. 13.

l’intégration doit être plus que la somme des parties unies. Mais les Allemands de l’après-guerre ne percevaient l’intégration que comme une tâche bureaucratique obéissant à une rationalité utilitariste. C’est une conception décidément matérialiste qui dominait, les impacts affectifs, le deuil, le caractère traumatisant et la douleur d’un tel processus n’étaient pas pris en compte alors même que tout portait à croire que des millions d’Allemands étaient lourdement traumatisés51.

40Il importe pour lui d’évaluer cette histoire à l’aune des critères développés au fil des dernières années pour l’analyse des vagues d’immigration contemporaine. Le miracle de l’intégration s’arrêterait ainsi là où commence une conception « qualitative » de l’intégration prenant en compte la dimension psychologique du processus et ses impacts à long terme.

41Néanmoins, si le livre marque un tournant dans le discours sur la fuite et l’expulsion, le lien entre cette primo-expérience d’immigration et les phénomènes migratoires contemporains reste à établir par le lecteur. Kossert inscrit sa contribution dans le cadre du débat sur la mémoire de la fuite et de l’expulsion et non, directement, dans le cadre d’une discussion sur la société allemande comme société plurielle. Le dernier pas reste donc à faire pour intégrer, sur la base de ce retournement de perspective, l’histoire des expulsés au sein de l’histoire de l’immigration allemande.

Conclusion

42C’est sur cet appel à une nouvelle lecture de l’histoire des expulsés en Allemagne après 1945 dans l’histoire de l’immigration allemande que je conclurai, rejoignant ici l’injonction que Rainer Ohliger plaçait dans un article paru en 2005, appelant à une analyse commune et comparée des différentes vagues d’immigration ayant atteint l’Allemagne contemporaine :

  • 52 Cf. Rainer Ohliger, « Menschenrechtsverletzung oder Migration ? Zum historischen Ort von Flucht un (...)

Les défis principaux d’intégration et d’équilibre social ont été et sont posés par trois groupes de migrants : premièrement par le groupe des réfugiés et expulsés de l’immédiat après-guerre ; deuxièmement par les Gastarbeiter, qui furent recrutés entre 1955 et 1973 ; troisièmement par les Aussiedler venus d’Europe centrale et orientale. Du point de vue des conflits, des intégrations réussies ou des obstacles à l’intégration, mais aussi des conditions structurelles d’inclusion et d’exclusion, il est possible d’identifier ici des schémas historiques tout à fait semblables quoique non identiques, schémas qui appellent la comparaison et nécessitent une analyse commune, aussi différents ces groupes soient-ils52.

43En dépit des particularités évidentes de l’intégration des expulsés, il serait dommage d’ignorer ce qui peut avoir valeur de « modèle » – sans parler ici d’un modèle positif ou négatif mais d’un modèle au sens de primo-expérience. Cela permet d’ouvrir des perspectives au plan de la recherche comme au plan politique en lisant ce modèle à la lumière des vagues d’immigration qui lui ont succédé.

Notes

1 Les termes « fuite » et « expulsion » (traduction française des termes Flucht et Vertreibung) désignent les mouvements de population forcés qui ont eu lieu entre 1944 et 1950 et au cours desquels de 12 à 14 millions d’Allemands résidant dans les anciens territoires orientaux du Reich allemand, en Tchécoslovaquie, en Hongrie et dans d’autres pays d’Europe du Sud-Est furent déplacés dans les nouvelles limites de l’Allemagne après 1945. Les termes Flucht et Vertreibung s’étant aujourd’hui imposés dans le discours public comme chiffre de ce complexe événementiel, je conserverai ce concept double en français. Le terme de Vertriebener étant le terme officiel dans la loi (Buniesvertriebenengesetz) de 1953 pour désigner la personne victime de ces déplacements forcés, il sera donc ici question d’expulsés et non de réfugiés, le terme de Flüchtling faisant référence selon cette même loi aux Allemands ayant fui de RDA vers la RFA.

2 Andreas, Kossert, Faite Heimat : die Geschichte der deutschen Vertriebenen nach 1945, München, Siedler, 2008.

3 Définition donnée par le site internet : www.fr.wikipedia.org [consulté le 03/09/2008].

4 Klaus Bade, « Das Eigene und das Fremde – Grenzerfahrungen in Geschichte und Gegenwart », in Klaus Bade (éd.), Deutsche im Ausland, Fremde in Deutschland : Migration in Geschichte und Gegenwart, Munich, Beck Verlag, 1992, p. 15-25.

5 Cette étude ne prétend pas être représentative mais s’appuie sur un panel significatif établi en fonction de critères définis préalablement. 16 entretiens qualitatifs semi-ouverts ont ainsi été menés selon la méthode de l’entretien « centré sur un problème spécifique » théorisé par Andreas Witzel. Cf. Andreas Witzel, Verfahren der qualitativen Sozialforschung : Überblicb und Alternativen. Frankfurt/Main, Campus Verlag, 1982.

6 Karl Mannheim, « Das Problem der Generationen », in Karl Mannheim, Wissenssoziologie : Auswahl aus dem Werk, Berlin, Luchterhand, 1964, p. 509-65.

7 Pour plus de détails, voir Gerhard Reichling, Die Heimatvertriebenen im Spiegel der Statistik, Untersuchungen zum deutschen Vertriebenen-und Flüchtlingsproblem, 1 : Crundfragen, Berlin, Duncker & Humblot, 1958, et Gerhard Reichling, Die deutschen Vertriebenen in Zahlen. Teil 1 : Umsiedler, Vertriebene, Verschleppte, Aussiedler 1940-1985, Bonn, Kulturstiftung der Deutschen Vertriebenen, 1986.

8 Michael Schwartz, « ‘Umsiedler’ – Flüchtlinge und Vertriebene in der SBZ und DDR », in Haus der Geschichte der Bundesrepublik Deutschland, Deutsches Historisches Museum et Zeitgeschichtliches Forum Leipzig (éds.), Flucht, Vertreibung, Integration, Bielefeld, Kerber Verlag, 2006, p. 90-101.

9 Cette conception de l’intégration comme assimilation ne détermina pas seulement la politique d’intégration des expulsés mais, en général, la politique est-allemande à l’égard des autres groupes d’étrangers en RDA, comme le souligne Oliver Randchen dans son étude de la situation des Vietnamiens en RDA in Hans-Martin Hinz (éd), Zuwanderungen – Auswanderungen. Integration und Désintégration nach 1945, Berlin, Deutsches Historisches Museum, 1999.

10 Seuls 91 000 d’entre eux (soit seulement 2 % des expulsés) profitèrent entre 1945 et 1950 de la possibilité d’obtenir une parcelle de huit hectares afin de fonder, à l’aide de subventions étatiques, une exploitation agricole en tant que « nouveau paysan » (Neubauer). Le faible pourcentage des expulsés concernés empêche de parler ici d’une mesure centrale au cœur d’une politique d’intégration.

11 « Deutschlands Problem Nr. 1 », in Das Parlament, 12 mars 1952.

12 Manfred Wille, « SED und ‘Umsiedler’ – Vertriebenenpolitik der Einheitspartei im ersten Nachkriegsjahrzehnt », in Dierk Hoffmann et Michael Schwartz (éds.), Geglückte Integration ? Spezifika und Vergleichbarbeiten der Vertriebenen-Eingliederung in der SBZ/DDR, München, Oldenburger Verlag, 1999, p. 91-104.

13 Alexander von Plato et Wolfgang Meinicke, AIte Heimat, neue Zeit : Flüchtlinge, Umgesiedelte, Vertriebene in der Sowjetischen Besatzungszone und in der DDR. Berlin, Verlags-Anstalt Union, 1991.

14 De fait, même si l’on ne dispose pas de données chiffrées sur l’intégration des expulsés (puisqu’ils disparurent tôt des statistiques), leur intégration économique ne fait pas de doute. Si un nombre important fuit vers l’Ouest avant la construction du mur en 1961, en partie pour des raisons de « regroupement familial », il n’y eut pas de soulèvement global d’expulsés en RDA.

15 Marion Frantzioch-lmmenkeppel évoque ainsi le « connubium » comme ultime étape sur l’échelle classique permettant de mesurer le degré d’intégration d’un groupe (après le « commercium » et la « commensalitat »). Cf. Marion Frantzioch-Immenkeppel, « Theoretische Ansatze zur Integration der deutschen Vertriebenen in die Gesellschaft der Bundesrepublik Deutschland », in Mandred Wille (éd.), 50 Jafire Flucht und Vertreibung. Gemeinsamkeiten und Unterschiede bei der Aufnahme und Integration der Vertriebenen in die Gesellschaften der Westzonen /BRD und SBZ/DDR, Magdeburg, Helmuth-Bock Verlag, 1997, p. 17-28.

16 Déjà entre 1946 et 1950, seuls 50 % des expulsés épousèrent également un expulsé, en 1970 ils n’étaient plus qu’un tiers. Cf. Ulrich Völklein, Mitleid war von niemand zu erwarten : das Schicbsal der deutschen Vertriebenen, München, Droemer Verlag, 2005.

17 Dierk Hoffmann, Marita Krauss et Michael Schwartz (éds.), Vertriebene in Deutschland : interdisziplinäre Ergebnisse und Forschungsperspektiven, München, Oldenbourg Verlag, 2000.

18 D’autre part, si la majorité des personnes interviewées s’identifient en premier lieu à leur ville et région d’origine et non à la nation allemande, c’est bien la région d’accueil, en l’occurrence Berlin-Brandebourg, qui est le point d’identification de tous les membres des deuxième et troisième génération, pour lesquels les régions d’origine ne semblent plus jouer aucun rôle dans leur construction identitaire.

19 Jan Motte et Rainer Ohliger, Geschichte und Cedachtnis in der Einwanderungsgesellschaft : Migration zwischen historischer Rekonstruktion und Erinnerungspolitik, Essen, Klartext, 2004, p. 13.

20 Ainsi Mme H. K. sanctionne la question par un « non » clair n’appelant pas de questions plus précises. Dans les cas étudiés, nous constatons une continuité entre les membres des différentes générations : la plupart des Flüchttingskinder ne s’identifient pas en tant qu’expulsés aux autres migrants et réfugiés, et, de fait, leurs enfants non plus.

21 Jan Assmann et Heidrun Friese (éds.), Identitäten, Erinnerung, Geschichte. Identität 3, Frankfurt a.M., Suhrkamp Verlag, 1999, p. 102.

22 Matthias Beer, « Flüchtlinge und Vertriebene in den Westzonen und der Bundesrepublik Deutschland », in Flucht, Vertreibung, Integration, p. 108-123.

23 Cf. Marion Frantzioch-Immenkeppel, « Theoretische Ansätze zur Integration der deutschen Vertriebenen in die Gesellschaft der Bundesrepublik Deutschland », in Mandred Wille (éd.), 50 Jahre Flucht und Vertreibung, p. 26.

24 « Ende der 1960er Jahre war eines der gröβten Nachkriegswunder, die Integration der Vertriebenen in der Bundesrepublik – nicht anders der Befund in der DDR –, Realität geworden. » Cf. Wolfgang Benz, « Fremde in der Heimat : Flucht, Vertreibung, Integration », in Klaus Bade, op. cit., p. 385.

25 Le combat mené à l’arrivée en Allemagne est essentiellement présenté comme un combat personnel, et les souvenirs relatifs à d’éventuelles difficultés d’intégration dans un nouveau contexte social n’apparaissent pas au premier plan. Seuls M. B. et Mme G. Gr. évoquent certains problèmes de discrimination de la part des habitants résidant dans les régions où ils furent installés.

26 Ainsi l’image officielle d’une immense solidarité entre expulsés et autochtones se retrouve à plusieurs reprises dans les récits d’expulsés installés à Berlin (M. H. K. et Mme S.).

27 Thomas Petersen, Flucht und Vertreibung aus Sicht der deutschen, polnischen und tschechischen Bevölkerung, Bonn, Stiftung Haus der Geschichte der Bundesrepublik Deutschland, 2005.

28 Paul Lüttinger, « Der Mythos der schnellen Integration. Eine empirische Untersuchung zur Integration der Vertriebenen und Flüchtlinge in der Bundesrepublik Deutschland bis 1971 », Zeitschrift für Soziologie, 1 (1986), p. 20-36.

29 Voir notamment : Dierk Hoffmann et Michael Schwartz (éds.), Geglückte Integration ? Op. cit.

30 Dierk Hoffmann, Marita Krauss et Michael Schwartz (dir), note 17, pp. 331-58. Albrecht Lehmann, \m Fremden ungewollt zuhaus. Flüchtlinge und Vertriebene in Westdeutschland 1945-1990, München, Beck Verlag, 1993.

31 Manfred Wille, Johannes Hoffmann et Wolfgang Meinicke (dir), Sie batten alles verloren. Flüchtlinge und Vertriebene in der sowjetischen Besatzungszone Deutschlands, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 1993, pp. 3-11.

32 Alexander von Plato, « Vergangene Perspektiven ? Schwerpunkte, Fragen und Probleme der Flüchtlingsforschung vor und nach der Wende », in Dierk Hoffmann, Marita Krauss et Michael Schwartz (éds.), cf. note 17, p. 87-107.

33 Cela se lit notamment dans le nombre croissant d’articles scientifiques consacrés à ce sujet par différentes revues historiques allemandes depuis 1990. Le thème de l’intégration des expulsés y occupe par ailleurs une bonne place.

34 Dierk Hoffmann et Michael Schwartz (éds.), Geglückte Integration ?, op. cit.

35 Dierk Hoffmann, Marita Krauss et Michael Schwartz (dir.), Vertriebene in Deutschland, op. cit.

36 Dagmar Semmelmann, « Zur Integration auslebensgeschichtlicher Sicht. Eingliederungsverlaufe von Flüchtlingen und Vertriebenen in der SBZ/DDR dargestellt am Sonderfall Eisenhüttenstadt », in : Dierk Hoffmann et Michael Schwartz (dir.), Ceglückte Integration ?, pp. 321-33.

37 Ute Schmidt, « ’Drei-oder viermal im Leben neu anfangen zu müssen...’ – Beobachtungen zur ländlichen Vertriebenenintegration in mecklenburgischen ‘Bessarabier-Dorfern’ », in : Dierk Hoffmann et Michael Schwartz (dir.), Ceglückte Integration ? pp. 291-320.

38 Michael Schwartz, « Dürfen Vertriebene Opfer sein ? Zeitgeschichtliche Überlegungen zu einem Problem deutscher und europaischer Identitat », Deutschland Archiv 3/2005, pp. 495-505.

39 Günter Grass, Im Krebsgang, München, DTV, 2008.

40 Cité in Andreas, Kossert, op. cit., p. 325.

41 Cf. Johannes Rau, « Ohne Angst und ohne Träumereien : Gemeinsam in Deutschland leben », Berliner Rede vom Bundespräsidenten im Haus der Kulturen der Welt, Berlin, 12.05.2000, URL : http://www.bundespraesident.de/Reden-und-lnterviews/Berliner-Reden-, 12090/BerlinerRede-2000.htm.

42 Cf. Erik K. Franzen et Hans Lemberg, Die Vertriebenen : Hitlers letzte Opfer, München, Ullstein-Taschenbuchverlag, 2002, p. 224.

43 Petra Rösgen (éd.), Flucht, Vertreibung, Integration Reden zur Ausstellungseröffnung am 2. Dezember 2005, Bonn, Stiftung Haus der Geschichte der Bundesrepublik Deutschland, 2006.

44 Bernd Neumann, « Eröffnung der Ausstellung ‘Flucht, Vertreibung, Integration’ im Deutschen Historischen Museum », Berlin, 17.06.2005, URL : http://www.bundesregierung.de/nn_1498-/Content/DE/Rede/2006/05/2006-05-17-eroeffnung-der-ausstellung-flucht-vertreibungintegration-in-berlin.html.

45 Après avoir souligné le fondement réel de la réussite de cette intégration, il ajoute : « Il ne faut pas oublier pour autant que l’image d’une intégration miraculeuse glorifie de manière totalement abusive le processus d’intégration. » Cf. Matthias Beer, op. cit., p. 126.

46 Michael Schwartz, « Dürfen Vertriebene Opter sein ? Zeitgeschichtliche Überlegungen zu einem Problem deutscher und europäischer Identität », Deutschland Archiv, 3/2005, pp. 495-505.

47 Cf. Andreas Kossert, op. cit., p. 349.

48 Ibid, p. 353.

49 Ibid., p. 354.

50 Stefan Schulze, « Der Mythos der Integration. Recension du livre de Kossert, Andreas, Kalte Heimat. Siedler, 2008. », URL : http://www.randomhouse.de/webarticle/webarticle.isp?aid=10971 [consultéle3.09.2008].

51 Cf. Andreas, Kossert, op. cit., p. 13.

52 Cf. Rainer Ohliger, « Menschenrechtsverletzung oder Migration ? Zum historischen Ort von Flucht und Vertreibung der Deutschen nach 1945 », Zeithistorische Forschungen/Studies in Contemporary History, Ontine-Ausgabe, 3/2005, URL : http://www.zeithistorischeforschuneen.de/l6126041Ohliger-3-2005.§15.

Auteur

Ancienne élève de l’ENS-LSH et agrégée d’allemand, a été allocataire monitrice normalienne à l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3 et elle enseigne actuellement en classes préparatoires. Sa thèse intitulée La fuite et expulsion, un lieu de mémoire en reconstruction dans l’Allemagne unifiée. Entre disparition dans la sphère privée et polémiques dans la sphère publique a été soutenue à l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3 sous la direction d’Anne Saint Sauveur-Henn. Elle a organisé un colloque « Sur les Traces de la Trace » et dirige la revue Trajectoires.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site