Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations, intégrations et identités multiples

 | 
Anne Saint Sauveur-Henn

Avant-propos

Identités et intégration dans des sociétés à homogénéité variable : un témoignage

Alfred Grosser

Texte intégral

1Il faut partir du principe que chacun d’entre nous a de multiples identités. Dominique Schnapper, remarquable sociologue et membre du Conseil constitutionnel, en a donné une excellente définition :

  • 1 Dominique Schnapper, La compréhension sociologique, Paris, PUF, 1999.

La société moderne n’est pas formée de groupes juxtaposés, aux frontières claires, mais d’individus dont les rôles, les références sont multiples. Suivant les situations sociales et les circonstances historiques, ils choisissent en fonction de leur passé individuel et collectif, des formes particulières de références et d’identifications. Les sociétés modernes sont fondées sur la mobilité des hommes, la pluralité de leurs fidélités et de leurs abandons, la pluralité de leurs identités1.

Identité et identités

2Partant de cette existence d’identités multiples, j’ose affirmer que, chaque fois que quelqu’un se réclame d’une identité unique, il devient intolérant. Le Zentralrat der Juden (le Conseil central des Juifs) en Allemagne, comme l’actuel CRIF français, montrent une très forte tendance à considérer qu’il existe une identité fondamentale, ce qui conduit parfois à une sorte d’auto-ghettoïsation. Les notions de ghettoïsation et d’auto-ghettoïsation me semblent toutes deux importantes car certains groupes s’auto-ghettoïsent. Emmanuel Levinas, philosophe essentiel à mes yeux, affirme que l’identité ne devrait pas être imposée par le doigt qui vous désigne. Or souvent, l’identité est bel et bien imposée ou veut être imposée par le doigt qui désigne. Prenons un exemple personnel. Mon père, à Francfort, était allemand, médecin militaire de 1914 à 1918, professeur de médecine, directeur de clinique, franc-maçon, électeur tantôt social-démocrate, tantôt libéral, mari, père et, comme on disait, « israelitischer Konfession », de confession israélite. Le doigt d’Hitler l’avait réduit à l’identité de Juif, et c’est pour cette raison qu’il a émigré avec les siens. Et son fils n’a jamais eu aucune raison de s’identifier exclusivement comme Juif parce que le doigt d’Hitler l’a désigné comme tel.

  • 2 Alfred Grosser, Von Auschwitz nach Jerusalem. Über Deutschland und Israel, Reinbeck, Rowohlt, 2009

3La désignation par l’autre est donc quelque chose qui peut être assez terrifiant et il faut se montrer très prudent, le prends à nouveau un exemple personnel. Pour le dernier livre que je viens de publier en allemand chez Rowohlt2, l’éditeur voulait mettre sur la quatrième de couverture que j’étais né « deutscher Jude », « Juif allemand ». Et j’ai répondu que je n’acceptais pas, que j’étais né « jüdischer Deutsche », « Allemand juif ». Ce n’est pas la même chose, et il me semble qu’il faut bien faire attention à ces définitions. Si je me prends comme exemple personnel de la multiplicité des identités, je voudrais expliquer pourquoi.

4En premier lieu, je suis homme et non femme, ce qui me donne encore, dans la société française ou allemande, quelques avantages immérités, moins qu’il y a trente ans. Dans une société catholique, les inconvénients à être une femme sont encore très forts. C’est ainsi qu’à la question : « les femmes peuvent-elles être admises dans des institutions catholiques ou universitaires ? », l’évêque Williamson a répondu en 2003, comme on peut le trouver sur internet : les femmes ne doivent être admises dans aucune institution universitaire. Un : elles détournent les garçons ; deux : elles ne font pas assez d’enfants, et trois : de toute façon elles n’ont pas le niveau intellectuel. Aujourd’hui, même si l’évêque négationniste exagère, l’Église romaine n’a toujours pas admis l’égalité de l’homme et de la femme, l’ai toujours dit que l’Église changerait vraiment quand une femme noire serait pape !

5Deuxièmement, je suis vieux et pas jeune, ce qui n’est pas très grave, j’ai quatre fils qui travaillent pour ma retraite, je suis professeur, c’est-à-dire fonctionnaire, et cette identité n’est pas celle d’un Français, elle est de ne pas pouvoir devenir chômeur. Et en ce sens, j’ai la même identité qu’un professeur fonctionnaire allemand, italien ou belge, une identité radicalement différente de celle de quelqu’un qui peut devenir chômeur, Je suis parisien, ce qui me donne des avantages incroyables, l’Opéra de Paris à lui seul mange 60 % du budget musical français.

  • 3 J’ai tout un sottisier, avec des formules de François Mitterrand, de Valéry Giscard d’Estaing, d’A (...)

6Troisièmement, je suis français, ce qui veut dire deux choses très différentes. La première, c’est que j’ai tendance à me surestimer. Sachons en rire grâce à la plaisanterie belge qui répond à toutes les stupides « blagues belges » françaises : « Quelle est la meilleure façon de faire fortune ? Vous achetez les Français pour ce qu’ils valent et vous les revendez pour ce qu’ils s’estiment ». Il suffit de regarder les discours de nos hommes politiques3, de Gaulle disant par exemple : « Nos buts, parce qu’ils sont français, sont dans l’intérêt de tous les hommes » ; Maurice Druon, de l’Académie française, affirmant en tant que ministre de la Culture : « Le français est la langue la plus appropriée à l’expression de la pensée. Bien employé, le français ne permet pas aux hommes de se mentir, notamment dans le domaine de l’information. » Marc Fumaroli, professeur au Collège de France, dira : « La formation et l’éducation françaises sont excellentes »-pas de problème – « supérieure à toutes les autres ». Donc être éduqué en chinois, en anglais, en allemand, en italien, c’est être inférieur ! On peut trouver le résultat de cette attitude dans une formulation de Georges Pompidou, Premier ministre en 1964 : « La France doit jouer le rôle de l’Europe » – et non pas « un rôle en Europe ». C’est la base même d’une attitude qui, sous tous les présidents, mais particulièrement aujourd’hui, agace nos partenaires.

7Mais il existe heureusement l’autre définition du « être français ». Je suis devenu français et je suis pleinement français. C’est une très grande différence avec l’Allemagne. Même pour Cem Ôzdemir, qui est maintenant à la tête du parti écologiste en Allemagne, on dira encore qu’il est « ein Türke mit einem deutschen Pass »,« un Turc avec un passeport allemand ». En France, personne ne songerait à dire du précédent président de l’Assemblée nationale française, Raymond Forni, fils de communistes italiens immigrés, « il est... etc. ». Sur ce point, je sais gré à Nicolas Sarkozy d’avoir dit dans un débat avec Jean-Marie Le Pen, il y a quelques années, et de l’avoir repris comme candidat à la présidence à la tête de l’UMP : « Monsieur Le Pen, si vous étiez président, je ne serais pas français ». Et il ajouta : « Quelle perte ce serait pour la France ! » Je dis la même chose de moi depuis des décennies ! Mais ceci a eu pour conséquence la question suivante : qui est meilleur Français que l’autre ? La création du ministère de l’identité nationale et de l’immigration avec Brice Hortefeux sous le président Sarkozy a été une révolution. Mais avant lui, le 12 juin 1945, le général de Gaulle, premier président du Conseil, avait fait ce lien. Dans une instruction au ministre de la Justice, il emploie les termes « sur le plan ethnique », je dis bien « ethnique » :

Il convient de limiter l’afflux des Méditerranéens et des Orientaux, qui ont, depuis un demi-siècle, profondément modifié la composition de la population française. [...] Il est souhaitable que la priorité soit accordée aux naturalisations nordiques (Belges, Allemands, Luxembourgeois, Suisses, Anglais, Danois).

8Le Général de Gaulle fait donc une différence très nette entre une immigration disons méditerranéenne et une immigration convenable.

Devenir français/devenir allemand

9Dans la France d’aujourd’hui, une grande différence avec l’Allemagne est que, sur cinq millions de musulmans, à peu près trois millions sont de nationalité française, l’en déduis que c’est une des raisons de l’insatisfaction dans ce qu’on appelle les banlieues, parce que être discriminé quand on est français, c’est bien plus grave encore qu’être discriminé quand on est étranger. Ce sont de jeunes Français qui n’ont pas accès à telle ou telle profession, ce sont de jeunes Français qui sont discriminés et soumis à des contrôles.

10En même temps, la loi du 8 janvier 1993 autorise à changer de nom, ce qui est encore une spécificité française :

Toute personne qui acquiert ou recouvre la nationalité française peut demander la francisation de son nom seul, de son nom et de ses prénoms ou de l’un d’eux, lorsque leur apparence, leur consonance ou leur caractère étranger peut gêner son intégration dans la communauté française.

11Très peu de gens recourent à la loi de 1993, porte ouverte à des changements de noms qui permettraient de ne pas être discriminé sur le nom seul.

12Mais que veut dire devenir français ? Heureusement ou malheureusement, une façon de le devenir, c’est d’avoir reçu une transmission de mémoire très nationaliste, ce qui fut mon cas. À l’Institut d’études politiques, la première fois que je me suis surpris lors d’un cours à dire « nous, en 1914... », j’ai réfléchi en me disant : « nous, évidemment, ce sont les soldats français ». Mon père était officier allemand et a lutté pendant quatre ans contre la France. Mais je suis devenu français, c’est-à-dire que Napoléon est mon grand-père, Jeanne d’Arc mon arrière-grand-mère et Goethe un écrivain étranger. L’assimilation a été parfaite, même si elle n’empêche en aucune façon, contrairement à ce que l’on dit aujourd’hui, le maintien d’un lien avec la culture d’origine. Charles Aznavour ou Henri Verneuil n’ont cessé de se dire français et arméniens.

13Toutefois, on peut aussi laisser se créer des illusions. Que de soldats nord-africains ou noirs de l’armée française se sont crus vraiment français, avant de s’apercevoir qu’une fois l’uniforme ôté, ils redevenaient inférieurs. On les avait pourtant incités à chanter le Chant des Africains, dont le texte me semble effrayant :

C’est nous les Africains qui revenons de loin pour sauver la patrie. Nous avons tous quitté parents, gourbis, foyers et nous gardons au cœur une invincible ardeur, car nous voulons porter haut et fier le beau drapeau de notre France entière. Pour le Pays, pour la Patrie, mourir au loin, c’est nous les Africains ! Et lorsque finira la guerre, nous reviendrons dans nos gourbis, le cœur joyeux et l’âme fière d’avoir libéré le Pays.

  • 4 Un petit monument remarquable a été érigé en l’honneur de l’agenouillement de Willy Brandt à côté (...)
  • 5 Il n’existe malheureusement pas de mot français qui corresponde à l’allemand Haftung, à l’anglais (...)

14Si on se réfère à l’Allemagne, un problème m’apparaît en ce moment tout à fait intéressant : faut-il qu’un jeune Turc devenu allemand se sente coresponsable de la Shoah ? Doit-il intégrer une mémoire qui n’est décidément pas celle de son appartenance ? Les articles que j’ai lus jusqu’à présent disent oui. Entrer dans la communauté allemande, c’est porter le poids du passé, non pas la culpabilité, mais le poids. Et pour comprendre ce qu’est ce poids, il faut se référer à l’exemple de Willy Brandt : le chancelier Willy Brandt tombe à genoux devant le monument du ghetto de Varsovie en 19704, alors que lui-même a fui l’Allemagne hitlérienne dès 1933 parce qu’il était persécuté en tant que jeune socialiste. On lui a assez reproché d’avoir passé toute la guerre à l’étranger à combattre l’Allemagne national-socialiste. Mais comme chancelier de la République fédérale, il portait le poids du passé, le poids, non la responsabilité5.

15Faut-il en conséquence que de jeunes étrangers plus ou moins allemands, notamment turcs, aient ce poids sur les épaules ? Si la réponse dans les publications allemandes en ce moment est plutôt oui, ce n’est pas tout à fait l’avis du Premier ministre turc Recep Tayyib Erdogan. Il faut, me semble-t-il, étudier à part le cas des Turcs en Allemagne. D’abord parce que c’est un des rares cas d’immigration déterminée par un accord entre États : en 1961 a été signé un traité entre la République fédérale et la Turquie pour l’immigration, qui accordait un certain droit de regard de la Turquie qui perdure aujourd’hui. Pour les mosquées allemandes, même libérales, même ouvertes, l’enseignement du turc, du kurde et de la religion doit être contrôlé à partir d’Ankara. Monsieur Erdogan a fait en 2009 à Cologne un discours que je considère comme épouvantable, en parlant à une foule à laquelle il a dit ou laissé entendre : « vous êtes tous turcs », que vous ayez un passeport allemand ou non ; « la communauté turque est une communauté d’amour, de paix, une communauté qui fait le plus grand cas de la fraternité ». Mais selon lui, il faudrait que les enfants apprennent prioritairement le turc et aussi la langue étrangère qu’est l’allemand. Quelqu’un a crié dans la foule : « La communauté turque avec ses trois millions de personnes doit-elle être en mesure d’exercer une influence sur le paysage politique allemand ? » Erdogan répondit :

Personne ne peut attendre de vous que vous tolériez une assimilation. Personne ne peut attendre de vous que vous vous soumettiez à une assimilation. Car l’assimilation, c’est un crime contre l’humanité.

  • 6 « Die Assimilation ist ein Verbrechen gegen die Menschlichkeit, lasst sie ihre Religion neben ihre (...)

16Comment faut-il qualifier alors la politique pratiquée par les gouvernements turcs successifs envers la forte minorité kurde ? Dans l’interview qu’il a donnée, il formule ainsi sa position : « L’assimilation est un crime contre l’humanité, laissez-les apprendre leur religion en plus de leur langue, et la pratiquer avec vous6. » Il faut donc apprendre le turc en Allemagne et créer dans certains Länder des écoles où on enseigne prioritairement le turc et accessoirement l’allemand pour que les élèves puissent mener une vie professionnelle convenable. Il me semble que c’est quelque chose de très grave, qui nuit considérablement à l’intégration.

Intégration et culture

  • 7 J’ai soutenu dans la presse berlinoise le maire de Berlin Klaus Wowereit.

17Mais qu’est-ce que l’intégration ? D’abord, c’est l’école. On peut analyser deux phénomènes berlinois. D’une part, les protestations des parents parce que dans une école berlinoise, on oblige les enfants à parler allemand à la récréation. Or c’est une très bonne disposition puisqu’il existe une vingtaine de nationalités dans l’école et que tous ont une langue commune qui est évidemment l’allemand. D’autre part, le référendum sur l’éthique. Le Land de Berlin a créé un enseignement obligatoire de l’éthique, l’enseignement religieux devenant optionnel7. Les Églises, protestante et catholique, ont protesté et provoqué un référendum – qu’elles ont perdu. Personnellement, je pose la contre-question : qu’est-ce qui favorise le plus l’intégration ? Le fait d’avoir des écoles islamiques séparées ou d’avoir tout le monde dans la même école apprenant les mêmes valeurs fondamentales ? Évidemment, cela poserait problème, par exemple, pour l’enseignement de l’islam. Car on apprendra en éthique commune la Déclaration universelle des droits de l’homme, ce qui pose au moins deux difficultés du côté de l’islam. Les articles 16 et 18 stipulent :

À partir de l’âge nubile, l’homme et la femme, sans aucune restriction quant à la race, la nationalité ou la religion, ont le droit de se marier et de fonder une famille. Ils ont des droits égaux au regard du mariage, durant le mariage et lors de sa dissolution. [...]

Toute personne a droit à la liberté de pensée [...] ; ce droit implique la liberté de changer de religion. [...]

18Ce sont deux articles de la Déclaration universelle des droits de l’homme qui posent des problèmes réels par rapport à la vision de l’enseignement dans une école islamique mais qui me semblent au contraire favoriser l’intégration.

19En France comme en Allemagne, les ministres de l’Intérieur cherchent les moyens d’avoir un islam français et un islam allemand. Il me semble que des progrès ont été faits à cet égard. Il s’agit que les imams ne soient pas formés au Caire mais par des institutions allemandes ou françaises, qu’ils parlent allemand ou français et non arabe, et que les mosquées soient construites avec l’argent allemand ou français plutôt qu’avec l’argent de l’Arabie Saoudite. En France, cela pose le problème de la loi de séparation de 1905, puisque, normalement, l’État et les collectivités locales ne peuvent pas financer les constructions de lieux de culte. Mais on trouve des arrangements, qu’il s’agisse de la cathédrale d’Évry ou de la future grande mosquée de Marseille. Globalement, le problème essentiel est de savoir comment former. Une partie de la formation des imams passe par l’Institut catholique de Paris, ce qui est un bon signe de ce qu’est devenu le catholicisme français en matière d’ouverture et aussi de respect délibéré de la laïcité qui suppose l’acceptation de l’altérité de l’Autre. Parmi les quarante personnes qui ont été nommées imams et ont obtenu un diplôme de la Mosquée de Paris à la fin 2008, environ la moitié avait fait une partie de sa formation à l’Institut catholique de Paris.

20Cela signifie-t-il une formation qui se veut interculturelle ? Je suis extrêmement réservé sur la notion d’« interculturel ». Mes trois définitions du mot culture sont les suivantes : la première ce sont les arts, les lettres, la Kultur avec un K. La deuxième, ce sont les croyances et les pratiques d’une communauté humaine. Et la troisième et dernière, c’est la prise de distance, c’est le regard que l’on porte sur son appartenance culturelle au second sens pour mieux accepter et comprendre les autres. L’interculturel, cela devrait être des personnes qui sont fières de leur culture et de leurs traditions, mais qui finissent par s’ouvrir aux autres en influençant et en se laissant influencer, le tout sur la base de l’État de droit et du respect de ses règles. La culture à pratiquer, du côté français, ce n’est pas un contrôle de connaissances dites culturelles chez le nouvel arrivant. Et, selon les textes en vigueur, on ne lui demandera plus tard qu’une connaissance du français en rapport avec son niveau social. Autrement dit, on ne trouve pas la même exigence qu’en Allemagne où le nouvel arrivant doit remplir un questionnaire où il faut répondre à la question : « Qu’est-ce que Kaspar David Friedrich a peint sur l’île de Rügen ? » Aucun Allemand ne saurait répondre. Ou « quel a été l’événement important qui s’est passé à Brême en 1954 ? » Même si vous êtes turcs, vous êtes obligés de savoir qu’il s’agissait de la victoire de l’équipe allemande de football. Ce qu’on demande comme contrôle à l’entrée en Allemagne est souvent ridicule, y compris dans les connaissances civiques que la majorité des Allemands n’ont pas plus que les Français. Or il me semble qu’il faut garantir un traitement égal. Sur ce point, le président de la République fédérale d’Allemagne, Johannes Rau, a tenu un admirable discours en 1999 :

Dans l’année qui vient, beaucoup de personnes qui vivent chez nous depuis longtemps pourront obtenir la nationalité allemande. Aidons à ce qu’ils se sentent vraiment chez eux. Il s’agit de personnes qui participent à notre bien-être par leur travail, leurs impôts et les cotisations sociales. Il s’agit d’enfants qui sont nés chez nous et qui ont grandi ici. Ils ne doivent pas seulement avoir les mêmes devoirs que nous, mais aussi les mêmes droits.

21Ce très beau discours de Johannes Rau incite à analyser la réussite de l’insertion. Selon un sondage publié par le Frankfurter Allgemeine le 19 mars 2009, alors qu’il y a dix ans, 39 % de personnes interrogées pensaient que « les Turcs prennent les emplois des Allemands », elles ne sont plus que 15 % aujourd’hui. C’est donc indéniablement un progrès.

22Intégration, cela veut dire aussi que nous mettons nos pratiques en rapport avec les valeurs que nous exigeons des immigrés. Dire qu’ils doivent être introduits dans notre système de valeurs signifie que nous les introduisons dans un système qui respecte ces valeurs. Alors que la réalité est, plus encore en France qu’en Allemagne, que nous leur demandons d’accepter les valeurs que la République française ne pratique pas. Il suffit de regarder l’état de nos prisons, les discriminations, les contrôles au faciès, la distance de plus en plus abyssale entre les mieux payés et ceux qui tombent dans la pauvreté. Pour nous réclamer de nos « valeurs républicaines », pour déplorer leur violation sur d’autres continents, il nous faudrait être exemplaires.

23Concernant les identités, pour l’ensemble de l’Europe communautaire, il faut garder en mémoire la nécessité de comprendre les souffrances passées de collectivités auxquelles on n’appartient pas, et de prendre de la distance par rapport à ses propres appartenances. Ce qui suppose qu’on ne se contente pas des normes imposées par ses identités et qu’on mette ainsi en pratique la définition qu’Emmanuel Kant a donnée des Lumières dans son essai Was ist Aufklärung ?

Notes

1 Dominique Schnapper, La compréhension sociologique, Paris, PUF, 1999.

2 Alfred Grosser, Von Auschwitz nach Jerusalem. Über Deutschland und Israel, Reinbeck, Rowohlt, 2009.

3 J’ai tout un sottisier, avec des formules de François Mitterrand, de Valéry Giscard d’Estaing, d’André Malraux.

4 Un petit monument remarquable a été érigé en l’honneur de l’agenouillement de Willy Brandt à côté du grand monument du ghetto.

5 Il n’existe malheureusement pas de mot français qui corresponde à l’allemand Haftung, à l’anglais liability : « Er trägt die Last der Vergangenheit. Die Last, nicht die Verantwortung ».

6 « Die Assimilation ist ein Verbrechen gegen die Menschlichkeit, lasst sie ihre Religion neben ihrer Sprache erlernen und mit euch praktizieren ».

7 J’ai soutenu dans la presse berlinoise le maire de Berlin Klaus Wowereit.

Auteur

Agrégé d’allemand, politologue, sociologue et historien français d’origine allemande, est professeur émérite à l’Institut d’études politiques de Paris. Médiateur entre la France et l’Allemagne, ses publications scientifiques sur ces deux pays sont très nombreuses, il a été chroniqueur politique au Monde de 1965 à 1994, à La Croix et à Ouest-France depuis 1994. Parmi ses nombreuses publications : Les Identités difficiles, Presses de Sciences Po, 1996 ; L’Allemagne de Berlin. Différente et semblable, Alvik, 2002 ; La France, semblable et différente, Alvik, 2005 ; Von Auschwitz nach Jerusalem. Über Deutschland und Israel, Rowohlt, 2009.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site