Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une autre vision de l'histoire littéraire et théâtrale

 | 
Marc Lacheny

I. Des Écrits précoces au Flambeau : 1893-19011

Résumé

On rencontre les toutes premières références à Nestroy dans les diverses revues pour lesquelles Kraus écrivait à un moment où sa carrière de satiriste et son futur statut de « juge suprême de la vie intellectuelle » (Michael Pollak) n'en étaient qu'à leurs balbutiements. Ces premières allusions à Nestroy sont la marque d'un intérêt précoce pour son œuvre et pour le sort que lui réservent ses principaux interprètes, au sein de la presse et du théâtre notamment.

Texte intégral

Premières références à Nestroy

  • 1 Kraus se réfère à un grand nombre de personnalités, dont on trouvera une présentation synthétique e (...)
  • 2 Michael Pollak : 1989, p. 129. Les textes de Kraus datant de cette époque sont en effet surtout des (...)

1Au niveau formel, les premières assertions de Kraus sur Nestroy se caractérisent par leur côté épars et fragmentaire, voire chaotique, correspondant bien au style général du jeune Kraus, que Pollak qualifie de « littérateur-journaliste »2 : des bribes de remarques, d'une à deux pages, sur Nestroy laissent déjà affleurer, même de manière succincte, une vive admiration de Kraus pour l'œuvre du dramaturge.

2Néanmoins, une unité se dessine déjà assez nettement dans les premières déclarations de Kraus sur Nestroy au niveau thématique : le début de la réception apparaît comme une métaréception de l'œuvre de Nestroy, c'est-à-dire comme un discours la plupart du temps polémique et critique sur la réception de Nestroy. Kraus se lance dès ces années dans une philippique contre des adversaires bien précis et d'ores et déjà clairement identifiés : le monde du théâtre et la presse. Il s'agit pour le moment davantage d'une réception critique de la réception de Nestroy que d'une réception réellement approfondie de l'œuvre même du dramaturge. Le besoin ressenti par Kraus de se distinguer de l'interprétation dominante de Nestroy s'exprime dès ces premières années d'une manière très aiguë et largement polémique.

Nestroy et son art dramatique

  • 3 FS I : « diese ganz eigenartige, messerscharfe, dürre, köstlich-gespreizte, spitze Komik » [des] «  (...)

3La première mention de Nestroy chez Kraus survient le premier juillet 1893, dans le Magazine de littérature (Magazin für Litteratur) de Berlin. Kraus y loue, d'une manière encore très générale, le « comique tout à fait particulier, incisif, sec, délicieusement affecté et mordant » du « génial satiriste »3 Nestroy. Il met donc dès le début l'accent de façon laudative sur les qualités du comique de Nestroy, présenté d'abord en satiriste, ce qui préfigure les déclarations futures de Kraus sur Nestroy (notamment dans « Nestroy et la postérité » en 1912).

  • 4 Ibid. : « “Der Talisman” […] gehört nicht zum Besten des ausgezeichneten Komöden. »
  • 5 Ibid. : « technischen Naivetäten ».
  • 6 Voir en particulier Ansgar Hillach : 1967.

4Mais les premières observations sur Nestroy frappent aussi par leur degré de divergence par rapport à la suite de la réception. Cela vaut en particulier pour les jugements que Kraus formule sur différentes pièces de Nestroy, par exemple sur Le Talisman (Der Talisman, 1840). Cette pièce se voit qualifiée de farce qui « ne fait pas partie des meilleures productions de l'excellent auteur comique »4 et possède des « naïvetés techniques »5. Kraus rejette ici l'œuvre essentiellement en raison de sa structure. Il n'est absolument pas question de la qualité linguistique de la pièce, qui justifiera précisément l'intérêt futur de Kraus pour Le Talisman. Ce dernier semble pour le moment obnubilé par ce qu'il considère comme des faiblesses structurelles, « techniques » de l'œuvre. Kraus semble encore considérer Nestroy davantage comme un représentant du champ théâtral que comme un représentant du champ littéraire. Son insistance sur les faiblesses dramaturgiques du Talisman en est la preuve. Contrairement à ce qu'affirme une bonne partie de la recherche6, Kraus n'ignore pas, et ce dès le tout début de la réception, la dimension profondément théâtrale des pièces de Nestroy. C'est même au nom de cette théâtralité qu'il rejette dans un premier temps une œuvre comme Le Talisman. On ne saurait donc parler, dans le cas précis du Talisman, d'une constante dans la réception mais plutôt d'un jugement provisoire, que Kraus corrigera plus tard, en particulier dans « Nestroy et la postérité » et au sein de son « théâtre de la poésie » (Theater der Dichtung), par le jeu d'un déplacement de Nestroy du champ théâtral vers le champ littéraire.

  • 7 FS I : « [...] des Nestroyschen Meisterwerkes “Einen Jux will er sich machen” ». p. 246.

5S’il se montre à cette époque critique envers Le Talisman, Kraus qualifie en revanche la pièce Une pinte de bon sang aux dépens d'autrui (Einen Jux will er sich machen, 1842) de « chef-d’œuvre de Nestroy »7. Or cette dernière œuvre passera plus tard au second plan, notamment au sein des lectures publiques du satiriste.

  • 8 Voir ibid., p. 140.

6La mention de « l'excellente » (prächtig) pièce Histoires d'amour et affaires de mariage (Liebesgeschichten und Heiratssachen, 1843) – en compagnie du Lumpacivagabundus (1833)8 – comme autre modèle opposé alors au Talisman procède, enfin, sans nul doute de la volonté de réhabiliter des pièces jusque-là méconnues ou dépréciées de Nestroy. De même qu'il avait rejeté Le Talisman au nom de ses insuffisances dramaturgiques, Kraus loue a contrario la pièce Histoires d'amour et affaires de mariage pour ses qualités théâtrales.

Karl Kraus, 1908
(photographie de Benda d'Ora ; Bildarchiv der Österreichischen Nationalbibliothek)

  • 9 Sur ce point, voir aussi Helmut Rössler, op. cit., p. 12.

7Le satiriste semble pour le moment accorder davantage de crédit à la maîtrise dramatique des pièces de Nestroy qu'à leurs qualités proprement linguistiques9. En ce qui concerne l'art linguistique de Nestroy, Kraus en reste encore à des jugements péremptoires sur le dramaturge, peu explicités ou justifiés.

Mise en question du champ théâtral

8Ces premières prises de position sur Nestroy fonctionnent aussi et surtout en lien direct avec des déclarations portant sur ce que Kraus considère comme des erreurs d'interprétation au sujet de Nestroy, émanant d'abord du champ théâtral.

Nestroy, Offenbach et le déclin du champ théâtral

  • 10 Voir Schriften XIV (Theater der Dichtung. Nestroy / Zeitstrophen) : « Wie mit Offenbach war Kraus a (...)
  • 11 FS I : « Wie wäre es, wenn sich unsere Vorstadttheater durch sorgsame Inscenierung eines Nestroy-un (...)

9Kraus connaissait très bien Offenbach et Nestroy depuis sa jeunesse10. Ce rapprochement entre Nestroy et Offenbach, que Kraus effectue lui-même très tôt (dès ses écrits de jeunesse et peu après avoir mentionné pour la première fois le nom de Nestroy), est particulièrement significatif car c'est au nom des deux que le satiriste rejette le monde du théâtre viennois au tournant du XXe siècle : « Que dirait-on si nos théâtres des faubourgs se décidaient à avouer leur décadence en mettant minutieusement en scène un cycle en l'honneur de Nestroy et d'Offenbach ? »11

  • 12 Cette critique fondamentale que Kraus adresse au théâtre populaire viennois de la seconde moitié du(...)

10Kraus combine ici une mise en question fondamentale de l'évolution du théâtre populaire viennois12 et une mise en avant consciente de Nestroy et d'Offenbach, qu'il place sur le même plan, au même niveau artistique. Les scènes des faubourgs sont prises comme exemple représentatif de ce que Kraus, alors à la fois critique de théâtre, chroniqueur et auteur de comptes rendus dans divers journaux, considère comme une décadence inexorable du champ théâtral, en particulier dans la seconde moitié du XIXe siècle. Nestroy et Offenbach apparaissent, dans ce contexte, comme les principaux représentants aux yeux du satiriste du champ artistique, représentants qu'il utilise pour fustiger le déclin du champ théâtral de son temps. Ériger Nestroy et Offenbach, jusqu'ici largement rejetés au nom d'une plus « haute » idée du champ esthétique, en parangons du champ artistique constitue à la fois une évidente provocation dirigée contre l'histoire littéraire de l'époque et l'ébauche d'un changement d'horizon esthétique de toute première importance. Avec Nestroy et Offenbach, qu'il cite conjointement, Kraus pose les jalons d'un nouveau paradigme esthétique fondamental.

11Par ailleurs, cette mise en parallèle que Kraus effectue pour la première fois entre Nestroy et Offenbach annonce un trait qui deviendra récurrent dans la réception future des deux auteurs : dans la vision du satiriste, le dramaturge et le compositeur ne doivent pas être pensés en termes de dichotomie mais comme les deux versants hautement complémentaires d'une même réalité satirique. Kraus apparaît, dès cette époque, sensible au problème de la réalisation scénique de Nestroy, comme il ressort aussi bien de la critique systématique qu'il effectue du champ théâtral de son temps que de la mise en valeur conjointe de Nestroy et d'Offenbach.

  • 13 F 1/15 (avril 1899): « Journalistische Schmarotzer […], Operettenwucherer und Coulissiers […] tumme (...)
  • 14 Voir Marion Linhardt, 2005, « Tanz und Topographie. Das Verhältnis von “Volkstheater” und “Operette (...)
  • 15 Voir Pierre Bourdieu, op. cit., p. 357.

12Dans le premier numéro du Flambeau, Kraus se sert exactement de la même stratégie : « Les parasites de la presse […], les usuriers de l'opérette et les coulissiers […] s'ébattent sur la scène qui a jadis appartenu à Nestroy et à Offenbach, qui avait magnifiquement adopté Vienne. »13 Dorénavant, Offenbach apparaît même comme un bien culturel viennois. Nestroy contribua d'ailleurs grandement à l'intégration d'Offenbach en Autriche, en particulier à partir du moment où il prit la tête du Carl-Theater (en 1854). Kraus dénonce en outre ici à demi-mots l'opérette viennoise sirupeuse, qu'il oppose à travers Offenbach à l'opérette parisienne, fondamentalement critique et satirique – naturellement plus proche de l'esprit de Kraus. Il se prononce aussi indirectement contre la menace de remplacement historique de Nestroy et de Ferdinand Raimund par l'opérette viennoise qui devient, à l'époque de Kraus, un genre très populaire14. L'opérette viennoise constitue pour le satiriste une expression de ce que Bourdieu nomme « l'art commercial », c'est-à-dire l'art destiné à vendre et à produire de l'argent (Kraus parle des « usuriers de l'opérette »), contrairement à l'art considéré en soi, comme sa propre fin (l'art pur)15.

13Kraus associe donc une mise en question du champ théâtral (sous la forme ici des scènes des faubourgs viennois) et du champ journalistique de son temps à un éloge contrapuntique de Nestroy et d'Offenbach, mis sur un pied d'égalité : il oppose le champ artistique représenté par Nestroy et Offenbach au champ théâtral et au champ journalistique, conçus comme les deux manifestations les plus patentes d'une même hostilité à l'art.

  • 16 Le Carl-Theater de Vienne fut baptisé ainsi, à partir de 1847, en hommage à son directeur, Karl Car (...)
  • 17 Voir FS I, p. 140. Le Deutsches Volkstheater était le plus grand théâtre privé de Vienne et sa reno (...)
  • 18 F 26/21 (décembre 1899) : « Erbschleicher[s] Nestroys » (notre traduction).
  • 19 Évoqué peu à son avantage dans FS I, p. 255.

14La mise en cause fondamentale par Kraus du théâtre populaire passe également par une critique concrète du répertoire des théâtres viennois. Le satiriste dénonce en particulier les choix opérés par deux théâtres particulièrement importants au niveau symbolique, le Carl-Theater (c'est-à-dire le théâtre supposé être le plus digne de Nestroy)16 et le Deutsches Volkstheater (fondé en 1889)17, qui privilégient les comédies d'un O. F. Berg ou d'un Carl Karlweis, que Kraus qualifie de « captateur d'héritage »18 de Nestroy, ou encore la Goldtante de Karl Costa19, plutôt que les pièces de Nestroy. Il faut tout de même préciser à l'encontre de Kraus que, pour le centenaire de la naissance de Nestroy (1801-1901), le Carl-Theater a mis en scène, au cours d'une « semaine Nestroy », 31 pièces de l'auteur.

  • 20 Ibid. : « Es ist eine traurige Geschichte, daß das “Deutsche Volkstheater” die Dichter, deren Pfleg (...)

15Le satiriste tente surtout de mettre en évidence ce qu'il considère comme une béance de l'« écart esthétique » (Jauss) séparant les théâtres qu'il condamne de l'idée qu'il se fait d'une véritable esthétique, incarnée par Nestroy et Offenbach. C'est dans ce fossé entre la médiocrité du répertoire des théâtres viennois et la qualité artistique des pièces de Nestroy que Kraus tente de montrer l'état de délabrement du champ théâtral de son temps : « Il est triste de voir que le “Deutsches Volkstheater” néglige autant les auteurs dont il doit prendre soin : Anzengruber, Raimund, Nestroy. »20 Contrairement à la suite de la réception, Kraus semble confiner encore Nestroy dans la sphère autrichienne puisqu'il le rapproche d'Anzengruber et de Raimund, une hypothèse confirmée par le fait que le satiriste évoque peu après, en avril 1901 (dans F 75/22), le « dialecte » de Nestroy, alors qu'il tentera précisément de le dégager ensuite, d'abord dans « Nestroy et la postérité » puis dans « Nestroy et le Burgtheater », d'un statut d'auteur local.

  • 21 Ibid. : « Fleiß müßte die fehlenden Talente ersetzen. Der Mangel an neuen komischen Individualitäte (...)
  • 22 F 64/32 (janvier 1901): « wenn Budapester Komiker und Debrecziner Soubretten auf der einst von Nest (...)

16Kraus attaque également de front les acteurs choisis par ces théâtres. Il s'en prend tout d'abord à leur manque général de talent : « L'application devrait remplacer les talents qui font défaut. Le manque de nouvelles individualités comiques est organiquement lié au déclin de la littérature comique. »21 Puis il dénonce, dans une glose intitulée « Theaterbesucher », leur superficialité « lorsque des comiques de Budapest et des soubrettes de Debrecen font leurs frasques sur les lieux que Nestroy animait jadis de son esprit. »22

17En ce qui concerne le cas particulier du Carl-Theater, Kraus attaque nommément Karl Blasel dans le rôle de Melchior (Une pinte de bon sang aux dépens d'autrui), dont il déplore l'incompétence musicale :

  • 23 FS I : « Herr Blasel giebt den Melchior, und man möchte, wenn schon nicht seiner Kunst, so doch sei (...)

Monsieur Blasel joue Melchior, et l'on aimerait, si ce n'est à cause de son art, du moins à cause de son expérience de vieux routier, le croire capable de compréhension et de piété à l'égard de Nestroy – mais il déçoit les maigres espoirs que l'on avait placés dans sa performance lorsqu'il laisse échapper soudain un couplet nouvelle mode dépourvu d'humour dont le manque de goût musical ne l'empêche même pas de l'introduire dans une œuvre d'Offenbach23.

  • 24 Ibid. : « Das Ensemble zeigt die gänzliche Verwahrlosung des modernen Vorstadttheaters. [...] Hand (...)

18Le bilan général que dresse le satiriste est édifiant : « L'ensemble donne à voir la déchéance complète du théâtre de faubourg moderne. […] L'habitude de ne plus respecter les anciennes formes va de pair avec l'incapacité à produire quoi que ce soit. »24

  • 25 Ibid. : « [es wäre] die Vorführung der besten und relativ frischesten Werke Nestroys angezeigt, des (...)

19La constatation de l'état déplorable du champ théâtral de son époque pousse Kraus à réclamer dès 1894 une représentation enfin valable à ses yeux des pièces de Nestroy au Volkstheater : « [il serait] opportun de proposer une mise en scène des œuvres les plus remarquables et apparaissant comme les plus fraîches de Nestroy, ce merveilleux auteur comique […]. »25 Même s'il ne précise pas ici les pièces qu'il avait alors en vue, Kraus pensait vraisemblablement – d'après ses déclarations antérieures sur Nestroy – avant tout à Une pinte de bon sang aux dépens d'autrui, à Histoires d'amour et affaires de mariage et à Lumpacivagabundus.

Le Burgtheater comme emblème de ce déclin

  • 26 Ibid. : « Mir fehlt heute der Raum, seit langem schon die Lust, über das Burgtheater zu sprechen. J (...)
  • 27 FS II : « unfruchtbares, aber bequemes und verführerisches Starsystem »; « ein absterbendes Ensembl (...)
  • 28 Ibid. : « Schranze », p. 186.

20Kraus formule également très tôt une critique acerbe du Burgtheater : « C'est aujourd'hui l'espace mais depuis longtemps l'envie qui me font défaut pour parler du Burgtheater. Tout blâme y est devenu un lieu commun. »26 Il n'a pas de mots assez durs pour qualifier cette scène qui a mis en place, selon lui, un « système de stars stérile, mais commode et séduisant » parce que son directeur était incapable, nous dit-il, de « compléter un ensemble à l'agonie. »27 Il observe également, dans de nombreuses « Lettres viennoises » (Wiener Briefe) écrites pour la Breslauer Zeitung et comme chroniqueur de l'hebdomadaire de tendance libérale-démocrate Die Wage, le déclin du Burgtheater sous la direction de Max Burckhard, auquel succéda le « courtisan »28 Paul Schlenther. On ne peut saisir la véhémence des propos de Kraus sur ce « nouveau » Burgtheater si l'on ignore le culte qu'il vouait par contraste à l'« ancien » Burgtheater dont en particulier l'acteur Adolf von Sonnenthal représentait, à ses yeux, le modèle.

  • 29 F 75/22 (avril 1901): « Es ward seltsamer Weise darüber gestritten, ob Nestroy burgtheaterfähig, ni (...)

21Quoi qu'il en soit, le Burgtheater ouvre, en 1901, pour la première fois ses portes à Nestroy en proposant une mise en scène de Lumpacivagabundus. Les remarques de Kraus dans le numéro 75 du Flambeau doivent être lues comme une réponse et comme une réaction polémiques d'une part à cet événement historique important pour la réception théâtrale du dramaturge et d'autre part aux critiques plus générales concernant la légitimité de proposer Nestroy sur les planches du Burgtheater. Le satiriste ne fait pas mystère de ses réserves vis-à-vis de la mise en scène de Nestroy au Burgtheater et ne tarde pas à mettre même fondamentalement en doute la capacité artistique réelle de ce théâtre à jouer Nestroy. Lorsque des critiques de l'époque estiment avec dédain que l'œuvre du dramaturge n'est pas digne d'être proposée au Burgtheater (burgtheaterunfähig), Kraus retourne ironiquement l'accusation en posant la contre-question de savoir si le Burgtheater est, inversement, à la hauteur de Nestroy : « On a étonnamment discuté de la question de savoir si Nestroy était digne d'être joué au Burgtheater et non de la question de savoir si le Burgtheater était digne de jouer Nestroy. Or cette question est, me semble-t-il, la plus importante. »29

  • 30 F 29/13 (janvier 1900) : « neurasthenischen Geschnatter des Herrn Kainz » (notre traduction). Conce (...)

22Kraus poursuit cette fustigation du champ théâtral en critiquant plusieurs acteurs renommés du Burgtheater. Il déplore notamment le « caquetage neurasthénique de monsieur Kainz »30. Josef Kainz est d'ailleurs toujours la cible privilégiée des attaques de Kraus après s'être vu confier le rôle de Zwirn dans la mise en scène de Lumpacivagabundus au Burgtheater en 1901.

  • 31 F 88/21 (décembre 1901): « Herr Wittmann ist von jener unproductivsten Art, die nur lang und breit (...)

23Le satiriste se penche plus précisément sur la performance de Kainz dans le rôle de Zwirn dans « Nestroy au Burgtheater » (F 88/21 sq., décembre 1901 : « Nestroy im Burgtheater »). Ce court texte, qui constitue la deuxième grande levée de bâton de Kraus contre le Burgtheater, part d'un regret : Ludwig Speidel, régulièrement évoqué à son avantage dans le Flambeau, n'écrira plus pour la Neue Freie Presse. En revanche, son successeur à ce poste, Hugo Wittmann, n'est pas épargné : « Monsieur Wittmann est de cette espèce particulièrement improductive qui ne sait écrire qu'en long et en large. N'était intéressant dans sa rubrique sur la mise en scène du Lumpazi au Burgtheater que le curieux éloge de monsieur Kainz dans le rôle de Zwirn. »31 Kraus part ici d'une nouvelle critique du champ journalistique, représenté par la Neue Freie Presse, pour introduire sa critique du champ théâtral, incarné par Kainz au Burgtheater. Critique de la presse et critique du théâtre convergent et fusionnent pour produire une plus grande intensité satirique, même si Kraus s'applique ici surtout à montrer les limites de Kainz dans le rôle de Zwirn :

  • 32 Ibid. : « Der Mann […] steht allem, was außerhalb rein sprachtechnischer Möglichkeiten liegt, rathl (...)

Cet homme […] se trouve désemparé face à tout ce qui se situe en dehors des possibilités relevant purement de la technique linguistique. […] Tragique cérébral et comique cérébral : voilà ce que monsieur Kainz ne peut dépasser, lui qui n'est pas fait pour être ce qui « apparaît comme le plus naturel » à monsieur Wittmann32.

  • 33 Ibid. : « Zungenequilibrist » (notre traduction).

24Kraus se sert par ailleurs d'une technique dont il est coutumier, celle de l'opposition entre un modèle, une « autorité », et un contre-modèle négatif : d'un côté Alexander Girardi, de l'autre Josef Kainz, l '» équilibriste de la langue »33.

25Les diatribes de Kraus peuvent aussi avoir des raisons souterraines qui n'ont plus grand-chose à voir avec Nestroy, même si celui-ci est convoqué à l'appui de l'argumentation. Ainsi le mépris affiché par Kraus envers Kainz vient-il, certes, de ce que son jeu, trop moderne pour l'époque, ne correspond pas au jeu de Nestroy, mais il vient très vraisemblablement surtout du fait que Kainz a fait partie de la troupe des Meininger et s'est produit au Deutsches Theater de Berlin, dont Kraus abhorrait le style.

26Si les jugements du satiriste sur Le Talisman tranchent sensiblement avec la suite de la réception, ceux portés sur le Burgtheater préfigurent en revanche les jugements futurs et une véritable constante de la réception : le « nouveau » Burgtheater, pris comme emblème du déclin des scènes contemporaines, deviendra une cible privilégiée de la critique du théâtre chez Kraus. Par leur vigueur polémique, les jugements précoces de Kraus posent la question du rapport (posthume) conflictuel de Nestroy au Burgtheater. Le satiriste pose dès 1901 la question qui allait, vingt-quatre ans plus tard, figurer au cœur de l'essai « Nestroy et le Burgtheater », celle de la « capacité à jouer Nestroy » (Nestroyfähigkeit) du Burgtheater.

27Au cours de cette première phase de la réception de Nestroy, Kraus fournit ainsi l'ébauche d'une mise en cause fondamentale du champ théâtral de son temps. Il semble pour le moment viser surtout à montrer l'incapacité exemplaire de cette forme de théâtre contemporaine à constituer une digne postérité de Nestroy et à redonner une légitimité au dramaturge dans le champ théâtral, par le jeu d'une critique systématique de ses principaux représentants.

Mise en question du champ journalistique

28Par ailleurs, Kraus attaque à deux reprises la Neue Freie Presse à quelques mois d'intervalle. Une première fois (en février 1900), il relève dans ce journal une citation inexacte extraite de la 23e scène de la pièce de Nestroy Judith et Holopherne :

  • 34 F 31/28 sq. : « Holofernes sagt natürlich nicht : “Räumt mir die Schlamperei weg.” Er sagt dies auc (...)

Holopherne ne dit bien sûr pas : « Rangez-moi ce foutoir. » Il ne dit pas cela non plus « en se référant aux morts du champ de bataille ». Au contraire, Holopherne a tué avec son épée ses trois lieutenants dans son campement et donne l'ordre suivant, parce qu'il veut recevoir Judith : « Enlevez-moi ces morts. Je ne peux pas supporter ce foutoir ! » ou, comme on peut le lire dans une mauvaise édition en haut allemand : « Mais fais d'abord ranger soigneusement la tente – il y a des morts partout – mais surtout, pas de foutoir ! »34.

29La réplique de Kraus ne se fait pas attendre :

  • 35 Ibid./29 : « Die “Neue Freie Presse” muss ja nicht Nestroy citieren. Thut sie es, dann vermeide sie (...)

Mais la « Neue Freie Presse » n'est pas obligée de citer Nestroy. Si elle le fait, qu'elle évite si possible de faire dériver les âneries lapidaires dont elle est coutumière de ses mots à lui et de le faire passer perfidement, lui qui est mort peu avant la fondation du journal, pour son collaborateur35.

30Le satiriste s'inscrit en faux contre la tentative de récupération politique de Nestroy par la presse libérale, incarnée ici par la Neue Freie Presse, une récupération susceptible de provoquer une confusion entre champ littéraire et champ politique. Un phénomène important de la réception future se trouve là encore esquissé : Kraus prend la plume dès que la presse – en particulier libérale – tente de gagner Nestroy à sa cause.

  • 36 Der Alpenkönig und der Menschenfeind (I, 14): « Ich war zwei Jahr in Paris, aber das hab ich noch n (...)

31Peu après, en avril 1901 (dans F 73/27), il corrige le même type d'erreur, une citation prêtée à tort par un autre journaliste de la Neue Freie Presse à Nestroy : Habakuk, le fameux personnage de Raimund caractérisé par sa formule récurrente « J'ai été deux ans à Paris, mais je n'ai encore jamais vécu une chose pareille ! »36 (Le Roi des Alpes et le Misanthrope), est en effet présenté comme un personnage de Nestroy. Kraus profite de cette occasion pour relever non seulement l'ignorance littéraire du journaliste concerné mais aussi celle de l'ensemble du journal, tant au sujet de Raimund que de Nestroy, et pour faire de ce dernier un instrument de polémique particulièrement efficace dans sa propre lutte contre le journalisme en général et contre la Neue Freie Presse en particulier.

  • 37 En Autriche, le titre honorifique de « Hofrat » est conféré à un fonctionnaire méritant.
  • 38 F 75/22 : « die die Einführung Nestroy's in das Hoftheater eine Abgeschmacktheit nennen. » (Notre t (...)
  • 39 Ibid. : « der Wiener Aristophanes, nämlich Herr Karlweis. » (Notre traduction)
  • 40 Kraus a d'ailleurs fait une adaptation des Oiseaux d'Aristophane, Wolkenkuckucksheim, ce qui prouve (...)

32Enfin, Kraus s'élève, dans les pages qu'il consacre aux rapports de Nestroy au Burgtheater (F 75/22 sq.), contre deux « conseillers auliques » (Hofräthe) d'Autriche37 qui « nomment l'introduction de Nestroy au Hoftheater une faute de goût. »38 Il répond tout d'abord au nouvelliste, feuilletoniste et critique Friedrich Uhl qui avait comparé, dans l'Abendpost, Nestroy à « l'Aristophane viennois, monsieur Karlweis. »39 Au-delà du rejet de la comparaison esthétique établie ici entre Nestroy et Karlweis, lequel semble effectivement rentrer dans la catégorie du déclin du théâtre populaire autrichien, Kraus soulève une question qui relève de l'évaluation littéraire de Nestroy. En récusant la comparaison entre Karlweis et Aristophane, il s'inscrit en faux non pas contre l'analogie Nestroy-Aristophane40 – ayant du reste encore fréquemment cours – mais contre une utilisation inappropriée d'Aristophane par l'histoire littéraire.

  • 41 F 75/23 : « Gefiel die Pièce, dann blähte er sich, als ob er die Verfasserin des Stückes wäre ; gef (...)
  • 42 Ibid. : « Das sind so (wie Nestroy sagen würde) die psychologischen Quadrillierungen, die das Unter (...)

33Concernant le second conseiller aulique, le satiriste fait ensuite le récit circonstancié d'une contre-vérité historique sur Nestroy parue dans la Neue Freie Presse, à nouveau prise pour cible : le dramaturge aurait été contraint par ce fameux conseiller à lui écrire la partie – la plus faible – d'une lecture publique. Or Kraus prouve que le conseiller ne faisait rien d'autre que de se faire traduire les pièces par une amie pour mieux les mettre à son propre compte : « Si la pièce avait du succès, alors il se faisait mousser comme s'il en avait été l'auteur ; si elle n'en avait pas – ce qui arrivait souvent –, alors il refusait catégoriquement d'avoir été mêlé à cette affaire. »41 Comme dans Les derniers jours de l'humanité, le conseiller incriminé et assimilé à Staberl, type du petit-bourgeois râleur créé par Adolf Bäuerle en 1813 dans Les bourgeois de Vienne, se caractérise par le mensonge et le contraste existant entre la réalité et les informations fallacieuses qu'il transmet à son journal (en l'occurrence la Neue Freie Presse). Kraus introduit alors une citation presque à l'identique de Nestroy, tirée de la pièce La jeune fille du faubourg (Das Mädl aus der Vorstadt : I, 11), pour réduire encore davantage son adversaire à néant : « Ce sont (comme dirait Nestroy) les quadrillages psychologiques qui constituent la doublure de son caractère… »42. Le satiriste met ici en place une stratégie argumentative bien précise à laquelle il aura fréquemment recours dans sa réception de Nestroy : il se sert de Nestroy pour démasquer puis contrer ses opposants et fait jouer son modèle à la fois comme autorité et comme arme polémique.

34Les principaux adversaires que Kraus prendra plus tard pour cible, non seulement dans le cadre de la réception de Nestroy (ceux que le satiriste considère en somme comme le mauvais héritage du dramaturge) mais aussi au sein de ses propres luttes, sont d'ores et déjà clairement identifiés : le champ théâtral, le champ journalistique et, quoique de manière encore allusive, l'histoire littéraire.

  • 43 Helmut Rössler parle du « caractère de rectification » (op. cit. : « Berichtigungscharakter », p. 1 (...)

35En dépit des quelques déclarations succinctes sur Nestroy, cette première phase de la réception se caractérise par la prééminence de la dimension polémique par rapport à une interprétation plus positive de l'œuvre de Nestroy. S'imposer en s'opposant : voilà bien la stratégie manifestement adoptée par Kraus, qui se présente comme le juste et légitime rectificateur43 de ce qu'il tient pour des interprétations erronées de l'œuvre de Nestroy. L'œuvre du dramaturge ne figure, pour le moment, pas au cœur des préoccupations de Kraus qui s'applique davantage à corriger la façon dont Nestroy est traité par la presse et les théâtres viennois. En mettant en place son statut de sauveur de Nestroy, Kraus donne à voir principalement le versant négatif, oppositionnel, de son potentiel satirique. Il ne faut donc pas chercher dans cette première phase de la réception de construction positive puissamment élaborée sur l'œuvre de Nestroy, mais plutôt un phénomène de métaréception critique.

  • 44 Le phénomène s'inversera définitivement dans « Nestroy et la postérité » en 1912.

36Il semble que Kraus considère Nestroy à ce moment précis davantage comme un dramaturge que comme un satiriste : il accorde alors plus d'importance au côté théâtral qu'au côté purement littéraire des pièces de Nestroy – même s'il n'occulte pas pour autant complètement, dans ses premières assertions sur Nestroy, la dimension comique et satirique de l'œuvre du dramaturge44. Kraus semble à cette époque aussi considérer Nestroy surtout dans une perspective autrichienne, comme en témoigne le parallèle qu'il établit entre Nestroy, Raimund et Anzengruber.

  • 45 Michael Pollak, op. cit., p. 129.
  • 46 Ibid., p. 130.
  • 47 Pour Pollak, les deux actes fondateurs de ce statut sont « La Littérature démolie » (1897), texte p (...)

37En même temps, la prédominance de la polémique dans les premières années de la réception de Nestroy correspond parfaitement au style que Kraus utilise au cours des premières années de son œuvre, un style marqué par ses postes de chroniqueur et de critique de théâtre : Kraus possède encore son statut provisoire de « littérateur-journaliste »45 et tente dès ces années de s'arracher, par une critique systématique, à ce statut paradoxal de journaliste qui l'a fait naître et qu'il exècre en même temps au plus haut point. Ainsi la « critique interne de son milieu »46, termes en lesquels Pollak décrit le véritable point de départ historique du statut de « juge suprême de la vie intellectuelle » de Kraus47, démarre-t-elle très tôt, encore de manière éparse certes, mais déjà bien déterminée, notamment dans les différents passages consacrés à Nestroy.

« L'Homme déchiré. Causa Herzl contra Nestroy »

  • 48 Tout comme le sera « Nestroy et la postérité » en 1912, à l'occasion du cinquantenaire de la mort d (...)

38L'accélération du rythme des déclarations de Kraus sur Nestroy en 1901 n'est pas le fait du hasard. Cette date coïncide avec le centenaire de la naissance du dramaturge (1801-1901) et a donné lieu, par conséquent, à un grand nombre de réactions, dont celle de Theodor Herzl, l'un des pères du sionisme, choisie par Kraus à titre d'exemple représentatif de l'horizon d'attente critique de nombre de ses contemporains à l'égard de Nestroy. Kraus trouve par ailleurs dans les déclarations des « laudateurs séculaires » (Säculärlobredner) et autres « feuilletonistes du jubilé » (Jubiläumslobfeuilletonisten) largement matière à rectification. L'essai « L'Homme déchiré. Causa Herzl contra Nestroy » (F 88/11-18 : « Der Zerrissene. Causa Herzl contra Nestroy ») est donc un texte « de circonstance »48, qui fournit d'une part à Kraus l'occasion de se pencher de nouveau, à partir du jugement de Herzl sur Nestroy, sur la réception critique du dramaturge par ses contemporains et, d'autre part, de faire pour la première fois le point de manière synthétique sur sa propre interprétation de l'œuvre de Nestroy, qui se façonne par un dialogue souvent polémique, voire satirique, avec les critiques du dramaturge. L'essai de 1901 peut être considéré à un double niveau : d'un côté comme un texte programmatique, où se voient déjà esquissées plusieurs thèses que Kraus développera par la suite dans sa réception de Nestroy et, de l'autre, comme un texte qui résume et pousse à leur aboutissement les déclarations jusque-là encore éparses du satiriste sur Nestroy.

Polémique

39« L'Homme déchiré. Causa Herzl contra Nestroy » s'ouvre par une mise en exergue de deux citations de Nestroy tirées de la pièce Les vilains garçons à l'école (Die schlimmen Buben in der Schule, 1847) :

À l'école, ils ont spécialement un banc pour les ânes ; dans le monde, les ânes sont disséminés partout : c'est pourquoi l'indiscrétion consistant à dire « Va à ton banc d'âne ! » ne règne qu'à l'école. Dans le monde, quand je rentre dans une auberge ou dans un café, je ne me risque pas à le dire ; ou quand je vais dans un théâtre, aucun ouvreur ne peut me dire : « Je vous en prie, vous êtes un âne, votre place est sur ce banc ! » Cela ne va pas. (4e scène)

40Et :

  • 49 F 88/11 (décembre 1901) : « In der Schul' haben s'extra eine Eselsbank ; in der Welt sind die Eseln (...)

L'homme est enfin une bête à plume, car bien des hommes montrent, à la façon dont ils tiennent la plume, qu'ils sont des bêtes. (10e scène)49

41Dans le premier cas, Kraus cite Willibald, le principal porteur de la satire dans la pièce de Nestroy, qui présente le monde comme la seule véritable école : « le monde est la véritable école car l'on y apprend tout par soi-même » (die Welt is die wahre Schule, denn da lernt man alles von selbst). La seconde citation est tirée de l'irrésistible scène d'examen où ce même Willibald fournit constamment des réponses situées en décalage avec les attentes de l'examinateur :

  • 50 HKA Stücke 25/I (éd. par Friedrich Walla) :
    WAMPL. « 
    [...] Was ist der Mensch ? »
    WILLIBALD. « 
    Der Me (...)

WAMPL. […] Qu'est-ce que l'homme ?
WILLIBALD. L'homme est l'être qui occupe la place suprême dans la Création
visible et qui, en outre, s'imagine beaucoup plus de choses que ce qui est vraiment50.

42Par de telles réponses, le personnage de Willibald montre le fossé qu'il observe entre l'école, institution sociale inadéquate, et le monde, qui n'échappe pas non plus à la critique.

  • 51 F 88/11: « die Herren [haben] Johann Nestroy missverstanden. » Kraus insiste encore sur le décalage (...)

43Kraus sélectionne ces extraits, qui reposent sur une évidente satire sociale, pour mieux les appliquer à la postérité de Nestroy, à qui le polémiste reproche de ne pas l'avoir compris51. Kraus met aussi en œuvre une stratégie argumentative bien précise, à laquelle il recourra dorénavant souvent, qui consiste à introduire la citation de Nestroy comme autorité absolue et comme réponse à ses détracteurs ou à des interprètes jugés fautifs.

  • 52 Voir ibid./12.

44Kraus applique ainsi la citation de Nestroy concernant les « bancs d'âne » à la situation des théâtres contemporains52. S'il ne cite pas ici d'exemple de théâtre en particulier, c'est sans doute pour mieux attaquer l'ensemble de la production théâtrale de son temps.

  • 53 Ibid.

45En outre, Kraus récuse une nouvelle fois fermement toute tentative de comparaison entre Nestroy et « l'Aristophane viennois » Carl Karlweis53. Il s'était d'ailleurs déjà élevé contre ces rapprochements entre Nestroy, Karlweis et Aristophane en avril 1901 (dans F 75/22). Ce second rejet à quelques mois d'intervalle témoigne du soin apporté par le polémiste à démonter la légitimité de cette comparaison. Kraus ajoute ici le nom de Julius Stettenheim que « l'imperturbable biographe Kohut » (F 88/12 : « der unentwegte Biograph Kohut ») avait qualifié d '» Aristophane berlinois ». Il oppose en l'occurrence Nestroy et Aristophane à des auteurs qu'il juge de piètre envergure et s'attache à saper ainsi la capacité de jugement esthétique de l'histoire littéraire.

46En ce début d'essai, Kraus met également en cause le champ journalistique au sein d'une critique étroitement liée à celle du monde du théâtre et de l'histoire littéraire :

  • 54 Ibid. : « Der bescheidene Mann würde sicherlich, wenn er heute lebte, auch die Feier, die ihm der W (...)

S'il était encore en vie aujourd'hui, cet homme modeste aurait sûrement refusé aussi la fête organisée par le club des journalistes viennois en faveur de son fonds de retraite. Il ne l'aurait même pas méritée car cet acteur du Carl-Theater a réuni en lui des qualités qui ne faisaient pas bon ménage avec la fréquentation du bal de la Concordia54.

47Kraus pose en outre d'emblée la question des rapports conflictuels entre Nestroy et le champ journalistique :

  • 55 Ibid. : « Nestroy hat kaum die Anfänge der modernen Presse erlebt, kaum die ersten Zeichen jener En (...)

Nestroy n'a guère connu les débuts de la presse moderne et n'a guère vu les premiers signes de cette évolution qui a conduit, dès les dix ans qui ont suivi sa mort, à ruiner toute authenticité et à anéantir le théâtre des faubourgs qu'il avait créé. […] Il n'a pas connu la presse moderne et il fut pourtant satiriste ; il ne l'a pas connue, c'est pourquoi celle-ci le célèbre aujourd'hui en toute quiétude comme tel55.

48Le satiriste insiste ici sur un point qu'il avait déjà relevé plus tôt dans la réception, le hiatus entre Nestroy et le champ journalistique, couplé en l'occurrence – comme souvent – avec une critique du champ théâtral, et relève l'incompréhension entre la presse et Nestroy. Le dramaturge avait su, en quelque sorte, anticiper par sa satire les errements de la presse moderne, que Kraus rend responsable de la majeure partie des maux de son temps. Le grief du satiriste à l'égard de la presse est ici d'une double nature : il lui reproche, d'une part, d'avoir détruit sur un plan moral le monde de Nestroy et, d'autre part, d'avoir précipité la chute d'une institution, le théâtre des faubourgs « créé » par Nestroy. L'essai débute en somme par une nouvelle mise en question fondamentale du champ journalistique, que Kraus spécifie ensuite en rectifiant les jugements de Herzl sur Nestroy.

L'attaque de Herzl contre Nestroy

  • 56 Voir ibid./13.
  • 57 Ibid./13 sq. : « den Ruhm des Wiener Classikers [...] zerpflücken. » En 1901, cette dénomination de (...)
  • 58 Ibid./12 : « Nur einer hat sich abseits gehalten und mag den Chorus der Säculärlobredner nicht eins (...)

49Comme dans plusieurs déclarations antérieures sur Nestroy, c'est donc à nouveau un article de presse, paru dans la Neue Freie Presse, qui est à l'origine de la colère de Kraus. Theodor Herzl avait qualifié Nestroy non sans morgue de « bouffon » (Hanswurst), de « petit-bougeois enragé » (wildgewordener Spießbürger) et de « clown du directeur Carl » (Clown des Direktor Carl)56, autant de dénominations visant à « saper la renommée du classique viennois »57. Par ces jugements nettement dépréciatifs, Herzl se distinguait des « laudateurs séculaires » (Säculärlobredner) de Nestroy : « Un seul homme s'est tenu à l'écart et n'a pas joint sa voix au chœur des laudateurs séculaires : monsieur Theodor Herzl, dans la “Neue Freie Presse” »58. L'ironie de Kraus ne se porte donc pas seulement sur Herzl mais aussi sur les laudateurs occasionnels et intéressés du dramaturge.

  • 59 Voir chapitre II.

50Le rejet de Nestroy par Herzl est d'abord de nature littéraire et esthétique : par le terme de « bouffon », Herzl renoue avec la « querelle du bouffon » (Hanswurststreit) du XVIIIe siècle et place Nestroy du côté de la « basse littérature » (Literatur von unten). Cette question sera à nouveau discutée plus précisément par Kraus dans « Nestroy et la postérité ». Herzl rabaisse également Nestroy à un rang de simple « clown » à la solde de celui qui fut son directeur, Karl Carl, ce qui va de pair avec la dénomination négative de « bouffon » : Nestroy est considéré comme un plaisantin, auquel est ainsi déniée toute forme de profondeur ou de sérieux. Le point de vue de Herzl sur Nestroy concorde parfaitement avec le jugement dépréciatif formulé dans maintes histoires de la littérature au tournant du XXe siècle59.

  • 60 F 88/13 : « Das Gemeine ist ewig. »

51Le rejet de Nestroy par Herzl est également un rejet de nature morale : « La vulgarité est éternelle60 », un jugement lui aussi parfaitement en phase avec la condamnation répétée de Nestroy – au nom de la « sauvegarde » de la morale –, notamment par Karl Gutzkow ou Friedrich Theodor Vischer. Herzl apparaît ainsi comme un emblème du rejet traditionnel de Nestroy au tournant du XXe siècle. Si Kraus attaque l'horizon d'attente tant esthétique que moral de Herzl vis-à-vis du dramaturge, c'est précisément parce qu'il cristallise le point de vue critique de la majorité des détracteurs de Nestroy à cette époque. Le satiriste met notamment en place un jeu savamment agencé d'opposition de citations entre Herzl, chez qui la citation fait figure d'autodisqualification, et Nestroy, chez qui la citation apparaît en revanche comme une forme d'autorité absolue, voire de « loi », si l'on se réfère à la formule d'Elias Canetti pour caractériser Kraus.

Satire

  • 61 Cf ibid./14 : « ce qu' il a lu de lui, il ne l'a pas compris. » (was er von ihm gelesen hat, das ha (...)

52Kraus relève essentiellement deux erreurs chez Herzl. La première est, selon lui, de ne pas avoir compris Nestroy61. Kraus met donc en cause aussi bien l'intelligence de Herzl que sa capacité de lecture. Il justifie cet argument à partir de deux exemples tirés de deux pièces de Nestroy, Le trajet en véhicule à vapeur (Die Fahrt mit dem Dampfwagen, 1834) et surtout Mariages ferroviaires ou Vienne, Neustadt, Brno (Eisenbahnheiraten oder Wien, Neustadt, Brünn, 1843) :

  • 62 Ibid. : « Gerade diese beiden [Stücke] müssen nach Herrn Herzl's Meinung über Nestroy Aufschluss ge (...)

Ce sont précisément ces deux [pièces] qui doivent, d'après monsieur Herzl, pouvoir fournir des renseignements sur Nestroy parce qu'elles rappellent déjà extérieurement les débuts d'une grande évolution. Mais bon sang ! Avec cette pièce, Nestroy reste, dit-il, dans la blague occasionnelle la plus triviale, elle n'a qu'un titre et pas de contenu : le véhicule à vapeur qu'utilise une société d'acteurs en voyage ne monte pas sur scène ! Et pourtant, cette pièce en un acte […] est plus amusante que « I love you » de monsieur Herzl62 !

53Kraus procède donc, en même temps qu'il condamne la confusion faite par Herzl entre les opinions développées par les personnages de Nestroy et celles de l'auteur lui-même, à un jeu d'opposition entre l'œuvre littéraire de Nestroy et celle de Herzl, systématiquement rabaissée. Ce faisant, il renoue avec sa critique, formulée dans Die Wage en 1898, de la pièce de Herzl Le nouveau ghetto (Das neue Ghetto).

  • 63 Ibid. : « Es ist eine schale Heiratsposse [...]. Wir gewahren jetzt eine recht düstere Komik darin, (...)
  • 64 Ibid./15 : « Herr Herzl zeigt, wie er “a Feder in die Hand nimmt”, dass er Nestroy nicht verstanden (...)

54En réponse à Herzl, Kraus mobilise la pièce de Nestroy Mariages ferroviaires. Il cite d'abord in extenso (p. 14 sq.) la critique acerbe de la pièce que Herzl avait faite dans la Neue Freie Presse et dont voici un échantillon : « C'est une farce insipide sur le mariage […] dans laquelle nous apercevons à présent un comique véritablement sinistre dont Nestroy n'avait pas idée. »63 Kraus répond à ces attaques par la citation de Nestroy, tirée de la pièce Les vilains garçons à l'école, qu'il avait placée en exergue de l'essai : « Monsieur Herzl montre à la façon dont il “prend la plume” qu'il n'a pas compris Nestroy. »64 Il met donc en scène un jeu intertextuel au sein duquel la citation de Nestroy agit comme autorité face à Herzl chez qui la citation remplit, au contraire, une fonction d'autodisqualification.

  • 65 Ibid. : « Jeder, der bloss seine thörichte Kritik und nicht das Stück gelesen hat, erfasst dessen S (...)
  • 66 Ibid. : « Es gab nur eine satirische Möglichkeit : Die Ueberraschtheit und Hilflosigkeit der kleine (...)

55Et le satiriste de conclure : « Quiconque n'a lu que sa critique stupide et non la pièce en saisit mieux le sens que monsieur Herzl. »65 Kraus relève ici chez Herzl l'erreur de lecture consistant à chercher l'intérêt des pièces de Nestroy dans leur contenu et non dans le travail de mise en forme (Gestaltung) de leur auteur. Il entrevoit en Nestroy déjà le satiriste, capable de proposer des réflexions universellement valables et dépassant le cadre d'une sorte de confession politique : « Il n'y avait qu'une possibilité satirique : montrer la surprise et la perplexité des petits contemporains devant la grande nouveauté. »66

56Kraus fait un éloge particulièrement marqué de la pièce de Nestroy :

  • 67 Ibid. : « Kaum in einem andern Werk hat sich der Mann so hoch über seine Gegenwart erhoben, kaum in (...)

Dans aucune autre œuvre ou presque, cet homme ne s'est élevé aussi nettement au-dessus de son présent et n'a fait preuve d'un art aussi efficace pour passer au crible la nature humaine, et il a tout au plus dans « Une pinte de bon sang aux dépens d'autrui » dépassé l'habileté théâtrale et la joyeuse confusion de l'action. Il nous manque certes l'abondance habituelle des bons mots tranchants, mais il réussit ici avec une rare finesse la description d'une couche sociale67.

  • 68 Comme le fait très justement remarquer Helmut Rössler in op. cit., p. 15.

57Kraus insiste ici sur les qualités théâtrales intrinsèques de cette pièce, qu'il place au cœur de sa stratégie de défense et de son éloge du dramaturge. C'est pourquoi il cite, comme plus tôt dans la réception, l'exemple de la pièce Une pinte de bon sang aux dépens d'autrui comme modèle de réalisation théâtrale particulièrement réussie. Kraus continue à ne pas attribuer exclusivement la qualité des œuvres de Nestroy à la langue mais aussi à leur degré d'aboutissement théâtral et dramaturgique, au moins dans cette première phase de la réception. Il insiste également sur la qualité de la peinture sociale et sur la qualité des dialogues (les exemples cités p. 16 sont particulièrement éclairants à cet égard) proposés dans cette œuvre, ce qui marque un tournant décisif pour l'évaluation future du Talisman. Cela n'empêche pas Kraus de regretter l'absence dans Mariages ferroviaires de l'« abondance habituelle des bons mots tranchants » de Nestroy. Voilà néanmoins la preuve que Kraus admirait dès 1901 les qualités « aphoristiques » du dramaturge68.

58Kraus achève son éloge de Nestroy, indissociable de sa condamnation de Herzl, par de nouvelles citations, toujours tirées de Mariages ferroviaires (I, 3) :

  • 69 F 88/16: PETER STIMMSTOCK. « Bei uns wird keine Eisenbahn geduld't, die Frauen leiden's nicht, die (...)

PETER STIMMSTOCK. Chez nous, aucun chemin de fer n'est toléré. Les femmes ne le supportent pas : les hommes fileraient trop souvent à Vienne. Et vous savez que ce que les femmes interdisent, c'est quelque chose de sacré pour nous, les habitants de Krems. […] J'ai un peu peur des chaudières à vapeur et des locomotives. […]
MADAME ZASCHELHUBERIN. Bah, ce n'est rien : il n'y a pas de tunnel sur tout le chemin…
Une fois que vous avez passé l'affreux tunnel de Gumpoldskirchen…
IGNAZ. C'est quelque chose d'extraordinaire69.

  • 70 Ibid. : « [Nestroy a] persiflé ses contemporains » ; « [Nestroy hat] seine Zeitgenossen [...] persi (...)
  • 71 Ibid. : « Ist es nicht genug, dass er sich bereits über einen Uebelstand lustig machte, den ebendie (...)

59Nestroy formule ici une critique acerbe de l'inadéquation entre la soif de nouveauté et les peurs que celle-ci engendre chez ceux qui sont confrontés au progrès. Il effectue donc à la fois une satire sociale de ses contemporains, de sa postérité70 et une mise en cause profonde du progrès. Mais Kraus utilise également ce passage de Mariages ferroviaires une nouvelle fois comme un instrument de polémique contre le champ journalistique (viennois) : « Cela ne suffit-il pas qu'il se soit déjà moqué d'un mal que cette même presse continue de taire six décennies plus tard ? »71

60Sur ce point encore, « L'Homme déchiré. Causa Herzl contra Nestroy » fait figure de texte programmatique. La mise en avant de la pièce Mariages ferroviaires, jusqu'alors – et d'ailleurs toujours – peu connue de Nestroy procède sans aucun doute du souhait de réhabiliter en profondeur des pièces considérées jusque-là par l'histoire littéraire comme secondaires et de se démarquer ainsi du canon esthétique dominant. Il en avait été de même pour Histoires d'amour et affaires de mariage quelque temps plus tôt. Kraus vise très certainement à faire évoluer le canon traditionnel des pièces de Nestroy en introduisant son propre canon, largement divergent.

  • 72 Voir surtout les p. 12 et 17 sq. de l'essai.
  • 73 Voir Moritz Necker, 1891, « Johann Nestroy – Eine biographisch-kritische Skizze », in Vinzenz Chiav (...)
  • 74 F 88/17: «Herr Herzl hat sie nicht einmal gelesen.»
  • 75 Ibid. : « Immer wieder lässt man Nestroy mit den Tiraden seines Radicalen Ultra in der “Freiheit in (...)

61La seconde erreur, qui découle directement de la première, consiste d'après Kraus à vouloir faire de Nestroy un partisan du libéralisme72, une idée développée notamment par Moritz Necker dans sa biographie de Nestroy73 que « monsieur Herzl n'a même pas lue »74. Kraus réutilise là aussi un argument déjà avancé plus tôt dans la réception de Nestroy et fait succéder au reproche de bêtise fait à Herzl celui d'ignorance. Il met ainsi au jour une idée qu'il reprendra plus tard dans « Nestroy et la postérité », le fait que les interprètes et en particulier le journalisme libéral confondent les propos des personnages de Nestroy avec les convictions du dramaturge lui-même : « On identifie constamment Nestroy aux tirades de son personnage radical Ultra dans “Liberté à Trifouillis-les-Oies” parce qu'elles portent son tranchant ! »75 Dans une telle perspective, il est effectivement possible de prêter à Nestroy des opinions libérales et même de voir en lui un défenseur du progrès. Or c'est précisément contre cette tentative de faire coïncider le champ littéraire (Nestroy) et le champ politique (le libéralisme) que Kraus s'élève avec vigueur en introduisant ici la pièce même (Liberté à Trifouillis-les-Oies) qui lui servira plus tard à démontrer l'opposition de nature entre le champ littéraire et le champ politique.

  • 76 « Das Volk is ein Ries in der Wiegen, der erwacht, aufsteht, herumtargelt, Alles zusammtritt, und a (...)
  • 77 F 88/17 : « Satire auf Revolution und Frankfurter Parlament. »

62Le satiriste utilise une stratégie analogue lorsqu'il introduit (p. 17), toujours pour prouver l'hostilité de Nestroy au libéralisme, des passages antidémocratiques savamment sélectionnés dans la pièce de Nestroy La lady et le tailleur (Lady und Schneider : I, 8). Ainsi l'extrait du monologue dans lequel Heugeign répond à sa propre question – rhétorique – « Qu'est-ce que le peuple ? » (Was ist das Volk ?) : « Le peuple est un géant dans le berceau qui s'éveille, se lève, titube, piétine tout et retombe pour finir là où il est encore nettement moins bien couché que dans le berceau. »76 À l'inverse du journalisme libéral, Kraus comprend cette pièce comme une « satire de la Révolution et du parlement de Francfort. »77 On peut ici reprocher à Kraus de confondre lui aussi les positions exposées par les personnages et les opinions profondes de Nestroy.

63Mais il s'agit surtout pour le satiriste de condamner, à travers Herzl, d'une part toute tentative de récupération politique de l'œuvre de Nestroy et d'autre part l'incapacité de lecture foncière du journalisme, notamment libéral, au sujet du dramaturge : l'erreur repose toujours, selon lui, sur la confusion entre champ politique et champ littéraire. L'œuvre de Nestroy constitue pour Kraus l'espace du satiriste qui « ne prend pas parti », comme il le dira clairement en 1912 dans « Nestroy et la postérité ». Cette idée est d'ailleurs reprise par Otto Rommel au sein d'un passage que Kraus intègre en août 1935 en signe de haute estime pour son auteur, en compagnie de Hölderlin et de Seume, dans « Le satiriste » (Der Satiriker) :

  • 78 F 912-915/2 : « Eine Enttäuschung mußte Nestroy allen denen bereiten, die ihn auf eine bestimmte Re (...)

Nestroy a dû causer une grande déception à tous ceux qui le croyaient attaché à une idée de réforme précise. -- Le satiriste peut, comme tout le monde, s'identifier un certain temps à une thèse politique ou à une formulation relevant de la loi morale, mais comme son don et sa mission particuliers sont de voir et de représenter l'insuffisance de l'humanité par rapport à l'Idée, il lui sera impossible de persévérer dans les erreurs volontairement commises par opportunisme et dont le pathéticien de l'exigence politique ou morale ne peut se passer pour les besoins de la formation d'un parti ou de l'autoconservation. La liberté intellectuelle que le satiriste Nestroy a toujours gardée par rapport aux thèses qu'il formulait ne pouvait guère apparaître au défenseur de cette thèse enferré dans l'opinion que comme de la versatilité78.

  • 79 Sur ce délicat problème de la distinction entre satire et polémique, voir par exemple Valérie Rober (...)

64À l'inverse, Kraus attaque fondamentalement l'œuvre littéraire de Herzl, moment où la polémique autour de Nestroy bascule sans doute définitivement dans la satire79.

  • 80 Dans sa présentation « Polémiques entre intellectuels : pratiques et fonctions », Valérie Robert (i (...)
  • 81 À titre d'exemple, la polémique de Kraus contre Kerr (1911) dépasse souvent ce cadre pour basculer (...)
  • 82 Walter Benjamin : 1990, 2000, p. 45 ; W. B., 1977, Gesammelte Schriften, vol. II, 1, Frankfurt am M (...)

65Au départ, polémique (du grec polemos, signifiant « guerre », « bataille ») et satire semblent liées par un désigné commun : le conflit, la dispute, la controverse, l'agressivité, la critique, l'attaque80. Pour tâcher de percevoir le lien ou de distinguer de façon satisfaisante polémique et satire qui, dans la réalité des textes, apparaissent souvent imbriquées, on serait alors tenté de chercher d'abord une différence au niveau esthétique : la polémique, forme rhétorique, ne constitue pas, contrairement à la satire, une forme esthétique à part entière. Elle semble être davantage un geste, une attitude argumentative, qui peut s'exprimer par le moyen de la satire, laquelle attaque souvent en se moquant, alors que cet aspect n'est pas nécessairement inclus dans la polémique. La satire serait donc à considérer plutôt comme une sorte de sous-classe de polémique où l'attaque serait destinée non plus seulement à marquer un désaccord fondamental sur un sujet donné mais à tuer symboliquement son adversaire, à le détruire méticuleusement81. C'est d'ailleurs sur ce point, dans le caractère proprement meurtrier, qu'Elias Canetti reconnaît la marque la plus nette du satiriste Kraus, en particulier dans son essai « Le nouveau Karl Kraus » (Der neue Karl Kraus). La dimension profondément meurtrière de la satire est en outre intimement liée à ce que Kraus considère comme une obligation morale de condamnation. La satire de Kraus est indissociable de la sphère juridique, comme l'a si bien montré Walter Benjamin dans l'essai qu'il lui consacre : « On ne comprend rien à cet homme tant qu'on ne reconnaît pas que tout, sans exception, le langage et la cause à défendre, se passe nécessairement pour lui dans la sphère du droit. »82

  • 83 F 88/13 : « schlechte Feuilletons ».
  • 84 Or Herzl a toujours aspiré à produire une œuvre littéraire d'une certaine importance et à se faire (...)

66L'aspect meurtrier de la satire de Herzl par Kraus culmine dans l'argument sans doute le plus efficace qui soit, dirigé contre le « talon d'Achille » de Herzl, sa production littéraire. Kraus oppose Herzl, qu'il confine à dessein dans le champ journalistique en parlant de ses « mauvais feuilletons »83, à celui qu'il tient pour un représentant essentiel du champ littéraire84, Nestroy, dont il met en avant les qualités lyriques. Pour ce faire, il introduit strictement le même exemple, tiré de L'Homme insignifiant (Der Unbedeutende : I, 14), que celui qu'il utilisera onze ans plus tard dans « Nestroy et la postérité » pour insister sur le lyrisme de Nestroy :

  • 85 F 88/13 : « Ich hab' einmal einen alten Isabellenschimmel an ein' Ziegelwagen g'sehn, seitdem bring (...)

[…] j'ai vu un jour un vieux cheval isabelle attaché à une charrette transportant des briques.
Depuis, je ne peux évacuer l'avenir de mon esprit 85.

67Kraus s'en prend un peu plus loin aux œuvres théâtrales de Herzl :

  • 86 F 88/13 : « Seine eigenen Theaterstücke musste er eines nach dem andern hinwelken lassen, und erst (...)

Il dut laisser s'étioler ses propres pièces de théâtre les unes après les autres, et l'une d'elles n'est tombée au sol que récemment à Hambourg dans un silence tel que même son propre journal n'a pas osé en faire cas. Même l'appel que monsieur Herzl a adressé un jour à la postérité n'a rien donné 86.

  • 87 Voir Nike Wagner, 1987, « Theodor Herzl und Karl Kraus », in Norbert Leser (éd.), Theodor Herzl und (...)
  • 88 Ce texte existe en version française dans Karl Kraus : 1990, 1993 (trad. par Yves Kobry), p. 79-106

68Il existe aussi une raison sous-jacente à ce rejet littéraire si violent de Herzl : le goût de ce dernier pour Heinrich Heine, l'inventeur pour Kraus du feuilleton littéraire, genre que Herzl marquera profondément de son empreinte et que Kraus condamne, lui, radicalement. Comme l'observe très justement Nike Wagner87, Kraus se fait en quelque sorte les griffes sur Herzl (notamment dans « Une couronne pour Sion » en 1898)88 pour mieux préparer sa future condamnation de Heine. Selon lui, le feuilletonisme constitue un avatar linguistique caractéristique d'une modernité davantage soucieuse de paraître que d'être. À cet égard, Herzl n'est guère éloigné des membres du groupe Jeune Vienne (Andrian, Bahr, Beer-Hofmann, Hofmannsthal, Salten, Schnitzler) que Kraus avait condamnés dans son violent pamphlet de 1896-1897 « La Littérature démolie » (Die demolirte Literatur). Par sa critique du feuilletoniste et, plus généralement, de l'homme de lettres Herzl, le satiriste esquisse donc une sorte de préfiguration de l'opposition Heine-Nestroy, qui jouera un rôle fondamental dans « Heine et les conséquences » (Heine und die Folgen) et surtout dans « Nestroy et la postérité ».

  • 89 F 88/14: «Nun, Herr Herzl hat vielleicht seine Emil Kuh und Laube gelesen, die die “Würde” ihrer li (...)

69Par-delà Herzl, Kraus s'oppose pour la première fois à deux hauts dignitaires du champ littéraire du temps de Nestroy lorsqu'il rapproche Herzl d'Emil Kuh et de Heinrich Laube : « Or monsieur Herzl a peut-être lu ses Emil Kuh et Laube qui ont cru devoir défendre la “dignité” de leur corporation littéraire contre le génie spirituel en éruption de la scène de faubourg viennoise, mais sûrement pas notre Nestroy. »89 Kraus vante ici l'esprit (au sens de Witz) de Nestroy, capable de toucher de plein fouet à la fois Herzl et son milieu. À travers l'expression « notre Nestroy », il prend en outre le dramaturge « sous son aile » face à ses détracteurs, issus notamment du monde littéraire.

  • 90 Ibid./17 sq. : « Die Form seines Zornes war der Witz, der Sarkasmus und manchmal jene schamlose Ent (...)

70Kraus oppose enfin la triade Herzl-Kuh-Laube à Ludwig Speidel, le seul critique et représentant du champ littéraire à s'en tirer sans dommages dans « L'Homme déchiré. Causa Herzl contra Nestroy » comme plus tard dans « Nestroy et la postérité » : « La forme de sa colère, ce fut l'esprit [Witz], le sarcasme et parfois cette indignation impudique qu'est le cynisme. Il montait et descendait toute l'échelle de la raillerie, et sa dérision destructrice pouvait momentanément s'élever jusqu'à la grandeur de Swift. »90 D'une manière largement similaire aux passages tirés des différentes pièces de Nestroy, la citation agit ici comme autorité et comme réponse aux détracteurs du dramaturge. Speidel interprète d'ailleurs Nestroy d'une façon sensiblement analogue à celle de Kraus, en insistant essentiellement sur la qualité du Witz, du sarcasme et du cynisme de Nestroy, autrement dit sur les qualités inhérentes au satiriste Nestroy. Kraus ne récuse d'ailleurs pas la comparaison établie par Speidel entre Nestroy et Swift, bien qu'il n'ait lui-même jamais fait sien ce parallèle.

  • 91 Ibid./18 : « [...], der Nestroy's Stücke liebte, hat ihn gar einen “Fetzen von Shakespeare” genannt(...)
  • 92 Ibid. : « Wie schade, dass es dem grossen Psychiater nicht mehr gegönnt ist, sich mit Herrn Theodor (...)

71Le satiriste cite à l'appui de sa condamnation de Herzl un deuxième nom : Theodor Meynert, « qui aimait les pièces de Nestroy et l'avait même nommé un “Shakespeare en guenilles”. »91 Kraus utilise les parallèles littéraires établis par Speidel (entre Nestroy et Swift) et Meynert (entre Nestroy et Shakespeare) comme une ultime réponse à ceux qui avaient rapproché Nestroy des « nouveaux Aristophane » Karlweis et Stettenheim. Le texte se termine par une ultime pique satirique assassine dirigée contre Herzl dans laquelle Kraus s'approprie la métaphorique appliquée par Meynert à Nestroy pour la retourner contre Herzl : « Quel dommage qu'il ne soit plus donné au grand psychiatre de se pencher un peu plus précisément sur le cas de monsieur Theodor Herzl, qui avait cru pouvoir déchirer les guenilles de Nestroy. »92 La satire contre Herzl passe, outre cette divergence fondamentale relevant de l'esthétique littéraire, par une critique (certes moins approfondie, mais bien marquée) de l'homme politique Herzl, l'essai réutilisant quelques arguments antisionistes déjà avancés dans « Une couronne pour Sion » en 1898. Kraus s'en prend notamment aux « plans sionistes » (« zionistische[n] Pläne », p. 12) de Herzl.

72« L'Homme déchiré. Causa Herzl contra Nestroy » repose donc sur une satire totale de Herzl : satire du sioniste, de l'homme de lettres et du journaliste libéral. L'essai constitue une étape importante dans la lutte de Kraus contre Herzl. La réception de Nestroy, pour le moment majoritairement polémique et satirique, apparaît à Kraus comme un espace et comme un moyen privilégiés pour régler ses comptes notamment avec la presse. Kraus défend certes Nestroy contre ses détracteurs posthumes, mais il l'utilise aussi délibérément comme une arme efficace dans ses propres polémiques.

73Ce caractère polémique – qui demeurera une constante de la réception – prédomine largement au début de la réception de Kraus par Nestroy : il s'agit à cet instant bien plus d'une métaréception critique, polémique (presse, théâtre), voire satirique (Herzl) que d'une réception immanente de l'œuvre du dramaturge, centrée sur une étude approfondie des textes de Nestroy eux-mêmes.

74« L'Homme déchiré. Causa Herzl contra Nestroy » constitue par ailleurs sur bien des points un texte programmatique, dans lequel de nombreux développements de Kraus sur Nestroy sont déjà esquissés. L'opposition Herzl-Nestroy apparaît par exemple comme une forme d'anticipation de l'antithèse Heine-Nestroy. L'essai de 1901 constitue le premier point d'ancrage solide de la réception, qui repose pour le moment sur une vaste polémique contre des adversaires déjà bien définis : la presse (en particulier libérale) et le champ théâtral qui sapent, aux yeux de Kraus, l'œuvre de Nestroy.

  • 93 Kraus agira de la même façon avec Egon Friedell quelque temps plus tard.
  • 94 Michael Pollak, op. cit., p. 134.

75La critique de Herzl par Kraus est par ailleurs caractéristique de la façon dont le satiriste met lui-même en scène son combat pour tenter d'occuper seul le champ de l'interprétation de Nestroy93. La prise de distance de Kraus vis-à-vis des « traditions libérales optimistes »94 se reflète très clairement au début de sa réception de Nestroy : le satiriste refuse catégoriquement d'agréger dans le cas de Nestroy le champ littéraire au champ politique.

76L'essai « L'Homme déchiré. Causa Herzl contra Nestroy » ne se situe aucunement en rupture mais en continuité avec les premières assertions de Kraus sur Nestroy, placées avant tout sous le signe d'une mise en question des champs journalistique et théâtral : Nestroy, qualifié dès 1893 de « satiriste de génie », sert, avec Offenbach et Raimund, de mètre étalon de la décadence du théâtre au tournant du XXe siècle. L'essai dirigé contre l'un des pères fondateurs du sionisme politique, Theodor Herzl, constitue l'apogée et la synthèse, sous une forme ramassée, de ce premier mouvement de la réception de Nestroy par Kraus, qui se dessine déjà comme une contre-réception, visant à rectifier un large pan de la réception du dramaturge. L'interprétation de Nestroy par Kraus au cours des années 1893 à 1901 s'inscrit aussi parfaitement dans la propre polémique de Kraus contre le théâtre et la presse. La polémique à bâtons rompus dans laquelle Kraus implique Nestroy apparaît alors comme la première arme de combat du satiriste.

  • 95 Valérie Robert, 1999, « Les intellectuels du IIIè Reich dans “Troisième nuit de Walpurgis” : une co (...)

77À ce moment précis, il manque néanmoins à la réception de Nestroy un sous-bassement théorique, lacune que la seconde période de la réception, de 1902 à 1912, viendra progressivement combler. Kraus ne visera alors plus seulement à « définir sa propre position en se distinguant d'un autre »95 par un geste majoritairement polémique, mais aussi en se reconnaissant d'autrui : de Nestroy certes, mais aussi de Goethe, d'Offenbach ou encore de Shakespeare.

Nestroy dans le rôle de Madame Maxl (Österreichisches Theatermuseum, PV 56) (photographie de Hermann Klee, Vienne)

Notes

1 Kraus se réfère à un grand nombre de personnalités, dont on trouvera une présentation synthétique en fin d'ouvrage (Glossaire des noms cités).

2 Michael Pollak : 1989, p. 129. Les textes de Kraus datant de cette époque sont en effet surtout des causeries polémiques ayant trait, par exemple, à des mises en scène de théâtre jugées déficientes.

3 FS I : « diese ganz eigenartige, messerscharfe, dürre, köstlich-gespreizte, spitze Komik » [des] « genialen Satirikers ». (Notre traduction, comme pour toutes les citations tirées des Frühe Schriften) p. 140.

4 Ibid. : « “Der Talisman” […] gehört nicht zum Besten des ausgezeichneten Komöden. »

5 Ibid. : « technischen Naivetäten ».

6 Voir en particulier Ansgar Hillach : 1967.

7 FS I : « [...] des Nestroyschen Meisterwerkes “Einen Jux will er sich machen” ». p. 246.

8 Voir ibid., p. 140.

9 Sur ce point, voir aussi Helmut Rössler, op. cit., p. 12.

10 Voir Schriften XIV (Theater der Dichtung. Nestroy / Zeitstrophen) : « Wie mit Offenbach war Kraus auch mit Nestroy von Jugend auf vertraut. » (Christian Wagenknecht) p. 479.

11 FS I : « Wie wäre es, wenn sich unsere Vorstadttheater durch sorgsame Inscenierung eines Nestroy-und eines Offenbach-Cyklus zum Eingeständnis ihrer Decadence entschlössen? » p. 245 sq.

12 Cette critique fondamentale que Kraus adresse au théâtre populaire viennois de la seconde moitié du XIXe siècle correspond à l'opinion généralement défendue par les principaux spécialistes de la question : avec Nestroy, le théâtre populaire semble bien avoir atteint l'apogée en même temps que la fin d'un cycle glorieux qui fait désormais place au déclin du genre.

13 F 1/15 (avril 1899): « Journalistische Schmarotzer […], Operettenwucherer und Coulissiers […] tummeln sich auf der Scene, die einst Nestroy und einem herrlich verwienerten Offenbach gehört hat. » (Notre traduction) Kraus vise dans ce passage ceux qui tirent un intérêt commercial de l'opérette.

14 Voir Marion Linhardt, 2005, « Tanz und Topographie. Das Verhältnis von “Volkstheater” und “Operette” in neuer Perspektive », in Nestroyana no 25, p. 42-54. Linhardt explique toutefois que le problème était plus complexe : les scènes des faubourgs viennois mêlaient la plupart du temps les genres les plus divers, notamment l'opérette satirique parisienne et le théâtre populaire viennois.

15 Voir Pierre Bourdieu, op. cit., p. 357.

16 Le Carl-Theater de Vienne fut baptisé ainsi, à partir de 1847, en hommage à son directeur, Karl Carl. Nestroy y fut acteur et auteur à partir de 1831 puis enfin directeur, après la mort de Carl, de 1854 à 1860.

17 Voir FS I, p. 140. Le Deutsches Volkstheater était le plus grand théâtre privé de Vienne et sa renommée valait celle du Burgtheater.

18 F 26/21 (décembre 1899) : « Erbschleicher[s] Nestroys » (notre traduction).

19 Évoqué peu à son avantage dans FS I, p. 255.

20 Ibid. : « Es ist eine traurige Geschichte, daß das “Deutsche Volkstheater” die Dichter, deren Pflege es geweiht ist, Anzengruber, Raimund, Nestroy, arg vernachlässigt. » p. 140.

21 Ibid. : « Fleiß müßte die fehlenden Talente ersetzen. Der Mangel an neuen komischen Individualitäten ist dem Niedergang der komischen Literatur nur organisch. » p. 246.

22 F 64/32 (janvier 1901): « wenn Budapester Komiker und Debrecziner Soubretten auf der einst von Nestroys Geist belebten Stätte Unfug treiben. » (Notre traduction)

23 FS I : « Herr Blasel giebt den Melchior, und man möchte, wenn schon nicht seiner Kunst, so doch seinem routinierten Alter Verständnis und Pietät für Nestroy zutrauen – allein er enttäuscht die geringen Hoffnungen, die man in sein Auftreten gesetzt hat, indem er plötzlich ein neumodisch humorloses Couplet losläßt, dessen musikalische Geschmackslosigkeit ihn sonst nicht einmal abhält, es in ein Offenbach'sches Werk einzulegen. » p. 246.

24 Ibid. : « Das Ensemble zeigt die gänzliche Verwahrlosung des modernen Vorstadttheaters. [...] Hand in Hand mit der Unfähigkeit, zu produzieren, geht die Gepflogenheit, die alten Formen nicht mehr zu respektieren. »

25 Ibid. : « [es wäre] die Vorführung der besten und relativ frischesten Werke Nestroys angezeigt, des prächtigen Komöden [...]. » p. 189.

26 Ibid. : « Mir fehlt heute der Raum, seit langem schon die Lust, über das Burgtheater zu sprechen. Jeder Tadel ist hier zum Gemeinplatz geworden. »

27 FS II : « unfruchtbares, aber bequemes und verführerisches Starsystem »; « ein absterbendes Ensemble zu ergänzen. » p. 103.

28 Ibid. : « Schranze », p. 186.

29 F 75/22 (avril 1901): « Es ward seltsamer Weise darüber gestritten, ob Nestroy burgtheaterfähig, nicht aber darüber, ob das Burgtheater Nestroyfähig sei. Und diese ist, dünkt mich, die wichtigere Frage. » (Notre traduction)

30 F 29/13 (janvier 1900) : « neurasthenischen Geschnatter des Herrn Kainz » (notre traduction). Concernant le point de vue de Kraus sur Kainz en général, on consultera F 30/32 (Kainz-Schwärmerin).

31 F 88/21 (décembre 1901): « Herr Wittmann ist von jener unproductivsten Art, die nur lang und breit schreiben kann. An seinem Feuilleton über die Lumpazi-Aufführung des Burgtheaters war bloß das curiose Lob des Herrn Kainz als Zwirn interessant. » (Notre traduction)

32 Ibid. : « Der Mann […] steht allem, was außerhalb rein sprachtechnischer Möglichkeiten liegt, rathlos gegenüber. [...] Gehirntragik und Gehirnkomik : darüber hinaus kann Herr Kainz nicht, und er ist zu dem, was Herrn Wittmann “das Natürlichere zu sein scheint” nicht geboren. » (Notre traduction)

33 Ibid. : « Zungenequilibrist » (notre traduction).

34 F 31/28 sq. : « Holofernes sagt natürlich nicht : “Räumt mir die Schlamperei weg.” Er sagt dies auch nicht “mit Bezug auf die Todten des Schlachtfelds”. Vielmehr hat Holofernes seine drei Hauptleute im Feldherrnzelt erstochen und ertheilt, weil er Judith empfangen will, den Befehl : “Ramt's m'r die Todten weg. Ich kann die Schlamperei nicht leiden !” oder, wie' s in einer schlechten hochdeutschen Ausgabe heißt : “Laß' aber erst's Zelt ordentlich zusammenräumen – überall lieg'n Erstochene herum – nur keine Schlamperei !” » (Notre traduction). La « mauvaise » édition dont il est ici question est celle de Chiavacci/Ganghofer (Stuttgart, Conz, 1890-1891, vol. 9, p. 254). Le texte de HKA (Stücke 26/II, éd. par John R. P. McKenzie, p. 106) est le suivant : « Lass' aber erst's Zelt ordentlich zusammraumen, überall lieg'n Erstochne herum – nur keine Schlamperey. » Ce passage de la pièce de Nestroy montre bien à quel point les pulsions de mort et de désir sont imbriquées chez Holopherne, ce qui accentue encore le côté inquiétant du personnage.

35 Ibid./29 : « Die “Neue Freie Presse” muss ja nicht Nestroy citieren. Thut sie es, dann vermeide sie nach Möglichkeit, aus seinen Worten den ihr geläufigen lapidaren Unsinn zu machen und ihn, der kurz vor Gründung des Blattes starb, listig als ihren Mitarbeiter erscheinen zu lassen. » (Notre traduction)

36 Der Alpenkönig und der Menschenfeind (I, 14): « Ich war zwei Jahr in Paris, aber das hab ich noch nicht erlebt. » (Notre traduction) On dénombre au total quinze occurrences de cette formule dans la pièce de Raimund, sous des formes plus ou moins variées.

37 En Autriche, le titre honorifique de « Hofrat » est conféré à un fonctionnaire méritant.

38 F 75/22 : « die die Einführung Nestroy's in das Hoftheater eine Abgeschmacktheit nennen. » (Notre traduction)

39 Ibid. : « der Wiener Aristophanes, nämlich Herr Karlweis. » (Notre traduction)

40 Kraus a d'ailleurs fait une adaptation des Oiseaux d'Aristophane, Wolkenkuckucksheim, ce qui prouve bien qu'il n'avait pas ici en vue d'opposer Nestroy et Aristophane mais simplement de condamner l'utilisation abusive ou erronée d'Aristophane par l'histoire littéraire (notamment son rapprochement avec d'autres auteurs tels que Karlweis ou Stettenheim).

41 F 75/23 : « Gefiel die Pièce, dann blähte er sich, als ob er die Verfasserin des Stückes wäre ; gefiel sie nicht – was öfters vorkam – dann lehnte er entschieden ab, an der Sache betheiligt gewesen zu sein. » (Notre traduction)

42 Ibid. : « Das sind so (wie Nestroy sagen würde) die psychologischen Quadrillierungen, die das Unterfutter seines Charakters bilden... ». Kraus s'approprie ici le texte de Nestroy en transformant le « unsers » (Chiavacci/Ganghofer, vol. 2, 1890, p. 303) en un « seines ». Par cette menue mais consciente modification, Kraus applique les considérations générales du personnage de Schnoferl sur les errements de l'homme en tant qu' époux au cas particulier du conseiller mis en cause.

43 Helmut Rössler parle du « caractère de rectification » (op. cit. : « Berichtigungscharakter », p. 13 sq.) de la réception de Nestroy par Kraus au cours des premières années.

44 Le phénomène s'inversera définitivement dans « Nestroy et la postérité » en 1912.

45 Michael Pollak, op. cit., p. 129.

46 Ibid., p. 130.

47 Pour Pollak, les deux actes fondateurs de ce statut sont « La Littérature démolie » (1897), texte par lequel Kraus prend ses distances par rapport au champ littéraire viennois, et « Une couronne pour Sion » (1898), essai dans lequel il se distingue d'un certain champ politique et religieux (Theodor Herzl et le sionisme).

48 Tout comme le sera « Nestroy et la postérité » en 1912, à l'occasion du cinquantenaire de la mort de Nestroy (1862-1912). Ce n'est pas le seul point de rapprochement possible entre ces deux textes : comme « Nestroy et la postérité » onze ans plus tard, « L'Homme déchiré. Causa Herzl contra Nestroy » repose sur un dialogue polémique de Kraus avec la réception critique de Nestroy.

49 F 88/11 (décembre 1901) : « In der Schul' haben s'extra eine Eselsbank ; in der Welt sind die Eseln auf allen Plätzen zerstreut ; d'rum herrscht auch nur in der Schul' diese Indiscretion, dass s'ei' m sagen können : “Marsch auf die Eselsbank !” In der Welt, wenn ich da in ein Gasthaus oder in ein Kaffeehaus geh'n werd', riskier' ich das nicht ; oder wenn ich in ein Theater geh', da kann kein Sitzaufsperrer zu mir sagen : “Ich bitt', Sie sind ein Esel, Sie g'hören auf diese Bank !” Das geht nicht. » (Notre traduction) Kraus cite ici Nestroy d'après l'édition de Chiavacci/Ganghofer, vol. 1 (1890), p. 228. « Der Mensch ist endlich auch ein Federvieh, denn gar mancher zeigt, wie er a Feder in die Hand nimmt, daß er ein Vieh ist. » (Notre traduction) Voir Chiavacci/Ganghofer, vol. 1, p. 239.

50 HKA Stücke 25/I (éd. par Friedrich Walla) :
WAMPL. « 
[...] Was ist der Mensch ? »
WILLIBALD. « 
Der Mensch ist das Wesen, welches die oberste Stufe in der sichtbaren Schöpfung einnimmt, und welches sich außerdem noch viel mehr einbildet, als wirklich dran is. » (Notre traduction) p. 26.

51 F 88/11: « die Herren [haben] Johann Nestroy missverstanden. » Kraus insiste encore sur le décalage entre Nestroy et sa postérité un peu plus loin dans le texte (p. 15) : « Nestroy est en avance de soixante ans sur ses habitants de Krems et de Neustadt. » ; « Nestroy ist seinen Kremsern und Neustädtern um sechzig Jahre voraus. » (Notre traduction, comme pour l'ensemble des citations extraites de « L'Homme déchiré. Causa Herzl contra Nestroy »)

52 Voir ibid./12.

53 Ibid.

54 Ibid. : « Der bescheidene Mann würde sicherlich, wenn er heute lebte, auch die Feier, die ihm der Wiener Journalistenverein zu Gunsten seines Pensionsfonds bereitete, abgelehnt haben. Ja, er hätte sie vielleicht nicht einmal verdient ; denn dieser Carltheaterschauspieler vereinigte in sich Eigenschaften, die vom Besuch des Concordiaballes ausschliessen. » La Concordia était un club de journalistes.

55 Ibid. : « Nestroy hat kaum die Anfänge der modernen Presse erlebt, kaum die ersten Zeichen jener Entwicklung geschaut, die schon zehn Jahre nach seinem Tode auf den Ruin aller Echtheit, auf die Vernichtung des von ihm geschaffenen Vorstadttheaters hinarbeitete. [...] Er hat die moderne Presse nicht gekannt, und war dennoch ein Satiriker ; er hat sie nicht gekannt, und darum preist sie ihn heute beruhigt als solchen. »

56 Voir ibid./13.

57 Ibid./13 sq. : « den Ruhm des Wiener Classikers [...] zerpflücken. » En 1901, cette dénomination de Nestroy paraît prématurée et correspond davantage à un souhait profond de Kraus qu'à une réalité effective.

58 Ibid./12 : « Nur einer hat sich abseits gehalten und mag den Chorus der Säculärlobredner nicht einstimmen : Herr Theodor Herzl in der “Neuen Freien Presse” ».

59 Voir chapitre II.

60 F 88/13 : « Das Gemeine ist ewig. »

61 Cf ibid./14 : « ce qu' il a lu de lui, il ne l'a pas compris. » (was er von ihm gelesen hat, das hat er nicht verstanden.)

62 Ibid. : « Gerade diese beiden [Stücke] müssen nach Herrn Herzl's Meinung über Nestroy Aufschluss geben können, weil sie schon äußerlich an die Anfänge einer großen Entwicklung erinnern. Aber ach ! Mit jenem bleibe Nestroy im trivialsten Gelegenheitsspaß stecken ; es hat bloß einen Titel und keinen Inhalt : Der Dampfwagen, den eine reisende Schauspielergesellschaft benützt, kommt nicht auf die Scene ! Und dennoch ist der Einacter [...] lustiger als Herrn Herzl's “I love you” ! »

63 Ibid. : « Es ist eine schale Heiratsposse [...]. Wir gewahren jetzt eine recht düstere Komik darin, von der Nestroy keine Ahnung hatte. »

64 Ibid./15 : « Herr Herzl zeigt, wie er “a Feder in die Hand nimmt”, dass er Nestroy nicht verstanden hat. »

65 Ibid. : « Jeder, der bloss seine thörichte Kritik und nicht das Stück gelesen hat, erfasst dessen Sinn besser als Herr Herzl. »

66 Ibid. : « Es gab nur eine satirische Möglichkeit : Die Ueberraschtheit und Hilflosigkeit der kleinen Zeitgenossen vor dem grossen Novum. »

67 Ibid. : « Kaum in einem andern Werk hat sich der Mann so hoch über seine Gegenwart erhoben, kaum in einem andern eine so wirksame Kunst der Menschendurchleuchtung bewährt und höchstens im “Jux” noch die theatralische Fertigkeit und lustige Verworrenheit der Handlung übertroffen. Man vermisst die sonst gewohnte Fülle durchschlagender Bonmots, aber die Schilderung einer Gesellschaftsschicht ist hier mit seltener Feinheit geglückt. »

68 Comme le fait très justement remarquer Helmut Rössler in op. cit., p. 15.

69 F 88/16: PETER STIMMSTOCK. « Bei uns wird keine Eisenbahn geduld't, die Frauen leiden's nicht, die Männer rutscherten ihnen zu oft nach Wien. Und Sie wissen, was die Frauen verbieten, das is uns Kremsern heilig. [...] Ich fürcht'mich a bisserl vor die Dampfkessel und vor die Locomotiver. » [...] FRAU ZASCHELHUBERIN. « O, das is nix, da is kein Tunnel auf'm ganzen Weg. … Wenn Sie einmal den schauerlichen Tunnel bei Gumpoldskirchen werden passiert haben. » IGNAZ. « Das is'was Ausserordentliches. » Voir HKA Stücke 20 (éd. par Jürgen Hein), p. 96 sq. Krems est une ville pittoresque située sur les bords du Danube, en Basse-Autriche.

70 Ibid. : « [Nestroy a] persiflé ses contemporains » ; « [Nestroy hat] seine Zeitgenossen [...] persifliert. » Et Kraus de citer un autre passage de la pièce de Nestroy : « Ceci intéressera un jour la postérité : le 17 août 1843, le constructeur d'instruments à vent Peter Stimmstock est allé de Krems à Vienne. » (Das wird einst die Nachwelt interessieren. Am 17. August ist der Blasinstrumentenmacher Peter Stimmstock von Krems nach Wien gekommen.)

71 Ibid. : « Ist es nicht genug, dass er sich bereits über einen Uebelstand lustig machte, den ebendieselbe Presse noch nach sechs Jahrzehnten verschweigt? »

72 Voir surtout les p. 12 et 17 sq. de l'essai.

73 Voir Moritz Necker, 1891, « Johann Nestroy – Eine biographisch-kritische Skizze », in Vinzenz Chiavacci et Ludwig Ganghofer (éds), Johann Nestroys Gesammelte Werke, Stuttgart, Conz, vol. 12, p. 92-218. On peut y lire par exemple (p. 181) : « Nestroy avance, comme on le voit, avec son temps, c'est un libéral à tout point de vue. » (« Nestroy schreitet, wie man sieht, mit seiner Zeit mit, er ist ein Liberaler in jeder Beziehung. » Notre traduction) Cette biographie de Nestroy demeura une référence jusqu'aux travaux d'Otto Rommel, dans la première moitié du XXe siècle.

74 F 88/17: «Herr Herzl hat sie nicht einmal gelesen.»

75 Ibid. : « Immer wieder lässt man Nestroy mit den Tiraden seines Radicalen Ultra in der “Freiheit in Krähwinkel”, weil sie seinen geistigen Schliff tragen, sich durchaus identificieren ! »

76 « Das Volk is ein Ries in der Wiegen, der erwacht, aufsteht, herumtargelt, Alles zusammtritt, und am End wo hineinfallt wo er noch viel schlechter liegt, als in der Wiegen. » (Notre traduction) Texte cité d'après HKA Stücke 26/II (éd. par John R. P. McKenzie), p. 17.

77 F 88/17 : « Satire auf Revolution und Frankfurter Parlament. »

78 F 912-915/2 : « Eine Enttäuschung mußte Nestroy allen denen bereiten, die ihn auf eine bestimmte Reformidee verpflichtet glaubten. -- Der Satiriker kann sich, wie jedermann, eine Zeitlang mit einer politischen These oder irgend einer Formulierung des Sittengesetzes identifizieren, aber da es seine besondere Gabe und Mission ist, die menschliche Unzulänglichkeit gegenüber der Idee zu sehen und darzustellen, so wird es ihm unmöglich sein, die opportunistischen Selbsttäuschungen festzuhalten, deren der Pathetiker der politischen oder moralischen Forderung zum Zwecke der Parteibildung oder der Selbsterhaltung nicht entraten kann. Die geistige Freiheit, die der Satiriker Nestroy sich gegenüber der formulierten These jederzeit wahrte, konnte dem gesinnungstüchtigen Vertreter der These kaum anders denn als Wankelmut erscheinen. » (Notre traduction)

79 Sur ce délicat problème de la distinction entre satire et polémique, voir par exemple Valérie Robert (éd.), 2003, Intellectuels et polémiques dans l'espace germanophone, Asnières, PIA.

80 Dans sa présentation « Polémiques entre intellectuels : pratiques et fonctions », Valérie Robert (in V. R. (éd.), op. cit., p. 15) pose bien le problème de la délimitation et du flou existant entre ces différents termes et opte pour une définition ni restrictive ni normative de la polémique : « […] est polémique, controverse, débat, querelle, discussion ou dispute toute expression discursive d'un désaccord désignée et perçue comme telle, et nous utiliserons ces termes la plupart du temps sous l'angle de leur dénominateur commun, l'expression d'un conflit, d'un antagonisme. »

81 À titre d'exemple, la polémique de Kraus contre Kerr (1911) dépasse souvent ce cadre pour basculer dans la satire, un élément également perceptible dans l'escalade de la virulence des attaques. Par ailleurs, la « Traduction de Harden » (Übersetzung aus Harden) constitue un bel exemple de satire littéraire dans laquelle le côté meurtrier de la satire apparaît d'une part au sein des métaphores utilisées et d'autre part dans le fait que la polémique bascule dans le champ juridique : Kraus fait un véritable procès littéraire de Harden où il avance prioritairement des arguments relevant de la sphère juridique (comme la défense de la vie privée).

82 Walter Benjamin : 1990, 2000, p. 45 ; W. B., 1977, Gesammelte Schriften, vol. II, 1, Frankfurt am Main, Suhrkamp : « Man versteht nichts von diesem Mann, solange man nicht erkennt, daß mit Notwendigkeit alles, ausnahmslos alles, Sprache und Sache, für ihn sich in der Sphäre des Rechts abspielt. » p. 349.

83 F 88/13 : « schlechte Feuilletons ».

84 Or Herzl a toujours aspiré à produire une œuvre littéraire d'une certaine importance et à se faire reconnaître au sein du champ littéraire.

85 F 88/13 : « Ich hab' einmal einen alten Isabellenschimmel an ein' Ziegelwagen g'sehn, seitdem bring'ich die Zukunft gar nicht mehr aus'm Sinn. » (Notre traduction) Voir HKA Stücke 23/II (éd. Par Jürgen Hein), p. 23.

86 F 88/13 : « Seine eigenen Theaterstücke musste er eines nach dem andern hinwelken lassen, und erst neulich fi el eines in Hamburg so geräuschlos zu Boden, dass nicht einmal sein eigenes Blatt davon Aufhebens zu machen wagte. Auch der Appell, den Herr Herzl einst an die Nachwelt richtete, hat nichts gefruchtet. »

87 Voir Nike Wagner, 1987, « Theodor Herzl und Karl Kraus », in Norbert Leser (éd.), Theodor Herzl und das Wien des Fin de siècle, Wien (u. a.), Böhlau, p. 160.

88 Ce texte existe en version française dans Karl Kraus : 1990, 1993 (trad. par Yves Kobry), p. 79-106.

89 F 88/14: «Nun, Herr Herzl hat vielleicht seine Emil Kuh und Laube gelesen, die die “Würde” ihrer literarischen Zunft gegen das eruptive Witzgenie der Wiener Vorstadtbühne in Schutz nehmen zu müssen glaubten, sicherlich aber nicht unsern Nestroy.»

90 Ibid./17 sq. : « Die Form seines Zornes war der Witz, der Sarkasmus und manchmal jene schamlose Entrüstung : der Cynismus. Er stieg die ganze Leiter des Spottes auf und ab, und sein vernichtender Hohn konnte sich momentan bis zu Swift'scher Grösse steigern. »

91 Ibid./18 : « [...], der Nestroy's Stücke liebte, hat ihn gar einen “Fetzen von Shakespeare” genannt. »

92 Ibid. : « Wie schade, dass es dem grossen Psychiater nicht mehr gegönnt ist, sich mit Herrn Theodor Herzl, der den Fetzen zerreissen zu können glaubte, etwas eingehender zu befassen. »

93 Kraus agira de la même façon avec Egon Friedell quelque temps plus tard.

94 Michael Pollak, op. cit., p. 134.

95 Valérie Robert, 1999, « Les intellectuels du IIIè Reich dans “Troisième nuit de Walpurgis” : une comparaison avec le discours des émigrés », in Austriaca no 49, p. 90.

Table des illustrations

Légende Karl Kraus, 1908(photographie de Benda d'Ora ; Bildarchiv der Österreichischen Nationalbibliothek)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/8041/img-1.jpg
Fichier image/, 96k
Légende Nestroy dans le rôle de Madame Maxl (Österreichisches Theatermuseum, PV 56) (photographie de Hermann Klee, Vienne)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/8041/img-2.jpg
Fichier image/, 200k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540