Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

L’astronomie dans les médias

 | 
Jean-Claude Beacco

Chapitre 2. Places énonciatives : les médiateurs et les lecteurs

Volltext

1Comme toute communauté discursive, celle des sciences astronomiques se définit par des conditions d’appartenance et d’exclusion de ses membres et par des circulations textuelles différenciées : certaines sont internes (discours de recherche) et comme réservées à ses membres légitimes, d’autres sont tournées vers l’extérieur, adressées à des non-membres. Cette topologie de base rend compte de certaines caractéristiques des discours qui, en retour, actualisent ces positionnements relatifs et leur donnent corps.

2Il se trouve cependant qu’une communauté discursive comme celle de l’astronomie/astrophysique présente une structuration excentrée relativement à la conception qui est le plus souvent proposée des discours spécialisés ou de la vulgarisation scientifique : l’interlocution et le partage des praxis scientifiques s’y opère non pas entre spécialistes et non-spécialistes, mais entre spécialistes, amateurs (éclairés) et non-spécialistes.

1 Les astronomes amateurs : structuration locutoire d’un lectorat à la marge*

  • * Ce développement a été rédigé par Gérard Petit, maître de conférences, université Paris X.

3La notion d’amateur (éclairé) appartient au site de la communauté discursive des sciences astronomiques, contrairement à celles de spécialiste et de nonspécialiste. En astronomie on trouve de nombreuses attestations de ce statut d’amateur, sous cette appellation ; pareillement dans le domaine de l’information et des médias, on utilise parfois l’expression document amateur, surtout quand celui-ci est de mauvaise qualité technique. Toute communauté scientifique ou technique n’admet pas une telle tripartition de la distinction entre spécialiste et non-spécialiste. Ainsi en physique, en médecine, en linguistique, l’existence d’amateurs n’est ni attestée ni reconnue. En revanche les domaines qui peuvent convertir leur praxis en loisir, en passe-temps (astronomie, philatélie, numismatique), admettent un investissement du savoir expérienciel ne débouchant pas sur une connaissance dont les paramètres constitutifs justifieraient l’attribution du statut et du nom de « spécialiste » ou de « professionnel ».

4D’une manière générale la schématisation dont l’amateur (éclairé) est l’objet dans les discours de l’astronomie s’articule autour de sa capacité d’observation, et non sur l’acquis d’un capital scientifique. Ainsi, dans Ciel et Espace :

Toutes ces observations passionnantes seront, évidemment, réservées aux professionnels. Ces derniers espèrent d’ailleurs que la réparation en orbite, début décembre, du télescope Hubble, leur permettra de travailler plus facilement, surtout si les fragments ne dépassent pas le kilomètre de diamètre. Qu’en sera-t-il des amateurs ? Dans l’hémisphère nord, Jupiter se présentera, le 21 juillet, à 24° au-dessus de l’horizon, avec une magnitude de 1,7. Elle sera donc bien observable. Si sa magnétosphère s’illumine effectivement au moment de l’impact, l’effet pourrait éventuellement être visible avec un télescope d’amateur. Mais il ne faut pas trop y compter. En revanche, l’explosion des noyaux cométaires dans l’atmosphère jovienne risque de perturber sérieusement la distribution des taches à la surface de la planète. « Les amateurs ont donc intérêt à observer avec soin les nuages de Jupiter, afin de bien se familiariser avec leur image actuelle, telle qu’ils peuvent la voir dans leur instrument habituel, conseille Chantai Levasseur-Regourd. Je serais étonnée s’ils n’y découvraient pas quelques différences après les impacts. » (Ciel et Espace, janvier 1994, p. 27)

5Le matériau que nous allons observer est constitué d’articles et de nouvelles brèves extraits de la presse « spécialisée » en astronomie-astrophysique, essentiellement la revue Ciel et Espace, et la revue l’Astronomie de manière plus ponctuelle (voir corpus d’étude p. 80). Il s’agit de supports qui s’inscrivent respectivement dans une production externe, pour Ciel et Espace (revue destinée à des lecteurs qui n’appartiennent pas à la communauté scientifique des « spécialistes » du domaine), et dans une production interne, pour l’Astronomie (« spécialistes » du domaine). Ils s’inscrivent tous deux en un lieu différent dans la communauté discursive de l’astronomie-astrophysique. Les limites de cette communauté ont une double extension. Rigide, d’abord en ce qu’elle serait constituée des seuls « spécialistes ». Souple, car constituée, à la périphérie, par l’ensemble de ceux que réunit une pratique et un intérêt constants : ils constituent le lectorat régulier de revues ciblées, du type de Ciel et Espace et partici pent activement à la vie des clubs et associations : ce sont les « amateurs (éclairés) ». À l’opposé, se situe l’extérieur de la communauté, représenté par les « non-spécialistes », qui ne sont même pas « amateurs » car ils n’appartiennent à aucune structure (club, association). Ils constituent le lectorat occasionnel de revues ciblées sur la science en général, mais sur aucune science en particulier (de type Science & Vie).

  • 1 Nous entendrons la prédication au sens très large de « fait de tenir un discours sur quelque chose (...)

6Les supports organisent différentiellement leur prédication1 sur le plan de la macrostructure. Ainsi Ciel et Espace contient des genres de rubriques absents de l’Astronomie. Il s’agit essentiellement de nouvelles brèves (Astroflashes, En bref, Télescopages), de développements d’un point d’actualité (Point Focal), de la carte mensuelle du ciel présentant les conjonctions de planètes, d’étoiles (Éphémérides), sans oublier les pages de publicité et de publi-informations. En revanche, dans les deux revues, on trouve des articles de fond traitant de phénomènes en prise avec l’actualité (Chute de la comète P/Schoemaker-Levy 9 (SL9) 1993e sur Jupiter observée par les astronomes amateurs dans l’Astronomie ; Collision comète-Jupiter. Les astronomes en alerte dans Ciel et Espace) ou ayant un rapport indirect avec elle (Planètes et pulsars, Un mariage contre nature dans Ciel et Espace ; Les phénomènes des satellites de Saturne dans l’Astronomie), d’informations générales sur les phénomènes à observer ou les manifestations (Lesphénomènes de l’été, Phénomènes du mois, Les rendezvous de l’été, Nuit des étoiles et de la Lune sur A2 dans Ciel et Espace ; Observer le ciel dans l’Astronomie), d’informations sur la vie des clubs (Vie associative dans l’Astronomie ; Astronomes amateurs dans Ciel et Espace).

7Les textes « spécialisés », à caractère didactique (manuels d’initiation, articles traitant d’un sujet plus ou moins en relation avec l’actualité d’un domaine), adressés par un locuteur « spécialiste » ou vulgarisateur à un lecteur non-spécialiste, organisent leur schéma prédicatif sur le modèle suivant :

X dit à R que Y observe W au moyen de Ζ et que (X ou Y) en conclut Ρ

8où X représente le locuteur (« spécialiste », vulgarisateur…), R son destinataire, Y l’agent d’un procès d’observation, W le phénomène observé, Ζ le moyen utilisé, au sens large du terme, qu’il s’agisse d’un instrument ou d’une théorie, et Ρ la conclusion qui découle de l’observation et dont l’énonciation est l’enjeu de la prédication. Ce schéma est modulaire. Sur le plan propositionnel d’ensemble, rien ne distingue le discours adressé à un non-spécialiste de celui adressé à un autre destinataire, fut-il « spécialiste ». C’est du côté d’une certaine mise en verbe, ou rhétorique, agissant à la fois sur le contenu informatif et sur la mise en forme de ce contenu, qu’il faudra orienter nos descriptions.

9X produit une schématisation des rôles locutoires. D’abord, de lui-même en tant que locuteur, mais aussi en tant qu’entité liée à la communauté discursive de l’astronomie. Pareillement, il renvoie à R une image de lui-même en tant que lecteur et membre (ou non-membre) de cette communauté. Enfin, il diffuse une représentation de Y suivant les mêmes principes. C’est au travers de ces trois images et des marques qui les véhiculent, que sera abordée la structuration locutoire de la communauté discursive. Nous garderons à l’esprit en permanence une donnée qui affecte R : le lecteur peut ne pas appartenir de plein droit à la communauté, selon qu’il sera amateur ou néophyte. La schématisation que X produira de lui-même, de Y et de R modèlera une représentation globale de la communauté discursive. Les questions cruciales qui se poseront seront :

  • celle de ses frontières. Dans sa conceptualisation discursive, où passe la frontière séparant la communauté de son extérieur ? Cette frontière est-elle stable ? Son marquage par le discours est-il univoque ? Est-il l’enjeu de stratégies qui visent un repositionnement des rôles ?
  • celle de sa structuration interne. Qui occupe l’intérieur de la frontière ? Comment cette occupation est-elle topographiquement régulée ? Quelle position X occupe-t-il relativement à l’intérieur de la frontière ? Quelle position invite-t-il R à occuper ?
  • le discours de X est le vecteur unique de la schématisation. Dispose-t-il d’un régulateur unique lui permettant de négocier la représentation des rôles locutoires et institutionnels ? Quelle latitude d’activité lui confère ce régulateur ? Quel effet en retour peut en être attendu en termes de bénéfice prédicatif et de coût prédicatif ?

1.1 Identification du locuteur-scripteur : l’équivoque de l’absence

10Dans les genres de textes de Ciel et Espace comme Astroflashes, En bref, Point Focal…, X n’est pas identifié dans et par le discours des articles (par exemple au moyen d’un nom propre ou d’un syntagme nominal) mais par le paratexte :

  • 2 Un phénomène identique s’observe dans d’autres rubriques.

Astroflashes par Frédéric Guerrin/Benoît Garrigues2

11La référence à X n’est produite que sous le titre de la rubrique et avec fonction de signature. Elle n’est constituée que du patronyme du signataire. X est donc présenté comme responsable (puisque signataire) et concepteur de l’ensemble de la mise en verbe informative.

  • 3 La rubrique Astroflashes a été assurée par F. Guerrin jusqu’en septembre 1995. Elle a été reprise (...)

12Autre particularité, la structure du SN destiné à prendre en charge l’identification de X : il s’agit d’une formule invariante : prénom + nom propre3. Cette réalisation n’a rien de particulier et se rencontre à l’identique pour ce genre de rubrique dans d’autres magazines, qui ne sont pas nécessairement adressés à des amateurs (éclairés). La dénomination abrupte pose néanmoins un certain nombre de questions.

13En premier lieu, celle de l’absence de matériau à caractère définitoire. R est informé de l’identité du signataire, mais non de sa fonction au sein de la communauté. R étant spécifié dans la politique éditoriale de la revue comme amateur (éclairé), l’identité fonctionnelle, et non pas patronymique, de X est pertinente pour fonder la légitimité de la prédication, mais également celle des rôles qui permettent son établissement. Sachant à quel profil préférentiel de public s’adresse la revue Ciel et Espace, toute position X disponible pour la prédication doit être saturée par un intervenant dûment autorisé. L’absence de détermination venant spécifier l’identité de X jette une zone d’ombre sur les vecteurs de cette légitimation (qui est tel locuteur, pour avoir été autorisé à occuper une position X ? Est-il spécialiste ? Est-il amateur (éclairé) lui-même, même si une telle situation ne remet pas en cause a priori la légitimité de X ?)

14Une telle introduction de X, en termes de schématisation, présuppose :

  • soit que X est suffisamment connu de la communauté discursive pour pouvoir signer de son seul nom. La spécialisation s’entend alors en termes de compétence, et de reconnaissance par le corps social ;
  • soit que sa fonction de locuteur ne l’autorise pas à signer autrement que comme il le fait. Celle-ci se définit par rapport au genre dans lequel la prédication s’effectue. Il s’agit en l’occurrence de la chronique journalistique. Et il est vrai que le journaliste ne signe traditionnellement que de son nom, sauf quand il intervient au titre d’une qualité particulière, exclusivement en relation avec sa profession : envoyé spécial, correspondant permanent.

15La question se pose dès lors de savoir si ce phénomène d’encodage est particulier à la rubrique Astroflashes, dont on ne trouve pas d’équivalent dans l’Astronomie, ou bien si une régularité générique peut être dégagée. On constate, plus généralement, que dans Ciel et Espace, les signatures se répartissent en deux catégories :

  • les rubriques, Astroflashes, Point Focal, Astronomes amateurs, Ephémérides sont signées du seul patronyme de l’auteur ;
  • les articles et dossiers sont signés soit du patronyme seul, soit du patronyme et d’une description induisant un savoir sur l’auteur :

Station mondiale. L’Europe s’embarque sur Alpha, par Jean-Pierre Defait Climat. N’oublions pas le Soleil, par Elisabeth Nesme-Ribes astronome à l’Observatoire de Paris
(Ciel et Espace, n°308, décembre 1995)

  • 4 Cette règle souffre, localement, d’exceptions.

16La signature par patronyme seul concerne des locuteurs réguliers de la revue4. La mention d’un titre permettant de présenter X à R et de légitimer par là sa prédication ne se rencontre que pour les auteurs occasionnels (Climat N’oublions pas le Soleil par Elisabeth Nesme-Ribes astronome à l’Observatoire de Paris). Le mode de présentation de X manifeste son statut dans la revue : locuteur récurrent versus occasionnel.

17Ce partage en recoupe un autre : locuteur (récurrent) interne à la revue versus locuteur (occasionnel) externe. Statistiquement, la grande majorité des textes produits dans la revue provient de locuteurs internes. Se conformant à une rhétorique largement répandue par ailleurs, Ciel et Espace affiche ainsi une identité de magazine, marque son ancrage relativement au domaine de la presse et évite ainsi une coupure sectale qui en produisant de X une représentation (le spécialiste, le savant…) discordante par rapport à la ligne éditoriale de la revue risquerait de l’éloigner d’un lectorat amateur.

18Un support réservé à un public de spécialistes, la revue l’Astronomie, révèle la configuration suivante :

Les phénomènes des satellites de Saturne, William Thuillot, Jean-Eudes Arlot & Pascal Descamps, Bureau des longitudes, Paris
Bilan des découvertes de 1993, Jean-Claude Merlin
Chute de la comète P/Schoemaker-Levy 9 (SL9) 1993e sur Jupiter. Observée par les astronomes amateurs Gino Farroni et Michel Jacquesson
Ida : dernières images de Galileo avant Jupiter, Olivier de Goursac, Secrétaire pour la planétologie
(l’Astronomie, n°108, octobre 1994)

19Malgré les apparences, cette configuration est profondément différente de celle observée dans le cas précédent. Outre le fait que la quantité de contributions est sensiblement inférieure à celle de Ciel et Espace, la schématisation de X est négociée différemment. Le nom de X est assorti d’une expansion spécifiante : […] Bureau des longitudes, Paris ; […] Secrétaire pour la planétologie ; […] astronomes amateurs. Sinon – Jean-Claude Merlin – il est repris dans la bibliographie qui accompagne l’article :

Bilan des découvertes de 1991, J.-Cl. Merlin, l’Astronomie, juillet-août-septembre 1992, 9-11.

20Ainsi l’Astronomie légitime massivement la fonction énonciative de X en spécifiant la position du locuteur au sein de la communauté (Bureau des longitudes, Paris ; Secrétaire pour la planétologie ; astronomes amateurs) ou bien en confirmant la fonction d’auteur (renvoi dans la bibliographie) à un statut présenté comme journalistique. De ce fait, les conditions de vérité de la prédication sont légitimées parce que manifestées dans l’identification de X. Le discours du macro-X qu’est l’Astronomie s’articule sur un topos dont l’énoncé serait : « un public spécialisé ne peut pas se satisfaire d’une prédication dont le site n’est pas produit ».

21Pour Ciel et Espace, la détermination de la position X s’effectue non pas au travers d’un concept qu’aurait véhiculé une description linguistique du signataire, mais d’une séquence dépourvue en principe de signification (conceptuelle) : cette dernière est appelée à faire sens, à défaut d’avoir un sens. Dans le genre d’interlocution concerné, une telle procédure peut ne plus apparaître exclusivement comme commandée par une rhétorique du genre, mais éventuellement comme un procédé dont l’un des tenants se justifie dans la prise en compte de l’identité fonctionnelle de R : être préférentiellement un amateur (éclairé).

  • 5 Notamment en présupposant que si X signe comme il le fait, c’est parce qu’il y est autorisé. Cela (...)

22La signature en dénomination abrupte non spécifiée implique en effet que le lecteur R aura pour charge de reconstruire lui-même l’image de X et les déterminations qui la légitiment. Dans ce cas, soit le lecteur fait appel à sa culture en astronomie et restitue les données absentes, soit il comble le vide en invoquant un savoir présuppositionnel. Dans le premier cas, X est déjà connu de R comme une figure ou une autorité énonciative. Dans le second cas, l’appréhension ne se fait pas par convocation de connaissances partagées, mais par mise en place d’un réseau pragmatique d’interprétation5.

23La procédure d’introduction de X se verra interprétée différemment selon que :

  • R est un membre à part entière de la communauté discursive ou un néophyte ;
  • R est un lecteur régulier, occasionnel ou un nouveau lecteur de la revue. Ces critères ne sont pas totalement disjoints puisqu’on peut :
  • être membre à part entière de la communauté et être lecteur régulier de Ciel et Espace ;
  • être membre à part entière de la communauté et lire pour la première fois Ciel et Espace ;
  • (?) être néophyte et lecteur régulier de Ciel et Espace ;
  • être néophyte et lire pour la première fois Ciel et Espace.

24Si R est membre à part entière de la communauté discursive, il peut avoir une connaissance de l’identité et de la position de X au sein du groupe. Dans ce cas, aucune spécification linguistique ne lui est nécessaire pour procéder à l’assignation de X. Si R n’appartient pas à la communauté, ou s’il en est membre depuis trop peu de temps, il reconstruira une spécification. Si R est lecteur régulier (ou presque) de Ciel et Espace, la signature lui sera familière et la question de l’identification ne se posera peut-être pas, mais cela peut instaurer ou ajouter un lien de connivence interpersonnelle. Si R découvre le magazine, il doit restituer lui-même d’emblée le vecteur de la légitimité de X. Bien entendu, ces critères se cumulent et, éventuellement, se compensent.

  • 6 Nous qualifierons de sectale une procédure qui délimite un groupe de manière identificatoire, c’es (...)

25Qu’elle participe ou non d’une stratégie plus ou moins conscientisée, l’assignation de la position X par le locuteur instaure une relation ambivalente avec le lecteur. D’un côté, comme nous l’avons vu, l’absence d’informations spécifiantes peut fonctionner comme refus d’une limite sectale6 en induisant pour X un statut analogue à celui du journaliste. D’un autre côté, on assiste, par le même procédé, à ce qui semble bien être une restitution de ladite limite. En effet, le vide créé par l’absence d’informations spécifiantes intéresse la légitimation de la parole de X. Cette légitimation n’est accessible qu’à celui qui dispose d’un savoir partagé sur W, Ζ ou P. Dès son introduction, X établit une limite entre lui et R, laquelle passe par une distinction, effectuée par X au sein de R. Pour X, tel qu’il schématise son identification, l’ensemble des R (réels ou potentiels) ne semble pas homogène. X trace une frontière à l’intérieur de R, qui détermine un intérieur et un extérieur de la communauté. L’intérieur sera constitué préférentiellement par les R disposant d’un minimum de connaissance du domaine : les spécialistes, mais de préférence les amateurs (éclairés), l’extérieur par les néophytes. Il semble donc que, si dans son principe le discours adressé à l’amateur (éclairé) participe de la vulgarisation scientifique, il n’en demeure pas moins que la schématisation de X impose une configuration qui, loin d’abolir une limite entre celui qui sait et son autre, ne fait que la confirmer en la déplaçant de son site statutaire, la communication entre « spécialistes », vers une périphérie calculée.

  • 7 Par rétention, nous entendons toute procédure discursive visant à instituer une limite à caractère (...)

26De ce fait, un double principe, de rétention et de concession7 semble modaliser la prédication. Il y a concession par la non-instanciation de marques rituelles spécifiques de la communication spécialisée. Ainsi, aucune schématisation explicite susceptible d’inscrire R dans une fonction n’est réalisée. Toutefois, cela ne saurait nécessairement impliquer que le partage entre d’une part le premier et le second énoncé, et d’autre part le troisième :

  1. Hubble passe le test du Lion, par Jean-Pierre Defait
  2. Soleil noir sur le palais d’Akbar, par Serge Brunier
  3. Climat. N’oublions pas le Soleil, par Elisabeth Nesme-Ribes, astronome à l’Observatoire de Paris

27passe nécessairement par une gradation dans la légitimation, impliquant une disparité dans la spécialité, ainsi que dans la valeur de vérité des énoncés (b étant alors ressenti comme « plus vrai » que a et c). Les signatures Jean-Pierre Defait et Serge Brunier n’installent réellement la légitimation de la position X que dans leur récurrence, au sein d’un même numéro de la revue ou d’un numéro à l’autre. Par ailleurs, cette légitimation, si elle doit être isomorphe de celle d’un spécialiste - et peut-elle ne pas lui être isomorphe ? - doit nécessairement être reconnue par celui qui est le R statutaire de X, l’amateur (éclairé). De ce côté-là, il y a rétention, car seul le R statutaire saura à quel X fonctionnel et légitime réfèrent les séquences Jean-Pierre Defait et Serge Brunier et donc de quel indice de spécialité est affectée la prédication.

1.2 Les relais identificatoires

28Par relais identificatoire nous entendrons une procédure par laquelle X manifeste sa présence dans la prédication qu’il adresse à R. Ses ressorts la rangent en partie du côté de l’interlocution journalistique la plus couramment attestée. Deux types de relais seront envisagés ici : la référence à soi, la référence au temps de l’énonciation.

1.2.1 L’énonciation : référence à soi et au temps

29La référence à soi est l’autoréférenciation initiée par X : X parle de lui ou se met en scène dans la prédication. Dans notre corpus, celle-ci ne s’établit pas de manière directe. Ainsi X ne rappellera pas son patronyme dans le corps du texte. Il ne produira pas non plus de description permettant d’établir son positionnement dans la communauté discursive. En cela, la prédication confirme l’attitude adoptée au niveau de la rubrique (voir 1.1).

30X ne reste pas pourtant absent de son discours. Sa présence se trouve manifestée par un jeu de déictiques :

1 : les astronomes ont en effet grâce à lui détecté pour la première fois du deutérium en dehors de notre galaxie
2 : [la matière baryonique usuelle présente dans l’Univers] serait de nos jours intégralement sous forme d’astres lumineux déjà visibles
3 : d’ici six ans, nous devrions savoir si [le centre de la Voie lactée] abrite ou non un trou noir supermassif.

31X adopte un mode de prédication discursif (au sens de Benveniste) qui donne à son propos valeur d’interlocution. Toutefois, la référence n’est pas opérée par la première personne du singulier je. X n’assume pas la singularité de sa position énonciative. Le nous par lequel il réfère à lui n’est pas un rituel d’auteur, mais un collectif dont la référence englobe R en même temps que des entités indifférenciées et non concernées par Γ interlocution. À ce titre la référence à X se dilue dans le stéréotype culturel (notre galaxie en 1) ou linguistique (de nos jours en 2). Quant à 3, la référence visée associe R et Y (la communauté scientifique) à X.

32Le pronom on apparaît également avec une interprétation nous/je plausible :

4 : 6 150 degrés Kelvin : telle est la température du centre de la Terre, si l’on en croit l’estimation des géophysiciens […]

33Le reste des occurrences, peu nombreuses, est préférentiellement imparti à Y :

5 : aurait-on enfin détecté le sixième quark […]
6 : […] les machos, ces étoiles noires de matière ordinaire mais invisible, que l’on recherche activement dans les halos des galaxies.

34à moins que X ne s’implique dans le procès décrit par l’énoncé.

35X ne marque pas sa position locutoire mais partage son instance dans une communauté tantôt avec R (1 et 2), tantôt avec Y (3). Le mode de référenciation de X reproduit, dans le choix des adresses, le double mouvement de rétention/concession observé précédemment. La non-saturation d’une position univoque (je) favorise, dans le choix des relais convoqués, une attraction ambivalente vers l’Autre. R s’y verra impliqué et confirmé dans la connivence que la détermination de X par patronyme a fondée. En revanche, il se verra tenu à distance par X, lorsque celui-ci marquera sa relation à Y. X déplace une limite qui englobe un R indifférencié (amateur ou néophyte en 1 et 2), mais qui contient aussi un R qui est appelé à voisiner avec Y (3), et dont le statut prend une dimension spécifique : on retrouve ici l’amateur (éclairé).

36La référence au temps ne déroge pas au principe observé précédemment. Hormis la localisation par date, qui reste marginale, la référence temporelle s’opère massivement par déictiques :

7 : […] le deutérium était dix fois plus abondant qu’il ne l’est aujourd’hui
8 : [le mouvement] de quarante-huit glaciers pendant les cent dernières années.
9 : pour la première fois en plus de trente ans, l’atmosphère paraît mieux éliminer les molécules polluantes

37L’option discursive (discours étant ici opposé à histoire) peut s’interpréter relativement à deux modes d’énonciation, qui ne sont pas « contradictoires », mais participent de modalisations différentes :

  • elle appartient à une rhétorique du genre, qui vise l’économie du discours et sa productivité. La rubrique se doit d’énoncer plus d’une brève, c’est-à-dire procéder à la mise en place de plusieurs petits articles. L’adoption du mode déictique, articulé massivement sur le présent de l’énonciation, constitue le mode de référenciation adéquat à l’économie typographique du texte, à la productivité : d’une nouvelle à l’autre, l’adoption suivie d’une référenciation objective nécessiterait la répétition d’un invariant et créerait un effet de redite pour le moins disgracieux ;
  • la seconde option tient, quant à elle, à la négociation dans l’interlocution de la référence discursive. Ce mode d’énonciation présente l’avantage d’instituer une relation interpersonnelle entre X et R. R est invité, par le biais d’une temporalité explicitement partagée, à s’introduire dans l’énonciation de X. Le mode discursif fonde une connivence entre X et R, à l’initiative de X. Il s’ensuit que la frontière séparant X de R (frontière de statut, de savoir…) s’en trouve estompée. Autant que d’exprimer la contemporanéité de l’événement (W) relativement à X et R, le recours aux déictiques fait participer R au temps de X. Un lecteur néophyte pur n’y verra peut-être pas matière à connivence. L’amateur (éclairé) non plus. Toutefois, la revue lui étant en principe et par principe destinée, cette référence déictique l’interpelle dans son statut de lecteur projeté et le convie à un partage, à un accueil à l’intérieur d’une frontière qui trace la limite (élargie) d’une communauté discursive.

38La référence temporelle, tout comme son homologue pronominale, n’est pas une donnée stable. Elle présente une labilité sur un de ses extérieurs possibles, le savoir. Les nouvelles brèves réfèrent à des événements (W), et les replacent dans leur contexte épistémologique. La temporalité du savoir et de l’observation peut être explicite :

3 : d’ici six ans, nous devrions savoir s’il abrite ou non un trou noir supermassif
10 : Un résultat en contradiction avec les mesures du télescope spatial effectuées il y a trois ans

39ou recourir à des procédés plus discrets (au sens non linguistique) :

5 : aurait-on enfin détecté le sixième quark, cette ultime particule […]
11 : […] les spectres d’objets situés à la limite de détection actuelle
12 : l’un des tout premiers « portraits » de l’étoile de la constellation du Peintre, acquis à 12 m de longueur d’onde.
13 : à quand la preuve irréfutable ?
14 : Des mesures de paramètres orbitaux, acquises depuis l’observatoire d’Hawaï, ont permis une nouvelle estimation de la densité de Charon, la lune de Pluton.

40Dans le recours à une deixis explicite, X marque une ouverture de la temporalité de W sur la sienne et celle de R. Dans le second cas (12, 13), la contemporanéité du savoir de Y s’ouvre plus spécifiquement sur celui de X et R. La référence au temps est impliquée dans l’actualité d’une recherche ou d’un savoir dont X explicite les tenants :

5 : aurait-on enfin détecté le sixième quark, cette ultime particule nécessaire pour expliquer les propriétés de la matière de l’Univers, recherchée en vain depuis plus de vingt ans ?

15 : une promesse de progression prochaine dans l’exploration du vieux mystère que recèlent ces objets
16 : Ces résultats devraient permettre d’avancer dans le débat qui entoure la question du moteur central de galaxies, rayonnant comme des dizaines de milliards de soleils.

  • 8 Parfois même, ces tenants ne sont pas explicités, comme en 12 (où l’on infère que l’étoile de la c (...)

41ce qui lui permet, le cas échéant, de ponctuer un article à la manière d’une conclusion (13)8.

42En ouvrant pour R la connivence à la temporalité, X, par un mouvement inverse, montre une clôture : celle du savoir. X révèle à R qu’il existe une contemporanéité entre son discours – celui de X – et celui de la recherche (Y).

43X a accès au discours de Y et le manifeste à R. La connivence explicite ici ne se situe pas tant entre X et R, qu’entre X et Y. En révélant le savoir auquel est lié son discours, X se dévoile comme détenteur de connaissances qu’il partage avec Y. En cela, il réinvestit le rôle du locuteur qui dispose d’une fonction didactique. La frontière entre X et R, que l’adresse par pronom estompe, se retrouve, par le même procédé, restituée.

44La frontière entre X et Y est flottante, c’est-à-dire déplaçable. La prédication qui réunit X, R et Y se voit différenciée selon le jeu d’interlocuteurs concernés (X et Y ; X/Y et R). Cette différenciation recoupe des partages communautaires. La position de X comme locuteur qui prend l’initiative de la prédication, et qui est l’unique producteur de discours in situ, puisque R ne lui répond pas, lui confère une liberté relativement au partage des statuts qui existe entre lui et R, et à la schématisation qu’il en produira pour assurer l’efficacité pragmatique de son dire. Disposant d’une fonction de médiateur, X peut marquer la distance qui le sépare de R, ou au contraire chercher à lia réduire et l’abolir. Cela lui est rendu d’autant plus facile qu’il se localise entre deux communautés, celle des spécialises et celle des néophytes, ou deux composantes de la même communauté, celle des spécialistes et celle des amateurs (éclairés). Une telle prise de position ne s’effectue pas dans l’homogénéité. Des variations sont observables dans le comportement de X qui, au sein d’une même production, peut intégrer R à sa communauté (ou plutôt s’intégrer à celle de R), ou bien tenir R à distance, en lui montrant le reflet inversé de la connivence qu’il croyait entretenir avec X.

45Ces jeux de déplacements, qui reproduisent des mouvements de va-et-vient, ont déjà été repérés dans la vulgarisation scientifique. Il est nécessaire au fonctionnement de ce genre de discours (intrinsèquement traversé de mouvements antagonistes), puisqu’il permet au vulgarisateur de schématiser sa position comme intermédiaire. H. Reeves ou J.-L. Cheminée s’exprimant en situation de vulgarisation n’ont pas besoin a priori de faire jouer (donner du jeu à) la limite communautaire, celle-ci étant déjà intégrée dans le savoir de R. En revanche des journalistes et des animateurs (p. ex. M. Chevalet, J.-M. Cavada), légitiment leur rôle locutoire en se situant, ainsi que R, tantôt en deçà, tantôt au-delà d’une limite communautaire.

1.2.2 La structuration logique et argumentative comme positionnement de soi et de l’autre

46La structuration logique et argumentative des textes rapportant les nouvelles est un autre vecteur du positionnement de X. En tant que responsable de la rubrique, X a une double fonction : sélectionner dans l’actualité, selon des critères qui ne sont jamais explicités, les informations-thèmes qui seront destinées à être instanciées dans la rubrique, et rédiger les textes mêmes de ces nouvelles brèves. C’est au niveau de cette seconde fonction que se marquera le positionnement énonciatif de X.

47X reproduit des informations dont il n’est pas la source. Son discours en garde explicitement les traces :

1 : les astronomes ont en effet grâce (au Keck) détecté pour la première fois du deutérium en dehors de notre galaxie
7 : Or si elle se confirmait, leur découverte indiquerait que […]
17 : l’éclipsé stellaire a été enregistrée en Amérique, par l’observatoire aéroporté Kuiper de la Nasa […]
18 : les quatre cents physiciens du laboratoire Fermi, près de Chicago, pensent avoir obtenu la signature de cette particule
19 : Si cette découverte est confirmée […]

48X occupe donc une fonction d’intermédiaire et de reformulateur. Intermédiaire, car il est disjoint de Y, tant sur le plan référentiel qu’énonciatif. En cela, il investit la fonction du vulgarisateur qui n’est pas un spécialiste du domaine :

49– X s’éloigne d’un statut possible, celui du spécialiste qui tient un discours de vulgarisation, et dont des modèles bien connus sont H. Reeves pour l’astronomie, H. Tazieff ou J.-L. Cheminée pour la volcanologie. S’éloignant de Y, X semble donc se rapprocher de R. Sachant que ce dernier dispose en principe du statut d’amateur (éclairé), X adopte, dans la présentation-reformulation des données qu’il opère, un choix de registre discursif qui s’éloigne de la vulgarisation pour le grand public, et qui de ce fait confirme la limite sectale, dont nous avons déjà parlé, comme tracé englobant R. À ce titre, on pourra noter, spécifiquement dans la rubrique des nouvelles brèves, la présence de terminologie non reformulée :

20 : une abondance qui, via son incidence sur les modèles de nucléosynthèse primordiale, obligerait à revoir à la baisse le pourcentage de matière baryonique usuelle présente dans l’Univers

50ou reformulée dans le sens d’une plus grande technicité :

1 : les astronomes ont en effet [grâce à ce télescope] détecté pour la première fois du deutérium en dehors de notre galaxie, dans un nuage de matière primordiale située aux confins de l’Univers (z = 3,3)
21 : [ces deux astres] brillaient des centaines de fois plus en infrarouge proche (1,6-2 m) qu’en lumière visible (0,84 m) ;

51Le présupposé discursif lié à ce mode de formulation est que R dispose de l’acquis conceptuel nécessaire pour effectuer un décodage sémantique (fondé sur la signification notionnelle des unités) et non une lecture pragmatique (fondée sur l’effet de sens induit par la séquence). De ce fait, le choix d’un registre (terminologique versus courant) et d’une mise en verbe (reformulant versus ne reformulant pas) induit de la part de X le tracé d’une limite simultanément à l’esquisse d’une schématisation appréciative de R, perçu comme suffisamment compétent pour pouvoir décoder. Cette schématisation correspond à la représentation que X se fait de R relativement à son statut d’amateur (éclairé), mais elle constitue en même temps le reflet d’une représentation que X veut voir accréditée par R ;

52– X, en tant que locuteur, se démarque du discours de Y. Par la mention constante de la source, X manifeste sa fonction de reformulateur, fonction qui est simultanément source et finalité de son activité discursive. Cette mise à distance instaure une limite sectale entre la prédication de X et celle de Y. D’où une question : X agit-il relativement à Y comme l’énonciateur d’un discours direct ou indirect ? Si l’on compare X à l’énonciateur d’un discours direct, il se doit en principe de ne pas intervenir sur le sens du discours de Y, et s’en tenir à une reformulation qui ne trahisse pas ou ne dénature pas la pensée de Y. Sa reformulation tient de la simple transposition. Un certain nombre de marques induisent que l’attitude de X se situe dans le respect du discours de Y, c’est-àdire dans la conformité à son contenu propositionnel et à la modalisation dans laquelle Y a exprimé ses propositions :

22 :voici les résultats préliminaires de l’observation d’une occultation d’une étoile de douzième grandeur […]
23 : selon eux [les astronomes de l’observatoire de la Silla] le résultat montre que […]
24 : le mouvement de retrait général des glaciers à travers le monde confirme que la planète se réchauffe lentement affirme Johannes Oerlemans de l’université d’Utrecht (Pays-Bas).

53– Enfin, cette mise à distance de son dire par X permet d’assigner en creux une identité au discours spécialisé, et de le définir comme étant le discours premier, celui dont il existe une formulation abrégée (celle de X), celui pour lequel un rôle locutoire a été créé – le rôle X. Dans le discours tenu par les nouvelles brèves mais aussi par les rubriques et les articles de fond, le discours spécialisé est toujours référencé et montré comme discours de l’Autre. R est exclu de cette altérité, puisque la parole ne lui est pas donnée. Parole première, jamais montrée (le discours de Y n’est jamais livré dans son intégralité, il apparaît toujours reformulé ou cité sous forme de fragments), introuvable (la référenciation à Y n’est qu’une assignation d’instance, elle n’est pas assortie de l’énoncé des conditions de production dans lesquelles Y s’est exprimé), nécessairement médiatisée, le discours de Y se voit imparti des caractères qui dans l’antiquité sacralisaient la parole des dieux.

  • 9 Dans le cas de Ciel et Espace, la dimension moyenne d’un article (d’une brève) est de 750 caractèr (...)
  • 10 La citation apparaît préférentiellement dans des rubriques de plus large format.

54Le genre discursif que sont les rubriques implique une mise au format de l’information et du texte qui la véhicule9. Cette contrainte, éditoriale et technique, impose à X une sélection des éléments du discours source et justifie à elle seule le recours nécessaire à la reformulation10. L’activité discursive de X tient donc du façonnage. À cet égard, il dispose d’une double latitude : soit il reformule le discours de Y en assumant, par l’effacement d’un certain nombre de marques (de mise à distance, du type selon Y, si l’on en croit Y…) ; soit il reformule, mais refuse d’assumer ce discours et alors l’instanciation de ces marques devient l’indice d’une position énonciative.

55Dans le premier cas (reformulation et effacement de marques), X présente l’information comme énoncée d’une voix. S’il y a effectivement polyphonie (Y parle derrière X), celle-ci ne sera pas l’enjeu en principe d’une disjonction discursive, mais d’une prise en charge relativement homogène du discours de Y par celui de X. Un telle structure n’est pas censée être le support a priori d’un retour énonciatif de X sur le dire de Y. Dans cette configuration, X est en quelque sorte prisonnier d’un interdiscours qui limite la latitude de son intervention et tend à faire de lui un simple rapporteur. Ce statut fonctionnel est peu flatteur pour lui. Il est admissible par sa position de journaliste, même spécialisé, dans la mesure où il est censé présenter la recherche de Y et qu’il peut limiter son intervention à cela.

56Une lecture suivie des articles montre une présence récurrente des marques de mise à distance. Les procédés formels en la matière sont variés (emploi du conditionnel, recours à la question, à des structures lexicales) :

5 : aurait-on enfin détecté le sixième quark, cette ultime particule […]
13 : à quand la preuve irréfutable ?

18 : la nouvelle est à prendre avec prudence, mais les quatre cents physiciens du laboratoire Fermi, près de Chicago, pensent avoir obtenu la signature de cette particule
23 : selon eux, le résultat montre que cette galaxie […]
25 : Chiron, prise pour un astéroïde lors de sa découverte en 1977 est en réalité une comète
26 : elle posséderait une masse de 174 GeV, ce qui en ferait la particule […]
27 : à la Silla, le plus moderne des télescopes européens a permis d’apporter une nouvelle indication, très convaincante, de l’existence de la masse cachée dans l’Univers
28 : les astronomes français tiendraient-ils une nouvelle confirmation de l’existence de planètes autour de Bêta Pictoris ?
29 ; à suivre
30 : c’est ce qui ressort d’une étude menée par la météorologie américaine, selon laquelle […]

57La procédure de mise à distance que l’on observe ici est d’une autre nature que celle à laquelle nous avons fait référence précédemment, mais se trouve étroitement connectée à elle. La première ne consiste qu’en une affectation de locuteur (X dit que le locuteur premier est Y). La seconde relève d’une modalisation, c’est-à-dire d’un retour sur le dire de Y. Qui effectue ce retour ? Les places ne sont pas toujours explicitement marquées. Ainsi, en 18, 25, 26 et 27, les séquences : pensent (avoir obtenu), prise pour, est en réalité, posséderait, ce qui en ferait, très convaincante peuvent très bien être l’oeuvre de Y luimême, qui transpose ou reformule les modalisations du discours source. En revanche, il semble que celles de 13, 23, 30 soient plutôt imputables à X. En dernier ressort, c’est l’ensemble de la modalisation qui sera imputable à X, soit qu’il reprenne celle formulée par Y, soit qu’il y ajoute la sienne propre. Dans ce cas, X se révèle ne plus être une instance transparente, un simple reformulateur, mais il occupe une place depuis laquelle un méta-discours peut être tenu. Cela explique en partie l’insistance avec laquelle X identifie Y.

58L’assignation d’un énonciateur-origine au discours reformulé est une procédure qui ouvre un espace (un site) à l’intérieur duquel la prédication de X pourra se développer. X peut être un relateur, auquel cas la transparence de son discours est celle de sa position énonciative, ou bien être un commentateur, et dans ce cas son rôle discursif s’opacifie. Il en va de l’existence de X en tant que tel.

59La référenciation à Y relève également d’une stratégie énonciative, car elle enclenche une procédure de mise à distance que X exploite pour circonscrire son propre espace énonciatif. Cet espace n’est pas tant une parole tournée vers R, qu’une appréciation de P, le contenu propositionnel véhiculé par le discours de Y. Seul est tenu à distance le sens, la proposition qu’il contient comme fonction ultime de la prédication. Cette mise à distance, telle qu’on l’observe dans :

23 : selon eux, le résultat montre que cette galaxie […]

60est soumise à une contrainte générique : le respect de la paternité d’une recherche et sa manifestation. En revanche dans 7,13, 18,28, X ne se conforme plus (ou moins) à cette exigence rhétorique :

7 :  : Or, si elle se confirmait, leur découverte indiquerait que […]
13 : à quand la preuve irréfutable ?
18 : la nouvelle est à prendre avec prudence, mais
28 : les astronomes français tiendraient-ils une nouvelle confirmation […]

61Il exprime un jugement sur P, donc sur la prédication de Y. C’est en cela que la mise à distance de Y permet l’émergence d’un site énonciatif pour Χ. X n’est pas que rapporteur, il juge ce qu’il rapporte et R est témoin de l’appréciation.

62Se positionner comme appréciateur consiste, pour X, en une vectorialisation de son rôle énonciatif. Si la nomination abrupte de X, sous le titre de la rubrique, institue ce rôle dans l’anonymat fonctionnel, la prise de position explicite de X sur le P énoncé par Y, fonde une identité discursive (une « essence ») et (ré)compense l’ellipse de la présentation. Le texte corrige et complète la schématisation introduite dans le paratexte en disant ce que ce dernier ne dit pas. Ainsi, s’élevant au niveau de Y, X se pose comme homologue du spécialiste. X apparaît donc comme une macro-/méta-instance énonciative, dont la latitude d’activité peut aller jusqu’à suspendre l’applicabilité de P :

13 : à quand la preuve irréfutable ?
29 : à suivre

63X trace les limites de son site afin de ne pas confondre, ou laisser confondre, son discours avec celui de Y. Une lecture des nouvelles brèves laisse toutefois apparaître des zones d’indécidabilité, l’appréciation de Ρ pouvant être attribuée aussi bien à X qu’à Y (X dans ce cas ne faisant que reformuler l’appréciation de Y sur le caractère hypothétique et falsifiable de Ρ) :

15 : une promesse de progression prochaine dans l’exploration du vieux mystère que recèlent ces objets
26 : (la particule) posséderait une masse de 174 GeV, ce qui en ferait la particule élémentaire la plus lourde jamais observée
31 : un argument de plus en faveur du « big crunch » et d’une recontraction fatale du cosmos.
32 : possibilité la plus séduisante : il s’agirait de […]
33 : une nouvelle preuve en est apportée avec la publication des résultats […]

64L’ambiguïté énonciative ne concerne pas que les énoncés suspensifs. On la rencontre également dans l’appréciation positive, qui consigne la valeur de vérité de P, et qui n’apparente plus l’appréciation à une mise à distance :

25 : Chiron, prise pour un astéroïde lors de sa découverte en 1977, est en réalité une comète
34 : ce sont finalement les puissants ordinateurs civils américains qui ont identifié l’intrus […]
35 : il s’agissait du moteur du dernier étage d’une fusée […]

65ou expose les qualités de W ou de Ζ :

6 : Le Keck vient de faire encore une fois la preuve de ses qualités […] au détriment semble-t-il des machos, ces étoiles noires […]
36 : Initialement accueillis avec incrédulité, les télescopes à miroirs liquides […] commencent à faire leurs preuves […]
37 : Les scientifiques américains proposent une solution économique pour permettre aux astronomes d’observer plus souvent le ciel depuis les meilleurs sites
38 : Intérêt : des frais de voyage et de fonctionnement réduits au maximum.
39 : Équipé d’une nouvelle caméra infrarouge, le New Technology Telescope européen a délivré des images sans précédent du noyau actif de certaines galaxies très énergétiques.

66X peut s’approprier l’intégralité de l’appréciation sur P, mais aussi sur W et Z. Dans ce cas, la mise à distance de Y (et donc de P) s’effectue dans une proportion et avec une efficacité maximum. X étant l’énonciateur premier de la rubrique, toute appréciation peut, en dernier ressort, lui être imputée, soit qu’elle appartienne en propre à sa prédication (et qu’elle ne soit donc pas produite ou productible depuis le site de Y), soit qu’elle reformule celle de Y (auquel cas, R conviendra qu’en rapportant les propos de Y, X cautionne la modalisation qu’il y a rencontrée). La position de X à cet égard est d’autant plus confortable, peut-on dire, que R ne dispose pas du discours source (il n’est pas produit par X, tout comme n’est pas précisé le degré de génération de la prédication de X par rapport à celle de Y). L’insistance avec laquelle Y est explicitement convoqué par X ouvre à ce dernier la possibilité de déposséder implicitement Y de la maîtrise de l’appréciation sur les résultats de sa recherche et les conditions de l’observation.

1.3 L’appréciation comme procédure de redéfinition locutoire de la communauté discursive

1.3.1 Valeur énonciative de l’appréciation : apprécier, pourquoi ?

67Cette modalisation de P trouve sa justification à plusieurs titres. D’abord au regard de la rubrique elle-même et de son mode de fonctionnement. Une rubrique de nouvelle brèves se doit, par principe, de suivre l’actualité avec une inertie réduite au minimum. Pour cette raison, et du fait que les observations relatées par X se situent dans le domaine de la recherche scientifique ou technologique, la mise à distance ou la confirmation de P sont une exigence cruciale pour X, relativement aux contenus propositionnels qu’il rapporte. Sachant que la garantie de stabilité de P ne peut être fournie que dans et par la diachronie, X se doit de mettre en place un réseau de marques suspensives ou confirmatives qui situent P au regard des données référentielles, mais aussi dans l’histoire de la recherche et de la chaîne causale à l’intérieure de laquelle elle est prise. À ce titre, il recourt à l’emploi massif de certains temps comme le conditionnel et le présent. Ce dernier, entre autres procédés, oriente la perspective vers l’actualité de la recherche en focalisant sur son caractère achevé ou inachevé :

12 : c’est en tout cas ce que laisse penser […]
25 : Chiron, prise pour un astéroïde […] est en réalité une comète

68Le conditionnel, en revanche, induit une anticipation de l’achèvement par convocation d’un monde possible, susceptible d’en valider l’efficience :

3 : d’ici six ans nous devrions savoir s’il abrite […]
32 : possibilité la plus séduisante : il s’agirait de […]

69De ce fait, la constitution d’une rubrique de nouvelles brèves dans une actualité segmentée ne peut échapper à la mise à distance de Ρ ou à sa confirmation, comme condition de sa propre légitimation. Ce phénomène excède largement le genre particulier qu’est la nouvelle brève dans un magazine. Il s’observe ailleurs : dans la communication d’une recherche, le compte rendu…, comme une condition constitutive du discours rapporté en situation de spécialité. En obéissant à cette contrainte générique, X assure la légitimité de sa prédication, mais en même temps situe celle-ci dans un espace discursif particulier (les discours spécialisés plutôt que la vulgarisation scientifique). On retrouve là le tracé d’une limite sectale.

70Au regard de son lecteur, X, par la confirmation ou la suspension de la valeur de vérité de P, montre à R que l’interlocution ne se situe pas dans un site désenclavé, mais à l’intérieur d’un espace source. R, en tant qu’amateur (éclairé) y verra une configuration qui conforte son image (celle qu’il se fait de lui-même, celle qu’on se fait de lui, celle qu’on lui prête) dans la mesure où le discours, pour s’adresser à lui, instancie les procédés rhétoriques traditionnels de la communication d’une recherche. R peut lire là une prise en compte et une reconnaissance par X de son statut (X s’adresse à lui comme il le ferait à un spécialiste). De ce fait, la limite englobe le lecteur au sein de la communauté discursive. S’il est un néophyte, ce dernier peut également se voir englobé par la limite. Toutefois, ce mode d’interlocution ne sera probablement pas décodé comme procédant à la reconnaissance d’un statut.

71La confirmation ou la mise à distance de Ρ et l’appréciation portée par X (ou Y) justifient aux yeux du lecteur la sélection des nouvelles retenues dans la rubrique. La suspension de Ρ n’aboutit jamais dans le discours de X à une disqualification, sauf quand la confirmation d’un Ρ intervient contre celle d’un autre P, généralement antérieur. X montre implicitement qu’il a effectué un travail en amont dont l’objet est de ne retenir que les informations jugées par lui comme les plus crédibles scientifiquement, les plus sérieuses pourrait-on dire – ou les moins hasardeuses. En cela, il assure la crédibilité et la légitimité de son rôle locutoire, non pas vis-à-vis de la communauté discursive, mais pour le lecteur en quête de vérité. La confirmation ou la suspension de Ρ doit être lue comme un indice de validité de Ρ lui-même, mais aussi de l’énonciation prise en charge par X.

72En circonscrivant le domaine du possible de Ρ, X s’arroge un droit imparti en principe à Y. Par ailleurs, il se présente comme une instance susceptible d’évaluer tout P, à savoir « n’importe quel Ρ », et ce, quelle que soit l’instance Y qui en est à l’origine. Les critères d’évaluation, qui permettent aux contenus informatifs d’être instanciés, ne sont jamais explicités. En effet, X ne précise pas en fonction de quelle propriété telle information – telle observation par Y – se voit portée à la connaissance de son lecteur, c’est-à-dire prise en charge par l’énonciation de X. Par ailleurs, X n’adopte pas une attitude homogène au regard de l’évaluation qu’il porte. Pour les confirmations, le rappel d’hypothèses antérieures et l’emploi de structures lexico-syntaxiques focalisant sur la positivité de Ρ guident l’interprétation :

25 : Chiron, prise pour un astéroïde lors de sa découverte en 1977 est en réalité une comète
40 : [l’éclipsé stellaire] correspondait à une occultation non pas par un petit corps compact mais par une atmosphère diffuse étendue, large d’au moins quelques centaines de kilomètres, et caractéristique de la chevelure d’une comète

73En revanche, lorsqu’il y a suspension, Ρ se voit assortie parfois d’un argument qui la replace dans son contexte scientifique qui est généralement affecté d’un indice d’instabilité :

13 : les astronomes français tiendraient-ils une nouvelle confirmation de l’existence de planètes autour de Beta Pictoris ?
15 : une promesse de progression prochaine dans l’exploration de ce vieux mystère que recèlent ces objets

74Dans les autres cas, la suspension de Ρ n’est pas justifiée :

18 : la nouvelle est à prendre avec prudence […]
29 : à suivre
32 : possibilité la plus séduisante […]

75L’interprétation la plus exhaustive et la moins sujette à déviance est assurée en toutes circonstances par R en situation d’amateur (éclairé). L’explicitation, mais peut-être surtout les ellipses, instituent une connivence entre X et R et peuvent être l’indice du tracé de la limité sectale dont nous avons précédemment fait état. Cette limite tendra à exclure le néophyte, sans le priver toutefois de l’accès au sens. En effet, le néophyte se voit exclu, mais sur l’accessoire (l’énoncé de circonstances annexes intervenant comme justification dans l’argumentation). C’est également sur l’accessoire que X et R se rencontrent. Cette connivence s’opère donc sur des zones marginales, et l’on peut se demander dans quelle mesure ce phénomène ne pourrait pas être le point de fixation d’une sorte d’hédonisme communautaire : montrer à l’autre (R), par des signes discrets, qu’on (X) le reconnaît versus reconnaître à des signes discrets que l’autre (X) vous (R) a reconnu. Ce jeu de cache-cache laisse le néophyte dans l’ombre, sans réellement lui rendre perceptible sa non-appartenance à la communauté discursive.

76L’appréciation est ainsi le lieu et l’enjeu d’une activité multiple de la part de X. À la fois dirigée vers Y et R, elle permet une double mise à distance : de Y, quel qu’il soit, et de R néophyte. Elle pose X en instance suprême, à la fois relateur de la parole de Y et juge de cette parole. Vis-à-vis de R, elle recouvre une valeur indexicale et opère comme signal communautaire de reconnaissance.

77Relativement au lecteur, X se positionne d’une certaine manière dans une relation d’homologie avec la Pythie delphique, dans la mesure où il rapporte une parole inaccessible autrement : R ne possède pas, sauf s’il est initié luimême, de trace du discours source de Y. X prend soin de maintenir Y dans une distance qui fait de lui (X) bien plus qu’un compilateur, un interprète du savoir spécialisé. La distance dans laquelle Y est maintenu a pour corollaire celle où R est lui aussi maintenu par rapport à Y. L’accès au savoir passe nécessairement par celui à la parole de Y. Cet accès est, par définition, réservé. Nous entendons par là :

  • que la fonction de compilateur qu’occupe X lui donne accès à des documents et des discours sources dispersés dans la communauté, mais aussi dispersés géographiquement. En cela, X concentre des flux discursifs, autrement épars. R ne peut avoir accès à ces sources, sauf s’il est initié, c’est-à-dire s’il appartient à la communauté discursive, et occupe à l’intérieur de cette communauté une position qui lui rende accessibles ces flux, malgré leur dispersion ;
  • que la négociation du savoir passe par des réseaux de diffusion au sein desquels la position qu’occupe X répond à une fonctionnalité économique. Économique parce que la gestion de ces flux est institutionnellement régulée (conférences, revues, ouvrages…) et que cette régulation obéit à et opère selon une économie de la transmission. X, dans ce processus, est une instance de transformation. X opère une transformation-reformulation d’un matériau qui s’articule en input du processus. La mise au format dans le cadre d’une rubrique impose cette activité, la structuration en output de l’information nécessitant une homogénéisation des données. Cette économie de la transformation n’obéit donc pas, en première instance, à des critères identiques à ceux de la vulgarisation scientifique pour qui la transformation répond, en principe, à une exigence de lisibilité de l’information, donc de simplification des contenus conceptuels. Pour la conception de la rubrique des nouvelles brèves, la contrainte formelle est au moins aussi prégnante que celle de la lisibilité. X occupe donc une position carrefour dans le processus : agent de la transformation, il est prédisposé par sa fonction à un accès sinon privilégié, du moins institutionnalisé, à l’information en amont ;
  • que X est supposé compétent pour traiter tout matériau venant d’amont : il se positionne comme figure savante. Il est celui qui sait, celui pour qui la formulation spécialisée est en principe intelligible. Tout comme la Pythie, il sait interpréter la parole « d’en haut ». Il dispose d’un accès privilégié au sens, accès qui opère comme garantie de fiabilité et qui est susceptible de tenir éloigné tout lecteur non averti. À cet égard, X marque l’étendue de ses compétences, ne seraitce que par l’usage qu’il fait de l’appréciation. Par une logique que la rubrique des nouvelles brèves, entre autres, autorise, l’accès au sens ouvre celui au jugement. X impose par là son autorité : il est titulaire d’un méta-savoir et donne droit de cité à P. Implicitement le lecteur sera tenté d’attribuer à ce doublet « savoir-appréciation » la sélection du matériau instancié dans la rubrique. À la fonction de transformation s’ajoute une fonction de régulation : le discours de Y se voit soumis à un principe de discrimination qui retiendra certaines observations et certains P, et en écartera d’autres.

78En se faisant juge (et non plus simplement compilateur) X déplace le centre de gravité statutaire de son activité, donc de la rubrique dont il a la charge. Il cesse d’investir une fonction de translation (rapporter) pour s’orienter vers une activité qui n’est pas sans présenter une relation avec le débat scientifique.

79Appréciant Ρ, X se pose non plus en rédacteur d’une rubrique de nouvelles brèves, mais en contradicteur de Y. Ainsi dans ce genre discursif, régi pourtant par une règle stricte d’économie tendant à limiter l’intervention de X, dès que celle-ci est susceptible de se comptabiliser en surplus de signes, s’instaure une zone d’instabilité fonctionnelle. Il s’ensuit un dédoublement des paramètres qui régissent la prédication : X apparaît comme relateur/débatteur ; la prédication comme exposition/argumentation ; le genre discursif comme lieu d’exposition/tribune. Ce dédoublement des fonctions ne s’opère pas de manière statutaire (en principe, une rubrique de nouvelles brèves n’est pas, dans les représentations qu’en a R, le lieu d’un débat…), mais en marge du fonctionnement imparti à la prédication. Il s’ensuit une structuration qui opère un décollement entre les données statutaires et leurs correspondants effectifs.

80Cette place de X lui permet de sélectionner les nouvelles constituant la rubrique, selon des critères qui ne tiennent pas tous à la validité avérée de P, mais en référence à des données plus labiles, comme les phénomènes de mode, l’intérêt de la recherche ou de l’observation pour la communauté, son rattachement aux débats qui traversent cette communauté, son articulation sur des problématiques théoriques, des hypothèses. De ce fait X, dans son activité de compilation et de transformation, donne simultanément à savoir ( :il expose les développements de la recherche) et à juger (via l’appréciation qu’il prend en charge, il convie R à se faire une opinion, un jugement). La fonction pragmatique de sa prédication est autant de faire-savoir que de faire-adhérer. Dans ce cadre R est-il un lecteur captif, dispose-t-il d’éléments qui lui permettent d’opérer une distanciation ? Les zones d’incertitude sur le lieu d’énonciation de l’appréciation (X, Y ?) sont nombreuses, que l’on se situe dans le cadre d’appréciations positives ou de mises à distance. R ne possède pas, à lire X, les éléments nécessaires pour lui permettre d’assigner sans ambiguïté un énonciateur source à l’appréciation, donc de faire le partage entre ce qui est imparti à X et ce qui revient à Y. Son jugement est largement tributaire des contenus (informatifs et appréciatifs) véhiculés par le discours de X. Dans ces circonstances R est captif de l’appréciation que X portera sur P

1.3.2 Valeur énonciative de l’appréciation : apprécier, pour qui ?

81La configuration qu’esquisse le positionnement de X, à la fois relateur-compilateur et appréciateur de Ρ laisse entrevoir une perspective non encodée dans le genre d’interlocution et dont l’émergence semble appartenir au domaine de l’aléatoire : l’appréciation guiderait R vers Y, mais également (et surtout ?) vers X.

82Une telle hypothèse, dont la vérification à partir d’observations sur le corpus, reste problématique, n’est pas dépourvue pour autant de crédibilité. X est un centre informatif pour R, c’est-à-dire un (le) lieu de convergence de discours épars géographiquement et tenus dans des langues variées. X est un centre appréciatif qui assigne une validité à Ρ en confirmant celle que Y lui applique, ou bien qui la suspend. En cela, X constitue un point d’ancrage de la demande d’information de R et de la confiance que celui-ci investit dans sa relation à X. En effet, X apparaît dans son discours comme une instance dont la prédication ne sera pas remise en cause. D’abord parce qu’il s’assigne officiellement le rôle de relateur-compilateur, ensuite parce qu’il est auteur d’appréciations sur le discours de Y, et qu’il est donc supposé le « dominer » : il prend en charge officieusement cette adéquation à la réalité. Ne disposant pas d’un accès équivalent à l’information, R n’est pas en mesure de contredire X sur ses propres appréciations. X devient pour R un émetteur non plus second génétiquement (ne tenant pas un discours source), mais premier sur le plan aléthique (tenant le discours définitif, celui qui sanctionne la vérité de P). L’appréciation est un vecteur qui assure à X sa position de centre attracteur. C’est vers lui que la confiance de R se tournera, ou, en d’autres termes, la prédication de X véhiculera pour R un indice de vérité supérieur à celle de Y.

  • 11 Les procédures de vulgarisation, comme mécanismes institutionnalisés permettent une circulation de (...)

83Si R est un néophyte, c’est-à-dire s’il ne dispose pas d’un savoir préalable, on peut dire que sa position le rend particulièrement dépendant de la prédication de X. Si R est un amateur (éclairé) la question peut se poser en des termes différents : selon le degré de connaissance dont R disposera, ou selon la position qu’il occupera au sein de la communauté discursive, il lui sera possible de mettre à distance la prédication de X. Celui-ci n’occupera plus une position de centre au même titre que celle que nous avons décrite précédemment. Un lecteur néophyte est une garantie de préservation pour X, mais également pour la communauté discursive qui voit sa frontière confirmée et par là le partage nécessaire à toute communauté entre son intérieur et un extérieur. Plus ce partage est visible, stable et rigide, meilleure est l’identification de la communauté et sa régulation interne. En revanche, si la frontière est poreuse, des flux circulent entre l’intérieur et l’extérieur avec un risque pour l’identification du groupe11. De ce fait, l’instanciation de R par un amateur (éclairé) ne constitue pas nécessairement une garantie de préservation du statut officieux de X. Un amateur (éclairé) est susceptible de mettre en défaut la centralité que l’appréciation confère au discours de X. N’oublions pas qu’un amateur peut néanmoins être un scientifique, ainsi que le confirme la notice sur D. Levy :

41 : Astronome amateur, écrivain scientifique et grand chasseur de comètes, David Levy a réussi un coup de maître en découvrant, avec les époux Shoemaker, le bolide qui porte leur nom.
(Ciel et Espace, janvier 1994)

84La position occupée par R relativement à la communauté discursive influe, de manière indirecte, sur la configuration de celle-ci. Toutefois, à la différence de ce que nous avons observé précédemment, le positionnement de R n’est pas l’enjeu d’une mobilité de la frontière entre la communauté et son extérieur. Ici, c’est la stabilité de l’espace intérieur à la frontière qui est mise en cause. X risque de ne pas se voir confirmé dans sa fonction absolue de centre. La déstabilisation ne peut venir que de l’intérieur et ce suivant une logique exponentielle : plus R est « éclairé », donc situé à proximité du centre de la communauté, plus X peut voir la validité de sa prédication contestée, et par voie de conséquence, sa position remise en cause. La configuration locutoire qui s’instaure entre X et R peut s’énoncer en termes de conflits de centralité. La distance qui sépare R du centre de la communauté constitué par les « spécialistes », est directement proportionnelle à l’indice de stabilité de X pour R comme centre informatif, appréciatif et locutoire : plus cette distance est élevée, plus l’indice de stabilité de X est élevé. Si, comme X l’indique dans sa prédication, le discours de la communauté scientifique des astronomes/astrophysiciens est traversé de débats, d’oppositions théoriques et de rectifications :

10 : Un résultat en contradiction avec les mesures du télescope spatial effectuées il y a trois ans qui indiquaient, elles, une composition dominée par la glace.
13 : à quand la preuve irréfutable
31 : un argument de plus en faveur du « big crunch » et d’une recontraction fatale du cosmos
42 : reste que ce chiffre repose sur une modélisation de la « sensibilité » des glaciers au climat et se trouve donc entaché d’une incertitude de l’ordre de 0,2°C

85X est une instance qui prend position soit en produisant et/ou assumant la validité de P, soit en la suspendant. Si R, en tant qu’amateur (éclairé), dispose d’un capital de connaissances et d’informations suffisant pour assumer à son tour une position théorique autonomisée, deux réactions divergentes sont à attendre : la confirmation de l’appréciation de Ρ par X versus son invalidation. Le principe régulateur du processus sera l’adéquation de la position théorique de R à celle de X.

86Ainsi X ne dispose pas d’un statut plein, accompli, car R est investi de sa fonction de lecteur, quel que soit son positionnement au sein ou à l’extérieur de la communauté, et se maintient sur ses limites : il ne déborde pas sa fonction et ne se laisse pas déborder par elle. Et Y, pareillement, appartient au centre de la communauté : il est montré comme tel par le discours de X, qui est fonctionnellement un discours ostensif. Son appartenance à ce centre, sa qualité implicite de spécialiste n’est jamais remise en cause.

87Le vecteur de cette non-stabilisation de la position de X est l’appréciation. Paradoxalement peut-être, c’est aussi l’appréciation qui, en tant qu’elle hypothèque l’accomplissement de rôles locutoires, assure la pérennité de X dans sa fonction. Elle permet à X de sortir de sa fonction statutaire (ne pas être un simple « rapporteur »). Toutefois, la structuration de l’interlocution, et la marge d’instabilité qu’elle autorise pour la prédication (par exemple contenir une composante appréciative dont l’assignation reviendra en dernière instance à X), interdit que ces rôles-relais soient assumés pleinement. D’une part, X est contraint par la rhétorique du genre, mais aussi par des considérations extra-linguistiques, d’ordre éditorial notamment, d’instiller dans sa prédication une proportion d’appréciation qui singularise celle-ci, l’autonomise et renforce l’idée que R peut se faire de la crédibilité de la rubrique. D’autre part, sa fonction prométhéenne ne semble assumée que pour ce qui est du ravissement partiel de l’appréciation à Y, sans risque majeur pour la stabilité du statut de X.

***

88L’appréciation est ainsi l’agent d’un positionnement multiple de X, ce qui n’est pas sans incidence pour la structuration de la communauté discursive.

89La prédication de X est déstabilisante pour la communauté discursive vis-àvis de R qui, s’il ne se voit jamais contesté dans son statut de lecteur, est néanmoins une instance aux contours susceptibles d’investissements différentiels.

90Pareillement, Y, dont la position centrale n’est pas contestée, se voit « excentré » relativement à un nouveau centre (locutoire et aléthique) : X dans sa capacité à valider P. La prédication de X est déstabilisante en ce qu’elle ôte à des instances constitutives de l’interlocution (R) et de la communauté discursive (Y) leur stabilité gravitationnelle (ce qui en aucun cas ne signifie qu’elle les destitue de leur position). Toutefois, on peut se demander dans quelle mesure cette mise en mouvement topographique, n’est pas une condition constitutive de l’interlocution, compte tenu de la conjonction de deux facteurs :

  • l’établissement d’une rubrique-compilation comme le sont les brèves d’Astroflashes, dont la structuration locutoire est celle du discours rapporté où seul Y est identifié par sa position dans la communauté ;
  • la transmission des connaissances dans une configuration désenclavée et concernant une communauté structurée en « spécialistes » et amateurs (éclairés), sans oublier à l’extérieur le néophyte.
  • 12 Auquel cas il conviendrait d’en prévoir une troisième pour d’éventuels spécialistes, et peut-être (...)

91X ne produit pas deux prédications distinctes (à l’instar de ce que l’on peut rencontrer dans les ouvrages d’H. Reeves), l’une destinée aux néophytes, l’autre aux amateurs (éclairés)12. X tient une prédication dont le destinataire n’est pas explicitement spécifié. Pour cette raison elle est matricielle. Sous une forme unique, elle véhicule des schémas identificatoires qui confirmeront à R la représentation qu’il se fait de son statut, et de son positionnement dans la communauté.

92Dans ces circonstances, l’appréciation fonctionne comme le vecteur (pour X) et le lieu (pour R) de connivence du connu (si R est un amateur (éclairé)) ou de monstration de l’inconnu (dans le cas où R est un néophyte) :

  • vecteur, car elle est instanciée par X. Elle est un des ressorts de sa prédication, notamment celui qui lui permet de se positionner relativement à Y et à R ;
  • lieu, car les traces de l’appréciation seront décodées différentiellement par R. Elles pourront être perçues comme la confirmation implicite d’une compétence reconnue, donc d’une appartenance de plein droit à la communauté. C’est le cas où R est un amateur (éclairé). L’appréciation institue entre X et R une connivence axée sur la reconnaissance par R du présupposé qui accompagne l’énonciation de cette appréciation. Lorsque X affirme que telle preuve est convaincante, que tel cliché est d’une résolution excellente, que tel indicateur est bien connu, il présuppose que R admettra la validité de son jugement mais également qu’il raccordera – plus ou moins – les contenus véhiculés par l’appréciation à un savoir préétabli. Si R est un néophyte, l’appréciation lui montrera ce que devrait être pour lui ce savoir prérequis, et que pour l’heure il ne possède pas, ou de manière moindre que l’amateur (éclairé). L’appréciation montrant l’inconnu, elle montre aussi ce qui est à connaître. En cela, elle constitue une composante didactique de la prédication de X.

93Une communauté discursive telle que celle de l’astronomie peut se définir dans un jeu de déplacements et de centrages. L’efficacité des schémas représentationnels mis en place par X est assurée par le positionnement de X lui-même et surtout par le jeu qu’il instaure sur les limites de son déplacement. Il opère un décentrage de la communauté et fait passer sa frontière externe de manière instable en deçà ou au-delà de R. Pour ce faire, il investit des rôles qui ne lui sont pas en principe impartis. L’efficacité locutoire de X provient du fait que ce dernier ne les assume pas pleinement : il évite ainsi un enfermement qui pourrait être destructeur (pour sa crédibilité), mais surtout, il s’abstient par là même d’une remise en cause radicale des instances qu’il prend pour objet (en l’occurrence Y).

94Cette déstabilisation est elle-même régulée : elle doit capter R tout en préservant Y, elle alimente l’économie des rôles au sein la communauté en ce qu’elle permet à X de s’adresser à R de manière stable et récurrente tout en lui montrant Y comme producteur premier de savoir, car R ne sera jamais qu’un producteur d’observations décrites, non de savoirs.

2 L’énonciateur dans les ouvrages pour la jeunesse : médiateur ou intercesseur ?*

  • * Ce développement a été rédigé par Monique Brasquet-Loubeyre, professeur certifié, Paris.

95Si, quittant les abords immédiats de la communauté discursive des sciences astronomiques, on explore l’ensemble des flux textuels de diffusion vers l’extérieur de celle-ci, on peut être tenté de pousser l’exploration jusqu’à d’autres confins, ceux des textes produits pour les destinataires les plus éloignés du discours de la communauté source : les lectorats « jeunes », éloignés pour des raisons comme leur absence de compétence dans le domaine et leur jeune âge. Ces textes sont réunis sous l’étiquette marchande « pour la jeunesse ». Les textes proposés aux jeunes sont très divers et nous avons donc choisi, après de premiers sondages incluant des périodiques scientifiques, de recentrer notre sélection sur un ensemble homogène de dix ouvrages choisis sur les étagères des librairies au rayon « jeunesse » et de parution récente (entre 1990 et 1995). Ces ouvrages, contrairement aux magazines, pourraient avoir pour fonction de constituer une référence durable de savoirs, par leur support même (souvent luxueusement broché et illustré), mais également par leur contenu, organisé de façon didactique en parties et sous-parties hiérarchisées. Il est ainsi proposé une sélection de savoirs considérés par les auteurs comme une base indispensable pour une initiation du jeune destinataire qu’ils se sont donnés (ou que l’éditeur leur a proposé).

96Par souci d’homogénéité, nous avons écarté de l’analyse les ouvrages spécialisés dans le savoir-faire (fabrication d’instruments d’observation) et le savoir-voir (observation du ciel), tout comme les ouvrages traitant exclusivement ou trop largement de la conquête du ciel, au détriment de thématiques relatives à l’explication de l’univers. De plus, il ne nous a pas été possible de ne retenir que les ouvrages de langue française, car les traductions ou « adaptations » de l’anglais ou Γ anglo-américain représentent une part très importante des livres offerts à la vente (la liste des ouvrages retenus figure en fin de chapitre).

97Π faut immédiatement relever que ce destinataire-récepteur (que nous désignerons désormais par R) présente, malgré la désignation globale de « jeunesse », de grandes disparités : son âge (rarement mentionné en quatrième de couverture) va de 8/10 ans à un âge indéterminé, puisqu’il est difficile d’établir une limite entre le jeune initié (membre d’un club d’astronomie par exemple) et l’adulte néophyte. Ses acquis peuvent donc être très variables : ils sont le produit des capacités cognitives de son âge, de sa formation générale, de son « caractère » (plus ou moins curieux et désireux de comprendre le monde qui l’entoure), de son environnement culturel et, en particulier, médiatique, en bref, de son expérience propre.

98De plus, les ouvrages qui lui sont proposés étant des « marchandises » (Beacco 1992), le public R s’élargit à la catégorie des acheteurs potentiels que sont les adultes eux-mêmes : ceux-ci sont porteurs d’une représentation qui leur est propre, du domaine de l’astronomie, mais aussi des attentes des jeunes pour qui ils achètent ces ouvrages.

2.1 Variations des positions énonciatives des scripteurs

2.1.1 Premières hypothèses

99Que ce soit d’un point de vue textuel ou iconographique, deux de ces ouvrages apparaissent d’emblée très différents : L’Univers, publié dans la collection « Encyclopédie de la jeunesse » (Larousse), et Soleil, de H. Reeves, acteur du domaine bien connu du grand public, qui relate « à deux voix » l’expérience pluridisciplinaire conduite par lui et deux professeurs, pendant deux ans, avec un groupe d’enfants de 11 à 14 ans, dans un CES d’une banlieue parisienne. Nous avons comparé les positions énonciatives présentes dans ces deux ouvrages : position de l’auteur énonciateur (X) par rapport à la communauté scientifique (Y) d’une part, et position de l’auteur par rapport au public ciblé (R), d’autre part.

100Certains traits s’avèrent communs à Soleil et à L’Univers :

  • un effacement de l’origine énonciative, d’usage lorsqu’on parle d’un savoir accumulé et admis, en particulier dans les ouvrages de vulgarisation de type encyclopédique. Ainsi le on réfère presque toujours à Y, en particulier comme sujet des verbes qui traduisent les activités des chercheurs (observer, désigner, appeler, classer, évaluer, etc.) ou dans des assertions portant sur des résultats qui ont acquis un statut consensuel : on sait aujourd’hui que… (modalité épistémique) ;
  • de nombreuses occurrences de nous (et des possessifs notre et nos) associent

101X et R dans leur appartenance commune au groupe des terriens, humains ou observateurs du ciel :

Le Soleil nous apparaît dans le ciel comme un disque aveuglant. (L’Univers, p. 21)
Les saisons, le jour et la nuit, nous viennent de très loin. (Soleil, p. 41)

102Mis à part ces points communs énonciatifs, de grandes différences sont notables en ce qui concerne les positions de X par rapport à la communauté scientifique Y, ainsi que par rapport aux destinataires du discours R. En premier lieu, dans le discours de Soleil, la présence du je est manifeste. Elle est renforcée par la signature de X en fin de postface, par plusieurs mentions de son nom (dans des polices variées) ainsi que par plusieurs portraits de l’auteur (des dessins et une photographie) :

Personnellement, je l’aurais plutôt nommé le « bouquet d’anémones » (p. 12)
Pour moi-même, j’imaginerais plutôt une sorte de dragon cosmique (p. 19)
La luminescence des atomes d’hydrogène dont j’ai parlé plus haut (p. 19)
Un enfant m’a posé cette question, je lui ai répondu (p. 41)

103Ce je que Reeves s’autorise à utiliser du fait de sa légitimité dans la communauté et de sa notoriété dans le monde médiatique n’apparaît, il est vrai, que dans certains secteurs du texte : dans le premier chapitre, « La naissance des étoiles », qui établit le contact avec le lecteur, puis dans celui intitulé « Pourquoi le Soleil ne tombe-t-il pas sur la Terre ? », dans lequel l’auteur répond directement à la question de son jeune public, enfin dans la postface qu’il signe.

104Ailleurs, l’énonciateur s’efface, comme il est d’usage dans un discours scientifique, pour se fondre dans le nous, marqueur de son appartenance à une communauté, celle des « astronomes d’aujourd’hui », dans l’exemple suivant :

Les astronomes d’autrefois ne pensaient pas […] ; les astronomes d’aujourd’hui ne sont pas de cet avis […] Cette conclusion nous force à penser que […] Ce que nous savons de Mercure nous incite à croire que cette planète […] (P-78-79)

105et celle des astrophysiciens, dans celui-ci :

L’analyse de ces minéraux a jeté un grand émoi dans la communauté des astrophysiciens. Elle a montré la présence d’atomes […] Ces atomes nous indiquent à leur tour […] Voilà un bel exemple des surprises que peut nous apporter l’étude des météorites, (p. 103)

  • 13 P. de la Cotardière est un spécialiste du domaine (il a été entre autres, président de la Société (...)

106Si aucune marque de distance par rapport à la communauté n’a pu être relevée dans Soleil, celles-ci sont, au contraire, assez fréquentes dans L’Univers, ouvrage collectif réalisé « avec le concours de P. de la Cotardière13 pour le texte », assisté de P. Cheminée, O. Cornu, A. Luthaud, trois (co-)auteurs dont les positions dans le domaine ne sont pas indiquées.

107Ces marques de distance sont principalement des désignations nominales qui renvoient à l’ensemble de la communauté :

Les astronomes considèrent que les quasars sont les astres les plus lointains.
Les astronomes ont cherché la raison pour laquelle les quasars émettent tant d’énergie. Ils pensent que […]

108L’Univers et Soleil s’opposent encore par leur degré respectif d’interactivité, c’est-à-dire par la distance qu’ils inscrivent dans leur discours par rapport aux destinataires. Alors que l’énonciateur de L’Univers garde beaucoup de distance vis-à-vis de R, limitant le nous à leur commune appartenance à la catégorie des humains/terriens (on a relevé dans ce gros ouvrage une seule occurrence d’un nous didactique : Supposons (p. 21)), dans Soleil, en revanche, le nous interactif est fréquent. C’est souvent celui d’une situation didactique de la sorte recréée :

Nous allons faire un grand voyage dans le système solaire. Nous allons utiliser les documents photographiques […]
(Soleil, p. 67)

109ou celui du procédé didactique qui consiste à utiliser des photos du livre comme points d’appui du discours :

Notons encore une fois les franges lumineuses […]
(Soleil, p. 21)
Le dessin des nuages vénusiens (page 73) nous renseigne sur la circulation des masses gazeuses (Soleil, p. 71)

110À examiner attentivement les références des marques personnelles, on peut mettre en évidence dans Soleil une valeur particulière de nous, inexistante dans L’Univers. Celle-ci joue sur l’homonymie du nous et la proximité de ses différentes références :

Pour avoir une vue d’ensemble, il est utile d’observer une galaxie extérieure à la nôtre. Nous n’avons que l’embarras du choix ! On aperçoit au télescope des galaxies partout. On les compte.
(Soleil, p. 11)

111Ici, nous réfère de toute évidence à la communauté Y dans laquelle X s’inclut. C’est le nous = XY. Et, plus loin, dans cet extrait qui se développe sur trois paragraphes :

Voici Messier 81 (page 10), dans la Grande Ourse. Somptueuse et gracieuse, elle nous apparaît comme la grande roue d’un feu d’artifice cosmique.
C’est une représentation classique de la classe des galaxies spirales […] On peut croire qu’elle nous fait face ; en fait, son plan est passablement incliné par rapport à la ligne de visée. C’est pourquoi elle nous paraît allongée dans le sens horizontal.
Une observation attentive montre que nous avons ici une spirale double.

112Les deux premiers nous s’inscrivant dans la situation de communication didactique (observation de l’image de la page 10), ils ont pour référence XR. Le troisième est plus ambigu, car cette proposition s’interprète par rapport à l’inclinaison du plan de la galaxie par rapport à la ligne de visée de la photographie, ce qui paraît relever de la compétence de R à un degré moindre. Il est en revanche clair que le dernier nous a pour référence XY, « l’observation attentive », la constatation qui suit ne pouvant pas être faite par R à partir de cette photographie, mais par les chercheurs du domaine (dont X), sur leurs lieux de travail.

113Il y a donc glissement de la référence du nous : de XR (dans l’interaction), à XY, de telle sorte que R semble invité à participer à l’activité scientifique, dans le domaine particulier qu’est l’observation.

114Si on examine une autre séquence dans laquelle Reeves expose le résultat des recherches des astronomes (la découverte des amas qui donnent naissance aux étoiles), on constate qu’il rapproche Y et R, dans leur situation respective d’observateurs (pour X à l’œil nu et sur l’image du livre, page 13), comme si les observations de X pouvaient être comparables à celles de Y :

Un nuage beaucoup plus petit a donné naissance aux Pléiades, il y a quelques trente millions d’années. Les sept étoiles principales sont visibles à l’œil nu. […] Autour des plus brillantes, des nébuleuses de réflexion nous signalent la présence de nuées de poussières interstellaires (comme dans l’anémone bleue de la page 13).

115On a alors affaire à une stratégie de l’énonciateur tendant à rapprocher le public du monde de la science, volonté que l’on retrouve dans les déclarations de Reeves lui-même : dans la postface de Soleil, à propos de sa rencontre avec un des deux professeurs co-auteurs du livre, il écrit :

Elle s’inscrivait très bien dans le cadre d’un ensemble de préoccupations qui étaient miennes depuis un certain temps, à savoir le contact et les échanges entre l’homme et l’univers.

116et, un peu plus loin, il regrette « l’antique dialogue entre l’être humain et l’univers ».

117Se pose alors la question ordinaire de l’interprétation de ces différences : dans ces deux textes que sont l’ouvrage de Reeves (Soleil) et l’encyclopédie Larousse Jeunesse (L’Univers), faut-il attribuer les différences de positions énonciatives de X par rapport à son destinataire et à la communauté scientifique à la seule personnalité de Reeves, à la différence de position des auteurs dans le domaine, au prestige de l’homme médiatique, ou à la différence des genres éditoriaux, tels que les auteurs se les représentent ?

2.1.2 Variations selon les positions institutionnelles

118Pour savoir si cette position énonciative constitue chez Reeves une stratégie discursive individuelle (même inconsciente) liée à ses « préoccupations » (auxquelles il fait allusion dans la postface) ou si elle est spécifique de sa position dans le domaine, il est indispensable d’examiner ce qu’il en est dans d’autres ouvrages, dont les auteurs sont précisément des acteurs légitimes du domaine (on peut avancer qu’ils se trouvent « en position haute »), et qui ne sont pas connus du grand public et n’affichent pas de préoccupations particulières quant à la diffusion de la science. Il s’agit de Plus haut, plus loin de J.-P. Verdet, astronome à l’Observatoire de Paris, de Regards sur l’espace de J. Lilensten, chargé de recherche au CNRS, membre de l’Observatoire de Grenoble, de Des planètes aux galaxies de C. de Bergh, directeur de recherche au CNRS et de Le Ciel et l’espace de P. Kohler, chercheur au CNRS et astronome à l’Observatoire de Meudon.

119Dans Plus haut, plus loin, une simulation de vol spatial structure l’ouvrage et lui sert de dorsale. Cette situation fictive rend l’occurrence du nous fréquente et sa référence souvent ambiguë, car il peut référer soit à XR (scripteur et lecteur à la fois) soit à XY (scripteur et communauté scientifique).

120L’auteur invite son lecteur à une promenade dans l’espace :

Maintenant, nous sommes au-dessus de l’atmosphère, (p. 11)
Nous entrons dans le domaine des grosses planètes (p. 27)
Nous arrivons aux confins du système solaire (p. 33)

121Il poursuit ainsi :

L’Univers n’est pas peuplé que d’étoiles. S’y promènent aussi de grands nuages de gaz et de poussières. Les uns sont sombres et nous cachent un coin de l’Univers, (p. 39)

122séquence dans laquelle nous glisse vers une référence à la communauté scientifique, ainsi que permettent de le penser les deux propositions qui précèdent.

123À cette ambiguïté de référence du nous, s’ajoute celle de la double référence du on qui, ici encore, du fait de la situation interactive créée par la simulation de voyage interstellaire, peut prendre aussi bien la valeur de XR que celle de XY :

Mais les galaxies aussi aiment à vivre en groupes et, aussi loin qu’on aille, on découvre que l’immensité du ciel est peuplée de […] (p. 44)

124Cet emploi du nous et du on qui ont peut-être une même référence (XR ou XY) n’a-t-il pas pour effet, ici encore, de rapprocher symboliquement le scripteur et le lecteur ?

125Par ailleurs, il n’est jamais marqué de distance entre X et Y, si ce n’est dans la dernière phrase de la dernière page :

Autant d’énigmes que les astronomes cherchent à déchiffrer.

126dans laquelle ce terme ne peut être interprété comme une marque de distance, mais plutôt comme un recentrage sur la discipline.

127Dans Regards sur l’espace, hormis dans la page d’introduction explicitement adressée à R, nous est peu employé, pas même dans la situation d’observation des photographies de l’ouvrage ; et c’est toujours on qui est utilisé comme sujet, soit pour représenter Y seul, comme dans tous les ouvrages de ce corpus, soit pour référer à XR, en synonymie avec nous (on voit, on distingue…). C’est par cette double référence fréquente du nous que s’établirait dans cet ouvrage le rapprochement entre Y et R.

128Mais on note aussi, parmi les nous de référence habituelle (terriens, humains), un exemple de glissement référentiel d’un nous qui de XR assume la valeur de XY, et que nous noterons désormais (XY (R)) :

Le Soleil est l’étoile autour de laquelle nous tournons. Nous ne pouvons voir les autres planètes du système solaire que parce que le Soleil les éclaire et nous sommes actuellement incapables de distinguer des planètes tournant autour d’autres étoiles (p. 22)

129Le premier nous réfère sans ambiguïté à XR, le deuxième est déjà plus flou, mais le dernier ne peut que référer à la communauté scientifique à laquelle R se trouve ainsi associé.

130Nous ajouterons enfin qu’aucune marque de distance de X par rapport à Y n’a pu être relevée dans cet ouvrage.

131Dans Des planètes…, en revanche, on trouve dans le texte principal, de nombreuses occurrences (16 au total) du syntagme les astronomes, que l’on pourrait considérer comme une marque de distance de X à l’égard de la communauté scientifique :

Maintenant que les astronomes disposent d’instruments permettant de […] (p. 56)
Les astronomes ne peuvent qu’interpréter les données de l’observation (p. 17)
Pour observer tout le rayonnement des astres, les astronomes se heurtent à deux problèmes (p. 19)
Les astronomes pensent que le noyau des comètes est un bloc de roches (p. 46)

  • 14 Les différentes spécialités sont mentionnées au fil de l’ouvrage : physiciens, astrophysiciens, ra (...)

132Mais, compte tenu de la systématicité de cet emploi, on considérera que l’énonciateur choisit de s’effacer derrière la communauté scientifique, dans la mesure où il expose des faits admis par tous. À moins que ces marques ne manifestent qu’une distinction entre les spécialités, l’un des auteurs étant astronome, l’autre astrophysicien.14

133Dans les textes complémentaires (7 occurrences relevées), ce syntagme ne se rencontre que dans un développement historique ou épistémologique, ce qui ne peut être considéré comme une marque de distance :

La mesure des ombres sur la Lune permet à Galilée de déterminer la hauteur des montagnes lunaires. Enfin, les astronomes pouvaient isoler un élément de l’image d’un astre […] (p. 17)

134Ce qui, en revanche, marque souvent l’appartenance de X à la communauté, c’est tout d’abord le nous d’inclusion (= XY) :

À ces distances, nous voyons des astres étranges et incroyablement lumineux, les quasars, tels qu’ils étaient il y a 10 milliards d’années. Notre voyage dans l’espace est aussi un voyage dans le temps.

135mais c’est aussi le nous qui, comme chez les autres énonciateurs en position haute, joue sur l’homonymie du terme et l’ambiguïté des références, pour associer R à Y :

Ce faisceau de lumière […] est l’unique message que nous envoient les astres. C’est de lui seul qu’il nous faudra tout apprendre de l’univers, (p. 17)

136En effet, si les astres nous envoient des messages, à nous, terriens, seuls sont capables de les interpréter les membres de la communauté Y. Il y a glissement de référence des nous de XR à XY dans la même phrase, ce qui rapproche ainsi R de Y.

137Il en va de même dans les énoncés suivants :

Si l’atmosphère terrestre ne laisse venir à nous qu’une très faible portion de ces radiations., les avions, les fusées et les satellites nous permettent de les observer.
Aussi loin que nous regardons dans l’espace, nous rencontrons des étoiles […] (p. 80).

138Dans le premier, s’opère un glissement de la référence XR à la référence XY, et, dans le second, se fait jour une ambiguïté de référence entre XR et XY, qui établit, dans les deux cas, une relation de proximité entre Y et R.

139À côté de ces exemples de nous = XY (R), se rencontrent également des marques inscrites dans le lexique même où R, observateur potentiel ou effectif, peut se trouver explicitement associé à la communauté Y :

Comprendre la vie des étoiles serait une entreprise quasi désespérée si toutes les étoiles que nous observons avaient le même âge. Nous voyons des étoiles vieilles et des étoiles jeunes ; ainsi observateurs et théoriciens peuvent tenter d’assembler patiemment les éléments de ce puzzle monumental : la vie des étoiles, (p. 59)

140Dans Le Ciel et l’espace enfin, on réfère généralement à Y par un on. Il est quelques cas cependant où X s’inclut dans la communauté par nous et où, par la multiplicité des références de nous dans un espace rapproché, il établit une proximité entre R et Y, comme dans cet exemple :

Plus on porte loin dans l’espace, plus on remonte loin dans le temps, puisque le messager qui nous apporte ces informations, ne voyage pas à une vitesse infinie. Les quasars nous rapprochent du même coup de l’instant originel. Nous découvrons ces astres tels qu’ils étaient […]. Les quasars, tels qu’ils nous apparaissent, ne sont donc en fait […] Peut-être notre propre galaxie fut-elle, à l’origine, un quasar, (p. 37)

141Par ailleurs, on ne relève que de rares désignations nominales qui pourraient être interprétées comme instaurant de la distance par rapport à Y, bien qu’un examen attentif de ces cas atténue un tel effet de distance. On relève deux occurrences, devant une définition, avec valeur d’agent de l’activité métalinguistique, comme :

Ce que les astronomes appellent la ceinture d’astéroïdes

142deux autres, en fonction de complément, où il aurait été difficile d’employer un nous, comme :

Le plus fabuleux instrument jamais construit par les astronomes.

143et les astrophysiciens (une seule occurrence), qui ne sert peut-être qu’à distinguer cette spécialité de celle des astronomes, l’énonciateur étant lui-même astronome.

144Il ressort de l’analyse de ces quatre ouvrages, dont les auteurs sont des membres légitimes de la communauté Y, des caractéristiques communes, à savoir :

  • on relève peu de traces de distance par rapport à la communauté Y ;
  • la communauté Y est souvent représentée par nous, à côté du on habituellement utilisé à cette fin ;
  • on note une tendance plus ou moins marquée à rapprocher R de Y, en particulier par l’emploi d’un nous = XY (R) que nous avons d’abord repéré dans Soleil.

145Afin de vérifier si ces traits sont caractéristiques des énonciateurs lorsqu’ils sont acteurs du domaine, nous avons procédé à quelques sondages rapides dans les ouvrages où les auteurs ne sont pas mentionnés comme tels (et dont on peut légitimement penser qu’ils ne sont pas acteurs du domaine) et qui ne sont pas des encyclopédies, car les contraintes du genre pourraient fausser l’observation.

146Dans L’Espace, une seule occurrence (les astronomes) démarque X de la communauté Y. Il est vrai que dans le texte principal, très réduit, il n’est guère fait allusion aux activités du domaine, si ce n’est, comme ici, quand on évoque naïvement des instruments qui travailleraient pour XR :

De nos jours, nous disposons de télescopes contrôlés par ordinateurs : ces télescopes […] enregistrent pour nous ce qu’ils voient.

147Mais aucun des nous, la marque personnelle la plus fréquente (avec les possessifs habituels : notre planète, notre système solaire etc.), n’a jamais ni la référence XY, ni a fortiori la valeur élargie de XY (R), observée chez les énonciateurs en position « haute ».

148Dans Destination Univers, dont le nom de l’auteur est lui aussi donné sans position, X se démarque constamment de Y par les termes habituels, avec une prédilection pour les scientifiques, accompagné des déterminants variés (des, les, certains). Il parle toujours au nom de Y, actualisant la communauté par on et jamais par nous. Il s’agit encore d’un nous qui englobe X et R, non seulement dans les emplois classiques ci-dessus, mais dans une situation fictive de voyage (en voyageant dans l’espace, nous constatons que… Nous découvrons que…), ainsi que dans l’interaction :

Commençons avec Mercure
Rappelle-toi que tous les astres ou les planètes que nous avons visitées

149où X, se démarquant lui-même de la communauté Y, ne peut faire aucune tentative de rapprochement de R vers elle.

150En ce qui concerne L’espace et les vols spatiaux, « adaptation » d’un ouvrage anglais dont les deux auteurs sont mentionnés sans spécification de position, on constate que les marques personnelles sont rares, hormis les emplois classiques du nous = terriens. En revanche, les marques de distance par rapport à Y sont nombreuses et lexicalement variées : les astronomes, les savants, beaucoup de spécialistes et même certains experts, présent dans ce seul ouvrage. Le scripteur ne se place pas en tant qu’énonciateur, il n’assume pas son dire. S’il lui arrive (rarement) de s’inclure dans la communauté Y,

Nous ne le voyons (le quasar) que grâce à l’énergie fabuleuse qu’il dégage (p. 21)

151le destinataire R en est tenu à distance, à sa place dans ce face-à-face constitué de questions/réponses, qui est la structure même de l’ouvrage, et dans lequel c’est R qui pose les questions.

152Ainsi, dans ces trois ouvrages où l’énonciateur X n’est pas un acteur direct du domaine, on ne repère aucune trace de rapprochement de R vers Y. Ce dernier trait semblerait donc caractéristique du discours de X acteur du domaine, et l’on pourra s’interroger sur ce que sa présence peut signifier.

2.1.3 Variations selon les genres éditoriaux

153Une régularité dans le discours des scripteurs en position haute semble se dessiner dans les ouvrages de genre éditorial non défini, à savoir cette tendance à rapprocher R de la communauté Y. Il y a lieu de vérifier si cette tendance ne se retrouve pas également dans les ouvrages de genre éditorial clairement défini. Nous examinerons pour cela les ouvrages qui s’affichent, dans notre corpus, sous l’étiquette « encyclopédie » : Espace, L’Univers et Le Ciel et l’espace, et nous nous attacherons à observer si la seule des encyclopédies, Le Ciel et l’espace, dont l’auteur est chercheur au CNRS et astronome à l’Observatoire de Meudon, répond aux régularités qui sont des contraintes du genre (et parmi elles l’effacement énonciatif) ou bien si la position institutionnelle de ce scripteur modifie son inscription énonciative dans le discours.

154Comme Le Ciel et l’espace a été analysé dans le développement précédent, on se limitera à mettre en regard ses caractéristiques énonciatives avec celles que nous allons nous attacher à mettre en évidence dans les autres encyclopédies retenues dans ce corpus.

155Il faut tout d’abord remarquer que ces trois « encyclopédies » présentent de nombreuses différences tant par leur format, leur nombre de pages et la surface qu’occupe le texte principal. Le texte de Espace est éclaté en une multitude de textes secondaires, le texte principal étant aussi court, souvent même plus court que ceux-ci ; c’est tout le contraire dans Univers, où le texte principal occupe la plus grande partie de la double page (avec beaucoup moins de textes complémentaires) ainsi que dans Le Ciel et l’espace, beaucoup plus court et sans textes complémentaires, mais avec un texte d’introduction en marge, de genre plus journalistique que scientifique. Ce dernier ouvrage se singularise également par son iconographie constituée principalement de vues d’artistes, souvent naïves et destinées à un public plus jeune.

156Si l’on examine le plan énonciatif, on constate tout d’abord que je est absent de toutes les encyclopédies du corpus, ainsi que toute marque explicite de la présence du scripteur, telle que signature ou photographie. Dans Espace, Le Ciel et l’espace et L’Univers, X ne s’adresse pas directement à R dans le texte principal. Seul le titre d’une rubrique encadrée dans Espace et celui de la dernière double page dans L’Univers portent la marque explicite de sa présence (« Le saviez-vous ? »). Dans Le Ciel et l’espace, cette marque de la deuxième personne ne se rencontre que deux fois (une occurrence dans le texte événementiel et une occurrence dans le texte principal) :

Dès la nuit tombée, plantez-vous les yeux dans les étoiles, et vous n’aurez pas à attendre longtemps avant de voir […] (p. 14)
[…] qui constitue un excellent moyen de tester votre acuité visuelle, (p. 27)

157et en quatrième de couverture où l’auteur (l’éditeur ?) s’adresse au lecteur au moyen de tu :

Si tu veux en savoir plus et rêver sur le monde fascinant qui nous entoure, tu trouveras ici toutes les réponses […]

158La communauté scientifique Y est systématiquement représentée par on, quand on évoque ses activités, ses interprétations ou ses résultats. Si ce on est systématique dans Espace et dans L’Univers, il l’est moins dans Le Ciel et l’espace, où l’énonciateur, dans un développement constituant une colonne entière du texte, s’inclut dans la communauté Y par nous, et où, du fait des différentes références des nous employés en un espace si réduit, il semble y associer le destinataire :

Car, plus on porte loin dans l’espace, plus on remonte loin dans le temps puisque le messager qui nous apporte des informations, sous forme de lumière ou d’ondes radio, ne voyage pas à une vitesse infinie.
Les quasars ont ainsi permis de reculer les limites de l’Univers de façon considérable et nous rapprochent du même coup de l’instant originel, le fameux big-bang. Nous découvrons ces astres tels qu’ils étaient bien avant la formation de la Terre et du Soleil, qui n’ont même pas 5 milliards d’années d’existence !
Les quasars, tels qu’ils nous apparaissent, ne sont donc en fait que l’image fossile d’astres aujourd’hui fort différents.
Peut-être notre propre galaxie fut-elle, à l’origine, un quasar. (p. 37)

159Si les deux on initiaux réfèrent de toute évidence au groupe énonciateur/communauté scientifique (XY), les deux nous qui suivent sont plus ambigus, pouvant référer soit au groupe énonciateur/communauté (XY) soit à énonciateur/énonciataire (XR). Au contraire, le troisième nous ne peut que représenter l’énonciateur/communauté (XY), de même que le sui vant, qui clôt le texte sur la référence énonciateur/énonciataire (XR).

160D’autre part, dans les trois ouvrages considérés, X se distingue de Y par des marques lexicales, mais à des degrés différents : de façon très nette dans Espace, de façon moins systématique dans L’Univers et dans Le Ciel et l’espace. On y met en scène des scientifiques, des astronomes, des astrophysiciens, mais aussi des savants, dans Espace (p. 25) et L’Univers (p. 43) :

Pour certains savants, la Voie Lactée est une galaxie barrée. (Espace, p. 25)
Certains savants pensent que c’est la chute d’une énorme météorite qui a entraîné […] la disparition d’espèces animales […] (Univers, p. 43)

161Rien de tel dans Le Ciel et l’espace (encyclopédie dont l’auteur est un acteur du domaine) où l’emploi de ces syntagmes ne relève pas toujours de stratégies de mise à distance, soit qu’il s’agisse d’une définition établie par la communauté :

Ces « étoiles filantes », que les astronomes préfèrent appeler des météorites, ne sont pas des étoiles (p. 14)

162soit que le scripteur se place dans une perspective historique qui ne peut l’inclure :

Il existe un phénomène étonnant qui a longtemps intrigué les astronomes (p. 16)

163soit, enfin, qu’il ne se reconnaisse qu’en tant qu’astronome (ainsi qu’il est annoncé en quatrième de couverture). On ne peut alors considérer comme une marque de distance l’instance suivante :

Les astrophysiciens pensent en effet que […] (29)

164Bien que Le Ciel et l’espace présente des traits communs avec les encyclopédies Univers et Espace, on vient de relever, dans cet ouvrage, certaines occurrences dans lesquelles la position énonciative du scripteur, tant par rapport au destinataire du discours qu’à la communauté source, se différencie de celle adoptée par les deux autres scripteurs. Comme ces différences vont dans le même sens que le discours des scripteurs en position « haute » (voir 2.2), il semblerait donc que ce soit la position institutionnelle de l’énonciateur qui entraîne ces différences, ce qui signifierait que cette position transparaît malgré la conformité aux régularités discursives d’un genre éditorial.

165Le fait que, par leur discours, les scripteurs en position « haute » trahissent leur position dans le domaine n’est pas en soi très surprenant, mais il est révélateur que, par leur position énonciative, ils manifestent tous une tendance à rapprocher le lecteur de la communauté scientifique.

166N’est-ce pas précisément le désir qu’exprime Hubert Reeves dans sa déclaration d’intention de la postface de Soleil quand il déclare regretter la coupure de l’homme avec la nature et vouloir renouer le lien entre eux ?

Non seulement l’univers familier a été remplacé par un cosmos démesuré à toutes les échelles, mais on a rendu caduques les interprétations traditionnelles des événements célestes en leur substituant des explications scientifiques aussi simples et convaincantes que froides et impersonnelles […]
L’Univers ne répond plus […] (p. 119)
Notre tâche, aujourd’hui, est de renouer le dialogue, de retrouver l’ancienne alliance avec un monde enrichi de toutes les dimensions et de toutes les existences que l’astronomie nous a révélées. Il faut maintenant contempler le monde pour en percevoir l’harmonie nouvelle, pour en sentir la beauté, pour l’habiter à nouveau, (p. 120)

2.2 Les marques appréciatives

167Ces premières conclusions amènent à une seconde hypothèse, à savoir que la modalité appréciative, autre forme de présence de X dans le discours, pourrait elle aussi remplir cette fonction, en faisant ressentir à R les « émotions » que tout acteur du domaine peut ressentir : la beauté et « l’harmonie » de l’univers, ou bien le caractère « stupéfiant de l’astronomie moderne ». Dans ce cas, cette modalité devrait être plus fréquente dans le discours des énonciateurs en position haute, et cela quel que soit le genre éditorial auquel appartient l’ouvrage.

2.2.1 Fréquence

  • 15 Pour ce tableau de la fréquence des appréciatifs, il a été tenu compte de la taille du texte, mais (...)

168On distinguera les marques d’évaluation (catégorie plus vaste que l’appréciation) qui ne sont que des approximations inhérentes à la vulgarisation (les quantitatifs tels que « énorme », « innombrable », « gigantesque » qui remplacent des données chiffrées) de celles, quantitatives ou qualitatives, qui actualisent une appréciation de l’énonciateur, tantôt en tant que représentant du domaine, tantôt à titre personnel (intensifs, superlatifs, axiologiques). Ce sont ces marques appréciatives qui ont été considérées, pour l’établissement de fréquences calculées pour l’ensemble des textes, quelle que soit leur hiérarchie15, qui sont représentées dans le tableau suivant.

+ : fréquence élevée ; Ο : fréquence moyenne ; Δ : fréquence très faible.
Tableaux de fréquence des appréciatifs

169Dans l’ensemble du corpus, l’appréciation est nettement attestée. Cette présence de marques appréciatives peut paraître surprenante dans des ouvrages de vulgarisation scientifique, d’autant que tous en comportent à des degrés divers, et certains en grand nombre. On remarque, à la lecture de ce tableau, que même les encyclopédies n’en sont pas dépourvues, et que l’une d’elles en est même assez riche. On notera également qu’un seul des scripteurs en position « haute » (c’est-à-dire appartenant au champ scientifique) utilise peu l’appréciation, mais que deux d’entre eux l’utilisent à une fréquence élevée. Au total, cette place de l’appréciation est remarquable dans un genre de texte, la vulgarisation scientifique à visée encyclopédique, où l’on ne l’attendrait pas, du moins si l’on s’en tient aux représentations ordinaires de ce discours de transmissions des connaissances.

2.2.2 Actualisations

170L’appréciation s’actualise essentiellement au moyen d’axiologiques : adjectifs, substantifs, verbes et adverbes, locutions métaphoriques ou comparatives :

Au dessous de cette ceinture apparaît la splendide Nébuleuse d’Orion.
(Soleil, p. 21)
Un joyau dans l’espace
(Espace, p. 80)
Celle-ci est allumée comme un cigare qui flamboie doucement
(Soleil, p. 19)
Le Grand Canyon Martien
(Espace, p. 89)

171Ces deux derniers exemples constituent des sous-titres de Espace qui évoquent la beauté et le caractère grandiose de l’objet céleste considéré, tout comme :

Elle nous apparaît comme la grande roue d’un feu d’artifice cosmique. (Soleil, p. 11)

172Une autre forme d’appréciation se manifeste sous forme typographique : recours au point d’exclamation et plus rarement aux points de suspension. Elle est inégalement utilisée, mais remarquable dans un certain nombre d’ouvrages qui y recourent abondamment, comme Le Ciel et l’espace et Destination Univers, plus modérément pour L’Univers, Soleil, Des planètes…, Regards sur l’espace et L’Espace et les vols spatiaux. Cette actualisation est parfois la seule trace d’appréciation de l’ouvrage, comme dans L’Espace et les vols spatiaux.

173Cette forme se combine, éventuellement, à une appréciation réalisée au moyen d’énoncés exclamatifs, fréquents dans Des planètes… :

Surprise ! (texte complémentaire, bas p. 41)
Quelle déception ! (texte complémentaire, haut p. 36)
Quelle empoignade ! (texte complémentaire, bas p. 34)

174D’autre part, la réalisation de l’appréciation est plus exceptionnellement développée au fil du discours. Dans Des planètes… cependant, une argumentation remplace (p. 20), étaie (p. 78), ou prépare (p. 35) une appréciation :

C’est avec ces deux lunettes que Galilée découvrit plus de choses dans le ciel en quelques nuits que tous les astronomes qui l’avaient précédé n’en avaient découvert en trois mille ans. (légende, p. 20)
Ces astres sont caractérisés par une incroyable luminosité par unité de volume : leur luminosité, plusieurs milliers de fois supérieure à celle de notre galaxie, est concentrée dans un volume 100 000 fois plus petit. (p. 78)
Toujours cette chaleur étouffante, ces jours sans fin à la lumière diffuse, sans ombre, sans pluie rafraîchissante. Un peu d’azote, quelques traces de vapeur d’eau et d’acide sulfurique. Aucune trace d’oxygène décelée. Décidément une planète peu hospitalière, (p. 35)

175Des propriétés objectives, on passe à une évaluation axiologique, qui est exprimée dans ce dernier exemple, mais implicite dans l’extrait de la page 20, alors que l’évaluation est située devant les données objectives qui la justifient, dans l’exemple de la page 78.

176Dans Des planètes…, l’appréciation passe aussi par un jeu d’oppositions, ici entre deux époques caractérisées, dans deux paragraphes à la suite :

D’aussi loin que l’on remonte dans la mémoire des hommes. […] les astronomes n’observèrent les astres qu’à l’œil nu [|…]
Armés de pauvres baguettes rectilignes, ils ne tirèrent de la lumière des astres que leurs positions dans le ciel. Aujourd’hui, les astronomes disposent de moyens de plus en plus variés […] (p. 17)

2.2.3 Localisation

177Tous les ouvrages considérés, du plus réduit au plus complet, comportent différentes catégories de textes dans l’aire scripto-visuelle de la double page : le texte principal (TP) signalé par la taille supérieure de ses caractères et sa position centrale dans la page, et des textes complémentaires (TC) répartis sur la double page. Ce sont de courts textes autonomes généralement titrés, parfois encadrés, ou paragraphes insérés ici ou là (on notera que les légendes des photographies ou des illustrations, souvent difficilement dissociables des TC, ont été ici assimilés à eux).

178L’appréciation se répartit dans ces textes de la manière suivante :

  • elle apparaît dans le TP et les TC de six ouvrages (L’Univers, Le Ciel et l’espace, Des planètes…, Plus haut…, Regards sur l’espace, L’Espace) ;
  • dans le TP, mais non dans les TC, de trois ouvrages (Soleil, Destination Univers, L’Espace et les vols spatiaux) ;
  • pour certains ouvrages, c’est dans le paratexte qu’apparaît l’appréciation.
  • 16 Paysage d’enfer : le satellite Io (Soleil, p. 91). Ces réalisations dans des titres ou des interti (...)

179L’appréciation tend à être moins fréquente dans les textes complémentaires que dans les textes principaux. Il semblerait que sa présence ou son absence dépende de la fonction qui lui est attribuée par les auteurs. Par exemple, aucun des textes complémentaires ou des légendes de Soleil (sauf une16) ne comporte de trace d’appréciation ; ces textes ont tous pour fonction de compléter le contenu scientifique du texte principal, par des informations ou des explicitations supplémentaires d’où l’énonciateur est absent. Même quand le lecteur est invité à observer une « belle » photographie, l’appréciation est absente, alors que dans le même cas, à l’intérieur du TP, elle est fréquente :

180Légende :

Le soufre est un élément très abondant à la surface d’Io, quatrième satellite de Jupiter. Le jaune et le rouge en sont les formes solides alors que le noir représenterait de vastes lacs de soufre liquide. Sur les deux pages suivantes, des vues détaillées de la grande tache rouge de Jupiter. Ajoutez-y en imagination, de grands mouvements de rotation et de turbulence (p. 91)

181Texte principal :

Voyager I a photographié, tour à tour, ces quatre satellites : Io, Europa, Ganymède, et Callisto. Quelle ne fut pas la surprise ! L’on s’attendait à trouver des satellites morts, ternes et assez semblables les uns aux autres. En fait, il n’en est rien ! Chacun a son faciès et son coloris propres. Le plus étonnant est sans doute Io (à droite), (p. 90-91)

182La quasi absence de marques appréciatives est en effet de règle pour tous les TC, fréquents ou plus rares, courts ou longs, qui ont pour fonction d’apporter des précisions (généralement scientifiques, chiffrées ou non, mais parfois historiques) sur le sujet traité dans le TP.

183C’est en fait dans le texte principal que l’appréciation est présente, à des degrés divers, comme cela ressort du tableau ci-dessus.

184On peut constater également que, lorsque l’appréciation est faiblement présente ou absente du TP, on la rencontre dans le paratexte, comme c’est le cas dans deux encyclopédies, Espace et L’Univers, ou dans les titres et intertitres pour Espace :

un joyau de l’espace (p. 80)
un spectacle impressionnant (p. 37)
le Grand Canyon Martien (p. 89)

185ou encore dans les « chapeaux » pour L’Univers, où elle est présente dans 5 chapeaux sur 12 :

Le ciel étoilé constitue un magnifique spectacle que chacun peut observer. Selon l’heure de la nuit, la période de l’année et le point de la Terre d’où on l’observe, le ciel présente un aspect toujours différent, (p. 8)

186On peut se demander si cette présence notable de l’appréciation dans le paratexte n’est pas plutôt le fait de l’éditeur qui souhaiterait compenser par ces marques appréciatives l’austérité d’un exposé qui en serait trop dépourvu à son gré.

187Mais, force est de constater que, dans les trois ouvrages qui ne sont pas des encyclopédies et qui sont pauvres en appréciatifs, le paratexte, plus léger, ne comporte pas toujours des appréciatifs, et si compensation il faut chercher, c’est sans doute par d’autres moyens qu’elle s’effectue

***

188L’analyse quantitative (voir 2.2.1) a mis en évidence que les textes de deux des trois encyclopédies retenues comportent assez peu d’appréciatifs : Espace et, dans une moindre mesure, Univers (surtout si l’on tient compte de son importante surface textuelle). Cette actualisation semblerait correspondre aux régularités du genre telles qu’on se les représente au travers de notre connaissance de l’interdiscours.

189Pourtant, la troisième encyclopédie, Le Ciel et l’espace, dont l’auteur est un acteur légitime du domaine, fait partie des ouvrages où l’appréciation est la plus fréquente : ce qui tendrait à prouver que l’appartenance à un genre éditorial ne détermine pas de façon automatique la présence ou l’absence de l’appréciation. Ainsi, l’appartenance du scripteur au domaine pourrait modifier les régularités d’un genre éditorial.

190D’autre part, sur les quatre ouvrages qui ne s’annoncent pas comme des encyclopédies et dont les auteurs sont en position « haute », trois comportent des marques appréciatives à une fréquence moyenne ou élevée, ce qui indiquerait que ces scripteurs recourent à l’appréciation davantage que les autres (deux sur cinq y recourent à une semblable fréquence).

191On remarque enfin que ce sont les scripteurs en « position haute », chez qui nous avons repéré (en 2.2) des marques personnelles traduisant un rapprochement entre le lecteur et le domaine scientifique, qui utilisent le plus l’appréciation. On peut alors penser que celle-ci constitue, de la part de ces mêmes scripteurs, une autre stratégie de rapprochement avec le lecteur, afin de l’amener au plus près du domaine auquel eux-mêmes appartiennent. Ce rapprochement se traduirait par une simulation de participation du lecteur aux activités de la recherche (pour les marques énonciatives), et par une stratégie de séduction (pour les marques appréciatives). Mais, contrairement sans doute aux marques personnelles, l’appréciation serait un choix énonciatif vraisemblablement conscient.

192On peut alors considérer ce désir de rapprochement qu’ont les auteurs acteurs du domaine comme une forme d’action militante en faveur de ce domaine, d’autant que leur discours s’adresse à un public jeune, ouvert à la connaissance et prompt à l’émotion, comme le note Hubert Reeves dans la postface de Soleil :

En l’adolescent s’éveille un ensemble de forces et de courants profonds qui cherchent à percer. Le confronter avec l’univers stupéfiant de l’astronomie moderne, laisser réagir et s’exprimer les élans intérieurs m’a paru une démarche hautement prometteuse.

  • 17 L’iconographie traduit les données transmises par une visualisation esthétique que les ouvrages ut (...)

193Mais, ce même comportement énonciatif se retrouve dans les ouvrages de vulgarisation du domaine adressés aux adultes néophytes, du moins en ce qui concerne l’appréciation (il faudrait y regarder de plus près pour ce qui est des autres positions énonciatives). Il semblerait donc que cette particularité énonciative tienne davantage au domaine lui-même qu’au destinataire du discours. Cette hypothèse, qu’il faudrait vérifier par comparaison avec d’autres domaines scientifiques, pourrait a priori se justifier : d’abord, parce que l’observation est, en astronomie/astrophysique, une activité constitutive de la discipline et que, la description y étant un mode discursif privilégié, elle favorise le recours à l’appréciation ; ensuite parce que, contrairement à ce qu’il en est dans beaucoup de domaines scientifiques, ce qui est « vu », donc « décrit », peut être considéré comme esthétiquement fort (beau ou impressionnant), la radioastronomie ajoutant encore à cette beauté17. Et l’on verra (chapitre 5) comment est géré l’impact philosophique que cette science, en quête d’origines, ne manque pas d’avoir sur chacun de nous.

194Plus que des médiateurs, intervenants indirects dans le triangle de la vulgarisation, les auteurs-acteurs du corpus se sentiraient plutôt des intercesseurs, chargés, certes, de transmettre des savoirs, mais aussi comme amenés à communiquer leur passion pour ce domaine particulier et d’apporter des données scientifiques au non-initié pour lui permettre de trouver une réponse à ses questionnements métaphysiques. C’est cette dimension supplémentaire que l’on retrouverait inscrite dans la matérialité du discours de vulgarisation des auteurs-acteurs.

Corpus d’étude, analysé en 1
L’Astronomie, Bulletin de la Société Astronomique de France (1994) vol. 108, Paris.
Ciel et Espace (1994) (plus particulièrement le n°293 de juillet-août), AFA éditions, Paris.
Corpus d’étude, analysé en 2
Le Ciel et l’espace (1994) par P. Kohler, chercheur au CNRS et astronome à l’Observatoire de Meudon, Encyclopédie Fleurus, Paris.
Des planètes aux galaxies (1995) par C. de Bergh, directeur de recherche au CNRS et astrophysicienne à l’Observatoire de Paris, et J.-P. Verdet, astronome à l’Observatoire de Paris, Hachette, En savoir plus, Paris.
Destination Univers. À la découverte des mystères de l’espace (1995), Nathan, Paris.
Espace (1995), Hachette, Les Encyclopoches, Paris.
L’Espace (1995), Epigones, Fenêtres, Paris.
L’Espace et les vols spatiaux. (100 Questions et Réponses) (1994-1995), Le Ballon, Malle.
Plus haut, plus loin (1993) par J.-P. Verdet, astronome à l’Observatoire de Paris, Archimède, École des Loisirs, Paris.
Regards sur l’espace. Comprendre les planètes, les étoiles et l’univers (1991) par J. Lilensten, Éd. du Sorbier, Paris.
Soleil (1990) par H. Reeves, astrophysicien au CNRS, La Nacelle, Carouge.
L’Univers (1995), Larousse, Encyclopédie des Jeunes, Paris.

Anmerkungen

1 Nous entendrons la prédication au sens très large de « fait de tenir un discours sur quelque chose », et le matériau verbal instancié y correspondant.

2 Un phénomène identique s’observe dans d’autres rubriques.

3 La rubrique Astroflashes a été assurée par F. Guerrin jusqu’en septembre 1995. Elle a été reprise depuis par B. Guarrigues : la structuration de la « signature » et le positionnement de X par rapport au texte même de la prédication n’ont pas évolué.

4 Cette règle souffre, localement, d’exceptions.

5 Notamment en présupposant que si X signe comme il le fait, c’est parce qu’il y est autorisé. Cela laisse le champ à tout un ensemble de propositions interprétatives, dont la prolifération et le contenu ne sont pas contrôlables.

6 Nous qualifierons de sectale une procédure qui délimite un groupe de manière identificatoire, c’est-à-dire de sorte à assurer sa préservation et son intégrité.

7 Par rétention, nous entendons toute procédure discursive visant à instituer une limite à caractère sectal entre X et R. La concession procédera du mouvement inverse, puisqu’elle caractérisera une procédure qui vise à ne pas marquer, où à feindre de ne pas marquer, la limite entre X et R.

8 Parfois même, ces tenants ne sont pas explicités, comme en 12 (où l’on infère que l’étoile de la constellation du Peintre n’avait jamais été photographiée).

9 Dans le cas de Ciel et Espace, la dimension moyenne d’un article (d’une brève) est de 750 caractères, répartis en 25 lignes de 30 caractères.

10 La citation apparaît préférentiellement dans des rubriques de plus large format.

11 Les procédures de vulgarisation, comme mécanismes institutionnalisés permettent une circulation des flux tout en maintenant une visibilité et une préservation de la communauté.

12 Auquel cas il conviendrait d’en prévoir une troisième pour d’éventuels spécialistes, et peut-être même de songer à dégrouper en fonction des profds socio-culturels et professionnels identifiables dans R.

13 P. de la Cotardière est un spécialiste du domaine (il a été entre autres, président de la Société astronomique de France de 1987 à 1993), mais il ne semble pas appartenir aujourd’hui à un institut de recherche.

14 Les différentes spécialités sont mentionnées au fil de l’ouvrage : physiciens, astrophysiciens, radioastronomes.

15 Pour ce tableau de la fréquence des appréciatifs, il a été tenu compte de la taille du texte, mais aussi de la place de ces marques, plus ou moins mises en évidence, par exemple dans les titres principaux ou dans les sous-titres.

16 Paysage d’enfer : le satellite Io (Soleil, p. 91). Ces réalisations dans des titres ou des intertitres sont cependant rares dans cet ouvrage.

17 L’iconographie traduit les données transmises par une visualisation esthétique que les ouvrages utilisent abondamment, sans en donner le plus souvent la signification scientifique.

Endnoten

* Ce développement a été rédigé par Gérard Petit, maître de conférences, université Paris X.

* Ce développement a été rédigé par Monique Brasquet-Loubeyre, professeur certifié, Paris.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift + : fréquence élevée ; Ο : fréquence moyenne ; Δ : fréquence très faible.Tableaux de fréquence des appréciatifs
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/804/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 162k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1999

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540