Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une autre vision de l'histoire littéraire et théâtrale

 | 
Marc Lacheny

II. Intronisation théorique de Nestroy : 1902-1912

Résumé

De 1902 à 1912, Nestroy prend une importance croissante dans les écrits de Kraus. D’un point de vue strictement formel, l’interprétation de Nestroy par Kraus jusqu’au début de l’année 1912 n’est pas sans rappeler la première période de la réception. Les prises de position du satiriste demeurent tout aussi disséminées – avec néanmoins un pic d’intensité dans les années 1907 et 1908 – et gravitent, comme dans les années 1893 à 1901, autour de préoccupations analogues : réflexions critiques et pessimistes sur l’état des champs théâtral et journalistique notamment. Les bribes étalées sur ces années comportent pourtant un aspect supplémentaire par rapport à la première phase de la réception : les remarques de Kraus s’orientent d’une manière de plus en plus sensible vers une forme d’assise théorique de la réception. Nestroy se voit qualifié d’auteur satirique allemand, ce qui préfigure directement les réflexions que Kraus poussera à leur aboutissement en 1912 dans l’essai « Nestroy et la postérité ».

Texte intégral

Une mise en place progressive

1Au cours des années 1902 à 1912, Kraus s’exprime au moins une fois par an en moyenne sur Nestroy et invoque ses pièces pour continuer à alimenter ses diverses polémiques, conformément à ce qu’il avait fait jusque-là.

  • 1 F 159/22 (avril 1904) : « Wenn man einen hinauswirft, ist es genug. Wozu denn Grobheiten auch noch?(...)

2Kraus a Nestroy en toute circonstance à disposition, « prêt à l’emploi » en tant qu’arme polémique et satirique particulièrement efficace et si présente que le satiriste se prend parfois même à écrire à la manière de Nestroy, à perpétuer son style. Après avoir cité un bref passage de La funeste nuit de carnaval (Die verhängnißvolle Faschings-Nacht) de Nestroy (« Si l’on vous jette dehors, cela suffit. Pourquoi donc en plus vous insulter ? »), Kraus ajoute : « Mais si l’on vous cite, cela suffit ; pourquoi donc en plus fournir ses sources ? »1 Cet exemple illustre très bien la façon dont Kraus tire Nestroy dans son sens. Il cite certes le texte de Nestroy mais donne immédiatement à voir la transformation auquel il le soumet : il réemploie la structure utilisée par le dramaturge mais modifie sciemment le sujet dont il est question dans l’original.

3Il s’agit pour Kraus en premier lieu de poser Nestroy comme argument de polémique et comme autorité indiscutable, ce qu’il fait d’ailleurs de manière explicite par le jeu de formules, souvent répétées dans le Flambeau, telles que : « Nestroy di [sai] t déjà :… » (Schon Nestroy sagt[e] :…), « Que peut-on lire chez Nestroy ? » (Wie heißt es bei Nestroy ?) ou encore : « Nestroy dirait... » (Nestroy würde sagen...).

Le versant polémique de la satire

4Les déclarations de Kraus sur Nestroy ayant trait aux champs théâtral et journalistique n’apportent que peu d’éléments foncièrement nouveaux par rapport aux années précédentes. Elles ne font que perpétuer – en l’accentuant – la mise en question radicale de ces deux champs entamée plus tôt dans la réception.

  • 2 F 171/1 (décembre 1904) : « Ich bin der Mann, der um’s Geld Alles tut ; wenn’s aber dann nicht ehrl (...)

5Kraus constate et déplore d’une part le déclin inexorable du théâtre de son temps et d’autre part la corruption croissante de la presse qui l’entoure, notamment en Autriche, et cite derechef Nestroy pour nourrir sa critique : « Je suis l’homme qui fait tout pour de l’argent ; mais si alors cela ne se passe pas honnêtement, alors – je ne dis rien d’autre que : alors ! »2

6Les jugements que Kraus porte sur le champ théâtral ne diffèrent guère de ce constat d’échec global. On peut distinguer deux niveaux au sein de la mise en cause générale par le satiriste du champ théâtral de son temps au cours des années 1902 à 1912.

  • 3 Voir Schriften IV (Untergang der Welt durch schwarze Magie), p. 152-156.
  • 4 Voir ibid., en particulier p. 152 sq.
  • 5 Ibid. : « Und nicht gegen die Verunehrung des Burgtheaters – dieses hat nichts mehr zu verlieren –, (...)

7D’un côté, Kraus réitère ses critiques dirigées contre le Burgtheater. Dans l’essai « Les derniers acteurs » (Die letzten Schauspieler)3 de février 1912, il renouvelle sa critique acerbe du Burgtheater4 pour mieux exprimer, par contraste, sa « reconnaissance » (Anerkennung) à l’égard de ceux qu’il tient pour de vrais comédiens : Alexander Girardi et Oskar Sachs. Kraus ne se cantonne néanmoins pas dans une critique du seul Burgtheater mais tente surtout d’empêcher une contamination plus générale du champ théâtral dans son ensemble, à l’exemple du théâtre de Budapest : « Et ce n’est pas contre le déshonneur du Burgtheater qu’il faut protester – celui-ci n’a plus rien à perdre –, mais contre la compromission de l’Orpheumgesellschaft de Budapest. »5

8D’un autre côté, Kraus revient à travers Girardi sur le problème de l’acteur appelé à jouer Nestroy. Girardi est au cœur des préoccupations du satiriste en 1908 puisqu’il lui consacre deux textes à deux mois d’intervalle : « Girardi » (en mars), bientôt suivi de « Girardi et Kainz » (en mai). Ces deux essais, dans lesquels Nestroy joue un rôle central, s’entrecroisent et se répondent en un jeu intratextuel constant.

  • 6 Voir Schriften II (Die Chinesische Mauer), p. 136-140.
  • 7 Voir Kurt Krolop : 1992, p. 157 sq. Kraus considérait Girardi comme le dernier grand acteur viennoi (...)

9Dans « Girardi »6, Kraus articule son propos essentiellement autour de trois points sur lesquels il reviendra deux mois plus tard : un éloge appuyé de Girardi (dont le satiriste ne se départira jamais)7, le problème de l’acteur et l’opposition Vienne-Berlin :

  • 8 Schriften II : « [...] die Okkupation Girardis ist wirklich eine vaterländische Schmach. Nicht weil (...)

[…] l’occupation de Girardi est vraiment une honte nationale. Non pas parce que nous allons perdre l’un des plus grands interprètes qui se soient jamais produits sur une scène viennoise. […] Girardi pèse plus lourd que la littérature qu’il néglige. Il se fait livrer par un quelconque gribouilleur un scénario sommaire dans lequel il insère une profusion de génie dont la révélation est plus marquante que l’efficacité scénique d’une œuvre d’art littéraire dont seul le lecteur reçoit les bénédictions8.

  • 9 Ibid. : « Die Leere ist hier Spielraum der Persönlichkeit. Und Girardi ist einer der eigenmächtigst (...)

10Ce passage fournit un exemple parmi tant d’autres de l’estime considérable de Kraus pour Girardi. Kraus centre par ailleurs ses remarques sur la question des rapports entre l’acteur et le texte qu’il interprète. Face à un texte de piètre valeur, Girardi sait mettre en valeur ses talents : « Le vide est ici le terrain de jeu de la personnalité et Girardi l’un des plus puissants à avoir jamais utilisé l’occasion de la scène pour une interprétation créatrice. »9

  • 10 Voir Schriften III (Literatur und Lüge), p. 66-68.

11Pour Kraus en revanche, le chef-d’œuvre s’adresse davantage au lecteur qu’au spectateur. Dans « Girardi et Kainz »10, le satiriste distingue soigneusement entre l’individualité théâtrale dans laquelle Girardi excelle et donne la pleine mesure de son talent d’une part et son jeu d’acteur d’autre part où il se met, toujours selon Kraus, en avant au détriment du chef-d’œuvre qu’il joue (en l’occurrence Nestroy). L’individualité exceptionnelle de Girardi, qui peut s’avérer être un atout considérable devant un texte de piètre qualité, constitue aux yeux du satiriste un obstacle pour interpréter Nestroy sur scène de manière satisfaisante. Kraus propose ainsi une réflexion importante sur la pertinence de la distinction entre acteur (Girardi) et écrivain (Nestroy) :

  • 11 Ibid. : « Wie gestaltet Girardi? Er ist Schauspieler. Er nimmt eine gleichgiltige Possenhandlung un (...)

Comment Girardi s’y prend-il dans son interprétation ? Il est acteur. Il prend n’importe quelle action de farce et montre en elle ses merveilles, qui sont d’une autre espèce que celles de Nestroy, incomparablement plus adaptées à la scène. Dans un navet, il joue son propre rôle. L’opinion la plus sotte qui soit est de croire qu’il offrirait plus en jouant Nestroy parce qu’alors, il ne jouerait plus ni Nestroy ni lui-même11.

  • 12 NV, p. 43 ; Schriften VIII (Aphorismen) : « Nestroys Geistigkeit ist unbühnenhaft. » p. 334.

12Pour Kraus, Girardi appartient comme acteur au champ théâtral tandis que Nestroy appartient comme auteur satirique au champ littéraire. Cette distinction entre l’homme de théâtre et l’auteur « littéraire » prendra tout son sens dans la formule plus tardive de Kraus : « La spiritualité de Nestroy n’est pas scénique. »12

13C’est la raison pour laquelle le satiriste considère un comédien au jeu individuel moins marqué que celui de Girardi, un acteur comique tel que Wilhelm Thaller, comme plus apte à rendre la satire de Nestroy :

  • 13 Schriften III : « Aber es gehört der ganze literarische Snobismus der Reinhardt-Gesellschaft und ih (...)

Mais il appartient à tout le snobisme littéraire de la société Reinhardt et à toute son ignorance quant aux individualités théâtrales de demander à Girardi un cycle Nestroy. Un acteur parfaitement rompu aux affaires comme monsieur Thaller […] est tout à fait crédible dans les rôles de Weinberl, Kampl, Ultra, Titus Feuerfuchs. Comment s’y prendrait-il avec ces personnages, lui qui est totalement différent de Nestroy et, ce faisant, son propre maître13.

  • 14 DC, p. 111 ; Schriften VIII : « Es gibt persönliche und sachliche Schauspieler. » p. 100.

14La différence entre Girardi et Thaller paraît tenir exactement dans cet aphorisme de Kraus : « Il y a des acteurs personnels, et des acteurs objectifs. »14

15C’est précisément au nom de la différence de nature entre les champs respectifs de Girardi et de Nestroy que Kraus proclame l’absurdité de confier un rôle de Nestroy à Girardi, comme l’avait demandé Max Reinhardt. À travers l’opposition entre Nestroy (champ littéraire) et Girardi (champ théâtral), le satiriste propose aussi une distinction particulièrement significative pour sa propre conception du théâtre telle qu’il la déclinera plus tard dans son « théâtre de la poésie ».

16Pour conclure, Kraus soulève le problème des acteurs amenés à quitter Vienne, en particulier pour rallier Berlin, et des conséquences de cette situation :

  • 15 Schriften II : « [...] die ausgestattete Humorlosigkeit der neuberlinischen Tanzposse gelangt bei u (...)

[…] l’absence d’humour apprêtée de la nouvelle farce dansante berlinoise se voit honorée chez nous. C’est pourquoi ce comique digne de Nestroy […] a émigré directement du Theater an der Wien vers Berlin. Oskar Sachs, dont le cordonnier Knieriem et les valets – de par leur côté originel et leur authenticité stylistique – ont une valeur sur le plan de l’histoire théâtrale, ne pouvait plus trouver d’occupation ici15.

  • 16 Ibid. : « Nur, daß der Verlust Girardis eben doch mehr als eine Theatersache vorstellt. Denn er bed (...)

17Kraus souligne ainsi que les bons acteurs, comme Sachs ou Girardi, sont désormais contraints de s’expatrier. Ce « déracinement » signale en outre une opposition pour ainsi dire géographique entre Vienne et Berlin. Kraus dénonce ici en filigrane les dangers d’une « berlinisation » de Nestroy et des scènes viennoises : « Mais la perte de Girardi représente justement plus qu’une affaire de théâtre. Car elle signifie que Vienne même est partie à Berlin. »16

  • 17 Schriften III : « Zentrale des literarischen Snobismus. » (Notre traduction) p. 66.
  • 18 F 246-247/43 (mars 1908) : « Für Wien ist kein Platz mehr in Wien. » (Notre traduction)
  • 19 Cette opposition préfigure aussi l’un des enjeux de la polémique à venir entre Kraus (Vienne) et Ke (...)

18Dans « Girardi et Kainz », Kraus revient encore sur cette opposition entre Vienne et Berlin, qualifiée de « maison mère du snobisme littéraire. »17 Il récuse ainsi la convergence qui tend à s’opérer entre les deux villes, convergence qui pousse des acteurs comme Sachs ou l’acteur comique autrichien Leopold Straßmeyer (1846-1927), qu’il considère comme d’excellents interprètes de Nestroy, à quitter Vienne. Kraus avait d’ailleurs soulevé ce problème peu de temps auparavant : « Pour Vienne, il n’y a plus de place à Vienne. »18 À travers ce repli « austro-autrichien », Kraus vise sans aucun doute à préserver le champ théâtral autrichien (Vienne) de son investissement par « l’ogre » allemand (Berlin)19.

Nestroy et le champ littéraire

19La véritable nouveauté et le côté positif des remarques de Kraus sur Nestroy de 1902 à 1911 sont à chercher davantage au niveau du champ littéraire : les assertions visant à mettre en avant Nestroy comme satiriste et maître du verbe se multiplient – surtout en 1907-1908 – et révèlent l’importance sans cesse croissante de Nestroy dans la constellation littéraire de Karl Kraus. Kraus amorce un changement d’horizon esthétique profond vis-à-vis de Nestroy, qui passe en particulier par la confrontation et la mise en regard de ce dernier avec d’autres auteurs.

  • 20 Voir Schriften III, p. 26-34.
  • 21 Ibid. : « Schon Nestroy sagt : “Wie ich damals von einer Liebe, die ich nicht ausmärzen konnte, im (...)

20Par deux fois, Kraus se sert ainsi de Nestroy pour nourrir sa polémique contre Ibsen et surtout contre l’amie de celui-ci, Emilie Bardach20. Dans un premier texte (« Die Maisonne eines Septemberlebens », 1906), déjà très polémique envers Ibsen, il fait intervenir Nestroy une nouvelle fois explicitement comme autorité dans la relation entre Ibsen et Emilie Bardach : « Nestroy déjà disait : “Comme, à l’époque, je m’étais arraché en avril à un amour que je n’avais pu éliminer en mars, le mai de ma vie était passé ; mais jamais je n’aurais pensé que j’aurais pu avoir, au bout de huit ans, ma Julie en juin…” »21.

  • 22 Ibid. : « Aber es wäre interessant, zu erfahren, ob Ibsen die Trostlosigkeit jenes Zustandes, in de (...)

21Dans « Son amitié avec Ibsen » (Ihre Freundschaft mit Ibsen), Kraus achève de réduire à néant un article d’Emilie Bardach publié dans la Neue Freie Presse sous le titre « Mon amitié avec Ibsen » (Meine Freundschaft mit Ibsen). Lorsque mademoiselle Bardach avoue qu’Ibsen l’a quittée sans laisser d’adresse, Kraus a immédiatement recours à une formule de Nestroy prête à faire mouche : « Mais il serait intéressant de savoir si Ibsen a ressenti aussi pleinement la désolation de cet état dans lequel se trouve, d’après Nestroy, un “amant sans adresse”. »22

22Dans les deux cas, Kraus se sert de Nestroy pour donner une assise intertextuelle précise à sa polémique.

  • 23 F 146/14 (novembre 1903) : « Das Kaiserjubiläums-Stadttheater hat in vier Spieljahren 136 deutsche (...)

23Comme plus tôt dans la réception, il cite également ensemble les noms de Nestroy, de Raimund et d’Anzengruber qu’il considère dans la perspective du « vieux théâtre viennois » : « Le Kaiserjubiläums-Stadttheater a, en quatre saisons, représenté 136 œuvres allemandes et ranimé les principaux représentants du vieux théâtre viennois. Raimund, Anzengruber, Nestroy […] continuent à vivre dans le répertoire de cette scène […]. »23 Kraus évoque ici ces trois noms dans une perspective exclusivement autrichienne, il les met en quelque sorte encore sur un pied d’égalité en leur témoignant une estime comparable. À ce moment, le satiriste ne considère manifestement pas encore Nestroy et Anzengruber en termes de dichotomie, mais comme les principaux représentants, avec Raimund, de la tradition du théâtre viennois.

  • 24 F 232-233/27 (octobre 1907) : « Daß ich [...] Raimund für den größten österreichischen Dichter halt (...)

24Il ne faut toutefois guère attendre pour que ce jugement évolue sensiblement, en particulier au sujet de Nestroy. En octobre 1907, Kraus écrit notamment : « Le fait que je […] tienne Raimund pour le plus grand poète autrichien (comme Nestroy pour l’écrivain allemand le plus spirituel à côté de Lichtenberg) est ma marotte privée, qui n’a rien à voir avec la question. »24

  • 25 Voir sur ce point Marc Lacheny, 2006, « Das “Dreigestirn” Grillparzer – Nestroy – Raimund im Urteil (...)
  • 26 Voir l’article de Martin Stern, 2002, « Die Nestroy-Polemik des deutschen Vormärz – Vorspiel des “P (...)

25Si le confinement de Raimund dans la sphère autrichienne demeurera une constante dans la réception de son œuvre par Kraus25, ce n’est pas le cas de Nestroy, considéré ici dans une perspective allemande. Cette hiérarchie « géographique » entre Nestroy et Raimund se double d’une hiérarchisation littéraire contrastant avec les jugements jusqu’alors formulés par l’histoire littéraire, qui préfère le « poète » Raimund au « cynique dépravateur de la plèbe » et « froid réaliste » Nestroy26. Kraus attribue, lui, à Nestroy le statut générique d’écrivain (Schriftsteller) alors que Raimund se voit présenté, au sein d’une sous-catégorie d’écrivain, comme poète (Dichter). Le satiriste reprend certes l’opposition traditionnelle entre Raimund et Nestroy, mais il la dote d’un contenu nouveau, qui ne se nourrit pas des modèles conventionnels de l’historiographie littéraire de l’époque (l’émouvant Raimund contre le froid calculateur Nestroy) : Kraus oppose les deux auteurs eu égard à l’étendue de leurs champs et horizons littéraires respectifs. La dénomination d ’«  écrivain allemand » appliquée à Nestroy est à mettre au compte d’une volonté d’élévation littéraire qui trouvera son plein aboutissement dans « Nestroy et la postérité ».

26Kraus établit par ailleurs une opposition entre Raimund d’une part et Nestroy et Lichtenberg d’autre part, qu’il met strictement et explicitement sur le même plan. Ce faisant, il établit une correspondance esthétique profonde entre l’esprit de Nestroy et celui de Lichtenberg. Cette ligne « aphoristique » Lichtenberg-Nestroy se poursuit d’ailleurs en Kraus.

  • 27 F 245/15 (février 1908) : « dieser geistvollste Schriftsteller, den Deutschland im 19. Jahrhundert (...)
  • 28 Schriften III : « den tiefsten satirischen Denker, den die Deutschen nach Lichtenberg gehabt haben (...)

27Peu après, en février 1908, Kraus revient sur cette question lorsqu’il qualifie Nestroy – non sans intention polémique – d ’«  écrivain le plus spirituel que l’Allemagne ait eu au XIXe siècle »27 avant de faire de lui, dans « Girardi et Kainz », « le penseur satirique le plus profond que les Allemands aient eu après Lichtenberg (citer le nom de Heine à ses côtés tient pour moi du blasphème). »28

28Outre leur côté provocateur, l’insistance de Kraus à souligner l’enracinement allemand de Nestroy et le rapprochement avec Lichtenberg visent sans nul doute à amorcer un changement d’horizon esthétique fondamental : en faisant de Nestroy un écrivain allemand, Kraus cherche à provoquer une élévation littéraire allant à l’encontre de la réception alors dominante de Nestroy comme simple auteur de farces grossières. En citant à nouveau de manière approbatrice les rapprochements effectués par Ludwig Speidel entre Nestroy et Swift ainsi que par Meynert entre Nestroy et Shakespeare, il tend même à donner à cette tentative d’élévation littéraire une dimension considérable : Nestroy apparaît déjà en filigrane dans le canon littéraire de Kraus comme l’un des plus hauts représentants du champ littéraire universel.

  • 29 Kraus évoque notamment dans F 246-247/6 (mars 1908) l’« esprit philosophique » (philosophischer Wit (...)
  • 30 F 345-346/40 (avril 1912) : « größten satirischen Philosophen, den die Deutschen je gehabt haben. » (...)

29En insistant sur l’aspect satirique de l’œuvre de Nestroy, Kraus formule par ailleurs une idée qu’il affinera quelques années plus tard dans « Nestroy et la postérité », tandis que la dénomination de « penseur » (Denker) présente Nestroy en philosophe29. Mais alors qu’Egon Friedell tente, dans son Nestroy-Brevier de 1922 ainsi que dans sa Kulturgeschichte der Neuzeit, de faire de Nestroy un philosophe autrichien, Kraus voit en lui le « plus grand philosophe satirique que les Allemands aient jamais eu. »30

  • 31 F 212/22 sq. (novembre 1906) : « Ein Nestroy-Motiv war es, das Erstaunen über den Widerspruch zwisc (...)

30Il tente de le démontrer à partir de deux remarques sur les personnages de Nestroy : « C’était un motif propre à Nestroy que de railler la surprise suscitée par la contradiction entre une profession modeste et une vie psychologique fine : “Le commis aussi a ses heures où, appuyé sur un tonneau de sucre, il se plonge dans de douces rêveries !” »31. Kraus introduit ici une nouvelle fois la pièce Une pinte de bon sang aux dépens d’autrui, en particulier le passage qu’il réutilisera en 1911 pour tourner en dérision le critique berlinois Alfred Kerr.

  • 32 DC, p. 142 ; F 272-273/43 (février 1909) : « Ein Hausknecht bei Nestroy wird mit der Last des Leben (...)

31Le satiriste ajoute, dans un aphorisme qu’il retiendra pour Dits et contredits : « Un valet, chez Nestroy, vient à bout du fardeau de l’existence et met l’ennui à la porte. Il a la main plus ferme qu’un professeur de philosophie. »32 Les personnages de Nestroy ont ainsi, pour Kraus, une double dimension : professionnelle et philosophique ; ils sortent d’ailleurs souvent de leur rôle pour exprimer une philosophie, ou du moins un point de vue philosophique qui se confond peut-être avec celui de l’auteur.

32Les années 1902 à 1911 sont donc marquées par une nette multiplication des déclarations de Kraus qui mettent l’accent sur le satiriste allemand Nestroy. Dans l’articulation même des remarques ainsi que par leur contenu (Nestroy satiriste, philosophe, « aphoriste »), les bribes que Kraus offre à la lecture jusqu’en 1912 constituent des amorces du grand essai théorique à venir sur Nestroy : « Nestroy et la postérité » (Nestroy und die Nachwelt).

« Nestroy et la postérité » (mai 1912)

33L’importance considérable de Nestroy dans l’œuvre de Kraus culmine en 1912 dans « Nestroy et la postérité », essai dans lequel l’auteur fait du dramaturge un maître absolu du verbe et de la satire.

  • 33 Voir Wendelin Schmidt-Dengler : 2001, p. 12.

34Ce texte fondamental pour la réception de Nestroy par Kraus, que certains – et non des moindres – vont jusqu’à considérer comme le texte le plus important jamais écrit sur Nestroy33, mérite d’être replacé dans son contexte d’écriture.

  • 34 500 autres personnes ne purent trouver de place.
  • 35 Voir F 349-350/41 (mai 1912).

35Tout d’abord, Kraus accorde une très large place à Nestroy dans sa revue de mars à juin 1912, signe de l’importance grandissante qu’il lui attribue à ce moment précis. Ensuite, il profite du cinquantième anniversaire de la mort de Nestroy (1862-1912) pour présenter le 2 mai dans le Großer Musikvereinsaal de Vienne – à l’occasion de sa 26e lecture publique et devant une foule de quelque 1500 spectateurs (voir F 349-350/41, mai 1912)34 – son texte sur Nestroy, qui compte sans doute parmi les plus brillants écrits de critique littéraire de Karl Kraus et où l’auteur rend son plus vibrant hommage au dramaturge. S’ensuit la lecture de nombreuses gloses et satires de Kraus lui-même, ainsi que de scènes et de couplets tirés des œuvres de Nestroy35. Cette fête à la mémoire de l’auteur du Talisman connut un très grand succès public, la lecture devant même être reproduite trois semaines plus tard, le 23 mai, dans le Kleiner Musikvereinsaal de Vienne.

36Il ne fallut attendre que onze jours pour voir le texte prononcé en l’honneur de Nestroy publié in extenso dans le numéro 349-350 (le 13 mai 1912, p. 1-23) du Flambeau. Il parut la même année chez Jahoda & Siegel à Vienne avant d’être enfin placé par Kraus, avec « Heine et les conséquences » (Heine und die Folgen), au cœur du recueil Fin du monde par la magie noire (Untergang der Welt durch schwarze Magie).

  • 36 F 345-346/40 (avril 1912) : « [er werde] alle jene Herren, die am 25. Mai 1912 es wagen sollten, Ne (...)

37Enfin, il faut avoir présent à l’esprit que Kraus écrivit « Nestroy et la postérité » d’emblée dans le but de réhabiliter durablement l’image de Nestroy face à ses détracteurs. Il avait ainsi, dès avril 1912, ouvertement mis en garde les futurs profiteurs et opposants de Nestroy contre une violente riposte à venir : « [il insultera] sans ménagements tous ces messieurs qui, le 25 mai 1912, oseraient ne pas laisser Nestroy en paix. »36

38En avançant la fête en l’honneur de Nestroy du 25 (date anniversaire de la mort du dramaturge) au 2 mai 1912, Kraus afficha de plus ostensiblement son désir de prendre de vitesse, et par là même de court, les « feuilletonistes de l’hommage » à Nestroy (Lobfeuilletonisten) pour leur opposer son interprétation : « Nestroy et la postérité » devait ainsi devancer et rendre superflus tous les autres panégyriques prévisibles de Nestroy à l’occasion de la date anniversaire de son décès et, ainsi, s’en démarquer fondamentalement.

39« Nestroy et la postérité » constitue, enfin, le premier moment décisif dans la réception de Nestroy par Kraus. Il dépasse les formulations précédentes encore éparses sur le dramaturge pour les fondre dans un modèle théorique précis.

La satire comme négation

40C’est d’abord la dimension polémique de la satire de Kraus qui ressort de « Nestroy et la postérité ». Celle-ci n’est toutefois pas gratuite mais vise systématiquement à défendre Nestroy contre ses antagonistes passés et présents. Kraus s’exprime d’un côté en critique de son temps et s’inscrit de l’autre en faux contre une histoire de la littérature normative aux thèses héritées du classicisme.

L’opposition Heine-Nestroy en contexte

  • 37 F 357-359/53 sq. (octobre 1912): « “Nestroy und die Nachwelt” ist – das weiß der Autor besser – ein (...)

41Pour saisir les causes et la virulence de la polémique de Kraus contre Heine dans « Nestroy et la postérité », il faut revenir deux ans en arrière, à « Heine et les conséquences ». Kraus a d’ailleurs lui-même placé les deux textes en regard dans une formule postérieure à « Nestroy et la postérité » où il situe ce dernier texte audessus de « Heine et les conséquences » : « “Nestroy et la postérité” est – l’auteur le sait mieux que quiconque – un meilleur exemple de cette prose et possède, comme texte sans paragraphes, plus de vivacité que “Heine et les conséquences”. »37

  • 38 « Heine et les conséquences » et « Nestroy et la postérité » ont d’ailleurs été publiés ensemble en (...)

42L’essai « Nestroy et la postérité » est aussi mis en relation avec le virulent pamphlet dirigé contre Heine par son titre même : « Heine et les conséquences » et « Nestroy et la postérité » se répondent pour ainsi dire en écho. La proximité de leurs dates de production respectives (1910/1912) invite également à une lecture croisée, de même que leurs sujets, puisqu’il s’agit de deux grands textes de critique linguistique. Les deux essais étaient en outre prévus pour figurer au centre d’un même ensemble, la compilation Fin du monde par la magie noire38, consacrée aux funestes effets du journalisme moderne sur le langage. Tous ces éléments, consciemment agencés par Kraus lui-même, invitent à une lecture relationnelle des deux textes et à l’étude concomitante des réceptions de Heine et de Nestroy. Par son contenu, « Nestroy et la postérité » constitue, d’une part, le pendant contrastique de « Heine et les conséquences » et, d’autre part, son complément logique : si, dans le premier des deux essais, Kraus se distanciait radicalement d’un pair, il se reconnaît dans le second pleinement en Nestroy.

« Heine et les conséquences »

  • 39 Une bonne partie de « Heine et les conséquences », traduite par Éliane Kaufholz, figure dans le num (...)
  • 40 Ibid., p. 60 ; ibid. : « Heines Lyri : das ist Stimmung oder Meinung mit dem Hört, hör ! klingelnde (...)

43De prime abord, les points communs entre Kraus et Heine sont nombreux : maîtrise souveraine du langage, verve satirique, humour… Dans « Heine et les conséquences », Kraus fait pourtant une critique esthétique sévère de Heine, qui ne tarde pas à s’élargir à une critique de nature morale. Cela ne permet néanmoins pas d’évacuer totalement l’hypothèse selon laquelle Heine pourrait constituer une sorte d’alter ego inavoué (et inavouable) de Kraus, certaines phrases de « Heine et les conséquences » semblant accréditer la thèse d’une admiration passée et encore bien présente – quoique dissimulée – pour Heine, en particulier pour sa production lyrique et épistolaire : « Le poète Heinrich Heine est comme un amour de jeunesse qui aurait survécu. […] C’est ainsi que certaines lettres berlinoises de Heine gardent pour moi un éclat particulier. »39 Toutefois, Kraus ne limite pas son admiration pour le lyrisme de Heine au seul temps de sa jeunesse, mais insiste sur sa musicalité profonde : « Le lyrisme de Heine, c’est de l’atmosphère ou du sentiment qui retiennent l’attention comme le ferait le son des grelots. »40

  • 41 Ibid., p. 61 ; ibid. : « Die Lyrik seines Sterbens, Teile des Romanzero, die Lamentationen, der Laz (...)

44L’hommage est cependant rarement aussi net : « Le lyrisme de son agonie, certaines parties du Romancero, les Lamentations, Lazare : c’est ici que Heine a sans doute trouvé la perfection formelle. Il fallut à Heine l’expérience de la mort pour être poète. »41

  • 42 Kraus accentuera par la suite sa critique de Heine : à la fois critique esthétique (surtout dans «  (...)
  • 43 DC, p. 129 ; Schriften VIII : « Diener am Wort ». p. 116.
  • 44 Éliane Kaufholz (éd.), op. cit., p. 63 ; Schriften VIII : « Heine hat das Höchste geschaffen, was m (...)

45Le critère principal du rejet de Heine par Kraus est de nature esthétique et linguistique42. Pour Kraus, Heine dissocie forme et fond et ne s’intéresse dans l’art qu’au sujet. Aux yeux du satiriste, le poète maîtrise la langue au lieu de se laisser maîtriser par elle. Or Kraus se considère, lui, précisément comme un « serviteur du mot »43. Il s’en prend en particulier à la reproductibilité des vers de Heine et à une langue devenue marchandise, outil : « Il [i. e. Heine] a créé ce que l’on pouvait créer de mieux avec le langage ; au-delà, il y a ce qui est créé à partir du langage. »44

  • 45 Ibid., p. 53 ; ibid. : « Ohne Heine kein Feuilleton. Das ist die Franzosenkrankheit, die er uns ein (...)
  • 46 Jacques Bouveresse : 2001, p. 140.

46L’accusation suprême culmine dans le mélange stylistique provoqué par Heine entre des éléments littéraires et des éléments relevant du journalisme. C’est ici que la critique linguistique prend un tournant moral : Kraus reproche à Heine d’être le propre responsable de sa postérité et de ses conséquences. Il s’en prend, par-delà Heine, au style du feuilleton : « Sans Heine, pas de feuilleton. C’est la maladie des Français [i. e. la syphilis] qu’il a introduite chez nous. »45 Aux yeux de Kraus, le feuilleton, chronique artistique ou littéraire située au bas de la première page d’un journal, désigne un style d’écriture inauthentique, mêlant dangereusement l’art et la vie, la presse et la littérature. Il y va pour le satiriste de la sauvegarde de l’autonomie du champ littéraire, menacée surtout par le journalisme moderne dont Heine constitue, aux yeux de Kraus, le père et l’archétype. Au fond, l’idéal du satiriste serait « celui de journaux qui n’emprunteraient rien à l’univers de la littérature et d’une littérature qui ne demanderait rien aux journaux »46, c’est-àdire l’indépendance absolue des champs littéraire et journalistique.

  • 47 Voir aussi « Les ennemis Goethe et Heine » (F 406-412/85, octobre 1915).
  • 48 Éliane Kaufholz (éd.), op. cit., p. 60 ; Schriften VIII : « Offenbarung der im Anschauen des Dichte (...)

47Enfin, Kraus en vient à opposer, au sein de sa réflexion esthétique, Goethe et Heine47, Goethe incarnant pour le satiriste le poète de l’origine, son idéal artistique : avec Heine se produit la « révélation de la nature plongée dans la contemplation du poète », avec Goethe, en revanche, la « [r] évélation du poète plongé dans la contemplation de la nature »48. Kraus réutilisera cette opposition entre Goethe et Heine dans « Nestroy et la postérité » au sein d’un jeu intertextuel subtil.

  • 49 Ibid., p. 54 ; Ibid. : « Nestroys, dieses wahren satirischen Denkers ». p. 188.
  • 50 F 329-330/31 (septembre 1911): « [...] ein so großer Satiriker, daß man ihm die Denkmalswürdigkeit (...)

48Il met, en outre, déjà brièvement en scène dans « Heine et les conséquences » l’opposition entre Heine et Nestroy, récurrente dans « Nestroy et la postérité » : à l’inverse de Heine, Kraus évoque « Nestroy, cet authentique penseur satirique »49 et élève le dramaturge, par ses qualités de satiriste, au-dessus de celles de Heine : « […] ce n’était pas un satiriste d’une grandeur telle qu’on aurait dû lui disputer qu’il était digne ou non qu’on lui élevât un monument. Oui, c’était un si petit satiriste que la bêtise de son temps est passée à la postérité. »50

La mise en scène de l’antithèse Heine-Nestroy dans « Nestroy et la postérité »

  • 51 Jörg Drew : 1969 : « konträre Positionen ». p. 395.

49Heine et Nestroy apparaissent comme des « positions contraires »51 dans « Nestroy et la postérité ». Nestroy sert d’abord d’intermédiaire direct et d’arme essentielle dans la polémique iconoclaste menée par Kraus contre Heine et déjà largement entamée dans « Heine et les conséquences » en avril 1910. S’il s’était appliqué dans « Heine et les conséquences » à dénigrer Heine, Kraus trouve définitivement dans « Nestroy et la postérité » le contre-modèle positif qu’il souhaite lui opposer : Nestroy (mais aussi Goethe, Offenbach, Shakespeare et Wedekind). L’antithèse entre Nestroy d’une part et Heine et sa postérité d’autre part est au reste décisive non seulement pour comprendre le fonctionnement de la réception littéraire de Nestroy par Kraus mais encore pour accéder à une partie importante de l’esthétique même de Kraus.

  • 52 Nous entendons par parodie « une citation détournée de son sens, ou simplement de son contexte et d (...)
  • 53 F 349-350/9 : « den wundervollen Satz, der bei Nestroy vorkommt » (notre traduction, comme pour l’e (...)

50Dans « Nestroy et la postérité », Kraus se réfère rapidement (p. 3) à Heine en opposition à Nestroy et ne tarde pas à le parodier52. Le satiriste part de « la phrase merveilleuse qui apparaît chez Nestroy »53, tirée de la pièce L’Homme insignifiant (Der Unbedeutende : I, 14), qu’il cite pour mettre en lumière la dimension lyrique de la langue de Nestroy :

  • 54 Ibid. : « Ich hab’einmal einen alten Isabellenschimmel an ein’Ziegelwagen g’seh’n. Seitdem bring’ic (...)

J’ai vu un jour un vieux cheval isabelle attaché à une charrette transportant des briques. Depuis, je ne peux évacuer l’avenir de mon esprit54.

51Kraus en propose le commentaire suivant, où il entreprend une imitation satirique du style à ses yeux pseudo-lyrique de Heine en l’opposant à celui de Nestroy. Il se sert alors de cette opposition pour fournir sa propre définition du lyrisme :

  • 55 Ibid. : « Es ist ein Satz, an dem man dem verirrten Auge des neuen Lesers wieder vorstellen möchte, (...)

Voici une phrase à partir de laquelle nous souhaiterions présenter derechef à l’œil égaré du nouveau lecteur ce qu’est le lyrisme : l’intériorité captée par l’extériorité, une parfaite unité. […] C’est sur une telle phrase qu’achoppe et que s’effondre le cas Heine, car on est en proie à la morte certitude qu’un vieux cheval isabelle se mette à réfléchir : – Ma vie était si belle jadis – Aujourd’hui, je dois tirer la voiture – Ô, hennissements des vieilles marées – C’en est fait de vous ! – Mais la voiture dit, toute gaie, – Ainsi va le monde – Si le chemin, un jour, descend, – Il ne remontera pas…55

52Kraus effectue ici un détournement parodique de citation visant à railler le « faux lyrisme » (« falsche Lyrik », p. 11) de l’original de Heine au profit du second texte auquel il se réfère, celui de Nestroy. Pour imiter le style de Heine, Kraus s’appuie sur un modèle célèbre, le poème de Heine La demoiselle au bord de la mer… (1833) :

La demoiselle au bord de la mer
Exhalait un long soupir amer,
Tant elle trouvait émouvant
L’éclat du soleil couchant.

  • 56 Heinrich Heine, 1998, Nouveaux poèmes, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Poésie », trad. d’Anne-So (...)

Ô demoiselle, soyez gaie !
C’est une pièce longtemps jouée ;
Le soleil se couche devant vous,
Mais il reviendra par derrière56.

  • 57 On ne peut s’empêcher dans ce contexte de citer le jugement le plus concis de Kraus sur le poète He (...)

53La parodie se joue à double niveau : Kraus parodie ce qui, chez Heine, constituait déjà une parodie lyrique de la sensibilité pour la nature. Il attaque d’abord le ton du poème de Heine : la nostalgie du cheval de Nestroy « poétisé » par Kraus constitue une parodie de la douleur (le « long soupir amer ») de la demoiselle évoquée dans la première strophe du poème de Heine. Il s’en prend ensuite à la lettre même du poème, sous la forme d’une reprise ironique et parodique du terme de « gai » (« munter », dans la deuxième strophe), de la modification parodique d’une expression au vers suivant – construit sur le même modèle que chez Heine (Das ist…) –, puis de la reprise de la même rime ((hin)unter). Kraus accentue donc la dimension parodique, déjà présente chez Heine, pour la retourner contre son auteur et fait de l’original un exemple de platitude poétique, le contenu des deux derniers vers de Kraus venant parachever la chute du poète Heine57. La mise en regard des deux textes est frappante :

Mein Fräulein ! sein Sie munter,

Der Wagen aber sprach munter

Das ist ein altes Stück ;

Das ist der Welten Lauf

Hier vorne geht sie unter

Geht der Weg einmal hinunter

Und kehrt von hinten zurück.

So geht er nicht wieder hinauf.

(Heine)

(Kraus)

54Kraus oppose ainsi dès le départ Heine et Nestroy par leur style et donne sans retenue sa préférence au dramaturge viennois.

55La référence intertextuelle à ce poème de Heine que Kraus méprisait tant figurait, du reste, déjà dans « Heine et les conséquences » où le satiriste avait cité in extenso la dernière strophe du texte :

  • 58 Schriften I : « Und kein Dichter ruft einem Fräulein, das den Sonnenuntergang gerührt betrachtet, d (...)

Et aucun poète n’adresse à une demoiselle qui contemple, émue, le coucher de soleil, les mots suivants :
Ô demoiselle, soyez gaie ! – C’est une pièce longtemps jouée ; – Le soleil se couche devant vous, – Mais il reviendra par derrière.
Non pas par respect pour la demoiselle mais par respect pour le coucher de soleil. Le cynisme de Heine se situe au niveau de la sentimentalité de la demoiselle58.

56Kraus se sert dans l’articulation de sa polémique contre Heine d’un hypotexte bien précis, le poème de Goethe Le Fiancé (Der Bräutigam), dont voici l’avantdernière strophe :

  • 59 Johann Wolfgang von Goethe, 1982, Poésies 2, trad. par Roger Ayrault (trad. modifiée), Paris, Aubie (...)

Le soleil déclinait et, la main dans la main,
Nous saluions le dernier regard béni
Et le regard plongé, brillant, dans le regard
Disait : « De l’Orient, espère qu’il reviendra ! »59

  • 60 Le poème de Heine La demoiselle au bord de la mer… constituait déjà une réponse ironique au poème d (...)

57À travers la référence au poème Le Fiancé, un texte qui comptait pour Kraus parmi les joyaux de la langue allemande, Goethe se voit défendu contre Heine et présenté, au même titre que Nestroy dans « Nestroy et la postérité », comme autorité littéraire et esthétique face à Heine60. Kraus pose ici la pierre de touche d’un nouveau canon littéraire au sein duquel il oppose Heine et Goethe pour mieux rapprocher ce dernier de Nestroy. La présence centrale de Goethe au sein de l’opposition Nestroy-Heine est en outre renforcée par la crypto-citation littérale du poème Prométhée dans l’expression utilisée par Kraus de « l’œil égaré du nouveau lecteur ». Voici les vers (23 à 25) du poème de Goethe :

  • 61 Trad. de Philippe Forget in Nouvelle histoire de la littérature allemande, 1998, t. II, Paris, Arma (...)

[…] Je tournai mon œil égaré
Vers le soleil, comme s’il y avait, de l’autre côté,
Une oreille pour entendre ma plainte […]61.

  • 62 Reserve, p. 79.

58Nestroy lui-même avait du reste, avant Kraus, proposé une variante de ces mêmes vers de Goethe : « Da droben ist kein Ohr, zu hören meine Klage, kein Herz wie meines, sich zu erbarmen, des Bedrängten. »62

  • 63 F 349-350/4 sq. : « mit Verachtung der Bedürfnisse des Publikums [...], um ungehindert empordenken (...)
  • 64 Ibid./3 : « Nicht wie Heine, dessen Witz mit der Welt läuft, der sie dort traf, wo sie gekitzelt se (...)

59Kraus n’a, par ailleurs, de cesse de discréditer Heine en le réduisant à un statut d’homme de lettres superficiel et d’humoriste à la mode, d’écrivain s’étant placé sciemment dans la mouvance de son temps (voir F 349-350/3) et dont les traits d’esprit meurent avec lui, tandis qu’il affirme au sujet de Nestroy, dans un système oppositionnel radical dont il est coutumier, que celui-ci n’a certes jamais totalement perdu de vue le goût du public, mais qu’il l’a satisfait « en méprisant les besoins du public […] pour pouvoir, sans entraves, élever sa pensée. »63 Kraus admire précisément en Nestroy le poète qui, contrairement à Heine, nage à contrecourant, se refuse à son époque et se place en opposition à elle : « Ce n’est pas comme de Heine, dont l’humour suit le cours du monde, qu’il touchait là où celui-ci voulait être chatouillé et dont il fut toujours à la hauteur, non, ce n’est pas comme de Heine qu’elle [i. e. la postérité] viendra à bout de Nestroy. »64

60Le deuxième critère de rejet de Heine et d’approbation de Nestroy est donc le rapport de l’écrivain à son temps. Nestroy fournit à Kraus une preuve concrète de ce que peut ou devrait être le lyrisme – la réalité saisie « de l’intérieur », dans la psychologie des personnages –, tandis que le « lyrisme feuilletonesque » (Feuilletonlyrik) de Heine va puiser dans le monde extérieur le sujet de ses feuilletons.

  • 65 Ibid./4 : « Nestroy hat aus dem Stand in die Welt gedacht, Heine von der Welt in den Staat. »

61Enfin, Kraus oppose en un chiasme la vision de Nestroy à celle de Heine : « La pensée de Nestroy partait de la classe sociale pour aller vers l’univers, celle de Heine de l’univers pour aller vers l’État. »65 Il considère notamment les personnages de Nestroy comme capables de s’élever au-dessus de leur statut social pour comprendre l’humanité – ce qui vaut en particulier pour le type des « raisonneurs », c’est-à-dire pour les rôles que Nestroy avait écrits pour être joués par luimême –, alors qu’il dépeint Heine comme partant de l’univers pour restreindre peu à peu son horizon à la petitesse de la vie quotidienne.

  • 66 Ibid./18 : « Denn er hat die Hinfälligkeit der Menschennatur so sicher vorgemerkt, daß sich auch di (...)

62Si Kraus montre dans « Nestroy et la postérité » l’antithèse Heine-Nestroy à partir de la question de leurs rapports respectifs à leur temps, c’est pour mieux introduire une analyse sociologique critique aiguë de ses contemporains, c’està-dire de la postérité de Nestroy. Kraus considère Heine comme responsable de ses « conséquences », tandis qu’il fait de Nestroy une victime des injustices de sa propre postérité. Pour lui, l’œuvre de Heine a la fâcheuse tendance à être portée par ses « conséquences », à s’adapter au goût de son temps comme à aller dans le sens de celui de la postérité. Il lui oppose, avec Nestroy, un satiriste qui avait su selon lui, au contraire, déceler dans la « bêtise de son temps » celle de toutes les époques et notamment celle de sa postérité : « Car il a consigné la fragilité de la nature humaine de façon si sûre que même la postérité pourrait encore se sentir observée par lui si elle n’avait acquis une peau épaisse. »66

63Kraus oppose donc Nestroy à Heine surtout pour des raisons littéraires, mais qui se répercutent sur le champ de la morale : il refuse en bloc le mélange provoqué à ses yeux par Heine entre presse et littérature, champ littéraire et champ journalistique qui trouve sa manifestation la plus évidente dans le genre hybride du feuilleton littéraire introduit, toujours d’après Kraus, par Heine. Le satiriste reprend ici largement les grands thèmes de la « marchandisation » de l’art et de l’instrumentalisation du langage esquissés dans « Heine et les conséquences » : pour lui, Nestroy pense « à partir » de la langue, dans la forme même, et n’utilise pas le langage comme un outil mais comme un moteur de la pensée ; à l’inverse, Heine pense « avec » le langage, ce qui le réduit au rang de simple auxiliaire de la pensée.

64Par le recours à Nestroy, Kraus cherche à purger la littérature de son envahissement par la presse et donc de sauvegarder l’indépendance du champ littéraire, ce qui ne manque pas d’ironie quand on sait que Nestroy a été directeur de théâtre et que son rapport à l’argent fut loin d’être clair : il n’hésita pas à puiser dans les caisses de son propre théâtre pour financer ses aventures extraconjugales ! Kraus est pourtant d’avis que, en faisant de la littérature un objet de commerce et non plus une recherche esthétique désintéressée sur le langage lui-même, la presse contemporaine a contribué à détruire son idéal de perfection linguistique, incarné notamment par Nestroy.

  • 67 Gerald Stieg, op. cit. : « kulturpolitisches Phänomen ». p. 51.

65Le satiriste tire donc du combat posthume dans lequel il engage Heine et Nestroy toute son actualité en tant que « phénomène politico-culturel »67. Il montre via Heine la dégradation de son temps dans celle du langage. On retrouve ici la méthode habituelle adoptée par Kraus dans ses grandes polémiques : disqualifier un individu pris comme représentatif d’un certain nombre d’autres et, ainsi, du piteux état du champ intellectuel de son époque. Le plus grand reproche que Kraus fait à Heine est d’avoir préparé le terrain à la dépravation de la langue allemande par le journalisme. Par-delà Heine, Kraus impute à la déchéance de la langue, prise comme valeur suprême, celle de toute une époque.

66Le rapport du satiriste à la littérature, thématisé dans l’opposition radicale Heine-Nestroy, repose sur un dualisme littéraire qui est le reflet d’un dualisme esthétique fondamental entre rejet du feuilletonisme d’un côté (Heine) et intronisation de la farce comme genre littéraire à part entière de l’autre (Nestroy).

67Le système d’identification ou, au contraire, de distanciation radicales de Kraus par rapport à un certain nombre de références littéraires dépasse le cadre restreint de la simple polémique : il s’agit pour lui de façonner – par l’approbation ou la dénégation – son propre système de valeurs et de références en matière littéraire et, plus généralement, artistique, de s’interroger en même temps sur la validité des critères adoptés pour accepter ou rejeter tel ou tel auteur. Kraus crée avec Nestroy, représentant de la tradition, le contrepoint positif d’une certaine conception de la modernité littéraire stigmatisée en Heine.

68La question n’est pas d’excuser, d’atténuer ou de justifier l’attitude souvent injuste, voire la mauvaise foi délibérée, de Kraus envers Heine, mais de tâcher de la comprendre. Force est de constater notamment que la vigueur de la critique de Kraus correspond à l’importance de l’enjeu de sa polémique littéraire : Kraus reproche à Heine la confusion qu’il a provoquée entre les deux champs de la littérature d’un côté et de la morale de l’autre, par son usage instrumental de ce qui constitue pour le satiriste la valeur suprême entre toutes, le langage. À l’inverse, Kraus s’efforce de faire rentrer Nestroy de plain-pied dans le champ littéraire en tant que satiriste et poète lyrique.

Les « conséquences » de Heine : Harden et Kerr

  • 68 Cette série de textes, comprenant « Le petit Pan est mort » (Der kleine Pan ist tot) de mars 1911, (...)

69Par-delà la polémique contre Heine, Kraus a au moins autant en vue les « successeurs » de Heine que le poète lui-même, considéré surtout comme le point de départ d’une évolution négative du langage et de la littérature. Le titre « Heine et les conséquences » semble d’ailleurs indiquer que les diatribes de Kraus visent aussi bien Heine que ses « descendants » : les grandes polémiques de Kraus contre Alfred Kerr, réunies sous le titre « Le cas Kerr » (Der Fall Kerr)68, datent de 1911 ; elles sont ainsi chronologiquement intercalées entre « Heine et les conséquences » (1910) et « Nestroy et la postérité » (1912) et participent d’un même mouvement polémique. « Le cas Kerr » apparaît même comme une sorte de passerelle thématique entre ces deux grands essais.

70Maximilian Harden et Alfred Kerr, deux journalistes allemands particulièrement influents, que Kraus rapproche d’ailleurs fréquemment dans « Le cas Kerr », comptent parmi les principales cibles de ses critiques.

  • 69 Voir Gerald Stieg, op. cit. : « die Frage der journalistischen Ethik in Sachen der Sexualität » (no (...)
  • 70 Canetti appréciait beaucoup ce texte de Kraus sur Harden : il l’a notamment rapproché de « Nestroy (...)
  • 71 Jacques Bouveresse, op. cit., p. 201.

71Le point de départ de la polémique de Kraus contre Harden, dont il fut longtemps proche, est de nature morale et concerne la question de « l’éthique journalistique en matière de sexualité »69. Ce que Kraus reproche fondamentalement à Harden, notamment dans « Maximilian Harden. Un règlement de comptes » (F 234-235/1-36, octobre 1907 : « Maximilian Harden. Eine Erledigung »)70 et dans « Maximilian Harden. Une nécrologie » (« Maximilian Harden. Ein Nachruf », en 1908), c’est de s’en être pris à la vie privée de ses adversaires, en particulier à des fins commerciales et politiques. Or « Kraus n’admettait pas cette utilisation de faits relevant de la vie privée à des fins politiques »71. Harden s’était servi d’une affaire d’homosexualité dans l’entourage de Guillaume II pour lancer une attaque politique à son encontre. En retour, Kraus fait, notamment dans « Maximilian Harden. Un règlement de comptes », une critique assassine tant du style et du caractère de Harden que de son travail de journaliste et de sa réputation personnelle. Pour le satiriste en effet, la personnalité et la qualité éthiques se voient reflétées dans le style même.

  • 72 Voir F 115/1-24 (septembre 1902). Kraus a mené une action importante en faveur du développement de (...)

72Si Kraus s’applique d’ailleurs avec une telle virulence à blâmer Harden et Kerr, c’est qu’il s’agit d’un de ses plus importants combats : sans relâche, le satiriste a lutté pour la protection et le respect de la sphère privée dont il a, en particulier dans « Morale et criminalité » (Sittlichkeit und Kriminalität), proclamé l’absolue inviolabilité72.

  • 73 Schriften III : « Pan war der Sohn des Hermes. Dieser aber ist ein Handelsgott und heißt jetzt Cass (...)

73Selon Kraus, Alfred Kerr se sert strictement de la même méthode que Harden. Le 1er mars 1912, Kerr publie dans la revue expressionniste Der kleine Pan (dont il était directeur depuis 1910) le billet que Traugott von Jagow, alors préfet de police de Berlin, avait fait parvenir à l’actrice Tilla Durieux, l’épouse de l’éditeur de la revue Pan, Paul Cassirer. La réplique de Kraus ne se fait pas attendre : dès mars 1911, dans « Le petit Pan est mort », il accuse Kerr à la fois de violer la vie privée de Jagow et d’exploiter cette affaire à des fins mercantiles : « Pan était le fils d’Hermès. Mais celui-ci est un dieu du commerce et s’appelle maintenant Cassirer. »73

  • 74 Ibid. : « Die polemische Unfähigkeit des Herrn Kerr bedarf der Stütze. » p. 199.
  • 75 Ibid. : « Polemik soll den Gegner um seine Seelenruhe bringen, nicht ihn belästigen. » p. 207.
  • 76 Ibid. : « Ich habe ihn gewürgt, aber er hat sich erdrosselt. » p. 214.
  • 77 Ibid. : « Weil sich nichts Vernichtenderes gegen diesen Kerr unternehmen lässt, als wenn man ihm da (...)

74Le ton de la polémique contre Kerr se fait au fil des articles de plus en plus mordant et ne tarde pas à basculer dans la satire. Dans « Le petit Pan râle encore », Kraus constate par exemple que « [l’]incapacité polémique de monsieur Kerr a besoin d’un tuteur. »74 Il s’agit non seulement d’attaquer son rival mais encore de le réduire à néant psychologiquement : « La polémique doit ôter à l’adversaire sa tranquillité d’esprit, non l’importuner. »75 On retrouve ici la même stratégie d’éreintage de l’adversaire que dans « Heine et les conséquences » et « Nestroy et la postérité », condamné autant sur un plan littéraire que sur un plan éthique. Dans « Le petit Pan pue encore », le satiriste savoure son succès en citant les termes de Kerr sur son compte, qui témoignent d’une véritable pratique d’autodisqualification. Kraus décrit cette dernière en termes de « suicide » (Selbstmord) : « Je l’ai pris à la gorge mais il s’est lui-même étranglé. »76 Ou encore : « Parce que l’on ne peut rien entreprendre de plus destructeur contre ce Kerr que de lui laisser la parole. Que l’on lise, que l’on compare ! »77 La stratégie que Kraus emploie avec Kerr consiste donc non pas à le priver de la parole, mais à la lui laisser pour qu’il se désavoue lui-même.

  • 78 Ibid. : « die letzten Zuckungen des sterbenden Feuilletonismus ». p. 186.

75Kraus évoque par ailleurs fréquemment dans « Le cas Kerr » l’idée d’une filiation directe Heine-Harden-Kerr. Dans « Le petit Pan est mort », il suggère dès le début l’existence de similitudes entre le style du « petit Pan » (Kerr), qui représente selon lui « les derniers soubresauts du feuilletonisme mourant »78, et celui de Heine. Plus loin, il évoque explicitement la « parenté avec Heine » (Heine-Verwandtschaft) de Kerr. Dans « Le petit Pan râle encore », Kraus, distinguant le style de Kerr de son propre style, constate aussi la dépendance du style de Kerr vis-à-vis de celui de Heine (p. 196). L’idée d’une filiation entre les deux est encore réutilisée dans « Le petit Pan pue déjà » (p. 211).

  • 79 Ibid. : « unvergeßlichen Worten ». p. 193.

76Un dernier aspect, toujours tiré du texte « Le petit Pan râle encore », s’avère particulièrement intéressant dans la perspective de la réception de Nestroy. Kraus, considérant le problème de l’esthète à partir de l’exemple de Kerr, en vient à recourir aux « mots inoubliables »79 de Nestroy pour réduire son opposant à néant. L’exemple retenu de la pièce Une pinte de bon sang aux dépens d’autrui (I, 13), qui traite de la toute-puissance de l’argent comme cause de la disparition de la morale, sert très bien les intentions de Kraus. Les citations soigneusement sélectionnées dans la pièce de Nestroy comptent parmi les arguments les plus efficaces du satiriste contre Kerr et participent directement de sa stratégie rhétorique :

  • 80 Johann Nestroy : 1985, p. 94 ; ibid. : « “Glauben Sie mir, junger Man ! Auch der Kommis hat Stunden (...)

« Croyez-moi, jeune homme ! Le commis lui aussi a ses heures où, appuyé sur un tonneau de sucre, il se plonge dans de douces rêveries ; alors, un poids de 25 kg lui pèse sur le cœur parce que, dès sa jeunesse, il a été enchaîné à la boutique, comme un chien à sa niche. Lorsqu’on n’apprend les événements du monde que par des livres défectueux jetés au rebut, juste assez bons pour l’épicier, lorsqu’on ne connaît le lever du soleil qu’à travers la lucarne de sa mansarde, et le coucher du soleil seulement par les récits des clients, il vous reste un vide dans votre intérieur que tous les tonneaux d’huile du midi et tous les tonneaux de harengs du nord ne peuvent combler, une fadeur que ne peuvent épicer tous les arômes des Indes. »80

  • 81 Schriften III : « Mit einem Wort, auch der Feuilletonist hat Stunden, wo er sich nach dem Leitartik (...)
  • 82 Ibid. : « Einen Jux will er sich machen, der Weinberl. Einen ethischen Spaß nennt es der Herr Kerr.(...)
  • 83 Ibid. : « Je n’ai jamais été un sacré gaillard » ; « Oh, j’ai été un sacré Kerr » (c’est nous qui s (...)

77Ce passage de Nestroy, repris à son compte par Kraus, a pour fonction de tourner en dérision la posture de l’esthète (Weinberl), incarnée ici par Kerr. Kraus procède dans son commentaire de la citation à une transformation légère des termes de l’original de Nestroy pour les appliquer au cas de Kerr et du feuilletoniste aspirant aux hauteurs. Le personnage de Weinberl est ainsi mis sur un pied d’égalité avec le feuilletoniste Kerr : « En un mot, le feuilletoniste lui aussi a ses heures où il aspire à l’éditorial. »81 La suite de la citation vise tout autant à condamner Kerr dont Kraus parodie les termes utilisés pour se justifier : « Il veut se payer une bonne farce, Weinberl. Une plaisanterie éthique, voilà comment monsieur Kerr appelle ça. »82 Kraus s’en prend ici, en se référant à Nestroy, à l’immoralité de Kerr et transporte derechef la querelle littéraire dans le champ de la morale et du droit : à l’aide du passage emprunté à Nestroy, il pointe la violation de la dignité humaine commise par Kerr. En citant le titre de la pièce de Nestroy (Einen Jux will er sich machen), Kraus met en parallèle le bon mot de Weinberl et la plaisanterie faussement éthique de Kerr. Il réécrit enfin, en un jeu de mots sur l’homophonie Kerl-Kerr, les termes de Weinberl. « Ich war nie ein verfluchter Kerl » devient: « Oh, ich war ein verfluchter Kerr »83.

  • 84 Ibid. : « Wenn mir aber ein Weichkopf, der Absynth noch immer für einen ganz besonderen Saft hält u (...)
  • 85 HKA Stücke 17/II (éd. par W. Edgar Yates) : « [...] die edelste Nation unter allen Nationen is die (...)
  • 86 Schriften III : « […] mein Stil kreischt von allen Geräuschen der Welt, er kann für Wien und für de (...)

78Kraus se penche également, toujours dans « Le petit Pan râle encore », sur la contre-attaque de Kerr : « Mais si un esprit avachi, qui continue à tenir l’absinthe pour un jus tout particulier et est convaincu du côté indispensable de Montmartre, me reproche des “austriacismes”, alors il ne me reste plus qu’à me réfugier dans la résignation. »84 Outre la possible allusion au Faust I de Goethe, Kraus introduit très probablement ici, de manière cryptée, un mot fameux de Nestroy, tiré de La jeune fille du faubourg (I, 12) : « […] la plus noble de toutes les nations, c’est la résignation. »85 En d’autres termes, le Berlinois Kerr aimerait réduire Kraus à un rang de phénomène local viennois et de Hanswurst autrichien. Le parallèle antithétique Kraus-Kerr correspond à l’opposition Vienne-Berlin signalée par Kraus luimême : « […] mon style crisse de tous les bruits du monde, il est peut-être écrit pour Vienne et pour le cosmos, mais certainement pas pour Berlin et Königsberg. »86 En somme, Nestroy demeure incompris à Berlin et Königsberg, mais Vienne comprend, à l’inverse, à la fois Berlin et Königsberg, ainsi que le monde entier, le « cosmos ».

  • 87 Gerald Stieg : 1993, p. 86.

79Kraus inclut donc Nestroy comme arme satirique de premier ordre dans sa propre polémique contre Kerr et se sert de passages du dramaturge pour se jouer de son rival. La lutte – ouverte dans « Le cas Kerr » et « camouflée » dans « Nestroy et la postérité » – de Kraus contre Kerr recoupe en quelque sorte l’opposition explicite Nestroy-Heine. L’équation Nestroy contre Heine dans « Heine et les conséquences » et « Nestroy et la postérité » correspond à l’équation explicite Kraus contre Kerr dans « Le cas Kerr » : « On peut aller jusqu’à affirmer que Kraus joue le rôle d’un Nestroy redivivus face à une réincarnation de Heine en la personne de Kerr. »87

  • 88 Allan Janik, 1999, « Kraus, Wittgenstein et la philosophie du langage », in Austriaca no 49, p. 82.
  • 89 Schriften I : « Daß einer ein Mörder ist, muß nichts gegen seinen Stil beweisen. Aber der Stil kann (...)

80La fustigation littéraire et morale de Kerr par Kraus éclaire sa critique de Heine, ainsi que ses enjeux profonds : le satiriste rejette Kerr exactement comme il avait rejeté Heine, au nom d’« une morale absolue fondée sur le style »88 : « Ce n’est pas parce que quelqu’un est un assassin que l’on peut nécessairement en déduire quelque chose au niveau de son style. En revanche, le style peut prouver qu’il est un assassin. »89

Heine, Nestroy… et l’histoire littéraire

  • 90 F 405/3 (février 1915) : « die dümmsten Menschen der Erde » (notre traduction).
  • 91 Voir les références systématiquement polémiques aux historiens de la littérature dans « Nestroy et (...)

81Harden et Kerr ne sont pas les seules « conséquences » de Heine que Kraus a en vue. En condamnant Heine pour mieux réhabiliter par contraste Nestroy, Kraus attaque plus généralement ceux qu’il tient pour les « hommes les plus bêtes de la terre »90, les historiens de la littérature, une fois de plus évoqués peu à leur avantage dans « Nestroy et la postérité »91. C’est à cette aune qu’il faut lire l’élévation particulièrement provocatrice de Nestroy au rang de plus grand satiriste de la langue allemande et le rejet de la vision, communément admise par les historiens de la littérature, de Nestroy comme simple « auteur de farces » (Possenreißer). Kraus va même jusqu’à rejeter en bloc l’institution qui porte et soutient de telles idées, à laquelle il oppose sa propre institution, incarnée par lui-même et la verve de sa plume satirique.

  • 92 Voir Schriften IV, p. 99-102. Kraus avait aussi annoncé dès 1911 une « [r] azzia imminente sur les (...)
  • 93 Schriften I : « Historiker sind Leute, die zu schlecht schreiben, um an einem Tagesblatt mitarbeite (...)
  • 94 Ibid. : « Literaturgeschichte ist die Unfähigkeit zum Journalismus. » (Notre traduction) p. 100.

82Dès avril 1911, il avait prévenu son lectorat d’une future « razzia sur les historiens de la littérature »92 : « Les historiens sont des gens qui écrivent trop mal pour pouvoir collaborer à un quotidien. »93 Il place même les historiens – parmi lesquels le nom de Heinrich Friedjung est cité comme « modèle » négatif – au sommet de la hiérarchie de son mépris, les journalistes (Harden est cité comme le pendant contrastique de Friedjung dans son domaine) s’en tirant à moindre mal : « L’histoire littéraire est l’incapacité au journalisme. »94

83Le manifeste le plus violent de Kraus contre l’histoire littéraire est « Razzia sur les historiens de la littérature » (Razzia auf Literarhistoriker), une suite de textes rédigés en janvier 1912, soit quelques mois seulement avant « Nestroy et la postérité », qui porte encore le sceau de la polémique de Kraus contre l’histoire littéraire. Il y déclare notamment :

  • 95 Schriften III : « Wo ich geh’und steh’, wimmelt es jetzt von Literarhistorikern, also von Historike (...)

Le lieu de mes allées et venues grouille maintenant d’historiens de la littérature, donc d’historiens qui n’ont aucun lien avec la littérature et, pour cette même raison, ne s’appellent qu’historiens de la littérature. Comment dois-je m’y prendre avec ces gens-là ? Je veux châtrer ceux qui le sont déjà et, ainsi, empêcher les suivants. Je veux rendre le métier suspect95.

  • 96 Ibid. : « Dieser Sörgel schreibt einen einheitlichen Stil, nämlich den Stil von fünfhundert gleichw (...)

84Parmi les historiens de la littérature, Kraus s’en prend surtout à Albert Soergel (rebaptisé Sörgel, en référence au terme allemand de « Sorge », qui signifie « souci ») et à son ouvrage Dichtung und Dichter der Zeit. L’angle d’attaque est, une nouvelle fois, essentiellement linguistique : « Ce Sörgel écrit un style unitaire, le style de cinq-cents reporters littéraires de même valeur, dont les opinions lui sont devenues accessibles et courantes. Il est objectif. »96

85Enfin, dans la brève notice « Au sujet de la fête pour Nestroy » (F 347-348/27 sq., avril 1912 : « Zur Nestroy-Feier »), Kraus fond sur l’historien de la littérature Hirth, inconnu aujourd’hui, qui avait avancé la date de la mort de Nestroy de deux jours, en la fixant au 23 avril 1862. Comme souvent, le satiriste profite de cette erreur factuelle pour étendre sa critique singulière de Hirth à une mise en cause de l’histoire littéraire dans son ensemble.

  • 97 C’est à partir de 1760 que débute à Vienne une violente campagne contre la farce visant à « épurer  (...)
  • 98 Nestroy est l’héritier d’une tradition bien précise, celle du théâtre populaire viennois, qui se si (...)

86En s’inscrivant en faux contre une histoire littéraire qui porte Heine au pinacle et voue Nestroy aux gémonies, en réhabilitant de manière délibérément polémique Nestroy au détriment de Heine, Kraus critique directement les critères de jugement de l’historiographie littéraire de son temps. Si l’on replace le « problème » Nestroy dans un contexte plus large, force est de constater que l’ensemble du théâtre populaire viennois était absent, voire délibérément exclu des histoires littéraires de langue allemande de cette époque, conséquence plus que probable de la « querelle du bouffon » (Hanswurststreit)97 du XVIIIe siècle. Nestroy se situait effectivement, par son théâtre même, reposant sur l’utilisation des différents registres de langue (du plus bas au plus élevé) et sur des intrigues souvent mouvementées, en opposition à une certaine norme classique de la littérature avec laquelle il est en décalage98.

  • 99 Johann Christoph Gottsched, 1982, Schriften zur Literatur, Stuttgart, Recla : « Derjenige Geschmack (...)

87Le théâtre de Nestroy s’oppose tout d’abord à la norme incarnée par le classicisme de Johann Christoph Gottsched et ses successeurs, qui impose la pureté et l’unicité du style, en référence au modèle de la tragédie classique française hérité de la tragédie antique, comme norme fondamentale de la « bonne » littérature. Gottsched n’a d’ailleurs de cesse de mêler qualité de style et qualité morale de l’écrivain. À ses yeux, un style noble ou « beau » correspond à une âme, à une raison et à un « goût » (Geschmack) moralement justes : « Est donc bon le goût qui est en harmonie avec les règles qui ont été fixées […] par la raison. »99

  • 100 Roland Krebs, 1985, L’Idée de « Théâtre National » dans l’Allemagne des Lumières, Wiesbaden, Harras (...)
  • 101 Goethe et Lessing avaient en leur temps, contrairement à beaucoup, pressenti l’importance de Hanswu (...)
  • 102 F 349-350/4 : « kosmischer Hanswurst ».
  • 103 Ibid. : « Ein irdischer Politiker sagt uns mehr als ein kosmischer Hanswurst. » Kraus évoque aussi (...)

88Par ailleurs, Gottsched s’inscrit dans une tradition de discrédit systématique, de marginalisation du rire et de l’amusement propre notamment à la littérature autrichienne depuis Abraham a Sancta Clara. De ce point de vue d’éducation morale rigoriste, Nestroy rentre parfaitement dans le canon de la basse littérature, moralement condamnable, dans la mesure où il ne cesse de contrevenir, notamment par son usage du comique et de la langue, à ces règles établies et de négliger ce qui, depuis Gottsched, est considéré comme le bon goût en matière de littérature. Comme le fait remarquer Roland Krebs, « […] pour un partisan de l’Aufklärung, le théâtre n’est ni un rite social ni un lieu de distraction, mais bien une “institution morale” »100. En ce sens, « Nestroy et la postérité » constitue une résurgence de la « querelle du bouffon » du XVIIIe siècle101. Kraus lui-même présente d’ailleurs Nestroy comme un « bouffon cosmique »102, ce que l’on peut lire comme une référence directe à la « querelle du bouffon », en quelque sorte actualisée dans l’antithèse Heine-Nestroy : « Un politique terrestre [i. e. Heine] nous en dit plus qu’un bouffon cosmique [i. e. Nestroy]. »103

  • 104 « Bürgerlicher “Geschmack” ». Nous employons cette dénomination générique d’ordre sociologique (le (...)
  • 105 La plupart de ces noms sont cités dans « Nestroy et la postérité », p. 16. Le seul à s’en tirer à b (...)

89Le théâtre de Nestroy va aussi à l’encontre du « “goût” bourgeois »104, de l’idéalisme moral et esthétique et de ses variantes au XIXe siècle. Friedrich Hebbel, Friedrich Theodor Vischer, les membres du groupe Jeune Allemagne Karl Gutzkow et Heinrich Laube, Emil Kuh105… ont tous en commun de rejeter Nestroy pour des raisons morales : le dramaturge est ainsi rendu responsable du déclin de la morale et son style constamment qualifié de « vulgaire » (gemein). Gutzkow évoque Nestroy en ces termes dans ses « Impressions viennoises » (Wiener Eindrücke) de 1845 :

  • 106 Karl Gutzkow, s. d., Werke. Auswahl in zwölf Teilen (éd. par R. Gensel), erster Teil (Aufsätze zur (...)

L’ambiguïté et l’auto-ironie ont, tout particulièrement dans les pièces de Nestroy, exercé sur les classes inférieures une influence qui leur a dérobé deux des plus précieux joyaux du caractère populaire : la contemplation éthique fondamentale des choses et la confiance crédule dans les hommes106.

90Voici encore ce qu’écrivait Vischer en 1860 sur le dramaturge :

  • 107 Friedrich Theodor Vischer (Kritische Gänge), cité par Otto Basi : 2001 : « [...] Nun aber dieser Ne (...)

[…] Mais alors ce Nestroy ! Il disposait d’une gamme de tons et de mouvements où, pour un juste sentiment, le dégoût et le vomissement vous gagnent. Nous ne voulons pas voir poussée devant nos yeux dans toute sa nudité la nature bestiale de l’homme telle qu’elle se manifeste au seuil du plaisir le plus sensuel ; nous ne voulons pas les entendre, ce « eh » et ce « oh » scabreux guidés par le sarcasme, qui souille toujours un plus noble sentiment ; nous ne voulons pas les percevoir, ces blagues puantes qui suggèrent que le plus profond sanctuaire de l’humanité cache un phallus107.

  • 108 Voir W. Edgar Yates, 1997, « Sex in the Suburb : Nestroy’s Comedy of Forbidden Fruit », in Modern L (...)

91Vischer, qui a également critiqué ailleurs la lascivité des opérettes d’Offenbach, n’a de toute évidence guère apprécié le traitement de la sexualité chez Nestroy, dont W. Edgar Yates a pourtant montré l’importance dans un article fort convaincant108.

92Heinrich Laube emprunte, lui, aux registres métaphoriques de la corrosion et du poison pour condamner Nestroy :

  • 109 Heinrich Laube, 1909, « Erinnerungen 1810-1840 », in H. L., Ausgewählte Werke in 10 Bänden, vol. 8, (...)

Nestroy […] n’apparaissait alors qu’à moitié à l’horizon du ciel théâtral des faubourgs. Il n’était plus innocent même là-bas, mais le poison qui le rendit plus tard corrosif et important pour Vienne était encore faible. La force spirituelle de la vulgarité nous donnera toujours beaucoup de fil à retordre109.

  • 110 F 349-350/16 : « [...] Jean Paul haßt und Heine liebt. »
  • 111 « Ich habe Witz gesehen, aber er lag im Kote ; ich habe gute Einfälle gehört, aber sie hatten Eiter (...)

93C’est précisément contre ces critiques qui, à l’exemple de Moritz Gottlieb Saphir (également cité dans « Nestroy et la postérité »), « […] haï[ssent] Jean Paul et aime[nt] Heine »110, que Kraus entreprend de défendre Nestroy. La diabolisation de Nestroy par Saphir, l’un de ses plus farouches opposants au sein de la critique théâtrale viennoise, se recoupe largement, tant au niveau des champs sémantiques utilisés que de l’angle moral de la critique, avec celles de Vischer et Laube : « J’ai vu des bons mots, mais ils baignaient dans la merde ; j’ai entendu de bonnes idées, mais elles possédaient des furoncles ; j’ai entendu de bonnes blagues, mais elles étaient contaminées. C’était une fête en l’honneur de la vulgarité […]. »111

  • 112 Franz Dingelstedt, Die Poesie in Österreich, cité par Martin Ster : 2002 : « Verwilderung des Gesch (...)
  • 113 Voir Martin Stern, op. cit., p. 46 sqq.

94Martin Stern a par ailleurs recensé dans son article « Die Nestroy-Polemik des deutschen Vormärz – Vorspiel des “Poetischen Realismus” » d’autres exemples provenant de représentants du Vormärz allemand qui complètent les prises de position particulièrement violentes de Gutzkow, Laube, Saphir ou Vischer sur Nestroy : ainsi le Hessois Franz Dingelstedt rend-il en 1837 l’acteur Nestroy coresponsable de la « dépravation du goût » et d’une « démoralisation profonde et venimeuse » de la société112. L’aversion des auteurs allemands de passage à Vienne ne porte pas seulement sur les textes mais aussi sur la gestuelle et la mimique, c’est-à-dire sur la performance d’acteur de Nestroy. Les témoignages du Berlinois Adolf Glaßbrenner dans Bilder und Träume aus Wien (1836) et d’August Heinrich Hoffmann von Fallersleben, l’auteur de l’hymne allemand, au sujet d’une mise en scène de La funeste nuit de carnaval à laquelle il a assisté à Vienne en 1839, vont strictement dans la même direction113.

95La condamnation littéraire de Nestroy au nom de la morale semble donc bien être le dénominateur commun entre ces diverses prises de position conjointes d’Allemands du Nord sur le dramaturge.

96L’écart différentiel entre Nestroy et les normes de l’histoire littéraire est, au temps de Nestroy comme à l’époque où Kraus écrit « Nestroy et la postérité », absolu : Nestroy ne rentre pas dans les canons littéraires régnants et les critères de la « bonne littérature », ce qui explique que, dans la vision classique de la littérature héritée de Gottsched, il ait été longtemps tenu pour indigne de figurer dans les histoires de la littérature de langue allemande « respectables ».

  • 114 Voir Young-Kyun Ra, 2003, « Die Nestroy-Rezeption in der Literaturgeschichtsschreibung », in Nestro (...)
  • 115 Georg G. Gervinus, 1853, Geschichte der deutschen Dichtung, vol. 5, Leipzig, W. Engelman : « Zeugni (...)
  • 116 Voir Young-Kyun Ra : 1999, p. 31.

97Dans son ouvrage Probleme der Literaturgeschichtsschreibung. Überlegungen zur österreichischen Literatur in deutschen Literaturgeschichten, am Beispiel von Johann Nestroy, Adalbert Stifter und Karl Kraus dargestellt (1999), Young-Kyun Ra a mis en lumière la place extrêmement restreinte ou sporadique qui était réservée à Nestroy dans les histoires de la littérature du XIXe siècle. On peut même parler d’absence pure et simple de Nestroy dans les histoires littéraires de la première moitié du siècle : August Koberstein (Grundriß zur Geschichte der deutschen National-Literatur. Zum Gebrauch auf Gymnasien, Leipzig, Vogel, 1830), Heinrich Gelzer (Die deutsche poetische Literatur seit Klopstock und Lessing. Nach ihren ethischen und religiösen Gesichtspunkten, Leipzig, Weidmann, 1841), Theodor Mundt (Allgemeine Literaturgeschichte, 3 vol. , Berlin, M. Simon, 1842), August Friedrich Christian Vilmar (Vorlesungen über die Geschichte der deutschen National-Literatur, Marburg/Leipzig, Elwert, 1845), Joseph Hillebrand (Die deutsche Nationalliteratur seit dem Anfange des achtzehnten Jahrhunderts, besonders seit Lessing, bis auf die Gegenwart, historisch und ästhetisch-kritisch dargestellt, 3 vol. , Hamburg/Gotha, Perthes, 1845-1846) et Ludwig Ettmüller (Handbuch der deutschen Literaturgeschichte von den ältesten bis auf die neuesten Zeiten mit Einschluß der angelsächsischen, altskandinavischen und mittelniederländischen Schriftwerke, Leipzig, 1847) n’évoquent même pas son nom114. Le cas de Gervinus, le père fondateur de l’histoire littéraire en Allemagne, est également éclairant. Ce dernier ne fait que fort peu de cas de Nestroy, brièvement cité en compagnie de Bäuerle, Gleich et Stegmayer : Gervinus précise simplement que les représentations du théâtre populaire viennois ne sont que les « témoignages d’un estomac gavé, ne pouvant plus être chatouillé que par les excitants les plus forts. »115 Nestroy semble alors condamné soit à une brève mention marginale (comme chez Gervinus) soit à une absence totale au sein des histoires littéraires. L’absence quasi complète du dramaturge dans les histoires littéraires allemandes du début du XIXe siècle coïncide d’ailleurs, plus généralement, avec une négligence de l’historiographie littéraire allemande vis-à-vis de la littérature autrichienne dans son ensemble, marginalisée et traitée de manière surtout anecdotique116.

  • 117 Voir Wendelin Schmidt-Dengler, op. cit. : « La “vulgarité” est le mot qui semble constituer le poin (...)
  • 118 Young-Kyun Ra : 2003 : « Es gibt keine einzige Literaturgeschichte in diesem Zeitraum, die ein tats (...)

98Les histoires littéraires de la seconde moitié du XIXe siècle mentionnant Nestroy apparaissent, elles, réunies autour d’une critique particulièrement négative d’un auteur auquel on reproche par-dessus tout son « style bas » (niederer Stil) et sa « vulgarité » (Gemeinheit)117. Le bilan de Young-Kyun Ra sur le traitement de Nestroy par l’histoire littéraire du XIXe siècle est édifiant : « Il n’y a pas une seule histoire de la littérature au cours de cette période qui rende un jugement réellement positif sur Nestroy. »118

  • 119 Richard M. Meyer, 1912, Die deutsche Literatur des neunzehnten Jahrhunderts, Berlin, Bondi : « Mit (...)
  • 120 Voir Anselm Salzer, 1927, Illustrierte Geschichte der deutschen Literatur von den ältesten Zeiten b (...)
  • 121 Eduard Engel, 1906, Geschichte der deutschen Literatur von den Anfängen bis in die Gegenwart, Leipz (...)

99À l’aube du XXe siècle, il ne semble guère y avoir d’amélioration. Le germaniste Richard M. Meyer écrivait encore en 1912 : « C’est avec un flair diabolique qu’il dégotait partout la bassesse, l’animalité et la vulgarité. […] Il tient, au fond, toute poésie et tout idéalisme vraiment pour des boniments et ne croit qu’aux plaisirs les plus corporels. »119 Anselm Salzer complète ce jugement négatif et méprisant en insistant sur l’absence de poésie et de qualités artistiques chez Nestroy120. Il lui dénie tout « effet élévateur » (erhebende Wirkung). On retrouve ici une variante de la « bassesse » de Nestroy fustigée par Saphir ou Vischer. Salzer s’en prend aussi à la structure des pièces de Nestroy, en particulier au caractère chaotique de l’action. La critique d’Eduard Engel a le même objet : « Ses pièces sont […] mal construites, ne passionnent pas jusqu’à la fin mais épuisent aussi le modeste spectateur. »121

  • 122 Josef Nadler, 1932, Literaturgeschichte der deutschen Stämme und Landschaften, Regensburg, J. Habbe (...)
  • 123 Ibid. : « Nestroy war ein Dämon der zersetzenden, grübelnden, mephistophelischen Vernunft. » p. 424 (...)

100Les passages que Josef Nadler consacre à Nestroy dans sa Literaturgeschichte der deutschen Stämme und Landschaften s’inscrivent bien dans ce tableau d’ensemble. D’abord, Nadler reprend à son compte l’opposition stéréotypée dans l’histoire littéraire du XIXe siècle entre Raimund et Nestroy, Nestroy apparaissant comme un froid calculateur et comme le pendant cynique de Raimund : « D’un côté Raimund, chantre d’un idéalisme grave, de l’autre Nestroy, défenseur d’un réalisme presbyte, qui met tout fondamentalement en doute. »122 Il perpétue en outre la thèse selon laquelle Nestroy serait responsable de la mort de Raimund, dans la mesure où Nestroy aurait parodié, dans Lumpacivagabundus, la pièce Le gaspilleur (Der Verschwender) de Raimund. La parodie (Lumpacivagabundus date de 1833) précéderait donc l’original (Le gaspilleur date de 1834) ! Dans Robert der Teuxel, Nestroy aurait également attaqué Der Freischütz de Weber, véritable sanctuaire national allemand. Or il s’agit en fait d’une parodie de Robert le Diable de Meyerbeer. Enfin, Nadler met l’accent, comme nombre de ses homologues de l’époque, sur le côté « démoniaque » de Nestroy : « Nestroy était un démon de la raison destructrice, besogneuse et méphistophélique. »123

  • 124 Wendelin Schmidt-Dengler, op. cit.: « Die Literaturgeschichten zu Beginn des 20. Jahrhunderts sind, (...)

101Wendelin Schmidt-Dengler écrit pour résumer : « Les histoires littéraires du début du XXe siècle sont, si tant est qu’elles le prennent en considération, généralement pleines de mépris envers Nestroy. »124

  • 125 Celui-ci est effectivement un topos récurrent dans l’histoire littéraire, surtout au XIXe siècle ma (...)

102La volumineuse et fameuse Deutsch-österreichische Literaturgeschichte de Nagl-Zeidler-Castle (vol. 2, 1917, p. 551-564) semble toutefois fournir un premier exemple notable de changement dans l’appréciation de Nestroy par l’histoire littéraire. Les auteurs récusent tout d’abord le rapprochement entre Nestroy et Raimund125 en insistant sur les particularités respectives des deux dramaturges :

  • 126 Nagl-Zeidler-Castle (éds), 1917, Deutsch-österreichische Literaturgeschichte, Wien, Carl Fromme : « (...)

[...] mais il [Nestroy] ne s’est a priori pas présenté comme un parodiste conscient du poète populaire [Raimund]. [...] En tout cas, Nestroy aussi a créé à partir de sa propre nature et peut prétendre, sans que l’on se retourne vers Raimund, à être honoré comme un produit autonome du goût viennois126.

  • 127 Ibid. : « Von der Schauspielerei kam Nestroy in die Theaterdichterei. […] Nestroy ist immer Schausp (...)

103De plus, le lecteur est invité à considérer Nestroy, ce qui constitue alors aussi une grande nouveauté, autant comme un écrivain que comme un homme de théâtre : « Nestroy est parti de l’art dramatique pour atteindre l’art théâtral. [...] Nestroy est toujours resté acteur et écrivain. » Il est encore question plus loin de « l’art de Nestroy comme acteur et écrivain »127.

104Même si « Nestroy et la postérité » n’est pas directement cité, la description de Nestroy à la fois comme acteur et comme écrivain peut être lue comme une réponse critique éventuelle à la dichotomie faite par Kraus entre l’homme de lettres et l’homme de théâtre Nestroy. Cela est d’autant plus plausible que le deuxième volume de la Deutsch-österreichische Literaturgeschichte de Nagl-Zeidler-Castle est paru en 1917, soit cinq ans après « Nestroy et la postérité », dont les auteurs pouvaient donc difficilement ignorer l’existence.

105Hormis cet exemple encore marginal, c’est contre la double présentation de Nestroy comme plaisantin et comme corrupteur de la vie morale que Kraus s’élève avec vigueur dans « Nestroy et la postérité ». L’un des mérites du satiriste est de mettre le doigt sur un problème central de la réception de Nestroy : les causes de sa non-acceptation par l’instance suprême en matière de canonisation, l’histoire littéraire. Kraus entend offrir à Nestroy le rang qu’il lui estime dû au sein du champ littéraire en provoquant un changement d’horizon esthétique radical dans l’histoire littéraire. Cette réhabilitation passe d’une part par une remise en question systématique des fondements de cette même histoire littéraire au sujet de Nestroy et d’autre part, positivement, par la mise en évidence des qualités de satiriste et d’ « artiste du verbe » (Sprachkünstler) propres au dramaturge. La reconnaissance de l’écart différentiel entre Nestroy et les canons de l’histoire littéraire classique impose un réajustement esthétique, une remise en cause fondamentale des canons adoptés jusque-là par l’historiographie littéraire.

106Son rejet de l’histoire littéraire pousse même Kraus à créer dans « Nestroy et la postérité » un véritable contre-canon littéraire où Nestroy se voit confronté à d’autres auteurs comme Heine. C’est également le sens du violent rejet de Shaw et surtout de Hofmannsthal au profit de Nestroy :

  • 128 F 349-350/7: «Er [Nestroy] verfährt anders als der bekanntere zeitgenössische Umdichter Hofmannstha (...)

Il [i. e. Nestroy] procède autrement que le remanieur contemporain plus connu Hofmannsthal, qui dépouille de respectables cadavres pour y inhumer à la place des cadavres douteux et qui s’inscrirait en faux, au sein de son métier sérieux, contre une comparaison avec un auteur de farces. Comme tous les bons lecteurs, monsieur de Hofmannsthal réduit l’œuvre au sujet128.

  • 129 Pierre-Antoine Huré, 2004, Savons-nous lire Hofmannsthal ? La Lettre de Lord Chandos cent ans après (...)

107Dans ce passage, qui compte parmi les plus violents de Kraus contre Hofmannsthal, le satiriste attaque d’abord, en une métaphore mortuaire, la capacité de recréation des sources opéré par Hofmannsthal que ses spécialistes reconnaissent en revanche aujourd’hui souvent comme une qualité remarquable de son œuvre : « Hofmannsthal […] n’est pas homme à “citer” les textes passés, il les évoque à la façon de spectres vivants, il les fait revivre, les transmue tel le grand Alchimiste »129. Les métaphores vitalistes employées ici s’opposent presque littéralement à celles de Kraus, qui font appel au champ sémantique de la mort (dépouille, cadavres, inhumer). Le satiriste considère Hofmannsthal surtout comme un imitateur indigne de Goethe et du style classique.

  • 130 Voir les pages que Pierre-Antoine Huré consacre à cette question in op. cit., p. 36 sqq.
  • 131 F 1/27 (avril 1899): « [Hofmannsthal] flieht noch immer das Leben und liebt die Dinge, welche es ve (...)

108Kraus formule une seconde critique envers Hofmannsthal, stigmatisant sa prétention littéraire et ses penchants esthétisants, une critique encore fréquemment faite à Hofmannsthal de nos jours, quand bien même il se défendit avec courage contre sa réclusion dans la préciosité, contestant ouvertement l’esthétisme130. Kraus avait par ailleurs reproché dès le premier numéro du Flambeau à Hofmannsthal de se réfugier dans l’art, éloigné de la vie : « [Hofmannsthal] fuit toujours la vie et aime ce qui embellit cette vie. »131

109Enfin, Kraus reprend sa critique, déjà formulée contre Heine, d’une réduction de l’œuvre au sujet, au détriment de la forme. Cette troisième critique apparaît difficilement tenable quand on observe le travail artistique fascinant de Hofmannsthal sur la composition de ses œuvres. Néanmoins, critique de Heine et critique de Hofmannsthal convergent ici dans la pensée de Kraus.

  • 132 F 601-607/1-7 (novembre 1922): « Vom großen Welttheaterschwindel ».
  • 133 Cf ibid./1 : « Gesprochen vor einer Vorlesung des “Talisman” am 24. September ».

110Kraus réutilisera par ailleurs en 1922 l’opposition entre Nestroy et Hofmannsthal établie dans « Nestroy et la postérité ». « De la grande escroquerie du théâtre du monde »132, une adaptation de Calderón, constitue son attaque la plus violente contre Hofmannsthal. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard s’il utilise ce texte hautement critique envers Hofmannsthal comme prologue d’une de ses lectures du Talisman de Nestroy133 : l’une des principales causes du rejet de Hofmannsthal par Kraus réside dans le travail théâtral mené par ce dernier aux côtés de Max Reinhardt. Or, pour le satiriste, la scène de Reinhardt n’était qu’un théâtre à grand spectacle, auquel il oppose radicalement sa propre conception du théâtre, où doit régner la parole du poète : celle de Nestroy en particulier, et non celle de Hofmannsthal, l’ami de Reinhardt. La présentation du texte le plus critique de Kraus sur Hofmannsthal – et Reinhardt – en guise de prologue à une lecture du Talisman a pour but de montrer à quel point les deux noms de Hofmannsthal et de Reinhardt sont étrangers à l’idée que Kraus se fait du théâtre. L’opposition polémique Hofmannsthal-Nestroy établie dans « Nestroy et la postérité » est donc réutilisée à dessein dix ans plus tard, dans un contexte de rejet théâtral absolu de Hofmannsthal (et de Reinhardt) et d’imitation néo-baroque ou, plus exactement, de tentative de réanimation du baroque catholique.

  • 134 Michael Pollak, op. cit., p. 131.

111Dans le cas de Hofmannsthal comme dans celui de Hebbel, d’Ibsen ou encore de Shaw, qu’il rapproche de Heine et dont il oppose l’ « ironie », à ses yeux superficielle, à l’ « humour » profond de Nestroy, Kraus réaffirme nettement sa préférence pour l’auteur du Talisman. Par ses attaques répétées, Kraus tend sans doute à renforcer sa propre place au sein du champ littéraire : « Il n’est pas exagéré de dire qu’en attaquant violemment ses adversaires les plus directs, Kraus vise à défendre sa position acquise, en même temps qu’à surmonter d’une façon viscérale ses ressentiments de dominé souffrant d’une exclusion sociale relative. »134

La postérité de Nestroy

112La polémique de Kraus contre Heine et ses « conséquences » et contre l’histoire littéraire constitue un aspect essentiel mais non exclusif de la critique contenue dans « Nestroy et la postérité ». Il s’agit pour Kraus de toucher aussi plus généralement la postérité, inepte à ses yeux, de Nestroy, c’est-à-dire ses propres contemporains. Au fond, le satiriste entreprend dans son essai de 1912 tout autant de brosser un tableau sociologique critique de la réception de Nestroy que d’effectuer une réception immanente de son œuvre.

  • 135 HKA Stücke 24/II (éd. par John R. P. McKenzie): « Der kluge Mann der Gegenwart sagt : “Was hat denn (...)

113Dans la pièce Le Protégé (Der Schützling, 1847 : I, 2), Nestroy fait dire à l’un de ses personnages : « L’homme intelligent du temps présent dit : “Qu’est-ce que la postérité a donc fait pour moi ? Rien ! Bien, je fais la même chose pour elle !” »135. Cette citation pose clairement, non sans un aspect hautement visionnaire, la question du rapport problématique de Nestroy à sa postérité.

Contre une interprétation politique de Nestroy

114La polémique de Kraus se poursuit par la rectification minutieuse de critiques, émises en particulier par certains historiens de la littérature, que le satiriste juge infondées à l’égard de Nestroy.

  • 136 Voir aussi F 345-346/40-43 (avril 1912).

115Un passage du Flambeau a déclenché la reprise directe du travail sur l’œuvre de Nestroy en 1912. Kraus se réfère d’ailleurs encore en filigrane dans « Nestroy et la postérité » au problème soulevé en mars 1912 dans le numéro 343-344 de sa revue (p. 29-35)136, où il avait répondu sans attendre à l’historien Heinrich Friedjung qui, dans son ouvrage L’Autriche de 1848 à 1860 (Österreich von 1848 bis 1860), avait tenté de démontrer que Nestroy était d’obédience libérale.

  • 137 F 254-255/1 (mai 1908) : « [...] in der irrigen Annahme, das Werk sei eine Satire auf die Reaktion. (...)
  • 138 Ibid. : « In Wahrheit ist es eine Satire auf die Revolution. » (Notre traduction)

116Friedjung y défendait principalement la thèse que Nestroy avait conçu la pièce Liberté à Trifouillis-les-Oies (Freiheit in Krähwinkel, 1848) comme une simple plaisanterie sur le thème de la Révolution de 1848, tandis que Kraus y voyait une satire antirévolutionnaire. Le satiriste écrivit dès mai 1908, à propos de la mise en scène de la pièce par un club social-démocrate, qu’elle avait été réalisée « […] en supposant de manière erronée que l’œuvre est une satire de la réaction. »137 Or, pour Kraus, il s’agit d’ « une satire de la Révolution. »138 L’ambivalence du message politique de la pièce – si tant est qu’il y en ait un – est d’ailleurs inscrite dans la structure même de l’œuvre, ainsi que dans sa paratextualité : les deux premiers actes sont regroupés sous le titre de « La Révolution » alors que le troisième et dernier acte porte le titre de « La réaction ». Nestroy introduit donc lui-même et cultive, sans doute à dessein, l’ambiguïté au sein de sa pièce, ambiguïté que ne vient pas lever le déroulement de l’action, comme Kraus le prouve à l’aide de plusieurs citations tirées de la pièce.

117Dans sa polémique contre Friedjung, Kraus n’a guère de mal à démonter l’argumentaire de son opposant, en lui reprochant en particulier de prendre les paroles des personnages de Nestroy pour les convictions de leur auteur. Les idées défendues par ces personnages ne correspondent évidemment pas nécessairement à celles de l’auteur, même s’ils en sont souvent les véhicules ou les porteurs (à l’exemple des « raisonneurs »). Cela dit, le reproche que Kraus adresse à Friedjung se retourne aussi contre lui, puisque le satiriste succombe à la même erreur – consistant à donner un sens politique fini à la pièce de Nestroy – que celle qu’il dénonce chez son adversaire, en affirmant que Nestroy a écrit une satire de la Révolution.

  • 139 F 343-344/33 : « Er war Satirike ; und damit war seine Stellung zur Politik ein für allemal gegeben(...)

118Au-delà de cette contradiction, il s’agit pour Kraus de montrer que Friedjung a confondu esprit satirique et affinités politiques : « C’était un satiriste, ce qui clarifie une fois pour toutes sa position vis-à-vis de la politique. »139 Kraus introduit alors une suite de passages tirés de ce que l’on considère généralement comme les pièces « politiques » de Nestroy, qui apparaît une fois de plus comme l’autorité à laquelle le satiriste donne la parole tout en procédant à un arrangement de ces citations visant à servir l’efficacité de son argumentation.

119Il cite tout d’abord longuement, dans F 343-344/33, un passage de la pièce La lady et le tailleur (Lady und Schneider, 1849), qu’il conçoit comme une « farce antilibérale » (antiliberale Posse). Il s’agit du couplet de Heugeign (II, 17) dont le refrain est : « Cela cesse d’être un plaisir » (Da hört’s auf, ein Vergnügen zu sein). L’introduction de ce couplet s’insère parfaitement dans l’argumentation de Kraus contre Friedjung et contribue à renforcer la thèse de l’antilibéralisme de Nestroy et de son opposition à la politique.

  • 140 Voir F 345-346/40 sq.
  • 141 Ibid./ 41 : « Er stellt die Rede der Menschen in Kontrast zu ihrer Gesinnung und zu ihrer Tat. » (N (...)
  • 142 Ibid./ 42 : « Absage an jede politische Gebärde » (notre traduction).

120Après avoir prouvé que les renvois de Friedjung à La lady et le tailleur étaient erronés140, Kraus relève ensuite, dans F 345-346/41, le passage de Peur bleue (Höllenangst, 1849 : I, 14) où Wendelin chante le long couplet dont le refrain est : « Eh bien, de petits doutes doivent vous gagner » (Na, da müssen ei’m bescheidne Zweifel aufsteig’n). Kraus ajoute : « Il [Wendelin] met le discours des personnages en opposition avec leurs opinions et leurs actes. »141 Et le satiriste de conclure, à travers cet exemple, au « refus de tout geste politique »142 de la part de Nestroy.

  • 143 Ibid./ 42 sq. (voir HKA Stücke 28/I, éd. par Walter Obermaier): « ’Schicksal tut doch rein mit die (...)

121Enfin, la référence à la pièce Le paysan hollandais ou : Vous ne devez pas l’avoir ! (Der holländische Bauer oder : Sie sollen ihn nicht haben !, 1850)143, en particulier l’allusion au couplet sur le destin (I, 26), remplit la même fonction de contre-argument particulièrement efficace, puisque provenant de Nestroy lui-même.

122Kraus élargit son propos en éclairant le rapport du satiriste à la politique :

  • 144 F 343-344/34 sq.: « Er versteht nicht, daß es auch eine Erniedrigung Nestroys wäre, ihm die gegente (...)

Il ne comprend pas que ce serait rabaisser Nestroy que de lui prêter une opinion contraire, celle qui coïncide avec son discours. […] Mais c’est l’art qui est premier, l’opinion ne vient qu’après. Les journalistes et les historiens qui soutirent directement au monde les faits et les opinions ne peuvent le comprendre144.

123Dans cette dernière phrase, qui lie en une critique unanime journalistes et historiens, Kraus fournit la cause à ses yeux de toute incompréhension de l’art : le refus d’accorder un primat chronologique mais surtout ontologique de l’art sur l’opinion.

  • 145 Voir F 912-915/2 : « geistige Freiheit » (notre traduction).
  • 146 Nous entendons ici par « auteur politique » un auteur qui s’engage politiquement dans son œuvre et/ (...)
  • 147 Pierre Bourdieu, op. cit., p. 219.

124Kraus façonne ainsi progressivement dans ses attaques contre Friedjung l’argument qui deviendra central dans « Nestroy et la postérité » : l’antithèse radicale entre l’art (l’esprit) et la politique. Il s’applique à montrer que Nestroy, en tant qu’artiste satirique, n’a jamais opté ni même pu opter pour une quelconque opinion politique mais qu’il a, au contraire, sans cesse tâché de dévoiler, en satiriste, les contradictions du monde et de la vie. L’intemporalité de la satire fait qu’aux yeux de Kraus, Nestroy ne saurait être rattaché ni à une époque donnée ni à un bord politique clairement identifiable. En opposant satire et politique, Kraus définit d’une part la satire comme un espace polémique indépendant du champ strictement politique et proclame d’autre part la « liberté intellectuelle »145 du poète : du fait même que Nestroy était penseur et se situait au niveau de l’idée, il ne pouvait être, par principe, un auteur politique146. Par son refus de « réintroduire des enjeux politiques au sein même du champ (littéraire) »147, Kraus tente de prouver que Nestroy était nécessairement apolitique. Il défend ce point de vue au nom de l’idée que la littérature – et plus généralement l’art – transmue la politique. Nous avons affaire ici à un parfait exemple d’autonomisation du champ littéraire par rapport au champ politique.

  • 148 Egon Friedell (éd.), 2001, Johann Nestroy. Lektüre für Minuten. Gedanken aus seinen Büchern, Frankf (...)
  • 149 En revanche, on peut considérer Kraus comme un libéral en matière de culture et de morale. Son comb (...)

125Egon Friedell argumente d’ailleurs au sujet de Nestroy d’une manière analogue à celle de Kraus et parvient à des conclusions similaires. Il reconnaît le philosophe Nestroy dans le fait qu’il « […] ne possédait pas de système. C’est pourquoi il n’a jamais eu non plus de programme politique. »148 La défense par Kraus de l’indépendance et de la liberté intellectuelles du satiriste vis-à-vis de la politique, concrétisée dans le refus de voir en Nestroy un auteur politique, correspond précisément à l’antilibéralisme, voire au conservatisme de Kraus. Point n’est besoin de rappeler dans le détail les multiples prises de position critiques du satiriste sur le libéralisme, entendu ici sur un plan politique et économique149. Il suffit de citer sa critique ininterrompue de la presse libérale, incarnée par la Neue Freie Presse. La discussion autour de la relation du satiriste à la politique révèle, de plus, un trait caractéristique de la réception de Nestroy par Kraus : Kraus tire le dramaturge dans son sens pour le ranger à ses propres opinions et conceptions en matière de littérature (contre Heine), de politique (contre le libéralisme) et, plus généralement, contre la forme de modernité incarnée par la postérité de Nestroy.

  • 150 Voir F 349-350/3-5 et 16 sq.
  • 151 Ibid./17 : « Und nicht die Lächerlichkeiten innerhalb der Politik lockten seine Aufmerksamkeit, son (...)

126On retrouve largement dans « Nestroy et la postérité » les invectives formulées par Kraus contre les libéraux quelques mois plus tôt et complétées le 31 mars 1912 par la menace de corriger sans retenue tous ceux qui tenteraient de faire de Nestroy un libéral150. En opposant comme précédemment les champs littéraire et politique (l’esprit et la politique), Kraus recourt au même argument que dans ses attaques contre Friedjung pour prouver l’apolitisme de Nestroy : « Et ce ne sont pas les côtés ridicules au sein de la politique qui ont retenu son attention mais le ridicule de la politique. C’était un penseur et, pour cette raison même, il ne pouvait penser ni en libéral ni en antilibéral. »151

127En considérant Nestroy avant tout comme un satiriste, donc comme un apolitique, Kraus explique pourquoi le poète satirique s’oppose par nature à toute mode artistique, au nom de l’idée et de l’origine mêmes de l’art :

  • 152 Ibid. : « Wie verwirrend gesinnungslos die Kunst ist, zeigt der Satiriker durch die Fähigkeit, Wort (...)

Le satiriste montre l’impartialité troublante de l’art dans sa capacité à employer des mots qui font éclater la tendance apparente de l’action, si bien que l’historien ne sait pas s’il doit s’en tenir à l’éloge de la Révolution ou au point de vue des réactionnaires [Krähwinkler] tournés en dérision, au persiflage de la crainte du diable ou à une profession de foi fanatique. […] Mais l’artiste prend si peu parti qu’il prend parti pour les mensonges de la tradition contre la vérité de l’escroquerie152.

  • 153 Ibid./16 : « Voller Inaktualität, ein fortwirkender Einspruch gegen die Zeitgemäßen. »
  • 154 Voir ibid./3 (notamment au sujet de Friedjung).
  • 155 Ibid. : « Hinfälligkeit der Menschennatur ».

128Kraus s’efforce de faire ressortir l’ « intemporalité » (Zeitlosigkeit) et la valeur permanente de la satire pour dégager Nestroy de toute récupération politique ponctuelle et empêcher toute exploitation à des fins partisanes de son œuvre. Pour Kraus, Nestroy n’a eu de cesse d’exposer l’absurdité même de la politique, reflétée entre autres dans les mobiles des révolutionnaires et des réactionnaires tournés en dérision dans Liberté à Trifouillis-les-Oies : « Totalement inactuel, il offre une protestation toujours active contre les conformistes. »153 L’argument décisif du satiriste est que les critiques prêtent à Nestroy leurs propres conceptions politiques, qu’ils projettent dans une lecture partiale de son œuvre154. Nestroy demeure au contraire pour Kraus le peintre de l’intemporelle « fragilité de la nature humaine »155.

  • 156 F 613-621/52 : « Und ich selbst mag in dem Bestreben, Nestroy gegen liberale Berufungen zu schützen (...)

129Kraus fera néanmoins amende honorable, en reconnaissant plus tard avoir parfois forcé exagérément le trait dans sa défense antilibérale du dramaturge : « Et il se peut que moi-même, voulant protéger Nestroy contre des revendications libérales, je sois jadis allé parfois trop loin. »156

Nestroy plagiaire ?

  • 157 C’est en particulier Saphir qui accusa Nestroy de plagiat. Voir « Didaskalien. Von M. G. Saphir : D (...)
  • 158 Jean Giraudoux, Siegfried et le Limousin (cité par Gérard Genette dans op. cit., p. 532).

130Kraus ne se contente pas de défendre Nestroy contre toute interprétation politique de son œuvre mais il poursuit la mise en valeur de son modèle en rendant en particulier hommage à son art de l’adaptation contre l’accusation de plagiat portée contre lui157. Qu’entendre ici par plagiat ? Où le plagiat s’arrête-t-il et où la recréation commence-t-elle ? Toute œuvre littéraire n’est-elle pas, dans une certaine mesure, plagiat ? Pour Giraudoux, « [l] e plagiat est la base de toutes les littératures, excepté la première, qui d’ailleurs nous est inconnue. »158 Qui plus est, puiser ses canevas aux sources les plus diverses (pièces, romans, nouvelles… de langue allemande ou d’origine étrangère, surtout anglaise et française) était un procédé habituel dans le théâtre populaire au temps de Nestroy.

  • 159 F 349-350/5: «Er nahm die Schablone, die als Schablone geboren war, um seinen Inhalt zu verstecken, (...)

131Kraus retourne l’accusation de plagiat portée contre Nestroy en un argument positif : il en fait une qualité de l’œuvre de Nestroy, où se fait jour l’habileté du re-créateur. De même qu’il refuse le transfert de Nestroy vers d’autres champs que le champ littéraire, il vise par le démontage du reproche de plagiat à introniser le dramaturge comme instance dans le champ littéraire. L’argument de Kraus est que Nestroy utilise certes un modèle ou un « moule » (Schablone), mais qu’il le fait pour mieux accentuer le comique linguistique à l’œuvre dans l’original et en dissimuler le contenu : « Il prenait le moule, qui était né moule, pour cacher son contenu, qui ne pouvait devenir moule. »159

  • 160 Ibid./7 : « Wirbel der nachgeschaffenen Situationen ».

132Kraus admire tout particulièrement la faculté propre à Nestroy d’enrichir une action empruntée à un modèle et de l’améliorer. Les canevas utilisés par le dramaturge lui servaient, de fait, souvent de cadre structurel initial pour ses futures pièces ; ils lui fournissaient un certain nombre d’idées, de pensées amusantes et de jeux de mots qui n’ont pas toujours trouvé (ou pu trouver) de place dans ses différentes œuvres. C’est ainsi que Kraus évoque le « tourbillon des situations recréées »160 par Nestroy, qui restructure souvent en profondeur l’action empruntée à autrui, notamment dans les couplets au sein desquels le potentiel créateur du dramaturge donne sa pleine mesure. Kraus voit précisément dans cet emprunt à des modèles, ce qui peut paraître paradoxal à première vue, le ferment créateur de la langue de Nestroy. L’emprunt n’est alors plus une faiblesse, mais il devient un moteur de la production de Nestroy. Kraus s’inscrit là encore en faux contre l’accusation de manque d’originalité faite à Nestroy, qui l’aurait obligé à puiser son inspiration notamment dans le vaudeville français. S’il trouve souvent dans ses canevas (notamment français, qu’il excellait à « vienniser ») le futur sujet de ses pièces, Nestroy n’en emprunte pas la forme, qu’il remodèle à sa convenance, pour les besoins de l’action recréée. Il développe ensuite à sa guise l’action et la langue, souvent de qualité moyenne, empruntée à d’autres.

  • 161 Ibid. : « [er] erfindet das Gefundene. »

133Kraus retourne ainsi l’accusation de plagiat lancée contre Nestroy en posant la question de l’art de l’adaptation et de l’assimilation littéraires d’une source déjà existante comme une qualité et non comme un défaut de l’œuvre de Nestroy : « [il [Nestroy]] invente ce qu’il trouve ailleurs. »161

134L’argument de Kraus est que l’originalité de la langue comique de Nestroy dépasse largement celle du texte de départ :

  • 162 Ibid. : « Er nimmt fremde Stoffe. Wo aber ist der deutsche Lustspieldichter, der ihm die Kraft abge (...)

Il emprunte des canevas à autrui. Mais où est donc l’auteur de comédies allemand qui lui aurait ôté la force de faire un personnage à partir de trois mots et un milieu à partir de trois phrases ? Il est d’autant plus créateur là où il fait du canevas emprunté à autrui son œuvre propre162.

135Il suffit de comparer la pièce L’homme blasé de Duvert et Lauzanne avec sa réécriture par Nestroy dans L’Homme déchiré (Der Zerrissene) pour se rendre compte de la supériorité comique, théâtrale et linguistique de la pièce de Nestroy par rapport au « moule » initial : le côté grivois du vaudeville français se transforme chez lui en une plaisanterie intellectualisée, sous la forme d’une réflexion sur le mensonge, l’hypocrisie et l’amitié de façade, une amitié de parasites avides de richesse et d’honneurs, symbole de la mise en doute foncière par Nestroy de l’ensemble des rapports humains.

136Tant par sa rectification d’une interprétation politique (libérale) de l’œuvre de Nestroy que par son déni de l’accusation de plagiat, transformé en recréation productive, Kraus poursuit un seul et même but : démontrer au monde littéraire de son temps et à la postérité de Nestroy les qualités littéraires de son œuvre.

Critique du progrès

  • 163 Voir Schriften II. Ce texte existe en traduction française dans LD, p. 137-146.

137La critique par Kraus de la postérité de Nestroy, qui se confond avec ses propres contemporains, se cristallise dans une condamnation sans fard du progrès et de la technique, relayés par la presse. Cette critique du progrès rejoint, pour une grande partie, la rectification de l’interprétation libérale de l’œuvre du dramaturge ainsi que les idées énoncées dans l’essai de mars 1909 intitulé « Le Progrès » (Der Fortschritt)163, que Kraus assimile constamment, en un jeu de mots dont il est coutumier, à une « régression » (Rückschritt).

  • 164 PDM, p. 120 ; Schriften VIII : « Der Fortschritt feiert Pyrrhussiege über die Natur. » ; « Der Fort (...)
  • 165 LD, p. 137 ; ibid. : « Der Fortschritt ist ein Standpunkt und sieht wie eine Bewegung aus. » p. 197

138On retrouve dans « Nestroy et la postérité » globalement les mêmes arguments contre le progrès que ceux formulés trois ans plus tôt dans « Le Progrès » : combat contre la foi du libéralisme dans les vertus du progrès scientifique et technique, conservatisme, défiance de principe vis-à-vis de toute forme de modernité. Deux aphorismes de Kraus insistent l’un sur l’opposition entre le progrès et la nature et l’autre sur sa dimension commerciale et la déshumanisation qu’il engendre : « Le progrès célèbre des victoires à la Pyrrhus sur la nature. » Et : « Le progrès fait des porte-monnaies de peau humaine. »164 Une formule résume bien le point de vue général du satiriste sur le progrès : « Le progrès est un point fixe qui a l’apparence du mouvement. »165

  • 166 F 349-350/2 : « Teufelswerk der Humanität ».
  • 167 Ibid./2 sq. : « Fünfzig Jahre läuft schon die Maschine, in die vorn der Geist hineingetan wird, um (...)

139Kraus entame d’ailleurs « Nestroy et la postérité », donnant ainsi le ton général de l’essai, par un grand lamento critique sur les méfaits du progrès, cette « œuvre diabolique de l’humanité »166 : « Cela fait déjà cinquante ans que fonctionne la machine dans laquelle on fait, à l’avant, rentrer l’esprit, qui ressort à l’arrière comme une pression, réduisant, grossissant, anéantissant tout. Celui qui donne perd, celui qui reçoit s’appauvrit et les médiateurs doivent vivre. »167

  • 168 HKA Stücke 24/II (éd. par John R. P. McKenzie) : « Überhaupt hat der Fortschritt das an sich, daß e (...)

140Kraus fait un usage précis de Nestroy dans ce contexte : il accapare et instrumentalise son propos pour nourrir sa propre critique de la modernité, à l’exemple du progrès technique. Kraus aimait d’ailleurs à citer dans le Flambeau ces mots de Gottlieb Herb (IV, 10), tirés de la pièce Le Protégé (Der Schützling) de Nestroy, qui font office à la fois d’anticipation et de synthèse du monologue suivant dans lequel le personnage de Nestroy déclame son grand couplet sur le progrès : « De manière générale, le progrès a cela en lui qu’il paraît bien plus grand qu’il n’est vraiment. »168

  • 169 Dans un premier temps, Gottlieb Herb chante les louanges du progrès, mais la troisième strophe de s (...)
  • 170 HKA Stücke 24/I : « Drum der Fortschritt hat beym Licht betracht’t,/Die Welt nicht viel glücklicher (...)

141Le caractère trompeur (et en même temps puissamment attirant)169 du progrès signalé dans la pièce de Nestroy est repris à son compte par Kraus qui, en citant cette phrase, fait du dramaturge une sorte de témoin rendant ses propres réticences vis-à-vis du progrès légitimes. Chez Nestroy d’ailleurs, le personnage de Gottlieb Herb consacre tout un couplet (IV, 10) au progrès, dont il finit par relativiser considérablement les bienfaits. En voici le refrain : « C’est pourquoi le progrès, considéré en pleine lumière, n’a pas rendu le monde beaucoup plus heureux. »170

142Il faut toutefois relativiser les propos de Kraus car, dans le couplet de Nestroy, le thème du progrès n’est pas exposé sous un jour aussi négatif que ce qu’en dit le satiriste. Nestroy propose davantage une interrogation au sein de laquelle le phénomène du progrès est examiné sous un angle à la fois positif et négatif.

143Au-delà de l’intérêt historique de la critique (partielle) du progrès par Nestroy, reflet d’un scepticisme déjà présent au XIXe siècle quant à ses bienfaits réels, la phrase de Nestroy « De manière générale, le progrès a cela en lui qu’il paraît bien plus grand qu’il n’est vraiment », qui comptait parmi les citations favorites de Kraus, a été réutilisée après et vraisemblablement via Kraus par Wittgenstein en guise d’épigraphe de ses Investigations philosophiques. Kraus comme Wittgenstein apparaissent comme les défenseurs d’une sorte d’épure du langage conçu dans une dimension à la fois éthique et philosophique. Tous deux ont recours aux mêmes mots de Nestroy pour fonder leur lutte contre le progrès, la modernité et la corruption du langage saisi comme valeur suprême. On peut en somme parler de « filiation » entre Nestroy, Kraus et Wittgenstein sur ce point.

  • 171 Voir F 349-350/19.
  • 172 Karl Kraus, 1945, Die letzten Tage der Menschheit, Zürich, Pegasu : « wenn man jene [die Phantasie] (...)

144La principale accusation portée par Kraus contre le progrès technique est qu’il détruit, selon lui, les capacités de l’imagination171 et constitue un faux idéal. Cette critique, formulée dans « Nestroy et la postérité » et qui reprend des éléments déjà énoncés dans « Le Progrès », préfigure une condamnation tout aussi radicale du progrès, placée dans la bouche du râleur dans Les derniers jours de l’humanité : « si on avait encore celle-là [i. e. l’imagination], on ne ferait plus celles-ci [i. e. les guerres]. »172 Si Kraus montre un tel acharnement, à grand renfort de citations de Nestroy, à condamner le progrès, c’est parce qu’il constate la présence d’un monde technique et scientifique dans lequel l’art et l’imagination n’ont plus leur place.

Vormärz et temps présent

  • 173 Voir F 349-350/19.
  • 174 Voir ibid.

145Kraus pousse son raisonnement critique sur la postérité à ses yeux indigne de Nestroy si loin qu’il en vient à opposer deux époques : d’un côté, l’époque bénie, idéalisée du Vormärz (représentée au niveau littéraire par Nestroy), dont il vante la riche culture théâtrale173 ; d’un autre côté, le temps présent, déprécié et constamment évoqué de manière négative (notamment sous la forme d’un théâtre étouffé par la presse). Kraus considère même ce rapprochement entre deux époques si antagonistes comme quasiment incongru, insultant pour le Vormärz174.

  • 175 Ibid./20 sq.: « Was hat Nestroy gegen seine Zeitgenossen? Wahrlich, er übereilt sich. Er geht antiz (...)

146Le satiriste opère un renversement du point de vue de la chronologie historique en présentant Nestroy comme celui qui a su anticiper une postérité qui, à l’inverse, le tient pour vieilli : « Qu’a donc Nestroy contre ses contemporains ? En vérité, il anticipe. Il attaque son petit monde avec une sévérité qui convient à un état de choses ultérieur. Comme satiriste, il est déjà son propre héritier. »175 Nestroy reste, pour Kraus, fondamentalement incompris par sa postérité. Kraus avait d’ailleurs précisé dès le début de « Nestroy et la postérité » qu’il ne s’agissait pas tant pour lui de parler de l’œuvre de Nestroy que du rapport problématique de la postérité du dramaturge à cette œuvre.

147À ce sujet, Kraus attaque dès le tout début du texte l’horizon d’attente de la postérité de Nestroy, postérité qui, aux yeux du satiriste, en usurpe le nom et mérite seulement de se reconnaître coupable d’une dette envers Nestroy :

  • 176 Ibid./1 : « Wir können sein Andenken nicht feiern, indem wir uns, wie’s einer Nachwelt ziemt, zu ei (...)

Nous ne pouvons célébrer sa mémoire en nous reconnaissant, comme il sied à une postérité, coupables d’une dette que nous devons payer. Nous avons donc l’intention de célébrer sa mémoire en reconnaissant une responsabilité que nous devons porter, nous, les protagonistes d’une époque qui a perdu la capacité d’être postérité176.

  • 177 Ibid./3 : « Er, Johann Nestroy, kann es sich nicht gefallen lassen, daß alles blieb, wie es ihm miß (...)

148Kraus se place encore une fois dans le champ de l’éthique, en invoquant le champ sémantique de la faute, de la culpabilité, de la dette morale. Le reproche fondamental qu’il adresse à cette postérité est de ne pas comprendre Nestroy, de se trouver sans cesse en décalage avec lui : « Lui, Johann Nestroy, ne pourra jamais supporter de voir durer ce qui lui a déplu. La postérité répète son texte et ne le connaît pas ; elle ne rit pas avec lui mais contre lui, elle réfute et confirme la satire par la pérennité du sujet. »177 On constate ici, comme dans le cas de Heine, un système d’opposition total mais structurant, reflété par l’alternance constante des pronoms entre un « il » (Nestroy) pris comme modèle et un « elle » (la postérité) sur lequel se concentre la critique.

149La dimension polémique profonde de « Nestroy et la postérité » réside donc dans la peinture hautement critique d’une modernité, la postérité de Nestroy, présentée comme insensible à l’art. « Nestroy et la postérité » n’a de cesse de montrer le décalage entre l’idée que Kraus se fait d’un art véritable, incarné par Nestroy, et son public :

  • 178 Michael Pollak, op. cit., p. 134.

À cet égard, son essai sur Nestroy est extrêmement éclairant et marque une étape importante dans sa pensée. Il y prend sa distance par rapport aux traditions libérales optimistes. Il y oppose la satire comme mode d’expression particulièrement adapté aux problèmes de l’époque, et il y opère une rupture avec le naturalisme qui avait pris la pertinence sociale du message de l’œuvre comme un des critères importants de tout jugement esthétique. En même temps, il se rapproche de conceptions élitistes qui voient dans l’art l’incarnation de valeurs absolues et éternelles178.

150Les germes de l’incapacité des contemporains de Kraus à constituer une postérité légitime de Nestroy se retrouvent dans les motifs permanents de la critique sociologique que Kraus fait de son temps et dont le texte fournit un échantillon représentatif : critique du progrès, du libéralisme et de la modernité. Tous ces griefs sont rassemblés dans le reproche fondamental d’hostilité à l’art, dans l’opposition entre une conception utilitariste de l’art et celle d’un art désintéressé.

151Parallèlement et grâce à ces luttes qui traversent le Flambeau et en constituent des leitmotive, Kraus tente de faire de Nestroy l’emblème d’un nouveau canon esthétique et éthique, délibérément opposé à celui de l’histoire littéraire allemande « classique », de faire d’un auteur, rejeté jusque-là par les canons traditionnels, mis au ban et considéré comme un paria de l’histoire littéraire garante d’une « noble littérature », un classique de la littérature autrichienne, allemande et même universelle. Il ne s’agit pas seulement d’un changement d’horizon dans la perception littéraire de l’œuvre de Nestroy, mais d’une tentative de bouleversement de la norme jusqu’alors en vigueur, passant par une remise à l’honneur de ce qui avait été si longtemps réduit au rang de paralittérature : le genre de la farce et l’institution du théâtre populaire, en particulier viennois.

La satire comme construction

152S’il s’érige dans « Nestroy et la postérité » en défenseur de Nestroy face à sa postérité, Kraus s’y fait aussi médiateur post mortem de sa parole, c’est-à-dire lecteur, analyste et interprète à nouveaux frais de son œuvre.

Nestroy, modèle littéraire et esthétique de Kraus

  • 179 NV, p. 22 ; Schriften VII : « Es ist nicht wahr, daß ich immer nur zerstören und nicht aufbauen kan (...)

153La réclamation par Kraus d’un changement d’horizon littéraire et moral, esthétique et éthique – au sens d’une unité indissociable telle que l’entend Wittgenstein dans son Tractatus logico-philosophicus – en faveur de Nestroy s’articule non seulement en un rejet de Heine et de la postérité de Nestroy mais encore en une réception productive des qualités littéraires du dramaturge. On peut considérer l’interprétation de l’œuvre de Nestroy par Kraus également comme une réponse positive aux historiens de la littérature qui font primer le contenu de ses textes et mésestiment Nestroy. Kraus prouve ainsi que sa satire ne vise pas seulement à détruire mais aussi à construire ou, plus exactement, à rebâtir ce qui a été démoli : « Ce n’est pas vrai, que je ne sache jamais que détruire et ne puisse pas construire. C’est un mensonge, que je sois incapable d’aspirations positives. Rien ne m’est plus cher comme but, rien ne m’intéresse plus […]. »179

Nestroy entre Witz et pathos

  • 180 F 349-350/10: «Bei Nestroy, der nur holperige Coupletstrophen gemacht hat, lassen sich in jeder Pos (...)

154Kraus met surtout en avant l’ « art linguistique » (Sprachkunst) de Nestroy où se fait jour une véritable pensée, opposée aux pratiques artistiques de son temps. Il illustre à travers Nestroy la puissance créatrice du langage et de la satire en soulignant surtout la qualité linguistique qu’il partage sans doute le plus avec le dramaturge, le Witz (bon mot, trait d’esprit, plaisanterie) : « Chez Nestroy, qui n’a fait que des strophes de couplets décousues, on peut trouver dans chaque farce des passages où la conduite purement poétique de la pensée à travers le plus dense des sujets et où plus que l’esprit, la spiritualisation prennent forme. »180

155Kraus est l’un des premiers à avoir ainsi mis en lumière l’importance de la qualité linguistique de l’œuvre de Nestroy, en qui il reconnaît un maître de la satire, parvenant à allier les traits apparemment les plus antagonistes : humour, sens profond et qualité de la forme.

  • 181 Voir ibid./11 sqq.
  • 182 Ibid./12 : « Der vertriebene Hanswurst, der im Abschied von der Bühne noch hinter der tragischen Fi (...)
  • 183 Ibid.
  • 184 Ibid./13 sq.: « Oft [...] ist es, als wäre einmal die tragische Figur hinter dem Hanswurst gestande (...)

156Selon Kraus, Nestroy mêle chez ses personnages les éléments a priori les plus divers, souvent même contradictoires : raison et sentiment, Witz et pathos181, ludisme et sérieux, « bouffon » (Hanswurst) et figure tragique, nouvelle flèche décochée à cette histoire littéraire qui fait du dramaturge un simple plaisantin. Kraus évoque ainsi « [l] e bouffon chassé qui, faisant ses adieux à la scène, trouvait encore le moyen, derrière la figure tragique, de faire ses plaisanteries. »182 D’après Kraus, Nestroy réunit, à la manière de Jean Paul, le rire (Scherz) et la peur (Entsetzen)183. En mettant l’accent sur la capacité de Nestroy à unir et à dépasser les contraires apparents par la qualité de sa satire, Kraus tente de donner l’élan à une réinterprétation profonde de l’œuvre du dramaturge : « On a souvent […] l’impression que la figure tragique se tient derrière le bouffon, car le pathos semble soutenir le Witz. […] Witz et pathos s’accompagnent. […] Ils jouent ensemble et se quittent sans dommage. »184 Le changement d’horizon esthétique réclamé par Kraus au sujet de Nestroy repose donc sur la prise en considération de la grande qualité de la langue chez Nestroy, autrement dit des qualités intrinsèquement littéraires de sa satire.

  • 185 Kraus se réfère dans « Nestroy et la postérité » aux neuf pièces suivantes de Nestroy : L’Homme ins (...)
  • 186 HKA Stücke 5 (éd. par Friedrich Walla) : « Wann ich mir meinen Verdruß net versaufet, ich müßt’mich (...)
  • 187 Johann Nestroy : 1985 (L’Homme déchiré), p. 39 ; « Da g’hören die Ruben he ! An keine Ordnung g’wöh (...)
  • 188 F 349-350/13 : « Hier lacht sich die Sprache selbst aus. »

157Kraus a largement recours à la technique de l’accumulation de citations185, judicieusement sélectionnées dans les pièces de Nestroy, pour prouver la valeur linguistique de son œuvre. Les deux premiers exemples de pensée dans la langue tirés des pièces de Nestroy que Kraus cite dans « Nestroy et la postérité » (p. 12) sont les suivants : « Si je ne noyais pas mon dépit dans l’alcool, je devrais m’adonner, par désespoir, à la boisson. » (Knieriem dans Lumpacivagabundus : I, 6)186. Et : « Les rutabagas, c’est ici ! Rien à faire pour leur fourrer ça dans le crâne. Je finirai par leur topinambourer le rutabaga ! » (Cabochard s’adressant à ses valets dans L’Homme déchiré : II, 1)187. Kraus comprend ces deux passages comme des exemples d’autodénonciation linguistique : « Ici, le langage se moque de lui-même. »188

Qualités linguistiques de l’œuvre de Nestroy

158Pour montrer ce qu’il considère comme le trait le plus significatif de l’œuvre de Nestroy, sa qualité linguistique, Kraus s’appuie sur un exemple particulièrement bien choisi, tiré du Talisman. Le passage cité par Kraus est la scène (II, 17) du dialogue entre Titus Goupiflambard (Titus Feuerfuchs) et Madame de Castelcyprès (Frau von Cypressenburg), qui constitue peut-être l’un des plus beaux Witze de Nestroy en général :

  • 189 Cette traduction ne rend pas compte de la double signification de « Verweser » avec laquelle Nestro (...)
  • 190 Johann Nestroy : 2002 (Le Talisman) : Frau von Cypressenburg. « Ist Sein Vater auch Jäger ? » Titus (...)

MADAME DE CASTELCYPRÈS – Son père est-il aussi chasseur ?
TITUS – Il exerce un commerce très calme et retiré dans lequel le repos est sa seule activité. Il gît, immobilisé par une autorité supérieure mais il est néanmoins libre et autonome car il est son propre corrupteur…189 Il est mort.
MADAME DE CASTELCYPRÈS (en aparté) – […] Quelle prodigalitude dans le langage pour dire en vingt mots distingués ce qui peut tenir en une syllabe ! Cet homme possède d’évidentes dispositions pour les lettres190.

159Kraus commente ce passage de la manière suivante :

  • 191 F 349-350/12 : « [...] es ist die erhabenste und noch immer knappste Paraphrase für einen einsilbig (...)

[…] il s’agit de la paraphrase la plus sublime et toujours la plus concise pour qualifier un état tenant en une syllabe et montrant comment le mot tourne ici ludiquement autour de la mort. Ce pathos passé […] a fait croire aux historiens de la littérature que ce Witz visait leurs nobles sentiments. Mais en vérité, il ne visait que leur verbiage. Nestroy est le premier satiriste allemand chez qui la langue s’interroge sur les choses. Il délivre la langue du tétanos, et celle-ci lui renvoie pour chaque expression une pensée191.

  • 192 Buffon, 1896, Discours sur le Style, discours prononcé à l’académie française le jour de sa récepti (...)

160Ce commentaire recèle des aspects essentiels. Il révèle d’abord la précellence, chez Nestroy comme chez Kraus, de l’unité entre le style (le langage) et la pensée, une conception qui n’est pas sans rappeler le mot fameux de Buffon « le style est l’homme même. »192 De surcroît, Kraus établit un lien étroit chez Nestroy entre éthique et esthétique. Par sa critique de et sur la langue, le Witz de Nestroy sert la compréhension profonde des personnages. La préciosité de l’expression de Titus dévoile sa cuistrerie même, et la réaction de Madame de Castelcyprès renforce l’efficacité du Witz contenu dans les mots de Titus en l’étendant à une satire du « littérateur » (Literat). Ainsi Nestroy dévoile-t-il, par la concision de son Witz, la pédanterie linguistique de ses personnages et leur réclusion dans le verbiage.

  • 193 F 349-350/13: «die heuchlerische Konvention.»

161Outre celui du Talisman, Kraus cite (p. 13) un nouvel exemple tiré de L’Homme déchiré de Nestroy (I, 9) dévoilant « la convention hypocrite »193 inscrite dans le verbiage :

  • 194 Johann Nestroy, p. 25 ; Ibid. : LIPS. « Also heraus mit dem Entschluß, meine Hold ! » MADAME SCHLEY (...)

DE LA HUPPE – […] Alors, ma douce, vous vous décidez, oui ou non !
MADAME LEVOILE (minaudant) – Mais, Monsieur de la Huppe, il faut tout de même d’abord que je –
DE LA HUPPE – Compris, pas question de dire non, mais pour dire oui vous trouvez qu’un délai de réflexion s’impose194 !

  • 195 F 349-350/13 : « Da kommt auf einmal eine verspätete Sternin erster Größe zur Gesellschaft als glan (...)

162Par son usage satirique du changement soudain des niveaux de langue dans la bouche de ses personnages – un procédé linguistique particulièrement et délibérément anticlassique, qu’il intègre en général avec habileté dans un seul et même dialogue –, Nestroy rompt avec les normes de l’histoire littéraire traditionnelle. Pour illustrer cette idée, Kraus a recours à une phrase tirée de l’avant-dernière pièce de Nestroy, Relations antérieures (Frühere Verhältnisse, 1862, 5e scène), qui, placée dans la bouche du personnage peu cultivé de Muffl, prend un relief satirique tout particulier en montrant, par le décalage entre le niveau social du personnage et son niveau d’expression linguistique, la vacuité du langage des hautes sphères de la société : « Arrive soudain en société une étoile tardive de première grandeur, apogée de l’entreprise ambulante… »195.

  • 196 Ibid./5 : « [weil] er sein Dynamit in Watte wickelte, [...] [weil] er die Gemütlichkeit zuerst eins (...)

163Kraus décrit ailleurs le Witz de Nestroy en des métaphores très parlantes : « […] il enveloppait sa dynamite dans de la ouate, […] il bernait d’abord votre bonhomie pour mieux vous trancher la gorge. »196 La fonction même de critique sociale et linguistique contenue dans le Witz démasquant le verbiage n’atténue donc qu’en apparence la virulence de la satire : en donnant à voir le contraste entre idée et réalité, le Witz de Nestroy dévoile de lui-même sa structure antithétique fondamentale, et l’humour ne saurait occulter la dimension profondément critique et satirique de son propos.

164Kraus en vient même, à travers Nestroy, à préciser le rapport du satiriste à la langue.

  • 197 Ibid./13 : « Ineinander von Problem und Inhalt ».
  • 198 Ibid. : « Exige avec audace, parle sans crainte, dis les choses tout naturellement ! » (C’est nous (...)
  • 199 Voir chapitre III.

165Premièrement, le satiriste interroge la langue sur les choses mais surtout sur ellemême en mettant en évidence l ’«  imbrication entre le problème et le contenu »197. Pour illustrer son propos, Kraus cite un exemple, qu’il qualifie de « génial » (p. 13), à nouveau tiré de la pièce Les deux somnambules (II, 7 : Faden à Emilie) : FADEN. « Fordere kühn, sprich ohne Scheu, wie dir der Schnabel wuchs. »198 Nestroy détourne ici magistralement, par une transformation minimale, un simple changement de temps verbal, l’expression « sprechen/reden, wie einem der Schnabel gewachsen ist », qui signifie « parler naturellement », en un Witz particulièrement efficace : dans l’expression autrichienne courante, le prétérit n’existe pas. Par cette infraction au code linguistique de l’allemand supérieur (Oberdeutsch, c’est-à-dire l’allemand parlé dans le sud de l’Allemagne), qui est en fait une hypercorrection grammaticale en haut allemand (Hochdeutsch, c’est-à-dire l’allemand standard), Nestroy dévoile la prétention linguistique inouïe de son personnage ainsi que son usage très artificiel du langage, qui va précisément à l’encontre du sens premier de l’expression « sprechen/reden, wie einem der Schnabel gewachsen ist » (parler naturellement). Cette citation constitue un très bel exemple de la maîtrise souveraine du langage de Nestroy et de l’absurdité de traduire son œuvre en viennois199.

  • 200 Ibid. : « Les personnages de Nestroy parlent de manière ampoulée quand le Witz doit détruire […] le (...)
  • 201 Voir Ibid. : « O, ich will euch ein furchtbarer Hausknecht sei ! » Cf HKA Stücke 38 (éd. par Peter (...)

166Deuxièmement, le satiriste exhibe, à travers les propos emphatiques de ses personnages200, les clichés linguistiques communs pour mieux défendre par contraste la dimension créatrice du langage. Kraus introduit un nouveau passage de la pièce Relations antérieures (9e scène) de Nestroy pour illustrer cette idée : « Oh, je veux être pour vous un domestique terrifiant ! »201 Ici, la rupture de l’obéissance stéréotypée du domestique à son maître est marquée linguistiquement par l’introduction de l’adjectif « terrifiant », qui rompt le pacte convenu dominant-dominé pour le placer sous le signe de la querelle et de la menace du dévoilement des « relations antérieures ».

  • 202 Reserv : « Ich bin der Kolumbus einer neuen Methode. » (Notre traduction) p. 67.
  • 203 HKA Stücke 27/II (éd. par Jürgen Hein): « Zweifeln kann man an allem, und unter zehnmal zweifelt ma (...)

167Le satiriste est ainsi novateur et créateur. Il devient même l’inventeur d’une nouvelle méthode, comme Nestroy s’était d’ailleurs lui-même défini : « Je suis le Christophe Colomb d’une nouvelle méthode. »202 La comparaison établie par Nestroy n’est pas fortuite : en examinant la langue de manière critique, le satiriste, explorateur linguistique, s’ouvre à un nouvelle approche des choses et dévoile le monde des faux-semblants. C’est dans l’interrogation, dans le doute systématique sur le matériau linguistique employé (une idée d’ailleurs largement partagée par Nestroy) que Kraus entrevoit la possibilité d’une pensée nouvelle et d’une langue libre, arrachée aux habitudes linguistiques et capable de camper le mal de son temps. Dans Peur bleue, Nestroy fait dire au personnage de Wendelin : « On peut douter de tout et, neuf fois sur dix, on doute certainement à raison. »203

  • 204 Schriften VII (Die Sprache): « Bei Nestroy […] gibt es winzige Zwischenszenen, wo ein Satz über die (...)

168On trouve ainsi dans l’extrait du Talisman cité par Kraus un florilège des qualités qu’il appréciait au plus haut point chez Nestroy, notamment son art du dialogue : comme souvent dans l’œuvre du dramaturge, le milieu, le personnage et la fonction satirique du passage ressortent du discours même des protagonistes. Kraus voue une admiration toute particulière à ces « scènes de transition minuscules où une phrase monte sur les planches et où, avec un personnage, un milieu et une époque se trouvent représentés là. »204

  • 205 Voir F 349-350/14.
  • 206 Ibid. : « [...] wenn sein Witz eine Liebesszene verkürzt, so erledigt er und und ersetzt er sämtlic (...)
  • 207 DC, p. 127 ; Schriften VII : « Der Wortwitz, als Selbstzweck verächtlich, kann das edelste Mittel e (...)

169Il loue ici la tendance de Nestroy à la concision205, cette technique qui consiste à exprimer en quelques mots toute une scène et, par là même, à résumer toutes les occurrences possibles de cette même scène : « […] lorsque son Witz raccourcit une scène d’amour, il rend superflues et remplace toutes les scènes d’amour qui pourraient se dérouler dans des cas similaires. »206 La concision constitue d’ailleurs pour Kraus, au même titre que la qualité de l’esprit qui y est à l’œuvre, le gage de succès en général du jeu de mots : « Le jeu de mots, méprisable comme fin en soi, peut être le moyen le plus noble d’une intention artistique, dans la mesure où il sert à l’abrégé d’une vie spirituelle. »207

170Pour accréditer sa thèse (la capacité de concision de Nestroy), Kraus a de nouveau recours à la même stratégie : la citation de deux exemples tirés de l’œuvre du dramaturge. Le premier provient une nouvelle fois de la pièce Les deux somnambules (I, 33) et plus précisément de la scène où Strick tente de persuader Theres de reproduire à leur niveau, celui des domestiques, les fiançailles de leurs maîtres :

  • 208 F 349-350/14 : « Was schaut er mich denn gar so an? – Sie ist in Diensten meiner künftigen Gebieter (...)

[THERES] – Pourquoi me regarde-t-il donc comme ça ?
[STRICK] – Elle est au service de ma future maîtresse, je suis au service de son futur maître, je ne lance ça que comme ça, parce que ça pourrait faire naître quelque chose.
[THERES] – Le temps est bon conseiller208 !

171La puissance de concision et l’applicabilité de cette scène au domaine de la psychologie amoureuse sont effectivement frappantes.

  • 209 Ibid. : « Drum zeigen Sie sich meines Vertrauens würdig und forschen Sie nicht weiter. » (Cité par (...)

172Le second exemple choisi par Kraus, tiré de la pièce Peur bleue (I, 15), vise à montrer la concision de Nestroy en matière de peinture de la psychologie humaine. Cette scène entre Pfrim et Ignaz, qui constitue une sorte de parabole miniature sur la curiosité mal placée et la suspicion, se termine par les termes de Pfrim : « Donc, montrez-vous digne de ma confiance et cessez de chercher. »209

173L’admiration de Kraus pour l’art de la concision de Nestroy, à l’œuvre tout particulièrement dans les dialogues entre les personnages, se reflète également dans son éloge des qualités aphoristiques du dramaturge qu’il compare, non sans raison, fréquemment à son illustre prédécesseur Lichtenberg. La preuve la plus flagrante du goût marqué de Kraus à cette époque pour les bons mots de Nestroy est la sélection proposée dans F 349-350/49-56 (mai 1912), destinée à montrer précisément la qualité du verbe de Nestroy.

« Théorie » du Witz et analyse de la langue de Nestroy

  • 210 Le rapport ludique de Nestroy au langage, observable dans un savant usage du jeu de mots, est aussi (...)
  • 211 Dans « Nestroy et la postérité » comme ailleurs dans le Flambeau, Kraus fait très favorablement all (...)
  • 212 Jean Paul, 1963, Sämtliche Werke (Vorschule der Ästhetik, 1813), vol. V, éd. par Norbert Miller, Mü (...)

174Les passages du Talisman, de Relations antérieures, des Deux somnambules et de Peur bleue, judicieusement introduits par Kraus dans « Nestroy et la postérité », illustrent la qualité du dialogue chez Nestroy, où se mêlent Witz, esprit et réflexion, ludisme et sérieux. Ils fournissent un condensé de l’humour profondément inscrit aussi bien dans la langue de Nestroy que dans la tradition littéraire autrichienne210, le commentaire de Kraus sur Nestroy s’élargissant en outre à une sorte de théorie du Witz, qui repose sur une réflexion fondamentale sur le langage. Le Witz de Nestroy apparaît comme la mise en œuvre, sous forme de jeu, de son travail sur le matériau linguistique ; il permet, par l’idée soudaine et lumineuse (Einfall), de relier les éléments a priori les plus opposés et disparates. Kraus considère le jeu de mots comme une forme authentique d’humour, comme une épure linguistique, dans la grande tradition des romantiques et de Jean Paul211. Il renoue d’ailleurs ici avec une conception plaçant le Witz au cœur du génie poétique que Jean Paul présentait ainsi : « Seul le Witz […] permet l’invention […]. »212

  • 213 Si les références à Heine ne sont pas toujours négatives dans le Flambeau, les allusions à George B (...)

175Pour définir plus généralement « l’humour » de Nestroy, qu’il oppose à « l’ironie » de Heine et de Shaw213, Kraus a recours à une métaphorique physionomiste, le langage apparaissant presque comme un corps dont l’humour est épris :

  • 214 Ibid./7 : « Dieser völlig sprachverbuhlte Humor, bei dem Sinn und Wort sich fangen, umfangen und bi (...)

Cet humour totalement épris de la langue, où sens et mot se saisissent, s’embrassent et se tiennent enlacés jusqu’à devenir inséparables voire méconnaissables, dépasse tout dialogue scénique et tombe pour cette raison même dans le trou du souffleur, comparable ainsi seulement à Shakespeare, duquel on doit tout d’abord faire abstraction pour produire l’efficacité théâtrale214.

176De toute évidence, Kraus s’inspire ici, de manière cryptée, de la « définition » érotique fournie par Goethe dans Faust II, plus exactement dans le « mariage stylistique » entre Faust et Hélène, qui constitue aussi une sorte de mariage symbolique entre la poésie moderne (l’Allemagne et plus généralement l’Occident) et la poésie antique (la Grèce). Dans le dialogue entre les deux personnages de Goethe, Faust (le maître) se met à parler en vers, amoureusement relayé par Hélène (l’élève) :

  • 215 Johann Wolfgang von Goethe, 1984, Faust I et II, trad. de Jean Malaplate, Paris, GF, p. 394 ; J. W. (...)

HÉLÈNE. Comment, dis-moi, parler avec tant de douceur ?
FAUST. Aisément. Il suffit que parle notre cœur.
Quand d’un désir profond la poitrine déborde,
Autour de soi l’on cherche…
HÉLÈNE. … une âme qui s’accorde215.

  • 216 Voir Schriften VII, p. 337.
  • 217 Ce lien est, du reste, déjà présent chez Goethe dans les termes précédant la « Wechselrede » : « ca (...)
  • 218 Schriften VI : « Kräfte sind es, die zueinander wollen, und münden im Reim wie im Kuß. » (Notre tra (...)

177Kraus explicitera plus tard, en 1927, dans son principal écrit poétologique (« La rime » : « Der Reim »), sa relation intertextuelle profonde avec Goethe. Dans ce texte où le terme d’ « amour pour le mot » (Wortbuhlschaft)216 apparaît comme une réminiscence sémantique éclairante de « l’humour épris de la langue » (sprachverbuhlter Humor) de Nestroy évoqué dans « Nestroy et la postérité », Kraus cite explicitement les vers de l’échange verbal entre Faust et Hélène dans le Faust II pour illustrer l’idée de lien entre poésie et érotisme217. En outre, Kraus développe dans « La rime » le rapport suggéré dans « Nestroy et la postérité » entre langage (poésie) et érotisme : à la définition sensuelle de l’humour proposée dans « Nestroy et la postérité » correspond celle, plus générale, du lyrisme dans « La rime ». Kraus y décrit les vers comme « […] des forces qui veulent se rejoindre et se jettent dans la rime comme dans le baiser. »218

  • 219 Ibid. : « Wie aber der wahrhaft Liebende immer zum ersten Male liebt, so dichtet der wahrhaft Dicht (...)

178Dans ce même texte, il insiste aussi explicitement sur le lien entre sphère poétique et sphère amoureuse : « Mais de même que le véritable amant aime toujours pour la première fois, le véritable poète écrit toujours pour la première fois, quand bien même il ne ferait rien rimer d’autre que passion et pulsion. »219 La « théorie » de la rime et du langage formulée par Kraus fait donc de lui un disciple absolu de Goethe sur ce point. On peut même dire que le satiriste intensifie le caractère érotique de la définition de la rime offerte par Goethe.

179La définition que propose Kraus de l’humour chez Nestroy fusionne ainsi avec sa définition de la rime, l’idée de cet « humour totalement épris de la langue » constituant une mise en abyme évidente du propre rapport, pour ainsi dire charnel, de Kraus au langage :

  • 220 DC, p. 149 sq.; Schriften VII : « Ich beherrsche die Sprache nich ; aber die Sprache beherrscht mic (...)

Je ne maîtrise pas la langue ; mais la langue me maîtrise complètement. Elle n’est pas, pour moi, la servante de mes pensées. J’entretiens avec elle une liaison qui me fait concevoir des pensées, et elle peut faire de moi ce qu’elle veut. Je lui obéis au mot. Car, du mot, s’élance à ma rencontre la pensée juvénile, et elle forme rétroactivement la langue qui l’a créée. […] La langue est une maîtresse des pensées […]220.

180Le rapport dominant-dominé est d’ailleurs une constante des réflexions de Kraus sur le langage, ainsi que le montre le poème Maîtresse et esclave (Herrin und Magd) :

  • 221 Schriften IX (Gedichte):
    « 
    Die Sprache beherrschen ? Das wär’mir recht ;
    spricht man nur laut, gleich
    (...)

Maîtriser la langue ? Voilà qui me conviendrait ;
Si l’on parlait fort, elle se tairait aussitôt ?
Ainsi, je maîtrise la langue que vous parlez –
Tandis que la mienne fait de moi ce qu’elle veut221.

181La métaphorique employée se complète avec celle du poème qui le suit immédiatement, La langue (Die Sprache) :

  • 222 Ibid. : « Mit heißem Herzen und Hirne
    naht’ich ihr Nacht für Nacht.
    Sie war eine dreiste Dirne,
    die ic
    (...)

Le cœur et le cerveau ardents,
Je l’approchais nuit après nuit.
C’était une putain effrontée
Dont j’ai fait une vierge222.

182Le jeu linguistique est aussi un jeu amoureux, oscillant pour Kraus entre possession, don de soi et rapport de domination.

183Enfin, la comparaison que Kraus établit dans « Nestroy et la postérité » entre Nestroy et Shakespeare n’est évidemment pas fortuite : il s’agit toujours de réhabiliter Nestroy au sein de l’histoire littéraire. Nestroy et Shakespeare (ainsi qu’Offenbach) continueront à être fréquemment associés par le satiriste dans son futur « théâtre de la poésie ».

184Cette seule phrase de Kraus, qui associe Nestroy, Goethe et Shakespeare, participe ainsi du mouvement d’élévation de Nestroy vers le panthéon de la littérature universelle, entendue au sens goethéen de Weltliteratur.

Communication avec le public : « masque acoustique » (Tonfall) et art du couplet

185Les passages de Nestroy cités dans « Nestroy et la postérité » mettent en évidence une autre dimension fondamentale de son œuvre, qui relève davantage de la théâtralité : l’établissement d’une communication entre les personnages de Nestroy et le public. Le dialogue n’a, chez Nestroy, plus seulement pour fonction de montrer, pour la compréhension scénique, la communication entre les personnages, mais aussi de dénoncer leur détournement du langage à des fins plus ou moins recommandables. Les exemples tirés de plusieurs pièces du dramaturge démontrent que les tournures utilisées par les personnages démasquent leur réclusion dans le verbiage et, derrière lui, celui-là même qui y recourt : personnage au sein d’une pièce ou, plus profondément, emblème de la satire d’un milieu social précis.

  • 223 F 349-350/8 : « geschriebene Schauspielkunst ».
  • 224 Ibid./9 : « Der Tonfall ist jene Äußerlichkeit, auf die es dem Gedanken hauptsächlich ankommt. »

186Ce que Kraus appréciait tout particulièrement dans l’ « art dramatique écrit »223 de Nestroy, c’est aussi la mise en mots subtile de ce qu’il nomme le « masque acoustique » (Tonfall), seul élément capable à ses yeux de faire perdurer l’œuvre littéraire au-delà de sa représentation sur scène. Plus que le contenu propre des pièces de Nestroy, le masque acoustique, que Kraus décrit comme une puissance profondément créatrice (« Le masque acoustique est cette extériorité qui est surtout essentielle à la pensée224 »), paraît à même d’atteindre une telle efficacité.

  • 225 Voir F 349-350/6 : « ils n’ont qu’une seule et même langue, celle de Nestroy » ; « sie haben die ei (...)
  • 226 Ibid./4 : « Wir werden seiner Botschaft den Glauben nicht deshalb versagen, weil sie ein Couplet wa (...)

187Selon Kraus, Nestroy montre dans ses pièces précisément le caractère dorénavant conventionnel du verbiage et du masque acoustique. La présence de l’auteur derrière ses personnages225 est ici particulièrement sensible. Cette situation dramaturgique, le plan du commentaire, apparaît le plus clairement dans les couplets de Nestroy, conçus pour le public comme une sorte de second plan, sous la forme d’intermèdes plus ou moins reliés à l’action de la pièce, où le dramaturge s’en prend aux travers et aux mœurs de son temps et commente l’actualité politique et mondaine. Kraus écrit à leur sujet : « Nous n’avons pas le droit de refuser de croire à son message parce qu’il avait la forme d’un couplet. »226

  • 227 Cet élément est d’ailleurs explicitement souligné par Kraus lui-même lorsqu’il écrit au sujet des p (...)
  • 228 On pourrait oser ici une comparaison entre Nestroy et le théâtre de Brecht.

188Les couplets de Nestroy contiennent presque les fragments d’une véritable philosophie227, tandis que les dialogues sont le lieu par excellence où l’imagination de l’auteur peut être à l’œuvre228.

Nestroy écrivain

189À ce propos, la littérature critique accuse souvent Kraus d’avoir mis abusivement voire exclusivement l’accent sur les qualités de l’écrivain Nestroy au détriment de celles du dramaturge. Pourtant, la question n’est pas tant de savoir si le satiriste a eu raison ou non dans la ligne qu’il a décidé de privilégier dans sa réception de Nestroy que de s’interroger sur les causes profondes de ce choix d’interprétation. Force est de reconnaître que Kraus, dans son essai sur Nestroy, met surtout l’accent sur les qualités linguistiques d’une œuvre longtemps rejetée par l’histoire littéraire. Il est le premier à insister autant sur ce point, en réaction à une conception normative de la littérature qui accorde sa préférence au « fond » (Stoff) plutôt qu’au travail de « mise en forme » (Gestaltung), autrement dit aux qualités esthétiques de l’œuvre de Nestroy. Dans le cadre d’un changement d’horizon profond dans l’esthétique littéraire, Kraus entend ainsi réhabiliter comme critère d’évaluation qualitative d’une œuvre littéraire la mise en mots et le verbe contre leur mise en danger par la presse, le feuilletonisme et la mise en scène à grand spectacle à la Reinhardt.

  • 229 F 349-350/8: «In Nestroy ist so viel Literatur, daß sich das Theater sträubt, und er [der Reichtum (...)
  • 230 Ibid./6 : « Sein Eigentlichstes war der Witz, der der Bühnenwirkung widerstrebt. »

190Kraus admirait en Nestroy avant tout un maître absolu de la satire et de la langue, un artiste du verbe : « Chez Nestroy, il y a tant de littérature que le théâtre regimbe, et elle [i. e. la richesse du verbe] doit tenir lieu d’acteur. »229 Une telle affirmation rejoint les termes employés par le satiriste au sujet du Witz de Nestroy : « Son trait le plus singulier était le Witz, qui répugne à l’effet scénique. »230

191Ces assertions semblent suggérer la quasi impossibilité de rendre convenablement sur scène l’efficacité de l’esprit de Nestroy ou insistent à tout le moins sur une perte nécessaire dans le passage de l’œuvre littéraire écrite à sa réalisation scénique. On peut certes déplorer le caractère absolu et le côté outrancier de la formulation de Kraus, mais on ne saurait perdre de vue que celle-ci contient une dimension éminemment provocatrice, dirigée contre l’interprétation commune de Nestroy comme homme de théâtre et non comme écrivain. La formulation de Kraus était particulièrement spectaculaire à une époque qui déniait à Nestroy toute grandeur littéraire. Le satiriste n’avait toutefois vraisemblablement pas en vue de pointer l’impossibilité en soi de mettre en scène Nestroy de manière satisfaisante, mais plutôt l’extrême difficulté d’une telle entreprise, que la production théâtrale moderne ne parvenait pas, selon lui, à surmonter.

192La mise en absolu par Kraus des qualités littéraires et satiriques de l’œuvre de Nestroy aux dépens de ses qualités proprement dramaturgiques doit toujours être replacée dans le contexte du combat du satiriste contre l’historiographie littéraire allemande : son but de revaloriser Nestroy dans l’histoire littéraire, par le jeu d’une rupture de la norme littéraire alors en vigueur et de la réclamation d’un changement d’horizon esthétique fondamental, conduit Kraus à donner la préférence – sans doute exagérément, mais à dessein – aux qualités linguistiques de son œuvre et à accorder, parallèlement, un moindre crédit à ses qualités dramaturgiques.

  • 231 Ibid./8 : « In Girardi wächst die Gestalt an der Armut der textlichen Unterstützung, bei Nestroy sc (...)
  • 232 Ibid. : « In seinen Possen bleibt die Hauptrolle unbesetzt, solange nicht dem Adepten seiner Schmin (...)

193C’est ainsi que Kraus confronte l’acteur à l’écrivain par le jeu d’une nouvelle opposition de personnes qui, comme dans le cas de l’opposition Heine-Nestroy, s’accompagne d’une opposition de nature esthétique : il confronte l’acteur Alexander Girardi, représentant le théâtre, qui montre devant un texte pauvre l’étendue de ses talents d’acteur, à Nestroy, incarnant pour Kraus la littérature. Kraus reprend ici sous une forme succincte l’opposition qu’il avait déjà utilisée dans l’essai de mai 1908 « Girardi et Kainz » entre l’acteur Girardi et le satiriste complet Nestroy. L’acteur Girardi ne saurait ainsi restituer toute l’étendue des qualités satiriques de l’œuvre de Nestroy : « Chez Girardi, le personnage se développe devant la pauvreté du soutien textuel ; chez Nestroy, il se ratatine devant la richesse du verbe. »231 Kraus ne formule pas là une critique de Girardi, il défend simplement l’idée que le seul interprète légitime de Nestroy ne pouvait être un acteur (même du rang d’un Girardi) mais un véritable satiriste, lui-même : « Dans ses farces, le rôle principal restera vacant tant que l’héritage de son esprit satirique ne sera pas revenu à l’adepte de son fard. »232

  • 233 Ibid./6.

194Aussi Kraus présente-t-il Nestroy comme un penseur satirique dont l’œuvre serait plus appréciée d’un lecteur que d’un spectateur. Kraus estime que les qualités littéraires de Nestroy sont telles que nulle représentation ne saurait rendre pleinement compte de toutes les nuances et de toute la profondeur de pensée de l’œuvre de Nestroy. La langue « écrite » de son modèle se situerait ainsi inévitablement en décalage avec sa réalisation scénique. Kraus semble considérer les pièces de Nestroy comme des productions destinées à la lecture plutôt qu’à la scène et suggère que la particularité première de l’œuvre du dramaturge réside dans les formes de l’aphorisme et de la glose233, présentes en particulier dans les couplets satiriques de Nestroy.

195Même si l’on peut sans aucun doute reprocher au satiriste de ne pas prendre en compte le fait que la mise en scène ne nuit pas nécessairement à la langue du texte de départ, il ne faut pas oublier que Kraus visait à préserver la langue des pièces de Nestroy des effets, selon lui désastreux, des productions théâtrales contemporaines, en revenant à la tradition incarnée précisément par Nestroy et par le Burgtheater des années 1870-1880.

  • 234 F 336-337/41 (novembre 1911): « Wenn ich vortrage, so ist es nicht gesprochene Literatur. Aber was (...)
  • 235 F 349-350/8: «Er kann es, denn es ist geschriebene Schauspielkunst.»
  • 236 NV, p. 43 ; F 389-390/42 (décembre 1913) : « Ich bin vielleicht der erste Fall eines Schreibers, de (...)

196Il faut donc replacer en contexte cette question trop souvent réduite à une prétendue aversion de Kraus pour le théâtre. Il semble d’ailleurs que Kraus ne perd pas totalement de vue la dimension dramaturgique de l’œuvre de Nestroy : le mot doit posséder une valeur scénique en soi et porter ainsi en lui-même sa théâtralité. Peu avant « Nestroy et la postérité », Kraus avait écrit sur son propre compte : « Lorsque je lis en public, ce n’est pas de la littérature parlée. Mais ce que j’écris, c’est de l’art dramatique écrit. »234 Ces termes sont pour ainsi dire transposés à Nestroy dans « Nestroy et la postérité » : « Il le peut, car c’est de l’art dramatique écrit. »235 De telles assertions montrent d’une part la convergence entre la lecture de l’œuvre de Nestroy par Kraus et sa description du rapport entre littéralité (texte écrit) et oralité (texte lu en public) au sein de son œuvre propre et éclairent d’autre part aussi l’inclination profonde de Kraus pour le théâtre et la dimension dramatique de sa conception même de l’écriture, qui renvoie à une formulation ultérieure analogue du satiriste sur lui-même : « Je suis peut-être le premier cas d’un écriveur qui vit son écriture théâtralement en même temps. »236

Identification de Kraus à Nestroy

197À de nombreux endroits de « Nestroy et la postérité », Kraus prend la défense de Nestroy, le satiriste se présentant la plupart du temps comme le seul héritier légitime du dramaturge.

198Si Kraus rapproche Nestroy de plusieurs grandes figures de la littérature allemande et universelle, on ne peut parler d’identification de Nestroy avec d’autres auteurs que dans le cas de la comparaison établie par Kraus entre Nestroy, Frank Wedekind et lui-même. Le satiriste met en particulier au jour une similitude entre Nestroy et Wedekind concernant leur vision du monde et établit entre eux un lien qui transcende la temporalité historique pour mieux les rapprocher sur le plan de leur conception du langage et, plus exactement, du lyrisme comprenant la satire :

  • 237 F 349-350/9: «Der Schauspieler hat eine Rolle für einen Dichter geschrieben, die der Dichter einem (...)

L’acteur a écrit un rôle pour un auteur que l’auteur ne confierait pas à un acteur. […] Feu le critique Wilheim a fait remarquer un jour l’analogie de leur masque acoustique au sujet de connaissances acquises grâce au Witz […], et il doit bien y avoir quelque part un point de vue commun dans leur vision du monde lorsque des phrases sont prononcées dont aussi bien Nestroy que Wedekind avaient pu être l’auteur237.

  • 238 Voir ibid.

199La « parenté » (Verwandtschaft) Nestroy-Wedekind réside ainsi pour Kraus dans la similitude de leur « masque acoustique » et de leur vision du monde, le satiriste posant via Wedekind les jalons de sa propre identification à Nestroy. Kraus ponctue son rapprochement entre Nestroy et Wedekind par une citation tirée de La Boîte de Pandore de Wedekind qui vise à corroborer la parenté de leurs deux œuvres238.

200Outre le passage par Wedekind, nombre de termes et de formulations appliqués à Nestroy peuvent être rapportés à Kraus lui-même. L’identification à Nestroy, en qui Kraus reconnaît un pair et un modèle satirique, se manifeste au niveau stylistique par l’abondance soudaine, voire la surabondance, de phrases au conditionnel hypothétique dans lesquelles Kraus s’interroge sur ce que le dramaturge serait maintenant, s’il était mort cinquante ans plus tard :

  • 239 Ibid./6 : « Er hätte, wäre er später geboren, wäre er in die Zeit des journalistischen Sprachbetrug (...)

S’il était né plus tard, s’il était né à l’époque de la tromperie linguistique des journalistes, il aurait rendu consciencieusement à la langue ce qu’il lui devait. […] L’époque ne lui aurait plus laissé de temps pour régler provisoirement une querelle sanglante telle que la scène la permet et la réclame, et nul orchestre n’aurait été assez mélodieux pour réconcilier la dissonance entre sa nature et le monde venu après lui239.

  • 240 Ibid./23 : « In den fünfzig Jahren nach seinem Tode hat der Geist Nestroy Dinge erlebt, die ihn zum (...)

201Kraus prête ici à Nestroy ses propres traits, convictions, expériences et certitudes pour donner le sentiment d’une cohésion avec son modèle : ce qu’aurait été Nestroy devient ce que Kraus, qui se conçoit comme le continuateur de ce que Nestroy a amorcé, est réellement. Le satiriste va jusqu’à se caractériser explicitement lui-même à la fin de l’essai lorsqu’il souligne la dimension métaphysique de l’humour de Nestroy : « Au cours des cinquante années qui ont suivi sa mort, l’esprit de Nestroy a vécu des choses qui l’encouragent à survivre. Coincé entre les patapoufs de tous les métiers, il déclame ses monologues et éclate d’un rire métaphysique. »240 C’est sur ces lignes, qui résonnent d’une tonalité tout à fait particulière puisque Kraus pousse son identification à Nestroy jusqu’à un niveau métaphysique, mystique et spirituel, que le satiriste bâtit le sens de son identification à Nestroy. Kraus se présente comme la réincarnation de l’esprit satirique de Nestroy fait sien, le « fantôme » (Geist) du dramaturge continuant à hanter la satire de Kraus, qui se considère lui-même comme la « descendance linguistique et satirique » (sprachsatirische Nachkommenschaft) de Nestroy.

202Cette sorte de transposition mimétique entre Kraus et Nestroy tend sans nul doute à démontrer la modernité du propos et de l’art linguistique de Nestroy, présenté dans « Nestroy et la postérité » comme l’un des rares auteurs du XIXe siècle à avoir encore son mot à dire à l’âge de la technique et du progrès qui va de pair, selon Kraus, avec une époque de mésusage croissant du langage.

203Revenir à Nestroy signifie aussi pour le satiriste tâcher de restaurer la connexion perdue entre le verbe et son essence, afin de les purger des clichés feuilletonesques et du verbiage journalistique. En se tournant vers Nestroy, Kraus se tourne par nostalgie vers un passé idéalisé, mythifié et débarrassé de toute scorie, celui du Vormärz, censé symboliser une certaine qualité esthétique, littéraire et éthique de la tradition.

  • 241 La catégorie d ’» origine » (Ursprung), centrale dans la pensée de Kraus, est selon lui à l’œuvre d (...)

204En se référant à Nestroy, Kraus revient en même temps à ce qu’il considère comme l’essence même de la satire. Il s’agit de ramener l’humanité aux sources mêmes de la langue originelle241 et de l’humour, de retrouver une pureté perdue car souillée par les folliculaires.

  • 242 F 351-353/41 sq. : « Die armen Teufel verstehen natürlich nicht, daß es mir nicht um eine Dissertat (...)

205Kraus s’applique fondamentalement à faire de Nestroy une instance dans le champ littéraire et, simultanément, à s’ériger lui-même en instance. Présenter Nestroy comme un grand satiriste allemand revient à l’extraire du domaine exclusivement autrichien dans lequel l’histoire littéraire avait jusque-là coutume de le confiner, pour en faire l’égal de ceux que Kraus considère comme les plus grands auteurs de la littérature universelle. Kraus défend aussi sa propre appartenance en tant que satiriste d’expression allemande à l’aire intellectuelle littéraire germanique, en se référant à des modèles tels que Goethe, Jean Paul, Lichtenberg ou Schiller, considérés comme les porteurs de la littérature universelle, au même titre que Gogol, Offenbach ou Shakespeare. Le recours à Nestroy comme prédécesseur et comme modèle remplit donc une fonction d’auto-légitimation via l’identification au dramaturge. En vantant les qualités littéraires de Nestroy, Kraus met simultanément au jour nombre de ses qualités propres – même s’il ne tardera pas à se défendre contre la tentation de ne lire dans « Nestroy et la postérité » qu’un essai d’auto-interprétation à travers Nestroy : « Les pauvres diables ne comprennent naturellement pas qu’il ne s’agit pas pour moi d’écrire une thèse sur Nestroy ou de faire une déclaration sur moi-même, mais d’aborder le problème du satiriste […]. »242

Définition par Kraus de la satire et du rôle du satiriste

206Par-delà la défense de Nestroy contre une certaine conception – normative – de la littérature et contre toute interprétation politique de son œuvre, mais aussi pardelà la mise en lumière des qualités propres à la langue du dramaturge (Witz, dialogue, proximité avec le lyrisme, unité langue-pensée), Kraus examine la question en soi de la satire et du rôle du satiriste. La réception de Nestroy donne ainsi, comme souvent, l’élan à l’analyse précise d’un aspect qui dépasse le cadre strict de la réception de l’œuvre du dramaturge. À partir du cas singulier de Nestroy, Kraus propose une définition de la satire qui contient des réflexions fondamentales du polémiste, notamment sur sa propre conception du langage.

Satire et lyrisme

207Kraus intègre Nestroy, et avec lui le genre de la satire, dans la catégorie littéraire à laquelle Nestroy semble a priori se rattacher le moins : le lyrisme. Toujours dans le cadre de la lutte féroce qu’il mène contre les critères de jugement de l’historiographie littéraire de son temps, Kraus tente de faire de la satire et de la farce des genres littéraires à part entière, dignes de figurer dans les histoires de la littérature.

208Les causes de la classification révolutionnaire de Nestroy dans le genre du lyrisme figurent dans un texte complémentaire de « Nestroy et la postérité », même s’il lui est nettement postérieur : « La rime » (1927). Kraus y propose la définition suivante du lyrisme, qui éclaire l’intégration apparemment surprenante de Nestroy dans la catégorie du lyrisme :

  • 243 Schriften VII : « Wenn wir Lyrik nicht dem Herkommen gemäß als die Dichtungsart auffassen, die die (...)

Si nous concevons le lyrisme non pas comme le fait la tradition, c’est-à-dire comme le genre poétique dans lequel s’exprime la sensibilité du poète – ce qui reste pourtant réservé à n’importe quelle catégorie littéraire –, mais comme la transposition la plus immédiate d’un contenu spirituel, d’un sentiment ou d’une pensée, d’une vision ou d’une réflexion dans la vie de la langue, faculté de concentrer l’expérience vécue dans l’autre sphère comme si celle-là était consubstantielle à celle-ci, alors il comprendra toute mise en forme à partir de moyens purement linguistiques, du poème d’amour jusqu’à la glose243.

  • 244 Ce problème a été soulevé également, concernant le « lyrisme » de Kafka, par Béatrice Jongy in B. J (...)

209Kraus plaide ici pour une nouvelle forme et une nouvelle définition du lyrisme244, justifiant que Nestroy puisse être considéré comme un poète. Le satiriste propose une nouvelle définition du lyrisme qui dépasse le cadre et le critère strictement formels du vers pour privilégier la qualité linguistique du texte, seul critère légitime, toujours selon Kraus, pour que tel ou tel texte se réclame du lyrisme. Devient alors lyrisme, dans la définition de Kraus, la transposition d’une pensée ou d’un sentiment dans le langage. Le caractère proprement lyrique d’une œuvre tient dès lors au seul critère de sa qualité linguistique, indifférente à la forme extérieure – vers ou prose – dans laquelle elle s’exprime. Une telle conception du lyrisme apparaît par conséquent largement conciliable avec l’œuvre de Nestroy.

210La mise en avant des qualités lyriques de Nestroy dans « Nestroy et la postérité » constitue une véritable trouvaille de Kraus en même temps qu’une provocation évidente dirigée une fois de plus contre l’histoire littéraire de son époque. Nestroy a toutefois écrit, de manière surprenante :

  • 245 Reserv : « Es giebt gute Geschöpfe, bey denen selbst die Wünsche den Stämpel ärmlicher Einbildungsk (...)

Il y a des créatures bonnes chez qui même les souhaits portent le sceau d’une imagination pauvre. Elles peuvent se représenter un prince qui les comble d’or, d’équipement et de serviteurs, mais elles ne peuvent s’imaginer un ange qui leur offre la moitié de son étoile ; leurs rêves peuvent s’élever jusqu’au conte de fées, mais jamais jusqu’au poème245.

211En intégrant Nestroy dans le genre littéraire à première vue le plus surprenant à son sujet, le lyrisme, Kraus établit un lien inattendu entre satire et lyrisme, exprimé sous la forme d’une analogie et de métaphores audacieuses :

  • 246 F 349-350/10 sq.: «Die Satire ist so recht die Lyrik des Hindernisses, reich entschädigt dafür, daß (...)

La satire est bien le lyrisme de l’obstacle, largement dédommagée par le fait qu’elle est l’obstacle du lyrisme. Et comme elle rassemble ces deux aspects : de l’idéal, elle possède tout et, en outre, l’éloignement par rapport à lui ! Elle n’est jamais polémique, toujours créatrice, tandis que le faux lyrisme ne revient qu’à tout approuver de façon béate et qu’à se réclamer de manière vile du monde déjà existant. Comme elle est la vraie symbolique qui, à partir des signes d’une laideur trouvée, conclut à une beauté perdue [...]. Le faux lyrisme, qui présuppose les grandes choses, et la fausse ironie, qui nie ces grandes choses, n’ont qu’un visage, et il n’y a qu’une ride pour mener de la larme isolée de Heine au rire commun de monsieur Shaw. Mais son Witz maudit les cheminées parce qu’il affirme le soleil. Et l’acidité aspire à l’éclat et la rouille dit qu’elle ne fait que dissoudre246.

  • 247 Le terme de « satire » provient du latin « satura » et désignait au temps d’Ennius (239-169 avant J (...)
  • 248 F 595-600/71, juillet 1922 (« Zur Nestroy-Feier ») : « der im Sprachwitz tiefste, bis zur Lyrik une (...)

212Cette définition de la satire par sa dimension poétique ou lyrique247 constitue une illustration parfaite de ce que Kraus énoncera plus tard dans « La rime » : le lyrisme dépend non de sa forme d’expression (du vers) mais de la qualité de la langue qui le porte. C’est à cette aune qu’il convient de lire la désignation par Kraus de Nestroy comme « le penseur satirique allemand le plus profond et le plus implacable par son Witz linguistique allant jusqu’au lyrisme. »248 (1922)

213La définition par Kraus de la satire synthétise d’une part plusieurs aspects non négligeables de la critique adressée dans « Nestroy et la postérité » à Heine et Shaw et expose d’autre part l’importance de la dimension créatrice de la satire. Les symboles et métaphores auxquels Kraus a recours (lyrisme de l’obstacle ; visage, ride, larme, rire ; cheminée, soleil, acidité, éclat, rouille) illustrent d’eux-mêmes le potentiel lyrique et créateur de la langue tel qu’il ressort au sens propre du jeu amoureux entre langue et pensée, suggéré plus tôt dans l’expression « humour épris de la langue » et repris ici au sein d’une réflexion visant à dépasser la notion de contradiction :

  • 249 F 349-350/11: «Ja und Nein vermischen sich, vermehren sich, und es entspringt der Gedanke. Ein Spie (...)

Oui et non s’entremêlent, se multiplient et la pensée jaillit. Un jeu, impartial comme l’amour. Voici le résultat de cette interpénétration, de cette conservation et de ce renforcement parfaits de courants polaires : une tirade de Nestroy, une mélodie d’Offenbach249.

214Au-delà de cette nouvelle mise en rapport de la sphère linguistique et de la sphère érotique, Kraus rapproche en l’occurrence Nestroy d’Offenbach, comme il l’avait fait dès ses premières déclarations sur Nestroy et le fera plus tard au sein du « théâtre de la poésie ». Ce rapprochement entre Nestroy et Offenbach s’effectue ici non pas au nom de la légèreté ou de l’humour, conformément à leur réception traditionnelle, mais au nom de la satire, qui permet l’union productive des contraires au sein d’une pensée maîtrisée, qu’elle prenne forme dans le champ de la littérature (Nestroy) ou dans celui de la musique (Offenbach).

215Dans sa définition, Kraus présente la satire comme un art créateur. Par l’expression « lyrisme de l’obstacle », il reformule l’idée de la perversion du langage par la presse. Ce faisant, le satiriste a de nouveau recours à sa critique de Heine, qu’il sollicite par le biais d’une crypto-citation parodique et unit dans une même désapprobation à Shaw, dont il récuse le « rire commun » et « terrestre » (irdisch lachen) pour mieux l’opposer à « l’humour » et au « rire métaphysique » (metaphysisch lachen) de Nestroy. Après s’en être pris au poème La demoiselle au bord de la mer…, Kraus attaque, en citant la « larme isolée » (einsame […] Träne), un second poème de Heine : Que veut cette larme isolée (1823), vingt-septième poème du cycle « Le retour » (Die Heimkehr) dans le Livre des chants (Buch der Lieder). Voici les première et cinquième strophes du poème de Heine :

  • 250 Heinrich Heine, 1999, Livre des chants, trad. de Nicole Taubes, Paris, Les Éditions du Cerf, p. 110 (...)

Que veut cette larme isolée ?
La sotte me trouble la vue.
Ce vestige d’un temps passé
M’est resté dans le coin de l’œil. […]
Puis ce fut mon amour lui-même
Qui passa comme un souffle vain !
Vieille larme dépareillée,
À ton tour passe donc enfin250 !

  • 251 Elias Canetti écrit dans « Karl Kraus. École de la résistance » : « La citation telle qu’il l’emplo (...)

216En isolant dans ce poème la formule de la « larme isolée » et en rapprochant Heine de Shaw, un auteur qu’il a toujours rejeté, Kraus achève son travail de dénigrement du poète Heine. Comme souvent chez Kraus, la citation a ici valeur de condamnation251.

Réécriture de Schiller

217Dans la définition de la satire qu’il propose dans « Nestroy et la postérité », Kraus a par ailleurs recours à l’un des textes littéraires fondamentaux de l’Aufklärung : De la poésie naïve et sentimentale (Über naive und sentimentalische Dichtung, 1795) de Schiller.

  • 252 Voir Friedrich Schiller, 1992, Werke und Briefe (vol. 8 : Theoretische Schriften), éd. par Rolf-Pet (...)
  • 253 Friedrich Schiller, 1947, Poésie naïve et poésie sentimentale, trad. de Robert Leroux, Paris, Aubie (...)

218Schiller établit au sein des deux manifestations de ce qu’il nomme le poète « sentimental » une distinction entre le satiriste d’un côté et l’élégiaque de l’autre252 : « Car la question se pose maintenant de savoir s’il s’attardera plus à la réalité, ou plus à l’idéal, s’il traitera la réalité comme un objet d’aversion, ou l’idéal comme un objet d’inclination. »253 Il poursuit ainsi :

  • 254 Ibid., p. 141-143 ; Ibid. : « Satyrisch ist der Dichter, wenn er die Entfernung von der Natur und d (...)

Le poète est satirique quand il prend pour objet l’éloignement des choses à l’égard de la nature et la contradiction entre la réalité et l’idéal […]. […] Dans la satire la réalité est, en tant qu’insuffisance, opposée à l’idéal comme réalité suprême. […] La réalité est donc ici un objet nécessaire d’aversion, mais cette aversion doit en revanche – c’est ici ce dont tout dépend – jaillir de l’idéal qui est à l’opposé de la réalité254.

219Voici ce que Kraus écrit dans sa propre définition de la satire : « Et comme elle rassemble ces deux aspects : de l’idéal, elle possède tout et, en outre, l’éloignement par rapport à lui. » Kraus réutilise donc, presque sous la forme d’une citation, l’hypotexte de Schiller. Il reformule l’opposition entre idéal et réalité déjà établie par Schiller tout en dépassant son propos, dans la mesure où il présente cette opposition comme le moteur fondamental de la satire, Schiller n’allant pas aussi loin dans ses conclusions. La satire permet ainsi la confrontation de la vision idéale du poète satirique avec la réalité conçue comme « manque » (Mangel). C’est de l’inadéquation ou, plus exactement, de la disproportion entre la langue et le monde que la satire tire sa raison d’être, le satiriste allant, comme Nestroy, puiser dans la forme du Witz l’expression conforme à l’idéal qu’il poursuit.

  • 255 Voir Gerald Stieg : 1999, p. 48.

220Gerald Stieg lit à juste titre dans cette définition théorique de la satire, qui n’est rien d’autre qu’une autodétermination par Kraus de son statut de satiriste, une transposition quasi littérale de la théorie de la satire de Schiller, une traduction de Schiller en images255. Cette transposition intertextuelle s’effectue aussi bien par le biais de la paraphrase citationnelle que par celui de la métaphore : Kraus emprunte littéralement à Schiller les notions d’ « idéal » et d’ « éloignement » par rapport à celui-ci, tandis que des formulations comme « Son Witz maudit les cheminées parce qu’il affirme le soleil. Et l’acidité aspire à l’éclat et la rouille dit qu’elle ne fait que dissoudre » constituent des exemples patents d’une « métaphorisation » de la définition de la satire de Schiller. Kraus tente d’asseoir, par le recours à Schiller, sa propre position de satiriste.

  • 256 Mais aussi par Goethe.

221L’ensemble ne manque pas d’ironie : Kraus rétablit Nestroy par l’entremise de Schiller, dont il s’approprie la définition de la satire, faisant ainsi d’un auteur « anticanonique » par excellence (Nestroy) un classique, et ce au nom même du classicisme allemand, incarné ici par Schiller256 !

222Par ce rapprochement entre Nestroy, Schiller et lui-même, Kraus s’inscrit dans une tradition littéraire précise, qui excluait Nestroy au nom des grands principes normatifs du classicisme littéraire (épure linguistique, langue noble et unitaire…). Par un renversement conscient et absolu du point de vue de l’histoire littéraire de langue allemande, Kraus intègre Nestroy dans cette tradition, nouvelle provocation destinée à l’ériger en instance dans le champ littéraire, à l’égal des plus grands noms de la littérature allemande et universelle.

Définition de la langue par sa fonction esthétique

  • 257 F 349-350/4 : « Wenn Kunst nicht das ist, was sie glauben und erlauben, sondern die Wegweite ist zw (...)

223Kraus présente tout au long de « Nestroy et la postérité » la satire comme opposition et le satiriste comme celui qui se soustrait à toute époque. Il avance cet argument négativement certes contre une éventuelle récupération politique de Nestroy comme de sa propre satire, mais aussi et surtout pour proclamer positivement la liberté et l’indépendance de l’art, dont il donne, comme pour le lyrisme, une définition toute métaphorique : « Si l’art n’est pas ce qu’ils croient et permettent, mais qu’il est au contraire la distance séparant une vision d’une pensée, le plus court chemin entre un ruisseau et la Voie lactée, alors il n’y a jamais eu sous le ciel allemand de coureur comme Nestroy. »257

224Cette définition de l’art, qui préfigure celle du lyrisme dans « La rime », rappelle l’exigence esthétique, formulée par Kraus aussi bien dans « Heine et les conséquences » que dans « Nestroy et la postérité », de lutter contre une réduction de l’art au seul contenu. Kraus récuse à nouveau fermement ce carcan au profit des possibilités créatrices de l’imagination, à l’œuvre aussi bien dans la satire de Nestroy que dans les métaphores souvent audacieuses qui émaillent « Nestroy et la postérité ».

  • 258 Johann Wolfgang von Goethe : 1966, op. cit., vol. I (Gedichte und Epen):
    « 
    Tiefe Stille herrscht im (...)
  • 259 F 349-350/2: «Wenn zweimal zwei wirklich vier ist, wie sie behaupten, so verdankt es dieses Resulta (...)

225Si le rapprochement effectué par Kraus entre art, lyrisme et satire peut à première vue surprendre, la mise en relation des champs de l’esthétique (du lyrisme) et de la logique n’étonne pas moins. À la victoire du progrès, Kraus oppose l’argument suivant : « Si deux fois deux fait vraiment quatre, comme ils l’affirment, on doit ce résultat au fait que Goethe ait écrit le poème “Mer calme”258. Mais l’on sait si bien combien deux fois deux fait que l’on ne pourra plus arriver à ce compte dans cent ans. »259

226Par cette nouvelle référence à Goethe, Kraus ne met pas seulement en rapport l’art et la logique mais il fait de l’art le critère des mathématiques et pour ainsi dire la règle d’or absolue du monde. Si cette affirmation, là encore provocatrice, du primat de l’art par rapport à toute autre forme de certitude ne déprécie en rien les sciences mathématiques, elle en dit long sur l’importance que Kraus attribue à l’art dans son système de valeurs :

  • 260 NV, p. 32 (trad. modifiée) ; F 381-383/72 (septembre 1913) : « Logik ist die Feindin der Kunst. Abe (...)

La logique est ennemie de l’art. Mais l’art ne doit pas être l’ennemi de la logique. La logique doit avoir été, une fois, du goût de l’art et avoir été pleinement digérée par lui. Pour affirmer que deux fois deux fait cinq, on doit savoir que deux fois deux fait quatre. Évidemment, celui qui sait seulement ceci dira que cela est faux260.

227Kraus a, par ailleurs, réécrit le passage suivant des Zahme Xenien (IX) de Goethe :

  • 261 Johann Wolfgang von Goethe : 1966, op. cit., vol. I (Gedichte und Epen):
    « 
    Wer Wissenschaft und Kuns (...)

Celui qui possède la science et l’art
Possède en même temps la religion ;
Celui qui ne possède ni l’une ni l’autre
A besoin de religion261.

228Voici ce qu’en fait Kraus dans son épigramme D’après Goethe (Nach Goethe) :

  • 262 Schriften VIII : « Wer Kunst und Religion besitzt, der hat auch Wissenschaft. Wer diese beiden nich (...)

Celui qui possède l’art et la religion possède en même temps la science.
Celui qui ne possède ni l’un ni l’autre a besoin de la science262.

229Cette réécriture constitue un renversement conscient de l’ordre des valeurs proposé par Goethe (entre la science, l’art et la religion au profit de l’art et au détriment de la science) et une évidente provocation hyperbolique destinée à bouleverser la hiérarchie des champs ayant cours à l’époque de Kraus, plus précisément le primat du champ scientifique.

La dimension apocalyptique du satiriste

230La définition esthétique de la satire que propose Kraus n’exclut pas une réflexion de fond sur la nature du rapport entre le satiriste et sa postérité.

231La définition de la satire par l’art atteint une dimension politique, même si Kraus déclare refuser d’investir ce terrain. Il vante dans « Nestroy et la postérité » les mérites éthiques et esthétiques de la satire à une époque (1912) où la littérature ne pouvait déjà plus être en quelque sorte que satire, où la réalité ne pouvait plus être représentée que dans le prisme critique de la satire. Ainsi Kraus en vient-il, dans « Nestroy et la postérité », à poser la question de la fonction politique du satiriste et de la justification politique et morale de la satire. La part considérable de polémique contenue dans l’essai indique que le rapport déficitaire entre réalité et idéal ne peut et ne doit plus être dépeint positivement mais qu’il tient surtout dans la négation radicale de son époque. Nestroy se situe, pour Kraus, sans cesse en décalage avec une postérité qui ne le comprend pas et entretient avec lui des rapports conflictuels :

  • 263 F 349-350/22 : « Nestroys Nachwelt tut vermöge ihrer künstlerischen Unempfindlichkeit dasselbe, was (...)

La postérité de Nestroy fait, à cause de son insensibilité artistique, la même chose que ce que ses contemporains, qui étaient en bonne intelligence avec lui sur le plan du sujet, ont fait : ceux-ci le considéraient comme un farceur actuel, celle-là dit qu’il est vieilli. Il touche la postérité qui, donc, ne le comprend pas263.

232Kraus présente ainsi Nestroy et lui-même comme des opposants satiriques de leur temps et la satire comme la forme d’art la plus appropriée pour cingler son époque. Il fait de l’artiste satirique, auquel il attribue une dimension apocalyptique, l’ultime rempart contre la déchéance de son temps :

  • 264 Ibid./23 : « Überall läßt sichs irdisch lachen. Solchem Gelächter aber antwortet die Satire. Denn s (...)

Partout on éclate d’un rire terrestre. Mais c’est à un tel rire que la satire répond. Car elle est l’art qui, avant tous les autres arts, survit à lui-même, mais aussi à une époque morte. Plus le sujet est dur, plus l’attaque est violente. Plus le combat est désespéré, plus l’art s’en trouve renforcé. L’artiste satirique se trouve à la fin d’une évolution qui se refuse à l’art. Il en est le produit et le contraire désespéré. Il organise la fuite de l’esprit devant l’humanité, il se concentre sur le retour. Après lui le déluge264.

  • 265 Voir Pierre Bourdieu, op. cit., notamment p. 357.

233Cette autocaractérisation présentée par Kraus comme la détermination essentielle de la place et du rôle du satiriste ne signifie ni une abdication de ce dernier (une sorte de refuge dans l’art pur)265 devant la situation critique de son temps ni son renoncement à la forme de combat que constitue la polémique.

234La fin de « Nestroy et la postérité » – comme une majeure partie de l’essai d’ailleurs – a pour objet le rapport délicat entre le satiriste, son public et la postérité. Dans sa définition, Kraus insiste précisément sur la fonction prophétique et, plus encore, sur le rôle apocalyptique du satiriste. L’artiste satirique anticipe le déclin de l’avenir en en exposant les germes. Il lui incombe ainsi la tâche de mener la dernière lutte contre la capitulation de l’esprit.

235La thématique et le champ sémantique du désespoir et de la mort occupent une large place dans les symboles et, plus généralement, dans la sphère des représentations de Kraus : « époque morte », « combat désespéré », « Après lui le déluge ». La mort apparaît comme l’arme linguistique la plus menaçante dans l’arsenal métaphorique du satiriste. En peignant les avatars de la réalité, ce dernier se fait inévitablement le prophète du déclin, c’est-à-dire à long terme de la mort. Parallèlement, les réflexions de Kraus sur la dimension apocalyptique du satiriste dans « Nestroy et la postérité » préfigurent ce qui allait devenir le thème central des Derniers jours de l’humanité : la fin du monde.

236Le point de vue de Kraus doit toutefois être nuancé : même si ce dernier entrevoit les signes de la fin du monde, il n’exclut pas la possibilité d’un tournant positif de l’histoire et d’un retour à l’origine, où le satiriste deviendrait inutile et superflu. Il faudrait, pour cela, que le monde revienne à une perception éthique et esthétique et non plus politique des choses, à l’appréhension du langage non plus comme outil de la pensée mais comme valeur suprême de l’humanité, consubstantielle à la pensée.

237Mais, devant la situation présente, le satiriste se doit avant tout, selon Kraus, de dépeindre les incohérences du monde et de contribuer, par cet acte éthique, à modifier cette réalité pour la ramener à une pureté idéale, la satire étant conçue par Kraus comme le seul moyen artistique de retrouver cet idéal linguistique dont la postérité de Nestroy s’est éloignée.

  • 266 Michael Pollak, op. cit., p. 130.

238À travers Nestroy, Kraus transporte l’artiste dans le champ de la morale, le satiriste se voyant confier une tâche d’éducation morale de son temps : « […] comme le montre si bien son essai sur Johann Nepomuk Nestroy, publié en 1912, il [i. e. Kraus] conçoit cette critique d’abord comme un instrument de moralisation de la vie intellectuelle et artistique. »266

239Nestroy se voit introduit positivement comme exemple de la possibilité et de la nécessité de l’art même dans des conditions historiques, politiques et littéraires peu propices à son épanouissement. Kraus promeut le satiriste au rang d’autorité morale devant la déchéance de son temps.

Les conséquences de « Nestroy et la postérité »

240« Nestroy et la postérité » constitue une étape cruciale dans la réception de Nestroy par Kraus : ce dernier cherche à y imposer avec force son interprétation de Nestroy, qui se dessine sans cesse en opposition à la vision dominante – largement dépréciatrice – du dramaturge dans l’histoire littéraire de son époque.

241Kraus s’emploie à donner à Nestroy une plus juste place dans le champ littéraire, mais aussi, plus profondément encore, à produire un changement d’horizon et de paradigme de nature à la fois littéraire (mise en avant de la satire linguistique de Nestroy), éthique (critique et tentative de rétablissement par la satire des qualités morales de son temps) et politique (affirmation de l’intemporalité et de l’impartialité de la satire, conçue comme lutte contre son époque). Ce changement de paradigme passe par la réhabilitation, via Nestroy, du genre littéraire de la satire, ainsi que par une critique systématique des fondements d’une histoire littéraire focalisée sur le contenu des pièces de Nestroy et non sur son travail linguistique de mise en forme.

242Kraus s’efforce de briser l’horizon d’attente de son temps vis-à-vis de l’œuvre de Nestroy et des genres dans lesquels il s’exprime (la satire et la farce), de rendre son époque sensible au fait que le dramaturge rompt avec le style et le canon littéraire des auteurs dominants et que c’est précisément dans ce décalage que se situe sa grandeur artistique et son originalité propres. Kraus invite donc à repenser la satire non plus selon la qualité de son contenu mais selon un mode artistique, comme une possibilité à part entière et comme une forme d’expression noble de la littérature.

243Le changement de paradigme littéraire absolu réclamé et initié par Kraus dans « Nestroy et la postérité » a eu deux conséquences immédiates concrètes.

244Premièrement, Otto Rommel, fortement influencé par Kraus, a publié avec Fritz Brukner la première grande édition historico-critique, en quinze volumes, des œuvres de Nestroy de 1924 à 1930. Kraus se servira d’ailleurs, dans la suite de sa réception de Nestroy, des volumes en cours de parution dans la grande édition de Rommel, lequel écrivit au sujet de Kraus et Nestroy :

  • 267 SW (vol. 15): « Ins hellste Licht hat seine [Nestroys] Bedeutung aber Karl Kraus gerückt. Seine Ged (...)

Mais c’est Karl Kraus qui a mis en lumière toute son importance [i. e. celle de Nestroy]. Son discours commémoratif « Nestroy et la postérité » est le débat, dans le domaine de l’esprit, d’un pair avec un grand homme qui vit en lui comme en aucun autre. Dans son incarnation linguistique – depuis 1912, K. Kraus lit des pièces de Nestroy avec un succès croissant d’année en année –, l’esprit, arraché à tous les dangers du mauvais théâtre, se manifeste chez Nestroy de façon tout simplement grandiose. Dans ces lectures publiques, Nestroy vit, tandis que la plupart des représentations vivent de Nestroy267.

245L’édition de Rommel et Brukner, qui constitue une concrétisation directe du vœu formulé par Kraus d’une revalorisation des mérites littéraires de Nestroy, est longtemps restée l’édition de référence des œuvres du dramaturge, jusqu’à la nouvelle édition récente en cinquante volumes (HKA), réalisée par un groupe d’éminents spécialistes internationaux de Nestroy réunis autour de Jürgen Hein, Johann Hüttner, Walter Obermaier et W. Edgar Yates. Cette dernière édition couronne définitivement le souhait émis par Kraus dans « Nestroy et la postérité » de faire de Nestroy un classique. Deux grandes éditions historico-critiques pour un amuseur public doublé d’un immoral !

  • 268 Voir chapitre III.

246Deuxièmement, Leopold Liegler, le premier biographe de Kraus, prit la décision de « traduire » Nestroy en dialecte viennois, entreprise que Kraus désavoua avec force dans son essai de janvier 1925 « Nestroy et le Burgtheater » (F 676-678/1-40)268.

247On comprend aisément, à la mesure des termes employés par Rommel pour décrire l’importance de « Nestroy et la postérité », l’ampleur des répercussions dans le domaine de l’histoire littéraire suscitées par les prises de position de Kraus en faveur de Nestroy. Sans l’intervention de Kraus, la redécouverte littéraire de Nestroy n’aurait probablement pas eu lieu. Le satiriste a été, avec Rommel, l’un des premiers à offrir, par-delà ses interprétations de détail, un tableau d’ensemble rendant compte à la fois de l’esprit et du style des pièces de Nestroy.

248« Nestroy et la postérité » a servi de clef de voûte à un renouvellement en profondeur de l’interprétation de Nestroy dans l’histoire littéraire et contribué à forger, par l’interprétation de l’œuvre de Nestroy comme satire linguistique, la vision actuelle du dramaturge. Par sa contribution à une modification radicale de l’image très largement négative qui était donnée de Nestroy dans l’historiographie littéraire, Kraus a provoqué un tournant décisif, non seulement dans l’évaluation littéraire générale de son œuvre mais aussi, plus fondamentalement encore, dans l’interrogation sur une refonte nécessaire, de nature esthétique, des critères de la canonisation littéraire.

  • 269 Voir Gerald Stieg : 1999, p. 45.
  • 270 Voir Young-Kyun Ra : 1999, p. 62-69.

249Un bref examen des jugements portés sur Nestroy dans les histoires littéraires du début du XXe siècle à nos jours permet de confirmer ce jugement. L’analyse montre que « Nestroy et la postérité » marque une césure essentielle dans l’accueil réservé à Nestroy par l’histoire littéraire : à partir de l’essai de Karl Kraus, Nestroy se voit désormais cité – ce qui constitue déjà un progrès considérable par rapport au XIXe siècle – dans les histoires de la littérature de langue allemande « sérieuses » du XXe siècle. Il importe peu que son évaluation soit positive ou négative, Kraus est pour ainsi dire parvenu à ses fins : Nestroy est désormais entré dans l’histoire littéraire. Kraus a ainsi provoqué un changement d’horizon esthétique fondamental et presque unique dans le traitement d’un auteur par l’histoire littéraire269. Il a donné un élan décisif à une réhabilitation littéraire de Nestroy, définitivement établie grosso modo à partir de 1945270, date depuis laquelle les jugements négatifs sur Nestroy se nourrissant des modèles des histoires littéraires du XIXe siècle – comme les prétendues vulgarité et bassesse de Nestroy, la disqualification de Nestroy au profit de Raimund… – ont disparu.

250La réception de Nestroy nourrit en profondeur la satire de Karl Kraus, à qui elle fournit un cadre et un modèle. « Nestroy et la postérité » constitue un premier sommet remarquable dans la réception de Nestroy par Kraus, autant par son importance historique que par son aura esthétique et éthique et les changements fondamentaux qui y sont réclamés. Sommet stylistique également, Kraus donnant ici la pleine mesure de sa maîtrise linguistique et de son art de la satire pour produire un essai au style brillant. « Nestroy et la postérité » fait office d’une véritable intronisation théorique de Nestroy dans le champ littéraire, intronisation qui passe, d’un côté, par une condamnation de l’horizon d’attente des historiens de la littérature à l’égard de Nestroy et, de l’autre, par la mise en évidence des qualités intrinsèquement littéraires de l’œuvre du dramaturge.

Nestroy dans le rôle de Tratschmiedl (Österreichisches Theatermuseum, PV 58)
(photographie de Hermann Klee, Vienne)

« Une fête pour Nestroy »

  • 271 Kraus réunit dans un même cahier du Flambeau (F 351-353) « Nestroy-Feier » (F 351-353/28-47) et, un (...)

251Un texte comme « Nestroy et la postérité » et la grande manifestation organisée par Kraus en mai 1912 en l’honneur de Nestroy dans laquelle il s’inscrivait ne pouvaient que susciter de nombreuses réactions, dont Kraus propose un florilège en juin 1912 dans « Une fête pour Nestroy » (F 351-353/28-52 : « Nestroy-Feier »). Plus d’un mois après la grande première du 13 mai, Kraus y dresse un bilan étrangement négatif sur sa série de lectures publiques. Ce texte peut néanmoins être lu également à d’autres niveaux : à un niveau d’esthétique littéraire tout d’abord, Kraus mettant d’une part en scène sa « Fête pour Nestroy » comme contrepoint de la « Fête pour Schnitzler » des autres journalistes271 et comparant d’autre part Nestroy à Grillparzer et Hebbel ; à un niveau théâtral aussi, car la « Fête pour Nestroy » de 1912 peut être considérée comme le véritable point de départ du travail théâtral de Kraus en faveur de Nestroy.

Journalisme et histoire littéraire

252Si « Une fête pour Nestroy » rend compte de divers échos dans la presse, surtout viennoise, de la manifestation organisée en faveur de Nestroy, ce texte fait l’objet – comme souvent chez Kraus – d’une manipulation citationnelle précise et en aucun cas fortuite. Kraus isole par exemple des extraits élogieux tirés des journaux qui rapportent le succès de la manifestation. Le compte rendu du journal viennois Ton und Wort du 15 mai 1912 comporte ainsi des remarques intéressantes sur « Nestroy et la postérité » et sur la performance « théâtrale » de Kraus, y compris sur ses limites :

  • 272 F 351-353/47 : « Kraus’Vorrede über Nestroy gehört wohl zu dem Größten, Äußersten, was nicht nur üb (...)

Le prélude de Kraus sur Nestroy fait sans doute partie de ce qui a été dit de plus grand et de plus achevé non seulement sur cet écrivain mais aussi sur son époque, le très dénigré Vormärz, et son rapport à la nôtre. […] En ce qui concerne maintenant la façon de lire en public : malgré toute l’habileté linguistique à l’œuvre, la merveilleuse densité du contenu de l’introduction a échappé en partie au public ; ses phrases sont trop pleines d’idées pour pouvoir être saisies et décomposées immédiatement par l’auditeur d’un soir. Kraus a merveilleusement réussi à réciter les couplets de Nestroy. Il a employé pour cela une sorte de chant parlé qui démontre sa puissance de lecture sous un angle nouveau et étonnant272.

  • 273 Ibid./49 : « [...] Man kann sich in Wien nicht mehr darauf verlassen, daß der große Musikvereinsaal (...)
  • 274 Ibid./50 : « Die liberale Presse scheint das Schweigen nicht so lange auszuhalten wie ich. »

253Le compte rendu de la Reichspost (quotidien catholique conservateur de Vienne) du 4 mai, dont voici un échantillon, soulève un autre problème : « […] On ne peut plus compter à Vienne sur le fait que le Großer Musikvereinsaal soit sûr d’être bondé lorsqu’il accueille une manifestation tue par la grande presse. […] Point n’est besoin de débattre du fait que Kraus soit l’un des plus aptes à parler de Nestroy. […] »273 La Reichspost témoigne ici, de l’intérieur même du champ journalistique, de cette tactique du passage sous silence employée par la grande presse notamment libérale, à l’instar de la Neue Freie Presse, pour marginaliser Kraus. Réussir à imposer Nestroy sans le moindre écho ni soutien au sein du champ journalistique dominant revient pour Kraus à apporter la preuve que le dramaturge ne peut être sauvé que par lui seul, en faisant fide tout appui, même potentiel, émanant des journaux. Kraus continue donc à perpétuer par son action singulière en faveur de Nestroy sa lutte contre la presse et à faire jouer l’opposition entre champ littéraire (Nestroy) et champ journalistique. Or, eu égard au succès considérable de la manifestation en l’honneur de Nestroy, même la presse libérale n’était plus en mesure de passer Kraus totalement sous silence. Aussi fut-elle amenée à sortir de son mutisme et à prendre la plume pour se rallier aux louanges générales, ce qui eut naturellement pour effet de provoquer la jubilation du satiriste : « La presse libérale ne semble pas supporter le silence aussi longtemps que moi. »274

  • 275 Voir aussi Helmut Rössler, op. cit., p. 29 sq.

254Mais Kraus énumère d’autre part minutieusement ce qu’il tient pour des erreurs commises tant par la presse que par la critique littéraire à l’occasion du cinquantième anniversaire de la mort de Nestroy. Dans cette nouvelle remise en cause du champ journalistique et, conjointement, de l’histoire littéraire que constitue « Une fête pour Nestroy », Kraus a globalement recours aux mêmes arguments qu’en 1901 dans « L’Homme déchiré. Causa Herzl contra Nestroy » et relève deux erreurs principales275.

  • 276 F 351-353/29 : « Und weil irgendwo das Wort fällt : “Bis zum Lorbeer versteig ich mich nicht…”, so (...)

255La première consiste à prendre les déclarations des personnages de Nestroy pour des confessions ou des tentatives d’auto-interprétation de l’auteur. Kraus renoue ici avec une erreur de lecture déjà pointée entre autres dans « Nestroy et la postérité » : « Et parce que quelque part le mot tombe : “Je ne m’égarerai pas en grimpant aux lauriers de la gloire…”, tous les benêts, qui se sentent ainsi apaisés dans leur condition de mortels, citent cette phrase comme devise gouvernant la vie de Nestroy. »276

  • 277 Ibid. : « die Schönbärte der Wiener Literaturgeschichte ».

256S’il se prononce avec une ironie non feinte sur ceux qu’il nomme les « belles barbes de l’histoire littéraire viennoise »277, Kraus voit surtout cette tendance à confondre personnages et auteur représentée dans la biographie de Nestroy par Moritz Necker (pour l’édition des œuvres de Nestroy par Chiavacci/Ganghofer, Stuttgart 1890-1891), une biographie que Kraus avait d’ailleurs critiquée dès 1901 dans « L’Homme déchiré. Causa Herzl contra Nestroy ». Pour attaquer l’histoire littéraire incarnée par Necker, Kraus réutilise l’opposition de nature, soulignée en particulier dans « Nestroy et la postérité », entre champ littéraire et champ politique. Après avoir exposé la citation concernée de Necker, il la démonte par une série de contre-exemples extraits de pièces de Nestroy. Kraus commence donc par citer Necker :

  • 278 Ibid./ 29 sq. : « In seiner Nestroy-Biographie steht der schöne Satz : “Unsere Darstellung wird hin (...)

Dans sa biographie de Nestroy, on trouve cette belle phrase : « Notre présentation aura suffisamment l’occasion de montrer qu’il ne manquait en aucun cas à Nestroy de sérieux éthique et d’aspiration artistique noble », et monsieur Necker ne se dédit pas, Dieu merci, de ce témoignage. Nestroy a toujours été bien sage, il ne s’est « absolument pas retourné », même à l’époque de la réaction, […] « contre la démocratie ni contre le libéralisme »278.

257Et le satiriste de fournir ensuite une série de contre-exemples des plus efficaces pour réfuter son propos, puisqu’ils émanent des pièces de Nestroy elles-mêmes :

  • 279 Kraus se réfère ici de nouveau à la pièce de Nestroy Le Protégé, déjà citée dans « Nestroy et la po (...)
  • 280 Cette citation est tirée du lied de Wendelin (II, 17 : 2e strophe) dans Peur bleue.
  • 281 Ces termes proviennent du couplet de Heugeign dans La lady et le tailleur (II, 17 : 3e strophe) où (...)
  • 282 Cette citation est tirée du couplet de Edelschein dans Die lieben Anverwandten (IV, 4 : 5e strophe) (...)
  • 283 Il s’agit là encore d’une référence au lied de Wendelin (II, 17 : 3e strophe) dans Peur bleue.
  • 284 F 351-353/30 :
    « [...] Dieser Freund des Fortschritts hat die Zeilen geschrieben :
    “[...]
    Ich schau’ (...)

[…] Cet ami du progrès a écrit ces lignes :
« […] Je regarde tranquillement le progrès
Et je trouve qu’il n’y a pas grand-chose dedans ! »279 Ce froid réaliste a écrit ces lignes :
« Comme il leur manque souvent de l’esprit,
Ils disent aussitôt qu’il n’y pas d’esprit du tout dans le monde. »280 Cet ennemi de la noblesse a écrit ces lignes :
« On parle très certainement plus aisément avec dix princes et comtes
Qu’avec un rapiéceur devenu millionnaire. »281 Ce véritable défenseur des années quarante-huit a écrit ces lignes :
« Lors des élections, l’erreur est que
Certaines personnes donnent leurs voix sans savoir pour quoi. »282 Cet ami de la presse a écrit ces lignes :
« Les gens préfèrent payer comptant les journaux du soir,
Ce qui montre bien qu’ils n’ont pas le sens du vrai. »283284

258Kraus émaille, plus que jamais, ses textes de citations de Nestroy, toujours utilisées comme stratégie de persuasion rhétorique, la citation faisant office à la fois de réquisitoire (autodisqualification de Necker) et de plaidoyer (autodéfense de Nestroy).

  • 285 Ibid./32-35.

259Cette technique, qui repose sur un maniement opportun de la citation, vaut également pour le passage où Kraus récuse derechef le point de vue de la presse libérale285 qui continuait à voir en Nestroy un révolutionnaire. Kraus prend à nouveau pour cible la Neue Freie Presse, qui comptait honorer le cinquantenaire de la mort de Nestroy en publiant pour la première fois (le 26 mai 1912) la toute dernière pièce du dramaturge, Vent du Soir ou L’horrible festin (Häuptling Abendwind oder Das greuliche Festmahl, 1862), une adaptation d’une opérette d’Offenbach qui avait, déjà du vivant de Nestroy, subi un échec relatif (5 représentations seulement, la première viennoise de la pièce ayant eu lieu le 22 juin 1861) avant de tomber pour de bon dans l’oubli. C’est Karl Glossy qui avait redécouvert le manuscrit de la pièce destiné à être publié en 1912 dans la Neue Freie Presse.

  • 286 Ibid./33 : « [e] ine Satire auf die Demokratie, auf den Fortschritt, [...] überhaupt auf alles, was (...)

260De même qu’il avait utilisé Une pinte de bon sang aux dépens d’autrui dans sa polémique contre Kerr un an plus tôt (en 1911), Kraus se sert de Vent du Soir pour réfuter les thèses de Glossy et de la Neue Freie Presse. Par un montage de citations, il s’applique, comme dans le cas de Necker, à fournir la preuve que la pièce n’est pas « révolutionnaire » mais qu’elle constitue « [u] ne satire de la démocratie, du progrès, […] bref de tout ce qui fait partie des biens idiots de la civilisation. »286

  • 287 Ibid. : « im Tonfall der Diplomaten ».
  • 288 Voir HKA Stücke 38 (éd. par Peter Branscombe), scène 1 : p. 45 sq. ; scène 3 : p. 50 et 53 sq. ; sc (...)

261Kraus isole dans l’adaptation d’Offenbach par Nestroy quelques extraits particulièrement savoureux, notamment une longue suite de passages qui montrent des anthropophages parlant « avec le masque acoustique des diplomates »287. Il cite surtout la première (p. 35), la troisième (p. 34 sq.) et la septième scènes (p. 33 sq.) de la pièce288, passages dans lesquels la défiance exprimée par les deux chefs de tribu Abendwind et Biberhahn vis-à-vis de l’idéologie du progrès et de ses avatars est la plus nette :

  • 289 Ibid. :
    ABENDWIND.
    « Ich muß auch tagtäglich erwarten, daß meine Paar Inseln entdeckt werden, nachhe (...)

ABENDWIND. Je dois attendre chaque jour que mes quelques îles soient découvertes et qu’après, ils me tombent dessus avec leur culture.
BIBERHAHN. Avec leur progrès, comme ils appellent la chose. […]
[…] je le chasse, le progrès ! – Culture, progrès, civilisation, je chasse tout. […]
Quand personne ne vous comprend, voilà ce qu’est le nationalisme. (scène 7)289

262L’exemple de Vent du Soir est une fois de plus particulièrement bien choisi pour montrer la distance ironique et le scepticisme des personnages de Nestroy, à l’œuvre notamment dans l’usage satirique du dialecte, vis-à-vis de grands thèmes comme le progrès, la culture, la civilisation ou la démocratie.

  • 290 Voir F 351-353/44.

263Toutefois, Kraus ne s’arrête pas pour l’occasion à une nouvelle critique de la Neue Freie Presse et du champ journalistique. Il renoue en outre brièvement avec sa polémique de 1901 contre Herzl, sans cette fois mentionner son nom. Le satiriste retourne donc la stratégie du passage sous silence, dont se servait la presse libérale avec lui, contre elle-même290.

264L’intérêt d’ « Une fête pour Nestroy » tient surtout à la constance avec laquelle Kraus s’attaque, inlassablement, aux mêmes cibles (presse, histoire littéraire), aux mêmes acteurs (Necker, Herzl) ou aux mêmes institutions (la Neue Freie Presse). Constance dans la dénonciation, constance aussi dans la méthode adoptée pour ce faire : Kraus réutilise l’opposition entre champ littéraire et champ politique mise au jour dans « Nestroy et la postérité » et fait preuve d’un usage particulièrement efficace de la citation, la technique de l’accumulation et du montage de citations sélectionnées dans les œuvres de Nestroy apparaissant une nouvelle fois comme une arme polémique de premier ordre dans la lutte de Kraus contre la presse et l’histoire littéraire. L’article culmine d’ailleurs dans l’une des phrases qui résument sans doute le mieux la position de Kraus sur la presse en général :

  • 291 Ibid./52 : « Ich habe die Presse nie als Ursache, sondern immer nur als Wirkung verklagt. In der Ta (...)

Je n’ai jamais incriminé la presse comme cause mais toujours seulement comme conséquence. De fait, le monde n’est pas mauvais parce que la presse existe mais la presse existe parce que le monde est mauvais. Je sais bien que l’humidité n’est pas responsable de la pluie, mais elle m’informe sur le fait qu’il pleut. C’est à elle seulement que je dois cette science291.

Esthétique littéraire

265Sur un plan littéraire interne à la réception de Nestroy par Kraus, deux éléments retiennent l’attention : les rapprochements Hebbel-Nestroy et Grillparzer-Nestroy.

  • 292 Ibid./31 : « Wo Nestroy nur hinriecht, dort stinkt es schon. »
  • 293 Ibid. : « Der verstorbene Hebbel bezeichnete mir einmal im Gespräche die eigentümliche Gemeinheit d (...)

266Kraus cite notamment une phrase de Friedrich Hebbel sur Nestroy prêtée à tort par Necker à Richard Wagner : « Là où Nestroy met le nez, ça pue déjà. »292 Fidèle à sa méthode, il pointe dans un premier temps l’erreur commise par Necker avant de la corriger à l’aide des mots de Wagner lui-même : « Feu Hebbel a qualifié un jour, au cours d’une discussion avec moi, la vulgarité propre au comique viennois Nestroy de la manière suivante : si celui-ci avait mis le nez dans une rose, elle aurait pué. »293 Kraus part de cette déclaration particulièrement critique de Hebbel sur Nestroy rapportée par Wagner pour étendre son propos à une mise en cause générale de Hebbel qui, d’une part, rappelle « Nestroy et la postérité » et, d’autre part, préfigure l’opposition esthétique Nestroy-Hebbel qui structurera l’essai de mai 1917 « Le mensonge de la littérature au théâtre » (F 457-461/53-57 : « Die Literaturlüge auf dem Theater ») :

  • 294 Ibid. : « Hebbel hat auch sonst Äußerungen über Nestroy und andere getan, die sich nicht sehr hoch (...)

À part cela, Hebbel a également fait des remarques sur Nestroy et d’autres qui ne s’élèvent guère au-dessus du niveau de celles de monsieur Necker, quoique ce dernier n’ait bien sûr pas écrit « Judith ». Mais je ne fais pas mystère du fait que je tiens la parodie de « Judith » pour une œuvre plus importante que l’original, alors qu’il me semble d’autre part entendu qu’au bout de cinquante autres années, on trouvera bien des Witze provenant de la vulgarité propre au comique viennois Nestroy plus sublimes même que les vers de Richard Wagner294.

  • 295 Voir Sigurd Paul Scheichl, 1992, « Karl Kraus über Franz Grillparzer », in August Obermayer (éd.), (...)

267Si Hebbel et Nestroy se voient opposés l’un à l’autre, Franz Grillparzer et Nestroy ne sont pas présentés ici en termes d’antagonisme, bien au contraire : conformément au début de sa réception de Grillparzer, où ce dernier est régulièrement cité dans un contexte non dénué de respect voire d’admiration295, Kraus rapproche Nestroy et Grillparzer. Pour la deuxième fois, il lit le poème épigrammatique de Grillparzer Que le bourreau emporte les journaux… (Der Henker hole die Journale...), en l’occurrence comme conclusion de l’introduction à sa deuxième soirée de lectures consacrées à Nestroy en 1912 (lecture 26, le 23 mai 1912). Kraus n’oppose donc, pour le moment, aucunement Nestroy à Grillparzer. Si Kraus a retenu ce texte précis de Grillparzer, c’est sans doute non pas tant en raison des qualités esthétiques ou littéraires du poème qu’en raison de son contenu, nouvel outil de polémique contre le champ journalistique. Kraus fait à ce moment de Grillparzer et de Nestroy les piliers et les témoins de sa condamnation du champ journalistique par le champ littéraire.

Champ théâtral

268« Une fête pour Nestroy » constitue aussi un tournant important dans la réception de Nestroy par Kraus : l’année 1912 marque à la fois l’apothéose de la phase d’intronisation théorique de Nestroy, ponctuée par « Nestroy et la postérité », et le début de la réintronisation pratique de son œuvre au sein de grandes lectures publiques. Kraus commence dès cette date à tirer les conséquences pratiques de ses approches théoriques de l’œuvre du dramaturge.

  • 296 Voir chapitre III.
  • 297 Voir F 351-353/40 sq.
  • 298 Ibid./41 : « Die Wiener Volksbühne hat kein Drama, das sich dieser Posse vergleichen könnte. »

269Ainsi se met-il à lire des scènes, des couplets et des monologues tirés des pièces de Nestroy : la première lecture de Nestroy a lieu le 2 mai (date à laquelle Kraus lit aussi « Nestroy et la postérité » pour la première fois), la seconde le 23 mai 1912. À cette seconde occasion, Kraus lit en public une plus longue suite de scènes extraites des Deux somnambules (Die beiden Nachtwandler) de Nestroy et le cœur de l’action principale de la pièce d’où allait ensuite naître (en 1920) son adaptation296. Kraus publie d’ailleurs dans « Une fête pour Nestroy » le texte du programme et de l’avant-propos de la lecture publique du 23 mai (lecture 28)297 qui constitue une toile de fond non négligeable pour l’interprétation de l’adaptation future de la pièce de Nestroy. Kraus appréciait tout particulièrement cette œuvre, ce qui justifie qu’elle soit la première de Nestroy qu’il propose à son public : « La scène populaire viennoise ne possède pas un seul drame que l’on pourrait comparer à cette farce. »298

  • 299 Ibid./48 : « [...] Es können und sollen hier nicht Gesangsleistungen geboten werden. Es ist Sprechg (...)

270Outre ces premières considérations sur Les deux somnambules, Kraus devient manifestement plus attentif à des questions relevant de la mise en scène des œuvres de Nestroy. Ses observations sur la façon de chanter les couplets du dramaturge en témoignent : « […] On ne peut ni ne doit offrir ici de performances de chanteur. C’est de la chanson parlée qui, même dans sa perfection, n’aurait rien à voir avec de la musique. »299

  • 300 Ibid./37 : « Um Nestroy miserabel zu spielen, dazu sind die Vorstadtbühnen da. [...] Jede Neuinszen (...)

271Ces remarques, qui sont le signe d’une prise de conscience de plus en plus aiguë par Kraus des difficultés que soulève la représentation des pièces de Nestroy, ne doivent pourtant pas occulter la part encore une fois largement polémique du texte. Kraus renoue en effet avec sa critique du champ théâtral viennois : « C’est pour jouer Nestroy de manière misérable que les scènes des faubourgs sont là. […] Chaque nouvelle mise en scène qui nous est refusée est un gain pour le répertoire allemand. »300

  • 301 Les Maccabées (Die Makkabäer, 1852) est une tragédie historique d’Otto Ludwig.
  • 302 F 351-353/37 sq.: « Denn als dieser [Nestroy] hundert Jahre alt wurde, brachte Schlenthers Burgthea (...)

272Les scènes des faubourgs ne sont pas les seules visées, car Kraus fond encore sur le Burgtheater et son nouveau directeur, Alfred Freiherr von Berger : Car lorsque celui-ci [i. e. Nestroy] a fêté ses cent ans, le Burgtheater de Schlenther a représenté le Lumpazivagabundus sous une forme si désolante que personne n’a osé prétendre que l’œuvre était de Nestroy. Mais pour le cinquantenaire de sa mort, le Burgtheater de Berger a joué les « Maccabées »301, et n’importe quel connaisseur de la littérature a juré qu’il s’agissait d’une parodie de Nestroy dénichée par Glossy302.

  • 303 Ibid./37 : « Vielleicht, daß die Hoftheaterbehörde Nestroy im Burgtheaterrepertoire nicht wünscht ?(...)

273Kraus se réfère ici une nouvelle fois de manière critique à la toute première représentation d’une pièce de Nestroy, Lumpacivagabundus, au Burgtheater (en 1901). Cette nouvelle attaque du Burgtheater et de ses directeurs successifs rappelle d’ailleurs une question qu’il avait déjà posée plus tôt dans la réception (cf F 75/22, avril 1901), celle de « l’indésirabilité » de Nestroy au Burgtheater, question à laquelle il achèvera de répondre dans « Nestroy et le Burgtheater » en 1925 : « Peut-être que l’administration du théâtre de la cour ne souhaite pas que Nestroy figure au répertoire du Burgtheater ? »303

  • 304 Voir ibid./39.
  • 305 F 595-600/71, juillet 1922 (« Zur Nestroy-Feier »): « Der Mai 1922 scheint mir in der Literaturgesc (...)

274Kraus incrimine également le Deutsches Volkstheater. Le Carl-Theater et le Theater an der Wien, les seuls théâtres à ne pas avoir accepté de jouer des pièces de Schnitzler plutôt que de Nestroy, ne s’en tirent guère mieux304. Kraus avait aussi conçu sa « Fête pour Nestroy » comme le pendant contrastique de la « Fête pour Schnitzler » (la naissance de ce dernier ayant eu lieu la même année que la mort de Nestroy) relayée par la plupart des journalistes viennois. Ce que Kraus écrit dix ans plus tard – en 1922 – vaut tout aussi bien pour la première « Fête pour Nestroy » de 1912 : « Le mois de mai 1922 ne me semble pas tant mémorable au sein de l’histoire littéraire à cause du 60e anniversaire de la naissance d’Arthur Schnitzler qu’à cause du 60e anniversaire de la mort de Johann Nestroy […]. »305 Toutefois, Kraus vise ici sans doute moins Schnitzler que les journalistes et surtout l’histoire littéraire qui lui accordent leur préférence par rapport à Nestroy.

275En dehors de ces remarques polémiques, « Une fête pour Nestroy » comporte les germes d’un véritable projet théâtral. Kraus présente dorénavant le verbe oral comme un moyen d’action politique et satirique supérieur en efficacité au verbe écrit :

  • 306 F 351-353/43: «Überhaupt möchte ich den Preßleuten zu bedenken geben, daß ich über eine Ressource v (...)

De manière générale, j’aimerais signaler aux gens de la presse que je dispose d’une ressource qui, bien plus puissante que mon verbe écrit, peut transformer chacun de mes souhaits en actes : mon verbe oral. Ils se convaincront la prochaine saison de ses effets. Ils verront que, chez moi, le mot du Holopherne de Nestroy : « qui est le plus fort, moi ou moi ? » n’est pas une exagération306.

276Kraus conçoit donc dès 1912 le futur « théâtre de la poésie » comme un complément ou plutôt comme un prolongement oral de ses textes satiriques écrits et comme une tribune de polémique privilégiée contre la presse de son temps.

277La réception de Nestroy prend une nouvelle dimension : Kraus, après avoir posé les jalons théoriques de sa réception de Nestroy, tente de l’imposer sur la scène encore en devenir de son théâtre. Le satiriste prend conscience de la nécessité d’une telle entreprise, ouvertement dirigée contre les représentations contemporaines de Nestroy sur les grandes scènes viennoises. Ce n’est donc pas un hasard si les critiques de certaines mises en scène des œuvres de Nestroy prennent à cet instant précis une place croissante dans le Flambeau et se radicalisent encore dans leur véhémence. Kraus se considère dorénavant, ainsi qu’il l’a suggéré dans « Nestroy et la postérité », comme le seul interprète possible et légitime de Nestroy et entend occuper à lui seul le champ de l’interprétation théâtrale de Nestroy. Cette volonté correspond au mouvement dialectique, habituel chez Kraus, de la critique précédant rétablissement et correction : les lectures de Nestroy sont en quelque sorte la suite logique, le prolongement naturel des condamnations par Kraus des mises en scène contemporaines du dramaturge.

278L’étude de « Nestroy et la postérité » et d’ « Une fête pour Nestroy » a montré que Kraus considérait son théâtre, seulement en germe en 1912 mais dont les contours commencent à se dessiner nettement, comme un champ autonome dirigé contre le champ théâtral viennois dominant, incarné en particulier par le Burgtheater, et contre le champ journalistique. De ce point de vue aussi, le passage de Kraus vers le théâtre se présente comme un prolongement logique de sa production écrite de satiriste.

Karl Kraus au cours d’une lecture publique, 1921
(photographie de Joël-Heinzelmann, Berlin – Charlottenburg)

Notes

1 F 159/22 (avril 1904) : « Wenn man einen hinauswirft, ist es genug. Wozu denn Grobheiten auch noch? »; « Aber wenn man einen zitiert, ist es genu ; wozu denn Quellenangabe auch noch? » (Notre traduction) Kraus se réfère ici au passage de Die verhängnißvolle Faschings-Nacht (I, 23 : HKA Stücke 15, éd. par Louise Adey Huish) dans lequel le bûcheron Jacob (joué à l’origine par Louis Grois) dit à son collègue Lorenz (Nestroy) qui expulse Tatlhuber (Scholz), le bienfaiteur de sa fiancée, d’un débit de boissons, et compte l’insulter : « Nix da, wenn man ein hinauswirft is es genug, für was denn hernach Grobheiten auch noch ? » p. 130.

2 F 171/1 (décembre 1904) : « Ich bin der Mann, der um’s Geld Alles tut ; wenn’s aber dann nicht ehrlich zugeht, dann – ich sag’sonst nichts, als dann ! – ». (Notre traduction) Comme dans l’exemple cité plus haut (wenn man ein hinauswirft…), il s’agit à nouveau d’une sorte de tournure figée mise dans la bouche de Jacob (Die verhängnißvolle Faschings-Nacht : III, 2 ; HKA Stücke 15, éd. par Louise Adey Huish) : « Ich bin der Mann der ums Geld alles thut, wenn’s aber nacher nicht ehrlich zu geht, dann mach ich ein Wetter. » p. 168. Kraus se réfère, lui, de toute évidence à l’édition originale de 1841 ou à Chiavacci/Ganghofer, vol. 2 (« … ich bin der Mann, der ums Geld alles thut, wenn’s aber nicht ehrlich zugeht, dann... ich sag’sonst nichts, als : dann ! », p. 200).

3 Voir Schriften IV (Untergang der Welt durch schwarze Magie), p. 152-156.

4 Voir ibid., en particulier p. 152 sq.

5 Ibid. : « Und nicht gegen die Verunehrung des Burgtheaters – dieses hat nichts mehr zu verlieren –, sondern gegen die Kompromittierung der Budapester Orpheumgesellschaft muß protestiert werden. » (Notre traduction) p. 156.

6 Voir Schriften II (Die Chinesische Mauer), p. 136-140.

7 Voir Kurt Krolop : 1992, p. 157 sq. Kraus considérait Girardi comme le dernier grand acteur viennois, l’ultime témoin d’une culture théâtrale en passe de s’évanouir définitivement, culture dont Kraus situe le terme à la fermeture de l ’» ancien » Burgtheater (le 12 octobre 1888).

8 Schriften II : « [...] die Okkupation Girardis ist wirklich eine vaterländische Schmach. Nicht weil wir einen der begabtesten Menschendarsteller, die je auf einer Wiener Bühne gestanden sind, verlieren werden. [...] Girardi wiegt mehr als die Literatur, die er vernachlässigt. Er lässt sich von einem beliebigen Sudler ein notdürftiges Szenarium liefern, und in dieses legt er eine Geniefülle, deren Offenbarung erhebender ist als die Bühnenwirkung eines literarischen Kunstwerks, dessen Weihen doch nur der Leser empfängt. » (Notre traduction) p. 138.

9 Ibid. : « Die Leere ist hier Spielraum der Persönlichkeit. Und Girardi ist einer der eigenmächtigsten, die je die szenische Gelegenheit zu schöpferischer Darstellung gebraucht haben. » (Notre traduction) p. 139.

10 Voir Schriften III (Literatur und Lüge), p. 66-68.

11 Ibid. : « Wie gestaltet Girardi? Er ist Schauspieler. Er nimmt eine gleichgiltige Possenhandlung und zeigt an ihr seine Wunder. Sie sind anderer Art als die Nestroys, unvergleichlich bühnenhafter. Er spielt an einem Schund sich selbst. Es ist die törichtste Meinung, daß er mehr böte, wenn er Nestroy spielte, weil er dann weder Nestroy spielte noch sich selbst. » (Notre traduction) p. 67.

12 NV, p. 43 ; Schriften VIII (Aphorismen) : « Nestroys Geistigkeit ist unbühnenhaft. » p. 334.

13 Schriften III : « Aber es gehört der ganze literarische Snobismus der Reinhardt-Gesellschaft und ihr ganzes Nichtverständnis für theatralische Individualitäten dazu, Girardi einen Nestroy-Zyklus zuzumuten. Ein vollkommener Routinier wir Herr Thaller [...] ist als Weinberl, Kampl, Ultra, Titus Feuerfuchs durchaus glaubhaft. Was sollte einer, der völlig anders ist als Nestroy und dabei ein Eigener, mit diesen Gestalten anfangen? » (Notre traduction) p. 68.

14 DC, p. 111 ; Schriften VIII : « Es gibt persönliche und sachliche Schauspieler. » p. 100.

15 Schriften II : « [...] die ausgestattete Humorlosigkeit der neuberlinischen Tanzposse gelangt bei uns zu Ehren. Darum ist auch jene nestroyfähige Komik [...] vom Theater an der Wien direkt nach Berlin übersiedelt. Oskar Sachs, dessen Schuster Knieriem und dessen Hausknechte – durch ihre Ursprünglichkeit und durch ihre Stilechtheit – theaterhistorischen Wert haben, konnte hier keine Beschäftigung mehr finden. » (Notre traduction) p. 139.

16 Ibid. : « Nur, daß der Verlust Girardis eben doch mehr als eine Theatersache vorstellt. Denn er bedeutet, daß Wien selbst nach Berlin gegangen ist. » (Notre traduction) p. 140.

17 Schriften III : « Zentrale des literarischen Snobismus. » (Notre traduction) p. 66.

18 F 246-247/43 (mars 1908) : « Für Wien ist kein Platz mehr in Wien. » (Notre traduction)

19 Cette opposition préfigure aussi l’un des enjeux de la polémique à venir entre Kraus (Vienne) et Kerr (Berlin).

20 Voir Schriften III, p. 26-34.

21 Ibid. : « Schon Nestroy sagt : “Wie ich damals von einer Liebe, die ich nicht ausmärzen konnte, im April mich losgerissen, war meines Lebens Mai vorbei ; aber nie hätt’ich mir gedacht, daß ich nach acht Jahren im Juni meine Juli u. s. w. ” ». (Notre traduction) p. 31. Kraus cite ici un passage de la pièce de Nestroy Le protégé (III, 9) où le personnage de Gottlieb dit très exactement : « Wie ich damahls von einer Liebe die ich nicht ausmerzen konnte, im Aprill mich losgerissen, war meines Lebens May vorbey ; aber nie hätt’ich mir gedacht, daß ich nach Acht Jahren im Juny meine Julie mit einem August im Park belausch’. » (HKA Stücke 24/II, éd. par John R.P. McKenzie, p. 72)

22 Ibid. : « Aber es wäre interessant, zu erfahren, ob Ibsen die Trostlosigkeit jenes Zustandes, in dem sich nach Nestroy ein “Liebhaber ohne Adress’” befindet, auch voll empfunden hat. » (Notre traduction) p. 34. La citation « Liebhaber ohne Adress’ » est cette fois tirée de La jeune fille du faubourg (Das Mädl aus der Vorstadt : I, 16).

23 F 146/14 (novembre 1903) : « Das Kaiserjubiläums-Stadttheater hat in vier Spieljahren 136 deutsche Dichtungen zur Aufführung gebracht und die Hauptträger des Altwiener Theaters wiederbelebt. Raimund, Anzengruber, Nestroy [...] leben im Repertoire dieser Bühne fort [...]. » (Notre traduction)

24 F 232-233/27 (octobre 1907) : « Daß ich [...] Raimund für den größten österreichischen Dichter halte (wie Nestroy für den geistvollsten deutschen Schriftsteller neben Lichtenberg) ist meine private Marotte, die nicht zur Sache gehört. » (Notre traduction)

25 Voir sur ce point Marc Lacheny, 2006, « Das “Dreigestirn” Grillparzer – Nestroy – Raimund im Urteil von Karl Kraus », in Nestroyana no 26, p. 78 sqq.

26 Voir l’article de Martin Stern, 2002, « Die Nestroy-Polemik des deutschen Vormärz – Vorspiel des “Poetischen Realismus” », in Gabriella Rovagnati (éd.), Johann Nepomuk Nestroy. Tradizione e trasgressione, Milano, CUEM, p. 43-60 (surtout p. 43-51). Dans les jugements des voyageurs allemands du Vormärz de passage à Vienne, les pièces de Nestroy sont le plus souvent qualifiées de vulgaires, cyniques et nuisibles pour le peuple, tandis que celles de Raimund sont louées pour leur poésie populaire au sens positif du terme (volkstümlich).

27 F 245/15 (février 1908) : « dieser geistvollste Schriftsteller, den Deutschland im 19. Jahrhundert gehabt hat. » (Notre traduction)

28 Schriften III : « den tiefsten satirischen Denker, den die Deutschen nach Lichtenberg gehabt haben (in seiner Nähe den Namen Heine zu nennen, empfinde ich als Blasphemie). » (Notre traduction) p. 67.

29 Kraus évoque notamment dans F 246-247/6 (mars 1908) l’« esprit philosophique » (philosophischer Witz) ainsi que « l’humour élevé par l’aphorisme » (aphoristisch erhöhter Humor) de Nestroy. (Notre traduction)

30 F 345-346/40 (avril 1912) : « größten satirischen Philosophen, den die Deutschen je gehabt haben. » (Notre traduction)

31 F 212/22 sq. (novembre 1906) : « Ein Nestroy-Motiv war es, das Erstaunen über den Widerspruch zwischen einem niedrigen Berufe und einem feinen Seelenleben zu verspotten : “Auch der Kommis hat Stunden, wo er sich auf ein Zuckerfaß lehnt und in süße Träumereien versinkt !” » (Notre traduction)

32 DC, p. 142 ; F 272-273/43 (février 1909) : « Ein Hausknecht bei Nestroy wird mit der Last des Lebens fertig und wirft die Langeweile zur Tür hinaus. Er ist handfester als ein Professor der Philosophie. »

33 Voir Wendelin Schmidt-Dengler : 2001, p. 12.

34 500 autres personnes ne purent trouver de place.

35 Voir F 349-350/41 (mai 1912).

36 F 345-346/40 (avril 1912) : « [er werde] alle jene Herren, die am 25. Mai 1912 es wagen sollten, Nestroy nicht in Ruhe zu lassen, [...] schonungslos insultieren. » (Notre traduction)

37 F 357-359/53 sq. (octobre 1912): « “Nestroy und die Nachwelt” ist – das weiß der Autor besser – ein besseres Beispiel dieser Prosa und hat, ein absatzloses, mehr Schwungkraft als “Heine und die Folgen”. » (Notre traduction)

38 « Heine et les conséquences » et « Nestroy et la postérité » ont d’ailleurs été publiés ensemble en 1922. Heinrich Fischer honore lui aussi cette compilation dans le huitième volume de son édition des œuvres de Kraus (München, Kösel, 1960) ainsi que Christian Wagenknecht, dans le quatrième volume (Untergang der Welt durch schwarze Magie) de son édition des Écrits (Schriften) de Kraus chez Suhrkamp.

39 Une bonne partie de « Heine et les conséquences », traduite par Éliane Kaufholz, figure dans le numéro des cahiers de l’Herne consacré à Kraus (1975), p. 52-64, ici : p. 58 ; Schriften IV (« Heine und die Folgen » : p. 185-210) : « Heinrich Heine, der Dichter, lebt nur als eine konservierte Jugendliebe. […] So bleibt mir ein Abglanz auf Heines Berliner Briefen. » p. 194 sq.

40 Ibid., p. 60 ; ibid. : « Heines Lyri : das ist Stimmung oder Meinung mit dem Hört, hör ! klingelnder Schellen. » p. 196.

41 Ibid., p. 61 ; ibid. : « Die Lyrik seines Sterbens, Teile des Romanzero, die Lamentationen, der Lazaru : hier war wohl der beste Helfer am Werke, um die Form Heines zur Gestalt zu steigern. Heine hat das Erlebnis des Sterbens gebraucht, um ein Dichter zu sein. » p. 205.

42 Kraus accentuera par la suite sa critique de Heine : à la fois critique esthétique (surtout dans « De l’humour et du lyrisme » – « Von Humor und Lyrik » – de 1921 et dans « La rime » – « Der Reim » – de 1927) et critique morale (principalement dans « Les ennemis Goethe et Heine » – « Die Feinde Goethe und Heine » – de 1915 et dans « Les amis Heine et Rothschild » – « Die Freunde Heine und Rothschild » –, in F 406-412, octobre 1915). Les deux sphères (esthétique et morale) sont néanmoins constamment liées dans la condamnation de Heine par Kraus.

43 DC, p. 129 ; Schriften VIII : « Diener am Wort ». p. 116.

44 Éliane Kaufholz (éd.), op. cit., p. 63 ; Schriften VIII : « Heine hat das Höchste geschaffen, was mit der Sprache zu schaffen ist. Höher steht, was aus der Sprache geschaffen wird. » (C’est nous qui soulignons) p. 123.

45 Ibid., p. 53 ; ibid. : « Ohne Heine kein Feuilleton. Das ist die Franzosenkrankheit, die er uns eingeschleppt hat. » p. 186.

46 Jacques Bouveresse : 2001, p. 140.

47 Voir aussi « Les ennemis Goethe et Heine » (F 406-412/85, octobre 1915).

48 Éliane Kaufholz (éd.), op. cit., p. 60 ; Schriften VIII : « Offenbarung der im Anschauen des Dichters versunkenen Natur » (Heine) / « Offenbarung des im Anschauen der Natur versunkenen Dichters » (Goethe). p. 197.

49 Ibid., p. 54 ; Ibid. : « Nestroys, dieses wahren satirischen Denkers ». p. 188.

50 F 329-330/31 (septembre 1911): « [...] ein so großer Satiriker, daß man ihm die Denkmalswürdigkeit absprechen müsste, war er nicht. Ja, er war ein so kleiner Satiriker, daß die Dummheit seiner Zeit auf die Nachwelt gekommen ist. » (Notre traduction)

51 Jörg Drew : 1969 : « konträre Positionen ». p. 395.

52 Nous entendons par parodie « une citation détournée de son sens, ou simplement de son contexte et de son niveau de dignité » (Gérard Genette : 1982, p. 28).

53 F 349-350/9 : « den wundervollen Satz, der bei Nestroy vorkommt » (notre traduction, comme pour l’ensemble des citations tirées de « Nestroy et la postérité »).

54 Ibid. : « Ich hab’einmal einen alten Isabellenschimmel an ein’Ziegelwagen g’seh’n. Seitdem bring’ich die Zukunft gar nicht mehr aus’m Sinn. »

55 Ibid. : « Es ist ein Satz, an dem man dem verirrten Auge des neuen Lesers wieder vorstellen möchte, was Lyrik is : ein Drinnen von einem Draußen geholt, eine volle Einheit. [...] An solchem Satz bricht der Fall Heine auf und zusammen, denn es bietet sich die tote Gewißheit, daß ein alter Isabellenschimmel zu sinnen anfing : – Wie schön war mein Leben früher – Heut’muß ich den Wagen zieh’n – O alter Gezeiten Gewieher – Dahin bist du, dahi ! – Der Wagen aber sprach munter – Das ist der Welten Lauf – Geht der Weg einmal hinunter – So geht er nicht wieder hinauf... ». p. 10.

56 Heinrich Heine, 1998, Nouveaux poèmes, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Poésie », trad. d’Anne-Sophie Astrup et de Jean Guégan, p. 90 sq.; H. H., 2005, Sämtliche Gedichte in zeitlicher Folge, Frankfurt am Main, Leipzig, Insel Verla : « Das Fräulein stand am Meere – Und seufzte lang und bang, – Es rührte sie so sehre – Der Sonnenuntergang. Mein Fräulei ! sein Sie munter, – Das ist ein altes Stüc ; – Hier vorne geht sie unter – Und kehrt von hinten zurück. » p. 279.

57 On ne peut s’empêcher dans ce contexte de citer le jugement le plus concis de Kraus sur le poète Heine qu’il oppose dans l’épigramme « Lyrisme des Allemands » (F 588/87 : « Lyrik der Deutschen ») à Matthias Claudius : « Celui qui peut, et non pas celui qui doit, est leur homme ; / ils errèrent de l’essence à l’apparence. / Leur poète lyrique exemplaire, ce ne fut pas Claudius mais Heine. » (« Wer kann, ist ihr Mann und nicht einer, der muß, / sie irrten vom Wesen zum Scheine. / Ihr lyrischer Fall war nicht Claudius, / aber Heine. » Notre traduction)

58 Schriften I : « Und kein Dichter ruft einem Fräulein, das den Sonnenuntergang gerührt betrachtet, die Worte z : Mein Fräulein, sein Sie munter, / Das ist ein altes Stück ; / Hier vorne geht sie unter, / Und kehrt von hinten zurück. Nicht aus Respekt vor dem Fräulein, aber aus Respekt vor dem Sonnenuntergang. Der Zynismus Heines steht auf dem Niveau der Sentimentalität des Fräuleins. » (Notre traduction) p. 200.

59 Johann Wolfgang von Goethe, 1982, Poésies 2, trad. par Roger Ayrault (trad. modifiée), Paris, Aubier-Montaigne, p. 745 ; J. W. v. G., 1996, Werke, Hamburger Ausgabe in 14 Bänden, vol. I (Gedichte und Epen), éd. par Erich Trunz, Beck, Münche : « Die Sonne sank, und Hand in Hand verpflichtet / Begrüßten wir den letzten Segensblick, / Und Auge sprach, ins Auge klar gerichtet, / Von Osten, hoffe nur, sie kommt zurüc ! » p. 386.

60 Le poème de Heine La demoiselle au bord de la mer… constituait déjà une réponse ironique au poème de Goethe Le Fiancé. Goethe trouve ici en la personne de Kraus un défenseur posthume particulièrement efficace contre Heine.

61 Trad. de Philippe Forget in Nouvelle histoire de la littérature allemande, 1998, t. II, Paris, Armand Colin, p. 89 (c’est nous qui soulignons) ; Johann Wolfgang von Goethe, 1996, Werke, Hamburger Ausgabe in 14 Bänden, vol. I (Gedichte und Epen) : « [...] Kehrte mein verirrtes Aug’ / Zur Sonne, als wenn drüber wär’ / Ein Ohr, zu hören meine Klage [, / Ein Herz wie meins, / Sich des Bedrängten zu erbarmen.] ». p. 45. Sur ce point, voir aussi Gerald Stieg : 1999, p. 47.

62 Reserve, p. 79.

63 F 349-350/4 sq. : « mit Verachtung der Bedürfnisse des Publikums [...], um ungehindert empordenken zu können. »

64 Ibid./3 : « Nicht wie Heine, dessen Witz mit der Welt läuft, der sie dort traf, wo sie gekitzelt sein wollte, und dem sie immer gewachsen war, nicht wie Heine wird sie [die Nachwelt] Nestroy überwinden. »

65 Ibid./4 : « Nestroy hat aus dem Stand in die Welt gedacht, Heine von der Welt in den Staat. »

66 Ibid./18 : « Denn er hat die Hinfälligkeit der Menschennatur so sicher vorgemerkt, daß sich auch die Nachwelt von ihm beobachtet fühlen könnte, wenn ihr nicht eine dicke Haut nachgewachsen wäre. »

67 Gerald Stieg, op. cit. : « kulturpolitisches Phänomen ». p. 51.

68 Cette série de textes, comprenant « Le petit Pan est mort » (Der kleine Pan ist tot) de mars 1911, « Le petit Pan râle encore » (Der kleine Pan röchelt noch) d’avril 1911, « Le petit Pan pue déjà » (Der kleine Pan stinkt schon) de mai 1911 et « Le petit Pan pue encore » (Der kleine Pan stinkt noch) de juillet 1911, figure dans Schriften III, p. 186-218.

69 Voir Gerald Stieg, op. cit. : « die Frage der journalistischen Ethik in Sachen der Sexualität » (notre traduction). p. 48.

70 Canetti appréciait beaucoup ce texte de Kraus sur Harden : il l’a notamment rapproché de « Nestroy et la postérité » en le qualifiant dans « Le nouveau Karl Kraus » d ’» admirable » (bewundernswert). Par ailleurs, « Traduction de Harden » (Übersetzung aus Harden), le « Lexique Harden » (Harden-Lexikon) de 1908 et le « Desperanto » de septembre 1910 sont d’authentiques dictionnaires satiriques absolument désopilants. Voir Schriften III, p. 79-85, 99-106 et 219-227.

71 Jacques Bouveresse, op. cit., p. 201.

72 Voir F 115/1-24 (septembre 1902). Kraus a mené une action importante en faveur du développement de la liberté sexuelle, notamment en ce qui concerne les femmes.

73 Schriften III : « Pan war der Sohn des Hermes. Dieser aber ist ein Handelsgott und heißt jetzt Cassirer. » (Notre traduction, comme pour toutes les citations tirées du « Cas Kerr ») p. 192. Kraus joue ici sur le nom de Pan, qui était aussi le nom de la revue dirigée par Kerr.

74 Ibid. : « Die polemische Unfähigkeit des Herrn Kerr bedarf der Stütze. » p. 199.

75 Ibid. : « Polemik soll den Gegner um seine Seelenruhe bringen, nicht ihn belästigen. » p. 207.

76 Ibid. : « Ich habe ihn gewürgt, aber er hat sich erdrosselt. » p. 214.

77 Ibid. : « Weil sich nichts Vernichtenderes gegen diesen Kerr unternehmen lässt, als wenn man ihm das Wort erteil ! Man lese. Man vergleiche. » p. 218.

78 Ibid. : « die letzten Zuckungen des sterbenden Feuilletonismus ». p. 186.

79 Ibid. : « unvergeßlichen Worten ». p. 193.

80 Johann Nestroy : 1985, p. 94 ; ibid. : « “Glauben Sie mir, junger Man ! Auch der Kommis hat Stunden, wo er sich auf ein Zuckerfaß lahnt und in süße Träumereien versink ; da fallt es ihm dann wie ein fünfundzwanzig Pfund-Gewicht aufs Herz, daß er von Jugend auf ans G’wölb gefesselt war, wie ein Blassel an die Hütten. Wenn man nur aus unkompletten Makulaturbüchern etwas vom Weltleben weiß, wenn man den Sonnenaufgang nur vom Bodenfenster, die Abendröte nur aus Erzählungen der Kundschaften kennt, da bleibt eine Leere im Innern, die alle Ölfässer des Südens, alle Heringfässer des Nordens nicht ausfüllen, eine Abgeschmackheit, die alle Muskatblüt Indiens nicht würzen kann.” » p. 193 sq.

81 Schriften III : « Mit einem Wort, auch der Feuilletonist hat Stunden, wo er sich nach dem Leitartikel sehnt. » p. 194.

82 Ibid. : « Einen Jux will er sich machen, der Weinberl. Einen ethischen Spaß nennt es der Herr Kerr. »

83 Ibid. : « Je n’ai jamais été un sacré gaillard » ; « Oh, j’ai été un sacré Kerr » (c’est nous qui soulignons).

84 Ibid. : « Wenn mir aber ein Weichkopf, der Absynth noch immer für einen ganz besonderen Saft hält und von der Unentbehrlichkeit des Montmartre überzeugt ist, “Austriazismen” vorwirft, so muß ich mich in die Resignation flüchten. » (C’est nous qui soulignons) p. 196.

85 HKA Stücke 17/II (éd. par W. Edgar Yates) : « [...] die edelste Nation unter allen Nationen is die Resignation. » p. 29.

86 Schriften III : « […] mein Stil kreischt von allen Geräuschen der Welt, er kann für Wien und für den Kosmos geschrieben sein, aber nicht für Berlin und Königsberg. » p. 196.

87 Gerald Stieg : 1993, p. 86.

88 Allan Janik, 1999, « Kraus, Wittgenstein et la philosophie du langage », in Austriaca no 49, p. 82.

89 Schriften I : « Daß einer ein Mörder ist, muß nichts gegen seinen Stil beweisen. Aber der Stil kann beweisen, daß er ein Mörder ist. » (Notre traduction) p. 80.

90 F 405/3 (février 1915) : « die dümmsten Menschen der Erde » (notre traduction).

91 Voir les références systématiquement polémiques aux historiens de la littérature dans « Nestroy et la postérité » : p. 3, 5, 12 et 15-18.

92 Voir Schriften IV, p. 99-102. Kraus avait aussi annoncé dès 1911 une « [r] azzia imminente sur les professeurs d’histoire littéraire » (F 321-322/16-18, avril 1911 : « Bevorstehende Razzia auf Professoren der Literaturgeschichte »), spectaculairement mise en œuvre peu après aux dépens du germaniste Richard M. Meyer dans « Die neue Art des Schimpfens » (F 339-340/51-56, décembre 1911). Kraus en fait la quintessence de tous les « idiots » (Trottel) qu’engendre l’université.

93 Schriften I : « Historiker sind Leute, die zu schlecht schreiben, um an einem Tagesblatt mitarbeiten zu können. » (Notre traduction) p. 99.

94 Ibid. : « Literaturgeschichte ist die Unfähigkeit zum Journalismus. » (Notre traduction) p. 100.

95 Schriften III : « Wo ich geh’und steh’, wimmelt es jetzt von Literarhistorikern, also von Historikern, die in keinem Zusammenhang mit der Literatur stehen und darum nur Literarhistoriker heißen. Was soll ich mit den Leuten anfangen? Ich will die, die es schon sind, verstümmeln und darum die nachfolgenden verhindern. Ich will das Handwerk verächtlich machen. » (Notre traduction) p. 246.

96 Ibid. : « Dieser Sörgel schreibt einen einheitlichen Stil, nämlich den Stil von fünfhundert gleichwertigen Literaturreportern, deren Meinungen ihm zugänglich und geläufig wurden. Er ist objektiv. » (Notre traduction) p. 255.

97 C’est à partir de 1760 que débute à Vienne une violente campagne contre la farce visant à « épurer » la scène (au nom de l’Aufklärung prônée par Gottsched), ce qui implique une rupture radicale avec la tradition du comique populaire incarnée par Hanswurst.

98 Nestroy est l’héritier d’une tradition bien précise, celle du théâtre populaire viennois, qui se situe depuis toujours en rupture avec les normes de la « haute littérature » allemande. On ne peut toutefois parler de rupture véritable dans le cas de Nestroy que pour ses parodies de Hebbel, c’est-à-dire du style classique, et de Wagner.

99 Johann Christoph Gottsched, 1982, Schriften zur Literatur, Stuttgart, Recla : « Derjenige Geschmack ist also gut, der mit den Regeln übereinkommt, die von der Vernunft [...] festgesetzt worden. » (Notre traduction) p. 65. Gottsched apparaît comme un éminent représentant des valeurs des Lumières.

100 Roland Krebs, 1985, L’Idée de « Théâtre National » dans l’Allemagne des Lumières, Wiesbaden, Harrassowitz, p. 445.

101 Goethe et Lessing avaient en leur temps, contrairement à beaucoup, pressenti l’importance de Hanswurst.

102 F 349-350/4 : « kosmischer Hanswurst ».

103 Ibid. : « Ein irdischer Politiker sagt uns mehr als ein kosmischer Hanswurst. » Kraus évoque aussi (p. 12) le « bouffon chassé » (vertriebene[r] Hanswurst) Nestroy.

104 « Bürgerlicher “Geschmack” ». Nous employons cette dénomination générique d’ordre sociologique (le goût bourgeois s’opposant au goût populaire) au sens où il est utilisé par exemple dans M. North (éd.), 2002, Kunstsammeln und bürgerlicher Geschmack im 18. Jahrhundert, Berlin, Arno Spitz.

105 La plupart de ces noms sont cités dans « Nestroy et la postérité », p. 16. Le seul à s’en tirer à bon compte est une nouvelle fois Ludwig Speidel. Kraus pense très vraisemblablement en particulier à l’essai de Speidel sur Nestroy de 1881. Voir Ludwig Speidel, 1910, « Johann Nestroy », in L. S., Schriften, vol. 1, Berlin, p. 128-135.

106 Karl Gutzkow, s. d., Werke. Auswahl in zwölf Teilen (éd. par R. Gensel), erster Teil (Aufsätze zur Kultur-und Zeitgeschichte. Reiseeindrücke), Berli : « Die Zweideutigkeit und die Selbstironisierung haben besonders in Nestroys Stücken einen Einfluß auf die unteren Klassen ausgeübt, der ihnen zwei der kostbarsten Kleinode des Volkscharakters raubt : sittliche Grundanschauung der Dinge und gläubiges Vertrauen gegen Menschen. » (Notre traduction)

107 Friedrich Theodor Vischer (Kritische Gänge), cité par Otto Basi : 2001 : « [...] Nun aber dieser Nestro ; er verfügte über ein Gebiet von Tönen und Bewegungen, wo für ein richtiges Gefühl der Ekel, das Erbrechen beginnt. Wir wollen nicht die thierische Natur des Menschen, wie sie sich just auf dem letzten Schritt zum sinnlichsten Genuß gebärdet, in nackter Blöße vor das Auge gerückt sehen, wir wollen es nicht hören, dieses kotige “eh” und “oh” des Hohns, wo immer ein edleres Gefühl zu beschmutzen ist, wir wollen sie nicht vernehmen, diese stinkenden Witze, die zu erraten geben, daß das innerste Heiligthum der Menschheit einen Phallus verberge. » (Notre traduction) p. 170.

108 Voir W. Edgar Yates, 1997, « Sex in the Suburb : Nestroy’s Comedy of Forbidden Fruit », in Modern Language Review no 92, p. 379-391.

109 Heinrich Laube, 1909, « Erinnerungen 1810-1840 », in H. L., Ausgewählte Werke in 10 Bänden, vol. 8, Leipzig, Druck von Hesse und Becker : « Nestroy [...] erschien damals erst halb am Horizont des Theaterhimmels in der Vorstadt. Unschuldig war er auch da nicht mehr, aber das Gift, welches ihn später ätzend und für Wien bedeutend machte, war noch dünn. Die geistige Kraft der Gemeinheit wird uns immer viel zu schaffen machen. » (Notre traduction) p. 203.

110 F 349-350/16 : « [...] Jean Paul haßt und Heine liebt. »

111 « Ich habe Witz gesehen, aber er lag im Kote ; ich habe gute Einfälle gehört, aber sie hatten Eiterbeulen ; ich habe tüchtigen Spaß gehört, aber er war inficirt. Es war ein Fest für die Gemeinheit [...]. » Cité par Otto Basil in op. cit., p. 168. Saphir se souvient ici rétrospectivement (en 1835) d’une représentation de Lumpacivagabundus à laquelle il a assisté.

112 Franz Dingelstedt, Die Poesie in Österreich, cité par Martin Ster : 2002 : « Verwilderung des Geschmacks »; « tiefe und giftige Demoralisierung ». p. 45.

113 Voir Martin Stern, op. cit., p. 46 sqq.

114 Voir Young-Kyun Ra, 2003, « Die Nestroy-Rezeption in der Literaturgeschichtsschreibung », in Nestroyana no 23, p. 70.

115 Georg G. Gervinus, 1853, Geschichte der deutschen Dichtung, vol. 5, Leipzig, W. Engelman : « Zeugnisse von einem übersättigten, nur durch die schärfsten Reizmittel noch zu kitzelnden Magen. » (Notre traduction) p. 625.

116 Voir Young-Kyun Ra : 1999, p. 31.

117 Voir Wendelin Schmidt-Dengler, op. cit. : « La “vulgarité” est le mot qui semble constituer le point de fuite de toutes les déclarations critiques sur Nestroy » ; « “Gemeinheit” ist das Wort, das den Fluchtpunkt aller kritischen Äußerungen über Nestroy zu bilden scheint. » (Notre traduction) p. 139.

118 Young-Kyun Ra : 2003 : « Es gibt keine einzige Literaturgeschichte in diesem Zeitraum, die ein tatsächlich positives Urteil über Nestroy abgibt. » (Notre traduction) p. 57.

119 Richard M. Meyer, 1912, Die deutsche Literatur des neunzehnten Jahrhunderts, Berlin, Bondi : « Mit diabolischem Spürsinn gabelte er überall das Niedrige, das Animalische, das Ordinäre auf. [...] Er hält im Grunde alle Poesie und allen Idealismus wirklich für Schwindel und glaubt nur an die körperlichsten Genüsse. » (Notre traduction) p. 122.

120 Voir Anselm Salzer, 1927, Illustrierte Geschichte der deutschen Literatur von den ältesten Zeiten bis zur Gegenwart, vol. 3, Regensburg, J. Hebbel, p. 1143.

121 Eduard Engel, 1906, Geschichte der deutschen Literatur von den Anfängen bis in die Gegenwart, Leipzig, Wien, Freytag und Tempsk : « Seine Stücke sind [...] schlecht gebaut, spannen nicht bis ans Ende, sondern ermüden auch den bescheidenen Zuschauer. » (Notre traduction) p. 807.

122 Josef Nadler, 1932, Literaturgeschichte der deutschen Stämme und Landschaften, Regensburg, J. Habbe : « Raimund der Schönfärber aus schwerblütigem Idealismus, Nestroy der grundsätzliche Bezweifler aus übersichtigem Realismus. » (Notre traduction) p. 425.

123 Ibid. : « Nestroy war ein Dämon der zersetzenden, grübelnden, mephistophelischen Vernunft. » p. 424. Dans sa Literaturgeschichte Österreichs (Salzburg, Otto Müller, 1951), Nadler supprime néanmoins les passages portant sur l’aspect « démoniaque » de Nestroy. L’exemple de métamorphose la plus radicale réside toutefois dans le sort réservé à Kraus : les quatre lignes consacrées dans la Literaturgeschichte der Stämme und Landschaften au « Sudetendeutsche Jude » Kraus se sont transformées en cinq pages (p. 433-437) où Nadler ne désigne plus Kraus par son origine « raciale » (c’est-à-dire juif) mais par son statut d’écrivain satirique.

124 Wendelin Schmidt-Dengler, op. cit.: « Die Literaturgeschichten zu Beginn des 20. Jahrhunderts sind, so sie ihn überhaupt wahrnehmen, meist voller Verachtung für Nestroy. » (Notre traduction) p. 9.

125 Celui-ci est effectivement un topos récurrent dans l’histoire littéraire, surtout au XIXe siècle mais encore parfois jusqu’à nos jours. La mise en parallèle est un geste fréquent – pour ne pas dire systématique – dans l’histoire littéraire. Dans le cas de Nestroy et Raimund, la comparaison joue la plupart du temps en faveur de Raimund et aux dépens de Nestroy. Sur ce point, voir Young-Kyun Ra, 2004, « “Warme Kunst” versus “kalte Technik” – Raimund versus Nestroy », in Nestroyana no 24, p. 143-147.

126 Nagl-Zeidler-Castle (éds), 1917, Deutsch-österreichische Literaturgeschichte, Wien, Carl Fromme : « […] aber er [Nestroy] ist von vornherein nicht als bewusster Parodist des Volksdichters [Raimund] aufgetreten. […] Jedenfalls schuf auch Nestroy aus seiner eigenen Natur heraus und hat Anspruch, ohne Rückblick auf Raimund, als eigenständiges Gewächs der Wiener Lust gewürdigt zu werden. » (Notre traduction) p. 552.

127 Ibid. : « Von der Schauspielerei kam Nestroy in die Theaterdichterei. […] Nestroy ist immer Schauspieler-Dichter geblieben. » p. 557 ; « Nestroys Kunst als Schauspieler und Dichter ». (Notre traduction) p. 559.

128 F 349-350/7: «Er [Nestroy] verfährt anders als der bekanntere zeitgenössische Umdichter Hofmannsthal, der ehrwürdigen Kadavern das Fell abzieht, um fragwürdige Leichen darin zu bestatten, und der sich in seinem ernsten Berufe gegen einen Vergleich mit einem Possendichter verwahren würde. Wie alle besseren Leser reduziert Herr v. Hofmannsthal das Werk auf den Stoff.»

129 Pierre-Antoine Huré, 2004, Savons-nous lire Hofmannsthal ? La Lettre de Lord Chandos cent ans après, Paris, Klincksieck, p. 61.

130 Voir les pages que Pierre-Antoine Huré consacre à cette question in op. cit., p. 36 sqq.

131 F 1/27 (avril 1899): « [Hofmannsthal] flieht noch immer das Leben und liebt die Dinge, welche es verschönern. » (Notre traduction)

132 F 601-607/1-7 (novembre 1922): « Vom großen Welttheaterschwindel ».

133 Cf ibid./1 : « Gesprochen vor einer Vorlesung des “Talisman” am 24. September ».

134 Michael Pollak, op. cit., p. 131.

135 HKA Stücke 24/II (éd. par John R. P. McKenzie): « Der kluge Mann der Gegenwart sagt : “Was hat denn die Nachwelt für mich getan? Nichts ! Gut, das nämliche tu’ich für sie !” » (Notre traduction) Cette formulation, empruntée à Eduard Maria Hügel (Wien wie es ist. Eine Sammlung von Original-Volksscenen, Anekdoten, Bonmots, Räthseln, Leipzig, 1838), figure sous une forme légèrement différente dans Reserve : « Was hat denn die Nachwelt für uns gethan ? Nichts. Das nehmliche thue ich für die Nachwelt ». p. 59.

136 Voir aussi F 345-346/40-43 (avril 1912).

137 F 254-255/1 (mai 1908) : « [...] in der irrigen Annahme, das Werk sei eine Satire auf die Reaktion. » (Notre traduction)

138 Ibid. : « In Wahrheit ist es eine Satire auf die Revolution. » (Notre traduction)

139 F 343-344/33 : « Er war Satirike ; und damit war seine Stellung zur Politik ein für allemal gegeben. » (Notre traduction)

140 Voir F 345-346/40 sq.

141 Ibid./ 41 : « Er stellt die Rede der Menschen in Kontrast zu ihrer Gesinnung und zu ihrer Tat. » (Notre traduction) Kraus poursuit son opération de démontage du point de vue de Friedjung par la citation d’autres passages de la pièce (p. 42).

142 Ibid./ 42 : « Absage an jede politische Gebärde » (notre traduction).

143 Ibid./ 42 sq. (voir HKA Stücke 28/I, éd. par Walter Obermaier): « ’Schicksal tut doch rein mit die Menschen, was es wil ; da kann man was sagen von einer Tyrannei. Nach den Grundsätzen des Fortschritts sollt’es schon lang gar kein Schicksal mehr geben. [...]’Schicksal paßt nicht für unsere Zeit. » p. 131 sqq.

144 F 343-344/34 sq.: « Er versteht nicht, daß es auch eine Erniedrigung Nestroys wäre, ihm die gegenteilige Gesinnung zu imputieren, also jene, die sich mit der Rede deckt. [...] Aber zuerst kommt die Kunst, die Meinung stellt sich hinterher ein. Journalisten und Historiker, die von der Welt unmittelbar die Tatsachen und die Meinungen abzapfen, können das nicht verstehen. » (Notre traduction)

145 Voir F 912-915/2 : « geistige Freiheit » (notre traduction).

146 Nous entendons ici par « auteur politique » un auteur qui s’engage politiquement dans son œuvre et/ou publiquement pour une cause exclusive et déterminée (par exemple le Heine d’Atta Troll et de Allemagne, Un conte d’hiver ; le Brecht des pièces à thèse telles que La mesure ; la littérature de l’ex RDA…), un auteur qui prend clairement position pour un bord donné sur des problèmes relevant de la politique et de la société (le terme de « politique » provenant du grec « politikos », qui signifie « social ») ou qui cherche à intervenir par son action littéraire dans des questions politiques, à la manière de Zola dans l’affaire Dreyfus.

147 Pierre Bourdieu, op. cit., p. 219.

148 Egon Friedell (éd.), 2001, Johann Nestroy. Lektüre für Minuten. Gedanken aus seinen Büchern, Frankfurt am Main, Leipzig, Insel (= reproduction de « Das ist klassisc ! ». Nestroy-Worte de 1922): « [...] kein System besaß. Deshalb hat er auch niemals ein politisches Programm gehabt. » (Notre traduction) p. 12.

149 En revanche, on peut considérer Kraus comme un libéral en matière de culture et de morale. Son combat acharné pour la dépénalisation de l’adultère, de l’avortement ou de l’homosexualité, envisagés comme des choix relevant de la morale individuelle et de la sphère privée, en témoigne de façon éloquente. Sa défense de La Boîte de Pandore (Die Büchse der Pandora) de Wedekind constitue également un acte de libéralisme culturel important, concernant toujours la question de la morale sexuelle.

150 Voir F 349-350/3-5 et 16 sq.

151 Ibid./17 : « Und nicht die Lächerlichkeiten innerhalb der Politik lockten seine Aufmerksamkeit, sondern die Lächerlichkeit der Politik. Er war Denker, und konnte darum weder liberal noch antiliberal denken. » (C’est nous qui soulignons)

152 Ibid. : « Wie verwirrend gesinnungslos die Kunst ist, zeigt der Satiriker durch die Fähigkeit, Worte zu setzen, die die scheinbare Tendenz seiner Handlung sprengen, so daß der Historiker nicht weiß, ob er sich an die gelobte Revolution halten soll oder an die verhöhnten Krähwinkler, an die Verspottung der Teufelsfurcht oder an ein fanatisches Glaubensbekenntnis. [...] Der Künstler aber nimmt so wenig Partei, daß er Partei nimmt für die Lüge der Tradition gegen die Wahrheit des Schwindels. »

153 Ibid./16 : « Voller Inaktualität, ein fortwirkender Einspruch gegen die Zeitgemäßen. »

154 Voir ibid./3 (notamment au sujet de Friedjung).

155 Ibid. : « Hinfälligkeit der Menschennatur ».

156 F 613-621/52 : « Und ich selbst mag in dem Bestreben, Nestroy gegen liberale Berufungen zu schützen, ehedem manchmal zu weit gegangen sein. » (Notre traduction)

157 C’est en particulier Saphir qui accusa Nestroy de plagiat. Voir « Didaskalien. Von M. G. Saphir : Des Wiener Volksstücks Glück und Ende, III », in Der Humorist no 117, 17 mai 1847, p. 465-468.

158 Jean Giraudoux, Siegfried et le Limousin (cité par Gérard Genette dans op. cit., p. 532).

159 F 349-350/5: «Er nahm die Schablone, die als Schablone geboren war, um seinen Inhalt zu verstecken, der nicht Schablone werden konnte

160 Ibid./7 : « Wirbel der nachgeschaffenen Situationen ».

161 Ibid. : « [er] erfindet das Gefundene. »

162 Ibid. : « Er nimmt fremde Stoffe. Wo aber ist der deutsche Lustspieldichter, der ihm die Kraft abgenommen hätte, aus drei Worten eine Figur zu machen und aus drei Sätzen ein Milieu? Er ist umso schöpferischer, wo er den fremden Stoff zum eigenen Werk erhebt. » (C’est nous qui soulignons)

163 Voir Schriften II. Ce texte existe en traduction française dans LD, p. 137-146.

164 PDM, p. 120 ; Schriften VIII : « Der Fortschritt feiert Pyrrhussiege über die Natur. » ; « Der Fortschritt macht Portemonnaies aus Menschenhaut. » p. 279.

165 LD, p. 137 ; ibid. : « Der Fortschritt ist ein Standpunkt und sieht wie eine Bewegung aus. » p. 197.

166 F 349-350/2 : « Teufelswerk der Humanität ».

167 Ibid./2 sq. : « Fünfzig Jahre läuft schon die Maschine, in die vorn der Geist hineingetan wird, um hinten als Druck herauszukommen, verdünnend, verbreitend, vernichtend. Der Geber verliert, die Beschenkten verarmen, und die Vermittler haben zu leben. » Le préverbe allemand ver- a ici un sens particulièrement négatif.

168 HKA Stücke 24/II (éd. par John R. P. McKenzie) : « Überhaupt hat der Fortschritt das an sich, daß er viel größer ausschaut, als er wirklich ist. » (Notre traduction) p. 91.

169 Dans un premier temps, Gottlieb Herb chante les louanges du progrès, mais la troisième strophe de son couplet nuance sensiblement son propos.

170 HKA Stücke 24/I : « Drum der Fortschritt hat beym Licht betracht’t,/Die Welt nicht viel glücklicher g’macht. » (Notre traduction) p. 91 sqq.

171 Voir F 349-350/19.

172 Karl Kraus, 1945, Die letzten Tage der Menschheit, Zürich, Pegasu : « wenn man jene [die Phantasie] noch hätte, würde man diese [die Kriege] nicht mehr führen. » (Notre traduction) p. 196.

173 Voir F 349-350/19.

174 Voir ibid.

175 Ibid./20 sq.: « Was hat Nestroy gegen seine Zeitgenossen? Wahrlich, er übereilt sich. Er geht antizipierend seine kleine Umwelt mit einer Schärfe an, die einer späteren Sache würdig wäre. Er tritt bereits seine satirische Erbschaft an. »

176 Ibid./1 : « Wir können sein Andenken nicht feiern, indem wir uns, wie’s einer Nachwelt ziemt, zu einer Schuld bekennen, die wir abzutragen haben. So wollen wir sein Andenken feiern, indem wir uns zu einer Schuld bekennen, die wir zu tragen haben, wir Insassen einer Zeit, welche die Fähigkeit verloren hat, Nachwelt zu sein. »

177 Ibid./3 : « Er, Johann Nestroy, kann es sich nicht gefallen lassen, daß alles blieb, wie es ihm mißfallen hat. Die Nachwelt wiederholt seinen Text und kennt ihn nicht ; sie lacht nicht mit ihm, sondern gegen ihn, sie widerlegt und bestätigt die Satire durch die Unvergänglichkeit dessen, was Stoff ist. »

178 Michael Pollak, op. cit., p. 134.

179 NV, p. 22 ; Schriften VII : « Es ist nicht wahr, daß ich immer nur zerstören und nicht aufbauen kann. Es ist eine Lüge, daß ich zu positiven Bestrebungen unfähig bin. Nichts möchte ich lieber erreichen, nichts interessiert mich mehr [...]. » p. 317.

180 F 349-350/10: «Bei Nestroy, der nur holperige Coupletstrophen gemacht hat, lassen sich in jeder Posse Stellen nachweisen, wo die rein dichterische Führung des Gedankens durch den dicksten Stoff, wo mehr als der Geist: die Vergeistigung sichtbar wird.»

181 Voir ibid./11 sqq.

182 Ibid./12 : « Der vertriebene Hanswurst, der im Abschied von der Bühne noch hinter der tragischen Figur seine Spässe machte. »

183 Ibid.

184 Ibid./13 sq.: « Oft [...] ist es, als wäre einmal die tragische Figur hinter dem Hanswurst gestanden, denn das Pathos scheint dem Witz beizustehen. [...] Witz und Pathos begleiten sich. [...] Sie spielen und entlassen sich gegenseitig unversehrt. »

185 Kraus se réfère dans « Nestroy et la postérité » aux neuf pièces suivantes de Nestroy : L’Homme insignifiant (1 fois : p. 9) ; (prélude de Nestroy à) Mon ami, scène 3 (1 fois : p. 11) ; Le Talisman (1 fois : p. 12) ; Le porteur de mot Papp (1 fois : p. 13) ; Peur bleue (1 fois : p. 14) ; L’Homme déchiré (2 fois : p. 12 sq.) ; Lumpacivagabundus (2 fois : p. 12 et 18) ; Relations antérieures (2 fois : p. 13) et Les deux somnambules (3 fois : p. 13 sq.).

186 HKA Stücke 5 (éd. par Friedrich Walla) : « Wann ich mir meinen Verdruß net versaufet, ich müßt’mich g’rad aus Verzweiflung dem Trunke ergeben. » (Notre traduction) p. 148. Kraus réutilisera cet exemple en 1921 dans « De l’humour et du lyrisme ».

187 Johann Nestroy : 1985 (L’Homme déchiré), p. 39 ; « Da g’hören die Ruben he ! An keine Ordnung g’wöhnt sich das Volk. Kraut und Ruben werfeten s’untereinand’, als wie Kraut und Ruben. » (voir HKA Stücke 21, éd. par Jürgen Hein, p. 57).

188 F 349-350/13 : « Hier lacht sich die Sprache selbst aus. »

189 Cette traduction ne rend pas compte de la double signification de « Verweser » avec laquelle Nestroy joue de toute évidence : premièrement, « gouverneur » ou « gérant », au sens de « Reichsverweser » ; deuxièmement, « corrupteur », au sens de « Verderber ».

190 Johann Nestroy : 2002 (Le Talisman) : Frau von Cypressenburg. « Ist Sein Vater auch Jäger ? » Titus. « Nein, er betreibt ein stilles, abgeschiedenes Geschäft, bei dem die Ruhe das einzige Geschäft ist ; er liegt von höherer Macht gefesselt, und doch ist er frei und unabhängig, denn er ist Verweser seiner selbst – er ist tot. » Frau von Cypressenburg (für sich). « Wie verschwenderisch er mit zwanzig erhabenen Worten das sagt, was man mit einer Silbe sagen kan ! Der Mensch hat offenbare Anlagen zum Literaten. » (Cité p. 12, voir HKA Stücke 17/I, éd. par Jürgen Hein et Peter Haida, p. 49 sq.)

191 F 349-350/12 : « [...] es ist die erhabenste und noch immer knappste Paraphrase für einen einsilbigen Zustand, wie hier das Wort um den Tod spielt. Dieses verflossene Pathos [...] hat die Literarhistoriker glauben machen, dieser Witz habe es auf ihre edlen Regungen abgesehen. In Wahrheit hat er es aber nur auf ihre Phrasen abgesehen. Nestroy ist der erste deutsche Satiriker, in dem sich die Sprache Gedanken macht über die Dinge. Er erlöst die Sprache vom Starrkrampf, und sie wirft ihm für jede Redensart einen Gedanken ab. » (C’est nous qui soulignons)

192 Buffon, 1896, Discours sur le Style, discours prononcé à l’académie française le jour de sa réception, le 25 août 1753, texte de l’édition de l’abbé J. Pierre, Paris, Librairie Ch. Poussielgue.

193 F 349-350/13: «die heuchlerische Konvention.»

194 Johann Nestroy, p. 25 ; Ibid. : LIPS. « Also heraus mit dem Entschluß, meine Hold ! » MADAME SCHLEYER. (sich zierend) « Aber Herr von Lips, ich muß ja doch erst... » LIPS. « Ich versteh’, vom Neinsagen keine Rede, aber zum Jasagen finden Sie eine Bedenkzeit schicklich. » (Voir aussi HKA Stücke 21, éd. par Jürgen Hein, p. 43)

195 F 349-350/13 : « Da kommt auf einmal eine verspätete Sternin erster Größe zur Gesellschaft als glanzpunktischer Umundauf der ambulanten Entreprise... » (voir HKA Stücke 38, éd. par Peter Branscombe, p. 14).

196 Ibid./5 : « [weil] er sein Dynamit in Watte wickelte, [...] [weil] er die Gemütlichkeit zuerst einseifte, wenn’s ans Halsabschneiden ging. »

197 Ibid./13 : « Ineinander von Problem und Inhalt ».

198 Ibid. : « Exige avec audace, parle sans crainte, dis les choses tout naturellement ! » (C’est nous qui soulignons) Voir HKA Stücke 11 (éd. par Jürgen Hein), p. 49.

199 Voir chapitre III.

200 Ibid. : « Les personnages de Nestroy parlent de manière ampoulée quand le Witz doit détruire […] le cliché. » ; « Nestroys Leute reden geschwollen, wenn der Witz das Klischee zersetzen [...] will. »

201 Voir Ibid. : « O, ich will euch ein furchtbarer Hausknecht sei ! » Cf HKA Stücke 38 (éd. par Peter Branscombe), p. 23.

202 Reserv : « Ich bin der Kolumbus einer neuen Methode. » (Notre traduction) p. 67.

203 HKA Stücke 27/II (éd. par Jürgen Hein): « Zweifeln kann man an allem, und unter zehnmal zweifelt man neunmal gewiß mit vollem Recht. » (Notre traduction) p. 27.

204 Schriften VII (Die Sprache): « Bei Nestroy […] gibt es winzige Zwischenszenen, wo ein Satz über die Bühne geht und mit einer Figur ein Milieu, eine Epoche dasteht. » p. 288. Cette phrase figure dans l’essai « Die Wortgestalt » (1921).

205 Voir F 349-350/14.

206 Ibid. : « [...] wenn sein Witz eine Liebesszene verkürzt, so erledigt er und und ersetzt er sämtliche Liebesszenen, die sich in ähnlichen Fällen abspielen könnten. »

207 DC, p. 127 ; Schriften VII : « Der Wortwitz, als Selbstzweck verächtlich, kann das edelste Mittel einer künstlerischen Absicht sein, indem er der Abbreviatur einer witzigen Anschauung dient. » p. 114 sq.

208 F 349-350/14 : « Was schaut er mich denn gar so an? – Sie ist in Diensten meiner künftigen Gebieterin, ich bin in Diensten ihres künftigen Gebieters, ich werfe das bloß so hin, weil sich daraus verschiedene Entspinnungen gestalten könnten. – Kommt Zeit, kommt Ra ! » Voir HKA Stücke 11 (éd. par Jürgen Hein), p. 37.

209 Ibid. : « Drum zeigen Sie sich meines Vertrauens würdig und forschen Sie nicht weiter. » (Cité par Kraus d’après Chiavacci/Ganghofer, 1890, vol. 3, p. 76)

210 Le rapport ludique de Nestroy au langage, observable dans un savant usage du jeu de mots, est aussi le fruit d’une tradition littéraire autrichienne bien précise : celle d’Abraham a Sancta Clara, le moine qui allait servir de modèle à Schiller pour le personnage du capucin dans Le Camp de Wallenstein. La truculence de ses prêches et la forme même de ses jeux de mots préfigurent Nestroy.

211 Dans « Nestroy et la postérité » comme ailleurs dans le Flambeau, Kraus fait très favorablement allusion à Jean Paul. Dans l’essai « De l’humour et du lyrisme » de novembre 1921 par exemple, Kraus vante « l’esprit [...] vénérable et, malgré sa grande culture, sans limites » de Jean Paul ; Schriften VII : « der […] verehrungswürdige und trotz umfassender Bildung unbeschränkte Geist ». (Notre traduction) p. 205. Dans « Schändung der Pandora » (octobre 1918), Kraus avait déjà intercalé Jean Paul entre Goethe et Schiller (voir ibid., p. 52).

212 Jean Paul, 1963, Sämtliche Werke (Vorschule der Ästhetik, 1813), vol. V, éd. par Norbert Miller, München, Hanser : « Der Witz allein [...] erfindet [...]. » p. 171.

213 Si les références à Heine ne sont pas toujours négatives dans le Flambeau, les allusions à George Bernard Shaw sont elles, en revanche, uniformément désapprobatrices. Voir, à titre d’exemple, les trois références critiques à Shaw dans « Nestroy et la postérité » : p. 1, 11 et 23.

214 Ibid./7 : « Dieser völlig sprachverbuhlte Humor, bei dem Sinn und Wort sich fangen, umfangen und bis zur Untrennbarkeit, ja bis zur Unkenntlichkeit umschlungen halten, steht über aller szenischen Verständigung und fällt darum in den Souffleurkasten, so nur Shakespeare vergleichbar, von dem auch erst Shakespeare abgezogen werden muß, um die Theaterwirkung zu ergeben. »

215 Johann Wolfgang von Goethe, 1984, Faust I et II, trad. de Jean Malaplate, Paris, GF, p. 394 ; J. W. v. G., 1996, Werke, Hamburger Ausgabe in 14 Bänden, vol. III (Dramen I), éd. par Erich Trunz, München, Beck (v. 9377-9380):
HELENA. « 
So sage denn, wie sprech’ich auch so schön? »
FAUST. « 
Das ist gar leicht, es muß von Herzen gehn.
Und wenn die Brust von Sehnsucht überfließt,
Man sieht sich um und fragt –
 »
HELENA. … «
 wer mitgenießt. » p. 283.

216 Voir Schriften VII, p. 337.

217 Ce lien est, du reste, déjà présent chez Goethe dans les termes précédant la « Wechselrede » : « caresser » (« liebkosen », v. 9371), « satisfaire » (« befriedigen », v. 9374).

218 Schriften VI : « Kräfte sind es, die zueinander wollen, und münden im Reim wie im Kuß. » (Notre traduction) p. 323.

219 Ibid. : « Wie aber der wahrhaft Liebende immer zum ersten Male liebt, so dichtet der wahrhaft Dichtende immer zum ersten Mal, und reimte er nichts als Liebe und Triebe. » (Notre traduction) p. 328.

220 DC, p. 149 sq.; Schriften VII : « Ich beherrsche die Sprache nich ; aber die Sprache beherrscht mich vollkommen. Sie ist mir nicht die Dienerin meiner Gedanken. Ich lebe in einer Verbindung mit ihr, aus der ich Gedanken empfange, und sie kann mit mir machen, was sie will. Ich pariere ihr aufs Wort. Denn aus dem Wort springt mir der junge Gedanke entgegen und formt rückwirkend die Sprache, die ihn schuf. [...] Die Sprache ist eine Herrin der Gedanken [...]. » p. 134 sq.

221 Schriften IX (Gedichte):
« 
Die Sprache beherrschen ? Das wär’mir recht ;
spricht man nur laut, gleich ist sie still ?
So beherrsch’ich die Sprache, die ihr sprecht –
die meine macht mit mir, was sie wil !
 » (Notre traduction) p. 540.

222 Ibid. : « Mit heißem Herzen und Hirne
naht’ich ihr Nacht für Nacht.
Sie war eine dreiste Dirne,
die ich zur Jungfrau gemacht.
 » (Notre traduction)

223 F 349-350/8 : « geschriebene Schauspielkunst ».

224 Ibid./9 : « Der Tonfall ist jene Äußerlichkeit, auf die es dem Gedanken hauptsächlich ankommt. »

225 Voir F 349-350/6 : « ils n’ont qu’une seule et même langue, celle de Nestroy » ; « sie haben die eine und einzige Zunge Nestroys ».

226 Ibid./4 : « Wir werden seiner Botschaft den Glauben nicht deshalb versagen, weil sie ein Couplet war. »

227 Cet élément est d’ailleurs explicitement souligné par Kraus lui-même lorsqu’il écrit au sujet des personnages de Nestroy (in ibid./6) : « Ces vifs représentants de la vision de leur profession ont un pied dans celle-ci et l’autre dans la philosophie » (Immer stehen diese vifen Vertreter ihrer Berufsanschauung mit einem Fuß in der Profession, mit dem andern in der Philosophie).

228 On pourrait oser ici une comparaison entre Nestroy et le théâtre de Brecht.

229 F 349-350/8: «In Nestroy ist so viel Literatur, daß sich das Theater sträubt, und er [der Reichtum des Wortes] muß für den Schauspieler einspringen.»

230 Ibid./6 : « Sein Eigentlichstes war der Witz, der der Bühnenwirkung widerstrebt. »

231 Ibid./8 : « In Girardi wächst die Gestalt an der Armut der textlichen Unterstützung, bei Nestroy schrumpft sie am Reichtum des Wortes zusammen. »

232 Ibid. : « In seinen Possen bleibt die Hauptrolle unbesetzt, solange nicht dem Adepten seiner Schminke auch das Erbe seines satirischen Geistes zufällt. »

233 Ibid./6.

234 F 336-337/41 (novembre 1911): « Wenn ich vortrage, so ist es nicht gesprochene Literatur. Aber was ich schreibe, ist geschriebene Schauspielkunst. » (Notre traduction)

235 F 349-350/8: «Er kann es, denn es ist geschriebene Schauspielkunst.»

236 NV, p. 43 ; F 389-390/42 (décembre 1913) : « Ich bin vielleicht der erste Fall eines Schreibers, der sein Schreiben zugleich schauspielerisch erlebt. »

237 F 349-350/9: «Der Schauspieler hat eine Rolle für einen Dichter geschrieben, die der Dichter einem Schauspieler nicht anvertrauen würde. [...] Auf die Analogie im Tonfall witzig eingestellter Erkenntnisse hat einmal der verstorbene Kritiker Wilheim hingewiesen [...], und es muß irgendwo einen gemeinsamen Standpunkt der Weltbetrachtung geben, wenn Sätze gesprochen werden, die Nestroy so gut gesprochen haben konnte wie Wedekind.»

238 Voir ibid.

239 Ibid./6 : « Er hätte, wäre er später geboren, wäre er in die Zeit des journalistischen Sprachbetrugs hineingeboren worden, der Sprache gewissenhaft erstattet, was er ihr zu verdanken hatte. [...] Die Zeit hätte ihm keine Zeit mehr zu einer so beiläufigen Austragung blutiger Fehde gelassen, wie sie die Bühne erlaubt und verlangt, und kein Orchester wäre melodisch genug gewesen, den Mißton zwischen seiner Natur und der nachgewachsenen Welt zu versöhnen. »

240 Ibid./23 : « In den fünfzig Jahren nach seinem Tode hat der Geist Nestroy Dinge erlebt, die ihn zum Weiterleben ermutigen. Er steht eingekeilt zwischen den Dickwänsten aller Berufe, hält Monologe und lacht metaphysisch. » Les exemples montrant l’identification de Kraus à Nestroy ne manquent pas : « […] et je crois qu’il continue à écrire. » ; ibid./3 : « […] und ich glaube, er dichtet weiter. »

241 La catégorie d ’» origine » (Ursprung), centrale dans la pensée de Kraus, est selon lui à l’œuvre dans la langue de Nestroy, plus particulièrement dans son Witz, qui combine des éléments linguistiques n’ayant jusque-là jamais été associés.

242 F 351-353/41 sq. : « Die armen Teufel verstehen natürlich nicht, daß es mir nicht um eine Dissertation über Nestroy, nicht um eine Selbstanzeige, sondern um das Problem des Satirikers geht [...]. » (Notre traduction)

243 Schriften VII : « Wenn wir Lyrik nicht dem Herkommen gemäß als die Dichtungsart auffassen, die die Empfindung des Dichters zum Ausdruck bringt – was doch jeder literarischen Kategorie vorbehalten bleibt –, sondern als die unmittelbarste Übertragung eines geistigen Inhalts, eines Gefühlten oder Gedachten, Angeschauten oder Reflektierten, in das Leben der Sprache, als die Gabe, das Erlebnis in der andern Sphäre so zu verdichten, als wäre es ihr eingeboren, so wird sie alle Gestaltung aus rein sprachlichen Mitteln vom Liebesgedicht bis zur Glosse umfassen. » (Notre traduction) p. 339.

244 Ce problème a été soulevé également, concernant le « lyrisme » de Kafka, par Béatrice Jongy in B. J., 2004, L’écriture de soi au tournant du siècle : une quête ontologique, chez Rilke (Les Carnets de Malte Laurids Brigge), Kafka (Le Journal) et Pessoa (Le Livre de l’intranquillité), thèse, Paris, Université Paris III – Sorbonne Nouvelle, p. 477-535 (chapitre intitulé « Un nouveau lyrisme »). Kraus a néanmoins formulé, contrairement à Kafka, une véritable définition du lyrisme, fondée sur la qualité linguistique et en lien avec la satire.

245 Reserv : « Es giebt gute Geschöpfe, bey denen selbst die Wünsche den Stämpel ärmlicher Einbildungskraft tragen. Einen Prinzen können sie sich träumen, der sie mit Gold Equipag und Dienerschaft überschüttet, können sie sich träumen, aber nie einen Engel der ihnen die Hälfte seines Sternes anbiethe ; ihre Träume können sich bis zum Feenmährchen, doch nie bis zum Gedicht erheben. » (Notre traduction) p. 33.

246 F 349-350/10 sq.: «Die Satire ist so recht die Lyrik des Hindernisses, reich entschädigt dafür, daß sie das Hindernis der Lyrik ist. Und wie hat sie beides zusammen: vom Ideal das ganze Ideal und dazu die Ferne! Sie ist nie polemisch, immer schöpferisch, während die falsche Lyrik nur Jasagerei ist, schnöde Berufung der schon vorhandenen Welt. Wie ist sie die wahre Symbolik, die aus den Zeichen einer gefundenen Hässlichkeit auf eine verlorene Schönheit schließt [...]. Die falsche Lyrik, welche die großen Dinge voraussetzt, und die falsche Ironie, welche die großen Dinge negiert, haben nur ein Gesicht, und von der einsamen Träne Heines zum gemeinsamen Lachen des Herrn Shaw führt nur eine Falte. Aber der Witz lästert die Schornsteine, weil er die Sonne bejaht. Und die Säure will den Glanz und der Rost sagt, sie sei nur zersetzend.»

247 Le terme de « satire » provient du latin « satura » et désignait au temps d’Ennius (239-169 avant J. -C.) une forme poétique.

248 F 595-600/71, juillet 1922 (« Zur Nestroy-Feier ») : « der im Sprachwitz tiefste, bis zur Lyrik unerbittlichste satirische Denker Deutschlands. » (Notre traduction)

249 F 349-350/11: «Ja und Nein vermischen sich, vermehren sich, und es entspringt der Gedanke. Ein Spiel, gesinnungslos wie die Liebe. Das Ergebnis dieser vollkommenen Durchdringung, Erhaltung und Verstärkung polarer Strömungen: eine Nestroysche Tirade, eine Offenbachsche Melodie.»

250 Heinrich Heine, 1999, Livre des chants, trad. de Nicole Taubes, Paris, Les Éditions du Cerf, p. 110 ; H. H. : 2005, op. cit. :
« 
Was will die einsame Träne ?
Sie trübt mir ja den Blick.
Sie blieb aus alten Zeiten
In meinem Auge zurück. [...]
Ach, meine Liebe selber
Zerfloß wie eitel Hauc !
Du alte, einsame Träne,
Zerfließe jetzunder auc !
 » p. 140.

251 Elias Canetti écrit dans « Karl Kraus. École de la résistance » : « La citation telle qu’il l’employait devenait un réquisitoire contre celui qu’il citait. […] Karl Kraus avait le don de condamner les gens en les faisant pour ainsi dire se condamner eux-mêmes. » (LD, p. 18 sq.) ; E. C. : 1976 (Die Schule des Widerstands) : « Das Zitat, wie er es gebrauchte, sagte gegen den Zitierten aus [...]. Es war Karl Kraus gegeben, Menschen sozusagen aus ihrem eigenen Mund heraus zu verurteilen. » p. 42. Brecht dira également de cette « méthode de la citation sans commentaire » (Methode des kommentarlosen Zitierens) qu’elle est la moins imitable de Kraus, car elle suppose la construction d’un espace « dans lequel tout devient tribunal » (in dem alles zum Gerichtsvorgang wird). Voir Bertolt Brecht, 1967, « Über Karl Kraus », in B. B., Gesammelte Werke in 20 Bänden, vol. 19, Frankfurt am Main, p. 430 sq.

252 Voir Friedrich Schiller, 1992, Werke und Briefe (vol. 8 : Theoretische Schriften), éd. par Rolf-Peter Janz, Frankfurt am Main, Deutscher Klassiker Verlag, p. 740.

253 Friedrich Schiller, 1947, Poésie naïve et poésie sentimentale, trad. de Robert Leroux, Paris, Aubier-Montaigne, p. 139 ; Ibid. : « Denn nun entsteht die Frage, ob er mehr bei der Wirklichkeit, ob er mehr bei dem Ideale verweilen – ob er jene als einen Gegenstand der Abneigung, ob er dieses als einen Gegenstand der Zuneigung ausführen will. »

254 Ibid., p. 141-143 ; Ibid. : « Satyrisch ist der Dichter, wenn er die Entfernung von der Natur und den Widerspruch der Wirklichkeit mit dem Ideale [...] zu seinem Gegenstande macht. [...] In der Satyre wird die Wirklichkeit als Mangel, dem Ideal als der höchsten Realität gegenüber gestellt. [...] Die Wirklichkeit ist also hier ein notwendiges Objekt der Abneigung, aber worauf hier alles ankömmt, diese Abneigung selbst muß wieder notwendig aus dem entgegenstehenden Ideale entspringen. » p. 740 sq. Kraus cite entièrement la définition de Schiller dans F 443/13 (novembre 1916).

255 Voir Gerald Stieg : 1999, p. 48.

256 Mais aussi par Goethe.

257 F 349-350/4 : « Wenn Kunst nicht das ist, was sie glauben und erlauben, sondern die Wegweite ist zwischen einem Geschauten und einem Gedachten, von einem Rinnsal zur Milchstraße die kürzeste Verbindung, so hat es nie unter deutschem Himmel einen Läufer gegeben wie Nestroy. »

258 Johann Wolfgang von Goethe : 1966, op. cit., vol. I (Gedichte und Epen):
« 
Tiefe Stille herrscht im Wasser,
Ohne Regung ruht das Meer,
Und bekümmert sieht der Schiffer
Glatte Fläche rings umher.
Keine Luft von keiner Seit !
Todesstille fürchterlic !
In der ungeheuern Weite
Reget keine Welle sich.
 » p. 242.

259 F 349-350/2: «Wenn zweimal zwei wirklich vier ist, wie sie behaupten, so verdankt es dieses Resultat der Tatsache, daß Goethe das Gedicht “Meeresstille” geschrieben hat. Nun aber weiß man so genau, wieviel zweimal zwei ist, daß man es in hundert Jahren nicht mehr wird ausrechnen können.»

260 NV, p. 32 (trad. modifiée) ; F 381-383/72 (septembre 1913) : « Logik ist die Feindin der Kunst. Aber Kunst darf nicht die Feindin der Logik sein. Logik muß der Kunst einmal geschmeckt haben und von ihr vollständig verdaut worden sein. Um zu behaupten, daß zweimal zwei fünf ist, hat man zu wissen, daß zweimal zwei vier ist. Wer freilich nur dieses weiß, wird sagen, jenes sei falsch. »

261 Johann Wolfgang von Goethe : 1966, op. cit., vol. I (Gedichte und Epen):
« 
Wer Wissenschaft und Kunst besitzt,
Hat auch Religio ;
Wer jene beiden nicht besitzt,
Der habe Religion.
 » (Notre traduction) p. 367.

262 Schriften VIII : « Wer Kunst und Religion besitzt, der hat auch Wissenschaft. Wer diese beiden nicht besitzt, der habe Wissenschaft. » (Notre traduction) p. 280. La critique de Hans Mayer dirigée contre Kraus (voir Hans Mayer, 1971, « Karl Kraus », in H. M., Der Repräsentant und der Märtyrer, Frankfurt am Main, Suhrkamp, p. 45-64) a précisément pour point de départ le retournement de la citation de Goethe par Kraus.

263 F 349-350/22 : « Nestroys Nachwelt tut vermöge ihrer künstlerischen Unempfindlichkeit dasselbe, was seine Mitwelt getan hat, die im stofflichen Einverständnis mit ihm war : diese nahm ihn als aktuellen Spaßmacher, jene sagt, er sei veraltet. Er trifft die Nachwelt, also versteht sie ihn nicht. »

264 Ibid./23 : « Überall läßt sichs irdisch lachen. Solchem Gelächter aber antwortet die Satire. Denn sie ist die Kunst, die vor allen anderen Künsten sich überlebt, aber auch die tote Zeit. Je härter der Stoff, desto größer der Angriff. Je verzweifelter der Kampf, desto stärker die Kunst. Der satirische Künstler steht am Ende einer Entwicklung, die sich der Kunst versagt. Er ist ihr Produkt und ihr hoffnungsloses Gegenteil. Er organisiert die Flucht des Geistes vor der Menschheit, er ist die Rückwärtskonzentrierung. Nach ihm die Sintflut. »

265 Voir Pierre Bourdieu, op. cit., notamment p. 357.

266 Michael Pollak, op. cit., p. 130.

267 SW (vol. 15): « Ins hellste Licht hat seine [Nestroys] Bedeutung aber Karl Kraus gerückt. Seine Gedenkrede “Nestroy und die Nachwelt” ist die Auseinandersetzung eines Ebenbürtigen mit einem Großen im Reiche des Geistigen, der in ihm lebt wie keinem anderen. In seiner sprachlichen Verlebendigung – seit 1912 liest K. Kraus Nestroysche Stücke mit von Jahr zu Jahr steigendem Erfolge – tritt, allen Fährlichkeiten übler Theatralik entrückt, das Geistige in Nestroy geradezu überwältigend in Erscheinung. In diesen Vorlesungen lebt Nestroy, während die meisten Aufführungen von Nestroy leben. » (Notre traduction) p. 597.

268 Voir chapitre III.

269 Voir Gerald Stieg : 1999, p. 45.

270 Voir Young-Kyun Ra : 1999, p. 62-69.

271 Kraus réunit dans un même cahier du Flambeau (F 351-353) « Nestroy-Feier » (F 351-353/28-47) et, un peu plus loin, « Schnitzler-Feier » (F 351-353/77-88). Il met ainsi lui-même les deux textes en regard et invite à une comparaison et/ou à une distinction esthétique entre Nestroy et Schnitzler.

272 F 351-353/47 : « Kraus’Vorrede über Nestroy gehört wohl zu dem Größten, Äußersten, was nicht nur über diesen Dichter, sondern auch seine Zeit und ihr, des vielverlästerten Vormärz, Verhältnis zu der unseren zu sagen war. […] Nun zu der Art des Vortrages : Trotz aller sprachlichen Gewandtheit versagte sich die wunderbare Dichtheit des Inhaltes der Einleitung teilweise dem Publikum ; zu prall sind ihre Sätze von Gedanken, um vom einmalig Hörenden sofort erfaßt und zerlegt werden zu können. Ganz herrlich traf Kraus die Rezitation Nestroyscher Couplets ; er wendete dafür eine Art Sprechgesang an, der seine Vortragsgewalt von einer neuen erstaunlichen Seite beweist. » (Notre traduction, comme pour tous les passages tirés de « Une fête pour Nestroy »)

273 Ibid./49 : « [...] Man kann sich in Wien nicht mehr darauf verlassen, daß der große Musikvereinsaal vor Überfüllung sicher ist, wenn er eine von der Großpresse totgeschwiegene Veranstaltung beherbergt. [...] Daß Kraus der Berufensten einer ist, über Nestroy zu reden, das bedarf keiner Erörterung. [...] »

274 Ibid./50 : « Die liberale Presse scheint das Schweigen nicht so lange auszuhalten wie ich. »

275 Voir aussi Helmut Rössler, op. cit., p. 29 sq.

276 F 351-353/29 : « Und weil irgendwo das Wort fällt : “Bis zum Lorbeer versteig ich mich nicht…”, so wird der Satz als das Lebensmotto Nestroys von sämtlichen Tröpfen, die sich dadurch in ihrer Sterblichkeit beruhigt fühlen, zitiert. » Kraus revient sur le caractère problématique d’appliquer cette phrase à Nestroy dans « Nestroy et le Burgtheater » en 1925 (F 676-678/8, janvier 1925) lorsqu’il replace « la citation rebattue du Zwetschkenkrampus et de Canova » (das zum Überdruß zitierte Wort vom Zwetschkenkrampus und vom Canova) dans le contexte de la pièce. Ces termes de Leicht dans Ni laurier ni bâton de mendiant (Weder Lorbeerbaum noch Bettelstab : I, 12 ; voir HKA Stücke 8/II, éd. par Friedrich Walla, p. 38 sq.) sont effectivement encore à l’heure actuelle trop souvent pris pour une confession de Nestroy lui-même. Or il convient de considérer les personnages de Nestroy comme des personnages de théâtre et non comme les porteurs de déclarations biographiques de l’auteur sur son propre compte.

277 Ibid. : « die Schönbärte der Wiener Literaturgeschichte ».

278 Ibid./ 29 sq. : « In seiner Nestroy-Biographie steht der schöne Satz : “Unsere Darstellung wird hinlänglich Gelegenheit haben, zu zeigen, daß Nestroy sittlicher Ernst und edles künstlerisches Streben keineswegs mangelten”, und von diesem Zeugnis geht Herr Necker Gottseidank nicht ab. Nestroy war immer brav, er hat sich auch in der Reaktionszeit “durchaus nicht [...] gegen die Demokratie und gegen den Liberalismus gekehrt”. »

279 Kraus se réfère ici de nouveau à la pièce de Nestroy Le Protégé, déjà citée dans « Nestroy et la postérité », pour montrer le scepticisme de Nestroy vis-à-vis du progrès. Ce faisant, il tombe strictement dans le même travers que celui qu’il condamne chez Necker, celui de faire du point de vue d’un personnage dans une situation dramatique précise celui de l’auteur.

280 Cette citation est tirée du lied de Wendelin (II, 17 : 2e strophe) dans Peur bleue.

281 Ces termes proviennent du couplet de Heugeign dans La lady et le tailleur (II, 17 : 3e strophe) où le personnage tourne en dérision le postulat démocratique de l’égalité. Voir HKA Stücke 26/II (éd. par John R. P. McKenzie): « Mit Zehn Fürsten und Grafen red’t man leichter ganz g’wiß, Als mit ein Flecksieder, der Millionär worden is. » p. 66.

282 Cette citation est tirée du couplet de Edelschein dans Die lieben Anverwandten (IV, 4 : 5e strophe). Voir HKA Stücke 25/II (éd. par Friedrich Walla): « Bey die Wahlen durch Stimmen is der Fehler auch das, Es giebt Mancher sein’Stimm, und er weiß nicht für was. » p. 75.

283 Il s’agit là encore d’une référence au lied de Wendelin (II, 17 : 3e strophe) dans Peur bleue.

284 F 351-353/30 :
« [...] Dieser Freund des Fortschritts hat die Zeilen geschrieben :
“[...]
Ich schau’ mir den Fortschritt ruhig an
Und fi nd’, ’is net gar so viel dran !”
Dieser nüchterne Realist hat die Zeilen geschrieben :
“Weil’s an eignem Geist ihnen oft fehlt,
Sag’n s’glei, ’sgibt gar kein’ Geist in der Welt.”
Dieser Feind des Adels hat die Zeilen geschrieben :
“Mit zehn Fürsten und Grafen red’t man leichter ganz g’wiß,
Als mit ei’m Flecksieder, der Millionär worden is’.”
Dieser richtige Achtundvierziger hat die Zeilen geschrieben :
“Bei den Wahlen durch Stimmen is der Fehler auch das,
Es gibt mancher seine Stimm’, und er weiß nicht für was.”
Dieser Freund der Presse hat die Zeilen geschrieben :
“D ’Leut’ zahl’n lieber für d’ Abendblätter ihr Bares,
Das schon zeigt, sie hab’n kein’ Sinn für was Wahres.” 
»

285 Ibid./32-35.

286 Ibid./33 : « [e] ine Satire auf die Demokratie, auf den Fortschritt, [...] überhaupt auf alles, was zu den schwachgeistigen Gütern der Zivilisation gehört. »

287 Ibid. : « im Tonfall der Diplomaten ».

288 Voir HKA Stücke 38 (éd. par Peter Branscombe), scène 1 : p. 45 sq. ; scène 3 : p. 50 et 53 sq. ; scène 7 : p. 61 sqq.

289 Ibid. :
ABENDWIND.
« Ich muß auch tagtäglich erwarten, daß meine Paar Inseln entdeckt werden, nachher kommen s’mir auch übern Hals mit ihrer Cultur. »
BIBERHAHN. « Mit ihrem Fortschritt, wie sie das Zeugs heißen. [...]
[...] ich batze ihn aus[,] den Fortschritt, Cultur, Fortschritt[,] Civilisation, Alles batz’ich aus. [...]
Wenn einem kein Mensch versteht, das ist nazinal. » p. 62.

290 Voir F 351-353/44.

291 Ibid./52 : « Ich habe die Presse nie als Ursache, sondern immer nur als Wirkung verklagt. In der Tat, die Welt ist nicht schlecht, weil es eine Presse gibt, sondern es gibt eine Presse, weil die Welt schlecht ist. Ich weiß schon, daß die Nässe nicht am Regen schuld ist ; aber sie informiert mich darüber, daß es regnet. Ihr allein verdank’ich diese Wissenschaft. »

292 Ibid./31 : « Wo Nestroy nur hinriecht, dort stinkt es schon. »

293 Ibid. : « Der verstorbene Hebbel bezeichnete mir einmal im Gespräche die eigentümliche Gemeinheit des Wiener Komikers Nestroy damit, daß eine Rose, wenn dieser daran gerochen haben würde, jedenfalls stinken müßte. »

294 Ibid. : « Hebbel hat auch sonst Äußerungen über Nestroy und andere getan, die sich nicht sehr hoch über das Niveau des Herrn Necker erheben, wiewohl gewiß Necker wieder nicht die “Judith” geschrieben hat, ich mache aber kein Hehl daraus, daß ich die Judith-Parodie für ein bedeutenderes Werk halte als das Original, während es mir anderseits ausgemacht scheint, daß man nach weiteren fünfzig Jahren manchen Witz, der der eigentümlichen Gemeinheit des Wiener Komikers entstammte, sogar erhabener finden wird, als die Verse Richard Wagners. »

295 Voir Sigurd Paul Scheichl, 1992, « Karl Kraus über Franz Grillparzer », in August Obermayer (éd.), « Was nützt der Glaube ohne Werke... ». Studien zu Franz Grillparzer anläßlich seines 200. Geburtstags, Otago, University of Otago, p. 224-228.

296 Voir chapitre III.

297 Voir F 351-353/40 sq.

298 Ibid./41 : « Die Wiener Volksbühne hat kein Drama, das sich dieser Posse vergleichen könnte. »

299 Ibid./48 : « [...] Es können und sollen hier nicht Gesangsleistungen geboten werden. Es ist Sprechgesang, der auch in seiner Vollendung nichts mit Musik zu schaffen hätte. »

300 Ibid./37 : « Um Nestroy miserabel zu spielen, dazu sind die Vorstadtbühnen da. [...] Jede Neuinszenierung, die uns verweigert wird, ist ein Gewinn für das deutsche Repertoire. »

301 Les Maccabées (Die Makkabäer, 1852) est une tragédie historique d’Otto Ludwig.

302 F 351-353/37 sq.: « Denn als dieser [Nestroy] hundert Jahre alt wurde, brachte Schlenthers Burgtheater den Lumpazivagabundus in einer so trostlosen Vorstellung heraus, daß kein Mensch zu behaupten wagte, das Werk sei von Nestroy. Zum fünfzigsten Todestag aber hat Bergers Burgtheater die “Makkabäer” gespielt, und jeder Literaturkenner schwor, es sei eine von Glossy aufgefundene Nestroysche Parodie. »

303 Ibid./37 : « Vielleicht, daß die Hoftheaterbehörde Nestroy im Burgtheaterrepertoire nicht wünscht ? »

304 Voir ibid./39.

305 F 595-600/71, juillet 1922 (« Zur Nestroy-Feier »): « Der Mai 1922 scheint mir in der Literaturgeschichte nicht so sehr durch den 60. Geburtstag Arthur Schnitzlers als durch den 60. Todestag Johann Nestroys denkwürdig [...]. » (Notre traduction)

306 F 351-353/43: «Überhaupt möchte ich den Preßleuten zu bedenken geben, daß ich über eine Ressource verfüge, die, viel mächtiger als mein geschriebenes Wort, mir jeden Wunsch zur Tat verwandeln kann: mein gesprochenes. Sie sollen sich in der nächsten Saison einmal von der Wirkung überzeugen. Sie werden sehen, daß bei mir das Wort des Nestroy’schen Holofernes: “wer der stärkere ist, ich oder ich” keine Übertreibung ist.»

Table des illustrations

Légende Nestroy dans le rôle de Tratschmiedl (Österreichisches Theatermuseum, PV 58)(photographie de Hermann Klee, Vienne)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/8042/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Karl Kraus au cours d’une lecture publique, 1921(photographie de Joël-Heinzelmann, Berlin – Charlottenburg)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/8042/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540