Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations, intégrations et identités multiples

 | 
Anne Saint Sauveur-Henn

Chapitre I. Migrations vers l'étranger. Colonisation, émigration économique, exil

Georges-Arthur Goldschmidt : identités, écriture et mémoire (inter-)culturelle

Michaela Enderle-Ristori

Texte intégral

  • 1 Paul Ricœur, « Débat sur l’identité narrative », in Esprit no 7-8/1988, p. 305-314, cit. p. 314.

... il faut essayer de faire histoire de notre vie, à condition que cette histoire soit toujours révisable1

  • 2 Georges-Arthur Goldschmidt, Un enfant aux cheveux gris. Conversations avec François Dufay, CNRS édi (...)

1Vous savez, l’autobiographie est un genre dangereux : on commence à tirer un fil, et tout vient avec2... » : observation lucide de la part de quelqu’un qui, à travers son œuvre littéraire, n’a de cesse de s’interroger sur sa propre biographie au cheminement si singulier, si exceptionnel et en même temps, à certains égards, si commun car si étroitement lié à l’histoire collective. Mise en garde aussi pour quiconque s’aviserait de vouloir démêler ce récit et qui, en un geste maladroit, ne ferait que le tirailler jusqu’à risquer de rompre le fil.

  • 3 Cf. supra : l’intitulé de l’ouvrage est une allusion à Hölderlin et à sa définition du poète.

2C’est donc en connaissance des risques pris par l’auteur – et de ceux encourus par ses interprètes – que nous approcherons un ensemble de textes de Georges-Arthur Goldschmidt dans lesquels celui-ci expose sa vie et sa personne. L’auteur y déroule le fil de sa vie dont nous suivons les méandres : né en 1928 à Reinbek, près de Hambourg, dans une famille juive convertie au protestantisme depuis deux générations, d’un père juriste, juge au tribunal d’instance, puis conseiller à la cour d’appel de Hambourg, Georges-Arthur Goldschmidt dut fuir le nazisme en mai 1938 en compagnie de son frère, de quatre ans son aîné, pour se réfugier en Italie, puis en France où il allait mener, après la guerre, une longue carrière d’enseignant, puis de traducteur et d’écrivain. Dans ses textes, Georges-Arthur Goldschmidt s’expose aussi car, au fil des récits, il prend le lecteur à témoin d’angoisses profondes comme de rêveries puériles, d’exaltations spirituelles comme de châtiments corporels sources de plaisir. Pour autant, ce n’est pas le dévoilement de l’intimité physique du jeune homme qu’il fut qui rend l’autobiographie « dangereuse » pour l’auteur (danger de toute manière atténué par le caractère rétrospectif du récit) ; celle-ci devient entreprise périlleuse lorsqu’il s’agit pour cet « enfant aux cheveux gris3 » de raconter un passé qui ne passe pas.

Mémoire et écriture autobiographique

  • 4 Georges-Arthur Goldschmidt, La Traversée des fleuves. Autobiographie, Seuil, 1999.
  • 5 Georges-Arthur Goldschmidt, Le Poing dans la bouche : un parcours, Verdier, 2004.
  • 6 Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique, Seuil, 1975, p. 15 : « Pour qu’il y ait autobiographie (...)

3Parmi ces récits à caractère autobiographique, on évoquera en premier lieu La Traversée des fleuves4, ouvrage publié en 1999 dont la chronologie remonte l’histoire familiale de l’auteur jusqu’au temps présent de l’écriture, en 1997, et qui est le seul écrit à porter l’appellation générique. Il faut toutefois le mettre en regard d’un autre texte composé à la première personne, Le Poing dans la bouche5, œuvre parue en 2004 et dont le sous-titre, Un parcours, nous renvoie à l’itinéraire intellectuel de son auteur au point de former un récit complémentaire à l’autobiographie « officielle », avec sa chronologie propre faite de lectures et d’expériences littéraires marquantes. Et sans doute faudra-t-il considérer une autre série d’écrits encore, qui, qualifiés de « récits » et composés à la troisième personne, se dérobent à ce qu’il est convenu d’appeler, avec Philippe Lejeune, le « pacte autobiographique6 », à savoir l’identité formelle entre auteur, narrateur et personnage. Pourtant, de par leur thématique, trois de ces récits hétérodiégétiques au moins s’insèrent parfaitement dans les textes autobiographiques précédemment nommés, ils les complètent et les éclairent d’une nouvelle manière.

  • 7 Georges-Arthur Goldschmidt, Un jardin en Allemagne. Récit, Seuil, 1986.
  • 8 Georges-Arthur Goldschmidt, La Forêt interrompue. Récit, Seuil, 1991.
  • 9 Georges-Arthur Goldschmidt, Le Recours. Récit, Verdier, 2005.
  • 10 Nous renvoyons, entre autres, à Jean-Louis Jeannelle, « Autofiction et poétique », in Françoise Sim (...)
  • 11 Interrogé sur le terme d’autofiction, notre auteur s’est contenté de le qualifier de « pompeux » : (...)
  • 12 Georges-Arthur Goldschmidt, Le Miroir quotidien. Roman, Seuil, 1981.
  • 13 Georges-Arthur Goldschmidt, Un Enfant aux cheveux gris (cf. note 2), p. 69.

4Ainsi, Un jardin en Allemagne, un récit paru en 19867, traite de l’enfance d’un jeune garçon dans un petit village du Holstein dans les années 1937-1938. Un texte ultérieur, La Forêt interrompue (1991)8, en forme pratiquement la suite en racontant le départ d’Allemagne d’un jeune garçon en 1938 et son bref séjour dans ce pays en 1949. Un troisième récit intitulé Le Recours (2005)9 s’arrête sur une période particulière apparue au fil de l’ouvrage précédent, celle du séjour d’un adolescent dans un pensionnat de Haute-Savoie durant l’occupation italienne puis allemande, de 1942 à 1944. Mais surtout, par-delà leur lien thématique, ce sont des indices péritextuels telle la photo de famille prise en 1931 dans un jardin en Allemagne, laquelle figure sur la couverture du livre éponyme – et où l’on reconnaît parfaitement le jeune garçon à la chevelure blonde – qui corroborent le caractère autoréférentiel de ces trois textes sans qu’on puisse les qualifier d’autobiographies stricto sensu. Peut-être devrait-on les appeler des « autobiographies romancées » (terme que nous préférons à celui d’autofiction désignant, selon la plupart des interprètes10, un rapport assez peu tenu entre fiction et vécu réel, et duquel l’auteur lui-même ne fait pas grand cas11). Preuve que les frontières entre « fiction » et récit « véridique » sont perméables chez G.-A. Goldschmidt, même un texte comme Le Miroir quotidien (1981)12, pourtant qualifié de roman, semble rétrospectivement démentir son caractère purement fictionnel pour devenir, avec la parution de La Traversée des fleuves, un maillon dans cette chaîne de récits largement autobiographiques qui se jouent des genres, comme pour prouver que ce ne fut point une boutade lorsque l’auteur, pressé en 1995 par son éditeur d’écrire son autobiographie, rétorqua : « Mais je n’arrête pas de le faire !13 »

  • 14 Gérard Genette, Palimpsestes. La littérature au second degré, Le Seuil, coll. Points Essais, 1982, (...)

5Avec le recul, on voit ainsi se déployer une production prolifique de récits aux statuts narratifs différents, reliés entre eux par de multiples co-présences textuelles garantes de leur intertextualité et dont La Traversée des fleuves, seul texte générique, constitue, sur le plan chronologique, le récit « organisateur » permettant aux autres de s’y greffer, à la manière d’un hypotexte générant à sa suite un nombre illimité d’hypertextes. En effet, on serait bien tenté d’appliquer les réflexions sur l’hypertextualité conduites par Gérard Genette à la production littéraire de notre auteur s’il n’y avait le fait que le rapport entre hypotexte et hypertexte(s) se définit par la chronologie de leur écriture14, alors que dans le cas présent, l’autobiographie « officielle » arrive au milieu, sinon en point d’orgue d’une production textuelle déjà existante, comme si G.-A. Goldschmidt avait voulu ruser avec le lecteur en ne lui fournissant que tardivement les clefs de la filiation secrète de ces récits composés, pour la plupart, à la troisième personne.

  • 15 Peter Handke, L’Histoire du crayon, traduit de l’allemand par Georges-Arthur Goldschmidt, Gallimard (...)
  • 16 Paul Ricœur, « L’Identité narrative », Esprit no 7-8/1988, p. 295-304, cit. p. 304.
  • 17 Jean-Pierre Carron, Écriture et identité. Pour une poétique de l’autobiographie, préface de Jacques (...)

6Aussi ne sera-t-on pas surpris de voir le récit Un jardin en Allemagne s’ouvrir sur la phrase suivante : « Tout raconter sur soi et pourtant ne rien révéler15. » Il s’agit là d’une citation extraite de L’Histoire du crayon de Peter Handke, ami fraternel (ou plutôt : double littéraire ?) de l’auteur pendant de longues années. Sortie de la masse de notes et de réflexions presque aphoristiques qui forment ce livre et placée en exergue au récit goldschmidtien, la citation pourrait servir de devise à l’ensemble des textes que nous examinons ici. Car se raconter, « tout raconter sur soi » constitue évidemment l’un des objectifs de toute écriture autobiographique ; c’est un travail qui engage toute la personne de l’écrivain, le conduisant jusqu’à s’extérioriser (plutôt que s’abriter) dans un personnage (« ne rien révéler »). Jeu de personnes, jeu de (pro-)noms, l’écriture autobiographique est tout d’abord un travail de questionnement de soi, d’exploration de sa propre identité, et davantage qu’une question de genre, elle est une question de regard : dans ses textes, Georges-Arthur Goldschmidt se pose tour à tour en sujet (« je ») et en objet distancié de son propre récit (« il »), alternant et variant ainsi les perspectives qui vont de l’introspection à l’observation extérieure. Ce faisant, le regard tantôt intérieur tantôt extérieur dirigé sur son propre sujet/objet entreprend la re-construction historique de celui-ci en même temps qu’il le construit. Car, comme l’a formulé Paul Ricœur, « le soi ne se connaît pas immédiatement, mais seulement indirectement par le détour de signes culturels [...] qui s’articulent sur les médiations symboliques [...] et, parmi elles, les récits de la vie quotidienne. La médiation narrative souligne ce caractère remarquable de la connaissance de soi d’être une interprétation de soi16 ». De ce fait, toute écriture autobiographique opère, de même qu’un récit purement fictionnel, la construction d’une identité narrative qui permet de concilier le soi et la temporalité biologique du sujet avec cette temporalité physique et autonome qu’est l’Histoire17.

  • 18 Paul Ricœur, Soi-même comme un autre, Seuil, Point Essais, 1990, p. 196 : « L’identité narrative fa (...)

7En ce sens, les textes de Georges-Arthur Goldschmidt sont comme autant de regards portés sur le même sujet/objet, lui découvrant à chaque fois un aspect et une teinte particuliers dus à des temporalités différentes pour finir par se/le reconnaître dans cette permanence de soi, permanence du même et de l’ipse18. C’est ainsi que nous pouvons expliquer cet effet de déjà vu qui frappe le lecteur au fil des récits goldschmidtiens. Nombre d’épisodes s’y recoupent et s’y entrecroisent comme pour mieux en profiler certains. Néanmoins, ce n’est pas tant cette filiation interne de l’œuvre de Georges-Arthur Goldschmidt et son aspect intertextuel qui nous intéressent ici au premier chef que la nature même de ces épisodes qui s’imposent comme des fulgurances. Car il y a, certes, le récit d’éléments factuels relevant de la vie de l’auteur, mais ce qui domine est de l’ordre de l’image, de l’impression sensorielle restituée avec la plus grande précision possible, comme s’il s’agissait de décrire un vieil objet englouti par la mer dont on percevrait le reflet entre deux eaux. Pour y parvenir, il faut avoir le souvenir des formes et des couleurs, il faut se souvenir de ce qui a été là.

  • 19 Le 18 mai 1938 précisément.

8Pour illustrer ce propos, nous allons nous attarder un peu plus longuement sur deux moments clés de la vie de l’auteur, l’un se situant en 1938, l’autre en 1943, pour juxtaposer à chaque fois deux récits qui les relatent à leur manière. Le premier épisode se situe en mai 193819, lorsque Georges-Arthur Goldschmidt et son frère aîné s’apprêtent à quitter l’Allemagne par la gare de Hambourg et à être séparés de leurs parents, qui vont rester sur le quai. Voici d’abord la scène telle qu’elle est décrite dans La Traversée des fleuves :

  • 20 Georges-Arthur Goldschmidt, La Traversée des fleuves (cf. note 4), p. 122.

Pendant que le train par à-coups se mettait lentement en route, mes parents s’éloignèrent vers l’autre bord du quai pour rester plus longtemps visibles. Ma mère porta la main à son chapeau et en retira l’épingle, elle l’enleva et se tourna vers mon père qui en fit autant. Ils les avaient ôtés pour que leurs enfants les voient une dernière fois tels qu’ils étaient. Ce fut mon père que la paroi du train trancha verticalement, le temps d’un regard et ma mère disparut à son tour20.

  • 21 Signalons au passage qu’elle est également – mais très différemment – racontée dans : Georges-Arthu (...)

9Cette scène, qui est située vers le milieu du récit chronologique de La Traversée des fleuves, a déjà été racontée dans Un jardin en Allemagne, ce texte de 1986 dont elle constitue la séquence finale. Il s’agit donc d’une scène charnière pour l’articulation interne de l’œuvre de Goldschmidt, ou pour l’exprimer autrement, d’une scène « matricielle » génératrice d’autres récits21. Dans Un jardin en Allemagne, malgré la différence de situation narrative induite par un récit à la troisième personne et l’absence du personnage du frère, la scène est décrite de manière analogue, sinon plus visuelle :

  • 22 Georges-Arthur Goldschmidt, Un jardin en Allemagne (cf. note 7), p. 152 et suiv..

Pendant que le train par saccades se mettait peu à peu en route, ils [les parents] s’éloignèrent vers l’autre bord du quai pour rester visibles plus longtemps. Son père portait un feutre avec un large ruban noir et un manteau sombre qui tombait droit autour de lui. Sa mère tout à coup porta ses deux mains à son chapeau pour en retirer l’épingle qui le tenait, elle l’enleva et tourna la tête vers son père qui en fit autant. Ils les avaient enlevés pour que l’enfant les voie une dernière fois tels qu’ils étaient. Sur le quai qui s’amincissait en avant d’eux, ils devinrent de plus en plus petits. Ce fut son père que la paroi vert sombre du train trancha le premier, verticalement, et il ne restait plus que sa mère à l’extrême bord du quai, le temps d’un regard, et elle disparut à son tour, d’un coup22.

10La juxtaposition des deux textes permet de comparer ce qui se présente comme un arrêt sur image – il s’agit en fait de la dernière perception visuelle qu’a conservée l’auteur de ses parents – et de faire ressentir cette accélération insupportable du train qui anéantit l’image concrète pour ne la faire subsister que sous forme d’une image mnésique capable d’englober des temporalités différentes. C’est ainsi que de cet instantané surgissent déjà des évocations de mort future : la mère « disparut d’un coup » – elle mourra subitement de maladie en 1942 – et le père, dont la silhouette est « tranché[e] verticalement » par le train, sera acheminé par l’un de ces indicibles convois vers Theresienstadt, dont il reviendra physiquement brisé pour décéder peu après.

11La scène décrite nous renseigne sur la nature des récits chez Georges-Arthur Goldschmidt. Ils sont écriture, réécriture, superposition de mots et d’images, palimpsestes donc au sens de la théorie de la génétique textuelle de G. Genette précédemment évoquée mais aussi, a fortiori, au sens d’une figuration de ces strates d’images mnésiques dont parlait déjà Charles Baudelaire, citant Thomas De Quincey dans Les Paradis artificiels :

  • 23 Charles Baudelaire, Les Paradis artificiels. Deuxième partie : Un mangeur d’opium, chap. VIII Visio (...)

Qu’est-ce que le cerveau humain, sinon un palimpseste immense et naturel ? [...] Des couches innombrables d’idées, d’images, de sentiments sont tombées successivement sur votre cerveau, aussi doucement que la lumière. Il a semblé que chacune ensevelissait la précédente. Mais aucune en réalité n’a péri23.

  • 24 Ibid., p. 507.

12L’écriture, chez Georges-Arthur Goldschmidt, est palimpseste, est travail de mémoire. Et comme dans notre cerveau restent gravées les images, le texte devient l’expression de cet effort du souvenir, de cette quête de tirer au clair ce qui a été enfoui dans l’obscurité d’un oubli momentané car, nous renseigne encore Baudelaire, « [le] palimpseste de la mémoire est indestructible24 ».

13Prenons un second exemple, pour continuer notre réflexion. Cet autre épisode clé se situe en 1943, lorsque l’auteur, alors réfugié dans un pensionnat à Megève, prend conscience de sa propre existence fondée sur une différence : celle d’être Juif. Nous allons encore comparer deux séquences extraites de deux récits distincts, la première figurant dans La Traversée des fleuves dont le douzième chapitre commence comme suit :

Cette année 1943 est inépuisable, elle a centré ma mémoire ; année du danger extrême, elle fut aussi celle où la conscience se fit en moi définitive, immobile, implantée avec l’assurance d’elle-même, face au paysage : le mont Rochebrune, de l’autre côté de la plongée du haut plateau sur la vallée, se détachait sur le soleil couchant, par grandes trouées de pentes coupées d’ombres. Face à ce paysage, presque trop bas sous le ciel immense, tout à coup, sans raison, en un saisissement soudain, cette certitude presque physique que désormais rien ne changerait plus en moi, que tel que j’étais dans ma tête, en haut de moi-même avec cette imperceptible présence continue entre les tempes, je resterais jusqu’à la fin de mes jours, coulé par hasard dans celui que j’étais et qui aurait tout aussi bien pu être n’importe qui d’autre.

  • 25 Georges-Arthur Goldschmidt, La Traversée des fleuves (cf. note 4), p. 158.

Et rien n’a, en effet, changé depuis : je suis toujours là entre mes deux tempes, tel que j’étais en ce jour de mars 1943. [....] C’est un même jour qui s’est indéfiniment prolongé25.

14Telle quelle, la scène décrite focalise sur l’éveil d’une conscience qui sait désormais se situer dans le temps et dans l’espace, verticalement (« en haut de moi-même ») et horizontalement, et qui se sait dès lors accomplie (« coulé dans celui que j’étais »). Mais il est intéressant de voir que cette même scène est également relatée dans Le Poing dans la bouche dont elle constitue les phrases inaugurales. La datation y diffère et, visiblement, la description du paysage passe ici au second plan par rapport aux sensations qu’il suscite. Aussi, Le Poing sur la bouche débute-t-il comme suit :

  • 26 Georges-Arthur Goldschmidt, Le Poing dans la bouche (cf. note 5), p. 11.

Tout commence un jour d’octobre 1943 [sic] dans l’angoisse, la solitude et la honte de l’occupation de la France par les nazis. On se trouve, tout à coup, ajusté à une étrange constatation verticale, sans contenu, sans dimension, dont on était toujours accompagné et qui soudain se détache avec une netteté et une intensité toutes particulières. C’est une simple certitude d’être, une surrection originelle par laquelle on tombe véritablement en soi. C’est une commotion, un établissement, une fulguration dont naît l’assise qui sera invariable tout au long de la vie. En même temps, on entend le chant du foehn, ce vent du Sud, qui traverse la montagne et paraît soulever la maison [...]. Une telle découverte, ce « je suis, j’existe » oriente à jamais l’esprit d’un enfant désemparé, perdu, exilé et menacé de mort parce que né chrétien « de mauvaise race » »26.

  • 27 Aleida Assmann, Der lange Schatten der Vergangenheit. Erinnerungskultur und Geschichtspolitik, Münc (...)

15Dans le second récit, l’image est donc quelque peu décentrée : elle véhicule la prise de conscience de soi ainsi que le danger auquel cette conscience tout juste acquise se sait exposée. Sans doute l’occurrence de ce nouvel élément s’explique-t-elle par la co-présence d’un autre souvenir, fusionné en une seule image mnésique qui a pu par la suite être décomposée afin de nourrir plusieurs récits. Le trait caractéristique des souvenirs, nous apprend Aleida Assmann27, est de subir mises en perspectives, interconnexions, fragmentations, et d’être foncièrement instables. Cette observation nous est confirmée par l’auteur lui-même qui, dans ses récentes conversations avec François Dufay, a entrepris de commenter ces souvenirs et, ce faisant, corroboré le lien étroit entre cet éveil à soi (associé ici à une journée d’automne où souffla le foehn) et la confirmation de son existence dans la différence :

  • 28 Georges-Arthur Goldschmidt, Un enfant aux cheveux gris (cf. note 2), p. 40.

C’était en septembre [sic] 1943. Je me souviens de ce moment avec une très vive précision. Un jour de foehn, sous un ciel immense, frangé de nuages dorés, avec une vue somptueuse sur la vallée déployée devant moi, j’ai ressenti soudain un ébranlement, une secousse de tout l’être, un sentiment extraordinaire d’y être, d’être là... Pour moi, cette surrection du sentiment de l’existence fut un moment inoubliable de ma vie, un événement fondateur28.

  • 29 Ibid., p. 109 : « Cette révélation, donc, a eu lieu en 1943, alors que j’étais en quelque sorte le (...)

16L’élément « intercalaire » nous est livré dans ce même entretien lorsqu’il évoque la « révélation » qu’il a eue en octobre 1943. C’est au moment où les troupes allemandes investissent le village que la directrice du pensionnat lui lance brutalement : « Mon pauvre enfant, ne savez-vous donc pas que vous êtes juif ?29 »

Du palimpseste à la construction d’une mémoire collective : récits d’exclusion et d’intégration, d’extermination et de survie

17Les deux épisodes, avec leurs dates charnières de 1938 et 1943 (mais peut-être y en a-t-il d’autres), permettent de comprendre la motivation intime de la narration autobiographique chez notre auteur. Si 1938 correspond au moment où il dut quitter l’Allemagne – moment traumatisant qu’il a vécu, avec la fragilité d’un garçon de dix ans, comme une « expulsion » du noyau familial, comme une punition infligée pour de supposés « péchés » du corps, sources d’un réel sentiment de culpabilité – l’année 1943 correspond à la compréhension des véritables raisons de cette expulsion et de leur origine non pas individuelle mais sociale et raciale. Elle conduira l’auteur à soulever la question de l’identité dans son double aspect : telle qu’elle était vécue et assumée individuellement, et telle qu’elle était perçue socialement. Avec une conscience suraiguë, l’auteur résume cette problématique dans ses entretiens avec F. Dufay :

  • 30 Ibid., p. 110.

J’ai vécu en quelque sorte l’expérience ultime de ces désignations qui deviennent des destinations. L’identité n’est jamais choisie, elle est imposée. Nourri dans le protestantisme, j’ai été désigné comme Juif. Sur moi pèse le fait que mon existence soit illégitime, qu’on puisse me supprimer sans problème. Tout Juif est sursitaire [...]. Tel est leur destin30.

  • 31 Georges-Arthur Goldschmidt, La Traversée des fleuves (cf. note 4), p. 183.
  • 32 Aleida Assmann, Der lange Schatten der Vergangenheit (cf. note 27), p. 26-28, où la mémoire sociale (...)
  • 33 Ibid., p. 33 sq., où, à la suite de Maurice Halbwachs, la mémoire collective est définie comme une (...)
  • 34 Georges-Arthur Goldschmidt, La Traversée des fleuves (cf. note 4), p. 48.

18C’est ici que nous tenons la structure profonde de la narration autobiographique de Georges-Arthur Goldschmidt : partant de la mémoire individuelle qu’elle ne cesse d’explorer, de disséquer et de réfracter à travers différents récits, elle tend à la construction-reconstruction d’une mémoire collective, celle des Juifs victimes d’expulsion ou victimes de la Shoah. Car l’auteur n’est que trop conscient d’être un rescapé, d’être vivant, lui, l’orphelin, alors que d’autres sont morts, au point qu’il en éprouve un sentiment de culpabilité et « la honte ineffaçable d’exister, d’être un resquilleur, de survivre inutilement31 ». Dans ses récits, il s’emploie donc à scruter les mécanismes d’exclusion et d’intégration, à s’interroger sur les conditions d’extermination et de survie. Selon les textes, son analyse porte sur le temps court de la mémoire individuelle, par exemple dans Un jardin en Allemagne où le temps raconté porte sur les années 1937-1938, ou sur le temps plus long de la mémoire intergénérationnelle exposée dans La Traversée des fleuves. Ce texte-ci s’ouvre sur un panorama de la vie des Goldschmidt, Horschitz, Schwabe, Oppenheimer et autres familles apparentées et le récit relate la chronique familiale sur cinq, voire six générations. Davantage qu’un segment de la mémoire sociale32 limitée, selon Jan et Aleida Assmann, à une expérience de groupe sur une durée de trois ou quatre générations, c’est ici tout un pan de la mémoire collective33 des Juifs d’Allemagne – et de l’histoire culturelle allemande – que l’on voit apparaître à travers les personnalités évoquées : une arrière-grand-tante de G.-A. Goldschmidt, mariée à l’oncle de Heinrich Heine, une arrière-grand-mère correspondant avec Malwida von Meisenbug, un grand-père qui fut un familier de Fontane, un grand-oncle pianiste, élève de Mendelssohn, jusqu’à son père qui avait lié amitié avec Detlev von Liliencron (et encore, notre liste n’est pas complète). Depuis le XVIIIe siècle, l’histoire des Goldschmidt se confond ainsi avec celle de la « bourgeoisie de culture » (Bildungsbürgertum) allemande y compris lorsque celle-ci épousa, à la fin du XIXe siècle, les tendances conservatrices de l’État bismarckien, lequel fut néanmoins, depuis l’émancipation accordée par la Prusse aux Juifs en 1869, le garant de leur intégration et de leur réussite sociales. « La triste illusion de tous ces Goldschmidt et autres Horschitz [...], c’est d’avoir cru en être34 », dira G.-A. Goldschmidt au sujet de ses parents, et notamment de son père, magistrat réputé et protestant pratiquant qu’un sentiment nationaliste exacerbé poussa à voter deutschnational sous la République de Weimar – et donc à sous-estimer le danger national-socialiste au point d’en devenir victime.

  • 35 Ibid p. 251.

19Mais les textes de Georges-Arthur Goldschmidt sont aussi les récits d’une survie, d’un sauvetage. Après avoir échappé aux Allemands à la suite d’une dénonciation, il vit caché dans des fermes savoyardes puis, après la guerre, passe son bac et s’inscrit en Sorbonne. En 1949, l’expulsé, l’exclu d’Allemagne sera naturalisé français : il échangera donc sa carte rose de « résident étranger privilégié », cette « menace vague et familière qui [le] maintenait dans l’émigration35 », contre une nouvelle carte lui conférant la nationalité française sous le nom de Georges-Arthur (et non plus Jürgen-Arthur) Goldschmidt, signe qu’une recomposition identitaire a commencé.

20Car le fait d’acquérir la nationalité française signifie d’abord, pour l’auteur, s’inscrire contre l’idée que la nationalité puisse reposer sur un quelconque fondement biologique ; elle relève, selon lui, du libre choix, et même du contrat, si l’on se réfère à ce commentaire extrait de La Traversée des fleuves :

  • 36 Ibid., p. 320.

Ce n’est pas l’« enracinement » qui est significatif, mais bel et bien le choix que quelqu’un fait d’une nationalité, d’une ville, d’une région. La naturalisation est, en effet, un acte volontaire, un contrat explicite qui engage les contractants, et le propre de la nation française, c’est d’être contractuelle, d’être l’objet d’un choix qui équivaut à la naissance autant qu’il la dépasse36.

  • 37 « Une nation est donc une grande solidarité [...]. Elle suppose un passé ; elle se résume pourtant (...)

21Allusion évidente au droit du sol français, à une conception de la nation dans la droite ligne de la pensée d’Ernest Renan, fondée sur le consentement de tout un chacun (« la nation est [...] un plébiscite de tous les jours37 ») et sur l’idée d’un contrat républicain dont Goldschmidt s’acquittera de façon exemplaire : après une licence puis le CAPES d’allemand auquel il est reçu en 1956, il mènera, une trentaine d’années durant, une carrière d’enseignant en tant que fonctionnaire de l’Éducation nationale.

  • 38 Georges-Arthur Goldschmidt, La Traversée des fleuves (cf. note 4), p. 137.
  • 39 I bid., p. 141.

22Bien que socialement intégré et investi dans son nouveau statut de citoyen français, l’auteur n’aura cependant de cesse d’insister sur le fait que sa véritable intégration s’est faite par le biais de la langue et de la culture françaises. C’est la sonorité amicale de cette langue que le petit garçon avait perçue dès son arrivée en gare de Chambéry, lorsqu’il entendit le porteur de bagages prononcer les premiers mots en français : « “Itler, caca”. L’absence de h aspiré », relèvera-t-il, « me frappa tout de suite et je ressentis pour la première fois l’impression physique d’être en sécurité38. » Cet accueil dans la langue ressemblera à une relation quasiment sensuelle avant qu’elle ne devienne aussi un exigeant échange intellectuel : « Le français se mit en place autour d’images, de gestes, de sensations corporelles, de départs en excursion, d’attente de repas, de la présence des autres pensionnaires, c’est certainement par eux que me vint l’essentiel de la langue française39. »

23Ainsi, l’expulsé, l’exilé va s’approprier cette langue, s’établir dans cette langue, l’élire pour domicile. Étant orphelin de l’allemand, il remplacera sa langue maternelle (Mutterspracfie) par la langue mère (Mutter Sprache), comme l’a formulé notre auteur en analyste de lui-même. D’emblée, il éprouvera une véritable fascination pour la langue française, au fonctionnement et à la sonorité si différents de l’allemand :

  • 40 Ibid., p. 140 sq.

[...] ma langue maternelle, l’allemand, [...] ne m’a jamais, pas même dans l’enfance, donné cette impression de fusion, comme si l’allemand faisait moins la part de chacun, mais contraignait de toute façon à une participation sonore qui engage plus le corps : il faut respirer à fond pour parler allemand, plus déployer la cage thoracique. Il oblige l’âme davantage, en lui permettant moins d’échapper à une armature linguistique plus contraignante. [...] Le français donne une impression d’indifférence, de distance, comme si la langue vous laissait libre [...] et comme s’il était plus facile qu’en allemand d’y prendre la clé des champs et d’y garder son quant-à-soi. C’est une langue d’intérieur [...]40.

24À travers ces images de contrainte et de liberté que lui suggèrent les langues allemande et française (teintées, il est vrai, de ses expériences personnelles), l’auteur entreprendra une exploration des systèmes linguistiques qu’il reliera à des représentations culturelles des deux pays. C’est sa pratique de la langue, et par la suite de la traduction, qui sensibilisera son regard à la perception d’images stéréotypées et de symboliques culturelles forgées par un effet d’altération, sinon de perte de la mémoire, et qui va faire resurgir la question de ses propres origines. Car c’est dès ses premiers cours en Sorbonne qu’il eut le sentiment que

  • 41 Ibid., p. 242. C’est nous qui soulignons, M. E-R.

[...] c’était toujours cette fausse Allemagne des sapins et du granit, celle, rangs serrés et drapeau levé, de l’hymne nazi, qu’on nous servait à plaisir. Décidément, les Français, bien garnis et propriétaires, ne savaient rien de l’Allemagne, ils ne l’aimaient que vaticinante, c’était celle qu’ils s’étaient construite à travers les siècles et c’était la pire. Ils oubliaient complètement l’autre, civilisée et urbaine41.

25Mais en 1949, lorsqu’il retourna pour la première fois en Allemagne, il dut constater que l’horreur des nuits passées sous les bombardements avait déjà effacé auprès des Allemands le souvenir des camps de concentration. Chacun, observa-t-il, était pris par la remémoration des images de destruction et de

  • 42 Ibid., p. 257. C’est nous qui soulignons, M. E-R.

[...] mer de flammes où même les poutrelles d’acier brûlaient. Mais des trains de déportés arrêtés dans les gares et d’où sortaient des bruits vagues, des frottements contre des parois, il ne restait aucun souvenir, aucune trace. Il n’y avait pas eu de convois de prisonniers ou de déportés dans les rues des villes, il n’y avait pas eu de camps, dont tout le monde connaissait pourtant l’existence. Les témoins ne les avaient pas vus, paralysés par le consentement et par la peur42.

  • 43 Cf. aussi Wolfgang Asholt, « Ironie des Schicksals Oder Notwendigkeit der Erinnerung. Die Autobiogr (...)

26Face à la France qui a la mémoire sélective et à une Allemagne frappée d’amnésie, Georges-Arthur Goldschmidt choisit de s’inscrire contre la perte de mémoire, de faire lui-même œuvre de mémoire43. Son œuvre littéraire, et notamment ses récits d’inspiration autobiographique, y puisent toute leur force, mais cela est vrai aussi pour son travail de traducteur.

La mémoire des mots

27Pour mesurer toute l’importance de cette autre activité de Georges-Arthur Goldschmidt, rappelons un épisode de l’année 1945 lorsqu’en sortant d’un oral (raté) du bac, l’auteur découvrit chez un libraire à Annecy un livre à reliure bleue en langue allemande, vestige de l’Occupation :

  • 44 Georges-Arthur Goldschmidt, La Traversée des fleuves (cf. note 4), p. 217.

Le livre me brûlait les doigts. [...] La langue était simple et précise, et je devinai aussitôt comment elle avait pu être comprise par ces grands types blonds, à la chevelure plate, coupée court [...]. Cette Allemagne-là me tenait et jamais, malheureusement ( ?), la France ne parviendrait à m’en débarrasser entièrement. C’est comme s’il fallait qu’elle soit toujours pesante et solennelle, en attente, quelque part au fond de moi-même44.

  • 45 Cf. Georges-Arthur Goldschmidt, Die Absonderung. Mit einem Vorwort von Peter Handke, Zürich, Amman, (...)
  • 46 Friedrich Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra – un livre pour tous et pour personne, traduction e (...)

28« Pesante et solennelle », c’est ainsi que Georges-Arthur Goldschmidt ressentit cette autre filiation culturelle qui, durant toutes ces années de guerre, était restée enfouie au fond de lui-même, comme une partie secrète de son existence, cachée et refoulée à la fois, et il lui avait fallu des années d’adaptation et d’écriture en français avant qu’il ne pût renouer avec sa langue maternelle. (Depuis une quinzaine d’années seulement, il écrit des ouvrages en allemand, et même, il s’auto-traduit45.) Si ces retrouvailles ont finalement été possibles, ce fut grâce à son activité de traducteur. Se sachant enfin appartenir à la culture allemande autant que française, Georges-Arthur Goldschmidt finit par s’installer délibérément dans cet espace interstitiel, à la lisière des deux champs culturels, et négocier en lui-même les tensions auxquelles son identité multiculturelle l’expose. Hasard ou pas, le résultat est bien là : en 1972, Georges-Arthur Goldschmidt débuta sa carrière de traducteur par ce livre qui, jadis, lui « brûlait les doigts » et qui n’était autre que le Zarathoustra46 de Nietzsche.

  • 47 Johann Wolfgang von Goethe, Les Souffrances du jeune Werther suivi de Lettres de Swisse. Traduction (...)
  • 48 Adalbert Stifter, L’Homme sans postérité, Roman. Traduit et présenté par Georges-Arthur Goldschmidt (...)
  • 49 Walter Benjamin, Allemands : une série de lettres. Traduit par Georges-Arthur Goldschmidt, préface (...)
  • 50 Franz Kafka, Le Procès. Traduction nouvelle et présentation de Georges-Arthur Goldschmidt, France L (...)
  • 51 Georg Büchner, Lenz. Traduit de l’allemand et préface par Georges-Arthur Goldschmidt, Paris, Vagabo (...)
  • 52 Faute de pouvoir traiter ici cet aspect, nous renvoyons seulement au récent essai sur Franz Kafka : (...)
  • 53 Thomas Jonigk, jupiter. Roman. Traduit de l’allemand par Georges-Arthur Goldschmidt, Verdier, 2004.
  • 54 Georges-Arthur Goldschmidt, Der Spiegeltag, ins Deutsche übertragen von Peter Handke, Frankfurt/Mai (...)
  • 55 Georges-Arthur Goldschmidt, Un enfant aux cheveux gris (voir note 2), p. 86.

29D’autres textes ont suivi : ainsi Goldschmidt a-t-il traduit ou retraduit Les Souffrances du jeune Werther de Goethe (1972)47, L’Homme sans postérité de Stifter (1978)48, Allemands de W. Benjamin (1979)49, Le Procès de Kafka (1983)50, la nouvelle Lenz de Büchner (2003)51 – des textes et auteurs qui font depuis longtemps partie du patrimoine culturel allemand et qu’il a fait ainsi passer dans la culture française, mais auxquels il attache par ailleurs un intérêt personnel qui se devine à travers présentations et postfaces accompagnant ces traductions, pour former le point de passage vers son importante activité de critique littéraire52. Il en va de même lorsqu’il traduit des auteurs contemporains tels Thomas Jonigk53 et, bien sûr, Peter Handke dont il fut le traducteur privilégié. En effet, la complicité artistique et humaine entre Goldschmidt et Handke était d’une qualité rare – sans lui, Handke sans doute n’occuperait-il pas la place qui est la sienne aujourd’hui en France-, mais aussi d’une rare réciprocité, permettant à l’auteur et à son traducteur d’inverser leurs rôles, et à Handke de traduire et de préfacer des ouvrages de Goldschmidt en allemand54. Par la traduction de leurs œuvres respectives dans lesquelles dominent la réflexion, l’introspection et la quête identitaire, tous deux ont contribué à la construction de la mémoire culturelle, et plus spécifiquement à une littérature du souvenir destinée à un public vivant de part et d’autre du Rhin. Ce qui n’a pas empêché Georges-Arthur Goldschmidt d’insister sur le fait que l’attrait principal des textes de Handke, selon lui, résidait dans leur maniement de la langue allemande, dans leur style dépouillé qui « récuse toute autorité, toute soumission, toute idéologie, tout enseignement55 », confiant même que sa propre écriture avait changé au contact de celle de Handke :

  • 56 ibid., p. 90 sq.

La traduction de Handke m’a appris à réduire le vocabulaire, à lui faire vraiment occuper son champ propre. La traduction fait apparaître des paysages intérieurs dont est ensuite issue l’écriture. [...) En traduisant Handke, j’ai appris un ajustement verbal rigoureux à l’objet de la langue. Mon écriture s’est faite plus lente, plus précise, moins « huysmanienne », moins crispée56.

  • 57 Georges-Arthur Goldschmidt, Quand Freud voit la mer. Freud et la langue allemande I, Buchet-Chastel (...)
  • 58 Georges-Arthur Goldschmidt, Quand Freud attend le verbe. Freud et la langue allemande II, Buchet-Ch (...)
  • 59 Georges-Arthur Goldschmidt, À l’insu de Babel, CNRS éditions, 2009.
  • 60 Georges-Arthur Goldschmidt, Quand Freud voit la mer (cf. note 57), p. 22.
  • 61 Georges-Arthur Goldschmidt, À l’insu de Babel (cf. note 59), p. 147.
  • 62 Cf. ibid., p. 149-158 à propos de l’ouvrage de Martin Heidegger, Holzwege, Francfort, Klostermann, (...)

30Concomitamment à la traduction des œuvres de Handke, G.-A. Goldschmidt approfondit son analyse théorique des systèmes linguistiques français et allemand. Dans ses ouvrages intitulés Quand Freud voit la mer (1988)57 et Quand Freud attend le verbe (1996)58, mais aussi dans son récent essai À l’insu de Babel (2009)59, l’auteur compare le fonctionnement de chacune de ces langues. Partant des caractéristiques linguistiques de l’allemand – sa morphologie, sa syntaxe – il soutient l’idée que cette langue est intimement liée au corps, qu’elle exige un souffle, un rythme respiratoire qui en quelque sorte « ordonnent » le mouvement de pensée, entre flux et reflux, hin und her60 ; l’allemand, selon lui, est une langue concrète et, pourtant, par la combinatoire de préfixes et suffixes ou par voie d’accolement, elle laisse place à l’inventivité. Cependant, cette faculté de composer des mots par agglutination a produit des monstruosités terminologiques que Goldschmidt s’emploie à faire apparaître comme telles, par exemple lorsqu’il étudie le langage philosophique allemand. Chez Heidegger notamment, qu’il a découvert grâce à son gendre, le philosophe Ludwig Landgrebe, dernier assistant d’Edmund Husserl à l’université de Fribourg-en-Brisgau, il décèle un vocabulaire qui porte en lui les mécanismes de l’exclusion : c’est à travers des dichotomies aussi connues que celles de Eigentlichkeit et Uneigentlichkeit (authenticité/inauthenticité)61, établies dans Être et Temps (1927), qu’il voit anticipée la Lingua Tertii Imperii. Inversement, un terme aussi connoté que celui de Bodenständigkeil (« attachement au sol », maître mot de l’idéologie nazie), encore utilisé dans un texte heideggerien de 195 962, permet à Georges-Arthur Goldschmidt de prouver que la mémoire des mots est plus longue que celle des hommes. Incontestablement, la suspicion qu’il manifeste à l’égard de la langue allemande qui s’est faite le réceptacle de l’idéologie nazie et qui conserve en elle les traces de ce dévoiement orientera sa critique du langage et influera sur sa conception de la traduction.

  • 63 Georges-Arthur Goldschmidt, Quand Freud attend le verbe (cf. note 58), p. 14.
  • 64 Ibid., p. 29.

31En comparant l’allemand au français, langue qu’il juge plus auratique et plus abstraite, l’auteur parvient à délimiter les potentialités de la traduction. Loin d’assumer une simple fonction ancillaire, la traduction fournit, selon Georges-Arthur Goldschmidt, un extraordinaire levier pour faire apparaître les significations cachées et les sous-entendus des mots, en lien direct avec notre psyché et nos représentations culturelles – c’est là le propos principal des ouvrages qu’il a consacrés à Freud et la langue allemande. Il reste qu’il y a, selon lui, dans chaque langue une part d’intraduisible, qui résiste à toute transposition et qui renvoie à une autre langue. « Toute langue force à poser la question de l’autre langue, elle ne se manifeste à elle-même que “débordant ce qu’elle ne peut pas dire”, qu’elle attend peut-être d’une autre [...]63. » En définitive, la théorie de la traduction de Georges-Arthur Goldschmidt s’apparente à une théorie de l’altérité : « D’être traduit le même devient autre ; il est impossible que le texte allemand puisse devenir un texte français. Or cette impossibilité en est la nécessité même64. »

32Il nous semble que cette assertion pourrait très bien s’appliquer à Georges-Arthur Goldschmidt lui-même. D’Allemand en Français, il représente cette impossibilité à (se) traduire qui, pourtant, appelle à tout instant la traduction. Ce faisant, il contribue à la construction d’une mémoire culturelle qui est vouée à devenir archive pour de futures générations.

33L’analyse a donc montré un exemple positif de restructuration identitaire par le biais de l’écriture de soi et de la mise en mots de l’exclusion, permettant progressivement l’élaboration d’une mémoire, tant individuelle que collective. La structuration des identités par le biais de la mémoire est une part intrinsèque d’un processus d’intégration qui, dans le cas des survivants de la Shoah, permet de passer de l’extermination à la survie.

Notes

1 Paul Ricœur, « Débat sur l’identité narrative », in Esprit no 7-8/1988, p. 305-314, cit. p. 314.

2 Georges-Arthur Goldschmidt, Un enfant aux cheveux gris. Conversations avec François Dufay, CNRS éditions, 2008, p. 45.

3 Cf. supra : l’intitulé de l’ouvrage est une allusion à Hölderlin et à sa définition du poète.

4 Georges-Arthur Goldschmidt, La Traversée des fleuves. Autobiographie, Seuil, 1999.

5 Georges-Arthur Goldschmidt, Le Poing dans la bouche : un parcours, Verdier, 2004.

6 Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique, Seuil, 1975, p. 15 : « Pour qu’il y ait autobiographie [...], il faut qu’il y ait identité de l’auteur, du narrateur et du personnage. » (Souligné dans l’original.) – Cf. aussi la définition de l’autobiographie [ibid., p. 14) : « Récit rétrospectif en prose qu’une personne réelle fait de sa propre existence, lorsqu’elle met l’accent sur sa vie individuelle, en particulier sur l’histoire de sa personnalité. »

7 Georges-Arthur Goldschmidt, Un jardin en Allemagne. Récit, Seuil, 1986.

8 Georges-Arthur Goldschmidt, La Forêt interrompue. Récit, Seuil, 1991.

9 Georges-Arthur Goldschmidt, Le Recours. Récit, Verdier, 2005.

10 Nous renvoyons, entre autres, à Jean-Louis Jeannelle, « Autofiction et poétique », in Françoise Simonet-Tenant (dir.), Le Propre de l’écriture de soi, Paris, Tétraèdre, 2007, p. 25-30, qui reprend le débat – toujours ouvert – entre une définition de l’autofiction comme œuvre fictionnelle rédigée à la première personne (cf. Gérard Genette, Fiction et diction, Seuil, 1991) et l’idée d’une affinité entre autobiographie et autofiction, des repères péritextuels dussent-ils présenter cette dernière comme un roman (cf. Serge Doubrovsky, Fils, Galilée, 1997).

11 Interrogé sur le terme d’autofiction, notre auteur s’est contenté de le qualifier de « pompeux » : Georges-Arthur Goldschmidt, Un enfant aux cheveux gris (cf. note 2), p. 69.

12 Georges-Arthur Goldschmidt, Le Miroir quotidien. Roman, Seuil, 1981.

13 Georges-Arthur Goldschmidt, Un Enfant aux cheveux gris (cf. note 2), p. 69.

14 Gérard Genette, Palimpsestes. La littérature au second degré, Le Seuil, coll. Points Essais, 1982, p. 16 : « J’appelle donc hypertexte tout texte dérivé d’un texte antérieur par transformation simple (nous dirons désormais transformation tout court) ou par transformation indirecte : nous dirons imitation. »

15 Peter Handke, L’Histoire du crayon, traduit de l’allemand par Georges-Arthur Goldschmidt, Gallimard, 1987, p. 92.

16 Paul Ricœur, « L’Identité narrative », Esprit no 7-8/1988, p. 295-304, cit. p. 304.

17 Jean-Pierre Carron, Écriture et identité. Pour une poétique de l’autobiographie, préface de Jacques Garelli, Bruxelles, éd. Ousia, 2002, p. 37 : « À cet égard, la narration en tant que puissance de temporalisation, constitue pour lui [P. Ricœur] un “tiers-temps”, temps de passage et d’intégration entre deux conceptions qui cessent désormais de s’opposer frontalement. »

18 Paul Ricœur, Soi-même comme un autre, Seuil, Point Essais, 1990, p. 196 : « L’identité narrative fait tenir ensemble les deux bouts de la chaîne : la permanence dans le temps du caractère et celle du maintien de soi. »

19 Le 18 mai 1938 précisément.

20 Georges-Arthur Goldschmidt, La Traversée des fleuves (cf. note 4), p. 122.

21 Signalons au passage qu’elle est également – mais très différemment – racontée dans : Georges-Arthur Goldschmidt, La Forêt interrompue (cf. note 8), p. 16-18.

22 Georges-Arthur Goldschmidt, Un jardin en Allemagne (cf. note 7), p. 152 et suiv..

23 Charles Baudelaire, Les Paradis artificiels. Deuxième partie : Un mangeur d’opium, chap. VIII Visions d’Oxford, in Charles Baudelaire, Œuvres complètes, tome I. Texte établi, présenté et annoté par Claude Pichois, Gallimard, 1975, p. 505-507.

24 Ibid., p. 507.

25 Georges-Arthur Goldschmidt, La Traversée des fleuves (cf. note 4), p. 158.

26 Georges-Arthur Goldschmidt, Le Poing dans la bouche (cf. note 5), p. 11.

27 Aleida Assmann, Der lange Schatten der Vergangenheit. Erinnerungskultur und Geschichtspolitik, München, Beck, 2006, p. 25 : « Erinnerungen sind stets perspektivisch, vernetzt, fragmentarisch, flüchtig (labil). »

28 Georges-Arthur Goldschmidt, Un enfant aux cheveux gris (cf. note 2), p. 40.

29 Ibid., p. 109 : « Cette révélation, donc, a eu lieu en 1943, alors que j’étais en quelque sorte le domestique de mon internat, je remontais le pain. Un jour, je m’étonne qu’on ne m’envoie pas au village faire les courses. La directrice s’écrie alors : “Mon pauvre enfant, ne savez-vous donc pas que vous êtes juif ?” »

30 Ibid., p. 110.

31 Georges-Arthur Goldschmidt, La Traversée des fleuves (cf. note 4), p. 183.

32 Aleida Assmann, Der lange Schatten der Vergangenheit (cf. note 27), p. 26-28, où la mémoire sociale est définie comme une mémoire intergénérationnelle, transmise par l’acte communicationnel entre individus. Elle est une sorte de mémoire vive de la société.

33 Ibid., p. 33 sq., où, à la suite de Maurice Halbwachs, la mémoire collective est définie comme une construction d’identité de groupe à laquelle peuvent même souscrire les individus n’ayant pas partagé cette expérience collective puisqu’il s’agit d’une mémoire symbolique qui demande à être ravivée individuellement. Pour l’historique de ces termes, v. Maurice Halbwachs, La mémoire collective. Édition critique établie par Gérard Namer, nlle éd. revue et augmentée, Albin Michel, 1997 (1950), notamment p. 51-96 (chap. « Mémoire individuelle et mémoire collective »).

34 Georges-Arthur Goldschmidt, La Traversée des fleuves (cf. note 4), p. 48.

35 Ibid p. 251.

36 Ibid., p. 320.

37 « Une nation est donc une grande solidarité [...]. Elle suppose un passé ; elle se résume pourtant dans le présent par un fait tangible : le consentement, le désir clairement exprimé de continuer la vie commune. L’existence d’une nation est [...] un plébiscite de tous les jours, comme l’existence de l’individu est une affirmation perpétuelle de vie. » Ernest Renan, Qu’est-ce qu’une nation ? (1882), texte en ligne sur le site http://www.bmlisieux.com/archives/nation04.htm consulté le 20 mars 2009.

38 Georges-Arthur Goldschmidt, La Traversée des fleuves (cf. note 4), p. 137.

39 I bid., p. 141.

40 Ibid., p. 140 sq.

41 Ibid., p. 242. C’est nous qui soulignons, M. E-R.

42 Ibid., p. 257. C’est nous qui soulignons, M. E-R.

43 Cf. aussi Wolfgang Asholt, « Ironie des Schicksals Oder Notwendigkeit der Erinnerung. Die Autobiographie von Georges-Arthur Goldschmidt », in Wolfgang Asholt (éd.), Grenzgänge der Erinnerung. Studien zum Werk von Georges-Arthur Goldschmidt, Osnabrück, Secolo, 1999, p. 135-150, dont nous avons pris connaissance après avoir terminé cette communication.

44 Georges-Arthur Goldschmidt, La Traversée des fleuves (cf. note 4), p. 217.

45 Cf. Georges-Arthur Goldschmidt, Die Absonderung. Mit einem Vorwort von Peter Handke, Zürich, Amman, 1991, ainsi que l’auto-traduction de son autobiographie : Georges-Arthur Goldschmidt, Über die Flüsse. Autobiographie, Zürich, Amman, 2001.

46 Friedrich Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra – un livre pour tous et pour personne, traduction et présentation par Georges-Arthur Goldschmidt, Le livre de poche, 1972.

47 Johann Wolfgang von Goethe, Les Souffrances du jeune Werther suivi de Lettres de Swisse. Traduction de Louis Enault, revue par Georges-Arthur Goldschmidt ; présentation par G.-A. Goldschmidt, Le Livre de poche, 1972.

48 Adalbert Stifter, L’Homme sans postérité, Roman. Traduit et présenté par Georges-Arthur Goldschmidt, éd. Phébus, 1979.

49 Walter Benjamin, Allemands : une série de lettres. Traduit par Georges-Arthur Goldschmidt, préface de Theodor W. Adorno, Hachette, 1979.

50 Franz Kafka, Le Procès. Traduction nouvelle et présentation de Georges-Arthur Goldschmidt, France Loisirs, 1984.

51 Georg Büchner, Lenz. Traduit de l’allemand et préface par Georges-Arthur Goldschmidt, Paris, Vagabonde, 2003.

52 Faute de pouvoir traiter ici cet aspect, nous renvoyons seulement au récent essai sur Franz Kafka : Georges-Arthur Goldschmidt, Celui qu’on cherche habite juste à côté : lecture de Kafka, Paris, Verdier, 2007.

53 Thomas Jonigk, jupiter. Roman. Traduit de l’allemand par Georges-Arthur Goldschmidt, Verdier, 2004.

54 Georges-Arthur Goldschmidt, Der Spiegeltag, ins Deutsche übertragen von Peter Handke, Frankfurt/Main 1982 (Le Miroir quotidien, 1981) ; Georges-Arthur Goldschmidt, Der unterbrochene Wald, ins Deutsche übertragen von Peter Handke, Ammann, 1992 (La Forêt interrompue, 1991).

55 Georges-Arthur Goldschmidt, Un enfant aux cheveux gris (voir note 2), p. 86.

56 ibid., p. 90 sq.

57 Georges-Arthur Goldschmidt, Quand Freud voit la mer. Freud et la langue allemande I, Buchet-Chastel, 1988.

58 Georges-Arthur Goldschmidt, Quand Freud attend le verbe. Freud et la langue allemande II, Buchet-Chastel, 1996.

59 Georges-Arthur Goldschmidt, À l’insu de Babel, CNRS éditions, 2009.

60 Georges-Arthur Goldschmidt, Quand Freud voit la mer (cf. note 57), p. 22.

61 Georges-Arthur Goldschmidt, À l’insu de Babel (cf. note 59), p. 147.

62 Cf. ibid., p. 149-158 à propos de l’ouvrage de Martin Heidegger, Holzwege, Francfort, Klostermann, 1959.

63 Georges-Arthur Goldschmidt, Quand Freud attend le verbe (cf. note 58), p. 14.

64 Ibid., p. 29.

Auteur

Dr. phil., agrégée d’allemand, est maître de conférences de littérature allemande à l’université François Rabelais (Tours). Ses domaines de recherche sont : transferts culturels, interculturalité, littérature et histoire de l’exil, histoire de la traduction. Dernières publications (dir.) : Übersetzung als transkultureller Prozess (text+kritik, 2007) et « Der Untertan » de Heinrich Mann. Pour un roman et une société modernes (Tours, 2009).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site