Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identité(s) multiple(s)

 | 
Kerstin Hausbei
, 
Alain Lattard

Résumés des articles et notices biographiques des auteurs

Texte intégral

Chapitre I. L’individu entre égotisme et destruction/réinvention du moi

Sissi, impératrice de la solitude ou de la modernité ? Cécile Leblanc

1Le succès remporté par la figure de l’impératrice d’Autriche Élisabeth doit beaucoup à sa prétendue modernité. De quelle modernité parle-t-on ? Maurice Barrès fait du personnage de Sissi une excellente illustration du Culte du Moi et un personnage d’une fiction très barrésienne. Associée à Louis II et à Wagner, ces deux figures crépusculaires de la décadence européenne, l’impératrice est une personnalité oxymorique, qui se situe au confluent des courants de pensée les plus modernes de l’époque, et devient par là même une allégorie et un prétexte aux audaces stylistiques de la décadence.

2En parachevant l’esthétique des années 1880-1900, le portrait de l’impératrice par Barrès est une contribution aux tentatives artistiques destinées à promouvoir la nécessité du renouvellement des formes d’écriture. Quatre ans avant L’Impératrice de la solitude, en 1896, Barrès commence à rédiger Mes Cahiers pour prolonger une écriture de soi inaugurée avec Le Culte du moi. On peut voir dans le personnage de la souveraine un truchement, une perpétuation de cette écriture de soi, signe de contestation et de modernité.

3Cécile Leblanc, maître de conférences à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3, a publié Wagnérisme et création, Paris, Honoré Champion, 2005 ; « Proust et Gustave Charpentier », in RHLF, PUF, 2006 ; elle a participé aux Réflexions sur la socialité de la musique (Paris, L’Harmattan, 2007) et au Dictionnaire du wagnérisme (Arles, Actes Sud, 2008).

Les exclamatives dans le théâtre de Thomas Bernhard. Anne Larrory

4Bien que dépourvus de ponctuation, les textes dramatiques de Thomas Bernhard comportent, de manière plus ou moins fréquente, des séquences énonciatives que l’on peut identifier comme exclamatives, sur la base de critères syntaxiques et sémantiques. Nous montrons que ces énoncés, commentaires du locuteur sur du déjà-donné, sont révélateurs de la forme de discours de certains personnages et de leur position discursive : en situation d’infériorité, cherchant à gagner l’empathie de l’interlocuteur, leur parole n’est ni véritablement monologique ni dialogique. Il s’agit plutôt d’une sorte de soliloque, d’une logorrhée reprenant indéfiniment les mêmes motifs. L’exclamation est une des formes que prennent l’appel à l’interlocuteur et la variation formelle autour d’un même contenu.

5Anne Larrory, née en 1975, est ancienne élève de l’École normale supérieure (Ulm), agrégée d’allemand. Elle est maître de conférences à l’Institut d’allemand de l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Sa thèse portait sur les énoncés exclamatifs en allemand contemporain. Elle consacre ses recherches actuelles à l’énonciation.

Un blues est-allemand. Gilbert Guillard

6Schultze gets the Blues, tout en reprenant certains thèmes favoris du cinéma allemand actuel, s’en démarque. Le film évolue à la frontière de différents genres qu’il détourne, comme le Heimatfilm, le road-movie, la comédie de mœurs, la satire sociale. La narrativité est faible, l’essentiel étant l’analyse des situations, prétexte à une réflexion critique sur l’Allemagne contemporaine. Schorr s’attache à décrire un lieu de l’Est qui n’a aucune dimension esthétique ni éthique, un non-lieu. Il s’agit d’une re-présentation, placée sous le signe de l’uniformité, qui régit, avec la tradition, les rapports sociaux locaux, entraînant l’aliénation de l’individu. Le délitement économique s’accompagne d’une dépression morale, séquelle de la réunification et de la mondialisation. Mais Schorr offre aussi une vision optimiste sur la capacité de l’homme à se régénérer, alors que la disqualification morale et esthétique des lieux filmés par le cinéma allemand contemporain n’est compensée par aucune ouverture sur un futur : au-delà de la question posée de façon récurrente, est-ce le film qui fait le lieu ou le lieu qui fait le film, Schorr franchit en permanence la frontière entre réalité et fiction afin d’offrir une réflexion sur l ‘ appréhension de cette réalité par l’individu et sa façon de l’affronter et d’affirmer sa liberté.

7Gilbert Guillard, directeur de l’UFR LEA de l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3, est germaniste civilisationniste, avec le cinéma allemand comme spécialité de recherche et d’enseignement.

Lenka Reinerova : exil et retour d’exil entre traumatisme et résilience. Anne Saint-Sauveur

8En croisant des approches méthodologiques et des notions variées, alliant l’histoire, la sociologie, la littérature, la psychologie, nous tenterons d’appliquer le concept de résilience aux traumatismes de l’exil et du retour d’exil. En partant de l’exemple de la dernière écrivaine de langue allemande résidant à Prague, Lenka Reinerova, née en 1916, et de deux de ses œuvres autobiographiques parues en 2000 et 2003 Zu Hause in Prag, manchmal auch anderswo et Alle Farben der Sonne und der Nacht, nous analyserons la portée des blessures traumatiques et les facteurs de résilience.

9Anne Saint-Sauveur est germaniste et professeur à l’Institut d’allemand d’Asnières. Elle enseigne essentiellement la civilisation. Ses domaines de recherche concernent la civilisation contemporaine, les mouvements migratoires, et plus particulièrement l’exil sous le national-socialisme. Parmi ses publications : Un siècle d’émigration allemande vers l’Argentine, Köln-Wien-Weimar, Böhlau, 1995, 834 p. ; (éd.), Fluchtziel Paris. Die deutschsprachige Emigration 1933-1940, Berlin, Metropol, 2002, 336 p.

Vers un nouveau théâtre politique allemand ? Kerstin Hausbei

10Après une phase en apparence plus apolitique, on remarque, depuis le tournant du millénaire, un certain retour au politique dans le théâtre allemand, marqué entre autres par l’engouement des auteurs pour le thème de la mondialisation. À l’exemple de trois pièces, Push up 1-3 de Roland Schimmelpfennig, Elite I.i de John von Düffel et Sous la glace de Falk Richter, l’article montre que la nouvelle génération de dramaturges opte pour différentes techniques de la critique implicite – parodie, citation sans commentaire, critique du langage, monologue intérieur – pour exhiber les « conséquences humaines de la flexibilité » (Richard Sennett), et notamment la destruction de l’identité individuelle, dans leur lien avec le « système » (Richter) de la mondialisation.

11Kerstin Hausbei est germaniste et maître de conférences à l’Institut d’allemand de l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Elle a soutenu sa thèse sous la direction de Gerald Stieg sur Thomas Bernhard et Anton Tchekhov. Ses recherches portent sur le drame moderne et contemporain et sur l’intertextualité. Elle est co-fondatrice de la revue annuelle européenne Arts et sciences en recherche transversale (Erkundungen in kunst und wissenschaft).

Chapitre II. Identités collectives en émergence

Simone Veil, la déportation et la Shoah. Henri Ménudier

12Dans son autobiographie, Simone Veil livre un témoignage saisissant sur la déportation et la Shoah, car elle a vécu très jeune l’enfer d’Auschwitz et de Bergen-Belsen et la moitié de sa famille a été exterminée. Elle porte un jugement sévère, mais nuancé sur l’antisémitisme français, regrettant que le rôle des Justes ne soit pas mieux apprécié. Par sa critique d’Hannah Arendt (La banalité du mal) et de Marcel Ophüls (Le chagrin et la pitié), elle pose des questions pertinentes sur la pédagogie du travail de mémoire.

13Henri Ménudier, spécialiste de l’Allemagne après 1945 et des relations franco-allemandes, est professeur à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3 et directeur du Centre universitaire d’Asnières. Il a enseigné à Sciences Po. Paris et à l’ENA et a été professeur invité dans plusieurs universités allemandes. Il assume des responsabilités associatives au niveau franco-allemand, franco-allemand-polonais et européen.

Il était une fois l’Orchestre des Étudiants de Paris (1943-1950). Monique Travers

14L’occupation allemande à Paris a été une période d’activité musicale intense. La création, en 1943, de l’Orchestre des Étudiants de Paris est un exemple significatif de cette vitalité. Sous l’impulsion de son jeune chef, Jean Mac Nab, cet orchestre, ouvert à des musiciens non-professionnels, a su rapidement se faire apprécier grâce à la qualité de ses exécutions et la présence à l’affiche de solistes de renom. En sept années d’existence, l’orchestre aura donné environ 70 concerts dont beaucoup salle Gaveau ou au Palais de Chaillot et fait découvrir au public de l’époque des œuvres oubliées de musiciens comme Vivaldi, Haendel ou Corelli. Nombre d’orchestres d’étudiants actuels pourraient se considérer comme les héritiers de la formule originale inaugurée par l’OEP.

15Monique Travers est maître de conférences à l’Institut d’allemand de l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Germaniste linguiste de formation, elle assure des enseignements de grammaire, phonologie et didactique. Ses activités de recherche l’ont conduit dès les années 1980 à s’intéresser aux nouvelles technologies et à leur utilisation à des fins pédagogiques, en particulier dans le cadre de l’aide à la réussite. Elle est l’auteur de plusieurs logiciels d’apprentissage. Passionnée par l’art et la musique, elle a travaillé sur le Blaue Reiter et intervient actuellement dans une formation à l’art du récital pour des musiciens professionnels. Parmi ses publications : « De Mitsi à Hyperlab, 30 ans de technologies toujours nouvelles », in Passerelles et Passeurs. Hommages à Gilbert Krebs et Hansgerd Schulte, Asnières, PIA, 2002, p. 369-384 ; édition commentée en collaboration avec Bernard Viselthier de Jean Janitza, Babel en éducation, Asnières, PIA, 2003.

Les débuts du Anfang (1908-1911). Gilbert Krebs

16Alors que pour les années 1913-1914, la revue Der Anfang est assez bien connue, il n’en est pas de même des années 1908-1911 lorsque, sous le même nom et en partie avec les mêmes collaborateurs, cette revue avait été créée et publiée avec des moyens de fortune par un groupe de jeunes lycéens berlinois parmi lesquels on trouve notamment Walter Benjamin. À la veille de la Première Guerre mondiale, le Anfang fit scandale par la liberté de ton avec laquelle les jeunes lycéens y critiquaient sans ménagement l’éducation et les valeurs morales qu’on leur imposait et revendiquaient le droit à la parole au nom d’un avenir dont ils se sentaient porteurs et responsables. L’étude des numéros de la première série du Anfang, dont le sous-titre initial était Zeitschrift für kommende Kunst und Literatur – rendue possible par la découverte d’une collection presque complète dans des archives privées – montre à travers les premiers balbutiements de ces jeunes poètes et artistes la lente émergence d’une identité générationnelle et d’un nouveau discours de la jeunesse.

17Gilbert Krebs est germaniste. Il a jusqu’en 2002 été professeur à l’Institut d’allemand de l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3, institut qu’il a dirigé de 1980 à 1988. Il a été vice-président du Conseil scientifique de l’université. Il a créé les Presses de l’Institut d’allemand (PIA) d’Asnières, qui comptent plus de 40 volumes. Il a dirigé un grand nombre de publications collectives. Ses recherches portent entre autres sur les mouvements de jeunesse allemands.

Aux origines de la sacralisation du Beruf. Alain Lattard

18La formation professionnelle dans les pays germaniques puise une part de sa légitimité dans la sacralisation du métier. Pour expliquer cette sacralisation, il ne suffit pas d’invoquer l’éthique du travail luthérienne. Il faut aussi prendre en compte la captation de cette éthique par l’artisanat au cours du XIXe siècle et l’attribution à celui-ci par les autorités politiques du monopole de la formation professionnelle initiale des jeunes à la fin de ce même siècle. C’est seulement la conjonction de ces deux facteurs, donc de données socioculturelles et politico-institutionnelles, qui donne au Beruf son sens particulier tout en lui conférant légitimité et légalité. Dès lors, ce n’est plus le travail en général, mais uniquement le travail qualifé au sens artisanal du terme qui peut revendiquer l’onction morale et la reconnaissance sociale ; et c’est l’apprentissage de ce travail qualifié qui, à travers les corps de métier (Innungen), (re)devenus à cette époque seul cadre de formation institutionnellement reconnu, fonde et perpétue la nouvelle identité professionnelle.

19Alain Lattard est professeur de civilisation allemande à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Ses recherches portent sur la société allemande contemporaine, en particulier sur les relations du travail et la formation professionnelle.

Chapitre III. Identité collective et exclusion

Du silence comme coup de pied dans la fourmilière : Karl Kraus face au champ intellectuel en exil (1933-1934). Valérie Robert

20Rompant avec la représentation d’une union sacrée des intellectuels allemands et plus largement germanophones contre l’ennemi commun, Karl Kraus n’a pas été tendre avec les intellectuels exilés, les traitant entre autres de « racaille intellectuelle ». Les rapports entre les exilés et Kraus sont marqués par une hostilité réciproque de plus en plus explicite, suite à un « silence » puis des textes de Kraus qui mettent au jour, par la provocation, les règles tacites de ce que l’on peut appeler le champ intellectuel en exil.

21Valérie Robert est germaniste, maître de conférences à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Ses recherches portent sur trois axes : l’histoire des intellectuels (intellectuels germanophones exilés 1933-1939 ; structures de domination dans le champ intellectuel) ; la linguistique textuelle et l’analyse du discours (genres de discours et argumentation ; lettres ouvertes ; modes d’intervention des intellectuels dans la vie publique : « Discours aux Allemands ») ; les médias et la critique des médias en France et en Allemagne. Principales publications : Partir ou rester ? Les intellectuels allemands devant l’exil 1933-1939, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2001 ; (éd.), Intellectuels et polémiques dans l’espace germanophone, Asnières, PIA, 2003.

Omniprésence et impuissance de la Stasi. Gunhild Samson

22Une police politique tentaculaire et toute puissante peut-elle maîtriser la vie et les pensées de chaque citoyen d’une dictature ? L’exemple de la Stasi en RDA, qui tisse sa toile autour d’un très ordinaire candidat au départ, montre que non. C’est le dossier concernant l’observation d’un jeune libraire de Berlin à partir de 1975 dès sa demande de sortie du territoire, qui fournit la matière de cet article. Sont présentées ici les étapes de l’action de la Stasi basée sur la « collaboration politique opérationnelle » et parallèlement les requêtes (Eingaben) du libraire auprès des autorités. Résultat ? L’homme, pourtant surveillé en permanence, a disparu en 1976 pour reparaître à l’Ouest. Désemparée, la Stasi a continué de nourrir son dossier jusqu’en 1988, espérant, sans succès, découvrir la voie suivie par le fugitif ; un de ces fugitifs qui, en 1989, vont être si nombreux que le système sombrera corps et biens.

23Gunhild Samson a été maître de conférences à l’Institut d’allemand d’Asnières de l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3 jusqu’en 2006. Ses recherches portent sur la linguistique allemande, en particulier la linguistique textuelle et l’analyse du discours de la RDA. Actuellement, elle étudie les requêtes de citoyens (Eingaben) comme révélateurs du système de surveillance policier de la RDA.

Le populisme autrichien et son bleuet. Catherine Fabre-Renault

24Stigmatisée au niveau européen par les « sanctions » prises contre elle en 2000, l’Autriche est certes un cas d’école en matière de populisme, mais on peut aussi dire qu’elle a fait école en Europe. Depuis 2000, l’année où le FPÖ de Jörg Haider participe à la coalition gouvernementale, l’Italie a connu deux gouvernements Berlusconi, les scores électoraux des divers partis des droites extrêmes dans le reste de l’Europe de l’Ouest et de l’Est sont parfois considérables, les mesures prises en Autriche en 2000 et qui paraissaient alors scandaleusement injustes, font florès auprès de gouvernements considérés comme simplement conservateurs. Néanmoins, l’Autriche a une histoire sous-jacente de son extrême droite qui tient à sa situation particulière pendant et après la Seconde Guerre mondiale et qui traverse tout l’échiquier des partis politiques pendant la IIe République. C’est à ce non-dit de l’Histoire que l’Autriche est aujourd’hui confrontée.

25Catherine Fabre-Renault, maître de conférences à l’université du Littoral, puis à l’Institut d’allemand de l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3 depuis 2001, a, comme domaines de recherche les rapports entre littérature et politique depuis 1945, la littérature des femmes de RDA, les évolutions des extrêmes droites en Allemagne et en Autriche.

L’exposition « Deuschlandbilder » et l’héritage artistique de la division. Elisa Goudin-Steinmann

26Dans la mémoire de la RDA, l’héritage culturel occupe une place d’autant plus importante qu’elle est paradoxale. Car si cet héritage participe de l’identité est-allemande dont il s’agit de gérer le souvenir, il a aussi contribué à la saper : l’effondrement de la RDA et l’unification ne peuvent en effet s’expliquer sans la persistance d’une appartenance culturelle commune aux deux Allemagnes malgré les différences de régime politique. L’exposition « Images de l’Allemagne, art d’un pays divisé » (« Deutschlandbilder, Kunst aus einem geteilten Land »), montrée à Berlin à partir de 1997 et qui confronte l’expression d’artistes est-et ouest-allemands face à la question de l’unité nationale, illustre bien ce paradoxe. Nous le voyons à l’œuvre en décryptant l’exposition à partir de trois notions centrales : la dénonciation, qui renvoie à la problématique du rapport au passé national-socialiste, la désorientation, thème emblématique d’un pays divisé, la révolution enfin, à la fois mythe fondateur de la RDA et une des clés de sa politique culturelle.

27Elisa Goudin-Steinmann est maître de conférences de civilisation allemande contemporaine à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Ancienne élève de l’ENS, agrégée d’allemand, elle est également diplômée de l’IEP de Paris. Ses recherches portent sur les mécanismes de transition dans l’ex-RDA.

Chapitre IV. Le « choc des cultures » ?

Silentium ! : un déictique passé sous silence. Irmtraud Behr

28Traduire la prose de Wolf Haas, surtout celle de ses romans policiers, n’est pas aisé. Les difficultés sont de plusieurs ordres : lexicales, syntaxiques, discursifs ou stylistiques. En effet, les romans policiers sont écrits dans une gamme temporelle restreinte, mélangeant discours adressé au lecteur et récit, le tout dans une syntaxe apparemment emprunté à l’oralité la plus spontanée. Ici, on a voulu analyser les raisons qui ont pu pousser, lors de la traduction en français, à un jeu temporel plus varié, plus classique, incluant l’emploi du passé simple. C’est alors qu’on découvre une combinaison de plusieurs raisons, à la croisée de partis pris stylistiques et de contraintes linguistiques.

29Irmtraud Behr, professeure de linguistique allemande, Rhénane de naissance et amatrice de bons policiers, a rencontré les romans de l’Autrichien Wolf Haas dans les années 1990 et a suivi l’histoire de Brenner jusqu’au bout. Il est évidemment trop tôt pour dire si cet article sera le dernier sur cet auteur.

Malaise dans le « Parc humain » : Freud avec Sloterdijk ? Michel Kauffmann

30Le fameux exposé de Peter Sloterdijk sur le « parc humain » (« Rede über den Menschenpark », 1999), qui lui a valu l’accusation d’antihumanisme eugéniste, présente en fait des concordances étonnantes avec certains textes de Freud, ceux de la période dite « métapsychologique », notamment Warum Krieg ? (Pourquoi la guerre ?). Chez les deux auteurs, la culture-civilisation est présentée comme un effort antinaturel pour domestiquer les pulsions de l’homme et contrôler son agressivité, un « élevage » en vue de l’amélioration de l’espèce. Freud évoque déjà le thème, jugé scandaleux chez Sloterdijk, d’une élite de sages chargés de superviser l’hominisation de l’humanité, processus qui pourrait comporter jusqu’à une dimension biologique. Les deux auteurs partagent d’ailleurs une même inspiration nietzschéenne. Si le texte de Sloterdijk est scandaleux, s’il plaide pour une post-ou surhumanité, obtenue le cas échéant par manipulation génétique, il prolonge pourtant l’anthropologie freudienne.

31Michel Kauffmann est agrégé d’allemand et assistant à l’Institut d’allemand de l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Ses domaines de spécialité sont l’analyse du discours, notamment politique et économique, l’informatique appliquée à la linguistique, et les thèmes de l’identité et des représentations.

Le temps des managers : stéréotypes et réalités franco-allemands. Dieter Hentschel

32En appliquant l’approche interculturelle, qui tend à faire de la germanistique une discipline transversale, ce texte propose une réflexion sur le rôle des stéréotypes à l’exemple de la gestion du temps par les managers français et allemands. Les études faites à ce sujet conduisent à remettre en cause l’idée qu’il y aurait une gestion du temps spécifiquement allemande, posée en modèle, caractérisée en particulier par la ponctualité. Contrairement à ce stéréotype, il semble en réalité que l’influence de la culture nationale sur la gestion du temps des managers tant français qu’allemands perd du terrain en raison d’une standardisation de l’activité managériale au niveau international. Une analyse statistique de la gestion du temps et de ses entraves révèle qu’à l’exception d’une plus grande disponibilité des Français pour des interlocuteurs non prévus, il y a en fait peu de différences entre la pratique des managers des deux pays.

33Dieter Hentschel est maître de conférences à l’Institut d’allemand de l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Ses domaines de recherches sont le marketing franco-allemand et l’interculturel.

Étudier les tapis orientaux à Vienne en 1891 : les débuts d’Alois Riegl. Céline Trautmann-Waller

34Cet article étudie l’un des premiers travaux de recherche de l’historien de l’art autrichien Alois Riegl qui portait sur les tapis orientaux anciens. Exhumer ce texte, peu connu en France, doit permettre de resituer le travail de Riegl dans la pratique muséographique et dans le contexte des débats de l’époque autour des arts appliqués. On comprend mieux alors combien il s’inscrit dans un projet plus large de science culturelle en cours de « modernisation », en réaction à un contexte non seulement théorique mais aussi politique et culturel : la question des tapis orientaux relie l’art à l’industrialisation, déjà lue par Riegl comme une forme de « globalisation », elle relie aussi les questions stylistiques au rapport entre Orient et Occident qui, comme Riegl le note expressément, traverse d’une certaine manière l’Empire des Habsbourg.

35Céline Trautmann-Waller est professeur à l’Institut d’allemand de l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Ses travaux portent sur l’histoire de la philologie, de l’anthropologie et des sciences de la culture en Allemagne. Voir notamment : Philologie allemande et tradition juive. Le parcours intellectuel de Leopold Zunz, Paris, Le Cerf, 1998 ; (dir.), Quand Berlin pensait les peuples. Anthropologie, technologie, psychologie 1850-1890, Paris, CNRS, 2004 ; Aux origines d’une science allemande de la culture. Linguistique et psychologie des peuples chez Heymann Steinthal, Paris, CNRS, 2006.

Le charme discret de la mondialisation. Actualité du Stechlin. Marc Thuret

36Le lecteur d’aujourd’hui découvre dans le dernier roman de Theodor Fontane, longtemps perçu comme un adieu nostalgique à la vieille Prusse, une œuvre étrangement contemporaine, aussi bien par sa conception que par les sujets qu’elle aborde : roman sans action, situé à l’époque même de sa rédaction et retentissant de l’écho des questions qui mobilisaient alors l’attention de la presse, Le Stechlin annonce dans des termes rappelant parfois les prédictions les plus lucides de Marx et Engels, le processus actuel de globalisation : rapprochement des continents et des hommes par le développement de la production industrielle, du commerce et des techniques de communication, mais aussi durcissement des réflexes identitaires, claniques et conservateurs, dénoncés dans Le Stechlin avec d’autant plus de malice que la mondialisation y est vue à travers le prisme du provincialisme et décrite dans le cadre d’une œuvre qui pourrait passer pour un exemple de littérature régionaliste.

37Marc Thuret, né en 1943, a été de 1979 à 2007 assistant, puis maître de conférences à l’Institut d’allemand de l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Il a publié aux Presses Sorbonne Nouvelle et dans différents ouvrages collectifs, catalogues et revues des articles sur la Prusse, Berlin, les relations franco-allemandes, Fontane et son temps, la RDA, le tournant de 1989 et la réunification.

Petit récit du temps où l’Allemagne – l’Europe – accueillait avec émerveillement le frère noir de Parzival. Isabelle Vodoz

38Dans son Parzival (XIIIe siècle) Wolfram von Eschenbach introduit un personnage tout à fait étranger à la tradition médiévale dont il s’inspire. Pendant les croisades, en effet, le père de Parzival a eu un fils d’une reine noire. On retrace rapidement l’histoire de ce curieux demi-frère métis, accueilli comme un égal par la chevalerie européenne, qui accompagnera Parzival dans sa quête du Graal.

39Isabelle Vodoz, aujourd’hui à la retraite, a enseigné d’abord à l’université de Lille III puis à l’Institut d’allemand de l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Ses domaines d’enseignement ont été la linguistique et la traduction. À partir de sa thèse et par la suite dans sa recherche, elle s’est intéressée principalement aux liens entre linguistique et littérature. Voir notamment « Vacillements de l’identité : jeux de la première personne dans quelques versions d’Amphitryon », in Cahiers de praxématique 26/96, ou « Une entreprise franco-allemande : la traduction des classiques français par les classiques allemands », in Passerelles et passeurs, Asnières, PIA, 2002.

Un français issu de l’immigration. Hansgerd Schulte, Eva Carstanjen

40Hansgerd Schulte, romaniste et germaniste de formation, a été de 1972 à 1987 président de l’Office allemand d’échanges universitaires (DAAD) après avoir été le directeur de son bureau parisien. Il a été professeur à l’Institut d’allemand de l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3, institut qu’il a dirigé de 1991 à 2001. Il a enseigné la littérature et la civilisation comparée et a publié sur des sujets de politique culturelle et littéraire.

41Eva Carstanjen a été maître de conférences à l’Institut d’allemand de l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3 jusqu’en 2005. Ses recherches portent sur la psychologie, la psycho-pédagogie et le féminisme. Elle a notamment participé à la traduction des œuvres complètes de Freud publiée aux Presses Universitaires de France sous la direction de Jean Laplanche. Elle est actuellement contrôleur judiciaire au Palais de Justice de Paris.

Travaux et publications de Gerald Stieg. Marc Lacheny

42Marc Lacheny est agrégé d’allemand (2003), docteur en études germaniques (2006), avec une thèse dirigée par Gerald Stieg sur La réception de l’œuvre de Johann Nestroy par Karl Kraus : mécanismes et enjeux. Depuis la rentrée 2008, il est maître de conférences à l’université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540